Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Jeu 28 Juin - 3:14

    Naboo était une planète paisible, pas le genre d’endroit où l’on pouvait songer obtenir des renforts dans un conflit armée, mais c’était peut-être justement pour cette raison que l’Hapienne s’était rendue ici : dans le fond, ses principes de Jedi était toujours profondément ancrée en elle, elle souhaitait avant tout éviter le conflit. L’entrée du système de Naboo dans la confédération lui permettrait de disposer d’une voie supplémentaire pour soutenir les Jedi et un effort pour maintenir les deux puissances en dehors de la guerre et donc une solution pacifique. Une situation dans laquelle elle était de toute manière contrainte : en effet, à l’heure actuelle, une guerre serait destructrice pour les forces sécessionnistes qui se verraient balayée par la puissance armada de l’Alliance Galactique, supérieure en nombre. La volonté et l’entrainement ne manquait pas, mais l’infériorité numérique était trop écrasante, combattre pour obtenir un bain de sang ne valait rien.

    Le souci était qu’elle était obligée de venir incognito. En effet, les dignitaires confédérés n’étaient pas vraiment les bienvenues au sein des planètes en dehors de leurs systèmes, qui craignaient les représailles de l’Alliance Galactique, ce qui avait forcé l’Hapienne à prendre une navette civile depuis Corellia assurant la liaison avec la planète royale. Bien évidemment, elle n’était pas venue seule, deux de ses gardes du corps Hapien étaient également présent déguisé en civil afin de ne pas attirer l’attention. Les faux papiers d’identité étaient simplement parfait et la belle put ainsi rejoindre le paisible monde Eden sans problème. Naboo était un endroit en dehors du temps, rien ne changeait réellement. Malgré la paix avec les Gungans, ses derniers ne se montraient pas dans la capitale, ils vivaient dans des milieux plus humides, sous l’eau pour la plupart, ce qui signifiait qu’un service civil existait pour les rencontrer en cas de besoin. Sarisa devrait probablement voir les représentant des deux espèces afin de pouvoir obtenir le ralliement de ce système, mais elle aviserait ensuite.

    Elle disposait d’une journée au calme avant de devoir passer aux choses sérieuses, un moment de paix trop rare pour être gâchée. Elle avait eue du mal à contacter Arsenicia sans être repérée, mais elle y était finalement parvenue et les deux amantes s’étaient donné rendez-vous dans une petite ville de campagne au charme particulier et dont la beauté était tout à fait au standard de la planète. Les fonds du Consortium d’Hapès étant pratiquement illimitée, elle avait pu louée facilement une demeure pour l’espace-temps de son voyage qui lui servirait de point de rendez-vous comme de repos. A vrai dire, elle se sentait bien plus à l’aise sur cette planète que dans l’amas d’Hapès, car bien que la beauté de la planète soit indéniable, cette dernière était viciée par les complots et le mensonge, alors qu’ici, tout semblait davantage candide, ce qui la reposait quelque peu.

    Affamée et en même temps pressée de retrouver sa maitresse, la belle avait fait commander un repas avec des spécialités maison dès son arrivée, puis s’était diriger vers la chambre afin de pouvoir se changer. La tenue qu’elle avait utilisée pour voyager incognito ne convenait plus, elle était trop masculine et pas assez clinquante. Pour ne pas attirer l’attention, elle devait ici adoptée une tenue de noble davantage qu’une tenue de roturière. Elle ouvrit la garde-robe et cru voir celle de sa sœur ainée : il y avait des dizaines de robes, toutes taillée dans les étoffes les plus rares de la galaxie avec des couleurs et des styles différents. La demoiselle croisa les bras un instant en restant devant cette armoire qui aurait fait le rêve de sa sœur de manière perplexe : maintenant qu’elle était face à tant de choix, laquelle choisir ? Elle en sorti plusieurs, les observa, écarta celle qu’elle jugeait trop provoquante à son goût et finalement trouva son bonheur.

    Elle adopta une robe qui, si elle couvrirait ses jambes, laisserait son dos nue, de couleur orange. Pas de décolletée, juste une ficelle nouée autour de son corps lui permettant de retenir la partie dissimulant son buste. Plutôt que son bandeau habituel, elle avait également adoptée un diadème local, le moindre détail comptait, il fallait qu’elle passe le plus inaperçue possible. Une fois prête, elle s’accorda un regard dans un miroir avant de se dire qu’une telle précaution était inutile et lui faisait perdre du temps, mais la Jedi n’était pas encore arrivée. Elle avait encore un peu de temps devant elle, alors elle décida de profiter de la vue que la résidence de location était capable de lui offrir. Signalant au droïde de protocole gardant la porte d’indiquer a la grande maîtresse ou la trouver, la demoiselle se rendit sur le balcon afin de pouvoir admirer le paysage.

    Naboo disposait réellement d’un charme particulier : forêt semblant infinie, un lac des plus charmants lui permettant de profiter du champs des oiseaux et un soleil magnifique, difficile de rêver meilleure condition, mais trop habituée à la rigueur du vide spatial, les difficultés du commandement ou son enseignement rigide de Jedi, Sarisa avait toutes les peines du monde à s’adapter à ce genre d’univers, même après dix années passée au sein de l’amas d’Hapès. Elle souffla quelque peu, regardant l’horizon et prenant son mal en patience en attendant la souveraine de son âme. Quoi qu’il advienne, une fois que cette dernière aurait illuminée la pièce de sa présence, alors les doutes et les troubles seraient dissipées et elle aurait enfin le droit à un peu de bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Jeu 28 Juin - 5:20

    Ce petit voyage sur Naboo n'était guère prévu, mais Arsenicia avait été enchantée lorsque K9 lui avait fait part du message de son amante. Voilà de longues semaines qu'elle ne l'avait plus vu et les nouvelles c'étaient faites très rare pour ne pas dire inexistantes. Il n'était guère aisé de communiquer alors que la liaison des deux femmes devaient absolument rester secrète, pour leur bien et celui des autres. Après leur séparation, la Jedi avait longuement pensée à ce petit bout de femme, à ses sentiments envers elle et au moment qu'elles avaient passé ensemble. Un moment très complices, très doux, comme elle n'en avait pas eu depuis longtemps.

    En premier lieux, Arsenicia avait cru ne jamais pouvoir retrouver sa maîtresse sur Naboo, la Grande Maîtresse avait beaucoup de travail et ne pouvait se permettre de disparaitre ainsi, surtout pour une affaire totalement personnel. Cependant, elle avait décidé de faire passer ses besoins avant ceux de l'Ordre, pour une fois. Elle se doutait qu'il y aurait d'autre moment comme celui-ci où elle s'éclipserait pour retrouver Sarisa, mais pour l'heure elle était concentrée sur le présent.

    Après avoir réglé les dernières affaires de l'Ordre qui requérait son attention immédiate, la Jedi avait prévenue de son absence pour quelques jours, mais qu'elle restait joignable pour les urgences. A bord du Galeniël, la Jedi avait rejoint la paisible Naboo, monde où les Jedi étaient les bienvenus. Cela faisait quelques années qu'elle n'avait pas mit le pied sur cette planète, là où pourtant temps de choses c'étaient passés, de bonnes choses qui plus est. C'était là-bas qu'elle avait passé ses meilleurs jours en compagnie de son ancien amant avant que celui-ci ne perde la vie dans des circonstances tragiques.

    Le voyage vers Naboo c'était fait dans le calme, K9 était aux commandes du vaisseau, comme d'habitude, tandis qu'Arsenicia se reposait et vaquait à diverse occupation pour faire passer le temps. Ce que la Jedi détestait par-dessus tout durant ses voyages, c'était bel et bien ce temps d'attente, seule avec K9 dans son vaisseau, où elle n'avait presque rien à faire. Certes, elle était patiente, mais il lui arrivait, surtout en vol spatial, de ne pas aimer rester inactive.

    Son arrivée sur Naboo fut aussi discrète que possible et la Jedi rejoignit le point de rendez-vous avec un speeder, gardant son vaisseau le plus éloigné possible de la civilisation sans que cela soit trop étrange. Pour l'occasion et également à cause de la chaleur de Naboo, la Jedi avait troqué ses habituels vêtements pour une tenue beaucoup plus légère mais demeurant dans un style Jedi. Alors que le haut de sa tenue rappelait ses habituelles tuniques Jedi, le bas rappelait une robe ordinaire, fondue sur les côtés et laissant ainsi visible ses jambes longues, fine et musclées. Le tout était dans des tons assez foncés avec, cependant, une touche de bleu, une couleur qui se mariait parfaitement à ses yeux. Ses longs cheveux bruns étaient, compte à eux, lâchés. Ils cascadaient sur ses épaules et dans son dos, légèrement ondulés. On pouvait également voir la pointe de ses oreilles effilées percer à travers ses longues mèches brunes. Une beauté simple mais agréable, sans artifice.

    Lorsqu'elle arriva dans le dos de Sarisa après que le droïde lui ait indiqué l'endroit où sa maîtresse se trouvait, Arsenicia l'observa longuement. Celle-ci observait le paysage et ne semblait pas s'être rendu compte de la présence de sa maîtresse dans son dos. Celle-ci, aussi silencieuse qu'un chat, s'approcha de sa démarche souple et s'arrête près d'elle. Sa main se porta à son dos nu et du bout des doigts, elle caressa sa peau d'une douceur incroyable avant de lentement remonter vers le cou de la Confédérée. Celle-ci se retourna vers Arsenicia au moment où la Jedi saisissait entre ses doigts le pendentif en forme de croissant de lune qu'elle observa quelques instants avant que sa main ne vienne se poser délicatement sur la joue de la jeune femme. Elles se regardèrent quelques secondes, puis la Jedi se pencha vers l'Hapienne, qui se mit sur la pointe des pieds. Elles échangèrent un doux baiser, long et savoureux, plein de tendresse. Lorsqu'elles se séparèrent quelques longues secondes plus tard, un sourire s'étira sur les lèvres de la Jedi. Sa voix n'était qu'un murmure alors qu'elles étaient encore très proches l'une de l'autre.


    « Tu m'as manqué... Comment vas-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Jeu 28 Juin - 17:32

    Il était difficile de se détourner, même pour quelques heures, d’une tâche qui pouvait sembler aussi périlleuse qu’imprescriptible. Même le cadre paradisiaque de la planète Naboo ne semblait pas en être capable. Pourtant, chaque être peut toujours trouver une chose plus importante, quelque chose ou quelqu’un capable de chasser le moindre de ses soucis. En sentant le contact sur son dos, elle reconnue dès le premier instant celui de sa maitresse et la laissa faire, elle savait maintenant qu’il était bon d’avoir une personne auprès de qui elle pouvait relâcher la pression et s’abandonner dans la simplicité. En même temps, cela lui fit réaliser à quel point il avait était difficile de se priver de son contact et de sa présence. Trop occupée par ses soucis, elle ne pouvait réaliser réellement le manque provoqué que lorsque ses derniers ne pouvaient plus pesée sur sa conscience, comme dans ce genre de moment justement. En même temps, elle gardait toujours le collier non loin d’elle lorsqu’elle ne le portait pas, l’objet lui donnait la sensation, lorsqu’elle en avait besoin, que sa maitresse n’était jamais très loin.

    Le paysage n’avait plus aucun intérêt, le regard de sa maitresse était de toute façon plus profond et sa silhouette bien plus belle que n’importe quel paysage galactique. Elles échangèrent un long baiser, preuve que chacune avait ressentie durement l’absence de l’autre. Après ce long moment de douceur et de volupté, Arsenicia fut la première a brisé le silence, bien qu’elle le fit sur le ton d’un murmure qui ne brisait pas l’harmonie des sons naturels qui pouvaient parvenir jusqu’aux oreilles des deux amantes. Bien au contraire, il ne faisait qu’y ajouter une note mélodieuse et magnifique qui était très appréciée par la demoiselle, bien plus que le bruit de l’eau ou le chant des oiseaux, d’autant plus que ses paroles étaient tournées vers elle et seulement elle. Elle comprenait bien pourquoi les Jedis de l’ancienne république s’interdisait les relations amoureuses, le désir d’exclusivité était trop dangereux, mais elle avait quitté les Jedi, elle ne courrait plus les risques d’autrefois.


    « Tu m’a manquée également. Je vais bien, même beaucoup mieux que cela depuis que tu es entrée dans cette pièce. »

    Elle lui avait répondue sur le même ton, en écartant quelques mèches de cheveux devant le visage de sa maitresse afin de pouvoir l’observer sans qu’ils viennent former une barrière quelconque, mais peut-être également d’une certaine manière s’assurer que c’était bien elle qui était présente et pas quelqu’un d’autre. Aucun doute possible, il ne pouvait s’agir d’une illusion ou d’une quelconque malice, ce qui lui laissa un sourire sur le visage, elle ne pouvait être plus comblée en cet instant. Elle s’accorda un moment de calme, serrant sa belle dans ses bras, sans penser a rien d’autre, juste prendre quelques secondes de calme et de sérénité dans un moment de tendresse partagé entre les deux femmes de manière égale, ou les barrières raciales comme professionnelles n’existaient plus. La demoiselle fini toutefois par rompre l’étreinte, elles auraient tout le temps pour cela plus tard, pour l’instant, elle allait guidée son invitée vers le repas, déjà préparé à l’ avance.

    S’emparant délicatement de sa main, elle reprit donc la marche vers la table, qui n’était pas très loin du balcon, ou tous les couverts et les plats étaient déjà disposées. Ainsi, elles pourraient manger dans ce cadre reposant et agréable. Les planètes Eden étaient rares et toujours menacée, il fallait savoir profiter de leurs charmes tant qu’il était encore temps. Les deux demoiselles prirent place autour de la table en offrant une image qui aurait paru probablement insolite à nombre de personnes sur cette planète comme dans la galaxie. L’homosexualité n’était pas une notion acceptée dans les standards galactiques à cause de vision tronquée et stupide, mais il était difficile de lutter parfois contre le poids des traditions aveugles ou des rétrogrades encore marqué par des idéologies comme celle défendue par l’empire galactique.


    « Et toi, comment va tu ? Le travail n’est pas trop prenant ? »

    Arsenicia pourrait tout-à-fait lui retourner la question tant le rôle d’officier supérieur était lourd à porter, mais même si elle ne s’attendait pas vraiment à avoir les détails, la demoiselle voulait s’assurer que sa belle ne souffre pas trop… Mais même si elle avait trop de travail, que pourrait-elle y faire ? Être impuissante était une chose, l’accepter en était une autre et Sarisa n’en était pas capable. De même, si elle parvenait à trouver la moindre petite chose qui serait capable d’alléger le fardeau de sa maitresse, elle n’hésiterait pas à l’utiliser ou lui en faire part. Pour le moment, elle retirait les cloches des plats afin de découvrir la nourriture, qu’elle ne connaissait guère, n’étant pas une habituée de la vie sur Naboo, peut-être que sa compagne serait capable de les reconnaitre et lui en parler, mais ce n’était guère certain…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Ven 29 Juin - 6:18

    Sa main effleura délicatement sa joue puis, avec douceur, glissa le long de son cou et de son épaule jusqu'à ce que, délicatement, la Jedi prenne la main de son amante dans la sienne, entrelaçant leurs doigts. Cette douce caresse, tout à fait innocente mais emplit de tendresse, avait hérissé la peau de la belle et jeune Hapienne, ce qui fit sourire la Jedi encore un peu plus. Les quelques mots que son amante prononça également, sur le même temps qu'Arsenicia avait utilisée précédemment, ne fit qu'accentué ce doux sourire. Fermant les yeux quelques instants, la Maîtresse Jedi laissa la jeune femme dégager son visage en glissant quelques mèches de cheveux derrière ses oreilles effilées, puis observer ses trais délicats.

    Quelques instants plus tard, Arsenicia fut quelque peu surprise par la réaction de sa belle, mais ce fut tout de même avec plaisir qu'elle referma ses bras autour de la taille de la jeune Hapienne, attirant celle-ci contre elle dans une douce étreinte. Dès cet instant, elle ne pensa plus à rien si ce n'est à cette personne qu'elle aimait temps et qui, en cet instant, se tenait juste là, dans ses bras. Mais cette étreinte fut vite rompue par Sarisa. Cependant, celle-ci ne perdit pas une minute et, se saisissant délicatement de la main d'Arsenicia, elle la conduisit jusqu'à la table où un succulent repas les attendaient. La Jedi fut quelque peu surprise, mais cela lui plaisait énormément et c'est avec plaisir qu'elle prit place face à sa belle. Elle lui demanda alors comment elle allait et si le travail n'était pas trop prenant. Malgré son statut de Grande Maîtresse de l'Ordre Jedi, Arsenicia se débrouillait et parvenait à gérer son temps de façon convenable. Par ailleurs, elle devait maintenant gérer entre ses devoirs de Grand Maître mais aussi de mentor, puisqu'elle avait une padawan : la jeune Anaru.


    « Je vais bien, merci. Je dois jongler entre mes obligations de Grand Maître et de mentor, mais ça va. Mais je te retourne la question, même si je pense connaitre la réponse. Ton travail n'est pas trop prenant ? »

    A l'instant où Sarisa ôta les cloches de sur les plats, la Jedi inspira longuement. Les plats dégageaient tous une très bonne odeur, Arsenicia était plus que certaine de bien manger. Voilà des années qu'elle n'avait plus goûtée la cuisine de Naboo, et étant piète cuisinière elle n'était guère en mesure d'identifier de quoi était fait chaque plat. Après s'être toutes deux servit, les deux femmes commencèrent à manger. A la première bouchée, la Jedi eu l'impression de revenir des mois en arrière, jusqu'à sa dernière visite auprès de sa famille ...

    « Cela me rappelle les plats cuisinés par ma mère. S'il y a une chose que je n'ai pas hérité d'elle, c'est bien de son savoir culinaire. Cela fait longtemps que je ne me suis pas retrouvée derrière les fourneaux et je ne compte pas y retourner avant longtemps ... Même K9, mon droïde, cuisine mieux que moi. »

    En repensant à sa dernière expérience culinaire, la Jedi ne put s'empêcher de sourire. Cela avait été ... un vrai désastre. Devant des ordres de créatures sanguinaires, elle était tout à fait capable de rester calme, mais face à une casserole et son contenant en train de bruler, elle perdait ses moyens et s'en était vraiment ... ridicule. Indubitablement, ses pensées voguèrent également vers sa planète natale. Cela faisait longtemps qu'elle n'y avait pas mis les pieds, cet endroit où elle se savait en parfaite sécurité lui manquait horriblement, mais en même temps elle savait que là-bas elle ne pourrait rien faire, alors qu'ici elle était utile...

    « Un jour j'aimerais que tu vois mon monde. Je n'y retourne pas très souvent et je n'y ai jamais emmené personne, mais ... J'ai envie de te faire découvrir cet endroit, à toi et seulement à toi. Mais la situation galactique actuelle ne nous permet pas, à toi comme à moi, de disparaitre pour une destination inconnue, même le temps de quelques jours... Mais un jour, je t'y emmènerais, si tu le désir bien entendu. »

    Cependant, la Maître Jedi changea vite de sujet. Elle ne souhaitait plus aborder son travail ou la situation galactique, elle voulait se reposer et le temps de quelques heures, penser à toutes autre chose. Le repas était succulent et bien qu'elle ne sache pas avec exactitude ce qu'elle mangeait, elle n'hésita pas à faire part de ses théories à Sarisa. C'était un moment complice comme elle n'en avait pas eu depuis bien longtemps et nombre de fois, elle se sentit sourire comme une jeune adolescente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Sam 30 Juin - 1:47

    Apparemment, sa maitresse s’en sortait. Elle avait ses occupations en tant que Grand Maître ainsi que celle de mentor pour la jeune Anaru, mais cela ne semblait pas être un problème. De manière rhétorique, elle lui retourna la question, bien qu’elle en connaisse déjà en partie la réponse. Oui, il n’y avait aucun doute, la jeune femme était aussi occupée qu’elle et devait courir partout afin de pouvoir assurer la cohésion d’une flotte qui n’en avait pas. Mais elle parviendrait bien à atteindre son objectif, on l’avait choisi spécifiquement pour cela : en tant qu’ancienne Jedi, elle disposait d’assez de talent dans le langage diplomatique pour obtenir des compromis. De plus, pour rien au monde elle envisagerait de décevoir sa souveraine dans la tâche que cette dernière lui avait confiée. Elle soupira quelque peu toutefois, preuve que parfois, cette tâche lui pesait quand même pas mal. Elle savait que cela serait difficile, plus encore que la commande d’une flotte classique ou les relations interallié ne posaient pas de problème, mais elle avait peut-être sous-estimée sa tâche.

    « Je cours partout pour régler des conflits parfois mineur, mais lorsque tu n’as pas d’autre choix que placer une flotte Wookie et une flotte Hutt dans le même secteur, alors tu dois forcément régler ce genre de problème. Je dois me préparer à une guerre hypothétique qui, si elle débutait demain, ne pourrais se terminer que par notre défaite, et pourtant, je suis obligée de me déplacer en personne pour aplanir des différends futiles sur les tours de gardes des escadrilles de chasses. En clair, le pied total… »

    Le ton était volontairement ironique, pour le coup, le caractère Hapien de la belle venait de brusquement ressortir, mais elle retrouva rapidement ses esprits. Pour changer, elle décida de faire un sort a son plat et d’en profiter un maximum. Prenant les couverts, elle prit une bouchée et la dégusta, prenant le temps de sentir le gout dans sa bouche. C’était vraiment bon, elle était agréablement surprise, les gens de Naboo savait faire la cuisine, un bon point pour eux, s’ils ne savaient pas comment se rendre utile à la confédération, elle savait maintenant ou les placer… Blague à part, Arsenicia repris la parole en expliquant que cela lui rappelait la cuisine de sa mère, l’un des talents qu’elle n’avait pas héritée de cette dernière. Apparemment, elle était si piètre cuisinière que même son droïde, K9, était plus doué. Sarisa afficha un sourire amusée, c’était pareil pour elle.

    Il fallait dire que sur Hapès, c’était les hommes qui allaient aux fourneaux, pas les femmes ! De plus, elles avaient toute deux effectuée la formation de Jedi et Sarisa ne se souvenait pas d’une option cuisine entre les séances d’entrainement au sabre-laser et celle sur la télékinésie. La jeune femme repris une bouchée avant de répondre à sa maitresse, l’air de bien vérifier le goût avant de rendre son jugement, même si celui-ci était en réalité déjà forgé, c’était aussi une manière de replonger un peu dans ses souvenirs d’enfance. L’on ne pouvait nommer cela de la nostalgie : enfant solitaire, elle avait failli restée sur le carreau parce que les maîtres la croyaient trop individualiste, ce qui l’aurait envoyée dans la section agricole, la honte suprême pour une Hapienne. Cependant, elle y avait échappée. Sa bouchée terminée, elle reprit la parole


    « Les Hapiennes ne sont des maitresses dans l’art culinaire et je ne fais pas exception. Et nos maîtres Jedi n’ont pas jugé bon de nous donner une formation sur la cuisine. Peut-être devrais-tu songer à le faire ajouter dans la formation des novices ! »

    Bien entendu, il ne s’agissait de rien d’autre qu’une boutade. Bien que l’exercice n’était pas honteux, un novice Jedi avait bien mieux à faire que de s’embarrasser avec des détails comme faire la cuisine bien sûr. Toutefois, les boutades sur la cuisine cessèrent lorsqu’Arsenicia repris la parole, cette fois, de manière plus sérieuse, bien qu’elle ne parlait pas de travail. Elle expliqua qu’elle avait très envie de lui faire découvrir son monde, un endroit où elle retournait rarement et elle n’avait jamais emmenée personne. Il fallait dire que les personnes comme elle était rare dans la galaxie et certaine était si différente qu’on pouvait même se demander si elle n’était pas venue d’ailleurs, comme la prophétesse Arienal, constemment dissimulée derrière un casque d’une manufacture qui ne venait pas de cette galaxie…Elle se sentie honorée que la belle lui propose ce voyage, ce serait instructif et l’occasion de se rapprocher encore un peu plus de sa moitié, quelque chose qu’elle ne pouvait pas refuser.

    Malheureusement, il fallait voir la réalité en face, la situation actuelle ne leurs permettaient absolument pas de partir dans les régions inconnu l’espace de quelques jours, elles avaient toute deux trop de responsabilités, mais un jour, elle le pourrait. La belle ajouta que cela serait seulement si elle voulait, mais Sarisa ne voyait pas comment elle aurait pu refuser une proposition comme celle-ci, bien au contraire, c’était bien trop beau pour qu’elle refuse. La voire sourire ainsi était d’ailleurs irrésistible, rougissant quelque peu, ce qui était le comble de la honte pour une Hapienne normale, la jeune femme s’accorda quelques secondes pour boire quelque peu l’alcool léger de Naboo qu’elle avait commandée dans son verre avant de répondre


    « Ce serais avec joie, dès que nous le pourrons, nous irons. En attendant, peut-être que tu pourrais m’en parler un peu. Je ne peux m’y rendre, mais mon esprit doit encore être capable de l’imaginer, surtout décrit par les mots d’une grande maitresse Jedi. »

    La curiosité de Sarisa avait était piquée au vif, la demoiselle voulait en savoir plus. Peut-être que les deux femmes tenaient enfin une occasion d’en apprendre plus l’une sur l’autre, la dernière fois, le temps avait manquée et elles étaient allées a l’essentiel, mais cette fois, elles étaient un peu plus libres et pouvaient parler de tout et de rien…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Mer 4 Juil - 16:58

    Décrire Arcadia était un exercice difficile aux yeux de la Grande Maîtresse Jedi. Sa planète était ... Magnifique, tellement belle. La technologie se mariait avec la nature sans la dégrader, pas comme les constructions humaines qui peu à peu prenaient le pas sur la nature en la détruisant. En fait ... c'était un peu comme ici, sur Naboo. Son peuple vivait en harmonie avec ce qui l'entourait. Les Arcadiens étaient un peuple pacifique mais guère hospitalier. En général, lorsqu'un étranger parvenait à trouver sa planète natale, il n'était pas très bien vu, pas bien du tout ... Pour un étranger, le seul moyen de rester en vie sur Arcadia, était d'être accompagné d'un membre de cette race, au premier voyage en tout cas. Mais son peuple restait pacifique, loin de toute guerre et prompte à servir de refuge pour de rare élu ... mais il ne fallait pas croire qu'ils étaient pourtant démunis, non. Au contraire, malgré leur isolement, leur choix de ne pas se révéler au reste de la galaxie, ils possédaient des vaisseaux, des armes, une armée ... Ils pouvaient se battre, s'il le fallait un jour...

    Revenant au présent, la Maître Jedi bu quelques gorgées de l'alcool léger qui se trouvait dans son verre, ses azurs posés avec amour et douceur sur le doux visage de sa belle. Cependant, Arsenicia doutait être capable de rendre justice à son monde avec de simples mots.

    « Terminons ce repas, je t'en parlerais ensuite. Il me serait difficile de rendre justice à mon monde avec de simples mots, je préfère te le montrer, si tu me le permets. »

    Esquissant un doux sourire, elles terminèrent leur repas dans la bonne humeur, parlant de choses et d'autres, mais il était clair que Sarisa avait très envie d'en savoir plus sur le monde d'origine de sa maîtresse. Arsenicia n'avait pas pour habitude de parler d'elle-même ou de l'endroit d'où elle venait. Au contraire, elle préférait garder sous silence son passé et ses origines, pour des raisons parfois un peu floues.

    Lorsqu'elles eurent terminé, la Jedi prit délicatement la main de sa campagne et elles allèrent s'asseoir à l'extérieur. L'air était chaud, mais c'était supportable. Invitant sa belle à venir près d'elle, une fois que la Jedi fut assise sur un banc, Arsenicia caressa sa joue avec douceur avant de poser ses mains sur ses joues et de fermer les yeux. Sarisa étant réceptive à la Force, la Jedi pouvait s'insinuer dans son esprit afin d'y déverser des images de son monde natal. Elle trouvait ce procédé beaucoup plus pratique que de le lui décrire avec des mots et ainsi, Sarisa pourrait vraiment s'émerveiller devant la beauté d'Arcadia ...


    « Ouvre ton esprit. »

    Lui murmura telle avec douceur. Lorsque ce fut fait, la Maître Jedi chercha en elle les plus belles images de son monde et les déversa lentement dans l'esprit de la jeune femme...

    En premier lieu, ce fut la planète vue de l'espace qu'elle put admirer. Immense masse bleue au milieu des étoiles, la planète était principalement recouverte d'eaux avec un seul continent, assez grand. Ensuite, Sarisa pu admirer la flore de ce continent. D'immenses arbres probablement millénaires avec quelques installations Arcadienne, mais la technologie parvenait à se marier avec la verdure des arbres, avec la beauté des plantes et des fleurs ... Ce métal argenté, qui en premier lieu pouvait paraitre froid, donnait à ces images quelques choses de ... magnifique. Arsenicia décida ensuite d'emmener la jeune femme au bord de la mer, qui était pareil à un miroir, seul quelques vagues venaient en troubler la surface, portée par un vent chaud. Puis au loin, apparut lentement le joyau d'Arcadia. Des abysses, surgit une cité, brillante de mille feux au soleil. Elle était immense, comme une étoile à cinq branches, surmontée de hautes tours qui reflétaient la lumière du soleil. On pouvait remarquer quelques vaisseaux posés sur les docs, de grandes surfaces parfaitement plates. Ces appareils étaient très semblables au Galeniël, car leur revêtement était fait avec ce même métal argenté. Pour terminer, Arsenicia accorda un vol au-dessus de la cité, avant de lentement se retirer de son esprit.


    « Un jour, tu visiteras Arcadia. En attendant, j'espère que ces quelques images suffiront à satisfaire ta curiosité. »

    Lui accordant un doux sourire, la Jedi caressa tendrement sa joue avant de se pencher vers elle, capturant ses lèvres en un tendre baiser, emplit d'une passion dévorante et d'un puissant amour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Ven 6 Juil - 3:24

    Arsenicia déclara qu’elle n’était pas certaine de pouvoir dépeindre son monde de manière juste par de simples paroles, ce que la demoiselle pouvait aisément comprendre, n’ayant elle-même pas toujours était douée avec les mots et sachant très bien qu’il y avait certaine choses que l’on ne pouvait réellement décrire à sa juste valeur, elles devaient simplement être vue afin de pouvoir en apprécier le charme dans toute sa splendeur. La discussion tourna donc sur d’autres sujets concernant certaines choses de la vie que le duo avait appréciée. Grâce à ses dix années de vie a Hapès, Sarisa disposait désormais d’anecdote amusante à raconter, sans parler que malgré le sérieux de son travail actuel, il arrivait tout de même que l’état-major connaissent une situation cocasse pouvant menée a des fous rires. Même sous la menace d’une guerre, le rire pouvait encore frapper et permettre aux mortels de connaitre un moment de détendre. Parfois, l’on pouvait en culpabiliser, mais la jeune femme avait fini par comprendre qu’il était absolument nécessaire de rester humain, qu’elle n’arriverait jamais à être aussi froide qu’elle en avait rêvée, preuve en était fait avec sa moitié en face d’elle.

    Une fois le repas terminé, sa maitresse prit sa main et l’emmena dehors. Le climat de Naboo était loin d’être désagréable. Même si la température pouvait paraitre un peu haut, l’humidité et le vent comblait largement cela, permettant aux deux femmes de rester dans un cadre agréable. Isolée de tout sur une terre qui n’aspirait qu’à vivre en paix dans la galaxie, les deux jeunes femmes pouvaient ici s’abandonner à toutes les démonstrations d’affection qu’elles désiraient, elles ne risquaient absolument rien. Elles prirent toute deux places sur un banc et la maîtresse Jedi lui prit les joues en lui demandant d’ouvrir son esprit. Elle n’avait pas oubliée comment faire, c’était quelque chose que les Jedis utilisaient fréquemment entre eux, cela permettait de sentir les autres Jedis en approche, de les saluer à travers la Force, ou encore transmettre des images sans dire un seul mot, c’était exactement ceux a quoi ce procédé allait servir aujourd’hui.

    Les images étaient magnifique, la planète d’origine d’Arsenicia était un monde Eden regorgeant de vie, abritée des guerres par une civilisation décidée à conserver son monde intact. La technologie ne semblait être rien d’autre qu’un prolongement naturel de la vie et offrait simplement une sensation d’émerveillement. Faune, flore, cité et navire, tout ici était bien différent des standards galactiques, un monde entier vivant en autarcie et restant avec ses pairs, veillant à construire son histoire sans les conflits extérieurs, la retraite idéal. Elle se demanda même un instant pourquoi sa maîtresse avait décidée de parcourir les étoiles, mais une vie aussi longue que la sienne avait une autre saveur que celle d’une humaine. Arsenicia devait avoir envie d’aventure et si elle n’avait jamais quittée ce paradis, alors elle n’aurait jamais rencontré la petite Hapienne a la chevelure violette, il fallait admettre que cela serait fort dommage.

    L’image se coupa trop vite, elle aurait voulu en savoir plus, mais la patience était une vertu et elle le savait très bien. La demoiselle prit le temps de retrouver le sens des réalités, partager ce genre d’expérience avec les personnes que l’on aime était encore plus intense qu’avec quelqu’un que l’on connaissait ou un collègue Jedi. La magnifique voix de sa maitresse lui expliqua qu’un jour, elle pourrait visiter Arcadia, mais qu’elle espérait que ses images suffiraient à sa curiosité. Avant même que l’Hapienne n’est une chance de répondre, cette dernière se pencha pour lui offrir un baiser plein de passion auquel la plus jeune se joignit avec plaisir, goutant de nouveaux pleinement a ses sensations si agréable des lèvres de la demoiselle sur les siennes, il y avait quelque chose qui était toujours aussi fort, comme une drogue dont on ne pouvait se passer. Malheureusement, toutes les bonnes choses avaient une fin et même ce baiser en avait une. Avec un petit sourire amusé, la demoiselle répondit


    « Je m’en contenterais, même si je dois bien admettre que ma curiosité n’est pas entièrement satisfaite. C’est réellement magnifique, je ne croyais pas avoir l’occasion de voir un monde Eden aussi proche de cette notion que celui-ci dans cette galaxie. »

    Il était vrai qu’il s’agissait réellement d’un monde étonnant. Toutefois, elles ne pouvaient rester là-dessus durant des heures, et ce lieu avait des richesses incroyables également dont elles pourraient profiter. Aussi, reprenant la main de sa belle, la plus petite se leva, bien décidée à se promener un peu jusqu’à la plage, le bord de mer n’étant guère très éloigné, l’on pouvait même avec un véhicule approprié rejoindre la cité Gungan d’ici si on le désirait, afin de pouvoir y faire quelques affaires, les relations entre les deux espèces étant aplanit depuis maintenant un siècle. D’un seul coup, la femme aux cheveux violets se demanda si Arsenicia avait de la famille. Sarisa tenait énormément à sa sœur, qui était sa seule famille depuis qu’elle avait dénoncé sa mère de tentative de complot, ce qui avait entrainée l’exécution pure et simple de cette dernière. Amèrement, elle se dit que sa moitié ne risquait pas au moins d’avoir des problèmes de belle-mère…

    « Et tu as encore de la famille sur cette planète ou quelques amis ? Cela doit être difficile d’y retourner avec les responsabilités de Jedi… »

    Sarisa savait très bien de quoi elle parlait, elle avait énormément de mal à s’ouvrir des créneaux dans son agenda et imaginait que c’était à peu près les mêmes difficultés pour la Jedi. Les deux femmes ne marchaient pas bien vite, ce qui leurs permettaient d’échanger quelques mots sans aucun problème. Les lieux restaient paradisiaques et désert, ce n’était certes pas Arcadia, mais Naboo avait tout de même son charme, une beauté indéniable, qui rendait cette planète agréable. Venir en mission ici était bien plus reposant que d’aller vers Raxus Prime par exemple, il fallait dire que les climats étaient très loin d’être comparable… Une fois qu’elles arrivèrent sur la plage, elles se lâchèrent cependant la main, quelque chose semblait soudainement avoir changé, sans toutefois que l’Hapienne s’en aperçoivent réellement, sa paranoïa la poussant à scruter l’horizon et les fonds marins à la recherche d’un espion potentiel, à croire qu’elle n’était pas réellement capable de se détendre une journée entière, la déformation professionnelle était trop forte.

    Elle abandonna toutefois rapidement cette tâche, consciente qu’elle ne verrait rien au travers cet horizon, puis se retourna vers sa belle simplement pour constater que cette dernière s’était agenouillée sur le sable et semblait tracer quelque chose à l’intérieur de celui-ci. Mais plus grave, la joie qui avait dominé la rencontre jusqu’ici semblait s’estomper à cause de ses quelques lettres sur le sol. Qui pouvait être si important et dont le sort était si inquiétant pour briser le charme d’un moment comme celui-ci ? La jeune femme n’en savait rien, mais elle avait bien l’intention d’en savoir un peu plus, après tout, en formant un couple, elles devaient essayer de partager le plus de chose possible, en dehors des secrets professionnels, bien évidement. Se rapprochant, elle prit le temps de s’agenouiller aussi avant de passer un bras protecteur autours des épaules de sa belle et de se pencher afin de pouvoir observer ce qui était écrit. Un simple nom, Kyla, pas de quoi en savoir plus pour la jeune Hapienne a première vue. Elle se décida donc à interroger sa maitresse pour en savoir plus, sans jalousie toutefois, juste de la gentillesse, elle voulait être prévenante.


    « Qui est-ce ? Quelqu’un de proche ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Ven 6 Juil - 5:46

    Se levant à la suite de sa belle, Arsenicia lui emboîta le pas en nouant convenablement ses doigts aux siens. Marcher allait lui faire du bien, surtout une fois près de la mer lui fit du bien, cela lui rappelait beaucoup ses longues promenades sur Arcadia, que ce soit sur les digues de sa cité natale ou sur les rives du continent. C'est alors que Sarisa la questionna sur sa famille, ce qui fit naitre un sourire sur les lèvres de la Jedi. Sa famille ... elle lui manquait beaucoup, mais elle n'était pas triste pour autant en repensant à eux, non. Sa famille était, avec l'Ordre, ce qu'elle avait de plus précieux en cette galaxie.

    « J'ai une famille, oui. Des parents, surtout. Elezar et Cassandre Ombrelune. Je t'ai un peu parlé de ma mère, avant. Je tiens beaucoup d'elle apparemment, que ce soit physiquement ou mentalement. J'ai la même douceur maternelle, par exemple. Pour le physique par contre ... Vois donc par toi-même. »

    S'arrêtant quelques instants, Arsenicia sortit un petit appareil d'une sacoche qu'elle avait à la ceinture, puis chercha dedans quelques instants avant de le lui tendre. L'image qui y était affichée représentait ses deux parents. Elezar tenait sa femme par la taille en se tenant derrière elle. Celle-ci était fondue d'un sourire et avait les mains posées sur celles de son époux. On devinait entre eux un puissant amour. Cassandre possédait de longs cheveux bruns, presque noir, mais contrairement à sa fille il n'y avait aucune mèche bleus dedans. Elle avait également les yeux azur, comme Arsenicia. Ses trais étaient sensiblement les mêmes que sa fille, sauf pour la forme des yeux. La Jedi possédait celle de son père. Lui-même faisait très jeune et il émanait de son image une certaine sagesse ainsi qu'un profond calme. Il souriait également, son regard émeraude posé sur sa femme. Il avait des cheveux noirs, portés longs également. Leurs vêtements à tout deux avaient l'air assez riche.

    « J'aimerais les voir plus souvent, mais hélas cela m'est impossible. Cependant ... Je me suis habituée à cette distance au fil des ans, mais dès que j'ai la possibilité de retourner chez moi, je la saisie. Ils ont de bons conseils et me soutiennent quoi qu'il arrive. Pour te donner une idée, ils ont presque tous les deux, deux cents ans. Et pour ma race, c'est un jeune âge. Et toi, de ce que je sais tu as ta soeur tu Hapes. Comment est-elle ? »

    Alors qu'elles arrivaient sur la plage, elles se lâchèrent la main. Captant les impressions de sa belle, Arsenicia scruta également l'horizon, sans rien apercevoir hélas. Haussant les épaules, elle se dit qu'elle devait être un peu paranoïaque. C'est alors qu'Arsenicia s'agenouilla dans le sable et, du bout du doigt, elle traça quatre lettres qui formèrent un prénom : Kyla. Elle se sentit soudainement triste, elle se demandait où était sa soeur en ce moment, si elle allait bien... Si elle venait à mourir, Arsenicia le sentirait forcément, mais ... elle ne pouvait s'empêcher d'avoir peur pour Kyla. S'il devait lui arriver quelque chose ... La Jedi ne voulait même pas penser à la douleur que cela lui procurerait. C'est alors qu'elle sentit les bras de Sarisa s'enrouler autour de ses épaules, se qui la fit sourire. Relevant les yeux vers son aimée, son regard se voila quelques instants lorsqu'elle la questionna.

    Qui était Kyla ... Voilà une question qui soulevait tellement de ... de secret. De secrets lourds à porter pour la Jedi, des secrets qui, à chaque fois qu'elle se trouvait près de sa soeur, lui faisaient mal. Très mal. Prenant la main de Sarisa dans la sienne, elle y déposa un baiser avant de lui répondre dans ce qui lui apparut comme un murmure.

    « C'est ma soeur. Enfin, pour la Galaxie, pour l'Ordre... c'est ma soeur. Une jeune femme en apparence, mais en vérité une personne âgée de 48 ans. Nous avons 25 ans de différences. Il y a tellement de choses que j'aimerais lui dire ... Des choses qui pourraient t'éloigner de moi. Laisse-moi te raconter une histoire, un secret bien gardé. » Elle se laissa tomber assise dans le sable, son regard perdu dans les vagues. Cependant, elle tenait toujours la main de sa belle dans la sienne. « Lorsque j'avais 25 ans, j'étais avec un homme merveilleux. Je l'aimais profondément ... Nous étions jeunes, un peu fous et surtout, surtout, impulsifs et irréfléchis... Je suis tombée enceinte. De Kyla. Je n'étais pas prête à être mère, alors j'ai fais ce qui me semblait le mieux pour elle. Je l'ai emmené sur Arcadia où ma mère l'a élevée comme sa propre fille. Depuis le jour de sa naissance, nous lui avons tous fait croire qu'elle n'était que ma soeur. Un jour, je suis allée la cherché et j'ai fais d'elle une Jedi. Puis, elle a comprit la vérité, elle a découvert la véritable nature de notre lien. Cependant, dans l'intervalle elle est partie en mission avec ses amis. Ils sont morts, tués dans une explosion, Kyla aussi aurait dû y passer. Mais elle a survécu et son empathie l'a fait sombrée. Le côté obscur l'a poussée à causer plusieurs meurtres, jusqu'au jour où le conseil décida de l'éliminer. J'ai était choisit pour accomplir cette mission. » Elle expira longuement, jetant un regard vers Sarisa. « Lorsque je l'ai retrouvé, nous nous sommes battu. Depuis ce jour, elle possède les mêmes marques que moi, sur son bras droit. Le même genre de petites cicatrices. C'est moi qui lui aie faites. Je l'ai ensuite vaincue, mais c'était ma fille, comment pouvais-je la tuer ? Alors j'ai fais ce qui me semblais le mieux. J'ai coupé son lien avec la Force et effacé une partie de sa mémoire. Tout ce qui concernait notre véritable lien qu'elle avait découvert, son passage vers le côté obscur ... Je lui ai tout enlevé. Aujourd'hui, c'est une hors la loi. Pourchassée par l'AG pour meurtre ... A chaque fois qu'elle est en danger et que la Force me prévient, je vais la secourir. Jusqu'à récemment, elle n'en avait jamais eu connaissance, mais j'ai dû aller la secourir sur Taris, sans quoi elle serait probablement morte ou emprisonnée aujourd'hui. C'était ... juste avant qu'on se voit sur ton vaisseau. Dans notre fuite de Taris le Galeniël c'était fait tirer dessus. » Elle soupira, passant sa main dans ses cheveux. « Mais aujourd'hui ... je suis prête. Et j'aimerais lui dire, lui crier même, que c'est ma fille, que je suis désolée de lui avoir mentit toutes ces années et que je l'aime plus que tout. Mais je ne sais pas comment faire. Comment pourrait-elle me pardonner de lui avoir caché cela toutes ces années ? De l'avoir coupé de la Force ? De lui avoir effacé la mémoire ? ... Je suis terrifiée à l'idée de la perdre, car elle est l'une des personnes les plus précieuses à mes yeux. Je ferai tout, pour elle, même mourir si cela peut la sauver. »

    Posant son regard sur Sarisa, Arsenicia semblait plus ... sereine. Elle n'était plus la seule à connaître ce secret, elle pouvait en parler avec quelqu'un. Mais... le doute subsisté. En sachant cela, est-ce que la jeune Hapienne resterait avec la Jedi ? En sachant que celle-ci était mère ? Nicia lui posa la question.

    « Mais j'ai également peur d'autre chose. Peur que tu t'en aille, parce qu'il y a également Kyla qui tient une place très importante dans mon coeur. Parce que tu ne te vois pas ... la « belle-mère » » Elle mima les guillemets avec ses doigts « d'une femme plus vielle que toi. Enfin, la connaissant elle trouverait cela aussi bizarre que toi, si ce n'est plus ... » La Grande Maîtresse Jedi porta la main de la Confédérée à ses lèvres. « Je t'aime. »

    Lui révéler cela avait été difficile. Seule quelques rares personnes étaient au courant de ce lourd secret que la Maîtresse Jedi portée depuis de si nombreuses années. Le révéler à Sarisa était une immense preuve de confiance envers la jeune femme. Ce secret n'avait pas empêché Arsenicia d'être heureuse avec sa soeur, mais aujourd'hui, lorsqu'elle posait son regard sur Kyla ... elle avait envie de la prendre dans ses bras et de lui dire à quelle point elle était heureuse d'être sa mère. Les temps avaient changés, la Maître Jedi avec. Et désormais, elle était prête à assumer. Cela faisait quelques temps déjà qu'elle se sentait prête à le lui dire... Posant son regard sur sa belle, Arsenicia essuya ses yeux embués d'un revers de la main, espérant silencieusement que la jeune Hapienne ne la rejette pas en ayant connaissance de cette vérité. La dernière chose que la Jedi souhaitait en le lui révélant, c'était bien qu'elle la laisse. En le lui révélant, elle espérait se rapprocher de Sarisa, pas s’éloigner. Et tout dans son expression ainsi que dans la Force reflétait cette peur d'être rejeté, d'être ... abandonnée. D'être seule, comme cela avait pu être le cas par le passé, à la mort du père de Kyla..


Dernière édition par Arsenicia Ombrelune le Lun 1 Oct - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Sam 7 Juil - 17:11

    Sans le savoir, l’Hapienne venait de soulever une question épineuse. Il s’agissait d’un secret trop lourd à porter, quelque chose que sa maitresse portait depuis fort longtemps comme un fardeau. Mais ce poids si lourd, Sarisa devait bien pouvoir faire quelque chose pour l’alléger. Pour le moment, elle devait simplement attendre que la jeune femme parle, sans cela, elle ne pouvait pas en savoir plus. Elle fronça quelque peu les sourcils en entendant toutefois les premières phrases. Une sœur qui pourrait l’éloigner d’elle ? Pourquoi donc ? Cela semblait juste impensable a l’Hapienne, avec le manque qu’elle dissimulait chaque jour à cause de l’absence de la Jedi, elle n’envisageait pas que quelque chose puisse l’éloigner d’elle, ne dit-on pas que l’amour rend aveugle ? Quoi qu’il en soit, elle serra sa main dans la sienne, comme pour prouver qu’elle ne comptait pas la laisser partir ou s’envoler elle-même, juste essayer d’être une sorte de phare auquel sa moitié pourrait se raccrocher en cas de difficulté.

    L’histoire remontait maintenant à très longtemps, alors qu’elle n’avait que vingt-cinq ans. Elle était jeune, un peu inconsciente et terriblement amoureuse d’un homme qu’elle qualifia de merveilleux. Etait-ce cela qu’elle craignait, un simple mouvement de jalousie ? Allons, après tant d’années, il y avait prescription ! Mais non, Sarisa n’était pas stupide, elle savait qu’il devait y avoir quelque chose d’autre et la vérité ne tarda pas à éclater : en réalité, Kyla n’était pas sa sœur mais sa fille. Incapable d’assumer une maternité aussi précoce, elle avait préférée retourner sur Arcadia et l’a confié aux soins de sa mère. L’humaine pouvait la comprendre, elle n’avait jamais envisagée être mère un moment ou un autre, n’ayant jamais entretenue de relations assez longue pour cela. Et puis certain Jedi n’envisageait pas cela d’un très bon œil, les plus conservateurs restaient attaché à la tradition, elle ne pouvait leurs jeter la pierre, elle avait voulu suivre leurs exemple ! Elle voyait bien aujourd’hui qu’elle en était cependant incapable.

    L’histoire n’était toutefois pas terminée. Après avoir laissé sa fille a ses parents, elle était partie la rechercher afin de pouvoir faire d’elle une Jedi. Mais Kyla avait fini par découvrir son secret, peut-être dans la Force, avant de partir pour une mission qui tourna à la catastrophe. Tous les Jedis furent éliminer et Kyla sombra dans le côté obscur de la Force au nom de la vengeance. Après plusieurs meurtres, l’ordre Jedi décida de l’éliminer et naturellement, Arsenicia se lança dans cette mission. Les deux femmes se sont affrontée et partage depuis les mêmes marques, mais malgré sa victoire, la mère fut incapable d’ôter la vie de sa fille, c’était un sacrifice trop difficile. Cette remarque plongea Sarisa dans une étrange réflexion sur elle-même. Elle avait tuée l’homme qu’elle aimait parce qu’il était passé dans le côté obscur, parce qu’elle n’avait pas eue le choix, elle n’avait jamais atteint le niveau de Grand Maître Jedi, elle n’était encore qu’une chevalière, à l’avenir prometteur certes, mais tout de même. Arsenicia avait choisi une voie différente, préférant la couper de la force et lui retirer sa mémoire.

    Lorsqu’elle était venue sur le navire Hapien de Sarisa, la Grande Maitresse avait été forcée de réparer les dégâts de son navire car il s’était fait tirer dessus pour essayer de sauver Kyla des griffes de l’Alliance Galactique, cette dernière considérant la jeune femme comme une hors la loi. Aujourd’hui, elle était dans une situation difficile. Elle voulait avouer la vérité, mais craignait d’être rejetée pour avoir menti pendant des années et lui avoir effacé une partie de sa mémoire tout en la coupant de la Force. Un acte qui partait d’une bonne intention, mais qui avait peut-être fait plus de mal que de bien. Du haut de sa trentaine d’année, Sarisa ne se sentait pas apte à juger les actes de sa maitresse bientôt centenaire, mais elle savait toutefois qu’elle aurait besoin de son aide. La situation d’hors la loi de Kyla rendrait les choses difficiles, lui venir en aide directement paraissait exclu, les va-t’en-guerre n’attendait qu’une excuse et de par sa situation, Kyla pourrait bien être l’élément déclencheur. Sa vie pouvait-elle être mise en balance contre celle de million ? Elle-même serait-elle capable de l’accepter ?

    Non, la solution ne pouvait pas venir de la Confédération des Système Libres, toutefois, pas une solution définitive, temporaire peut-être, mais pas définitive. La jeune femme, qui réfléchissait a un moyen de régler ce problème dans les conditions les meilleures possible ne réfléchit même pas aux conséquences que cela pourrait causer pour elle. La voix de sa maitresse vint toutefois la tirer de ses calculs politiques et stratégiques. Arsenicia semblait craindre que Sarisa préfère fuir plutôt que d’accepter Kyla au sein de sa famille, de ne pas accepter d’être une belle mère d’une jeune femme plus âgée qu’elle. Il était également possible que Kyla ne l’accepte pas comme belle-mère également. Pour une fois, les inquiétudes de la Grande Maitresse Jedi l’avaient empêchée d’anticiper la réaction de sa moitié. Cette crainte était toutefois touchante, elle termina en affirmant de nouveau son amour, preuve que l’Hapienne avait su trouver sa place en son cœur. Elle ne la laisserait pas tomber pour cela non, avoir un peu plus de famille ne lui ferait pas de mal.


    « C’est certes inattendu, mais pas imprévisible. Notre différence d’âge incluait ce genre de risque je les avais acceptée dès la première seconde. Cette histoire de belle-mère n’est qu’un détail. Si Kyla t’accepte vraiment comme sa mère, alors elle m’acceptera comme la personne qui partage ta vie et nous n’aurons pas de problème. Quelques soit les épreuves, je veux t’aider à les traverser, avec mes moyens, certes limité. Je ne t’abandonnerais pas, je n’ai pas acceptée ton amour pour fuir a la première difficulté, et je ne suis pas non plus l’exemple même de la personne parfaite, sinon je n’aurais jamais quittée l’Ordre Jedi. »

    Préférant toujours parler par des actes davantage que par des mots, la jeune femme se pencha sur sa belle et l’embrassa tendrement, prenant toutefois son temps. Au moins, cela serait plus clair que son discours qu’elle trouvait trop alambiqué. Se perdre dans la douceur des lèvres de sa belle en caressant sa longue chevelure serait plus rassurant et plus parlant que sa parole, c’était plus passionné et essentiel. Elle en était toutefois certaine, d’autant plus qu’en fermant ainsi les yeux, elle goutait davantage aux sensations et savait que sa maitresse y serait également réactive. Laissant a Arsenicia le temps de retrouver un peu de calme et de sécher ses larmes ensuite, l’aidant même dans cette tâche, Sarisa n’oublia pas cependant sa question, elle lui avait demandée de parler de sa sœur. L’image d’Anaïs Shi’Sima semblait être le parfait opposé de Sarisa, et un petit sourire se dessina sur les lèvres de l’Hapienne a la simple pensée de son ainée, qu’elle avait recherchée à protéger contre les manigances de sa mère. Se relevant, elle regarda l’horizon, car cela ramenait également des souvenirs qu’elle aurait préféré oublié. Avec un soupir, elle repris toutefois la parole.

    « Anaïs Shi’Sima, ma sœur, est tout ce que je ne suis pas. Elle incarne par sa seule présence le culte de la beauté à la mode Hapienne. C’est une rousse disposant d’une longue chevelure qu’elle coiffe de manière différente selon ses humeurs ou les goûts de ses hôtes. Elle est plus grande que moi et possède des formes vertigineuses, c’est vraiment une très belle femme. Mais c’est également la grande sœur et la seule personne de ma famille à m’avoir portée de l’intérêt. Les seuls souvenirs que je conserve de ma petite existence avant le temple Jedi sont ceux d’une grande sœur attentive essayant de s’occuper de moi. J’ai toujours vu Anaïs comme quelqu’un de généreux et assez naïf. Notre mère était de cet avis, mais pour elle, nous n’étions rien d’autre que des armes, des instruments dans la quête du pouvoir. »

    Elle marqua une pause, plongée dans ses souvenirs, ceux agréable d’une petite enfance avec une sœur attentive et protectrice. Lorsqu’elle était rentrée dans l’amas afin de devenir garde du corps, rien n’avait réellement changée. La demoiselle avait été la seule personne à l’aider à s’adapter aux coutumes d’Hapès et dans le fond, Anaïs avait prouvée, même si Sarisa ne voulait pas le voir, qu’elle n’était pas aussi douce et naïve qu’elle le montrait. Tout n’était qu’apparence, ses adversaires politiques la sous-estimaient et elle pouvait jouer de ce détail pour les duper. Cela ne durerait pas éternellement, mais tant qu’elle était capable de maintenir les apparences… En tout cas, Sarisa repris la parole rapidement, cette petite pause n’avait existé que pour lui permettre de reprendre un peu de souffle sans doute

    « Quand j’ai quitté les Jedi pour revenir dans l’amas, ma sœur a était la seule personne à m’aider. Nous ne sommes que demi-sœur, mais elle s’en fichait. Ma mère n’a vu elle que l’arme qui lui revenait de droit, en réalité, je n’avais fait que jouer son jeu. Depuis le début, elle avait pariée sur le fait que je sois incapable de devenir Jedi pour me voir revenir avec les pouvoirs nécessaire pour assassiner la reine… Alors j’ai attendu de réunir assez de preuve, puis je l’ai dénoncée, même en sachant que cela allait lui couter la vie. »

    Arsenicia ne l’avait questionnée que sur sa sœur, pas sur sa mère, mais devant l’honnêteté de cette dernière, la jeune femme n’avait pas vu d’autre chose a faire que de révéler l’un des évènements qui la tourmentait le plus. Sa mère était certes un monstre d’égocentrisme qui n’était aveuglée que par le pouvoir, mais elle était quand même sa mère. N’y avait-il pas d’autres solutions que celle-ci ? Même en y réfléchissant aujourd’hui, la jeune femme n’en voyait pas d’autre. Hapès considérait la personne de la reine comme une divinité et une tentative d’assassinat sur elle était passible de mort. La loi de l’amas était impitoyable et même elle dans sa position actuelle ne pouvait s’y substituer, même si elle l’avait voulu, elle n’aurait pas pu sauver sa mère. Elle se retourna vers sa moitié et écarta les bras, peut-être pour donner l’impression de s’afficher sans masque, ou juste l’encourager à se relever pour pouvoir l’enlacer de nouveau, quoi qu’il en soit, elle reprit la parole

    « Tu vois, je n’aie pas menée une vie exemplaire non plus. Mais ensemble, on recollera les morceaux, et l’on arrivera a construire une famille heureuse, je te le promets. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Lun 9 Juil - 4:48

    Le soulagement. C'était cela qui, en cet instant, était clairement visible sur les trais de la Jedi. Le soulagement, mais également l'amour. Ce que Sarisa venait de lui dire, c'était bel et bien ce qu'Arsenicia avait espéré entendre. Elle acceptait le fait d'être en quelque sorte la belle-mère de Kyla, d'être avec elle et de l'aider à traverser les épreuves, tout comme la Jedi comptait être là pour elle, n'importe quand et n'importe où.

    « Tu es parfaites à mes yeux ... »

    Parvint-elle à lui murmurer alors que sa belle se penchait vers elle. Acceptant son baiser avec plaisir, Arsenicia passa ses mains dans la nuque de la jeune femme pour l'empêcher de se reculer. En quelque sorte, en cet instant, la Jedi se raccrochait à sa belle comme à une bouée de sauvetage, elle tenait à lui dire, à lui prouver par ce baiser, qu'elle l'aimait plus que tout et qu'elle la remerciait pour sa présence à ses côtés, pour son soutien. Fermant les yeux, elle fit durer ce baiser aussi longtemps que possible. Lorsqu'elles se séparèrent, la Jedi sécha ses dernières larmes, laissant même Sarisa en effacer quelques-unes du bout des doigts, puis offrit un sourire à la jeune Hapienne.

    Demeurant assise sur le sable alors que sa belle se relevait, la Jedi posa son regard sur son dos nu alors que la jeune femme s'avançait vers l'eau, cherchant comment commencer. Sur l'instant, Arsenicia ne comprit pas pourquoi elle lui parlait de sa soeur, puis elle se souvint l'avoir questionné sur cette dernière quelques minutes plus tôt, avant qu'elle ne lui révèle son grand secret, comme elle l'appelait elle-même.

    Avec une certaine attention, la Jedi écouta le récit de sa belle, son regard toujours posé sur le dos de celle-ci. La mode Hapienne ... cela fit sourire Arsenicia. La mode des Hapiens n'était pas la tasse de thé de l'Arcadienne et si elle pouvait s'en passer, elle le faisait volontiers. Sarisa lui plaisait et le fait qu'elle se démarque des autres Hapiennes lui donner son charme, aux yeux de la Jedi. Si son amante avait été comme sa soeur, Arsenicia savait qu'elle ne serait probablement jamais tombée amoureuse d'elle. Quoi que ... si Sarisa avait été un peu plus grande, elle n'aurait pas dit non. Son dos allait finir par lui faire mal à force de se pencher vers elle pour l'embrasser... mais la douceur de ses baisers valait cette légère douleur au dos et puis Arsenicia ne restait jamais courbaturer très longtemps, lorsqu'elle l'était bien sûr.

    Mais Anaïs ressemblait un peu à Arsenicia, d'une certaine façon et à ce qu'elle avait été pour Kyla, lorsque celle-ci était encore au Temple. La grande soeur protectrice, parfois pareil à une mère. Quant à sa mère ... Nicia avait été mise au courant de cette affaire, dans les grandes lignes en tout cas. Enfin, mise au courant ... c'était plutôt elle qui avait cherché à en savoir davantage. Quant au fait de dénoncer sa mère en sachant que cela allait lui couter la vie ... Arsenicia se revit aussitôt lors de son duel contre sa fille, alors qu'elle se tenait devant elle, prête à détacher sa tête du reste de son corps. Et le moment où elle avait éteint sa lame. Aujourd'hui encore, la Jedi se demandait si elle aurait le courage de le faire si Kyla retrouvait son lien et qu'elle sombrait de nouveau.

    Se relevant, Arsenicia vint ensuite enlacer la jeune femme, la soulevant même de terre au début, pour la reposer avec douceur ensuite. Ses derniers mots lui avaient fait manquer un battement. S'éloignant un peu de sa belle, suffisamment pour voir son visage, elle caressa tendrement sa joue.


    « Une famille ... Le simple fait que tu penses à former une famille avec moi me rend heureuse. Mais je compte bien te faire tenir parole ... et t'y aider un peu. Mais ... Je te remercie de m'avoir parlé de toi, de ton passé et de ta propre famille, cela signifie beaucoup à mes yeux. »

    Termina telle avec un sourire, la taquinant un peu. Elle se pencha ensuite vers elle et lui offrit un tendre baiser, cependant elle s'éloigna avant qu'il ne devienne passionné. Arsenicia en voulait plus, maintenant. Beaucoup plus. Elle voulait pouvoir sentir de nouveau la peau de sa belle sous ses doigts, son souffle près de son oreille, ses soupirs, ses gémissements... La voir nue, le regard emplit d'amour. Lui faire du bien, aussi ... Lui prenant la main, elle lui sourit avant de l'entrainer à sa suite vers leur demeure pour la journée. Arsenicia parvint rapidement à trouver la chambre. Lorsqu'elle en franchit la porte, tenant toujours la main de Sarisa dans la sienne, elle fit passer celle-ci devant elle, le dos de celle-ci contre sa poitrine.

    Elles se trouvaient face au lit et d'un mouvement de la main, Arsenicia referma la porte derrière elle. L'endroit était très beau, avec un charme certain. Cet endroit était très loin de la luxure Hapienne, mais il était clair que cette chambre était très confortable. Il y régnait une ambiance tamisée, propice aux retrouvailles des deux femmes. Par ailleurs, cette pièce rappelait à Arsenicia sa propre chambre, sur sa planète natale. Le grand lit à baldaquin, la large fenêtre qui donnait sur l'extérieur. Se penchant vers l'oreille de sa belle, elle lui susurra quelques mots.


    « Cette chambre me rappelle un peu la mienne, sur Arcadia. Un jour, je te ferais l'amour dans mon lit et en tournant simplement la tête, tu auras une vue merveilleuse sur l'océan, éclairé par un clair de lune dans un ciel sans nuages... Mais en attendant ... »

    Ne lui laissant guère le temps de lui répondre, Arsenicia plaqua Sarisa contre le mur le plus proche, assez fort pour marquer son envie d'elle, mais pas suffisamment pour lui faire mal. Capturant ses lèvres avec envie, ses paupières se fermèrent d'elle-même lorsque leurs langues commencèrent à se caresser tout en cherchant la suprématie sur l'autre, trahissant l'envie des deux femmes de se donner corps et âme dans cette nouvelle étreinte charnelle où, contrairement à la précédente, elles pourraient vraiment prendre leur temps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Mar 10 Juil - 20:25

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Lun 6 Aoû - 2:37

    Après une petite heure à se prélasser dans le bain et profiter des douceurs des différents savons et bain moussants, les deux femmes avaient finalement rejoint la chambre pour pouvoir retrouver une tenue décente. Sarisa s’était naturellement penchée vers la commode qui contenait toutes les tenues originaires de Naboo, mais sa maitresse lui demanda de marquer un temps d’arrêt, elle avait quelque chose à lui offrir. L’Hapienne croisa donc les bras et attendit avec patience le cadeau de sa moitié qui ne tarda pas, K 9, le droïde personnel de la Grande Maitresse Jedi, apparu avec une boite que la jeune femme put ouvrir rapidement. Il s’agissait d’une tenue probablement originaire de son monde, Sarisa y voyait clairement un lien de parenté avec les tenues habituelles d’Arsenicia. Elle l’enfila rapidement et la trouva confortable et en observant son reflet, se trouva particulièrement belle, satisfaite, elle afficha un sourire avant de se tourner vers sa belle. Cette dernière lui expliqua, outre le fait qu’elle ferait tourner les têtes sur Arcadia, que cette tenue lui avait appartenue lorsqu’elle faisait sa taille, vers l’âge de dix ans. Surprise, la jeune femme haussa les sourcils avant de répondre

    « Dix ans ?!? Vous grandissez donc si vite ? Je ne suis pas très grande certes, mais a dix ans, nous autres humains n’arrivons pas aussi haut, je suis impressionnée… »

    Elle laissa sa compagne s’habillée, puis cette dernière lui prit la main et la guida vers l’extérieur. La demoiselle suivit sans dire un mot, sachant bien qu’il devait s’agir de quelque chose d’important. L’air du matin restait assez chaud et humide, ce qui n’était guère étonnant puisqu’elles étaient proches d’un fleuve après tout. Arsenicia avait choisie de la guider vers son vaisseau, qui était camouflé grâce à un dispositif occultant particulièrement efficace, du même genre que les fameux cristaux Stygium de cette galaxie. En la faisait monter dans le navire, sa maitresse lui expliqua qu’elle voulait lui présenter quelqu’un et la demoiselle hocha la tête, comprenant qu’il devait probablement s’agir de ses parents. Bien que le navire disparu dès qu’elles furent monté, Sarisa ne pouvait pas s’en rendre compte, pour les personnes à l’intérieur, aucun effet visuel direct ne permettait de le réaliser. Bien qu’il fût simple, le vaisseau ne semblait pas particulièrement inconfortable et la demoiselle était rassurée de savoir que sa maitresse voyageait dans de bonne conditions.

    Cette dernière l’invita à prendre un siège et la petite prit place donc pendant que l’Arcadienne pianotait sur les touches de son navire afin de pouvoir préparer une communication. Elle expliqua que s’il lui était très difficile d’aller voir sa famille en chair et en os, en revanche, il était bien plus simple de les contacter afin de pouvoir leur parler. L’intuition de l’Hapienne ne l’avait donc pas trahie, peut-être qu’elle n’avait pas encore perdue tous ses dons de Jedi au final. Toutefois, elle respira un bon coup avant que la communication soit lancée. Serait-elle à la hauteur ? Elle fut en partie rassurée toutefois lorsque Nicia lui expliqua qu’elle avait déjà en partie parler d’elle à sa mère et que cette dernière ne la jugerait pas, les Arcadiens étant assez ouvert d’esprit. Cela lui convenait et la changerait bien de Hapès ou c’était une autre chanson. Sa sœur l’accepterait, mais les autres, elle en doutait… Bon, certes, elle n’accordait qu’une importance plus que limité à leurs avis.

    Il fallut un long moment pour que l’image sur l’écran soit nette et laisse apparaitre la mère d’Arsenicia. Il y avait une véritable ressemblance entre les deux femmes, cependant, la chevelure de sa mère semblait plus sombre. Elle avait un port noble et était très élégante, elle n’aurait certainement pas eue à rougir devant les femmes Hapiennes. Elle semblait agréable et sympathique et appréciait apparemment les alcools également. Elle avait le sourire et mère et fille commencèrent à discuter en Basic, peut-être dans l’intention de ne pas laisser la jeune femme en dehors de la conversation. Après quelques mots, sa maitresse fit les présentations et Sarisa inclina la tête en signe de respect, comme il était de coutume dans la galaxie. Apparemment, Cassandre, puisque c’était son nom, expliqua qu’elle était ravie de faire sa connaissance. Apparemment, sa maitresse avait beaucoup parlé d’elle et elle expliqua que grâce à elle, sa maitresse allait mieux, et elle la remerciait pour cela.

    La jeune femme ne sut réellement quoi en penser et rougit quelque peu, flattée, mais également un peu inquiète. Sa maitresse lui expliqua que la mort du père de Kyla la hantait encore, mais que depuis qu’elle était présente, elle avait enfin trouvée la paix. Sarisa prit sa main dans la sienne et la serra pour lui prouver qu’elle n’avait pas l’intention de la laisser tomber. Cassandre repris la parole en expliquant qu’il tardait à elle et son mari de pouvoir la rencontrer et l’accueillir au sein de la famille. Flattée, Sarisa repris la parole afin de pouvoir exprimer toute sa gratitude envers cette dame qui l’acceptait sans même la connaitre, elle devait faire une grande confiance à sa fille pour en arriver là, ou bien elle était capable d’estimer les gens dès le premier regard, qui sait…


    « C’est un honneur de faire votre connaissance et ce sera avec plaisir que je viendrais vous rendre visite dès que nos deux emplois du temps nous le permettrons. »

    Toutefois, la jeune femme avait fait preuve d’une certaine candeur, puisque lorsque sa maitresse repris la parole, elle évoqua le fait qu’il ne s’agissait pas de quelque chose à prendre à la légère. Bien qu’elle ne compris pas tout à fait tout, elle saisit au moins l’une des notions qu’évoqua la mère d’Arsenicia, à savoir la souffrance qu’avait dû ressentir sa maitresse a la mort de son premier amant. Pour elle aussi, ce fut une perte douloureuse, d’autant plus qu’elle avait été obligée de tuer son amant elle-même dans un duel au sabre-laser, ce qui l’avait rendu assez pénible pour qu’elle se juge indigne de devenir Jedi de nouveau. Toutefois, Cassandre avait gardé son sourire bienveillant et proposa a l’Hapienne de parler un peu d’elle, elle avait envie de la connaitre. Sarisa prit le temps de réfléchir, par où commencer ? Peut-être sa naissance, tout simplement. Elle se lança donc, sachant que les questions qu’elle avait concernant l’échange précédent devraient attendre qu’elle soit de nouveau seule avec sa maitresse.

    « Je suis née sur Hapès, au sein de l’amas du même nom. Toutefois, je n’y est grandi que jusqu’à mes trois ans. Mon père était un utilisateur de la Force, bien que je ne l’aie jamais connue, et j’ai hérité de lui. Repérée, j’ai été menée au temple Jedi pour commencer une formation. J’étais une élève réservée, préférant passer mes journées dans la bibliothèque qu’avec mes autres camarades, j’ai eue du mal à devenir Padawan à cause de cela et de ma nature Hapienne, beaucoup de maitre pensaient que j’étais trop individualiste. »

    La jeune femme marqua une pause, affichant un sourire nostalgique, son regard rubis montrait bien qu’elle était quelque peu perdue dans ses souvenirs d’une époque révolue ou elle était encore jeune, insouciante et innocente, c’était peut-être le passage de sa vie qui lui manquait le plus, même si elle ne l’admettrait probablement jamais, la vie de Jedi lui manquait, Hapès lui semblait toujours étranger et ses nouvelles responsabilités ne lui allait pas forcément comme un gant.

    « Mais j’ai fini par trouver un maitre, quelqu’un de plutôt original, il m’a encouragée à forger mes propres techniques, à progresser seule, a essayer de le surpasser. Je suis devenue Chevalière grâce à son enseignement. Lorsque nous nous sommes retrouvée pour une mission de chasse d’un Holocron, nous nous sommes rendu compte que notre relation a dépassé le cadre du simple maitre à élève. Nous nous somme aimée, mais l’Holocron était du côté obscur et il s’est laissé corrompre par lui, j’ai était obligé de l’assassiner. Si j’ai aidé votre fille à surmonter sa douleur, elle m’a tout autant aidée à tirer un trait sur ma propre souffrance, peut-être que cette épreuve commune que nous avons connu, celle de perdre l’être qui comptait le plus à nos yeux, nous a rapprochée. »
    « Hapès ... J'ai déjà entendu ce nom. Pas par Arsenicia, c'était il y a longtemps. " Elle sourit " Vous avez toutes les deux vécues une expérience douloureuse, moi-même je ne puis imaginer ce que l'on ressent lorsque celui que l'on aime rejoint la Force ... Mais je suis très heureuse que vous vous soyez trouvé, l'une comme l'autre vous méritez d'avoir quelqu'un qui vous aime et qui reste à vos côtés, quoi qu'il arrive. »


    La mère de famille se montrait compréhensive, elle parlait souvent de la Force, occupait-elle une place importante dans la société Arcadienne ? Peut-être n’était-ce pas le bon moment pour demander, après tout, la question portait surtout sur elle. Bon, au moins, Cassandre connaissait un minimum Hapès. Elle n’aurait donc probablement pas besoin de décrire son monde d’origine ainsi que l’organisation de celui-ci en détail, ce qui l’arrangeait assez. L’on ne pouvait pas dire qu’elle était une patriote, même si elle veillait sur la reine et s’assurait qu’il ne lui arrive rien. La demoiselle repris la parole avec le sourire, gardant toujours la main de sa maitresse dans la sienne.

    « Vous connaissez quelque peu Hapès ? Ce n’est pas si difficile à vivre, en fait, sans les intrigues, ce serait un lieu agréable à vivre. J’y suis retournée après cette épreuve, je pensais que je n’étais plus digne d’être Jedi, j’avais échouée et je ne pouvais plus me regarder en face. Je pensais qu’en servant la reine, elle-même Jedi, je trouverais une forme de rédemption. Mais j’ai dû faire face à ma mère, qui ne voulait que m’utiliser comme une arme. J’ai aidé ma sœur à échapper à ses griffes en dénonçant ma mère, malgré que je savais très bien que cela la conduisait droit à la mort. Ensuite, j’ai rejoint l’académie militaire du Consortium et je suis devenue capitaine d’une Station Dragon jusqu’au moment où la Confédération c’est formée et j’ai eue l’immense bonheur de retrouver votre fille. »
    « Et avant cela de devenir Commandant des Force de cette Confédération »
    « Si seulement les peuples, pas seulement le vôtre, pouvait comprendre que ce n'est qu'ensemble qu'il perdurera ... Regardez nous. Nous vivons tous ensemble, soudé. Il n'y a pas de pauvre ni de riche. Même si certain occupe une place plus importante qu'un autre, nous sommes tous égaux. Arcadia est armée, mais en plusieurs milliers d'années d'existences, nous ne nous sommes jamais entretués ... »
    « Nous ne connaissons que la paix et ce depuis toujours. »
    « Oh, le territoire d’Hapès en lui-même n’a plus connue la guerre depuis plusieurs millénaires, les complots par contre… Et l’isolationnisme y est agressif, ce ne sont pas vraiment des gens recommandable. Mon rôle au sein de la Confédération est de préparer ce petit territoire à une guerre dont je souhaite de toute mes forces qu’elle ne commence jamais. Comment avait vous fait pour maintenir la paix pendant autant d’année ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Lun 6 Aoû - 4:19

    Une chose était certaine : Cassandre appréciait Sarisa. Bien avant de la rencontrer et grâce aux mots de sa fille, elle avait apprit à la connaitre, mais que ce soit désormais elle qui lui parle était toutes autre chose et elle n'était pas déçue, cela se voyait à son éternel sourire. Si la jeune Hapienne lui avait déçu, Cassandre n'aurait pas affiché une telle expression, elle le lui aurait fait bien comprendre si elle ne la portait pas dans son coeur. Elle était heureuse pour sa fille et se fichait pas mal que celle-ci trouve le bonheur dans les bras d'une femme. Ce qui lui importait, c'était qu'Arsenicia soit heureuse avec une personne qui la respectait et l'aimait. Et a la vue de leurs doigts entrelacés, tout allait parfaitement bien entre elles.

    Sarisa avait répondu à la plus vielle des deux Arcadiennes avec sincérité, du moins c'est ce qu'elle pouvait lire sur le visage de la jeune femme. La jeune Confédérée n'était pas la première humaine à rencontrer une Arcadienne, à savoir Nicia. D'autre, bien avant elle, avait également fait la rencontre de représentants de ce peuple... Un en particulier avait travaillé toute sa vie pour permettre à certains humains de vivre sur Arcadia avec leurs compagnons bien plus longtemps que la courte vie humaine le permettait. Une histoire que la Grande Maîtresse Jedi allait peut-être révéler à sa maîtresse...

    La dernière question posée par Sarisa fit sourire Cassandre, qui but une longue gorgée d'alcool avant de lui répondre, toujours avec ce même sourire bienveillant sur les lèvres. Son regard croisa brièvement celui d'Arsenicia, puis elle se lança calmement, sa voix aussi claire que du cristal.

    « Notre espérance de vie atteint plusieurs millénaires. Cinq, en moyenne, mais en général ceux qui possèdent un puissant lien avec la Force arrivent à vivre plus longtemps, mais est-ce vraiment grâce à la Force ... nous n'en sommes pas certain. Notre société est dirigée par un conseil à la tête duquel se trouvent nos deux souverains, c'est très semblable au Conseil des Jedi en fait. De par notre longévité, les conseillers sont les mêmes qu'il y a milles ans, pour la plupart du moins. Si un Conseil ne fait pas du bon travail, le peuple peut décider qu'un nouveau doit être élu. Ce genre de procédure n'est arrivé que deux ou trois fois dans notre histoire. Par nature, les Arcadiens ne sont guère tournés vers eux-même, les complots, les révoltes ... nous ne connaissons guère cela. « Pense à ton prochain avant de penser à toi-même » pourrait être notre devise. La famille est importante, le peuple encore plus. En fait ... c'est comme si nous n'étions qu'une seule famille. Dans un sens, nous sommes tous très semblable de par notre mentalité, mais notre caractère fait toute la différence. Nous ne sommes pas tous aussi gentil qu'Arsenicia ou moi-même. » Elle rit « Mon propre époux est ... plus dur. Pour vous donner un exemple ... Si un étranger venait à trouver notre planète, Elezar n'hésiterait pas à le faire exécuter pour préserver notre peuple alors que personnellement j'opterais pour quelques choses de plus ... doux. Comme effacer la mémoire, par exemple... Seuls quelques rares humains ont eu le droit de venir sur Arcadia en toute sécurité, tu en fais partis de part ta relation avec ma fille. »

    « J'ai confiance en toi, alors mon peuple en fera de même, bien que certain voient les relations avec des non Arcadien assez mal, par peur d'être trahit surtout. »
    « Mais trahissez nous et ... Cela se terminera très mal, pour vous comme pour Arsenicia. »
    « En fait, si je t'emmène sur Arcadia, je me porte garante de toi. S'il devait arriver quelque chose de grave, j'en serais tenue pour responsable. C'est pour cela que je n'inviterai pas n'importe qui à me suivre là-bas. »

    Afin de rassurer sa compagne maintenant qu'elle était en possession de cet élément, Arsenicia prit son menton entre son pouce et son index puis déposa un tendre et doux baiser sur ses lèvres. Lorsqu'elle se redressa quelques peu, la Jedi caressa doucement sa joue, son regard plongé dans le sien tandis que sa mère observait la scène en souriant de plus belle.

    « Mais je t'aime et j'ai parfaitement confiance en toi, alors ne te fais pas de soucis ... »

    C'est alors qu'une nouvelle voix se fit entendre. Masculine, elle émanait des haut-parleurs ce qui signifiait que quelqu'un avait rejoint Cassandre. En effet, une nouvelle personne était entrée dans le champ de la caméra. Aussi grand que sa femme, il possédait des cheveux noirs et lisses. Richement vêtu, sa fine cape virevoltait à ses pieds. La Grande Maîtresse Jedi se pencha vers son amante.

    « Mon père, Elezar. »

    Le dénommé Elezar embrassa chastement sa femme, puis se tourna de façon à ce que les deux femmes puissent le voir parfaitement. Appuyé contre le grand fauteuil de son épouse, il observait les deux femmes, son regard couleur saphir se promenait davantage sur Sarisa. Il ne souriait nullement pendant son inspection, donnant une impression de froideur avant de se dérider et de sourire. Avec un accent encore plus fort que celui de sa femme, il prit également la parole en basique.

    « Sarisa Shi'Sima je suppose. Ravie de vous rencontrer enfin ... Je suis Elezar, le père d'Arsenicia. Mais veuillez m'excuser mesdames, le Conseil requiert ma présence. »

    Il embrassa tendrement sa femme, puis disparue aussi vite qu'il était arrivé. Cassandre reposa son regard sur sa fille tout en terminant son verre d'une gorgée. Elle sembla avoir une brève absence avant de cligner de nouveau des yeux puis de regarder sur le côté, hors du champ de la caméra.

    « Je vais devoir vous laisser. Nous avons des invités ce soir et je dois encore tout préparer. » Son regard se fit plus grave. « A très bientôt, mesdemoiselles. Nous serons amené à nous revoir plus tôt que vous ne le pensez. »

    Sur ces mystérieuses paroles, Cassandre s'éclipsa de sa démarche aérienne et d'un mouvement de la main, la Maître Jedi coupa la communication avant de se tourner vers Sarisa, qu'elle remit sur ses pieds, les bras autour de sa taille.

    « Alors, tu les trouves comment ? »

    Souriant, elle emmena sa compagne au séjour et se laissa tomber dans le canapé moelleux qui s'y trouvait. C'est alors que la Jedi sembla se rendre compte du regard étrange que son amante posait sur elle. Alarmée, celle-ci se redressa et la questionna.

    « Qui à t-il ? »
    « Excuse moi, mais... Que voulez telle dire par immense sacrifice ? »

    Comprenant de quoi elle parlait, la Maître Jedi lui demanda de s'asseoir puis prit une inspiration.

    « Ma mère t'a dit tout à l'heure que tu n'étais pas la première humaine à nous rencontrer et à avoir une relation intime avec l'un d'entre nous... Il y a près de deux millénaires, un savant est tombée amoureux d'une humaine alors qu'il parcourait la galaxie pour ses recherches. Il la ramena sur Arcadia et l'épousa. Malheureusement, l'humaine allait vieillir et mourir... alors il mit au point un sérum, que nous appelons « Sérum universelle », cela lui prit des années, mais il y parvint. Il ralentit simplement le vieillissement à tel qu'un point qu'un simple humain peut vivre aussi longtemps que n'importe quel Arcadien. Ce savant et son humaine sont ... et bien ils sont encore en vie aujourd'hui. Quand mère t'a dit qu'elle serait heureuse de t'accueillir au sein de notre famille, elle ne parlait pas de t'héberger le temps de ton séjour, mais de faire de toi une Ombrelune... Mais je connais mes parents et même s'ils ne le disent pas, ils souhaitent ardemment que toi aussi tu utilises le sérum. Ils ne veulent pas revivre ce temps où je n'étais plus que l'ombre de moi-même, après la mort d'Eltarys. Et moi non plus d'ailleurs. Mais mère parlait de sacrifice car accepter de vivre aussi longtemps que moi c'est également accepter de voir ses proches vieillir et mourir... Et tu es une ancienne Jedi, pour toi la mort fait partit de la vie, ce serait d'autant plus compliqué d'accepter cela. Je ne suis pas prête à accepter un refus de ta part, c'est pour cela que je n'avais rien dis. »

    Soupirant, la Jedi se releva et fit quelques pas dans la pièce. En passant près d'une table, elle y récupéra un petit paquet blanc d'où elle tira une cigarette qu'elle fit rouler entre ses doigts, pensive tout en attendant la réaction de sa maîtresse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Lun 6 Aoû - 17:39

    Les informations supplémentaires n’étaient pas forcément les plus agréable à entendre, mais Sarisa ne pouvait être réellement surprise : elle venait elle-même d’un peuple isolationniste. Si les Hapiens ne partageaient pas cette entraide entre eux et ne faisait que sans cesse intrigué pour le pouvoir, peut-être un jeu qui était inhérent à une espérance de vie relativement courte, ils étaient aussi drastique, voire même encore plus, avec un étranger en approche. Il fut un temps ou la seule politesse que pouvait obtenir un étranger qui par chance avait passé les défenses naturelles de l’amas était un tir nourris de Turbo-Laser jusqu’à sa destruction pure et simple. Certes, des choses avaient changées depuis, mais la plupart des Hapiens eux étaient toujours aussi peu coopératif et n’espérait qu’un retour aux anciennes pratiques isolationniste. Côtoyé des étrangers, de faible extra-terrestre, était pour eux quelque chose de totalement intolérable. Dans une confédération ou l’on retrouver beaucoup de race différente, il était difficile pour eux de trouver leurs place, aucun doute là-dessus.

    Craignant peut-être que sa belle prenne peur suite à cet avertissement, Arsenicia lui expliqua qu’elle avait confiance en elle alors qu’elle ne craignait rien avant de l’embrasser. L’Hapienne ne rechercha pas à se dégager, bien au contraire, mais elle tenait à expliquer qu’elle comprenait toutes ses mesures de sécurité, qui était à peu près les mêmes chez elle. Lorsque l’on avait les capacités d’être auto-suffisant, alors il était préférable de le rester le plus longtemps possible. C’est le pluralisme qui engendre les conflits, car les intérêts ne peuvent jamais être conciliés d’aucune manière que ce soit et cela, Sarisa l’avait très bien compris en parcourant autant la facette Jedi que politique de la galaxie. Si les peuples n’étaient pas prêts à accepter les compromis, alors les conflits armés finiraient bien et bien par arriver et la question se réglerait dans un bain de sang, un spectre qui couvait désormais sur la galaxie entière…

    Toutefois, la jeune femme n’eue jamais l’occasion de s’exprimer, puisque le père d’Arsenicia rejoignit l’écran, accaparant quelques instants l’attention de sa femme pour ensuite apparaitre directement sur l’écran afin de se présenter. Il ne resta cependant pas, indiquant qu’il avait du travail au conseil. La jeune femme se contenta donc d’incliner respectueusement la tête lors de son passage, elle aurait probablement l’occasion d’échanger quelques mots avec lui plus tard. Sarisa se concentra ensuite sur la mère de sa bienaimée, qui sembla absente l’espace d’un instant, avant d’affirmer qu’elle allait devoir s’absenter un moment. Elle termina toutefois sur le fait qu’elles seraient amenées à se revoir bien plus tôt qu’elles ne le pensaient. Cette question laissa perplexe l’Hapienne, la seule prophétesse qu’elle avait croisée dans sa vie était la légendaire Iyanna Arienal, mais même si les oreilles collaient, le style vestimentaire et le comportement d’Arienal ne collait pas. Cette dernière était encore plus secrète qu’un Arcadien acharnée, peut-être était-elle d’ailleurs.

    Perdue dans ses pensées, Sarisa ne répondit cependant pas à la question de sa belle concernant ses parents en suivant, puis lorsque Arsenicia lui demanda s’il y avait un problème, elle eue un peu de mal à remettre tout en tête. Iyanna passa finalement à la trappe pour parler de cette notion de sacrifice que Cassandre avait évoquée et qu’elle ne comprenait pas. Arsenicia lui demanda de s’asseoir avant d’expliquer, apparemment, le sujet restait sensible et la demoiselle se devait d’être prudente. Croisant les jambes et attendant l’histoire, elle comprit vite le souci. Il n’était pas très étonnant que le cas se soit déjà présenté dans le passé, mais la création d’un Sérum capable de ralentir le vieillissement n’était pas un secret à mettre entre toutes les mains. Ce qu’entendait la mère de sa maitresse en lui proposant de l’accueillir dans sa famille était de prendre elle-même ce sérum. C’était une preuve de confiance et bien l’assurance que la mère de famille avait apprécié le contact avec l’Hapienne, mais cela n’était pas sans conséquence.

    Prendre ce sérum, c’était acceptée l’idée de vieillir bien plus lentement, l’immortalité pouvait être un fardeau lorsque l’on y était pas préparé : voir sans cesse ses proches vieillir et mourir pendant que l’on restait soi-même immortel et stoïque, de plus, elle n’avait pas le désir de prolonger sa vie, sa formation de Jedi lui avait appris à accepter la mort comme une sensation de plus, a l’accepter même comme une forme de bénédiction, le retour vers la Force qui l’avait engendré. Accepter de prendre ce sérum était contre nature et allait contre ce principe et en tant que Grande Maitresse, Arsenicia le savait mieux que tout le monde. Si elle ne lui avait jamais proposée, c’était tout simplement parce qu’elle craignait de la voir refuser, et qu’elle ne serait pas capable de le supporter. Une sorte de chape de plomb s’abattit dans la pièce alors que l’Arcadienne se levait. Le regard grenat de la plus petite était perdu dans le vide, recherchant tout ce que cela impliquait. Elle n’avait pas beaucoup d’attache, Sarisa avait toujours jusqu’ici consacrée sa vie davantage à son devoir qu’à elle-même. L’entrée de Nicia dans sa vie était un réel bouleversement qui n’était pas facile à gérer à ses yeux.

    Mais il restait Anaïs. Bien entendu, sa sœur était assez grande pour s’occuper d’elle, mais Sarisa était toujours surprotectrice avec elle. Toutefois, ce n’était pas la barrière la plus importante : elle avait des responsabilités et la guerre risquait de frapper aux portes rapidement. La question était encore prématurée, alors qu’aucune des deux femmes ne pouvaient garantir qu’elles allaient survivre à ce conflit. Revenant sur terre, Sarisa remarqua toutefois que sa belle s’était emparée d’un paquet de cigarette. Sans l’allumer, elle était en train d’en torturer une, probablement pour tenter de rompre la nervosité qu’elle ressentait. Elle savait maintenant qu’elle attitude elle devait adopter et, se levant, elle se dirigea vers sa maitresse avant d’entourer sa taille de ses bras puis de poser sa tête sur son dos. Elle lui prit la cigarette des mains, l’observa et prit la parole.


    « Tu veux que je prenne un sérum pour t’accompagner dans l’éternité et pourtant tu risques ta santé avec ce genre de drogue, tu ne trouves pas cela contradictoire ? »

    La remarque n’était pas vraiment dire sur un ton de reproche toutefois, il y avait quelque chose de plus tendre, la belle voulait simplement détendre l’atmosphère qui s’était soudainement alourdie. Elle savait ce qu’elle devait dire, ce qu’elle devait faire, pour rassurer sa maitresse rapidement. La réalité était que sa situation personnelle n’était pas du tout un obstacle, c’était la situation professionnelle des deux femmes qui étaient problématique. Elle reprit rapidement la parole pour la rassurer.

    « Hormis ma sœur, tu sais que je n’ai pas d’attache personnelle en dehors de toi. Je ne suis plus Jedi, je n’étais pas assez forte pour accepter leur manière de vivre et par-dessus tout, je refuse de te voir souffrir à nouveau, je ne serais pas capable de le supporter. Mais la situation galactique rend la nôtre précaire. Lorsque tout cela sera terminé, je deviendrais définitivement membre de ta famille, et je t’accompagnerais pour l’éternité, comme promis. Donne-nous juste le temps de nous construire sans sauter les étapes, et d’agir par priorité. Pour l’instant, c’est ta fille qui a besoin de nous. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   Lun 6 Aoû - 22:09

    Le regard perdu dans les vagues, la Maître Jedi ne semblait même plus voir la cigarette qu'elle tenait encore entre ses doigts mais qu'elle avait cessé de torturer. C'est alors que sa maîtresse la rejoignit et entoura sa taille de ses bras avant de poser sa tête contre son dos. Ce simple contact parmi à Arsenicia de redescendre sur terre. Tandis que Sarisa prenait sa cigarette, la meilleure chose à faire selon elle, la Grande Maîtresse Jedi sembla retrouver le sourire, ne serait-ce qu'un peu.

    « Les mauvaises habitudes ont la vie dur... Désolé. »

    L'atmosphère était redevenue plus légère et l'Arcadienne en profita pour se retourner dans les bras de son amante, l'une de ses mains sur sa taille tandis que de l'autre elle caressait ses cheveux. Bien que la position forçait Sarisa à lever la tête et Arsenicia à la baisser, il y avait dans cette image quelques choses de tendre. Comme quoi la taille ou l'âge ne faisait pas tout, même la plus jeune pouvait être plus sage ou plus posée que l'ainée. Il n'y en avait pas une plus protectrice que l'autre, toutes deux veillaient sur l'autre. Sarisa avait accepté, c'était déjà cela. Si sa mère n'en avait pas parlé quelques temps plus tôt, Arsenicia aurait gardé tout cela pour bien plus tard, lorsqu'elles se seraient construite, justement. Mais elle disait vrai, Kyla devait savoir, le plus tôt possible. Ce secret était devenu plus pénible à porter au fil du temps et maintenant, Arsenicia ressentait le besoin de lui dire. Elle ne voulait plus être la grande soeur.

    « Si Mère ne l'avait pas évoqué, je ne t'en aurais pas parlé. Pas avant un moment. Je ne souhaite pas sauter les étapes moi non plus, mais maintenant que tu sais ce qu'il en es tu as le temps pour y réfléchir... Mère à dit que nous nous rêverons plus tôt que prévu, quelque chose me dis que cela à rapport avec Kyla ... Et si elle fait le déplacement jusqu'ici ... C'est que quelque chose de grave va se passer. Ses dons de divinations ne se trompent pas souvent, même si l'avenir à le temps de changer ... »

    Il était clair que la Maître Jedi se faisait du souci pour sa fille dont elle ignorait la position. Après Taris, elle l'avait laissé sur une planète puis était repartie, ne pouvant rester auprès d'elle définitivement. Qui sait ce qui lui était arrivée ... Mais si quelqu'un lui voulait du mal, elle le verrait, non ? Revenant à Sarisa, elle attira celle-ci et la serra dans ses bras de longues secondes, respirant son doux parfum, avant de la lâcher et de prendre ses mains.

    « Je déteste dire ça, mais je pense qu'il est temps de nous quitter. Tu dois voir la Reine rapidement et ne pas t'attarder sur Naboo plus que nécessaire, je ne veux pas qu'il t'arrive malheur. Quant à moi ... Je vais réunir le Conseil, il y a des choses qui requièrent notre attention. »

    Main dans la main, elles quittèrent le Galeniël et regagnèrent la demeure qui les avait accueillit le temps d'une journée. K9 avait suivit discrètement et rassembla les quelques effets de sa maîtresse tandis que celle-ci profitait encore de quelques instants avec celle. Assise dehors, sur un banc de pierre, la Maître Jedi tenait le pendentif en forme de croissant de lune entre ses doigts, elle était pensive, cela se voyait au fond de ses azurs. Puis, levant les yeux vers sa belle, ses doigts s'attardèrent sur sa joue puis se faufilèrent à travers ses cheveux tandis qu'elle capturait ses lèvres pour un dernier baiser. Doux et tendre, Arsenicia ne s'attarda guère, ne peur que la séparation soit trop difficile, les lèvres de sa maîtresse étant déjà très attirantes. Se relevant, elle lui sourit tendrement.

    « Fais attention à toi. Je t'aime. »

    Résistant à la tentation de rester un peu plus longtemps, la Grande Maîtresse Jedi s'éclipsa. Lorsqu'elle regagna son vaisseau, tout était fin près au départ. Elle rejoignit K9 aux commandes et celui-ci amorça le départ puis le passage en hyper espace, direction Ossus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Naboo] Pause diplomatique [PV : Arsenicia] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: