Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Ondéron] Sur la trace des Sith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: [Ondéron] Sur la trace des Sith   Sam 15 Sep - 0:24

    Ainsi commença la longue et périlleuse quête du Veilleur et de sa padawan. Après avoir échangé quelques paroles concernant le Soresu et le Makashi avec son disciple, il décida de partir pour Ondéron. Alors que la grande majorité des maîtres se seraient penchés sur l’apprentissage ou sur une vérification des acquis de leur nouvel apprenti, l’Ombre Jedi en avait décidé autrement. En effet, Exio avait déjà pu observer les talents encore naissants de Callista en matière de maîtrise du sabre laser, ainsi, il lui faisait plutôt confiance sur ce point. Mais surtout, ce qui avait motivé le Maître Jedi à prendre cette décision était le fait qu’il désirait lui montrer d’autres aspects de la vie de Jedi, notamment en matière de diplomatie officieuse. Cette visite avait triple intérêt en réalité, premièrement, Aquilus souhaitait s’assurer que la présence exclusive de la flotte de Dante Ironside n’allait pas poser de problèmes aux Jedi établis secrètement sur Ossus. D’après les récentes données collectées par l’Ombre Jedi, Ondéron avait finalement décidé de rejoindre le giron de l’Alliance Galactique à l’unique condition que la flotte de l’amiral Ironside soit la seule autorisée à circuler dans leur secteur. C’était ce détail qui attisa la curiosité du Spectre Gris.

    Secondement, Exio voulait aussi savoir si l’amiral n’avait pas quelques informations concernant des signes d’activité Sith sur Ondéron étant donné que cette planète avait abrité par le passé, plusieurs mouvances affiliées de près ou de loin aux Sith. Aquilus avait pris beaucoup de soin à étudier le dossier de cet amiral qui subissait depuis plusieurs années, les critiques virulentes de plusieurs politiciens. En effet, Dante Ironside s’était plusieurs fois exprimé sur son désaccord concernant la politique anti-Jedi ouvertement proclamée par l’Alliance Galactique par le biais d’une ribambelle de lois restreignant leurs libertés de mouvement et prérogatives. Il avait même osé défier le sénat ainsi que le chancelier en demandant aux troupes placées sous son commandement de ne pas faire appliquer ces mesures. Mais il avait également attiré les foudres du sénat bien avant ça en, menant une chasse impitoyable contre la corruption des élus en suivant des méthodes peu orthodoxes. Alors que tout autre amiral se serait vu évincé ou destitué de ses fonctions, Dante Ironside jouissait de l’aura dont bénéficient les héros de guerre, ainsi que du soutien de l’Etat-major. Aussi, il était très difficile de le limoger sans avoir au préalable, détruit cette réputation.

    Et troisièmement, Aquilus espérait obtenir de l’amiral, une fausse identité concernant son apprentie. En effet, maintenant que Callista était sa disciple, cela impliquait qu’elle allait le suivre dans ses missions de façon régulière et constante. Aussi, afin de ne pas compromettre les multiples couvertures de l’Ombre Jedi, le Veilleur souhaitait faire en sorte que son élève dispose de ce même atout qui libérait le Jedi des contraintes des mesures de l’Alliance Galactique. L’amiral avait d’ailleurs appris lors de la rencontre entre le Veilleur et Jack Irons, la vraie nature de Loki Ekans. Néanmoins, l’amiral n’avait pas dénoncé purement et simplement Aquilus aux autorités alors qu’il aurait très bien pu le faire. De surcroit, s’il l’avait fait, cela aurait donné une bonne justification au sénat pour renforcer les lois anti-Jedi. Un signe que le Maître Jedi pouvait avoir en partie, confiance en Dante. D’autant plus qu’Aquilus, Jack et Dante avaient décidé de collaborer ensemble pour faire tomber Talia Zann, leur ennemie commune. Cependant, il n’était pas certain de pouvoir l’obtenir venant de Dante. Bien qu’il soit le plus haut gradé de l’Alliance envers lequel, Aquilus avait une confiance relative, rien n’était certain concernant sa fiabilité ainsi que sa potentielle collaboration avec l’Ordre Jedi. Sa longue expérience d’Ombre Jedi lui avait appris –parfois à ses dépens- de s’avérer extrêmement prudent avec ses alliés. Surveille de prêt tes ennemis, et surveille tes amis d’encore plus prêt était un des crédos que le Veilleur appliquait de façon zélée.

    Une fois à bord du Black Falcon, le Spectre Gris présenta FROST ainsi que R2, les deux droïdes en sa possession qui l’accompagnaient lors de ses voyages. R2 était une unité spécialement affectée au piratage, pilotage, entretien et opérations de maintenance de l’Eclaireur CR71. FROST quant à lui était le droïde le plus âgé ayant connu les parents d’Exio lors de la Guerre des Clones. A bord du vaisseau du Spectre Gris, il officiait en tant que pilote, interprète, artilleur, chirurgien, mécanicien ainsi que garde du corps du Jedi. Sa longévité ainsi que ses protocoles en faisait une machine extrêmement polyvalente pour les besoins d’Exio qui ne pouvait se permettre d’emporter une farandole de droïdes partout avec lui. L’unité R2 aux couleurs noires, bleu et or salua chaleureusement Callista par une série de sons. FROST fut quant à lui, tout d’abord surpris de voir son siège de copilote utilisé par l’apprentie. Du haut de son mètre quatre vingt-dix, il tendit sa main à quatre doigts à l’adolescente afin de la saluer. FROST s’exprima alors toujours de sa voix monocorde, tout en prenant soin d’expliciter le ton de sa voix synthétique.


    Amical : R2 ainsi que moi-même sommes enchantés de vous rencontrer Callista Miransi. Si avez des questions, j’y répondrai avec plaisir.

    Aquilus n’avait pas été très bavard pour le moment, laissant le soin à Callista de se familiariser avec le vaisseau du Maître Jedi. Il s’était isolé pour revenir vêtu d’une tenue civile classique lui donnant un côté baroudeur avec un long manteau brun usé ainsi qu’un chapeau. Pourtant, le Veilleur avait bien l’intention d’expliquer la situation à la jeune femme l’accompagnant. Se tournant vers sa padawan, Exio s’expliqua.

    - Nous nous rendons sur Ondéron. Là bas, nous rencontrerons l’amiral Dante Ironside de l’Alliance Galactique. L’intérêt de notre visite sur cette planète est double. Tout d’abord, Ondéron à récemment rejoint l’Alliance. Cette dernière est, en conséquence très près d’Ossus. Tu n’es pas sans savoir qu’Ossus et le temple qu’elle renferme son secrets aux yeux de l’Alliance. Aussi, je te demanderai lorsque nous serons sur Ondéron de ne jamais mentionner Ossus. Je dois donc, m’informer sur les intentions d’Ironside et m’assurer qu’il ne causera aucun problème aux Jedi établis sur Ossus. Ensuite, nous y allons pour tenter d’enquêter sur une éventuelle piste nous permettant de remonter la trace de l’Ordre Sith. Ondéron a été par le passé, une planète sous leur contrôle et a abrite encore à l’heure actuelle, quelques mouvances répondant aux ordres des Seigneurs Noirs. Ne t’inquiète pas. Il est fort probable que nous ne croisions pas de Sith sur cette planète, et si c’est le cas, l’Alliance est suffisamment bien armée et entraînée pour se charger de ces problèmes. Aussi, j’espère également rencontrer l’amiral afin de pouvoir avoir son aide sur ce point, quelques indices laissés ici et là nous permettant de remonter leur piste.


    Là, Aquilus marqua une pause, laissant le temps à son apprentie d’assimiler la grande quantité d’informations qu’il avait débité d’une voix douce et apaisante. Comprenant que son disciple semblait toujours intrigué par l’accoutrement de son maître, celui-ci se hâta de préciser.

    - Ah. Nous agirons sous couverture. Dante Ironside me connait, et j’ai une confiance relative envers lui, néanmoins je n’ai pas confiance en ses hommes. Aussi, je préfère prendre mes précautions. Pendant cette visite diplomatique officieuse, je serai Loki Ekans, pilote indépendant pour le compte de prestataires privés. Et je compte sur toi pour ne pas m'appeler autrement tant que nous serons sur Ondéron. Tiens, prends ces vêtements et enfile-les. Ils devraient être à ta taille et trouve toi un autre prénom pour les soldats et officiers de l’Alliance. Suis R2-D4, il va t'indiquer un endroit ou tu pourras te changer tranquillement. Et souviens toi, mission of-fi-cieu-se.

    En même temps qu’il prononça ses paroles, le Veilleur tendit à Callista des vêtements de civil afin de ne pas compromettre l’identité secrète de son maître et cette mission. Sans l’avouer à la jeune adolescente, il s’agissait d’un premier test de confiance. Aquilus devait d’abord s’assurer que sa padawan était quelqu’un de confiance pour ses missions secrètes sur le territoire de l’Alliance Galactique, mais aussi pour voir si elle allait s’interroger sur les actes contraires aux lois de l’Alliance commis par le Veilleur. C’était un premier test facile et simple pour la jeune adolescente.


    - Tu me donneras ton sabre d’entraînement. Je vais laisser les miens et le tiens dans R2 afin d’éviter de nous faire repérer en cas de fouilles… Je prendrai juste un pistolet blaster en guise d’arme juste au cas-où. As-tu des questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ondéron] Sur la trace des Sith   Lun 17 Sep - 19:51

Souriante, la toute nouvelle padawan avait tendu sa petite main, rendue calleuse par les longs exercices de maniement du sabre-laser, au droïde FROST. Il la surplombait de très haut et elle ne put s'empêcher de lever les yeux jusqu'à ce que lui servait de visage pour lui adresser un petit signe de tête jovial. Même si elle restait quelque peu sur ses gardes, elle restait encore assez jeune pour ne pas s'inquiéter de la présence des aides de Maître Oblivarion. Elle tapota gentiment la tête ronde du droïde R2 souriant de voir que, finalement, toutes ces unités possédaient le même surnom partout dans la galaxie. Ses petits piaillements la firent rire légèrement mais elle se tut quand revînt le maître jedi qu'elle venait d'accepter comme mentor. Elle le détailla quelques secondes du regard s'arrêtant en passant sur ses vêtements civils mais ne fit aucune remarque attendant simplement qu'il veuille bien lui expliquer cet étrange accoutrement.

Il lui indiqua tout d'abord leur destination : Onderon. De ce qu'elle savait des cartes galactiques, la planète était toute proche. Enfin façon de parler pour des vaisseaux équipés d'une hyperpropulsion adéquate. Évidemment, parler du rôle d'Ossus au sein de l'Ordre Jedi n'était, à l'évidence, pas une idée fulgurante, même la plus stupide des filles de ferme l'aurait compris. Elle se contenta de hocher vaguement la tête d'un air qui montrait qu'elle connaissait ses classiques. Ne faisait-elle pas partie de la génération de novices déplacée depuis Coruscant jusqu'au sanctuaire du Quadrant après tout ? Il ajouta que leur mission consistait principalement à rechercher des traces de passage sith sur la planète et ces simples paroles lui firent quelque peu hausser les sourcils. Point de doute que les Sith n'avaient pu être éradiqués avec Caedus mais, tout de même, si proches d'Ossus et de l'épicentre galactique du Nouvel Ordre Jedi ? Cela aurait été bien étrange selon elle, même si se cacher au plus proche de son ennemi pouvait, parfois, déboucher sur la meilleure des tanières. Toutefois, elle ne craignait guère les Sith. La simple logique lui disait qu'ils auraient déguerpi avant l'arrivée des Jedi. Affronter un ordre comme le leur, même en délicatesse avec l'Alliance Galactique, demandait sans doute un peu plus de préparation et les vrais sith n'étaient pas connus pour n'être que de simples amateurs. Mais, à vrai dire, en présence de son maître, elle pouvait espérer être en sécurité.


"Je ne suis pas effrayée, Maître," se contenta-t-elle de répondre d'un ton serein à la limite de l'étonnement. Inquiète peut-être mais craintive non. Elle prit les vêtements qu'il lui tendait et se leva pour suivre le droïde R2 qui devait lui montrer un lieu où elle pourrait sans doute bénéficier d'une certaine intimité pour quitter sa bure jedi. Elle s'arrêta néanmoins en repensant au qualificatif employé pour décrire la mission d'Aquilus : "Officieuse ? Est-ce à dire que le Conseil ne l'a pas ordonnée ? Ou simplement qu'il faudra se montrer discrets quant à notre statut de jedi ?"

Tant pis si elle passait pour une effrontée mais, selon elle du moins, la question méritait d'être posée. Elle doutait que le Maître Jedi se permette de telles privautés avec la plus haute institution de l'Ordre mais elle ne pouvait pas en être sûre en ne l'ayant vu que quelques heures en tout et pour tout. Elle n'attendit pas vraiment la réponse et suivit le chemin qui lui était indiqué. Oblivarion aurait bien le temps de lui répondre quand il le voudrait. Elle se changea rapidement, rangeant soigneusement sa tenue avec ses effets personnels et enfila les frusques prêtées. Elle jeta un coup d’œil à son reflet et, finalement, défit ses cheveux serrés en chignon pour les faire flotter sur ses épaules. Elle paraissait plus jeune, plus frêle, ne faisant guère son âge mais sans doute cela serait-il mieux ainsi. Enfin, curieux choix de déguisement. Elle fit quelques efforts pour gommer certains détails essayant de modifier quelque peu son port de tête pour avoir l'air de la fille d'un pilote sans y parvenir tout à fait. Avec un léger soupir, elle revint sur ses pas pour retrouver son maître.

"Donc, Loki Ekans. Le mieux serait que je vous appelle Père le temps de la visite. D'où venons-nous ? Où vivons-nous ? Peut-être qu'il serait mieux de s'accorder afin que je puisse donner le change si nécessaire, non ?" demanda-t-elle, retrouvant en quelques mots l'intérêt et surtout le goût de bien faire et d'agir en tout avec application. Puisqu'il fallait se faire à une nouvelle identité, Callista le faisait à fond n'aimant guère laisser beaucoup de détails importants au hasard même si, pour le reste, il y avait la Force. Elle réfléchit quelques instants aux questions plus précises qui lui venaient sur les objectifs de la mission.

"Ce militaire de l'Alliance...Quelle bonne foi doit-on accorder à ses propos ? L'Alliance n'étant pas notre amie, et c'est un euphémisme je crois, pourquoi nous répondrait-il autrement que pour favoriser les manigances de son gouvernement...? Et pire, si il vous connaît, il devinera sans doute qui je suis. Pourquoi ne pas aller plutôt enquêter sur les motivations du gouvernement d'Onderon. Si des Sith prospèrent sur la planète, peut-être y a-t-il plus de chances qu'ils se retrouvent dans cette sphère-là, ce qui expliquerait mieux leur désir de rattachement à l'AG, non ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ondéron] Sur la trace des Sith   Mar 18 Sep - 0:39

    Le vieux Jedi écouta alors les réponses de son apprentie avec le plus grand intérêt. Tout d’abord, il fut plutôt ravi de voir que la jeune adolescente semblait apprécier les deux droïdes accompagnant son maître. Obéissant aux ordres de son maître, Callista quitta le cockpit pour aller s’habiller dans un endroit plus tranquille, R2-D4 faisant office de guide. S’asseyant sur le fauteuil de pilote, Aquilus jeta un coup d’œil rapide aux différents écrans de contrôle et avait noté l’inquiétude chez son disciple. L’avait-il sous-estimée en essayant de la rassurer ? Selon toute vraisemblance, la jeune femme n’était pas craintive, loin de là. Néanmoins l’Ombre Jedi ne pouvait nier le fait qu’à l’heure actuelle, Callista n’avait encore jamais rencontré la véritable peur face à face. Celle qui vous empoigne l’estomac, vous pétrifie de son regard horrible et vous paralyse pour mieux vous laisser dévorer par les ténèbres.
    Non. Callista n’avait pas encore connu cette terreur là, elle n’avait pas non plus été confrontée à une mort imminente. Son assurance pouvait avoir quelque chose de rassurant, néanmoins l’adolescente ignorait encore cet aspect là de la vie de Jedi. Elle qui n’avait connu que le foyer familial d’Empress Têta, les grands halls protecteurs du Temple de Coruscant puis les somptueux jardins d’émeraude d’Ossus, n’avait encore eu de réelles raisons d’avoir peur.

    Exio lui, avait déjà exploré les ténèbres, les pires bas fonds de Nar’Shaddaa dont les effluves pestilentielles vous arrachaient le nez, vous demandant si cette odeur vient d’ordures entassées depuis plusieurs mois, ou de plusieurs cadavre en décomposition. Il avait arpenté les marécages de Dagobah et exploré la grotte du Mal, celle-là même ou Luke Skywalker fut mis à l’épreuve. L’Ombre Jedi avait aussi exploré d’antiques temples Sith sur Yavin IV ou, chaque couloir semblait plus obscur que le précédent et ou les chuchotements des Seigneurs Noirs vous poursuivent sans relâche, leur maléfices dupant vos sens pour mieux vous faire sombrer dans la folie. Le Veilleur en étant ressorti endurci, la Force l’ayant protégé de sa lumière salvatrice et dont l’éclat réchauffait son cœur froid et meurtri. Mais il ne pouvait en vouloir à la jeune adolescente, pour l'instant sa conduite était plutôt positive et du fond de son être, Aquilus espérait qu'elle garde cette attitude avec l'âge.

    L’adolescente revint quelques instants plus tard dans sa tenue de fille de pilote. Quoiqu’un peu large, ces vêtements lui allaient plutôt bien. Il remarqua que sa disciple avait prit l’initiative de maquiller ou dissimuler quelques un de ses traits, la première chose étant le fait qu’elle avait décidé de laisser ses cheveux tomber en cascade sur ses épaules. Le Veilleur estima que le déguisement ferait l’affaire.
    Voyageant en hyperespace à bord du Black Falcon, il se leva lentement et fit signe à FROST de garder un œil sur le poste de pilotage. Passant aux côtés de Callista, il lui jeta un bref regard avant de s’isoler, là il rasa rapidement sa barbe tout en répondant aux questions de sa disciple.


    - Cela veut dire que nous devrons rester discrets vis-à-vis de notre statut de Jedi avec toutes les personnes que nous rencontrerons sur Ondéron en dehors de l’amiral. Il va de soi que tu m’appelleras père durant cette opération secrète. As-tu trouvé ton prénom ?

    Inutile d’aller inquiéter son apprentie encore choisie depuis peu en lui racontant ses quelques missions pour le compte du Covenant ou encore sans l’aval du Conseil qui aurait prit trop de temps pour réagir à certains problèmes. Se fixant dans le miroir, Aquilus regarda son visage se changer, s’adoucir à chaque passage du rasoir sur sa barbe. Comme si le poids de l’âge semblait s’alléger à chaque poil tombant dans l’évier. Continuant d’écouter les questions de Callista, il répondit d’un ton honnête et sincère, comme s’il jouait déjà son personnage de façon réaliste et crédible.

    - Nous sommes nés sur Corellia et venons de Fondor. Ta présence sur mon vaisseau vient du fait que j’ai décidé de t’emmener avec moi afin que tu découvres le métier de pilote et qu’il s’agit de ta vocation. Nous avons effectué un trajet afin de fournir une entreprise en duracier et des pièces de rechange. Nous allons sur Ondéron pour nous ravitailler en carburant avant de nous rendre sur Telos afin de prendre notre prochain chargement.

    Continuant de se raser, le Veilleur sentit soudainement un vivre brulure sur son cou. Une légère entaille laissa une perle écarlate glisser le long de son cou pour rejoindre son torse. Contemplant son ancienne cicatrice sur la droite de sa lèvre et descendant jusqu’au menton, il se surprit à laisser ses doigts caresser cette ancienne blessure. Exio l’avait presque oubliée, elle, dissimulée derrière sa barbe noire parsemée de fils grisonnants. Les images revinrent instantanément, piquant sa mémoire comme si une aiguille traversait l’épiderme de sa peau. Cette réminiscence s’évapora aussi rapidement qu’elle était venue. Se rinçant abondamment le visage, il enfila ensuite des lentilles de couleur marron. Le Maître Jedi contempla sa nouvelle apparence plutôt satisfait et chercha enfin un dernier détail pour qu’on ne puisse pas le reconnaître. S’emparant de peau synthétique mais réaliste, il enfila celle-ci sur sa prothèse robotique qu’il gardait habituellement à la vue de tous afin de la masquer sous une peau factice. Ainsi, son infirmité ne le trahirait point. Revenant dans la cabine du vaisseau, il reprit la parole après s’être assis au poste de pilotage que FROST lui laissa.

    - Je comprends tes craintes. Laisse-moi t’en dire plus sur cet amiral. L’amiral Ironside est un véritable héros de guerre pour les citoyens de l’Alliance, cependant, les sénateurs le détestent à cause de son influence, mais surtout, son opposition ferme et catégorique concernant les lois anti-Jedi. L’amiral a toujours lutté pour nos droits et a tenté de renverser le vote afin que nous puissions continuer à disposer de nos prérogatives en tant que Jedi. Je l’ai déjà rencontré sur Coruscant. Comme je te l’ai dit, ma confiance en lui est relative. Mais il aurait très bien pu me dénoncer sur Coruscant étant donné que je n’étais pas en règle avec les lois galactiques. Pourtant il ne l’a pas fait. Lui et moi chassons le même gibier : le Consortium de Zann et ses nombreuses ramifications à travers la galaxie. Or, il s’est avéré que, d’après mes conclusions, il est envisageable que cette organisation criminelle et puissance industrielle puisse être indirectement liée aux Sith. Aussi, je doute qu’il ait grand intérêt à me mettre des bâtons dans les roues. Même s’il n’a pas toute ma confiance, je crois que nous pouvons toutefois lui accorder un peu de crédit. Il a le bras long dans les milieux politiques. La preuve étant qu’il est désormais le sénateur d’Ondéron. Sans doute que le gouvernement d’Ondéron est déjà sous le contrôle de l’Alliance. Nous ne tirerons rien d’eux, qui plus est sous nos couvertures de simples pilotes privés. Cet Umbaran a définitivement la politique dans ses gènes. Ce qui montre que même s’il peut-être un allié potentiel, nous devrons rester aux aguets. Méfie-toi des politiciens Callista. C’est pour cela que je resterai méfiant. Même si l’amiral n’a pas les informations que nous avons, nous pourrons peut-être trouver quelques indices nous permettant de remonter à la source des Sith. Ou alors des résidus. Traquer les Sith n’est pas chose aisée, nous avons appris leur retour que récemment et j’en ai déjà affronté quelques-uns au détour de mes voyages. Avec l’aval du Conseil, j’ai pour mission de trouver leurs traces. Aussi, il me semblait logique de me rendre en reconnaissance sur des mondes ayant eu un lien avec les Sith de part le passé. L’Histoire est pleine d’enseignements à tirer Callista. Korriban par exemple, le berceau de leur ordre à toujours eu un rôle à jouer de part le passé. Cette planète renferme un savoir bien plus vieux que les plus anciens maîtres du Conseil. Et ce savoir est souvent très prisé des nouveaux Sith avides de pouvoir. Korriban à toujours joué un rôle dans leurs actions, parfois il ne s’agissait que d’un simple sanctuaire, parfois du cœur de leur empire. Quoiqu’il en soit, en l’absence d’empreintes à suivre, nous devons donc commencer par là. Korriban viendra après, mais je ne sais pas si tu m’y accompagneras ou même si j’aurai à poser le pied sur ce monde.

    Essayant de se montrer convaincant, le Maître Jedi confia son sabre laser à R2. Conservant sur lui ses deux pistolets blaster, son pistolet grappin ainsi que son comlink. Il avait d’autres atouts dans ses manches. Il confia un comlink à Callista avant que R2 ne réclame le sabre d’entraînement de la jeune adolescente. Exio ajouta, préférant préciser sa pensée concernant les peuplades d’Ondéron.

    - J’ai parlé de mouvances Sith. Pas de Sith à proprement parler. Ondéron et Dxun, sa lune, ont été conquises par un Jedi corrompu du nom d’Exar Kun. Leurs populations respectives se sont inclinées face à ce champion de la Force. Et malgré les millénaires nous séparant de cet individu, l’on peut observer quelques sectes ou petites formations politiques illégales, constituées de gens normaux, continuer de leur vouer un culte secret. Tous n’ont pas de lien avec la Force. Il y a peut-être, un lien avec les Sith à débusquer là-dessus. Peut-être fournissent-ils une aide en sous-main aux Sith. Ou peut-être que cette piste ne mènera nulle part… Néanmoins, nous devrions nous y rendre afin de pouvoir jeter un œil par acquis de conscience.

    Le vaisseau bippa, signe que le Black Falcon allait bientôt arriver en orbite d’Ondéron. De part l’alliage utilisé pour concevoir la coque du vaisseau, celui-ci n’apparaissait pas sur les radars. Aussi, afin de ne pas paraître suspect aux yeux de l’Alliance qui avait certainement une flotte en orbite, il émit un signal correspondant à son identité secrète, faisant de son vaisseau, un vaisseau de transport indépendant. Soudain, le Black Falcon émergea de l’hyperespace pour arriver à proximité d’Ondéron. La planète se dessinait devant les deux Jedi tout comme le Veilleur remarqua immédiatement la présence de plusieurs croiseurs de l’Alliance Galactique en orbite. Poursuivant son cap de façon constante et souple sans hostilité, le Black Falcon continua d’avancer sans problèmes. Loki se tenait prêt à répondre si jamais, les autorités de l’Alliance ou Ondéronniennes venaient à lui demander de s’identifier. Amorçant la descente vers l’orbite, le vaisseau ralentit au fur et à mesure que le paysage se dessinait derrière les nuages. La radio du vaisseau reçut une communication de la part de la tour de contrôle au centre.

    # Ici tour de contrôle. Vaisseau inconnu, identifiez vous ainsi que les motifs de votre venue sur Ondéron. #


    - Ici Loki Ekans, pilote privé pour le compte de prestataires privés, immatriculation 6-55-278. Je souhaite atterrir sur Ondéron afin de me ravitailler en carburant et me reposer avant de reprendre ma route.

    Un silence, puis la tour de contrôle répondit.

    # Bien reçu, bien reçu. Posez-vous sur la piste 32. Bon séjour sur Ondéron.#

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ondéron] Sur la trace des Sith   Sam 22 Sep - 12:28

"Valenta...Valenta Evans, future pilote," se contenta-t-elle de répondre à la question de Maître Oblivarion. Elle lui sourit distraitement, finissant par hocher de la tête pour lui donner son assentiment face aux détails dont il l'abreuvait. Corellia...Cela irait. Certes, elle n'avait pas les yeux de la couleur du fameux brandy de la planète mais elle pourrait sans doute réussir à le faire passer. Restait simplement à éviter de conserver les traces de l'accent précieux des coruscanti dans son langage et sans doute serait-elle crédible. Elle l'espérait du moins même si devenir en dix minutes la fille d'un pilote au rabais miteux n'était rien sauf difficile à jouer pour elle. Pour tout dire, elle avait tout de même une autre idée du rôle des Jedi dans la galaxie. Mais, même si certaines de ses convictions étaient battues en brêche, elle comprenait la nécessité du secret invoquée par son maître.

"Donc la question est de savoir pourquoi il ne vous a pas dénoncé aux autorités de l'Alliance ? Un politicien faisant preuve de grandeur d'âme, un Umbaran qui plus est ? l'Amiral en chef de l'Alliance, ami des Jedi ? J'ai l'impression que cela sonne avec presque trop de facilités. Je vois peut-être les choses avec un certain simplisme, en écartant les nuances, mais, pour moi, les amis des Jedi ont fait sécession. Pourquoi l'auraient-ils gardé au sein du Haut Commandement compte tenu de ses amitiés après le départ des mondes de la CSL ? Il peut bien être aimé du peuple mais nous savons tous que le peuple n'a jamais le dernier mot dans cette technocratie qu'est devenue l'Alliance Galactique."

Le tout était peut-être débité un peu crânement mais il n'empêchait qu'il y avait tout de même un certain bon sens dans les mots de la jeune fille. Elle n'avait d'ailleurs pas été attentive qu'aux leçons martiales.

"D'ailleurs, si il était vraiment un bon politique et si il désirait se démarquer de la ligne politique de l'Alliance, ce ne serait pas les Jedi qu'il défendrait. C'est idiot. Soit il se tournerait vers les mondes pro-républicains de la C.N.L tels Dac ou bien Kashyyyk, soit, il ferait preuve d'opportunisme et tenterait de s'accorder avec les riches planètes qui ont fait sécession pour des motifs moins nobles que protester contre les persécutions contre notre Ordre. Il n'est pas clair du tout votre Amiral Dante je-ne-sais-quoi ou bien il est très mauvais."

En même temps, vu l'incurie qui régnait jusqu'au sein du Conseil Jedi, elle se doutait bien que la simple notion de bon sens risquait vite d'être oubliée par tout un chacun.

"Enfin, en acceptant la présence d'un militaire en poste au Sénat, l'Alliance montre à quel point elle est devenue viciée. Cela devrait être plus exploité par ses adversaires politiques si ils étaient moins bêtes." termina-t-elle avant de se tourner vers R2-D4 à qui elle fit une grimace amusante provoquant quelques petits pépiements en réponse. Elle frissonna malgré elle en apercevant les immenses croiseurs alliés. Ce n'était pas quelque chose de particulièrement rassurant pour une Jedi par les temps qui courraient.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ondéron] Sur la trace des Sith   Mer 26 Sep - 23:42

    Exio Breakshield réfléchissait. Il percevait en partie quelques inquiétudes de Callista concernant leur mission secrète. Corellia ne poserait pas de problème, les Ondéroniens étaient isolationnistes au possible et ils étaient très peu nombreux à quitter leur planète natale. Aussi pour eux, un accent Coruscantii ou Corellien n’avait aucune différence dès l’instant où la langue employée était le basic.

    - Ekans. Valenta Ekans. Pas Evans.

    Corrigea le Spectre Gris d’un air bienveillant. Continuant d’amorcer sa descente, il ne put s’empêcher d’entre à nouveau la voix de sa disciple résonner dans le cockpit du vaisseau, posant une fois encore de nombreuses questions concernant l’amiral Ironside. Celles-ci paraissaient honnêtes, justes et surtout bien pensées pour quelqu’un de son âge. Sans le montrer, Aquilus se montrait surpris pour une telle vivacité d’esprit chez cette jeune femme qu’il avait cru taciturne au début de ce voyage. Intérieurement, l’Ombre Jedi était ravi que son apprentie ne voie pas l’Alliance Galactique, et par extension la démocratie comme étant un système parfait et surpassant les autres. Beaucoup trop de jeunes novices avaient cette idée si candide et conditionnée en tête que ça en devenait exaspérant même pour un Maître de la trempe d’Aquilus. Callista n’avait pas tort dans ses questions, certaines étaient fondées, et le Jedi savait qu’il devait y répondre. Il prit le temps de répondre à son apprentie.

    - Je suis d’accord avec toi sur le fait que l’occasion est trop belle. Si les Jedi ont un soutien au sein de l’Alliance, cette occasion est inespérée. Néanmoins, comme tu l’as habilement souligné, Ironside n’a pas fait sécession. Pourquoi ? Nous n’en savons rien. Nous ne pouvons que spéculer. Est-ce pour jouer sur les deux tableaux et tirer bénéfice de sa position ? Est-ce par sincère amitié ou carriérisme ? Est-ce qu’il n’a pas confiance aux relations de la Confédération ? Je l’ignore. En tout cas, il ne cherche pas à se démarquer de l’Alliance Galactique aux yeux de l’opinion publique, le désaccord qu’il a avec ce régime concerne exclusivement les Jedi. Je pense qu’il n’a cure de la Confédération. Plus simplement, peut-être ne m’as t’il pas dénoncé pour exiger un service en échange… Etant donné qu’il est devenu sénateur d’Ondéron et est entré officiellement en politique, peut-être a-t-il l’ambition de faire sécession quand il aura jugé le moment opportun, et qu’il aurait besoin des Jedi pour l’assister. Nous avancerons avec prudence, comme je l’ai toujours fais jusqu’à présent. Le souvenir de l’Empire Galactique, ainsi que de la seconde guerre civile galactique déclenchée par Darth Caedus est encore trop frais dans l’esprit des individus. L’Alliance a besoin de héros, de symboles pour rallier autant de systèmes sous sa coupe. C’est effectivement une technocratie comme tu l’as, une fois encore, remarqué, mais tout système politique se doit de s’appuyer sur des icones. Son statut de héros de guerre ne sera pas éternel, bientôt, il deviendra une relique des livres d’histoire militaire sans pouvoir autre que celui de rédiger des centaines de lignes concernant ses mémoires et essayer de les vendre aux plus curieux, aux passionnés ou nostalgiques. Le limoger provoquerait une incompréhension, pourquoi punir quelqu’un ayant défendu Coruscant des Yuuzhan Vong puis de Jacen Solo ? Juste pour un écart de conduite concernant les Jedi ? Comme tu l’as si bien dit Callista, c’est une technocratie. C’est l’élite qui a, en grosse majorité, un problème vis-à-vis des Jedi. La masse suit en partie, mais nous avons encore des soutiens. L’élite dirige et laisse l’illusion au peuple qu’il gouverne. Néanmoins, sans peuple, l’élite n’est pas grand-chose et doit bien essayer de le garder engourdi, le conserver dans son état végétatif. Démolir un héros de guerre serait donner un électrochoc à la population tu ne crois pas ? Et à moins de s’attaquer directement à sa réputation, de dévoiler d’éventuelles affaires dans lequel l’amiral aurait trempé. C’est un Umbaran après tout. Ironside n’a pas vraiment de soucis à se faire pour le moment. Reste sur tes gardes.

    Le Black Falcon s’immobilisa au dessus de la plateforme d’atterrissage et se posa en douceur. Aquilus se leva de son siège et s’empara d’un attaché case de couleur gris métal ainsi que d’un petit holodisc qu’il mit dans une poche intérieure de son manteau. Le sas s’ouvrit et la rampe se déploya afin de permettre aux passagers de descendre en douceur. R2 resta collé à la jambe de Callista et semblait ne pas vouloir se séparer d’elle. Visiblement, le petit droïde astromech semblait s’être très bien attachée à la nouvelle apprentie d’Exio. FROST resta aux côtés du Spectre Gris. Une fois sur la plateforme, alors les quatre voyageurs purent contempler le décor de la capitale d’Ondéron. L’atmosphère qui se dégageait de cette planète rappelait à l’Ombre Jedi les paysages rayonnants et verdoyants de Dantooine, planète ou il vécut les plus belles années de son enfance. A la différence que cette ville semblait être plus fréquentée et sécurisée que le village dans lequel vivait les Breakshield.

    - FROST, R2, occupez vous de faire le plein et de garder le vaisseau. Prévenez-moi en cas de problèmes.

    Lança-t-il à ses droïdes. R2 semblait rechigner à l’idée de délaisser Callista, mais il s’exécuta sans broncher. Tout en marchant, Exio releva la tête et remarqua qu’on pouvait voir au loin Dxun, la lune d’Ondéron, brillant comme un joyau suspendu dans le ciel bleu. Tandis que les deux Jedi passèrent devant une échoppe dont l’enseigne mentionnait une animalerie, Exio décida de donner quelques informations concernant Ondéron.


    - Voici Dxun, la lune de cette planète. Selon ce que j’en sais, cette lune abrite d’antiques temples Massassis bâtis sous Exar Kun. Cette lune est très dangereuse car sa faune est extrêmement agressive. Par ailleurs, le commerce d’animaux sauvages et leur domestication fait partie de la vie d’Ondéron. Elle est connue pour ça dans ce secteur… Nous n’y irons pas avant de t’avoir procuré une arme digne de ce nom ainsi qu’un laissez-passer pour cette lune.

    Se frayant un chemin parmi la population locale, il n’était pas très difficile de remarquer que les autochtones dévisageaient en permanence les deux pilotes de Corellia. Les ondéroniens n’aimaient pas beaucoup les étrangers sur leur planète. Le Maître Jedi était sur ses gardes, et s’arrêta quelque fois pour vérifier qu’il n’était pas suivi. Une habitude qu’il avait prise au détour des rues qu’il arpentait à travers les centres urbains galactiques. Il fit signe à sa disciple de le suivre jusqu’au palais royal d’Ondéron à dix minutes de marche rapide. Une fois devant les lourdes portes, Aquilus resta calme, prenant l’air le plus décontracté, s’enfilant dans son rôle de pilote baroudeur et interpella les soldats Ondéroniens.

    - Bonjour messieurs, excusez-moi mais j’ai pour mission de rencontrer le sénateur Ironside.

    - Et un ordre de mission de qui ? Identifiez-vous.

    - Je suis Loki Ekans, pilote privé pour le compte de prestataires privés. Et voici ma fille Valenta. En gros, mes employeurs me paient pour charier des marchandises d’un coin de la galaxie à l’autre même si c’est parfois de la chiasse de bantha… L’ordre que j’ai reçu est crypté et vient d’une entreprise dont je ne connais pas le nom. Tout c’qu’ils veulent, c’est que j’remette le colis en main propres. On m’a juste payé pour faire un boulot, le reste, ça m’regarde pas m’voyez ? Et dans l’métier, vaut mieux être discret si on veut avoir du travail. Les industries n’aiment pas les salariés trop bavards… vous comprenez, espionnage industriel tout ça… Tiens, ça me rappelle qu’une fois je me suis retrouvé dans une zone qui grouillait de pirates qui…

    Le garde interrompit Loki pour répondre.


    - C’est bon. On a pigé, maintenant tu la fermes le temps qu’on vérifie qui tu es, fais voir l’ordre mission…

    Exio tendit le petit holodisc au garde qui vérifia par radio si l’autorisation cryptée était valable. Ce qui était le cas. Franchissant les portes du palais royal, Exio et Callista avancèrent à travers le grand hall jusqu’à arriver à un premier poste de sécurité ou on lui demanda ce qu’il avait à déclarer : deux pistolets blaster Westar-34. La sécurité resta perplexe, mais ne dit rien. Les pilotes et contrebandiers avaient parfois des armes de poing pour protéger leur cargaisons ou marchandises, et Exio se doutait bien que les Ondéroniens avaient un service de sécurité réactif, entraîné mais aussi, que sans doute que certaines salles ou ailes du palais seraient dotées d'un équipement réduisant sa puissance de feu.. Aquilus et Callista prirent un ascenseur sur la gauche qui allait les conduire au quatrième étage ou il rencontrerait le sénateur. Guidés par un droïde de protocole peu agréable –c’était à croire que le droïde était tout aussi aimable que les autochtones- ils pénétrèrent dans une anti-chambre ou on leur demanda d’attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ondéron] Sur la trace des Sith   Sam 29 Sep - 18:42

Les choses se passaient comme prévu, du moins à l’heure actuelle. La Confrérie était bien implantée et de part la même bien accepté par la population. Avec une histoire où se mêlaient dirigeant Sith et Jedi, Ondéron était une place de choix. Leur profond individualisme lui aussi avait été une force mais il fallait préparer la prochaine phase de cette implantation. En effet, la planète était restée à l’écart de tout pendant bien longtemps, ne vivant au rythme de la galaxie que durant des évènements bien ponctuels mais qui avaient su marquer le temps. Exar Kun avait dirigé ce monde puis ce fut un des restes de l’Ordre Jedi qui, pendant la guerre civile des Jedi trouva une place de choix comme conseiller de la Reine. Plus récemment, il y avait eu la mort de l’Empereur ressuscité. Depuis, rien. Les Ondéroniens vivaient en autarcie bien loin des intrigues politiques et de la guerre qui se préparait. Dante, derrière ce masque bien pratique de Sénateur voulait faire d’Ondéron la capitale de sa Confrérie. Pour cela, il fallait conduire la planète dans une ère plus à la pointe de la technologie afin qu’elle puisse assurer sa propre défense. La cargaison qu’il attendait, c’était des armes, quelques bijoux technologique dernier cri qui saurait mettre au goût du jour la technologie Ondéronienne. Evidemment, le plus officiellement du monde, ce commerce n’était pas de son ressort mais en tant que Sénateur, il avait exigé un certain droit de regard quant aux affaires intérieures. La présence de ce pilote privé avait attiré son attention mais comment pouvait-il en être autrement ?

Le palais était immense et regroupait toutes les affaires de hautes importances d’Ondéron. L’aile droite était réservée aux affaires extérieures et à la vue de l’importance que les habitants vouaient aux relations diplomatiques, on aurait presque pu s’attendre à ce que le Sénateur n’ait comme bureau qu’une minuscule pièce à l’écart de tout, un recoin sordide enchâssé dans la poussière et les toiles d’araignées. Au contraire, un poste de sécurité à l’entrée de cette partie du palais et on fit venir un simple droide de protocole pour mener les étrangers au but de leur visite. Ces droides étaient connu depuis des millénaires comme étant d’une hypocrisie si parfaite que l’on pouvait être en droit de se demander comment une telle précision de programmation était possible mais celui-ci ne dit pas un mot. Aucune déférence habituelle, par le moindre écart respectueux pour des hôtes. On pouvait tabler sur une supposition bien étrange, à croire que les habitants se faisait fabriquer des droides qui saurait se montrer tout aussi réticents aux étrangers qu’eux même. En arrivant devant la porte massive menant au bureau du Sénateur, le droide pianota rapidement sur un petit clavier fixé à l’embrasure avant de pousser doucement la porte. Aussi étrange que cela puisse leur paraitre, il s’en écarta, les laissant pénétrer seul dans la pièce bien éclairée.

Au centre de celle-ci, un mobilier raffiné, appartenant sans aucun doute aux vestiges d’un passé emprunt de royalisme et un homme de très forte stature siégeant à ce dernier. A ses côté, un droide qui lui aussi était d’une taille remarquable. Approchant les deux mètres, il paraissait un tant soit peu étrange pour un droide de protocole et l’œil averti du Veilleur aura surement reconnu l’un des deux CYV qu’il avait d’ailleurs déjà croisé par le passé. Toujours est-il qu’il tendit son puissant bras métallique à son maitre en lui tenant un datapad que se dernier attrapa. L’Amiral se leva, jeta un œil à la porte qui déjà se referma derrière eux et tendit la main vers ses deux hôtes, les invitant par ce geste à prendre place. Il jeta un regard rapide aux données et prit la parole.


    « Alors, Loki Ekans… Ne m’en veuillez pas de vous appeler Aquilus. »


Prenant un temps pour regarder la jeune fille qui le suivait, il continua.

    « Et votre fille, dois-je en déduire qu’il s’agit de votre padawan ? Allez, asseyez-vous. Hum, votre cargaison… j’étais loin de me douter que ça allait être vous qui vous occuperais de la livraison. Au risque d’enfoncer les portes ouvertes, je dirais que vous vous êtes débrouillé pour obtenir ce vol pour une mission, me rencontrer peut être… »


L’Amiral était confortablement installé dans son fauteuil et avait parlé sans gênes ni surprise. Des Jedi ici sur Ondéron. Evidemment, il n’avait aucune idée de ce que pouvait bien vouloir l’Ordre dans ces temps troublés. A leur dernière rencontre, une lutte contre le Consortium de Zann avait été évoquée et en cela, ça n’avait nullement changé. Cette engeance de profiteurs d’un chaos toujours de mise en temps de guerre, Dante voulait en voir la galaxie débarrassée purement et simplement. Si c’était cette chasse qui était en cause, Aquilus aurait contacté l’Amiral au sein même de Coruscant, planète sur laquelle il avait ses entrées. Non, au lieu de ça, il était venu le trouver sur Ondéron ce qui laissait présager une tout autre mission. Ironside savait les Jedi plein de surprises et la Force aidant, il était difficile de savoir le pourquoi de leurs faits et gestes. Mais la réponse viendra, aussi fallait-il en venir aux faits.

    « Veuillez pardonner la froideur ambiante de mes concitoyens. Ils ne sont guère habitués aux visites et, il faut le souligner, la galaxie n’a eut que des guerres à infliger aux habitants de ce monde. Bienvenue donc sur Ondéron. Bien, je vous écoute, que puis-je pour vous ? »


Un peu de courtoisie de faisait jamais de mal. Mais était-ce le militaire ou le politicien qui s’exprimait ? Difficile à dire surtout si on considère qu’un Umbaran ne fait jamais rien gratuitement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ondéron] Sur la trace des Sith   Jeu 4 Oct - 15:07

"Ekans. Je m'en souviendrai."

Elle se décida finalement à enregistrer l'information pour de bon. Il ne s'agissait pas qu'elle fasse une erreur stupide alors qu'ils déambulaient sur Onderon sous couverture. Encore que la couverture soit toute relative puisque l'identité de son maître était connu de l'un des pontes du système. Il suffisait d'un mot pour que leurs identités de fortune soient balayées finalement. Elle haussa les épaules en écoutant son maître. Non pas qu'elle ne soit pas d'accord avec lui sur certains points. Mais, alors qu'ils touchaient ce fameux amiral sans doute suffisamment traître pour livrer des Jedi à l'Alliance, elle ne pouvait se départir d'une certaine inquiétude. Pas envers Ironside dont elle ne savait pour autant dire rien mais de l'obstination que montrait Oblivarion à expliquer une conduite que, selon elle, rien n'expliquait. La politique était certes une chose mais même un homme politique ne pouvait être exclusivement défini par ses idées, d'autant plus si il s'était hissé dans la hiérarchie par la voie des armes.

"Je pense qu'il n'est pas non plus bon de laisser un héros de guerre avoir de si coupables amitiés ou connivences avec un Ordre méprisé et considéré comme traître. Vu le climat délétère de l'AG, je les vois assez mal le garder aux commandes de l'Amirauté en plus d'un siège sénatorial, c'est tout. Et quant à le discréditer, si il était vraiment gênant pour eux, ils le feraient. Ou le tueraient. Ils ne m'ont jamais donné l'impression de s'arrêter à quelques considérations humanistes dès lors que leur mainmise sur les appareils d’État risque d'être amoindrie. Si ils ne le font pas, c'est qu'il leur est utile et si il leur est utile, il convient de se demander pourquoi, le statut de héros ne fait pas tout. Il suffit de le demander aux Skywalker...D'où ma crainte quand vous me dîtes qu'il connaîtra forcément notre double identité. Il me semble que c'est compromettre notre sécurité opérationnelle dès le départ, tout simplement. Il me semble qu'il aurait peut-être mieux valu débuter par une enquête approfondie sur Ondéron pour pouvoir confronter Ironside avec ce que l'on aurait appris sur le terrain."

L'adolescente se tut alors que l'atterrissage semblait imminent. Leur vaisseau se posa en douceur et, bien vite, après quelques ordres donnés aux droïdes, l'étrange couple quitta l'atmosphère sécurisante du vaisseau. Pour Callista qui n'avait jamais connu que Coruscant et Ossus, le paysage d'Onderon marquait un profond changement. Elle écouta les explications de son maître se contentant de hocher distraitement de la tête, toute à sa contemplation. Ils finirent par atteindre le palais royal où Aquilus s'introduisit comme si il était à la maison. Amusant à observer en tous cas, il semblait capable de se fondre dans cette identité d'emprunt dont il s'était affublé. A ses côtés, jouant la novice qu'elle était encore par bien des côtés, la jeune fille se contenta d'un sourire timide et d'un salut aux deux gardes. Puis décida d'entrer dans le jeu alors qu'il commençait à s'étendre sur ses voyages passés. Captant le regard des soldats, elle leva les yeux au ciel jouant l'adolescente agacée avec une perfection tenant sans doute de son âge et de l'avis presque tranché qu'elle pouvait parfois avoir sur ses aînés.

"J'crois pas qu'ces m'sieurs soient bien intéressés par tes vieilles z'histoires, l'père." lâcha-t-elle alors qu'un garde coupait déjà Aquilus. Rapidement, ils furent pris en charge par un droïde désagréable au possible qui lui rappelait presque FROST bien moins aimable que le petit R2 et finalement purent poser leurs postérieurs fatigués sur des sièges d'un confort inouï vu l'état primitif de la planète. Si elle le manifestait rarement, Callista restait le produit de l'environnement où elle avait grandi durant ses premières années et, à côté de Coruscant, cette sombre planète ressemblait tout juste à un tas de fumier. Ils n'eurent finalement pas à attendre longtemps avant d'être introduits dans le bureau du sénateur.

La jeune fille le détailla du regard rapidement avant de le saluer d'une courbette polie de rigueur avec les membres du Sénat puis s'installa dans un des sièges prévus à cet effet dans le bureau. Elle écouta le sénateur dire exactement ce qu'elle avait supposé dans le vaisseau devant son maître. Pas de surprises donc, ce qui était, en fait, étonnant.


"Merci de votre accueil, Sénateur Ironside, il fait honneur à votre réputation," répondit-elle pour son maître avec un sourire absolument charmant de bonne éducation en provenance directe des Mondes du Noyau."Nombreux sont ceux qui, comme nous, se félicitent de voir encore apparaître au sein de l'Alliance des visages amis qui ne se laissent pas entrainer par les passions à l'honneur parmi l'élite galactique."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ondéron] Sur la trace des Sith   Jeu 4 Oct - 18:14

    Callista n’était définitivement pas convaincue du plan de son maître. Le Spectre Gris le sentait. Il le percevait dans chacune de ses paroles. Ces questions incessantes finirent par l’atteindre et il se posa une question : est-ce que sa traque des Sith ne devenait pas une obsession ? Cette même obsession obscurcissant votre jugement et réduisant votre vigilance ? Impossible. Il s’en était toujours sorti, même s’il y avait eu des imprévus dans ces plans. Mais s’il s’agissait de la chance seulement ?

    Exio était finalement inquiet par la tournure de cette mission, avait-il commis une erreur de jugement concernant l’amiral Ironside se tenant devant lui ? Seul l’avenir le lui dirait. Néanmoins, il se promit d’être bien plus prudent et minutieux à l’avenir. Cette mauvaise habitude devait disparaitre maintenant qu’il était chargé de former sa disciple. Aquilus était garant de sa sécurité, et il ne devait faillir à sa tâche. L’habitude d’agir en solitaire et d’assumer des risques le concernant lui-même n’était plus tolérable maintenant que Callista le suivait. Le Veilleur se concentra à nouveau sur sa situation, le voici désormais assis, face à l’amiral et sénateur Dante Ironside encadré par deux droïdes de type CYV dont l’apparence ne laissait planer aucun doute quant à leur fonction première : le combat.
    Une fois les portes du bureau fermées, son interlocuteur prit la parole et salua Aquilus par son prénom, chose à laquelle le Jedi répondit en inclinant la tête.

    - Salutations amiral Ironside. Je vous adresse également mes félicitations pour votre accession à votre poste. Je présume que cette nomination à du vous attirer les foudres de certains sénateurs ? Évidemment, comme vous l’avez deviné, obtenir cette livraison a été un peu plus difficile qu'escompté afin de pouvoir vous parler en personne.

    Sa padawan s’exprima en saluant d’une façon très polie l’homme qui se tenait en face d’elle. Aquilus ne répondit pas à la supposition de Dante quand celui-ci demanda s’il s’agissait de son apprentie : lui donner confirmation était inutile puisqu’il en était déjà persuadé. Nier ou affirmer n’aurait aucun effet sur les présomptions de Dante et serait une perte de temps. Le Veilleur remarqua que Callista semblait être particulièrement douée en matière de bienséance. Un atout si elle comptait un jour, choisir la voie des Jedi Consulaires, diplomates et négociateurs aux compétences indiscutables. Même si ces fonctions demandaient aussi de nombreux autres talents.
    Réfléchissant un moment, le Jedi se demandait encore comment pouvoir arracher subtilement au sénateur, l’assurance que sa présence à proximité d’Ossus ne risquerait pas de poser un problème à l’Ordre établi sur cette planète. Préparant soigneusement son plan, il préféra paraître serein et décida de commencer par le problème concernant les Sith, dans l’espoir d’obtenir un indice particulier lui permettant de relever une piste à suivre et à remonter. Un maigre espoir peut-être, mais toute recherche commençait toujours par quelques théories ou échecs. Korriban pouvait paraitre un meilleur endroit, néanmoins il refusait de s’y rendre tant que Callista ne disposerait pas de son propre sabre laser.

    Concentrant de nouveau son attention sur le politicien et amiral en face de lui, Aquilus se permit de préciser sa pensée à propos de la dernière question de Dante.


    - Je savais à quoi m’attendre en matière d’hospitalité en venant sur Ondéron amiral. Mais venons-en au fait. Ma venue sur Ondéron est motivée par plusieurs raisons. La première concerne les Sith. En effet, j’ai été récemment affecté à leur poursuite et j’ai donc commencé par estimer que je devais tout d’abord explorer les planètes ayant eu un lien, de prêt ou de loin, avec le Côté Obscur. L'Histoire nous prouve qu'ils reviennent parfois sur les planètes ayant joué un rôle dans leur histoire. En fin politicien et tacticien que vous êtes, je ne pense pas me tromper en supposant que vous savez qu’Ondéron et sa lune avaient, par le passé, été gouvernées par un Sith répondant au nom d’Exar Kun. Et que depuis cette période de l’Histoire, des mouvances ou sectes Sith se sont formées et doivent sans doute perdurer. Peut-être que vous êtes ici depuis trop peu de temps pour avoir remarqué quelque chose, mais est-ce que ces mouvements politiques ou religieux officieux se sont-ils déjà faits remarqués par vos services ? Avez-vous rencontré une opposition avec la population locale ou certains pans de celle-ci ? Ou alors quelques tentatives de vous mettre hors-jeu ? Il reste surprenant qu’Ondéron ait rejoint l’Alliance Galactique quand on connait sa réputation isolationniste…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ondéron] Sur la trace des Sith   Dim 28 Oct - 6:38

Après avoir invité le Jedi et sa jeune acolyte à s’assoir, Dante lui-même prit place avec un calme toujours aussi olympien. Le visage aussi rayonnant pour un militaire avec une carrière comme avait été la sienne, la bienséance de rigueur était pour lui un acte presque éprouvant. Son sang d’Umbaran y étant surement pour quelque chose, il restait somme tout à fait crédible dans le son nouveau rôle de politicien et écouta sans dissimuler un sourire pour les compliments et la courtoisie de la jeune fille. Quand ce fut au tour du maitre Jedi de prendre la parole, le Sénateur ne cacha pas non plus un certain amusement. Avant toutefois de répondre à ses deux invités, il fit un léger signe à l’un des deux imposants droides et ce dernier quitta la pièce un instant. Posant maintenant le regard sur la padawan, il prit la parole.

« Ma jeune enfant, vous n’imaginez pas le déplaisir qu’un accueil chaleureux, envers vos pairs, peut provoquer au sein de cette élite justement. »

Accordant son attention à Aquilus, il reprit.

« Il est surprenant que dans le marasme actuel de notre galaxie, de ce conflit naissant que le Conseil Jedi se préoccupe encore des Sith. Bien sûr, j’imagine sans mal que vos confrères vivent le sacerdoce d’une chasse à tout le mal que pourrait provoquer le retour des adeptes du côté obscur mais tandis que l’Alliance Galactique désire obstinément vous tenir au creux de sa main, pendant que la Confédération s’est créée dans l’indignation du traitement que l’on vous a infligé, vous vous obstinez à cette lutte ancestrale… Soit, c’est vrai les Sith ont jadis dirigé ce monde tel que vous l’avez souligné mais les Jedi à leur tour y ont joué un rôle. Il me semble que les archives d’Ondéron mentionnent un ancien membre du Conseil Jedi qui fut placé comme conseiller spécial de la reine. Enfin, oui il y a des partisans à la Force et à la sagesse ou la puissance qu’elle peut receler mais ils ne sont guère dangereux. »

Faisant une pause, ils furent interrompu par le droide qui revint avec un plateau d’argent et une série de boissons diverses et vinrent les proposer aux deux Jedi. Dante se leva, saisissant une coupe au passage et se retournant vers la fenêtre qui donnait sur des jardins qui avaient dû être d’une grande beauté à une époque bien lointaine.

« Oui, il y a des nostalgiques qui se sont transmis les souvenirs d’un contrôle de ce monde par des étrangers aux pouvoirs fabuleux… ils ont embellit leur histoire pour songer à un avenir qui redonnerait toute sa gloire à cette planète. Iziz la capitale n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fut autrefois. J’espère pouvoir donner un coup de pouce au destin grâce au soutien de l’Alliance, un soutien pour cette planète sur laquelle j’ai des attaches. »

L’amiral s’était un tant soit peu écarté du sujet. Il retourna s’assoir, se donnant un air plus sérieux, bien moins rêveur.

« J’imagine que mes paroles ne seront que bien peu suffisante à vous rassurer. Je pourrais vous organiser une visite de la lune de Dxun et des anciens temples d’Exar Kun que vous puissiez juger par vous-même… Je dois quand même vous prévenir que pour cela il va falloir un caractère bien plus officiel. Voyez-vous, les méfaits du côté Obscur sont bien connus ici et une association veille au contrôle de ces vestiges. Ce sont pour la plupart des descendants des anciens Jedi qui vinrent demeurent ici il y a plusieurs millénaires maintenant. »

Prenant une autre gorgée, il posa son verre sur le bureau avant de continuer.

« Comme vous le savez, les gens d’ici sont vraiment méfiant en ce qui concerne les étrangers et ces derniers se ferait remarquer sans le moindre doute. Même si d’obscurs groupuscules aspirent au retour d’un chef Sith, aucun à ma connaissance n’a mit les pieds ici. Il y a autant d’adorateurs des Jedi que de leurs anathèmes sur Ondéron. »

Dante le savait, Ondéron était divisé en deux depuis bien longtemps. Il y avait bien sûr les citadins mais également ceux que l’on appelait les Dresseurs de Bêtes. Ces derniers vivaient à l’écart, dans d’anciennes forteresses naturelles domptant et chevauchant des créatures diverses et étaient résolument favorables aux Jedi et à leur valeurs. Ironique si l’on songe qu’ils sont les descendants de plus de quatre mille années des criminelles qui avaient été banni de la civilisation. On pouvait voir quelques uns d’entre eux dans la capitale même vivant du commerce de leurs compagnons bestiaux. En tout état de cause, il n’y avait pas lieu de s’inquiéter le moins du monde pour un retour des Sith sur Ondéron, elle était le monde de la Confrérie d’Améthyste, les habitants seraient d’ailleurs prêt à donner leur vie pour cet idéal, un avenir promit dont la galaxie ignorait encore l’existence même. Que dirait l’Alliance Galactique si elle savait que cette appartenance toute nouvelle n’était qu’une supercherie ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ondéron] Sur la trace des Sith   Sam 10 Nov - 14:29

La jeune enfant rendit sourire pour sourire au politicien mielleux, il ne serait pas dit que l'Ordre ne savait pas éduquer correctement ses recrues. Vivre dans l'entourage des puissants n'était-il pas un apanage Jedi depuis des millénaires ? D'autant plus quand les-dits puissants se nommaient sénateurs. Toutefois, la docte affirmation paternaliste d'Ironside amenait une réponse on-ne-peut-plus désabusée chez Callista semblable, sans doute, à celle qu'aurait pu donner nombre des membres de l'Ordre Jedi. Toutefois, si le ton était emprunt de la tristesse admise et de bon ton, la phrase n'était qu'une simple constatation qui ne faisait que souligner un état de fait sur lequel elle avait garde de trop s'appesantir.

"Malheureusement, je l'imagine encore trop bien à défaut de le savoir, sénateur Ironside."

Les propos suivant semblaient n'être destinés qu'à la seule oreille de Maître Oblivarion mais, puisqu'elle était présente, la jeune fille n'entendait pas faire office d'élégante tapisserie décorant le palais d'Onderon. Elle remua doucement sur son siège puis prit la parole, d'une voix marquée par l'élégance trainante de l'accent typique de Coruscant.

"Ce serait plutôt le contraire qui serait surprenant, sénateur. Le marasme galactique dont vous parlez est un terrain fertile pour la réapparition d'individus peu fréquentables, au premier rang desquels sont les Sith. Alors que les gouvernements sont enfermés dans leurs petites querelles politiciennes, il est du devoir de l'Ordre Jedi de rester vigilant et prêt à intervenir contre la menace d'autant plus alors que l'on nous fait l'honneur douteux d'être supposément la raison majeure de cette escalade de tensions. Ce serait presque...trop pratique, ne trouvez-vous pas ?"

La mention de la position d'Ondéron au sein de l'Alliance éveilla la curiosité de la jeune fille ainsi que les liens que le sénateur entretenait avec la planète :

"Je crois me souvenir que vous n'êtes pas originaire d'Ondéron, n'est-ce pas ? Quelles sont les attaches que vous mentionnez ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ondéron] Sur la trace des Sith   Dim 25 Nov - 17:46

    Ce fut alors sans surprise que le sénateur d’Ondéron répondit aux questions d’Aquilus à propos des liens historiques liant cette planète à l’Ordre Sith. Malheureusement, comme le craignait le Maître Jedi, le sénateur Ironside lui confirma qu’il n’avait eu aucunement vent d’une quelconque activité Sith sur sa planète, et qu’il faudrait peut-être s’orienter vers Dxun, la lune d’Ondéron pour espérer trouver une piste remontant jusqu’à Darth Reylos. Le Veilleur resta silencieux, et écouta Dante Ironside continuer de s’exprimer sur sa planète, remontant le temps tandis qu’un droïde vint servir trois verres à l’attention du sénateur et de ses invités. Le Maître Jedi arqua un sourcil devant les trois verres à pied. Son naturel méfiant le poussa à ne pas goûter le breuvage immédiatement, mais à se montrer suffisamment courtois pour accepter la boisson.
    Bien, Ondéron était donc une piste ne menant nulle part, mais il fallait bien plus qu’un échec pour qu’Exio daigne rebrousser chemin. Dxun pouvait être un terrain à explorer ne serait-ce que par acquis de conscience, mais comme Dante Ironside l’avait souligné, la visite devrait avoir un caractère plus officiel. Aquilus connaissait les dangers de cette lune, y emmener Callista sans que celle-ci ne dispose d’un peu plus d’entrainement ainsi qu’un véritable sabre laser serait une folie qui risquerait de se solder par la mort de son apprentie. Inutile de prendre des risques aisément évitables.

    Ce fut d’ailleurs Callista qui reprit la parole, répondant à Dante que le marasme habituel était justement, bien plus propice au retour des Sith, ce qui constituait une menace bien plus grande que les politiques anti-Jedi instaurées par l’Alliance, ou même, une nouvelle guerre entre les deux grands blocs galactiques que formaient la Confédération des Systèmes Libres et l’Alliance. Même si Exio était d’accord avec sa padawan, il ne s’exprima pas dessus : premièrement, elle avait tout dit, et secondement il n’était pas venu convaincre Dante de changer d’opinion, néanmoins il consentit à acquiescer d’un hochement de tête pour montrer qu’il l’appuyait. Un détail revint à l’esprit du Veilleur : l’amiral avait fait allusion à quelques attaches le liant ici. Mais avant même qu’il puisse prendre la parole, Aquilus vit sa padawan le prendre de vitesse en posant la question poliment au sénateur d’Ondéron.


    - A ce propos, questions plus légère sans doute mais, est-ce que vous avez quelques difficultés dans le secteur au niveau de la piraterie ? Vous n’êtes pas sans savoir qu’il est probable que Zann touche à ces affaires là, avez-vous mis en place des dispositifs de patrouilles spatiales afin d’assurer la sécurité de ces secteurs ?


    Marquant une légère pause, Exio remarqua que son verre était encore plein. Pour ne pas paraître trop méfiant, il consentit à tremper ses lèvres dans la boisson afin de pouvoir en appréhender le goût. Puis il reprit.


    - Nous avons de nouvelles informations à propos du Consortium de Zann ; en effet l’individu s’étant fait passée pour une Jedi lors de la tentative d’interpellation de Talia Zann sur Coruscant est un imposteur. Notre agent infiltrée a été tuée par cette femme puis remplacée. Je compte sur vous pour faire passer cette information à notre ami en commun.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Ondéron] Sur la trace des Sith   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Ondéron] Sur la trace des Sith
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: