Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Mer 6 Juin - 2:27

    On dit souvent que la nuit porte conseil, dans le cas d’Aquilus, c’était plutôt particulier mais surtout trop complexe pour réduire les bienfaits de la nuit dans ce dicton.

    C’est encore une fois en sursaut qu’il se réveilla en pleine nuit. Un cauchemar l’ayant encore hanté. Un de ces cauchemars dont on risque de ne jamais se réveiller tant ils sont l’air réel. Ce n’est qu’au réveil que l’on réalise ce qu’ils ont d’étrange. Perturbé, Aquilus sortit de son lit et fit quelques pas vers sa salle de bain. Il ouvrit la porte et s'y enferma sous l’œil attentif de FROST. Il s'approcha du point d'eau et fit couler l'eau. Il recueillit l'eau entre ses mains et s'en aspergea le visage. L'eau fraiche sur son visage bouillant lui donna une impression de fraicheur qui le réveilla totalement et qui le détendit en même temps. L’eau ruisselait à travers sa barbe et s’accrochait à chacun de ses poils comme pour conserver cette sensation de fraicheur que ressentait l’Ombre Jedi. Le Veilleur réfléchit sur l’origine de ces rêves qui le hantaient de plus en plus fréquemment. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour en comprendre l’origine.
    Tout ceci avait pour point de départ la mort de Seïna puis son réveil du coma. C'était comme si, quelque chose avait changé en Exio. Les rêves ont commencé à cette période là.
    Tous les examens médicaux passés étaient pourtant toujours bons, et les différents médecins et spécialistes consultés ne détectaient aucune pathologie ou anomalie physique. Ce devait donc être psychique, une cicatrice balafrant son subconscient et qui refusait de se refermer. A moins que ce soit le Jedi lui-même qui ne voulait pas guérir de cette blessure ?

    Exio savait qu'il ne retrouverait pas le sommeil, aussi, il décida de s’habiller-ce qu'il fit- puis de sortir marcher un peu en espérant que Morphée revienne le prendre dans ses bras. La nuit prochaine, il essaierait de prendre quelques somnifères afin de pouvoir se reposer complètement. Même s’il savait qu’il ne rêverait plus du tout. Et cette sensation, le fait de se réveiller sans avoir eu le moindre rêve était des plus désagréables pour le Jedi. Encore plus si ceci était fréquent, et pour cause : il s’agissait de son exutoire favori. Un moyen d’évacuer pendant son sommeil, la peine de son existence.

    Le Spectre Gris quitta ses quartiers et erra ainsi dans un temple Jedi déserté par ses habitants. Tous dormaient sans doute paisiblement et sans ennuis. Il fit une fois le tour complet du temple, l'esprit ailleurs, il était plongé dans ses souvenirs, son passé. Exio en perdit même la notion du temps. Muet, il l'était. Du moins c'était ce que les rumeurs circulant sur lui disaient. Les padawans prétendaient qu’Exio Breakshield était muet et ne pouvait s'exprimer d'une autre façon qu’à travers la Force. Ce qui était bien évidemment faux. Mais Exio n'en dit rien et laissa ses rumeurs circuler, ça lui était égal et il trouvait ceci divertissant. C’est ainsi qu’il se rendit dans la grande holo-bibliothèque de l’Ordre Jedi afin d’effectuer quelques recherches. Ses yeux injectés de sang parcoururent des données diverses et variées concernant les Sith et leur Histoire passée, bien trop intimement liée aux Jedi au goût d’Aquilus. Bien des catastrophes auraient pu être évitées si l’Ordre Jedi et ses différents Conseils avaient pris le temps à s’occuper de leurs affaires internes concernant leurs propres disciples.
    L’échec des Jedi à deviner l’ascension d’Exar Kun était la preuve que le Conseil n’était pas toujours aussi clairvoyant qu’il le prétendait. Les Ombres Jedi, si elles n’avaient pas été mises à l’écart auraient tué cette menace dans l’œuf avant que celle-ci ne se mette à gangrener la galaxie et à répandre le sang de sa population.

    Las de voir l’Histoire inlassablement se répéter, Aquilus se releva péniblement de son siège et décida de reprendre sa marche. Le Maître Jedi continua sa promenade nocturne jusqu'à décider de se rendre dans les jardins du temple d’Ossus. Sans se l’avouer, il recherchait surtout leur sérénité et leur calme afin de réfléchir. Après quelques minutes, l’humain arriva dans ces décors verdoyants que l’obscurité dissimulait jalousement dans son manteau noir. La lune pâle semblait se pavaner sur ce décor de ténèbres, telle une reine au milieu de marquises ou comtesses, son éclat était sans doute le plus beau spectacle qu’elle pouvait offrir à quiconque prenait le temps de l’observer.

    Alors qu’il contemplait la lune avec une expression placide, un bruit de pas le fit revenir à la réalité. En effet, quelqu'un semblait marcher cette nuit, mais Exio ne s'en inquiéta pas et ne daigna même pas tourner la tête vers celui ou celle qui venait le rejoindre. Il savait qu'il s'agissait d'un Jedi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Mer 6 Juin - 3:54

    Après avoir passé la journée et une bonne partie de la nuit avec sa nouvelle Padawan, Anaru Glittertind, la Grande Maîtresse Jedi avait prit le chemin de ses quartiers afin de s'y reposer après cette longue journée. Le métabolisme de la Jedi faisait qu'elle n'avait guère besoin que de quelques heures de sommeils pour se sentir en pleine forme, elle savait donc qu'elle se réveillerait bien avant la majorité des habitants du Temple, mais elle en avait l'habitude de cela.

    Après s'être dévêtu, elle s'était glissée sous ses draps avec un soupire d'aise, enfonçant sa tête dans son oreiller moelleux. Elle demeura éveillée quelques minutes, repensant aux événements de la journée. Avec tout cela, elle n'avait pas même pas eu le temps de parler à Thor ... Elle le ferait demain, se dit-elle. C'est avec un soupire que la Jedi plongea dans un sommeil sans rêve...


    Sans grand étonnement, ce fut près de cinq heures plus tard qu'elle se réveilla d'elle-même fraiche et dispo. Baillant tout de même à s'en décrocher la mâchoire, la Jedi quitta le confort et la chaleur de son lit pour passer sous une douche brulante qui acheva de la réveiller et détendit ses muscles. La Grande Maîtresse resta bien une demi-heure sous l'eau, elle n'était guère économe, mais pendant ce temps elle pensait également à ce qu'elle ferait de sa journée. En premier lieux, elle devait absolument voir Thor, cela faisait bien trop longtemps qu'ils n'avaient pas parlé.

    Après avoir lavé ses longs cheveux bruns aux mèches bleus, la Jedi sécha son corps et s'habilla tranquillement, laissant sa longue chevelure sécher à l'air libre. Lorsque, pour terminer, elle passa son ample bure noir, ils avaient fini de sécher et tomber en cascade sur ses épaules et dans son dos. Abaissant son capuchon sur son visage, Arsenicia quitta ses quartiers et s'aventura dans les silencieux couloirs du Temple où seul l'écho de ses pas était audible. Certes, elle croisa quelques Jedi endormis, mais aucun ne s'attardèrent ...

    Finalement, la Maître Jedi décida de se rendre aux jardins du Temple, lieu qu'elle avait côtoyé avec son Apprentie et qu'elle aimait beaucoup. C'est ici qu'elle appréciait venir méditer quand l'endroit n'était pas trop fréquenté, mais elle y venait également pour travailler, assise sur une branche du grand arbre, ou encore pour se reposer et penser. En cette belle nuit, c'est ce qu'elle souhaitait faire, penser.

    De son pas léger et souple, elle parcourue les jardins, s'arrêtant quelques instants près d'une fontaine pour y tromper ses doigts longs et fins avant de reprendre sa marche, silencieuse dans la nuit. Au bout d'un certain temps, elle leva les yeux vers la lune et demeura immobile, la contemplant dans le silence.

    Jusqu'à ce qu'un léger bruit lui fasse tourner la tête. Faisant quelques pas, Arsenicia reconnu le profil du Jedi qui se faisait appeler Aquilus Oblivarion, bien qu'il soit en partie dissimulé par son capuchon. Elle connaissait son véritable nom, étant donné qu'elle l'avait connu plus jeune, bien qu'ils ne se soient jamais véritablement parlé ... Mais depuis qu'il était au Conseil, c'était différent, bien que la nomination du Maître Jedi était récente.

    Marchant doucement, elle s'arrêta à côté de lui et, toujours silencieuse, elle l'observa. Bien qu'en partie dissimuler, elle parvenait à voir ses yeux et de ce qu'elle voyait, le Jedi était fatigué. Alors, de sa voix douce et légèrement grave, elle prononça quelques mots pour briser ce silence.


    « Bonsoir, Exio. Vous semblez fatigué ... Dormez vous mal ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Mer 6 Juin - 9:13

    Les êtres humanoïdes qui vivaient dans le temple n’étaient pas les seuls à apprécier d’observer la pleine lune, les soirs où son œil argenté veillait sur le sommeil des êtres vivants, ou sur le quotidien des créatures nocturnes, et ils n’étaient certainement pas ceux qui appréciaient le spectacle le plus à sa juste valeur… quelque part, dans la cour de ce lieux où vivaient les chevaliers de lumière, aux abords des écuries où leurs animaux étaient rassemblaient, un bec était levé en direction du ciel bleu-sombre, qui avait revêtu la couleur de la nuit. Malgré l’heure tardive et le fait que son espèce soit diurne, Rajane, l’unique varactyl vivant en ce lieux, n’avait pas sommeil, et elle s’était installée sur la branche d’un gros arbre… assez gros pour supporter son poids, pour qu’installer ainsi, elle ait l’air d’un gros chat sur la branche d’un arbre dans un parc… planté dans son enclos naturel où elle vivait en semi-liberté, ses yeux bruns et rêveurs dirigeaient vers le ciel, observant le balais nocturne des étoiles, de la reine sphérique qui régnait au milieu d’elles…

    Le lézard géant avait passée la plus grande partie de la journée à faire la sieste, son esprit était parfaitement éveillé et elle ne voulait plus essayer de s’endormir… tout ce qu’elle arrivait à faire, c’était se tourner, se retourner, grogner, et s’ennuyer dans son nid, sans jamais réussir à se glisser dans les couvertures invisibles de ses songes. Depuis quelques jours, ses maîtres ne venaient plus s’occuper d’elle, pas même sa petite-mère, Anaru… elle se doutait que cela devait être à cause du fait que l’entraînement des Padawan était de plus en plus difficile et oppressant, et au fond, elle ne leur en voulait pas, de la laisser seule, la vie de Jedi était très remplie, venir jouer avec un animal de compagnie n’était qu’une distraction dont ils ne pouvaient pas toujours se permettre… mais quand même, cela devenait ennuyeux, pour elle, qui sauf lorsqu’elle recevait sa ration quotidienne de nourriture, ne recevait aucune visite, et n’avait rien d’autre à faire qu’à manger, à se faire les griffes et à dormir. Personne ne venait la monter, personne ne venait lui offrir une petite séance de pansage où on lui nettoyait les écailles et lui taillait les griffes… même un petit maître ne venant que s’asseoir près d’elle pour lui raconter les problème, ça lui aurait plu, mais depuis plusieurs jours, rien de tout cela n’arrivé. Elle se sentait seule et abandonnée, elle commençait à s’engraisser… elle espérait que sa chère propriétaire viendrait rapidement à nouveau lui faire faire une petite balade avec elle sur le dos, lui faire faire de l’exercice, sinon elle allait devenir une varactyl bien grosse… déjà qu’elle était gourmande.

    Au bout d’un moment, l’admiration des étoiles finit par la lasser, ce qui était plutôt rare, car elle adorait les regarder… alors elle sauta de cet arbre et partit se promener pour la centième fois en vingt-quatre heures à travers son enclos. Son pas lourd la mena jusqu’au côté sud de son enclos, là où elle pouvait voir les jardins où se promenaient parfois les Jedi et les Padawan… de l’autre côté se trouvait l’entrée de l’enclos, qui donnait sur les écuries. Rajane venait parfois de ce côté, quand elle voulait voir ses maîtres, mais jamais pour observer la beauté luxuriante des jardins du temple… en créant son enclos, ses maîtres avaient fait en sorte qu’elle se sente le mieux possible, et ici, les arbres, les plantes, la nature était omniprésente, la jeune reptile avait déjà tout ce qu’il fallait chez-elle. Cependant, cette nuit, en passant près du grillage, elle s’immobilisa… là, côte à côte sur le sentier au milieu des plantes, il y avait deux formes humanoïdes encapuchonnées, deux formes qui laissaient échapper de leurs corps une aura de lumière, deux formes qu’elle reconnut comme étant deux Jedi… deux de ses maîtres.

    La varactyl pencha la tête sur le côté, étonnée de les voir là… il était rare que les humanoïdes sortent du temple à une telle heure de la nuit. Les grands maîtres en avaient le droit, mais le plus souvent, à une heure aussi tardive, ils dormaient… quand aux plus jeunes, ils avaient un couvre-feu à respecter. Bien sûr, certains rebelles n’hésitaient pas à ne pas respecter ce règlement, et elle en voyait parfois se déplacer furtivement dans les jardins… ce qu’elle préférait, c’était lorsque sa jeune propriétaire faisait le mur avec sa couverture pour venir dormir contre elle, ces nuits là étaient toujours les meilleures, pour Rajane. Mais ces moments étaient rares, surtout ces derniers temps, alors que l’année était bien avancée et que les cours devenaient de plus en plus difficiles pour les apprentis.

    Contente de trouver quelque chose d’intéressant pour occuper sa nuit… si elle ne comprenait jamais les phrases de ses maîtres autre que les ordres qu’elle avait apprise depuis le jour de son éclosion, elle aimait les écouter parler et essayer d’apprendre leur langage des sons en mettant une image sur chaque mot… le lézard à plumes s’approcha au plus près de la barrière et s’assit, les regardant de ses yeux couleur écorce d’arbre où brillait une lueur intelligente. Si elle ne se déclara pas, car elle sentait que leur conversation était importante et n’avait pas envi de les déranger, se contentant de les regarder dans le silence, elle espérait malgré tout qu’ils viendraient la caresser, en remarquant sa présence…


Dernière édition par Rajane le Sam 9 Juin - 22:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Lun 11 Juin - 1:41

    Arsenicia Ombrelune était une Grand Maître Jedi connue et reconnue par ses pairs comme étant la plus vieille Jedi de l'Ordre. Arpentant Ossus, Exio pensait au fond de lui que sa place serait sans doute au temple de Coruscant, le centre névralgique de la galaxie, et sans doute là ou elle pourrait défendre politiquement parlant, et auprès de l'Alliance les intérêts et privilèges des Jedi. Le Spectre Gris l'avait toujours vu au temple Jedi depuis son arrivée au lendemain de la bataille de Dantooine, et il avait rapidement remarqué qu'Arsenicia semblait être insensible aux ravages du temps, ou du moins qu'elle vieillissait beaucoup moins vite que lui. Il était vrai que si l'on venait à comparer Exio et Arsenicia, tout le monde s'accorderait à trouver Aquilus bien plus vieux que la Grande Maîtresse. Alors qu'en réalité, il était bien plus jeune qu'elle. Intemporelle, il se demandait quelle était la longévité de son espèce... trois siècles ? Plus ? Il aurait aimé savoir. Néanmoins, Aquilus savait parfaitement que le Temps était patient, et qu'un jour, Arsenicia rendrait son dernier souffle de vie lorsqu'elle aura atteint un âge suffisamment avancé. Nul n'échappe au Temps.
    L'Ombre Jedi avait une vision assez pragmatique de la vie, voire même peut-être un brin fataliste. En effet, la Vie n'était qu'un inexorable compte à rebours qui, tôt ou tard, arriverait à sa fin. Le temps de vie qui nous était accordé par le hasard nous était donc compté, et chaque seconde de cette vie devait être consacrée à un but bien précis. Le temps était précieux.
    C'était en partie à cause de cette vision qu'Exio voyait d'un mauvais œil une grosse partie de la population galactique, bien trop souvent occupée à des tâches superficielles ou cherchant uniquement à satisfaire leurs envies.

    Quoiqu'il en soit, Arsenicia vint à ses côtés, au grand dam du Maître Jedi qui aurait aimé rester seul en tête à tête avec l'astre d'argent illuminant les cieux obscurs et constellés d'étoiles. Celle-ci prit la parole et entama la conversation en le saluant et en lui faisant remarquer qu'il était fatigué. Arsenicia suggéra qu'il avait sans doute du mal à dormir.
    Aquilus resta tout simplement de marbre. Oui, il était effectivement fatigué. Les raisons de sa fatigue et de son insomnie en revanche le concernaient de façon exclusive. Il s'agissait de ses problèmes. Pas de ceux de l'Ordre Jedi. Le Veilleur pivota lentement sa tête vers la doyenne de l'Ordre Jedi et s'exprima simplement et avec politesse.


    - Bonsoir. Avec tout le respect que je vous dois Grande Maîtresse Ombrelune, vous devez faire erreur sur la personne; Exio Breakshield est décédé il y a déjà de nombreuses années.


    Façon habile de faire comprendre qu'il s'appelait désormais Aquilus Oblivarion et qu'il tenait à être appelé de la sorte. D'un geste lent, il abaissa son capuchon lorsqu'il entendit Rajane arriver non loin d'ici. Sans un mot, il s'approcha d'elle qui était restée derrière la barrière. Le Maître Jedi trouvait l'idée d'avoir des animaux ici plutôt insolite mais pas désagréable. Une fois devant l'animal, il le regarda dans les yeux et leva sa main artificielle qui luisait d'une pâle lueur froide en cette nuit de pleine lune devant les yeux de Rajane. Sans un geste brusque, afin de montrer qu'il ne comptait pas la frapper ou lui porter préjudice et délicatement caressa son front après s'être assuré d'avoir eu sa permission.


    - On dirait que tu sembles ne pas avoir beaucoup sommeil Rajane n'est-ce pas ?


    Dit-il d'une voix un peu plus chaleureuse et apaisante tout en continuant de caresser le varactyl délicatement de sa main d'acier. Puis il s'adressa à Arsenicia Ombrelune d'un ton plus léger que d'ordinaire.


    - Je réfléchissais. La situation galactique actuelle me préoccupe en ce moment. Avec l'Alliance et la Confédération Galactique qui semblent être décidés à en découdre l'un avec l'autre, je crains que nous ne soyons repartis dans un conflit qui risquerai de dissimuler d'autres choses... J'espère sincèrement que vous ferez le nécessaire auprès de l'Alliance afin que nous puissions recouvrir nos prérogatives dans les plus brefs délais. Par ailleurs, quelle est votre avis sur cette situation si cela n'est pas indiscret ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Ven 15 Juin - 23:20

    Un sourire sans joie naquit sur ses lèvres avant de mourir rapidement. La Jedi hocha lentement la tête, son capuchon masquant une bonne partie de son visage. Aquilus, car il tenait à être appelé ainsi, demeurait de marbre. Arsenicia ne fut guère étonnée par la réponse du Maître Jedi, car à dire vrai, elle s'y attendait. Bien que la façon d'être d'Arsenicia la poussait à vouloir aider Aquilus, si celui-ci ne voulait pas en parler il en serait ainsi.

    La Grande Maîtresse Jedi observa le profil de son confrère avant que celui-ci s'approche de l'enclos de Rajane. Ce gros lézard qui appartenait à son apprentie d'ailleurs. D'un pas long, la Jedi s'approcha également, s'appuyant contre le grillage. D'une main, elle abaissa son capuchon et passa ses doigts dans la longue chevelure brune, ses longues mèches descendant jusqu'à sa taille. Elle les ramena par-dessus son épaule droite avant de répondre à son confrère.

    Il était vrai que la situation avec l'Alliance était préoccupante, mais cela faisait des années que les relations Jedi-Alliance c'était dégradée, surtout depuis que l'Ordre Millénaire avait été mis à l'écart par Daala. Arsenicia soupira longuement, son regard se perdant au loin quelques instants. Cette situation lui était pénible, car elle avait connu les jours où l'Ordre avait été lié à la Nouvelle République et c'était avec tristesse qu'elle avait vu celle-ci changer pour devenir l'Alliance Galactique puis, sans qu'elle ne puisse y faire quelque chose, éloigner l'Ordre.

    « J'ai connu la Nouvelle République à son tout débuts, même si j'étais assez jeune. De ce temps-là, les relations entre l'Ordre et la République étaient ... meilleure, bien meilleure. Je regrette cela, mais nous faisons en sorte de ne pas aggraver les choses, à défaut de pouvoir les arranger, pour le moment en tout cas. Je désire ardemment changer les choses, mais cela ne dépend pas uniquement de moi. Pour l'heure ... J'ai bien peur que notre situation ne bouge pas trop, l'Alliance nous tient à l'écart de ses affaires et se méfit, elle sait que nous pourrions aider la Confédération. » Elle rajouta un peu plus bas. « Et vous le savez aussi bien que moi, l'Alliance a raison de se méfier. »

    Nombreux étaient les Jedi qui soutenaient la Confédération avec ou sans l'avis du Conseil. Mais l'Ordre devait rester discret, car si l'Alliance le découvrait ... l'Ordre ne pouvait prendre un tel risque. Pour être extrêmement proche de la Commandante des Forces Armée de la Confédération, Sarisa Shi'Sima, Arsenicia en savait quelque chose.

    Soupirant, la Grande Maîtresse Jedi passa par-dessus l'enclos de Rajane d'un seul bon et vins doucement caresser son flanc. La créature était imposante, mais pas dangereuse, du moins temps qu'elle n'était pas énervée et qu'on ne lui avait rien fait. La Jedi prit quelque chose dans une de ses sacoches et la présenta au varactyl, la main bien ouverte. Il s'agissait de quelque chose dont Aïre raffolait, allant jusqu'à essayer d'attraper la sacoche de sa maîtresse pour pouvoir déguster tranquillement ces petites gâteries après avoir semée Arsenicia.


    « Aquilus, viendriez vous vous promener avec moi ? Nous pourrions parler un peu, mais ce n'est qu'optionnel, le silence est tout aussi agréable. » La Jedi flatta doucement le flanc de Rajane et s'adressa à elle. « Je suis certaine que tu serais d'accord pour nous porter tous les deux, n'est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Mer 20 Juin - 14:06

[Pardon si je fais un peu attendre mes réponses]

    Le temps qui passe, le vieillissement, la mort inexorable qui attendait à un détour de la route de notre destin chacune des âmes qui vivaient dans la galaxie, océan d'étoiles dont chaque jour l'une d'entre-elles s'éteignait... beaucoup d'être se disant intelligents pensaient à cela, craignant les changements de leur corps, craignant la faiblesse qui un jour risquait de s'emparer d'eux, craignant le jour où la Mort, qui était la même pour tout-le-monde, peu importé l'espèce ou le monde d'où nous venions, viendrait vous réclamer... Rajane, elle, si elle s'inquiétait du danger pouvant causer sa mort, ne songeait jamais à tout-cela, elle ne pensait jamais au destin, et la seule chose qui l'inquiétait vraiment, au fil des années qui passaient, c'était de ne pas avoir de compagnon pour partager sa vie. Le but de la vie d'un animal était de faire perdurer son espèce, elle espérait qu'un jour, ses maîtres auraient au moins la présence d'esprit de la faire saillir, qu'elle pourrait être la mère d'une portée d'oeufs... enfin, je m'égard, là.

    Donc, je disais, la jeune varactyl ne songeait jamais à l'avenir, et en réalité, elle n'en ressentait ni le besoin, ni l'envie. Les humains et les autres créatures "parlantes" passaient leur temps à évoluer plus qu'ils ne devraient survivre, à se poser des questions sur leur avenir de demain, de nombreuses questions inutiles, et craignant ce qui leur était inconnu. C'est pour cela que tout-le-monde avait peur de la mort, même les religieux : parce que quoi que l'on puisse croire, personne n'était jamais certain de ce qu'il y avait de l'autre côté, et l'inconnu poussait les gents à être effrayés et à essayer de l'éviter. L'inconnu était la phobie de tous. Mais les animaux comme elle, même lorsqu'ils étaient intelligents, ne posaient pas de question, comme ils ne se posaient pas question. Ils vivaient à l'instinct, laissant la voie de leur tête les guider, et agissaient, que ce soit bien ou mal, selon ce qu'il leur dictait. Jamais ils ne se demandaient pourquoi ils faisaient les choses... ils les faisaient, c'est tout. Pourquoi se poser des questions, vu que toutes les actions qu'ils faisaient, ils le faisaient par leur nature ? Tout ce qu'ils feraient, en se posant des questions, se serait se mettre en danger : ils ne seraient plus attentif au monde qui les entourait, et seraient une proie facile pour les prédateurs. Pour survivre, ils ne cherchaient pas à évoluer, ni à accumuler le savoir, pour les hommes. Était-ce une preuve de stupidité ? Non, peut-être même au contraire. Les animaux avaient ainsi un esprit bien plus serein que chez certaines personnes, ils avaient moins de soucis, et ils avaient moins peur de leur monde...

    Rajane n'eut au final pas besoin d'attirer leur attention, pour que ses deux maîtres s'approchent d'elle... ses simple pattes géantes, se posant sur le sol, écrasant l'herbe et les feuilles mortes, brisant les branches sèches, les fit se tourner vers elle. Il y avait un mâle et une femelle, un humain, et une Jedi appartenant à une espèce que le lézard géant ne connaissait pas. En fait, cette femme était la seule membre de cette espèce humanoïde-féline qu'elle n'ait jamais rencontrée, et elle pensait peut-être même la seule membre de son espèce dans le temple. L'idée était triste, et la varactyl savait ce que l'on pouvait ressentir, dans ce genre de situation. Elle était non-seulement la seule membre de son espèce au temple, mais aussi la seule membre de son espèce sur cette planète. Même lorsqu'elle était entourée par ses maîtres, en sachant cela, elle se sentait un peu seule...

    L'humain fut le premier à venir à sa rencontre. Vu qu'ils étaient en train de discuté, elle avait craint, pendant un moment, qu'il ne veuille la chasser... mais au lieu de ça, il leva une main de métal devant son museau. Rajane avait confiance, elle savait très bien que son maître ne la frapperait pas... aussi resta-t-elle immobile, et il commença à la caresser. Bien qu'elle aimait particulièrement qu'on lui gratte entre les deux yeux, juste au-dessus de son bec... un lieu appelé le troisième oeil, les dompteurs d'Utapau utilisaient cette caresse pour détendre leurs montures... ses écailles se levèrent dans un frisson, sous le contact du froid. Elle aurait préférée qu'il la caresse avec sa main faite de peau, et non celle qui était mécanisée. Cependant, elle profita quand-même de la caresse, et répondit à sa phrase dont elle n'avait pas comprit le sens par un ronronnement, qui doubla de volume lorsque la maîtresse se joignit à eux.

    Tendis qu'ils continuaient à discuter, juste à côté d'elle, la varactyl ne bougea pas, et le maître Jedi continua à la caresser. Rien ne se passait, pour elle, elle écoutait sans comprendre, se contentant de les observer et de profiter des caresses... mais déjà, vu qu'elle avait quelqu'un pour lui tenir compagnie, Rajane ne se sentait plus seule et elle ne s'ennuyait plus. Elle aurait pue restée immobile toute la nuit, à ne rien faire d'autre qu'écouter et regarder, tel une adolescente écoutant du rock à la radio... si le jeune femme n'avait pas sauter par dessus son enclos pour venir lui caresser le flan gauche, tout en lui présentant un fruit que la grande bête n'avait jusque-là jamais goûtée. Quittant quelques seconde le contact du maître à la main de métal, elle le sentit, le goba, et donna une lèche affectueuse sur la main de la femme, afin de la remercier, avant de, mâchant tranquillement, remettre son bec dans la main de fer. La varactyl aussi, était une grosse gourmande, et elle appréciait tout particulièrement les gourmandises sucrés que lui donnaient parfois ses maîtres pour lui faire plaisir, ou pour la récompenser. Lorsqu'elle en sentait la présence... jamais elle n'irait jusqu'à voler la sacoche du maître, elle avait été bien dressée par rapport à ça. Cependant, elle n'hésitait pas à le renifler, et à le pousser du bout du bec, afin de lui demander de lui en donner une. C'est alors qu'elle entendit prononcer les mots "promener" et "porter", qui, si elle n'en connaissait pas le sens exact, était des mots qu'elle entendait régulièrement, lorsque quelqu'un était sur le point de la monter...

    Joyeuse à l'idée que peut-être, enfin, après avoir passé des journées entière à ne rien faire d'autre que dormir et manger, et quelques autres choses que les animaux faisaient, comme par exemple se faire les griffes sur les troncs d'arbres, quelqu'un allait enfin lui monter sur le dos, Rajane se redressa soudain, sa queue frétillant comme un poisson hors de l'eau. La joie se lisait dans la lueur de ses yeux... rien ne lui faisait plus plaisir que de se promener avec ses maîtres, et bien qu'elle aurait préférée que cela se fasse de jour, cela ne changeait rien à son plaisir. Elle tourna le regard vers une étrange cabane en bois, se trouvant quelques mètres derrière elle, à l'abri des branches des arbres... c'était la seule construction dans son enclot qui semblait réellement humaine, si elle n'avait pas était de la couleur des arbres, elle aurait tranchée dans le paysage. C'était la sellerie de la varactyl... en outre, ses maîtres rangeaient à l'intérieur son matériel de pansage, son mord et différent types de selles, dont une en particulier qui était assez grande pour pouvoir contenir jusqu'à trois personnes de taille normale...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Mar 26 Juin - 13:00

    Exio Breakshield était taciturne de nature. Appréciant le silence nocturne d'un air serein, il continuait de caresser le varactyl femelle tout en écoutant la réponse d'Arsenicia Ombrelune. Celle-ci confessa que de nombreux Jedi avaient pris le parti de la Confédération. Aquilus se contenta de manifester son mécontentement d'un hochement de tête horizontal. L'Alliance avait été, juste avant la mise en place des mesures anti-Jedi, le régime le plus stable et ayant apporté la paix dans la galaxie, et les Jedi voudraient donc soutenir un mouvement dissident aux actions parfois violentes. L'Ombre Jedi remarqua également qu'Arsenicia n'avait pas vraiment exprimé son avis sur la question, ni même répondu clairement à la demande du Maître Oblivarion. Elle était restée vague, évoquant ses souvenirs à la naissance de la Nouvelle République jusqu'à la situation actuelle. La doyenne de l'Ordre n'avait fait qu'avouer que certains Jedi préféraient la Confédération. En dehors des mesures anti-Jedi, l'Alliance était pourtant le meilleur régime préparé à une offensive Sith. Leur rancune envers l'Alliance les avait donc à ce point aveuglés ? Cependant, Aquilus restait lucide sur la situation: les mesures de l'Alliance lui mettaient de sérieux bâtons dans les roues dans sa croisade contre les Sith.

    L'Ombre Jedi soupira, puis il reporta son attention sur Rajane qui semblait plus qu'apprécier les caresses de l'humain. Le ronronnement de la bête ne cessait d'augmenter au fur et à mesure des caresses affectueuses d'Exio. Arsenicia les rejoint et elle proposa même que Rajane leur serve de monture pendant leur promenade nocturne. Aquilus se contenta d’acquiescer silencieusement d'un hochement de tête. Le varactyl semblait avoir compris ce qui allait se passer et se dirigea lentement vers la sellerie. L'Ombre Jedi resta un instant perdu dans ses pensées et suivit de loin les deux êtres vers la sellerie. Mécaniquement, lorsqu'il arriva devant la porte, il sentit une légère odeur de brûlé due à un dysfonctionnement du système d'éclaire de l'entrée de la sellerie.
    Loin, très loin dans ses souvenirs, il contempla la lune d'un air mélancolique. Le Jedi se remémora alors soudainement la mort de son père. Piégé vif dans son vaisseau lorsqu'un tir de corail skipper Vong l'abattit d'une salve bien placée. La carcasse encore fumante de laquelle, il ne restait du Jedi que des cendres et une odeur de chair carbonisée. Bien qu'Aquilus n'ait jamais été suffisamment prêt de la dépouille de son père, cette odeur était pas difficile à imaginer. Elle vous envahissait, vous dérangeait avec son parfum de mort pour finalement embaumer votre esprit et votre mémoire. Impossible de s'en débarrasser, elle était imprégnée au plus profond de son âme meurtrie.
    Sans même s'en apercevoir et dans un réflexe animal, Exio Breakshield posa immédiatement sa main droite sur sa poitrine et resserra ses vêtements. Une douleur intense à l'instar d'une subite et violente brûlure localisée lui coupa le souffle tandis que le bruit assourdissant de l'explosion du vaisseau de son père résonnait dans ses oreilles. Cette imposante masse de fer disloquée de part en part par la déflagration, les métaux projetés, puis l'impact sur le sol sonna comme le point final de ce requiem que revivait Exio.

    Aquilus reprit ses esprit. Combien de temps cette infernale réminiscence avait-elle duré ? Sans doute qu'une poignée de secondes. Arsenicia ne l'avait sans doute pas vu. Mais Rajane ? Après tout, il parait que les animaux sont plus sensibles et parfois plus observateurs que les humains. La Grand Maîtresse Jedi avait fini d'installer la selle lorsqu'elle enfourcha le varactyl. Le Maître Jedi monta en scelle derrière la femme. Après quelques pas de la bête, le Veilleur répondit à la doyenne de l'Ordre.


    - Ainsi, vous collaborez indirectement, et à l'heure actuelle, à distance avec la Confédération ? Vous jouez à un jeu dangereux Grande Maîtresse Ombrelune. Si jamais l'Alliance venait à apprendre que nous avons le moindre contact au sein de la Confédération, je pense qu'ils enfermeraient les Jedi basés sur Coruscant. Ce conflit ne nous regarde pas. L'Ordre Jedi ne doit pas perdre son énergie dans ce conflit et se concentrer sur la véritable menace Sith qui ressurgit du passé. Le maintien de la paix galactique entre l'Alliance et la Confédération doit se faire par la voie diplomatique. La neutralité et la défense de nos intérêts passent avant tout. Bien entendu, nous devrions également soutenir les planètes indépendantes de ces deux factions afin de s'assurer qu'elles ne subissent pas une annexion forcée par l'Alliance ou la Confédération. Notre soutien pour garantir l'indépendance de ces planètes nous assurera un appui politique -et pourquoi pas militaire- qui nous sera utile pour rappeler à l'Alliance que celle-ci ne doit pas se laisser aller à des dérives expansionnistes. Par ailleurs, nous les préserverons de la Confédération et ces mondes neutres seront épargnés par un hypothétique conflit ouvert d'ampleur galactique qu'ils n'ont pas réclamé.

    Attendant une réponse d'Arsenicia, Exio était attentif à Rajane. Après tout ce genre de monture pouvait s'avérer être plutôt discrète la nuit puisque non motorisée. Peut-être que l'Ombre Jedi pourrait avoir besoin de cette femelle varactyl à l'avenir lors de missions sur des planètes au terrain trop accidenté pour un speeder classique...


Dernière édition par Aquilus Oblivarion le Mer 27 Juin - 1:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Lun 2 Juil - 18:22

[Sorry pour l'attente et la qualité du poste X.x]

    Suivant l'animal, Arsenicia se rendit jusqu'à la sellerie où une odeur de brulé flottait dans l'air. Plissant le nez, elle passa cependant outre cette odeur pour s'occuper de la Vatactyl femelle. La Jedi possédait des sens un peu plus aiguisés que ceux des humains, de ce fait l'odeur était bien plus forte pour elle qu'elle ne l'était pour Aquilus. Par ailleurs, lorsqu'elle jeta un coup d'oeil dans la direction du maître Jedi, après avoir équipé Rajane, celui-ci semblait en proie à de douloureux souvenirs. La Jedi l'appela par son nom, mais celui-ci ne sembla même pas le réaliser. Il porta la main à son coeur, probablement dû au souvenir qui semblait repasser devant ses yeux. Cette vision fit, quelque part, mal à la Grande Maîtresse Jedi qui aurait aimé pouvoir en savoir davantage sur l'Ombre Jedi, et ainsi l'aider à aller mieux. Arsenicia pouvait se montrer particulièrement froide, ou sèche, mais en temps normal elle était plutôt chaleureuse voir maternelle avec les autres Jedi, étant la doyenne de l'Ordre. Elle tenait cela de sa propre mère, un véritable modèle pour la Maîtresse Jedi.

    Avec soulagement, elle vit Aquilus revenir à lui et enfourcha la Vatactyl. Le Veilleur pensait peut-être qu'elle ne l'avait pas vu, et si tel était le cas Arsenicia préférait ne rien dire. S'il voulait en parler avec elle, alors Arsenicia l'écouterait, mais en attendant ... Il vint s'installer derrière elle, prenant bien garde de ne pas la toucher, ce qui la fit soupirer. Si Rajane décidait de s'offrir une petite course, Aquilus allait devoir s'accrocher à quelque chose et ce qui se présentait en premier lieu à lui était la taille de la Grande Maîtresse Jedi.

    Le Veilleur répondit enfin alors que Rajane commençait doucement à marcher, les deux personnes sur dos effectuant un imperceptible mouvement de balancier à chacun de ses pas. Pour une créature aussi massive, la Varactyl était plutôt discrète, ce silence et cette proximité avec cet autre être vivant était apaisante, intérieurement la Jedi se promit de venir revoir Rajane plus souvent, la nuit, lorsque le Temple dormait encore et qu'elle était déjà éveillée. Lorsqu'il eut terminé, Arsenicia prit quelques instants avant de lui répondre, sa voix n'étant qu'un doux murmure.


    « Je ne collabore pas personnellement, Aquilus. Mais le Conseil est partagé, vous devriez le savoir. D'un côté ceux qui soutiennent l'Alliance malgré sa politique anti Jedi, et ceux qui soutiennent la Confédération. Par ailleurs, les deux points de vue se défendent. Ceux qui soutiennent la Confédération ont peur, Aquilus. Peur d'un nouvel Ordre 66, ce qui est compréhensible. Quant à ceux qui soutiennent l'Alliance ... Ils font confiance à ce régime qui a toujours réussit à conduire la galaxie dans le bon sens, bien que ce ne soit pas sans difficulté. Quant à la menace Sith ... nous savons qu'ils sont de retour, oui, mais nous les connaissons, Aquilus, nous connaissons leurs méthodes. Et je pense fortement qu'ils n'hésiteront pas à infiltré l'Alliance et la Confédération pour se servir d'une de ces puissances, ou pourquoi pas des deux, même si l'AG reste la meilleure option avec sa politique anti-Jedi. Imaginez ce qui pourrait se passer si les Sith parvenaient à en prendre le contrôle ? Cela est déjà arrivé par le passé et l'Ordre a failli ne jamais s'en relever. Je ne dis pas que je cautionne tout cela, mais je ne peux m'empêcher de me méfier. L'Ordre pourrait être totalement neutre, mais alors serait-il plus facile de débusquer les Sith ? Alors que l'AG et la Confédération nous ferme leur porte car nous ne sommes plus des leurs ? Et si nos ennemis ancestraux profitaient de notre isolement pour frapper ? Serions-nous à même de les vaincre seuls ? »

    La Jedi soupira longuement. L'Ordre se trouvait dans une situation inconfortable, elle n'en avait que trop conscience. La traque des Sith était une chose et en tant qu'Ombre Aquilus y tenait plus que tout, mais Arsenicia, de nature, se méfiait des politiques, que ce soit ceux de l'AG, de la Confédération ou de sa propre planète. Ils étaient influençables, parfois avides de pouvoirs et de richesses ... certain étaient droits, mais si peu nombreux comparaient aux autres.

    Alors qu'ils parlaient, Rajane les avaient conduit un peu à l'écart du Temple, dans un coin relativement tranquille. Levant les yeux vers la voute nocturne, le regard de la Jedi se perdit parmi les étoiles. Ses pensées, quant à elles, se tournèrent vers Sarisa, son amante, et au rôle qu'elle tenait dans la Confédération ... Ce n'était pas pour rien que les deux femmes avaient décidées de garder la nature de leur relation secrète. Quant au fait qu'elles se connaissaient ... De part son âge Arsenicia connaissait nombre de Jedi, Sarisa en faisait partie. A cela, personne ne pouvait redire quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Ven 6 Juil - 11:03

    En écoutant d'une oreille attentive les conversations de ses deux maîtres... oui, même si elle ne comprenait pas grand-chose, Rajane se montrait toujours attentive, car entendre leurs vois était pour elle quelque-chose qui avait tendance à la calmer, à la rendre sereine... la varactyl ne put se rendre compte que d'une chose : que ce soit en rapport avec le temple ou avec leur vie personnelle, quelque-chose semblait perturber les Jedi... elle se demandait ce qui pouvait bien perturber la vie de guerriers aussi puissants que les chevaliers de lumière. Après-tout, elle, de la vie de ses maîtres, tout ce qu'elle connaissait, c'était cet enclos, qu'elle ne quittait que lorsqu'un cavalier venait la monter, ou alors, mais c'était encore en de très rares occasions, quand on avait besoin d'elle, afin d'aller affronter les armées ennemies, afin qu'elle redevienne ce pourquoi ils l'avaient dressés à la base : une monture de guerre. Il était vrai qu'à la base, elle était censée être l'animal de compagnie de sa jeune propriétaire, sa petite-mère Anaru, mais lorsque celle-ci était arrivée au temple en insistant pour que la créature vienne avec elle, les seigneur Jedi n'avaient émis qu'une seule condition : il fallait que, comme tous leurs animaux, la varactyl soit domptait pour leur être utile, ils ne pouvaient pas se permettre que l'une des leurs ne ramène son animal sans que celui-ci n'apporte rien à leur groupe. Alors elle était devenue une varactyl de guerre, une guerrière destructrice de droïde et assassin de soldats... autant vous dire qu'elle était bien différente que de ce que son premier propriétaire voulait faire d'elle : une simple varactyl de course.

    Mais avec tout-cela, avec son monde qui ne s'arrêtait qu'au grillage de l'enclos et aux ordres que lui donnaient ses maîtres, Rajane ignorait tout des ennuis que traversaient en ce moment l'ordre des Jedi, elle ignorait tout des ennuis qu'ils avaient avec l'Alliance... heureusement, d'ailleurs, qu'un animal ne pouvait pas vraiment se rendre compte de se genre de chose, sauf si, à travers la Force, quelqu'un le lui expliqué. Autrement, chaque fois qu'elle aurait sentie près d'elle un membre plus ou moins proche de l'Alliance, à l'intérieur même de son territoire, elle se serait efforcée de le chasser... peut-être qu'elle ne lui aurait pas fait de mal, mais elle l'aurait poursuivit en claquant du bec. Pour elle, rien n'était plus précieux à ses yeux que les Jedi, elle avait une fidélité, une soumission et un amour total pour ses maîtres. Leurs ennemis, ceux qu'elle arrivait à reconnaître grâce à ses sens, grâce à son instinct, qu'ils fassent partis de l'Alliance ou de l'ordre Sith... toutes ces personnes ne valaient pas mieux à ses yeux qu'une souris qui se promènerait dans sa mangeoire, et elle ne rêvait que d'une chose : l'écrabouiller sous sa grosse patte, afin que ses précieux maîtres soient débarrassés de cette gène. Certes, un varactyl seul ne pouvait pas changer l'univers... mais finalement, avoir la fidélité d'un tel animal pouvait se montrer être un avantage de poids.

    Lentement, les deux bipèdes et leur monture se dirigèrent donc vers la sellerie. Rajane se sentait tellement excitée qu'elle avait du mal à tenir en place... elle avait envie de courir autour de ses maîtres, en poussant son cri d'oiseau strident, en leur montrant sa joie. Ça faisait des années qu'elle avait appris à se tenir dignement, elle serait même capable de se montrer digne de faire partie d'un défilé royal... elle devait se tenir droite et immobile des heures durant, si on le lui demandait... alors, malgré son désir de sauter comme une folle, elle se tint tranquille, marchant devant ses maîtres, et lorsque la jeune femelle disparue dans la sellerie pour prendre ce qu'il fallait pour l'équiper, elle se tint immobile, calme, attendant qu'on lui mette son matériel. Pour s'occuper l'esprit, elle observa la petite ampoule, au-dessus de la porte de la cabane... celle-ci clignotait, souci de cour-circuit que personne n'avait jamais pris la penne de réparer. Ça laissait échapper une odeur de brûlé qu'elle trouvait désagréable, c'était la raison pour laquelle elle évitait généralement ce coin de l'enclos, quand personne ne venait la monter. C'était étrange comme ce lieu pouvait sembler rudimentaire, pour l'époque à travers laquelle nous vivions. La varactyl n'avait pas vécue les même malheur que le maître Oblivarion... elle, elle n'avait pas connue ses parents. Son père n'avait été présent auprès de sa mère que le temps de la saillie, et quand à elle, elle était morte dans un accident de course bien avant son éclosion. C'était Anaru et sa famille, qui l'avaient fais éclore... sans son esprit, c'était elle et sa soeur, ses deux petites-mères, et jamais la créature ne s'était posée de question sur ses origines. C'était ce que les choses étaient, et puis voilà. La seule chose à laquelle elle pensait, en regardant cette ampoules, c'était que les étincelles étaient plutôt jolies...

    Continuer à observer cette ampoule lui permis de se maintenir calme, tendis que la jeune femme-féline sortie de la sellerie pour lui installée sa selle sur la dos, à l'emplacement prévue exprès pour ça, où les plumes de sa crête avaient étés taillées. Tout ce qu'elle fit comme mouvement, ce fut de se dresser un peu sur ses pattes, pour lui faciliter la tâche de pouvoir passer ses sangles sous son ventre. Tout à coup, l'air autour d'elle vibra, et cela lui donna un frisson... ce n'était pas du froid. Rajane ressentait parfois les émotions de ses maîtres, en ressentant la Force qui sortait d'eux... ces vibrations, elles venaient de la force de l'homme, qui se tenait tout près des deux femelles. La varactyl se tourna vers lui... son visage était paint en une expression d'effroi, presque de peur... elle voyait, à travers son regard, qu'il n'était plus ici, avec elles... il était loin, très loin, en un autre lieu, peut-être même à une autre époque, et ce qu'il voyait, des images de cauchemar, ne lui plaisaient pas. Pendant un moment, elle faillit s'avancer vers lui, mettant en l'air le travail de sa maîtresse qui avait presque finit de la seller, et poser délicatement son bec sur sa manche,dans un geste amical, avec l'air de demander "Qu'est-ce qui ne va pas ?". Mais elle ne le fit pas, car cette passade disparue aussi rapidement qu'elle était apparue, et le maître sembla redevenir normal, bien que son aleau de Force semblait maintenant parcouru de tentacules sombres. Elle ne savait pas quel souvenir il avait pu se remémorer, mais ce n'était pas un bon souvenir. Mais il semblait allé bien, il n'avait pas l'air d'avoir besoin d'elle, et cela ne mettait pas sa vie en danger... si il avait eu besoin d'aide, il en aurait parlé... alors, tendis que ses cavaliers prenaient place sur sa selle, elle fit en sorte de ne plus penser à cela, mais elle se dit qu'elle allait garder malgré-tout l'esprit ouvert à son maître, au cas où elle sentirait à nouveau qu'il se sentait mal, et qu'elle essaierait de lui venir en aide, si elle en avait la possibilité.

    Cette nuit, pour la promenade, il n'y avait pas de mord, ni de renne... sa maîtresse lui avait mi la selle parce que c'était toujours plus confortable que de la monter à nu, mais elle semblait avoir décidée de la dirigée soit par la force de la parole, soit par la caresse, soit par la Force elle-même, ou alors en la laissant simplement marcher à sa guise. C'était bien, le grand lézard-oiseau préférée quand les choses se passaient comme-ça. Le mord, c'était très désagréable, quand c'était enfoncé dans le bec... certes, il avait été fabriqué en cuir avec des bords arrondis, ce qui l'empêchait de lui mal quand on tirait sur les rennes pour qu'elle tourne dans telle ou telle direction, mais quoi qu'il en soit, ça tirait quand-même... ça ne la blesserait pas, ça ne la ferait jamais saigné, mais ça faisait un peu mal, sur sa peau. Elle ne disait jamais rien quand on le lui mettait... mais se mélangeant à leur pouvoir de Force, Rajane lança vers eux une émotion de gratitude, à la fois parce qu'ils passaient du temps avec elle, mais aussi parce qu'ils ne lui imposaient pas le mord. Un maître normal ne pourrait ressentir ça... eux, elle savait que temps qu'ils resteraient ouvert à leur monture, ils en seraient capable, grâce à la Force, tout comme elle pouvait ressentir leurs émotions.

    Elle marcha lentement, tranquillement... pour le moment, elle ne ressentait pas le besoin de courir, et ses maîtres ne le lui demandaient pas. Si il avait fait grand soleil, une chaleur qui lui faisait bouillir le sang et lui donnait envie de se dégourdir les pattes, elle aurait pue se lancer dans une course... mais il faisait nuit, les seules rayons qu'elle recevait sur ses écailles étaient ceux argentés de la nuit... il faisait trop calme, trop silencieux, trop bon, pour qu'elle ait envie de gâcher cette nuit avec le martellement de ses pattes. Tout ce qu'elle voulait, c'était se balader, et elle était heureuse de pouvoir le faire avec les deux Jedi, qui au moins, en sa présence, pouvaient parler tranquillement... jamais elle n'irait reporter leur conversation, et d'ailleurs, même si elle leur prêtait une oreille attentive, elle ne comprenait jamais rien à ce qu'ils disaient. C'était surement en cela, que les gents aimaient les animaux... au moins, ils étaient des êtres simples. Jamais de protestation, de reproche, de remarque... les bêtes comme Rajane se contentait d'écouter, et d'être présent, et il était toujours rassurant d'avoir auprès de sois quelqu'un pour nous écouter.

    A force de marcher, la bestiole arriva devant l'entrée de son enclos, par où les deux-pattes rentraient, généralement... elle dépassait le sommet du portail d'une bonne tête. Voir toujours le même paysage avait tendance à la rendre malade, elle avait envie de sortir de l'enclos. Elle posa une patte sur le portail, comme pour en demander l'autorisation... normalement, elle n'avait pas le droit de sortir de l'enclos sans être accompagnée par l'un de ses maîtres... et comme ni l'un, ni l'autre de ses cavaliers ne protesta, elle finit de l'escalader avec la vivacité d'un félin et se retrouva à marcher en dehors de son lieu de vie, dans les jardins du temple réservés aux Jedi. Elle marchait sur les chemin de terre ou de pierre, évitant les parterres de fleurs qu'elle aurait pue balayée d'un simple coup de queue sans le faire exprès. Une fois à l'extérieur, elle s'éloigna du temple, et profita d'un bain de rayon de lune. Mis à part les sons de ses pattes, les vois de ses maîtres qui continuaient à bavarder et le bruit de sa respiration, on entendait dans la nuit que les chants d'insecte qu'elle écoutait chaque nuit, avant de s'endormir, un peu comme une berceuse. La bête marchait docilement, tantôt allant où elle voulait, elle, et d'autre-fois, lorsqu'un cavalier lui ordonnait de prendre une direction, tournant. Plus ils s'éloignaient du temple, plus le sol devenait de la terre, les chemins disparaissait... bientôt, elle se mit à marcher dans de l'herbe, qui lui chatouillait agréablement les pattes. Elle avait envie de se rouler dans cet herbe... mais elle se retenait, n'oubliant pas qu'elle avait des chevaucheurs sur la selle de son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Mer 11 Juil - 13:35

    Entraînés par Rajane, les deux Jedi avançaient à travers le manteau nocturne tout en parlementant. Rapidement, le Spectre Gris se rendit compte qu'il devrait s'accrocher aux hanches d'Arsenicia pour ne pas être désarçonné. Cette scène pouvait paraître amusante, mais Exio n'avait encore jamais eu à monter sur le dos d'une créature vivante, aussi cette première expérience lui apprit qu'il devait s'accrocher rapidement. Il avait une certaine gène à toucher le corps de la Grande Maîtresse Jedi et espérait qu'elle ne lui ferait pas de reproches à ce niveau là. Après tout, elle occupait l'une des places les plus importantes au sein du Conseil Jedi. Peut-être verrait-elle ceci comme un stupide excès de sociabilité indigne d'un Maître Jedi. Aquilus répondit à Arsenicia.

    - Cette guerre froide reste purement superficielle et sera déclenchée par des va-t-en-guerre en quête de violence au nom d'idéaux transfigurés pour leurs intérêts. Les mesures anti-Jedi prises par l'Alliance Galactique ont été votées démocratiquement. Nos soutiens de la Confédération auraient donc du se taire et accepter la décision prise par le plus grand nombre puisque leur idéal est également démocratique. Si leurs libertés et la notre sont étouffées, elles sont pourtant issues d'un vote démocratique et républicain. Même si l’Alliance Galactique n’est pas la République, que vous me parlerez sans doute de corruption ou d’autres aspects, le Triumvirat se fiche pas mal de l’Assemblée, les 2/3 de ce Triumvirat sont élus par des sénateurs. Et si ceux-ci ne sont pas assez clairvoyants pour sentir les mauvaises choses arriver en faisant leurs choix, dans ce cas ils ne méritent pas leur place, car mine de rien, directement ou indirectement ce sont eux qui on placé l'Amirale Daala à la tête de l'Alliance. Encore une preuve de la défaillance de ce système politique bien trop surestimé et posé en tant qu'idéal à suivre... Quelle ironie, les voilà prisonniers du même système qu'ils défendent quand celui-ci leur est favorable seulement...


    Les dernières phrases lâchées avaient un arrière goût d’amertume, voire d'un certain mépris. Contrairement à de nombreux Jedi -pour ne pas dire leur grande majorité- Exio Breakshield ne tenait pas la démocratie dans son cœur. Ou du moins, il détestait fondamentalement l'idée reçue selon laquelle, n'importe quelle démocratie valait mieux qu'une dictature. Pour l'Ombre Jedi, il fallait être particulièrement réducteur et idiot pour considérer que la politique se résumait à des raccourcis du type démocratie = bien, dictature = pas bien. Après tout, l'accession de Palpatine au pouvoir s'est faite de façon démocratique, peu importait les influences ou l'étendue de la corruption du Sénat; c'était bien ce dernier qui avait donné les pleins pouvoirs à Darth Sidious de façon complètement légitime et sous un tonnerre d'applaudissements. Qui plus est, l'éradication des Jedi était passée inaperçue et avait été également applaudie par la même occasion. Aussi, laisser le pouvoir à une minorité élue par des masses ignorantes ou irresponsables pouvait s’avérer autant dangereux –si ce n’est pire- qu’un tyran régnant en seul maître dans un système totalitariste.
    A chaque danger, l'Ordre Jedi s'était interposé et avait sauvé les populations menacées par leurs propres erreurs. Mais dès que la paix revenait, les Jedi étaient de nouveau persécutés. L'ingratitude des civils et gouvernements vis à vis de l'Ordre Jedi semblait être monnaie courante et se répétait dans les différents cycles historiques de la galaxie. Le plus surprenant pour Aquilus était le fait de voir ce cycle se répéter sans fin, et sans que l'étape persécution qui s'ensuivait ne semblait déranger le moins du monde l'Ordre Jedi.

    Était-ce vraiment rendre service à la galaxie de soustraire des peuples entiers aux conséquences de leurs actes ? De leur enlever leur responsabilité lors de choix critiques ? Pour Exio la réponse était non. Agir de la sorte, c'était ne jamais mettre un peuple en face de ses responsabilités pour les assumer, réaliser leurs erreurs et progresser. Agir de la sorte, c'était s'assurer également qu'ils seraient toujours dépendants aux Jedi dans les pires moments de leur existence. Les laisser dans un assistanat permanent. Par contre, ces mêmes peuples ne voulaient pas des Jedi dans d'autres cas. Pour l'Ombre Jedi, l'avenir de l'Ordre Jedi était simple: quitter les secteurs cartographiés de la galaxie pour s'établir en exil et vivre paisiblement tout en ayant peu contacts avec le reste de la civilisation, uniquement en ce qui concernait certains items que les Jedi ne pouvaient pas créer. Peut-être qu'ainsi, les Jedi connaîtraient enfin la paix et la sérénité nécessaire à leur étude de la Force et à leur ascension spirituelle ? Cependant le Maître Jedi savait parfaitement que ce jour ne viendra que lorsque la galaxie connaitra de façon irréversible la paix. Encore fallait-il que ce jour puisse arriver... Néanmoins, les paroles d'Arsenicia avaient au moins eu le mérite de faire réfléchir Exio sur ses prises de position.


    - Néanmoins, les Wookies et les Mon Calamaris ont toujours démontré une certaine reconnaissance vis à vis des Jedi. Il est regrettable qu'ils en soient venus à coopérer avec les cartels Hutt, mais vous avez raison sur le fait que nous ne devons pas abandonner la Confédération à leur sort. Cependant, ces deux peuples faisaient jadis partie de l'Alliance et suivaient la démocratie de celle-ci. Aussi, les mesures qui ne leur plaisent pas ont bien été choisies et appliquées de façon démocratique, directement ou indirectement. Mais vous avez parlé des Sith. Il est plus que certain qu'ils profiteront de la situation pour essayer de nous balayer. Et si ce que vous dites est vrai, alors ils ont déjà infiltré des éléments parmi les séparatistes de la Confédération et l'Alliance. Avons-nous déjà infiltré ces deux factions afin de pouvoir les contrecarrer ou pour les empêcher d'accéder aux hautes sphères du pouvoir ? Il est vrai que l'isolement n'est peut-être pas la meilleure solution en fin de compte... Nous devrions en discuter avec le reste du Conseil Jedi. Avec votre permission, j'aimerai avec quelques Jedi me lancer dans une opération d'exploration de planètes connues pour avoir abrité des Sith par le passé. Peut-être que nos actions à l’encontre des Sith nous accordera plus de crédit vis-à-vis de l’Alliance... Notamment si cette dernière est victime d’une de leurs attaques…

    La dernière phrase de l’Ombre Jedi était restée évasive et trahissait une ébauche de plan qui semblait s’esquisser peu à peu dans l’esprit de l’humain. Quant à la permission d'Arsenicia Ombrelune, il s'agissait plus d'avertir la Grande Maîtresse de l'Ordre de ce projet plutôt qu'une demande d'autorisation...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Sam 28 Juil - 4:18

    Entre ses doigts fins, Arsenicia tenait la bride de Rajane bien qu'elle n'en avait guère l'utilité, si ce n'est pour ne pas tomber. La Varactyl pouvait marcher seule, la Maître Jedi avait parfaitement confiance en elle pour ne pas les emmener dans un endroit dangereux. La pale lueur de la lune se reflétait quelque peu sur la chevelure brune d'Arsenicia, lui conférant d'étranges reflets. Avec un certain amusement, elle sentit Aquilus s'agrippait à ses hanches pour ne pas perdre l'équilibre sur le dos de Rajane. En effet, celle-ci se balançait légèrement à chaque mouvement et si les deux Jedi ne prenaient pas garde, l'un des deux pouvait perdre l'équilibre et faire une chute, ce qui serait fort désagréable et probablement assai douloureux. Cependant, Arsenicia sentait également la gêne du Jedi, un simple écho de la Force. Tournant légèrement la tête, elle sourit en coin.

    « Détendez vous, Aquilus. »

    Celui-ci ne répondit pas à ces quelques mots, mais il revint sur ce qu'Arsenicia avait dit précédemment. La politique ... Voilà bien une chose qui agaçait la Grande Maîtresse Jedi mais, hélas, c'était là une chose dont la Galaxie ne pouvait se passer et qu'elle côtoyait plus ou moins de temps en temps. Les sénateurs ... tous des hommes et des femmes si facilement corruptible ... L'Arcadienne n'avait que très peu confiance en ce système politique, mais la Confédération pouvait également être corrompue ... C'était là le risque encourut pour chaque régime politique. La Maître Jedi ne lui répondit pas de vive voix et se contenta de hocher la tête, se remémorant les quelques années où elle avait dû fuir le régime impérial, puis où elle avait assisté à la création de la Nouvelle République ... Pendant ces quelques années, elle n'avait guère été présente dans la Galaxie, restant à l'abri sur sa planète où elle pouvait apprendre et s'entrainer sans danger ... Naakti avait été l'une des seules à se rendre là-bas. Pendant le discourt d'Aquilus, elle ne pouvait s'empêcher de penser brièvement à Sarisa, cette jeune Hapienne confédérée qu'elle ... qu'elle aimait. Les choses étaient décidément bien compliquées.

    Lorsqu'il revint aux Sith, la Grande Maîtresse Jedi se montra plus réceptives. La politique n'était pas sa tasse de thé, hélas, et elle s'en passerait bien si elle le pouvait ... Quant aux Sith infiltrés ... Il s'agissait d'une intuition et d'un minimum de déduction. Pour elle, il était clair qu'ils tenteraient de balayer les Jedi et le meilleur moyen était clairement de prendre le contrôle de l'Alliance Galactique ou de la Confédération, l'Alliance restant le meilleur choix. Se tournant légèrement vers Aquilus, Arsenicia lui répondit d'une voix emprunte de calme, presque un chuchotement mais pourtant parfaitement audible par l'Ombre Jedi.

    « Nous avons des Jedi dans les rangs de l'AG tout comme dans ceux de la Confédération. Nous jouons véritablement un jeu dangereux, Aquilus ... très dangereux. J'ai peur que cette situation conduise notre Ordre à un schisme si la guerre venait à être déclarée ... Les pros AG et les pros Confédération ... Peut être serait-il plus sage de nous déclarer totalement neutre et d'agir dans l'ombre pour préserver cette mince paix qui perdure dans la galaxie, pour l'instant du moins ... »

    Elle soupira longuement, comme emprunte d'une grande tristesse ... Si une telle chose devait arriver, ce serait la catastrophe. Puis, revenant à la demande du Maître Jedi, elle l'étudia quelques secondes. Cela lui semblait être une bonne idée et peut-être trouverait-il plus que ce qu'il cherchait lors de cette mission.

    « Vous n'avez pas besoin de ma permission pour une telle entreprise, Aquilus, car même si je vous interdis d'agir vous le ferez tout de même. Mais allez-y, faites ce que vous jugez nécessaire et si vous avez l'occasion de ramener ou détruire des artefacts Sith et neutraliser quelques-uns de nos ennemis ancestraux ... Vous avez ma bénédiction... Quant au Conseil ... Oui, nous devons nous réunir, le rapidement possible, certains choix doivent être faits. Dites-moi, Aquilus. Pensez vous que nous devrions adopter la neutralité vis-à-vis de cette guerre froide ? Et agir dans l'Ombre pour traquer les Sith et tenter de préserver cette paix précaire ? Tout en espérant de pas nous tromper d'ennemis ... les Sith ne sont pas les seuls à qui la guerre profiterait, je le sens. »

    Se penchant légèrement en avant, Arsenicia passa le plat de sa main sur les écailles de Rajane, appréciant ce contact à la foix doux et pourtant si dure, si résistante. Parfois, elle enviait la Varactyl qui n'était pas atteinte pour tous les problèmes de cette galaxie ... Pour Rajane, la vie devait être simple. Cela faisait bien longtemps que la vie d'Arsenicia n'avait pas été simple, mais tel était son choix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Mer 1 Aoû - 9:25

    Parfois, il était un peu une chance que Rajane ne puisse pas comprendre les paroles de ses maîtres et qu'ils ne puissent pas comprendre son langage si particulier... son grand-bec lui attirerait autrement parfois leurs foudres, ainsi que quelques ennuis. Par exemple, à la conversation du mâle et de la femelle bipède, elle aurait pue faire remarquer : "Et ceux de votre espèce se disent civilisés... finalement, si les humains et autres espèces intelligentes étaient restés des animaux, les mondes des galaxies ne seraient pas en tel danger. Chez-nous, il n'y a pas de corruption, pas de tyran ni de république, et encore moins de guerre... seulement les besoins naturels de chacun et nos tentative de survivre." Aurait-elle eue tord ? Peut-être, peut-être pas... pour ma part, je ne le pense pas. Les animaux devaient peut-être se battre pour survivre, mais ils avaient une vie beaucoup plus simple que celle des autres. Cependant, elle se serait peut-être montrée un peu trop insolente, en le disant ainsi...

    La créature à plumes et à écailles se dandiner beaucoup, effectivement, lorsqu'elle se déplaçait, ce qui pouvait représenter une gêne, voir rendre la chevauchée inconfortable pour ses maîtres, et peut-être même dangereuse à certains moments... c'était la raison pour laquelle la plupart de ses selles étaient rembourrée, pour au moins leur offrir un coin bien mou où s'asseoir, et celle dont elle se servait pour courir était munis de sangle pour attacher les jambes... mais hélas, c'était ainsi. Même si Rajane le voulait, elle ne pourrait empêcher son corps de gigoter de droite à gauche lorsqu'elle marchait, et marcher de cette façon était dans sa nature, elle ne s'était même jamais rendue compte de la gêne que cela occasionnait pour ses cavaliers. Les corps des varactyls étaient plus larges que haut, et leurs pattes étaient énormes et écartées, afin de bien pouvoir répartir leur poids sur tout la surface de la terre sous leurs pieds... sans cela, ils seraient aussi lents que des escargots, car écrasaient sous leur propre masse. Mais afin de ne pas perdre l'équilibre en levant l'une de leur patte, ils devaient pencher leur corps dans un autre, et leur queue dans une autre, c'était là un mouvement de balancier commun à de nombreuses espèces qui les empêchait de s’étaler au sol, comme le faisaient les nouveau-nés qui devaient encore apprendre de leurs mère à marcher convenablement. C'était donc naturel et normal qu'elle se mouve ainsi en se déplaçant... pas parce qu'elle se dandiner de la queue pour se montrer plus attractive, si vous voyez ce que je veux dire...

    La balade se prolongea, tout comme la conversation des Jedi. Tout comme eux, la monture arrivait à sentir leurs sentiment par la Force grâce à ses sens... certains l'amusait, et elle ne le cachait pas. Son esprit était parasité par des éclairs roses qui étaient des rires intérieurs. Les grands pas de Rajane finirent par quitter le sol herbeux, afin de mener le petit trio en face d'un à-pic rocheux qui se trouvait juste en face de leur lieu de vie. Le terrain était fait d'une pierre tranchant qui agressaient les écailles du lézard géant, sans pour autant entamer sa peau de cuire résistante... il faudrait que quelqu'un vienne gratter les écailles cassées de ses pattes, dans la semaine, afin de des neuves puissent pousser librement. Le bas de cet à-pic n'était qu'ombres mouvantes, car il s'y dressait un champ d'herbes hautes... mais au milieu de la nuit, même sous les frais rayons de la sphère d'argent, il était impossible de bien distinguer tout-cela... on avait plutôt l'impression de voir l'ombre des vagues d'une mer silencieuse. Rajane n'avait jamais vue la mer, mais par des moyen de communications propres aux animaux, grâce aux oiseaux migrateurs de cette planète, elle en avait déjà entendue parler... si bien qu'elle aimait bien s'amuser à se l'imaginer. La mer semblait être quelque-chose de très beau, elle espérait un jour que ses maîtres l'y emmènerait... mais hélas, comment faire passer une requête aux Jedis quand on était pas capable de parler leur langage ? La varactyl pouvait ressentir leurs émotions, à travers la force, et faire passer les siennes, mais elle n'avait encore jamais appris à parler de cette façon... elle ignorait même si cela était possible. Alors elle se contentait de regarder, et de rêver...

    La varactyl vira sur la droite et elle longea l'à-pic, un oeil pointé sur la ligne du sombre horizon, un autre louchant vers le vide. Elle se maintenait suffisamment éloignée du bord pour ne pas prendre le risque de tomber... même lorsqu'elle avait la tête dans les nuages, ou plutôt, vu la situation et le moment où ils se trouvaient, dans les étoiles, elle gardait son instinct et ses sens en éveil, et si elle ne le faisait pas pour elle, elle le faisait pour ses cavaliers... mais également suffisamment près pour qu'ils puissent sentir l'odeur de l'herbe apporté par le vent frai nocturne. Temps que les deux maîtres Jedi ne lui donnaient pas de directive, elle continuait à aller où bon lui semblait, à se promener librement, sans trop s'éloigner du temple, et en gardant un oeil sur les dangers... ils étaient rares, aux alentours, la Force les repoussait. Rajane était bien, elle aimait cette balade, et elle en profitait... finalement, elle avait bien de la chance, de n'être ce que certaines personnes appelaient "qu'un simple animal"... au moins, elle, elle n'avait pas à souffrir des craintes de l'esprit, elle n'avait pas à s'inquiéter des histoires de guerres, de politiques et autres bêtises que les gents dits évolués n'avaient inventer que pour se compliquer la vie... tout du moins, c'était ainsi qu'un varactyl voyait les choses. Mais survivre était déjà assez dur comme-ça sans qu'elle ait besoin de se compliquer encore plus la vie avec les soucis des bipèdes... peut-être que si, parfois, ils agissaient, au lieu de passer des plombs à parlementer, comme tout bon être instinctif qui se respecte, les choses seraient plus simples, pour eux...

    L'ouïe fine de la créature continuait à lui rapportait les bribes de la conversation de ses maîtres... et elle sentit dans la voie de la femme-féline un peu comme de la tristesse. Leur conversation semblait porter sur quelque-chose de tragique, et même les douces caresse de sa maîtresse, qui réussirent à lui arracher un ronronnement, le lui firent pas oublier cela. Comme si elle cherchait à la rassurer, elle tourna le bec et lui donna un coup de langue sur les doigts. Rajane ralentit quelque-peu, comme si elle cherchait à mieux écouter... si quelque-chose de malheureux se préparait, elle se demandait si elle aurait un rôle à jouer dedans...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Dim 5 Aoû - 15:41

    Aquilus se sentit un peu plus à son aise lorsque Arsenicia lui suggéra de se détendre. Néanmoins, il tenait à conserver une certaine distance avec la doyenne de l'Ordre Jedi. Simple mesure de précaution pour ne pas se montrer irrespectueux ou qu'elle puisse s'imaginer des choses. Au fur et à mesure de la ballade, l'Ombre Jedi s'habituait à la démarche gracieuse de Rajane.
    Apprenant à son tour à se maintenir en équilibre en contrebalançant les mouvements du varactyl. Tenir sur le dos de l'animal devenait plus aisé qu'au début.

    Au final, Exio pensait bien que l'utilisation de montures telles que celle-ci seraient bien utiles à certaines de ses missions sur des planètes au terrain trop accidenté pour utiliser des speeders classiques. Une alternative à la marche à pied, qui dans certaines situations était beaucoup trop lente pour se mouvoir. L'emploi de Rajane était une idée qui séduisait de plus en plus l'Ombre Jedi. Cet animal était loyal, fidèle, ne tombait pas en panne, n'avait pas besoin de carburant autre que sa nourriture et de l'eau. Qui plus est, il devait certainement être bien plus silencieux qu'un speeder, un atout de choix pour les missions secrètes du Maître Jedi. La vie de Rajane devait être bien plus simple, néanmoins il remarqua quelques similitudes entre les comportements animaux et civilisés.

    Notamment une constante fréquente: la défense de son territoire. Car certaines bêtes étaient tout aussi farouches et déterminées à protéger les siens et défendre sa terre, à l'instar des Mandaloriens par exemple. La seule vraie différence entre une espèce animale et civilisée était la portée et le pouvoir destructeur que l'espèce pouvait engendrer. Là ou un varactyl pourrait tuer plusieurs personnes et endommager quelques arbres ou bâtiments, les espèces civilisées pouvaient très bien éradiquer toute vie d'un système stellaire. Un grand pouvoir qui nécessitait une grande clairvoyance dans son utilisation afin de ne pas laisser ses pulsions bestiales obscurcir son jugement...

    La réponse d'Arsenicia ne surprit pas l'Ombre Jedi. Il irait ainsi sur Korriban pour commencer à mener son investigation. Le Maître Jedi descendit du dos du varactyl en douceur et en prenant toutes ses précautions et répondit à la Grande Maîtresse de l'Ordre Jedi d'un ton qui se voulait inspirant.


    - Je me rendrais sur Korriban après que le Conseil ait eu lieu. Je vous remercie pour votre bénédiction. Quant à la décision à prendre concernant cette guerre froide, je vous en ferais part au sein du Conseil Jedi. Mais je pense avoir tout dit là dessus. Sauf si naturellement, de nouveaux éléments entrent dans cette équation. Quoiqu'il en soit, sachez que l'Ordre Jedi aura toujours toute ma loyauté, et que je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour le défendre. Bonne soirée Grande Maîtresse Ombrelune.


    Puis il tourna toute son attention sur le Varactyl qu'il caressa sur le front de sa main organique cette fois-ci et avec la même bienveillance que tout a l'heure, comme pour remercier Rajane pour cette promenade. Il en profita pour lui murmurer quelques mots.


    - Quant à toi, merci pour cette promenade au clair de Lune. Prends bien soin de Maître Ombrelune et de toi-même. A très bientôt Rajane.


    Et sans en dire davantage, il s'éloigna en direction du temple Jedi, sa silhouette s'effaçant peu à peu dans la noirceur de la nuit, tel un mirage mystérieux disparaissant.


HJ: Je quitte le rp maintenant histoire d'être complètement dispo pour le Conseil en matière d'informations et déroulement de rp. Mais vous pouvez bien continuer à deux. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Mer 15 Aoû - 6:08

    Une fois Rajane arrêtée, Aquilus descendit de son dos en douceur. Ce ne fut qu'une fois à terre qu'il lui répondit, ne répondant par ailleurs nullement aux questions de la Grande Maîtresse Jedi, remettant cela à plus tard, lorsque le Conseil se réunirait. Il l'informa par ailleurs qu'il se rendrait sur Korriban après que la Conseil ait eu lieu. Il tourna ensuite son attention sur le Varactyl et caressa son front de sa main de chair, l'air bienveillant. Rajane semblait très réceptive à ce qu'il lui disait. Bien qu'il murmura, Arsenicia parvint à saisir quelques mots, son ouïe étant naturellement plus sensible que celle des humains, tout comme le reste de ses sens. Le Veilleur s'éloigna ensuite dans les ténèbres de lui, disparaissant peu à peu. Lorsque sa silhouette ne fut plus qu'un lointain souvenir, la Maître Jedi se pencha sur l'encolure de Rajane et caressa sa peau écailleuse, lui murmurant quelques mots.

    « Et maintenant Rajane,tu me montre à quelle vitesse tu peux courir avant de me ramener au Temple ? »

    Très intelligente, la bête comprit sans qu'Arsenicia ait besoin d'user de la Force sur elle. L'Arcadienne resserra sa prise sur la bride puis laissa le Varactyl s'élancer dans la nature, poussant des cris qui semblaient être de joie. Rajane pouvait atteindre une vitesse assez conséquente et était très agile, elle évitait les arbres avec facilité et s'enfonçait dans la forêt sans réel problème. Parfois, la Jedi devait baisser la tête ou se pencher pour éviter une branche trop basse, mais la balade restait agréable, cependant il fallait s'accrocher et faire attention à ne pas se laisser retomber sur la selle, sinon les fesses allaient en prendre un coup.

    Rajane ralentit son allure lorsqu'elle arrive près d'un lac, à la sortie de la forêt. Tandis qu'elle la laissait se désaltérer, Arsenicia sauta à terre et fit quelques pas pour se dégourdir les jambes. L'air était frais mais pas désagréable et surtout il était très pur. Il n'y avait guère de pollution sur Ossus, c'est ce qui plaisait beaucoup à la Maître Jedi. D'un côté, Ossus lui rappelait beaucoup sa planète natale et lorsqu'elle regardait Rajane, elle la comparait aux montures Arcadiennes, tout aussi rapide et agile que le Varactyl. Cependant, celles d'Arcadia ressemblaient davantage à des félins qu'à des lézards. La Grande Maîtresse Jedi revint près de Rajane et lui donna quelques gâteries à manger tout en la caressant affectueusement de l'autre main. Elle grimpa ensuite sur son dos afin de regagner le Temple Jedi dont elles c'étaient beaucoup éloignées.

    Le retour fut beaucoup plus calme, Arsenicia se laissait bercer par Rajane qui se balançait légèrement à chaque pas. Elle finit même par fermer les yeux et se pencher en avant jusqu'à ce que sa joue soit contre le cou de la bête. La Jedi lança la Force autour d'elle, touchant également l'esprit du Varactyl. Ossus grouillait de vie lorsqu'on prenait le temps de regarder ... Arsenicia se sentait apaisé, sereine même. Elle se promit de revenir voir Rajane plus souvent afin que celle-ci l'emmène en balade nocturne à condition bien sûr qu'elle ne soit pas fatiguée.

    Lorsque les lumières du Temple furent proches, Arsenicia se redressa sur le dos de Rajane et laissa celle-ci regagner son enclos. Une fois devant la sellerie, la Jedi sauta à terre et entreprit de retirer son harnachement à la Varactyl. Une fois cela fait, elle lui donna encore quelques gâteries tout en caressant son front comme Aquilus l'avait fait un peu plus tôt. Au terme de quelques minutes, l'Arcadienne quitta Rajane et regagna l'intérieur du Temple. Bien qu'elle n'ait pas sommeil, elle pouvait toujours méditer un peu en attendant le lever du jour ...


[Si tu n'as rien a jouter, nous pouvons clore. ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   Mer 15 Aoû - 16:28

[Je posterais quand-même un petit quelque-chose pour finir. Pas tout-de-suite, mais je vais le faire ^^ Je préviens quand le sujet peut être fermé]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Jardins de la Lune [Avec Arsenicia + quelqu'un ?]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: