Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rugan Blaiwen - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Feuille de personnage
Race: Humain
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître de l'Ordre Jedi
Maître de l'Ordre Jedi
MessageSujet: Rugan Blaiwen - Terminé   Dim 24 Juil - 18:25



Identité


  • Nom : Blaiwen
  • Prénom : Rugan
  • Surnom & Nom de code : Le Juste / Le Sage / Le Grise-Toison / Le Juge
  • Date de naissance : 357 ABY
  • Age : Quarante-trois ans.
  • Race : Humain.
  • Planète d'origine : Nubia.
  • Capacités raciales : Aucune.

  • Affiliation : Ordre Jedi
  • Rang(s) : VII – Maître de l'Ordre Jedi.
Caractéristiques


Physique :

  • Force physique : 13
  • Agilité : 5
  • Furtivité : 10
  • Réflexes : 5
  • Résistance : 10

Mental :

  • Force mentale : 13
  • Intelligence : 13
  • Mémoire : 8
  • Charisme : 13
  • Arrogance : 0
  • Patience : 13

Combat :

  • Corps à corps : 10
  • Arme légère : 0
  • Arme d'assaut : 0
  • Arme de précision : 0
  • Arme lourde : 0
  • Explosifs : 0
  • Arme blanche : 4
  • Sabre laser : 8
  • Maîtrise de la Force : 14
  • Cybernétique : 0
  • Pilotage : 10

Intellectuelle :

  • Linguistique : 10
  • Électronique : 5
  • Mécanique : 0
  • Médecine : 10



Maîtrises au Sabre Laser

Très faible :

  • Tous

Faible :

  • Forme de Combat : Forme de Prédilection 1 : Djem So
  • Sabre-laser : Forme de Spécialisation 1 : Makashi

Moyenne :

  • Forme de Combat : Forme de Prédilection 2 : Soresu
  • Sabre-laser : Forme de Spécialisation 2 : Makashi

Bon :

  • Forme de Combat : Forme de Prédilection 3 : Juyo / Vaapad


Pouvoirs de la Force

Très faible :

  • Tous

Faible :

  • Persuasion de Force
  • Télékinésie 2
  • Poussée de Force 2
  • Déflexion de Force 2
  • Protection de Force 2

Moyenne :

  • Persuasion de Force
  • Télékinésie 3
  • Poussée de Force 3
  • Déflexion de Force 3
  • Protection de Force 3

Bon :

  • Poursuite de Force
  • Télékinésie 4
  • Poussée de Force 4
  • Déflexion de Force 4
  • Protection de Force 4

Très bon :

  • Saturation de Force
  • Télékinésie 5
  • Poussée de Force 5
  • Déflexion de Force 5
  • Protection de Force 5

Maître :

  • Sabre-laser : Lévitation des Sabres
  • Télékinésie 6
  • Poussée de Force 6
  • Déflexion de Force 6
  • Protection de Force 6

Grand Maître :

  • Mur de Force


Don

Point de Rupture




Description physique



Les apparences sont parfois trompeuses ...


Je suis … Le Maitre de l’Ordre Jedi. L’on me connait dans tout l’Imperium, autant pour mes hauts-faits, que pour le simple intitulé de mon poste. À mon visage s’associe l’Ordre Jedi, que je représente partout où cela est nécessaire. Et ce visage n’a pourtant pas inspiré confiance pendant un certain temps. Ce visage, n’est pas le visage le plus adapté pour ce métier. Certaines populations au sein de l’Imperium, et même dans les autres puissances émergentes, tendent à associer souvent un Jedi à un visage propre, net, dénué de tout reliefs escarpés. Ces gens-là ne sont malheureusement pas assez éduqués, ni assez cultivés. Quand on a passé sa vie à défendre les valeurs Jedi, et à tout faire pour maintenir la paix dans ce coin de la galaxie, surtout en ces périodes, le corps ne peut définitivement pas en rester intouché. J’aurai aimé, comme bien de monde, que cela soit le cas mais je ne peux aujourd’hui que comprendre les réactions de certains en me voyant moi et mon titre côte-à-côte.

Cependant, ce ne sont que des vanités. J’accorde en général un minimum de respect à mon apparence, car c’est un paramètre qui est devenu, malgré moi, nécessaire. Quand on représente tout un ordre à soi, on se doit d’être présentable. Pas seulement physiquement, en sus. Mais il est question ici de mon physique, donc je ne parlerai pour le moment que de ça. La principale chose que l’on me reproche, à tort, est la possession d’une grande balafre sur mon visage. Celle-ci donnant un air abrupte et sauvage à mon faciès qui, déjà naturellement, est très sévère. Pour la petite histoire, ce fut la Ta'a Chume du Consortium d'Hapès, Alexandra Solaris, qui me l'offrit. Elle est la trace d'un terrible affrontement que j'ai eu avec cette femme, dont j'y ai survécu in-extremis ... Elle me rappelle sans cesse qu'il ne faut jamais sous-estimer son adversaire. L'orgueil est un défaut qui me fut irrémédiablement enlevé suite à cet événement ; précisément au moment où la lame énergétique de cette femme trancha ma chair. Néanmoins, je considère avec le temps que sa ... Majesté m'a plus rendu service que le contraire. À vrai dire, si j'en avais l'occasion, je la remercierai bien, avec sincérité ... Avant de lui rendre la pareille, avec intérêts, et petit supplément de ma part au moment de trancher sa gorge. Cette balafre est donc au contraire un véritable présent, me rappelant sans cesse que peu importe l’intensité de notre sensibilité à la Force, le danger reste permanent. Une cicatrice à vie qui est devenu une vraie force pour moi. Agrémentant, en bien ou en mal, mon visage aux traits d’ores et déjà abrupts. En effet, si je suis honnêtement loin d’être repoussant, force est de constater que mes traits sont très abrupts, tranchants.

Je vais donc commencer par là. Mon visage est dans son ensemble, dur. Quand vous poserez votre œil pour la première fois sur celui-ci, vous aurez de grands doutes quant à ma nature. Mais, ce ne sera que votre première impression, bien heureusement. Je dispose d’une chevelure argentée, non par signe d’avancement dans l’âge – bien que – mais par pur nature. J’ai toujours eut cette couleur de cheveux, et à vrai dire, cela me donne en fin de compte cette touche de singularité. Tantot longs, tantot courts, je les coiffe avec un minimum de soin, afin d'être présentable quand cela est réellement nécessaire. Toutefois, l'on ne m'enlèvera que rarement ma pilosité faciale ; la plupart du temps j'entretiens une barbe plutot épaisse, sans pour autant qu'elle soit outrancière. Si l’on descend plus bas, je dirai que mes yeux sont la partie qui contribue le plus à mon apparence visiblement controversée. Un regard dur, sévère, que certain interpréteraient volontiers comme assassin. Mais il n’en est rien ; il ne fait que retranscrire mon impartialité, et ma dévotion entière envers les miens, et ma cause. Même si, dans les moments où, bien naturellement, j’en viens à sourire ou à simplement être amusé, ce regard change quelque peu de sa dureté. Mettons cela sur le compte de mon sérieux. Outre ceci, je dispose d’un nez droit et régulier, assez banal. Je n’ai jamais prétendu être exceptionnel à tous les étages, bien entendu.

D’un point de vue plus général, mon allure est plutôt bien bâtie. Je donne l’air d’être robuste, solide, et c’est ce que je suis. Des années de lutte pour le maintien de la paix, ça forge un corps. Surtout en laissant d'inombrables cicatrices ; ma peau est devenue à force une véritable fresque disposant d'incroyable reliefs. Les blessures au sabre laser sont douloureuses et marquent, à vie. Mais, ce corps est aussi dû aux longues heures passées, à titre personnel, à l’entrainement. S’entrainer au combat, que ce soit à mains nues ou au sabre laser, sollicite en vérité tout le corps. C’est un sport complet, même si je n’ai jamais eu l’audace d’appeler cela ainsi. Je dois mesurer à peu près dans le mètre quatre-vingt et quelques, tout au plus, pour un poids de quatre-vingt kilos, avec une tolérance d’un ou deux kilos. Je ne me penche pas vraiment sur ce genre de données au quotidien, à vrai dire, je n’en ai clairement pas le temps. Ce n’est pas le genre de chose dont un Maitre Jedi doit s’attacher à faire. Seul ma mission et la raison pourquoi j’ai été placé ici comptent. Si mon corps me permet de le faire, c’est tant mieux. Je pense qu’à présent vous devez savoir l’essentiel sur mon enveloppe … Le reste n’est que détail et vanité, dont vous le comprendrez certainement, je me passerai avec amabilité.


Equipement


L'équipement est souvent l'extension du guerrier ...


En tant que Jedi, il est absolument évident que je dispose d’un certain équipement. On s’attends à un ou plusieurs sabre laser, et à d’autres accessoires. Il est important de savoir que même en vue de mes armes, je préfère nettement la dialogue à la violence. Je considère que beaucoup de conflits peuvent se régler sans avoir recourt à la violence. Sans avoir besoin de sang qui coule, ni d’os brisés et autres joyeusetés pullulant notre galaxie en ces temps troubles. Toutefois … Je ne suis pas un idéaliste, ni un aveuglé. L’histoire nous a tous apprit que la parfaite non-violence est impossible à achever. Ainsi est-il que je dois pouvoir y faire recours si la situation l’exige. D’où le fait que je n’hésiterai pas à user pleinement de mes capacités pour parvenir à mes fins, en passant par l’usage de mon équipement en conséquence.

Commençons par les armes. Je n’en dispose pas vraiment en quantité. À vrai dire, je ne vais vous détailler que celles que je porte le plus souvent. Je commencerais bien évidemment par mes sabres lasers, armes emblématiques des Jedi, mais aussi et malheureusement, des Siths. Je possède deux d’entre eux ; un à manche droit et on ne peut plus classique. Un autre à manche courbé, que j’utilise souvent en combat. Lorsque l’on pratique le Makashi, l’usage de ces types de sabre à manche courbée est nécessaire. C’est ce type précis de sabre avec lequel on peut le pratiquer. Bien entendu, les manches courbés ne sont pas forcément idéals pour les autres pratiques, ni pour les autres situations. Mon deuxième sabre est donc plus classique ; j’en fais surtout usage lors de mission où je serai sûr que le combat sera ma deuxième option. Plus effilé, légèrement plus lourd, c’est avec cette arme que ma maitrise du Djem So et du Soresu prend tout son sens.

Autant dire que celui-ci que j’utilise donc le plus souvent. Sa lame laser est de couleur cyan, car le cristal serti dedans l’es tout simplement, et parceque je suis membre du Conseil Jedi. C’est la couleur du sabre qui est attribué à chaque membre. La lame de mon autre arme est cette fois-ci de couleur verte, par mon grade de Jedi Consulaire, et par ma tendance à toujours vouloir régler les conflits plus par le savoir et la parole, que par la force. Ceci étant à présent dit, je pense pouvoir passer au reste. Doutez-vous bien que je ne m’arme pas seulement de mes sabres quand je pars. Que ce soit pour un simple voyage ou pour une mission, quand cela m’arrive, je m’équipe. Cela ne passe pas seulement par des armes, mais aussi par d’autres et différents équipements dont une armure. Une armure intégrale, sur vêtue d’une longue cape comme beaucoup de Jedi le font. Je n’échappe nullement à la règle ; cette armure me sert donc de protection principale, et lorsque j’en porte le casque, me sers aussi à dissimuler mon identité si besoin.

Une armure aux couleurs clairs, solide et robuste, me pénalisant parfois dans mes mouvements cela dit. Je ne serai pas aussi agile et acrobate avec elle sur le dos, que si je portais simplement ma tunique et ma cape. Il est à noter toutefois que je la revêtis uniquement que si nécessaire. D’ordinaire, je ne porte seulement qu’une tunique et une cape, comme dit précédemment. Mis à part tout ceci, que dire de plus … Je ne dispose pas d’armes à feu tel qu’un revolver ou autre pistolet. Bien que je sache m’en servir si besoin ; l’on n’est à l’abri de rien. Dans la vie, on ne sait jamais à quoi s’attendre et il est donc primordial de savoir comment se servir de ce type d’arme. Le savoir est une puissante ressource à ne pas négliger, même si dans mon cas … Je n’ai strictement aucune maitrise. Au cas où, je transporte toujours avec moi une lame courte, cachée dans mon manche ou à niveau de ma cheville. On ne s’y attend par forcément de la voir sur un Jedi de mon acabit, elle créer toujours un petit effet de surprise à sa sortie.

Enfin … Je ne pense pas avoir quelque chose à rajouter. Je vous ai résumé le principal de mon équipement ici, le reste n’est que futilité. Ceci est mon équipement personnel, qui m’appartiens et que je transporte tout le temps avec moi. Mais il m’arrive bien entendu d’avoir à utiliser des armes ou d’autres pièces d’équipements sur l’instant, ne m’appartenant pas.



Description mentale



Même au niveau de l'esprit, les apparences peuvent êtres trompeuses ...


Selon vous, un Jedi se doit se comporter comment ? Qu’est-ce qui définit notre nom ? Est-ce notre sens de la justice ? Est-ce … Notre refus de s’attacher ? Ou bien est-ce un tout ? Il fut une période où je me posais constamment la question. Nous sommes tous des studieux du côté Lumineux de la Force, pour sûr. Mais cela fait-il de nous des gens vertueux … Même à mon niveau, après tout ce temps, je ne saurai vous donner de réponse. Cependant, cela n’érode en rien, pas même en un centimètre, mes convictions. Mes idéaux de justice, de paix et de sérénité que mérite notre galaxie. Tel que mes prédécesseurs le faisaient il y a quelques siècles, l’Ordre Jedi actuelle est liée à la puissance dominante de la galaxie ; l’Imperium. Bien que je n’approuve que partiellement, car bâtit sur les cendres du terrible Empire Galactique. Mais … Je ne suis pas là pour faire de la politique, malheureusement. Alors, en tant que « simple » Maitre de l’Ordre Jedi, je me contente d’assurer mes fonctions, et de ne pas aller plus loin.

On pourrait se dire que ce comportement, si nous l’étendons, pourrait être le comportement d’un lâche. Soyez rassurez ; cette caractéristique n’a jamais effleuré ni de près ni de loin mon être. Si lutte, physique ou autre, doit avoir lieu alors je serai le premier en tête, tant que la cause est noble. Je suis justicier dans l’âme, et tout mal se doit d’être soigné. C’est bien le peu que je puisse faire pour rendre la vie meilleure au sein de cette galaxie, moi qui prétend vouloir y apporter la paix et la justice. Ce qui fait de moi un idéaliste, je vous le concède. Mais l’Ordre Jedi a toujours eut pour but de maintenir ces valeurs fondamentales, avec un succès … Parfois mitigé. C’est pour cela que je ne considère rien d’acquis, et que je ne me fis presque à rien. Nos erreurs du passé me sont d’une aide précieuse dans ma mission. Ah … Voilà que je parle comme un vieil aigri qui ne voit que les choses en gris, comme mes cheveux certains diront, pour me vanner. Mais c’est malheureusement une réalité ; notre galaxie n’est ni blanche, ni noire. Rien ne l’est, en fait, et je l’ai bien compris.

Mais, mettons de cotés mes convictions et mes aspirations. Je suis quelqu’un de farouchement à cheval sur la justice et l’ordre, sans pour autant devenir un dictateur. L’on dit que j’inspire la confiance parmi les miens, et inspire le respect parmi même mes ennemis. Ceux qui le méritent, ceux qui se disent de la même conviction que moi, seront traités avec tous les honneurs et le respect que je leur dois, à tous. En revanche, je n’éprouverai que dédains et mépris envers mes plus hargneux ennemis. Oui, les plus hargneux. Je ne vais pas en vouloir à un pauvre bandit de voler pour calmer sa faim … En revanche, en vouloir à un Sith, ça je le peux. Et je le fais volontiers. Certain me critiquent sur ce point car un Maitre ne doit même pas laisser ce type de sentiment l’envahir, car cela peut obstruer son jugement. Il est vrai … Mais je tempère mes émotions du mieux que je le peux, quand cela est nécessaire. D’une nature sérieuse et calme, je me laisse en général peu envahir par des excès de colère, de tristesse ou autre émotion trop forte. J’en paraît à force inexpressif, même dans ma manière de parler.

Bien entendu, je ne suis pas parfait. Personne ne l’est, et à vrai dire, je reconnais que même un Sith peut avoir des qualités, là où un Jedi peut avoir des défauts. Si je suis presque irréprochable d’un point de vue contrôle de soi, je demeure être … Une autre personne si j’en viens quand même à perdre le contrôle. Cela n’arrive presque jamais, pour tout vous dire. Je n’ai que rarement fait face à des situations qui m’ont mené au bout de mes propres limites. Mais, quand cela fut le cas, je préfère vous dire qu’il n’est pas de bonne considération de rester. Je peux devenir, malheureusement, encore plus déchainé qu’un Sith. Je ne commettrai guère de meurtre injuste, mais je ne répondrai plus de mes actes face à mes adversaires, ou à celui/celle qui est en faute. Je suis dans un état second, de profonde colère ou … D’animosité. Je ne dirai jamais « haine » car la haine est un défaut pour un Jedi, quel qu’en soit le motif. Mais savez à quoi vous attendre, désormais.

Aussi, il y a bien un dernier point qui mérite que je m’y attarde dessus. Les Sith ont toujours été les antagonistes des Jedi, c’est devenu un classique. Cependant, les temps changent et de nouveaux ennemis apparaissent. Je suis assez bien placé pour le savoir, ma fonction me rapprochant, malheureusement, de la politique de l’Imperium. La montée en puissance du Consortium Galactique m’inquiète. Mais ce qui est le plus inquiétant, en vrai, c’est bien leur fâcheuse tendance à rejeter la Force de but en blanc. Leur programme Phénix a tout d’un plan d’extermination des représentants de la Force, et je les vois comme des ennemis aussi farouches que les Sith eux-mêmes. Ces espèces d’Hommes-machines sont redoutables, et leurs équipements sont conçu pour rivaliser avec les utilisateurs de la Force … Comment pourrai-je ne pas m’en inquiéter. Ce que j’en pense personnellement ? Qu’ils sont bons à abattre. Non pas parceque j’ai peur du changement, mais parcequ’ils sont clairement hostiles, et n’ont pour but que de nous tuer, ou de nous pourchasser. Je tente de garder un œil sur ce projet de loin, mais je n’ai pas d’oreilles partout … Ils sont un problème qui deviendra majeur, peut-être plus que les Sith, dans un avenir proche.


Histoire



Je n'ai pas toujours eu qu'un sabre laser en guise d'arme ...


– Avant et en 357 ABY –

Cette histoire remonte à il y a plus de quarante ans. Tout débuta au sein des Forces de Sécurité de Coruscant, alors qu’un homme répondant au nom de Logan Blaiwen officiait en tant qu’inspecteur. Fier de son métier, il sentait qu’il apportait sa pierre à l’édifice de l’Imperium, étant un officier efficace dans sa mission. La criminologie était son fer de lance, et son expérience faisait de lui quelqu’un de très compétent, dont justement les compétences étaient sollicitées sur des affaires épineuses, ou difficiles. Logan était donc un élément apprécié par sa brigade et par sa hiérarchie. La vie semblait être un long fleuve tranquille pour lui, même si son quotidien était très rythmé, et qu’il voyait souvent des scènes d’horreurs. C’était son métier. Cependant, vint un jour où le destin fit que sa vie prit un tournant quand il fit une rencontre.

Digne d’une histoire des plus communes, Logan fit donc la rencontre de celle qui deviendra son épouse ; la belle Jaïa Gunvor. Elle était biologiste qui officiait dans les départements de recherche de preuve. L’enquête qui rapprocha Jaïa et Logan fut une affaire traitant du meurtre d’un comte de renom, possédant plusieurs affaires fructueuses sur Coruscant, et sur d’autres planètes de l’Imperium. Elle et lui finirent donc par s’attacher, après de longs mois à se fréquenter, à apprendre à se connaitre mutuellement. Le temps et les sentiments firent leur affaire, et voilà que les deux officiers étaient amoureux. D’un amour sincère et fort, ce qui les poussa à, quelques années plus tard, à s’unir. De cette union forte, et de leur amour qui n’avait pas faibli depuis le premier jour, le couple donna naissance à ce qui serait leur seul et unique enfant.

Un garçon, qu’ils nommèrent « Rugan ». Le petit Rugan Blaiwen naquit en l’an 357 ABY, sur Nubia, là où ses parents s’étaient installés. La vie semblait lui sourire ; il naquit dans une famille souriante et aimante, et il n’y avait à priori aucun mauvais augure à l’horizon. Rugan était parti du bon pied, il ne restait plus qu’à espérer que sa vie ne serait qu’un long fleuve tranquille … Ce qui n’allait pas arriver.


– 357 jusqu’à 363 ABY –

Nubia était le cadre idéal pour cette jeune famille. Planète très verte, où les liens avec la nature avaient été très bien préservés, c’était un petit havre de paix. En quittant Corruscant, les parents de Rugan avaient aussi quitté la police de Corruscant, afin d’officier sur Nubia directement. Un simple transfert, même s’il arrivait de temps à autre que les expertises de l’un comme de l’autre soit demandé sur Corruscant, de manière exceptionnelle. La vie démarra donc pour Rugan, qui bénéficia d’une enfance des plus normales. Il grandissait petit à petit et apprenait, faisant la fierté de ses parents. Ainsi, il n’eut rien de particulier durant les premières années ; il empêchait sa mère et son père de dormir la nuit quand il était tout petit, puis il courait partout quand il fut en âge de marcher.

Les plus lointains souvenirs de Rugan sur cette période lui remontent des images de lui et de sa mère, dans les plaines verdoyantes et riches autour de leur bourgade de campagne. Ils avaient après tout quitté Corruscant pour échapper à la population, quoi de plus normal de les retrouver ici en train de respirer le plein air. Ces souvenirs lui décrivent donc lui et sa mère, faisant des parties de cache-cache, ou bien faisant simplement des longues mais si agréable promenade dans les champs infinis. L’herbe était si verte, le climat si clément … Parfois, Rugan se dit qu’il se retirera sur son monde natal quand son temps sera venu. Même si, celui-ci est très loin de venir, en ces temps troubles. Mais le tableau était là ; un cadre idyllique, où vivait une famille des plus normales et épanouie. Qu’est-ce qui pouvait bien arriver ? Rien de mal, heureusement … Du moins pour le moment.

Car pour le moment, ce fut quand Rugan atteignit l’âge de ses six ans que les choses changèrent. Ses parents ne voulaient pas décider pour lui ce qu’il sera plus tard, même s’ils avaient très envie qu’il fasse comme eux ; qu’il aille dans les forces de sécurité de Nubia ou d’une autre planète de l’Imperium. Ils désiraient au fond d’eux que leur fils marche sur leurs pas, mais le choix serait entièrement le sien. Cette décision fut à l’origine de tout. Un jour venu où un étrange personnage vint à la bourgade où résidait notre petite famille. Un homme présentable et très respectueux, jeune d’apparence, inspirant la confiance même si son visage avait un brin de sévérité. Il toqua à la porte, et quand son visage fut révélé en enlevant sa capuche, les propriétaires des lieux comprirent le but de sa venue, et bien entendu … Ne furent pas très enthousiaste.

Rugan fut mis à l’écart au tout début de sa conversation avec ses parents. Cet homme se présenta sous le nom de Bonkin Harell, et il était un Jedi appartenant à l’ordre. Il expliqua que sa présence se justifiait pour deux raisons ; la première était qu’il était temps pour lui de prendre un padawan sous son aile, afin d’en faire un valeureux Jedi. La deuxième, était qu’il était venu ici en particulier car il avait senti qu’il y avait un utilisateur de la Force ici-même. Pourquoi pas ailleurs ? Car il fallait bien un endroit, après tout … Ça aurait pu être ici comme ailleurs. Mais le destin a fait que Bonkin estima trouver ce qu’il chercher ici, dans cette famille. Il déclara ensuite qu’il sentait la sensibilité à la Force de leur fils, que celui-ci disposait de ce qu’il fallait pour devenir un utilisateur de la Force. En somme, il leur proposa de prendre leur fils pour en faire un Jedi. Il n’y avait pas de doute sur les intentions de Bonkin ; il était un Jedi valeureux et honnête, qui croyait fermement en l’idéal de son Ordre. Il désirait accomplir son devoir, et pensait alors que Rugan pourrait faire un bon padawan.

Autant dire que la décision ne fut pas simple à prendre. Si Logan et Jaïa acceptaient de voir leur fils partir, l’harmonie de leur petite cellule familiale serait brisée. Oh, ils seraient quelque part heureux et honorés de voir que leur enfant soit devenu un véritable Jedi, protégeant la paix et les plus démunis de cette galaxie. Mais le choix était rude, très rude. Finalement, ils se souvinrent de leur désir de laisser leur petit décider de lui-même de son avenir, et tout naturellement, s’en remirent à lui. Ce fut à ce moment que Rugan, du haut de ses six ans à peine, dû prendre la décision la plus importante de sa vie ; désirait-il, oui ou non, s’engager dans la voie du Jedi ? S’il avait toujours été fasciné par ces guerriers légendaires et héroïques, il avait en revanche énormément de mal à se séparer de ses parents.

C’était un choix assez cruel au fond, et même le Jedi venu chercher son padawan fut désolé de devoir leur imposer un tel choix. Mais le destin avait décidé qu’il était temps pour Rugan de partir. Il choisit de s’engager dans cette voie, mais fit le caprice de venir souvent revoir ses parents. Un caprice que le Jedi comprenait, il en fut même amusé. Il fit mine d’accepter afin de ne pas trop violenter l’enfant, et lui promit tout de même qu’il reverra ses chers parents un jour, et que ceux-ci seront très fier de lui. Ce fut en ce jour que Rugan partit, son cœur d’enfant tout détruit en laissant sa si aimante famille derrière lui. Laissant aussi son monde natal, cette planète qu’il chérissait tant. Une nouvelle vie allait s’offrir à lui désormais, et c’était le commencement d’une longue, très longue route qui allait le mener … En des eaux les plus troubles qu’il existe.


– 363 jusqu’à 373 ABY –

Rugan, du haut de ses six ans, démarrait donc une nouvelle vie ; celle d’un apprenti Jedi. Pris sous l’aile de son mentor, Bonkin avait fait la promesse à ses parents qu’ils ne regretteraient pas ce que leur fils deviendrait. Un fort et bon Jedi, où même à cet âge-là sa sensibilité avec la Force se faisait assez ressentir. Rugan n’était pas non plus un cas unique et exceptionnel, mais sa sensibilité ne laissait pas indifférent les connaisseurs, comme Bonkin. En 373 ABY, le jeune garçon quitta Nubia pour Corruscant, afin de rallier le temple Jedi, et d’être intégré parmi toute la nouvelle génération de jeune Jedi de son âge. Au moins, n’allait-il pas être seul dans cette aventure. Tout semblait démarrer sous de bons auspices ; Rugan était un enfant calme et plutôt sage pour son âge, qui faisait ce qu’on lui demandait de faire. D’ailleurs il ne se contentait pas seulement de s’exécuter ; l’on sentait qu’il agissait avec un certain plaisir, une certaine joie et conviction qui était quelque peu communicative.

Les premiers mois furent donc révélateurs sur l’ensemble de sa formation. Bonkin n’avait pas que Rugan à charge, il était un précepteur pour bon nombre jeune Jedi. Cependant, dans la mesure où c’était lui qui était venu chercher le jeune garçon, il y eut naturellement un lien qui se tissa entre les deux. Loin de ses parents, il arrivait à Rugan d’être triste ; après tout, quel enfant ne le serait pas en sachant sa maman et son papa si loin. Bonkin était un homme empathique, et éprouvait une certaine peine envers Rugan vis-à-vis de son éloignement, même volontaire. Ceci contribua beaucoup au fait qu’ils devinrent proche. Celui qui allait devenir son mentor devenait, petit à petit, une sorte de figure paternelle de substitution.

Les premiers mois furent cruciaux pour ceci et d’autres raisons. Mais le temps fit son effet, et les années passèrent les unes après les autres, tandis que Rugan découvrait de jour en jour les mystères que renfermait la Force. Chaque jour qui passait renforçait la fascination que le garçon éprouvait pour cette entité mystique et ancienne. Plus il grandissait, plus il devenait de plus en plus appliqué et convaincu. Quand il fut en âge d’accompagner de temps à autre son mentor, Rugan se révélait être d’une grande dévotion. Plus que cela ; non seulement était-il dévoué, mais donnait-il tout de sa personne pour aider. Là où certain de ses camarades émettaient des doutes, ou bien étaient-ils un peu trop laxistes sur les valeurs Jedi, Rugan lui était très à cheval. Plus il avançait dans l’âge, plus il devenait bon. Sans devenir un fanatique aveuglé. En d’autre termes ; Bonkin avait réussi à lui inculquer les bases des valeurs Jedi, et à lui faire comprendre toutes les subtilités et les nuances importantes à assimiler pour ne pas sombrer.

Ce fut bien naturellement que, arrivé à l’âge de ses seize ans, Rugan devint l’un des plus assidus et sérieux padawan de sa génération. Au point où quand ce fut le moment, Bonkin l’approcha et lui expliqua qu’il allait très bientôt entrer dans une phase importante de son apprentissage. Ce fut un jour gravé dans la mémoire du jeune adolescent qu’il était ; le jour où son mentor, et ami, lui proposa qu’il devienne officiellement son padawan, afin que Rugan puisse devenir un Jedi à proprement parlé. Bien entendu, ce fut un grand honneur et il accepta l’offre. Rugan et Bonkin partageaient les mêmes valeurs et la même vision des choses, notamment sur certains sujets épineux. Oh, le jeune padawan était encore bien jeune pour se soucier des grands problèmes des Jedi, mais grâce à son mentor, il avait un œil avisé. Ce fut à ses seize ans, donc au commencement de sa vraie formation en tant que padawan, que Rugan allait réellement plonger dans les enjeux qui allaient influer directement sur sa vie future.

Depuis sa venue au temple quand il avait six ans, jusqu’à son ascension au statut de padawan, Rugan fut une personne droite et plutôt sage, même s’il était parfois un turbulent … Quoi de plus normal pour quelqu’un de son âge. Mais on lui reconnut qu’il était à l’écoute et qu’il était convaincu de la cause Jedi, sans en être aveuglé. Et cela, était une qualité qui allait grandement lui servir par la suite.


– 373 jusqu’à 382 ABY –

Jeune padawan qu’il était, Rugan démarra réellement sa formation à l’âge de seize ans, entre les mains de son maitre qui fut le même Jedi venu le chercher quand il était enfant. Bonkin était devenue comme une sorte de père d’adoption pour le garçon, envers qui il portait un regard bienveillant. Ensemble, ils officièrent donc pour le compte de l’Ordre Jedi, effectuant les travaux qui leur étaient demandés. Cependant, même si Bonkin était un mentor d’exception, qui possédait une grande pédagogie, il était un homme de conviction. Un homme qui possédait des idéaux, et des avis assez tranchants sur certains sujets. Comme la politique de l’Imperium, qu’elle soit interne ou externe.

Ses idées, il tenta ainsi de les transmettre à son padawan. Puisque Rugan semblait être sur la même longueur d’onde, Bonkin prit alors le risque de petit à petit l’amener à réfléchir sur bien des choses. Si à son adolescence Rugan y prêtait peu d’attention, plus il vieillissait, plus ces sujets devenaient conséquents et importants. Car tôt ou tard, il allait y être confronter. Par exemple, pendant longtemps Bonkin avait expliqué au jeune homme qu’il trouvait dommage, et dangereux, que le Conseil de l’Ordre Jedi ne prête pas plus d’attention aux puissances émergentes, comme le Consortium d’Hapès. Qui selon lui était une puissance extrêmement dangereuse, dans le sens où il s’agissait d’une nation rejetant la Force tout simplement. Une attitude étrange, qui pouvait laisser supposer à toute sorte de fantasme … Mais qui n’était pas sans rappeler certaines pages de l’Histoire des Jedi.

Rugan se rendit bien vite compte que le Consortium semblait être une préoccupation pour son maitre, qui malheureusement ne pouvait pas faire grand-chose, vu son statut. Toutefois, alors qu’il mûrissait, le jeune padawan finit par apprendre que son maître mûrissait aussi, en même temps que lui. Cela voulait dire qu’il apprit que Bonkin était visionnaire, et qu’avec l’âge, il désirait s’investir bien plus qu’à l’époque dans la cause Jedi. Etait-ce une manière de dire qu’il désirait monter dans les sphères décisionnelles de l’Ordre ? Sans doute. Mais pour réaliser une telle chose, il devait terminer la formation de Rugan, qui ferait alors de lui un maître Jedi en bonne et due forme. Cela prendrait encore un peu de temps, surtout quand l’apprenti finit par devoir faire un choix. Un choix de carrière … Rugan se voyait mal se tourner les pouces en attendant la prochaine tâche confiée par ses pairs. De ce fait, il s’orienta vers un métier qui l’avait toujours passionné ; la criminologie.

Bonkin reconnut alors qu’il avait bien hérité de ses parents sur ce côté-là, puisqu’instinctivement, il éprouvait leur même goût pour ce domaine. Le Jedi empêcha nullement Rugan de se lancer dans cette carrière, respectant son choix de vouloir aider les autorités de l’Imperium, même si lui-même n’appréciait pas vraiment traiter avec eux. Ce fut à l’âge de ses vingt-six ans que Rugan devint un investigateur, mettant ses talents et sa sensibilité à la Force au service de la justice. Il suivit un parcours plutôt classique, passant les examens et les différents concours pour arriver à son premier poste dans les forces de sécurité de Corruscant. Une belle carrière s’offrait à lui ! Un métier qui allait à la fois lui apprendre à maitriser encore plus ses dons et sa sensibilité à la Force, mais aussi lui permettre de faire ce qu’il a toujours aimé faire.

Cependant, alors qu’il passait les derniers examens pour être admis dans la section criminologie et investigation, Bonkin désira s’entretenir à nouveau avec son padawan. Il désirait simplement lui parler, avant qu’il ne soit enrôlé dans son nouveau métier et, par conséquent, qu’il soit moins présent à ses côtés. Pendant toutes ces longues années, depuis qu’il était devenu padawan, Rugan avait été des plus rigoureux quant aux apprentissages de son maitre. Quand il allait en mission, il suivait les ordres à la lettre et les quelques fois où il en avait dévié, ce fut pour sauver la vie de Bonkin ou d’autrui. Rugan avait appris autant à tuer par nécessité, qu’à préserver des vies même si cela n’était pas mérité. Son maître et lui parlèrent beaucoup ce jour-là, jusqu’à ce qu’on lui fît une révélation ; Bonkin lui dit que son apprentissage avec lui était terminé, et qu’il était prêt à devenir un Jedi. Cela voulait dire qu’il n’était plus un padawan … Et que malheureusement, Bonkin et lui allaient se côtoyer de moins en moins, surtout face à la nouvelle carrière de Rugan. Mais, son maitre et ami lui assura qu’il allait souvent entendre parler de lui, puisqu’à présent qu’il était un maître Jedi, il allait pouvoir réellement se lancer dans ses projets pour l’Ordre.

Une page s’était terminée, et une nouvelle s’apprêta alors à s’écrire.


– 382 jusqu’à 392 ABY –

À l’âge de vingt-cinq ans, Rugan était donc un Jedi de l’Ordre. Mais, cela n’était pas sa principale occupation. Ayant passé les examens et les cursus spécifiques aux forces de sécurité, le jeune homme était aussi et surtout un investigateur, au sein de la sécurité de Corruscant. Toujours attiré par la criminologie et la résolution d’enquête, il allait mettre à contribution son talent et sa sensibilité à la Force pour se faire une place dans le domaine. C’était l’esprit plein de rêves et d’espoirs qu’il démarra donc sa carrière. Si au début on ne lui confia pas des dossiers très importants, ni très intéressants, cela ne l’empêcha guère de s’investir corps et âme dans son travail. Rugan parvenait à associer ses devoirs de Jedi avec son métier, c’était d’ailleurs l’une de ses grandes qualités.

Au sein de sa brigade, il était le seul utilisateur de la Force. Au départ, il était comme une sorte d’attraction, de manière gentille. Non pas car ses collègues n’avaient pas l’habitude de voir des sensitifs à la Force, mais parcequ’ils n’avaient pas l’habitude d’en voir faire ce travail à plein temps. Pour Rugan, c’était une véritable histoire d’amour, motivée par une passion pour ce domaine. Enquêter, réfléchir, fouiller, trouver … Tout ces petits éléments qui, cerise sur le gâteau, permettaient de mettre sous verrous les scélérats de ce système … Tant qu’on ne venait bien entendu pas interférer avec la mission. Avec ce métier, il apprit autant à résoudre des enquêtes complexes qu’à maitriser toujours plus ses dons. Bien souvent, il dut dégainer son sabre laser, surtout au moment de coffrer les suspects, voire le ou les coupables. C’était tout un métier, en somme.

Néanmoins, les années passaient. Rugan savait que s’il désirait progresser dans la voie Jedi, il allait devoir se plier à la règle ; pour devenir maître il fallait avoir accompli la formation d’un padawan. Si autrefois il pensait rester chevalier à vie, car devenir plus ne l’intéressait que peu, force était de constater qu’avec l’âge, ses positions se sont vues révisées. Comme les chevaliers et les maîtres, il profita de ses nombreux voyages aux quatre coins de ce système pour tenter de trouver le candidat idéal. L’un de ces voyages l’emmena aux portes du secteur Ehosiq, dans le système de Shili. Devant retrouver un contact Togruta sur Shili. Son escale sur cette planète dura un certain temps, ce qui lui permit alors de découvrir un peu la vie locale. À vrai dire, Rugan n’avait encore jamais mis les pieds sur Shili, et le peuple de cette planète lui était fort bien intriguant. Les Togrutas étaient des gens qu’ils admiraient profondément, de par leur sens de l’unicité, et de la vie en groupe. Historiquement, ils avaient beaucoup d’utilisateurs de la Force au sein de leur peuple, c’était donc une raison supplémentaire pour les admirer.

Mais à cette période-là, alors que Rugan devait rester plusieurs jours sur place, il était loin de s’imaginer repartir à deux plutôt qu’un. Le chevalier Jedi qu’il était ne s’imaginait pas que, alors qu’il devait rencontre son contact dans un village local, qu’une jeune Togruta, à peine enfant, se collerai à lui en permanence. Au début, il trouva cela amusant ; les enfants Togruta étaient touchants parfois, et celle-ci n’échappait pas à la règle. Sans doute impressionnée de voir un chevalier Jedi pour la première fois, elle le suivit partout, se prenant, dans sa tête, pour sa coéquipière. Bien heureusement, la mission était simplement de s’entretenir avec le contact et de réfléchir sur l’enquête en cours avec les informations qu’il avait. Aucun danger, donc Rugan la laissa faire. Quand il avait l’occasion, le jeune homme s’intéressa alors à elle, finissant par lui demander son nom, et pourquoi le suivait-elle ainsi.

Rugan ne résista pas et succomba à la joie de cette petite. Il finit par faire connaissance avec ses parents, sous l’insistance de cette jeune Togruta, qui tenu absolument à leur présenter son ami le Jedi. Elle s’appelait Sohla Ky. Un très beau nom selon Rugan, qui pour il ne savait quelle raison, se sentait attirée par elle. D’un point de vue … De la Force. Il ne tarda pas à comprendre, et à sentir, que cette jeune boule d’énergie était une sensitive à la Force. Et vu son entrain et son énergie, il fut prévisible qu’une telle nouvelle la fit sauter de joie, avant de l’attrister. Pourquoi ? Car la petite pensait alors que jamais ne pourrait-elle devenir Jedi, n’ayant pas de maitre, et n’ayant personne pouvant la prendre sous son aile ici, sur Shili.

Rugan avait souri à ce moment-là, pour une fois dans sa vie. Il s’en était alors retourné vers ses parents, leur demandant alors en secret s’ils étaient prêts à laisser leur fille partir pour Corruscant, où elle deviendrait une Novice. Là-bas, elle serait alors prise en charge par le Temple Jedi, qui la formerait petit à petit, jusqu’à lui faire passer l’épreuve pour qu’elle devienne une Padawan … La sienne. Voyant là un avenir noble et prometteur pour la petite Sohla Ky, ils acceptèrent, même si le départ de leur enfant, exactement comme Rugan à l’époque, allait les attrister. Mais, c’était pour la bonne cause … Et Sohla allait avoir la chance de devenir l’une de ces personnes qu’elle admirait tant. Quand il revint auprès d’elle, et qu’il lui annonça la nouvelle, la petite explosa de joie, tout simplement. C’était bien la première fois que Rugan ressentait ce genre de choses … Le fait de susciter la joie chez quelqu’un d’autre. Il lui fit la promesse que quand elle sera en âge, il ferait d’elle sa Padawan.

Et cet âge-là finit immanquablement par arriver. Elle passa l’épreuve quelques temps plus tard, et la réussit, lui ouvrant alors les portes de l’apprentissage. Rugan tenu sa promesse et la prit sous son aile, faisant de Sohla Ky, sa Padawan officielle. Une padawan pleine de promesses, car elle semblait être exactement sur la même longueur d’onde que son maître. Sans être aussi ambitieux et strict que lui, cependant. Sohla était le genre de personne toujours en manque d’aventure et de choses à faire ; de ce fait, elle n’avait aucun mal à accompagner Rugan durant toutes ses missions. De belles et longues années d’apprentissage, où elle et lui se rapprochèrent davantage. Une relation sincère de maitre et d’apprentis. Une relation qui, pour une fois, laissait à l’ancien disciple de Bonkin exprimer un peu plus librement ses sentiments ; Sohla n’était pas seulement sa padawan, mais elle était aussi son amie, et sa protégée. Envers elle, il avait obtenu avec le temps un regard assez paternel, malgré leurs différences. Sohla était sanguine et impulsive, mais Rugan était patient et très sang froid avec elle.

Mais alors que Rugan poursuivait tranquillement sa vie, à la fois en tant que Jedi et en tant qu’investigateur, il finit par avoir vent de certains changements au sein de l’Ordre Jedi. En effet, alors qu’il approchait du rang de Maitre Jedi, la formation de Sohla avançant bien plus vite que prévu, il apprit que son ancien mentor, l’illustre Bonkin Harell, s’était hissé au sein du Conseil. Rugan ne rêvait pas ; son ex-mentor était parvenu à se faire une place au sein du centre décisionnel de l’Ordre Jedi. Il se souvint alors qu’il l’avait prévenu, il y a quelques années ; il avait des projets. Bonkin semblait sur la bonne voie pour les appliquer, et son ‘’programme’’ était centré sur une problématique très particulière ; le Consortium Galactique, et plus particulièrement, Hapès. Cette Etat qui faisait la chasse aux sorcières envers les utilisateurs de la Force, allant jusqu’à les refuser de but en blanc dans leur société. Ils y avaient même des dires stipulant qu’ils disposaient d’un programme tout entier ayant pour but le développement de technologie anti-Force.

Une problématique inquiétante, dont Bonkin en avait fait son fer de lance. Son charisme et le fait qu’il était tout le temps sur le devant de la scène du Conseil, ainsi que son passif riche firent de lui une personnalité appréciée du Conseil. Tellement appréciée que ce fut en l’an 392 ABY qu’il fut officiellement élu, à l’unanimité, Maitre de l’Ordre. Ce fut bien évidemment une bonne nouvelle pour Rugan qui avait pleinement confiance en son ancien maitre, et qui appréciait fortement ses idées. Cette année coïncida avec l’année où Rugan acheva la formation de sa padawan. Des années passées avec elle, à la former, à lui apprendre tout ce qu’il savait … De belles années avec des hauts et des bas, qui se soldaient ici, en 392 ABY. Sohla devint officiellement une Jedi, tandis que face au succès de sa formation, on accorda le rang de Maitre Jedi à Rugan.

Tout le monde montait en rang, cela ne pouvait présager que du bon. Mais, les quelques années à venir allaient bien contraster avec ce si beau tableau …







Dernière édition par Rugan Blaiwen le Jeu 22 Sep - 20:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
Race: Humain
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître de l'Ordre Jedi
Maître de l'Ordre Jedi
MessageSujet: Re: Rugan Blaiwen - Terminé   Sam 17 Sep - 15:53

Histoire


– 392 jusqu’à 395 ABY –

Un an s’écoula après la nomination de Bonkin au poste de Maitre de l’Ordre. Il était, comme Rugan pouvait se l’imaginer, quelqu’un de ferme et de très convaincu dans ses idéaux. Cela ne demanda que peu de temps à Bonkin pour approcher de nouveau son ancien ami et padawan, afin notamment de le féliciter pour son parcours. Comme au bon vieux temps, les deux hommes s’accordèrent un petit moment pour rattraper le temps, chacun ayant été très pris par leurs responsabilités respectives. Le temps était passé sans qu’ils s’étaient particulièrement vus ou côtoyé, malgré le lien fort qui les unissaient. Bonkin profita de sa nomination, et de celle de Rugan pour corriger tout cela. Si dans un premier temps les retrouvailles furent festives, chacun racontant tout ce qu’il avait fait de meilleur durant ces années, la suite fut … Moins joviale.

Si Bonkin était heureux que Rugan avait réussi la formation d’une padawan, et qu’il était impatient de connaitre Sohla, force était de constater qu’il n’allait pas pouvoir le faire pour le moment. En effet, la raison de sa venue auprès de Rugan avait un autre but … Il avait besoin de lui. Besoin de son appui, et de son aide. Pas un appui politique, car le Conseil le soutenait déjà. Un appui physique ; il avait besoin de son ex-padawan pour se renseigner. Comme il pouvait déjà le savoir, le Consortium d’Hapès et ses basses manigances l’inquiétait beaucoup. Toutefois, le Conseil ne désirait pas ouvertement mettre un coup de pied dans la fourmilière, jugeant qu’il était peut-être un peu trop hâtif de vouloir s’élancer en croisade contre eux. D’autant que la décision ne leur appartenait pas entièrement, l’Ordre Jedi étant encore rattachée auprès de l’Imperium aux dernières nouvelles. Il était vrai que depuis le massacre de Tython, en 380, l'Imperium et l'Ordre avaient prit des mesures contre eux. Des mesures qui, au gout de Bonkin ... N'étaient guères concluantes. En vérité, malgré toutes les informations que l'Etat major et l'Ordre disposaient déjà au sujet de ce programme, cela demeurait insuffisant. Inadaptées, peu concluantes, trop maigres, c'étaient les mots du Maitre à l'époque.

De ce fait, Bonkin voulait agir de son propre chef, afin de compléter les informations déjà acquises. S'il désirait agir dans l'ombre, ce n'était non pas pour tenter quelque chose d’insensé, mais pour justement réunir suffisamment d’éléments pour faire pression. Si l'Ordre était déjà au courant de la menace tangible et sérieuse des Phénix, ils n'étaient pas assez impliqués, ni attentifs, toujours selon Bonkin qui malgré le soutiens de l'Imperium face à cette menace, estimait qu'encore une fois, c'était insuffisant … Autant dire qu’il avait énormément de travail à faire. Rugan allait donc devoir l’aider, et cela passa par plusieurs missions personnelles, afin de lentement, progressivement, en savoir plus sur le cœur de cette problématique ; le programme Phénix. Dans l’impossibilité d’infiltrer directement le Consortium, Rugan et Bonkin durent travailler d’arrache-pied pour tenter d’en savoir le maximum, en dehors de l’espace Hapien, et sans déclencher d’incident diplomatique. Tous se faisait en discrétion, dans le secret le plus total … Du moins, c’était ce qu’ils pensaient. Vu la dangerosité de ces opérations, Rugan avait volontairement écarté Sohla Ky de cette affaire, pour … La protéger, malgré qu’elle aurait été d’une aide précieuse.

Cette affaire ne concernant que nos deux hommes, qui tentèrent tout pour le tout. Seulement … Tout finit par s’écrouler. Visiblement ils n’avaient pas réussi à rester assez discret ; ou bien, il y avait eu une fuite sur leurs opérations. Ce fut en l’an 395 ABY que leur destin, à tous les deux, changea à jamais. Bonkin et Rugan devait se rendre sur une lune, dans le secteur d’Hapes … Ce fut l’une de leur plus dangereuse et délicate opération, mais qui allait s’avérer décisive. Ils n’avaient guère eu le choix, et ils en payèrent le prix. Alors qu’ils faisaient route et qu’ils parvinrent, étrangement, sans aucun encombre à destination, ils pensèrent qu’ils allaient pouvoir repartir. Ce fut une grave erreur, car ce jour-là, une embuscade leur fut tendu à destination. Ce jour resta à jamais gravé dans la mémoire, et sur le corps, de Rugan car ce jour-là, il faillit perdre la vie. Avec le recul, il se dit que ça aurait été mieux …

Ce jour-là, l’impensable arriva. L’embuscade fut tendue non pas par on ne savait quel renégat, mais par une entité bien plus supérieure, et bien plus dangereuse que quiconque dans cette galaxie. Rugan et Bonkin durent faire face à la Reine Mère en personne ; Alexandra Solaris, qui était visiblement au courant de leur plan et de leur venue sur cette lune. Elle avait décidé de les accueillir ici, pour tout simplement tenter d’éliminer le Maitre de l’Ordre Jedi. Cela valait le déplacement … La personnalité la plus influente de l’Ordre Jedi, offerte sur un plateau d’argent, à domicile. Ce fut la tentation de trop pour la Reine Mère qui les honora de sa présence.

Inutile de dire que les deux Jedi combattirent jusqu’au-delà-même de leurs limites. Ils savaient cette femme redoutable mais avaient commis l’erreur de la sous-estimer. Dangereuse, puissante, insensible … Tout les éléments étaient réunis pour parvenir à mettre en déroute le Maitre de l’Ordre en personne, et un Maitre Jedi. Le combat fut sanglant, et si à deux ils parvinrent, à bout de souffle, à égratigner à peine la Reine Mère, celle-ci finit par avoir raison de sa proie ; celle pour laquelle elle était spécialement venue. Après avoir porté un coup dévastateur à Rugan, pour l’écarter de la mêlée, lui causant une horrible et presque mortelle blessure au visage, la Reine Mère avait Bonkin pour elle seule … Et ce fut sous les yeux impuissants et ensanglantées de Rugan qu’elle porta un coup fatal au Maitre, lui perforant en toute profondeur le cœur de sa lame énergétique.

Les deux Jedi avaient échoués. Ils avaient pris un trop grand risque sur cette ultime opération, et ils en avaient payé le prix fort. Bonkin mourut ce jour-là, de la main d’Alexandra Solaris, alors que Rugan était dans la totale incapacité de l’en empêcher. Voyant son ancien maître périr, le cœur perforé, le sang se déversant de son corps sans vie, Rugan fut naturellement frappé de la plus noire et de la plus ardente des colères. Mais son état était critique ; il était sur le point de mourir à son tour, de ses blessures. Toutefois, si ce n’est par une grâce de la Force, comme il se complait à le dire, il n’aurait guère pu se relever à cet instant, réunissant ses dernières forces pour non pas tenter bêtement de s’en prendre à nouveau à Alexandra, mais pour tenter de fuir, de sauver au moins une tête de cet échec. Rugan cherchait un moyen de s’enfuir, et pour cela il devait rallier son vaisseau qui était encore là, sur le lieu d’atterrissage.

Il fit ce qui lui semblait le meilleur ; il se releva comme il peut et courut, aussi vite et aussi fort qu’il pouvait. Son billet de sortie était dans une autre artère du spatioport dans lequel lui et Bonkin avaient atterrit. Courir n’aurait pas été suffisant, car la Reine Mère se mit aussitôt à foncer vers sa personne. Et personne n’oserait remettre en cause le fait que c’était plus une machine qu’autre chose … Elle courrait vite. Très vite. Et ne se fatiguait pas. Rugan le savait et contrait alors toutes ses forces dans des tentatives désespérées de la ralentir. Il fit tomber les vaisseaux à quai, il tenta de pousser les objets les plus lourds et massif pour ralentir la progression d’Alexandra. Quand il passait des portes, il usait encore de son don pour les verrouiller, en les faisant s’écraser sur elle-même. Rugan était très fort dans ce domaine de la Force, et même malgré ses blessures, il parvint, à la sueur et au sang de son front, à ralentir l’ennemie.

Celle-ci n’eut pas la vitesse suffisante pour se défaire de toutes ces entraves misent sur sa route. Quand elle parvint enfin à Rugan, celui-ci était déjà dans le cockpit de son vaisseau, et s’arracha de la piste en catimini, poussant ses moteurs au maximum. Il s’en était fallu de peu … Mais, cela ne changeait en rien que la situation était un échec chaotique. Rugan activa le pilotage automatique pour rentrer sur Corruscant, tandis qu’il luttait pour éviter de tomber dans l’inconscience, face à son sang qui s’échappait, autant par ses plaies, que par ses toux qui éclaboussaient la vitre du cockpit. Le Maitre de l’Ordre était mort, assassiné par la Reine Mère du Consortium d’Hapès, devant les yeux de son plus vieil et fidèle compagnon. Toute l’opération était un échec … Et ce jour, restera à jamais gravé dans la mémoire des Jedi, ou tout du moins dans celui de Rugan, comme le jour où le Consortium est définitivement devenu un ennemi à abattre.


– 395 jusqu’à 400 ABY –

À qui revenait la responsabilité de la mort de Bonkin ? Le Maitre de l’Ordre avait certes été tué par la Reine Mère d’Hapes mais, à qui était-ce réellement la faute ? Rugan, durant son temps de rétablissement, fut hanté par cela. Jamais il n’aurait dû encouragé son ancien maitre dans cette entreprise. Jamais il n’aurait dû le laisser faire. Si l’objectif semblait à la hauteur du risque, ils avaient grandement sous-estimé ce dernier. S’infiltrer dans le secteur d’Hapes en toute impunité, pour en plus récolter des informations contre eux, ce fut le pas de trop. Rugan et Bonkin en avaient payer le prix. Qu’allait-il se passer, désormais ? Pendant son temps de rétablissement, qui dura un certain temps tellement la Reine Mère l’avait blessé, le Jedi songea à l’avenir. Le Conseil allait lui demander des comptes, et là où son défunt maitre avait désiré garder ceci secret, Rugan n’allait pas avoir autre choix que de révéler leur plan.

Encore heureux qu’ils n’avaient pas fait tout ceci au nom de l’Ordre. Cela n’allait que peu changer l’issue des évènements mais, au moins, l’intégrité de l’Ordre d’un point de vue relation intergalactique n’allait pas trop en souffrir. Du moins, c’était ce que pensait naïvement Rugan. Mais plus il retournait tout ceci dans sa tête, plus quelque chose lui apparaissait comme ... Une évidente évidence. Le massacre de Tython ne fut qu'un précurseur sombre sur l'avenir qui attendait les Jedi, et plus généralement, tout utilisateur de la Force. Le Consortium était bel et bien un danger mortel, et même avec les présents efforts de l'Ordre et de l'Imperium, les mesures étaient insuffisantes, voire inefficaces. Tython avait été le déclencheur d'alerte, mais la mort du Maitre était alors une véritable déclaration de guerre ... Et ce peu importe les raisons que pourraient bien avancer le Consortium à ce sujet. Car à bien y penser, jamais on n’aurait pu justifier le meurtre du Maitre de l’Ordre. Cependant, il ne fut guère étonnant que le Consortium revendiqua peu de temps après la mort du Maitre. Preuve que Rugan avait encore à apprendre de ses ennemis. Il savait que le front était déjà consummé entre l'Imperium et le Consortium, mais celui-ci s'étant enlisé ... Il n'aurait pas pensé que la Reine Mère clamerait haut et fort être à l'origine de ce meurtre, et pourtant, c'est ce qui se passa. Une annonce qui créa une certaine onde sismique au sein de l'Ordre, précipitant ainsi la nécessité de prendre des nouvelles mesures.

Le Conseil savait donc la vérité, ce qui en fin de compte arrangerait bien Rugan, malgré le fait qu'on allait certainement lui mettre à dos une part de responsabilité dans cette affaire. Quand sa période de rétablissement se termina, il ne perdit pas de temps. Convoqué auprès du Conseil il allait devoir rendre de lourds comptes. Ce fut entouré de tous les Maitres, au temple sur Corruscant, que le maitre Jedi dut longuement s’expliquer. Il leur avoua tout ; les plans de Bonkin vis-à-vis du Consortium, ses intentions, ainsi que toute la campagne qu’ils avaient fait en secret jusque-là. Pour appuyer ses dires, Rugan leur révéla tout ce qu’ils avaient pu trouver comme informations nouvelles au sujet du programme Phénix … Revenant tout à la fin sur la mort de Bonkin pour leur faire comprendre que l’heure, déjà grave, était à présent critique ; le Consortium n'était pas seulement un ennemi, mais une cible à abattre en toute priorité. Les sinistres évènements de Tython ne devaient, pour rien au monde, se répéter.

Un an après tous ces tragiques évènements, en 396 ABY, le Conseil pataugeait encore. Ils devaient absolument élire à nouveau un Maitre, qui saura prendre les bonnes dispositions pour faire face à ce conflit de plus en plus important. Mais, un an d’élection sans jamais qu’un vote ne se fasse à l’unanimité. Quelques candidats s’étaient proposés, mais chacun n’était apparemment pas assez répondant et qualifié pour faire face à la situation présente aux yeux du Conseil. Voyant un tel échec, Rugan ne pouvait à nouveau rester les bras croisés. Jamais ne s’était-il intéressé à la politique interne de l’Ordre, et jamais n’a-t-il voulu le faire. Car autrefois, il y avait Bonkin … Mais il n’est plus là. Sous l’appui moral de Sohla, sa protégée, et sous tout ce que Bonkin avait appris et dit à Rugan, ce dernier décida alors de porter sa candidature. Contre toute attentes, il se proposa au Conseil, déclarant qu’il était l’homme le plus apte à gérer cette situtation exceptionnelle que n’importe qui. Et pour cause ; il était l’ancien disciple de Bonkin, et surtout … Il a vu sa mort. Il a vu la Reine Mère à l’œuvre, il a vu de quoi étaient capables les Phénix. Il a vu le danger, il a vu … Ce qu’aucun autre Jedi, encore vivant, n’a jamais vu de toute sa vie. Rugan était mieux placé que quiconque pour comprendre d'avantage le danger du Consortium, et ainsi, prendre les mesures nécessaires. Autant dire que sa candidature créa nombre de débats, notamment sur le fait qu’il n’était pas un Maitre du Conseil, mais un simple maitre Jedi. Mais, il avait plus de savoir et de connaissance face à la situation qu’aucun autre Jedi de l’Ordre, le Conseil y comprit.

En d’autre termes, il se présenta comme l’homme de la situation. Il déclara que c’était entièrement au Conseil de décider si oui ou non, ils désiraient gérer le conflit. Soit ils votaient pour lui, et décidaient enfin de gérer ce coup, soient ils en faisaient autrement, et ils prendraient alors leurs responsabilités en main. Après de nombreuses semaines de débats hauts en couleurs, le vote eut lieu. Des semaines de crise au sein du Conseil, car l’urgence de la situation se faisait de plus en plus sentir. Au final, après tout ce temps, le vote fut finalement rendu … Et, à l’unanimité, malgré que certains l’ont fait à contrecœur, Rugan Blaiwen fut élu Maitre de l’Ordre, en l’an 396 ABY, succédant ainsi à son prédécesseur, et ami, Bonkin Harell.

Une nouvelle page, une nouvelle ère … Rugan, en tant que nouveau Maitre de l’Ordre, savait désormais quoi faire. Il n’était pas là pour mille raisons. Il n’en avait qu’une ; protéger l’héritage des Jedi, quoiqu’il en coute, de ses ennemis. Et ses ennemis n’étaient plus seulement les Sith désormais ; mais le Consortium d’Hapes tout entier aussi. Ce fut ainsi que Rugan devint ce qu’il est aujourd’hui, en 400 ABY. Âgé de quarante-trois ans, il continue d’officier à la tête de l’Ordre et, plus que jamais, il fait son possible pour gérer à la fois ce pourquoi les Jedi sont là, et à la fois, les ennemis de ceux-ci.




Liens


Lexa De VendenbergLexa De Vendenberg - Lexa est une ancienne connaissance de Rugan. Bien que, le mot "connaissance" est bien peu approprié ... Tout commença sur Ilum, en début d'année 383 ABY. Alors que Rugan, chevalier Jedi et investigateur au sein de la police de Corruscant, devait se rendre pour une période indéterminée sur cette planète. Plus précisément, il avait un long travail à faire chez les Jedi d'Illum, au sein de leur temple. Une longue mission, qui lui permit alors de faire la rencontre d'une femme, une ecuyère d'un Chevalier Impérial. Celui-ci était en mission sur la planète pour veiller sur la jeune héritière, Varyssa Fel. Ce qui expliquait la présence de son ecuyère, qui ... Fut déléguée pour veiller sur l'héritière en question.

Quand Rugan vit pour la première fois cette femme, cette ecuyère, il sentit quelque chose. Quelque chose lié à la Force en elle-même ... Il ne s'agissait pas d'une simple écuyère. Il finit par se rendre compte qu'elle était sensible à la Force, mais pas que. Qu'elle était aussi une ancienne apprentie Jedi ici-même, sur Ilum. Curieux à son sujet, car il était étonnant de voir un tel parcours, Rugan l'approcha comme il pouvait et, contrairement à ce qu'il aurait pu penser, le temps fit qu'ils finirent par sympathiser. Leur relation évolua au fil du temps, jusqu'à ce qu'ils finirent même par devenir amant, pendant un temps ... Avant que Lexa ne quitte Illum, sa mission étant terminée. Depuis, Rugan et elle ont perdu le contact.


Alexandra SolarisAlexandra Solaris - Comment ne pas avoir envie de meurtre en évoquant simplement son nom. Cette femme n'est plus à présenter ; elle est la Reine Mère du Consortium d'Hapès. Femme aussi belle que dangeureuse, c'est un adversaire redoutable qu'il ne faut sous-estimer sous aucun prétexte. Rugan, et son défunt maîte, en ont fait la lourde expérience. Alors qu'ils enquêtaient sur le programme Phénix en secret, ils durent se rendre sur une lune située dans le secteur d'Hapès. Pour une raison inconnue, la Reine Mère fut prévenue de leur venue et décida de leur tendre une embuscade, afin d'être sûre d'éliminer le Maitre de l'Ordre qu'était Bonkin Harell à l'époque.

L'embuscade fut une totale réussite pour elle. Rugan fut gravement blessé, presque au bord de la mort, par cette femme. Cette dernière tua le Maitre de l'Ordre sous les yeux de son ami, qui se promit alors qu'un jour, il tuerai Alexandra de la même façon qu'elle avait tué Bonkin ; une lame plantée dans son coeur, bien que le sien, est aussi froid que l'acier composant son corps.


Bonkin HarellBonkin Harell - C'est le mentor de Rugan. Alors qu'il était enfant, chez sa famille sur Nubia, ses parents reçurent la visite d'un Jedi répondant au nom de Bonkin Harell. Il était venu chercher l'enfant car celui-ci était sensible à la Force. Proposant à la famille de Rugan de prendre le petit pour en faire un Jedi, ils acceptèrent. Quand Rugan eut l'âge de devenir Padawan, ce fut bien Bonkin qui le prit sous son aile. Ils sont des amis, des frères, et même, père/fils. S'il y avait bien une personne en qui Rugan pouvait avoir confiance en toute circonstances, c'était bien lui.

Mort entre les mains de la terrible Reine Mère d'Hapes, Rugan jura de rendre la pareille à cette femme, de la même manière, en temps voulu. En attendant, Rugan prit son courage à deux mains pour devenir Maitre de l'Ordre à son tour, afin d'achever ce que Bonkin avait commencé.


Sohla KySohla Ky - Cette Togruta était, enfant, une vraie boule d'énergie ayant toujours des étoiles dans les yeux face à un Jedi. Quand Rugan dut se rendre sur Shili, dans un village, cette enfant se colla à lui comme de la gomme à mâcher. D'un autre coté, elle avait ce coté terriblement attachant qui fit que Rugan ne lui en voulut pas, voire bien le contraire ; elle parvint à faire sourire le Jedi. Cependant, celui-ci, en s'intéressant de près à elle, finit par se rendre compte qu'elle était sensible à la Force ... Et pas qu'un peu. C'était alors le destin qui les réunissaient, tout les deux, ici. Rugan proposa à ses parents de faire d'elle une Jedi, en l'enmenant dans le temple sur Corruscant, exactement comme lui il y a des années de cela.

De nos jours, Rugan et Sohla sont extrêmements attachés l'un à l'autre. Sohla est devenue son padawan, puis une chevalère Jedi quand elle eut terminé sa formation. Rugan tend à voir Sohla comme sa fille, tellement lui est elle chère, bien qu'il préfère utiliser le terme de "protégée".


Derrière l'écran

Prénom/pseudo : Mag'

Age : 21

Comment avez vous découvert le forum ? : Big sis'

Petit Plus ? : Caius Bonus !




Dernière édition par Rugan Blaiwen le Ven 30 Sep - 19:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
Race: Cyborg (Hapienne)
Expérience:
0/0  (0/0)
Xp disponible: 0
avatar
Ta'a Chume
Commandant du Phénix
Ta'a Chume  Commandant du Phénix
MessageSujet: Re: Rugan Blaiwen - Terminé   Jeu 22 Sep - 19:34

Officiellement bienvenue sur le forum !

Déjà, je commence par le commentaire général, cette fiche fut agréable a lire et elle est de très bonne facture, en fait, j'ai même l'impression que tu a fait des progrès depuis la dernière fois que j'ai eu l'occasion de te lire. Les quelques corrections que nous te demanderons sont mineure et liée a des éléments de contextes.

En premier lieu, tu écrit souvent "Grand Maître de l'Ordre Jedi". Comme je te l'ai dit sur Skype, le poste de Maître de l'Ordre et celui de Grand Maître sont deux postes différents.

L'autre soucis provient de l'image que tu donne des Phénix auprès des Jedi. Logiquement, a partir de 380 et du massacre de Tython, je pense que même le Jedi le plus borné et obtus a dû finir par comprendre que le Phénix était une menace mortelle qu'il fallait prendre au sérieux et avec l'aide de l'Impérium, ils doivent disposer d'une base de donnée sur leurs méthodes de combats et les prothèses les plus courantes du programme. En revanche, il serait tout a fait envisageable que les mesures prisent par l'Ordre pour tenter de les combattre se soient révéler insuffisante et inadapté et que Rugan et son maître l'ai déploré assez pour tenter de faire quelque chose d'eux-mêmes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
Race: Humain
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître de l'Ordre Jedi
Maître de l'Ordre Jedi
MessageSujet: Re: Rugan Blaiwen - Terminé   Sam 24 Sep - 12:52

Petit up juste pour (re)confirmer que j'ai fais quelques modifications comme demandé ! Un petit reminder quoi ! What a Face


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
Race: Cyborg (Hapienne)
Expérience:
0/0  (0/0)
Xp disponible: 0
avatar
Ta'a Chume
Commandant du Phénix
Ta'a Chume  Commandant du Phénix
MessageSujet: Re: Rugan Blaiwen - Terminé   Ven 30 Sep - 20:34

Fiche validée !

Enjoy !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rugan Blaiwen - Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rugan Blaiwen - Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: II - Votre personnage :: Registre Galactique :: Fiches validées-
Sauter vers: