Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Skylar Sinclair (Fiche Terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Feuille de personnage
Race: Polydroxol
Expérience:
0/0  (0/0)
Xp disponible: 0
avatar
Grand Moff
Grand Moff
MessageSujet: Skylar Sinclair (Fiche Terminée)   Ven 8 Juil - 22:28


Identification
 
Nom : Sinclair
Prénom : Skylar
Surnom/Nom de code : Skye, pour les intimes seulement
Age : Plus de siècles que je ne voudrais l’admettre
Espèce : Polydroxol
Planète d'origine : Sevetta
Capacités raciales : Changeuse de formes : que ce soit un objet ou un être vivant, peu importe, je peux le faire!
 
Faction(s) : Impérium
Rang et poste : Grand Moff – Rang VI (ex Moff de l’Imperial Intelligence)
 
Formes de combat au sabre-laser : Soresu
Don : Aucun
 
Pouvoirs de la Maîtrise du Sabre-Laser:
 
Très faible
-Tous
 
Faible
-Forme de Combat : Base des 7 formes principales
-Forme de Combat : Forme de Prédilection 1 : Soresu
-Amélioration physique 2
 
Moyenne
-Amélioration physique 3
 
Bon
-Voile de Force 1
-Amélioration physique 4
 
Très Bon
- Voile de Force 2
 
Pouvoirs de Force :
 
Très faible
-Tous
 
Faible
-Persuasion de Force
-Illusion 1
-Télékinésie 2
-Déflexion de Force 2
-Protection de Force 2
 
Moyenne
-Mémoire de Force
-Illusion 2
-Télékinésie 3
-Déflexion de Force 3
-Protection de Force 3
-Stase de Force
 
Bon
-Illusion 3
-Dissipation de Force 1
-Télékinésie 4
-Déflexion de Force 4
-Protection de Force 4
 
Très Bon
-Poursuite de Force
-Illusion 4
-Dissipation de Force 2
-Télékinésie 5
-Déflexion de Force 5
-Protection de Force 5
 
Maître
-Suppression de Force
-Phase de Force
-Illusion 5
-Dissipation de Force 3
-Télékinésie 6
-Déflexion de Force 6
-Protection de Force 6
 


Caractéristiques
 
 

Physique :
Force physique : 10
Agilité : 10
Réflexe : 10
Furtivité : 10
Résistance : 10

Mental :
Force mentale : 14
Intelligence : 8
Mémoire : 8
Charisme : 8
Arrogance : 8
Patience : 8

Combat :
Corps à corps : 4
Arme légère : 4
Arme d'assaut : 4
Arme de précision : 4
Arme lourde : 0
Explosifs : 0
Arme blanche : 0
Sabre laser : 10
Maîtrise de la Force : 12
Cybernétique : 0
Pilotage : 4

Intellectuelle :
Linguistique : 6
Électronique : 5
Mécanique : 5
Médecine : 5
 


 
Description psychologique
 
Psychologiquement, à part de dire que je suis parfois instable et blasée et que je souffre très certainement d’au moins une pathologie psychologique, qu’y a-t-il à dire de moi? Pour commencer, je suis une femme forte et fière avec énormément d’expérience derrière la ceinture et redoutablement intelligente. C’est ma grande force. Dans ma vie j’ai vu plus de choses étranges, violentes, perturbantes ou carrément inimaginables que n’en verront de leur vivant des centaines de personnes. Et vous savez quoi? Je n’ai jamais flanché. J’ai toujours vécu ma vie avec des tripes en acier, un mental de titane et avec aplomb.  Il y en a qui tergiversent et d’autres qui agissent. Moi je suis une femme d’action et je suis aussi extrêmement méticuleuse et attentive au détail. C’est important les détails.  Surtout quand vous êtes une survivante. Faites un faux pas et tout s’effondre autour de vous.
 
Rien n’est trop difficile pour moi. Plus c’est difficile, plus c’est dangereux, plus j’aime ça. Se dépasser. Il n’y a que ça pour déterminer la vraie nature de quelqu’un. Quand vous êtes immortelle et que vous avez arrêté de compter les siècles, je peux vous garantir que la seule chose qui vous empêche de sombrer, c’est de s’accrocher à quelque chose. Moi je m’accroche à la certitude que je suis plus forte et que s’il n’en reste qu’une, ce sera moi. Évidemment faire ce que j’ai fait, vivre ce que j’ai vécu… Cela a des impacts sur votre vision du social. Je suis cynique, sarcastique, mordante, incendiaire, glaciale, acide, virulente… Mais certainement pas arrogante ou orgueilleuse. Je n’ai pas de temps pour les conneries ou les jeux de qui a la plus grosse. Ce genre d’imbécilités ne conduit qu’à une finalité : l’échec. Chose que je tolère vraiment extrêmement mal.
 
Et quand je me trouve nulle ou que je me sens coupable pour quelque chose auquel je ne peux rien, je suis capable de me mettre une claque derrière la tête, de me botter le cul et de me remettre en selle. L’auto apitoiement? Non merci! Donnez cela à d’autres! Pas à moi! Ma faiblesse, ma très grande faiblesse, c’est très probablement ce détachement, ce refus quasi systématique de vraiment m’impliquer dans les affaires de gens qui peuvent mourir de vieillesse. Combien de fois me suis-je mariée ou aies-je fondé une famille? Un gros zéro. Combien de fois aies-je eu des amants, des amantes, des compagnes et des compagnons, par contre… Il va vous falloir plus qu’un ordinateur pour garder le compte, je crois. Bah après, c’est que je finis par m’ennuyer hein. Les nouveautés ne courent pas la Galaxie autant qu’on pourrait le prétendre. C’est compliqué la vie. Surtout la mienne.
 
Et puis du reste, quand en plus vous disposez d’une maitrise dans la Force, ça veut dire automatiquement devoir vous cacher pour ne pas attirer l’attention sur vous. Ou apprendre à dissimuler votre lien, c’est selon. J’ai vu tellement de morts à cause de gens qui disaient détenir la vérité sur la Force que j’ai arrêté de compter, en fait. Et que j’ai arrêté de m’en soucier. Je suis excessivement douée dans le domaine mais j’essaie de faire sans. Que voulez-vous : immortelle face à l’âge et la maladie (je suis une flaque de métal vivant…) mais très certainement pas invulnérable ou invincible. Je tiens encore à vivre malgré les siècles. Il y a encore tant à découvrir, à explorer, à expérimenter… C’est fou! Je pourrais vivre pour l’éternité et manquer plein de trucs. Vous n’avez pas idée de ce qu’il y a là, dehors, où vous ne vous risqueriez probablement jamais.
 
Je suis donc une extraterrestre avec un sacré bagage, qui maitrise la Force avec brio et qui agit sans supervision ni sanction d’aucune sorte et… J’essaie de me faire des amis, de m’intégrer à la société, je fais des blagues, je ris, j’ai une attitude beaucoup plus positive qu’avant… J’essaie de profiter de la vie sans forcément pourrir celle des autres quoi. Bon il m’arrive de péter un plomb comme n’importe quelle personne dont la patience a pu être érodée avec le temps» mais je ne suis pas la seule dans cette situation hein! Je veux dire, je ne peux pas être la seule extraterrestre d’un âge vénérable qui… Non. C’était nul cet enregistrement. Faudrait recommencer de zéro parce que là… [Espace Mémoire Insuffisant] HEY! Mais je t’emmerde espèce de cochonnerie humaine! Effacer. EFFACER!!! BORDEL DE SALOPERIE DE... {Bruit d’explosion}
 


 
Description physique
 
Physiquement maintenant. Ah oui, j’ai un nouveau gadget pour enregistrer l’autre est… Cassé. J’aime épater la galerie. On ne le dira pas trop fort mais c’est parce que je veux plaire aux autres, être aimé. Quand vous avez perdu votre famille, vos amis, tout ça… Vous finissez par vouloir profiter de la compagnie des autres. Et puis il m’arrive d’avoir les hormones dans le tapis, je suis une adulte, il faut bien évacuer toute cette énergie sex… AH! J’ai dit ça tout haut!? Effacer! EFFACER! [Données effacées. Reprise de l’enregistrement.] Nya nya nya… De la compagnie des autres. Nous étions rendu là. Il n’y a jamais eu de passage embarrassant juste après. N’insistez pas ou je vous mord. Je disais : j’ai des apparences bien plus discrètes mais que voulez-vous, on finit par aimer épater la galerie. Je suis une Polydroxol, après tout. Hum? Qu’est-ce qu’un Polydroxol?
 
Les Polydroxol sont une espèce d’être pensants, des changeurs de forme à base de Denantium (Le denantium est le constituant principal des Polydroxol. On suppose qu’il s’agit d’une substance métallique.), natifs de la planète Sevetta (une planète dont l’atmosphère est toxique pour les humains. Les éléments de terrains principaux la composant sont des volcans et des lacs de mercure.). Sous leur forme liquide, ils ressemblent à une masse de deux cent kilogrammes de mercure. Les Polydroxol utilisent généralement leur pouvoir de transformation pour imiter les autres espèces et ont la capacité de pouvoir parler leur langue mais (ce genre de cas de figure ne s’est pas réellement fait en dehors de leur planète) leur environnement naturel est les étendues d’eau volcaniques et toxiques de leur planète natale. Jusque-là, vous me suivez?
 
Leur évolution particulière résulte en un système circulatoire complexe faisant passer de l’électroglobine dans leur corps. Cela permet également aux Polydroxol de survivre sans oxygène. On a pu observer un intéressant fait de leur développement social durant leurs voyages hors planète, ces créatures se déplaçant généralement par paire. Grâce à leur nature métallique, leurs blessures superficielles peuvent se guérir instantanément tout comme la perte d’un membre ou encore des blessures par armes à projectiles. Cependant, même s’ils peuvent refermer leurs blessures ou remplacer leurs membres perdus, ils ne peuvent remplacer l’électroglobine  instantanément et ils ont besoin d’une bonne période de repos pour en permettre la régénération. Il est parfaitement possible pur un Polydroxol de mourir faute d’électroglobine mais de demeurer entièrement intact.
 
Mais c’est nul de rester une flaque de métal liquide alors j’adopte plein d’apparences. Mon apparence actuelle, celle de Skylar Sinclair, est particulièrement réussie d’ailleurs. Regardez-la : une jeune femme caucasienne, yeux gris, cheveux roux (enfin, plus rouge que roux voire je ne sais quelle couleur en fait)… Ça en jette! Pour le reste du physique, prenez la perfection, multipliez la par deux et voilà. Bon c’est de la vantardise pure et dure mais c’est pour rire. Chaque apparence est soigneusement étudiée pour répondre à un ou plusieurs critères d’une liste que je garde bien évidemment pour moi. Le but étant toujours d’avoir la bonne apparence pour la bonne tâche. Comme je peux ressembler à ce que je veux, il m’est arrivé de changer de sexe pour répondre à certains besoins. Une infiltration par exemple dans un milieu où les femmes ne sont pas les bienvenues.
 

 
Skylar Sinclair, Grand Moff de l’Impérium, Mes permis de séduction sont en règle!
 
Avec un tel physique, je peux vous dire que ça vous en ouvre, des portes. Pour ce qui est de la sexualité, je n’ai pas de problème à me servir de mon corps comme d’un arme et je m’en suis servi pour gravir les échelons plus d’une fois. Certains y verront quelque chose de dégradant. Moi je vois un moyen d’arriver à une fin. Je ne vous le cacherai pas, il est si facile de se laisser prendre au jeu, lire les pensées de votre cible, devenir son fantasme, obtenir ce qu’il vous faut et ensuite vous en débarrasser d’une façon ou d’une autre… Mais bon, pour en revenir à Skylar Sinclair, mon alias actuel, je peux vous assurer d’une chose : vous tomberez sous son charme. Une jeune femme si agréable au physique si impressionnant. Et en même temps une vraie « badass »! La vie est courte, autant en profiter et… Comment ça, de grands pouvoirs exigent de grandes responsabilités!?
 
Équipement
 
-Un sabre laser que je n’utilise jamais. Il m’en fallait bien un pour pouvoir apprendre avec l’Ordre Jal Shey et plus tard avec les Chevaliers Impériaux (première incarnation) mais… Comme bien des trophées et des reliques de mon passé, c’est sous clé, là où personne ne pourra le trouver.
 
- Une arme de service, il en faut bien une!
 
- Lame en phrik (matériel résistant aux attaques par sabres laser) utilisée pour le combat corps à corps
- PAC20 visual wrist comlink modifié
 
-Datapad incluant un scanner (pour les affaires plus « officielles »)
 
-Credit chip personnelle modifiable pour représenter mes nombreux alias
 
-Un micro générateur de gravité artificielle (150 kilo de métal liquide, ça pèse son poids alors… Il faut bien le dissimuler) [Ledit générateur est en moi et il est minuscule, vieille technologie ça… Du travail d’orfèvre!]
 


 
Histoire
 
Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine... J’ai toujours rêvé de commencer mon histoire ainsi. Enfin… Mon histoire… Pas exactement la mienne. Celle de plusieurs personnages que j’ai créé au fil d’une existence bien trop longue. Quand votre espèce est virtuellement immortelle… Vous vous lassez vite de la contemplation passive de l’univers et de ses mystères. Comme si j’avais déjà eu la patience pour ne pas simplement tenter quelque chose, sous une simple impulsion…. Enfin bon. Par où commencer? Parce que si vous pensez que je vais vous parler de moi, je vous le redis : vous ne saurez rien. Je suis la somme de toutes les identités que j’ai endossé. Qu’est-ce que l’individu, de toute façon, si ce n’est une partie d’un engrenage beaucoup plus vaste que lui? Tenez, je vais vous régaler du récit de Iam Noone. Qui est Iam Noone?
 
Iam Noone est, pardon, était un utilisateur de la Force qui était un membre influant de l’Ordre Jal Shey. Comment? Vous ne connaissez pas cet ordre? C’est normal. Il n’existe plus. L’équivalent le plus grossier serait les chevaliers impériaux. L’Ordre Jal Shey n’a jamais vu la Force comme sombre ou lumineuse. Il n’y a que la Force. Et ce fut un des plus fervents adeptes de cet ordre. Iam n’était pas le plus grand des duellistes mais c’était un érudit qui a longuement étudié la Force avant de s’éteindre un jour paisiblement dans son sommeil. De son vivant, il a uni des dizaines de peuples et mit fin à un nombre tout aussi impressionnant de conflits sans jamais rien demander en retour. On pense aux Jedis quand il est question de négociations mais Iam avait un talent que peu peuvent se vanter d’avoir eu. Si l’Histoire Galactique a oublié son nom, il aura laissé sa marque, à sa façon.
 
On prétend qu’il ne s’est jamais servi de son sabre laser de son vivant, tout du moins, pour régler des conflits.  Et c’est parfaitement vrai. En fait, Iam Noone n’a jamais levé la main sur qui ou sur quoi que ce soit. Comme tout membre de l’Ordre Jal Shey, il était capable d’utiliser le sabre laser mais si un jour vous en retrouvez les chroniques, au sein d’une peuplade primitive perdue, vous pourrez y lire cette citation : « Un sabre laser, c’est un gigantesque lampe de poche… Mais qui coupe. Pratique pour voir dans l’obscurité, moins dans les marécages où son bourdonnement incessant attire tous les insectes du coin. » Cet humour particulier est typique du personnage qui, prétend-on, avait toujours un horrible calembour sous la main pour détendre l’atmosphère. Jamais un tel personnage n’aurait pu être un Sith, encore moins un Jedi : il n’en avait pas le focus.
 
Aussi dédié puisse-t-il avoir été à cet ordre, Iam Noone était un joyeux drille invétéré qui aimait prendre part aux diverses fêtes culturelles des peuples qu’il a uni et qui était connu de nombreux patrons de cantinas et d’autant de jolies femmes sur un nombre impressionnant de mondes. Autant il pouvait discourir des heures durant sur l’importance d’une saine diplomatie, autant la seconde on pouvait entendre son auditoire hurler de rire sous l’effet d’une anecdote grivoise. Invité un jour sur Alderaan par une des familles influentes (Certains historiens penchent pour les Organa, d’autres pour les Thul, les Panteer voire les Rist), il aurait gravé, selon la légende, ces quelques mots dans une des toilettes du palais : « Après avoir parcouru la moitié de la galaxie en sueur, me voilà, cher lecteur, sur le seul trône dont j’ai besoin dans cette existence si simple : quel bonheur. »
 
Alderaan ayant été détruite depuis de nombreux siècles, il est évidemment impossible de vérifier l’authenticité de la chose mais je puis vous assurer que c’est vrai. Je le sais : Je l’ai gravé dans cette salle de bain au luxe démesuré. D’Iam Noone, ceux sur qui il a eu une influence ont retenu que la sagesse n’exclut pas l’humour et que quoi qu’on fasse dans la vie, il faut y prendre plaisir. Apprendre la Force, ce n’est pas une mince affaire et j’ai ce rôle pendant plus de cent vingt-cinq ans. À cette époque, elle était loin, la mythique bataille de Yavin. L’Empire n’existait pas encore et les Jedis étaient encore logés aux frais de l’état dans un immense temple sur Coruscant. Et si le regretté Yoda, Maitre Yoda, avait encore été de ce monde, il aurait pu vous en raconter des choses, à mon sujet. 900 ans d’âge, le petit bonhomme vert, quand il est mort, si je ne m’abuse.
 
Ce ne sera pas la dernière fois que je m’amuserai à incarner un membre de l’Ordre Jal Shey. Pour des raisons qui me sont propres, j’ai toujours eu un faible pour leur philosophie. D’ailleurs, j’incarnerai brièvement un homme du nom de Peet Sieben, mentor de l’ordre et laisserai derrière moi une citation qui passa à l’histoire : « La guerre est une chose vile et elle fait ressurgir le pire sommeillant en chaque êtres. Paradoxalement, elle fait également jaillir ce qu’il y a de meilleur; le courage, le sacrifice, la débrouillardise, la camaraderie, le génie et même l’humour. Il est regrettable de ne pouvoir arriver à cette illumination sans d’abord verser le sang. » Sages paroles? Oui. Et je vis par ces dernières. Je sais que le conflit est nécessaire pour inciter le développement et  je suis une agente du Chaos. Pas du mal, au sens bon et mauvais.
 
Mon parcours dans la Force, qui s’étalonnera sur des siècles, tantôt activement impliquée, tantôt plus observatrice, me fera réaliser qu’il existe une vérité pratiquement absolue aux choses. Le Jedi soit disant le plus vertueux est tout aussi dangereux que le plus cruel des Siths car chaque extrême (car ce sont bel et bien des extrêmes) vous aveuglent à l’évidence. Si vous peinez à comprendre cette réalité, vous n’avez donc rien compris à l’univers. Tout est le produit du Chaos. L’Ordre est une construction humaine pour expliquer l’absence de chaos. Bien et mal sont de faux repères pour nous écarter de la vraie vision fondamentale. Mais nous ne sommes pas ici pour parler philosophie, pas vrai? Nous sommes ici pour parler de mes nombreux masques. Nous sommes ici pour parler de moi au travers de ces personnages que j’ai incarné au cours de mon existence.
 
On peut se demander, raisonnablement qui plus est : pourquoi ne pas avoir joué le rôle d’un Sith ou d’un Jedi? Pourquoi ne pas avoir combattu aux côtés de ces ordres? Ah mais je proteste. Sachez que j’ai eu le privilège de servir pendant de nombreuses années Lord Cronal, une figure ma foi fort importante de l’Empire Galactique. À cette époque, j’étais connue sous le nom de Nathalia Senesca et je pense que j’avais au moins un fragment de reconnaissance de sa part. Comme quoi j’existais, cela s’entend. Pas de la reconnaissance dans le sens large du terme. Je pense qu’il a toujours su pour ma connexion à la Force et comme il était un Prophète du Côté Obscur, peut-être qu’il en savait plus sur moi encore. Chose certaine, s’il savait, il n’en a jamais rien dit et si d’un point de vue académique j’ai pu en glaner un peu plus sur le côté obscur, je puis vous assurer que je n’en ai jamais développé les pouvoirs. Je ne saurais dire si c’était par désintérêt ou autre chose.
 
Chose certaine, je l’ai connu quand il commandait à l’Imperial Intelligence de l’époque et je l’ai vu sombrer dans la folie au fil des années. Comme autant d’aides et d’attachés, si essentiels mais qui ont sombré dans l’oubli, j’étais là pour suivre les ordres qu’il me donnait, m’acquittant de ma tâche avec tout le zèle qui caractérisait l’Empire de l’époque. Ce que certains d’entre vous ne peuvent comprendre c’est que mon but ce n’est pas forcément d’être au sommet de la chaine alimentaire, c’est juste de m’amuser jusqu’à ce que je me lasse de mon personnage et que j’en crée un autre. Je n’étais pas l’apprenti de Lord Cronal, c’est évident mais c’était une pointure dans son domaine et très franchement, ce fut une expérience particulièrement enrichissante qui m’a convaincu d’une chose : JAMAIS je n’embrasserais le côté obscur. De voir ô combien il vous détruit… Très peu pour moi. Lancer des éclairs par les doigts, c’est sympathique mais…
 
Voir la Force divisée en côtés alors qu’il s’agit d’un tout, il y a quelque chose de malsain dans tout cela. J’ai connu Leor Hal et le Potentium, j’ai étudié avec toute sorte de cultes qui voient la Force comme neutre et j’ai même fait l’erreur de mettre les pieds sur une planète qui me donne encore des migraines juste en y pensant… Voss. De nos jours, une planète sans intérêt mais à l’époque… Oh et puis sortez vos livres d’histoire, je refuse de me lancer dans cette anecdote. Il suffit de savoir que les cultures où la Force est traitée comme neutre ou un bloc plus ou moins monolithique existent. Je dis que Sith comme Jedi ont tort de penser qu’un côté peut exister sans l’autre, si tant est qu’il y ait vraiment un côté. La lumière produit de l’ombre et l’obscurité sans lumière veut donc dire sans chaleur donc une absence de vie. Autrement dit, pas très utile. Loin de là même.
 
J’en ai vu des choses accomplies tant par le côté obscur que le côté lumineux. J’ai combattu aux côtés de Sev'rance Tann, j’ai été officier sur un croiseur républicain qui a transporté des grands noms de l’Ordre Jedi comme Obi Wan Kenobie, Anakin Skywalker, Echuu Shen-Jon (quel destin tragique, quand même) en tant qu’enseigne sous Wulf Yularen, j’ai même été garde au Temple Jedi, une fois. Pour étudier la Force au sein de cultes, le choix est simple à faire : il faut faire comme avec les animaux dans leur habitat naturel et s’en approcher suffisamment pour qu’ils s’habituent, éventuellement, à votre présence. Et je peux vous dire que c’est toute une étude. Je ne partage pas exactement l’idéologie du Consortium Galactique qui demande l’extermination pure et simples des utilisateurs de la Force (je ne suis pas suicidaire, quand même) mais…
 
Quelque part en chemin, nous nous sommes égarés. Je dis nous en m’excluant, bien sûr. De tous les utilisateurs de la Force que j’ai pu observer, rares, très rares sont ceux capables de voir au-delà des doctrines et des dogmes. Certains vont prétendre défier une autorité X ou Y mais… Que ce soit dans les grands ordres ou chez les dathomiris de toute allégeance confondues, on retrouve le même schéma. Une volonté de destruction de la face opposée d’une même pièce. C’est une éternelle recherche de l’annihilation de l’autre, même si certains hypocrites ne le formuleront pas ainsi. Le fait demeure que depuis trop longtemps, la Galaxie est déchirée par un combat noir contre blanc qui n’a pas lieu d’être. Siths et Jedis ne sont pas systématiquement incompatibles. Leurs doctrines sont différentes, oui, mais elles n’appellent pas au génocide. Mais je m’égare.
 
En fait, il y a un moment qui a changé ma vie, un moment que je n’oublierai jamais, un moment qui a mis fin à des décennies de questionnement quant à ma place dans la Force et le grand ordre des choses. J’ai assisté à un affrontement qui à jamais m’a marqué, quelque chose qu’en un sens, aucun simple mortel n’aurait dû voir. Si on peut parler du combat de l’ombre contre la lumière, je dirais que c’en fut la manifestation la plus proche. J’ai assisté au combat entre Yoda et Darth Sidious. Vous êtes tous trop jeunes pour comprendre de quoi il retourne, trop obnubilé par les conflits récents pour comprendre l’essence d’une époque aujourd’hui révolue. Remettons les choses en contexte. La République Galactique a été fondée en 25053 BBY, elle a connu un tas de guerres, la chute du premier Empire Sith, on a vu le sac de Coruscant, s’est fragmentée en 1100 BBY a vu ses morceaux recollés un siècle plus tard mais quoi qu’il se passa…
 
C’était encore et toujours la République ou quelque chose s’en rapprochant. La République était, en un sens, éternel. Et avec la Guerre des clones, ceux qui comme moi avaient vu leur lot d’événements avaient bien senti que quelque chose se tramait. Quelque chose qui dépassait, en un sens, ce qu’on avait vu précédemment. Certains disent que la République est morte avec le discours de Palpatine. C’est on ne peut plus faux. La République est morte quand Yoda a abandonné le combat contre l’Empereur. À la différence d’une reddition ou d’une fragmentation, la République n’était plus. Et ne me faites pas rire avec cette travestie de nouvelle république. Plus de 250000 ans d’existence plus tard, j’ai vu la fin d’un monde, la fin d’un univers, la fin d’un tout. Et c’est là que j’ai su.  Toutes les questions trouvaient enfin une réponse. Tout avait un sens.
 
Pendant tous ces siècles, je m’étais toujours tenue loin de la politique. Enfin, la grande politique galactique. J’ai joué des dizaines d’hommes et encore plus de femmes de toutes espèces confondues, je me suis mêlée de politique locale, tribale, planétaire et j’en passe mais jamais au grand jamais à l’échelle, par exemple, d’un sénat. J’ai su à partir de ce moment-là que c’était à moi d’aider à paver la voie vers la fin de cet inévitable âge des ténèbres qui venait de s’abattre sur la Galaxie. Je vous ai parlé de Cronal, je vous ai parlé de l’Empire : j’ai servi dans toutes les grandes puissances qui ont suivi la mort de la République en attendant que le bon moment se présente enfin. Et quatre cent ans plus tard, nous y sommes enfin, à la croisée des chemins, au début du Vrai Renouveau. Et ce sera glorieux. Absolument glorieux. La peste soit des Mandaloriens, ils ne comptent pas.
 
L’Impérium, le Consortium Galactique et la Coalition Sith. Tout est là! Cette vision que j’ai eu ce jour où ma vie et son sens ont changé… C’était à ce conflit inévitable qu’elle faisait référence! Et la grande question à se poser c’était : quel camp choisir? Inévitablement, le Consortium était une impasse. Tôt ou tard, on m’aurait identifié comme utilisatrice de la Force et j’aurais été éliminée de facto. Les Siths? Rappelez-vous ce que j’ai dit sur le côté obscur. Et bien sûr… L’Impérium. Saviez-vous que j’avais servi dans la toute première incarnation des chevaliers impériaux? Si, si, je vous assure. Cherchez dans les archives, U. N. Owen (pour être exacte : Ulrica Nerissa Owen, troisième du nom) et vous trouverez une belle photo de moi. Et vous verrez aussi que j’avais une position plus que confortable à l’époque. Pourquoi ce choix, au juste?
 
Parce qu’il fallait bien s’adapter à un monde où l’Ordre Jal Shey n’était plus réellement là. Il fallait que je peaufine tout ce que j’avais appris au sein d’une faction relativement neutre dans la Force. Ce qui me désigna d’office l’Impérium comme meilleur candidat par la suite mais je me refusai de retourner dans les chevaliers impériaux. Comme dans toute chose, ils avaient finis par adopter une nouvelle itération, pervertie par un idéal où le côté obscur n’était que corruption, rompant avec les principes de neutralité tous relatifs qu’ils étaient que j’avais pu auparavant expérimenter. Alors vers quoi se tourner? Pourquoi pas vers leurs rivaux naturels? Et c’est ainsi que Skylar Sinclair fit sa soudaine apparition dans le système, gravissant les échelons à une vitesse fulgurante et se sécurisant la confortable position de Moff de l’Imperial Intelligence. Pas mal, non?
 
Mais je voulais plus. La folie des grandeurs. Il me fallait le siège de Grand Moff. Mais pour ce faire, il me fallait un ou une successeur qui serait de mon côté. Perdre l’Imperial Intelligence et son soutien ça revient à partir en campagne électorale sans stratèges politiques. Et j’avais la parfaite candidate en tête. On n’atteint pas ma position sans de puissants alliés, toute allégeance et faction confondue. Dans un conflit galactique de cette envergure, les armées seules ne gagnent pas la guerre pour nous. C’est le jeu d’alliances et les relations que vous cultivez qui sont capitales. En rendant un service à une alliée à moi, j’allais damer le pion à mes rivaux politiques, mettre des bâtons dans les roues de ceux qui me surveillaient de trop prêt et assurer à une autre précieuse alliée un niveau de soutien sans précédent. Tout ça en une promotion, il faut le faire, quand même.
 
C’était en 395 ABY, en fait, que toute la machine s’est vraiment mise en marche. Je venais d’être nommée Grand Moff, une de mes meilleures agentes prenait ma place comme Moff (j’adore cette petite : du talent brut à revendre et une vraie mère poule pour l’organisation qui lui a sauvé la vie) et même si les Chevaliers Impériaux voulaient me chercher des emmerdes, j’avais trop bien cimenté ma position pour être délogée si facilement. Comme régente, on ne pouvait pas demander mieux : une tête à faire les posters de propagande, un franc parler qui séduisait le peuple et une absence totale de faux semblants. Une réunion du Conseil des Moffs avec moi, c’est du sport parce que je ne mets jamais de gants blancs. Si je suis insatisfaite, ils vont le savoir et je puis vous assurer que dans le cynique, le corrosif, l’acide et l’incendiaire, je ne donne pas ma place.
 
Et je suis le genre de Grand Moff à être proactif. Je multiplie les visites et les inspections surprises et on pourrait presque faire une émission de télé réalité avec moi sur l’holonet. Je serre des mains, j’embrasse des bébés, je lève mon verre à nos équipes sportives, je vais vivre avec les troupes au front… Je suis le cauchemar de ceux chargés de ma protection. Je suis là pour motiver, pour galvaniser et je suis la superstar du gouvernement. Oh jamais plus que l’Impératrice, gloire à elle, tout ça mais si je fais tout ça, c’est parce qu’en fait, c’est un énorme écran de fumée. Certains ont tendance à oublier qu’avant, l’Imperial Intelligence, c’était moi. Il ne faut jamais se fier aux apparences : si je fais quelque chose de la main gauche, c’est que le truc se trouve dans la main droite… Ou peut-être davantage dans le bras supplémentaire que je me suis fait pousser.
 
Je connais des gens puissants et importants. Des gens qui peuvent changer cette Galaxie. Des gens qui peuvent influencer le cours de l’Histoire. Je l’ai dit et je le redis : trop longtemps j’ai été une présence passive qui n’a jamais vraiment fait autre chose qu’expérimenter pour tromper l’ennui. L’Immortalité ne vous donne ni sens ni but. Juste énormément de temps à tuer et très peu de distractions en tant que tel. C’est une vérité que vous, mortels, ne pouvez pas comprendre. Vous ne savez pas ce que c’est que l’ennui. Vous ne savez pas ce que c’est que de voir le monde évoluer autour de vous alors que vous restez identique, quel que soit le déguisement que vous endossez. J’ai eu des siècles pour parfaire ma maitrise de la Force et il m’en faudra encore des dizaines avant de pouvoir prétendre être efficace dans tous les domaines. Vous voulez une autre vérité? Être parfait dans la maitrise de la Force, c’est comme vouloir lire tout ce qui a été écrit.
 
C’est impossible. J’ai vu des choses que vous ne pouvez imaginer, foulé le sol de planètes qui n’existent plus, j’ai vu des étoiles naitre et mourir, des factions s’élever et disparaitre… Et je me suis toujours sentie étrangère à tout cela, comme une observatrice, comme la scientifique derrière sa vitre protectrice, expérimentant avec ce qui se trouve de l’autre côté. Être accepté ne veut pas dire appartenir… Ça aussi c’est une leçon que vous vous devez de tirer. Mais maintenant? Plus que jamais je me sens vivante. Plus que jamais je sens qu’enfin il y a un sens à tout cela, comme si je venais de sortir d’un long entrainement et qu’enfin j’avais la chance de pouvoir commencer à vivre pour de bon. C’est difficile à expliquer à des êtres à l’espérance de vie si éphémère, pour tout dire. Pour vous, vos avenirs vous semblent déjà tout tracés, définis, clairs, nets.
 
Des maitres, des prodiges, des purs génies dans la maitrise de cet art, j’en ai vu et pas qu’un peu. Le Comte Dooku. Yoda. Obi Wan Kenobi. Anakin Skywalker. Tous les grands noms de la guerre des clones. Je suis douée dans la Force. Avec un entrainement certes peu orthodoxe et irrégulier mais un entrainement quand même. Je ne suis pas LA plus grande mais je peux vous assurer que je suis définitivement parmi les plus compétents, avec un tel parcours. Mais jamais je n’aurai l’audace de me comparer à ces monuments. Jamais. Certains d’entre eux sont la personnification d’un style de combat, tout simplement. Je le sais : j’y étais. Et je peux vous dire que pendant un sacré bout de temps par la suite il y a eu bien des prétendants et très peu de talent sérieux. Enfin, avec le récent conflit, les choses commencent à changer à nouveau. Et cette fois c’est la bonne.
 
Après un long moment d’immobilisme teinté de soubresauts, l’Histoire s’est de nouveau remise en marche. Les Titans de l’Industrie sortent de leur torpeur, les vrais leaders montent au créneau et enfin, enfin, nous pouvons prétendre à de vrais changements. À de vrais événements historiques. Croyez moi : les Vongs et le reste, ce n’est rien par rapport à ce qui a été irrémédiablement perdu. Je suis extrêmement curieuse de voir ce qu’il en sera du transhumanisme, d’une éventuelle Galaxie sans la Force. Pour avoir moi-même travaillé à une époque sur un virus devant affecter uniquement les utilisateurs de cette dernière, je peux vous dire ceci : la Force n’est pas qu’une simple mauvaise herbe qu’on peut arracher. Malheur à qui serait assez sot pour le penser. Il y aura inévitablement une évolution de la Force pour s’adapter. Et je serai encore de ce monde pour le voir.
 
J’ai connu bien des choses dont la reformation de Ruusan. J’ai vu la République mourir et l’Empire s’élever. J’ai vu la Galaxie s’entredéchirer plus de fois que vous ne voudriez le croire. Et je serai encore là bien après le Consortium Galactique, l’Impérium ou la Coalition Sith. Ceci dit, assez parlé de ces choses et concentrons-nous sur mon plus récent personnage : Skylar « Skye » Sinclair. Ce serait logique, non? Après tout, c’est très certainement elle que vous rencontrerez de votre vivant. Permettez-moi de vous en faire la biographie. De tous les rôles que j’ai joué, c’est certainement un des plus réussi. Je parle par expérience, je rappelle aux endormis que j’ai des siècles d’existence à mon actif. Je sais comment développer mes personnages et mes rôles, quand même. Et pour que ce soit moins ennuyeux, en guise d’introduction… Je vais même vous la chanter :
 
C'est une histoire qui a pour lieu, Anaxes en son milieu, trois cent soixante-deux, histoire d'amour et de désir.
 
Tous les artistes anonymes, Les purs les vrais tous ceux sans frime, tenteront de vous la transcrire, âmes sensibles s’abstenir.
 
Transportons-nous à l’hôpital, madame est entrée, en contractions quel calvaire, donner naissance ça fait mal, un vrai purgatoire, non plutôt un vrai enfer!
 
Une petite fille verra le jour, de deux parents remplis d’amour, devant elle des beaux jours, qu’elle bâtira dès demain
 
On peut le dire sans détour, cette petite, oui un jour, de grandes chose elle fera de ses mains, car tel est son destin
 
Transportons-nous à l’hôpital, madame est entrée, en contractions quel calvaire, donner naissance ça fait mal, un vrai purgatoire, non plutôt un vrai enfer!
 
Transportons-nous à l’hôpital, madame est entrée, en contractions quel calvaire, donner naissance ça fait mal, un vrai purgatoire, non plutôt un vrai enfer!
 
Retournons tous à l’hôpital, un peu en retard, vient de naitre une petite fille! C’est un évènement très spécial, le temps d’une seconde, un grand bonheur pour la ville, un grand bonheur pour la ville!
 
Pas mal hein? Oh ne faites pas les difficiles. C’est sûr que sans orchestration c’est un peu moins grandiose mais bon. Je n’ai pas l’habitude me trainer avec moi l’orchestre symphonique de Coruscant avec moi. Donc Skylar Sinclair est née sur Anaxes, ou tout du moins c’est ce qui figure à son dossier officiel, dossier qui, bien sûr, est entre les mains de l’Imperial Intelligence et que j’ai altéré un nombre conséquent de fois, ne serait-ce que pour faire enrager ces abrutis de chevaliers impériaux. Je ne dis pas que notre impératrice est stupide, attention. Je dis juste que ces gens-là sont à mes yeux autant sinon plus dangereux que les fantastiques siths ou jedis ou encore ces gentlemen du Consortium Galactique. Les Mandaloriens ont leur propre type de fanatisme mais bon. Où exactement est-ce que Skylar a vécu, c’est difficile à déterminer. Vous savez ce que c’est, le développement urbain. Le secteur où elle a supposément grandi a été rasé et reconstruit.
 
Des tours à logements, ça rapporte plus que de petites maisons individuelles, vous comprenez? Le plus drôle c’est que si vous regardez de plus près les documents d’époque, c’était une décision assez impopulaire qui a été poussée « de force » par l’administration planétaire. Et qui tirait les ficelles du projet? Moi! Bref donc, Skylar Sinclair nait en 362 ABY, dans une famille de fonctionnaires d’état. Rien de bien extravagant, la petite a d’excellentes notes, se fait vite remarquer par ses professeurs et bien sûr, par les recruteurs de l’époque qui voudraient bien d’une surdouée dans les rangs de l’appareil plus militaire des choses. Elle sera envoyée dans une académie de formation spéciale et au final, deviendra un membre plus que compétent de l’Imperial Intelligence. Une seule ombre au tableau : ses parents décèdent. Désintégrés avec le vaisseau.
 
Encore un coup de moi ça. Je savais que tôt ou tard, certains voudraient fouiller mon passé alors j’ai utilisé le système contre ces fouineurs potentiels. Logique, me direz-vous mais pas SI facile que ça parce que même si je peux être qui je veux et ce que je veux, il y a quand même des précautions à prendre. L’arrogance ne conduit qu’à une finalité : l’échec, purement et simplement. J’ai pris le temps de tout préparer, j’ai fait saboter les pièces qui s’imposaient, j’ai prévu l’excuse qui s’imposait, j’ai pointé dans la direction des méchants terroristes… En ces temps de guerre, personne n’a posé de questions. Tous ceux qui auraient pu raconter une histoire différente de la mienne étaient morts. Je savais pertinemment que l’Académie serait facile à influencer, ses systèmes à trafiquer et donc comme dans toute bonne infiltration, je me suis arrangée pour briller, pour être la star.
 
Le tout, bien sûr, en dissimulant ma connexion à la Force, mes pouvoirs et ma nature. Si vous saviez comme il est simple de déjouer un scanner quand vous savez quoi faire et comment le faire… Et une fois dans l’Imperial Intelligence, ces nuisances de chevaliers impériaux auraient toutes les misères du monde à pouvoir accéder aux fichiers me concernant. Grosse rivalité. Une rivalité que je continue d’entretenir même si je ne suis plus moff de cette institution. Et justement, comment part-on de la base pour se hisser au sommet? En manipulant. Ne nous trompons pas : je suis une experte, une pointure, du pur génie dans mon domaine. Mais une chose est éternelle : chaque entité a son favori et justement, il y en avait des chouchous que l’on prédisposait aux promotions.  Je les ai monté les uns contre les autres, en manipulant mentalement un, usurpant l’apparence d’un autre… Mais toujours en évitant de me salir les mains. Jamais au grand jamais.
 
Vous devez savoir une chose sur moi. Je n’ai jamais tué de mes propres mains. Jamais. Avec aucune arme. Mon sabre laser? J’ai appris un style purement défensif. Je sais m’en servir. Je pourrais m’en servir. Mais tuer ne m’intéresse pas. Blesser physiquement ne m’apporte aucun plaisir. Mes jeux sont les jeux de l’esprit. J’ai fait assassiner des gens, j’ai poussé des gens au suicide, j’ai orchestré des morts mais directement, jamais. J’ai les mains les plus propres de la Galaxie. Pas une seule tache de sang, pas même microscopique. Alors si je vous dis que j’ai éliminé mes rivaux en les manipulant, vous pouvez être biens certains que c’était du grand art. Ceci étant dit, il fallait que j’évite de rester trop près. C’est bien plus efficace et convaincant quand vous n’êtes pas à proximité. Quand la poussière est retombée, il restait très peu de candidats potentiels pour prendre du galon. Des années de patiente planification qui finalement portaient fruit.
 
C’est ainsi qu’après des années de loyaux services et après avoir entretenu la zizanie entre mes rivaux, je fus nommée Moff de l’Imperial Intelligence. Ça aussi je l’avais prévu, planifié, je savais qui supporterait la décision et qui devait être écarté. Passez assez de temps avec les Humains et les autres espèces de la Galaxie et vous finissez par connaitre leurs faiblesses sur le bout des doigts. Il est tellement facile d’exploiter les divers vices de ces êtres éphémères… Il suffit de prendre la bonne apparence, d’avoir le physique désiré par l’autre, plus ou moins secrètement, être ce que l’autre veut avoir… Et frapper lorsque l’occasion se présente. Sans regret, sans remord : je voulais le poste et j’ai fait ce qu’il fallait pour l’avoir. J’ai sécurisé mes arrières, établis mes plans à court, moyen et long terme et le reste s’est fait sensiblement tout seul, pour tout dire.
 
Ceci dit, je voulais plus que simplement être UN Moff, aussi puissant ce moff soit-il. Je ne pouvais être impératrice mais je pouvais viser le numéro deux, le bras droit, celui ou celle en charge de la régence : le Grand Moff. Mais pour devenir Grand Moff, je devais cultiver de bonnes relations avec mes collègues ET je devais préparer ma succession à la tête de l’Imperial Intelligence. Et c’est là que j’ai sorti mon arme secrète. Enfin… Disons que c’est surtout un concours de circonstances mais que j’ai pu malgré tout sortir mon arme secrète. L’agent Farsight. Mais pour parler de l’agent Farsight il faut que je parle des Siths. Enfin. Pas n’importe quels Siths. Je parle ici de ce genre de personnes qui arrivent à un moment de votre vie où vous ne cherchez rien en particulier mais qui finissent par entrer dans ce cercle de gens avec lesquels vous conspirez allègrement.
 
Je vais vous parler de Lexa. Oui, comme dans Lexa De Vendenberg. C’est une Sith et en fait, quand nous nous sommes rencontrés pour la première fois, je ne sais pas si elle l’était à ce moment-là. Elle était encore jeune. Considérez la chose suivante : quand vous pouvez être n’importe qui, vous pouvez aussi être deux personnes en même temps. Il suffit de savoir gérer son horaire. Si vous faites le calcul, Skylar Sinclair, née en 362, a trente-huit ans. Il est donc impossible que j’ai rencontré la jeune Lexa de Vendenberg sous ce personnage. Non en fait, avant de préparer le terrain pour Skylar je me suis beaucoup intéressée à la politique galactique et plus spécifiquement au cas des réfugiés. J’ai travaillé pendant un bon moment pour les douanes galactiques et c’est là que j’ai rencontré la famille de Lexa. Une famille que j’ai fait disparaitre, en fait, pour leur donner une nouvelle identité. Pourquoi j’ai fait ça? Oh c’est assez simple en fait.
 
À mon âge, vous finissez par développer un sixième sens. Vous voyez le talent quand il se présente devant vous. Et là, ce n’était pas un peu de talent : c’était une voûte remplie à craquer. Les parents étaient accessoires à mon projet. Tôt ou tard, j’en avais la certitude, cette petite reviendrait dans le décor, dans mes plans. Pas forcément pour mes intérêts mais on peut faire coïncider bien des choses quand on veut vraiment s’investir et investir. Oh les parents de cette future pointure des Siths ont appris à l’aimer, Viviana Caterina Renzo, officier des douanes de l’Impérium. Et puis un bon matin, du jour au lendemain, pouf. J’avais disparu sans laisser de traces. J’avais semé ce que je voulais et le temps devait faire son œuvre pour voir quels fruits est-ce que je récolterais. Tout est une question de patience, plus encore si vous êtes immortelle. Un pari? Oui. Évidemment.
 
Mais si la petite était aussi douée que je l’avais pressenti, elle me retrouverait. Je ne savais pas qu’elle était Sith à l’époque mais la Force, ça je sais ressentir. J’ai passé des siècles parmi les utilisateurs de la Force de toute allégeance confondue. Je sais ce que je ressens quand on ne le dissimule pas. Du coup, c’était le pari de savoir quand elle reviendrait dans le décor. J’avais abandonné un personnage pour me concentrer à temps plein sur un autre, conformément à mes plans. Au fil des années, Lexa devint un vague souvenir dans ma tête (je dis Lexa mais c’est parce que comme nous tous elle a plus qu’un nom) et je me concentrai sur l’agent Farsight, une autre personne de grand talent à avoir croisé ma route. J’en ai sommairement parlé précédemment : c’est elle qui me remplacera comme Moff de l’Imperial Intelligence à partir de 395 ABY.
 
Moi, je deviendrai Grand Moff. Enfin donc je nourrissais évidemment beaucoup d’espoirs pour cette petite et quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre, quelques temps avant de lui céder ma place, qu’elle était Sith… Et que la personne à m’introduire la chose n’était autre que la petite Vendenberg devenue grande. Toute une surprise pour moi mais pas une mauvaise surprise en soi. Travailler pour l’Impérium avait été un pari, mon pari. Si je pouvais faire coïncider nos intérêts à tous, ce serait encore mieux. N’ayant pas d’autre plan de match que d’assister à la rédaction de ce nouveau chapitre de l’Histoire Galactique, je n’avais donc aucun mal à supporter des intérêts qui n’étaient pas forcément ceux de l’Impérium. Et puis l’agent Farsight, Sith ou non, me donnait une occasion en or de faire avancer mon propre agenda. Je n’allais quand même pas dire non à cela!
 
Garder des secrets est une de mes spécialités, je ne me vante pas en le disant. Comme je l’ai dit et redis, la Galaxie est à un nouveau point tournant de son histoire et j’ai la conviction profonde que c’est à nous de faire en sorte d’arriver à une conclusion qui va faire pâlir tous les exploits de jadis. Et qui sait, ce nouvel ordre galactique pourrait éclipser en terme de durée l’Ancienne République. Palpatine était un petit joueur. Il avait envisagé son Empire sur mille ans. Essayons de rendre les choses plus intéressantes, tout simplement. Et puis du reste, comme je ne prévois pas mourir prochainement, je veux être de ce monde pour voir ce qui se passera après cette guerre. Et je vais continuer de m’impliquer activement. Que ce soit à bord d’un destroyer stellaire, depuis mon bureau en tant que Grand Moff ou sur la ligne de front avec les soldats, je serai là.
 
Vous commencez à le savoir : je ne suis pas du genre à rester assise à ne rien faire. J’ai même déjà mit fin à une émeute avant même qu’elle ne dégénère. Vous ne me croyez pas? J’ai une photo pour le prouver. À l’époque, j’étais Commandant de l'Intelligence et j’avais eu vent que nos chers rivaux dans le Consortium Galactique allaient inciter un soulèvement sur Rendili. Pour ceux qui ne sont pas connaisseurs de l’Histoire Galactique, c’est une des planètes qui fonda jadis la République Galactique. Pas question de la laisser tomber aux mains de ces  salauds. Alors j’ai fait ce que tout bon Commandant de l’Intelligence fait : j’ai usé de ma position pour mobiliser des forces militaires et j’ai déployé mon artillerie juste devant les lignes d’insurgés. Oh ils n’étaient pas encore arrivés, bien sûr, c’est le propre de savoir ce que l’ennemi va faire avant qu’il ne le fasse.
 

 
Skylar Sinclair, Commandant de l'Intelligence, Photo d’archive : Je répondrai par la bouche de mes canons!
 
Quelle ne fut pas la surprise de ces messieurs dames de se retrouver devant une ligne de canons d’artillerie capable de les réduire en purée! Ça vous douche l’enthousiasme. J’ai fait calmement savoir à tout ce beau monde que je savais précisément ce qu’ils s’apprêtaient à faire et qu’en échange de leur reddition inconditionnelle, aucun mal ne leur serait fait. Maintenant, vous allez me dire : mais ça ne se passe jamais comme ça, personne ne se rend jamais! Vous oubliez un détail : j’ai passé des siècles avec les meilleurs négociateurs de la Galaxie, le mouvement Jal Shey. Je sais comment convaincre les gens. Au final, non seulement ils se sont tous rendus mais en plus j’ai réussi à capturer la personne responsable de tout ce bordel. Une prise de choix : un membre du Programme Phénix. Que cela te serve de leçon, Alexandra Solaris!
 
Je suis là où les troupes ont besoin d’être galvanisées, je suis là où l’Impérium a besoin de moi. Oh je ne dirais pas que Varyssa Fel et moi sommes des intimes mais je dois bien être le Grand Moff de l’Impérium le plus populaire qui soit. En fait, je vous fais le pari que je suis le Grand Moff le plus apprécié de toute l’Histoire. J’ai connu Tarkin : sympathique comme une porte de prison, charismatique comme le vide sidéral. Moi je charme, je séduis, je rallie derrière moi et je fais ce que tous devraient faire : bouger son cul pour la gloire de l’Impérium.  Et je sais très bien qu’en face, Coalition Sith, Consortium Galactique ou Mandaloriens, ils ne m’aiment pas. Parce que je ne fais pas dans la dentelle et des « hérésies » j’en ai dit plus que ma part, m’en prenant directement au leadership ennemi dans mes attaques. Envoyez les vos assassins : je les attends.

Tout ça pour dire que… Après des siècles à me demander quel était le sens à ma longue existence, je m’en suis trouvé un. Et je peux vous dire que ça fait du bien. Je m’implique. Je suis présente. J’ai des alliés puissants et des gens qui me soutiennent. Et en plus, cerise sur le sundae, il se passe ENFIN quelque chose de vraiment intéressant dans la Galaxie. Pas ces pseudos conflits ridicules qui se revendiquent des grandes batailles de jadis. Non. Là on parle de choses qui vont entrer dans la légende. Réécrire l’Histoire? Impossible. Mais en changer drastiquement le cours, c’est faisable et c’est ce qui se fait sous nos yeux. La Force est en péril, c’est le progrès contre le conservatisme! Et je serai là pour raconter tout ça à vos enfants, à vos petits-enfants, à vos petits, petits, petits, petits, p… AH! Des oiseaux partout! Ouste sales volatiles! [Fin brutale d’enregistrement]
 


 
Vous !
 
Prénom/pseudo : V.
Age : 28 ans
Sexe : Masculin
Comment avez vous connu le forum ? Double compte de Kialani Benkaan
Petit plus ? …


"Oui, il m'est déjà arrivé de ne pas avoir de plaisir dans la vie. Ce furent les pires quinze minutes de toute mon existence!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
Race: Humaine
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Impératrice de l'Imperium
Impératrice de l'Imperium
MessageSujet: Re: Skylar Sinclair (Fiche Terminée)   Dim 10 Juil - 21:05

Re-bienvenue sur le forum !

Ce fut une fiche fort sympathique à lire !

Par conséquent, cela ne t'étonneras pas de savoir que tu es validé !

Puisses-tu rouler sur les ennemis de l'Impérium ! *pan*


"The Empire will always strikes back."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr/
 
Skylar Sinclair (Fiche Terminée)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: II - Votre personnage :: Registre Galactique :: Fiches validées-
Sauter vers: