Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]   Mer 15 Aoû - 18:01

    Aussi efficace que pouvait être une équipe de mercenaire, elle ne faisait généralement pas le poids contre une équipe d’espionnage et commando d’un gouvernement, encore moins lorsqu’ils s’agissaient de l’une des nations les plus puissantes de la galaxie et qu’elle était épaulée par une Jedi en personne. A coup de pistolet, fusil et blaster à répétition, les services secrets spéciaux de la reine mère, déguisé tous en Echani, nettoyaient la zone avec une efficacité que l’on pourrait presque qualifier de diabolique. La moindre ouverture était aussitôt exploitée par un tir de blaster. L’aspect richement décorée de l’entrée et des premières pièces laissaient les Hapiens dans leurs éléments, Empress Têta n’était plus une grande puissance galactique, mais elle conservait un standing que la propriétaire des lieux avaient dû vouloir garder. Arrivé à un couloir, les deux équipes se séparèrent, toutefois, Sarisa décida, par mesure de sécurité de ne pas laisser son amante seule, elle pointa deux de ses hommes et leurs demanda de la suivre de loin en couverture, s’assurant qu’aucune menaces ne viendrait de derrière, l’on avait bien trop vite trop confiance, et l’attention se relâchant, l’on pouvait faire des erreurs, prudence est mère de sureté.

    Toutefois, il y avait quelque chose ici, quelque chose qui inquiétait Shi’Sima. Elle avait toujours eue une sorte de sixième sens et celui-ci était maintenant en alerte comme il ne l’avait plus jamais était depuis des années. Les mercenaires avaient laissé place à des droïdes de combat, des modernisations sommaires des droïdes en usage dans la Confédération des Systèmes Indépendants. Rien de réellement effrayant pour une équipe soudée et Artémius en aurait probablement rit devant des choix peu pertinent ou d’autre choses du genre… L’Hapienne se contenta de viser les points faibles et de les indiquer à ses troupes, le ménage put être fait rapidement. Toutefois, la porte qui leur faisait maintenant face était verrouillé et contrairement à Arsenicia, ils ne pouvaient se contenter de la déverrouiller au sabre laser. L’équipe se divisa, une personne se chargeant de piraté la porte pendant que les autres maintenaient la couverture, mais rien ne vint. La propriétaire devait avoir une garde minimale, trop certaine de ne pas être repérée.

    La porte n’opposa qu’une résistance que l’on pourrait qualifier de principe. La salle s’ouvrit et laissa apparaitre un spectacle qui avait de quoi faire blêmir le Mando’ade le plus dur de cette galaxie. Il y avait des machines de tortures baroques à perte de vue, comme si un Seigneur Sith dément avait installé ici son laboratoire de recherche. Et encore, même le plus dingue d’entre eux n’avaient que peu de chance d’offrir un tel spectacle, la technologie actuelle offrait de très bon résultat sans avoir besoin de ce genre de chose. Pire encore, en avançant quelque peu, ils remarquèrent que ce qu’ils avaient pris pour des simples armoires étaient en réalité des sarcophages de Carbonite. Comment savoir depuis combien de temps ses prisonniers étaient conservée ? Ils savaient tous que l’on pouvait garder quelqu’un en hibernation pendant des années, voire des siècles, sans problème. Et au vu des appareils présent dans la pièce, ils n’avaient pas dû avoir une vie facile


    « On ne les décongèle pas maintenant, on les emmène avec nous dans les sarcophages, on doit si possible les identifier avant de les décongeler, ne soyons pas imprudent… »

    Cet endroit n’était rien d’autre qu’un musée des horreurs et la jeune femme avait l’intention de le faire disparaitre. Elle senti toutefois quelque chose, une sensation qu’elle n’avait plus ressenti depuis une dizaine d’années, cela venait de la direction de sa maitresse… Ses instructions étant donnée, sa présence n’était plus nécessaire ici, elle décida donc d’aller rejoindre les autres afin de savoir à quoi s’en tenir. Elle accéléra même au pas de course, dépassant ses gardes, qui étaient resté en arrière, ainsi que quelques cadavres, leurs victimes. Au moins, ils n’avaient pas à déplorer de pertes. En ouvrant la porte, l’Hapienne découvrit le spectacle et marqua un temps d’arrêt. Deux gardes l’avaient suivi et l’un eu la nausée, il se retint sur l’épaule de son camarade qui avait du mal à en croire ses yeux. Les Hapiens classaient les races extraterrestres de diverses manière, plus elles étaient éloigné de l’humain, moins elles étaient respectables. Et le spectacle qui s’offraient devant leurs yeux était simplement contrenature, ils n’étaient pas capable de le supporter, encore moins lorsqu’on savait qu’il plaçait le féminin au-dessus de tout.

    Sarisa les congédia en leurs demandant d’aller préparer le traitement spécial puis se rendit dans la pièce. Sa maitresse, dans une rage incontrôlable, tabassait celle qui était responsable de tout ceci. Elle allait même en venir aux éclairs mais d’une main, la jeune femme la retint. Elle était toujours Jedi, elle non, elle pouvait se permettre des coups de colère que l’Arcadienne ne pouvait faire. L’expression du visage de l’Hapienne, même ainsi dissimulé derrière un masque qui faisait d’elle une Echani, n’avait aucun doute possible : elle serait sans pitié avec cette vermine. Elle se plaça en retrait et pointa son pistolet blaster vers Maria, retenant une furieuse envie d’appuyer sur la détente. Elle avait préparé bien plus sadique et violent, et elle allait lui faire payer chèrement tout ce qu’elle avait fait ici. Pour le coup, ses hommes avaient était plus efficace qu’elle, ils avaient fait venir une civière anti-grav pour le transport, ce qui facilita les choses. Après pareil traitement, Kyla n’était plus consciente, elle fut donc facile à transporter sur la civière pour la mener vers la navette.

    Sarisa ferma la marche, gardant le pistolet pointé dans la direction des êtres vivants. Elle n’en avait plus vraiment besoin vu l’acharnement du Wookie, mais l’on était jamais trop prudent. Elle se promit de taire se détail a la délégation de Kasshyk et espéra que l’image ne s’imposerait pas en croisant d’autre représentant de cette race, toutefois, elle était ravie également que Maria subisse se sort, cela lui apprendrait qu’à vouloir se prendre pour dieu, l’on finit simplement dans le caniveau. Lorsqu’elle rejoignit le hall, deux membres du commando l’attendaient, ils avaient fait ce qui était demandé, à savoir jeter l’épée Sith de Kyla dans la pièce de torturer, enfermer Maria et le Wookie a l’intérieur et placer les charges explosives pour la curée. Il n’y avait désormais plus de raison d’attendre, elle se retourna et prit de la distance, gardant le détonateur bien en main, puis une fois qu’ils eurent tous atteint la distance de sécurité nécessaire, actionna la commande. Son regard était devenu noir et nul doute qu’elle se délectait n’a l’idée de savoir la mégère souillée consumée par les flammes purificatrice.

    L’expression de sa maitresse n’était pas particulièrement pour la faire sortir de cet état, car en observant le brasier en flamme, elle se rendit bien compte qu’elle n’en pensait pas moins. Il ne fallait toutefois pas s’attarder, l’Alliance Galactique allait venir enquêter et il faudrait être parti avant l’arrivée des patrouilles de police. Elle laissa deux de ses hommes prendre les commandes de la navette puis se dirigea vers le centre de communication. L’hologramme d’Anaïs apparu, elle afficha un air rassurée en voyant sa sœur saine et sauve, mais à l’expression de son visage, elle comprit rapidement qu’il y avait dû avoir des problèmes. La rousse fit toutefois preuve d’un self control admirable, à moins qu’il ne s’agisse simplement de son habitude politique à masquer toute émotion superflue. Sarisa lui en était toutefois reconnaissante à cet instant, elle avait besoin du cadre militaire stricte et froid pour se rassurer et retrouver de la contenance : éloigné du danger, l’adrénaline chutait et avec elle, les idées étaient en train de redevenir claire…


    « Prévient la reine mère que nous rentrons et fait demander une assistance psychologique ainsi que médical. L’on ramène une blessée qui devra rester à bord pour éviter toute complication ainsi que plusieurs personnes emprisonnée dans la carbonite. Il faudra les identifier pour savoir ce que l’on en fait. »

    La silhouette holographique se contenta de répondre d’un signe de tête avant de disparaitre, Sarisa alla s’asseoir et baissa la tête, prostrée. De vieilles images revenaient soudain hanter son esprit, des images qui remontaient à près de dix ans. Son maitre, lui proposant de la rejoindre dans la déchéance afin de devenir les amants de la destruction. Elle avait refusée, elle avait tenue bon, mais elle avait sentie qu’une partie de son être avait été tentée. Aujourd’hui, elle se rendait compte qu’elle avait été à deux doigts de se laisser happer par cette haine tenace et ce désir de destruction. Quitter les rangs de l’ordre Jedi, tourner le dos à la Force et rejoindre la galaxie lui avait semblée la mesure la plus efficace comme protection, mais au final, n’avait-elle pas fait erreur ? N’était-elle pas plus exposée ainsi que lorsqu’elle suivait les préceptes de l’ordre ? Elle ne pouvait s’empêcher de se trouver stupide de se concentrer sur son nombril alors que l’état de Kyla était particulièrement préoccupant, mais elle n’arrivait pas à faire autrement, cela devenait presque obsessionnel.

    Lorsque la navette rejoint le croiseur de classe Nova, les soldats prirent moult précaution pour conduire la civière vers la cuve a Bacta tandis que Sarisa s’assurait que les sarcophages a carbonite serait conduit en lieu sûr. Elle alla s’excuser auprès de sa maitresse, expliquant qu’elle devait assurer nombre de tâche dans le navire. La Grande Maitresse Jedi insista pour que la cuve de Bacta soit transportée sur son vaisseau, les médecins protestèrent vivement, et en partie à raison, sachant qu’en cas de complication, il aurait était bien plus simple de la traiter dans l’infirmerie du Cuirassée, mais Anaïs intervint et laissa la Jedi faire comme elle l’entendait, permettant à Sarisa de s’occuper de ses propres tâches, notamment de se débarrasser de son masque facial ainsi que de ses lentilles de contact. Retrouvant son visage normal, la jeune femme fut soulagée, elle regarda le masque, son masque de haine, et l’abandonna, puis se mise à nue avant d’aller se doucher.

    Elle avait eue besoin de ce moment de détente et laissait a son amante le temps nécessaire pour tenter de recoller les morceaux avec sa fille. Elle ne savait pas vraiment comment s’y prendre, ce qui était certain, c’était que sa relation venait soudainement de prendre un autre tour, elle serait différente désormais, restait à savoir si cela allait les rapprocher ou au contraire les fragmenter. La peur de perdre l’autre, voilà maintenant ce qui dominait l’esprit tourmenté de l’Hapienne. Pourtant, elle devait être forte, Arsenicia aurait besoin de son aide, pas de la voir hésitante face à ses nouvelles responsabilités. Elle secoua la tête sous le jet d’eau et veilla a retrouvé le moral à n’importe quel prix en utilisant les trucs qu’elle avait appris autant chez les Jedis qu’au sein du service de sécurité Hapien. Avoir fréquenté les deux côtés de la barrière avait aussi ses avantages, elle en avait bien conscience.

    Lorsqu’elle retrouva enfin le calme, elle enfila son uniforme et sorti pour retrouver le pont. Hapès n’était pas très loin de Têta et ils furent vite sur la planète. Elle fit une apparition pour voir ou en était sa belle-fille. Cette dernière avait repris conscience, ce qui arracha un sourire discret à l’Hapienne qui se rapprocha de sa maitresse et posa une main qui se voulait réconfortante sur son épaule. Elle reprit la parole afin d’expliquer la suite des évènements.


    « Je dois faire mon rapport à la Reine Mère. Je reviens dès que j’en aurais terminée, prenez soin de vous. »

    Elle inclina la tête puis se retira, retrouvant une partie de son assurance lorsqu’elle quitta son navire, escorté cette fois par des femmes, comme c’était la plupart du temps le cas sur cette planète. Alors qu’elle regardait le comité d’accueil, elle remarqua au milieu du personnel quelqu’un qu’elle avait déjà vu une fois sur un écran. Au départ surprise, elle se souvint que Nicia lui avait dit qu’elle était prophétesse, c’était ses dons qui avaient dû la menée jusqu’ici. Les Prophètes Jedi étaient des personnes particulière et imprévisible et de plus, Sarisa savait que Cassandre serait un soutien dont elle avait bien besoin. Elle se dirigea donc vers elle, mais ne montra aucun signe de familiarité à cause de son escorte. Pour lui faciliter la tâche et sachant que la mère de famille était assez intelligente pour savoir ce qu’elle devait faire, elle se lança dans un speech afin de légitimer sa présence.

    « Merci d’être venue aussi vite. Vous êtes attendue, ma sœur, la conseillère Shi’Sima, vous conduira à l’entrée indiquée au sein du vaisseau. Je reviendrais m’assurer personnellement que vous ne manquez de rien. »

    Puis elle s’inclina en signe de respect et laissa sa sœur prendre le relais… Retrouver le pas martial lui faisait le plus grand bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]   Mer 15 Aoû - 19:55

    Pendant tout le trajet de retour, Arsenicia demeura auprès de sa fille. Pour l'heure elle avait fait tout ce qu'elle pouvait pour la jeune Arcadienne, elle ne pouvait plus qu'à attendre d'être de retour dans le vaisseau Hapien où Kyla pourrait séjourner dans une cuve à bacta. Le Galeniël en possédait également une, mais elle était davantage faite pour maintenir en vie le temps qu'il faut plutôt que de véritablement soigner. Alors, la Maître Jedi se plongea dans la Force, se coupant du reste de la navette. Elle avait besoin d'être seule avec elle-même. Voir Kyla dans un tel état lui rappelait la mort d'Eltarys, le père de cette dernière...

    Cela c'était passé bien des années plus tôt, alors qu'ils étaient en mission. Il n'y avait plus qu'eux dans le laboratoire secret qu'ils devaient impérativement détruire, mais ils étaient coincés. Seul l'un d'eux pouvait sortir, car l'autre devait rester pour maintenir la porte ouverte suffisamment longtemps pour que l'autre passe. S'il n'y avait pas eu ces Ysalamiri, tout aurait été bien plus facile ... Mais ils n'avaient aucun moyen de les tuer. Alors, ils avaient dû faire un choix. Arsenicia avait refusé de quitter son bien aimé, mais celui-ci était bien plus rationnel. L'un d'eux devait vivre pour prendre soin de Kyla, alors il décida de se sacrifier. Ils c'étaient longuement embrassé, puis Arsenicia était partie. Plus elle s'éloignait de lui, plus elle avait mal ... A la sortie, un droïde l'attaqua, le dernier présent. Il parvint à lui planter une lame empoisonné dans le flanc avant qu'il ne soit réduit en morceaux. Le poison attaqua rapidement et Arsenicia eut tout juste le temps de sortir avant de sombrer dans l'inconscience, la mort se rapprochant peu à peu ... Ce n'était que grâce à son ancien Maître, Naakti, ainsi qu'à un Jedi médecin qu'elle s'en était sortit. Mais ce poison avait tout de même réussit a causer des dommages irrémédiables, il l'avait rendu stérile. Bien sûr, l'Arcadienne ne s'en faisait pas, elle avait Kyla ... Mais se savoir désormais incapable de concevoir la vie lui faisait tout de même quelque chose...

    Revenant à la réalité, Arsenicia s'arracha à ses pensées. Inconsciemment, elle posa la main sur son ventre qui autrefois c'était arrondi pour Kyla, qui désormais reposée inconsciente à côté d'elle. Le silence c'était imposé à la navette, Sarisa n'était pas en vue ... Alors la Maître Jedi se plongea dans une stase de Force afin de recouvrer ses forces mais aussi afin de se couper du reste de la navette jusqu'à leur arrivée.

    Une fois à bord du croiseur de classe Nova, Arsenicia suivit les soldats qui prirent toutes les précautions afin de conduire Kyla jusqu'à la cuve à Bacta. Elle y ferait probablement séjour jusqu'à leur arrivée sur Hapes ... Sarisa vint à elle pour l'informer qu'elle devait assurer de nombreuses tâches à bord ... La Jedi se contenta de hocher la tête sans répondre. Lorsque Kyla fut dans la cuve, Arsenicia insista pour que celle-ci soit transportée sur son vaisseau. Les médecins protestèrent vivement et bien qu'ils avaient en partie raison, la Jedi ne tenait pas à ce que sa fille se réveil dans le bruit, entouré de gens qu'elle ne connaissait pas et surtout dans un environnement inconnu. Ce fut finalement Anaïs qui régla la question et Arsenicia l'a remercia avant de rejoindre le Galeniël.

    Une fois la cuve déposée à bord, la Jedi congédia les médecins. S'il y avait un problème, elle les appelait, mais pour l'heure elle ne voulait personne à bord. Ils protestèrent, évidemment, mais devant le regard noir de la Jedi, ils finirent par obtempérer. Arsenicia resta de longues minutes seule, debout face à la cuve, avant de quitter l'infirmerie. K9 prit sa place près de Kyla tandis qu'elle se rendait dans sa chambre. Elle ôta son armure qu'elle laissa dans un coin puis se glissa sous la douche. L'eau chaude lui fit énormément de bien et remit enfin ses idées en place. A son réveil, Arsenicia lui dirait enfin toute la vérité. Cela lui pesait et elle ne pouvait plus retarder l'heure fatidique de la vérité. A la sortie de la douche, elle revêtit une tunique Jedi puis revint auprès de Kyla. Pour elle, il était hors de question de dormir. Si elle venait à fatiguer, elle se plongerait quelques minutes dans la Force afin de récupérer, mais elle se refusait à laisser Kyla seule pour le moment.

    Lorsque Sarisa fit une nouvelle apparition, Kyla était enfin éveillée et avait quitté la cuve. Elle avait été transférée avec toute la délicatesse du monde jusque dans la chambre de Nicia, où elle serait bien plus à l'aise. Les deux amantes ne parlèrent que brièvement, la Hapienne informa la Jedi qu'elle devait aller faire son rapport et celle-ci acquiesça avant de reporter toutes son attention sur Kyla, qui somnolaient, restant difficilement alerte ce qui était compréhensible.

    Quelques minutes plus tard, elle sentit une présence qui l'a fit bondir de sa chaise. C'était impossible ... mais pourtant elle la sentait. Quittant sa chambre, elle traversa le couloir jusqu'à la salle principale. Ce fut là qu'elle la vit. Cassandre, sa mère. Elle se tenait là comme si c'était tout à fait normal qu'elle soit ici ... Elle ouvrit les bras et Arsenicia se jeta à son cou. Elles restèrent de longues secondes enlacées, Nicia la serrant contre elle comme un naufragé agrippait sa bouée.


    « Mère ... je ... Comment ? »
    « C'est mon travail de voir le futur, ma chérie. Je t'avais dit que nous nous rêverions plus tôt que prévu, mais j'ignorais les circonstances exactes de ma venue en ces lieux, mais maintenant ... Comment va-t-elle ? »
    « Elle a vu mieux. Son mental a pris un coup, il lui faudra du temps pour s'en remettre ... Elle a également retrouvé son lien avec la Force... Je vais lui dire, mère. Je le dois. »
    « Alors vas, ma chérie. »

    Arsenicia hocha la tête, déposa un baiser sur la joue de sa mère puis retourna auprès de Kyla. Cassandre alla s'asseoir dans le fauteuil du séjour afin de patienter. Connaissant sa petite-fille, elle se doutait que tout n'allait pas se passer aussi bien qu'elle l'espérait ...

    La Maître Jedi revint donc s'asseoir auprès de sa fille, qui était un peu plus alerte que tout à l'heure. Elle ne fit aucun geste pour la toucher, sachant qu'elle n'y serait surement pas prête. En effet, grâce à la Force Arsenicia avait pénétré l'esprit de sa fille lorsqu'elle dormait afin de voir ce que Maria lui avait fait ... Cela l'avait bouleversé, mais elle le gardait pour elle. Prenant une inspiration, son coeur battant à tout rompre, elle se lança.


    « Je dois te parler de quelque chose de très important. Alors, s'il te plait, écoutes moi et ne me coupe pas... » Elle prit une inspiration et se lança. « Je ne te raconterais pas toute l'histoire car tu t'en souviendras seule, la Force t'y aidera maintenant que tu as retrouvé ton lien avec elle ... » Elle lui offrit un maigre sourire. « Nous n'avons pas vingt-cinq ans d'écart parce que nous sommes soeurs... Mais parce que tu es ma fille. Eltarys et moi n'étions pas près ... Regarde. »

    Elle ne lui laissa pas le temps de répondre. Plongeant dans la Force, elle lui montra toute l'histoire. Sa naissance, le jour où elle avait été confiée à Cassandre et Elezar, le jour où Nicia était venue la chercher, le mensonge au fil des années, le jour où elle avait sombré, où elles c'étaient battus et où Nicia l'avait coupé de la Force et effacé la mémoire ... Lorsqu'elle quitta l'esprit de Kyla, il y eut un flottement, puis celle-ci se redressa et gifla Arsenicia, dont la tête bascula sous la force du coup. Ce n'était pas la gifle qui lui faisait le plus mal en cet instant, mais ce sentiment ... Cette gifle voulait dire beaucoup et ce que la jeune Arcadienne rajouta termina de lui broyer le coeur.

    « Ainsi donc tu es ma mère... Le rôle d'une mère n'est-il pas de protéger son enfant ?! Vu 'l'état dans lequel je suis, je remarque que tu t'es très bien débrouillée.... Quelle formidable génitrice tu fais Arsenicia... Plus douée à s'envoyer en l'air qu'à protéger les gens qui lui sont proches... Va donc t'occuper de ton plan cul au rabais tu me feras plaisir ! »

    La gifle d'Arsenicia partie aussi vite que celle de Kyla, si ce n'est plus. Se relevant, la Maître Jedi lui lança un regard sombre, mais également emplit d'une tristesse sans nom. Mais sa voix était glacée, autant et si ce n'est plus que celle de sa fille.

    « Après tout ce que j'ai fais pour toi, tous les risques que j'ai pris pour te sauver et ceux que Sarisa et moi avons pris pour te tirer des griffes de Maria ... Tu me dégoûtes. »

    La Grande Maîtresse Jedi quitta la chambre sans rien rajouter. Elle traversa le vaisseau et ne jeta qu'un regard emplit de larmes à sa mère avant d'accélérer le pas et de sortir du Galeniël. La Jedi abaissa son capuchon sur son visage et quitta le croiseur de classe Nova, elle voulait être seule. Ce fut finalement un endroit isolé des docs qui l'accueillirent. De là, elle avait une très belle vue d'Hapes, mais la Jedi ne voyait rien. Les larmes ruisselaient sur ses joues et les sanglots ne tardèrent pas. Se laissant glisser contre le mur, elle pleura longuement. Lorsqu'elle fut calmée, la Jedi s'alluma une cigarette et tira longuement dessus. Bien que plus aucun sanglots ne vint secouer ses épaules, quelques larmes continuaient à perler au coin de ses yeux et peu importe ce qu'elle faisait, elle n'arrivait pas à les arrêter. Une bouffée de chaleur la força à retirer sa bure qu'elle lança sur le sol tandis qu'elle se relevait, venant s'accouder à la barrière la séparant du vide. Elle tira une nouvelle fois sur sa cigarette et laissa la brise emporter sa douleur...

    A bord du Galeniël, Cassandre c'était relevée. Elle n'avait pas cherché à retenir sa fille, celle-ci avait besoin d'être seule. Bien que l'Arcadienne ne savait point ce qui s'était passé elle en avait une petite idée ... Traversant le vaisseau, elle rejoignit la chambre où se trouvait Kyla. Celle-ci était recroquevillée dans un coin du lit... Venant s'asseoir à côté d'elle, elle caressa sa joue mais la jeune femme eu un mouvement de recule. Cassandre pris néanmoins la parole.


    « Je sais ce que tu ressens. Tu la détestes pour t'avoir mentis sur tes origines toute ta vie, mais met toi à sa place. Vingt-cinq ans et déjà mère ? Tu sais que pour nous c'est très jeune, même un peu trop. Au lieu de te garder avec elle, elle a décidé de te confier à Elezar et moi afin d'être certaine que tu reçoives une bonne éducation. Elle t'a ensuite pris avec elle pour faire de toi une Jedi ... Même si elle t'a mentis, elle s'est toujours occupée de toi. Elle a toujours eu peur pour toi et lorsqu'elle le pouvait, elle est venue t'aider. Tu ne la voyais peut-être pas, mais elle était souvent là pour te sortir du pétrin ... Cette fois-ci la Force ne lui a pas permit de te trouver rapidement, mais le comlink qu'elle t'a donné, c'est cela qui lui a permis à elle, à Sarisa, sa compagne, et à leur groupe d'assaut de te trouver sur cette planète ... »

    Esquissant un sourire, Cassandre quitta la chambre afin de laisser sa petite-fille méditer sur cela. Elle avait dû se servir de la Force pour obtenir tous ces renseignements, mais elle espérait qu'en sachant cela Kyla accepte de se calmer et de voir les choses comme Nicia pouvait les voir. Bien sûr que sa mère s'en voulait de lui avoir caché la vérité ... mais elle avait eu le courage de lui dire en face, bien que sa réaction suite à celle de sa fille n'était pas la meilleure chose à faire ... Ce fut à cet instant que Sarisa remonta à bord. Cassandre vint vers elle, sereine et calme. Elle portait le même genre de vêtement qu'à leur première rencontre.

    « Je vous remercie pour l'aide apporté à ma fille. Si vous ne l'aviez pas accompagné elle serait morte à l'heure qu'il est ... Nicia à tout révélé à Kyla et cela c'est ... mal passé. Elle a quitté le Galeniël et probablement le croiseur ... la connaissant elle s'est isolée. Vous devriez essayer de la trouver, vous avez besoin l'une de l'autre en cet instant et ce plus que jamais. »

    Se penchant vers Sarisa, Cassandre l'embrassa sur le front. C'était un geste qui voulait dire beaucoup chez les Ombrelune. Esquissant un sourire, l'Arcadienne l'informa qu'elle allait s'occuper de Kyla pour le moment. Une fois la jeune Hapienne partie, elle vint s'asseoir devant le piano du Galeniël et entama une mélodie que Kyla connaissait depuis sa tendre enfance ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]   Jeu 16 Aoû - 1:38

Spoiler:
 


    Tremblant de peur, je fermais les yeux… Je n’avais pas envie de voir ce qui allait se passé… Je désirais qu’on me foute la paix… qu’on me tue… En fait… je voulais en finir avec la vie… Hélas, je n’en avais pas la possibilité… J’étais attachée… J’étais à la merci du premier venu… Je n’étais qu’une petite chose vulnérable qui, malgré les apparences, tentait de survivre… Je voulais mourir… mais je voulais aussi vivre… Pour cela, je me haïssais… Je me raccrochais à n’importe quoi pour pouvoir espérer voir le jour se lever… C’était pitoyable…

    Les différents bruits qui parvinrent à mes oreilles, augmentèrent l’effroi que je ressentais… Tout était si agressif…si brutal… Chaque bruit que je pouvais entendre était de près ou de loin relier à la mort ou du moins à la violence…et cela me terrifiait… J’en avais plus qu’assez de ce genre de sons… Ces derniers avaient été mon lot quotidien lors de mon séjour en ces lieux… Je voulais que cela cesse. Je désirais…un peu de silence… un peu de paix… un peu de réconfort en fait… Réconfort qui me semblait impossible à avoir… Les quelques paroles prononcées par les différentes personnes, me glacèrent le sang… Leurs mots paraissaient froid voire dénués de sentiment… J’avais l’impression que toute bonté humaine…toute notion d’humanité avait quitté ces lieux et ce depuis bien longtemps…

    Finalement, quelqu’un aperçut ma présence en ces lieux et s’approcha de moi… du moins c’est ce que j’en déduisis vu que mes liens m’étaient retirés et que l’on me posait délicatement sur le sol… Trop effrayée, je n’ouvrais pas les yeux… Je redoutais de croiser le regard de la personne qui m’avait retenue prisonnière pendant des jours et qui avait veillé à me transformer en déchet… Si, j’en avais eu encore la force, je n’aurais pas hésité à hurler de terreur…et ce malgré le fait que j’ignorais ce qui était en train de se passer… Mon imagination, à elle seule, parvenait à me faire surgir les pires visions d’horreur ce qui bien entendu me poussait à garder les yeux clos… Seuls mes tremblements, pouvaient indiqués aux personnes présentes ici à quel point j’étais terrifiée…

    Au bout de quelques minutes, ou quelques secondes, mes tremblements finirent par s’arrêter lorsque je sentis une présence rassurante à mes cotés… Je n’arrivais pas à le croire… Comment pouvais-je sentir que quelqu’un avec des intentions louables se trouvaient avec moi ?! J’étais bien trop épuisée pour réfléchir à la moindre hypothèse… A vrai dire la seule explication qui me traversa l’esprit dans mon état fut que j’étais abusée par les drogues ou par mon esprit… Dans ce dernier cas, je ne risquais pas grand-chose et cela voulait donc dire que j’étais bel et bien morte et que mon esprit voguait désormais dans des eaux troubles…
    Ainsi, j’ouvris les yeux et aperçus un visage ô combien familier… A sa vu, un petit sourire apparut sur mes lèvres… Nicia était là… Il devait sans doute s’agir d’un tour de mon esprit mais je n’en avais cure… elle était présente ici…à mes cotés… Sa présence, suffisait à me contenter…quand bien même il s’agirait d’un tour de mon esprit… Mue par mon instinct et par réflexe, je levais l’une de mes mains, malgré la douleur que je ressentais dans tout mon corps, afin de la déposer délicatement sur l’une de ces joues… La sensation de sa peau contre ma main glacée était bien réelle comme si…ma sœur se trouvait bien ici… comme si tout ceci était bien la réalité et non un rêve…
    Ne sachant que croire, je finis par me dire que même s’il s’agissait d’une illusion je m’en contrefichais… Je voulais profiter de cette présence et ce malgré ce qui pouvait bien arrivé…


    « C'est fini ma chérie, c'est terminé. Je suis là maintenant et tout ira bien ... »

    Oui… c’était bien elle… c’était sa voix… Le timbre de cette dernière était unique dans la galaxie… je l’aurais reconnu et ce même si j’étais une aveugle… J’étais heureuse de la savoir ici… heureuse de la retrouver une fois encore…

    « Contente de te voir sœurette ... »

    Malheureusement pour moi, j’étais bien trop fatiguée pour poursuivre ces retrouvailles…et je finis par m’endormir…sourire aux lèvres…




    ***




    Au bout de je ne sais combien de temps, je me réveillais dans un lieu différent de celui dans lequel je me trouvais auparavant… Il était éclairé et semblait faire partie d’une plus grande installation métallique… Au vu de l’architecture, il devait sans doute s’agir d’un vaisseau…
    Alors que ces informations parvenaient à mon cerveau, mon regard se fixa sur la personne en train de me caresser la joue… Je reconnus ma sœur ce qui mît immédiatement fin à l’anxiété et à la peur que j’avais ressentis en me réveillant… Elle veillait sur moi… Je n’avais rien à craindre… Je pouvais rester tranquille et avoir confiance en elle…
    C’est pour cette raison entre autre que je ne cherchais pas à me débattre lorsqu’elle entreprit de soigner mes différentes blessures… Certes, j’avais beaucoup de mal à tolérer que l’on touche à ma peau…surtout là où l’on m’avait fait du mal…mais je ne pouvais pas faire autrement… Non seulement j’étais morte de fatigue et abrutie par les antidouleurs... mais en plus il s’agissait de ma sœur… D’après ce que je pouvais sentir, elle s’employait à être aussi douce que possible dans cette tâche si fastidieuse… Au moins, de par ce qu’elle m’avait donné, je ne ressentais rien… Cela lui facilitait donc la tâche…
    Après avoir fini de bander mes différentes plaies, Nicia s’approcha une nouvelle fois de moi et m’injecta un produit qui me plongea dans un sommeil profond.




    ***



    Étant inconsciente, je n’étais que peu au courant de ce qui se passait au dehors… Il m’arrivait parfois d’entendre des sons de machines… Je sentais aussi parfois que mon corps baignait dans une sorte de liquide réparateur… du moins c’est ce qu’il me semblait vu que j’avais l’impression que mon corps était soigné… Il devait s’agir sans doute de Bacta… C’était la seule hypothèse que j’avais pu formuler au vu de mon état… Quelque fois je parvenais à la limite de la conscience…comme si mon esprit parvenait à sentir tout ce qui se passait au dehors… Logiquement je ne pouvais pas être capable de cela… Quelque fois je venais même à me dire que j’étais morte ou que je rêvais… En effet il m’arrivait parfois de rêver… Souvent je revivais d’anciens souvenirs… ou je me retrouvais dans des rêves sans queue ni tête…



    ***




    Finalement, un jour je parvins à ouvrir les yeux… Par réflexe, je me redressais subitement, ne faisant même pas gaffe à mon état physique actuel…. A vrai dire, je ne ressentais rien… Aucune douleur ne se présenta… Je devais sans doute être encore sous l’effet d’un opiacé permettant d’annuler toute forme de souffrance physique…
    Cependant, malgré ce manque de douleur, je ne me sentais pas bien… J’étais mal à l’aise... Je ne pouvais m’empêcher de trembler de peur… L’endroit dans lequel je me trouvais actuellement avait beau me dire quelque chose, je ne savais pas où j’étais… et cela me terrifiait… Le manque de luminosité de cette pièce, ne faisait qu’augmenter mon anxiété… Vu ce que j’avais subi, une telle réaction était normale… A vrai dire… j’avais même peur, en cet instant, que ma tortionnaire rentre dans ma chambre afin d’expérimenter autre chose sur moi… Son simple souvenir augmenta mon angoisse et fît couler quelques larmes le long de mes joues… Par instinct, je me recroquevillais et posais ma tête sur mes genoux…

    Sans crier gare, quelqu’un finit par apparaitre subitement dans ma chambre… On aurait dit qu’il s’était téléporté… Bien évidemment, devant l’apparition de cette nouvelle présence, je n’avais pas manqué de sursauté… Je cherchais même à reculer afin de mettre le plus de distance entre moi et cet inconnu… Je n’avais pas confiance…. A vrai dire, au vu de mon état, je n’avais plus confiance en personne si ce n’est en ma sœur et ma mère… Les autres personnes étaient toutes pour moi étrangères…et potentiellement dangereuse… Je ne me sentais donc pas en sécurité avec l’apparition de ce nouveau venu…. Qui plus est le fait d’être vulnérable et de le savoir ne faisait qu’accentuer mon angoisse… J’étais tout simplement terrifiée à l’idée de subir une nouvelle fois un viol ou un autre traitement tout aussi douloureux…


    « Je suis là ma chérie, recouche toi, tu as besoin de te reposer… » Le visage de ma sœur apparût « Ne t’inquiètes pas, nous sommes à bord du Galeniël »

    Soulagée d’entendre la voix de Nicia, je me calmais aussitôt et me recouchais… J’avais eu si peur pendant un instant… J’étais heureuse de savoir que sa présence était bien réelle et que c’était elle qui était venue me sauvée des griffes de ma tortionnaire… Je ne savais pas comment elle avait fait pour me retrouver mais je lui devais une fière chandelle…
    Une fois encore, je m’endormis…enfin je je mis à somnoler… Par moment je m’endormais ou n’était pas consciente de mon environnement et quelque fois je refaisais surface ce qui bien entendu me faisais sursauter… Ce retour à la réalité me paraissait toujours bien trop brusque… Je n’y étais guère habituée…

    Quelqu’un entra alors dans ma chambre, cette soudaine apparition me fît également sursauter mais je me calmais aussitôt en voyant que cette personne connaissait très bien ma sœur… Il devait sans doute s’agir d’un être qui lui était très proche… du moins c’est ce que me chuchotait mon intuition… Il y avait fort à parier que j’avais loupé pas mal d’évènements depuis ma dernière rencontre avec ma sœur… En temps normal, je l’aurais sans doute questionné à ce sujet…mais en cet instant je n’en avais pas le désir… A vrai dire cela me semblait même secondaire… La plupart de mes pensées étaient concentrées encore et toujours sur ce que j’avais subi…et sur ce que j’avais appris… Encore maintenant les révélations de mon hôte résonnaient dans ma tête… Qui étais-je ? Quelle était la vérité à mon sujet ? Je l’ignorais mais j’étais certaine d’une chose… Nicia allait devoir éclairer ma lanterne à propos de certains sujets… et encore je doutais de sa parole…bien qu’elle ait pu me sauver des griffes de Maria…

    Étrangement, alors que je pensais à cette histoire de révélation, je sentis une présence familière… Comment cela pouvait être possible ? J’étais coupée de la Force… Il devait s’agir d’un effet secondaire des drogues que l’on m’avait injectée… Vu à quoi j’avais pensé en compagnie de Maria, je me confortais dans cette hypothèse et ne cherchait pas plus loin même si ma sœur s’était levée prestement et avait quitté la chambre… Je n’avais aucune idée de la raison de ces mouvements…ce qui me poussa à m’interroger et à me réveiller quelque peu… Une personne proche était-elle à bord ? Peu probable… Un danger imminent ? Possible… Une quelconque formalité à remplir ? Fort probable…

    Finalement je cessais de m’interroger quand ma sœur revint dans ma chambre et s’assît près de moi… Son air grave me donnait déjà quelques indications… Elle avait quelque chose à me dire… quelque chose de lourd… Se pourrait il que cela soit relier aux révélations que ma tortionnaire m’a faite quelques jours auparavant ? Sans aucun doute… Nicia avait du trifouiller mon esprit et avait du voir que j’avais appris une partie de la vérité… Elle tenait à s’expliquer telle que je la connaissais…


    « Je dois te parler de quelque chose de très important. Alors, s'il te plait, écoutes moi et ne me coupe pas... » Elle prit une inspiration et se lança. « Je ne te raconterais pas toute l'histoire car tu t'en souviendras seule, la Force t'y aidera maintenant que tu as retrouvé ton lien avec elle ... » Elle lui offrit un maigre sourire. « Nous n'avons pas vingt-cinq ans d'écart parce que nous sommes sœurs... Mais parce que tu es ma fille. Eltarys et moi n'étions pas près ... Regarde. »

    Ce que j’y vis m’estomaqua… Je m’étais attendu à tout sauf à ça… Ces révélations permirent à mon esprit de déverrouiller la majeure partie de mes souvenirs… Ces derniers se déversèrent en moi dans leur intégralité…. Devant la masse d’information que je venais de recevoir, je fermais les yeux et posais ma main contre ma tête tellement cela me semblait douloureux….
    Au bout de quelques minutes, je rouvris mes yeux et regardais Nicia… La première chose que je ressentis fût de la colère… Elle m’avait menti ! Elle m’avait menti pendant près de 48 ans ! Mon existence entière était fondée sur un mensonge… Tout mon monde venait de s’écrouler avec ses paroles… Un monde auquel je tenais et auquel je me raccrochais afin de retrouver mes repères au vu de mon état… J’avais été trahie par ma propre mère ! Elle m’avait coupée de la Force et avait effacé tout mes souvenirs car elle ne voulait pas me tuer… Quelle égoïste ! Au lieu de me sauver, elle n’avait fait que me condamner à la souffrance ! Durant ma cavale, j’avais souffert comme jamais ! Indirectement, c’était elle la responsable de ce qui m’était arrivée dernièrement ! Si elle ne m’avait pas coupée de la Force et effacée des souvenirs, je ne me serais pas retrouvée entre les mains de Maria ! Elle m’avait obligée à subir le sadisme de cette salope ! Qui plus est, à cause d’elle, je n’aurais jamais l’occasion de connaitre un peu mieux mon père vu que celui-ci était mort… Ma mère n’avait fait qu’une immense bêtise dont j’avais souffert ! En cet instant je la haïssais… Toute forme d’amour ou de complicité à son égard avait disparu… Seule subsistait ma colère ! Cette colère se manifesta dans la gifle que je lui administrai sans plus attendre après m’être redressée… Il était temps de payer les pots cassé !


    « Ainsi donc tu es ma mère... Le rôle d'une mère n'est-il pas de protéger son enfant ?! Vu 'l'état dans lequel je suis, je remarque que tu t'es très bien débrouillée.... Quelle formidable génitrice tu fais Arsenicia... Plus douée à s'envoyer en l'air qu'à protéger les gens qui lui sont proches... Va donc t'occuper de ton plan cul au rabais tu me feras plaisir ! »

    Alors que je la fusillais du regard, ma colère et mon amertume s’accentuèrent quand Nicia me gifla à son tour et me parla d’un ton aussi froid voire plus froid que le mien. Je la dégoutais ? Tant mieux ! Je n’avais jamais demandé à être sa fille ! Je n’avais jamais demandé à vivre ! Elle pouvait toujours aller se faire foutre, je n’en avais cure ! Rien que l’idée qu’elle puisse souffrir à son tour, me réjouissait au plus haut point ! Ce fut donc sur ces entrefaites qu’elle quitta la pièce, me laissant seule !

    Toujours furieuse contre ma génitrice, je tentais de remettre de l’ordre dans mes pensées… Désormais je n’avais qu’une hâte : partir de cet endroit et ne plus jamais voir Nicia ! Elle m’avait trahie ! Le simple fait que ce mensonge ait pu existé me révoltait au plus haut point ! Mais le pire était que la seule personne à s’être montrée honnête avec moi était ma tortionnaire ! Seule, elle avait daigné un tant soi peu m’informer de ma véritable condition ! Ma pire ennemie m’avait dit la vérité… Le simple fait d’y penser, rendait la chose peu crédible ! J’en avais plus qu’assez ! Je tentais de remonter la pente après ce que j’avais subi et voilà qu’on anéantissait un quelques minutes tout ce en quoi j’avais cru… Par la Force, toute cette histoire était abracadabrante !
    D’ailleurs… en songeant à la Force, ma colère s’en trouva raviver… C’était ma mère qui m’avait amputé d’une partie de moi-même ! Après cette amputation, j’avais souffert terriblement ! Le monde autour de moi m’avait semblé différent comme si l’on avait jeté un voile sur mes yeux ! Ma vie aurait très bien pu être fort différente si ma conasse de génitrice m’avait révélé la vérité ! Mais sous prétexte qu’elle se sentait trop jeune, elle ne m’avait pas dit la vérité ! Quelle connerie ! Si elle ne voulait pas être mère, elle n’avait pas eu qu’à me pondre ! Je n’avais pas demandé à exister que diable ! Désormais, je n’avais envie que de deux choses : vivre seule et être loin de tous ce que j’avais pu connaitre… A vrai dire… le suicide me semblait être une option bien tentante… En finir une bonne fois avec la vie afin d’être en paix et de ne plus jamais souffrir… C’était un bon argument de vente !

    Quelques minutes plus tard, alors que j’étais toujours plongée dans mes pensées, recroquevillée sur le lit, je reçus une visite à laquelle je ne m’attendais pas… Il s’agissait de ma mère ! Enfin de ma grand-mère ! Sa présence, en ces lieux m’étonna beaucoup… Quoique non en fait… Dans un sens c’était normal… Son don pour la divination avait du lui indiquer ce qui allait se passer… Elle s’était donc rendue ici…
    Cassandre s’approcha de moi, s’assît et posa sa main sur ma joue afin de la caresser… Ce mouvement, auquel j’étais habituée dans le passé, provoqua chez moi une drôle de réaction… Elle réveilla en moi la peur…la peur d’être touchée…la peur de souffrir… Ce fut donc pour cette raison que je cherchais à m’éloigner d’elle…


    « Je sais ce que tu ressens. Tu la détestes pour t'avoir mentis sur tes origines toute ta vie, mais met toi à sa place. Vingt-cinq ans et déjà mère ? Tu sais que pour nous c'est très jeune, même un peu trop. Au lieu de te garder avec elle, elle a décidé de te confier à Elezar et moi afin d'être certaine que tu reçoives une bonne éducation. Elle t'a ensuite pris avec elle pour faire de toi une Jedi ... Même si elle t'a mentis, elle s'est toujours occupée de toi. Elle a toujours eu peur pour toi et lorsqu'elle le pouvait, elle est venue t'aider. Tu ne la voyais peut-être pas, mais elle était souvent là pour te sortir du pétrin ... Cette fois-ci la Force ne lui a pas permit de te trouver rapidement, mais le comlink qu'elle t'a donné, c'est cela qui lui a permis à elle, à Sarisa, sa compagne, et à leur groupe d'assaut de te trouver sur cette planète ... »

    Étrangement, ces paroles apaisèrent ma colère… me faisant ainsi prendre conscience de la triste réalité, alors que ma grand-mère était partie… Pas une seconde, j’avais songé au fait que ma mère avait souffert de ce secret… Ma colère m’avait même fait oublier tout ce que Nicia avait fait pour moi… A de nombreuses reprises, elle m’avait sauvé... Qui plus est, elle était toujours là quand j’avais besoin de quelqu’un à qui parler… Je n’avais même pas imaginé ce qu’elle avait bien pu ressentir en voyant mon corps torturé… J’avais beau me voiler la face, cela ne servait à rien… Cassandre avait raison… Nicia avait toujours été là pour moi et avait tenté autant que possible de remédier à ma situation, une fois coupée de la Force… Elle avait tenté de faire en sorte que je puisse vivre et connaitre une vie et ce malgré ma condition de fugitive… Elle m’avait gardé en vie… et ce en veillant sur moi… Elle avait volontairement évité de me rencontrer les fois où elle me sauvait… Ce genre de chose, avait du lui arracher le cœur comme la fois ou elle m’avait coupée de la Force et effacée mes souvenirs…
    En réalité, s’il y avait une conasse ici…c’était moi… J’avais été bien bête… J’avais laissé mes sentiments obscurcir mon jugement… J’avais fait du mal à ma mère en croyant que cela était justifiée… Face à un tel constat, je commençais à pleurer…

    Toujours recroquevillée, je continuais de sangloter en songeant à tout le mal que j’avais provoqué…que ce soit volontairement ou pas… Pendant ces 48 ans, de par mon existence, ma mère avait souffert car elle n’arrivait pas à me révéler la vérité et car je lui rappelais par bien des aspects l’homme, désormais mot, qu’elle avait aimé… Je l’avais fait souffrir en passant du coté obscur et en la combattant… Et enfin je venais de faire de même en la repoussant comme s’il ne s’agissait que d’une chienne… Ce que j’avais fait, ajoutée à mon passé et à ce que j’avais subi accentuèrent mon intarissable chagrin…
    Ce chagrin, fût partiellement interrompu quand j’entendis les notes d’un piano suivi d’une mélodie… Mélodie que je connaissais bien…vu que je l’adorais quand j’étais petite… Cela devait faire au bas mot 40 ans que je n’avais plus entendu cette musique… A son souvenir, un sourire triste s’afficha sur mon visage… Cette mélodie me rappelait tant de choses…dont ma vie insouciante sur Arcadia en compagnie de mes grands parents et de mes amis… Cela me rappelait également la douceur dont faisait preuve Nicia à mon encontre quand j’étais petite… Désormais tout ceci, me semblait bien lointain…

    Me levant difficilement, je constatais que j’étais habillée…du moins en partie… Je portais une ample chemise d’homme ainsi qu’un sous vêtement… Fort heureusement ces vêtements cachaient le principal et empêchait quiconque de voir ou de toucher mes cicatrices…. En cela, j’étais rassurée… Pour le moment, je ne voulais même pas voir le résultat de ce que j’avais subi…
    M’appuyant au mur afin de ne pas tomber alors que je marchais, je me dirigeais vers la pièce où cette mélodie était jouée… C’était comme si j’étais attirée par ce son…comme si j’étais sûre de retrouver une partie de ma personne…une partie de ma vie…

    Je déboulais alors dans ladite pièce et vît grand-mère assise sur un banc en train de jouer au piano… De loin, on aurait dit que rien n’aurait pu venir la troubler… La Galaxie aurait bien ou être en guerre, qu’elle aurait continué à jouer ce morceau… Morceau que je trouvais toujours aussi magnifique et émouvant…
    Lentement, je finis par m’asseoir à coté d’elle sans rien dire… Je ne voulais absolument pas la déranger alors qu’elle jouait…. C’était magnifique…et je tenais à écouter ce son… Rien qu’à l’entendre, je me sentais mieux… j’y trouvais du réconfort et je me sentais rassurée… En fait… j’avais l’impression d’être à la maison…et d’être redevenue une petite fille… D’ailleurs, étant petite, j’adorais jouer du piano et accompagner ma grand-mère dans ses instants musicaux… Là j’aurais bien aimé pouvoir jouer…mais cela faisait 40 ans que je n’avais pas touché un piano… je doutais parvenir à jouer une mélodie convenablement…
    Malheureusement pour moi, Cassandre s’aperçut bien évidemment de cette envie que j’avais de jouer avec elle et elle m’intima de le faire et ce au travers d’un regard dans lequel je pouvais y lire un ordre…

    Hésitante au début, je n’osais poser mes mains sur cet instrument….jusqu’à ce qu’au bout d’un certain temps et d’un autre regard de ma grand-mère, je pris confiance en moi…. Je commençais donc à jouer doucement au début, puis avec plus de conviction…. Malgré les quelques pansements sur ma main droite, je ne songeais pas à ce que j’avais vécu en compagnie de Maria… Je songeais à mon enfance… à mon ancienne vie…à Nicia à qui je tenais beaucoup et ce en dépit des paroles échangées…
    Je me voyais encore enfant sur Arcadia lorsque j’étais encore innocente et facétieuse… Je me voyais encore contempler l’horizon et ce en toute tranquillité… Cette musique éveillait tant de souvenir en moi, que j’en pleurais et ce sans m’en rendre compte… En cet instant j’étais heureuse… J’avais oublié tous mes soucis temporairement…

    Au bout de quelques minutes, la dernière note sonna, et je contemplais ma grand-mère qui ne manqua pas de présenter son doigt avec lequel elle avait appuyé sur la dernière note… Par habitude, je soufflais dessus ce qui me fît sourire… puis rire… Un rire au son cristallin venant de moi venait en effet de faire place à la musique…. Cette musique, ces souvenirs, mes facéties étant petite….c’était réjouissant…
    Finalement mon rire cessa et je restais bien tranquille sur mon siège… A ma tête, Cassandre dut deviner que j’avais une idée derrière la tête en rapport avec l’instrument que l’on avait devant les yeux… En effet j’avais une idée… Je voulais jouer une musique que j’avais composée quand j’étais petite en compagnie de ma grand-mère… Seule elle était au courant de son existence et de la composition exacte des notes… Hormis elle et moi, personne dans cette galaxie ne connaissait cette musique…
    Une fois encore, je posais mes mains sur le clavier et entamait lentement une mélodie… Alors que je la jouais toute seule, des larmes commencèrent de nouveau à couler le long de mes joues… Grand-mère savait pertinemment à qui était adressée cette musique… Une personne à laquelle je tenais beaucoup et avec laquelle je m’étais disputée quelque instant plus tôt… Jouer cette mélodie m’attristait mais aussi me réjouissait… Finalement, je laissais mes sentiments guider mes doigts et me concentrait sur cette musique si particulière…

    Au bout de quelques minutes, celle-ci s’estompa et le silence s’abattît sur la pièce… Par réflexe je nichais ma tête contre l’épaule de Cassandre… Alors que je pleurais, celle-ci me caressa les cheveux faute de pouvoir toucher certaines parties de mon corps…


    « C’est bien celle que tu avais composé pour ta mère, non ? »

    « Oui…c’est bien elle… Elle lui est dédiée… Je n’ai jamais trouvé l’occasion de la lui jouer en sa compagnie…»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]   Ven 17 Aoû - 3:49

    Pour un militaire, rien n’était plus important que retrouver une certaine routine de vie. C’était la preuve irréfutable que malgré les épreuves, l’on était toujours vivant pour le meilleur et pour le pire. La discipline avait également du bon dans ce genre de cas, car elle permettait de pouvoir garder la tête froide et essayer de relativiser. En se rendant devant Tenel Ka Djo enfin, Sarisa avait retrouvé une figure importante de l’Ordre Jedi. Même si elle n’avait atteint que le rang de chevalier, Djo fut quelqu’un d’exceptionnelle et en bonne Dathomiri, elle avait fabriquée le manche de son Sabre-Laser avec la griffe d’un Rancor, ce qui était la preuve d’un caractère bien trempée. Faire son rapport et la voir garder un calme impérial devant des détails pourtant aussi malsain lui permis elle-même de relativiser. Mais elle n’était pas stupide pour autant, elle se rendait bien compte que cela ne serait guère la même chose pour sa maitresse, car l’on parlait de sa fille et non d’une inconnue. C’était un lien dans sa chair, dans la Force même, même en essayant de se rapprocher un maximum de cette dernière, Sarisa savait que la barrière existerait probablement pendant longtemps, elle serait patiente et saurait s’imposer, elle avait quelque chose a apportée dans la famille, elle en était persuadée.

    L’entrevue en elle-même servit surtout à la reine de savoir à quoi elle avait affaire. Les renseignements furent transmis et la Confédération lèverait tous les efforts nécessaires pour en finir avec le groupe terroriste de Maria, ce qui passerait par l’élimination de son père. Connaissant ses compatriotes, Sarisa savait que les méthodes employées seraient aussi radicale qu’expéditive, mais elle savait également qu’aucune ne pourrait égaler la cruauté de cette femme. Concernant les hommes et femmes emprisonné dans la Carbonite, l’on était en train de les identifier, pour la plupart, des gens sans histoires, mais également des personnes de systèmes neutres et même un Mando’ade ! Il faudrait contacter Mandalore pour le rendre à son clan, mais dans l’ensemble, il ne devrait pas y avoir trop de problème. La cellule psychologique était toutefois prête à intervenir, au cas où, l’on n’était jamais trop prudent. Tenel Ka lui avait également demandé de transmettre à la grande maitresse ses respects et la demoiselle acquiesça avant de s’en retourner vers son croiseur de classe Nova.

    En entrant dans le croiseur toutefois, elle senti quelque chose l’alerter dans la Force, quelque chose d’inquiétant, l’atmosphère semblait s’être soudain alourdit. Les retrouvailles entre mère et fille n’avaient pas dû être aussi belle que ne l’avait espérée sa maitresse, ce qui inquiéta bien aussi celle qui se consumait d’amour pour elle. Elle en eue la confirmation en voyant Cassandre s’approcher d’elle d’abord pour la remercier. Elle affirma que sans elle, sa fille serait morte, ce qui laissa un frisson parcourir sa petite échine : en effet, Cassandre étant prophète, l’avait-elle vue dans la Force ? Cela pouvait expliquer le comportement qu’elle avait à son égard. Elle confirma cependant que les retrouvailles s’étaient mal passée et de ce fait, que sa maitresse était partie s’isoler, probablement en dehors du croiseur même. Elle lui demanda d’aller la rejoindre, les deux femmes avaient besoin l’une de l’autre. Sarisa savait ce qu’elle avait à faire, mais avant qu’elle ne puisse partir, sa belle-mère l’embrassa sur le front et l’assura qu’elle s’occuperait de Kyla. D’un signe de tête, l’Hapienne la remercia et tourna les talons, bien décider à retrouver sa maitresse envers et contre tout.

    Il n’y avait pas trente-six endroits pour s’isoler dans ses docks et Sarisa savait très bien où trouver sa maitresse. Cette dernière était partie vers les balcons en quelque sorte, un endroit très peu fréquenté qui offrait une vue magnifique sur la première ville de la planète. Arsenicia lui tournait le dos, sa souffrance était si grande qu’elle avait trompé ses sens et pour la première fois, l’Hapienne fut capable de la surprendre. Se rapprochant d’elle, elle essuya une larme qui coulait encore et prit un sourire qui se voulait doux en lui prenant la cigarette de la bouche pour la jeter dans le vide. Non seulement c’était interdit de fumer ici, mais elle tenait à la santé de sa maitresse tout de même. Si la belle Arcadienne était encore triste et sur les nerfs, elle avait besoin de soutien et d’un électrochoc, et Sarisa était la seule personne capable de lui fournir et lui faire prendre conscience de la différence entre le ressentie véritable et la première impression.


    « Encore une cigarette… Tu veux vraiment mourir avant moi ma parole ! »
    « Fous-moi la paix, Sarisa »


    Rien de particulièrement encourageant… Le ton semblait fatigué et las, ce qui était d’ailleurs inquiétant. Elle avait employé son prénom, ce qui était très rare, elle préférait souvent les petits noms… Oui, elles avaient dépassé un cap aujourd’hui, restait à savoir si elles seraient capable de le transcender pour renforcer leur couple. En voyant Arsenicia sortir son paquet de cigarette et jouer avec, l’on pouvait affirmer sans trop se tromper que cela ne serait pas une partie de plaisir. Mais une détermination plus sereine avait envahie le regard de l’Hapienne, qui arborait toujours cependant sa chevelure blanche pour l’instant. Bien décidée à ne pas se faire ignorer, elle s’empara du paquet et l’envoya à son tour dans le vide d’un geste rapide et décidé. Sa maitresse avait beau être Grand Maître Jedi, elle était aussi sa maîtresse et lorsqu’elle était ainsi en danger, c’était à elle de l’aider à remonter la pente, si elle ne le faisait pas, qui le ferait.

    « Ce n’est pas avec ce genre de parole que tu me fera partir. Ta fille a besoin de toi, elle a besoin de nous ! J’ai besoin de toi ! Pense tu que l’on pourra créer notre famille si tu restes enfermée dans tes regrets ? »
    « Elle m'a giflé… Apparemment je suis plus douée pour m'envoyer en l'air avec mon plan cul au rabais, donc toi, que m'occuper de mes proches. »


    Pas d’amélioration… Pire, l’Arcadienne s’était mise à pleurer de nouveau, le ton de sa voix était toujours aussi triste et sans vie… Sarisa ne se démonta pas pour autant. Elle se décida à agir physiquement, puisque sa maitresse fuyait le contact visuel, elle allait lui imposer. Malgré sa petite taille, elle fut capable de la saisir par les bras pour la forcer à se tourner vers elle puis de lever la main droite vers son visage afin de pouvoir continuer à sécher ses larmes. Ses prunelles grenat n’avaient rien perdu de leurs résolutions, malgré l’attaque, Sarisa avait tenue bon comme l’aurait fait le bouclier déflecteur de son navire face un tir de batterie de Turbo-laser. Elle pensa que parfois, Arsenicia malgré son statut et son âge pouvait être encore naïve. A quoi s’était-elle exactement attendue ? A des retrouvailles dans la joie, avec une reconnaissance immédiate ? Non, malheureusement les choses ne se passeraient pas comme cela. Non, cela serait bien plus difficile…

    « Et puis ? Tu t’imaginais peut-être que la révélation se déroulerait bien, que vous seriez tombé dans les bras l’une de l’autre en pleurant ? Qu’elle m’aurait acceptée sans rien dire, reconnaissante ? Elle vient de vivre l’enfer et la seule personne en qui elle croyait vient de lui avouer qu’elle lui a menti pendant plus de quarante années… Mais elle réalisera vite son erreur. Tu pourras rattraper le temps perdue, comme je pourrais faire ma place, mais on doit le faire ensemble, sinon, c’est peine perdue… »
    « Je te remercie de me prendre pour une conne, je ne suis pas aussi naïve que j'en ai l'air. Je savais très bien que ce serait houleux, mais il y a certaine chose qui font tout de même très mal, même si on s'y attend. »


    Le ton était devenu plus froid… Mais il risquait de monter si l’Hapienne n’était pas capable de redresser la barre. Toutefois, dans sa souffrance, sa maitresse était en train de se refermer sur elle-même et elle-même avait choisi de la mettre face à ses responsabilités. Elle garda donc son calme, prouvant de cette façon qu’elle n’avait pas encore tout perdue de son enseignement de Jedi. Mais la peau de sa maitresse était également plus froide, elle pouvait la sentir tremblante dans ses bras. La souffrance, elle venait de la peur, cela menait à la colère, puis la haine, puis le côté obscur… Et le point de non-retour, celui ou Sarisa ne pourrait plus la sauver. Cela serait difficile à entendre, mais incapable de lever la main sur sa maitresse, la petite Hapienne allait manier le verbe, qui fut toujours son arme principale, afin de pouvoir tenter d’obtenir son électrochoc. Elle se souvint des évènements de la mission, de la colère et de la haine de sa maitresse… Elle respira un grand coup avant de reprendre la parole, comme un coup de poker

    « Lorsque nous étions la bas, nous avons étaient exposé aux mêmes horreurs, et nous avons réagi de la même façon, par la colère et la haine. Je ne suis plus que l’ombre de moi-même dans la Force, mais tu es encore puissante. Si tu venais à sombrer, je n’aurais jamais la force de t’affronter, ni de te ramener du bon côté. Je veux t’épouser, je veux que l’on forme une famille, pas condamner nos existences a la nuit ! »

    L’Hapienne avait joué sa dernière cartouche, en se dévoilant ainsi, elle se dévoiler entièrement, mais en même temps, elle prouvait à quel point elle était prête à se compromettre pour son amour. Il y eu un moment de silence, Arsenicia semblait encore dans le vide. Mais le regard pourpre qui scrutait le sien était affuté et attentif et su voir au travers les pupilles de la plus âgé une lueur revenir, elle avait enfin du progrès. Si le corps tremblait toujours, l’esprit était enfin en train de reprendre le dessus. L’Arcadienne tomba lentement à genou, allant appuyer sa tête sur le ventre de sa maitresse, la serrant dans ses bras et repris la parole avec une petite demande claire, mais qui faisait plaisir à entendre.

    « Pardonne-moi »

    Une demande sincère, mais qui était déjà acquise depuis le début, elle ne venait pas de se dévoiler ainsi pour ensuite faire retraite et lui tourner le dos, cela serait destructeur et elle ne s’en sentait pas capable, elle était bien trop amoureuse pour cela. S’abaissant quelque peu pour pouvoir être à niveau de sa maitresse, elle posa ses lèvres sur son front puis descendit encore son visage afin de pouvoir la regarder droit dans les yeux. Elles venaient de vivre l’une des pires journées de leurs existences certes, mais elles devaient absolument en faire une force pour l’avenir et non pas une blessure impossible à refermer. La demoiselle repris la parole afin de clarifier la situation et pour pouvoir rassurer sa belle.

    « Je t’aime, comment pourrais-je ne pas te pardonner ? Je sais que c’est difficile, mais nous sommes deux maintenant. N’oublie pas que quand tu souffres, je souffre moi aussi. Soyons forte ensemble, et allons retrouver ta mère et ta fille d’accord ? »

    Pour toute réponse, sa maitresse vint l’embrasser, un baiser passionné et particulièrement long que l’Hapienne ne refusa guère, bien au contraire, elle s’y abandonna complètement, se laissant porté par la douceur de ses lèvres et caressant toujours sa longue chevelure. C’était agréable de retrouver ce contact qu’elle avait craint d’avoir perdue, maintenant, elle se sentait plus en sécurité. Si elle avait était capable de rester droite et de ne pas craquer, elle devait admettre désormais qu’un nœud venait de se délier dans son ventre et qu’elle était maintenant bien plus soulagé. Après cet échange des plus doux, elle entendit sa maitresse répondre à sa demande en mariage d’une manière aussi simple qu’elle n’avait énoncée la sienne.

    « Moi aussi je veux t’épouser. »

    C’était tout ce qu’elle demandait. Avec un sourire, la jeune femme se releva avec douceur, accompagnant un maximum, enfin tout autant que sa petite taille lui permettait, la Grande Maitresse Jedi dans son mouvement. Elles étaient maintenant prêtes à partir pour se rendre dans le navire retrouver Cassandre et Kyla. Les quatre femmes auraient probablement des choses à se dire, au final, leur relation avait repris son cours normal depuis leur première rencontre : elle allait à cent a l’heure sans jamais se stopper. Par un « Allons-y » déterminée, Arsenicia donna le top départ et Sarisa reparti donc la première vers son croiseur. Comme il y avait quand même des techniciens non loin du navire, elle ne pouvait se permettre de lui prendre la main ou avoir un geste d’affection, elle espérait bien ne pas avoir était surprise en plein baiser, mais elle réfléchirait a cela ensuite. Pour l’instant, c’était la suite des évènements qui l’intéressait et pas autre chose…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]   Ven 17 Aoû - 7:07

[Désolé pour les fautes, je n'ai pas corrigé.]

    C’est à la brise qu’Arsenicia confia son chagrin. Bien qu’elle s’attendait à un rejet de la part de Kyla, le vivre réellement était très douloureux. L’Arcadienne avait été très loin d’imaginer que cela serait si difficile à surmonter… Dans un coin de son esprit, elle espérait sincèrement que sa mère parviendrait à calmer Kyla et à lui faire voir les choses comme elle les avait vus il y a quarante huit ans. Tirant une nouvelle fois sur sa cigarette, elle observa le petit nuage de fumer se dissiper rapidement, emporté par le vent. Présentement, la Jedi n’avait guère envie de quoi que ce soit, si ce n’est resté ici et être seule avec elle-même … Cet endroit était calme, personne n’était venu la déranger, la laissant tranquille avec ses pensées. Quelques-unes allaient à Eltarys, la Jedi se demandait comment lui aurait annoncé tout cela à Kyla … Et une grande partie allait à Sarisa. Le cœur d’Arsenicia était partagé entre son désir d’être seule avec elle-même et celui de se blottir dans les bras de sa maîtresse… Finalement, le destin opta pour le second choix, car une main se posa délicatement sur sa joue pour en effacer les larmes, puis lui prit sa cigarette et la jeta dans le vide. Ce geste l’agaça grandement, fumer lui permettait de penser à autre chose… ce n’est pas comme si elle y était accro. D’une voix las et fatiguée, elle répondit à Sarisa assez sèchement, utilisant son prénom pour donner plus de portée à ses mots.

    « Fous-moi la paix, Sarisa. »

    Pour bien marquer son agacement, Arsenicia sortit son paquet des replis de sa tunique Jedi. Cependant, elle ne l’ouvrit pas, se contentant de jouer avec entre ses doigts tout en observant l’horizon, refusant tout contact visuel avec son amante. Cependant, celle-ci était tenace. Elle lui prit le paquet et le jeta également dans le vide et ce de toutes ses forces. La Jedi se retint de grincer des dents, mais si Sarisa continuait ainsi il était fort probable qu’elle énerve vraiment sa compagne, qui était déjà sur les nerfs. Lorsqu’elle lui répondit, sa voix était toujours aussi lasse.

    « Elle m’a giflé… Apparemment je suis plus douée pour m’envoyer en l’air avec mon plan cul au rabais, donc toi, que m’occuper de mes proches. »

    Malgré elle, les larmes revinrent troubler sa vision et d’un clignement de paupière, elle les chassa. Celles-ci dévalèrent silencieusement ses joues. Elle sentit alors la main de sa compagne s’enrouler autour de son bras et la forcer à se tourner vers elle. Arsenicia aurait très bien pu éviter son regard en le posant au dessus d’elle, mais ses azurs se posèrent naturellement sur les rubis de sa maîtresse. Elle y décelait la détermination … Elle n’allait pas abandonner de si tôt. Levant la main, elle essuya une nouvelle fois les larmes de la Jedi, qui se laissa faire sans broncher. Lorsqu’elle répondit à Sarisa, sa voix se fit froide et cassante.

    « Je te remercie de me prendre pour une conne, je ne suis pas aussi naïve que j’en ai l’air. Je savais très bien que ce serait houleux, mais il a certaine chose qui font tout de même très mal, même si on s’y attend. »

    Arsenicia était bien consciente qu’elle était en train de se refermer sur elle-même, mais c’était là sa façon de faire. Cela avait toujours été ainsi et c’était pour cela que Cassandre avait envoyé Sarisa. Si l’Arcadienne était restée seule à se morfondre, cela aurait put être catastrophique. Sans vraiment s’en rendre compte, Arsenicia était prise de tremblements et sa peau était devenue froide. Elle avait peur. Lorsque sa maîtresse reprit la parole, elle parvint enfin à débloquer quelque chose en Arsenicia. Cette petite lueur au fond de son regard sembla soudainement se raviver. Sarisa avait raison sur toute la ligne mais, se qui sembla réanimer la Jedi fut bien ces trois moi, ce désir qu’elle avait énoncé, celui de l’épouser et de se lier à elle pour les siècles à venir … Parviendraient-elles à former une famille ? Sarisa, Kyla et Arsenicia ? Peut être … Mais pour le savoir, la Jedi devait prendre le risque d’essayer. Lentement, Arsenicia se laissa tomber à genoux et vint poser sa tête contre le ventre de sa maîtresse, la serrant dans ses bras. Elle recherchait là l’étreinte protectrice des bras de sa compagne, ce que celle-ci lui offrit. Alors, la Jedi prit la parole d’une voix plus claire et bien plus calme, énonçant une demande.

    « Pardonne-moi. »

    Sarisa s’abaissa quelque peu pour être au niveau d’Arsenicia, qui pourtant la tenait toujours dans ses bras. Elle déposa un baiser sur son front, comme sa mère pouvait le faire avec elle, puis descendit encore afin de pouvoir la regarder dans les yeux. Sa belle reprit la parole afin de clarifier la situation, ce à quoi Arsenicia répondit spontanément par un long baiser. Voilà une sensation qui lui avait énormément manqué durant ces dernières heures et tandis qu’elles approfondissaient ce baiser, Arsenicia serra davantage encore la jeune femme contre elle, celle-ci passant ses bras autour du coup de sa maîtresse. D’une douceur incroyable, leurs lèvres se mouvaient ensemble tandis que leurs langues se cherchaient avec douceur. Lorsqu’elles se séparèrent, Arsenicia la serra dans ses bras et vint lui murmurer quelques mots aux creux de l’oreille.

    « Moi aussi je veux t’épouser. »

    C’était très simple, mais pourquoi s’embêter avec le compliqué ? Sarisa avait énoncé sa demande sans se mettre à genoux ou quoi que ce soit d’autre, alors pourquoi Arsenicia devrait-elle le faire ? La simplicité, voilà quelque chose qui lui allait parfaitement. La Grande Maîtresse Jedi se releva doucement, accompagné dans son mouvement par sa belle. Avec amusement, elle en vint à penser que les talons de dix centimètres n’étaient pas si mal, en fin de compte … Prenant une grande inspiration, Arsenicia annonça le départ avec un « Allons-y » déterminé.

    Sur le chemin du retour, elles ne purent hélas avoir aucun geste tendre l’une envers l’autre, ne serait-ce que se tenir par la main. Pour cela, Arsenicia avait parfois envie d’être sur Arcadia. Là bas, elle n’aurait nullement besoin de se cacher. Là bas, si l’envie lui prenait d’embrasser Sarisa devant une foule, elle pourrait le faire sans craindre d’avoir des problèmes en retour … Lorsqu’elles arrivèrent à bord du Galeniël, Arsenicia saisit sa compagne par le bras et lui intima le silence en posant son doigt sur ses lèvres. Elle s’avança ensuite à pas de loup et s’arrêta avant de franchir la porte de la salle principale. Une mélodie s’échappait du piano qui s’y trouvait. Sans réellement savoir pourquoi, Arsenicia se sentit très émue par ces notes et lorsque la voix de sa mère se fit entendre, elle pencha légèrement la tête pour mieux entendre.

    Ainsi, Kyla avait écrit ce morceau dans sa jeunesse et ce pour elle … Arsenicia jeta un regard en direction de Sarisa, puis s’avança dans la salle, toujours aussi silencieuse. Elle s’arrêta au niveau de sa fille et se pencha légèrement vers elle. Ce fut dans sa langue natale qu’elle lui répondit étant donné que les deux autres Arcadiennes c’étaient également exprimées dans cette langue.


    « C’était très beau … Merci. Moi aussi j’ai quelque chose pour toi. »

    Cependant, ce n’était pas un morceau de musique. Arsenicia s’éclipsa rapidement et s’en alla prendre quelque chose dans sa chambre. Lorsqu’elle revint, elle se dirigea vers l’écran de contrôle de la salle principale et chargea quelque chose. Lorsque ce fut fait, elle revint auprès des autres, restant cependant debout appuyé contre le mur.

    « Ceci a était commencé il y a quarante-huit ans et sept mois exactement. Il n’a était terminé que récemment … Je n’ai rien à cacher, alors vous pouvez rester. » Dit-elle en s’adressant à sa mère et à Sarisa. « Le ridicule ne tue pas mais je vous saurais gré de ne pas rire. »

    D’un mouvement de la main, Arsenicia lança la vidéo.



    Un homme aux longs cheveux brun-roux était à l’écran, visiblement assit sur un fauteuil. Au vu de sa tenue c’était un Jedi. Il était très musclé et abordait un petit sourire charmeur. On entendit alors une voix, celle de Nicia.

    « Non, sérieusement Eltarys… Je ne me montre pas, j’ai l’air d’une grosse vache ! »
    « Mais non, tu es très belle … Aller viens ici, ne me force pas à venir te chercher. »

    Arsenicia, de quarante-huit années plus jeune apparu alors, le ventre bien rond mais pourtant pas si gros, et prit place à côté d’Eltarys, allongeant ses jambes sur lui.

    « Tu vois, ce n’est pas si pire. Tu n’es pas grosse, ma chérie … Juste … enceinte. Ce n’est pas comme si tu avais pris dix kilos en plus. »
    « Si, justement. » dit-elle en lui lançant un regard noir.
    « Et merde … Enfin bref ! On a l’air ridicule, mais ce n’est pas grave. »
    « Je ne te le fais pas dire … »
    « Mmh … Donc. Si nous faisons cela c’est dans l’optique de t’expliquer pourquoi nous ne t’avons pas élevé nous même et également pour que nous nous arrêtions d’appréhender ta venue. C’est marrant de te parler alors que tu es encore … bah dans le ventre de ta mère. »
    « Très classe Eltarys, vraiment très classe. » dit alors Arsenicia en se passant une main sur le visage, l’air tout de même amusée.
    « Rho ça va … »

    Il se pencha et l’embrasse, puis une nouvelle image apparu. Le ventre de Nicia était encore plus arrondi.

    « Chéri … »
    « Hum ? »
    « Je crois que j’ai perdu les eaux. »
    « Hein ? Oh merde ! Ah oui en effet … »

    Il la prit dans ses bras et quitta le cadre. Une nouvelle image apparue.

    « Tadam ! Tu es né ! Et tu es mignonne en plus. Comme tu le remarque, nous sommes sur Arcadia. Il est temps de reprendre un peu notre sérieux et de t’expliquer. Nicia à vingt-cinq ans, j’en ai trente. Pour nous, Arcadiens, c’est jeunes. Oui, je sais ce que tu te dis. Nous n’étions pas près alors pourquoi ? Et bien ta mère m’a sauté dessus et… » Celle-ci le frappa derrière la tête « Aie ! Bon d’accord. Nous aurions dû faire attention, mais nous sommes jeunes et … »
    « Tu cherche des excuses. » Le coupa Nicia tandis qu’elle donnait le biberon à Kyla.
    « Ce n’est pas faux. C’est juste tellement … »
    « Terrifiant ? Je ne te le fais pas dire. C’est pour cela que nous te laissons à mes parents. Ils sauront t’élever comme il faut. Eltarys et moi sommes Jedi, notre quotidien n’est pas des plus calmes et c’est peut être méchant à dire mais nous n’avons pas le temps … C’est pour cette raison que tu seras ma sœur, Kyla. Pour ton propre bien, nous t’éloignons de nous. »

    Une nouvelle image succéda à Arsenicia regardant Kyla tout en donnant le biberon à son enfant qui tentait déjà d’attraper les longues mèches de cheveux sa mère. Sur la vidéo suivante, Arsenicia avait coupé ses cheveux très court, tandis qu’Eltarys restait pareil à lui-même. Il était allongé sur le canapé, la tête sur les cuisses de la Maître Jedi.

    « Cinq ans. Tu as cinq ans. Et tu vas devenir Jedi. »
    « Mère dit que c’est une vrai diablesse. C’est la galère qui commence … »
    « Mais non, ça ira … Au pire tu l’attache sous le Galiffrey et survole le Temple … »
    « Et là elle fait une crise cardiaque. Non merci, mais Il va falloir rentrer dans nos rôles respectifs. »

    L’image suivante montrait Eltarys seul. Il sembla regarder autour de lui afin de s’assurer qu’il est bien seul.

    « Bon, Kyla. Ne laisse pas ta mère cuisiner pour toi, quoi qu'elle en dise. Elle pourrait te tuer. Je l'ai appris à mes dépends quand nous avons commencé à vivre ensemble. Je peux te dire que ta mère m'en a bien fait baver...surtout lorsqu'elle sortait toute nue alors que je méditais. Enfin le pire fut sans doute la fois ou elle est restée une semaine sur Dxun, toute seule, sans aucun équipement en milieu hostile et qu'elle est venue me prendre dans ses bras dès qu'elle m'a vu... Je ne t’explique même pas à quel point j'avais l'impression d'avoir un Hutt pour compagne. »

    Derrière Eltarys arriva alors Arsenicia, très discrète. Celle-ci pris alors un livre assez fin et le roula, mimant quelqu’un qui donne un coup de batte à une balle avant de frapper le Jedi derrière la tête et ce assez fort.

    « Je t’ai entendu. »
    « Aie ! Non mais elle me bat en plus ! »

    Dit-il en se levant et en attrapant sa femme par la taille, la soulevant de terre. Il quitta ensuite le cadre et l’image s’effaça. La suivante montrait toujours Eltarys, allongé sur le même canapé, il semble cependant plus vieux.

    « Quoi qu’elle te dise, ta mère n’était pas une bonne élève, elle m’en a même souvent fait baver. Alors quand elle te dira de faire ce qu’elle dit et non ce qu’elle fait … et bien je te donne la permission de l’embêter un peu. Mais pas trop, quand elle hausse le ton mieux vaut se mettre à l’abri. »

    Autre image. Arsenicia était seule, elle avait l’air sombre. Celle-ci prit la parole, regardant un point fixe sur le sol. Elle semblait être perdue.

    « Il ne reviendra pas. Il est mort. Ton père est mort. C’était si … Sache simplement qu’il t’aimait et qu’il a donné sa vie pour sauver la mienne… Pour qu’un jour tu puisses connaître la vérité … C’est lui qui aurait du vivre, je ne voulais pas le laisser, je n’ai pas pensé à toi … » Une larme roula sur sa joue. « Je suis désolé. Le soir je n’arrive pas à dormir et je me demande comment je vais faire pour tout te révéler. C’est si compliqué … »

    L’image s’effaça. La suivante montrait une Arsenicia plus âgé. Son bras droit était couvert de cicatrices, elle était Grand Maître. Elle était allongée sur le canapé du Galeniël, jouant avec son paquet de cigarette.

    « Je viens de devenir Grand Maître. Le conseil c’est terminé il y a … une heure à peine. J’ai eu envie de te parler un peu. Je n’ai guère de choses à te dire, cela me semble si superflu par rapport à ce que tu vis … Sache simplement que je t’aime et que ce secret devient de plus en plus lourd à porter. »

    L’image s’effaça et fut rapidement remplacée. Arsenicia se tenait une nouvelle fois à bord du Galeniël, sur le fauteuil qu’occupait actuellement Cassandre.

    « A notre prochaine rencontre, je ne te laisserais pas repartir. Non, pour toi la cavale est terminée … Lorsque que tu verras cela, tu sauras tout. Tu sauras que tu es ma fille, que je t’aime plus que tout et que quoi que tu fasses cela ne changera pas. Je suis ta mère, je t’ai porté et mise au monde … je ne peux pas cesser de t’aimer.
    »

    D’un nouveau geste, Arsenicia coupa la vidéo et l’écran redevint noir. Grâce à la Force, elle attira à elle la carte contenant le fichier vidéo et le rangea dans les plis de sa bure. Son regard se posa alors sur Sarisa, se demandant comment celle-ci allait réagir à la vue de cette vidéo. Cassandre se contentait de sourire, alors la Jedi posa son regard sur sa fille. Arsenicia vint s’asseoir à côté d’elle, l’observant quelques secondes avant de reprendre la parole après une longue inspiration.

    « Je ... je peux te prendre dans mes bras ? »

    Kyla accepta, lui demandant cependant d’y aller doucement. Arsenicia n’avait pas oublié les blessures de sa fille et ne tenait pas à lui faire mal. Avec douceur, la Jedi l’attira contre elle, nichant elle-même son visage dans le cou de sa fille, la gardant contre elle tandis que la jeune Arcadienne passait ses bras autour des épaules de sa mère. Les deux femmes ne semblaient pas vouloir se détacher l’une de l’autre, elles étaient comme soudées. Cette étreinte représentait beaucoup à elle seule. De joie cette fois-ci, des larmes roulèrent sur les joue de la Maître Jedi tandis qu’un sourire étirait ses lèvres. Cependant, ses pensées allaient également pour Sarisa et Cassandre. Alors, elle lança son esprit dans la direction de sa mère et la remercia mentalement, puis vers Sarisa.

    * Merci, mon amour. Je me demande ce que je ferais sans toi … Je t’aime. *

    Puis, tandis que Kyla et Arsenicia se séparaient, se fut Cassandre qui prit la parole, s’adressant à la fois à sa fille et à Sarisa. Son ton était tout ce qu’il y avait de plus naturel et sa question eu le don de détendre l'atmosphère et de causer l'amusement de Kyla.

    « Alors… Nicia, Sarisa … Le mariage est pour quand ? »
    « Mère ! »
    « Quoi ? C’est mon travail de tout savoir, tu sais très bien que j’ai toujours un coup d’avance. De ce que j'ai vu, ce sera sur Arcadia, dans l'intimité donc ton père, Kyla et moi ... et ce cher K9, à qui tu mettra un noeud papillon rouge pour l'occasion et ... »
    « Mère !! »
    « Bon d’accord, j’arrête. » Capitula t-elle, franchement amusée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]   Dim 19 Aoû - 2:59

    Soupirant d’aise, je finis par m’arrêter de pleurer… Ces musiques ajoutées à la présence de Cassandre avaient réussi à m’apaiser… J’étais plus tranquille…plus sereine… J’avais même cessé de trembler… En résumé… j’étais bien… Je comptais bien profiter un peu de cet état d’esprit… Cela me changeait beaucoup de ce que j’avais connu ces derniers temps… En fait, si cela avait été possible, j’aurais même voulu que le temps s’arrête afin que plus jamais je n’aie à subir de peine ou de souffrance… Mais hélas, ce rêve ne pouvait être une réalité… Il me fallait faire face à plusieurs choses et je ne pouvais en aucun cas m’y dérober…

    « C’était très beau … Merci. Moi aussi j’ai quelque chose pour toi. »

    Sursautant, je me retournais prestement et constatais la présence de ma mère… Je ne l’avais même pas entendue venir…ni même sentie à l’aide de la Force… Bon, il est vrai que je ne sentais pas grand-chose vu qu’en ce moment cela ne fonctionnait que par moment… Je ne pouvais donc compter sur mon sixième sens…
    Regardant attentivement le visage de Nicia avant que celle-ci ne quitte la pièce, je constatais qu’elle avait pleuré de par ses yeux rougis… sans doute à cause des paroles cinglantes que je lui avais jeté à la figure… J’avais été dure avec elle…trop dure… Je m’en voulais désormais… Si quelqu’un avait bien été odieux…c’était moi et personne d’autres… C’est pour cette raison que je me promis une chose : une fois qu’elle serait revenue, je m’excuserais sans plus attendre… Je ne voulais pas faire souffrir ma sœur…enfin ma mère… Il est vrai que désormais j’allais devoir m’habituer à cette nouvelle relation avec Nicia… et je trouvais cela bizarre même si je m’étais toujours doutée qu’il y avait anguille sous roche… Non pas que j’étais hostile à cette nouvelle relation bien au contraire…mais je ne pouvais pas m’empêcher de faire le lien avec notre ancienne relation… Certaines choses risquaient de changer… Or, je trouvais cela dommage…

    Lorsque ma mère revint, elle s’attela directement à faire quelque chose sur l’écran de contrôle… Je n’aurais su dire quoi mais on aurait dit que c’était très important vu à quel point son visage semblait sérieux… Quelque chose lui posait un souci ? Avait-elle une dernière révélation à faire à mon sujet ? Je n’en savais rien… C’est pour cette raison que je décidais donc de rien dire et d’attendre la suite des évènements bien calmement…
    Finalement, Nicia prît la parole… Ce qu’elle déclara, titilla ma curiosité… Que comptait-elle nous montrer ? D’après ce qu’elle avait pu dire, je déduisis que ce qu’elle allait nous projeter était relié à ma personne et ce de près vu que tout comme moi, ce quelque chose avait 48 ans… Mais une question subsistait…. Pourquoi ne devions-nous pas rire ? Était-ce si ridicule que cela ? Pourtant si c’était si ridicule que cela et si cela me concernait, je devais forcément m’en souvenir… A moins qu’une fois encore ma mémoire m’ait fait défaut… Je ne fis donc aucun commentaire au sujet des paroles de ma mère et regardait attentivement la vidéo qu’elle venait de lancer.

    Ce que je vis…me fît écarquiller les yeux… Un homme aux longs cheveux bruns-roux venait en effet d’apparaitre sur l’écran… Cela faisait plusieurs années que je n’avais plus vu cette personne…Le revoir, alors qu’il était mort me fît un choc… Il ne s’agissait ni plus ni moins que de l’ancien amant de Nicia… Eltarys… Le revoir même en tant qu’enregistrement ne devait pas être facile pour ma mère… Je ne saurais imaginer cet état d’esprit en cet instant…
    Ma mère au bout de quelques secondes, apparut elle aussi à son tour…ce qui me surprit beaucoup… La voir aussi jeune…et enceinte n’était pas quelque chose de commun pour moi ! A vrai dire, je trouvais même cela bizarre… et…rassurant quelque part… En fait…à cette vision, je ne pus m’empêcher de me dire que dans son ventre…j’avais été « en sécurité »… Et dire que désormais…je ressentais cette même sécurité quand elle me prenait dans ses bras… J’aurais du me douter que depuis le début, il s’agissait de ma mère… Même sans mémoire, un enfant sait reconnaitre sa génitrice quand elle le tient dans ses bras... et il en va du même pour le père… Quand j’étais petite, j’adorais passer du temps avec lui quand je le pouvais… Je comprenais maintenant pourquoi… Un lien nous réunissait tous les 3 depuis ma naissance… D’ailleurs cet enregistrement avait pour vocation d’expliquer pourquoi cette réunion n’avait jamais pu se faire pleinement… Ils devaient sans doute avoir une bonne raison…
    Voir ainsi mes deux parents réunis et heureux, m’arracha un sourire…. Sourire qui s’agrandît de par les paroles d’Eltarys… Je savais de qui je tenais ma maladresse et mon humour si ravageur ! C’était d’ailleurs amusant de voir de qui je tenais certains aspects de ma personnalité…

    La vidéo s’arrêta, laissant place à une autre séquence qui était des…plus spectaculaires… Il ne s’agissait ni plus ni moins des secondes précédant l’accouchement de Nicia… Ce moment qui aurait pourtant du être très sérieux dans son commencement fut plutôt des plus maladroits…. Maladroit pour mon père bien entendu… Ce contraste entre sa maladresse et le sérieux de la situation me fît non pas sourire…mais rire... Un rire sincère…comme lorsque j’étais petite et insouciante… comme lorsque j’étais une Jedi pleine de vie…

    Une fois encore la vidéo s’arrêta et laissa place à l’enregistrement suivant… enregistrement qui était d’ailleurs fort attendrissant et qui me fît sourire… Me voir moi petite dans les bras de Nicia en train de me donner le biberon était quelque chose de…magnifique et plaisant… C’était même drôle de me voir moi petite en train d’essayer d’attraper les cheveux de Nicia comme s’il s’agissait d’un fabuleux trésor… J’avais la chance en cet instant de nous voir tous les trois réunis… A vrai dire…j’aurais même aimé avoir un holo de ce moment…afin de toujours me sentir proche de mon père mais aussi de Nicia qui elle au moins avait encore la chance d’être en vie… Cet instant terriblement touchant, fit naître au coin de mes yeux quelques larmes qui roulèrent le long de mes joues…
    Finalement le moment que j’attendais tant était arrivé… : les justifications de ce mensonge… Ce moment qui aurait du être des plus sérieux…fut transformé par une succession de phrase en un instant comique ce qui me rendit hilare une nouvelle fois. Il venait de faire passer ma mère pour une véritable nympho en chaleur ! Cette image si suggestive était vraiment des plus drôles.
    Ils reprirent leurs sérieux…du moins Nicia et ils m’avouèrent les raisons de ce mensonge…qui étaient tout à fait valable… Élever un enfant alors que l’on était Jedi n’était pas quelque chose de très facile… A vrai dire, l’enfant risquait même de voir son enfance gâcher s’il apprenait que ses parents étaient morts… Qui plus est, Nicia et Eltarys n’auraient eu que très peu de temps à m’accorder… ce qui aurait rendu nos séparations terriblement déchirantes… Ils n’auraient jamais pu s’occuper de moi comme ils le voulaient… Ils avaient donc pris les meilleures dispositions à mon sujet…. Même s’ils n’avaient pas pu m’éduquer, ils s’étaient souciés de mon bien… Or ce souci de ma personne représentait beaucoup de chose à mes yeux… Ils étaient malgré les apparences des parents formidables… Le seul point négatif dans tout cela, c’est que je n’aurais l’occasion de connaitre plus intimement mon père… mais au moins il me restait ma mère et c’était une chance de la connaitre.

    Les trois autres séquences suivantes furent elles aussi des plus cocasses… Le premier enregistrement avait eu la particularité de raffermir ma position… Même s’ils ne m’avaient pas vu grandir, ils demandaient des nouvelles de ma personne auprès de grand-mère ce qui témoignait en leurs faveurs… Ils avaient été de merveilleux parents… Néanmoins, je trouvais dommage que nous n’ayons jamais pu connaitre la paix… Dans ces circonstances, mes parents auraient très bien pu m’élever…ce qui aurait été une expérience formidable.
    Les deux autres enregistrements étaient des révélations quelque peu suspectes au sujet de Nicia… Ainsi, lui aussi avait subi la cuisine de ma mère… Et dire qu’une fois ou deux elle m’avait fait à manger et que je m’étais efforcée de manger ces plats au gout douteux afin de lui faire plaisir… J’étais donc bien d’accord avec mon père… Arsenicia n’avait aucun talent pour la cuisine ! Même un Hutt ne pourrait avaler ce qu’elle cuisine ! J’appris aussi que ma mère n’était pas une bonne élève… du moins pas comme elle l’affirmait ! Et dire que petite, elle m’avait fait la leçon sur plusieurs choses comme quoi elle n’aurait jamais osé faire ça ou autre chose ! Mon père m’avait donné de quoi répliquer désormais ! Et je comptais bien m’en servir ! Ce fut pour cette raison qu’après avoir rit aux éclats une fois, un petit air facétieux apparut sur mon visage…

    Les autres séquences, contrairement aux autres, ne furent pas réjouissantes…bien au contraire… La première montrait Nicia…après la mort de mon père… La voir dans cet état me rappelait le mien mais aussi ce qu’elle avait enduré… Si elle avait été à coté de moi en cet instant, je l’aurais sans doute pris dans mes bras afin de la réconforter vu que je me doutais que ce moment devait être dur à voir et ce malgré le passage du temps… J’espérais de tout mon cœur que la tristesse n’allait pas trop accabler son âme… D’ailleurs voir ma mère dans cet état me broyait le cœur… Jamais encore je ne l’avais vu si désespérée…si perdue… Et dire qu’à cette époque j’avais tenté de la consoler… je me rendais compte que je n’avais fait sans doute qu’accentuer sa tristesse…
    La seconde séquence me montra Nicia qui venait de devenir grand maître… D’après ce que je pus voir sur son visage, en plus de ses paroles, ce secret la rongeait…et ce depuis trop longtemps… Mais d’un autre coté à cette époque elle devait avoir peur de ma réaction…peur que je la rejette comme je l’avais fait…
    Le troisième et dernier passage, quant-à lui, était une sorte de conclusion… Elle avait du l’enregistrer après notre aventure sur Taris… Ces paroles…me touchèrent profondément et firent couler quelques larmes sur mon visage… Jamais je n’aurais du m’emporter contre elle… Elle tenait à moi et moi tout ce que j’avais trouvé à faire avait été de me laisser emporter par ma colère…. Je m’en voulais…beaucoup… J’avais été cruelle avec elle, alors que ma mère avait ô combien souffert de ce secret…j’étais impardonnable.

    L’enregistrement venait de délivrer son dernier message… La voix de Nicia laissa place à un silence que je trouvais pesant… A vrai dire j’attendais avec impatience la réaction de ma mère… vu que moi je ne savais trop comment réagir… J’avais même peur d’être maladroite dans mes paroles et dans mes gestes…
    Finalement, elle s’approcha de moi et au bout de quelques secondes prononça quelques paroles…


    « Je ... je peux te prendre dans mes bras ? »

    Ces quelques mots, m’enlevèrent un grand poids… Elle m’acceptait toujours en tant que fille et ce malgré mes paroles en l’air… J’étais heureuse de ce constat… Néanmoins, je ne pus m’empêcher d’accueillir sa demande avec appréhension… Chaque fois que l’on me touchait, mes souvenirs me ramenaient à ce séjour chez Maria… Je réagissais donc à chaque fois comme quelqu’un d’apeuré… Je cherchais à m’éloigner de la personne qui voulait avoir un contact physique… Cependant… je voulais faire plaisir à Nicia… Elle avait été privée de son rôle de mère pendant bien trop longtemps… Qui plus est… j’avais envie de me jeter dans ses bras… Je lui répondis donc d’une voix qui s’apparentait presque à un murmure :

    « Oui…tu le peux…mais…vas-y en douceur…s’il te plait… »

    Lorsque ma mère m’attira contre elle et nicha sa tête contre mon cou je ne pus m’empêcher de trembler pendant quelque seconde… C’était une réaction qui était devenue instinctive chez moi… Heureusement, ces tremblements cessèrent bien rapidement et je pus savourer pleinement cette étreinte…
    Mue toujours par mon instinct et mon envie d’être proche de Nicia, j’entourais ses épaules à l’aide de mes bras… Aucune parole ne fut prononcée…et à vrai dire aucun mot n’aurait semblé décrire avec assez de justesse nos émotions… Je me sentais bien dans ces bras…le reste importait peu… J’aurais même voulu que rien ne vienne briser ce moment…que nous restions ainsi pour l’éternité…tellement cela me réconfortait et tellement je me sentais proche de Nicia en ce moment… Il se fait sans dire que je pleurais évidemment…mais ce coup-ci il s’agissait de larme de joies… J’étais heureuse de ces retrouvailles…

    Finalement notre étreinte cessa et ce fut avec regret que je m’éloignais de Nicia…quand bien même je tenais toujours une de ces mains… Cassandre prit alors la parole et tint un langage qui m’abasourdit mais qui aussi me fît éclater de rire… Ainsi Sarisa et ma mère était en couple ?! J’étais loin de me douter que ma génitrice avait trouvé quelqu’un ! J’étais contente pour elle ! Nicia méritait d’être heureuse ! Leur relation ne risquait pas de changer et ce même si j’étais de retour… Il était totalement exclu pour moi que je m’oppose à cette relation… A vrai dire, je préférais l’encourager ! S’opposer à leurs bonheurs… était une chose qui ne me viendrait même pas à l’esprit ! Mais tout de même…j’étais loin de me douter que leur relation en était déjà à un tel stade !
    En tout cas, grand-mère avait le mérite d’avoir réussi à faire sorte que j’ai un fou rire comme j’en avais rarement… Voir Nicia tenter d’échapper à cette discussion si gênante était hilarant à voir…mais le pire…fut sans doute d’imaginer le droide avec un neuf papillon ! Le pauvre… Il allait le sentir passer ce mariage ! Puis au bout de quelque instant, Nicia s’allongea, cacha sa tête rouge de honte dans un des oreilles présent et commença à rire…du moins c’est ce que j’en déduis vu que ces épaules bougeaient

    Reprenant mon sérieux, même si je gardais un petit air facétieux quand je regardais ma mère, je décidais de m’approcher d’elle afin de lui dire quelque chose dans le creux de son oreille… Je tenais absolument à lui dire ces paroles… C’était très important à mes yeux…
    Prenant mon courage à deux mains, je pris la parole en Arcadien :


    « Je suis désolé pour tout ce que je t’ai dit…ma conduite était inacceptable… Je m’excuse…mère… »

    Celle-ci en réponse, m’embrassa sur le front et me prît dans ses bras alors que mon cœur battait la chamade… J’étais rassurée…mais je le fus encore plus quand elle prît elle aussi la parole.

    « Je te pardonne…ma fille »

    Ces paroles, étaient encore plus explicites que ses gestes… Un sourire apparut donc sur mon visage... J’étais rassurée…et contente… Elle me pardonnait pour ce que j’avais pu dire… et elle m’acceptait toujours comme étant sa fille… Cela signifiait beaucoup pour moi… Cette nouvelle relation qui s’offrait à nous risquait d’être des plus surprenantes mais aussi des plus agréables ! Au début cela risquait d’être assez dur vu que c’était tout nouveau pour nous et car j’étais dans un sale état…mais au fil du temps j’étais sûre que nous allions par sortir renforcer et encore plus proche que nous l’étions auparavant.

    Quittant à regret ma mère, je me levais et regardait en direction de Sarisa… J’avais aussi quelque chose à lui dire… Quelque chose qui me tenait aussi très à cœur… Certes ce n’était pas grand-chose mais je mettais un point d’honneur à lui parler… D’ailleurs…mes paroles suivantes pourraient peut être rassuré les tourtereaux vu qu’ils redoutaient que je puisse m’opposer à leurs relations… Heureusement pour eux, je n’étais pas ce genre de personne…


    « Avant de partir je voudrais vous dire quelque chose… Même si nous ne nous connaissons pas encore… Je suis heureuse de vous rencontrer…. Je voudrais avant tout m’excuser pour les paroles que j’ai dit à votre encontre… Vous traiter de plan cul au rabais n’était pas la meilleure des choses à faire… Je vous ai mal jugé… Pour que ma mère vous aime, c’est que vous devez être une personne merveilleuse en tout point… Si mère vous a accordé sa confiance…je vous accorde aussi la mienne sans hésiter… D’ailleurs vos actes prouvent que vous êtes quelqu’un sur qui l’on peut compter… Je voudrais donc vous remercier…vous remercier pour avoir donné du bonheur à Nicia et vous remercier pour m’avoir tiré de cet enfer… Merci…du fond du cœur. » Je jetais un regard à chaque personne présente dans la pièce puis je repris la parole « Maintenant si vous voulez bien tous m’excuser, j’aimerais aller me reposer…».

    Ce fut donc sur ces paroles, que je laissais tout ce monde afin de rejoindre ma chambre… j’avais besoin de repos…et toutes les révélations que l’on m’avait faite aujourd’hui m’avaient épuisées… J’avais besoin aussi de réfléchir à certaines choses et ça je devais le faire seule…. Certes à la fin j’allais devoir parler avec ma mère…mais pour le moment je préférais forger mon propre point de vu quant-à ma nouvelle situation…

    Une fois revenue dans la chambre, je m’allongeais sur le lit et soupirait…. Qu’allais-je donc faire maintenant ? Qu’allais-je donc devenir ? J’avais appris que Nicia était ma mère et en plus que j’avais retrouvé mon lien avec la Force… Certes je ressentais que ce lien était revenu mais tout me semblait encore faible comme si mon lien était atrophié… la Force était à peine perceptible… Il me faudrait du temps pour retrouver un lien semblable à celui que j’avais quand j’étais maître… Mais le pire c’était que d’un coté cela m’effrayait… A cause de mon empathie… et des liens que je nouais bien malgré moi…j’avais souffert terriblement de la mort de mes amis… A cause de cela, j’avais succombé au coté obscur… Or cette souffrance ajoutée aux ténèbres, me faisaient effroyablement peur… A vrai dire j’en étais à me dire que mon lien n’aurait jamais du revenir vu que je m’étais fait à sa disparition… Ressentir les choses avec tant d’intensité n’était pas très agréable… C’était presque une malédiction…

    Et encore, il restait aussi toutes les autres questions… J’étais une Hors la loi recherchée par l’Alliance Galactique… Je ne pouvais donc rester avec ma mère et encore moins rejoindre l’Ordre Jedi… Si je le faisais et que cela venait à se savoir, l’Ordre Jedi en pâtirait… Il subirait d’autres mesures répressives à cause de moi… Or ça je ne le voulais absolument pas… Je ne pouvais pas non plus rejoindre la Confédération sans danger… Si cela venait également à se savoir, cela pouvait fournir un prétexte suffisant à l’Alliance Galactique pour déclencher une guerre… Il était hors de question que des millions de gens meurent et souffrent à cause de moi… Je préférais encore mieux me rendre que de voir ceci… Il ne me restait donc plus que deux solutions…soit je me rendais à l’Alliance…et ça je ne le voulais pas même si cette faction avait raison de me poursuivre… soit encore je continuais de fuir et de me cacher…jusqu’à ce que j’en meurs…. C’était la l’unique solution… Je ne pouvais pas faire autrement… Et pourtant j’aurais bien aimé passer du temps avec ma mère… Hélas cela ne m’était pas autorisé…
    Face à un tel constat, je soupirais et pris quelques somnifères afin de m’endormir…

    Mon sommeil fut quelque peu agité… A vrai dire c’était même un euphémisme… Je revivais quelque chose que je n’avais absolument pas envie de revivre…. Je me voyais combattre Nicia du temps ou j’avais basculé… Le combat qui se déroulait sous mes yeux était des plus titanesques mais aussi des plus tragiques… Je me voyais…moi…ronger par la haine et par la vengeance…. Mais je constatais aussi la tristesse de Nicia de par l’expression de son visage, ses paroles mais aussi ses larmes… Elle devait avoir en ce moment le cœur broyé… Elle ne voulait pas me tuer mais elle devait accomplir son devoir… Il s’agissait d’un choix extrêmement cornélien… Finalement, elle parvint à me mettre or d’état de nuire en m’infligeant notamment des blessures sur mon avant bras droit…
    Ma mère s’approcha de moi, ne prêtant guère attention à la haine qui défigurait mon visage, et prononça ces simples paroles :


    « Je suis désolé… »

    Puis ce fut flou… ce fut même synonyme pour moi d’un retour à la réalité d’une rare violence… J’avais ressenti dans ce rêve la perte de mon lien avec la Force…une fois encore… J’étais maintenant redressée sur mon lit…haletante… Avec soulagement, je vis que mon lien n’avait pas disparu et que j’étais encore à bord du vaisseau de Nicia… J’avais beau savoir que c’était un souvenir mais tout m’avait paru si réel que j’aurais pu croire que c’était mes retrouvailles avec Nicia n’étaient qu’un rêve…
    Sachant pertinemment que je n’allais pas réussir à me rendormir, je décidais donc d’aller prendre une bonne douche afin de me détendre et de faire disparaitre cette bonne couche de sueur de mon corps…

    Je sortais donc en silence de ma chambre et tachais de ne pas réveiller grand-mère en train de se reposer sur le canapé… Nicia et Sarisa avaient très certainement du quitter le vaisseau pour aller se reposer vu que le vaisseau de ma mère ne possédait qu’une seule chambre…
    Une fois proche de la douche, je me déshabillais sans prendre conscience de ce que je faisais puis j’entrais sous la douche… Ce n’est qu’au moment ou coulait l’eau chaude et que je touchais ma peau que je pris conscience de quelque chose… J’avais complètement oublié mes cicatrices et ce fut avec horreur et effroi que je les vis… du moins celle située sur ma partie gauche… La vue de cette partie maltraitée de mon corps, me rappela en mémoire ce que m’avait fait subir Maria… Par instinct je me recroquevillais donc dans un coin de la douche et tremblait de tout mes membres alors que l’eau continuait toujours de couler sur moi… A ces souvenirs se rajouta aussi autre chose : la sensibilité de ma peau à cet endroit… Je trouvais ça horrible…
    Je ne pus donc m’empêcher de pleurer… chose que je fis tout de même en silence afin de ne pas réveiller Cassandre vu que je désirais être seule…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]   Dim 19 Aoû - 17:25

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]   Lun 3 Sep - 23:57

[Pas corrigé x)]

L’eau ruisselait sur le corps de la Jedi, se rependant sur sa peau en un millier de petites gouttelettes semblables à des perles transparentes. Ses longs cheveux, alourdis par l’eau, lui collaient au visage et elle dû passait plusieurs fois ses doigts dedans afin de les rabattre en arrière. Dégageant ainsi sa vue, l’Arcadienne eut tout le loisir d’admirer sa compagne. Lui rendant chaque baiser qu’elle lui accordait, Arsenicia se laissait faire docilement, les paupières closes par moment. Lorsqu’elle reprenait avec délicatesse l’éponge des mains de sa promise, elle ne manquait pas de poser ses lèvres dans son cou tandis qu’elle la faisait lentement glisser sur le corps de la jeune Hapienne qui semblait apprécier cela tout autant que sa maîtresse.

Lorsque celle-ci s’empara du shampoing, la Jedi ne pu retenir un soupir de bien être. S’il y avait une chose qu’elle aimait beaucoup, c’était bien que sa compagne lui masse le cuir chevelu ou tout simplement qu’elle passe ses doigts dans ses cheveux et cela, Sarisa le savait très bien. Quelques minutes plus tard, l’Arcadienne échangea avec sa compagne. Elle préleva un peu de la mousse qui blanchissait sa longue chevelure, puis passa ses doigts dans celle de la belle Hapienne. Beaucoup plus court que ceux d’Arsenicia, il fut aisé de les laver. Les deux femmes finirent cependant par jouer avec la mousse, telles de jeunes enfants, elles semblaient avoir oublié tout ce qui c’était passé dans la journée, elles étaient dans leur bulle pour encore quelques temps et cela ne pouvait leur faire de mal.

Cependant, toutes les bonnes choses ont une fin et les deux promises quittèrent la chaleur de la douche pour se sécher avec de grandes serviettes. La chevelure de la Grande Maîtresse Jedi prit cependant beaucoup plus de temps que celle de sa compagne. Les plus longues mèches brunes arrivaient aux reins d’Arsenicia et ses cheveux étaient épais sans l’être trop, elle se trouvait dans les normes mais tout de même ! Après plusieurs minutes de séchage intensif, elles regagnèrent le lit et s’y allongèrent avec plaisir. Sarisa vint se blottir dans les bras de sa compagne et celle-ci l’attira tout de suite un peu plus contre elle, comme si elle avait peur que la Hapienne disparaisse dans la nuit.

- Dors bien, mon amour…

L’Arcadienne déposa un léger baiser sur la tempe de sa fiancée puis s’allongea à son tour. Elle bougea néanmoins quelque peu pour se caler confortablement, puis se laissa tomber dans les bras de Morphée. Nul rêves ou cauchemar vint troubler son sommeil, la présence de Sarisa à ses côtés lui faisait beaucoup de bien.

Sans grand étonnement, Arsenicia fut la première éveillée. Elle n’avait guère besoin que de quatre ou cinq heures de sommeil afin d’être parfaitement reposée, son métabolisme était ainsi. Cependant, la Maître Jedi ne bougea pas tout de suite, elle préférait rester auprès de sa fiancée encore un peu et l’observer dormir. Pendant la nuit, celle-ci avait bougée et était maintenant allongée à côté d’elle, ce qui permit à Arsenicia de l’admirer en se tournant simplement sur le côté. Totalement nue et si paisible, Sarisa semblait soudainement plus jeune et surtout très vulnérable. Avec une infinie douceur, l’Arcadienne caressa doucement sa joue puis remonta le drap sur son corps, elle ne tenait pas à ce que sa fiancée attrape froid.

Ce fut à ce moment précis qu’un léger trouble dans la Force la fit se dresser sur ses coudes. Les sourcils froncés, la Jedi lança la Force vers sa fille, il lui semblait que le trouble venait de là bas … Et une fois de plus ses sens ne c’étaient pas trompés, Kyla étaient … mal. A cette distance Arsenicia ne pouvait sentir parfaitement ce qu’elle ressentait, mais cela lui suffisait … Le plus doucement possible, l’Arcadienne quitta le lit de sa fiancée et alla récupérer ses vêtements dans le bureau de celle-ci. Une fois habillée, elle revint embrasser sa tempe puis, avant de sortir, rédigea rapidement un mot qu’elle posa sur le matelas, juste à côte de Sarisa. Clairement, il disait qu’elle était partie voir Kyla, ayant ressentie un trouble dans la Force. La Maître Jedi prit grand soin de passer inaperçu tout le long de la route menant jusqu'’au Galeniël, utilisant même parfois le Voile de Force afin de passer sans être vu.

Une fois à bord, elle se rendit vite compte que sa mère dormait encore et passa donc à côté d’elle sans faire de bruit. Kyla se trouvait sous la douche, la Jedi était en mesure d’entendre l’eau couler. Arsenicia pénétra dans la salle de bain et bien que sa fille est omit d’allumer la lumière, c’était peut être mieux ainsi … La jeune Arcadienne était recroquevillée dans un coin de la douche, toute tremblante… Ses cicatrices … elle se souvient de Maria … Bien que sa fille pouvait souhaiter être seule pour le moment, la Maître Jedi s’en fichait éperdument et entra dans la douche à son tour après avoir déposer sa bure au sol. Kyla semblait tout simplement terrifiée de voir quelqu’un s’approcher et c’est avec toute la douceur dont elle était capable que sa mère s’avança, lui murmurant de douces paroles dans sa langue natale afin de la rassurer quelques peu. Arsenicia vint ensuite s’assoir à même le sol et l’attira délicatement contre elle, cependant sa fille ne semblait même pas la reconnaitre et la Jedi dût faire recourt à la Force pour la calmer tout en continuant à lui parler dans sa langue.

- C’est moi ma chérie, c’est Nicia. Calme toi, je suis là … il ne t’arrivera plus rien, tu es en sécurité …

Peu à peu, la jeune femme sembla retrouver son calme, mais soudainement elle éclata de nouveau en sanglot tout en se callant contre Arsenicia, sa tête dans le creux de son cou. Celle-ci l’enlaça tandis que sa fille bafouillait quelques mots.

- Je suis minable …

Non, tu es juste brisée … La Jedi resserra son étreinte et posa ses lèvres sur le sommet de son crâne. Avec la Force, Arsenicia faisait son possible pour la calmer et la réconforté, sachant que sa présence seule ne suffirait pas pour le moment. Après un long moment, la Maître Jedi bougea quelque peu et prit de quoi laver sa fille. Cependant, elle allait faire cela rapidement afin d’épargner d’autre souffrance à sa fille. L’éponge était douce et le savon avait une odeur fruitée, avec douceur et précision, Arsenicia la passa sur le corps de sa fille après avoir réduit le régime de l’eau qui s’écoulait de la pomme de douche. Elle dût être très douce sur les parties les plus sensibles et lorsque ce fut enfin terminé, elle la rinça et l’aida à se relever. Avant de quitter la salle de bain, la Maître Jedi donna sa bure à sa fille afin que celle-ci se couvre, par pudeur mais aussi parce qu’elle ne tenait pas à avoir froid.

Une fois dans la chambre, Arsenicia laissa sa fille s’asseoir sur le lit, celle-ci serrant toujours la sombre bure contre son corps, comme ci ce simple vêtement pouvait faire rempart envers et contre tout. La mère sortit d’ancien vêtement, le peu qu’elle avait gardé d’Eltarys. Il y avait une chemise clair et un pantalon marron, le tout étant assez petit, le père de Kyla devait l’avoir porté lorsqu’il était moins musclé et plus petit. Une fois sa fille habillée, celle-ci garda la bure de sa mère qui ne put s’empêcher de sourire, elle vint ensuite s’asseoir à côté d’elle et l’attira doucement dans ses bras.

- Tu verras, avec le temps ça ira mieux … Je te le promets.

Pour commencer, Sarisa à quelque chose d’important à lui dire … cela devrait lui ôter un poids. La Jedi déposa un baiser sur le haut de son crâne puis l’attira un peu plus contre elle. Après quelques minutes ainsi enlacée, Arsenicia reprit doucement la parole.

- Que dirais-tu d’aller retrouver grand-mère ? Sarisa ne devrait pas tarder je pense et elle a quelque chose à te dire, une bonne nouvelle je te rassure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]   Jeu 6 Sep - 3:55

La jeune Hapienne était restée tranquillement dans les bras de Morphée plus longtemps que sa maitresse. Elle était bien plus remuante que sa fiancée en dormant, pourtant, elle n’était pas troublée par un rêve quelconque, juste qu’elle appréciait de pouvoir s’étaler sur un matelas durant toute la nuit et donc de profiter de la plupart de la surface, même en dormant. Toutefois, c’était ce qu’elle en avait conclu, car ses songes ne lui laissaient jamais aucuns souvenirs. En tout cas, après une épreuve pareille, il tournait au miracle qu’elle soit encore capable de dormir sans faire de songe et surtout de trouver le sommeil réparateur, mais bien que cela soit moche à dire, elle s’était endormie avec des pensées plus joyeuses en tête et faisait pour l’instant tout pour oublier les horreurs de la veille, sachant très bien que ses dernières reviendraient bien assez tôt à ses yeux. Quand son corps fut finalement de nouveau opérationnel et la tira de son sommeil, elle remarqua bien assez vite qu’elle était seule et laissa échapper un petit grognement, elle n’aurait pas crachée sur un baiser pour se réveiller. Toutefois, elle avait déjà eue sa part et il ne fallait pas se montrer trop exigeante non plus. Elle ne restait de plus pas totalement sans nouvelle puisqu’un mot lui était destiné sur le lit.

Elle restait toutefois pour le moment incapable de lire. Portant sa main droite a son regard, elle se frotta plusieurs fois les yeux afin de pouvoir discerner plus clairement les choses. Lorsqu’elle estima que sa vue était enfin prête pour lire le message, elle le porta immédiatement a sa vue et reconnue l’écriture de sa maitresse. Cette dernière était partie voir Kyla, ce qui était bien normal, après l’épreuve d’hier, Sarisa n’avait nullement besoin d’être une prophétesse Jedi pour savoir que la jeune femme serait probablement malade a l’idée de revivre le cauchemar et qu’en tant que première protagoniste, elle allait probablement le revivre encore et encore, même les choses les plus anodines seraient capable de lui rappeler. Elle se massa la tempe une fois encore puis déchira le papier en petit morceau avant de le jeter dans une corbeille et de ramasser ses vêtements. Son uniforme présentait l’avantage indéniable, outre celui de mettre ses formes en valeurs, de pouvoir être enfilé rapidement par la demoiselle et ainsi être prête rapidement. Une fois qu’elle jugea sa tenue satisfaisante, elle sorti de sa cabine et rechercha l’une de ses aides de camps. Elle ne manqua pas de trouver cette jeune et belle blonde vers le pont, elle y était pratiquement tout le temps de toute façon.


« Ah madame, le rapport que vous avez demandé. »
« Merci Miranda, faite rappeler l’équipage, je pense que nous ne tarderons pas à repartir. »
« Quelle direction ? »
« Nous retournons au QG, mais ne programmez pas directement le saut hyper-spatial, nos invités pourraient nous quitter en chemin »
« Bien madame. »


Miranda était une jeune fille polie et serviable, peut-être un peu trop pour être honnête, sur Hapès, il fallait se méfier de tout le monde. Toutefois, elle faisait bien son travail et Sarisa ne pouvait quand même pas se permettre de fliquer jusqu’à son équipage avec les services secrets Hapien, ils avaient bien d’autre chats à fouetter. La jeune femme retourna donc vers les hangars ou elle pourrait retrouver toute la famille en consultant son Datapad afin de pouvoir connaitre les rapports. Leur tactique de diversion avait fonctionné, l’Alliance avait mordue à l’hameçon et officiellement, Kyla était désormais morte… Le réveil de personnes placées dans les cuves de Carbonite était en cours, certain avaient était victime de grave traumatisme et la cellule psychologique était en pleine action. Seul le Mandalorien semblait disposer d’un moral d’acier et n’avait pas craqué, il avait demandé que l’on contacte rapidement son clan pour pouvoir rentrer chez lui, l’affaire serait probablement conclu rapidement. C’était des nouvelles rassurantes, un instant, Sarisa avait craint que les personnes congelées le soient depuis plusieurs dizaines d’années voire plus, mais cette crainte était irrationnelle, elle ne tenait pas compte du fait que la demoiselle était encore relativement jeune avant de rôtir violée par un Wookie.

De retour dans le hangar, elle ne perdit guère de temps pour rejoindre le vaisseau de sa fiancée et pouvoir ainsi délivrer la bonne nouvelle. Elle désactiva toutefois le data pad et salua d’un signe de la main un mécanicien qui travaillait sur un chasseur Hapien qui la salua également avant qu’elle ne s’engouffre dans le cargo de sa fiancée. Elle se dirigea rapidement vers la pièce de la veille pour trouver Cassandre, visiblement réveillée depuis peu de temps, qui l’accueillit tout de même convenablement, la petite Hapienne la saluant humblement comme les Jedi lui avait appris à faire. Arsenicia et Kyla ne manquèrent pas de faire leur entrée dans la pièce rapidement, sa fiancée avait juste manquée un peu de précision dans le timing, finalement, l’officier Hapienne était déjà dans la pièce avant que les deux Arcadiennes ne rentre. Elle ne comptait pas trop s’imposer longtemps et recherchait exactement ce qu’elle pourrait dire à la jeune femme pour ne pas la brusquer. C’était sa belle-fille, il fallait qu’elle se bouge un peu !


« Excusez-moi, j’imagine que vous n’avez pas vraiment passé une bonne nuit, mais, j’ai quand même ce que l’on pourrait appeler une bonne nouvelle. L’on a conservé vos effets personnels hormis une relique Sith que vous emportiez que l’on a utilisé comme appât pour faire croire à l’Alliance que vous étiez dans le brasier et au vu des rapports des services de renseignements, vous êtes officiellement décédé sur le territoire de l’Alliance Galactique. »
« Je suis…Morte ? »
« Administrativement oui. Je doute qu’ils vous organisent un enterrement comme sur Necropolis, mais si cela avait était le cas, alors vous auriez pu y assister ! »


La jeune femme eue un petit rire, évoquer la possibilité d’assister à son propre enterrement sur Necropolis lui semblait probablement plutôt amusant. Ce n’était pas si mal, elle avait encore cette capacité, cela signifiait qu’il y avait toujours de l’espoir. Dans l’idéal, elle aurait préféré quand même avoir un rapport de la cellule psychologique, mais elles étaient ici dans un cercle familial qui n’avait pas de place pour ce genre de chose. Kyla repris la parole pour signifier simplement sa gratitude « Je vous dois la vie… Merci » et l’Hapienne fit un signe de main, montrant ainsi qu’il s’agissait de quelque chose de tout à fait normal à ses yeux. Toutefois, l’atmosphère ne resta pas dans le silence longtemps, il était vrai qu’entre membre de la famille, utiliser le vouvoiement était quelque chose de particulier, mais Sarisa ne se sentait peut-être pas encore totalement à l’aise, ou elle était tout simplement écrasée par les manières protocolaires Jedi. Bien qu’elle est connue l’Ordre également, Kyla prouva qu’elle ne devait pas être du genre a trop s’embarrasser du protocole en reprenant la parole, telle mère, telle fille sans doute…

« Cessez de me vouvoyez… J’ai l’impression de prendre un siècle à chaque fois… Vous aimez ma mère, vous m’avez sauvé… Vous faite partie de la famille… Alors arrêter de me vouvoyer. »
« Bien, comme tu voudras, mais je te demanderais d’en faire autant, aussi étrange que cela puisse paraitre pour une Hapienne, je ne supporte pas non plus le protocole assommant ! »


Cette fois, l’Hapienne esquissa un sourire plus particulièrement destiné à sa fiancée, maintenant elles avaient définitivement brisée la glace. Anaïs lui avait parlée des possibilités de reconstruction pour Kyla par chirurgie esthétique, notamment pour les oreilles, mais Sarisa avait l’impression que cela n’était pas le moment d’en parler, peut-être plus tard, lorsque la blessure serait moins profonde. Pour le moment, elle comptait tout faire pour essayer un maximum d’esquiver le sujet. Tout à coup, elle se souvint de quelque chose qu’elle n’avait pas encore fait et qu’elle devait absolument faire. Se reculant afin de pouvoir voir tout le monde, elle s’inclina de manière trop exagéré pour être normale tout en reprenant la parole.

« Ah oui j’oubliais ! Je vous transmet les plus sincères salutations de notre souveraine, la grande et divine Tenel Ka Chume Ta’Djo ! Par pitié, ne lui dites jamais que j’ai prononcé son nom en entier, elle aussi n’est pas une adepte du protocole… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]   Lun 10 Sep - 0:15

    Mes épaules continuaient d’être parcourues de soubresauts… je continuais de sangloter… je pleurais toutes les larmes de mon corps… ce flot semblait intarissable… J’étais à bout… Malgré, le fait que je me sois reposé je n’en pouvais plus… Hormis mon chagrin et mes souvenirs de ce qui s’étaient passés ces derniers jours tout me semblait secondaire… Plus rien n’avait d’importance… D’ailleurs le simple fait d’évoquer ce que j’avais subi ces derniers jours accentuait mes frissons… J’avais peur… J’avais beau me savoir sur le vaisseau de ma mère, j’étais effrayée… J’avais peur que Maria revienne… que mon supplice recommence encore une fois… Celui-ci m’était d’ailleurs rappelé par mes cicatrices mais surtout par ce que je ressentais au niveau de mon épaule gauche… toute cette partie était devenue beaucoup plus sensible…. Le simple fait de sentir l’eau couler sur cette partie de mon corps était intolérable… Cela participait notamment à m’arracher encore d’autres frissons mais aussi à me remémorer le visage si particulier de Maria…
    Par instinct je resserrais encore un peu plus mes jambes contre moi afin de me rassurer… Cela donnait l’impression que je m’enfermais dans un cocon… cocon qui me protégerait et serait des plus confortables… Hélas ce n’était qu’une illusion… et je ne le savais que trop bien… En fait cette position avait même un effet négatif… ma jambe gauche était appuyée contre mon épaule et mon sein gauche ce qui me rappelait encore cette fichue sensibilité… Je revoyais d’ailleurs Maria en train de me verser de l’acide sur cette partie de mon corps….mais je revoyais également le Wookie…et ce qu’il m’avait fait… Le viol… Je me souvenais de l’ardeur qu’il avait mis dans sa tâche…ainsi que de l’immense douleur que j’avais ressentie pendant tout ce temps… Cela me marquait tellement que je n’osais même pas jeter un coup d’œil aux parties de mon corps concerné… Je n’avais pas envie de voir si ces blessures avaient été guéries… En fait j’avais même envie de perdre totalement connaissance afin de ne plus avoir l’esprit torturé par tant de choses… Tout ce que je désirais c’était la paix.

    Sans crier gare, la porte de la douche s’ouvrît ce qui me fit sursauter… Je discernais une grande silhouette…rien de plus… Ne pas savoir à qui j’avais affaire ne fît qu’augmenter la peur que je ressentais… A vrai dire le terme « peur » ne suffisant plus à qualifier mon état… J’étais prise de panique…tout simplement…et j’avais envie de fuir…fuir le plus loin possible, le plus loin du vaisseau, de Koros major, de cette galaxie… J’entendais la silhouette prononcer des paroles en Arcadien…mais j’étais tellement effrayée que la peur avait pris le pas sur ma raison… Je ne reconnaissais absolument pas ma mère et je ne comprenais pas le sens de ses paroles même si je les entendais… J’étais en proie à la tourmente pour faire simple… Je n’étais plus moi-même… du moins pour l’instant… Même si la Force m’indiquait que j’étais en sécurité, rien ne parvenait à faire taire mon angoisse…. J’étais dans cet état et je ne pouvais rien y faire…

    Lorsque je vis avec horreur cette personne s’asseoir à coté de moi, je me préparais à m’éloigner d’elle pour pouvoir lui échapper… J’agissais plus par réflexe que par instinct… Malheureusement pour moi, celle-ci parvint à me saisir et à m’attirer contre elle… Je n’avais pas envie que l’on m’enlace…que l’on me retienne captive dans une prison de chair… Sentir des membres étrangers toucher ma peau si sensible était pour moi un véritable enfer…une torture innommable… Par conséquent…je me débattais… Même si j’étais encore faible, il était hors de question que je me laisse faire ! Je voulais que l’on me laisse tranquille ! Je ne demandais pas la lune bordel ! Je voulais être seule…je voulais me débarrasser moi-même de mes problèmes… Je voulais…être en sécurité…
    Finalement, je parvins à m’apaiser je ne sais comment… et à saisir les paroles de la personne qui se trouvait à mes cotés et qui n’était autre que…Nicia… J’avais eu tellement peur que je n’avais même pas reconnu ma mère… C’était affligeant… J’étais vraiment devenue une loque… La peur commençait à guider ma vie…C’était un triste constat… J’aurais aimé pouvoir changer cela mais je n’en avais pas la force… J’étais paralysée par mes démons de mon passé… par Maria…par ma version Sith… Mon passé me rattrapait et c’était quelque chose de très désagréable… Si seulement je pouvais faire disparaitre ces cauchemars d’un simplement claquement de doigt…cela aurait été des plus pratique…
    J’éclatais donc en sanglots et nichait ma tête dans le creux du cou de Nicia pendant qu’elle m’enlaçait tendrement…


    « Je suis minable… »

    Petit à petit, je commençais à retrouver mon calme dans les bras de ma mère… Je commençais à me sentir en sécurité… Je retrouvais mon calme au fur et à mesure que les minutes s’écoulaient… Mes frissons et mes pleurs commencèrent à décliner en intensité….jusqu’à cesser définitivement… Je me laissais bercer par cette impression de douceur que je pouvais ressentir en étant proche de Nicia… J’étais bien et c’était tout ce qui importait… J’aurais pu rester éternellement dans ses bras sans en éprouver la moindre lassitude… J’aimais sentir son contact…sa présence… Celle-ci était douce et réconfortante… Or en cet instant c’est tout ce que je désirais… Je ne voulais qu’elle et elle seule... Je voulais profiter de sa présence autant que possible car je savais que je ne pourrais jamais rester tout le temps en sa compagnie ce qui était fort dommage même si je ne la blâmais pas pour ça… Je savais que sa tâche était importante… elle était bien plus importante que moi…
    Au bout de je ne sais combien de temps, je vis ma mère se saisir d’une éponge et d’un savon… Il était évident qu’elle allait poursuivre ma toilette… Savoir cela me gênait quelque peu… Non pas que j’étais gêner car j’étais nue devant elle… J’étais plutôt déranger par le fait qu’il fallait me materner comme si je n’étais qu’une petite enfant qui a peur de tout… Voila à quoi j’en avais été réduit à cause de Maria… L’odeur du savon et la douceur dont fît preuve ma mère participèrent à me détendre…et parvinrent même à me tirer un soupir d’aise…. J’étais apaisée et c’était ça qui comptait… J’étais tellement bien que je ne la sentis même pas toucher mes parties les plus sensibles ce qui en soit était une bonne chose… Si je l’avais senti, j’aurais immédiatement pensé à mon viol… Or, pour le moment je voulais l’oublier…
    Après avoir été lavée et rincée, je me levais et suivais ma mère qui me tendît sa bure… Sans attendre une minute je m’en revêtais tout en veillant à fermer les yeux pour éviter de voir mes cicatrices… Je ne tenais pas à les revoir pour le moment…

    Rejoignant la chambre de Nicia, je m’assis sur le lit tout en veillant à ce que la bure de ma mère reste sur mes épaules… A vrai dire, je tenais fermement le tissu pour qu’il ne m’échappe pas… Ce dernier gardait l’odeur de ma mère….Or cela me rassurait et m’empêchait de penser à des choses peu réjouissantes… J’avais l’impression qu’il me protégeait car il appartenait à ma mère… C’était comme si je pouvais sentir son emprise sur moi.
    Une fois que ma mère m’eut refilé des vêtements, je me hâtais de m’habiller… Même si j’étais de nouveau vêtue, je remis la bure sur mes épaules et la tînt fermement pendant que ma mère, s’étant assise à coté de moi, m’enlaçait.


    - Tu verras, avec le temps ça ira mieux … Je te le promets.

    « Je l’espère… »

    Nous nous enlaçâmes une nouvelles fois pendant plusieurs minutes et restèrent comme cela sans prononcer une parole… Cela aurait été bien inutile… Une fille n’avait pas besoin de mot pour comprendre toute l’affection que lui portait une mère… Qui plus est nous étions tous les deux sensibles à la Force ce qui ajoutée à mon empathie naturelle me permettait de ressentir de façon plus intense cet amour si fort…

    « Une bonne nouvelle ? Pour une fois ou j’ai de la chance… »

    Je soupirais et me relevais afin de rejoindre avec ma mère la pièce où se trouvait Cassandre…

    Alors que nous entrions, je pus constater la présence de Sarisa… la fiancée de ma mère… J’avais encore du mal à me faire à cette idée… Non pas que le fait que ma génitrice puisse avoir quelqu’un d’autre dans sa vie me gêne outre mesure… A vrai dire cela faisait bizarre de voir Nicia en compagnie d’une autre personne… Je l’avais vu seule pendant si longtemps que j’avais perdu l’habitude de le la voir en couple… Enfin au moins, d’après ce que j’avais pu constater, cela la rendait plus heureuse que jamais… Or c’était ça qui comptait !
    En voyant ma belle mère, je ne pus m’empêcher de constater quelque chose… : sa petite taille. Ce n’était pas gênant en soi mais voir la différence de taille entre elle et Cassandre était quelque chose d’assez cocasse… Enfin le pire était de l’imaginer en train de vouloir embrasser Nicia… Cela devait être sportif pour les deux jeunes femmes. Même si j’avais eu une telle pensée, je ne faisais pas grand cas de physique de Sarisa. Je n’étais pas de ceux qui appréciaient une personne à cause de son corps… Je me concentrais plutôt sur la psychologie de la personne… Le corps quant-à lui était juste un moyen pour moi d’utiliser mes capacités d’observation et d’analyse…rien de plus… D’après les quelques informations que j’avais en ma possession, cette personne qui était comme ma belle mère était une personne de confiance sur qui l’on pouvait compter… Elle était très amoureuse de ma mère et semblait très soucieuse de son bien être ce qui pour moi comptait beaucoup… Outre le fait qu’elle m’ait sauvé la vie, elle semblait également être une personne assez sympathique… Bref, faire connaissance avec elle allait être des plus appréciables.

    Quand elle me parla, je ne pus m’empêcher de hausser un de mes sourcils… J’étais morte ? Mais comment cela se pouvait-il ?! Ses explications étaient logiques et me permirent de comprendre par quels moyens j’avais pu disparaitre de la scène galactique… Malgré, ces précisions j’avais toujours du mal à réaliser ce que l’on venait de me révéler… Après toutes ces années de cavale…j’allais…j’allais enfin avoir la paix. C’était quelque chose de très « nouveau » pour moi… J’avais du mal à me faire à cette idée…
    Quand elle mentionna que mes affaires avaient été conservées sauf mon épée Sith, j’eus une moue de dégout… Hormis mon épée à laquelle je tenais du fait que c’était une relique des plus précieuses, j’aurais préféré que mon équipement disparaisse… Il représentait une partie de ma vie que je ne regrettais aucunement…une partie de ma vie où j’avais affreusement souffert… Or je voulais totalement oublier cette période…. Je voulais refermer cette porte derrière moi et ce pour toujours…
    Cependant, je restais toujours très étonnée..et la seule chose que je pus dire fût des plus…ridicule :


    « Je suis…morte ? »

    Sa réponse fut des plus étonnantes… Je ne m’y étais pas attendue ! Vu à quel point la situation de ces derniers jours avait été désespérante, avoir droit à un trait d’humour était quelque chose d’étonnant mais aussi…d’appréciable… Ainsi, par cette simple phrase, j’eus un petit rire…sincère… Cette phrase et ce qu’elle me faisait imaginée était assez amusant. Je devais avouer que m’imaginer en train d’assiter à mon propre enterrement était assez drôle. Enfin le plus cocasse aurait été de voir la tête des personnes ouvrant le cercueil et constatant que le corps était absent. Une telle chose aurait aussitôt donné lieu à des hypothèses plus farfelues les une que les autres ce qui n’aurait pas manqué d’en faire rire plus d’un. Par exemple, certains auraient pu affirmer que j’avais été enlevé afin de servir d’épouvantail sur Tatooine afin de faire peur aux hommes des sables. D’autres auraient plutôt dit que mon corps s’était fait la malle car cela lui faisait mal d’être enterré par l’Alliance Galactique.

    « Je vous dois la vie…Merci »

    Ces paroles étaient sincères… Je savais que c’état grâce à elle et grâce à ma mère que j’étais encore en vie et en liberté aujourd’hui… Sans son intervention, je savais qu’aujourd’hui encore j’aurais du subir les traitements pour le moins peu agréable de Maria… Grâce à elle, j’avais été sauvée de cet enfer…et pour cela je lui en serais toujours reconnaissante. Même si d’après son signe de la main, je compris qu’elle considérait ça comme normal, je savais que j’avais une dette envers elle… une dette que je ne pourrais jamais acquitter et ce malgré mon espérance de vie… Je lui devais tout…

    « Cessez de me vouvoyez… J’ai l’impression de prendre un siècle à chaque fois… Vous aimez ma mère, vous m’avez sauvé… Vous faite partie de la famille… Alors arrêter de me vouvoyer. »

    Il est vrai que j’avais horreur que l’on me vouvoie… J’avais l’impression de vieillir d’un coup… Or je détestais cela. Qui plus est cela me donnait une sorte « d’envergure » que je n’aimais pas… Je préférais de loin rester humble… D’ailleurs, au vu de ce que j’avais commis lorsque j’avais basculé du coté obscur, je ne pensais pas être une personne digne de respect… Et puis…se vouvoyer entre personne d’une même famille…était quelque chose de franchement bizarre… A mes yeux, cela empêchait tout rapprochement et ne faisait qu’établir un mur… C’était stupide et déraisonnable…

    Alors que je m’asseyais et que Sarisa nous adressait un message destiné à nous tous… Ce message traduisait encore une fois l’importance que ma belle mère accordait au protocole… une chose qui pourtant était souvent des plus inutiles et des plus fastidieuses… La voir faire ça me tira un sourire amusé… Elle semblait avoir du mal à faire sans ce protocole… Vu à quel point, Nicia n’aimait guère cela, j’étais sûr qu’au fur et à mesure des années, ma mère parviendrait à la décoincer un peu à ce sujet…
    Pendant quelques minutes, je restais assisse sans rien faire, laissant mes pensées vagabonder… Je demeurais dans cet état jusqu’à ce qu’une phrase de Nicia m’interpelle :


    « Trois choix s’offrent à toi Kyla pour ton avenir… Rejoindre la Confédération, retourner sur Arcadia ou…rejoindre l’Ordre Jedi à nouveau. »

    La question de mon avenir… une chose à laquelle j’avais réfléchi dans mon lit hier soir avant de m’endormir… J’avais envisagé ma situation sous tous les angles possibles et j’en avais déduit que la seule option viable pour moi était la fuite… Or hier, je n’étais pas au courant des derniers évènements à savoir la nouvelle de ma mort… Cette nouvelle changeait toute la donne et me permettait à nouveau de réfléchir à ma situation…

    Retourner sur Arcadia était quelque chose de très séduisant… Là-bas, j’étais sûre de vivre en paix…de pouvoir me reposer et surtout de pouvoir me reconstruire… J’étais sûre de vivre au milieu d’un cadre familial des plus chaleureux ce qui me mettrait aussitôt du baume au cœur… Cependant, je ne pouvais envisager cette option… Quitter ma mère alors que je venais à peine de la « rencontrer » et tourner le dos à la galaxie alors que celle-ci risquait une fois de plus de sombrer dans l’horreur de la guerre étaient des choses que je ne pouvais pas faire… Si je venais à faire une chose pareille, je savais que j’allais m’en vouloir toute ma vie… Qui plus est, en choisissant de retourner sur Arcadia, je refusais toute forme de rédemption… Or je désirais plus que tout au monde, réparer les torts que j’avais commis…
    Rejoindre la confédération était une option intéressante surtout quand on savait que certains de ses membres défendaient l’idée même de la liberté… Néanmoins, je ne pensais pas être d’une grande utilité à cette faction… J’étais certes une excellente pilote et une assez bonne tacticienne mais hormis cela…je n’étais pas quelqu’un de très compétent du moins à mes yeux… Qui plus est, il y avait toujours un risque… un risque que je sois reconnue… un risque que cette information parvienne jusqu’aux oreilles d’agent de l’Alliance Galactique infiltré…ce qui fournirait donc à cette faction un prétexte pour déclencher la guerre ou du moins les hostilités diplomatique… Or ça je ne le désirais aucunement…
    Rejoindre l’Ordre Jedi… cette simple idée me rappelait mon intégration quand j’étais petite… J’avais été si contente ce jour là quand j’avais rejoint ma sœur au sein de ces gardiens de la paix… Désormais… je savais que je n’avais plus l’étoffe d’une Jedi… pas après ce que j’avais fait… J’étais indigne d’un tel rang… Même si je voulais agir…réparer les torts que j’avais commis, aider à la stabilité de la galaxie et être auprès de ma mère, je savais pertinemment que cette décision ne m’appartenait pas… C’était au Conseil Jedi de statuer sur mon sort…


    « Même si j’aurais voulu revoir Arcadia…encore une fois, je m’en voudrais de tourner le dos à la galaxie… En faisant cela, je suis sûre de me voir refuser la rédemption… Or je désire cela plus que tout au monde… Rejoindre la Confédération serait une idée...mais pour le moment j’envisage cela comme une option secondaire… J’aimerais beaucoup rejoindre à nouveau l’Ordre…afin de pouvoir réparer mes torts et être auprès de toi…mais…tu sais bien que cette décision ne m’appartient pas… Le Conseil statuera sur mon sort… S’il m’accepte, il n’y a aucun problème… Si, ma demande de réintégration n’aboutit pas… je rejoindrais la Confédération…du moins si Sarisa est d’accord… » Je levais les yeux vers ma mère « Je veux être à tes cotés, mère… »

    Ma mère s’approcha de moi et tout en me tendant un objet, tint ce langage :

    « C’était à ton père… Il n’en aura plus l’utilité alors… il te revient de droit. J’espère que tu en feras bon usage ! »

    Prenant l’objet dans mes mains, je constatais avec stupeur qu’il s’agissait d’un cristal violet de sabre laser… mais il ne s’agissait pas de n’importe quel cristal… c’était celui de mon père ! Devant un tel cadeau, je ne savais pas quoi dire… C’était un présent d’une valeur inestimable… Il s’agissait… de l’héritage de mon père… ou d’une moins d’une partie vu que mon existence en elle-même représentait aussi son héritage… Pendant plusieurs minutes, je restais là sans voix avec le cristal dans mes mains… J’avais du mal à y croire… c’était tout bonnement incroyable !
    Contemplant le cristal pendant plusieurs minutes, je finis par le ranger dans une des poches de la bure de Nicia…pour ensuite me jeter au cou de ma mère… A travers cette étreinte on pouvait aisément comprendre que je la remerciais pour ce magnifique cadeau. Je savais que ça avait sans doute été dure pour elle de s’en séparer et encore plus dur de le voir quand on savait que son propriétaire originel était mort…


    « Je t’aime… »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]   Lun 10 Sep - 1:30

Arsenicia et Kyla restèrent enlacées de longues minutes, profitant simplement de la présence de l’autre dans le silence le plus complet, celui-ci uniquement troublé par leurs respirations. Une fille n’avait de toute façon pas besoin de mots pour saisir toute l’affection qu’une mère lui portait. L’Arcadienne aimait profondément sa fille, cela se voyait dans la Force mais aussi dans sa façon de tenir Kyla contre elle ou simplement de la regarder.

Les deux femmes ne tardèrent pas à quitter le confort du lit et le calme de la petite chambre pour retrouver Cassandre. En entrant, le regard de la Maître Jedi se posa néanmoins sur sa fiancée à qui elle donna un sourire. Si Kyla avait du mal à concevoir que Sarisa et Arsenicia soient fiancées, cette dernière avait également du mal à y croire. Jamais elle n’avait imaginée qu’un jour elle aurait la bague au doigt, plus depuis la mort d’Eltarys. Mais l’idée de passer le reste de ses jours avec la belle Hapienne ne pouvait que la ravir. Celle-ci prit rapidement la parole en posant son regard sur Kyla et lui annonça la bonne nouvelle. Elle était morte, administrativement bien entendu. La jeune Ombrelune était désormais libre, elle pouvait espérer une autre vie, la cavale était terminée … Et mère et fille allaient enfin pouvoir passer du temps ensemble.

Durant tout leur échange, le sourire d’Arsenicia ne la quitta pas bien qu’il fut plutôt discret. La glace était brisée entre sa maîtresse et sa fille, cela ne pouvait que la ravir. Maintenant, il allait falloir trouver le temps de faire davantage connaissance, ce qui n’allait pas forcément être évident à cause de leurs obligations et emplois du temps. Tandis que Kyla s’asseyait, Sarisa leur adressa un message à tous qui fit rire Arsenicia. Celle-ci prit ensuite un air plus sérieux et répondit à sa compagne.

- Je tiendrais ma langue, promis. Tu peux lui retourner nos salutations.

Par la suite, le regard de l’Arcadienne se posa sur sa fille. Celle-ci semblait perdue dans ses pensées, la Jedi préféra donc la laisser digérer tout cela quelques minutes avant de parler de son avenir. Arsenicia vint donc auprès de sa compagne et l’embrassa sur le front, puis se glissa derrière elle et entoura sa taille de ses bras. Elles parlèrent avec Cassandre, du mariage entre autre, puis quelques minutes plus tard la Grande Maîtresse Jedi interpela sa fille.

- Trois choix s’offrent à toi Kyla pour ton avenir… Rejoindre la Confédération, retourner sur Arcadia ou…rejoindre l’Ordre Jedi à nouveau.


J'aimerais tant que tu vienne avec moi ... Bien évidemment, la Jedi espérait ardemment que sa fille déciderait de tenter sa chance du côté de l’Ordre. Sa réintégration se ferait néanmoins avec l’accord du Conseil, ce qui ne serait pas forcément aisé à obtenir, mais Arsenicia se devait d’essayer si Kyla acceptait de la suivre sur Ossus. Tandis que celle-ci réfléchissait, l’Arcadienne s’éclipsa et gagna sa chambre. Là bas, elle farfouilla quelques instants dans ses affaires puis trouva finalement une boite en bois ouvragée qu’elle ouvrit. Sur un coussin de satin noir était déposé un cristal violet. Elle le récupéra doucement ainsi qu’un second objet puis rejoignit les autres dans la salle principale. A peine se fut-elle arrêtée aux côtés de sa fille que celle-ci se tourna vers elle avec sa réponse. Kyla acceptait de la suivre sur Ossus … Cela ôta un immense poids à Arsenicia qui tendit le cristal à sa fille.

- C’était à ton père… Il n’en aura plus l’utilité alors … il te revient de droit. J’espère que tu en feras bon usage.

Avec stupeur, la jeune Ombrelune se rendit compte qu’il s’agissait d’un cristal de sabre laser, celui de son père. Un petit sourire se dessina sur les lèvres d’Arsenicia tandis que sa fille observait le cristal, totalement sans voix. Après l’avoir rangée dans l’une de ses poches, la jeune femme se leva lentement … puis se jeta dans les bras de sa mère qui referma aussitôt ses bras autour de sa taille, la serrant contre elle, les paupières closes.

- Je t’aime aussi.

Jetant néanmoins un coup d’œil à sa fiancée, Arsenicia constata que celle-ci les regardait avec un petit sourire, les bras croisés dans le dos. Il en était de même pour Cassandre, bien que celle-ci soit demeurée assise, les jambes croisées. Après plusieurs longues secondes, les deux Arcadienne se séparèrent et la plus vielle embrassa le front de la plus jeune puis revint auprès de Sarisa.

- Je pense que l’heure du départ est arrivée. C’est ce que je déteste, mais nous ne pouvons pas rester ici indéfiniment. Mes allers et venues excite déjà la curiosité, au Temple… Néanmoins, avant de nous dire au revoir je tiens à faire cela. C’est affreusement cliché, mais c’est important.

Esquissant un sourire, Arsenicia semblait avoir oubliée la présence de sa mère ainsi que celle de sa fille, qui pourtant observait toutes deux la scène, curieuses de savoir ce que la Jedi avait l’intention de faire. Celle-ci ne les fit pas attendre très longtemps et posa un genou à terre face à sa belle, puis lui tandis une bague. Argentée, contrairement à celle que Sarisa lui avait donné, elle était finement sculpté et plusieurs pierres couleur azur, pareil au regard d’Arsenicia, l’ornaient sur un coté. Jetant un coup d’œil à l’assemblée, sa mère et sa fille en somme, elle capta un sourire de la première ainsi qu’un autre de sa fille, accompagné néanmoins d’un clin d’œil. Revenant à Sarisa, celle-ci avait l’air très surprise, observant la bague sans rien dire.

- Heu ... Chérie … ?

La Hapienne sembla revenir à la vie. Elle enfila la bague à son doigt puis l’observa quelques instants avant de venir embrasser Arsenicia, comme celle-ci l’avait fait la veille. Elles partagèrent un long et tendre baiser, sachant toutes deux que c’était le dernier avant un moment. Oubliant totalement la présence des deux autres femmes, elles c’étaient enlacées et ne semblaient aucunement vouloir quitter les bras de l’autre. Néanmoins, elles durent se reculer.

- Tu vas horriblement me manquer, mais les retrouvailles ne seront que meilleures … - Plus bas tout en caressant sa joue – Et … ce mariage … Je pense que nous devrions le faire le plus tôt possible, avant que la situation galactique ne dégénère … Je t’aime.
- Tu me manquera beaucoup aussi... - plus bas - Je ferais en sorte de me ménager une pause dans mon emploi du temps, tien moi au courant.

Elles échangèrent un furtif baiser, Sarisa la gratifiant d'un clin d'oeil, puis la jeune Hapienne quitta le Galeniël afin de préparer le décollage de son croiseur.Dès qu’elle n’entendit plus les pas de sa fiancée, Arsenicia appela K9 et lui demanda de préparer le décollage, celui-ci se ferait dès qu’ils auraient quittés l’Amas d’Hapes à bord du croiseur de classe Nova, évitant ainsi les contrôles. L’Arcadienne servit ensuite trois verres d’un alcool couleur ambre puis, prit place entre sa mère et sa fille, jouant avec son verre.

- J’ai horreur des au revoir. Je ne sais jamais quand je vais la revoir.
- Mieux vaut un au revoir que des adieux.
- En effet…

Le regard azur ce posa sur celui de sa fille, identique, puis sur sa mère. Arsenicia appuya sa tête contre son épaule.

- Et toi ? Tu viens avec nous je suppose ?
- En effet, j’ai très envie de voir ce Temple dont tu me parle si souvent et puis j’ai envie de passer du temps avec toi et Kyla, cela fait si longtemps que nous n’avions pas étaient réunies.

Un peu plus tard, elles purent toutes les trois sentirent le Galeniël décoller. Avant de ne plus en être capable, Arsenicia envoya un message à travers la Force à destination de sa fiancée. Comme d’habitude, il n’était composé que de deux mots : Je t’aime. Une minutes plus tard, le vaisseau Arcadien passait en hyper espace.

[Terminé !]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Remise en question [PV Nicia et Kyla] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: