Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Katarina Eranov [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Feuille de personnage
Race: Hapienne
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître de Classe Assassin
Capitaine Chumedoro
Maître de Classe AssassinCapitaine Chumedoro
MessageSujet: Katarina Eranov [Terminée]   Dim 13 Mar - 23:19


Identification


Nom : Je fais partie de la maison noble des Eranov
Prénom : A ma naissance, mes parents m’ont prénommé Katarina. Mon prénom signifierait “pure”... Mes avis que ce n’est plus adéquat… Mes mains sont détrompées par le sang de mes ennemis abattus.
Surnom/Nom de code : En opération, mon nom de code est Brynhildr. Mes proches m’appellent parfois Kate ou Kata, voir Katy mais c’est beaucoup plus rare car je  trouve ce dernier surnom infantilisant. Notre Reine Mère bien aimée trouve plaisant de m'appeler “Gourmande”. Du reste, je dois en avoir d’autres, donnés dans mon dos...
Age : J’ai cinquante ans, toutefois je ne les fait pas et ne les ferais jamais. En effet, mon corps est de métal et me fait paraître bien plus jeune, ma beauté à jamais conservée.
Espèce : J'étais autrefois une Hapienne, tout ce qu'il y a d'ordinaire dans le Consortium. Aujourd'hui, je suis une Cyborg et cet état de fait me rend très fière.
Planète d'origine : Je suis originaire de Cherubah, planète qui est aujourd’hui le fief des Phénix.
Capacités raciales : Les Hapiens ne voient pas dans le noir, mais ce défaut plus que gênant fut corrigé il y a longtemps lorsque j'ai reçu mes premiers implants oculaires. Il est également courant de dire que nous sommes plus intelligents que le commun des mortel et, sincèrement, je pense que c'est tout à fait vrai. Enfin, nous possédons une beauté naturelle.

Faction(s) : Je suis membre du Consortium Galactique en ma qualité de Phénix mais également de Chume’doro.
Rang et poste : J'occupe le rang de Maître de Classe mais également Capitaine du Chume’doro, veiller sur notre Reine Mère est pour moi un honneur.
Classe : Je suis de classe Assassin, combattre les utilisateurs de la Force est ma spécialité.

Cybernétique:
 


Module prototype du Phénix :
 





Caractéristiques


Physique :
Force physique : 10
Agilité : 10 +2
Réflexe : 10 +2
Furtivité : 10 +2
Résistance : 10

Mental :
Force mentale : 10
Intelligence : 8
Mémoire :8
Charisme : 8
Arrogance : 6
Patience : 8

Combat :
Corps à corps : 13
Arme légère : 8
Arme d'assaut : 6
Arme de précision : 0
Arme lourde : 0
Explosifs : 0
Arme blanche : 14 +2
Sabre laser : 0
Maîtrise de la Force : 0
Cybernétique : 12
Pilotage : 6

Intellectuelle :
Linguistique :2
Électronique : 10
Mécanique : 10
Médecine :





Description physique


Je ne suis pas une fille gentille, ni une demoiselle en détresse, ni quoi que ce soit de ce genre là. Je suis une tueuse, une arme de guerre à part entière. D’humaine je n’ai que l’apparence et malheureusement pour mes ennemis, ils ne le comprennent que trop tard … lorsqu’ils ont la chance de me voir arriver.
Je suis née dans le Consortium Galactique il y a cinquante ans, au sein de la maison Eranov. Depuis toujours, mes ancêtres ont vigoureusement choisi leurs partenaires afin de garder notre lignée  parfaitement pure. De ce fait, je joui d’un patrimoine génétique  parfait, si je puis m’exprimer ainsi...

Comme toutes les Hapienne, je suis donc dotée d’une beauté rare pour le commun des mortels, propre aux femmes du Consortium. Toutefois, la nature s’est tout de même montrée généreuse avec moi, m’offrant une silhouette très enviable naturellement.  Je suis une femme plutôt grande, avoisinant le mètre quatre-vingt sans avoir besoin de tricher sur ce point. Je pourrais ensuite vous dire que mon poids est équilibré avec ma silhouette, mais ce serait un mensonge. En effet, mon corps tout entier est synthétique, mon cerveau étant le dernier témoin de mon humanité… Les prothèses cybernétiques que je porte - et dont je vais vous parler plus longuement après - font de moi un poids lourd. Vous n’arriveriez donc pas à me soulever sans aide, c’est tout ce que vous avez besoin de savoir.
Vous pourriez maintenant vous demander si ma silhouette est celle que j’avais à l’origine, avant de devenir machine, et je vais vous répondre très sincèrement : oui. Le corps que vous avez face à vous est celui dont la nature m’a doté, d’un point de vue extérieur du moins, cela vous l’avez comprit. Je disais donc tout à l’heure que la nature avait été généreuse,  vous trouverez donc chez moi de quoi nourrir vos envies les plus inavouables. Au plus grand plaisir de mes amants et amantes, je possède donc une poitrine généreuse et un fessier rebondit, ainsi que de bonnes hanches, de quoi vous agripper tout en rendant la chose agréable. Mon ventre est plat et mes “muscles” sont légèrement visibles. Il en est de même sur l’ensemble de mon corps. Visuellement je suis quelqu’un d’athlétique, mais ce n’est qu'illusion. Je suis bien plus  que cela. Mon corps est une machine, je suis donc capable de prouesses insoupçonnées.

De mon humanité, j’ai gardé mon visage. Celui-ci est identique en tout point à celui que j’avais autrefois et ce jusque dans les moindres détails. La peau synthétique qui recouvre l’ensemble de mon corps et de mon visage est claire, m’offrant un teint constamment frais et sans défauts. Mes trais sont fins et indéniablement féminins. Les prothèses oculaires que je porte me garantissent un regard des plus pénétrant, mes iris étant d’un vert émeraude intenses. J’en conviens, cette couleur si intense peut paraître parfois peu naturelle, mais n’oubliez pas que je suis une Hapienne et que de ce fait il n’est pas si étrange pour moi d’avoir des yeux pareils, d’une grande beauté. Ces implants oculaires m’assurent une vue perçante ainsi que d’un zoom - plus besoin de macro jumelles ! - pouvant de synchroniser avec mes armes. Ces implants me permettent également d’utiliser les spectres thermiques, électromagnétique ainsi que la vision nocturne. De façon générale, l’ensemble de mes sens sont bien plus perçants que la normal Hapienne pour la simple et bonne raison qu’ils ont été remplacés par des senseurs.

Outre ces détails, de mon humanité j’ai gardé ma longue chevelure carmin. Si la teinte de celle-ci n’avait rien de naturelle autrefois, aujourd’hui elle ne saurait perdre sa couleur.. Brillantes et soyeuses, mes longues mèches rouges me caractérises depuis toujours et je ne saurai m’en séparer. De plus, avec mes yeux verts elle offre un contraste saisissant qu’il est difficile d’oublier… ou de ne pas remarquer ! Avec l'éclairage toutefois, ma chevelure parait parfois rousse, parfois un peu rose…  mais elle est pourtant bien de la couleur du sang, du votre du moins car le mien est argenté. Le reste de mon visage n’a rien de réellement spécial. Mon nez est droit et fin, et mes lèvres sont pulpeuses, invitant aux meilleurs des douceurs… Ah si ! Il reste une dernière chose : une cicatrice. Cela n’est pas commun chez les Phenix car notre peau est généralement synthétique et peut donc être remplacée facilement, toutefois j’ai fais le choix de garder - ou plutôt reproduire - la cicatrice que j’ai à l’oeil gauche.

Côté vestimentaire, je suis du genre réductrice. J’ai le choix de ressentir la chaleur et le froid, cela me permet donc de porter  ce que je veux sans me soucier un seul instant du temps qu’il fait. Mes tenues dites civiles sont généralement assez semblables et plutôt simplistes, sans ornements. Elles se composent indubitablement d’un pantalon près du corps de couleur sombre, de bottes hautes assorties et d’une courte veste dévoilant sans gêne mon ventre parfait, ne dissimulant que l’essentiel et offrant tout de même un décolleté exquis. Les manches sont alors trois quart et le col de la veste remonté. Il m’arrive d’y ajouter des gants mais cela est plus rare.


Lorsque je ne porte pas ce genre de tenues et que je ne suis pas nue c’est que je suis dans mon armure de Phénix, même dans ma fonction de garde du corps de sa majesté. Généralement, rencontrer cette dernière dans ses atours de Reine tandis qu’un Phénix se tient tout proche avorte les tentatives d’assassinat sans que les Chume’doro n’aient à lever le petit doigt.

Mon armure, à l’instar de toutes les armures de Phénix, est en phrik. Cet alliage très résistant fut le un choix naturel dans la conception cette pièce unique. En effet, nous sommes des tueurs de Jedi et de Sith, nous avons pour mission de purger la Galaxie des utilisateurs de la Force et le Phrik représente une parade idéale à la puissance des sabrelasers, arme capable de percer n’importe quelles autres armures, sauf les Beskar’gam des Mandaloriens. Cette armure pourrait assurer des fonctions de survies, mais ce n’est pas le cas. En effet, mon corps assure déjà cette fonction tout seul. Boire, manger, respirer… tout cela est en option, une option que j’active selon les situations. Mon armure est donc une couche supplémentaire de protection ainsi qu’un support pour certaines modifications cybernétiques, telle que la propulsion qui me permet de voler.  Celle-ci d’ailleurs prend la forme d’une paire d’ailes de lumières solide rougeoyantes, rattachées à mon dos par une partie métallique que je peux déployer à volonté afin de ne jamais être encombré. Contrairement aux réacteurs, les ailes sont totalement silencieuses. Bien entendu, lorsqu’elles ne me servent à rien je les désactives, elles ne sont donc visible que lorsque je vole.
En outre, mon armure est noir avec une touche de rouge afin de rappeler ma chevelure. Celle-ci est d’ailleurs à l’air libre en tout temps, mon masque servant avant tout à dissimuler mon visage… Vous remarquerez peut être que mon masque comporte une petit ligne rouge du côté gauche, rappelant ainsi ma cicatrice.

Sous l’armure se cache une seconde carapace, celle-ci généralement insoupçonnée ou oubliée. Sous la peau synthétique qui recouvre mon corps se cache une couche de Phrik, ce même métal à l’épreuve des sabrelasers. cette couche recouvre l’ensemble de mon corps, des pieds à la tête et protège mes “organes” internes. A vrai dire, le seul organe encore plus ou moins naturel est mon cerveau car le reste de mes fonctions vitales sont assurés par des prothèses et implants cybernétiques. Même mes membres sont des prothèses, les meilleures qui soient. Celles de mes bras dissimulent entre autre chose le mécanisme de décharge à pulsassions ou de surcharge.

Équipement

Armure de Phenix : Cette armure en Phrik recouvre l'ensemble de mon corps à l'exception de ma bouche. Elle me définie en tant que Phenix. Unique, mes semblables peuvent me reconnaître grâce à elle tendit que mes ennemis craigne celle-ci. Elle a pour fonction d'être ma seconde peau, une autre épaisseur de blindage en plus de celle qui recouvrent déjà mon être. En effet, la totalité de mes fonctions cybernétiques sont intégrées à mon corps, à l’exception de mes ailes qui fonctionnent avec mon armure.

Prothèses cybernétiques : J'ai sciemment décidé de me séparer de la totalité de mes membres puis de mes organes pour les remplacer par des prothèses. Je suis davantage une machine qu'une femme... Celles-ci intègrent donc toutes les modifications cybernétiques de Phénix qui sont miennes, à l’exception de mes ailes. Mes prothèses sont en phrik, un métal très léger et surtout résistant face aux sabrelasers. L'ensemble de mon corps est lui même recouvert d'une couche de phrik sur laquelle est ensuite déposée la peau synthétique, imitant la texture de la vraie peau ainsi que ses sensations. Toutefois, j'ai le choix de ressentir la douleur, le froid, le chaud. J'ai le choix de manger et de boire et même de respirer... Par contre, j'ai toujours besoin de sommeil, même si celui-ci ressemble plus à un état de veille désormais.

Paires de shoto à énergie :  J’ai fais du corps à corps et des armes blanches ma spécialité. Ces shoto dévoilent une lame rougeoyante lorsqu’ils sont activés, allant de paire avec mon armure. Désactivé, le les porte au niveau des cuisses où ils tiennent grâce à des attaches magnétiques. Les lames d’énergie sont un équivalant aux sabrelasers et peuvent donc les combattre. La structure solide est en phrik afin de s’en protéger. Ces armes sont une version plus courte des épées à énergies, toutefois dans mon cas la lame forme un L (voir image).

Epée à énergie :  Si les shotos sont mes armes de prédilection, je n’en reste pas moins une experte des lames. J’emporte donc toujours une épée à énergie avec moi, une lame toujours capable de rivaliser avec les sabrelasers tout en restant légèrement et maniable. Lorsqu’elle est activée, la lame de plasma est rouge, à l’instar de mes shotos ou de mon armure.

Sabre laser : Ce sabre n'est pas de ma confection. C'est un trophée rapporté de Tython et que j'utilise généralement face aux utilisateurs de la Force. Sa lame est violette, sinon il n'a rien de spécial... si ce n'est faire comprendre à mes ennemis que j'ai déjà tué l'un des leurs.

Gun of Command : Une arme légendaire au sein du Consortium d’Hapès, capable de réduire à néant le plus virulent des adversaire en lui ôtant toute résistance mentale d’un seul tir, le soumettant alors à ma volonté. Ne pas avoir de Gun of Command pour un Phénix de mon rang serait une hérésie.

VI-HWS - PANTHER : Cette arme est très pratique pour un assassin car son tir est invisible et silencieux.




Description psychologique


Qui suis-je ? Pourquoi êtes vous si … curieux ? Ne vous a t'ont jamais dit que la curiosité est un vilain défaut ? Vous voulez savoir qui se cache sous l’armure ? Quel genre de fille je suis ? Vous allez probablement être déçu …

Vous devez savoir que je suis née dans une famille de militaire. Aussi loin qu’il est possible de remonter, nous avons tous embraser une carrière dans l’armée ou en lien avec ce monde. Tous sauf ma soeur. Cette dernière avait préféré la politique avant de nous trahir… Aujourd’hui, son corps n’est plus que cendre tandis que j’ai moi même arraché sa misérable vie à son frêle et faible petit corps…  C’est une autre histoire que voici, mais ces quelques informations vous permettront sans le moindre doute de vous faire une petite idée de la force de ma loyauté envers le Consortium, envers ma Reine. Je suis une personne pour qui le devoir est une chose primordiale et celui-ci passe avant tout le reste, y comprit ma propre existence… Toutefois, je ne suis pas prête à me sacrifier pour le geste. Si je devais en arriver là, cela voudra dire que c’est la meilleure chose à faire, que ce geste sera utile pour Hapès. Je connais la valeur de ma vie comme celle des personnes susceptibles de travailler avec moi et je ne suis pas portée sur le sacrifice inutile, ni sur le meurtre gratuit de mes subordonnés, d’ailleurs… Même s’il m’arrive de faire croire le contraire !

Ma propre mère connaissait bien Alicia Solaris et était l’une de ses plus proches collaboratrice lors de la prise de pouvoir de cette dernière. Grâce à elles, j’ai rencontré Alexandra un an avant l’assassina de sa mère et la côtoie depuis ce temps là. Nous nous entendîmes immédiatement et de ce fait, aujourd’hui, je suis l’un de ses plus grand soutient et collaboratrice, à l’instar de ma propre mère et de la sienne, et ce pas uniquement parce qu’elle est notre Reine Mère. Je l’apprécie vraiment - nous nous connaissons depuis qu’elle a 15 ans ! - et même si nous ne pouvons pas dire qu’il s’agit d’une amitié, je crois on ses idées que je partage totalement... La vie sans la Force… Moi même suis un bel exemple de cette idée, la prochaine étape pour moi ne pouvant qu’être le transhumanisme désormais...

Si autrefois j’étais une petite fille enjouée, aujourd’hui je suis davantage connue pour ma patience et mon calme, deux qualités essentielles pour être un bon Assasin. En effet, il est rare de me voir sortir de mes gonds. Seuls quelques sujets particuliers peuvent me mettre à fleur de peau rapidement. Sinon, vous devrez vous armer de patience …  De plus, en tant qu’Assassin et ancien membre des Renseignements, je suis une personne réfléchie, qui prend le temps d’évaluer les situations pour y répondre de la façon la plus adéquate. Cependant, une fois lancée, je me révèle être une adversaire tenace et redoutable. Néanmoins, cette ténacité est tempérée par une vision réaliste des choses. Je ne me lancerai pas dans un combat perdu d’avance pour une gloire dont je me contrefiche, au risque d’être ensuite détestée. Mort, on ne sert à rien. Je sais donc également lorsqu’il est temps de battre en retraite face à un adversaire trop puissant. Je suis également  adepte du “bien pour le plus grand nombre” et suis prête à sacrifier milles vies pour en sauver cent milles … ou pour assurer la suprématie du Consortium.

Disponibles pour les autres Phénix et membres du Chume’doro - afin de les conseillers ou de m'entraîner avec eux pour les premiers et pour travailler avec les seconds - je garde toutefois une certaine distance avec ces derniers. Je n’ai jamais réellement été capable de me faire des amis et encore moins depuis la trahison de ma soeur qui, je dois l’avouer, m’a marqué.  La seule personne dont je suis encore très proche est - étrangement - mon jeune frère. Même avec le reste de ma famille mes relations ne sont pas aussi poussées. Ma relation avec Alexandra Solaris est, quant à elle, difficile à qualifier… je ne vais donc pas m’y essayer… Quoi qu’il en soit, la distance que je maintiens dans la majorité de mes relations me permet de garder la tête froide en toute occasion et, le cas échéant, de pouvoir prendre les bonnes décisions sans état d’âmes.

Toutefois, ne pensez pas que je suis insensibles et handicapé socialement. C’est même - étrangement - plutôt le contraire ! Si je n’ai pas vraiment d’amis, rien ne m’empêche de m’amuser avec ceux qui sont mes collègues et mes plus proches collaborateurs… Voir des frères d’armes. Je ne leur raconte pas ma vie, mais je peux tout à fait passer de bons moments avec ces personnes. Mon corps ne subit plus les effets de l’alcool, des drogues et ce genre de chose mais rien ne m’empêche de m’amuser la nuit, de sourire, de danser, de rire et de faire tout un tas de bêtises …  Toutefois… Je sais que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. De ce fait, je n’ai aucun scrupule à mentir ou à simuler des choses que je ne ressens pas.

Je le disais plus haut, je ne suis pas la meilleure des amies… J’aime la solitude, les endroits calmes, la nuit … ce genre de chose. Cela ne me rend pas totalement incapable une fois entourée de la populace… Mais je me sens généralement particulièrement bien lorsque je suis seule. Ce genre de moment sont si rares.

Guère adepte des grands discours - moralisateurs ou non - je laisse volontiers ce genre de choses à mes collègues Maîtres de Classes, après tout nous sommes assez nombreux pour cela. Je ne suis pas non une adepte de la politique et m’entend particulièrement mal avec les gens de ce monde, surtout depuis la trahison de ma soeur. Je sais que les complots sont monnaies courante sur Hapès et j’en suis d’autant plus consciente depuis que je fais partie du Chume’doro… Mais peu de politiciens trouvent grâce à mes yeux, cela est plus fort que moi. Par contre, les militaires ont tendances à m’être plus sympathiques, mais je n’accorde pas non plus ma confiance à n’importe qui pour autant. Toutefois, j’apprécie grandement leur franc parlé, j’aime lorsqu’on s’adresse à moi sans courbettes, sans passer par quatre chemins. J’accorde d’ailleurs une grande importance à l’honneur, ce qui peut vous sembler paradoxal. Comprenez que lorsque je donne ma parole, j’essaie de m’y tenir au maximum et j'attends cela en retour… Par contre je suis une Assassin et même si engager un duel en bonne et du forme ne me dérange pas, il n’empêche que je tue souvent par derrière.

Enfin, une dernière chose et non des moindres… mais cela je pense que vous l’avez comprit… Sith, Jedi, Chevalier Impériaux … Vous me détestez et je vous assure que cela est réciproque… et il me tarde que nous nous rencontrions pour un duel mémorable.





Histoire

Chapitre I - 350  ABY à 370 ABY (0 - 20 ans)



Je suis née sur Cherubah en 350 Après la Bataille de Yavin, il y a donc cinquante ans exactement. Je naquis en décembre, le 13 de ce mois plus précisément et suis la deuxième fille de Natalia Eranov et d’un illustre inconnu. Ne pas connaître son géniteur est monnaie courante sur Hapès, je ne m’en suis donc jamais formalisé. La seule chose dont je suis certaine, c’est que ma soeur aînée, Anya, ne possède pas le même père… Et que mon frère eu la chance d’avoir le sien pour le sauver, mais c’est une autre histoire.

Naître au sein de la maison Eranov donne des privilèges. Nous ne sommes pas des Industriels, mais nous sommes de fervents défenseurs d’Hapès, tous les membres de notre famille ayant choisi la voie des armes certain étant même des Phénix. Nous avions également été l’un des premier soutiens pour la maison Solaris en 340 et l’étions toujours l’année de ma naissance.
Ma soeur fut la première à briser cette tradition militaire, tradition que j’ai pour ma part honoré lorsque je fus en âge d’entrer dans le service. Mais avant d’embrasser ma destinée, j’ai grandis dans le faste et le luxe d’une maison noble, ce faste étant tout de même contrebalancé par une mentalité des femmes de ma famille, toutes militaires comme je vous le disais, d’autant que l’année de ma naissance marqua le début de la guerre totale.
Dès que je fus en âge, ma mère sélectionna les meilleurs précepteurs afin de me faire classe dans notre demeure de Cherubah. Ma soeur étant plus âgée, elle ne suivait pas les mêmes cours que moi tandis que mon jeune frère n’avait pas droit aux mêmes chances. J'eus une enfance solitaire, ne voyant que peu ma famille - toutes partie en guerre - ou même ma soeur et mon frère.

A quinze ans, je décidais qu’il était temps pour moi d’embrasser ma destinée. Je quittais donc Cherubah pour Hapès afin d’y commencer mes classes, avec pour but de rejoindre les services de renseignement Hapien, ma propre mère y travaillant. Mes classes furent l’occasion pour moi de m’ouvrir un peu au monde, n’ayant connu que peu de choses lorsque j’étais jeune. Toutefois, j’étais une adolescente discrète et mes amis étaient peu nombreux. Une nature si solitaire aurait été gênant si mon bute avait été de rejoindre l’armée, mais dans le cas des renseignements ce n’était pas si problématique. Ma discrétion naturelle était même appréciée…

Afin de me propulser au mieux à la fin de mes classes, ma mère commença a m’emmener dans de nombreuses soirées mondaines où la crème de la crème Hapienne se réunissait, à commencer par Alicia Solaris elle même, ma mère et cette dernière étant proches. En effet, Natalia avait joué le rôle de bras droit d’Alicia en 340, puis avait continué à travailler en étroite collaboration avec cette dernière jusqu’alors. Toutefois, ces soirées me permirent surtout de rencontrer Alexandra Solaris, alors âgée d’à peine 15 ans. Malgré nos cinq années d’écart, nous nous entendîmes immédiatement, bien qu’Alexandra s’évertuait à garder une certaine “distance professionnelle”. Aujourd’hui encore, le concept de l’amitié lui semble étranger, mais notre relation peut être qualifié de ce qui s’en rapproche le plus.
L’an 370 marqua un nouveau tournant dans notre histoire lorsqu’Alicia Solaris fut assassiné par les Sith, offrant à Robela Djo sa vengeance. Le Chumedoro d’Alicia avait failli à sa tâche, beaucoup étaient morts pour tenter de protéger leur déesse.


Chapitre II - 370 à 380 (20-30 ans)


Avec la mort d’Alicia Solaris, Alexandra fut couronnée Reine Mère. Elle devint notre déesse, une déesse que j’avais la chance de connaître personnellement et que je ne voulais pas voir mourir. Je fis alors le choix de quitter les Services de Renseignements afin de tenter ma chance auprès des Phenix. Toutefois, mon départ ce fit en douceur. Tout d’abord, les scientifiques du programme et moi même nous rencontrâmes afin de discuter des options s’offrant à moi, mais la voie de l’Assassin devint rapidement une évidence, autant à cause de mes compétences d’alors que de mon envie de traquer les utilisateurs de la Force au nom de notre Reine… afin de lui éviter le sort peu enviable de sa propre mère comme de mettre fin aux guerres. Après tout, nombres d’entre elles furent entamées au nom de cette soit disant “Force”...

Au cours de l’année 370, je quittais Hapès pour retrouver Cherubah. Là, j’intégrais le programme Phénix après avoir officiellement quitté les Services Secrets. Comme tous les nouveaux membres du programme, je reçu rapidement les premières modifications cybernétiques, puis quelques semaines plus tard celle inhérente à la Voie que j’avais choisi. Mon entraînement reprit ensuite de plus bel.
Dans un premier temps, il fut question de prendre conscience de mes nouvelles capacités.  De nature prompte à m’adapter rapidement, je n'eus guère de difficulté à me faire à ma nouvelle condition, y trouvant même une forme de plaisir intense. Par la suite, je poursuivis mon entraînement afin de parfaire mes capacités déjà durement acquises depuis mes quinze ans, mettant notamment l’accent sur le maniement des armes blanches.

En 379, un an avant le massacre de Tython et étant déjà Capitaine du Phénix suite à une opération réussi avec brio, je candidatais pour rejoindre le Chume’doro d’Alexandra. Celui-ci ne comportait pas encore beaucoup de Phénix, j’étais pour ainsi dire l’une des premières. Sans surprise, je fus sélectionné sans la moindre difficulté…

Lorsque le Chume’doro intègre un nouveau membre, cela ne se fait pas en catimini, loin de là. Ma cérémonie d’intronisation se fit naturellement sur Hapès, au sein même du Palais Royal. Tous les Chume’doro étaient alors présents ainsi que - bien entendu - Alexandra. De nombreux nobles étaient également invités cette soirée là, dont ma famille. Je me souviens être arrivé en armes et en armure, qui n’était pas très différente de l’actuelle… Lorsque les doubles portes s’étaient ouvertes devant moi, la première chose qui attira mon regard cybernétique fut Alexandra, qui avait rejoint elle même le programme. Je me souviens l’avoir trouvé très belle à cet instant précis.  Après quelques secondes, j’étais entré dans la salle du trône, marchant d’un pas mesuré et ne craignant rien ni personne. Je me souviens avoir vue le regard fière de ma mère et celui beaucoup plus froid de ma soeur. Lorsque j’étais arrivé au pied du trône d’Alexandra, je mis un genoux à terre et baissais la tête. Je ne pouvais alors pas la voir, mais j’entendis très clairement ses pas lorsqu’elle s’était levée. Je n’avais pas non plus sentit sa lame sur mes épaules du fait de mon armure. Toujours à genoux, le regard toutefois posé sur elle, je prêtais ensuite serment. Je fis voeux de la protéger envers et contre tous, quitte à y laisser ma vie.

Par la suite, les invités s’étaient retrouvé pour fêter l’évènement. Toutefois, je n’ai pas vraiment assisté au reste de la soirée… Car bien vite Alexandra m’emmena dans ses appartements pour fêter cela plus dignement. Ce fut une soirée tout à fait exquise, placé sous le signe du plaisir, nous possédons l’une l’autre tour à tour… et porté par l’endurance de nos corps en partie cybernétique, nous poussâmes nos ébats jusqu’au lendemain.

Ma première année au service de la protection de sa majesté fut plus mouvementée que je le pensais. Il s'avéra que le nombres de complots à son encontre étaient plus importants que je l’imaginais, bien que nombres d'entre eux étaient étouffés dans l’oeuf.


Chapitre III - 380 à 390 ABY (30-40 ans)


380 ABY marqua un nouveau tournant pour la guerre et la plus grosse opération des Phenix. Tous rassemblés pour le même combat et guidé par notre Reine Mère, alors une jeune Phenix, nous attaquâmes Tython.

Je me souviens très bien de cette bataille, ou plutôt de ce massacre. Soyons clair, les Stormtrooper présents furent décimés en un tour de main tandis que les Jedi, même en nombre, ne purent faire le poids face à notre effectif. Lorsque le sol du Temple fut jonché de cadavre, il fut temps de poursuivre ceux qui étaient parvenus à fuir. La traque dans la forêt luxuriante débuta et fut indubitablement ma partie préféré de l’opération. Je fonctionnais en duo avec Alexandra, gardant un oeil sur elle étant donné qu’elle faisait partit du programme depuis quelques années seulement, mais aussi parce que tel était mon serment. Notre pair dut efficace et de nombreux Jedi périrent sous nos lames, la Déesse démontrant ses capacités martiales. Toutefois, je du parfois également intervenir afin de lui prêter davantage  main forte. Je lui sauvais même la vie alors qu’un Maître Jedi l’avait cloué au sol, désarmée. Ce fut le duel le plus intense de cette campagne, ce dernier donnant lieux à un affrontement mémorable. Avant de mourir, la vermine parvint même à me blesser au visage après avoir réussi à faire sauter mon masque. Sa lame ardente aurait pu faire de gros dommages mais par chance elle se contenta de m’offrir une cicatrice à l’oeil gauche.

De retour sur Cherubah je fus promus au rang supérieur, autant chez les Phenix que chez les Chume’doro, ayant sauvé la vie de la Reine Mère sur Tython tout en ayant démontré mes capacités à la protéger et à éliminer les Jedi. Je me séparais alors volontairement de mes membres, les remplaçants par des prothèses cybernétiques tandis que je faisais prélever et conserver mes ovules, dans le cas où il me serait nécessaire d’avoir une descendance. Ma cybernétisation étant désormais très avancée, il m’était impossible d’avoir des enfants naturellement… Mais ce n’était pas quelque chose de dérangeant. Je fus ensuite conviée sur Hapès par Alexandra fin de fêter dignement le massacre de Tython, acceptant même que son harem participe aux réjouissances… Bien que je fus tout de même très possessive envers Alex, préférant la prendre devant ces hommes plutôt que de les laisser la toucher.

Les années qui suivirent furent bien plus calme. Toutefois, ma famille fit fasse à la trahison de l’un de ces membres : ma soeur, Anya. Cette dernière n’avait jamais souhaité prendre les armes et s’était plutôt lancé dans la politique, toutefois elle ne partageait pas la vision de notre Reine Mère et de notre famille, contrairement à ce que je pensais. En quittant Hapès, elle fit tuer notre mère sans le moindre remord. Ce fut mon frère qui m’avertis de sa traîtrise, lui qui pourtant n’avait jamais eu son amour.

N’étant alors pas en mission pour le Phénix, je demandais à pouvoir traquer Anya étant donné que celle-ci était partit avec de précieuses informations, notre famille étant toujours très proche de la Reine Mère comme cela avait été le cas avec Alicia Solaris. Ma traque fut rapide et s'arrêta à la frontière de l’amas, alors qu’Anya devait rencontrer d’autres traîtres capables de lui faire quitter le Consortium Galactique. J’étais arrivé en volant et m’étais posé directement sur l’air de décollage du vaisseau, faisant une entrée peu discrète mais qui eu pour conséquence de faire perdre leur assurance aux traîtres, ma soeur comme les pilotes. Je me souviens parfaitement d’Anya en train de me supplier, alors que j’avais éliminé en quelques instants les deux pilotes. Je me souviens l’avoir entendu de qualifier de monstre, m’avoir craché au visage puis avoir tenté de m’attaquer… Toutefois, son geste était long et imprécis et je n'eus pas la moindre difficulté à arrêter son bras, à le tordre puis le briser. A genoux et  gémissante, j’avais le choix de la ramener sur Hapès… ou de venger notre mère dès à présent. L’envie d’agir dès à présent était forte, toutefois j'eus la force d’empoigner ma soeur par le bras et de la ramener sur Hapès afin de faire de sa trahison un exemple.

De retour sur la capitale, l'exécution fut programmée, ma seule condition étant que je devais donner le coup fatal. quelques jours plus tard, je retrouvais Anya sur une place publique, celle-ci noire de monde. Les médias étaient également présents afin de relayé l'exécution, comme cela se faisait et se fait toujours. Il était question de faire un exemple et d’envoyer un message aux traîtres…

Lorsque l’heure fut venue, j’étais arrivais en volant, portée par mes ailes rougeoyantes. Je m’étais posé au milieu de la place, mon regard rivé sur Anya dont les quelques jours en cellules n’avaient pas fait du bien. Lentement, je m’étais ensuite avancé vers elle, puis une fois à un petit mètre, ma main avait trouvé le sabre laser ramené de Tython. La lueur violette de la lame éclaira son visage lorsque je l'eus activé puis levé vers elle. Nous n'échangeâmes aucunes paroles tandis que j’approchais ma lame de sa poitrine, sa peau commençant à brûler lorsqu’elle ne fut plus qu’à quelques centimètres. L’odeur était désagréable, mais mon regard demeurait fixé sur elle… Sur ses yeux verts pareils aux miens. Ma lame plongea ensuite lentement dans sa poitrine, lui arrachant un cri avant que son coeur soit transpercé par elle. La pointe violette traversa sans mal le pilonne auquel elle était attaché alors que j’enfonçais la lame jusqu’à la garde du sabre, avant de l’ôter d’un mouvement vif, coupant son corps au niveau de la taille en même temps que le pilonne. Son corps s'affaissa lentement sur le côté, puis tomba au sol, partiellement découpé et fumant. La foule tout entour de moi était parfaitement silencieuse et le demeura alors que je me retournais vers elle… Quelques instants plus tard, j’activais mes ailes et quittais la place.


Chapitre IV - 390 à 400 ABY ( 40-50 ans)


La mort de ma soeur jeta un froid sur la famille. Ils comprenaient tous la nécessité de son exécution mais avait du mal à accepter la froideur avec laquelle je l’avais mise à mort. Toutefois j’étais loin de me soucier de ce genre de considération, d’autant que 390ABY fut une année chargée.

En effet, j’accompagnais Alexandra sur son vaisseau, le « Fortress of Arrogance », où un tiers de la flotte d’Hapès teint l’escadron de la mort en échec, tout proche des frontières Mandalorienne. Toutefois, ma mission d'escorte devint rapidement bien plus intéressante lorsque la Reine Mère ordonna de rapprocher son vaisseau du navire capital adverse pour une manoeuvre d’abordage en règle. A bord du vaisseau Impérial, nous nous taillâmes rapidement un chemin jusqu’à l’Impératrice, qu’Alexandra provoqua en duel tandis qu’elle nous ordonnait de sécuriser le secteur. Démontrant ses capacités martiales, Ta’chume décapita son adversaire, puis nous nous lançâmes à la poursuite de l’héritière mais celle-ci parvint à s’enfuir de justesse. Quoi qu’il en soit, cette offensive brisa l’élan impérial.

Les années qui suivirent permirent au Consortium de consolider ses conquête. Il y eu également de nombreux engagements, mais rien qui nécessite d’être mentionné. Toutefois, ces années me permirent d'affûter davantage mes talents et d’accéder à l’avant dernier rang du programme Phénix : Le rang de Maître de Classe.  Je me rendis sur Cherubah afin d’y apporter les dernières modifications cybernétiques possibles. Cela fut l’occasion de dire “adieu” à ce qui faisait de moi une humaine, car je me séparais de tous mes organes, de tous ce qui était organique à l'exception de mon cerveau, lui même étant toutefois grandement altéré par mes implants.
Afin de fêter cette promotion et ce nouvel état de vie, je regagnais ensuite Hapès et y retrouvais Alexandra - en vérité, je m’infiltrais surtout jusqu’à ses appartements - que je fis mienne toute la nuit durant..





Vous !

Prénom/pseudo : Ombresia
Age : 20
Sexe : Fille
Comment avez vous connu le forum ? DC Lexa
Petit plus ? /


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Katarina Eranov [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: II - Votre personnage :: Registre Galactique :: Fiches validées-
Sauter vers: