Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Ven 14 Sep - 2:50

    Il faisait encore nuit sur Dromund Kaas (comme toujours) alors que Minerva dormait paisiblement sur le divan de sa sublime demeure à deux étages. Dans son rêve, elle se voyait détruire tout sur son passage ainsi que tuer des centaines de créatures inférieures (les non-forceux selon elle). C'était un rêve tellement paisible qu'elle n'entendit pas du tout l'appel sur son holo-terminal situé dans son salon. Il a eu le temps de sonner pendant au moins 30 secondes avant que la Twi'lek se réveille en sursaut.


    Merde, c'était un si beau rêve et me voilà réveiller par mon foutu terminal. Dit-elle en bottant la chaise salon droit devant elle. Ah salut Seto, qu'est-ce que tu fou à me réveiller à cet heure tardive? Encore une mission à dormir debout et si banale que je risque même de m'endormir avant même que tu me la révèle?


    Haha, très drôle, je te reconnais bien là. Non c'est plutôt une mission qui risque de t'intéresser. En fait cette mission va se dérouler sur la planète Felucia, on a comme mission de scruter la planète et de déterminer si la planète est envisageable d'envahir pour l'éventuelle suprématie des Siths.


    On????? Comment ça on?!?!


    Parce que je viens avec toi héhé, c'est un ordre de mon maître et le tien. Ne t'en fait pas, je sais que tu es plus puissante que moi alors je ne te gênerai pas. En plus, il paraît qu'on rencontre souvent des Jedis selon quelques-unes de mes sources, peut-être en croiserons-nous également.


    Enfin une mission qui a l'air passionnante, je vais pouvoir me défouler pleinement. On commence quand?


    Demain matin.


    À demain alors!


    La Twi'lek Sith ne pouvait que se réjouir à l'idée de semer un peu de destruction sur une planète qu'elle n'avait pas mit les pieds depuis qu'elle était Jedi. Au moins ce coup ci elle ne grommellerait pas comme à son habitude quand elle n'étais pas contente de sa mission.


    Mais durant le reste de la nuit, Minerva fit un rêve très étrange qui semblait très réel, un peu comme un rêve prémonitoire. Dans sa vision, elle se voyait........JEDI?!?!?! Mais non seulement elle était Jedi, mais elle était padawan en plus en compagnie de son maître qu'elle ne connaissait pas du tout. Serait-ce vraiment l'avenir de la Twi'lek, allait-elle redevenir Jedi à nouveau? En plus sa pigmentation était à son naturel: rose, ses tatouages sur son visage avaient changé et seulement ses tatouages sur ses deux lekkus étaient intacts. Minerva était en train de faire tout un cauchemar.


    Le lendemain elle se leva, pris un bon déjeuner et sorti dehors, encore à moitié endormi. Elle se dirigea alors vers la maison de Seto, son « seul »ami Sith. Elle cogna alors à sa porte et le Sith ouvra la porte.


    Par la Force du côté Obscur, Min, as-tu dormit hier, tu es si blême?... Enfin, ton teint naturel quoi hahaha!


    Arrête ta comédie, j'ai pas le goût de rire pour l'instant. Dis-moi, est-ce que tu perçois du bon en moi?


    Quoi?! Mais pas du tout, tu es la plus cruelle des Siths que je connaisse à part peut-être Darth Reylos. D'ailleurs, la plupart des apprentis Siths ici ne voudraient pas trop t'avoir comme futur maître quand tu montera en grade, héhé. Et puis pourquoi me pose tu cette question absurde?


    Cette nuit j'ai fait un horrible cauchemar, imagines-toi donc que j'étais JEDI!!!! Et j'étais padawan en plus en compagnie de mon maître. Ma pigmentation était même redevenue rose et mes tatouages Sith n'était plus là.


    Ah ok je vois, tu penses que tu redeviendra Jedi un jour. Ne t'en fais pas avec ça, ,ca ne risque pas du tout d'arriver et puis ta soif de sang, de pouvoir et de destruction est hors pair. Bon, laisses-moi le temps de me préparer et on file sur Felucia.


    Minerva attendu alors que Seto ait fini de se préparer et ils sortirent tous les deux pour se diriger vers le hangar des vaisseaux.


    Merde, pourquoi le réacteur ne démarre pas? Je l'ai réparé la dernière fois et je l'ai testé, je suis pas conne.


    Pourtant tu as l'air contesté, hahaha!


    Si tu n'arrêtes pas tout de suite avec tes maudits jeux de mots je t'envois valser sur le mur du fond avec un éclair de Force, C'EST CLAIR?!


    …..... Hou-la je voulais juste refroidir la situation, prend pas ça si personnel.


    Bah, c'est pas grave, allons prendre le tiens.


    Ils prirent alors le vaisseau de Seto et se rendirent sur Felucia quelques heures après. Une fois qu'ils se posèrent, Minerva avait l'air nostalgique. La Twi'lek Sith n'avait pas visiter cette planète depuis des lustres.


    Il faut faire attention ici, certaines fleurs tirent des dards empoisonnés.


    Les deux amis commencèrent à avancer et Minerva commença même à sabrer tous les plantes et branches qui se trouvaient sur son chemin, tellement il y en avaient.


    Je sens le côté lumineux non loin d'ici....


Dernière édition par Minerva Yeul le Dim 21 Oct - 0:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Sam 15 Sep - 3:51

[Pas corrigé]

- Doucement K9, ne la blesse pas.

Debout près du Geleniël, la Grande Maîtresse Jedi supervisait les opérations de chargement. En vérité, c'était de Rajane qu'il s'agissait. Le vaisseau de l'Arcadienne était bien assez grand pour que la Varactyl tienne dans l'une des deux soutes. Elle y serait un peu à l'étroit et ne pourrait pas réellement bouger, mais c'était un mal pour un bien, une fois sur Felucia Rajane allait pouvoir se dégourdir les pattes et permettre à Anaru et Arsenicia de se déplacer facilement sur la planète et puis ... Cela allait lui faire du bien de changer d'air et de voir autre chose que les paysages d'Ossus. Arsenicia avait monté Rajane une fois, lorsqu'elle avait parlé avec Aquilus lors d'une nuit tranquille. Elle avait alors beaucoup apprécié cette chevauché qui lui avait rappelé sa planète natale. C'est alors que le droïde de la Jedi s'approcha et s'adressa à elle en Arcadien.

- Opération terminé, maîtresse. 
- Merci K9. Prépare le décollage, veux tu.
- Comme vous le souhaitez, maîtresse.

L'être de métal s'inclina rapidement puis monta à bord. La Jedi se tourna alors vers son apprentie, qui se prélassait au soleil en attendant que tout soit fin près pour le départ. Arsenicia se rapprocha de son habituelle démarche, tout en souplesse, et se pencha au dessus d'elle, lui cachant ainsi le soleil.

- Debout, jeune fille, il est l'heure.

Se détournant aussitôt, la Maître Jedi gagna son appareil, son apprentie sur les talons. C'était la première fois que la jeune Zelosienne montait à bord. Elle pût rapidement découvrir un vaisseau assez confortable. L'éclairage était assez bas, il y faisait assez sombre par rapport à l'extérieur. Je sens qu,elle va râler.

Délaissant sa bure sur le fauteuil de la salle principale, Arsenicia alla dans le poste de pilotage, davantage par habitude que par réelle utilité. K9 pilotait plus le Galeniël qu'elle même, avec le temps elle avait fini par laisser le droïde faire. L'orque il passa en hyper espace, la Grande Maîtresse Jedi revint auprès de son apprentie et l'invita à s'assoir. Elles ont avait pour quelques heures de voyages avant d'atteindre Felucia.

- La dernière fois que j'ai mis le pied sur cette planète, c'était contre ma volonté. J'avais été enlevé par un groupe de Troshaudan. Ils m'ont chassé comme du gibier, moi et d'autre. - elle lui jeta un coup d'oeil - Mais avec moi ça ira, tu verras et je compte tenter de t'apprendre les bases d'un pouvoir très spécifique la bas.

Quelques heures plus tard, le Geleniël se posa sur Felucia, parmi des arbres gigantesques et multicolores. Arsenicia s'occupa aussi de faire sortir Rajane de la soute par un petit ascenseur. Une fois celle-ci scellée, Anaru fut la première à grimper sur son dos. Le Geleniël retourna dans l'espace, en position géo stationnaire, près à venir chercher Arsenicia et la jeune Zelosienne au moindre problème.  Tandis que la Varactyle avançait à un rythme régulier, Arsenicia montrait quelques plantes intéressantes à son apprentie, celle ci ayant divers vertus plus ou moins utile.

- Je voulais t'enseigner le contrôle des végétaux, mais c'est encore un peu tôt. À la place je vais tenter de t'apprendre un autre pouvoir qui te seras sûrement très utile un jour. Il s'agit de la saturation de Force, en à tu déjà entendu parlé ? 

Quelques temps plus tard, tandis qu'elles étaient descendu du dos de Rajane, Arsenicia observait son apprentie tandis qu'elle l'avait envoyé cueillir une plante à quelques mètres de là. Lorsqu'elle fut assez loin, La Jedi prit la prise de la Varactyl puis s'éloignant rapidement, utilisant la force pour la persuader de la suivre et de laisser Ana seule. Lorsqu'elle fut suffisamment loin, elle grimpa de nouveau sur son dos. Bien entendu, l'Arcadienne masquait sa présence dans la Force de façon à ce que Anaru ne puisse retrouver sa trace ...   Comment vas tu te débrouiller toute seule, jeune fille ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Ven 28 Sep - 19:59

J'étais assez excitée, je devais l'avouer. Rendez vous compte ! Il s’agissait ni plus ni moins de ma première expédition à l'extérieur d'Ossus avec le Maître Ombrelune! Cette fois ci les remparts du Temple ne nous limiteraient pas. Ainsi, curieuse que j'étais, il m'incombait naturellement d'aller fureter ou glaner toute sortes d'informations utiles et incongrues sur Félucia, notre destination ! Très exotique comme première sortie ! Enfin, en attendant que le chargement soit effectué, et Rajane installée, je relisais une dernière fois un vieux bouquin. Sincèrement fascinée ! Intriguée par l'immense forêt fongique aux tailles démesurées et aux spores flottantes en masse dans l'atmosphère, je n'avais qu' une hâte : fouler le pied dans cette province et son sol spongieux aux senteurs saturés. Nonchalamment allongée contre le tronc d'un arbre, mon dos au sol et mes jambes en l'air reposant sur la surface du dit chlorobionte, je fronçais mes surcils en plissant mes amandes pour regarder plus en détails l' illustration d'une étrange bestiole, une chenille d'une envergure de quatre mètres … Qui ressemblait plus à une sorte de limace baveuse pour ma part, une carapace en prime afin de la distinguer d'un Hutt …


Ma verdoyante tignasse se perdant parmi les teintes chlorophyllées des diverses herbacées qui m'entouraient, je rapprochais le livre de mon minois dont la boîte crânienne était apposée à terre et le penchais sur le côté, une ombre venant alors traîtreusement obscurcir ma vision. Songeant à tord qu'il s'agissait là de l'oeuvre machiavélique d'un nuage passant devant l'astre du jour sous lequel je baignais il y a encore quelques instant, m'étant évidement placée en plein soleil, je ne bronchais pas dans l'immédiat. Néanmoins, avachie telle que je l'étais, de fins tremblements avait secoué la terre, s'amplifiant tandis que leur foyer s'approcher de ma position, ainsi devinais je qu'il s'agissait la de l'arrivée inopinée et prochaine d'une tierce personne qui cherchait sans nul doute à m'interpeller. Qu'était ce donc cet odieux intrus qui avait l'outrage de m'interrompre en pleine photosynthèse ? J' élevais donc un surcil en courbe qui me conférait un air suspicieux et savamment inquisiteur vers l'éhontée origine qui flouait l'usage de mes émeraudes ...



- Ah ! Maitre ! On y va ?


Dans un claquement sonore, ma main gauche se referma sur le livre, je roulais à terre, afin de récupérer un équilibre adroit et notable de ma légère corpulence, mon mutin et éternel sourire de zélosien sur le coin des lèvres, puis me dirigeais rapidement en direction de Rajane afin de lui distribuer une rassurante caresse le long de la crête tout en la laissant me subtiliser la poignée de friandise que je lui tendais. Gourmandises que j'avais préalablement récupéré à deux doigts dans la petite sacoche dorsale de ma ceinture, un air malicieux passant dans mes mirettes. J'avais toujours un tas de trucs qui trainassaient au fond des poches. Un jour, j'en ferais peut être le tri. Rapidement, je m'enjoignis à rejoindre en quatrième vitesse l'arcadienne dans son vaisseau. Peu ragoutant à mon gout, il y faisait particulièrement sombre. Je clignais un instant des paupières espérant que ces dernières puissent s'accommoder à ce déficit visuel que l'appareil m'offrait, sans quoi, j'allais finir par me trimballer avec une lampe torche. Une fois ce premier stade dépassé, je me mordis la bouche supérieure pour m'empêcher de lâcher une réflexion et finis par aller m'assoir sur un fauteuil qui trainait là, non loin de la Jedi, tout en posant l' épais registre sur ma gauche.


Étant donné qu'il s'agissait de ma première entrée sur le Geleniël, mes amandes curieuses exploraient en silence l'appareil. Du mieux que l'intensité lumineuse me le permettait, cependant. Ni trop large et spacieux, il restait amplement confortable à mon gout. Si j'omettais le fait que ma cécité botanique ne me laissait guère d'humeur affable dans l'ombre de l'ambiance intime, voir intimidante pour mes éclats d' âmes qui régnait ici. Sans m'en rendre compte, j'avais commencé à triturer nerveusement une mèche de cheveux entre mon pouce et mon index. Je n'aimais pas devoir rester dans la pénombre, c'était agaçant ... Frustrant même ! Plus tard, saisissant que mon amertume était amplement visible de par ma gestuelle, je relâchais sèchement les fils enjadés de ma tignasse et les laissais négligemment retomber ma senestre sur le côté. Mes amandes ayant finis leur inspection minutieuse, elles terminèrent leur chemin sur le voile opaque et ténébreux de la galaxie. L'espace. Profond, infini, mais surtout noir! Rien de bien palpitant pour la jeune zélosienne que j'incarnais ... Je soupirais, et ma main entama alors dans des mouvements de va-et-viens, un défilement sonore des pages du livre qui se trouvait à mon côté tout en le maintenant entr'ouvert. Puis au bout de quelques instants, je finis par échapper une remarque d'un ton morose ...



- Ça manque vraiment de clarté.


Un nouveau soupir s' éleva de mes lèvres et apposant mon coude sur l'appuis du sofa, j'y coinçais mollement ma tête d'humeur bougonne. Quelques heures s'écoulèrent, lors desquelles j'eu plusieurs pensées pour ma varactyle, me demandant à quoi elle pouvait bien penser ... Ou bien dormait elle? Involontairement, mon esprit s'en alla à la recherche de sa signature, voulant sentir sa rassurante présence qui peut être aurait pu me faire lâcher les pages de ce livre que je faisais nerveusement défiler. Par la suite, Arsenicia finit par m'avouer quelques détails peu glorifiant d'une de ses visites sur Féluca. Légèrement interdite, j'avais redressé mon minois, regardant ma Maître en élevant cet unique surcil qui me conférait une allure à la fois sceptique et avide de détails. La potentialité de croiser des roublards en mal d'adrénaline dont le manque se comblait par des traques intempestives d'ado pubère n'était pas négligeable. Sur cette pensée, j'en avais délaissé le livre passablement refroidie. Néanmoins, restant optimiste, elle devait être padawan lorsque sa mésaventure lui était parvenue, et connaissant son âge avancée pour une humanoïde, j'aimais croire que ce fait datait de bien trop longtemps pour être véritablement envisagé. Du moins, j'espérais.


Une fois sur place, j'avais d'un bond sauté en dehors de l'appareil soulevant de fines particules dorées, en levant les bras au ciel dans un signe de victoire, mon éternel sourire découvrant mes dents, ayant retrouvé mon acquitté visuelle parfaite, ainsi que mon affabilité singulière, puis, j'avais derechef foncé vers la soute, afin de faire sortir Rajane de là.



- Allez ! Dehors la bestiole !


Je la laissais sortir en bondissant sur le côté de la soute pour lui laisser le passage libre. Après l' avoir laissé cavaler le temps de lui permettre de se dégourdir les pattes, j'entrepris ensuite de la seller, en me mettant sur la pointe des pieds afin de soulever assez haut la large selle pour la poser sur le dos du Varactyl qui me surplombait de bien des centimètres. Je calais l'objet juste derrière les omoplates, tout en essayant d'apaiser son agitation. Je la sentais particulièrement excitée, et bien qu'elle semblait avoir des sursauts d' agitation, elle faisait de son mieux afin de rester calme. Pour l'encourager et la remercier de son inestimable patience, je lui fournis une nouvelle bouchée de sucrerie ainsi qu'une longue caresse du bout de l'index le long de son encolure et cela, avant de bondir joyeusement sur son dos en m'accrochant aux sangles et de me caler en amont de ses épaules. Un petit rire s'échappa alors de mes lèvres tandis qu'elle ruait et qu' Arsenicia venait de s'installer dans mon dos, nous partîmes ainsi dans son allure reptilienne et fluide ...

En chemin, j'écoutais du bout de mes oreilles effilées ce que la Jedi me disait, enregistrant certaines particularités, tout en jaugeant de mes amandes la diversité floristique qui se dévoilait sous nos yeux. L'air chargée d' humidité était lourd, et une ambiance singulière régnait sur la planète, des particules, alliant poussières et spores d'une incroyable disparité flânant en suspension dans l'air, voguaient au grès des vents et des masses d'air dans des nuages plus ou moins épais qui créaient des voiles de brumes qui nous entouraient. Ainsi, murée dans mon mutisme contemplatif, j' observais les formations spongiques aux allures et tailles exubérantes ... Et ceci, avant que l' arcardienne ne finisse par changer de sujet, sujet qui méritait que je sorte de mon silence afin d'exprimer mon introspection ...



- N'aviez pas vous pensé à la même chose au sujet du Malacia ? Même si vous estimez qu'il est encore tôt pour m'enseigner cette technique, ne croyez vous pas que malgré les difficultés que je rencontrais au début, m'y pencher rapidement ne serait ce qu'un plus dans son apprentissage ? Même si je galère au début, j'aurais une bien meilleure compréhension et une plus grande maitrise avec le temps. Alors ... autant s'y mettre !! .... Non ?


Je basculais la tête en arrière, un sourire espiègle sur mon visage. Connaissant d'avance sa réponse, je n'avais plus m'empêcher de la contre dire. Ma tête regarda à nouveau droit devant, et j'entrepris de frotter négligemment une écaille de Rajane en baissant la tête avec une mine songeuse, me rappelant notre divergence d'opinion quant à la nature des enseignements qu'elle me réservait. Ce désaccord me contrariait. Il me désolait d'autant plus que je percevais que ma résignation l'agaçait. Bien que la discussion ne s'était pas développée de manière concrète, ses ressentiments à l'égard de mon entêtement m'étaient amplement discernables, et je jugeais navrant qu'elle ne comprenne que partiellement mes motivations. Ses pensées à l'esprit, l'impression que sa réticence à m'apprendre le contrôle des végétaux ne soit issue de son refus vis à vis de mes avances plana avec persistance dans mon jeune esprit. Ainsi, je me contentais de répondre à sa question ...


- J'en connais le principe général.


Finalement, nous nous étions arrêtées, j'avais pris le temps de cajoler gracieusement le varactyl, puis avais de nouveau placé mon attention vers la Jedi qui, alors que nous nous trouvions à une trentaine de mètre d'une rivière, me faisait signe de m'approcher d' elle. Je la rejoignis en me postant à sa hauteur ...


- Je voudrais que tu me trouves une plante à fleur violette, elle a des propriétés très intéressantes que je voudrais te montrer. Regarde au niveau de la rivière, tu devrais pouvoir en trouver une entre deux rochers accrochés sur le mycélium des champignons géant.


Je plissais mes amandes perplexe devant l'arcadienne, sentant comme une sorte de coup fourré derrière ses haussements de faciès. Son attitude bien que rien ne le révélait clairement me le susurrait implicitement dans le tréfonds de mon esprit ... Mon regard passa successivement de la rive aux azurs d' Arsenicia, et songeant qu'il n'y avait, en apparence, rien de suspect, je lui tournais le dos pour cheminer vers la rivière, une moue en coin exprimant une intense introspection, mes cellules cognitives s'éreintant à isoler la raison de se sentiment qui me troublait ... Et du coin de l'oreille, tout en continuant d'écouter la voix de la Grand Maître en m' éloignant au fur et à mesure, j' analysais et retenais les diverses informations qui pourraient au plus vite m'aider à trouver la plante qu'il me fallait ramener ...


- Tu verras, on la trouve très facilement! C'est un fungi vivant en épiphyte. Un Basidiomycéte des Agaricales. Ils sont très repérables grâce à leur corbeilles à propagules qui leur servent de réceptacle lors de la reproduction ....


Au bord du fleuve, je m'arrêtais pour considérer l'ensemble des données... Interdite, je me frottais le haut du crâne avec un air de perplexité qui m'en fit froncer les surcils ... Un schisme altérait la compréhension de ce flux informatif. Un détail qui me gênait. Je levais de nouveau la courbe qui surplombaient mes émeraudes et me penchais accroupie devant le nid du fleuve qui s'écoulait à vive allure, mes miroirs partant à la recherche du chlorophyceae ... Les fameuses corbeilles c'étaient typique des mou...


- Mais, ça n'existe p ...


D'un coup sec, je relevais ma tête en direction d' Arsenicia et Rajane avec un mine franchement circonspecte mais révélant mon scepticisme profond. Néanmoins, ce ne fut guère que des mouvements de broussailles et l'envolé de filaments dans le vent, ainsi qu' une place vide, vide de monde, que ma vision pus distinguer entre deux pieds des spongiaires géants ... Avec un rire narquois, j'en devinais de les deux demoiselles avaient du se faire la malle. Pourquoi étais je étonnée ?


- Parfait ...


Je levais les yeux au ciel en soupirant et croisant des bras de mon air agacé. Exaspérée d'avoir été dupée ! Et de constater que les fantaisies de ma Maître n'avaient pas vraiment de limite quand il s'agissait de ma petite personne ... Alors, je cherchai dans la Force où pouvait bien se trouver l'arcadienne à défaut de pouvoir la suivre. Néanmoins, il m'apparut très vite que cette dernière semblait s'obstiner à ne point se laisser percevoir. Toutefois, Rajanes, elle ! Ne l'était pas ! Je m'avançai d'une dizaine de pas tournant le dos à la rivière, et montai sur un rocher pour m'époumoner à l'intention d'Arsenicia ...


- Ça n'existe PAS !!


Peu importait en vérité. Je retournais donc vers la rivière, avec un de ces sourires espiègle qui illustrait mon visage lorsqu'une aubaine se retrouvait devant moi. J'allais ainsi pouvoir à ma guise explorer cet environnement ci ... Peut être espérait elle que je la suive ? ou que je la retrouve ? ... Si c'était son intention, j'allais regrétablement inverser les rôles. Je pris une petite impulsion sur le bord fluviatile et bondis élégamment sur une pierre, pierre qui était assez étroite pour qu'un seul de mes pieds puisse y tenir, puis j'exécutais trois autres bonds dans les '' Splouick " '' Splach '' '' Sploch " des clapotements d'eau qui s'échouaient contre les rochers qui dépassaient du rideau fluvial et disparu dans une volute de spore coloré ...


Sur l'autre rive, je commençais à suivre la masse d'eau, espérant entrapercevoir un ou deux exemplaires du bestiaire local, mais rien, hormis quelques brouteurs, n'avaient croisé mon itinéraire improvisé. Enfin, peu importait ... Je vadrouillais tranquillement le nez en l'air afin d'observer la structure des tissus des arborescences fongiques. Par instant, je stoppais mon allure, et yeutais de l'éclat de mon intense regard curieux des insectes ou autres organismes de taille réduite qui longeaient les tiges et les troncs. J'avais l'impression qu'on m'avait lâché dans une sorte de laboratoire vivant à échelle planétaire ... Un sentiment particulièrement agréable.


C'était donc tout en continuant de fureter à gauche et à droite, sautant de temps à autre sur les chapeaux et les cuticules des basidiomycétes afin d'avancer dans la jungle inhospitalière, et mes pas s'additionnant, que je m'éloignais peu à peu de la rivière ... Plus tard, un dénivelé d'une centaine de mètre dont entremêlement des rhizoïdes formaient une étrange parois abrupte mais à l'escalade praticable, s'étendait juste devant moi. Plus loin, de part le bruit et l'affluent de l'eau, je pouvais deviner que plusieurs autres cascades suivaient celle où je me tenais à son aplomb. Bien que l'ensemble formait de large coude qui sillonnaient la terre dans des courbes élégantes et ondulées ... Je jetais un coup d'oeil en arrière, cherchant Rajane de mon esprit et constatant rien d'anormal, je me glissais entre les nattes étroites et solides des filaments afin d'entamer ma première descente ...


Ce fut étonnée qu' une fois à terre, et après m'être promis de trouver un autre chemin pour reprendre plus tard de la hauteur, et regagner l'autre rive, qu' une distinction étrange, commença soudainement à se laisser percevoir. Étrange car, je n'avais pas pour habitude de discerner ce genre de chose au sein de la Force. La singulière envie d'isoler cette perturbation s'épris de mon être, bien que j'entendais le murmure intempestif de mes cellules nerveuses qui m'insurgeaient en proférant le fait qu'il s'agissait là de la meilleure des méthodes afin de dénicher des ennuis ... J'entrepris donc de suivre cet instinct incongru qui me guidait, et finalement, plus bas alors qu'un nouveau dénivelé me séparait de ce que je présumais comme étant '' La source''. Ce fut donc avec un petit sourire satisfait que j'aperçu maladroitement, entre deux tiges et feuillets des plantes qui peuplaient la jungle de spongieux, deux personnes qui marchaient à vive allure ... Qui étaient ils ou que faisaient ils ? Je n'en savais fichtrement rien. Bon, j'avais évidement quelques doutes et idées, mais j'estimais que du haut de mes seize années, je n'avais guère vraiment la possibilité de statuer avec fermeté quant à leur statut. L'un d'eux firent une halte, et ce fut à cet instant ci que je pu enfin piocher du tas, la carte qui manquait à mon jeu, pour en établir le rapprochement entre ce duo, une certaine humaine que ma mère avait chassé à grand coups de baffe sur Zélo, et un culte particulièrement obscur dont on m'avait bien gardé de m'effleurer ... Nul recours à la Force m' était nécessaire afin de comprendre, lorsqu'on prenait le temps d'en inspirer l'écume, ça sentait à plein nez …


Bien que ma bouche s'entr'ouvrit dans une inspiration muette sous l'étonnement ou bien l'effarement de ma compréhension, je n'eu le luxe de pester sur mon cas, enfin, uniquement mentalement. Non, puisque d'instinct, je m'accroupis discrètement dans l'épaisse végétation qui me recouvrait, me mordis la lèvre inquiète et me coupais de la Force, par précaution ? Par instinct ? Peut être bien les deux. Je ne savais pas s'ils avaient eu vent de ma présence. Par sureté, j'aimais considérer que oui ... Pendant quelques seconde je fermais mes yeux et tentais d'écouter, de discerner ce qu'ils se disaient ou bien de distinguer la direction qu'ils prenaient. En même temps, je cogitais sombrement à relativiser ma situation ... Ma tignasse verte, qui d'ordinaire me conférait une discrétion moindre voir inexistante, dans ce milieu ci, s'accordait à merveille à mon environnement.


Cette anecdote était actuellement l'unique pointe d'optimisme que je parvenais à générer. Mais quelle poisse !! Je n'osais pas utiliser la Force afin de dénicher la présence de Rajane pour rejoindre le Maître Ombrelune, de peur d'être détectable, si je ne l'étais déjà. Il m'était impossible de faire demi tour, et cela à cause de l'escalade de 100 m qu'il me faudrait effectuer, je doutais y parvenir sans en avertir ma présence, d'ailleurs, cela m'aurais placé dans une position trop vulnérable et j'estimais déjà être dans une position ô combien trop précaire pour oser prendre de tels risques. Et si je bougeais, les bruissements seraient indicateurs du lieu où je me situais ... En clair, je m'étais foutue dans un sacré bourbier. Et, avec une pointe de sarcasme, je ne pus m'empêcher de songer que ce genre de situation devenait redondant ...



Dernière édition par Anaru Glittertind le Ven 28 Sep - 21:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Ven 28 Sep - 20:25

HRP: Désolée ><




Je repensais à ce que ma Maître m'avait ébruité de son passé lorsque nous étions encore sur son vaisseau ... Elle qui avait eu des problèmes avec des Trandoshans sur cette même planète ... J'espérais que je n'en arriverais pas là ... Un creux au niveau du bas ventre me fit remarquer, que bien plus que de simples reptiles, ces derniers avaient ce je ne sais quoi de pas franchement affable, avec un exposant dix collé sur le front ... Et cela, je le discernais presque sans mal en dépit de leur silhouette floue et dissimulée sous la capuche d'une longue bure tout aussi noire que leur ressentiments acerbes et exacerbés qui pourtant ne voilaient qu' à peine la forme abrupte de leur armure, ainsi que les dénivelés de leur armes affutées et bientôt désireuses d'attenter à mon ineffable personne. Ils n'étaient plus qu'à une centaine de pas de moi ...


Bien que dans une position délicatement périlleuse, que mes amandes furetaient à vive allure l'environ et que les battements de mon coeur entamaient un sprint, je m'efforçais d'une à rester lucide et calme. Ne pas agir sans réfléchir. Sans trop prendre de temps non plus. '' Choisissez vite, mais choisissez bien ... '' De deux, je fis l'inventaire de ce que j'avais à proximité. Des champignons, de la terre, des plantes, des feuilles, des cailloux, des racines. Certes, rien de bien glorifiant ... Plus qu'à espérer qu'un rancor passe par hasard dans le coin et qu'il s'en débarrasse pour moi ... Malencontreusement Je risquais d'attendre. * Bon. Une idée, une idée ... * Ah !! J'en avais une mais elle était plus que compromettante pour l'être miniature que j'étais ... Étant donné ma situation, je n'avais guère d'autre choix ...


À peine quelques secondes s'étaient écoulées depuis l'instant où, je m'étais accroupie. Quatre longues secondes. Et là, je laissais volontairement ma présence visible, et donc, amplement distincte dans la Force. Je me concentrais alors que je sentais que les deux Sith allaient entamer une course dans ma direction réduisant considérablement la distance des cents mètres, je ne bougeais pas pour autant, non, je persistais à me plonger dans la Force. Puis, alors que je venais d'atteindre le point que je cherchais dans le flux de cette omniprésence, je sentis au travers d'elle un vrombissement ardent s'élever et voler jusqu' au lieu où je me tenais. Sans perdre la lucidité de mon fluide, je rouvris les yeux, avec un cris de surprise et bondis en avant en exécutant une roulade tandis qu'un sabre laser venait de tracer son chemin de retour au dessus de ma tignasse verte ...


En roulant à temps pour éviter la brulure suintante de l'arme qui venait de me passer au dessus, je me sentis soudainement aspirée, happée par le vide, et dans un son mat, j'atterris lourdement sur le sol, dans une cavité ouvertes envahies par les racines. Me cognant contre elle, je du retenir un gémissement de douleur en serrant des canines, mais je relevais derechef le tête en l'air vers l'entrée de la cavité que mon passage avait ouvert. Il était trop étroit pour que mes deux assaillants ne viennent me sauter dessus, bien qu'ils auraient pu se tracer une voie à coup de sabre laser.


Néanmoins, s'ils avaient sans nul doute entendu les craquements du réseau racinaire engendrée par ma chute, il aurait été impossible de me voir, puisqu'un épais nuage de spore s'était élevé, me camouflant dans ses lourdes volutes. Voyant là une opportunité, je me débarrassais rapidement des décombres des différents rhizomes, me relevais obstinément dans l'ombre de ces particules en suspensions jusqu'à ce qu'elles me recouvrent, et me glissaient au dehors du trou en poussant ces racines ... Profitant donc, de ce nuage une image de moi même se releva, sorti de l'antre et s'enfonça à vive allure dans les tréfonds de la forêt félucienne. Sur son passage pourtant silencieux, des sons de feuilles du à leur déchirement la suivirent, de nouvelles volutes s'élevaient puis disparaissaient. De tout point de vue externe, je courrais à vive allure entre les pieds fongique ...


Mais, du coin de mon oeil alarmé, je jetais un regard dans la direction des deux Sith, qui manifestement, s'éloignaient de ma position. Avant que mon subterfuge n'éclate, que la distance soit trop forte pour que je puisse continuer mon illusion, ou que les deux bestiaux finissent par faire preuve de lucidité, je finis de me glisser entre les racines, tirant dessus, les écartant, déchirant au passage des toiles d'araignées, je m'entichais à avancer en oubliant une douleur qui commençait par se faire seneir au niveau des côtes, mon buste s'insurgeant de l'affliction que ma chute avait engendré ... Et une fois dehors, je fis de même que mon doublon. Je ne perdis pas de temps, pris une impulsion du talon, puisais dans la Force afin d'accroitre ma vitesse, et puis ... oui, je filais à la corréllienne. Je ne comptais guère me laisser enquiquiner par ce duo désaxé et déséquilibré. J'étais bien trop obstinée pour ça ...


Alors, me faufilant à vive allure entre les broussailles, je finis par arriver devant les pieds de divers champignons, et ... un petit sourire malicieux vint éclairé les traits altéré de mon minois. Un cris hargneux perçant la végétation, j'eu un sursaut et me retournais. Mince, mon temps s'écoulait ... Je me fermais alors de la Force, et montais sur les basidiospores de l'organisme en tirant du mieux que mes petits bras me le permettait, et entrais dans une sorte de coupole bleu en forme de pétale tout en passant entre des tiges dont celle qui surplomblaient les autres ressemblaient à un pistil orangé. Et ainsi, adossée que j'étais dans mon organisme gargantuesque, la vision d'un certain souvenir évoquant un passage d'un de ces bouquins que j' avais soigneusement détaillé avant de poser pied à terre s' éleva au sein de mon esprit. Parce que ces champignons-ci avaient un mode de protection particulièrement actif et nocif pour tout prédateur ... Tout être humanoïde ou s'y rapprochant y compris. Par cela, entendez surtout que ma petite et vulnérable personne botanique, n'avait guère à se soucier de s'en approcher, néanmoins, dès que l'un des Sith m'auraient repéré ou qu'il toucherait la plante, cette dernière relâcherait des nuages de spores nocives, et retenir leur respiration ne serait pas le moyen le plus efficace pour s'en préserver ... Parce que si un quelconque champignon n'avait pas réellement d'impact immédiat au contact, sur Félucia la donne divergeait considérablement ...


Enfin, dans le cas où les spores de ce dernier ne seraient pas assez virulentes afin d'estourbir l'autre type en bure, j'espérais néanmoins que le nuage qui en résulterait serait assez épais pour que je puisse m'y dissimuler, ou me donne le temps pour leur envoyer une poussée de Force, ou bien tenter d'utiliser le Malacia contre eux ... Ça serait légèrement hasardeux mais il me faudrait essayer ...


La souvenance des mots d'Ombrelune, qu'elle avait prononcé dans le Geleniël refirent surface: '' Mais avec moi ça ira, tu verras ... ". Un rictus narquois et nerveux haussa brièvement les traits de mon faciès: il s'agissait du genre de rengaine qui se vérifiait uniquement si je me situais dans un périmètre inférieur à une centaine de mètres de son centre d'attention. Ce qui n'était pas le cas à l'heure actuelle ... À qui incombait la faute ? Autant aux fantaisies de ma maître qu' à mon aptitude à me placer dans des situations tout à fait intraitables, à moi même donc.


Ainsi, blottie dans mon champignon géant aux spores diluviennes et toxique, je m'apprêtais à recevoir le premier débauché qui aurait la bienveillance de vouloir toucher l'organisme dans lequel je m'étais dissimulée. Je comptais bien l'accueillir avec toute la bienséance et l'opiniâtreté dont j'étais dotée. Ma mère m'avait bien élevé ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Jeu 11 Oct - 23:46

    Minerva devait à peine d'atterrir avec Seto, son collègue, qu'elle sentait déjà le côté lumineux non loin de sa position, et sa « sentait mauvais ». Si il y avait une chose que Minerva ne pouvait pas supporter à part les jeux de mots ringards de son ami Sith, c'était bien la Force du côté lumineux. Mais elle avait d'autres chose à faire pour le moment que de se battre contre des Jedis ou peu importe ce que c'était, malgré que la Twi'lek était très tentée par l'idée d'aller les tuer. Ils avancèrent alors en marchant tranquillement, toujours à l'affut des monstres qui pouvaient rôder dans le coin. La végétation était si dense sur cette planète, à certaine place les arbres pouvaient certainement atteindre une bonne centaine de mètre. Même que Minerva dû couper le gazon avec son sabre laser parce qu'elle ne voyait absolument rien tellement il était haut à certains endroits. En regardant de gauche à droite après quelques minutes de marche, elle remémorait dans sa tête ses vieux souvenirs qui la hante toujours à propos de son passage ici sur cette planète, avec son Maître (sa mère) lorsqu'elle était Jedi. Elle n'arrivait jamais à chasser ces cauchemars dans sa tête, même en faisant de la méditation prolongée sur le côté Obscur de la Force.


    Je sens ton engouasse Min, au fait, tu ne m'a jamais parlé de comment tu as subitement décidé de rejoindre les Siths?


    J'aime pas trop parler et tu le sais, fiches-moi la paix une fois pour toute avec cette question.


    Ah allez, dit-moi le s'il te plait, au moins après je ne te le demanderai plus c'est promis.


    …... Très bien alors, mais puisque je suis pas très loquace, ça risque pas d'être très long. Au pire, lit le directement dans mes pensées et tu verras.


    Seto fit alors se qu'elle demanda car il était un peu curieux, de tous les Siths qu'il connaissait, la Twi'lek était la plus énigmatique. Il s'assit alors sur un tronc d'arbre échoué et entra en méditation en même temps que la Twi'lek. Dans les pensées de Minerva, il vit une Twi'lek à la pigmentation rose et des yeux bleus en bure Jedi. Minerva était en plein milieu de la salle du conseil des Jedis. La Jedi demanda alors au conseil si elle pouvait aller secourir sa cher mère sur la planète prison de Belsavis. En effet elle avait du mal à remplir sa mission selon les pensées de la Twi'lek. Mais le Conseil lui avait refusé cet offre car elle n'était pas encore prête à faire une mission de cet ampleur. Alors la Twi'lek tourna les talons après avoir rouspété au Conseil qu'elle voulait quand même y aller puisque c'était sa mère (et son Maître). En sortant de la chambre du Conseil des Jedis, Seto la vit grincer des dents et serrer les point. Elle en avait plein la tête de: ne fait pas ci ne fait pas ça. Elle prit alors un speeder et vola vers son vaisseau, mais fut arrêté de force par Darth Rathian, son ancien maître, ce qui donna à Seto un air de surprise et d'interrogation sur le visage. À la suite d'un duel, elle perdu et plaida allégeance à son nouveau maître pour qu'elle reçoive beaucoup plus de pouvoir en échange, ainsi elle pourrait aller sauver sa mère... et en même temps peut-être tuer quelques Jedis du Conseil qui avaient refusé de l'envoyer la secourir. Cela fut la première apparition de son côté mauvais, le mal semblait la consumer à petit feu. Il la vit ensuite dans le Temple Noir sur Dromund Kaas, c'est en voyant Minerva devant sa mère enchaînée, qu'il appris encore une nouvelle chose, elle descendait d'une longue lignée de Siths, sa grand-mère étant la première Jedi et aussi le premier Grande Maître Jedi de leur lignée. Seto la vit ensuite tuer sa propre mère, car ses idées étaient tellement confuses qu'elle ne savait plus quoi faire et prise de folie, elle la tua. Ainsi naquit la machine à tuer sanguinaire et cruelle que son compagnon connaissait bien. Puis la vision pris fin.


    Eh bien Min c'est tout une révélation, je comprend mieux maintenant pourquoi tu en veux tant au Conseil, hahaha.


    J'ai pas besoin de de faire connaître le reste, tu le sais déjà de toute façon...... Stop, nous somme tout près de la source de lumière que j'avais sentie.... juste derrière ce rocher et ces arbres, disait-elle tout bas.


    Minerva sentait très facilement la peur derrière ces rochers et elle avait touché dans le mille, elle déguenna son sabre laser à double lames et le sépara pour en faire deux simple, elle les actionnas pour ensuite les tirer devant elle comme des boomrangs. Chaque sabres tracèrent un cercle d'environ 20 mètre de diamètre, rasant tout sur leur passage. C'est alors qu'un d'eux surpris une petite fille qui se cachait des deux Siths, en effleurant sa chevelure verte, pour ensuite revenir dans les mains de son maître.


    Haha je l'ai enfin trouvé, dit-elle en poussant un rire maléfique


    Elle ne ria pas longtemps car la Padawan (sans doute puisqu'elle utilisait la Force) avait évité son lancer de sabre et retomba un peu plus loin, mais un épais nuage de spore, dû aux nombreux champignons, la couvrait, Minerva ne la voyait pas du tout. La Padawan en profita alors pour utiliser un illusion pour les berner et donc pendant que Minerva et Seto courrait après la fausse Anaru, la vrai avait prit la poudre d'escampette dans la direction opposée. Minerva s'en rendit compte quand la fausse Padawan disparu soudainement, et ce n'était pas un voile de Force.


    Merde, comment j'ai pu me faire berner par une Padawan bonne à jeter??? Je HAIE les illusions! Allons dans la direction opposée avec la vitesse de Force, on la rattrapera en peu de temps.


    Les deux Siths utilisèrent alors la Force pour se dépêcher. Ils revint ainsi au point de départ et continuèrent plus loin, ce coup là en camouflant leur lien avec la Force pour ne pas que la petite fille les repères. Évidement ce coup là cette «plante sur patte» pouvait elle aussi se couper de la Force pour camoufler sa présence, mais ce n'est pas une Padawan qui allait échapper à une guerrière Sith entraînée. Après quelques minutes de fouille, elle entendu enfin un minime bruit derrière un gros champignon.


    Elle est là enfin, héhéhé


    Mais si la Twi'lek Sith s'approchait de ce champigon, elle n'irait peut-être pas très bien dû aux spores, donc elle resta à distance et chargea une poussée de Force pour la rendre plus violente pour dégager le champignon et ainsi révéler l'emplacement de la Zélosienne.


    Tu m'en diras des nouvelles, héhéhé!


    Elle lança alors une violente poussée de Force et comme elle avait deviné, le champignon arracha complètement, laissant la zélosienne carrément ouverte à une attaque surprise. Sans crier gare, Minerva utilisa l'étreinte de Force sur elle avant qu'elle puisse s'échapper. Les sporens étaiet assez intenses, cela n'affecta pas vraiment Minerva à part peut-être sa vision qui se troublait de temps en temps et elle avait également un peu de misère à respirer, Seto lui avait vraiment du mal à respirer, mais la Twi'lek s'en foutait bien. Tout ce qu'elle voulait maintenant c'est jouer avec son nouveau jouet. Elle la foudroya d'abord et ensuite, toujours en la maintenant en suspension dans l'air, elle l'amena juste devant son visage, avec son sabre qui pointait sa tête.


    On ne joue pas à cache-cache avec moi ici *tousse* *tousse* et ce n'est pas ses spores qui vont me tuer. Qu'est-ce qu'une plante sur patte comme toi viens faire ici hein? Allez répond et je ne te foudroierai qu'une seule fois! Dit-elle en s'efforçant de faire un sourire, ce qu'elle n'avait pas fait depuis des années.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Ven 12 Oct - 0:18

[Pas corrigé et assez ... médiocre, désolé.]

De loin, la Grande Maîtresse Jedi avait tout le loisir d’observer sa jeune padawan à la macro jumelle, perché sur le dos de Rajane. La Force lui servait également lorsqu’elle perdait son apprentie de vue.

Arsenicia suivit donc la jeune Zelosienne de loin, se concentrant dans la Force pour repérer le moindre signe de danger avant qu’il n’arrive quelque chose à Anaru, ou à elle-même d’ailleurs. Elle était peut être Grand Maître, mais cela n’allait pas empêcher une quelconque bestiole de l’attaquer si elle le voulait. Néanmoins, tandis que le temps s’écoulait lentement et que Rajane se montrait parfois difficilement contrôlable, Arsenicia sentait un petit picotement dans sa nuque, un signe qui ne l’avait jamais trompé … Cette sortie n’allait pas être aussi tranquille que prévue.

Quelques temps plus tard, elle sentit clairement la marque du côté obscur et s’en rapprocha, revenant ainsi sur les traces de sa Padawan. Des Sith ? Ou une quelconque créature obscure de Felucia ? Après tout, cette planète était peuplée d’humanoïde réceptif à la Force. Mais prudence est mère de sureté et l’Arcadienne, dissimulant toujours sa présence dans la Force, tenta de retrouver ces êtes obscurs qu’elle était en mesure de sentir … jusqu’à ce que ce ne soit plus le cas. Cela l’alerta, car seul un utilisateur de la Force obscur tel qu’un Sith ou un Jedi noir était capable de faire cela ! Mettant pied à terre, elle envoya Rajane dans une direction tandis qu’elle-même prenait de la hauteur. Du haut de son champignon géant, elle avait une excellente vue sur l’horizon et elle put voir sans mal un autre champignon s’effondrer en libérant une quantité assez importante de spore. Si sa vue ne lui jouait pas un tour, ces spores étaient dangereux pour l’organisme … mais Anaru était une Zelosienne, une race très différente de l’être humain … elle ne risquait rien, enfin … en théorie.

Parce que à présent, Arsenicia sentait clairement le côté obscur et ceux qui osaient toucher à son apprentie semblait ne pas faire attention au danger que représentaient les spores. Utilisant la Force, la Jedi se déplaça d’un champignon à l’autre, d’une branche à l’autre, pour rejoindre sa Padawan. Lorsqu’elle arriva sur les lieux, elle se réceptionna sans bruit sur un chapeau d’une dizaine de mètres d’envergures. S’il y avait une chose qu’elle avait apprit sur Felucia, c’était à reconnaître les plantes, les arbres et les êtres vivants … Elle prit donc le temps de dissiper les spores avec la Force, faisant souffler ce qui semblait être un simple vent, avant de sauter à terre. Elle se posa en douceur, presque silencieusement, et se releva souplement. Dans son saut, elle c'était débarrassée de sa bure, se qui laissait désormais ses bras à nus et ses cicatrices parfaitement visibles. D'un geste rapide, elle actionna également un bouton de son comlink, prévenant ainsi K9 du danger. Le droïde allait donc venir avec la Galeniël assez rapidement, mais avec le camouflage optique actif et n'interviendrait que sur l'ordre de sa maîtresse.

Sa première cible fut le compagnon de la Twi’lek dont elle ne pouvait présentement pas voir le visage. Une poussée de Force le cueillit par surprise et l’envoya s’écraser contre un rocher. La force de l’impact lui brisa quelques cotes, mais lorsque la Grande Maîtresse Jedi « chargea » une poussée de Force entre ses mains, il comprit que s’en était fini de lui. Une puissance phénoménale qui déferla vers lui et le tua sur le coup, brisant la roche qui vola dans toutes les directions, sauf vers les trois êtres vivants présent.

La Jedi libéra ensuite sa jeune apprentie en coupant la Twi’Lek de la Force, le temps de quelque seconde. La jeune Zelosienne tomba à terre et son maître vint rapidement près d’elle, la protégeant de son corps. La Grande Maîtresse Jedi faisait donc face à la Sith, vrillant ses azurs dans ses iris mordorés… Mais pourquoi Arsenicia avait-elle une impression de déjà vue ?


« On ne touche pas à ma Padawan en toute impunité … Qui es tu, jeune fille ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Dim 11 Nov - 12:24


Devais je avouer, mes augustes circonstances avaient suffisamment de quoi m'inquiéter ... Néanmoins ! Chassant vigoureusement cette angoissante finalité de mes pensées, je persistais à dédier ces dernières à la suite des événements … En me planquant, tout autant qu' en m'enfuyant, j'avais réussi non pas à les semer, ce qui aurait été surprenant, et surtout navrant de leur part, mais bien à gagner du temps ! Retardant ainsi, un conflit direct. Même je me doutais pertinemment que ce n'était qu' à charge de revanche avant qu'il ne me faille y tremper le bout du nez ...


Hormis l'inconstance et la précarité de ma situation, cette pensée obstinée persévérait dans la profondeur de mon esprit : si j'étais bien partie pour servir de divertissement à nos deux encapuchonnés du côté obscur, il était pourtant clair que je m' apprêtai ardemment à ne guère démontrer de docilité auprès de ces deux représentants. Et bien que je soupirais à l'idée que les circonstances actuelles puissent empirer pour ma verdoyante petite tête, j'étais incontestablement résolue à en démordre. Encore blottie dans l'étrange cuve que formait le bulbe, préservant l'acuité de mon attention, j'inspirais dans une intention rassurante une volée d'air apaisante. Remuant d'un brin dans ce bulbe du basidiospore, je me frottai le nez tout en reniflant discrètement, et ce, afin de retenir un éternuement. Pour cause ! J'avalais des spores à chaque inspiration ! Je n'en avais que faire de leur toxicité mortelle, étant issue d'une longue lignée de végétaux, leur seul effet sur mon être aurait été de troubler de manière moindre mes voies respiratoires, ou leur équivalent botanique. Enfin, de cette improvisation fortuite, j'espérais au moins que le caractère hautement nocif des spores aurait de quoi ralentir et d'estourbir l'attention gangrenée de mes poursuivants ... Néanmoins, dans le recoin de mon esprit, je ne pouvais renier la possibilité que mon immunité biologique à ces dernières particules ne suffirait à les ralentir … Un détail plus que notable vous en conviendrez, et que je ne pouvais répudier … Bah ! J'improviserais sur le moment !


Toutefois, à cet instant là, j'avais autre chose dans ma petite tête, les deux Sith avaient eu la bonté de se rapprocher ! Et ce, de manière amplement conséquente pour m'en alerter ! Non, que j'avais laissé dépasser mes éclats chlorophyllé du bord de la basidiospore. Non, puisque des bruits de pas, de cassures de végétaux s'étaient fait peu à peu percevoir de façon distincte trahissant ainsi leur vénéneuse présence ... Je me ratatinais dans ma cachette de fortune, tout en retenant un nouveau hoquet ... * Foutues Particules * ... C'est qu' ils avaient rapidement rappliqué depuis que j'avais défait mon illusion ... Enfin, de leur part, à quoi d'autre pensiez vous que je m'attendais ? À nul autre évidement … Je levais mes amandes en l'air, avec une mine malicieuse et songeuse, alors que je cogitais à un nouveau moyen d'enquiquiner mon monde …


L'idée de me débrouiller pour en balancer un dans le fleuve était celle que j'avais le mieux à proposer en cet instant. Ils se feraient certainement emporter par le courant, dans le cas contraire, j'aurais assez de temps pour rejoindre le Maître Ombrelune et Rajane … Rejouer avec des illusions n'auraient été qu'une perte de temps, ils devaient s'y attendre après mon dernier exploit … Le Malacia ? Pourquoi pas mais, pour cela il me fallait les avoir en vu … Puis, je n'étais pas assez exercée sur ce point pour que son effet soit instantané, et dans le cas présent j'avais besoin d'un intervalle de temps pour que l'effet devienne actif, son usage m'était encore trop précaire … Ainsi, je décidai de rester sur ma première intention, puis en étirant mes lèvres dans une sorte de moue en coin qui n'illustrait pourtant que curiosité et intérêt, j'étendis mon attention sur une voix féminine qui s'éleva à quelques mètres de moi, et il ne s'agissait guère de celle d' Arsenicia ...


Je déglutis silencieusement, relevais la tête furtivement, mes sens en alerte, mes oreilles attentives, mon nez et mon regard sondant toutes informations sensorielles ... Un frisson secoua alors mon échine avec la véhémence d'une de ces missives éthérées qui me fut impossible de contenir, un de ces échos de la Force qui vous transcendaient de toute part. Cet avertissement, ce murmure hurlant la précarité de ma position, je pu ainsi percevoir puis anticiper l' imminence de la récidive de ce charmant couple qui avait eu l'affabilité glorieuse de me traquer ...


Un silence mortel s'était imposé dans l'environ lors d'un instant. Le son d'une bourrasque rasant la végétation brisa cette abîme d'aphasie. Ayant prémédité cette destinée, je sautais à temps en dehors de l'organisme fongique, plongeant vers le sol, roulant sur ce dernier en catastrophe au milieu des tourbières qui craquèrent sous le poids de mon passage, mon avant bras en guise de protection sommaire tandis que je roulais sur l'humidité de la terre. J' échappais de justesse à la poussée de Force qui venait donc de décrocher ma planque de son substrat répandant ainsi une pluie de particule au dessus de nous, et bien qu'elle fut assez épaisse sur l'instant pour me couvrir, ce nuage en suspension choyait déjà sous la gravité. M' étant réceptionnée à quatre pattes, j'avais fini par relever mon minois derechef, pour jauger la situation : Je me tenais à une faible distance de celle qui, le devinais je, avait du envoyer la fameuse poussée, quand à l'autre chevronné, il ne m'était actuellement pas perceptible ... Était il réellement utile de préciser que je n'appréciais point cette intuition?


Avec la lenteur extrême de la défiance, et de la méfiance ! Je me relevais avec précaution, le cœur battant, sondant mon assaillante de mon regard d'un vert inhumain, je jaugeai avec un calme, principalement apparent, ma belligérante dont le visage toujours dissimulé par l'ombre de sa capuche m'était encore méconnu. Ce détail sur l'instant, je n'en avais que faire. Non, puisque dans un coin de mon esprit, et que mes tripes se resserraient, le murmure volatil avait repris d'intensité, ce dernier me laissant sentir la présence viciée de l'autre individu qui s'était inexorablement camouflé dans mon dos …


Prise de stupeur, mes iris s'en étaient rétractés, mes canines s'en étaient crispées et la chlorophylle qui circulait dans mes réseaux analogues aux voies sanguines humanoïdes, avait fait un arrêt d'un tiers de secondes sous la torpeur de cette révélation. Qu'est ce qu'il fichait là lui ? En apparence, je m'efforçais de ne pas broncher pour le laisser approcher, sans faire apparaître l'impétueuse nervosité que ce manque de réactivité forcé me conférait. Ne désirant en aucune façon que mon comportement puisse l'avertir que j'avais su déceler sa présence ... Sincèrement ! Percevoir son aura lourde, chargée de haine et saturée de gangrène dans l'ombre de mes épaules découvertes avait le don de fermer mon clapé et de me rapetisser sur moi même à chaque centimètre qui disparaissait à mesure que sa poigne se rapprochait … * N'essaye pas de te tourner * … Étant donné que j'avais pu percevoir sa présence, je comptais fort fortuitement bien user de cet ouvrage à mon avantage ! Étant assez lucide pour me douter que mes deux bestiaux mésestimaient mes capacités et voyaient en moi, qu'une gamine paumée en pleine pampa félucienne … Ce dont on ne pouvait les contredire. N'ayant ni leur taille, ni leur carrure, ni leur maitrise aussi, le fait que je faisais physiquement moins de mon age, déjà pas très avancé, amplifiant l'impression, inutile de se demander s'ils m'avaient très vite dévalué.


Enfin, pouvait on leur en vouloir ? Pas vraiment puisque c'était plus ou moins le cas. * Attends encore * … Néanmoins, je savais tout autant jouer de mes qualités que de mes défauts. Ma mère m'avait bien élevé ! Et sans feindre les rancunières, elle m'avait appris à toujours retourner la politesse à ceux qui vous l'offrait … Nul besoin de pouvoir cheaté et démesuré du côté obscur pour cela, ma seule volonté suffirait … Même si dans le cas, présent, cela ne doit durer qu'un temps … au vu des circonstance … * Encore un peu * … Alors oui ! Je comptais bien enquiquiner mon petit monde !


Un instant encore. Et, sans prévenir, je penchais mon buste sur côté en me décalant d'un pas sur la droite puis en attrapant d'un revers de main la manche du Sith qui venait d' attenter à ma mutine personne désireux d'attraper ma gorge. Pour contre ma faible et maigrelette corpulence, je profitai de la cinétique de son geste pour qu'il me dépasse de hauteur, mes deux mains tirèrent aussi brusquement que mes petits bras puissent le faire pour lui faire perdre son équilibre, puis une fois derrière lui, je plaçais mon pied à plat dans son dos pour appuyer cet effet. L'effet espéré une fois escompté, il trébucha d'un pas en avant et avança d'une dizaine de pas, pour se reprendre aussi vite. Il exécuta un saut en arrière afin de décrocher tout aussi amèrement le revers du plat de sa droite dans ma tempe, droite que j'avais tenté, à tord, d'intercepter avec mes coudes resserré en parallèle l'un contre l'autre. Mon visage bascula en arrière tandis que je proférais un cris sous la douleur da la violence du coup qui m'étourdit. Néanmoins, par réflexe, j'avais d'une, soulever sa bure avec la Force d'un geste furtif de la main pour qu'il s' emmêle pendant quelques secondes dans les larges pans de son manteau, ce qui stoppa momentanément toute autre tentative d'assaut de sa part. De deux, je m'étais éloignée de lui, reculant dans mon état vaseux et presque aveuglée par le choc que je venais de recevoir, jusqu'à ce que je sente une surface dure bloquer ma retraite. Tournant brièvement ma tête en arrière, je constatais inquiète que je venais de percuter le tronc d'un de ces arbres spongiaires. Avant que je puisse m'en écarter, la charge véhémente d'un humain fonça droit dans ma direction. Je relâchai une brève inspiration de surprise, je m'accroupi prestement, me recroquevillant sur moi même au dernier instant alors que le poing de ce dernier venait de défoncer et d'enfoncer la parois de l'organisme contre lequel je me tenais un instant plus tôt.


Me tenant donc à genou, en dessous de la stature de mon assaillant, je répondis presque aussitôt à sa salve autant qu' à son juron, qui sans nul doute devait savamment illustrer sa rancoeur à mon encontre, par une poussée de Force, qui le souleva et l'envoya valser contre le champignon géant opposé, une nouvelle nuée de spore se dégageant et se déposant sur lui. L'effet fut immédiat, des haut-le-cœur, des spasmes et des toussotements le secouèrent, bien qu'il luttait contre leur effet, s'efforçait de se relever, tout en me lançant un regard approximativement aussi noir que son être. C'est avec un regard interrogateur que j'aurais observé ce dernier. C'était résistant ces bestioles la ! ... Soudainement, une décharge acerbe parcourra mon corps, m'englobant dans une sphère irradiante qui vint me déchirer de toute part. Je lâchais un nouveau cris de douleur, les muscles entiers de mon corps se contractant de manière incontrôlable sous le flux virulent des éclairs qui se déchargeait sur moi avec tant de puissance ...


Voulant dans un premier temps à y résister, j'avais d'instinct cherché à bloquer leurs arrivées, usant la Force comme d' un bouclier une bulle s'était formée autour de moi, mes bras s'étaient enroulés autour de mon visage, bien que crispés et désordonnés. Mon esprit têtu refusant catégoriquement d'abdiquer, s'évertua à maintenir ce foudroiement incessant qui m'ébranlait. Enfin, parfois, il arrivait que j'avais beau m'obstiner, rien n'y faisait … Et ce fut le cas à cet instant ci. À peine quelques instant où ma protection s'était formée, la tension qui s'était formée entre les éclairs et moi se dissipa dans une faible explosion d' énergie. Me retrouvant alors sans protection, mes jambes douloureuses se dérobèrent d'elles même, mon être roula de l'oeil sous la douleur, et je m'effondrai mollement dans des saccades de soubresauts qui parcourraient encore mon corps lorsque la Sith avait arrêté de me foudroyer ... Ce fut donc, tremblotante, une acariâtre souffrance secouant ma respiration devenue brulante et haletante que je fus soudainement soulevée de terre par une pression tout aussi incommodante. Ensuite, sans crier gare. Je senti mon enveloppe physique soulevé par une force fantomatique pour être maintenue finalement par une virulente pression ardente en face de la femme dont le sabre vint titiller chaudement la courbe fraiche de ma nuque ainsi pleinement exposée ...


Il y avait tout un bestiaire particulièrement attractifs et divers sur la planète. J'avais ainsi eu la possibilité de croiser tout un tas de créatures diverses et variées ! Des raies mantas volantes aux acklays, il était tout autant probable d'apercevoir des rancors de différents types, des éventreurs ou encore des sarlaccs ! Et des chenilles de 4 m aussi … Néanmoins, il fallait que j'ai pour toute première rencontre un duo de Sith sympathiquement incommodes en pleine brousse! Sans doute la Force concédait elle qu'il aurait été navrant de se priver d'une telle narration ? J'adorais jouer les réprouvées afin d' être malmenée par ce que je pouvais actuellement considérer comme des psychopathes ravagés par une carence certaine en subtilité, sans la moindre compassion ... Finalement, ainsi suspendue par la seule volonté anémiée de l'autre encapuchonnée qui venait de placer l' étreinte rougeoyante et brulante de sa lame sous mon nez, la relativité apparente de la détresse passée de ma maître face à ma propre situation m'effleura l'esprit lors d'un quart de seconde, et la conclusion navrante de celle ci ne pouvait renier le fait que j'aurais inévitablement préféré croiser des trandoshans en mal de sensations ... Ils ne manipulaient pas la Force, eux ! Ce qui sans être salvateur ! Restait néanmoins avantageux.


Toujours endolorie, troublée et dans une position plus que catastrophique, j'avais cependant, réussi à capter ce que la Sith me disait. Qu'est ce que je venais faire ici ? Je clignais des paupières, redressant mon minois en gesticulant tant bien que mal ma nuque afin de croiser son regard tout en me remémorant effectivement le pourquoi du comment. Mais l'idée de lui avouer qu'il s'agissait d'une sorte de voyage touristique organisé par ma Maître pour profiter au mieux de l'éloignement du Temple afin de me torturer sans encombre et dans toute l'affabilité de sa personne, me fut bien moins tentant que raconter des salades pour Hutt lors d'un bref moment … Ma conscience redevenant claire et lucide, la pensée qu'il était imprudent dans les circonstances actuelles de jouer les sales gosses insurgés et révoltés n'était aucunement la meilleure façon de m' extirper de l' étau de celle qui me retenait … Bien au contraire, j'en mesurais actuellement toute les conséquences … Mais … De toute façon, j'avais décidé d' être, au moins, chiante. Et à cet instant ci, mon expression lointaine, s'éclipsa pour laisser place à mon illustre mine revêche, obstinée et indubitablement obtus ! Afin de glisser avec la désinvolture de ma jeunesse entre mes lèvres serrées :



- C'pas ton problème la vielle.


Dans ma bouche, ceci avait surtout la connotation d'un : Je t'emmerde bien cordialement, [ … ] Afin appuyer en toute politesse l'étendu de ma courtoisie, je levais mon pied en l'air pour cogner la main de la Sith empoignant le sabre dont la lame s'écarta enfin de moi, la pression qui s'était exercée sur moi disparue. Je tombai au sol, plongeai ma main dans la terre moite et refermai ma poignée dessus pour le lui décrocher au visage, ce qui l'aveugla un temps. Le temps de la soulever à son tour pour l'envoyer percuter un champignon. Par réflexe, et parce qu'elle revenait à la charge, guidés par les gestes de mes mains et de mon esprit, je venais d' élever trois projectiles que j' élançais … Un premier qu'elle écarta furieusement d'une main, puis un second qu'elle esquiva dans un saut. Le troisième, était destiné à son collègue, qui revenait tout aussi joyeux l' arme à la main dans ma direction, en sautant il trancha net de son sabre le tronc que je lui avais réservé. J' exécutais une roulade afin de me dérober, puisque ça sentant mauvais pour mon cas, mais ! Et alors qu'il était revenu à ma hauteur dans un nouveau bond, sa lame fondit sur ma droite, me laissant une ouverture sur la gauche pour m'y esquiver. Sans nul doute avait il présumé et espéré cette manœuvre de ma part, puisque je reçus le revers de son coude contre la gorge. L'air que mes poumons botanique contenait furent expulsés, ma respiration fut momentanément coupée, tandis que, sans le moindre effort, il saisit d'une main mon col, et me souleva de ce seul bras étendu et me brandit devant devant lui non sans resserrer son emprise sur mes vertèbres ...


Farouche, je le fusillais du jade de mes éclats d' âmes, pris sur moi et ma douleur pour incarner les zélosienne forcenée en soulevant un nouvel objet dans sa direction qui l'atteignit sèchement dans le dos, percutant l'arrière de son crâne. Qui du projectile et du crâne plièrent en premier ? Si le tronc avait volé en éclat, l'autre taré à aucun moment ne tituba sous le choc. Au contraire, une vague houleuse et véhémente, semblait avoir amplifier sa hargne tandis qu'un sourire vicieux s'était dessiné sur ses traits de faciès et que sa main gauche écrasa puis compacta ma gorge d'autant plus fort que précédemment. Agrippant mes mains sur les siennes, je balançais mes jambes par dessus ses bras et les enroulèrent autour dans l'unique espoir que le goût de ma semelle de botte lui déplaise ... C'était alors que sa lame dans sa main droite s'éteignit, organe préhensible qui vint attraper ma chevelure afin de prendre le plaisir sadique d'aller à plusieurs reprises cogner ma tête contre le tronc d'un de ses organismes géant qui pullulait sur Félucia. Ouais ... Des galaxies à ce moment là, j'en ai croisé pas mal ...


Ce fut donc, complètement hébétée qu' il finit par me relâcher sur le sol sous l'ordre de celle qui l'accompagnait. Ou du moins, j'avais cru entendre sa voix s' élever et couper court aux assauts du Sith. Je sombrai mollement à leur pieds, me tenant le haut du crâne chancelant ... Qu'est ce ça bougeait là dedans ! À la fois, tremblotante ! Vacillante ! Mes tempes suivaient le rythme indomptable de mes battements de cœur qui bourdonnaient et résonnaient de cette intolérable manière outrancière dans mes veines. Autant, je me sentais incroyablement lourde et lointaine, que j'entendais la voix de mon indéfrisable persévérance qui s'insurgeait de mon présent flegmatisme ... J'ouvris mes amandes, et clignai des paupières en entrouvrant la bouche alors que l'environ tanguait doucereusement autour de moi … Je refermais les yeux essayant de calmer tout ce joyeux bordel et de reprendre conscience … Enfin, cela aurait été plus aisé à réaliser si l'autre partisane n'avait pas pour lobby l’électrocution compulsif. S'en suivit ainsi, de nouvelles décharges de douleur, en guise de correction à mon insurrection …


Alors que tout continuait donc, de vaciller, je pus distinguer un nouveau rire sarcastique entre deux bourdonnements mentaux. Bien que troublée et égarée dans la soupe brumeuse et fastidieuse que devait être devenu momentanément mon cerveaux après les doux soins appliqués nos deux humanoïde, je parvins à élever un unique sur-cil et un recoin de lèvre qui exprimèrent une once de dédain qui devait signifier … * Bravo, vous venez de mettre au tapis une adolescente de seize piges ! L'Ordre Jedi n'a qu'à bien se tenir ...* … Tient. Un léger sarcasme. Ma lucidité revenait … Parfait. Il était temps. Je clignais des yeux, pris une grande inspiration, fit taire ma tempe droite qui battait encore, jusqu'à ce qu'un réflexe incontrôlable s'épris de moi, sentant la main de l' homme se rapprocher dangereusement de ma personne et je l'envoyais violemment paître dans le décors alors que je pestais mollement entre mes dents en me massant la tempe avec le poing …



- Dégage …


Ça aurait pu avoir son petit effet, si la Sith ne m'avait pas de suite saisi de nouveau dans une étreinte de Force, me broyant surement au passage quelque côtes de plus qui me fit lâcher un gémissement entre les dents.


- Il y aura un Jedi de moins dans la galaxie. Allez qu'on en finisse, je veux t'entendre hurler.


Difficilement faisable avec une gorge comprimée, mais il était toujours bon de tenter ... Quoiqu'il en soit, l'instant des bonnes idées de dernières minutes était arrivé … Mais les seules pensées qui parcourraient ce qui me restait actuellement de conscience, de lucidité ou d' acuité avaient du s'envoler avec les dernières décharges reçue étant donné que sur l'instant je repensais principalement à la question qu'elle m'avait posé. Tout bien réfléchie, la véritable question que la Sith aurait du m' imposer était : Où était ton maitre ? Parce qu'évidement, les padawans ne se trimballaient pas seul. Bien que ma mentor n'était pas à mon côté en cet instant ci … Au grand regret de mes vertèbres ... Elle n'avait guère du me perdre de vue bien longtemps et suivre ma trace depuis l'instant où, je m'étais de mon propre chef éloignée d'elle. Et alors qu' il était toujours dangereux, et même imprudent, de se risquer à omettre la probable présence d'un garde fou, frapper aveuglément sans connaître la position ou bien la nature exacte de ce dernier relevait presque de l'inconscience ... Connaissant ma maître, dans ce cas ci, ils avaient foncé droit dans un mur. Et allez savoir pourquoi. Le son rauque qui venait inopinément de se prodiguer non loin de nous me conforta dans cet avis …


Sans prévenir, la pression acerbe fut subitement dissipée, le poids de mon corps choya sous la gravité et je me retrouvai une fois de plus étalée au sol proférant une sorte de grognement sourd lors de l'impact contre ce dernier. Sur le moment, je m'étais principalement demandée quelle idée gâtée allait encore sorti de l'esprit meurtri et désordonné de la Sith afin de me pourrir un peu plus l'existence et comment j'allais pouvoir m'en extirper. Néanmoins, lorsque d'une main j'attrapais le fin rideau verdoyant de ma tignasse qui venait obscurcir ma vision pour les rejeter négligemment dans un geste las et appuyé, ce ne fut guère mon assaillante gloussante de décadence que j’aperçus en première, mais plutôt la silhouette effilée de mon arcadienne de maître qui venait de s'interposer entre nous ...





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Dim 11 Nov - 19:23

    Minerva regardait son ancien professeur de jadis, quand elle était novice. La Twi'lek ne pouvait tout simplement pas oublier un seul visage des membres du Conseil des Jedis, surtout cette femme qui en était le chef, cette femme qu'elle n'oublierait jamais, celle qui lui a interdit ainsi que le Conseil, de partir sur Belsavis, la planète-prison ou était situé sa mère, Maître Arsenicia Ombrelune! Minerva la regardait de l'intérieur de sa capuche avec ses grand yeux dorés et nacrés avec une légère hésitation à lui foncer droit dessus tellement son tempérament durcis en la voyant arriver. La Sith ne pouvait s'empêcher de plisser les sourcils de douleurs internes et psychologiques. Elle se foutait bien que son collègue se soit fait tué, de toute façon Min le considérait comme un boulet, enfin, tout ceux qui sont plus faibles qu'elle du moins.


    Tiens, tiens, tiens! Si se n'est pas Maître Ombrelune, vous entraînez une plante sur patte pas plus haute que trois pommes des arbres centenaires de Kashyyyk maintenant? … Selon votre regard, vous avez l'air de vous demander qui je suis mais étrangement, même pas besoin de lire dans vos pensées pour deviner que vous avez un point d'interrogation droit sur le front, vous ne vous rappelez plus de moi apparemment. Le son de ma voix devrait bien vous dire quelque-chose non, vous qui possédez supposément une mémoire absolue?


    Alors elle eu une idée d'un jeu, juste pour rire un peu d'elle et en même temps pour essayer de révéler à Arsenicia qui était la Twi'lek devant elle. Elle lui tourna le dos et abaissa sa capuche, révélant ainsi seulement ses lekkus et ses tatouages Siths sur ces derniers.


    Ok, alors on va faire ça en devinette, juste pour rigoler un peu. Ta fougère de compagnie bonne à jeter peux également jouer si elle le veux, de toute façon elle ne me connait pas du tout... enfin depuis que j'ai failli la décapiter avec mon lancer de sabre, héhéhé. On va y aller de vague en moins vague. Bon, pour quatre points: Mon nom comporte trois syllabes, comporte sept lettres, commence par une consonne et finit par une voyelle.... Pas trouvé? Bon alors pour trois points, j'ai quitté les Jedis depuis six ans et beaucoup de mes anciens compatriotes Jedis me croient morte. Toujours pas? Bon pour deux points, ma mère qui était aussi mon Maître, était le Maître Jedi Illumina Tie'kar, que j'ai moi-même tué. Allez, ce n'est plus difficile rendu là... Et pour un point, chez les Jedis j'étais reconnue sous le surnom de l'Éclair Rose dû à ma grande vitesse combiné à l'Ataru. Ho ho, j'espère que vous avez deviné ce coup là.


    Elle retira sa bure Sith au complet ce coup-ci et se retourna pour laisser paraître tout son corps et son visage. Il est très clair qu'Arsenicia avait deviné que c'était Minerva avant même qu'elle se retourne, avec son jeu de devinette et le ton de sa voix, qui avait un peu changé entre temps, il était moins méprisant et arrogant auparavant.


    Enfin nous nous retrouvons pour une seconde fois...... l'ancienne élève modèle rencontre son ancien professeur.


    Arsenicia ne connaissait, ou plutôt n'avait connu que l'optimiste et très joyeuse Twi'lek d'il y a plus de dix ans qui avait l'habitude de sourire, sauf que la Minerva qu'elle avait connue avait la pigmentation rose très éclatante ainsi que les yeux bleus, ses tatous étaient également différents. Mais la Minerva qui se tenait devant elle et sa padawan était en armure rouge et noire Sith. Cette armure donnait également un peu froid dans le dos à certains jeunes: Elle avait des épaulettes grises/argenté, presque noires, ainsi que des gants de métals hérissés de pointes et une ceinture avec un motif Sith pour la boucle. Son sabre laser à double lames était sur le côté gauche de sa ceinture. Tout cela accompagné d'une Minerva à la peau rose très pâle, même presque blanches, des yeux nacrés remplis de colère et de haine, la marque de commerce des Siths quoi, et des tatouages obscurs sur le visages et ses lekkus. Elle avait également un peu grandi depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vus qui était la fois ou Min à fuis et a désobéi aux ordres du Conseil des Jedis.


    Il faut croire que j'ai beaucoup changé à voir votre expression sur votre visage. Hum et je crois que votre buisson vert adoré qui semble avoir besoin d'eau, ne croise pas souvent de Sith à voir la sienne, haha. Ah oui pendant qu'on y est vous ne voudriez pas savoir POURQUOI je suis parti voir chez les Siths? Ce maudit Conseil m'a tout prit, il m'a oublié, il me traitait comme si j'étais son joujou depuis quelques temps, je ne pouvait plus vivre comme ça. Pas surprenant que je sois allé voir ailleurs! Je me sens beaucoup plus libre étant Sith. Ça fait tellement longtemps que je ne me rappel même plus du code Jedi, héhéhé.


    En espérant qu'Arsenicia avait le goût de savoir la raison de sa fuite et qu'elle aille ouvert son esprit, Minerva se concentra comme tout à l'heure et lui envoya les images mentales par la pensée ainsi qu'à sa padawan pour la terroriser (du moins elle s'essayait), de la partie ou elle se fit refuser le droit d'aller secourir sa propre mère pour sa propre sécurité, à la fois ou elle rencontra Darth Rathian, son premier Maître Sith qu'elle tua dans son sommeil. Sans oublier un de ses passages favoris qui la libéra de ses faiblesses lorsqu'elle tua sa propre mère après avoir tué quelques Padawans et Chevalier Jedis capturés qui gisaient dans les prisons anti-Force pour renforcer sa haine et sa colère pour en faire des armes.


    Voilà, je t'ai fait une mise à jour sur ma vie. Ah oui j'oubliais, merci d'avoir tué un boulet comme Seto, ca m'évitera de le faire plus tard même si j'aurais bien aimé le tuer moi-même, mais bon.


    Elle lança ensuite une rafale d'Éclairs Siths en direction de Maître Ombrelune et de sa padawan pour ensuite sortir son sabre laser à double lames, prête à se défendre au cas où. Un petit duel lui ferait du bien. Mais sa main tremblait tellement, elle allait se battre contre un Grand Maître Jedi après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Lun 19 Nov - 17:04

[Pas corrigé x)]

Les sourcils de l’Arcadienne c’étaient arqués lorsque son regard azuré c’était posé sur la Sith qui lui faisait face. Il ne pouvait s’agir que d’une utilisatrice du côté obscur … outre le fait que son sabre laser possédait une lame écarlate, son aura était définitivement obscure. Dans cette aura, il y avait une présence que la Jedi avait déjà sentit, mais celle-ci était perverti par les ténèbres … il lui était impossible de savoir de qui il s’agissait sans voir son visage … Car une chose était certaine : Arsenicia avait déjà vue cette personne.

La Grande Maîtresse Jedi pouvait sentir son combat intérieur, son envie grandissante d’attaquer. Outre la Force, la position adoptée par la Twi’lek était criante de vérité. La Sith prit alors sa parole d’une voix froide, laissant transparaitre une certaine assurance. La Jedi demeura de marbre, ne laissant aucunes émotions venir troubler ses trais … Il n’y a pas d’émotion, il n’y a que la paix. Arsenicia n’était pas spécialement une fan de l’ancien code Jedi, mais son tout premier maître avait été une Jedi de l’ancienne République, l’Arcadienne elle-même avait vécue pendant l’Empire … Mais lorsqu’elle rencontrait un réel danger, la Jedi se devait de rester concentrée et implacable, rien ne devait pouvoir la perturber. Elle savait qu’Anaru était derrière elle, qu’elle soufrait et que seule sa présence empêcher la Sith de la tuer.

La voix de la Twi’lek lui disait quelque chose, bien sûr … mais même avec une mémoire absolue, elle avait dû mal à se souvenir. Cette voix avait changé, elle était froide … Arsenicia se serait, en effet, rappelé d’une telle voix si elle l’avait entendue telle qu’elle, avec cette intonation. Mais si cette Sith avait été autrefois Jedi, ce que la Force et son instinct lui murmurait … Alors elle l’avait probablement connue mais jamais entendu parler ainsi.

Cette Sith était folle. En tournant ainsi le dos à Arsenicia, elle lui offrait une chance inestimable de terminer ce duel avant même qu’il ne commence… Mais la curiosité l’emporta et l’Arcadienne demeura immobile, protégeant toujours son apprentie de son corps. Elle ne laisserait personne lui faire davantage de mal…

Ecoutant les mots de la Sith, la Grande Maîtresse Jedi chercha dans son esprit les réponses à ses questions, mais ces quelques informations étaient bien vagues, il n’y avait là absolument rien lui permettant de deviner l’identité de son adversaire … Du moins jusqu’à ce que celle-ci mentionne le nom de sa mère ainsi que son surnom parmi les Jedi … l’éclair rose … Illumina Tie’kar … Les paupières d’Arsenicia se fermèrent d’elles même une fraction de seconde, le temps d’assimiler ce qu’elle venait d’entendre.

Désormais, l’ancienne Jedi lui faisait face, ravagée par la côté obscur. La Twi’lek qu’Arsenicia avait connue était désormais bien loin …


« Minerva Yeul … » Le ton n’était pas froid, juste … dépourvue d’émotion. Une simple constations. « Je ne suis guère étonné de te trouver ici, en tant que Sith … Je l’avais vu, j’avais vu que tu deviendrais une Sith si tu partais à la recherche de ta mère … Nous t’avions interdit d’y aller, pour ton propre bien. Mais apparemment ta nouvelle condition te plait beaucoup … »

Par la Force, Arsenicia eu droit au récapitulatif de tout ce qui c’était passé. Elle laissa ces quelques images pénétrer ses pensées, mais rien d’autre. Lorsqu’elle en eu assez, avant que Minerva ne pénètre ses pensées, elle l’éjecta au loin, entourant son esprit d’un mur impénétrable. La Grande Maîtresse Jedi demeurait toujours de marbres face à toute la cruauté de la Sith, elle en avait vu d’autre … Les marques sur son bras en était la preuve.

La rafale d’éclair Sith qu’elle lança n’atteignit pas son but. Peut être avait-elle pensé faire mouche, mais il en fallait plus que ça … Les éclairs étaient très connus, trop même. C’était tellement évident qu’elle allait utiliser une telle technique. Levant la main, les éclairs percutèrent la main de la Jedi mais au lieu d’être renvoyé, elle en absorba la puissance jusqu’à ce qu’une petite lueur brille au creux de sa main qu’elle referma ensuite. Ayant sortit son arme, il ne faisait aucun doute que Minerva voulait se battre …


« Il te faudra d’avantage que des éclairs et un double sabre laser pour m’abattre… » Elle retira sa bure, qu’elle lança sur le côté, dévoilant ainsi son bras droit marqué de plusieurs cicatrices. « J’ai combattu bien pire que toi au cours de ma vie … Et j’aurais préféré ne pas avoir à le faire. Mais tu ne me laisse pas le choix, n’est-ce pas ? »

Sortant ses deux sabres lasers, la Jedi les connecta ensemble et activa son arme qui produisit aussitôt ce bourdonnement si particulier. Elle glissa ensuite sa main dans son dos et sortit un autre sabre laser. A manche recourbait, il émit une lame violette lorsqu’elle l’activa. Ainsi armée, Arsenicia pouvait faire peur … et maîtriser une telle technique demandait énormément d’entrainement. C’était la première fois qu’elle allait s’en servir en combat réel, mais la Grande Maîtresse Jedi avait confiance en ses capacités à utiliser une telle technique, une technique de son invention pour être exacte.

« Que la Force soit avec toi, Minerva Yeul. »

Ci tôt ces quelques mots prononcés, une vague de Force déferla vers la Sith sans que la Jedi esquisse le moindre geste … Celle-ci se lança ensuite à l’assaut de son adversaire tout en prenant garde à toujours se placer de façon à ce que Darth Fatalis ne puisse atteindre son apprentie. Si celle-ci avait assez de jugeote, elle essaierait de s’écarter de la zone du combat.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Sam 24 Nov - 16:10

Un. Évaluer l'étendu des dégâts. Jambes ? Lourdes de flegme, ou bien endolories. Considérez toutefois le fait qu'elles aient, ou non, pour souhait de se mouvoir, n'était pas de leur ressort, mais bien de l'insistance avec laquelle je comptais bien les solliciter. Les bras ? Idem. D'ailleurs, histoire de garder une distance des plus agréables avec la Sith présente j'avais pris sur moi, et m'étais reculée de quelques coudes et poussés de mains, non sans grimaces. Des difficultés et douleurs respiratoires. Des brulures abdominales. Un mal de crâne certain qu'un ensemble disparate de tâches vert-noirâtres voir blanchâtres trônant sur un coin de mon faciès devait sans doute dessiner un hématome à l'aspect douteux. Ah ! Et il semblerait que quelque unes de mes vertèbres cervicales n'apprécient guère que ma tête penche plus qu'il ne le faudrait. Sinon, j'avais des écorchures sur les mains. Ces dernières à force de trainer dans la terre et ses remous allaient finir par s'infecter … Bref, rien d'anormal en soi. Tant que mes dix doigts restaient pleinement opérationnels, je pouvais gracieusement gratter le long de mes huit cordes ! Impression général ? Une fougère écrasée par un bantha aveugle agonisant, ou par un semi remorqueur étaient les deux images qui devaient se rapprocher le plus de la réalité. Je pouvais exagérer … Sur certains points uniquement. Maintenant que ma mentor m'avait rejoins, l'imminence de ce ressentiment qui poussait involontairement mon esprit à me représenter mentalement ma maternel m'énonçant farouchement toute sortes de questions rhétoriques dans un éhonté faux semblants d'attente envers une introuvable et incommensurable inconnue, semblait s' être dissipée. Tout comme la vague ardente d'inquiétude ainsi que les espoirs de la Sith de folâtrer à toute aise avec ma mutine personne ...

Maître Ombrelune étant là, où étais donc Rajane ? Je cogitais à deux fois avant de tenter siffler le varactyl pour qu'elle puisse me rejoindre et me servir d'appuis. Non, son arrivée pourrait de manière éventuelle, profiter d'une quelconque manière à la twi'lek qui venait de démystifier ses traits. Je me contentais donc de survoler rapidement l'alentour en quête de son aura apaisante et familière. Elle n'était pas loin, elle attendait tranquillement. Du moins, autant que la situation le lui permettait. Frottant d'un revers de main un recoin de ma bouche avec une manche pour dégager de la chlorophylle, mes amandes se tournèrent puis se posèrent sur l'acardienne. Qui semblait laisser la Sith jouer son jeu ... Je devinais sa curiosité derrière son allure impassible. Moi même, j'étais légèrement intriguée de connaitre ce qui reliait les deux femmes l'une à l'autre. Mes miroirs d'âmes s'en allèrent alors vers la twi'lek qui entama une longue prêche sur la succession de ses derniers … antécédents.* … Si j'avais su qu'elle pouvait être aussi bavarde ... * Une mèche de cheveux tombant devant une partie de mon minois, mon sur-cil perpétuellement arqué, je pris grand soin de ne point perdre, gâcher ou délaisser une quelconque goutte de ce miel enfiellé ou envenimé en interruptions diverses et variées afin d'écouter avec attention, le dialecte de la Sith. Ma première constatation  ? Une perte de temps dispensable pour un sauvetage incroyablement contreproductif ...



- … Votre mère part en mission, celle ci devenant trop périlleuse vous décidez de la rejoindre pour la sauver, mais finalement … Et sous prétexte ! Qu'un Darth Lambda vous y convie gracieusement, vous mettez fin à sa vie ...


En fait. Il s'agissait plus d'une constatation verbale que d' un résumé oral, dont le ton mollement hasardeux n'avait que pour objectif, l'implicite volonté de m' aider à assimiler cette succession improbable et ô combien innommable pour la fervente apprentie que j' étais … Je me tus alors, un instant. La bouche close. Le regard à la fois interrogatif et contemplatif. Le temps d'intégrer la présente logique décadente pour mieux, ensuite, attenter à ce que j'appellerais ma pudeur mentale en m'imaginant dans un scénario similaire, ma mère et moi ... Improbable … Suffisamment lucide et assidue, je réfléchirais à deux fois avant de faire de même, peu importe que Monsieur Lambda me promette un nouvel ampli pour la fin d'année … Puis connaissant l'arbuste, j'avais fort à parier que ma maternelle reviendrait de la Force le lendemain juste pour octroyer mon agréable visage d'une paire de baff magistrale et incroyablement sonore. Histoire de m'aider à me remémorer le pourquoi, du comment ... Je finis alors ma dernière lancée d'un ton dédaigneux sans dissimuler mon agacement en levant mes yeux aux ciel tout en remontant un coin de lèvre ...


- Et vous en voulez au Conseil d' être rigoureux avec vous … Mais de quoi vous plaignez vous ?


Certes, je remuais le couteau dans cette plaie béante. Intriguant ce qui avait du lui passer par la tête … Intriguant ? Ou Inquiétant … Feu sa mère, à l'instar de la mienne, avait partagé et transmis à sa descendante les dogmes de sa foi depuis l'aube de sa naissance. S'il ne pouvait être exact d'affirmer que ces derniers s'étaient ancrés à elle, il était toutefois possible de convenir qu'ils avaient constitué les bases essentielles de son éducation pour l'élaboration de son soi profond. Bien que dans mon cas, ma mère avait bien évidement fait ce qu'elle voulait. Ou presque … Pourquoi cette twil'ek n'avait donc aucune conscience en ce quoi ces maîtres lui avaient tenté de lui inculquer ? Comment avait elle de manière momentanée pu passer d'un rôle salvateur à celui d' exécuteur ? Pis encore, elle semblait se complaire dans les fantasques de ses frasques ... Arsenicia semblait ne pas en être surprise …

Toutefois, n'ayant pas tout les détails de ses antécédents, je ne pouvais être pleinement juge de sa personne et des gestes entrepris lors des aléa de son histoire … Bien qu'à titre personnel, je n'en songeais pas moins, les faits étaient là : C'était l'excuse la plus minable que j'avais jamais entendu. Et la Force sait si j'aime en inventer ... À la suite de quoi, la twi'lek, finalement dénommée Minerva Yeul, envoya une nouvelle gerbe d'éclair en direction de l'arcadienne qui les bloqua sans grande difficulté. L'écoutant se vanter qu'elle aurait de toute manière pris la vie de son acolyte, je ne pu retenir un soupir las et emprunt aux sous entendus en grommelant pour moi même en levant une nouvelle fois mes amandes vers le ciel ...



- Sans doute aurait elle attendu qu'il pionce comme un loire après lui avoir fait boire tout son saoul ...


À l'instant où les deux femmes embrasèrent leur sabre respectif, je repris une nouvelle distance pour déblayer du passage, mais surtout pour ne pas être une gêne dans les mouvements et déplacements de ma maître. J'attendis que Yeul soit suffisamment contrainte par cette dernière pour envoyer une missive télépathique à Rajane, tout en passant mon index et mon pouce contre mes lèvres pour émettre un sifflement aiguë. Son arrivée ne se fit guère désirée, je levai ma main gauche en l'air pour intercepter la selle à laquelle je m'agrippais alors que le bec du reptile m'attrapai par le haut de la manche et me soulevai pour m'envoyer sur son dos, balançant sur son passage sa longue et puissante queue en direction de Yeul. Je me fondis dans le creux de son assiette, puis me saisis du pommeau d'une main, pour désenlacer les rennes de l'autre pendant que ma bestiole s'éloignait furieusement des deux combattantes dont les lames et salves s'entrechoquaient bruyamment ...


- Attends. Reste là ...


Je tirais sur les rennes pour la forcer à s'arrêter, ainsi qu' à se retourner. Certes, un écart entre eux était nécessaire, néanmoins, je ne comptai en aucune manière déguerpir pour autant. J'étais ainsi à une certaine distance, me permettant de les garder en vue aisément sans être une cible accessible. À pied, si la twi'lek convenait de me rejoindre, elle aurait inévitable de sérieux problèmes pour m'atteindre, ne tenait qu'à elle de venir affronter les serres et la cuirasse du varactyl dont l'humeur semblait suffisamment exacerbée pour vouloir lui arracher un membre ... Poussant ses cris de contestation et d'exhortation, je la laissais dessiner des ronds dans le périmètre alors que mes émeraudes jaugeaient inquiètes et inquisitrices le déroulement du combat ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Dim 2 Déc - 5:41

    Il te faudra d’avantage que des éclairs et un double sabre laser pour m’abattre… J’ai combattu bien pire que toi au cours de ma vie … Et j’aurais préféré ne pas avoir à le faire. Mais tu ne me laisse pas le choix, n’est-ce pas ? »


    Bien sûr que non, on m'a confier une mission et j'ai horreur de décevoir, surtout les Siths. Vous qui avez une mémoire absolue, vous savez très bien que je n'abandonne jamais mes mission. La mission de sauvetage sur Hoth par exemple, l’enquête sur Géonosis ou encore la capture du Jedi renégat sur Coruscant, vous vous rappelez non? Je suis toujours revenu en un seul morceaux, même si j'avait souvent des marques. Et je me fou complètement de votre rang Maître Ombrelune, je me batterai au péril de ma vie.


    Toujours avec sa main tremblante, elle tenta de foncer sur Arsenicia mais elle utilisa une violente Vague de Force, digne d'un Grand Maître Jedi, qui fit valser la Twi'lek sur un rocher qui explosa à son contact. Elle se releva tout de même avec une cicatrice dans le front, son armure avait au moins amorti le choc car sans elle, elle aurait été mal.


    Ouch, pas mal, mais il faudra faire mieux que ça pour me vaincre, je ne suis plus la fragile Twi'lek d'il y a six ans.


    Arsenica fonça alors droit sur elle avec ses "trois" lasers, un double et un simple. Il faut dire que la Twi'lek Sith n'avait jamais combattu un Grand Maître auparavant. Elle était vraiment coriace et en plus, Minerva n'avait jamais vu un Jedi ou un Sith se battre avec un sabre laser double et un simple en même temps. Elle parra tout de même son premier coup supersonique en le bloquant avec son sabre et sauta par dessus la lame qui arrivait du dessous. Une chance que la guerrière Sith était agile et athlétique car se n'était vraiment pas évident de bloquer trois lames avec deux. Finalement, peut-être aurait-elle dû ne pas tuer son collègue Sith..... Après avoir bloquer quelques coup, c'est Minerva qui passa à l'offensive, elle tenta de la décapiter pour ensuite essayer de la déstabiliser avec un coup de coude bien placer dans l'estomac, elle tenta ensuite de passer sa lame du dessous sur la jambe droite d'Arsenicia, restait à voir si elle était agile elle aussi, qu'allait-il arriver, quel serait le résultat de ce duel. Voyant que la plupart de ses coup ne marchait pas tellement, elle décida de passer au niveau supérieur avec la rage du côté Obscur mélanger au Juyo pour être plus rapide.



[HRP]: J'avait pas trop d'idées ce coup là Nicia Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Mar 11 Déc - 1:47

La détermination de Minerva était bien réelle, mais la jeune Twi'lek comprenait-elle ce qu'elle était en train de faire. Elle allait affronter en combat singulier la doyenne de l'Ordre Jedi... Arsenicia ne désirait pas la tuer, loin de là, mais si elle devait faire une telle chose elle n'hésiterait pas. La jeune Minerva aimait faire le mal, le côté obscur la rongeait ... Mais aussi fou soit cet espoir, la Grande Maîtresse Jedi espérait pouvoir l'aider.

Oh oui, l'Arcadienne se souvenait parfaitement de la ténacité dans la jeune Sith faisait preuve du temps où elle était encore Jedi et elle se doutait bien que cela n'avait pas changé. Néanmoins, malgré toute l'assurance dans elle pouvait faire preuve, le corps de la jeune Twi'Lek était en train de la trahir. Le regard affuté de la Jedi n'avait pas manqué le léger tremblement de sa main... Le duel s'engagea, inévitablement et la jeune Sith fut repoussée avant même qu'elle ait pu donner un premier assaut, allant percuter un rocher qui se fissura sous l'impact. L'armure avait peut-être protégée son corps mais cela avait dû quelque peu la sonner.


« Minerva, renonce pendant qu'il est encore temps, je peux t'aider. »

Mais la jeune Sith ne voulait rien savoir et força ainsi l'Arcadienne a donner l'assaut. Raffermissant sa prise sur ses armes, Arsenicia utilisa la Force pour bondir sur son adversaire avec la puissance et la rapidité du Vaapad. Bien que manier deux sabres en même temps, dans un double, été difficile, elle parvenait à se débrouiller convenablement. La brune n'utilisait pas une telle technique à la légère, bien sûr ! Elle s'était longuement entraînée au Temple et avec K9 mais aujourd'hui c'était bien la première fois qu'elle utilisait cette technique en combat réel.

Bien qu'impressionnant, ce style de combat pouvait être dévié comme n'importe lequel, il suffisait de rester calme et maître de soit pour ne pas faire d'erreurs. Un seul faux mouvement de la part de Minerva et s'en était fini d'elle. L'arme de cette dernière lui était fort utile ici, car cela facilité ses blocages, elle pouvait plus aisément se protéger contre les assauts mener par Arsenicia, qui virevoltée littéralement, en communion parfaite avec la Force. Elle laissait celle-ci guider ses mouvements, elle pouvait voir les choses arriver avec quelques secondes d'avance et ainsi, grâce aux réflexes des Jedi, éviter une attaque qui aurait été mortelle pour une personne non sensible à la Force.

S'écartant pour une prendre une légère pause, Arsenicia vit Minerva lui sauter littéralement dessus. D'un habile mouvement, elle évita l'assaut et ainsi la décapitation mais ne pu esquiver le coup de coude qui vint ensuite. Fort heureusement, la Jedi portait une protection en Phrik à la taille ainsi qu'au cou et sur ses gantelets ... Le coude de la Sith se brisa au contact du métal mais malgré la douleur elle tenta une nouvelle attaque. Attaque qui fut évité, car avec un coude brisé elle ne pouvait plus manier son arme avec efficacité.

Une simple poussée de Force eut finalement raison d'elle et la jeune Twi'lek s'écrasa dans la boue, l'articulation du coude extrêmement douloureuse et déjà bien gonflée. Gardant son sabre recourbé activé, elle s'approcha de la jeune fille et lui mit la lame sous la gorge. Elle ne voulait pas la tuer, cela se voyait dans son regard. Elle avait pitié d'elle, elle qui autrefois avait été une jeune Jedi prometteuse, elle qui s'était laissé ronger par sa propre noirceur. Chaque être possède sa propre part de ténèbres, mais celle-ci peut être contrôlée ... mais beaucoup préférait la laisser dominer, ce qui était tellement séduisant, mais aussi dévastateur...


« Renonce au Côté Obscur, Minerva. Je n'ai pas envie de t'ôter la vie, ne me force pas à faire cela. Je peux t'aider. »

Mais malgré toute la bonne volonté du monde, la Twi'lek n'était pas récupérable. Celle-ci, dans un dernier effort, envoya une violente poussée de Force vers Anaru et Rajane. Toutes deux furent projeté, projeté vers le bord d'une falaise et rien ne semblait en mesure d'empêcher une chute qui, surement, serait mortelle.

« Anaru ! »

La Jedi ne perdit pas de temps. Bien que Minerva représentait un danger pour la galaxie, la vie d'Anaru était tout aussi précieuse. Les routes de la Sith et de la Jedi allait se recroiser un jour, ne serait-ce que pour la vengeance de la Twi'lek. Abandonnant celle-ci dans la boue, l'Arcadienne se précipita vers sa protégée et n'hésita guère à la suivre dans le vide pour la rattraper.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Dim 13 Jan - 15:21

Le combat entre ma maître et la twi'lek n'avait pas diminué d'intensité, du coup, j'étais restée en retrait, devant amèrement me contenter d'observer les joutes offensives qui se déroulaient devant mes prunelles attentives. Je continuais de contenir Rajanes, qui remuait nerveusement en cercle, dans les bruissements de feuilles qui se pliaient sous la noble imposance de sa masse, accompagnant le son lourd de ses pattes entre-coupés de serres qui s'enfonçaient dans la terre meuble et humide. Il était désolant de les voir toute deux s'échanger bassesses et futilités dans ces danses exquises, aux revers de lames mordants et mortelles. Si je ne voulais me faire de raison à de telles inconstances, je me contentais d'en isoler une ...


Ainsi, mes émeraudes finirent par se poser sur ma maître, tandis que l'arcadienne finissait par avoir un élan de conscience sur la Sith, une étrange sensation m'envahit l'esprit, comme un flaire aiguisé suivait avec fougue les ondulations d'une intrigante odeur, mon visage se détourna de la scène avoisinante afin d'accompagner les murmures pénétrants qui se suivaient d'une musique douceâtrement enivrante, inaudible pour autrui, guide pour mon seul âme et esprit. Mes pensées suivirent ce fil d'ariane. Mon regard se floua lors d'un instant, puis erra le long de la roche inclinant l'aplomb de la pente qui se situait non loin du reptile et de ma propre personne puisque je juchais toujours sur l'angle de ses larges épaules. Le langoureux susurre sonore persistait de s'étendre … '' Peut être devrais je m'en ai écarter '' avais je finis par conclure, dans une semie pensée éveillée … Ma vision revint. Je clignais des yeux, plissais mes émeraudes, et m'aperçu que j'avais distraitement empoigné une touffe de plume de l'encolure du reptile, la caressant plus nerveusement que je ne l'étais réellement. Je plaçais ma main gauche à plat le long de son col afin d'en ressentir la force de sa respiration et la fluidité de ses mouvements comme pour une dernière fois. Je ne pouvais m'empêcher de songer que mon agitation devait paraître risible, lorsque d'un sursaut d'éveil, ma conscience ayant décrypté l'appel, je fis signe à Rajane de déguerpir qui d'un geste s'ébroua ...


Alerte, ma tête se releva vers l'arcadienne qui s'éreintait à me rejoindre, alors qu'une vague de Force venait de m'emporter par delà la falaise. Par réflexe, j'avais tenté d'attraper de justesse l'une des rennes qui harnachée à l'animal, me glissa entre les doigts dans une passe emprise d'ironie. La puissance de l'onde que j'avais reçu fut telle, qu'en dépit du geste que le varactyl venait d'effectuer par l'élan de sa queue dans une dernière tentative de me protéger, que j'en fus projetée, valsant hors d'atteinte de sa protection. Je me sentais ainsi choir, lourde mais surtout frustrée de mon impuissante, mon instinct de survie me saisissait, criait ! De cette même manière que j'avais précédemment tenté d'attraper les rennes pour me retenir, mes mains griffaient avec véhémence les fissures des rocs qui défillaient à vive allure sous mes doigts puis s'accrochaient aux branchages se brisant puis tombant pour m'accompagner dans ma chute. Les feuillages de spongiaires brulant mes paumes maintenant devenues douloureuses sous leur passage abrupte, je finis par lâcher prise lorsqu'une branche venait de m'éreinter le visage, proférant un cris, je basculais en arrière et sentis subitement un poids s'emparer de mon corps déchu. Je devinais inconsciemment la présence de l'arcadienne qui avait du s'évertuer à me rattraper. Notre chute ralenti dès lors, et fut amortie par ce bras qui m'avait subitement enlacé et duquel, je m'étais empressée d'enserrer.


Si courte et pourtant éternelle, la chute s'était terminée. Je levais mes yeux verts et verdoyants sur les azurs de ma mentor, encore émues par la soudaineté et la surprise de ce revirement de la situation. J'émis ainsi un faible sourire exprimant à la fois le soulagement ainsi que le contentement, lorsque l'arcadienne perdu soudainement l'équilibre puis tomba à la renverse. Ayant ainsi finie votré sur ma maitre, les cheveux en bataille, je lâchais un petit rire presque amusée, tout en retenant un grognement, mes côtes m'ayant rappelé à l'ordre. Jusqu'à un craquement sourd se répercuta en écho le long de la falaise. La stupeur s'empara de nouveau, mes amandes se tournèrent instantanément vers le foyer sonore qui venait de se proférer afin d'en démystifier la source. Et apercevant le corps vide de vie de ma bestiole révérée allongée sur le sol rocailleux, un sentiment d' effroi et d'horreur qui firent rapidement place à une sourde stupeur, je restais momentanément figée sur place, mes lèvres entrouvertes, mes iris rétractés, je restais en suspend sans me mouvoir. Puis l'épouvante s'enfuyant, je serrai tremblante du poing et relevant mon minois dont les joues venaient de se teinter de vert, retenant ma bouche crispée, je laissais ma première larme couler, me relevai, pour courir vers mon reptile transi en criant son nom ...







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Mer 30 Jan - 18:18

    Le combat fut plutôt court, il est clair qu'une simple guerrière Sith au coeur noir ne faisait pas le poid face à un Grand Maître Jedi qui avait au moins quatre ou cinq fois plus d'expériences qu'elle. Elle se retrouva aplatie sur le sol, juste en dessous du champignon géant qu'elle avait fait voler en éclat tout à l'heure, au moins les spores s'étaient dissipés. Elle décrocha un regard des plus noirs, à son ancien professeur. Elle n'avait d'ailleurs pas du tout le même regard que quand elle se fâchait de temps en temps étant Jedi, celui-ci était chargé de colère et de haine, à faire froid dans le dos.


    Renonces au Côté Obscur, Minerva. Je n'ai pas envie de t'ôter la vie, ne me force pas à faire cela. Je peux t'aider.


    Je ne veux pas de votre pitié, ni d'aide de ce foutu Conseil des Jedis. Moi, au contraire, je veux ôter la vie de tous ses membres, qui osaient refuser mes demandes à chaques fois que je faisais une demande. Un jour lorsque je serai assez puissante, je reviendrai. Et puis je ne renoncerai pas, je suis une descendante d'une longue lignée de Siths et non de Jedis, et je ne compte pas mourir aujourd'hui! Voilà toutes les forces qu'il me reste!


    À moitié grabataire, elle leva son poing et on la vit le charger. Un aura noir comme le ciel de nuit de la planète se mit à apparaître autour de sa main. Elle était vraiment en train de concentrer toute l'énergie de la Force qu'il lui restait en réserve, dans son poing. Elle prit son sourire sadique de son habitude quotidienne et lança la poussée de Force la plus forte qu'elle pouvait. Le plus étrange c'est qu'elle ne la lança pas sur Arsenicia mais plutôt sur sa padawan qui était très proche du ravin, assise sur son Varactyl de compagnie.


    Un deux pour un héhéhé!


    Elle la vit alors se prendre l'onde de choc de la poussée de Force, qui la fit valser de plein fouet vers l'arrière, droit dans les néants du ravin. Malheureusement pour elle, le Grand Maître Jedi fut assez rapide pour stopper la chute de sa fougère sur patte (comme la Twi'lek l'appelait si bien). Au moins, elle eu un petit sourire sur les lèvres car elle avait au moins éliminé un des membres. Même si ce n'était pas une grosse perte pour l'Ordre Jedi, la perte du Varactyl de compagnie d'Anaru, sa padawan, allait lui causer un mince chagrin. Elle reprit un peu de ses forces, très déterminé à foutre le camp de cette maudite planète et finit par se relever, encore un peu chancelante sur ses jambes qui avaient encore l'air de trembler. Mais elle ne quitta pas les lieux sans dire au revoir, elle utilisa la télépathie pour parler à Arsenicia et Anaru. Puisque le Grand Maître était occupé à sortir sa padawan du pétrin, son esprit s'était sûrement ouvert à nouveau et était plus concentré sur sa padawan. Le moment était plutôt bien choisi pour s'essayer encore une fois.


    Vous n'avez peut-être pas réussi à me tuer aujourd'hui, vous deux, mais croyez-moi, on se reverra un jour..... Ah et dis à ta fougère sur patte qu'elle n'aura pas autant de chances la prochaine fois. Petite, je crois pas qu'il ait survécu, mais dis à ton toutou de compagnie que je lui passe le bonjour, haha! Si tu veux me tuer un jour, il faudra déchaîner ta colère sur moi. ria t'elle d'un rire gras dans leur esprit.


    Elle se sauva ensuite à vitesse réduite avec la vitesse de Force, au moins l'Éclair Rose.... ou plutôt l'Éclair Noir n'avait pas tellement perdu en vitesse. Après cinq minutes de course, elle vit enfin son cher chasseur Fury. Elle entra à l'intérieur et se pressa de se rendre dans le cockpit pour démarrer le vaisseau et quitta ensuite la planète en passant droit au dessus, mais tout de même un peu éloignée, de la position d'Anaru et Arsenicia. Elle leur décrocha un dernier regard puis enclencha la vitesse lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Sam 16 Fév - 21:51

La différence entre la Minerva d'avant et celle de maintenant était grande. Mais celle que la Twi'lek était devenue avait encore beaucoup à apprendre, sur elle-même, sur l'univers et sur la Force. Ce foutu Conseil Jedi ... Si seulement elle pouvait prendre un peu de recule, elle comprendrait qu'il avait agi dans son intérêt... Une ombre passa sur le visage de la Jedi. Descendante d'une lignée de Sith ... La mère de Minerva avait été l'exception qui confirme la règle et elle l'avait payé de sa vie.

Dans sa chute, Arsenicia adopta une position aérodynamique pour tenter de rejoindre Anaru le plus vite possible. La falaise était grande, mais la chute était rapide. Elle voyait la jeune Zelosienne chuter, tenter de s'agripper à la paroi de pierre sans y parvenir. Ses doigts glissés sur le roc, s'écorchaient sur les branchages ... Après un violent choc à la tête, elle bascula en arrière et l'Arcadienne fit tous les efforts du monde pour tenter de gagner un peu plus de vitesse. Elle tendit la main et parvint finalement à agripper son apprentie, qu'elle ramena contre elle dans une étreinte protectrice. Maintenant, elle devait se débrouiller pour ralentir leur chute ou au moins l'amortir. Arsenicia sentit les bras d'Anaru l'enserrer, comme un naufragé s'agrippant à une bouée, et elle l'a serra d'autant plus contre elle pour la rassurer.

Ses yeux se voilèrent et la Grande Maîtresse lança alors la Force, cherchant à ralentir leur chute. Elle avait déjà chutée de plus haut au cours de sa longue vie ! Ne serait-ce que les arbres millénaires de Kashyyyk ... ou de sa propre planète ! La Force forma alors un coussin entre les deux Jedi et le sol qui se rapprochait de moins en moins vite ... finalement, Arsenicia posa ses pieds sur le sol, sans dommage, serrant toujours sa jeune apprentie dans ses bras. Leurs regards se croisèrent, mais l'Arcadienne perdit l'équilibre et chuta sur le dos, entrainant Anaru avec elle. Ainsi vautrée sur la Grande Maîtresse Jedi, Anaru lâcha un petit rire presque amusé auquel Arsenicia répondit par un sourire tandis qu'elle retirait les quelques mèches brunes qui entravaient sa vision.


« Ca va ? »

Le grognement que la Zelosienne poussa répondit pour elle et, aussitôt, les sourcils de l'Arcadienne s'arquèrent. Où était-elle blessée ? Comment ? Gravement ? Ces questions fusèrent dans son esprit les unes à la suite des autres avant que son attention soit prise par autre chose. Un craquement sourd le long de la falaise ... qu'était-ce ? Arsenicia se dévissa le cou pour tenter de comprendre d'où provenait ce son, qui c'était tût dans un grand fracas, comme un éboulement. Elle comprit en tombant sur le corps de Rajane, duquel elle ne sentait plus aucune vie ... Avant d'avoir pu esquisser le moindre geste, Anaru se releva et couru vers son reptile, quelques larmes dévalant ses joues ayant prit une teinte verdâtre. Sans effort, Arsenicia ressentait le tumulte des émotions qui agitaient sa jeune élève, cette douleur qui lui transperçait le coeur.

L'Arcadienne s'approcha, mais demeura à une certaine distance, par respect. Elle avait décidé de laisser sa Padawan quelques minutes, le temps que celle-ci réalise, qu'elle l'accepte. Il n'y avait plus rien à faire pour Rajane, qui était morte sur le coup. Au moins, celle-ci n'avait pas souffert. Une piète consolation, même pour Arsenicia, qui avait grandement appréciée la compagnie de Rajane, bien qu'elle ne l'ait côtoyée que quelques rares fois et pendant une courte période, quelques heures à peine par rapport à la Zelosienne. Doucement, la Maître Jedi s'approcha, sans un bruit, et vint se placer à la gauche de son apprentie. Dans un élan de compassion, elle posa sa main sur son épaule droite et l'attira contre elle, sans la forcer, lui laissant le choix de refuser et de s'écarter. C'est alors qu'elle prit la parole, dans sa langue natale. Ce n'était qu'un murmure à l'accent chantant et délicat. Anaru ne pouvait pas réellement saisir le sens de ces mots, mais au fond elle pouvait tout de même en comprendre la teneur.

« Sérë in senda, Rajane. I el poldorë návë av intyë. »
(Repose en paix, Rajane. que la Force soit avec toi.)

Quelques secondes s'écoulèrent, quelques minutes même. Arsenicia se tourna finalement vers Anaru, caressant doucement sa joue avant se retirer sa main. La question qu'elle avait à lui poser pouvait être difficile à entendre... Le ton de la Jedi était doux, elle ne tenait pas à la brusquer.

« Veux tu qu'elle repose ici, ou préfère tu qu'elle repose sur Ossus ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   Lun 18 Fév - 20:31

- Rajane !

M'époumonai je en m'éreintant la voix, forçant mes jambes à passer l'une devant l'autre alors que chacun de ces mouvements m'irritait douloureusement. Mais cela n'avait pas d'importance. Seule la mort du reptile en avait. Et pourtant, courant et pleurant contre le gré de mon corps fatigué, ma conscience luttait à accepter cette sombre instance. Un pas à l'autre, et la forme verdâtre échouée sur la roche se précisait en détails. À peine une dizaine de mètres me séparait d'elle, mon regard croisa le sien. De son oeil vif, reptilien et d'ordinaire accueillant une fois posé sur mes amandes, seul une expression de vide intense, troublante presque déroutante persistait ... L'âme qui siégeait en ce corps, il y avait une minute encore, s'était dissipé ... Mes jambes me lâchèrent, se dérobant contre ma volonté, je m'écroulais alors sur les gravats incrustés de lichen. Mes mains prostrés en avant m'avaient rattrapé dans cet élans fortuit.

- Mais merde.

Pestais je, serrant des canines et soufflant par le nez le fond de mon ressentiment, je me relevai prestement et terminai de parcourir la distance pour finalement, ployer le genou devant elle, mon minois éploré tourné sur le varactyl. Je levais ma senestre vers elle, mes lèvres fines pincées illustrant une subite hésitation. J'étendis mes doigts dans sa direction avec prudence, tel qu'il serait d'usage pour oser toucher une chose fragile, délicate ... Comme prise d'une peur irraisonnée de l'abîmer, je déglutis, et frôlai doucement sa peau écailleuse, encore chauffée par le soleil et l'effort. Je ravalais une seconde fois ma salive, écoeurée et nauséeuse alors que mes éclats chlorophyllés s'en allait à la rencontre d'une mare ensanglantée qui gisait à son côté. Parcourt d'abord d'un frisson de hargne, j'exhalai une giclée d'air d'entre mes lèvres, chassant cette amertume amplifiée de rancoeur qui érodait à présent mon coeur. Comment une telle chose avait elle pu arriver ? Comment la gravité avait elle pu l'happer au sol ? Elle qui gravissait monts et façades avec tant d'aisance ? Cela ne pouvait se produire. Non! C'était impossible en mon sens! Ce petit bout d'oeuf que j'avais si longtemps couvé de mes bras ... Cet être minuscule pour lequel j'avais tant de fois braver interdictions et ténèbres pour lui offrir protection et compagnie lors des semestres glacés ... Et pourtant, non loin de toute chose supposée impossible, ne demeure qu' une trame improbable. Ou répudiée ...

Frôlant son encolure dans un silence religieux, mes doigts la caressèrent tendrement en remontant vers sa tête avec plus ou moins d'intensité, selon à ce quoi mon esprit aspirait. Je pris finalement son lourd visage entre mes mains, ma main droite suintant dans son sang, et le posai sur mes genoux repliés devant elle, plaçant ma main gauche le long de son arrête, et baissai ma sombre frimousse atterrée et attristée, me mordant la bouche et ce, afin, de point fondre en larme. De manière déraisonnable ... Je ne voulais pas l'admettre. J'avais passé tant de temps à prendre soin d'elle. Mon enfance entière s'était déroulée auprès d'elle. Je l'avais vu se construire, je l'avais vu naitre et maintenant, je la voyais mourir ... Là voilà qui venait de s'envoler, alors qu'une heure encore, un tel scénario me serait paru des plus invraisemblable ... Je passai mes petits doigts sous sa gorge, et remontai sa tête jusqu'à la mienne, contre laquelle j'apposai son front. Et je du rester là, ainsi prostrée, les yeux fermés, broyant ces noires pensées qui jaillissaient en ma conscience, comme lors d'une de ces longues journées d'automne, où les soirées s'allongent au profit de la nuit ... Me laissant dans le havre des incertains. Des bruits fins de pas me sortir de mes songes ... Sans ouvrir les yeux, je déposais en douceur mes lèvres sur la courbe de son bec, pour murmurer délicatement:


- Je t'aime Miss d'écaille.

Je redressais alors ma tête et ma tignasse, ainsi que mes amandes boursouflées de ce vert inhumain qui peut être étaient encore plus vertes de par le sel de mes larmes. Amoureusement, je lui adressais un regard épris de tendresse, ajustée d'une dernière caresse, effleurant le duvet de ses plumes, pour descendre soigneusement contre sa mâchoire. Je reposais le visage de Rajane, et tournai mon bout de nez verdâtre vers l'origine de ce son, alors que la main rassurante de ma maître venait se poser contre moi, ce qui était salvateur, m'offrant la possibilité d'échapper à ma propre aigreur. Je me relevais, puis me laissais emporter dans son étreinte, apposant mollement ma tête contre elle. Je l'entendis murmurer alors, d'un idiome qui m'étais inconnu, mais ses paroles restèrent clairs dans le contexte présent. Je l'imitai donc, d'une voix imperceptible, à peine audible, dans ma propre langue, langage parmi lequel le varactyl avait grandi ... Ce que j'étais furieuse malgré tout. Contre moi, parce que responsable de sa vie, ma protégée venait de s'échouer, mais aussi contre cette femme, cette engeance de haine subsistant dans cette enveloppe de chair ne vivant que pour répandre l'infamie afin d'assouvir ses moeurs meurtries. Étrange sentiment de colère qui se noyait dans ce trop plein de tristesse. Mais des deux envers qui démontrais je le plus de grief ? Si on omettait cette amertume vivace que je dirigeais sur la twi'lek, j'éprouvais une effervescence muette à mon propre égard. La voix de ma maître se fit entendre une seconde fois, je mis un temps avant de réagir, comprenant qu'il s'agissait de ma personne à qui elle s'adressait ... J'élevais lentement mes yeux sur elle, mes sourcils se courbant dans un froncement, et commençais à entrouvrir ma bouche pour ...

- Je ... Hmm.

Pour ne ressortir, qu'indécision et hésitation ... Si la question était importante, j'avais pourtant l'impression qu'elle ressortait d'une autre dimension ... Je me tournais vers le varactyl, un lourd pincement au coeur, passant quelques bout d'ongles entre mes dents, alors que mentalement je m'évertuai à assimiler cette option, et sans tarder qui plus est. Pesant brièvement le pour et le contre, je me plaçais une nouvelle fois devant la Jedi d'un air maussade.


- Ici.


Fis je alors d'une voix se désirant sure et décidée, bien qu'à contrecoeur. Mais nous ne pouvions demeurer ici pour ma seule complaisance. Je m'écartai sombrement de l'arcadienne, m'accroupie de nouveau, me penchant sur feu mon adorable bestiole, pour ôter une fine plume colorée de la collerette frontale de Rajanes. Seul souvenir que je désirais garder de cette histoire ... Reniflant doucement, je me frottais un coin de l'oeil, avec ce qui devait me rester de manche, et contemplais toujours silencieuse ce qui se nichait au creux de ma petite main. Puis, sans prévenir, je secouais du minois d'un air négatif en grimaçant, clignais des paupières, dégluti et levais sur les azurs de ma mentor mes amandes d'un air inquiet, une idée m'ayant tardivement traversée l'esprit, alors que j'estimais que j'aurais du y songer bien plus tôt.


- Maitre ... Et pour Yeul ? Qu'allez vous faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Felucia] Mission de reconnaissance avant la destruction [PV, Arsenicia, Anaru]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: