Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Intrigue et Chatiment [PV Dante]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   Dim 19 Aoû - 23:49

A peine le soleil s'était-il couché sur Coruscant que le Serpent'Egg ouvrit ses portes, distillant ses délicates effluves d'encens et la douceur des voiles bruissants de ses baladines. L'éclat diffus des luminaires, dont les flammes dansaient au cœur des vasques de jade suspendus, ajoutait à l'exotisme d'une musique qui se voulait tribale. Dépaysement assuré ! Mais ce que les clients préféraient avaient tout, c'était bien entendu les résidentes des lieux. L'établissement était réputé pour posséder les danseuses les plus douées, mais aussi les plus désirables et les plus belles, ignorant qu'il possédait aussi certainement la plus dangereuse. Ce soir, Zaya s'était parée d'un costume en deux pièces, brodé entièrement à la main et constitué uniquement de fines perles noires satinées dont l'éclat faisait ressortir les nuances rosées de sa peau. Un collier du même acabit enserrait son cou tandis que ses cheveux tenaient au-dessus de sa tête dans un chignon savamment tressé. En quelques mois, elle était devenue la favorite de la clientèle, tant qu'elle pouvait se payer le luxe de choisir pour qui elle danserait ou ne danserait pas. Ce confort lui fut pourtant bien vite insuffisant et sa vie lui apparue comme un long fleuve tranquille et sinistre. Elle anima son temps libre d'une nouvelle obscure activité : le meurtre commandité et ce à travers un nouveau personnage : Naja Atheris. Bien entendu, les contrats qu'elle avait à remplir étaient simples et n'exigeaient d'elle pas de gros efforts, mais fallait-il bien passer par là pour se faire un nom et au moins elle ne tournait plus en rond et pouvait exhumer ses instincts passionnels. Elle en avait profité pour mettre à bas les quelques Siths qu'elle était parvenue à sentir à travers ses voyages, même si cela comportait des risques. A vivre sans plaisir on se vide de toute essence et elle n'était décidément pas prête à ça.

Peu de temps s'était écoulé entre les danses lorsqu'une sensation étrange, mais qu'elle connaissait bien, s'empara d'elle. Une œillade discrète derrière le rideau d'or du salon privé qui la séparait du couloir lui permis d'apercevoir la source de son agitation : un utilisateur de la Force Obscure. Son visage glabre trahissait sa jeunesse et son regard d'un bleu perçant semblait dissimuler ses véritables intentions. Que faisait donc un Sith ici ? Était-il à sa recherche ? Lorsque Zaya approcha du salon où le jeune homme s'était enfilé avec une de ses collègues, le rideau s'ouvrit brusquement, ce qui mit à rude épreuve l'insouciance apparente de sa couverture. Elle détourna son visage et fit mine de réajuster son costume alors que les deux personnes passaient près d'elle. Son cœur garda son calme mais son esprit lui, était comme un lion en cage. Une envie quasi irrépressible de le tuer s'empara d'elle... elle résista tant bien que mal. Alors que le nouveau client allait déjà sortir, il jeta un dernier coup d’œil en arrière et croisa le regard de la Zeltronne. Il émit un rictus étrange avant de disparaître par la porte d'entrée. Pour Sigla, c'était une évidence : qui qu'il soit, cet homme la recherchait et l'avait trouvé.

Elle ne perdit pas de temps pour questionner sa collègue qui ne savait visiblement rien de ce nouveau client et lui annonça qu'il avait prit congé subitement lorsqu'il avait reçu un message. Lorsqu'elle inspecta les registres, elle ne trouva pas mentionné le nom du parrain de ce homme mais ne prit pas le risque de poser si ouvertement des questions sur lui. Zaya prit sa soirée avec une certaine brusquerie et avait manqué de liquider son patron lorsqu'il lui avait demandé de rester, sans insister finalement, et c'est bien ce qui lui sauva la vie, car au final, il prit son comportement versatile pour un caprice. Sur des charbons ardents, Sigla ne retourna pas à son appartement, on pouvait l'y attendre. Elle avait dissimulé ses effets dans un lieu caché près des entrepôts de l'astroport et lorsque ce fut fait, elle parti immédiatement à la recherche du jeune Sith. Peu de temps lui fut nécessaire pour retrouver sa trace : il était très certainement pas assez expérimenté pour savoir dissimuler ses traces de façon efficace. Un peu plus excentrée du cœur de la grande ville, elle trouva son vaisseau qu'il venait à peine de quitter. Elle se faufila à l'intérieur et fouilla les lieux avec minutie. Rien ne lui indiquait ce qu'il faisait sur son lieu de travail, bref, son sang bouillait dans ses veines et son esprit commença à se noyer dans les plus sombres délires. Cela ne pouvait plus durer, elle devait savoir qui l'envoyait et pourquoi.

Dissimulée dans l'ombre du ventre du vaisseau elle attendit des heures, dans le silence le plus total, tous ses sens à l'affut du moindre signe, son esprit concentré sur sa victime, analysant encore et encore le peu d'information qu'elle avait sur lui, la façon qu'il avait de se mouvoir, sa façon qu'il avait eut de l'observer, son matériel dans le vaisseau... Une boucle obsédante prit forme dans sa tête et lorsqu'il arriva enfin, ce n'était plus du tout à la danseuse qu'il allait avoir affaire, mais à la Sith tourmentée faite d'ire à l'esprit assailli de chimères. A peine referma-t-il la porte de la petite embarcation qu'elle s'extirpa de l'ombre pour fondre sur lui, impitoyable. Prit de court, il n'eut aucune chance de répliquer et tomba rapidement sous les coups de la Zeltronne, en pleine frénésie. Lorsqu'elle vaincu tout espoir pour lui, elle passa enfin aux interrogations.

_ Ne me prend pas pour une idiote ! Tu voudrais me faire croire que ta venue au club est un hasard ? Qui t'envoie ?!



Chaque question s'était accompagnée de salves foudroyantes et chaque seconde qui s'égrainait lui faisait perdre un peu plus patience. Malgré sa faible constitution et sa modeste expérience, il avait une étonnante volonté et une longue agonie précéda ses aveux, suivie de son dernier souffle. A travers les gémissements ineptes, elle distingua des bribes d'information : Sanguinus, Korriban. Elle en déduit qu'il s'agissait là du nom de son Maître et du lieu où il se trouvait.

Darth Sigla demeura aux côtés de la dépouille un long moment, torturant son esprit avec les choix qui lui restaient. Il avait déjà certainement dû communiquer ce qu'il avait découvert à son maître et ne pouvait dès lors dire adieu à sa couverture. Rongée par le trouble, elle ne parvenait plus à se raisonner, à se concentrer... elle devinait que deux choix s'offraient à elle : fuir ou prendre les devants. Fuir les Jedis était déjà suffisant, se cacher davantage était inacceptable. Dès lors, sa décision fut prise. La Sith se débarrassa du corps et s'appropria la navette. Son objectif : Korriban.

A son arrivée, elle reconnue ce monde poussiéreux et morne qui l'avait une fois conduit jusqu'aux portes de l'Absolue Noirceur, au tréfonds des plus sombres abîmes. Revenir sur ces terres était bien plus douloureux qu'elle ne l'avait imaginé et à son ébullition s'ajoutait la blessure mordante du passé et la colère d'avoir été arraché à un si grand amour trop tôt. Elle pénétra dans la cité Sith, encapuchonnée, la fièvre à son paroxysme, et son regard acéré parcourait chaque recoins de chaque corridor pour trouver l'objet de toute sa tourmente : les appartements de Darth Sanguinus. Il lui importait dès lors peu d'en réchapper ou non car là n'était pas la question. Elle lui ferait regretter son arrogance, tout Seigneur Noir des Siths qu'il était. Il n'était plus seulement l'homme qui avait envoyé un Sith a ses trousses, il était devenu le réceptacle de son affliction, de sa déraison. Une dernière fois, elle se repaîtrait du plaisir ultime que procure un véritable duel et la libération de tout le fiel que son âme pouvait contenir. Un sourire mauvais accroché à ses lèvres galbées et cérulées, les prunelles dorée plantées sur sa proie, elle s'enfonça dans les appartements privés du Maître, sa main gauche dégainant la lame ardente qui avait déjà tranché tant de ses semblables. Ni hésitation, ni doute. Encore un de plus, juste un, juste lui.... c'était son ambition, et plus encore, elle y croyait : son dessein.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   Lun 20 Aoû - 9:13

    Enfermé dans ses quartiers, le Seigneur Noir planifiait, il voulait conduire son projet à terme et il restait tant de choses à faire, tant de chemin à parcourir. Le voila, son visage public devenant ainsi un politicien, voix d’un peuple tout en restant ce héros de guerre qu’il incarnait depuis plus d’une décennie. Un nouveau rôle qui semblait être fait pour lui si on en juge de ses origines. En effet, Umbaran du côté de son paternel, la politique était une seconde nature, telle une voix qui sommeillait en lui et qui allait maintenant se révéler à un monde, une galaxie. Bien évidemment, Sénateur d’une planète si insignifiante qu’Ondéron ne laisserait pas la marge de manœuvre ni l’influence de ses nouveau confrères mais c’était un pas en avant. Que sa marge de manœuvre soit réduite pour autant ou son influence en proie à un vide certain, c’était là une farce car si le politicien avait fort à faire, le militaire lui était devenu intouchable. Cette vérité qui heurtait la « sensibilité » des plus ambitieux politiciens avait fait ses preuves dans le passé et cela continuait aujourd’hui.

    Ayant envoyé un de ses disciples les plus à même de rester un minimum discret sur Coruscant, il était question de rencontrer un marchand de mort qui n’allait pas cracher sur quelques crédits pour arrondir ses fins de mois. Autant qu’il puisse être aisé pour un Amiral de disposer d’une force de frappe conséquente, surarmer Ondéron ne serait pas aussi simple. Il fallait passer par des voies détournées quand on se présente en dépositaires des arts obscurs. Si cela pouvait aider à avoir à faire à des esprits plus ouverts, les prix n’en seraient pas moins discutables. De la même façon, pour s’assurer une certaine loyauté, il fallait faire l’effort de faire valoir une bourse plus que débordante. Il avait été convenu de se rencontrer dans un club très chic qui offrait le mérite de pouvoir passer inaperçu tant les danseuses attiraient les regards. Au sein du Serpent’Egg, le jeune homme trouva, en lieu et place de son rendez-vous un vulgaire messager apportant une missive qui retardait la dites entrevue. Deux jours, deux journées sur le centre des systèmes de l’Alliance à attendre au risque de se faire repérer. Il fallait toutefois qu’il fasse son rapport et c’est ainsi qu’il retourna à son vaisseau. Ce fut là le dernier contact que Sanguinus eu avec son élève.

    Seul, faisant les cents pas dans la pièce obscure, le Seigneur Noir était prit d’un doute. Malgré cette perte de communication, les choses se présentaient plutôt bien. Il avait pu faire accepter un traiter bien particulier à l’entrée de la planète Ondéron dans le giron de l’Alliance Galactique. Cela avait été un risque, exiger de la part des Ondéroniens un soutien tout à fait exclusif de la flotte sous l’égide de l’Amiral Ironside mais les habitants de ce monde étant farouchement individualistes, c’était là, de la même façon que le devenir d’Ironside comme Sénateur, un prix maigre pour un soutien à l’Alliance. La pseudo guerre froide entre les Confédérés et l’AG se définissait comme une course au rassemblement. Au delà de cette vision des choses, Ondéron allait devenir la première planète de la Confrérie. Mais quel laissait présageait que les évènements tournent en sa faveur ? Dans le succès, il était toujours à craindre que les cœurs s’emballent et les esprits s’emportent pour au final sombrer insidieusement. Mais qui était véritablement l’ennemi ? Les Sith, bien sûr car abattre un Seigneur Noir était toujours la garantie de se voir auréolé de gloire. Il ne fallait pas oublier non plus cette résolution brutale de l’Ordre Noir pour ce qui est de l’anéantissement d’un mouvement qui trahissait les plus ancestrales mais néanmoins pathétiques des traditions du côté Obscur. Il y avait également l’Alliance Galactique mais eux et leur satanée bureaucratie n’était pas une menace immédiate. Ils mettraient fort longtemps avant de s’apercevoir que Dante Ironside n’était qu’un adepte des Arts Noirs… sauf si cette nouvelle leur été soufflé par quelqu’un d’autre. Dans cette optique, il n’y avait que deux possibilité, des criminels espérant vendre cette information un bon prix ou les Jedi dans le but de porter un coup au côté obscur d’une part et de redorer leur blason auprès de l’AG dans le même temps.

    Alors qu’il tentait toujours de prévoir la prochaine action à entreprendre dans le cadre de l’accomplissement de sa vision, il sentit une présence farouche non loin de ses appartements. C’était un esprit en proie à une sauvage intention de faire couler le sang, un esprit atteint par des maux encore impossible à définir. Cette empreinte dans la Force, il ne la connaissait pas mais elle se rapprochait. Tandis qu’il ne cherchait plus à déchiffrer le livre déchiré de cette haine qui en devenait presque palpable, il commençait à se dire qu’il devait être la cause de cette pulsion meurtrière. Pour qui survit dans l’enceinte de ce temple, de cette planète, de cet Ordre, cela n’avait rien de véritablement surprenant. La mort ici est la plus fidèle des compagnes, accueillant les moins chanceux jusqu’aux plus puissants, ne laissant personne indifférents. Il y avait ceux qui la causaient, d’autre qui la craignaient sans oublier les plus nombreux, ceux qui s’endormaient dans son étreinte glacée. Darth Sanguinus, se mit en place, face à la porte, attendant donc le nouvel impudent. Les plaques de métal coulissèrent dévoila aux yeux de Dante que le nouveau était une nouvelle, une inconnue qui était parvenu à détenir, dans le secret de l’immensité galactique, une formidable puissance. Comme il l’avait perçu, elle était en proie à de vives émotions, comme si une douleur donnait à son âme les soubresauts d’une vibro-lame.

    Le sabre à la main, la lame écarlate teintait sa bure laissant, dans la pénombre, se dessiner plus distinctement les formes amples de cette cape noire. Sans pour autant brandir le siens, Darth Sanguinus dévisageait autant que faire se peut la jeune femme. Autant qu’il pouvait en juger, la teinte de sa peau donnait toute les indications de ses origines, une Zeltronne. Son regard lui était une preuve de plus qu’elle était rongée par le côté Obscur. Sans se rapprocher d’elle, le Seigneur Noir prit la parole.


      « Voila donc la nouvelle candidate autant à la folie qu’au suicide pur et simple. Votre maitre, quel qu’il soit, ne vous aurait-il pas enseigné autre chose que la bêtise dont vous faites maintenant étalage ? Vous débordez de haine et vous croyant toute puissante vous accourez ici dans l’espoir aussi illusoire qu’inutile de me tuer… faites donc. Tel un cloporte boursouflé par sa propre importance qui nourri le rêve d'être plus qu’un parasite, allez-y. Offrez moi donc votre vie misérable tandis que je perds mon temps. Attendez-vous une invitation ? A moins que tout ce courage insensé n’ait laissé place à une tout autant nauséeuse lâcheté… »


    Elle qui avait dégainé son arme, elle qui était entré ici sans le moindre respect, il lui laissait une chance de se raviser. Ce n’est pas pour autant qu’il allait être tendre et sa patience ne serait pas non plus sans limite. Attirant dans sa main droite son propre sabre laser, ce dernier ne scintillait pas encore de son faisceau rougeoyant mais il attendait de pied ferme le moindre assaut aussi désespéré soit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   Lun 20 Aoû - 23:44

Le spectre du brasier qui l'animait lui avait fait perdre toute raison, comme à son habitude. Hermétique à toute lucidité, son bras réclamait le sang d'une rixe, son esprit implorait l'animosité d'une vengeance, même imaginaire, alors unique instigateur de son souffle et de ses battements de cœur. Un chemin qui menait inévitablement à la destruction, une maladie que le temps ne pourrait que faire empirer jusqu'à la dissolution entière de l’Être.

Lorsqu'elle pénétra dans les quartier privés, le Seigneur Noir des Siths lui faisait face, l'attendant de pied ferme. Loin de la déstabiliser, cela ne fit que nourrir cette excitation qui faisait trembler le bout de ses doigts gantés. Plus rien d'autre n'existait que lui, et son esprit se voyait déjà enfoncer sa lame dans sa gorge sous des nuées vermeilles dont elle savourerait le goût amer lorsqu'il affleurerait ses lèvres frémissantes. Lorsque de lui parvint un son, une voix, elle n'eut pas la moindre réaction. Armée de sa folie, elle traversait la pièce de cette même allure constante et résolue, avec la grâce qu'on donne aux félins. Son capuchon laissait entrevoir ses traits et ses cheveux aux teintes électriques, abandonnant Zaya et sa couverture si fade. Lorsque la tirade prit fin, sur le mot lâcheté, elle leva son bras armé, fit un bond rapide qui impulsa un tour sur elle-même pour frapper avec violence sa cible et rencontrer son sabre, son visage fin flirtant avec celui, dissimulé, du Sith.
_ C'est toi qui parle de lâcheté, Ô Grand Seigneur, tu envoies un enfant faire le travail d'un homme.


La seconde qui suivit, elle brisa le contact des deux lames et dans le même élan preste et nerveux, tourna pour se retrouver dans le dos de son adversaire, tendre sa main contre le bas de sa colonne et lui asséner une violente décharge. (Action réversible)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   Mar 21 Aoû - 9:02

    Dante avait été plus qu’hostile devant cette impudente mais tant de choses étaient empli d’incertitudes. Si jamais elle n’était qu’une vulgaire parmi tant d’autre, dévoré par le côté Obscur, par la haine, pourquoi donc cette folie furieuse ? Dante avait tant vécu avec ces gens là, consumé par un pouvoir, persuadé de le contrôler. Cette fois-ci c’était différent, il le savait. Cette haine qu’il avait face à lui était plus que cela, elle était tentée d’une sincérité dont le côté Obscur ne pouvait être le seul responsable. Elle voulait se battre, peut être même était elle prête à mourir mais pas pour une démesurée ambition qui la pousserait à combattre l’un des dirigeant de l’Ordre Sith, il y avait véritablement autre chose. Toujours est-il que le combat était inéluctable. D’ailleurs, Darth Sanguinus n’avait pas cherché à l’éviter bien au contraire. On pourrait dire que c’est le cœur belliqueux qu’il avait provoqué cette femme mais l’attitude et ces maudites traditions Sith l’exaspéraient au plus haut point. Régulièrement, il y avait cette bêtise soutenu par d’innombrables guerriers souhaitant prendre sa place. Pour ces idiots, à chaque vie que Dante épargnait, il y voyait la faiblesse que leur haine et leur folie les poussaient à croire qu’ils pourraient surpasser.

    Bien qu’il n’avait en tout et pour tout aucun plaisir à prendre une vie, celle-ci en l’occurrence méritait une bonne leçon. La poignée de son sabre laser à la main, toujours inerte, il attendait. De la lâcheté, il n’y en avait pas, c’était une évidence mais cette envie de meurtre avait une cause. Peut être était elle d’une simplicité presque navrante ou plus complexe mais il y en avait une. L’inéluctabilité de cette raison, il en eu la preuve quelques instants plus tard lorsqu’elle s’approcha de lui. Tenant ses armes à la main, de l’une, un sabre laser et de l’autre une grâce qui semblait lui être inné. Son discours se terminant elle répondit avant que de lancer l’assaut, la lumière était donc faite, c’était la vengeance qui animait cette hargne. Pour Dante, c’était dès lors décidé, il ne la tuerait pas car il voulait connaitre ce dont elle l’accusait mais il ne retiendrait pour autant pas ses coups.

    Elle virevolta quelque peu dans un ballet qui aurait pu être admiré si elle ne tentait pas de le tuer. Dans un mouvement vif, il para son attaque en allumant son propre sabre laser. A la lueur du choc, le Seigneur Noir put voir en ce visage que sa beauté dissimulait une vie déjà bien remplie. Elle n’était pas si jeune que ses traits semblaient le supposer et elle n’était pas uniquement ce monstre de sauvagerie. Si elle avait pu arriver jusqu’à lui, ce n’était guère surprenant mais lui en l’occurrence ne savait pas le moins du monde à qui il avait affaire. Les deux lames d’énergie, l’une contre l’autre, crépitant d’un feu aussi ardent que cette colère qui animait le cœur de la belle, prolongeant cette union avec force avant de se séparer brutalement. Animant toujours une danse affable, elle tournoya sur elle-même pour arriver dans le dos de sa proie, allongeant la main pour une fureur plus foudroyante cette fois.

    Tel son cavalier dans ce tango des plus dangereux, Dante tourna avec elle, l’accompagnant dans ce mouvement fluide. Ce dernier avança le bras comme si tout deux n’était qu’une seule et même personne faisant face à un miroir. Quand les éclairs jaillirent de sa paume, ils s’engouffrèrent dans celle du Seigneur Noir, absorbé par son pouvoir. Devant la surprise de cette parade, Dante en profita, de son bras métallique, pour lui asséner un terrible coup de poing crépitant de l’énergie de ses éclairs. Un coup fulgurant qui avait pour cible ce visage encore déformé par la rage. Le métal Sith de cette prothèse était lourd, très lourd. Entre la carrure massive de l’homme et la Force qui accompagnait son geste, le résultat serait brutal… si tant est que ce ne soit qu’un euphémisme.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   Mar 21 Aoû - 13:56

Les préceptes de Lothis, feu son Maître, ne faisaient plus écho en elle. Cet homme lui voulait du mal, elle le savait, elle en était certaine et toutes les alarmes que les voix de sa consciences lui avaient hurlé, avaient tout simplement été mises de côté. « Peut-être t'es-tu trompée ? » Cette simple idée ne parvint même pas jusqu'à elle.

Dès le premier geste, la maîtrise de l'art du combat du Sith était limpide, sans équivoque et allait s'avérer très douloureuse pour la Zeltronne. Dans sa danse, son partenaire la suivait, comme son ombre, pire encore, comme le reflet infidèle d'un psyché maudit, et lorsqu'elle libéra les éclairs brûlants dans le creux de sa paume, la main de l'Ombre qui effleurait presque le bout de ses doigts sembla la dévorer avec avidité. Là, elle cilla. La surprise fut l'épilogue de la perdition qui la guettait depuis trop longtemps déjà. Profitant de cet instant pourtant rare -mais visiblement pas assez-, Sanguinus assena un coup, inévitable, au visage de la Danseuse. Un bruit sourd et bref accompagna cette douleur où tous les os de son faciès si délicat semblaient se briser telle les fragments d'une fresque fragile. Mais peut-être que ce fut la décharge qui l'accompagnait qui fut la plus douloureuse, elle l'ignorait. Son corps fut projeté plusieurs mètres en arrière et le vol de la poupée de chiffon ne fut arrêté que par la parois, diablement solide, de ses appartements, s'écrasant au sol sous un agrégat d'objets variés et dès lors, en morceaux.

La douce musique du silence retenti enfin, comme sonnant le glas d'une trêve, trop courte. Un rire léger mais bref s'extirpa des débris tandis que la Dame se relevait, les épaules sensiblement recourbées. Ce coup lui avait vraiment coûté. Sa main gauche n'avait pas lâché son sabre, bien qu'il fusse éteint, et sa main droite arracha le capuchon qui ornait sa tête. Une cascade de cheveux bleus s'écroula sur ses épaules. Sa tunique noire ajustée était indemne, protégeant encore les courbes vénusiennes, mais pas le minois amène qui les surplombait car une goute rouge vif vint perler du coin de ses lèvres. Sa joue, elle aussi, portait déjà les stigmates du coup car une teinte incarnate et bleu s'y étendait. Une légère grimace et la jeune femme se redressa en bougeant ses épaules vers l'arrière, dans un gémissement de douleur.

_ Aouh !

Ses prunelles à l'orbe d'or se posèrent enfin sur son adversaire. Ils s'étaient dégagé d'un peu de cette indomptable démence, mais la fièvre les couvait toujours avec soin, bien qu'elle fut légèrement différente. Ses lippes étaient tirées en un fin rictus, mais il est était difficile d'en discerner l'espièglerie de la rage.

_ Quelle vigueur....

Elle prit son temps pour revenir près de lui, sans pour autant le lâcher de son regard tranchant. Sous une légère impulsion, la lueur brusque de son sabre s'étendit dans un long trait incandescent. Le corps de la donzelle était peut-être d'une apparente vulnérabilité mais il y brûlait une force qui n'avait d'égal que sa volonté, particulièrement obstinée. Une salve d'attaques au sabre, puissantes et rapides s'en suivirent. Attentive, elle savait maintenant ce qu'il était risqué de faire et changea de tactique. A sa grande agilité s'ajoutait son caractère turbulent, ardent. Ainsi, elle tournait sur elle-même et chaque poussée lui donnait un dynamisme supplémentaire pour donner ses coups et chacun était ponctuée d'une grande violence, même si la puissance était modérée. Cela ne faisait aucun doute, elle tirait grand plaisir de cet affrontement.

Tandis qu'elle esquivait les coups du Seigneur Sith pour répliquer dans le même élan, la jeune femme usa de son pouvoir d'illusion. Ainsi, l'illusion prit sa propre forme et se glissa sur la gauche. Cette petite supercherie était très efficace contre des Siths peu expérimentés mais contre Darth Sanguinus, cela se révèlerait plus compliqué. Qu'importe, qui ne risque rien n'a rien. Contrairement à son illusion, elle bifurqua sur la droite. Là, elle vit une ouverture, enfin un moyen de lui faire très mal. D'un grâcieux mais leste mouvement de poignet, elle assena un coup en estoc contre le belligérant, au dessus de son aine droite dans le but de le transpercer, mortellement, cela va de soi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   Sam 25 Aoû - 5:58

    L’effet de surprise avait eu l’effet escompté et le coup qui s’en suivit fut couronné de succès. Sigla dans une danse cette fois bien plus disgracieuse rencontra brutalement le mur à quelques mètres derrière elle. Avec fracas, une multitude d’objets aussi divers que variés vinrent recouvrirent son corps meurtri, une désolation qui pourtant ne ferait que commencer si elle s’obstinait. Malgré sa fureur apparente, Dante ne voulait pas mettre un point final à une vie qui semblait se tenir au creux de sa main de métal. Derrière son armure, il ne trahissait aucune émotion, le masque froid d’une impassibilité plus que certaine mais qui ne serait que d’une faible protection contre les assauts du sabre laser de la donzelle. Se relevant péniblement, elle avait été sonnée mais son attitude révélait qu’il en faudrait bien davantage pour qu’elle dépose les armes. En tout état de cause, même si Sanguinus ne voulait pas l’abattre purement et simplement, il n’hésiterait pas longtemps à sonner le glas de cet adversaire à la parure sombre.

    Dévoilant son visage à son opposant bien malgré elle, le doute n’était plus permit, elle était Zeltronne. En cela, il ne fut d’aucune surprise que cette violence à son encontre avait attiré son attention. Le charme d’une brutalité d’ordinaire si peu affable qui tout de même parut l’assagir quelque peu. Lorsque que le bruit de son arme tinta de cette note si particulière, Dante lui tenait son sabre à bout de bras, dans une attitude qui n’était menaçante en aucune façon mais qui somme toute n’était pas arrogante. Espérant sans réellement y croire que cette manœuvre voilée puisse calmer les ardeurs de la jeune femme, elle assura par un nouvel assaut que ce n’était là qu’une douce utopie. La lueur qui émanait de son regard avait prit une teinte différente. En effet, ils n’irradiaient plus de cette folie meurtrière mais une espièglerie légère toujours teinté néanmoins par l’envie d’en découdre. Le jeu adoptait ainsi des règles bien différentes, cette lutte destructrice se muait en un ballet emprunt d’une pincée de sadisme.

    Voila donc que la danse reprit mais de façon plus réservée. La Zeltronne ne prenait plus le risque de se rapprocher de trop et elle frappait avec vivacité comme pour ne laisser aucune chance au Seigneur Noir de réitérer un contact aussi fulgurant. Elle était vive, rapide, plus que lui et il le savait. L’immobiliser, oui, il le pouvait mais il aurait pour cela fallu déployer un déferlement massive d’énergie obscur et nul doute qu’il aurait bien du mal à ne pas l’abattre dans le feu de l’action. Calme et serein, il se déplaçait à peine, se contentant d’orienter ses pas en fonction des mouvements de son adversaire et de lever le sabre pour parer le sien. Usant du Soresu avec facilité mais manque de style néanmoins il tentait quelques contre-attaque habile que, pourtant, son adversaire évitait ou parait sans trop de difficulté. Lui qui d’habitude attaquait avec force, déployant ses pouvoirs et usant d’une brutalité précisément mortelle, il devait édulcorer un maximum sa chorégraphie afin qu’elle même puisse s’en sortir vivante.

    Soudainement, elle usa d’un autre talent et la vision de Sanguinus vit se mouvoir une adversaire quittant le lit des assauts torrentiels pour se déplacer à tribord une attitude d’attente et de défi… Mais que préparait-elle ? Ce changement si brusque, cette accalmie tranchant si net avec le meurtre prochain qui semblait murmuré par la mort impatiente, mais cette femme avait quelque chose de faux. Le voila victime d’une illusion, il le savait mais bien incapable de se concentrer pour voir éclater la vérité, le temps lui manquerait. Se préparant à tout, il scrutait, autant cette image erronée que son spectre lui bien plus réel, s’attendant à se faire attaquer avec force et détermination, un coup mortel qui sonnerait le glas de ce combat. La Zeltronne avait de la ressource, c’était là une tactique des plus habile et si ce n’était que le Seigneur Noir disposait lui-même de cette faculté trompeuse, il aurait pu être joué par illusion moqueuse. Il sentit alors une contradiction. Tout le calme, le stoïcisme de l’apparence jurait avec un désir de meurtre vivace, ressuscitant dans l’ombre de cette fable. Toujours invisible, c’était ainsi qu’une simple pensée se mouvant par elle-même, une émotion cruelle émergeant de l’imaginaire pour le frapper.

    Visualisant cette pulsion écarlate, bientôt les véritables formes amples des frusques de son assaillante se dessinèrent tel un fantôme de Force. Il vu venir ce coup d’estoc et commençant le mouvement salvateur tout en parant de son sabre. Elle était rapide et le combat ainsi perdurerait… il fallait que cela cesse aussi s’-arrêta-t-il. Une vive et intense brulure lui perfora l’abdomen sur le côté gauche, un peu au dessus de l’aine, la souffrance remontant le long de son épine dorsale avec cette voix sombre et macabre, celle du côté Obscur qui lui hurlait de la tuer, de la punir pour cette acte… Cette douleur, il avait choisit de l’endurer et plaça du même coup sa main gantelée sur celle qui venait de le transpercer. Cette poigne était une tenaille inextricable et la foudre Sith parcourra bientôt ce bras et par la même le corps entier de l’impudente. Son pouvoir renforcé par cette souffrance, la puissance de l’éclair était fabuleux et dura longtemps, bien longtemps jusqu’à ce que la jeune femme en ait les jambes chancelantes. Quittant sa prise pour venir lui enserrer le cou, il la souleva avec une étonnante facilité pour venir la plaquer contre ce même mur toujours si solide dont son corps se souvenait encore. La rencontre se fit plus brutale encore, dérangeant une nouvelle fois le mobilier en place le tout dans une note des plus sourdes. Puis il lâcha prise une nouvelle fois, la laissant retomber sur ses genoux. Se retournant et s’éloignant quelque peu d’elle, il attira à lui le sabre qu’elle avait laissé choir. Le regardant quelques secondes, il lui lança sans même la regarder. Dante se retourna enfin…


      « Ne comprenez-vous pas que c’est inutile ? »


    Toujours étant qu’il ne connaissait pas la raison de cette haine à son égard. Elle ne semblait pas de ceux qui haïssaient sans raison, elle ne paraissait pas vouloir le pouvoir ou même la gloire… c’était la vengeance qui la poussait à agir mais de quelle faute l’accusait-elle ? Pourtant et de toute évidence, elle ne s’arrêterait surement pas là…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   Sam 25 Aoû - 15:46

La lame rouge perfora l'abdomen du présent belligérant, et ce fut pour elle un régal que de la sentir glisser entre ses chairs... une macabre allégresse qui lui fit mordre sa lèvre inférieure, son regard irradiant d'une malice, presque enfantine -tant qu'on aurait pu lui entendre sortir un « Oups ! ». Elle n'eut pas le temps de profiter de cet instant bien longtemps car la poigne du Seigneur Noir saisit immédiatement ou presque, sa main fine. Une très forte impression de la perdre la saisit car il la broyait, sans pour autant que la lame ne se détache de sa victime. Elle se retrouvait prisonnière d'un enlacement qu'elle n'avait, cette fois, pas souhaité et toute la facétie dont elle était capable avait du mal à résister aux salves crépitantes des sinistres éclairs. Ils demeurèrent figés dans ce tableau horrible, lui, empalé, elle, secouée par la foudre de sa volonté de fer. Parce qu'elle n'avait pas le choix, elle gardait ses yeux sur lui, muette, et seule ses lèvres tremblantes trahissaient l'intense souffrance qui la parcourait. Cet instant lui paru une éternité et comme si cela ne suffisait pas, son esprit la ramenait des décennies en arrières, remontant comme un sablier l'histoire de toutes ses douleurs et cela lui donna assez de rage pour endurer, encore et encore. Mais tout corps possède ses limites et Sigla commençait à flirter avec les frontières. La brûlure était si forte que son corps n'était plus qu'une immense meurtrissure et ses membres ne répondaient plus à ses appels, désespérés.

Soudain, cela prit fin, mais ses jambes ne la portaient plus. Le Sith lâcha son étreinte mortelle et le poignet, inerte, de la Dame, laissa choir son arme qui s'éteignit enfin, mais il ne la laissa pas toucher terre. Il la saisit à la gorge et la souleva comme on soulève un fétus de paille. Ses doigts ténus voulurent s'accrocher, se planter dans sa main, mais ses concurrentes étaient faites de métal, et de toutes façons, elle n'avait plus assez de force. Cela n'empêchaient pas les flammes de ses billes d'ocre de le dévisager, de le haïr, et lorsqu'il la plaqua contre le mur, le son sourd de sa tête se heurtant à la parois résonna dans son crâne et les fils de soie bleus s'étaient collés à son visage embué. Malgré tous ces tourments, un rictus anima ses lippes cérulées car en d'autres circonstances, tant de fougue n'aurait pas été pour lui déplaire.

Son étreinte cessa et la jeune femme glissa le long du mur pour fondre à ses pieds, sa longue chevelure céruléenne caressant les bottes noires de celui qui l'avait tant malmené. Ses pensées perdaient de leur logique et pendant une seconde, elle se demanda où elle se trouvait. Les billes chrysocales ne savaient plus où se poser et ne distinguaient plus clairement les choses. Une main tremblante se colla contre son front que la douleur avait humidifiée tandis qu'elle reposa son dos contre la cloison, reprenant son souffle. L'ennemi, elle le vit s'éloigner d'elle et appeler à lui son arme, celle qu'elle avait construite il y avait bien longtemps. Il l'observa, attentif... Il était d'un tel calme... Elle se rendit compte qu'elle ne savait absolument pas à qui elle avait affaire. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'il avait retenu ses coups. Pourquoi ? A quoi jouait-il ? Est-ce que tout cela l'amusait ? Ou bien était-ce juste une façon de la briser moralement pour mieux la détruire ?

Si c'était le cas, lui non plus ne savait pas qui lui faisait face. D'ailleurs, elle finit par se relever. Heureusement que le mur était resté debout, parce qu'il lui fut bien utile. Sa main gauche, celle qu'il avait enserré entre ses doigts, était encore engourdie, mais l'autre se portait encore bien.

_ Pourquoi ...un combat devrait-il être utile ? Ne savez-vous donc pas profiter du moment présent ?

Son minois se farda d'un sourire qui sembla presque sincère et sa voix douce était exempte de cette fureur qui la transportait il y a encore si peu de temps. Ce n'était qu'un simulacre car d'un mouvement leste de la main, elle propagea une vague de force sur lui, déferlant comme la lame scélérate d'une mer courroucée. Dans le même à-coup, sa main droite se tendit et fut bientôt munis d'une nouvelle arme, dissimulée sous ses effets. C'était aussi un sabre mais le manche était bien différent. Légèrement incurvé, le métal qui le composait était aussi noir que l'obsidienne et lorsqu'elle déclencha le mécanisme, une lame dorée s'en extirpa, les nuances se reflétant dans l'or de ses yeux. Elle était déjà sur lui. Dans son mouvement, elle voulu lui faire croire qu'elle attaquait de nouveau de front, mais lorsqu'elle arriva à son niveau, Darth Sigla effectua un salto aérien qui sembla ne pas perturber les molécules d'air tant il fut leste et parfaitement effectué, ce qui la fit se déplacer sur le côté droit. A peine eut-elle touché le sol qu'elle tournoya sur elle pour affubler sa cible de multiples coups tout en restant insaisissable... ou presque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   Dim 2 Sep - 19:03

    Perforé tel qu’il l’avait été, la douleur somme toute était bien supportable. Cette souffrance, il l’avait choisi, un choix qui avait été prit dans l’instant, le feu de l’action, brulure aussi soudaine que la lame écarlate qui l’avait transpercé. Ce mal décuplait une rage qu’il contrôlait, une colère mais tout autant que l’envie d’apprendre le fin de mot de cette histoire. Sa propre vengeance avait agit sous une vive et brutale impulsion dont la suppliciée se relevait une fois encore. Elle n’en avait pas fini et il semblait que contre toute attente, elle allait se relever encore et toujours, réitérant ses assauts sans la moindre demi-mesure, essayant sans cesse une nouvelle approche pour parvenir à ses fins, vaincre un adversaire bien plus fort qu’elle. Sanguinus lui gardait son calme, il avait, jusque là, paré les tentatives de l’assaillante avec un stoïcisme qui aurait poussé ses adversaires hors de la limite de leur raison en d’autres circonstances. Cette fois, il n’en était rien et même malmené telle qu’elle était en cet instant, son envie ne se faisait que plus intense encore d’en découdre.

    Se retourna face à elle, il entendit ces quelques mots qui sonnèrent comme une ode au plaisir, un aveu bien étrange que cet affrontement et les tous les échecs de ses tentatives puissent être jouissif d’une façon ou d’une autre. A présent, l’Amiral avait éteint son sabre mais nul doute que l’échange allait se poursuivre. Une poussée de Force tel un vent violent dont le Seigneur Noir se protégea en mettant devant lui sa main tenant encore son arme et, dans la même frénésie, Sigla fit une succession d’acrobatie des plus gracieuse pour porter un coup qui tacher de l’être fait avec surprise. Ce n’est pourtant pas le sabre de ce dernier qui rencontra la lame dorée mais bien son bras gauche. Malgré une sévère entaille sur son armure, le bras résista fort bien à l’impact. Ajoutant à la stupeur que cela imposait, les autres coups rencontrèrent l’avant bras du Sith avec tout autant d’échec. La jeune femme bougeait sans cesse, ne restant jamais au même endroit. Chacun de ses soubresauts donnait lieu à une nouvelle décharge, son sabre laser ne faisant qu’un avec elle, un ballet jouissant d’une aura aurifère.

    Avec la plus extrême célérité, le dernier contact du gantelet meurtri et de la lame d’or produisit une myriade d’étincelles. En effet, glissant au contact de la lame énergétique, la main du Seigneur Noir vint enserrer le poignet de la Zeltronne avec force. Se rapprochant plus encore d’elle, il la regardait dans les yeux au travers de sa visière opaque tandis que son autre main se rapprocha de son visage. Dans un son si caractéristique, la lame rougeoyante de son propre sabre laser illumina le corps de la prisonnière et plus distinctement sa gorge. Maintenant la menace à quelques centimètres de celle-ci, il n’avait qu’un geste, un simple mouvement de poignet pour en finir définitivement. Posté ainsi, il prit quelques secondes pour lui répondre.


      « Vous souhaitez donc profiter du moment présent… jouissez donc de cela. »


    Une simple impulsion un craquement se fit entendre, c’était là la note émise par le poignet de la jeune femme qui se brisa sous la poigne de son bourreau. Reculant dans le même temps sa main armée, son sabre s’éteignit une fois encore et tandis qu’il le lâchait, il envoya une nouvelle vague de foudre Sith dans l’abdomen de sa victime. Lâchant alors sa prise, son autre main en fit de même. La violence de l’impact propulsa une fois de plus la Zeltronne contre le mur. Sa main droite s’arrêta alors et, prenant de l’élan, Dante envoya une puissante vague de Force dans sa direction, l’écrasant un peu plus contre le métal froid. La lueur bleutée qui illuminait ce coin de la pièce disparu brutalement et Sanguinus, avança un bras dans la direction de Sigla, déploya son pouvoir pour l’étreindre. Tout son corps se souleva alors qu’il crépitait encore de quelques étincelles, il lévitait à quelques centimètres au dessus du sol. La pression s’accentua comme si la main d’un géant la tenait prisonnière, risquant de faire craquer chacun de ses os. Puis, avec la même violence, il l’a projeta contre le mur opposé. La jeune femme traversa donc la pièce, dans les airs, allant s’écraser le plus sauvagement du monde contre une nouvelle paroi, encore intacte. Dérangeant une fois de plus le mobilier, Sanguinus en fit de même, écartant de son passage tout ce qui aurait pu lui barrer la route. Découvrant ensuite le corps endolorit de celle qui avait tenté de l’assassiner, il exerça une forte pression sur son corps, ne lui laissant pas de répit. Cette pression s’accentua encore et encore jusqu'à lui déboîter la jambe dans un bruit sec et des plus désagréables.

    La patience du Seigneur Noir avait atteint ses limites et il mit un terme à ce combat qu’il trouvait pour le moins ridicule. Son adversaire avait montré un certain talent, une inventivité des ressources mais également une folie des plus tangibles de par ce plaisir de se faire ainsi malmener. Lui-même n’en été pas sorti indemne et malgré que cette profonde blessure, il l’avait souhaité, cela n’enlevait en rien la douleur qui en résultait. Fixant le corps meurtri de la jeune femme, il repensa au combat qu’ils venaient de livrer et le dernier assaut lui apparu plus clair. En effet, il avait réagit plus par colère et par instinct, sans vraiment y réfléchir. Cette lame dorée, étrange pour un Sith d’ordinaire si fier de son appartenance cette Ordre à sa teinte écarlate. Cherchant du regard, il retrouva le sabre désormais inerte, sur le sol et attira ce dernier à lui. Un manche d’obsidienne et incurvé de la sorte… tout cela était loin mais sa mémoire ne lui faisait pas défaut. Il s’en souvenait, il se souvenait d’un homme. Perdu dans ses pensées, il mot, un nom, échappa de ses lèvres.


      « Lothis… »


    Il l’avait connu il y a des années de cela, au service de son maitre, le Seigneur Noir Darth Magnus. Ancien rival de Typhus, Lothis avait été le premier qui avait partageait la vision de Dante si bien que pendant longtemps, il cru que ce serait avec lui qu’il parviendrait à mettre en œuvre son projet. Mais quelque chose les avaient séparés. Le militarisme de Sanguinus avait été un frein sérieux à leur collaboration. Les éloignant un peu plus au fil des années, l’Amiral avait su que son confrère continuerait à sa façon de défendre leur idéal. Malgré toute ses ressources, Ironside avait perdu la trace de cet ami jusqu’à aujourd’hui. Maintenant, il tenant entre ses doigts de métal le sabre laser de Lothis… Il savait que l’attaque de la Zeltronne mériterait son attention mais il ne se doutait pas le moins du monde que ce soit à ce point là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   Mer 5 Sep - 12:26

Secouée, brisée, meurtrie, foudroyée, criblée de mille souffrances, grand bien lui pris de vouloir se mesurer à un Seigneur Noir. Tout esprit possède ses limites et les siennes avaient été transgressées depuis fort longtemps. Certaines parties de son corps menu ne répondaient plus à ses appels et plusieurs fois Sigla se demanda en combien de morceaux elle s’éparpillait. A plusieurs reprises, sa vision se troubla, pourtant elle n’avait jamais perdu de vue son belligérant, même lorsqu’il enserra son poignet pour le lui mutiler… elle n’avait pas crié mais son cœur avait manqué de bondir hors de sa poitrine tant la douleur l’avait saisi avec violence. Lorsqu’il avait arrêté d’utiliser son arme d’énergie, cela avait été pour mieux la disloquer comme une poupée de cire après l’avoir jeté contre un mur, s’attaquant ensuite à sa jambe. Un voile gris s’effondra devant ses prunelles encore éveillées et son esprit se surpris à vagabonder. C’est donc là qu’elle allait mourir, au cœur même d’une tourmente de brutalité et de douleur, de la même façon qu’elle avait vécu. Ce qui la surpris, c’est qu’elle ne s’en effraya pas, une parcelle de son âme l’avait même souhaité… c’était certainement celle-là qui l’avait poussé à fondre dans sa propre fureur pour en extraire les derniers fragments de sa vie dissolue, n’étant jamais parvenue à faire le deuil d’un passé tant chéri.

Déjà, elle fermait ses yeux pour se fondre dans la nuit qui lui tendait grand les bras, allégorie d’un funeste dessein, n’entendant plus les cris absurdes de cette conscience qu’elle n’avait plus et ce jusqu’à…

_ Lothis…

Ce n’était qu’un murmure, un souffle à peine audible mais cela, elle l’avait entendu et cela la tira de sa mort, regagnant cette force qui la tiendrait en vie tant qu’il ne déciderait pas de l’achever. Le visage fermé, dans les débris et les cheveux cérulés collant à ses traits suant, éclos à nouveau, les yeux dorés s’ouvrant comme s’ils ne s’étaient jamais clos. Comment connaissait-il ce nom… SON nom ! Elle le vit, lui, tenant entre ses doigts le sabre du Défunt, entreprise qui l’aurait jeté dans une folie meurtrière si elle n’était pas tant hébétée et… épuisée.

Ses membres répondaient assez pour lui permettre de bouger un peu, juste pour la laisser redresser son buste et de reposer son dos contre la paroi. La douleur, elle n’y pensait plus, cela n’existait plus, sa peau rosée s’était ternie, ses bras s’avachirent le long de son corps et sa tête bleutée se reposa en arrière, ses jambes demeurant légèrement pliées, assez pour lui permettre de la laisser dans cette position assise. Son minois si délicat n’était plus aussi lisse, mais surtout écorché, quelques bleus plus ou moins tuméfiés s’étendant sur ses joues rougies par l’effort, bref, elle n’était vraiment plus aussi belle. Quelle importance ?

Maintenant ses yeux dorés nippés d’une nouvelle vie observaient Dante et ses lèvres bleuâtres laissèrent s’échapper… une sourde colère.

_ Comment tu connais ce nom…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   Mer 19 Sep - 20:06

Regardant au travers de sa visière son bras gauche, il voyait le métal de son armure en piteux état. Comment en aurait pu être autrement après avoir tenu à pleine main la lame incandescente d’un sabre laser ? Une fois de plus, il ne pouvait que se rassurer de voir qu’un des moments les plus douloureux de sa vie lui avait été si profitable en fin de compte. Il ne put s’empêcher de regarder la jeune femme qui avait réussit pour le moins à se redresser et penser que peut être était-ce là le même destin qu’elle suivrait. Mais ce sabre laser, pour qu’elle ait en sa possession, seuls deux explications sont possibles… soit elle l’avait tué, soit Lothis lui avait donné. La première hypothèse fut contrée irrémédiablement par la réaction de la Zeltronne. L’ivresse d’une colère presque identique voulait des réponses à ce simple mot qu’il avait laissé échapper bien malgré lui. Tant de souvenirs et tant de questions nouvelles qui envahissaient son esprit en ce moment même…

Il commença par retirer son gantelet endolori, laissant apparaitre un bras de métal puis l’autre, bardé de cicatrice. S’ensuivit ensuite son casque en intact qui découvrait son visage grave. Il repensait à ce qu’il avait vécu, les moments partagé avec ce nom attaché à cet être, un être qu’il n’avait pas vu depuis au moins une quinzaine d’années. Lothis, il était alors plus âgé que lui quand ils se sont connus, il aurait pu être son disciple à dire vrai mais le sort en avait décidé autrement. Servant tout les deux un maitre qui ne respectaient pas la Loi de Bane, tandis que Dante avait choisi d’imposer sa marque sur la galaxie dans l’armée de l’Alliance, Lothis lui décida de s’exiler en quête d’âmes fortes et pleine d’espoirs.


    « Lothis… C’était un ami. Puisque que tu détiens son sabre j’en déduis qu’il n’est plus. Tu dois être son apprenti je suppose… »


C’était un deuil mais Ironside n’avait pas pour habitude de céder à ses émotions. Malgré une mine lasse, il ne laissa rien transpirer. Certains y auraient vu une fierté, d’autres une insensibilité. Mais cette mortalité ne l’effrayait pas, il savait qu’elle était inéluctable sonnant comme le glas d’un temps qui passe, aussi immuable que la Force elle-même. Cette fierté n’était pas non plus empreinte de vérité sinon la même arrogance aurait puni un tutoiement dans ces circonstances tout comme il n’aurait ni répondu ni épargné une impudente.

    « Nous avions le même mentor, ici dans l’Ordre. Il refusait la vie des Sith et quitta cette enceinte à la recherche de jeunes gens prometteurs qui, comme lui, voulaient vivre en paix, loin de la fureur que tu verras anodine entre ces murs. S’il t’a choisi, cela seul me conduit à ne pas t’ôter la vie. Pourtant, tu m’as attaqué avec rage de la même façon que ces cloportes l’auraient fait… Pourquoi ? »


Peut être ne répondrait-elle pas. Lui-même avait une idée de la réponse, une explication encore un peu vague mais qui méritait d’être prise comme telle en cas de silence prolongé. Détournant le regard de cette arme d’obsidienne et le porta sur celle qui gisait là, sur le sol de ses appartement.

    « Si j’avais à y répondre par moi-même, je dirais que ta fureur celle qui songe, soit que j’ai essayé de la tuer d’une façon ou d’une autre ou bien tu pense que c’est moi qui ait conduis la mort de ton maitre. Mais tu es Zeltronne, si j’avais voulu te tuer, dès notre rencontre tu l’aurais senti… a moins que la fureur ait obscurcit tes talents. »


Cela sonnait comme un reproche ou une leçon à lui faire... Lui tournant alors le dos, il fit quelques pas et attira à lui son propre sabre laser qu’il avait laissé choir quelques instants plus tôt. Remplaçant cet objet si cher à sa ceinture, il lui fit de nouveau face et il lança l’arme de Lothis afin qu’elle le récupère. C’était surprenant… On lui envoie des assassins, ce n’était guère une surprise donc que l’on veuille le tuer… étonnant de s’apercevoir que les assassins ont souvent plus de valeur que leurs commanditaires.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   Dim 23 Sep - 12:54

Elle, lèvres scellées, gardait son regard d’animal sauvage sur l’adversaire, celui qui venait de briser son corps et sa folle arrogance. Maintenant, elle prenait le temps de le détailler, de bas en haut et de haut en bas. Comme il était immense… Il était improbable qu’elle ne s’en rende compte que maintenant, et pourtant c’était bien le cas. La colère l’avait littéralement aveuglé et maintenant que ses os s’étaient brisés, ses muscles vidés d’énergie et sa conscience libre d’appréhender la fin qu’elle avait choisi, Darth Sigla trouvait que quelque chose ne collait pas. Pourquoi était-elle toujours en vie ? Pourquoi ne l’avait-il donc pas pourfendu une dernière fois… Les Siths ne sont pas connus pour leurs états d’âme. Ou bien s’agissait-il là d’une volonté de la faire souffrir bien d’avantage ?

Il se délesta de certains de ses effets, dévoilant ses bras de métal à la zeltronne qui avait reporté toute son attention sur sa funeste silhouette. Elle l’avait visiblement bien amoché mais contrairement à ce qu’elle aurait ressenti à son habitude, elle n’en éprouva pas de fierté. Non, elle voulait savoir QUI il était. Il se découvrit un peu plus en enlevant le casque qui lui avait interdit toute vision sur son visage. Elle qui pensait que ceux qui dissimulaient leur faciès souhaitaient, en réalité, cacher leur laideur, ce qu’elle vit la troubla plus encore. Cet homme n’était pas bardé de cicatrices immondes et repoussantes, il n’était même pas vieux et ridé, bien au contraire. Un charisme incroyable émanait de lui. Elle pouvait mieux le déceler à présent. Son désarroi ne fit que s’étendre au fur et à mesure que le temps passait, se remémorant le seul être qui avait jamais possédé une telle aura et autant dire que le discours de Darth Sanguinus n’arrangea rien.

Un ami… Un ami ? Lothis ? Lothis n’avait aucun ami, elle en était persuadée… certaine… peut-être… Etait-ce possible ? Dans les lambeaux de sa mémoire, elle se remémora une conversation. Il avait bien parlé d’un homme une fois, mais sans jamais prononcer son nom, le seul qui n’eut jamais compter pour lui et dans sa quête. Lorsque le Seigneur Noir des Siths émit l’idée qu’elle devait être son apprentie, elle ne répondit pas. Avait-il le droit d’avoir des réponses ? Sa curiosité piquée, des questions brûlaient son esprit. La Dame ne quitta plus ses lèvres, véritablement pendues à ces dernières lorsqu’une pensée lui vint… Elle avait torturé et tué l’apprenti de cet homme. Si il s’avérait être un partisan de la doctrine de Lothis, elle ne pourrait jamais se le pardonner…

Plus le Seigneur parlait et plus la fureur se muait en un malaise perçant. A vue d’œil, ses traits roses ternis pâlirent. Son regard si incisif se mua en un froncement douloureux et cela n’était absolument pas dû à quelque chose de physique. Tout ce qu’il lui disait… ce n’était pas un mensonge… sa version corroborait avec celle de Lothis et tout s’effondra encore une fois. Sigla ne ressemblait plus à un Seigneur Sith mû par la haine mais plus à une enfant qui aurait fait une grosse… très grosse bêtise. Comment lui dire ? Comment lui avouer ce qu’elle avait fait… Pendant ce bref instant qui lui sembla durer une éternité, elle avait l’impression d’être revenue à la case départ.

Ses yeux pers quittèrent Sanguinus et se figèrent au sol. Ses lippes bleuâtres se pincèrent et gardèrent le silence encore un instant. Il avait sa propre idée sur le pourquoi de sa raison ici et il n’était pas loin, vraiment pas loin. Contre toute attente, il lui renvoya l’arme de Lothis. Elle n’eut pas le temps d’en être surprise. Son bras se leva par réflexe pour l’attraper, s’étonnant elle-même d’en avoir encore la force. Ses prunelles dorées observèrent l’arme un instant, puis sa main gantée l’enserra avec une fermeté telle qu’elle frôla la tendresse, comme si cet objet était tout ce qu’elle possédait de plus cher, avant de le coller à son abdomen.

_ Un homme est venu dans l’endroit où je travaille sur Coruscant. J’ai immédiatement senti qu’il était un Sith. J’ai cru qu’il m’avait repéré et que ma couverture était compromise… Je l’ai suivi. Je l’ai attendu dans son vaisseau. Plus le temps passait et moins je parvenais à me raisonner… me contrôler, j’étais tellement en colère... Lorsqu’enfin il est revenu, je ne lui ai laissé aucune chance. Tout ce que j’ai obtenu de lui c’est votre nom… Dit-elle à mi- mot, se passant bien d’entrer dans les détails, car dans ses souvenirs, il avait prononcé le nom de son maître par déférence et pas pour le trahir. Elle laissa s’écouler quelques secondes, puis reprit.

_ J’ai cru alors que vous aviez envoyé votre élève pour mieux m’espionner et me liquider de temps venu. J’ai donc pris les devants... J’avais déjà trop fui. Mes recherches m’ont rapidement conduite jusqu’ici et la suite vous la connaissez.

Ses yeux se posèrent de nouveau sur son interlocuteur, toute à sa merci, bien malgré elle. Son comportement avait radicalement changé en un temps véritablement bref, ce qui révélait sa capacité hors du commun à passer presque immédiatement d’un état émotionnel intense à un autre, totalement opposé. D’ailleurs, ce n’était qu’un détail, cependant, et tout naturellement, elle le vouvoyait dès lors. Désolée, elle l’était. C’était le parfait résumé de son existence. Flirtant sans cesse entre les sentiments les plus extrêmes, un terrible florilège de contradiction, de déraison et de pulsions qu’elle n’était jamais véritablement parvenue à refréner. Un seul être y était parvenu, mais il était mort et sa raison s’en était allée avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   Jeu 4 Oct - 18:14

Repenser à Lothis avait eu son effet. Une nostalgie presque poignante d’une époque où la Confrérie et ce qu’elle pouvait représenter n’était qu’une fable, le rêve de deux hommes qui avait vécu durement, plus durement que la plupart de leurs comparses. Eux qui voulaient trouver une vie meilleure, une certaine paix, ils avaient pourtant pris des chemins tout à fait différents les menant ainsi dans une quête bien éloignée, l’un comme l’autre, de la pensée naturelle des Sith et de leur Ordre décadent. Tandis que Lothis aspirait à une vie simple d’étude, de perfectionnement ainsi qu’à la recherche de disciples prometteurs. Lui qui s’intéressait davantage à l’individu qu’à créer un nouveau monde, un nouvel Ordre… La Force avait été pour le moins exubérante, l’aspiration la plus modeste et de loin avait péri alors que l’ambition d’Ironside perdurait. En fin de compte, c’était le pessimisme de Lothis qui l’avait conduit à sa perte bien que Dante n’en savait rien encore. Il pouvait se reprocher d’avoir laissé un frère dans cet exil volontaire, lui qui vivait non plus pour lui-même mais pour sa vision.

Bien qu’il ne le fasse pas remarqué, il avait aperçu la jeune femme s’assagir en quelque sorte à mesure qu’il répondait à sa question. Elle semblait en proie à un malaise, une confusion dont le Seigneur Noir apprendrait bientôt la cause. Quand il lui rendit son arme, il put mieux se rendre compte de toute l’importance qu’elle avait pour la Zeltronne. Derrière cette réaction de petite fille si distante de la fureur avec laquelle elle avait combattu, difficile de ne pas voir tout l’amour qu’elle portait à son ancien maitre. Malgré tout, pour lui aussi, les réponses manquaient. Le chemin entre cet amour et la tentative désespéré de l’occire restait flou. Les yeux baissés, dessinant une gêne, une honte presque palpable elle entreprit de s’expliquer. A la lumière de cette révélation, une ombre vit obscurcir ce tableau. La mort d’un de ses disciples, une perte tragique et le côté Obscur réclamait vengeance. Pas de justice, l’acte incandescent d’une mort brutale venant s’abattre sur le cœur déjà meurtri de Sigla. Une aura meurtrière prit forme autour de la silhouette massive de Sanguinus, un sonnet retentissant aux sens de la suppliciée donne la note finale était le bruit émit par le sabre laser du Sith. Prenant une grande inspiration, il éteignit ce dernier, le rangeant ensuite à sa ceinture. Peut être saurait-elle payer ce crime d’une tout autre façon et que ce drame puisse être en définitive un don pour la Confrérie.

Se retournant vers Sigla, alors qu’il allait reprendre leur échange, il n’eut pas le temps de d’exprimer quoi que ce soit quand deux Sith se ruèrent dans ses quartiers l’arme à la main. Il devait probablement s’agir d’un Seigneur et de son apprenti qui, profitant d’un affrontement dont la rumeur avait parcouru l’Académie, venait exécuter les survivants affaiblis afin de profiter d’une occasion de se voir auréolé du titre convoité de Seigneur Noir. Bien que surprit par cette entrée fracassante, Dante ne se laissa pas désarçonner. Tandis que le premier, le plus expérimenté des deux, pas le moins du monde effrayé à l’idée d’affronter un des maitres de l’Ordre, frappa de son sabre, le deuxième lui était plus hésitant. Faisant un rapide pas en arrière, Sanguinus put esquiver le coup qui lui était porté et d’un geste fort, il envoya une vague de Force qui plaqua le Seigneur Sith contre le mur. De son autre main, il prit souleva légèrement le corps de l’apprenti et, sans autre préambule, lui brisa le cou. Le Seigneur put tout de même se libérer et envoya quelques puissants éclairs sur sa cible. Dante s’approcha de lui en contenant l’énergie dans la paume de sa main. Maintenant proche l’un de l’autre, il lui empoigna le visage et toute cette énergie déferla sur son visage, se propageant dans le reste de son corps pour ne laisser, quelques secondes plus tard, qu’un corps calciné qui ne tenait debout que par la poigne de son bourreau.

En un sens, c’était là la démonstration de ce qui aurait pu advenir de Sigla si le Seigneur Noir avait voulu se débarrasser d’elle. Sans nul doute qu’elle avait montré bien plus de talents que ces deux là qui n’étaient autre que des chiens avides de pouvoir sans en méritait ne serait-ce que l’idée. Pourquoi faire preuve de compassion envers des êtres si pathétiques ? Histoire de laisser une sorte de message à ceux qui auraient la même idée, il jeta avec nonchalance le cadavre du Seigneur dans le l’allée qui menait à ses appartements. Se retournant une nouvelle fois vers la Zeltronne, il comptait bien ne plus être outrageusement dérangé au moins pour un temps et reprit la parole.


    « Je peux comprendre la réaction qui t’a possédé mais tu devrais apprendre à mesurer tes élans, toute Zeltronne que tu es. Connaissant Lothis, je doute qu’il cautionne la façon dont tu as réagis. Regarde ces deux Sith, avide, irréfléchis et ambitieux au point de mourir dans l’oubli de tous, souhaites-tu finir comme eux ? »


Lui laissant le temps d’y réfléchir, il reprit ensuite.

    « Lothis et moi partagions le même rêve, une existence loin de cette vie de lutte sans fin, une existence qui aurait enfin un but. Mais avant que d’aller plus loin, peux-tu me conduire à lui ? »


Bien qu’elle ne l’ait pas confirmé, elle n’avait pas non plus démenti la supposition du décès de son maitre. Dante espérait pouvoir dire adieu à ce frère perdu où qu’il soit. Cette perte pouvait être difficile à entendre si elle ne raffermissait pas sa résolution à créer ce monde, cette Confrérie qui leur était chère à tout deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   Jeu 25 Oct - 11:57

La Mort avait accompagné Sigla à travers son existence et à chacune de ses expirations. Elle ne l’avait pas toujours choisi, s’entêtant tout simplement à vivre avec et à l’accepter. Cela avait bien entamé ses notions de bien ou de mal, autant que l’idée que l’on se fait du prix d’une vie ; et puis, il était souvent plus aisé de détruire ses semblables que de vivre avec eux… Tout cela n’était, au fond, qu’une question de facilité. Comme tuer cet enfant sur Coruscant avait été aisé… Bien plus que d’essayer de comprendre le but de sa présence et de l’épargner. La Dame n’avait d’abord pas douté que Dante ne supporterait pas cet affront, et lorsqu’elle entendit vibrionner la lame ignée, elle inspira profondément et leva ses prunelles sur lui, affrontant son inévitable dessein.

Le glas salvateur allait enfin s’abattre sur elle et venger toutes les âmes qu’elle avait ravi pour satisfaire ses excès et caprices, néanmoins, le Maître rangea son arme à sa ceinture, les lueurs de celle-ci s’éteignant soudain. Tout ce qu’elle se contenta de faire était de le regarder, un peu perplexe, un sourcil un peu plus froncé que l’autre, tentant de percer la raison de cette grâce inattendue. Peut-être préférait-il une méthode moins instantanée… Bien que ce n’était là pas ce que Sigla ressentait à cet instant précis. Cet homme, à l’instar de son ancien mentor, avait en lui patience ainsi qu’une certaine sagesse. Elle lui serait sans doute redevable et cela l’écœurait, pour la simple et bonne raison qu’elle exécrait être redevable, de quelle que manière que ce soit.

Brisant cette étrange ambiance, deux Sith pourfendirent le silence en se ruant dans les appartements du Seigneur Noir –déjà bien endommagés par le combat précédent-, sabre au poing, fièvre au ventre, sautant sur l’occasion qu’ils avaient là de terrasser des confrères. Par réflexe, la zeltronne s’arracha du sol où elle semblait s’être enracinée, s’aidant du mur derrière elle, sa main actionnant le sabre de Lothis, prête à en découdre, bien qu’elle fût diminuée. Elle se surprit elle-même. Après tout, n’était-elle pas prête à mourir quelques secondes plus tôt ? Qu’est-ce que ce changeait qu’il s’agisse de la main d’un Sith ou bien d’un autre ? Tout. Le poignet brisé demeurait pendant le long de sa hanche tandis que l’autre tenait l’arme, si fermement qu’il aurait été sans doute impossible de lui voler sans lui lacérer les doigts. Mais du conflit, elle ne fut qu’une spectatrice. Les deux dissidents ne la virent même pas, se ruant sur le Maître sans réfléchir une seconde. Bien mal leur prit car il était loin d’être diminué, faisant même preuve d’une volonté acérée, sans pitié. Il se débarrassa des guerriers fantoches en quelques minutes, brisant le cou de l’un, calcinant le corps de l’autre.

Elle qui avait cru lui tenir la dragée haute… elle avait juste profité de la grande mansuétude… ce qui fit naitre dans son ventre une vague de colère qui se propagea comme une onde sur la surface de l’eau… Avant de faire place à de la déception, puis de l’humilité. Son minois se ferma un instant. Les deux impudents étaient morts et une odeur désagréable de chaire brûlée lui vint aux narines. Une légère grimace s’afficha sur le minois rosé avant de s’accentuer. Elle venait de se rendre compte à quel point elle avait mal partout et se demande même si chaque os de son corps ne s’était pas fracturé. La pulpe de ses lèvres se pinça, retenant ses plaintes de douleur. Elle ne voulait pas paraître plus pitoyable encore aux yeux de celui qui l’avait épargné jusque-là. Le bleu de sa chevelure ruisselait sur ses épaules et devant sa poitrine jusqu’à ce qu’elle en dégage le flot cérulé de son visage, libérant les parcelles de peau gonflées et abimés, légèrement bleutés voire égratignés. Là, elle se rendit compte que son arme était toujours active. Ses perles violines se posèrent sur elle, en même temps que le Seigneur Noir lui adressait quelques mots, un véritable couperet pour elle, avançant l’argument que Lothis n’aurait pas cautionné ses agissements.

Il avait raison, et plus que jamais, elle se sentait comme une gamine irresponsable à qui on faisait la morale… et le pire dans tout cela était que cela avait un impact véritable sur elle. Ses œillades ne quittaient plus le sol, son corps meurtri mais debout se figeant –car oui, chaque geste était une torture. Lorsque le Sith reprit, ce fut pour lui demander de le mener jusqu’à Lothis. Là, son regard ne put que se poser sur l’instigateur de ces mots qui firent apparaître dans ses yeux les lueurs d’une infinie tristesse, celle d’une enfant éplorée, comme si sa demande lui perçait littéralement le cœur. Ses yeux se défilèrent, imaginant qu’il pouvait, en cet instant, lire en elle à livre ouvert et cela la laissait blême d’effroi, elle qui se refusait d’afficher toute faiblesse, plus encore devant un homme dont elle savait si peu de choses.

Bien qu’elle demeura silencieuse, il apparut comme une évidence qu’elle accéda à sa requête. La donzelle, dont les pas se révélèrent une épreuve incroyablement douloureuse, se dégagea du reste des débris et traversa la pièce. Sa tunique noire cintrée était déchirée de part et d’autre, dévoilant discrètement quelques pans de sa peau colorée, alors que le tissu en lui-même était couvert, çà et là, d’une légère poussière volatile grise et blanche. Sigla enjamba le corps calciné encore fumant puis, un mètre plus loin, tendit ses doigts vers le sol, attirant, grâce à la Force, la cape qu’elle avait laissé tomber pendant le combat – autant éviter des efforts inutiles, surtout dans son état actuel.

Une fois arrivée à ce qui était à l’origine, l’entrée des appartements, elle s’arrêta puis, se retourna vers Dante. Son visage était d’une parfaite neutralité et pourtant, son faciès avait retrouvé, malgré les traces de coups, l’harmonie que l’on prête aux gens de sa race, une indéfinissable grâce que son allure, bien que rudoyée, parvenait encore à dépeindre inexorablement.

_ Je suis désolée pour vos… appartements.

Puis elle se détourna de nouveau, s’enfonçant dans les entrailles du temple Sith, dans le but de rejoindre son vaisseau, sa cape pendant dans sa main encore valide.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Intrigue et Chatiment [PV Dante]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue et Chatiment [PV Dante]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: