Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Elsen Solara (98%)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Elsen Solara (98%)    Mar 23 Fév - 2:01


Identification


Nom : Solara (Anciennement Syn)
Prénom : Elsen (Anciennement Lauren)
Surnom/Nom de code : Blackbird (Nom de code) - Shade (Ancien code du Consortium) - Blondie (dépréciatif au boulot) - Coeur de glace (idem) - Elsie (pour les proches)
Age : 35 ans (Née en 365 ABY)
Espèce : Humaine
Planète d'origine : Corellia

Faction(s) : Imperium - Imperial Intelligence
Rang et poste : Rang IV - Commandant de l'Intelligence
Classe : Aucune
Formes de combat au sabre-laser : Aucune
Pouvoirs de Force : Aucun



Caractéristiques



Physique :
Force physique : 8
Agilité : 10
Réflexe : 10
Furtivité : 8
Résistance : 5

Mental :
Force mentale : 10
Intelligence : 12
Mémoire : 10
Charisme : 6
Arrogance : 5
Patience : 5

Combat :
Corps à corps : 14
Arme légère : 7
Arme d'assaut : 0
Arme de précision : 8
Arme lourde : 0
Explosifs : 5
Arme blanche : 12
Sabre laser : 0
Maîtrise de la Force : 0
Cybernétique : 2
Pilotage : 5

Intellectuelle :
Linguistique : 8
Électronique : 13
Mécanique : 0
Médecine : 2






Description physique


La commandante de l'Intelligence impériale est comme son rang l'indique une personne de sexe féminin. Membre de l'espèce vivante la plus répandue de la galaxie, celle des humains, il s'agit d'une grande dame toisant le mètre quatre-vingt de hauteur, ce qui est pour un individu féminin de son espèce une taille tout à fait respectable et légèrement supérieure à la moyenne. Sa silhouette se dote d'un poids tout à fait dans la normale pour une grande femme comme elle, vers les 72 kilos, lui apportant donc une apparence plutôt fine. Cependant, Elsen possède quelques muscles discrets lui venant de ses années d'entraînement en tant qu'agent secret de l'Alliance et ses relativement longues années de service dans le milieu des services secrets, étant donné le panel varié des missions qui ont pu lui être confiées : infiltration, renseignements, sabotage, contre-espionnage mais aussi d'assassinat et commando.

Son corps plutôt souple et relativement fin ne lui permet pas d'égaler d'autres de ses collègues question force pure et endurance physique. Cependant, elle s'est longtemps versée dans les techniques de l'art martial et du combat à mains nues pour améliorer un peu cet aspect. C'est ainsi qu'au fil des entraînements et des exercices d'armes, son corps s'est fortifié depuis la délicatesse de ses origines civiles, pour lui permettre d'encaisser quelques coups bien que là encore, elle n'aura pas une résistance éternelle. Du reste, ces techniques lui ont permis de développer une manière de combattre tantôt basée sur la contre-attaque - retourner la force de l'adversaire contre lui entre autres - tantôt plus offensive en se versant dans la furtivité, la rapidité et la précision pour frapper à des zones clés primordiales, moins défendues, ou très sensibles. Elle a conscience des limites de son corps, et essaye de valoriser les points forts de ce dernier en privilégiant des combats aussi courts que possible. Elle a été formée aussi aux arts martiaux spécifiques contre les utilisateurs de la Force, par les techniques de combat Echani et du Teräs Käsi, qu'elle maîtrise suffisamment sans en être spécialiste. En outre, son corps reste encore marqué par des cicatrices, certaines plus ou moins anciennes récoltées au cours de mission et notamment au cours de son retournement.

Pour en revenir à son faciès, son visage est plutôt de forme ovale, aux traits plutôt dessinés et secs. Les yeux de la jeune commandante se trouvent être d'un gris métallique, bien souvent sévères et stricts, au sérieux imperturbable. Cependant, ses yeux sont de nature artificielle, comme le dévoile sa couleur gris métallique peu naturelle. En dehors du fait de pouvoir voir de nouveau, ils lui offrent quelques petits avantages des plus appréciables au combat qui compensent largement l'entretien régulier qui doit être mené à bien. Néanmoins son entourage très restreint peut parfois avoir l'occasion d'entrapercevoir un réel sourire se tisser et éclairer quelque peu sa mine austère. Ses lèvres étaient également fines, légèrement relevées d'un trait discret de rouge à peine visible, d'une sobriété élégante mais discrète. Ses cheveux raides et blonds étaient souvent attachés en queue de cheval haute ou basse, ou en chignon avec deux mèches libres au devant selon les besoins ou son humeur, et très rarement laissés détachés, ce qui accentuait la sévérité austère de sa physionomie. Ses cheveux étaient à l'origine bruns, mais ils ont été teints de manière définitive peu après son retournement de camp, tout comme son visage a été modifié avec soin afin qu'elle ne puisse pas être retrouvée facilement par ses anciens employeurs.

Sa garde-robe, autant pour la vie civile que la vie professionnelle, reste diverse et s'adapte selon ses besoins pour les missions ou ses humeurs. Son habillement est sobre, et sombre aussi. Femme de caractère mais d'honneur et aux moeurs raffinées mais sans excès, elle porte en affection des tenues alliant un minimum d'élégance - sans outrance - et surtout confortables et assez résistantes pour pouvoir suivre son quotidien parfois très mouvementé. On lui connaît par exemple souvent un ensemble souple de cuir noir, à la coupe sportive, discret et sobre, composé d'un haut au col légèrement en "v" pouvant être ôté par fermeture éclair, et d'un pantalon un peu moulant et souple de la même couleur, portant aux pieds des bottes aux talons de taille modérée et légèrement épais pour assurer une bonne stabilité. Le noir est une couleur qu'elle affectionne particulièrement, ou de temps à autres un rouge foncé ou du violet presque lavande tant il est éclairci. Pour les réunions entre autres, madame Solara revêtait un tailleur très simple : un ensemble composé d'un pantalon noir, une chemise blanche avec un léger col la couvrant jusqu'un peu plus bas du cou, et par dessus une fine et courte veste noire au col en "v" aux manches longues allant jusqu'aux poignets, avec des chaussures aux talons fins mais petits. Quand il lui prenait l'envie de mettre une jupe, bien que cela soit assez rare, celles-ci seront toujours de couleur noire et arrivent au niveau des genoux. Encore une fois du simple, raffiné et sobre.

Elle disposait dans son inventaire d'une seule armure : lourde intégrale, de couleur principalement orange liserée de rouge, forgée dans un alliage de duraplast. Le principal défaut de cette armure est que celle-ci par son poids et sa constitution ralentit ses mouvements et réduit la fluidité de ses enchaînements de coups, elle ne s'en servira donc qu'en cas de missions musclées. Pour des opérations plus discrètes, elle revêt une simple combinaison noire. Elle n'offre qu'une protection minime, mais une souplesse et une légèreté appréciables en missions d'assassinat où elle ne peut sacrifier la moindre once de rapidité, furtivité et discrétion. En armement, elle porte toujours sur elle deux dagues en songsteel, deux blasters standards lui provenant de son service auprès de la Corsec, et enfin un blaster paralysant s'inspirant du SD-77.

Sa formation lui a appris les bases du maniement de nombre d'autres armes, mais elle rencontre de grosses difficultés avec les armes lourdes, comme les blasters lourds ou autre armes plus percutantes, et avec le maniement des lames telles que des sabres. Ne vous reposez pas sur elle pour de la réparation au delà des bases, elle risque de vous rendre un objet plus endommagé qu'à l'origine. Elle ne privilégie pas les explosifs, préférant saboter manuellement les sécurités ou mettre à profit ses dons en piraterie/sabotage informations et programmation de haut niveau en sécurité et recherche-détournement de renseignements.

Équipement


L'équipement de la commandante de l'Intelligence Impériale est aussi varié qu'adapté à la diversité du panel de missions qui peuvent lui être confiées. Sans s'attarder sur sa garde-robe civile particulièrement étendue - pour les nécessités de l'infiltration, il fallait bien qu'elle eut de quoi modifier ses traits, son apparence et ses habits pour emprunter le rôle de l'alias qu'elle revêtirait dans le cadre d'une mission - elle n'est pas seulement une espionne bureaucrate. En effet, sa préférence va largement en faveur des missions commando et d'assassinat pour lesquelles elle a été rodée de longues années, bien qu'elle eut été formée au contre-espionnage plus spécifiquement au cours de son plus récent service auprès de l'Imperial Intelligence.

Deux types d'habits principaux peuvent être portés en mission par la Commandante Solana, et celui dans lequel on la voyait le plus souvent au cours des opérations était son armure intégrale forgée en duraplast. Cette armure peut lui sembler assez lourde mais la protège bien en retour, mieux que des armures plus standards, et se décline dans des nuances principales de gris, de brun sombre liséré de quelques emplacements rouges, avec une visière jaune-orangée. Toutefois, elle n'a pas d'arme équipée sur l'armure, et se contente souvent de ses poings et pieds dont l'impact est renforcé par les couches de duraplast des gantelets et protections de son armure. Elle l'a acquise au fur et à mesure de sa progression et de son évolution au sein de l'Intelligence, économisant patiemment ses revenus pour s'offrir ce présent des plus utiles... et très vite pratique et rentabilisé, vu le nombre de fois conséquent où cette couche de protection a pu lui sauver la vie. Le design est assez proche de celui de son ancienne armure quand elle servait le Consortium, mais les couleurs sont radicalement différente et l'armure a été légèrement plus adaptée à sa silhouette et ses compétences. Son ancienne armure était à dominante de rouge et de jaune-orangé clair, avec une visière verte. Pour des missions plus discrètes d'assassinat ou pour des entraînements, elle lui préférera une simple combinaison de combat typique de l'Intelligence. Apportant une protection bien amoindrie, elle met toutefois en avant une grande souplesse dans ses possibilités de mouvement, une très grande légèreté, beaucoup de discrétion et de dextérité dans ses enchaînements de combat à main nues. D'une teinte sombrement noire et gris-noir et d'un casque léger masquant ses traits et peint dans un même noir, elle fera modestement son office pour ces missions au degré de dangerosité moindre que des opérations du type commando.

Au niveau de l'armement, bien que l'agent Blackbird affectionne davantage les combats au corps à corps sans armes en puisant dans les arts martiaux de sa connaissance, elle n'est toutefois jamais totalement désarmée, que ce soit en civile ou en professionnelle. Ainsi, à sa ceinture trônent toujours ses deux loyaux blasters corelliens, héritage lointain de son service auprès de la Corsec puis des services secrets du Consortium. Des outils fiables bien que de portée et de puissance modérée, elle affectionne leur solidité et leur performance concernant la précision et la rapidité de tir sur de la courte portée, ainsi que leur poids modéré pour une personne à la carrure relativement fine comme elle. Un troisième pistolet d'un type un peu particulier rejoint son arsenal, en effet il n'est réellement utile que sur de la très courte portée voire du bout portant : un pistolet paralysant dont le design et les fonctions s'inspirent du célèbre DL-77. Toutefois, son effet est amoindri par les armures très lourdes - elle devra alors viser dans les parties les plus fragiles / moins protégées telles que les articulations ou la nuque - et il n'est pas permanent, se diffusant au bout d'une dizaine de minutes approximativement pour un individu moyen. Ses seules réelles armes de courte portée est très simple et épurée : des gantelets de combat afin de renforcer même légèrement la puissance de ses poings avec la légère plaque de métal quand elle ne porte pas son armure intégrale... et ses dagues forgées en songsteel. Lui ayant coûté une petite fortune et acquises il y a moins d'une demi décennie, ces armes légères lui permettent de résister face à la lame-laser de Jedi ou de Sith, bien que contrairement au cortosis elle n'en coupe pas l'émission d'énergie lumineuse. Le reste de son équipement est assez standard et classique de l'espion, et comporte notamment un grappin et deux-trois explosifs modérés, des fumigènes et des grenades de puissance modérée, bien qu'elle ne les porte pas toujours sur elle sinon pour des missions très spécifiques.

Elsen a en sa possession deux communicateurs, l'un personnel et l'autre professionnel, pour une nécessaire confidentialité et bien distinguer ces deux aspects de sa vie malgré tout fortement liés, sa paranoïa l'enjoignant à la prudence concernant le piratage de données. Il en va de même pour ses ordinateurs, l'un est personnel, et l'autre professionnel et restant exclusivement dans la sécurité irréprochable du Quartier Général des Services de renseignement de l'Imperium. Elle les a codé et sécurité par les systèmes développés par ses propres expériences en partenariat avec l'équipe des "geeks" comme elle les surnomme affectueusement tout en appréciant fortement leur travail et leur collaboration des plus précieuses en espionnage et contre-espionnage. Pour des raisons similaires et évidente, elle a en sa possession un vaisseau civil (à définir) et un vaisseau professionnel pour les missions et opérations (à définir). Au cours de ses brefs séjours dans la capitale impériale, elle dispose également d'une motospeeder noire sans amélioration notoire, Elsie étant aussi piètre cuisinière que mécanicienne absolument irrécupérable malgré les années. Du reste, un droïde qui lui a été offert par un camarade de promotion - qui s'était orienté également dans la branche des opérations commando - lui tient toujours compagnie : Droïde de deuxième catégorie, il s'inscrit dans la neuvième série "R" et répond au matricule de R9A4). De caractère joyeux et enthousiaste bien que très têtu à ses heures de revêtement noir, gris et blanc, il égaye quelque peu le tempérament sérieux, assez solitaire jusqu'à ce jour et parfois un peu sombre de la commandante Solara, qui se fait un plaisir de travailler perpétuellement sur sa programmation pour améliorer ses compétences autant qu'elle le puisse, sans affecter sa personnalité.

Le dernier point d'importance à évoquer dans l'équipement de la corellienne est pourtant l'un des plus discrets, et de ceux qui ne la quittent pourtant jamais. Certains ont pu constater la nuance peu naturelle des yeux de la Commandante Solara : autrefois d'un bleu gris expressif, orageux dans ses pires heures et azuré dans ses meilleurs... ils revêtent désormais une teinte grisée nettement plus acérée, et pas des plus naturelles. En effet, l'espionne les a perdu au cours d'une opération qui a très mal tourné, des éclats de shrapnel réduisant à néant son casque et déchiquetant impitoyablement ses yeux alors qu'elle tâchait de mettre à couvert un bleu/un jeune imprudent. Toutefois, associés à une interface neurale, elle a pu disposer de quelques fonctionnalités très pratique pour compenser cette perte et souffrance initiales : leur apparence est désormais pratiquement identique à celle d'yeux naturels et ils lui assurent une vue parfaite. Ces implants oculaires sont également pourvu d'un système lui permettant d'afficher ou faire disparaître un ATH d'une simple pensée et disposent du mode de vue : la Vision Thermique.








Description psychologique


Personne ne peut connaître Elsen Solara à la perfection, et très rares sont ceux qui peuvent s'estimer capables de vous définir quelque peu le genre de personne auquel correspondait la femme militaire. En outre, très peu de gens ont pu connaître "Lauren Syn" et l'agent "Shade" avant même la Commandante de l'Intelligence  ou agent "Blackbird", Néanmoins, ceux qui l'ont fréquentée dans les Services vous diront qu'il s'agissait d'une chef assez exigeante et stricte avec les individus sous ses responsabilités. En effet, la commandante est particulièrement ordonnée dans ses méthodes, et demande le même soin à ses subalternes comme elle apprécie particulièrement le travail bien fait. Son bureau ainsi, à l'image de son esprit méticuleux, est impeccablement rangé, chaque dossier ou document rangé à sa place exacte sans que nul papier volant n'y traîne impudemment. Contrairement à certains de ses collègues de hiérarchie, cette pièce de travail est assez spartiate dans le mobilier, Elsen se contenta simplement de ce que son travail exige au sein de cet espace. De même, dans les dossiers lui étant confiés en personne ou qu'elle supervise, elle demandait souvent aux officiers sous son commandement de veiller un minimum à cette même organisation, dans un souci simple d'avoir des renseignements clairs, concis et bien ordonnés à reporter par la suite à ses propres supérieurs et ainsi augmenter leur efficacité dans leurs rapports.

Un autre point qui pouvait être relevé par un oeil étranger serait l'aura stricte, distante, parfois froide en apparence et autoritaire qui entoure la militaire. En effet, Elsen en demande beaucoup de ses hommes et femmes, mais en retour, en mission veille autant que possible à ramener le plus de personnes en un morceau ou au moins en vie à la base. Femme d'action, elle a en horreur de rester les bras croisés sur sa table à ne gérer que de la bureaucratie et se tourner les pouces en attendant. Elle aime ainsi se rendre et agir directement sur le terrain, ou inspecter régulièrement les entraînements des nouvelles recrues ou de ses pairs, pour tâcher autant de repérer d'un oeil vif tout comportement suspect, que de corriger sans plus attendre les cas "difficiles" afin que cela ne se développe pas en aspect fâcheux avec le temps. Sans manquer de respect pour autant aux personnes sous son commandement, elle sait se montrer directe quand quelque chose ne va pas... mais aussi dispenser des encouragements ou appréciations positives avec parcimonie quand un travail ou un rapport rendus conviennent à leurs objectifs et s'approchent de ses exigences. Ainsi, il peut arriver qu'elle adressa une ombre de sourire et quelques compliments à quelqu'un ayant bien fait son boulot, ou montrant des progrès encourageants. Donc, stricte et ferme, mais elle reste juste malgré tout. En outre, elle s'arrangeait toujours pour rester joignable hors mission, que ce soit à son bureau ou en communication par son comlink personnel toujours en sa possession. Et si elle aime les choses bien organisées et prévues autant que possible par avance, son métier lui avait apprit à savoir improviser et gérer les imprévus plus ou moins épineux quand la situation le requiert.

Après, directe ne veut pas dire franche du collier. Madame Solara actuellement possède toujours bien un caractère certain, qui est difficile à déchiffrer derrière le visage préservé dans le calme d'un agent expérimenté et professionnel, mais elle sait cependant faire preuve de diplomatie et d'un certain charisme, autant vis à vis de ses supérieurs qu'auprès de ses agents comme elle garde à l'esprit qu'elle a autant le rôle d'intermédiaire entre les Services et des personnes hauts-gradées de la militia, autant elle restait également l'un des leurs, leur commandant. Elle a su avec les années gagner le respect de la plupart des agents sous sa responsabilité sachant que si elle leur en demandait beaucoup, leurs efforts conjoints porteront leurs fruits et pour les plus jeunes recrues... leur éviteraient de mourir trop tôt de manière un peu stupide en mission, malheureux penchant de certains bleus dans leurs premières sorties sur le terrain. Elle avait été l'un d'entre eux, fut un temps.

Il est sans doute judicieux de relever que la militaire reste encore assez ferme concernant le respect, et ce en tout temps. Rien ne l'insupportera davantage qu'un supérieur, un égal ou un de ses hommes lui manquant du minimum de respect. Si elle ne leur fera pas le plaisir de perdre son sang-froid, elle saura en revanche faire comprendre implicitement son opinion sur le sujet. La colère explosive n'étant guère de son caractère, Elsen penche plus vers les partisans de la colère froide, comme une menace à peine détectable... sinon pour le ou les responsables de cette dernière, et selon les cas, elle n'hésitait pas à sanctionner ou mettre des punitions aux comportements jugés inadéquats d'un agent qui se respecte. Elle ne pratique aucun favoritisme vis à vis des autres au travail, et en général les répartissait en deux catégories très simples de personnes : ceux qui répondent à ses attentes et ses minimas de respect et d'efficacité, ceux qui n'y rentrent pas et devront prendre garde de ses foudres s'il leur venait la folie de ne pas respecter les règles et le code de conduite, d'honneur et d'exigence demandé à un agent. Elle sait se montrer très claire autant dans un cas que dans l'autre.

Après, elle sait ajuster son caractère et son comportement selon les situations, et selon ses interlocuteurs. Dans une situation de désaccord en réunion avec ses supérieurs, même si Elsen défend et expose ses positions et avis sur la question, elle sait cependant garder un esprit assez ouvert pour écouter les opinions des autres, quitte à légèrement modifier la sienne si elle en constate des lacunes ou entend des propositions intéressantes découler de ces discussions. Sa voix en général est très calme mais assurée, comme celle d'une dame des services qui a confiance en elle et en ses capacités... mais aussi en ses hommes, ses convictions et ses principes. Si en mission il lui arrivait, inévitablement de devoir mentir, manipuler, tromper, voire voler, elle ne tue que si cela lui est demandé et n'entre pas en contradiction avec ses valeurs. De même, elle ne torture que si elle n'a pas d'autres options pour obtenir les renseignements qu'elle désire. Quand elle avait une tâche à accomplir, elle allait jusqu'au bout de cette dernière, tout en sachant accepter la retraite ou le repli si nécessaire, n'étant guère une partisane des missions suicides sans intérêt. Et sans perdre la face, elle savait dire ce qu'elle pensait et se faire comprendre auprès de ses supérieurs ou ses agents si quelque chose avait été mal fait... tout en reconnaissant et assumant ses erreurs, sachant qu'elle n'est pas toujours infaillible non plus, et veillant à ne pas les refaire. En outre Elsen a toujours en sainte horreur les traîtres, et n'hésitait pas selon la gravité de la faute à faire poursuivre ou traquer elle-même le ou les responsables. Elle tâche donc de rester responsable en tout temps et toute heure, autant auprès de ses agents que de ses supérieurs.

Sur le terrain ou présentement au cours d'une chasse, même si elle aime l'action comme son sang corellien l'y invite, elle saura se montrer patiente pour atteindre un objectif ou une proie, comme un prédateur attendrait que sa cible tombe dans son piège ou l'y emmènerait sans attiser sa vigilance. Elle vouait une grande méfiance teintée de détestation envers le Consortium. En outre, elle reste encore méfiante envers les utilisateurs de la Force sauf exceptions - inconnues jusque lors - et bien que certaines missions l'aient amenée à coopérer avec des Jedi, elle reste toujours prudente à leur égard. Elle honnit grandement les Sith et leur maudite coalition, en revanche.

Une femme donc sérieuse, intelligente, raffinée qui tâchait de donner le meilleur d'elle-même autant que contrôler son propre caractère assez affirmé. Pour pallier à sa condition et résistance physiques moindres que d'autres de ses pairs, elle avait beaucoup travaillé sur la résistance mentale à la torture, et préférera la mort que de trahir le régime qu'elle a rejoint. Mais après bien entendu elle reste assujettie aux limitations de ceux de son espèce. De même, sachant combien le fait d'être polyglotte peut se révéler très utile dans le métier des ombres, elle s'est efforcée d'apprendre et maîtriser les langues les plus parlées dans la galaxie. En revanche, elle a une mémoire totalement sélective, qui n'hésite pas à oublier des connaissances qu'elle ne juge pas ou plus nécessaires à son devoir, tout en ignorant celles qu'elle n'estime pas importantes. Elle préfère en effet avoir, de ses propres dires "un cerveau bien agencé plutôt qu'un cerveau trop rempli", ce qui peut la rendre très ignorante sur certains points et très savante sur d'autres. Ses fréquentations se limitaient souvent à des connaissances, des contacts ou des personnes du travail. Ce n'est qu'ironiquement que depuis son amnésie que des pans de son véritable caractère transparaissent : une femme à l'esprit vif, loyale en amitié, bien plus chaleureuse, capable de plaisanter un brin, et grande amatrice de musique, notamment d'opéra et d'airs classiques - une ancienne passion qu'elle n'a jamais développé réellement, au delà du rang de simple amatrice occasionnelle.

En revanche, un autre défaut que l'on peut lui attribuer est qu'elle est assez rancunière, même si elle ne le montre pas toujours clairement. Elle n'oublie jamais un tort ou une trahison qu'on a pu faire, à elle ou un de ses amis. Elle ne porte pas en grande affection les gens de la politique, bien qu'elle sache en général ravaler pour le bien d'une mission ou des services ce désamour temporairement pour s'infiltrer en haute société... par exemple, et qu'elle ne rappelle pas pour le moment. Les débats politiques étrangement l'ennuient toujours autant. Mais derrière son assurance et sa fermeté, se cache un coeur parfois meurtri d'une personne qui a perdu des camarades, fait bien des sacrifices, mélancolique parfois de sa terre natale mais qui ne regrettait aucunement ses choix passés, comme celui de se fier à ses convictions corelliennes et rester honnête avec elle-même. Elle n'avait quasiment pas la notion de "vie privée", absorbée souvent dans son travail, abusant parfois de café fort, ou de thé dans le meilleur des cas, pour se rendre utile le plus possible.






Histoire


Lauren Syn - Enfance et adolescence corelliennes (365 ABY - 381 ABY)


Elsen Solara, ou comme elle était nommée alors Lauren Syn, naquit en l'an 366 sur la planète capitale du système des "Cinq Frères de Corellia", à savoir la planète Corellia et plus spécifiquement dans la capitale de celle-ci, Coronet, d'un père Major dans l'Armée Corellienne, Garm Syn et d'une mère Inspectrice de police au sein de la Corsec, Delia Syn. Deuxième enfant d'une fratrie de trois, elle fut dans ce cadre longtemps baignée dans les récits de combats héroïques - et autres anecdotes salaces racontées par son père - et dans une culture corellienne profondément enracinée dans les traditions de sa famille. La jeune Lauren connut les époques troubles qui secouèrent Corellia alors que celle-ci et ses quatre autres "frères" faisaient sécession de l'Imperium pour gagner les rangs du Consortium Galactique suite au ralliement du Secteur Corporatiste à ce dernier. Bien que ses parents furent très occupés par les fonctions qu'ils remplissaient respectivement, ils prirent soin de leurs enfants, que ce soit l'aîné Cole Syn, qui s'était engagé par la suite dans la branche terrestre de la militia corellienne, ou le cadet Jaden Syn, qui d'aussi loin qu'elle se souvienne aspirait à rejoindre la branche aérienne de l'Armée Corellienne... si tant est qu'il avait pu mener son rêve à bien, ou s'il avait changé de voie depuis les longues années qu'elle ne les avait pas vu.

Son enfance était balancée par le rythme de vie de Coronet, par les nourrices occasionnelles qui les gardèrent quand leurs parents ou leur frère aîné ne pouvaient les superviser, Jaden et elle. Son père essaya de l'initier à la mécanique, sans grand succès, et elle ne brilla pas davantage dans les arts culinaires à l'amusement désespéré de sa mère. Toutefois, elle fit preuve d'une intelligence certaine dans des domaines qui l'intéressaient, très inspirée par les récits faits par son père de grandes batailles, ainsi que par un solide attachement à ses valeurs et ses principes, notamment vis à vis de la loi et de la justice, que se fit un plaisir de lui transmettre sa mère. Ses grands parents, pour leur part, se firent un devoir de transmettre à leurs petits enfants le caractère bien entier des corelliens et plusieurs valeurs "essentielles" de leur culture... telles que l'insubordination et notamment, dans le cas de Lauren, l'attachement à l'inspiration du moment. En dépit de leurs fonds modérés en tant que membres d'une famille de classe moyenne, leurs parents eurent grand soin à leur apporter une aussi bonne éducation que possible, les laissant libres de choisir leur voie au final en grands défenseurs du choix de carrière... tant que cela ne trahissait pas Corellia et ses valeurs.

Jeune fille spontanée et épanouie, au caractère très prononcée et parfois jugée d'un peu trop garçonne - en même temps, située entre un frère aîné et un frère cadet, l'environnement très masculin autant que le métier de ses parents ne devait pas beaucoup aider en la matière - Lauren était une personne que l'on caractérisait d'assez jolie avec ses traits réguliers, son visage ovale - quoiqu'un peu trop sec - et surtout ses yeux alors d'un gris-bleu assez peu commun, et dont les nuances variaient selon ses humeurs selon certains, ou la luminosité selon d'autres. Elle affectionnait alors beaucoup la coupe au carré pour ses cheveux raides et bruns, souvent laissés avec une raie étant tout sauf rectiligne et médiane sur le haut de son crâne. Bien moins enthousiaste que son frère benjamin, mais moins réservée et posée que son frère aîné, la cadette du trio de la fratrie emprunta sans doute à ces deux voies dans un sage intermédiaire... ou très explosif, selon certains, notamment quand sa colère pouvait s'exprimer à certaines reprises dont la mémoire lui est aussi fraîche que n'ont été brûlantes certaines de ses répliques. Observant parfois sa mère travailler à la maison, elle montra assez tôt un grand intérêt pour l'informatique et la programmation, et s'initia en partie seule aux bases de ces deux domaines autant qu'elle put en tant que simple civile... parfois en recevant quelques tuyaux de sa mère.

Bien qu'elle eut les capacités intellectuelles de ses deux parents, Elsen ne fut pas parmi les dix premiers de sa cohorte au cours de ses premières années d'étude, scolaires puis collégiennes. Élève honorable, on commentait souvent qu'elle pouvait aller plus loin au niveau des résultats que ses notes actuelles, mais la jeune fille étant assez obstinée à ses heures, elle décida de faire comme elle le souhaitait. Toutefois, son projet professionnel se précisant plus spécifiquement au cours de ses années de lycée, Elsen mit les bouchées triples pour atteindre l'audacieux objectif qu'elle venait de choisir : réussir les examens d'entrée de la prestigieuse Corsec. Les critères étant assez exigeants, elle travailla d'arrache-pied pour grimper dans le quota des cinq meilleurs élèves de son lycée dans sa formation. Après une longue recherche quant à savoir ce qu'elle désirait faire, la jeune fille voulut concilier ainsi deux des idéaux qui lui tenaient le plus à coeur : la préservation de la sécurité et observation de la loi, ainsi que l'action propre aux voies policières et militaires. Tel un bourgeon paresseux qui avait tardé à éclore, elle surprit plusieurs de ses professeurs avec ses excellentes notes et son sérieux à l'étude en dehors des activités sportives, qui virent en ce signe le "déclic" que certains désespéraient tant de voir survenir de sa part. Son diplôme d'éducation secondaire en poche avec mention Excellent, elle soumit sa candidature et son dossier aux examens d'entrée pour la Corsec, dissimulant toute association avec sa mère alors inspectrice afin, dans sa fierté bien affirmée, de réussir ses objectifs par ses propres moyens et son propre mérite, au lieu de reposer comme certains sur le tremplin et un insolent réseautage. À sa grande joie et la grande fierté de ses parents - en particulier de sa mère - elle fut acceptée au programme de formation pendant deux ans en tant que potentielle recrue, au terme de laquelle serait décidée si oui ou non son dossier serait retenu en tant qu'agent de police affilié à la Corsec.

Ces deux années furent hautement instructives, et de ses seize à ses dix-huit ans, la jeune femme du apprendre à brider un semblant son caractère assez enflammé pour être en mesure de suivre la discipline comme il était attendu de la part des potentielles recrues, puis des futurs agents de police s'ils étaient retenus. Bien que la Corsec fut plus équitable concernant la parité de traitement entre les hommes et les femmes, des imbéciles il y en avait partout, et Lauren du apprendre également à améliorer ses capacités martiales pour apprendre aux idiots de ne pas marcher sur ses plates-bandes, à savoir de lui manquer de respect parce qu'elle était une femme. Cela ne lui attira pas que des faveurs, et même plusieurs ennuis, même si au fil des mois elle comprit progressivement comment maintenir un juste équilibre entre se faire respecter de ses pairs et suivre - au moins un minimum syndical - la discipline et l'autorité dues aux supérieurs. À sa grande satisfaction, lors des rares cours qui furent supervisés par sa mère, celle-ci ne lui accorda aucun traitement de faveur à son égard, se montrant même très stricte et sévère avec elle dans le milieu professionnel, alors que les deux femmes entretenaient d'excellentes relations familiales dans le cadre du milieu privé. Lauren commença ainsi à forger la force de caractère qui la poursuivrait tout le long de sa vie, et se prit d'un vif intérêt persistant pour le nouvel enseignement et la nouvelle vie qui lui ouvraient les bras, en dépit des épines acérées et des divers obstacles que pouvait comporter le chemin de temps à autres, elle s'accrocha ainsi malgré tout et s'acharna à progresser de manière à gagner par le mérite sa place auprès des recrues qui seraient retenues au terme de la formation. Au vu des différents coups bas - souvent découverts et punis - qui pouvaient s'opérer tant la concurrence était vive et rude, Lauren apprit à entretenir une saine méfiance de ses comparses de formation qui ne lui inspiraient pas confiance, et même auprès des quelques rares amis et camarades de programme qu'elle se fit, elle se montrait plus secrète et plus réservée en ce qui la concernait, notamment envers ses ressentis en durcissant quelque peu son coeur. L'heure de l'enfant adorant sa peluche en forme d'ewok, puis de l'adolescence étaient définitivement closes et révolues, elle devenait une jeune adulte à la fine fleur de l'âge et ne souhaitait ardemment pas décevoir ses parents en revenant bredouille. Alors que sa silhouette terminait de s'affirmer en tant que jeune femme, sa carrure se musclait déjà un peu plus et son regard gris-bleu empruntait des lueurs plus d'argent que réellement azurées, à l'instar de son premier endurcissement de corps autant que de tempérament. Bien que ses parents et sa famille n'étaient pas partisans des Jedi, le charnier de Tython en 380 ABY glaça la jeune femme dans son horreur pure et simple, alors que les membres du Phoenix massacraient sans la moindre distinction adultes, adolescents et enfants qui eurent le malheur d'être sensibles à la Force ayant commencé leur formation. Ce fut sans doute la raison pour laquelle ses parents turent autant leur soupçons concernant son frère cadet concernant sa sensibilité à la Force, autant aux autres qu'aux concernés et l'entourage, profitant de la neutralité diplomatique du gouvernement des mondes corelliens à ce propos en dépit de son appartenance au Consortium Galactique. Qu'elle le voulut ou non, ces images diffusées sur l'holonet restèrent gravées dans sa mémoire, et furent le premier éclat dans l'édifice de verre qui représentait sa foi envers les lois du Consortium, bien qu'elle n'en eut pas encore conscience à l'époque, trop jeune pousse qu'elle était encore en terme d'expérience et d'existence.


Milicienne auprès de la Corsec (381 ABY - 384 ABY)


Qui ne connaissait pas la Corsec, sur l'espace de Corellia ? Cet organe et force policière qui assurait la sécurité des mondes corelliens était pourtant doté d'une excellente réputation auprès des citoyens dont ils assuraient la protection, avec des personnalités souvent riches en couleur au sein de ses agents, inspecteurs et autres officiers. Cohabitant avec d'anciens militaires ou de jeunes recrues à son instar, il s'agissait d'un bouillon de cultures, d'expériences et de manières de pensées dans la lutte contre les criminels, contrebandiers trop peu scrupuleux compris dans cette plateforme multimodale de la contrebande que pouvait devenir la planète ainée des Cinq Frères. Cette époque lui plût beaucoup, une fois qu'elle fut reconnue en tant qu'agent de police de la Corsec, dans sa participation aux différentes enquêtes, de différentes natures et envergures qui lui furent confiées, dans ce combat actif pour la préservation de la justice... avant les décisions des juges d'instruction qui s'occuperont du dossier une fois les preuves rassemblées par leurs soins, avec arrestations dans la plus part du temps et négociations parfois musclées. Toutefois, aussi divers - que parfois plus ou moins intéressants - rôles qu'elle eut à occuper au cours de sa formation, ceux-ci ne s'arrêtèrent pas à cette seule dimension notamment en raison du conflit contre l'Imperium aux côtés du Consortium Galactique, qui défendait mieux les intérêts financiers de Corellia.

Auprès de ses équipiers et autres pairs de la Corsec, Lauren décida de jouer sur l'élément de surprise en choisissant d'approfondir ses connaissances dans l'art des arts martiaux, et plus particulièrement dans celui du combat au corps à corps, à mains nues. Bien que son corps plus fin que ses collègues masculins ne l'y prédisposait probablement pas, sa constitution n'était toutefois pas aussi fine et fragile que du papier de verre et elle travailla fort pour obtenir une musculation décente, bien que sans doute légère mais suffisante pour être quelque peu plus résistante, rapide, et précise au combat. Elle s'y versa avec entêtement afin de raffiner de son mieux ses capacités en la matière, même si elle ne sut pas obtenir une force physique surhumaine pour autant. Toutefois, sa constitution plus solide lui permet de passer de l'armure légère à une armure intermédiaire, et elle commence également à se former aux maniement des armes blanches légères, et plus exactement de deux dagues courtes puisque les autres lames plus longues ou plus lourdes lui restèrent insaisissables. Lauren suivit également la formation essentiellement dans le maniement des blaster standards corelliens, et reçut une paire de blasters jumeaux qui ne la quittèrent jamais plus par la suite. Comme aurait dit ce bon vieux et célèbre Han Solo : "Toutes les croyances à la noix et ces armes démodées, ça ne vaut pas un bon pistolaser au côté". Ses traits devinrent également plus secs et son regard plus résolu et sérieux alors que les années passèrent ainsi que son expérience en tant qu'agent de police... par la suite promu en tant qu'agent secret de la Corsec.

En effet, ce fut parmi eux qu'elle fit ses premières armes dans le domaine du renseignement, où elle fut rapidement orientée après une année et demie de service, en regard de ses compétences majeures en tant qu'agent : l'informatique-programmation, le combat à mains nues et le maniement d'armes blanches légères telles que des dagues. Elle fut ainsi promue au rang d'agent secret de la Corsec après avoir fait ses preuves sur le terrain - prenant très rarement des permissions, sous l'addiction du travail et du sentiment d'être utile - et nombre des missions qu'elle remplit en ce nom concernaient les domaines des opérations commando et de l'assassinat de cibles désignées par les mondes corelliens en premier lieu, et par le Consortium Galactique dans un deuxième temps. Dès cette période, elle dut se renforcer plus encore pour que, malgré ses contrats et ses mains qui n'étaient plus du tout blanches, elle ne perde pas de vue les valeurs et principes corelliens qui pouvaient justifier et motiver ses actes, forte de son patriotisme corellien davantage que son affection du Consortium, dont certaines méthodes lui semblaient bien trop brutales... et tellement "peu civilisées". Il avait pu lui arriver de rencontrer des membres du programme Phoenix, et bien qu'elle resta relativement disciplinée au cours de ces rares missions communes, elle ne put pas admettre dans le fond qu'elle les respectait réellement ni qu'elle approuvait plusieurs de leurs actes... qui allaient en au-delà de l'humainement tolérable.Malgré les risques et les difficultés du métier, notamment dans certaines missions où ils bénéficiaient d'une bien maigre protection en cas de complications, elle tint bon en puisant dans sa soif de patriotisme corellien, pour assurer la défense et la relative autonomie de leurs mondes, malgré son désamour désillusionné croissant envers les motivations du Consortium Galactique dont elle ne commençait qu'à peine à voir la face bien plus sombre au cours de certaines missions bien particulières sous le chapeau de leurs superviseurs, dans le contre-espionnage autant que l'espionnage de leurs propres alliés et membres du Consortium Galactique. Toutefois, elle avait encore l'espoir de faire erreur, après tout elle était encore une "bleue", une relativement jeune agent dans le milieu, et elle était fière de servir en premier lieu les intérêts des mondes corelliens au travers de la Corsec. Cependant, elle était loin de se douter que son profil finirait par intéresser un officier supérieur des services de renseignements du Consortium, et que cela l'éloignerait peu à peu de Corellia.


Agent Shade au service du Consortium (384 ABY - 388 ABY)



Les deux années intenses de formation accélérée qui s'ensuivirent - en ces temps de conflits avec l'Imperium et la Coalition, avec les deux ordres d'utilisateurs de la Force respectifs - ne furent pas faciles pour la jeune femme, qui du apprendre parfois à la dure d'oublier les manières de ses racines, de trouver sa place et gagner le respect très délicat en un milieu encore très dominé par ses homologues masculins. Rencontrant beaucoup de peine aux exercices physiques, sa fierté lui ordonna de travailler avec une grande ardeur pour renforcer sa condition physique un peu plus, sans forcément gagner une grande musculature mais suffisante pour "survivre" au lieu. Elle eut des hauts, mais aussi bien des bas dans ces mois difficiles, et se forma sur le tas au maniement des armes blanches, à distance, aux explosifs et autres compétences exigées à tout agent qui se respecte et souhaite survivre correctement.

Si elle présentait toujours quelques lacunes sur la condition et résistance physiques, elle montra toutefois un esprit vif capable de retenir un nombre respectable d'informations, un sens de la stratégie apprenant au fur et à mesure encourageant, une grande force de volonté. Lauren conserva assez tôt une tare irrécupérable en réparation. La jeune femme reçut en effet le record du plus grand nombre d'explosions en tentant de réparer des objets endommagés. Cependant, la corellienne fit preuve d'un talent certain avec l'informatique. La programmation, le codage, le décryptage, le piratage de données, la sécurité, la recherche et falsification des informations l'intéressèrent très rapidement, et elle devint sur ces domaines la major de sa promotion. Elle rattrapa ses lacunes en se plongeant plus encore dans l'apprentissage des arts martiaux et du maniement des armes blanches légères ; bientôt les dagues, blasters, pistolet-blaster n'eurent plus grand secret à lui apporter au niveau requis. La jeune femme voulu aussi recevoir une formation en tant que sniper, pour se spécialiser tout d'abord vers l'espionnage, l'infiltration et l'assassinat plus que le contre-espionnage vers lequel elle se portera ultérieurement.

Une fois ces deux années de formation en un lieu confidentiel achevées, son dossier fut finalement retenu et elle obtint un contrat officiel à durée indéterminée avec le Consortium comme agent titulaire, ainsi que ses premières missions pour rôder les apprentissages reçus au cours de sa formation. Elle eut souvent des missions d'espionnage, d'infiltration ou d'assassinat à son actif, et s'en sortit honorablement sans jamais trahir sa couverture principale ou les autres rôles qu'elle ait pu endosser. Bien entendu, elle commit quelques erreurs de jeunesse dans ses autres rôles, comme tout bleu qui ferait ses premières armes, mais elle s'assura toujours de les réparer autant que possible ou d'en retenir les leçons. L'expérience aidant, elle aiguisa à la maîtrise ses talents informatiques, son combat martial à mains nues, le maniement des dagues/poignards et de l'arsenal dont elle se sert le plus souvent. L'agent Shade améliora sur le terrain son efficacité dans le déverrouillage des sécurités dans les quelques missions commando qui lui est arrivé de faire en prenant de l'expérience et à force de se rendre sur le  terrain. Femme très active et ravie d'aller en mission, elle apprit aussi le caractère indispensable d'une bonne cohésion de groupe dans les escouades et équipes récurrentes de mission, l'amertume de pertes inévitables, de quelques échecs parfois cuisants, un certain sentiment aigre d'impuissance et de ressentiment contre les utilisateurs de la Force... en y laissant quelques plumes parfois, elle s'en tira néanmoins à (...) avec un ratio de succès très honorable, le respect de la plupart de ses pairs masculins conquis, et présentait un profil prometteur pour une éventuelle promotion. Cependant, elle eut l'occasion d'être témoin de nombreuses corruptions même dans ce milieu, d'injustices notoires entrant en contradiction avec ses principes et/ou ses valeurs, ses convictions. Et il n'eut plus besoin que de l'amitié et opinion similaire d'un ami de métier, nombre de cas similaires pour que son allégeance s'amincisse graduellement à la montée de ses doutes et ses désapprobations. Jusqu'à la mener assez rapidement à douter de l'utilité et la légitimité de son combat.


Désillusions et changement de bord (388 ABY)


...

Elsen Solara de l'Imperium : nouveau départ (388 ABY - 390 ABY)



...

Jusqu'à ses vingt quatre ans donc elle demeura sur Bastion comme consultante, prenant peu à peu ses marques dans cette nouvelle société différant tant de Corellia et du Consortium, et ses aises dans sa nouvelle identité. Elle renseigna de son mieux ses nouveaux employeurs, son allégeance envers l'Imperium augmentant chaque année progressivement et la certifiant dans son assurance d'avoir fait le choix lui convenant. Elle garda un contact plus ou moins régulier avec ce nouvel ami Jedi, échangeant des nouvelles de leur progression respective ou simplement quelques discussions plus détendues, qui favorisa aussi son ajustement à sa nouvelle vie. Une fois la période de deux ans en consultante révolue, les services impériaux de renseignement respectèrent leur parole et lui rappelèrent le choix qu'ils lui avait proposé : recommencer une vie civile sur la planète de son choix, ou signer un contrat avec eux. À vrai dire, les deux années l'ayant conforté sur son allégeance et n'ayant jamais pu renoncer pleinement à son souhait de se rendre activement utile à la patrie dont elle fait partie, elle n'hésita pas bien longtemps avant de choisir la deuxième option, bien décidée à servir de son mieux leur cause qu'elle avait apprit, en deux ans, à mieux connaître et s'approprier.

Ainsi en 389 ABY elle eut bien entendu à passer plusieurs entretiens et debriefing poussés pour sa candidature, pour contrôler son évolution dans sa pensée, la solidité de sa loyauté envers eux, qu'elle réalisa avec succès. Elle apprit plus tard l'implication de la future Moff de l'Imperial Intelligence avait, déjà à l'époque, transmis des informations à son sujet aux-dits supérieurs, notamment reporté son allégeance très ténue envers le Consortium et ses sympathies impériales et corelliennes peu avant son acte de rébellion clair. Cela valorisa son dossier, et elle fut acceptée au sein de l'Imperial Intelligence au rang d'Agent en 390 ABY, après une courte formation d'un an de remise-en-route et appropriation de leurs méthodes spécifiques en tant qu'Agent Aspirant. Son ancienne identité protégée par un dossier secret-défense, elle ne connut ainsi pas de difficultés particulières à s'intégrer dans ce nouveau service des métiers de l'ombre, en dehors de celle de s'insérer dans une nouvelle équipe et de nouveaux coéquipiers. Cela ne guérit pas totalement les blessures de son coeur, ni ne tu totalement sa mélancolie, mais cela aida cependant au fur et à mesure qu'elle se refit des connaissances et des camarades.

Une mission en l'an 390 occupa une partie très importante dans l'existence impériale de l'agent Blackbird. Pour l'une des premières grosses missions auxquelles elle fut affectée en tant qu'Agent, il ne s'agissait pas moins qu'un important assaut spatial de la plus grande audace menée par l'Impératrice Valla Fel contre Ondéron afin de se rapprocher d'Hapès, dans l'optique de porter un coup décisif contre le Consortium Galactique. Étant présente à bord du Star Dreadnought "Roan Fel", elle assiste ainsi au coeur de la mêlée qui tourne toutefois au vinaigre alors que les ennemis, prévenus par quelle noire intrigue, les attendaient de pied ferme avec un champ d'interdiction non loin de la frontière avec l'espace Mandalorien... leur coupant tout chemin de retraite en voulant ainsi les prendre comme des rats dans un piège des plus insultants. Une vaste partie de la flotte des hapiens les accueillirent ainsi en une soigneuse et redoutable embuscade, bien trop en leur défaveur malgré leurs efforts acharnés et entêtés à rester en vie pour défendre leur camp. Elle vit et vécu ainsi l'approche du navire de guerre le "Fortress of Arrogance" si redouté et propriété de la Reine Hapienne Alexandra Solaris. L'abordage fut tout particulièrement intense et violent, les scènes de combats des plus sanglantes mais cela, Elsen y était habituée depuis le temps qu'elle avait été formée à savoir mener et suivre des opérations commando en tant qu'Agent. Le petit répit qui fut accordé alors qu'un duel fatidique opposait l'Impératrice à la Reine Hapienne prenait court fut utilisé au mieux par l'agent et son coéquipier de l'Imperial Intelligence, infiltrés au sein de l'armée et dont la mission était simple : en cas de complications, assurer en priorité la sécurité de la famille Impériale, qu'il s'agisse de l'Impératrice ou de la Princesse Héritière. Ils se répartirent équitablement les tâches en tant que petit groupe, Elsen devait se rapprocher avec ses deux autres partenaires de la position de la Princesse Varyssa Fel,alors que les hapiens étaient déjà dans les couloirs du vaisseau... notamment après la déconvenue de la perte et du trépas lors du duel de l'Impératrice Valla Fel face à cette Alexandra Solaris, ils pressèrent le pas autant que possible et finirent par parvenir - avec un équipier de moins - à atteindre l'objectif initial.

La suite fut d'une confusion extrême dans sa mémoire, comme les ennemis hapiens et du Consortium affluaient par milliers comme des mouches attirées par le plus pur des miels, et ils enchaînaient vagues après vagues de combattants, où les agents commando de l'Intelligence Imperial durent faire appel à toutes leurs connaissances et compétences pour mener à bien leur seconde mission d'escorte et de protection rapprochée. Restant aux côtés de l'Héritière autant que possible alors que leurs forces étaient décimées dans un flot fou furieux et impitoyable sous la puissance technologique des armées adverses. Kriff, cette bataille lui avait rappelé en partie pourquoi elle ne pourrait décidément pas dans son coeur les membres du programme Phoenix, et l'agent s'enhardit plus encore afin de mener à bien la protection de la future Impératrice alors princesse héritière, Varyssa Fel. Luttant de concert tant bien que mal, l'ATH intégré à la visière de son armure intégrale militaire eut le temps de l'aviser de l'approche rapide d'un projectif explosif... tout du moins, juste assez pour repousser sur le côté Varyssa Fel et la mettre hors de portée du projectile dangereux... qui réduisit en miettes brûlantes au toucher son casque broyé, qui dut sans doute lui sauver la vie pourtant : c'était une grenade shrapnel. La dernière chose qu'elle vit ainsi de ses propres yeux, ironie du sort, étant un champ de bataille. En effet, ceux-ci furent touchés par des éclats de shrapnels, qui les pourfendirent et les brûlèrent ainsi dans un torrent de douleur terrible, incendiaire malgré son entraînement de résistance à la douleur de base en tant qu'agent.

Toutefois, lorsqu'elle ouvrit les yeux seules l'obscurité et la souffrance lui répondirent, alors que quelqu'un - la princesse héritière, si elle en croyait la voix dans tout le tumulte des combats - lui prêtait main forte pour la guider dans la confusion visuelle qui s'était emparée d'elle. Aveugle, sonnée et tout aussi grièvement blessée, elle était réduite à l'impuissance en tant que spécialiste du corps à corps, combat à mains nues, ne pouvant se servir ni de ses dagues légères et courtes de combat, ni de ses deux bons vieux blasters corelliens jumeaux. L'armure semblait curieusement très pesante, mais puisant dans sa force de volonté toute corellienne, elle ne baissa pas les bras et accepta - au vu de la situation - l'aide bienvenue de son escortée. Elle n'aimait pas du tout être aussi impuissante, mais bon de manière réaliste et pragmatique, elle ne pouvait pas faire grand chose d'autre après avoir protégé l'héritière Fel de cette arme de pugilat des plus explosives et dévastatrices... en agissant par instinct pour mener à terme sa mission. Les environs semblaient exploser autour d'elles, elle pouvait sentir vaguement les rafales de chaleurs rugir et gronder derrière elles alors que les deux femmes se hâtaient de leur mieux en leur état pour quitter les lieux. Il n'était plus le temps de s'inquiéter de survivants, si elles même voulaient encore compter parmi les vivants de cette lointaine galaxie. Son brave astromécanicien modifié par ses soins, R9, les aida de son mieux à passer outre les sécurités d'urgence du vaisseau assailli et pour retarder autant que possible de plus qu'éventuels poursuivants partis à leurs trousses. La fin fut encore plus embrumée par l'agent qui fut confiée à un transport impérial sur le départ, trop affaiblie et son escortée trop rapide pour qu'elle puisse lui exprimer verbalement ses remerciements. Cependant, jamais la corellienne n'oublia la dette de vie qu'elle estimait avoir envers la Princesse héritière Varyssa Fe. Elle perdit dans les minutes qui suivirent connaissances, emportée sur un brancard par des médecins et leurs infernaux droïdes, les pépiements inquiets de R9 vibrant dans le chaos environnement d'alarmes, de précipitation, de déplacements abrupts, de mots et de sons confus, assourdis plus encore par la souffrance qui se réveillait au reflux de l'adrénaline... jusqu'à sombrer dans le néant.

[TBC...]

Blackbird de l'Intelligence Impériale - Ascension d'une Commandante (390 ABY - 400 ABY)



Après cet incident et cette lourde blessure dont le rétablissement fut un peu long, et continuant de faire ses preuves, elle est jugée suffisamment digne de confiance pour être élevée au rang de Commando à ses vingt-sept ans en 392 ABY. Son ancienne formation et son expérience aidant et accélérant sa progression, elle fut promue au rang de Sergent trois ans après, en 395 ABY, à l'âge de trente ans. Pendant ce temps, Lynn eut le temps de perfectionner à la maestria sa maîtrise des arts martiaux et des armes blanches légères tels que les poignards et les dagues, ainsi que de renforcer quelque peu sa résistance pour être capable d'endurer quelques coups adverses et passer de l'armure légère à l'armure intermédiaire en mission. Elle obtint ainsi une nouvelle armure, assez souple cependant pour ne pas l'entraver dans ses mouvements ou la ralentir dans sa vitesse, d'un violet plus foncé et d'un modèle différent de sa première armure. Elle participa non seulement à des infiltrations du Consortium et de Corellia de plus longue durée, mais aussi à la formation des nouvelles recrues pour leur rentrer dans le crâne et le corps les rigueurs du métier. Étant encore une des rares femmes officiers, il lui fallut se faire respecter des homologues masculins mais forte de son expérience précédente, Elsen se fit relativement rapidement respecter en chef autoritaire, exigeante, mais à l'écoute de ses hommes et déterminée à ramener le plus de monde possible des missions parfois très dangereuses leur étant confiées. Elle améliora son sens stratégique à la lumière des tactiques de l'Imperium, usant de ses connaissances de plusieurs des techniques et planifications du Consortium et de la Corsec à leur avantage tout en ayant conscience que ces dernières évoluaient autant que les leurs. En revanche, elle resta irrécupérable concernant la réparation d'objets. Certaines choses ne changeraient décidément jamais, en bien comme en mal.

Quatre ans plus tard en 399 ABY, alors qu'elle avait trente-quatre ans, la Moff de l'Imperial Intelligence partant en retraite méritée la convoqua dans son bureau pour lui proposer de prendre la suite d'un Commandant retiré du service. Cette décision la surprit bien entendu, au vu de son passé dont elle était l'un des rares au courant avec quelques autres personnes triées sur le volet, et l'honora bien qu'elle lui demanda directement mais respectueusement pourquoi avait-elle retenu son dossier plus que d'autres officiers de son rang. Lui et d'autres personnes de la hiérarchie supérieure estimant qu'elle avait fait ses preuves au long de ces huit dernières années, outre ses connaissances internes de leur ennemi séculaire, son sens stratégique prometteur, son engagement notoire pour la cause impériale et son dévouement pour ses hommes et leurs services lui offraient entre autres la possibilité de postuler à cette fonction importante. Honorée et déterminée à s'en rendre digne, Elsie n'hésita pas avant d'accepter et de faire le serment d'honorer leur confiance en ses capacités.

En l'année 400 après la Bataille de Yavin, du haut de ses trente-cinq ans, Elsen connait déjà un peu mieux sa nouvelle fonction et s'est révélée être une nouvelle Commandante efficace et compétente, bien qu'elle continue toujours d'apprendre certaines ficelles du métier. La progression et la montée en puissance de la Coalition Sith n'est pas pour lui plaire, surtout au vu des ombres et de la sournoiserie de leurs membres qui les appuient et menacent pareillement leurs frontières et la sécurité de leurs alliés Jedi et Chevaliers Impériaux... et la difficulté de ses agents de ramener autant d'informations qu'elle le souhaiterait sur ce sombre et implacable adversaire. Sa position méfiante envers le Consortium n'a aucunement bougée, surtout avec les informations qu'elle reçoit de ses hommes montrant que le règne de l'argent avant tout demeure, loin de s'être endiguée en dix ans, s'étend encore au contraire. Ne s'autorisant guère de vie personnelle - son travail étant presque sa vie en général - et travaillant avec détermination, intelligence et calme pour améliorer l'efficacité et les opérations des Services et des agents sous ses ordres, Elsen s'engage pleinement dans son rôle pour assurer par l'espionnage autant que le contre-espionnage vers lequel elle s'est focalisée aussi dans ses années d'agent à la Corsec et au Consortium, la défense d'une patrie en laquelle elle croit et relativement en accord avec ses valeurs, tout en gardant l'espoir qu'un jour Corellia puisse ouvrir les yeux et reconquérir son indépendance.




Vous !

Prénom/pseudo : Syl
Age : 24 ans
Sexe : Féminin
Feat/personnage : Jill Valentine (Resident Evil)
Comment avez vous connu le forum ? J'ai croqué dans la pomme de la tentation tendue par certains joueurs d'ici Razz
Petit plus ? Bon, peut-être que la deuxième sera la bonne xD


Dernière édition par Elsen Solara le Jeu 4 Aoû - 17:50, édité 58 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Elsen Solara (98%)    Lun 7 Mar - 0:21

+ 1 au cas où
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Elsen Solara (98%)    Lun 7 Mar - 0:32


FICHE DE DROIDE



Nom : R9A4
Type : Droïde de classe 2 : astromécanicien et assistant

Taille : 0m96
Genre : Masculin
Matériau principal : Duracier
Fonctions principales : Navigation spatiale, réparation en vol et piratage informatique


Caractéristiques physiques:
 



Caractéristiques de combat:
 




Caractéristiques techniques:
 


Armement:
 





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Elsen Solara (98%)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Elsen Solara (98%)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: II - Votre personnage :: Registre Galactique-
Sauter vers: