Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Ven 6 Juil - 0:16

C’est parfois dans les situations les plus dangereuses que vous vienne les meilleurs éclairs de génie. Pour Artemius Treadwell, Premier Conseiller par intérim, tout était parti d’une tentative d’assassinat contre sa personne. On avait tenté de le poignarder, alors qu’il quittait un petit restaurant sympa de la capitale de la Confédération. Heureusement, un de ses gardes du corps droïde (un bon vieux droïde commando tout ce qu’il y a de plus classique) s’était interposé et la blessure qui aurait dû être mortelle s’était avérée relativement légère, le touchant au bras. Il lui faudrait un bon pansement mais il survivrait. C’est donc après cette tentative ratée qu’Artemius avait sauté dans son air speeder et avait filé à toute allure jusqu’aux bâtiments de l’état-major, son escorte se mettant à sa suite avec un temps de retard. Il devait absolument s’entretenir avec le responsable de l’état-major. Quelle brillante idée…

S’il y avait bien une personne au sein de cette faction qui serait ouverte à son projet, ce serait bien elle. Contrairement à cette bande d’énervés de service de conseillers et de sénateurs, la principale concernée par toute décision d’ordre militaire savait encore faire la différence entre efficacité, nécessité et syndrome du petit pénis. Oui parce que pour certains sénateurs, il faudrait construire quelque chose de plus colossal que l’étoile de la mort… Avec mille fois moins de ressources. Absolument impensable. L’AG avait des fonds pratiquement illimités. La Confédération non. Elle avait une économie solide certes mais tout le monde voulait garder ses ressources pour soi… Ce qui paralysait en quelque sorte le développement à long terme de la Confédération. Oh bien sûr, Raxus contribuait au mieux de ce qu’elle pouvait offrir… Mais curieusement, la Confédération était franchement hostile à une armée droïde.

Étant donné que les vainqueurs écrivaient l’histoire, ce que la galaxie avait retenu, c’était que la CSI avait été une puissance maléfique. Il y avait eu une partie de l’ensemble qui l’avait été oui. Cependant, le parlement séparatiste avait toujours été la preuve vivante qu’il y avait des gens avec une mentalité moins guerrière qui avaient tenté de ramener la paix ou une dynamique moins basée sur la confrontation. Les armées droïdes étaient peut-être sans âmes. Les hommes et les femmes qui avaient décidé de faire entrer leurs systèmes dans la cause séparatiste, eux en avait une. Dooku et ses laquais étaient peut-être des monstres mais il y avait de vrais héros qui étaient mort pour faire de la galaxie un endroit meilleur. Artemius était prêt à donner sa vie pour changer le monde. En contrepartie, le monde le regardait avec méfiance. Heureusement, la personne qu’il allait voir avait toujours apprécié sa vision nuancée des choses.

On pouvait suivre Artemius à la trace puisqu’il perdait un peu de sang. C’était quand même une belle estafilade mais qu’était sa santé face aux milliers de vies que son idée pourrait sauver? Il tenait encore debout et la blessure n’était pas SI grave que cela de toute façon. Les gardes en faction devant le bureau du chef d’état-major le dévisagèrent avec des yeux ronds et ce fut tout juste s’ils le contrôlèrent. En fait, l’un d’entre eux voulu le faire patienter dehors le temps d’appeler une équipe médicale mais le politicien fit savoir qu’il faudrait plus qu’une vilaine coupure pour le tuer. Ce qui n’était pas tout à fait faux mais quand même… Entrant dans le bureau de Sarisa Shi'Sima, il se dirigea à grandes enjambées vers elle, tendant la main pour une poignée de main tout ce qu’il y avait de plus protocolaire. Prenant place dans un siège, il prit ensuite la parole, de ce ton joyeux et énergique si caractéristique.


« Bonjour Commandant Shi’Sima! Quelle magnifique journée.. Je viens d’avoir une idée de génie! Figurez-vous qu’elle m’est venue après que j’ai été poignardé en pleine rue par un assassin. Je me suis dit : qui souffre toujours d’une guerre? Les civils! Ils sont sans défense si jamais on les attaque! Alors j’ai pensé à une solution : je vais proposer un projet de construction de bunkers à usage civils en cas d’attaque! N’est-ce pas là une idée ingénieuse? »


Dernière édition par Artemius Treadwell le Jeu 30 Aoû - 4:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Ven 6 Juil - 21:12

    Être chef militaire imposait toute sorte de responsabilité diverse que Sarisa devait assumer chaque jour. Il ne se passait pas vingt-quatre heures sans qu’un message arrive, annonçant une nouvelle catastrophe à venir, enfin relativisons, un conflit particulier entre deux puissances au niveau frontalier sur « qui garde quel secteur », sans parler des conflits même sur Dac entre les Mon Calamari et les Quarrens qui ne cachait nullement l’hostilité qu’il portait chacun envers l’autre. Outre les compétences, la jeune femme avait était déjà obligée de tenir compte de l’échiquier politique afin de former son état-major, ce qui signifiait placer des personnes venant de divers horizons a des postes clefs afin qu’on ne l’accuse pas de favoritisme. Certes, renoncer à créer un entourage totalement Hapien n’était pas vraiment pour la déranger, mais parfois, elle n’avait eu d’autre choix que de se priver des meilleurs talents pour engager quelqu’un de moins compétents, mais dont l’identité raciale permettait d’éviter l’incident diplomatique… Autant dire la catastrophe.

    C’était précisément un nouveau problème d’ordre frontalier qu’elle était en train de régler : une fois n’est pas coutume, une flotte Hutt et une flotte Wookies venaient de se croiser et l’on avait frôlé l’incident diplomatique, les Hutts agissant comme s’ils étaient les grands commandants de la flotte et il fallait sans cesse intervenir pour éviter les incidents. Sarisa avait été obligée de rappeler qu’elle était la seule personne a pouvoir imposer sa décision a toute les forces militaires au nom du conseil confédéré, ce qui obligeait les Hutts à suivre ses ordres et redéfini une nouvelles fois les secteurs de patrouille. En clair, une décision de routine. Être Hapienne ne lui offrait pas de meilleure considération avec ses pairs, ses derniers la trouvant bien trop autoritaire, et se méfiant beaucoup des Corelliens notamment. Pourtant, quelque chose allait chasser ses problèmes d’ordre diplomatique de son esprit, ou plutôt quelqu’un.

    Artemius Treadwell n’était pas n’importe qui. Homme excentrique au comportement vraiment original, il pouvait venir quérir une audience à n’importe quel heure du jour et de la nuit. Jusqu’à présent, l’Hapienne n’était pas la demoiselle qui en avait fait le plus les frais, car en tant que militaire, elle ne pouvait être jointe toujours, en mission, elle devenait injoignable, sa position n’étant connu que de quelques milieux très autorisés et Treadwell était assez intelligent pour savoir qu’il ne fallait pas la contacter dans ce genre d’instant. Cependant, une visite du conseiller de Raxus était précisément le genre d’évènement qui était capable de détendre l’atmosphère et créer des anecdotes amusantes, ou parfois franchement inquiétantes, cette fois, c’était la seconde catégorie qui allait être de sortie, car l’homme n’avait pas choisi pour lui le moment le plus adapté. Il n’affichait aucun signe de gêne, mais en tant qu’ex Jedi, Sarisa savait voir un peu plus loin que les autres.

    Elle se leva afin de pouvoir lui serrer la main et l’inviter à s’asseoir, elle le savait cela serait probablement rapide, Treadwell était quelqu’un de rapide et qui allait droit au but, avec lui, l’on ne parlait généralement pas avec « Si » mais plutôt « Quand » et « Comment ». Il savait être persuasif et il ne lâchait jamais l’affaire. Son enthousiasme débordant devait être quelque chose de communicatif, et pour ceux qui ne montraient aucune sensibilité à ce genre de chose, la ténacité du diplomate devait finir par les faire mourir d’ennui. Toutefois, son côté direct plaisait à Sarisa qui n’était pas du genre à trainer également avec les détails futiles et qui préférait également les « Quand » et « Comment » aux « Si ». Il expliqua, comme-si c’était un évènement tout-à-fait banal, qu’il s’était fait poignarder par un assassin et que cela lui avait donné une idée de génie, protéger les civils en assurant la construction de Bunker anti-aérien en cas de conflit, ce qui risquait d’arriver si les diplomates continuer d’agir stupidement en essayant d’assassiner les membres de l’Alliance Galactique par exemple…


    « Conseiller Treadwell, vous êtes blessé au bras, et si la blessure s’infectent, elle risque de nous forcer à vous amputez pour éviter de vous perdre. Nos civils ont besoin que vous surviviez pour assurer leurs défenses aujourd’hui plus que jamais, rester donc assit pendant que je fais venir le droïde médical, et laisser vous ausculter correctement, nous discuterons de votre demande durant ce temps. »

    Elle ne lui laissa guère le temps de protester qu’elle appuyait déjà sur le bouton de l’intercom de son bureau afin de pouvoir appeler son droïde médical personnel pour qu’il s’occupe de la blessure du conseiller immédiatement. La demoiselle avait fait prendre cette précaution au cas où elle serait attaquée afin de pouvoir conserver un maximum de chances de survies, même dans les pires conditions possible. Le droïde ne manqua pas d’arriver rapidement et de se mettre au travail, voilà une bonne chose de faite. Les arguments qu’elle avait énoncés étaient toutefois réels, sans lui, les civils risquaient de manquer de voix pour les défendre au sein de l’espace confédérés. Certes, si sa mission sur Naboo portait ses fruits, alors elle arriverait à disposer de quelqu’un d’autre en la personne de la reine afin de pouvoir défendre leurs causes, mais dans le cas contraire, elle serait obligée de faire avec ce qu’elle avait.

    La demoiselle se replaça ensuite sur son siège. Comment parvenir à obtenir des fonds pour la construction d’un bunker pour les civils alors que les Hapiens, grand radins devant l’éternel, refusait ne serait-ce que de financer la construction de nouveaux bâtiments de guerre ? Cette confédération n’avait malheureusement rien d’une véritable nation, elle n’était encore qu’une association d’individualité recherchant a tiré vers eux la meilleure couverture possible. En se montrant persuasive toutefois et avec l’aide de sa sœur, elle pouvait faire des miracles, à condition que le conseiller lui offre quand même un minimum matière à pouvoir négocier avec tous les rapaces politique. Elle avait elle aussi besoin de défendre ses intérêts, sans une défense forte, la Confédération ne serait que bien trop vite écrasé par les forces de l’Alliance Galactique, bien trop supérieure en nombres…


    « Votre projet m’intéresse, j’attache autant d’importance que vous a la vie de nos civils, mais j’ai déjà beaucoup de mal à obtenir des ressources pour mes propres projets. Nos financiers ne sont pas des humaniste conseiller Treadwell, pourquoi accepterait-il de financer votre Bunker alors qu’ils ne veulent pas entendre parler de notre projet d’agrandissement de la flotte ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Sam 7 Juil - 1:58

Artemius Treadwell n’était pas homme à s’énerver facilement… Sauf lorsqu’il était confronté à l’obscurantisme suranné d’une poignée d’imbéciles qui s’improvisaient experts sur la question militaire sans avoir mis les pieds sur un croiseur de leur vie. Lui, il avait été commandant des armées droïdes de Raxus pendant des années et malgré son âge relativement jeune pour un politicien, il en connaissait plus que la très grande majorité de ces idiots réunis. Son sourire s’évanouit en une fraction de seconde, il devint écarlate et nul besoin d’être lorrdien pour deviner son état d’esprit. Il était furieux. Combien de sessions du conseil avaient été perturbées par ces crétins avides de pouvoir et de richesse, qui sacrifieraient volontiers l’intégralité de la CSL pour sauver leur peau? Serrant les poings, il se força à se calmer et à reprendre une attitude calme et posée. Chose plus difficile à faire qu’à dire.

« Si pour rendre ce projet réalisable je dois aller moi-même gratter jusqu’à la dernière poussière de métal chaque foutu astéroïdes d’ici à Coruscant, je le ferai, commandant. Que les autres conseillers aillent se faire foutre. Je ne laisserai pas les civils souffrir de l’avarice et de l’imbécilité crasse d’une poignée de vautour qui préfère se chamailler comme des gamins à sauver cette faction. Ce n’est plus un sénat, c’est un zoo! UN ZOO!

Non commandant. La question à se poser, ce n’est pas quels arguments sortir à ces rapaces. C’est de proposer l’initiative en grand, via holonet, à tous nos concitoyens et voir ces idiots se débattre avec une cote de popularité désastreusement basse s’ils décident de ne pas faire le choix logique. Cette Confédération se doit être une méritocratie ou nous allons perpétuer un cycle d’imbéciles qui perdure depuis la République! Non, non, mille fois non! »


Le conseiller Treadwell était peut-être un excentrique mais ce n’était pas un imbécile. En plus d’être lorrdien, c’était un stratège politique aguerri… Et il savait manœuvrer pour déjouer ses adversaires. C’était même un excellent joueur dans l’arène politique. Pas le choix quand vous faites des dizaines de propositions controversées. Ce projet passerait, il ne pouvait pas ne pas passer. Les civils étaient des cibles bien trop vulnérables et les bombardements planétaires étaient faits pour détruire sans discriminer. Les civils, c’était l’âme d’une planète. Sans son âme, même l’appareil militaire ne saurait palier un tel manque. Sarisa connaissait très bien Artemius. Elle savait hors de tout doute qu’avec ou sans l’accord du conseil, il mettrait son projet en branle, pigerait à même les budgets de Raxus pour tenter de sauver la Confédération. Et les raxusiens contribueraient. Ils étaient derrière leur chef.

Quelqu’un cogna à la porte du bureau de Sarisa en même temps que le comlink d’Artemius bippa. Il s’agissait de son amie d’enfance et désormais son assistante (une des rares "organiques" proche du lorrdien), Sinéad Cyneray qui demandait la permission de rejoindre son supérieur. Elle était également en charge de sa protection personnelle. C’était la première fois que Sarisa rencontrerait cette femme… Qui en fait n’en était pas une. Sinéad Cyneray avait subi un tragique accident au moins une décennie plus tôt et pour sauver la femme qu’il aimait, Artemius avait fait transférer son cerveau dans un droide réplica humain ultra perfectionné, donnant une forme d’immortalité à sa grande amie et confidente. Artemius Treadwell était un excentrique… Et il était aussi un peu fou. Dans sa tête à lui, il s’agissait toujours d’un être de chair et de sang. Mais bon, tant que personne ne le confrontait sur le sujet… La vie continuait.


« OH! Commandant, je vais pouvoir vous présenter à ma bonne amie et assistante, Sinéad Cyneray. Elle est en train de préparer à votre attention ma plus récente liste de recommandations pour améliorer l’optique militaire de la Confédération. Une femme charmante, vous allez voir. Tout un appui également, considérant la nature obtus de la plupart de mes collègues. Dickinson par exemple, cet insupportable personnage… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Lun 9 Juil - 16:08

    Cet état de rage, cette colère non dissimulé face à l’immobilisme de certain et la mauvaise volonté des autres, elle était tout-à-fait apte de le comprendre. Elle-même dans le milieu militaire faisait face constemment à la mauvaise volonté de ses pairs, qui avait toujours une bonne excuse pour ne pas aider leurs voisins. La réalité était cruelle, mais s’imposait pourtant aux yeux des rares qui plaidaient pour une véritable coopération des forces armées confédérés : aucune planète ne se considéraient réellement comme allié a une autre. Les traces de la seconde guerre civile galactiques n’étaient pas encore effacées et le futur ralliement Corellien risquait de causer bien des soucis à la demoiselle, car ses derniers avaient été l’élément moteur de la dernière confédération. Hors, il était certain que les Hapiens n’accepteraient jamais le leadership Corellien, alors qu’il faudrait craindre que ses derniers réclament la place de chef… Elle avait mal à la tête rien que d’y penser. La politique était loin d’être aussi simple qu’elle le devrait « Nous avons un besoin, trouvons la meilleure solution pour le résoudre » devrait être la seule préoccupation, mais non, la vérité était ailleurs. Trop de système n’avait rejoint la Confédéré que pour leurs intérêts et non la cause et au final, les querelles devenaient donc une seconde nature.

    « Vous faite le prêche a une convertie conseiller. Votre plan marchera sur certain systèmes, mais pas d’autre. Les Hutts se fichent pas mal de la réputation qu’on peut leur faire sur l’Holonet par exemple, je me demande même parfois ce qu’ils font avec nous, ils ne causent que des problèmes… Espérons tout de même que cela suffise. »

    Elle ne commenta pas le reste. Pour elle, tout se résumait à des questions de ressources et capacités défensives. Il ne lui revenait pas de décider l’avenir politique du pays. Si la situation ne lui plaisait plus, elle ferait comme jadis chez les Jedis, présenterait sa démission et trouverait un autre sens à sa vie. Pour le moment, fort heureusement, elle n’en était point-là. D’une certaine manière, elle s’inquiétait un peu de l’avenir d’Artemius, la présence du droïde médical penché sur son bras montrait qu’il avait déjà beaucoup d’ennemis, avec un coup pareil, la seule chose qu’il allait faire serait de s’en ajouter encore quelques-uns en plus, ce qui n’était pas forcément la meilleure solution pour survivre, c’était le moins que l’on puisse dire. Mais elle savait également qu’il irait jusqu’au bout pour réaliser son projet. Si seulement il lui offrait quelque chose de plus, une carotte qu’elle pourrait facilement agiter face aux conseillers pour pouvoir les faire plier sans demander l’intervention personnelle de Tenel Ka Djo dans le dossier.

    Elle allait reprendre la parole quand l’on frappa a la porte, quelqu’un voulait participer à la discussion, une jeune femme apparemment, une connaissance du conseiller. Puisqu’elle semblait de confiance, la cheftaine militaire laissa entrer et croisa les bras, décidée à trouver une solution à l’épineux problème qui se posait devant elle. L’ancienne Jedi, si elle avait encore disposé de tous ses talents dans la Force, aurait probablement était capable de sentir le subterfuge, comprendre que cette entité qui lui faisait face n’était pas une créature de chair et de sang. Toutefois, ce n’était plus le cas et l’imitation était si parfaite qu’elle n’y vit que du feu ! Pire encore, comme Artemius, dans sa douce folie, la considérait comme un être vivant à tout point de vue, même son comportement ne pouvait représenter un indice probant. De ce fait, dans l’esprit de la cheftaine militaire, il s’agissait de quelqu’un de tout à fait ordinaire qu’elle invita d’un geste à prendre place sur l’un des sièges, tout en veillant aux soins apporté au bras du conseiller, qui n’était pas, c’était le moins que l’on puisse dire, un malade facile.

    Il la présenta sous un nom totalement humain, en travail pour l’ordre Jedi, Sarisa avait vu nombre d’appellation et ne se surprenait plus à entendre ce genre de consonances étranges. Apparemment, il avait préparé une liste d’amélioration militaire qu’il comptait porter à son attention. Cette fois, la curiosité de l’Hapienne était attisée, elle avait enfin l’arme dont elle avait besoin pour convaincre les imbéciles de conseiller d’allonger la monnaie. Restait à savoir si cela tiendrait ses promesses, mais son attention était conquise. Elle croisa les bras et posa sa tête sur le dossier de son siège. La réputation, l’humanisme, n’étaient plus des valeurs porteuses en politiques. Le profit ainsi que le diamètre du dernier canon en date étaient bien plus porteur, elle l’avait bien compris. Après tout, en tant qu’Hapienne, la politique, les complots et autre entourloupe du genre était comme une seconde nature pour elle, il n’y avait donc rien d’étonnant à cela…


    « Enchantée mademoiselle Cyneray. Ses informations peuvent représenter un espoir de faire plier les ploutocrates et obtenir des avancées majeures dans les négociations. Je suis prête à écouter vos recommandations. »

    Il y avait intérêt à ce que cela en vaille la peine, sinon c’était réellement une cause perdue et elle ne pourrait probablement rien faire pour eux. Attentive, le duo de Raxus pouvait maintenant dérouler son discours, mais Artemius le savait, la jeune femme ne ferait que donner une vue réaliste et sans complaisance de la situation, car celle-ci exigeait le plus grand sérieux et ne pouvait être sous-estimée d’aucune façon que ce soit…

    [HRP : pas grand-chose à dire sur le coup, à toi de dérouler ton plan !]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Lun 9 Juil - 19:40

« Comme vous le savez commandant, notre vision de la guerre, sur Raxus, diffère considérablement de celle adopte en majorité par le reste de la galaxie. Une guerre se prépare, nous le savons tous les deux et la machine médiatique ennemie n’attend que le premier sang versé pour faire de ses soldats des martyrs. Nous avons donc une solution à proposer : et s’il n’y avait pas de morts? Si nous ne donnions pas satisfaction à l’ennemi?

Il y a de cela plusieurs décennies, la CSI a construit une ligne de vaisseaux très spéciale. Les croiseurs lourds de type Subjugator. Un des plus célèbres vaisseaux de cette classe : le Malevolence. Ce qui nous intéresse dans le design de ces vaisseaux, ce sont leur super arme ionique. Une arme capable de neutraliser tout vaisseau qu’elle touche, sans tuer personne. Un vaisseau neutralisé est un vaisseau que l’ennemi ne peut raisonnablement abandonner.

L’opinion publique, commandant, l’opinion publique détruirait les généraux et amiraux ennemis s’ils abandonnaient des hommes et des femmes de l’Alliance Galactique qui sont encore en vie et récupérables. Il y aurait mutineries. Ils seront forcés de négocier car nous ne serons pas des bouchers, tuant des ennemis sans défense. L’AG utilise une force militaire basée sur la destruction. Je propose de se montrer plus malins et d’user de la dissuasion. »


Il fallait vraiment ne pas avoir froid aux yeux pour proposer une telle chose. De façon générale, une bataille spatiale se déroulait ainsi : deux flottes se tirent dessus jusqu’à ce que l’une d’entre elle soit anéantie ou batte en retraite. Cette proposition venait mettre en jeu de nouvelles règles, apportait des changements colossaux et à une façon de guerroyer vieille de plusieurs millénaires. C’était de notoriété publique : rares étaient les armées qui abandonnaient leurs blessés. Qui ne cherchaient pas à récupérer les leurs fait prisonniers. Qui avaient suffisamment peu d’humanisme pour commettre un tel crime. La CSI l’avait fait : des armées de droïdes sans âmes programmés pour tuer, programmés pour accomplir un objectif. Une armée axée sur l’efficacité et le remplacement facile des effectifs en cas de pertes. Un droïde détruit ne faisait pleurer personne, enfin, pas dans l’appareil militaire séparatiste.

Un soldat mort par contre? Sa famille sera dévastée, ses amis voudront le venger. La clé de cette guerre à venir, c’était de retourner les « bons sentiments » de l’AG contre elle. De faire en sorte qu’elle devienne le monstre et non pas la victime. Oh évidemment, les militaristes du sénat séparatiste hurleraient au scandale… Avant de se rendre compte qu’avoir dans son arsenal une petite super arme, c’est plus classe que de ne rien avoir du tout. Ensuite, ils commenceraient à faire des calculs en matière de coût : chaque vaisseau neutralisé pourrait devenir un vaisseau prêt à trahir l’AG et donc les banques de données des ordinateurs de bord auraient des codes d’accès, des cartes, des données exploitables. Il faudrait juste changer certaines pièces de ces ordinateurs ou récupérer le disque dur. Dans la suite logique, ces mêmes militaristes calculeraient ce que ces données pourraient rapporter versus le long et lent travail fournit par l’espionnage…

En tout et pour tout, l’idée bien que radicale risquait de convaincre les tenant du « la mienne est plus grosse que la tienne », les « construisons de quoi faire trembler l’AG » et les « tirons d’abord, questionnons ensuite ». Surtout le dernier groupe, en fait. Les morts ne parlent pas mais les vivants, eux… C’était sans compter les plus retors du lot qui chercheraient à se faire un capital politique sur l’idée : Artemius Treadwell était un conseiller et le Premier Conseiller par intérim. Si l’idée fonctionnait, ses supporters essaieraient de prendre un peu de ce crédit. Ses détracteurs ne pourraient que jubiler si le projet échouait. Artemius, se mettre la tête sous la guillotine? Toujours. Jouer avec le feu semblait être devenu sa spécialité. Autrement, il n’aurait pas été nommé Premier Conseiller par intérim, s’il n’avait pas pris de risques… Sarisa n’avait pas une carotte, elle avait un champ de carottes au complet désormais!


« Bien entendu, ces plans sont propriétés exclusives du haut commandement de la CSI. Moi, en l’occurrence. Aucune donnée technique ne sera donnée tant que les Hapiens, les Hutts et le reste n’auront pas contribué à une mise de fond. Entendons-nous commandant : ce projet n’est pas à prendre à la légère et devra être fait loin des yeux et des oreilles… Y compris d’éléments confédérés. Vous imaginez les Hutts, avec une telle arme? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Sam 14 Juil - 15:05

    Il était vrai que les doctrines militaires n’avaient que peu évoluée dans la galaxie. La guerre des clones avait prouvé que malgré ses avantages en matière de cout de production ainsi que de remplacement d’unité, au final, l’armée de droïde était moins efficace que celle d’organique, et cela malgré un surnombre écrasant en faveur de la Confédération des Systèmes Indépendant. Il fallait dire qu’en sélectionnant Jango Fett comme modèle d’armée, l’un des Mandaloriens les plus redoutés de l’histoire, les républicains n’avaient pas fait dans la dentelle. Que le chasseur de prime ait ou non réalisé l’immense manipulation dont il fut la victime n’était pas vraiment l’important, l’essentiel était de retenir que la réputation de ce peuple guerrier était toujours intact et la possibilité de voir Mandalore s’aligner de nouveau du côté de l’Alliance Galactique provoquait des cauchemars au haut commandement confédéré, ce que la demoiselle était tout à fait apte à comprendre. Cependant, ce n’était pas cela qui la ferait renoncer, même si tous les contraintes des pires fléaux galactiques s’abattaient sur elle, elle continuerait le combat parce que c’était son devoir, elle était juste désolée de voir que cela ne s’appliquait pas a beaucoup de membre de l’armée, et même de son état-major.

    Toutefois, la proposition qu’Artemius sur la table était capable de changer la donne. Il était toujours difficile d’évaluer avec précision la portée d’une super-arme dans un conflit. Bien entendu, sur le papier, il s’agissait d’une arme formidable, capable de neutraliser un navire capital en un seul tir, elle permettait des captures intact, bien qu’il fallait probablement s’attendre à de la résistance en cas d’abordage. Toutefois, une fois que l’ennemi saurait que les confédérés s’étaient dotés d’une arme de guerre aussi efficace, ils feraient tous leurs possibles pour se la procurer ou pour la détruire, ce qui risquait de conduire à un désastre au final. Malgré ce risque, Sarisa ne pouvait pas balayer d’un revers de main cette proposition, déjà parce qu’elle permettrait de débloquer les crédits concernant les Bunkers, mais aussi parce s’ils parvenaient à en obtenir plusieurs, alors l’impact serait très différents et devraient calmer les va-t-en-guerre du côté de l’Alliance Galactique, leurs faisant gagner ce dont ils ont le plus besoin : du temps !

    Jouer sur la carotte afin de convaincre certain de financer le projet tout en veillant à maintenir les plus dangereux (comprendre les Hutts) loin de la Super-Arme, voilà ce qu’il faudrait faire. Sarisa savait toutefois à quelle porte frapper afin de pouvoir gagner des points. Elle avait maintenant le levier, il ne lui restait donc plus qu’à l’activer pour pouvoir atteindre ses objectifs. Anaïs l’aiderait dans le volet Hapès, pour l’amas, ce canon a Ion représenterait l’arme de défense ultime, capable de garder les rares couloirs d’Hyper-espace permettant de se rendre à celui-ci, l’isolationnisme des Hapiens trouveraient ici son prolongement ultime et rien que cet argument devrait suffire à les mettre autour de la table des négociations. Quant aux Hutts… Disons juste qu’elle n’avait pas besoin de les mettre forcément au courant…


    « Je me charge des Hapiens, ma sœur Anaïs est la conseillère, elle saura voir l’intérêt d’un tel projet. Je suis cependant d’avis que l’on se passe des Hutts sur le coup, la contrepartie qu’ils demanderont sera probablement trop élevée. Tout ce que nous avons besoin, c’est de la majorité au conseil. Négocions cela dans le dos des voix officielles, puis lançons le vote concernant les Bunkers. Ceux que nous aurons mis au courant voterons le projet en toute innocence, les imbéciles refuserons, puis nous feront jouer les « fonds spéciaux » pour s’assurer le financement des nouveaux canons a ions. Quand les Hutts réaliseront que nous les avons doublés, il sera bien trop tard pour eux… »

    Les Mon Calamari soutiendrait le projet et pour une fois, les Quarrens seraient d’accord avec eux : après tout, les vaisseaux de classe Subjugator était l’un de leur design original. Les Corelliens sont toujours intéressé par les Super-Armes, il suffisait de voir de quelle manière ils avaient fait peser le poids de Center Point lors du conflit précédent, au point de pousser les Jedis à tout faire pour causer sa perte. Sarisa était assurée d’avoir les Hapiens de son côté, en ignorant les Hutts, il ne manquait donc que les Bothans et les Wookies. Les premiers ne seraient probablement pas trop difficile à convaincre, en revanche, les seconds risquaient d’être plus réticent, tout simplement parce que la construction d’une arme comme celle-ci ne plairait probablement pas aux Jedis et qu’il suivrait farouchement leur point de vue. Ils seraient toutefois minoritaires, ce qui signifiait que l’Hapienne pouvait très bien s’asseoir sur leurs points de vue.

    La manière dont elle avait pris la parole ainsi que la lueur soudaine dans son regard carmin prouvait en tout cas une chose : Sarisa était bien plus Hapienne qu’elle ne voulait bien l’admettre. Lorsqu’on lui proposait quelque chose de suffisamment important en face d’elle, son instinct génétique était capable de s’éveiller et de lui faire envisager des possibilités qu’un Jedi refuserait probablement obstinément de faire. Elle avait vraiment bien fait de quitter l’ordre, peut-être que sa mère avait raison, que l’âme Hapienne aurait forcément, un jour ou l’autre, repris le dessus… Elle n’avait pas le temps de réfléchir à ce genre de chose pour le moment. Débloquer les crédits des « fonds spéciaux » serait encore le plus simple. Pour résumer de quoi il s’agissait, c’était une sorte de caisse commune entre diverses nations de la confédération mettant leurs crédits militaires en commun afin de pouvoir investir dans des projets militaires que le conseil risquait de ne pas nécessairement approuvé… Une idée d’Anaïs, brillante d’ailleurs.


    « Même si le conseil refuse malgré nos efforts de payer vos bunker, je saurais trouver les financements ailleurs. Ne sous-estimez pas la détermination des Hapiens à atteindre leurs objectifs, je sais moi aussi manipulé lorsque c’est nécessaire. Si nous parlions un peu des plans de ses Bunkers ? Des idées ? Une adaptation aux critères naturels de chacune de nos planètes, fortement différente les unes des autres ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Sam 14 Juil - 16:06

Bon, au moins, les choses allaient de l’avant. Sur le papier en tout cas. Il avait craint pendant un moment que son homologue militaire ne voit pas la pertinence du projet. Il faut dire que l’appareil décisionnel de la Confédération des Systèmes Libres, tant dans sa partie civile que militaire, manquait cruellement d’imagination. Si ce n’était pas inspiré du sacrosaint livre de tactiques républicaines ou impériales, c’était à rejeter. On pourrait dire ce que l’on voudrait mais depuis des siècles et des siècles, les stratèges et tacticiens suivaient la même recette, ajoutant parfois du sel, du sucre ou plus de beurre à leur plat. Désespérant. Au moins, là, on avait une chance de prendre l’ennemi par surprise, ce qui serait une première, au vu du développement prononcé du réseau de renseignements ennemi. Si en plus les Hutts, ces gangsters, étaient tenus à l’écart… Ce serait encore mieux! Les Hutts… Quelle farce!

C’était encore ironique de voir que chaque constituant de la CSL tenterait d’utiliser sa proposition pour son profit personnel. Chose certaine, il faudrait faire bien attention à qui recevrait quoi et sous quelles conditions. Les hapiens et leurs politiques isolationnistes étaient aussi dangereux que les Hutts car se refermer sur soi était contre-productif. D’accord, Raxus suivait un principe similaire… Mais Raxus contrairement aux hapiens contribuait à l’effort de guerre avec un nombre grandissant de droïdes. Une usine de production de droïde peut passer d’une production de 100% à 200% sans trop de mal : ce sont des droïdes qui assemblent d’autres droïdes. Ils vous diront « Ordre confirmé. » et se mettront au travail sans rechigner. Raxus était en train de montrer à cette galaxie qui avait évoluée sans elle ce que c’était que « produire ». Les dirigeants de Raxus avaient considérablement amélioré leurs jouets, depuis le temps.

Même le classique B1, reconnu pour être notoirement crétin, limité et indigne d’être l’infanterie principale de la CSI, avait été révisé, amélioré et peaufiné avec les années. On était à des kilomètres de l’ancienne CSI qui ne jurait que par l’économie d’argent. Sans tenter d’être le modèle à suivre pour la jeune Confédération, Artemius et les siens essayaient toutefois de démontrer que la bonne volonté de tous et chacun paierait bien plus que des excuses creuses et des faux fuyants. On ne gagne pas une guerre avec des prétextes fallacieux. Si conflit il y avait, les chances de succès d’une organisation si fragiles étaient presque nulles… Et entre la reddition et entrer dans le giron de tyran ou tenter le tout pour le tout, Raxus choisirait la deuxième option. Ce serait un acte de déshonneur à des générations de raxusiens de se rendre au mal qu’ils avaient tenté d’éradiquer. Maintenant, pour en revenir au sujet des bunkers…


« Les bunkers devront pouvoir avoir un usage double. Une simple structure peu utilisée ou pas utilisée, c’est de l’espace perdu. Je propose donc d’utiliser ces complexes souterrains pour produire ce qui serait nécessaire en cas d’attaque. Ainsi, au lieu d’avoir un simple bunker sur nos planètes les plus peuplées, nous aurions un réseau de bunker, ce qui permettrait d’avoir des provisions d’urgence et une possibilité de production.

Il ne faut pas écarter le fait que s’il y a invasion après le bombardement, les civils seront encore à risque. Il faut donc leur donner une possibilité de survie accrue qui ne les forcera pas à la reddition pour pouvoir manger. Quant aux designs, je me suis inspiré de ce qui se faisait chez les séparatistes mais rien ne nous empêche d’innover. Quant aux particularités climatiques ou de terrain, à mon avis il n’y aura pas de problèmes. Tout se fait de nos jours.

Ah j’y pense, commandant… Avons-nous enfin un consensus sur la question droïde? Parce qu’il serait plus que temps de laisser les droïdes tacticiens faire leur travail, au lieu de vouloir obstinément mettre des commandants humains partout. La frégate Munificient que j’ai prêtée aux Corelliens s’est écrasée parce que ces imbéciles ne savent pas comment travailler avec des droïdes. Naturellement, il faudra voir au dédommagement. Par leur trésorie. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Ven 27 Juil - 1:22

    La jeune femme prit des notes. Il n’y avait rien de réellement extraordinaire à savoir et de toute manière, comme il s’agissait d’un projet civil, au final, quelqu’un d’autre de plus compétent qu’elle dans le domaine de la construction hériterait du dossier. Elle voulait toutefois transmettre un maximum d’information possible pour permettre un travail plus simple et surtout plus rapide : avec la stupidité des politicards, la guerre s’était rapprochée à grand pas et la Confédérée était maintenant pressée par le temps. Elle faisait tout ce qu’elle pouvait pour convaincre ses alliés de maintenir le statuquo le plus longtemps possible, le temps de renforcer les forces armées, mais cela ne suffirait probablement jamais. Elle soupira, se sachant condamnée à long terme si une guerre éclatait. Son honneur et son sens du devoir lui commanderait de ne pas abandonner ses hommes et de rester au combat jusqu’à la dernière cellule d’énergie.

    Cette pensée la laissa un temps avec le regard dans le vide. Elle se demandait si Arsenicia lui pardonnerait de sacrifier sa vie pour la cause, pour elle en quelque sorte, pour tous l’ordre Jedi. Probablement pas, au contraire, la Grande Maitresse Jedi risquait d’être accablée par la culpabilité et elle serait bien incapable de devenir un fantôme de Force pour la consoler, elle n’était plus Jedi et son pouvoir avait faiblit, désormais, la faible chance qu’elle avait d’accéder à ce genre de technique avait disparu. Fort heureusement, Artemius n’était pas un utilisateur de la Force, elle n’aurait pas appréciée qu’il soit capable de capter ce genre de pensée. Secouant la tête, elle trouva son attention captée par les paroles du sénateur qui annonçait une nouvelle plus qu’étrange. Une frégate prêtée… Aux Corelliens ??? Ses derniers n’avaient pas encore rallié officiellement le gouvernement de la Confédération, cela dissimulait probablement quelque chose. Appuyant sur son intercom en faisant un signe a Artemius pour qu’il prenne son mal en patience, elle demanda alors qu’une voix bien plus protocolaire et qui ne souffrirait d’aucune contestation


    « Donnez-moi tous les rapports d’activités militaires dans la zone Corellienne dans les délais les plus bref, et je me fiche de savoir si j’ai les autorisations ! »

    Elle raccrocha sans laisser le temps à sa secrétaire de répondre, si elle voulait être efficace, elle devrait le prouver en passant les barrages des Corelliens. Ses derniers ne partageaient encore que très peu leurs informations et n’en faisait qu’à leur tête sous prétexte qu’il devait protéger leurs couvertures pour éviter les représailles. Se reposant sur le dossier de son siège, la jeune femme se massa la tempe, qu’est-ce qui avait bien put passée dans la tête des Raxusiens pour pouvoir prêter une frégate aux Corelliens ? Ses derniers étaient-ils demandeur ? Et surtout pourquoi est-ce qu’elle n’en avait pas entendue parler bon sang ?!? N’était-elle pas censée coordonnée toutes les forces armées de la Confédération ? Elle réalisa une fois de plus que son pouvoir était plus que limitée. Les politicards faisait ce qu’ils voulaient, et tant pis si la défense de l’organisation était en danger. Une preuve de plus du nombre de système engagée par pur volonté économique.

    « Dans quel conditions avaient-vous prêtez cette frégate aux Corelliens ? Vous n’êtes pas sans savoir qu’ils ne sont pas encore officiellement ralliés à notre cause, contrairement à vous. Et pourquoi mon bureau n’en a-t-il pas été informé ? C’est un comble, je suis censée être commandante en chef et les politiques en savent plus sur la position de nos flottes que moi… »

    Elle se leva avec un long soupir puis se dirigea vers la baie vitrée de son bureau, se massant la tempe. Elle en avait parfois franchement assez que l’on se moque d’elle a ce point, mais ne pouvait malheureusement pas y faire grand-chose. Ses nano machines de communication insérée dans son oreille droite sonnèrent, signe que sa secrétaire avait trouvé les informations dont elle avait besoin. S’étant retournée vers Artemius, il put constater que la jeune femme n’avait pas l’air spécialement réjouie des nouvelles, mais elle remercia tout de même sa secrétaire qui avait fait preuve d’efficacité avant de croiser les bras. Elle reprit la parole plus calmement, son regard écarlate ayant abandonné le soupçon de colère qui l’avait habitée quelques instants plutôt, les vieilles habitudes de Jedi avaient la dent dure et Sarisa se souvenait encore de quelques trucs capable de lui calmer les nerfs.

    « D’après leurs rapports, ils n’ont jamais placé un officier organique sur le pont de la frégate, cette dernière a été repéré par les forces armées de l’Alliance Galactique. Pour sauver leurs couvertures, les Corelliens ont préférer l’abattre. Personne ne veut commander un navire de guerre dont l’équipage est entièrement synthétique conseiller Treadwell. Ils vous dédommageront pour la perte encourue, mais elle était, selon eux, nécessaire pour conserver leurs couvertures. J’ai fait transférer personnellement la consigne de laisser les officiers de chaque planètes commander leurs propres navires, vos droïde officier profite de cette disposition comme les autres, vous n’aurez rien à craindre la dessus, mais la prochaine fois, prévenez moi avant de prendre ce genre d’initiative. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Sam 28 Juil - 3:25

« Eh bien je… Euh… C’est assez gênant en fait. Voyez-vous, les corelliens m’ont contacté, manifestant un intérêt pointu pour s’équiper d’une flotte de défense automatisée donc droïde, insistant sur l’importance des garanties pour leur intégration à la CSL. Du coup, plein de bonne volonté, je me suis dit qu’il n’y aurait pas de mal à leur présenter UNE frégate. Tout bien considéré, un unique bâtiment, ce n’est pas grand-chose.

Passer par votre bureau m’est venu en tête mais le temps jouait contre moi. Les corelliens insistaient, j’avais une session au sénat et après un calcul de probabilité, nous avons estimé avoir 69% de chance pour que tout se passe bien. Les chiffres étant de notre côté, j’ai envoyé la frégate, espérant pouvoir surprendre le sénat avec une annonce formelle concernant l’implication future des corelliens et non pas un jeu de yoyo. Si j’avais su… »


Difficile de dire s’il était sincère ou non. Artemius, bien que d’ordinaire plus droit et vertueux que ses homologues, restait un politicien ET un lorrdien. Les gestes d’embarras pouvaient être sincères ou une habile ruse… D’un autre côté, si Sarisa demandait à voir les ordres de transfert, ce qu’elle pourrait faire au vu de son rang, elle pourrait voir qu’Artemius ne mentait pas, en supposant bien sûr qu’il n’y ai pas de fichiers cachés ou de choses du genre. Les droïdes ne pouvaient mentir, certes, mais on pouvait les programmer. Quoi que… Risquer un scandale restait la façon la plus efficace de perdre votre poste ou alors de compromettre votre réputation. Artemius Treadwell pouvait être redoutablement calculateur mais il était loin d’être stupide. Bon d’accord, prêter une frégate aux corelliens, quel que soit le prétexte était un peu inconscient… Mais ça collait avec le personnage du sénateur Treadwell.

Chose certaine, dans un futur proche, Sarisa aurait fort à faire pour convaincre Artemius de contribuer à un projet militaire impliquant les corelliens. C’était que le politicien pouvait, à ses heures perdues, avoir la rancune tenace et savoir que sa tentative de contribuer au rapprochement de Corellia et de la CSL s’était soldé par la perte de ses droïdes et d’un bâtiment n’allait pas aider les choses. Heureusement, les droïdes avaient eu la présence d’esprit d’enclencher la directive Omega… Et donc le bâtiment était définitivement perdu corps et bien. L’ennemi n’en tirerait que quelques fragments de métal. Le conseiller Treadwell semblait partagé entre l’envie d’y aller d’un acide commentaire sur les corelliens et probablement d’autres excuses. Dans un cas comme dans l’autre, c’était au moins prévisible. Le fait que l’AG soit débarquée, chose qu’il ignorait jusqu’à présent, aurait pu causer énormément de tort…


« Je puis vous assurer qu’un tel incident ne se produira plus. Je ne prêterai ni ne donnerai plus rien au corelliens sinon mon mépris. Le manque de communication… À ce propos… Pourquoi ne vous laisserais-je pas un de mes droïdes tacticiens comme officier de liaison? Ce serait plus simple pour me joindre… Je suis sûr que vous apprécierez ses capacités d’analyses et de calcul de probabilités. Et… Ah oui! J’oubliais! Suis-je étourdi.

Nous allons bientôt inaugurer une nouvelle version de nos droides policiers! Comme nous allons devoir décréter l’enrôlement général, il faudra bien des remplaçants pour combler les trous dans les corps de police! 100% équipés d’armes non létales mais capables de neutraliser le mercenaire moyen sans trop de difficulté! Tout pour la protection des civils, commandant… Mais sans effusion de sang! C’est là l’avenir de l’anti terrorisme et de la contre violence! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Jeu 2 Aoû - 15:01

    Dans ce genre de moment, l’Hapienne se demandait si elle était réellement faite pour ce boulot : les questions militaires étaient trop intimement liées aux questions politiques et elle se perdait toujours dans un mélange des genres frustrant et contreproductif pour les deux parties. Même si l’explication du sénateur était plausible, elle était tout autant sujette à caution et les Corelliens ne communiqueraient probablement pas plus sur cette affaire. Bien entendu, elle pouvait demander aux renseignements intérieurs d’enquêter la dessus, mais ils avaient déjà assez fort à faire pour débusquer les membres de l’AG ou les Siths infiltrés pour qu’en plus ils soient obligé de s’occuper de ce genre de chose. Montrer de l’intérêt pour une navire de classe Frégate était une chose, mais qu’il soit livré sans même qu’elle en soit tenue informée puis détruit à cause des pressions du camp d’en face, cela dépassait l’entendement… Dans ce genre de cas, la même idée lui revenait toujours en tête : elle ne servait à rien. On l’avait choisi parce que sa position d’ex-Jedi en faisait quelqu’un de neutre et conciliant et probablement manipulable, pas autre chose… Cette armée ne pouvait être menée à la guerre en l’état, en situation de combat, si chaque représentant politique menait sa guerre privée sans accepter les choix stratégiques nécessaire, elle n’aurait rien à faire d’autre que de se déclarer incompétente et trop faible, et donc démissionner.

    Toutefois, elle disposait d’encore un peu de temps pour pouvoir préparer un minimum cette armée a ressembler a quelque chose de cohérent qui sera capable de supporter le choc initial que l’Alliance Galactique ne manquera pas de créer en cas de conflit ouvert. Sachant Artemius bien assez malin pour couvrir ses traces, elle ne prit même pas la peine de vérifier les informations par les voies officielles, sachant qu’une telle pratique serait complètement inutile. Elle aviserait ensuite seule pour savoir si elle devait prendre le risque de mobiliser ou non les services secrets pour essayer d’en savoir plus. La discussion prit une autre tournure toutefois après que le Conseiller évoqua le fait qu’il ne prêterait plus rien au Corellien, puisqu’il mentionna la possibilité de laisser l’un de ses droïdes en tant qu’officier de liaison. Ce n’était donc pas déjà le cas ? Quelle misère… Il allait vraiment falloir qu’elle pense a revoir le fonctionnement entier de ce QG afin de pouvoir disposer d’officier de liaison pour toutes les composantes et transmettre ses ordres le plus efficacement possible, sinon, elle serait vraiment à la rue complète…


    « Vous n’avez aucun officier de liaison dans le QG ? Tout le monde possédant une force armée se doit d’en avoir un, encore de la paperasse qui a du faire trainer la procédure… Envoyer le dans les délais les plus brefs, je me charge personnellement de l’autorisation. Ce que l’on peut perdre de temps en procédure inutile parfois… »

    La belle soupira, persuadée que ce genre de tâche simple devrait être géré de manière automatique et pas manuelle. Mais le dynamique politicien n’en avait pas encore tout à fait fini avec elle. Il parla du fait qu’il faudrait bientôt combler les trous dans les effectifs de police et qu’il allait bientôt inaugurer la nouvelle version du droïde policier. Une affaire intéressante, car en effet, en cas de guerre, le sous-nombre serait si cruel qu’il faudrait probablement piocher les hommes valides partout et donc veillez à remplacer les pertes dans les effectifs de police. Si cela rentrait dans son agenda, elle pourrait facilement se rendre sur Raxus pour assister à l’inauguration et se faire une idée des performances de cet engin, mais dans le cas contraire, elle enverrait quelqu’un la représenter. Le monde de la sécurité, comme celui de l’armée ne pouvait sous-estimer la portée de ses engins, les chasseurs de Yuuzhan Vong avait prouvé leur efficacité dans la guerre contre les extra-galactiques a technologie organique, si les droïdes d’Artémius étaient seulement moitié moins efficace, ils resteraient un investissement rentable dans une tâche de maintien de l’ordre.

    « Affaire intéressante, pour quand est prévue l’inauguration ? Mon agenda est serrée, mais si possible, j’aimerais beaucoup y assister. Dans le cas contraire, soyez certain que j’enverrais quelqu’un me représenter, il s’agit en effet d’une question essentielle qui ne peut être ignorée sous aucun prétexte. »

    Sortant son data pad, elle vérifia immédiatement son agenda afin de pouvoir savoir dès que le conseiller lui dirait si elle aurait du temps à consacrer à cette cérémonie. Si c’était le cas, elle ferait affréter son croiseur de classe Nova dans les plus brefs délais. Elle regrettait toutefois l’époque où elle n’était rien de plus qu’une exécutante au sein d’une station de combat Dragon dans l’amas d’Hapès, il est bien plus facile d’obéir aux ordres que de les donner, surtout lorsque chaque composante de votre force semblait considérer sa voisine comme un rival ou défendait avant tout ses propres intérêts…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Ven 3 Aoû - 4:01

L’énorme problème de la CSL résidait dans le fait que cette dernière en était encore en phase de construction. Même si vous vouliez tout coordonner, c’était encore impossible et Artemius, malgré son optimisme, préférait garder une attitude prudente. Il agissait parfois de façon plus secrète pour préserver les intérêts de son système mais jamais de façon à nuire de façon dramatique à la Confédération. Il y avait tant de peuples en qui il avait peu de confiance… Et malheureusement, ceux-ci figuraient parmi les plus influents du conseil. Les Hutts, par exemple, qu’il avait en horreur par-dessus tout. Les wookies et les mon calamari, anciens alliés de la République et qu’il considérait comme des êtres opportunistes. Les bothans, traitres à la renommée intergalactique qui vendaient au plus offrant n’importe quel secret. Les hapiens, champions de la manipulation… L’optimisme avait ses limites.

Au moins par contre, dans cette brochette hétéroclite, on savait où regarder. Vous cherchiez les comploteurs, regardez dans cette direction. Les militaristes, ici et là les opportunistes. On pouvait au moins prédire certains comportements. Dans l’AG? C’était comme essayer de nager dans la mélasse. Trop de masques, trop de faux semblants. Impossible de discerner adéquatement ses alliés et ses ennemis. Il avait ce point commun avec Sarisa : en tant que Premier Conseiller par intérim, il avait l’impression de tenir une corde glissante le précipitant lentement vers l’abime. Il faudrait vraiment donner un grand coup si l’on voulait arriver à quelque chose. Au moins, le projet de bunker serait lancé, ses droïdes policiers étaient prêts pour le service actif et bientôt, il aurait enfin suffisamment de marge de manœuvre pour proposer d’importantes réformes pour les civils. Il y avait, entre autre chose, des politiques industrielles à réviser…


« Mercredi prochain. Les Hutts vont être furieux, évidemment, car le conseil a voté à la majorité la révision des politiques de sécurité civile. Vous savez, tout ce qui n’est pas armée? De savoir que leurs mercenaires corrompus seront remplacés par des droïdes policiers qui ne se gêneront pas pour faire le ménage a causé toute une commotion jeudi après-midi. Je prévois une baisse significative de leurs activités… Parallèles, dirons-nous.

Sinéad, voulez-vous bien remettre au commandant une copie du dossier Harmonizer, s’il vous plait? Et avisez notre plus récemment promu commandant droïde de venir ici au plus vite, qu’il fasse ce pourquoi il a été conçu et programmé. Le plus tôt nous aurons une présence dans l’état-major, le plus tôt nous pourrons coordonner efficacement nos forces. Ah j’y pense commandant… Quel pourcentage des effectifs militaires totaux désirez-vous considérer comme flotte défensive? »


La question était loin d’être idiote. Si Sarisa définissait les quotas qu’elle acceptait de ne pas contrôler directement, il serait beaucoup plus facile de piéger à leur jeu les différents constituants de la CSL. Ainsi, une planète dépassant ses quotas serait soumise à une pénalité et perdrait le contrôle de ses surplus. Cela permettrait aussi d’empêcher certains individus (les hutts par exemple) de se surarmer et de décider ensuite de vendre leurs forces au plus offrant. Cela permettrait aussi de garder un œil sur les plus belliqueux : si votre force de frappe est insuffisante pour indisposer l’AG, vous n’allez pas tenter un conflit armé. Il était impératif que le commandant ait toutes les cartes en main. On ne gagne pas une guerre avec des miettes d’armée. Si Raxus montrait l’exemple et qu’Hapès suivait, les wookies emboîteraient le pas sous recommandation des Jedis et ce serait un effet domino.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Dim 5 Aoû - 20:03

    Son Data-pad en main, la belle Hapienne était encore en train de consulter son agenda en attendant de savoir si elle aurait l’occasion de pouvoir se rendre à l’inauguration quand l’humain répondit qu’il comptait faire la cérémonie à partir de mercredi prochain. C’était parfait, elle était libre. Elle programma donc directement son déplacement avec un petit sourire alors que le politicien évoquait les difficultés et les remous que la décision avait soulevés. Dans le fond, dans l’immense majorité des cas, les Hutts étaient toujours en minorité, mais personne ne se faisait d’illusion sur le fait qu’ils agissaient dans l’ombre sans en référer au conseil. Depuis le départ, chaque membre de la confédération, même les plus individualistes comme les Hapiens, avait ancrée profondément dans leurs têtes l’idée que ses grosses limaces n’étaient venues que pour leurs propres intérêts. En même temps, avant même que la Confédération naissante n’essaye de mettre le nez dans leurs affaires, les services du renseignement intérieur qu’elle commandait lui avaient signalé une baisse d’activité des cartels depuis plusieurs années. Comme si quelqu’un s’était employé à faire le ménage dans ce cloaque.

    Toutefois, elle se doutait bien que conscient qu’ils n’échapperaient pas au couperet, les Hutts allaient préparer la parade, et créer une émeute a Nar Shaada n’était pas vraiment une situation envisageable non plus. De toute façon, cette poubelle ambulante n’était probablement pas réglable. Mais elle n’avait pas vraiment envie de briser l’optimisme de l’un des rares membres de cette Confédération à vouloir faire bouger les choses dans le bon sens, aussi ne plaça-t-elle aucun commentaire sur cette situation. Pour appuyer ses dires, il s’appuya sur un dossier du nom de Harmonizer dont le nom était probablement suffisamment explicite sur sa nature, mais qu’elle lira dans ses moindres détails afin de savoir exactement à quoi elle aura affaire. Il posa une question qui était pertinente : demandant quel pourcentage de la flotte de chaque planète elle avait l’intention de ponctionner afin d’assurer une force mobile a la Confédération, le reste restant sous l’autorité des gouverneurs planétaire dans l’assurance de la défense de leur territoires lors des premières heures d’une offensive ennemie.

    Une nouvelle fois, la jeune femme soupira. Jusqu’à présent, elle avait obtenu la moitié de la flotte Hapienne, ce qui représentait déjà un nombre de navire plus que respectable. DAC participait également activement, le Chantier Naval représentant à lui seul une défense formidable et les Calamari préférant l’offensive, les trois quarts de leurs flottes étaient sous son commandement. Mais les autres… C’était du cas par cas. C’était peut-être l’occasion de savoir combien de navire Artémius se sentait prêt à aligner dans les manœuvres offensives comme dans les sauvetages dans la flotte unifié. Mais peut-être qu’il ne disposait a peine que du nombre de vaisseau suffisant pour assurer sa défense orbitale, Sarisa réalisait bien qu’elle ne pouvait pas non plus demander l’impossible à des dirigeants dont le peuple réclamait des preuves de sécurité face à une agression possible venant de l’Alliance Galactique, elle devait faire preuve de patience.


    « C’est du cas par cas. Certain systèmes se sont montré coopératif, ainsi, je peux compter le soutien de ma reine, avec la moitié de la flotte Hapienne, ainsi que les trois quarts de la flotte Calamari, la plus puissante de notre Confédération, qui se renforce bien plus vite que les autres grâce aux efforts du chantier naval. Mais beaucoup d’autre sont bien plus frileux. Les Wookiees n’ont pas de vaisseau, mais il représente notre infanterie de choc et on fait beaucoup d’effort pour soutenir notre cause. Cependant, beaucoup de système refuse encore de participer à la force commune, nous sommes en infériorité numérique et il préfère assurer leur propre défense dans le cas d’une attaque de l’Alliance Galactique. Ils sauvent davantage leurs sièges aux yeux de l’opinion publique qu’ils n’assurent la sécurité de leur planète si vous voulez mon avis… »

    Elle marqua une pause et appuya de nouveau sur un bouton de son bureau. Elle ne s’était jusqu’ici pas montrée particulièrement civilisée, n’ayant même pas offert à boire a son invitée, elle était entrée dans le vif du sujet directement. Elle n’y songeait que maintenant parce qu’elle-même avait bien envie de pouvoir profiter d’un petit rafraichissement qui serait plus que bienvenue ! La demoiselle se reposa sur le dossier de son siège et attendit qu’on fasse entrer le plateau de boisson. Elle ne reprit d’ailleurs pas la parole avant que son ordonnance disparaisse, puis une fois qu’il fut parti, mis la main sur sa bouteille d’alcool Hapienne habituelle afin de se servir un verre. Ce n’était pas très convenable certes, mais cela lui faisait un petit remontant bien utile et parfois, elle en avait réellement besoin. Elle reprit la parole seulement à ce moment.

    « Vous pensez pouvoir participer à l’effort collectif à quel hauteur ? Oh je vous en prie, si vous ou votre assistante voulez boire quelque chose, servez-vous. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Mar 7 Aoû - 15:48

« Vous me demandez à MOI à quelle hauteur je compte participer? Allons commandant c’est insultant. Demandez et vous aurez. 90% des forces armées de Raxus si vous voulez! 95% même! Si Raxus doit disparaitre dans les flammes pour faire survivre la CSL, il ne sera pas dit que nous n’aurons pas consenti au sacrifice. Je vous rappelle que nous continuons de produire sans arrêt depuis la guerre des clones… »

D’accord, Raxus n’avait pas une armée de la taille de Coruscant, Dac ou encore Kuat ou Hapès mais elle avait une force imposante quand même. Des machines qui produisent d’autres machines 24/7, cela vous permet de toujours grossir vos rangs, surtout qu’aucun opérateur humain n’était nécessaire au sein des divers vaisseaux et véhicules. Les usines produisaient toutes seules, bon sang! Et considérant qu’elles produisaient au moins depuis 22 BBY, il y en avait des trucs à utiliser. Plus de droïdes que de vaisseaux, évidemment mais on ne crachait pas sur tout ce qui pouvait grossir vos rangs. Tout ce que Sarisa demanderait, pour peu que cela soit raisonnable, lui serait accordé. Pas la peine de discuter là-dessus. Son rôle en tant que Premier Conseiller par intérim était de montrer l’exemple et il montrerait l’exemple par le sacrifice et le don de soi! Merde aux autres, trop égoïstes pour voir la nécessité de la chose.

Remerciant d’un signe de tête l’hapienne, déclinant le breuvage alcoolisé, il autorisa d’un léger signe de tête son assistante à se servir. Qui dit droide réplica humain dit capacité d’imiter l’humain également. Artemius Treadwell était à certains égards désespérant. Jamais d’alcool, même pas une petite cigarette, une alimentation saine et équilibrée à donner des leçons aux plus grands gourous du « bien manger », on ne lui connaissait qu’une seule faiblesse : c’était un grand amateur de chocolat. Noir, évidemment. Le plus santé. D’ailleurs, sortant de la poche intérieur de sa tunique une tablette de son péché personnel, il en offrit à la jeune femme. Amer à souhait avec juste un petit goût sucré pour compenser, un pur délice. Échangeant un regard avec son assistante, il reporta son attention sur Sarisa. Un sourire un brin sardonique se dessina sur les lèvres du politicien qui reprit la parole après un court moment de silence.


« Vous savez commandant, je suis peut-être un excentrique mais je ne suis pas encore fou. La guerre est à nos portes. Elle est là, presque palpable. Vous pensez que nous pouvons tenir contre l’AG? Non. Vous n’êtes pas stupide. Vous savez avec quel bordel nous devons travailler. Je ne demande qu’une contrepartie par contre en échange de ce prêt pour une durée indéterminée. J’ai besoin de votre support pour évincer les Hutts de la CSL.

Ne me regardez pas comme ça. Je suis un politicien. Pire. Je suis un politicien lorrdien. Vous êtes hapienne, vous connaissez la manipulation aussi bien que moi. Nous allons PERDRE des candidats à la CSL, des planètes qui pourrait nous rejoindre à cause de ces bandits. Pire encore. L’AG va en faire son argument de campagne de propagande. La CSL travaille avec des criminels, etc. etc. Nous savons aussi ce que veulent les hutts : leur propre profit.

Il faut faire un choix commandant : risquer de voir cette confédération s’effondrer sur elle-même ou alors consentir à des sacrifices drastiques pour rectifier le tir. J’ai déjà pris mes dispositions. Les Hutts sont interdits d’accès dans mon système et mes forces ne se pointeront pas pour aider leurs possessions. Vous voulez mon armée, mes forces? Moi je veux me débarrasser des Hutts. Comment est-ce que nous pouvons nous aider mutuellement? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Dim 12 Aoû - 22:43

    Il n’accepta pas l’alcool, ce qu’elle pouvait comprendre, bien qu’elle s’autorisait quelques coupes de temps à autre, en revanche, il sorti une plaque de chocolat noir et en proposa a la demoiselle. C’était fort aimable de sa part et elle ne voyait pas pourquoi elle refuserait. De plus, puisqu’il le mangeait aussi, même le plus cynique ou paranoïaque ne pouvait pas affirmer qu’il était empoisonné. Elle prit donc une barre en acceptant avec plaisir et croqua dedans. Il avait un goût particulier, mais elle ne le trouva pas désagréable, très loin de là. Cela lui permettait de se détendre et d’avoir quelques secondes ou elle ne faisait rien d’autre que savourer, ses problèmes étaient très lourd à porter, même pour une ancienne Jedi, elle avait bien besoin de les sortir de son esprit quelques instants. Elle reprit toutefois vite ses esprits en songeant à la proposition qu’il venait de faire. Obtenir le gros des forces de Raxus représenterait déjà un contingent énorme, certes pas autant que celui qu’auraient pu fournir certain autres participants, mais tout de même imposant.

    Toutefois, elle était Hapienne et elle faisait face à un Lorrdien, autrement dit, deux poids lourds de la politique et ils savaient tout deux que l’on n’obtenait rien sans rien. Il voudrait quelque chose en échange, son appui pour une opération particulière. Il ne tourna guère autour du pot longtemps, alors que sa secrétaire prit un verre, ce qui n’aiderait certainement pas Sarisa à se rendre compte qu’elle était un réplica humain et pas une véritable humaine, Shi’Sima écoutait avec attention les dires du conseiller qui voulait chasser le Cartel Hutt, qui n’était venu au sein de la Confédération que pour défendre ses intérêts personnels, de la cause. Si financièrement parlant, les Hutts pouvaient représenter un intérêt réel, et que leurs troupes et navire ferait une parfaite chair à canon, Sarisa ne les aimaient pas non plus, rien que parce que soixante-quinze pourcent au moins des petits conflits qu’elle avait à régler entre les différentes forces de la CSL étaient à cause d’eux.

    Il défendit son point de vue en arguant des arguments purement idéologiques, bien que l’effet média était également à prendre en considération. Toutefois, il mettait beaucoup de cœur à vouloir les faire disparaitre, pourquoi ? Avait-il une affaire avec le Cartel qui avait mal tourné, ou souhaitait-il en les évinçant faire disparaitre quelques affaires gênantes ? Impossible a dire, il contrôlait admirablement bien ses expressions faciales et l’intrusion dans l’esprit des autres n’avait jamais fait partie des choses les plus intéressantes aux yeux de la Jedi, qui préférait de très loin manier ses deux Shoto lorsqu’elle était dans l’ordre. Aujourd’hui, elle s’en mordait les doigts. Elle pouvait lui donner quelque chose s’il souhaitait s’y prendre de manière légale : tous les rapports qui signalait des incidents entre différentes flottes confédéré, le plus souvent, les bâtiments de guerre sous commandement Hutts et ceux ou un officier Wookie était aux commandes en fait. Elle soupira un grand coup, en sachant que si cela était sous le manteau et que l’on apprenait son implication, elle risquait sa tête, mais dans le fond, elle était d’accord avec lui et répondit alors


    « Si vous souhaitez utiliser les voies légales, alors j’ai tout un tas de choses à vous confier : tous les rapports qui concerne l’accrochage verbaux voire tir fratricide entre nos forces, dans soixante-quinze pourcent des cas, le Cartel Hutt est impliqué dans celui-ci. Cela ne montre pas vraiment un esprit de coopération et d’équipe, c’est certain… »

    Elle fit une pause le temps de croquer dans un nouveau carré de chocolat, ce qui laisserait le temps a l’homme politique de répondre. Elle n’irait pas plus loin, même si elle avait implicitement fait une ouverture, s’il voulait faire usage de méthodes plus coercitives, il allait devoir expliquer son plan. Elle avait les services secrets avec elle, ce qui lui offrait un avantage tactique indéniable. Toutefois, sa marge de manœuvre était limitée et si elle se décidait à entrer dans des manœuvres illégales contre les Hutts, alors elle ne pourrait probablement compter que sur les Hapiens, qui n’appréciaient de toute façon guère ses grosses limaces puantes. La balle était dans le camp du conseiller désormais, qu’il fasse sa proposition et elle l’étudierait du mieux possible afin de pouvoir savoir quoi faire…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Mer 15 Aoû - 14:15

Artemius éclata de rire. Les voies LÉGALES?! Face aux HUTTS!? Est-ce que la hapienne avait perdu tout sens commun? Même tous les avocats de la Galaxie réunis ne seraient pas suffisants pour chasser les Hutts de la CSL, surtout pas pour des choses aussi petites que quelques problèmes d’ordre tout militaire. Tirs fratricides… Il faudrait prouver hors de tout doute raisonnable l’implication de chaque parti impliqué et l’hapienne n’avait que des rapports à lui donner. Aucun Hutt n’avait été arrêté ou condamné, enfin pas à sa connaissance. De fait, l’offense n’avait pas dû être SI grande. Et se rendre responsable de tensions dans la Confédération n’était pas un motif d’expulsion. Les wookies ne donnaient pas leur place non plus et les corelliens, quand ils seraient de la partie, seraient un cauchemar tout aussi préoccupant. Non, on ne pouvait évincer les Hutts sur deux ou trois tirs fratricides.

Il faudrait quelque chose de bien plus gros. Un scandale si immense que les autres sénateurs et conseillers n’auraient d’autres choix que de voter l’expulsion des Hutts. Un événement si capital que la nécessité de les expulser serait presque une affaire de survie. Et justement, Artemius et son… Entourage… Avaient travaillé sur le sujet. Tout ce qu’il fallait, c’était sacrifier un certain pourcentage des effectifs de Raxus, implanter un faux virus informatique, faire porter le chapeau aux Hutts et le tour serait joué. Comme l’avait si bien dit Rune Haako : Les droïdes ne contestent jamais, obéissent sans rechigner et ils ne se plaignent jamais quand on les envoie en mission suicide. Et ce serait toute une mission suicide. Le propre de ce plan? Il ne ferait aucune perte de vie organique. L’incident ne manquerait pas de témoin : cela se ferait pendant une belle grosse présentation militaire, l’introduction officielle des forces de Raxus dans la CSL…


« Vous ne ferez pas tomber les Hutts avec ce genre de charges, commandant. Surveillez les rapports de vos services secrets. J’ai dans l’idée que nos amis visqueux vont bientôt se faire remarquer de façon plutôt… Éclatante, je pense que c’est un terme approprié. Tout ce qu’il me faut, c’est la composition d’une commission d’enquête dont les membres seront des gens de confiance sous votre contrôle. Le reste… Ah et puis vous verrez… »

C’est bien connu, les lorrdiens sont passés maitres dans l’art soit d’exprimer quelque chose par les gestes ou au contraire de dissimuler l’ensemble avec brio. Le sourire sur le visage du Premier Conseiller par intérim ne laissait pas grand place à l’imagination. Si les Hutts avaient à se faire chasser de la CSL, ce serait de façon explosive. Artemius, un politicien comme les autres? Pas exactement. Techniquement, les seules personnes à souffrir de ses manigances seraient ses droïdes et les Hutts. Les seules pertes seraient les siennes. La CSL ne serait pas trop affectée pour la simple et bonne raison que cela se passerait sur le territoire souverain de Raxus. Aucun autre parti ne serait impliqué. Aucune accusation ne serait formulée vers une autre espèce que les Hutts. Ce serait le feu de forêt le plus contrôlé qui soit et l’incident orchestré le plus réussi que l’on ait vu depuis longtemps. Au grand maux les grands remèdes.

« La question à se poser, commandant, c’est comment VOUS vous percevez le problème Hutt. Moi, je suis prêt à… Comment dire… Jouer avec le flou et le gris de la loi pour nous en débarrasser. Vous, serez-vous une alliée ou un obstacle? Nous avons une occasion en or de nous débarrasser d’une pomme de discorde : soit nous saisissons cette chance, soit nous nous retrouvons à manquer une chance peut-être unique d’agir pour le bien de la CSL. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Dim 19 Aoû - 0:59

    Sarisa n’était pas stupide, elle savait très bien qu’il n’allait pas employer les voies légales. Simplement, elle voulait le forcer à se découvrir le premier. Après tout, lui était sous un mandat donné par son peuple, elle n’était qu’une figure militaire placée à ce poste par l’assemblée politique de la Confédération et au moindre faux pas, elle sauterait comme un fusible. Elle n’était certes pas attachée à son poste, mais elle savait que tant qu’elle l’occupait, ce nouveau régime ne risquait pas de tomber dans une dérive anti-jedi stupide ou d’autre débilité du même genre. Elle devait donc prendre moult précaution si elle décidait de suivre son plan et même ainsi, tout pouvait allègrement foiré et se retourner contre elle. En calculant toutes ses possibilités dans sa tête, Sarisa en vint à la conclusion qu’elle n’était vraiment pas faite pour être une Hapienne, mais cependant, deux choses la motivaient pour se lancer dans cette entreprise : la première était que le départ des Hutts renforceraient la position des Pro-Jedi au sein de la confédération et la seconde était de maintenir sa sœur, Anaïs, en dehors de tout cela.

    Sarisa se faisait bien trop d’illusion sur sa grande sœur, elle la voyait fragile alors qu’en réalité, la rouquine avait parfaitement assimilée les leçons de sa mère et savait en faire usage à son avantage, elle était l’une des plus grandes manipulatrices d’Hapès et c’était bien grâce à elle que la famille Shi’Sima avait gardé une grande importance dans l’amas malgré tout. Mais non, Sarisa restée figée sur l’image d’une grande sœur pure et innocente qui ne faisait que la soutenir, et rien d’autre. Elle allait bientôt tomber de haut… Mais cela n’est pas le sujet : Artemius, après s’être moqué d’elle, en vint à ce qu’il avait besoin d’elle : qu’elle fasse une commission d’enquête pour un sujet bien particulier, mais il ne précisa pas exactement quoi, elle verrait par elle-même. En tant que Lorrdien, il était capable de dissimuler ses émotions à tel point que la jeune femme ne pouvait pas savoir ce qu’il prévoyait.

    Ce qu’il voulait savoir, c’est jusqu’où elle était prête à aller pour pouvoir se débarrasser des Hutts, rester dans la légalité ou bien être prête à exploiter les nuances de gris sur des terrains plus obscurs. Sarisa n’avait pas réellement le choix, même si son dossier sur le problème Hutt était le plus épais, il ne serait probablement pas suffisant pour en venir à bout par les voies légale. Soit, elle marcherait, même si cela risquait fort de lui couter sa place. Remarque, c’était peut-être exactement ce qu’il souhaitait, mais elle était prête à courir le risque, c’était probablement stupide, mais elle ne voulait pas prendre le risque que l’idéal de cette nouvelle confédération soit corrompu par des gens indigne d’en faire partie. Les Mon Calamari auraient dû faire preuve de plus de sagesse en recrutant des membres, mais dans le fond, elle pouvait les comprendre, car ils avaient alors vraiment besoin de soutien, seul contre l’Alliance Galactique. La reine mère s’était décidée trop tard…


    « Je ne veux plus des Hutts. Si vous m’offrez un plan pour m’en débarrasser, vous pourrez compter sur mon appui. Ne vous inquiétez pas pour cette commission d’enquête, j’en fais mon affaire. »

    Voilà, maintenant elle était dedans jusqu’au cou ! Il n’y avait plus rien à faire d’autre que de suivre jusqu’au bout, advienne que pourra. Elle n’avait jamais fait ce genre de chose avant, au contraire, elle avait désamorcé un complot contre la reine mère. En participant et en devenant son associé, elle se rendait toutefois bien compte que si leurs intérêts divergeaient un jour, elle l’aurait comme ennemi et qu’elle n’était pas prête à affronter ce genre d’animal politique. Il lui faudrait trouver quelqu’un sur Hapès capable de lui expliquer les ficelles du métier et mettre de côté certain de ses principes Jedi pour pouvoir être efficace, elle n’avait pas vraiment envie d’y penser pour l’instant en réalité…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Mer 22 Aoû - 15:39

Cette confédération ne vivrait pas bien vieux avec des bandits comme les Hutts dans ses rangs. Déjà que le manque de cohésion flagrant de l’ensemble était en train de couler le tout… Si l’hapienne suivait effectivement son plan, ce serait également une avancée stratégique de ses propres pièces sur l’échiquier. Il y avait une certaine satisfaction à se montrer meilleur manipulateur que les gens d’Hapès… Mais là n’était pas l’essentiel de la question. Tout revenait à ces sales larves et comment s’en débarrasser. Car oui, très certainement, il était plus que temps de donner un bon coup de pied dans ce ramassis de brigands, de bandits et d’éléments plus que nuisibles… Oh qu’il serait divertissant que d’enfoncer le clou plus profondément dans le cercueil de la participation hutt à la CSL. Ce serait un plaisir sans nom que de les remettre à leur place… Et en même temps, il gagnerait en influence au sénat confédéré.

Nombreux étaient ceux qui ne voulaient pas y voir les Hutts, peu nombreux étaient ceux désirant réellement se risquer à les confronter. Celui qui réussirait à s’imposer pour les faire partir récolterait le gros lot, soit un appui massif au sénat. Dans ce jeu politique où la plupart des constituants étaient soit des amateurs ou des nuisances inférieures, il fallait justement garder tout ce beau monde en laisse pour bien contrôler les votes. La clé de tout était de mettre le gouvernement d’Hapès de son côté. Sarisa étant la sœur de la souveraine, ce serait le tremplin idéal pour contrôler dans le dos des autres la CSL. Pour… Faire le nécessaire. Chose certaine, eux n’avaient pas perdu de temps à s’implanter, ils contrôlaient déjà, en un sens, l’appareil militaire confédéré. Les hapiens sont… Comme un vaccin. Vous en avez besoin pour survivre mais en même temps, vous n’êtes pas toujours très heureux d’en avoir besoin.


« Vous savez commandant, les Hutts détestent Raxus, détestent ses armées droïdes et me détestent moi tout particulièrement. Pourquoi? Parce qu’ils ne peuvent pas me corrompre, parce qu’ils ne peuvent pas me contrôler et parce que je suis plus dur à tuer qu’un rancor enragé. Je passe mon temps à proposer des mesures allant dans le sens du renforcement de la loi, du droit, et des libertés civiles. Me retirer du portrait serait pour eux avantageux, non?

Vous savez tout comme moi qu’on ne peut corrompre un droïde. Il ne connait pas le concept d’avarice, entre autre chose. Pour pouvoir agir en toute quiétude, il faut soit le détruire, le déjouer ou… Le reprogrammer. Je sais de source sûre que les Hutts travaillent sur un virus informatique extrêmement puissant. Je sais qu’ils comptent faire usage du prototype sous peu. Reste à savoir où, quand et comment. Vous commencez à voir où cela nous mène? »


Sans une conversation ordinaire, on aurait pu croire que tout ceci était vrai, des faits réels, documentés et tout le reste. Ceci dit, Sarisa était en face d’un lorrdien. Un lorrdien affichant un large sourire carnassier qui ne pouvait vouloir dire qu’une chose. Ce qu’il lui disait là, ce serait l’excuse officielle. Sarisa n’était pas idiote. Elle savait que pour infecter efficacement des droïdes, il fallait avoir accès soit à leurs stations de recharge ou alors les avoir sous la main. Il se trouvait qu’une résolution récente forçait chaque vaisseau militaire confédéré à quand même passer aux douanes car les Hutts se servaient des leurs pour leurs activités illégales. Si par exemple quelques vaisseaux raxusiens passaient chez les Hutts, ce serait le foyer d’infection du virus informatique donc la commission d’enquête remonterait la piste toute tracée par Artemius, donc… Un plan bien ficelé, qui n’éclabousserait en rien l’hapienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Mer 29 Aoû - 2:49

Il était vrai qu’au vu de la position d’Hapès au sein de la galaxie, de sa puissance militaire ainsi que de sa réputation, le système avait su se rendre incontournable au sein de la Confédération. Les sœurs Shi’Sima avaient transmis le message de la reine mère et si Sarisa n’était clairement pas la plus habile au niveau de la politique, en revanche, sa sœur, Anaïs, était quelqu’un de particulièrement retords et efficace dans ce domaine, une Hapienne pur jus et qui aurait donnée probablement plus de fil à retordre a Treadwell que la jeune militaire Shi’Sima, qui s’entendait mieux à commander des destroyers qu’à tenter vainement de démêler un complot fomenté par un Lorrdien. Il proposait un moyen de se débarrasser des Hutts, elle le savait pas assez sot pour prendre trop de risque personnel ni se mettre à dos la reine mère en tentant de la doubler, personne ne pourrait être assez stupide pour tenter de s’attirer les foudres d’un Consortium qui avait effrayé Palpatine et ses puissantes armées et la Confédération avait besoin d’Hapès, même si cette dernière n’était pas très appréciée.

Artemius se lança dans une nouvelle tirade sur le fait que les Hutts détestaient Raxus et plus particulièrement lui parce qu’il était impossible à corrompre, ni à tuer. Pour le coup, elle remercia tout de même la Force de ne pas avoir donner des pouvoirs aux conseiller ainsi que pour le fait que sa maitresse ne soit pas présente dans l’instant, car elle avait imaginée plusieurs façon de le tuer ici sans problème… Une pensée coupable qu’elle chassa de son esprit, mais cette réplique lui avait semblée trop arrogante et donc déplacée. Shi’Sima n’était toutefois pas stupide, elle savait qu’il était nécessaire d’être méfiante et attentive. Pour le moment, il insistait sur son œuvre et l’intérêt des Hutts a l’éliminer de l’équation, en gros, il tournait autour du pot afin de pouvoir éviter de parler des choses sérieuses, ce qu’il recherchait, c’était gagner du temps et jouer sur les nuances pour faire comprendre à l’Hapienne ou il voulait en venir sans être obligé de le dire clairement.

Il en vint enfin au fait, de manière voilé bien entendu, en parlant d’information qui semblait être vraie, mais qui n’étaient en fait que du pipeau. Il parlait de l’incorruptibilité des droïdes et d’information comme quoi les Hutts travailleraient sur un moyen de reprogrammer les droïdes et qu’ils avaient compléter le prototype, qu’ils attendaient simplement de savoir où et quand le faire. Il demanda s’il voyait ou elle voulait en venir et elle approuva de la tête. Cet homme était réellement un théoricien du complot et elle s’en rendait compte en remettant les pièces en place. Malgré tout, cette histoire de loi qu’il avait imposé au niveau des douanes l’avaient quelque peu énervée, comme si les vaisseaux militaires n’étaient pas déjà suffisamment contrôlé et leurs manœuvre alourdit par tout un tas de procédure, ils les forçaient à passer par les douanes comme des voleurs, ce qui était nécessaire pour les Hutts certes, mais insultant pour les autres races…


« Je vois oui… »

Vu de loin, le plan semblait parfait. Elle ne voyait donc pas quoi ajouter, elle ne voulait pas se donner trop de mal non plus pour jouer la comédie, cette simple phrase lui semblait suffisante. Maintenant qu’elle disposait de tous les éléments en main, elle n’avait plus qu’à faire sa part et a priori, tout se déroulerait comme prévu. A moins qu’il n’ait quelque chose à ajouter, cette rencontre était probablement terminée et la jeune femme pourrait retourner vaquer à ses occupations habituelles, c’est-à-dire la misère administrative ennuyeuse et la paperasse…

[pas terrible, mes excuses, mais je ne savais plus vraiment quoi ajouté éè]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   Jeu 30 Aoû - 4:01

« Alors c’est entendu. Il faudra également prendre certaines dispositions pour s’assurer que la CSL reste forte. Hapès a un poids crucial dans toute cette histoire : il va falloir commencer à capitaliser sur cette réalité. Avec les corelliens qui risquent d’arriver dans le décor, il faut s’assurer que le gros du pouvoir reste entre des mains… Compétentes. »

Politique 101 : quand il s’agit de mettre la main sur le plus de votes possibles, il faut savoir s’entourer des meilleurs manipulateurs. Pour sortir de son immobilisme la CSL, il fallait comment dire… Adapter le processus démocratique à une forme plus efficace. L’aspect militaire était contrôlé par Sarisa, d’Hapès et tant qu’il assurait l’intérim, le sénat tombait sous sa coupe. Une règle de trois, un triumvirat, voilà ce qu’il manquait à la CSL pour être pleinement fonctionnelle. En apparence, ce serait des décisions prises de concert avec tous les constituants de cette dernière. Dans les faits, pour protéger les intérêts supérieurs de la faction, ce serait un comité très restreint qui aurait son mot à dire. Il fallait parfois voir le mérite d’une pseudo dictature éclairée. Autrement, c’était encore une fois courir à la catastrophe. Avec un peu de chance, cette fois, les choses finiraient différemment, par une fin heureuse.

Artemius espérait cependant que les belles valeurs naïves des Jedis n’iraient pas entraver la volonté de l’hapienne. La dernière chose dont avait besoin la CSL, c’était d’un chef d’état-major au cœur trop tendre ou avec des principes trop humanistes. Sarisa avait prouvé qu’elle pouvait faire partie du camp des manipulateurs, par contre : c’était bien qu’elle montre un peu les dents dans le dur jeu politique. Une fois les Hutts hors de la CSL, il faudrait pousser la jeune femme vers d’autres idées qui permettraient de centraliser efficacement l’organisation. Tant de projets futurs, si peu de temps. Il faudrait également voir à envoyer plus de troupes à sa nouvelle alliée. Tant qu’elle pouvait se servir de lui comme exemple, elle s’évitait des critiques stupides comme « mais vous ne vous basez sur aucun exemple réel ». Couvres mes arrières, je couvrirai les tiens. Le proverbe n’était pas mauvais et loin d’être à côté de la politique.

Il était maintenant temps de prendre congé de l’hapienne. Après l’avoir salué et remercié chaudement pour son courage et son implication, le Conseiller Treadwell quitta le bureau puis le bâtiment, prenant place dans son speeder de fonction. Le véhicule décolla, fila en ligne droite vers les appartements réservés aux politiciens et autres figures importantes… Avant de bifurquer pour aller rejoindre un petit terrain vague où attendait une navette. Descendant du speeder pour embarquer dans ce nouveau véhicules, il attendit ensuite que le système de communication se mette en marche pour parler à un mystérieux destinataire. Artemius Treadwell jouait-il double jeu? Il devait avoir son propre agenda certes mais qu’est-ce qui pouvait nécessiter tout ce secret? Pour sûr, le pourquoi du comment serait bientôt révélé mais hélas, cela, personne n’en saurait rien. La prudence est une maitresse fort utile et très appréciée, après tout.


« …Oui mon cher ami, l’hapienne a marché. Non seulement nous serons bientôt débarrassés des Hutts mais en plus, il nous sera plus aisé de répandre nos forces droïdes un peu partout dans la CSL. Non, je doute qu’elle ait des raisons tangibles de se méfier. Certes. Certes. Elle a même accepté d’œuvrer pour la construction de notre projet de super arme. Oui, on peut dire cela ainsi : tout se passe exactement comme nous l’avions prévu… »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oh, c'est juste une égratignure... (PV Sarisa Shi'Sima) (TERMINÉ)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: