Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conseil Jedi N°2 [END]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Conseil Jedi N°2 [END]   Mer 19 Sep - 2:23

[Pas corrigé]

Après le départ de Sarisa, Arsenicia n’avait guère eu le temps de se laisser aller à la mélancolie. Sa fiancée lui manquait déjà, mais Kyla occupait également son esprit. La jeune femme était nerveuse, cela se voyait comme le nez au milieu de la figure, nul besoin de la Force cette fois-ci pour savoir cela. Les sourcils froncés, la Jedi observait sa fille, celle-ci parlant en Arcadien avec sa grand-mère, Cassandre. La rousse portait toujours la bure de sa mère qu’elle n’avait apparemment aucunement l’intention de laisser tomber. La Jedi comprenait pourquoi Kyla gardait la bure, cela la faisait même sourire car l’image était attendrissante, mais la jeune Arcadienne ne pourrait la garder indéfiniment. Je dois l’aider, mais je dois aussi la forcer à se détacher de moi. Elle doit reprendre confiance en elle, pas se reposer sur ma présence.

Néanmoins, le travail allait commencer une fois sur Ossus, si bien sûr le Conseil acceptait le retour de sa fille dans les rangs de l’Ordre. Dans le cas contraire, il avait été convenu que Kyla rejoigne la Confédération. Bien entendu, Arsenicia espérait grandement que le Conseil accepte de réintégrer sa fille, l’avoir près d’elle lui ferait le plus grand bien, cela faisait tellement longtemps qu’elles n’avaient pas été réuni plus de trois jours.

Le voyage d’Hapes jusqu’à Ossus ne serait pas excessivement long, les deux planètes étant relativement proches l’une de l’autre, cependant la Jedi tenait à elle en pleine forme à son retour. Les Arcadiens n’ayant besoin que de quelques heures de sommeil, quatre ou cinq en général, les trois femmes seraient fraiches et dispos bien avant d’arriver à destination. S’approchant du séjour, Arsenicia croisa les bras sur sa poitrine, l’anneau d’or que Sarisa lui avait offert clairement visible à son annulaire. Son regard azur était calme, serein même. Elle était entourée de sa famille même si ce n’était pas pour longtemps …

- Nous devrions nous reposer, je sens que la suite ne va pas être de tout repos.

Kyla hocha la tête pour simple réponse et se leva, tenant la bure autour de ses épaules. Alors qu’elle disparaissait dans la chambre d’Arsenicia, celle-ci posa son regard sur sa mère.

- Je me sens honteuse de te faire dormir sur le canapé, je vais devoir aménager une seconde chambre.
- Ne t’inquiète pas pour moi et puis c’est plutôt confortable.
- Je sais, mais tout de même !
- Vas dormir, Arsenicia. Tu en as besoin.
- Bonne nuit, mère.

La Jedi s’approcha tout de même pour embrasser sa mère, puis s’éclipsa dans sa chambre. Lorsqu’elle entra, Arsenicia trouva sa fille assise sur le bord du lit, portant toujours la bure sur le dos. Son regard, quant à lui, était dans le vide, la jeune femme semblait complètement ailleurs. D’une claire mais néanmoins douce, sa mère la ramena à la réalité.

- Kyla ? Ce n’est pas le moment de rêver.

L’intéressée sursauta mais se refusa à croiser le regard d’Arsenicia. Soupirant, celle-ci s’approcha et s’agenouilla devant Kyla de façon à voir son visage, qu’elle releva tout de même en saisissant son menton entre ses doigts. Elle observa sa fille quelque instante alors que celle-ci regardait partout sauf vers elle, puis prit de nouveau la parole, toujours avec cette même voix douce.

- Kyla … Ca ira maintenant, tu es en sécurité. Je suis là, Cassandre aussi. Mais … parle moi, dis moi ce qui ne vas pas, ne garde pas tout pour toi, c’est mon rôle de t’aider si je le peux, tu ne me dérangeras jamais.
- Il n'y a rien... absolument rien... ça passera...t'inquiètes pas.
- Si, je m'inquiète justement, Kyla. répondit-elle en soupirant
- Si problème il y a... je viendrais te voir...je te le promets...
- Je ne demande que ça, ma chérie. Je suis ta mère et j’entends bien jouer mon rôle maintenant, mais il faut que tu ais confiance en moi.
- J'ai confiance en toi...mère.

Celle-ci se pencha vers sa fille et déposa un baiser sur son front, caressant doucement sa joue, puis se releva et lui lança avec un air facétieux ce qui lui faisait office de pyjama depuis quelques jours, un simple haut beige qui avait un temps. Son air amusé ne du pas plaire à sa fille, car celle-ci lui lança le haut à la figure. La Jedi le lança alors sur le lit, puis vint chatouiller sa fille en se plaçant au dessus d’elle, faisant tout de même attention aux zones sensibles de son corps. D’abord surprise, se fut finalement des éclats de rire qui se mêlèrent rapidement à ceux d’Arsenicia. Mère et fille formait alors un tableau très attendrissant … Au terme d’un duel de chatouille de quelques cinq minutes, la Jedi s’allongea sur le lit, à bout de souffle.

La Maître Jedi fut cependant la première à ôter ses vêtements pour enfiler quelque chose de plus confortable pour dormir. Pas du tout pudique, se déshabiller devant sa fille ne lui faisait absolument rien, mais elle la vit tourner la tête alors qu’elle lui montrait son dos. Qu’est-ce qui la gênait ? Ses cicatrices ? Etrange … ce n’était pas la première fois qu’elle les voyait pourtant. Puis finalement, elle fit le rapprochement avec celle de sa fille … Maria lui avait fait trois cicatrices dans le dos, très semblables à celle de sa mère. Arsenicia s’approcha donc de sa fille et posa la main sur son épaule.

- Tu dois accepter ses cicatrices, Kyla. Elles font désormais partie de toi. Ne les laisse pas t’affaiblir, fait d’elles une force. Comme moi.
- Je sais …
- Alors fais le, il n’y a pas d’essai sur ce coup. Si tu n’y arrive pas, jamais tu ne surmonteras cette épreuve. Je ne te demande pas d’y arriver en claquant des doigts … mais travail y. Je t’aiderais si je le peux.

Pour seule réponse, Kyla soupira tandis qu’une larme dévalait sa joue. La voir ainsi avait quelque chose de mortifiant alors que quelques semaines plus tôt, après Taris, elle allait bien, aussi bien que sa condition de fugitive le lui permettait alors. La rousse retira ses vêtements, non sans frissonner, et passa le large haut qui avait jadis était à son père. Arsenicia posa alors sa main sur l’épaule de sa fille, là où se trouvait la plus impressionnante cicatrice. Elle sentit aussitôt Kyla trembler puis tenter de se dérober, mais la Jedi l’en empêcha. Elle se laissa alors faire et finalement, Arsenicia pu l’attirer contre elle. Une petite minute plus tard, alors qu’elle s’habituait au contact sur son bras, la Jedi prit sa main et la posa sur ses propres cicatrices. Un frisson parcouru sa peau, mais rien d’autre.

- Je me souviens des premiers jours. Je ne voulais ni les voir, ni qu’on me touche. Eltarys n’était plus là pour m’aider tout comme mon premier maître. J’ai pris sur moi et j’ai fini par m’y habituer …

Kyla ne répondit pas, mais elle pleurait. Soupirant, elle la relâcha, c’était suffisant pour ce soir. Otant son pantalon pour ne garder que son haut et son sous-vêtement, elle se glissa ensuite sous les couvertures. Sa fille, cependant, ne vint pas se coucher. Elle la sentit se lever puis quitter la chambre. L’Arcadienne ne put s’empêcher de soupirer, mais ne fit rien pour la retenir …

Quelques heures plus tard, Arsenicia s’éveilla sans surprise. Elle passa un pantalon et garda son ample haut, puis marcha pied nu jusqu’à la soute où elle sentait la présence de sa fille. Elle la trouva endormit, la tête posé sur l’établit. Elle avait du bidouiller quelque chose pour s’occuper … Délicatement, elle la prit dans ses bras et la reconduisit jusqu’à la chambre où elle la coucha délicatement, puis la borda. Avant de quitter la pièce, elle l’embrassa sur le front. Cassandre était éveillée et buvait un thé, Arsenicia ne l’avait même pas remarqué jusque là.

- Depuis combien de temps es tu réveillé ?
- Suffisamment pour t’avoir vu passer seule et revenir avec ta fille dans les bras.
- Je vois … » Dit-elle en se laissant tomber à coté de sa mère, attrapant une tasse au passage. « Bien dormis ?
- Pas mal, et toi ?
- J’ai vu mieux. Les bras de Sarisa me manquent déjà.
- Je peux le comprendre, mais tu la reverras rapidement. » lui répondit-elle en souriant.

Elles parlèrent de tout et de rien un moment puis Arsenicia alla réveiller sa fille. L’arrivée serait pour bientôt, elles devaient se préparer. Kyla fut facile à réveiller et elle s’habilla sans conviction et rejoint Cassandre, elle aussi prête. Arsenicia passa alors ses tuniques Jedi, fixa ses sabres à sa ceinture et sortit une bure noire, qu’elle ne mit pas, cependant. Elle déposa celle-ci dans le séjour, mais sa fille la retint par le bras.

- Je suis désolé, pour hier.
- Tu es excusé, jeune fille .» répondit-elle avec un sourire.

La Grande Maîtresse Jedi partit ensuite au poste de pilotage et envoya un message aux Conseillers. Elle désirait les voir, ayant quelque chose à leur soumettre, cependant elle ne pouvait en dire davantage ainsi et leur expliquerait tout de vive voix. Elle en profita pour charger et envoyer un programme à sa fiancée, celui-ci lui servirait à apprendre sa langue… L’atterrissage se fit sans problème et la Jedi retrouva sa famille.

- Bien, nous y sommes. Mère … Et bien je pense que …
- Je dois rester ici, oui. J’attendrais ton retour.
- Merci.


Kyla l’enlaça alors. Cette réaction l’étonna beaucoup, mais la Jedi referma ses bras autour de ses hanches et la serra contre elle. A travers la Force, Arsenicia pouvait sentir son anxiété.

- Ne soit pas si anxieuse, ça ira. Respire, ils ne mangent pas …  
- Plus facile à dire qu'à faire...mère... Après ce que j'ai commis...je suis la première à dire que je n'ai même plus le droit d'espérer redevenir une jedi.
- Ne dis pas ça, si tu pense ainsi, c’est certain que ça ne le fera pas. Aller, allons-y.

Et les deux femmes quittèrent le Galeniël. Pendant la traversé du Temple, Arsenicia et Kyla n’échangèrent pas un mot, seulement quelques regards. Nombre de jeune Jedi devaient se demander qui était cette rousse alors que les plus anciens semblaient la reconnaitre, bien qu’elle n’ait pas changé contrairement à eux. Devant la porte du Conseil, elle pouvait sentir leurs présences à tous. Elle s’arrêta donc devant la porte et se tourna vers sa fille.

- Attend ici, ne t’inquiète pas je t’appellerai.

L’Arcadienne l’embrassa sur le front puis entra, la porte se refermant doucement derrière elle. Son regard balaya l’assemblée tandis qu’elle s’avançait. Ils étaient tous là … Arsenicia prit place au centre de la pièce, les mains dans le dos, puis prit la parole de sa voix claire.

- Bonjour à tous et merci d’avoir accepté de vous réunir si vite. Si j’étais absente ces derniers jours, c’est pour une raison bien précise. Cette raison se trouve derrière cette porte et j’ose espérer que vous accepterez de nous écouter.

D’un geste de la main, la porte s’ouvrit alors qu’Arsenicia lançait la Force vers sa fille pour la contacter mentalement et lui dire de venir. Tendant la main, elle invita donc la rousse à entrer. Celle-ci paraissait calme, mais intérieurement elle était encore anxieuse, cela se sentait. Mais il y avait de quoi, son avenir se jouait ici et maintenant. Kyla prit délicatement la main que sa mère lui tendait et vint se placer devant elle, un peu décalé sur la droite. La Grande Maîtresse Jedi posa alors sa main  sur son épaule droite, la serrant quelque peu pour lui montrer son soutient, puis s’exprima à nouveau.

- Pour les plus anciens Jedi ici présent, peut être la connaissez vous. Mais ce n’est pas le cas pour tous, alors laissez moi vous présenter Kyla Ombrelune… ma fille. Si nous sommes ici aujourd’hui, c’est dans l’espoir que vous acceptiez de la réintégrer à l’Ordre Jedi.

Mais avant cela, il est nécessaire que vous compreniez comment je l’ai retrouvé et également pourquoi il y a quarante ans je l’ai présenté en tant que ma sœur.

Notre race peut vivre jusqu’à cinq millénaire en moyenne… Vingt-cinq ans, c’est bien trop tôt pour être mère. Mais à cause de mon irresponsabilité, Kyla à vu le jour, bien que je ne le regrette pas aujourd’hui. L’année de ses huit ans, je l’ai présenté au Conseil, mais je ne pouvais assumer mon véritable rôle, je me fis donc passer pour sa sœur aux yeux de la galaxie, mais également et surtout aux siens.

Quant à savoir comment je l’ai retrouvé … J’ai des visions et celle-ci me révèles parfois des choses sur ma fille, me permettant de savoir comment elle va. Mais il y a quelques semaines, elles s’aggravèrent. Lorsque j’ai compris qu’il allait lui arriver quelque chose de grave, j’ai agis. Il m’a fallut énormément de temps pour retrouver sa traces, mais grâce à des amis et des visions de plus en plus précises, je suis arrivé à temps pour la sauver… bien … que celle qui l’a séquestré eu le temps de la torturer.
- Elle prit une inspiration – Celle qui lui a fait ça à périt dans les flammes, tout comme les preuves de la présence de Kyla, sauf une : Son épée à saccade Sith. Si vous vous renseignez, à présent vous remarquerez que la prime sur la tête de ma fille a était effacée et que celle-ci est déclarée morte. Désormais … Son destin est entre vos mains.


Dernière édition par Arsenicia S. Ombrelune le Mar 25 Juin - 0:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Conseil Jedi N°2 [END]   Mer 19 Sep - 4:05

L’art des Prophètes de la Force était quelque chose de complexe. Nous pouvions parfois travailler pendant des heures sur un aspect sans parvenir à trouver le résultat puis avoir aussitôt une autre vision nous révélant quelque chose que nous avions totalement sous-estimé. Ce que je recherchais ? Dans le fond, je crois que je ne le savais pas réellement moi-même. Iyanna m’avait appris à laisser simplement la Force couler en moi afin de pouvoir obtenir ce dont j’avais réellement besoin, cette leçon, que les Draay avaient malheureusement appris dans la douleur, restait très importante aux yeux de notre ordre. Notre navire furtif se déplaçait dans l’espace pour se rapprocher de planète ou nous pensions que la Force serait capable de nous susurrer quelque chose de plus intéressant. Je n’avais pas prise place dans l’une des chambres de méditation du vaisseau, j’avais préférée m’installer en tailleur, en tenue de nuit, sur le lit de ma cabine de capitaine pour pouvoir méditer et essayer de trouver l’avenir. Mais celui-ci semblait décider à rester voiler, à moins qu’il ne s’agisse d’une ruse du côté obscur de la Force. Mais parfois, la vision se contentait d’être assez claire et très rapide, et c’est exactement ce qui se passa ici : Je me vis moi-même en train de répondre à un message me convoquant au Conseil des Jedi et vu la tenue, cela allait se dérouler dans quelques minutes seulement…

J’ouvrais les yeux, je ne trouverais rien d’autre aujourd’hui. Pourquoi la Force avait-elle choisie de me montrer un évènement aussi proche et semblant pourtant si anodin ? Je n’en savais fichtrement rien, mais en tout cas, le communicateur qui me servait dans mes liaisons avec l’Ordre Jedi s’activa rapidement, c’était Arsenicia Ombrelune qui nous demandait. Pour qu’elle ne se soit pas contentée de faire appel au Covenant, c’était que l’affaire était probablement importante et méritait mon attention. Puisqu’il fallait que je me rende chez les Jedi, je me décidais à enfiler ma bure habituelle, celle des plus traditionnelles et qui ne permettait pas de me confondre avec les autres Jedi. Détachant rapidement ma chevelure, je secouais un peu la tête pour la laisser se répartir correctement puis m’observait dans la glace de ma cabine. J’avais plutôt l’air pas mal. Appuyant sur un bouton afin de remplir mon aquarium de nourriture pour mes poissons, je me dirigeais ensuite vers l’ascenseur afin de rejoindre le pont, il fallait que je prévienne notre pilote que nous changions de cap.

Une fois dehors, les différents membres de l’équipage me saluèrent rapidement. Ils n’avaient pas d’uniforme officiel, mais chacun était parvenu à s’en confectionner un pour garder une attitude plus militaire, pour beaucoup, il s’agissait de militaire venant de tous horizon, des mondes aujourd’hui aussi bien sous bannière Confédéré que de l’Alliance Galactique dont le seul objectif était, comme nous, de prévenir le retour des Sith. Le chemin vers le pont n’était guère long, la Frégate Furtive était plus petite que les modèles standards, notamment pour permettre au dispositif de furtivité de pouvoir jouer son rôle a plein. Dans la cabine de pilotage, un homme avec une casquette et une barbe de trois jours s’affairait à rendre les choses opérationnelles et surveillait tous les senseurs a la recherche de trace invisible. Il se retourna toutefois en sentant ma présence et me fit un sourire, j’appréciais cet homme simple qui réduisait la vie entre « les gentils » et « les méchants. Agé de trente-deux ans, Ernest Shonaï avait tout perdu lorsque Darth Caedus avait bombardé la surface de Commenor avec des astéroïdes. Depuis, il était convaincu que les Sith étaient les méchants…



« Commandant ! »
« Changement de cap Ernest, je suis demandée au Conseil, essaye de te rapprocher discrètement d’Ossus, puis je prendrais l’ETA 5 pour me rendre jusque-là. »
« Encore ? Mais ils ne peuvent plus se passer de vous où quoi ? Remarquez que vous devez leurs êtres aussi indispensables qu’à nous, mais ils pourraient quand même ralentir le rythme. »
« C’est une session exceptionnelle non prévue… Je dois m’attendre à n’importe quoi. »
« Oué… Des discussions inutiles ! Pendant ce temps des tarés chauves avec des sabres-lasers rouges tuent tout ce qui bougent et eux s’en fiche ! »
« C’est bien plus compliqué que cela Ernest, et c’est justement pour cela que nous existons… »
« Je le sais commandant, mais si vous pouviez leurs dire de vous lâchez un peu la grappe, on s’en portrait mieux ! Enfin, au moins, R6 sera ravi… Je vous préviens dès que vous pouvez quitter la Frégate. »


Je tâchais de poser une main rassurante sur son épaule avant de m’en retourner vers l’ascenseur. Dans le fond, c’était toujours agréable d’être apprécié et entendre le discours simple et direct d’une personne comme Ernest me permettait de ne jamais oublié ma mission, d’être toujours prête face à ce péril qui nous menaçait tous, sans que nous en ayons réellement conscience. Pour l’instant toutefois, c’était la discussion et les affaires d’ordre philosophique qui m’attendait. Laissant la porte de l’ascenseur se refermer, je tâchais de me rendre rapidement au niveau inférieur afin de pouvoir rejoindre mon chasseur qui était toujours prêt à m’accueillir pour me permettre de me rendre partout où j’en avais le besoin. R6 était déjà dans le cockpit et m’attendais, en me voyant, il produisit une quantité de son que HK-52 aurait probablement traduit par une explication d’enthousiasme de me revoir, même si le concernant, cet enthousiasme ne pouvait venir que pour une seule chose : tuer les sacs a viandes. J’avais toutefois mieux à faire que me préoccuper de mes droïdes et prenant place rapidement dans le cockpit de mon appareil, j’attendis le signal d’Ernest avant de quitter ma Frégate pour me rendre vers Ossus.

Bien que je m’y attendais, je ne trouvais pas de changement notable depuis ma dernière visite : Le hangar du temple restait toujours animé par les différents Jedi pilotes qui y vivaient et le faisait vivre, je saluais tout le monde poliment, veillant cette fois à abandonner R6 en lui confiant une tâche à laquelle il ne pouvait se dérober pour ensuite me rendre dans la salle du Conseil des Jedi. Si j’étais la dernière fois arrivée très en retard, cette fois, j’étais en avance et je n’allais pas m’en plaindre. Je pris place sur le siège qui m’était réservé en saluant de la tête tous les maîtres qui firent leurs entrées à ma suite. Arsenicia serait la dernière, ce qui, étant donné les circonstances de la réunion, n’était pas si mal. Elle arriva puis prit place au centre du cercle en remerciant les autres maîtres d’avoir accepté de s’être déplacée, puis elle affirma que la raison de la réunion était derrière cette porte et qu’elle espérait que nous accepterions de les écouter. C’était étrange comme affirmation, nous n’avions jamais refusé d’écouter qui que ce soit, cela serait contraire au code. Mais cela révélait qu’il s’agissait de quelque chose de très important aux yeux de la Grande Maitresse. La porte s’ouvrit pour laisser entrer la fugitive Kyla Ombrelune. Cette dernière n’était donc finalement pas morte comme l’avait annoncé les médias… Une nouvelle intéressante, restait à connaitre le fin mot de l’histoire.

Arsenicia fit les présentations en expliquant qu’il s’agissait toutefois de sa fille. Je ne pouvais pas dire qu’il s’agissait réellement d’une surprise, j’avais toujours suspectée quelque chose dans ce goût la, mais toutefois, il fut impossible de ne pas lire une expression un minimum désapprobatrice dans mon regard. Je devais exaspérer mes collègues à ce sujet, mais pour moi, le fait de voir les membres de notre ordre ce marier, avoir des enfants et les former eux-mêmes était tout simplement inacceptable et je n’hésitais pas à faire preuve d’un comportement montrant l’inconfort que présentait la situation en soupirant ou en prenant une posture particulière. Toutefois, l’heure n’en était plus aux réprimandes sur ce sujet, surtout plus de quarante années après les faits. La Grande Maitresse voulait que sa fille soit réintégrer aux effectifs de l’Ordre Jedi. Arsenicia expliqua la raison du mensonge sur leur lien de parenté, qui fut rien de plus qu’une faiblesse de sa part, incapable d’acceptée sa maternité à cause de son âge. Je fermais un instant les yeux, je n’arrivais toujours pas à m’imaginer avec un enfant alors que je me devais d’en avoir un afin d’assurer ma lignée, dans le fond, je pouvais la comprendre… Mais cela ne signifiait pas pour autant que j’appréciais ce signe de lâcheté, nous autres Jedi ne devions pas connaitre la peur.

Grâce à ses visions, Arsenicia fut capable de retrouver sa fille et de la tirer des griffes d’une femme qui la séquestrais et la torturer. Grâce à un subterfuge qui avait consisté à abandonner son épée a Saccade Sith sur les lieux, elle était déclarée morte et désormais, son destin était placé entre les mains du Conseil des Jedi. Ce n’était pas tout-à-fait vrai. Nous n’avions qu’une clef parmi tant d’autre de son destin, Kyla Ombrelune aurait pu prendre un chemin bien différent de celui qu’elle avait choisi d’affronter en revenant vers l’Ordre Jedi, elle avait pris le risque d’affronter le jugement du Conseil sans savoir ce que celui-ci lui réservait, ce qui était une preuve de courage en soit, mais sans même se concentrer dans la Force, je n’avais aucun mal à ressentir une appréhension et un malaise face à nous. Ce n’était pas bon signe, elle devait être prête à faire face à ses erreurs avec humilité, à moins qu’il ne s’agisse d’autre chose, les tortures peut-être…


« Vous nous demandez quelque chose d’important et difficile Grande Maîtresse Ombrelune. Votre fille a déjà suivi l’entrainement Jedi, elle a failli et succomber du Côté Obscur de la Force, puis a préférée fuir durant de nombreuses années plutôt que de se soumettre à notre jugement. Pourtant, cela ne suffirait pas à justifier une réponse positive ou négative à votre demande. La décision doit être prise sur notre consensus, en parlant tous en notre âme et conscience et l’en faisant confiance à la Force qui nous indiquera le chemin à suivre. Kyla Ombrelune nous a quittées en tant que Jedi puissante, nous faisons face ici à un pâle reflet de sa puissance dont la présence lumineuse est tourmentée. Il est incontestable qu’elle est besoin de notre aide, toutefois, de nombreuses questions restent en suspens. »

Je marquais une pause, prenant le temps de me redresser tout en joignant mes mains de telle façon à pouvoir poser mon menton sur ses dernières. Mon regard se tournait désormais vers celle qui était la cible de notre jugement. Ce que je voulais était simple, Arsenicia le comprendrais certainement et n’interviendrais pas si elle voulait que sa fille réussisse réellement à revenir chez les Jedi. Cela ne serait pas facile, mais nécessaire, il fallait en passer par là, même si c’était douloureux. Sans cela, Kyla s’enfermerait dans la spirale de la souffrance, déjà que son attachement à sa mère compliquerait sérieusement son apprentissage Jedi, il fallait veillez à ce que certaine choses fonctionnement correctement.

« D’après nos dernières informations, vous avez sombrée lors d’une mission sur Vjun, la planète de Darth Vader. Je sais que cela ne sera probablement pas agréable, mais je pense qu’il est nécessaire que vous effectuiez votre rapport sur cette mission, puis que vous nous racontiez les évènements dans votre vie survenue jusqu’à maintenant. Grande Maîtresse Ombrelune, j’attends de vous que vous soyez plus précise sur la manière dont vous l’avez tirée de ce mauvais pas, avez-vous bénéficiée d’une aide extérieure ? »

Il me paraissait difficile, même pour une Jedi confirmée comme elle, de prendre d’assaut seul la place forte d’un baron du crime en tuant tout le monde pour ensuite incendier la bâtisse, il était même préférable pour elle que cela ne soit pas le cas. En effet, l’avoir tuée elle-même signifiait qu’elle avait accomplie sa vengeance et commencée son chemin vers le côté obscur. Hors, je la connaissais assez bien et je sentais qu’elle n’était pas corrompue, ce qui signifiait que c’était quelqu’un d’autre qui avait tué la tortionnaire… Mais qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Conseil Jedi N°2 [END]   Lun 24 Sep - 0:22

Sorry pour les fautes (j'avais pas la foi de corriger ce pavé xD)


    Cela ne faisait que peu de temps que Sarisa était partie, mais je voyais déjà que sa présence manquait à ma mère. Elle y était vraiment très attachée et cela se voyait facilement. Cela faisait longtemps que je ne l’avais pas vu aimer quelqu’un à ce point là. Ça avait le don de la rajeunir… En fait je trouvais même qu’elle semblait être soulagée quand elle sa bien aimée était auprès d’elle. Cet amour devait d’ailleurs lui permettre de penser à autre chose… Déjà qu’elle avait du subir des visions pénibles de la Force lorsque Maria m’avait torturé…Elle avait du assumer sa position de grand maître ce qui au vu de ce qui se passait actuellement ne devait pas être très facile. L’Ordre Jedi était dans une situation précaire… Un faux mouvement de sa part, et c’en était fini de lui. Il ne faisait aucun doute que l’Alliance Galactique profiterait du moindre prétexte pour pouvoir se débarrasser une bonne fois pour toutes des gardiens de la paix quitte à devoir ordonner un autre ordre 66… Depuis la nomination de Natasi Daala, l’Ordre n’avait pas eu un seul instant de répit…. Il devait sans arrêt subir la politique de l’Alliance Galactique et ce sans pouvoir y faire quelque chose… Fort heureusement pour l’Ordre et ma mère, Natasi Daala n’était plus…et sa petite fille avait choisi une autre branche… Néanmoins, elle restait dangereuse…et j’avais eu l’occasion de le constater lorsqu’elle avait tenté de me capturer une fois…

    Soupirant, je me re-concentrais sur ma conversation avec Cassandre…sans grand succès. J’avais beau lui parlé et écouter ce qu’elle me disait, mes pensées restaient tournées vers notre voyage vers Ossus... J’étais anxieuse… anxieuse de ce que ma mère pourrait subir au vu des révélations qui s’ensuivront dans la salle du conseil…mais aussi anxieuse car mon avenir allait se jouer sur Ossus… Le plus ironique c’était que mon avenir dépendait…de mon passé… Mon passé… rien que l’évoquer me faisait mal...très mal… Ce que j’avais fait et ce que j’avais subi dans mon passé étaient des choses qui allaient me poursuivre toute ma vie… vie qui serait bien longue vu la longévité de ma race…
    A cette pensée, je ne pus m’empêcher de m’accrocher à la bure de Nicia que je portais encore… Avoir son vêtement sur moi avait quelque chose de réconfortant… Aussi stupide que cela puisse paraitre, j’avais même l’impression d’être en sécurité… Ce vêtement était imprégné par son odeur… C’était donc comme si elle était là… comme si elle me prenait dans ses bras en cet instant… Pourtant je savais pertinemment que j’allais devoir me débrouiller toute seule afin de vaincre mes peurs et mon angoisse… Mais pour le moment je préférais ne pas y penser. Je désirais profiter de l’instant présent…de ce calme environnant… Il n’était pas encore temps pour moi de songer à affronter le démon de Maria ainsi que mon propre nemesis…


    - Nous devrions nous reposer, je sens que la suite ne va pas être de tout repos.

    Me contentant de hocher la tête, je me levais, puis après avoir fait un signe de tête à Cassandre, je me dirigeais vers la chambre… Jusqu’à ce que j’atteigne la chambre et m’asseye sur le lit, je pensais à ce qui s’était passé ces derniers jours… En fait ces évènements s’imposaient presque à moi et ce à cause de leur violence mais aussi à cause des blessures que j’avais récolté. En effet même si je ne voyais pas et ne touchais pas mes cicatrices, je les sentais… Mes vêtements se collaient contre elles et me faisaient donc ressentir à chaque mouvement la sensibilité que j’avais acquise à cet endroit… C’était pénible voire même horrible… En fait, penser à ce point en particulier, m’énervait presque… du fait que…je n’arrivais pas à le supporter… Et pourtant j’allais devoir m’y faire… C’était une chose qui allait me suivre pendant tout le reste de ma longue existence…. Je ne pouvais donc pas l’ignorer… J’allais devoir m’y faire… m’habituer à ce contact… et j’allais devoir faire taire définitivement cette peur que j’avais que l’on me touche à ces endroits en particulier….

    - Kyla ? Ce n’est pas le moment de rêver.

    Ne l’ayant pas entendu entrer dans la chambre, je ne pus m’empêcher de sursauter. J’étais tellement plongée dans mes pensées que je n’avais même pas senti sa présence… A croire que cette histoire de cicatrice et de torture me tourmentait l’esprit bien plus que je ne le croyais… Une chose était sûre en tout cas… Je n’allais pas l’embêter avec cette histoire… Elle ne concernait que moi et moi seule ! Je devais me débrouiller toute seule dans mon coin…quitte à en souffrir… Il était donc exclu pour moi de la déranger…surtout qu’elle avait à s’occuper de choses qui étaient bien plus importantes que moi. Je ne devais pas…je ne pouvais pas me permettre de la distraire ! Ce fut donc pour cette raison que je ne cherchais pas à la regarder dans les yeux… Je ne voulais pas qu’elle se doute de quelque chose…
    Malheureusement pour moi, cette tentative fut un véritable échec… Ma mère s’approcha et s’agenouilla devant moi afin de saisir mon visage à l’aide de ses doigts… Je savais ce qu’elle était en train de faire… Elle m’observait et ce très attentivement…. A travers cette manœuvre je savais que non seulement, elle était inquiète mais qu’en plus elle essayait de me sonder afin de savoir ce qui me préoccupait… Or je ne voulais justement pas le lui dire…


    - Kyla … Ça ira maintenant, tu es en sécurité. Je suis là, Cassandre aussi. Mais … parle moi, dis moi ce qui ne vas pas, ne garde pas tout pour toi, c’est mon rôle de t’aider si je le peux, tu ne me dérangeras jamais.

    En sécurité… J’avais l’impression d’y être… juste l’impression… Mes déboires sur Vjun et avec Maria m’avaient appris une chose : Personne n’est jamais en sécurité. C’était un fait ! Nul ne savait ce que l’avenir pouvait nous réserver ! En ce moment le vaisseau de Nicia aurait très bien pu être tiré de l’Hyperespace par un Interdicteur et être ensuite pilonné par ce dernier jusqu’à la vaporisation complète du vaisseau… Je savais qu’elle ferait tout pour me protéger…mais en aucun cas elle ne pouvait garantir ma sécurité… Personne dans cette galaxie ne le pouvait…

    « Il n’y a rien…absolument rien… ça passera…t’inquiète pas… »

    Sa réponse ne se fît pas attendre et me fît prendre pleinement conscience de son état… Elle était inquiète… très inquiète… C’était quelque chose que je détestais et que j’appréciais à la fois… J’étais heureuse de voir qu’elle avait accepté pleinement son rôle de mère vu qu’elle se souciait de mon bien être… Mais je détestais par contre qu’elle puisse être minée par mon état… Ma mère avait déjà assez souffert dans sa vie… Je ne voulais pas en rajouter… Mais hélas, même si je ne le voulais pas, je le faisais quand même… J’étais dans une sorte d’impasse… Si je ne lui disais rien elle s’inquiétait… et si je lui parlais elle s’inquièterait encore… A croire que la Force avait vraiment le sens de l’humour pour oser me mettre dans des situations pareilles… Or je trouvais cet humour d’un gout vraiment douteux…

    « Si problème il y a… je viendrais te voir… Je te le promets… »

    C’était une promesse que bien évidemment, je ne comptais pas tenir… Elle était grand maître de l’Ordre Jedi… Elle avait autre chose à faire que de se soucier de ma personne ! Certes, je n’aimais pas lui mentir, mais cela était nécessaire…
    Lorsque qu’elle me répondît, une chose me surprît quelque peu…. Comment pouvait-elle croire que je ne lui faisais pas confiance ?! C’était bien la seule personne dans cette galaxie avec Cassandre en qui j’aurais absolument confiance… Même si notre lien de parenté avait changé et que désormais il s’agissait de ma mère et non de ma sœur… je n’avais pas cessé de lui faire confiance ! Dans ce cas présent ce n’était pas par manque de confiance que je ne lui disais rien mais car il ne fallait pas qu’elle soit tourmenté par mon état !


    « J’ai confiance en toi…mère. »

    La suite de cette conversation prit alors une tournure à laquelle je ne m’attendais pas… Après que ma mère m’ait embrassé sur le front, elle m’envoya avec un air facétieux le vêtement qui me servait pour la nuit…. Autant dire qu’à son air, je ne pouvais pas m’empêcher de penser qu’elle préparait un mauvais coup… Il me fallait donc prendre les devants si je ne voulais pas subir le traitement de ma mère qui allait sans doute se montrer…sans pitié. La seule option, que je pus donc envisager fut…la riposte !
    Malheureusement pour moi… cette riposte fut le déclencheur…d’une guerre sans merci…. Juste après avoir jeté le vêtement sur le lit, Nicia s’approcha de moi, d’un air tout à fait innocent et…se mît simplement à me…chatouiller tout en faisant attention à ne pas toucher les zones désormais sensibles de mon anatomie. Autant dire que je ne pus faire preuve d’aucune forme de résistance… J’avais toujours été sensible de ce coté… Je me mis donc à rire… J’avais beau tenter d’échapper à ce traitement, ma mère ne lâchait pas le morceau… Je tentais de riposter bien évidemment ! Hélas elle avait l’ascendant sur moi ! si quelqu’un nous avait vu en cet instant, il n’aurait jamais cru que ma mère était grand maître et que moi j’étais une fugitive… En cet instant nous rions tout simplement aux éclats ce qui bien évidemment nous faisait du bien ! Cela nous détendait …et nous offrait un réconfort que nous avions bien mérité surtout après ce qui s’était passé sur Koros major…

    Finalement alors que je reprenais mon souffle et essuyait les quelques larmes de joies encore présentes, je vis ma mère se lever et se…déshabiller devant moi… La voir nue ne me posait aucun problème sachant que tout comme elle je n’étais pas pudique… enfin avant ma torture je n’étais pas pudique… Désormais je préférais cacher mon corps du fait de sa « laideur »… Malheureusement pour moi, mon regard se porta sur les cicatrices que Nicia avait dans son dos… Par instinct, je détournais tout de suite le regard… La vue de ces cicatrices m’avait évoqué une chose à laquelle je ne voulais absolument pas penser… : mes 4 cicatrices situées dans mon dis… Je revoyais encore Maria se saisir de sa pipette et verser le contenu de ce récipient sur ma peau nue pendant qu’elle m’édictait des règles de conduite… Je ressentais encore cette douleur dans mon dos de par la précision de mes souvenirs… Avoir une mémoire absolue n’était vraiment pas quelque chose d’agréable dans certains cas…


    - Tu dois accepter ses cicatrices, Kyla. Elles font désormais partie de toi. Ne les laisse pas t’affaiblir, fait d’elles une force. Comme moi.

    C’était bien plus facile à dire qu’à faire… Je savais qu’elle avait raison mais pour l’instant je ne trouvais pas la Force de me défaire de ce spectre de mon passé… Tout ce que je voulais pour le moment, c’était ne pas penser à ça… Le plus ironique c’est que je ne faisais que penser à ça et que les circonstances m’obligeaient à songer à toute cette histoire… Je ne désirais qu’un peu de répit…rien de plus… Je voulais juste me trouver dans un endroit calme et apaisant afin de pouvoir réfléchir à tête reposée à tout ceci…

    « Je sais… »

    - Alors fais le, il n’y a pas d’essai sur ce coup. Si tu n’y arrive pas, jamais tu ne surmonteras cette épreuve. Je ne te demande pas d’y arriver en claquant des doigts … mais travail y. Je t’aiderais si je le peux.

    Devant ce constat, je ne pus m’empêcher de soupirer…. Elle avait raison mais c’était tout de même dur de penser à ça….
    Laissant une larme couler le long de ma joue, je pris mon courage à deux mains et entrepris de me dévêtir sous les yeux de Nicia…. C’était une sorte de pas en avant pour moi-même si je n’aimais pas beaucoup le fait qu’elle puisse voir cette marque hideuse qui non seulement défigurait mon corps mais aussi me faisait revenir en mémoire tout ce qui s’était passé d’horrible dans ma vie
    Soupirant une nouvelle fois, je me contentais de baisser la tête, d’un air triste…jusqu’à ce que je sente la main de ma mère se poser sur ma cicatrice située à l’épaule… La réaction fut instinctive… Je me mis à frissonner et cherchait à me dérober de son emprise… Ce contact m’était pénible et elle le savait ! J’avais accepté déjà de lui faire voir cette marque ! Cela ne lui suffisait pas encore ?! Tout ce qu’elle était en train de faire c’était de le faire souffrir inutilement ! Ni plus ni moins !
    Finalement, je me laissais faire et la laissais m’attirer contre moi pendant qu’elle continuait à caresser mon épaule… Petit à petit je m’étais fait à la sensation de sa main sur ma peau si sensible… Même si je ne pouvais pas réprimer un petit frissonnement du fait que ses caresses me chatouillaient quelque peu, je m’étais un peu calmée… J’étais plus tranquille même si je gardais encore de nombreuses pensées assez morbides en tête… Bien entendu je ne pouvais pas m’empêcher de pleurer même si je restais calme…


    - Je me souviens des premiers jours. Je ne voulais ni les voir, ni qu’on me touche. Eltarys n’était plus là pour m’aider tout comme mon premier maître. J’ai pris sur moi et j’ai fini par m’y habituer …

    Je me contentais tout simplement de pleurer… Je n’avais rien à dire… Sentant que Nicia desserrait son étreinte et finissait de s’habiller je sortis rapidement de la chambre et partis en direction de la soute…. J’avais besoin de changer d’air… de m’occuper l’esprit.
    Une fois arrivée, je me mis devant l’établi et constatait la présence d’un bras mécanique… A première vu, il s’agissait d’un bras de rechange pour K-9. M’en saisissant, je commençais à le nettoyer et à le réparer par endroits… chose qui m’apaisa au plus haut point… C’est durant cet instant que je pris conscience de la débilité de ma réaction précédente… Ma mère ne faisait tout ça que pour mon bien…. Et pourtant j’avais eu peur quand elle avait posé sa main sur mon épaule… C’était affligeant… Il fallait que je me débarrasse de cet état d’esprit… Je ne pouvais pas rester comme ça… Si je continuais sur ce chemin j’étais sûre d’aller dans un mur…d’aller au suicide… chose que je ne voulais absolument pas ! Il me fallait faire front.
    Ne voyant pas le temps passer, je finis par m’endormir sur l’établi sans m’en rendre compte…

    Lorsque Nicia vint me réveiller, j’eus la surprise de voir que j’étais dans sa chambre et non dans la soute… Elle était sans doute venue me chercher lorsqu’elle s’était réveillée… Je devais vraiment avoir besoin de beaucoup de sommeil pour ne pas l’avoir entendu et senti lorsqu’elle était venue dans la soute…
    Grommelant quelque peu, je commençais à revêtir, sans grande conviction, les vêtements que Nicia m’avait laissée à savoir une tunique blanche et un simple pantalon noir. J’étais anxieuse… très anxieuse… Tellement anxieuse que le mot ne suffisait pas à qualifier mon état. Je savais ce qui m’attendait aujourd’hui… J’allais rencontrer le conseil et celui-ci allait statuer sur mon sort… Mon avenir allait se jouer aujourd’hui même dans une pièce à huis clos. Je savais ce qui allait m’être reprochée et je l’assumais… A vrai dire je m’en voulais pour mes actes passées… Beaucoup de souffrance aurait pu être évitée si j’avais agis autrement… Beaucoup de vies auraient été épargnées, si je n’avais pas basculé… Il était trop tard maintenant pour changer le passé… J’avais du sang sur les mains et il était normal que je sois jugé pour cela !

    Allant dans la pièce principale, je vis Cassandre dans un coin et je remarquais les allées et venues de Nicia… Alors qu’elle s’approchait de moi, je lui saisis le bras afin de la retenir quelques secondes et lui tins ce langage :


    « Je suis désolé pour hier »

    Elle m’excusa aussitôt, le sourire aux lèvres. Elle avait du très certainement sentir que je m’en voulais pour hier soir…notamment pour ma réaction. J’aurais souhaité pouvoir lui en dire plus mais la situation ne s’y prêtait absolument pas. Peut être qu’après la séance du conseil, je pourrais le faire… du moins si on me le permettait…
    Laissant Nicia s’occuper de ses affaires, je m’assis sur le canapé à coté de Cassandre et attendît la suite des évènements… évènements qui d’ailleurs furent bien long à se dérouler…. L’attente jusqu’à l’arrêt complète du vaisseau m’avait paru interminable. C’était comme si l’atterrissage avait duré des siècles à mes yeux alors qu’en fait il n’avait duré que quelques minutes…

    Voyant que Nicia était revenue, je m’approchais d’elle afin de l’enlacer… C’était le seul moyen que j’avais à ma disposition pour lui dire à quel point j’étais reconnaissante pour tout ce qu’elle avait fait pour moi. Qui plus est, il s’agissait peut être de la dernière fois ou je pouvais le faire… Je tenais donc à en profiter un maximum, une ultime fois….


    - Ne soit pas si anxieuse, ça ira. Respire, ils ne mangent pas …

    « Plus facile à dire qu'à faire...mère... Après ce que j'ai commis...je suis la première à dire que je n'ai même plus le droit d'espérer redevenir une Jedi. »

    C’était en effet ce que j’étais en train de penser…. A mes yeux, pour ce que j’avais fait, je n’avais plus l’étoffe d’une Jedi… Mais malgré tout je revenais en ces lieux pour espérer en redevenir une… C’était assez ironique comme position. J’étais très pessimiste quant-à mon avenir mais…une infime lueur d’espoir subsistait… un espoir de fou comme aurait dit un vieux maître Jedi aux cheveux et aux vêtements blancs….
    Néanmoins, même si j’étais très anxieuse… je n’avais peur que d’une chose : que ma mère subisse les conséquences de cette histoire. A mon sujet, je n’avais pas peur… A vrai dire, je me savais responsable de tout ce que j’avais fait et je ne comptais absolument pas le nier ! Je venais ici pour assumer ce que j’avais fait…pour espérer pouvoir parvenir à contrebalancer le mal que j’avais commis… J’étais en quête de rédemption… Or je devais bien me l’avouer à moi-même… J’avais peur que cette rédemption me soit refusée…


    - Ne dis pas ça, si tu pense ainsi, c’est certain que ça ne le fera pas. Aller, allons-y.

    Et nous y allâmes…
    Mon entrée au Temple…fut…comme un baume au cœur… Comme lorsque j’étais encore une Jedi, je restais sans voix devant la magnificence de l’architecture. Un Hapien aurait trouvé cet endroit sordide mais pas moi… A mes yeux, l’architecture avait tellement été bien pensée qu’elle laissait irradier la paix…l’harmonie… Je me sentais comme chez moi… C’était comme si j’étais de retour à la maison… Depuis mon exil cet endroit n’avait pas pris une ride… Je me sentais bien… C’était un peu comme si j’avais retrouvé une part de moi-même en posant le pied à l’intérieur…
    Lors de notre traversée au sein du Temple, nous ne prononçâmes aucune parole…. Nous nous contentions d’échanger juste quelques regards… Mon entrée se fit bien entendue remarquer. Certains padawans et novices me dévisageaient du regard en se demandant qui j’étais. D’autres encore me regardaient de façon insistante car il savait qui j’étais et surtout ce que j’étais devenue par la suite… Autant dire que soutenir leur regard était quelque chose qui m’était impossible pour le moment… Certains s’étaient même contentés de me fusiller du regard… Si je devais revenir en ces lieux, ma réintégration n’allait pas se faire sans difficulté.
    Finalement au bout de quelques minutes, nous parvînmes jusqu’à la porte menant à la salle du Conseil.


    -Attend ici, ne t’inquiète pas je t’appellerai.

    Nicia m’embrasse alors sur le front et entra dans la salle…
    Pendant quelques minutes, je restais toute seule à faire les 100 pas en attendant qu’elle daigne m’appeler… Même si je tâchais de rester patiente, je ne pouvais m’empêcher de trouver le temps long… Il fallait avouer que dans mon cas, mon avenir n’allait pas tarder à se jouer… chose qui d’ailleurs était ironique vu que l’avenir se rapportait aussi au temps… Je tâchais de rester aussi calme que possible…même si c’était dur… Je n’arrivais pas à faire taire mon angoisse…. D’ailleurs celle-ci était telle que pour tenter de l’oublier je manipulais entre mes doigts le cristal de mon père… C’était un réflexe stupide mais rassurant quelques part…

    Alors que je continuais à faire les 100 pas, je vis la porte s’ouvrir et sentis ma mère m’inviter à entrer dans la pièce… chose que je fis en tentant de paraitre assez calme...
    M’approchant du centre de la pièce, je m’inclinais avant toute chose devant le conseil puis je pris place au coté de ma mère… Elle en profita d’ailleurs pour poser son bras sur mon épaule droite sans doute afin de me rassurer et de me faire signe que tout se passerait bien.

    Laissant Nicia prendre la parole, je l’écoutais très attentivement faire les présentations…chose qui d’ailleurs me ramena il y a près de 40 années lorsqu’elle m’avait présentée devant le Conseil afin de me faire intégrer l’Ordre… Le résumé qui s’ensuivit fut rapide, clair et concis du moins à mes yeux… chose qui était normale vu que j’avais déjà tous les éléments en ma possession…
    Lorsque ma mère avait révélée notre véritable lien de parenté je n’avais pas pu m’empêcher de déceler dans le regard d’un des maîtres présents dans la salle une lueur désapprobatrice… Cette lueur avait eu le don d’accentuer un peu mon angoisse mais aussi de me pousser à m’interroger. Pourquoi avait-elle eu cette réaction ? En voulait-elle à ma mère pour son mensonge ? Pour son comportement irresponsable quand elle avait 25 ans ? Ou pour autre chose ? Je n’aurais su le dire…
    Quand ma mère aborda mon petit séjour chez Maria, je ne pus m’empêcher de baisser la tête… Je la voyais encore en train de me torturer… de s’amuser avec mon corps… Je voyais encore tout ce que j’avais subi… Je n’arrivais pas à me défaire de cette vision qui était si horrible qu’elle en était indescriptible…

    Finalement, la maître que j’avais observé quelques instants plus tôt pris la parole. J’étais en parties d’accord avec ce qu’elle avait dit mais… sur de nombreuses choses elle se trompait… Lorsque j’avais décidé de prendre la fuite c’était car on m’avait laissé un mot m’indiquant que j’étais poursuivie par l’Alliance Galactique… A l’époque j’ignorais tout des meurtres que j’avais perpétré et ce pour une raison : On m’avait effacé la mémoire. Je me croyais donc non coupable. Qui plus est à l’époque, je n’avais pas voulu mettre l’Ordre Jedi dans l’embarras en cherchant à le rejoindre… Après tout il suffisait que l’Alliance Galactique soit au courant de ma présence pour que celle-ci rapplique avec plusieurs vaisseaux et de nombreuses troupes prêtes à assiéger le Temple. D’ailleurs si j’avais cherché à me rendre à ce régime, j’étais sûr que le chancelier en poste à l’époque aurait pris aussitôt d’autres mesures anti-Jedi… Après tout, j’étais le prétexte parfait : Une autre Jedi devenu folle avait fichu le bordel…. Il valait donc mieux les surveiller afin d’éviter tout type de comportement déviant.
    Au sujet de ma soi-disant puissance elle avait raison… Je n’étais plus que l’ombre que moi-même désormais… Ma maitrise et ma sensibilité à la Force laissait plus qu’à désirer, mon maniement du sabre quant-à lui, je n’osais même pas imaginer à quel point je devais sans doute être aussi compétente qu’une novice… Quant-à la question de ma santé psychologique et physique… elle laissait aussi à désirer…



    « D’après nos dernières informations, vous avez sombrée lors d’une mission sur Vjun, la planète de Darth Vader. Je sais que cela ne sera probablement pas agréable, mais je pense qu’il est nécessaire que vous effectuiez votre rapport sur cette mission, puis que vous nous racontiez les évènements dans votre vie survenue jusqu’à maintenant. Grande Maîtresse Ombrelune, j’attends de vous que vous soyez plus précise sur la manière dont vous l’avez tirée de ce mauvais pas, avez-vous bénéficié d’une aide extérieure ? »

    Croisant le regard, de celle qui venait de s’exprimer, je ne pus m’empêcher de soupirer… Je savais que cela n’allait pas être très facile et que j’allais avoir l’impression que l’on était en train de remuer le couteau dans la plaie mais…je me devais de passer par là… je devais m’expliquer pour permettre aux membres de ce Conseil de statuer sur mon sort…
    Fermant les yeux 5 secondes, je tâchais de prendre mon courage à deux mains et d’inspirer profondément afin de commencer cette histoire qui avait presque une décennie…


    « Comme vous l’avez mentionné, maître, ma dernière mission s’est déroulée sur Vjun…Il y a après de 8 ans… Trois de mes amis et moi-même y avons été envoyés afin de tirer au clair une affaire des plus étranges… A l’époque, de nombreuses rumeurs courraient au sujet de l’ancienne forteresse de Vader… Vu les méandres du coté obscur qui entourent la planète, nous n’avions aucune idée de quoi il pouvait bien s’agir… Certains maîtres redoutaient même l’apparition d’un nouveau Sith en ces lieux… Nous y nous sommes donc rendus… » Je repris mon souffle « Lorsque nous sommes finalement arrivés sur la forteresse, nous avons constaté, outre la présence oppressante du coté obscur, des traces d’une récente activité… Par mesure de sécurité, mes amis et moi, nous sommes concertés afin de rester groupé… Nous avons fini par arriver dans une pièce… » Je ne pus m’empêcher de serrer un de mes poings à l’évocation de ce souvenir « Je ne sais comment, mais dès que nous sommes arrivés, un piège s’est activé… De nombreuses parois en duracier nous bloquaient des différentes sortis… Nous avons donc cherché tout de suite à les découper au sabre laser jusqu’à ce qu’un hologramme fasse son apparition. Un homme en uniforme de l’Alliance Galactique se trouvait devant nous… Pendant quelques minutes, il nous fît un discours comme quoi nous les Jedi étions un mal qu’il fallait à tout prix enrayer… Puis, juste après nous avoir fait ses adieux, il a déclenché les explosifs qui se trouvaient dans la pièce… Après tout s’est passé si vite…. Je me revois encore en train de vouloir réagir devant ce danger imminent en cherchant à nous protéger à l’aide le Force… mais je ne suis pas parvenu… Cette explosion a eu un autre effet sur moi… un effet dont je n’aurais jamais soupçonné l’existence »

    Faisant une pause dans mon discours, j’en profitais pour essuyer la larme qui venait de couler le long de ma joue…

    « Comme certains d’entre vous le savent déjà, je suis quelqu’un de très empathique… Depuis petite, j’arrive à me lier très facilement avec les gens et ce pour une simple raison : je suis capable de tisser des liens de Force avec les gens que j’apprécie… Les personnes qui se trouvaient en ma compagnie sur Vjun étaient mes amis… Sous l’effet cette explosion, ils étaient tous mort… Leurs disparitions soudaine, a fait naître en moi une douleur sans nom… Ajoutée à cette douleur, l’explosion et ses conséquences, je suis aussitôt tombée dans l’inconscience… ou du moins dans une pseudo inconscience… A vrai dire, aujourd’hui encore, j’ai tendance à me dire que j’étais aux portes de la mort à ce moment…. Alors que j’étais dans cet état, je découvris sans peine que Nicia était ma mère et ce à l’aide de différents petit indice… Je ne sais comment mais cela s’était imposé à mon esprit… Cela m’avait rendu furieuse sur le moment… Comme vous vous en doutez, j’étais aussi très affectée par la mort de mes amis… Je souffrais… et je trouvais leurs morts injustes… Je trouvais que cet homme appartenant à l’Alliance Galactique devait payer pour ses actes… J’ai donc utilisé ma colère et ma haine pour sortir de cet état… et j’ai juré à cet instant de tuer cet homme… Je suis passée du coté obscur à ce moment…. »

    Je baissais la tête…

    « Je reconnais aujourd’hui que j’ai fait une erreur…une terrible erreur… Hélas ce n’est pas la seule… Après cet épisode sur Vjun et ce pendant 3 années, j’ai erré dans la galaxie… J’ai cherché à en apprendre plus sur les anciens savoirs Sith afin de détruire l’Alliance… J’ai aussi mené ma petite Vendetta personnelle durant ces 3 années… J’ai tué toutes les personnes Anti-Jedi que je pouvais trouver y compris cet homme qui avait assassiné mes amis sur Vjun… Chaque fois que je tuais quelqu’un, je veillais à ce qu’il souffre avant toute chose…. Certains des massacres que j’ai perpétrés sont tout simplement horribles… J’en suis même arrivé à tuer un gosse qui se trouvait dans le ventre de sa mère…et je ne parle même pas de celui que je me suis concentré de vaporiser en le jetant au feu… Pendant ces 3 ans, j’ai commis des atrocités… atrocités dont vous devez être sans doute au courant… Aujourd’hui, je m’en veux pour ce que j’ai commis… je voudrais me racheter… mais cela semble bien plus facile à dire une fois que tant d’atrocités ont été commises… » Je soupirais une nouvelle fois « Au bout de ces 3 ans, Nicia a fini par me retrouver et elle a tenté de me stopper de façon pacifique… Hélas, j’avais succombé aux ténèbres… Je l’ai donc combattu…et elle a fini par me vaincre en me blessant au bras… Après ce duel, elle s’est approché de moi, a coupé mon lien avec la Force et m’a effacé de ma mémoire tout ce qui s’était passé ces 3 dernières années… Quand je me suis réveillée, j’étais perdue… et j’étais mortifiée de ne plus ressentir la Force… A coté de mon corps, j’ai trouvé un mot qui m’expliquait que je devais fuir car l’Alliance Galactique me poursuivait pour meurtre… »

    Je repris mon souffle

    « Après la suite vous la connaissez presque… j’ai passé ces 5 dernières années à fuir l’Alliance et les chasseurs e primes, en ne sachant même pas pourquoi j’étais poursuivie… Tout ce que je savais c’était que je ne pouvais pas me permettre de revenir chez les Jedi de peur de vous mettre en danger… Puis finalement il y a quelques semaines de cela, je me suis fait capturé sur Taris par le dirigeant d’un Gang… Nicia est venu sur la planète et a réussi à me sortir de là… Puis nous nous sommes séparés…et là je suis parti sur Koros Major… C’est sûr cette planète que je me suis fait capturée par une véritable psychopathe… Pendant plusieurs jours, elle m’a gardé chez elle… et en deux occasions elle m’a torturée… Elle m’a enfoncé des aiguilles dans mes muscles… Elle ma versé de l’acide sur mon dos et sur mon épaule… Ses droides m’ont déboités l’épaule, et m’ont cassés quelques côtes… La maîtresse des lieux a aussi découpé une partie de mon anatomie » je dégageais quelque uns de mes cheveux afin de leur montrer dans quel état se trouvait mon oreille « Après, elle m’a aussi…forcée à lui faire du bien…puis je me suis finalement faite violée par un Wookie… Juste après ce viol… Nicia est apparu alors que j’étais presque inconsciente et m’a sauvée…pour ensuite aller me soigner et m'amener ici…à ma demande.»

    Ce discours m'avait bien entendu affectée... J'étais triste....ainsi que déprimée... Ce que j'avais évoqué constitué l'intégralité des souvenirs que je jugeais comme pénible... Cela touchait la partie de ma vie la plus noire... Lorsque j'avais parlé, ces différents souvenirs avaient tous défilés dans ma tête et ce avec une grande précision... Je revoyais encore Maria...mais aussi mon Nemesis...mon autre moi maléfique. Je m'en voulais pour le mal que j'avais commis... Désormais, je voulais réparer mes erreurs... Même si je n'étais plus celle qui avait perpétré autant de meurtres, je ne trouvais pas la force aujourd'hui de me pardonner pour tout ce que j'avais fait...
    Même si je ne pleurais pas et tâchais de rester calme, on pouvait facilement remarquer que mes yeux étaient désormais humide et que mon âme était avec ses souvenirs en proie à la tourmente...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Conseil Jedi N°2 [END]   Lun 24 Sep - 22:53

    Aquilus Oblivarion se trouvait dans ses quartiers après être revenu d’Ondéron avec sa padawan. Là il lui avait demandé d’aller méditer quelques heures sur les leçons qu’elle avait pu tirer de ce premier voyage en dehors du sanctuaire Jedi d’Ossus.
    N’ayant même pas eu l’occasion de faire son rapport de mission dans son holocron, le Maître Jedi fut convoqué de nouveau pour une session extraordinaire au Conseil Jedi.


    * Décidément, tu deviens indispensable Exio. *

    Pensa l’Ombre Jedi tout en esquissant un sourire sarcastique sur son visage creusé de premières rides. C’était sans doute ce que Seïna lui dirait si elle était encore là. Cette séance tombait au mauvais moment car l’agent du Covenant avait bien l’intention de poursuivre la formation intensive de son apprentie juste après avoir consigné ses conclusions dans son rapport, mis à jour son fichier global ainsi que sauvegardé le tout dans son holocron. Il se hâta d’achever une de ses phrases avant de quitter sa chambre. Pressé, il prit pourtant soin de rester silencieux mais poli tout en évitant les autres Jedi qui arpentaient à travers les longs couloirs de ce sanctuaire.
    Il connaissait le bruit de pas de nombreux Jedi, détenant ainsi presque officieusement la clef du temple d’Ossus et de ses fabuleux jardins d’émeraude. Cela faisait déjà plusieurs jours qu’il ne s’y était pas rendu en y repensant. Pénétrant dans la salle du Conseil, il se dépêcha de s’installer dans son fauteuil tout en conservant sa certaine nonchalance habituelle. Une fois assis, il écouta Arsenicia Ombrelune prendre la parole et expliquer la situation actuelle. La stupéfaction fut la première émotion à saisir littéralement le vénérable Jedi. Il dut s’efforcer de ne pas la laisser transparaitre afin de se concentrer sur l’exposé qui lui était présenté. Aquilus comprit alors que la jeune Kyla Ombrelune avait un passif lourd derrière elle. Ses paroles ne surprirent pas l’Ombre Jedi qui se contenta de fixer son attention sur elle tout en adoptant une expression de plus en plus sévère à l’annonce de chaque crime perpétré par l’enfant d’Arsenicia. Difficile à croire que cette grande Jedi, et aujourd’hui doyenne de l’Ordre ait put commettre une erreur de jugement si critique en sa jeunesse. Sophia Kuat quant à elle avait judicieusement demandé le plus d’informations possibles concernant la mission sur Vjuun. Exio remarqua à ce moment là que la jeune femme avait soupiré ce qui agaça l’Ombre Jedi qui pensa.


    * Tu croyais quoi ? Qu’il suffirait de revenir ici et de demander tout simplement à être réintégrée après tout ce que tu as fais ? Comme si rien ne s’était passé ? Si tu rechignes à parler de ton histoire en soupirant comme une adolescente mécontente, alors il n’est pas encore temps pour toi de réclamer notre pardon. *


    Néanmoins, il l’écouta. Au fur et à mesure, il devint limpide qu’elle avait joué un rôle dans la dégradation des relations diplomatiques entre l’Alliance et l’Ordre Jedi. Sans doute que le Chancelier de l’époque avait du en profiter pour renforcer les lois anti-Jedi qui contraignaient Aquilus à disposer d’un panel d’identités fausses pour déjouer les lois galactiques. Cependant, l’Ombre Jedi ne pouvait s’empêcher de penser que tout serait sans doute un peu plus facile si Kyla s’était comportée différemment et avait appris à maîtriser son empathie. Serrant la mâchoire, l’humain baissa la tête pour écouter la fin de l’histoire de la fille Ombrelune. Il est vrai qu’elle avait subit plusieurs sévices, mais l’Ombre Jedi, d’un point de vue des plus pragmatiques ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle n’avait fait que payer les conséquences de ses actes. La voie du Côté Obscur mène à la peur, la peur menait à la colère, la colère menait à la haine, et la haine conduit inévitablement à la souffrance. L’histoire de cette jeune femme suivait cet enchainement, confirmant ce que pensait déjà Aquilus, chaque action entraîne une conséquence. Repensant à l’histoire de la jeune femme, il se souvint qu’elle avait évoqué le guet-apens de l’Alliance comme étant le point de départ à sa décadence. Plusieurs détails chiffonnaient le Maître Jedi qui se demanda s’il avait en face de lui, quelqu’un d’honnête tant les faits semblaient narrés sans grande précision, comme si l’on contait une histoire passant de bouche à oreille. L’Ombre Jedi prit le courage de formuler ses doutes tout en fixant l’interrogée d’un regard d’acier qui cherchait à savoir et comprendre tout en étant ferme.

    - L’Alliance nous aurait tendus un piège sur Vjuun ? Allons, votre exposé me laisse plus que perplexe... Sauf si bien évidemment vous avez omis quelques détails concernant votre histoire. Qu’est-ce que l’Alliance aurait bien pu avoir à faire à éliminer quatre Jedi seulement si nous étions un mal à enrayer ? Comment auraient-ils pu deviner que nous comptions nous y rendre plutôt que sur Korriban par exemple ? Ils disposaient déjà à l’époque d’une flotte et d’une armée suffisamment suffisante pour établir un second Ordre 66, si nous étions une peste à éradiquer de la galaxie, ils auraient très bien pu faire ceci en dépêchant même pas un vingtième de leur flotte et de leurs troupes. Et compte tenu de l’important appareil propagandiste à sa solde, elle aurait même pu avoir l’approbation d’une large opinion publique… La population nous craignant depuis l’élection de l’amirale Daala ainsi que la décadence de ce traitre ; Jacen Solo, il est fort probable que l’Alliance aurait été même applaudie pour cette initiative radicale. Avez-vous le nom de cet officier de l’Alliance ? Des données sur cette personne ? Quelques informations recueillies ? N’avez-vous pas pensé une seule seconde avoir été manipulée par une tierce personne sur la véritable identité du chef de cet odieux guet-apens ?

    Exio cherchait à lui faire prendre conscience qu’elle avait sans doute été manipulée. L’Ombre Jedi souhaitait également à la fois tester la jeune femme afin de voir si elle avait suffisamment de maturité pour assumer ses erreurs, mais également suffisamment de motivation et de courage pour les racheter. Puis l’Ombre Jedi tourna le regard vers l’Arcadienne, il n’avait aucune rancœur à son égard car il savait pleinement qu’Arsenicia avait depuis longtemps assumé son erreur, et qu’elle n’était plus celle qu’elle avait été : l’irresponsable. Grand Maître Ombrelune avait changé et était devenue plus sage. Néanmoins, il cherchait à comprendre ce qui avait poussé la Jedi à laisser sa propre fille errer dans la galaxie. L’instinct maternel lui aurait, en toute logique, conseillé de la mettre en sécurité au sein du temple Jedi plutôt que de prendre le risque de la laisser se faire tuer. Aussi il demanda.

    - Quant à vous Arsenicia Ombrelune, pourquoi ne pas avoir capturé votre fille pour la mettre en sûreté dans nos geôles Jedi plutôt de laisser un si fort potentiel dans la Force errer à travers la galaxie tout en étant poursuivie par des agents de l’Alliance Galactique ? Quelles étaient vos motivations ?


    Exio se caressa la barbe, pensif l’espace d’une seconde puis posa trois dernières questions.

    - Et qu’est-il advenu de cet artefact Sith, cette épée ? Savez-vous ou il a été retrouvé ? Par ailleurs Kyla Ombrelune, auriez-vous des informations sur cet individu vous ayant infligé ceci ? Sa localisation par exemple. Pensez-vous que ses motivations étaient de vous faire basculer du Côté Obscur de la Force dans le but de tirer un bénéfice de vos capacités.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Conseil Jedi N°2 [END]   Lun 1 Oct - 18:20

Une question. Obsédante, entêtante, capable d'assiéger votre esprit plus que de raison. Les rouages d'un secret qui apparaissait au grand jour et que pourtant il ne parvenait pas à comprendre, pour le moment du moins. Il se passait des choses étranges chez les Jedi, au sein même du conseil, trop étranges pour qu'il ne s'agisse d'une vue d'esprit. Cette illusion, Jilano comptait bien la percer et la révéler au grand jour , et sa première session au conseil lui avait permit de dénicher un début de piste.

Et celle-ci s'appelait Aquilus Oblivarion. Ou Exio Brekeshield, ou quel que soit le vrai nom de ce Jedi qui fricotait avec les ombres. Après de brèves recherches, Jilano était parvenu à trouver le dossier complet de celui que l'on nommait Oblivarion. Rien d'étonnant à cela, puisque lui même posséder l'habilitation nécessaire en temps que conseillers pour y avoir accès. Cependant, lorsqu'il entrait le nom de Brekeshield, il ne trouvait rien, pas un indice. A croire que le bonhomme n'avait jamais existé. Le Maître Jedi penchant pour un autre théorie, celle de l'effacement des donnés, il avait fouillé de plus belle dans les archives, mais rien n'y faisait, il ne trouvait aucune donnée. Dès lors, cette énigme n'avait cessé de le tourmenter. Peu de personnes pouvait trafiquer les registres Jedi, mis à part les membres du conseil. Ce qui signifiait que quelqu'un protégeait l'Ombre Jedi et lui assurait une couverture efficace, quelqu'un de puissant à priori et qui semblait appartenir à l'élite des Jedi.

Alors que Jilano se rendait à la salle du conseil conformément aux instructions qu'il venait de recevoir, il ne pu s'empêcher de soupçonner Arsenicia Ombrelune, mais infirma très vite cette théorie nébuleuse. Ombrelune était certes une irresponsable aimant les cachoteries, mais elle ne possédait pas selon lui l'astuce nécessaire à la mise en place d'une telle supercherie. Célestine Kuat semblait quand à elle au dessus de tout soupçons, bien que Jilano ne la connaisse pas assez pour se faire une idée précise. Elle était la plus fidèle représentation de ce qu'un Jedi devrait être, bien qu'elle aussi cachait vraisemblablement bien des choses à ses paire, il le sentait.

*Cruelle ironie, je ne peux faire confiance à mes propres paires! *

C'est sur cette pensée peu réjouissante que Jilano entra dans la salle dévolue au conseil Jedi. Saluant ses confrères, il alla ensuite s'asseoir pour écouter Arsenicia Ombrelune qui déjà prenait la parole. Sous les yeux médusés des Jedi présent, elle fit entrer Kyla Ombrelune et relata une partie de leur histoire commune. Jilano avait connu Kyla au cours de ces jeunes années, lorsque lui et Liara rentrait au temple. De cinq ans son puiné, il avait à chaque constaté la lumière qui émanait d'elle, ce tempérament frondeur et cette détermination qui la rendirent ensuite célèbre, jusqu'à sa chute du moins. Voire l'épave qu'elle était devenue l'attristait, mais il n'en montra nul signe à quiconque. Quelque soit ses douleurs et ses regrets, qui fusait dans la Force avec la puissance de Rancor, le poids de ses fautes restaient toujours impunis. Le simple fait de se tenir devant le conseil suffisait toutefois à rendre compte de son besoin d'absolution, aussi le jeune Maître prit soin de se taire, laissant à Célestine Kuat sommer l'ancienne Jedi de rendre compte de ses agissements. Avec un soupir auquel le jeune Maître ne prêta nul attention, celle ci obtempéra.

Son discours fut long, trop sans doute pour elle à en voir la culpabilité envahir sa présence dans la Force. Il devenait cependant claire qu'elle était en partie responsable du durcissement des relations entre l'AG et l'Ordre. Comment en vouloir d'ailleurs à l'Alliance? Kyla ayant tué plusieurs de leurs hommes, il aurait fallut être fou pour ne pas profiter de cette débauche de bêtise, surtout lorsqu'elle venait d'une Jedi aussi puissante que la fille d'Arsenicia Ombrelune. Jilano opina du chef lorsqu'Aquilus Oblivarion vint sous entendre que l'attaque qu'elle avait essuyée sur Vjunn ressemblait à s'y méprendre à un piège. Selon Jilano, ce genre de méthode caractérisait une action Sith qu'autre chose, surtout si l'on considérait le peu de bienfait qu'aurait tiré l'AG de l'assassinat collectif de quatre Jedi...

-Le Maître Oblivarion parle avec sagesse, Ombrelune. L'AG ne tue que pour servir ses propres intérêts. Quel bénéfice aurait-elle tirée de votre assassinat? Il est d'autres ennemis, qui probablement se réjouissaient à l'époque de la dégradation de nos relations avec l'Alliance. L'évidence peux parfois se révéler illusoire. Vos actes ont eux des répercussions tangibles, et tout le mal que vous avez fait restera en vous à jamais, mais on peux dire la même de vos bonnes actions antérieur. Ce genre de considérations étant bien trop philosophique pour nous servir ici présent, je ne vais vous poser qu'une seul question, une question qui sans doute vous paraîtra creuse et stupide, mais auquel vous ne pourrez vous dérober. Dites moi Kyla, pourquoi cherchez vous à réintégrer les voies de la lumière?

De la réponse de Kyla dépendait sans doute son avenir. Il avait amené cette question délicatement, comme pour encourager l'ancienne déserteuse à questionner ses motivations profondes. Nonobstant son état mentale, elle se devait de posséder une réponse, quoi qu'elle fut. Ayant pour le moment finit avec la jeune Ombrelune, Jilano se tourna vers sa mère. Il n'était pas surpris par l'étendue de son manquement, Arsenicia n'étant pas à son premier coup d'essai dans ce domaine. Pourtant, elle avait cette fois caché au conseil des données capitales, données qui aurait sans doute pu changer la donne dans ce contexte géopolitique au climat glaciale. Eut-elle mené Kyla aux conseillers de l'époque, sa fille n'aurait pas sombré dans une telle déchéance, c'était un fait presque acquis. De plus, le jeune Maître considérait que la sanction d'Arsenicia envers cette dernière n'avait pas lieu d'être. Dû-t-elle être Grand Maître et parent condamné, elle ne pouvait prendre une décision seul, surtout si la décision en question vire à un drame susceptible de faire trembler les fondements mêmes de l'Ordre tout entier. Pour la seconde fois de la journée, il en vint à se demander si Ombrelune possédait le charisme et la sagesse nécessaire pour guider les Jedi, à l'instar d'une Célestine Kuat. D'après ce qu'il avait vu des deux conseils auxquels il avait participé, il devait admettre qu'il n'en était pas convaincu.

-Il vrai, Grand Maître Ombrelune, que j'éprouve moi même un certain saisissement devant votre comportement. Kyla est votre fille, et chacun sait qu'un parent se doit d'apporter assistance à son enfant. Pourtant, lorsque ce parent est aussi Grand Maître, n'est-il pas préférable pour lui de faire passer son devoir avant toute chose? C'est ce qu'un Jedi se doit faire, même je conviens que la pratique d'une telle philosophie est autrement plus ardue que sa théorie.

Proférée sur le ton de la discussion, la question n'en était pas pour autant cruciale. Des années avaient s'être passés depuis l'incident, l'Ordre ne pouvait se permettre de s'appuyer sur un Chef aussi peu fiable et cachotier. Bien sur, l'attitude d'Arsenicia pouvait s'améliorer avec le temps, c'est en tout cas ce qu'espérait Jilano.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Conseil Jedi N°2 [END]   Lun 1 Oct - 22:41

La main posée sur l’épaule de sa fille, Arsenicia se faisait protectrice. Peut être que le Conseil voyait cette relation d’un mauvais œil, mais il n’était plus interdit par le code d’avoir des enfants et bien que Kyla ait fait des choses horribles dans sa vie, elle restait sa fille et en tant que telle, Arsenicia ne pouvait pas cesser de l’aimer, ce serait comme lui demander d’arrêter de respirer. Il n’était pas dans la mentalité de son peuple de se détourner des autres et encore moins dans la sienne… Son regard se posa sur Celestine lorsque celle-ci prit la parole. Pour donner un peu de courage à sa fille, elle pressa doucement son épaule. Elle connaissait son récit, elle ne l’écouta pas réellement bien qu’elle ne pu s’empêcher de sourire intérieurement lorsqu’elle parlait d’Arsenicia sous le surnom de « Nicia ». Elle était bien la seule à l’appeler ainsi, avec ses parents bien sûr. Finalement, lorsqu’elle se tut, la Grande Maîtresse Jedi s’exprima à son tour d’une voix neutre et mesurée, ne laissant absolument rien transparaître de ce qu'elle pensait.

« J’ai effectivement bénéficié d’une aide extérieur pour tirer Kyla de ce mauvais-pas. Il s’agissait de quelques amis Echani, ce sont eux qui ont finalement retrouvé l’endroit précis où ma fille était retenue. Ce sont également eux qui ont incendié l’endroit, ce que nous avons vu la dedans était horrible, ils ont tenu à le faire payer et la tortionnaire est morte, brûlée vive mais probablement déjà inconsciente à cause de la fumée. Je n’ai pas pu les en empêcher. »

Ce fut ensuite au tour de l’Ombre Jedi de prendre la parole. Il ne croyait pas à la version de Kyla, ce qui pouvait se comprendre. L’Alliance attaquant quatre Jedi isolés … une action guère utile. Arsenicia n’avait jamais remise en cause cette version des faits. Si les Sith avaient été derrière cela, elle l’aurait vu, ses visions le lui auraient montré. Mais toutes ces questions ... Arsenicia doutait grandement que sa fille puisse y répondre convenablement. L’Ombre Jedi se tourna finalement vers la plus vielle des deux Arcadienne qui soutint son regard sans brancher. Elle savait qu’il allait lui faire des reproches, il en avait parfaitement le droit et surtout, il avait raison. A cette époque … Tellement de chose c’était passé pendant ces années là…

« Cela ne changera peut être rien à l’opinions que vous avez de moi, peut être que cela l’aggravera davantage, mais vous devez savoir que deux ans avant la déchéance de ma fille, son père est mort. Je suis une Jedi, oui, mais Jedi ne veut pas dire insensible et sa mort fut pour moi très douloureuse. Vous n’êtes pas père et n’avez peut être jamais était amoureux, alors vous ne pouvez peut être pas le comprendre … mais ces faits remontes à près de dix ans. A l’époque, je n’étais pas celle que je suis aujourd’hui et je sais que j’ai mal agis. Mais je n’aurais pas supporté, à l’époque, de voir ma fille emprisonné si proche de moi sans que je puisse y faire quoi que ce soit. J’ai préféré prendre le temps de méditer sur le futur de Kyla et ainsi être là pour la sauver lorsqu’il le fallait plutôt que de la voir enfermée. Si je l’avais emmené ici à l’époque, peut être aurait-elle retrouvé la lumière plus tôt ou peut être pas… J’ai étais irresponsable, je le sais depuis bien longtemps déjà et je suis ici aujourd’hui pour réparer mes erreurs passées. » Elle se tourna ensuite vers Jilano. « Comme vous le dites, la pratique est plus difficile que la théorie. Vous n’avez pas ma mentalité ni celle de mon peuple, vous n’êtes pas père et vous n’êtes pas dans l’état psychologique dans lequel j’étais à ce moment là. Le Conseil de l’époque m’a envoyé,moi, tuer ma fille tout en sachant ce qui c’était passé quelques années plus tôt. Je n’ai pas fais mon devoir de mère en la remmenant au Temple, mais j’ai enrayé la menace que Kyla était à l’époque. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Conseil Jedi N°2 [END]   Mar 2 Oct - 1:36

[HRP : Oublie pas Jil, pour les Jedi, c’est Sophia Kuat, je te demanderais pas d’éditer cette fois car je sais que tu étais pressé, mais pense y la prochaine fois, merci d’avance !]

J’avais fait une demande difficile, je le savais, les souvenirs de Kyla ne devait pas être particulièrement agréable et elle allait devoir y faire face afin de pouvoir faire son rapport, le soupir me laissa impassible. Il n’y a pas d’émotion, il y a la paix, cette maxime, j’en avais fait mon sacerdoce, une devise à laquelle j’avais raccrochée toute ma vie. Bien que mes paroles s’étaient également tournée vers une interrogation pour la Grande Maîtresse Jedi, notre repentie s’exprima en premier, évoquant son long parcours depuis sa dernière mission, qui remontait déjà à huit années sur Vjun. Un guet-apens… Contrairement à mes collègues, je n’y vit pas nécessairement la marque des Sith, la façon de procédée me semblait trop… Technique. Les Sith préfèrent toujours faire des démonstrations de grand style de leurs pouvoirs, sauf les plus vicieux, et hormis à l’époque des grands Empire Sith, ils n’étaient pas des adeptes de l’uniforme. L’on pouvait certes m’accuser de les sous-estimer, mais je ne voulais écarter aucune possibilité, les Sith étant très loin d’être la seule force capable de faire une attaque dirigée exclusivement contre les Jedi et nombre d’officier s’étant prononcé en faveur de leur élimination au sein de l’Alliance, l’héritage de Darth Caedus et Lumiya.

Même lorsqu’elle évoqua les sévices qu’elle avait subis, je ne laissais pas les émotions marquer mon visage. Elle devait croire que j’étais sans cœur et je ne pouvais lui en vouloir, mais j’avais appris à ne pas laisser mes propres émotions obscurcir mon jugement. Il s’agissait d’un luxe que je ne pouvais me permettre et une leçon que Skywalker avait bien trop souvent oublié, nous faisant frôler de nombreuses catastrophes… Arsenicia répondit ensuite à ma demande, expliquant qu’elle avait reçu le soutien d’ami Echani. Rien de réellement étonnant, les grands rivaux des Mandaloriens n’étaient peut-être plus que l’ombre d’eux-mêmes, mais ils restaient des mercenaires efficace apte à mener ce genre d’opération, bien que le tableau devait réellement être noir pour les amener à vouloir incendier la scène de leur intervention. La réponse était satisfaisante, elle ne semblait pas appelée de précision. Chacun de nous entretenions souvent des contacts avec les milieux parallèles, qui nous offraient de bon informateur et permettait de résoudre des conflits à petit niveau, une tâche que nous nous devions d’accomplir en tant que gardien de la paix. Fermant les yeux quelques instants, j’hochais la tête en direction de ma collègue, indiquant que j’étais satisfaite de sa réponse.

En revanche, la remarque de maître Oblivarion me déçu quelque peu… Le succès de l’opération Knightfall avait reposé sur deux éléments essentiels : la compétence de la 501ème Légion Clone, composé entièrement de clone de l’un des plus grands tueurs de Jedi de l’histoire galactique ainsi que de la corruption d’Anakin Skywalker, l’élu en personne. Aussi compétente que pouvait être la légion actuellement, elle n’était que l’ombre de celle de Knightfall, et l’Alliance Galactique n’avait pas de Vader. Une flotte complète ne pourrait être suffisante pour nous exterminer totalement, pas avec les Stealth X ainsi que nos protocole de fuite et l’Alliance le savait très bien, nous avions après tout échappé plusieurs fois a la Garde de l’Alliance Galactique. En revanche, je ne pouvais pas réellement lui en vouloir d’y voir l’implication des Sith, dans le sens ou en tant qu’Ombre, il était naturellement poussé à traquer la présence du côté obscur de la Force partout où elle se trouvait et Vjun restait un lieu où elle était omniprésente, toutefois, pour quelqu’un qui n’était pas sensible à la Force, cela ne faisait pas vraiment de différence… Encore une fois, il n’y avait aucune preuve pour y impliquer les Sith et les circonstances actuelles ne permettaient pas de s’en assurer.

Jilano confirma l’analyse d’Aquilus de manière surprenante, les deux hommes ne s’étaient pas montrés particulièrement d’accord lors de la dernière cérémonie. Toutefois, il nuança en partie ses propos en montrant bien qu’en discuter maintenant n’aurait plus réellement d’importance et termina par une question tout à fait pertinente, bien que très simple et pouvant paraitre superflue. Pour le coup, c’était davantage la manière dont Kyla exprimerait sa réponse plus que cette dernière qui entrerait en ligne de compte. De ses réflexions, rien ne transpira dans mon comportement, mon visage se tournait avec un calme impassible vers mes collègues s’exprimant afin d’écouter leurs remarques. Jilano termina sur une remarque étrange concernant Arsenicia, affirmant qu’elle aurait dû faire passer son devoir avant même son statut de mère de famille, une tâche très difficile, il le reconnu, mais qui devait être à portée de Grand Maître Jedi. Je ne préférais pas exprimer mon avis à ce sujet, Arsenicia savait très bien que j’étais opposée au fait que les Jedi fondent une famille, hors, c’était actuellement permis. Je la laissais terminer son argumentaire sans l’interrompre, mais la réponse ne se fit pas attendre pour autant.


« La mort n’est pas triste en soit, par la mort, nous retournons a la Force, nous n’avons pas à craindre pareil sort, ni à le regretter pour nos proches… »

Je marquais une pause, cette vision ancienne des choses risquaient encore de choquer, j’en avais conscience, je savais que je passais pour une vieille relique dépassée auprès de nombre de novice et de Padawan et beaucoup n’était pas mécontent que je ne les choisis pas comme apprenti, mais il s’agissait de l’un de nos principes les plus importants et les membres du Nouvel Ordre Jedi l’avaient bien trop souvent oublié. Je n’avais toutefois pas fini de prendre la parole, je ne m’attendais pas à voir Jilano défendre une proposition d’exécution, lui qui avait refusé l’idée d’Arsenicia d’assassiner un membre de l’Alliance afin d’attirer leur attention sur les Sith. Il était encore jeune pour un maître, peut-être était-il encore incertain sur la manière d’appréhender au mieux le code Jedi, après tout, je n’étais pas exempte d’erreur moi non plus, cette affaire le prouvait très bien, puisque bien que je n’étais pas encore une Grande Maitresse Jedi, je siégeais déjà au conseil à cette époque. La décision que nous avions rendu alors n’était pas vraiment honnête, bien trop de choses étaient en jeu et nous étions encore plus troublé qu’aujourd’hui…

« Toutefois, la vie se doit d’être protégée à n’importe quel prix. Grande Maîtresse Ombrelune et moi-même faisions déjà partie du conseil lorsque cette décision a était prise maître Alhuïn et elle ne l’a pas était pour de bonne raison. Nous n’aurions jamais du ordonner une exécution avait un procès ou d’avoir estimé le réel potentiel de dangerosité de Kyla Ombrelune. Cette faute, tous les membres de l’Ancien Conseil la porte, ceux qui ont soutenu la volonté d’exécution, comme ceux qui n’ont pas su convaincre qu’elle était une mauvaise idée, contraire à notre code et nos pratiques. Vous vous êtes opposés à juste titre au projet visant à assassiner un membre de l’Alliance pour tenter d’attirer son attention vers les Sith, réclamer la mort de Kyla Ombrelune avant même de savoir si elle ne pouvait être ramené du bon côté de la Force devrait vous paraitre condamnable, de mon point de vue, cela l’est. La seule chose que l’on pourrait reprocher à la Grande Maîtresse Ombrelune est de ne pas avoir ramené Kyla vers nous afin que nous puissions statuer de son sort, toutefois, aujourd’hui, elle revient d’elle-même vers nous et cette décision était difficile à prendre en sachant que l’Alliance risquait d’en faire un alibi, si elle reste contestable, cette décision n’est de toute manière pas l’objet de notre conseil et il est malvenu d’en débattre a l’instant. »

Je marquais une pause en fermant les yeux, admettre une erreur était quelque chose qui faisait partie du crédo Jedi, l’échec de l’un des nôtres était un échec collectif, même si son maître, qui n’avait pas était capable de lui apprendre à maitriser ses pouvoirs ainsi que son don d’empathie, restait le premier responsable, la situation avait tellement dégénéré et nous étions tellement occupé de savoir quel sort allions nous réservé aux déserteurs qui avaient rejoint l’Alliance des Contrebandiers afin de soutenir Mon Calamari que nous en avions oublié au final l’essentiel en jugeant Kyla Ombrelune trop vite. Je m’étais opposée à l’exécution, mais j’étais minoritaire et je n’avais pas su convaincre, cette faute me revenait donc en partie. Toutefois, je ne voulais pas laisser la réflexion d’Aquilus concernant Vjun sans réponse. Je me tournais donc vers lui, conservant toujours mon air neutre et ma voix égale, pas désagréable, mais sans aucune intonations particulière. J’essayais d’adopter une attitude conciliatrice, le conseil me semblait dominer par des fortes personnalités et j’étais entre les deux, il était de mon devoir de trouver des terrains d’entente pour tous, même si l’image que nous donnions a l’une de nos aspirantes me semblait quelque peu regrettable.

« L’analyse de maître Oblivarion me semble quelque peu hâtive et ne tient pas compte de nombreux détails. Dois-je rappeler que l’opération Knightfall était l’œuvre d’une légion complète de troupe clone basé sur l’un des tueurs de Jedi les plus efficaces de la galaxie mené par l’Elu en personne ? La Garde de l’Alliance Galactique a tenté de nous supprimer sans succès, des navires de guerres lourds ne suffisent pas à opérer un nouvel Ordre soixante-six, surtout pas quand la chasse adverse est dotée d’appareil furtif piloté par des utilisateurs de la Force avec bombe furtive disposant d’un plan d’évacuation bien rôdée. En tenant compte de ses éléments, une initiative personnelle d’un officier de l’Alliance, comme un ancien membre de la Garde de l’Alliance Galactique par exemple, haïssant les Jedi est tout à fait envisageable. Il existe une infinité d’autres pistes, mais de toute manière, il sera impossible de vérifier : la nouvelle 501ème Légion vient d’annexer Vjun au nom de l’Alliance Galactique, mais surtout des Vestiges de l’Empire, afin d’en faire son nouveau quartier général. Les militaires auront probablement effacé toutes les traces sans le vouloir, afin de pouvoir s’installer et ils ne nous aiderons pas à mener l’enquête. Cette piste est probablement morte avant même d’avoir existée… Kyla Ombrelune, la question de maître Alhuïn est pertinente, veuillez répondre je vous prie. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Conseil Jedi N°2 [END]   Sam 6 Oct - 1:39

    Sentir la main de ma mère sur mon épaule, me rassure quelque peu… J’étais tellement tendue à l’heure actuelle que cela devait sans doute se sentir dans tout le Temple Jedi… Autant dire, que les autres maîtres Jedi présents sur Ossus devaient discuter entre eux de cette histoire… Après tout ce n’était pas tous les jours qu’on recevait la visite d’une ancienne ennemie d’état… Il fallait absolument que je me calme… Hélas j’avais beau me répéter une partie du Mantra Jedi, il n’y avait rien à faire… Je restais toujours un peu dans le même état d’esprit… Le seul coté positif à ma situation, c’était que l’on pouvait sans problème lire en moi comme dans un livre ouvert… N’importe quel Jedi présent dans la salle pouvait donc vérifier si je disais la vérité ou non en se contentant de me sonder…chose qui était à la portée du premier Padawan venu… Néanmoins même si cela présentait un coté positif, cela pouvait présenter un coté négatif du moins dans une certaine mesure… Or cet aspect, je devais bien le reconnaitre ne me réjouissait guère… Il était fort possible pour une personne expérimenté de tenter de pénétrer dans ma tête pour avoir accès à la plupart des informations que je détenais… Fort heureusement pour moi, j’étais chez des Jedi et non chez les Sith… Les gardiens de la paix respectaient généralement les notions de « vie privée » et « d’intimité »…

    Attendant patiemment, la suite des évènements, je laissais mon regard trainer d’un maître à un autre. Tous semblaient impassibles. Il m’était donc bien impossible de deviner leurs pensées à l’aide d’un quelconque détail physique… La seule chose dont je pouvais être sûre, c’est qu’ils étaient en train de méditer mes paroles et de réfléchir à leurs paroles…
    Finalement, un des maîtres présents dans la salle prît la parole… A son regard, je devinais qu’il comptait me tirer les vers du nez et ce fin de découvrir la vérité…toute la vérité. Il se méfiait de moi… Je ne pouvais lui en vouloir… Une telle attitude était normale voire même judicieuse. Accepter de réintégrer une personne qui avait basculé profondément dans les ténèbres et qui n’avait pas hésité à perpétrer des meurtres n’était pas quelque chose de facile… A vrai dire il y avait toujours un risque que la personne fasse preuve de duplicité et ce afin d’atteindre un objectif caché qui ne serait sans doute pas des plus louables. Il valait mieux donc parfois péché par excès de prudence….

    Ses paroles eurent le don de m’étonner… Non pas qu’elles me prirent par surprise vu que je me savais capable de répondre à la plupart de ses questions… Elles étaient comment dire…plutôt surprenante… Cet homme n’envisageait ce problème que sous un seul angle d’approche… Or il y en avait plusieurs… A l’époque, même si j’avais basculé du coté obscur, j’avais réfléchi à tout cela…. Et j’avais eu droit à plusieurs explications possibles. Qui plus est, les indices que j’avais obtenu, il y avait fort longtemps, m’avait mené sur une piste qui était des plus mystérieuses… J’avais eu même l’impression à ce moment de ma vie d’avoir affaire à un complot orchestré par une impériale de renom ayant causé pas mal de tort à la Nouvelle République et à l’Escadron Rogue….
    Mon interlocuteur semblait vraiment croire que parce que cet homme était de l’Alliance Galactique alors cette faction avait ordonné forcément notre mort… Ce raisonnement était bien trop simpliste ! Il valait mieux toujours prendre en comptes les variables dans une quelconque histoire afin d’avoir accès à la vérité. Or ici il y en avait plusieurs… Dans ce cas précis, cela ressemblait plus à un acte isolé… Qui plus est il semblait aussi oublier la politique galactique et ses enjeux… Certes, j’étais d’accord avec lui pour dire que l’Alliance avait les moyens de massacrer nombres de Jedi en un rien de temps… Néanmoins, cela aurait forcément eu un impact si l’Alliance Galactique avait mené une politique semblable à celle de l’Empire Galactique… Beaucoup de personne auraient félicités l’initiative…mais beaucoup d’autres n’auraient pas aimé voir ce régime devenir aussi répressif… Cela aurait amené bien plus de rébellion. Il fallait au contraire savoir faire preuve de bien plus de tact et d’intelligence si l’on voulait atteindre de la meilleure façon qu’il soit ses objectifs. Faire preuve de force brute amenait parfois bien plus d’ennuis qu’un plan bien huilé…
    Quand vint sa question sur le fait que l’on m’avait probablement manipulé, je plongeais dans mes pensées. Depuis que j’avais trouvé une grande partie de mes souvenirs, je pouvais à l’aide de ma mémoire absolue dire si oui ou non j’avais songé à l’idée que l’on m’avait manipulé. Or j’y avais songé… Mais, je n’avais pas fait grand cas de cette considération pour une seule raison : Je n’avais que très peu d’indice à ma disposition et il me fallait donc tous les assembler pour pouvoir tirer toute cette histoire au clair. Qui plus est, je voulais absolument me venger, donc je n’hésitais pas non plus à faire le ménage sur mon passage… Durant cette partie de ma vie, je m’étais montré impitoyable… Jamais je n’avais accordé le pardon à qui que ce soit. Je m’étais contenté à chaque fois d’ôter la vie de ladite personne. Agir de cette manière avait peut être servi les objectifs de la personne qui avait tenté de me tuer mais je n’avais là aucun autre moyen d’accéder à la vérité… Il aurait été sans doute préférable que je réfléchisse à la portée de mes actes et à leurs conséquences sur l’Ordre Jedi…mais hélas à l’époque, j’étais bien trop aveuglée par ma colère pour me soucier de cela… J’en avais eu plus qu’assez que l’on se laisse faire sans rien dire devant un régime qui de toute manière comptait un jour ou l’autre tous nous tuer… J’avais juste décidé de réagir…
    Quant vinrent ses dernières interrogations, je ne pus m’empêcher de revoir le visage de cet homme qui avait déclenché sur Vjun… Urban Loor…lointain parent d’un certain Kirtan Loor à ce que j’avais pu lire… Ce commandant de l’Alliance Galactique était mort aujourd’hui… J’y avais veillé personnellement… J’avais été lui rendre une petite visite de courtoisie à son lieu de résidence sur Coruscant non loin du centre de détention Armand Isard… A son sujet, j’étais sûr d’une chose…jamais il n’aurait pu me manipuler... il était bien trop con pour le faire…

    Maître Alhuin prit à son tour la parole et sa question, je dois bien l’avouer, me surprît quelque peu. Changer aussi rapidement de sujet avait été quelque peu déstabilisant…. Même si cette question semblait, comme il l’avait dit, bien creuse, elle était d’une importance capitale. Je savais que c’était la réponse que je fournirais au conseil qui allait décider en grande partie de mon avenir… Pour espérer avoir une chance de revenir au sein de l’Ordre, je sais que j’allais devoir me montrer convaincante mais aussi mettre en avant des arguments tangibles… Je me questionnais donc afin de pouvoir y répondre le plus sincèrement possible.
    Déjà, je désirais plus que tout autre chose réparer mes tords… Je voulais me racheter… je voulais obtenir la rédemption… Je m’en voulais terriblement pour ce que j’avais fait… Mais en aucun cas, je supposais que la rédemption allait m’être acquise car le conseil allait peut être m'accepter de nouveau au sen de l’Ordre… Je savais que cela allait demander des années avant d’espérer atteindre une telle chose… et encore il y avait de fortes chances pour que cela soit impossible… Compenser le mal que j’avais fait allait être des plus durs… Cependant, je ne comptais pas me laissais abattre et ferait de mon mieux pour dispenser le bien tout autour de moi désormais. Par ailleurs, je voulais revenir au sein de l’Ordre Jedi aussi pour d’autres raisons : je voulais combattre l’injustice… Je voulais aider à ce que la galaxie soit en paix et en harmonie…même si au de la situation actuelle cela semblait bien impossible… Je voulais juste aider mon prochain et défendre ceux qui ne le pouvaient pas… Ces objectifs me tenaient beaucoup à cœur…


    « La mort n’est pas triste en soit, par la mort, nous retournons a la Force, nous n’avons pas à craindre pareil sort, ni à le regretter pour nos proches… »

    Je ne pouvais pas m’empêcher de grincer des dents en entendant de telles paroles… Ma réaction n’était du qu’à une de mes expériences passées…à savoir celle de Vjun… Je me doutais que la personne que j’avais en fasse des yeux n’avait pas un don similaire au mien sinon jamais elle n’aurait pu affirmer une telle chose. Avoir la possibilité de tisser des liens de Force…d’être très empathique dans la Force était dans ce genre de cas une véritable malédiction… La mort d’êtres proches était toujours une très grande souffrance ainsi qu’un grand bouleversement… Cette souffrance était inimaginable…tellement elle était douloureuse… Je me souvenais d’ailleurs fort bien de cette souffrance et de ce que j’avais ressentie le jour ou mes amis étaient morts… Pour moi, il était donc impossible de ne pas regretter la mort de personnes proches…
    Cependant même si nous étions en désaccord sur ce point, je parvins à être d’accord avec la position qu’elle adoptait au sujet de cet officier de l’Alliance qui avait tenté de nous tuer… Elle n’hésitait pas à prendre en compte divers points de vu et se basait sur des éléments qui étaient pertinents ce qui était une bonne chose…

    Finalement, au bout de quelques minutes, elle m’octroya de nouveau la parole en me demandant de répondre à l’une des précédentes questions...


    « Avant toute choses, je répondrais aux premières questions qui m’ont été posées.. » Je fixais mon regard sur la première personne qui m’avait interrogé « Pour votre information maître, je n’ai omis aucun détails… Qui plus est votre approche à ce sujet est pour le moins erroné. Je n’ai jamais dit que l’Alliance Galactique était derrière cela… Oser penser que l’Alliance Galactique a ordonné cette attaque sous prétexte qu’un de ses membres y est rattaché est bien trop facile… Par ailleurs vous ne prenez pas en compte la réalité politique que nous connaissons tous… Si l’Alliance Galactique avait agi de façon répressive envers nous à l’aide d’un nouvel Ordre 66, cela aurait conduit à des troubles dans la galaxie. Beaucoup de planètes auraient cru avoir affaire à un nouvel Empire Galactique et aurait aussitôt cherché à quitte ce régime aux aspects si autoritaire… Pour parvenir à nous tuer d’une telle manière, il faut légitimer son action comme a pu le faire Palpatine il y a fort longtemps… » Je repris mon souffle « Ils savaient que nous allions sur Vjun pour une seule raison : c’est cette planète qui était touché par les rumeurs dont je vous ai parlé il y a quelques instants et non une autre… Il me semblait donc logique à l’époque d’aller vérifier à la source si tout cela était vrai. » Je le regardais fixement d’un air calme « L’homme, au centre de cette histoire, se nommait Urban Loor et vivait à Coruscant non loin du Centre de détention 81. Il s’agissait d’un parent de Kirtan Loor ancien membre de la CorSec et subalterne d’Ysanne Isard. Cette homme était commandant dans l’armée de terre et avait fait parti de la Garde de l’Alliance Galactique. Il était également connu pour être d’une loyauté extrême envers l’ancienne chef d’état Natasi Daala… Au vu de son CV, il est facile de voir qu’il ne tenait pas les Jedi dans son cœur… Par conséquent, on peut penser facilement que cette personne fut l’instigateur de ce qui s’est passé sur Vjun… Malheureusement, cela ne semble pas être le cas, il n’était pas assez futé pour imaginer une telle chose… Je pense qu’une autre personne est derrière tout ceci et que cette dernière a poussé Loor à commettre cet attentat… » Je soupirais « Pour répondre à votre autre questions, je puis vous dire ceci : Oui j’ai songé à l’époque être manipulé…surtout quand j’ai pu constater que cet homme avait de mystérieux contacts… J’ai tenté de remonter à la source de tout ceci mais ce mystérieux ennemi était plutôt doué pour cacher ses traces… C’est en parti pour cela que j’ai laissé un paquet de cadavre derrière moi… Tout ce que je puis vous dire c’est que cette personne est d’une extrême intelligence et semble être un haut responsable vu ses contacts… J’ignore totalement par contre pour quelles raisons il aurait voulu tous nous abatte sur Vjun… J’imagine qu’il avait un plan et que je devais faire partie de ce plan… Reste à savoir pour quelles raisons… La plus évidente serait qu’il désirait isoler un peu plus l’Ordre…mais au vu de l’intelligence et des compétences de ce mystérieux individu j’ignore totalement si c’est là son seul objectif… Qui plus est, il y aurait de fortes probabilités pour que je me trompe sur toute la ligne du fait de ma méfiance et qu’il s’agisse là d’un simple acte isolé… »

    A vrai dire, je ne savais trop quoi pensé de toute cette histoire actuellement… Tout ce que je savais c’était que j’avais un mauvais pressentiment…

    « Concernant cette antique épée Sith, que j’avais volé sur le marché noire quand j’étais en cavale, j’ignore totalement ce qu’elle est devenue… Tout ce que je puis vous dire c’est qu’elle ne représente aucun intérêt si ce n’est qu’il s’agit d’une pièce de collection tout à fait magnifique… »

    Ayant fini avec cette histoire, je dirigeais mon attention vers Maître Alhuïn et pris mon courage à deux mains.

    « Je voudrais réintégrer les voies de la lumière pour plusieurs raisons : Déjà, même si je sais que cela est impossible, je voudrais réparer mes erreurs passées et faire en sorte de contrebalancer le mal que j’ai fait par le bien que je pourrais faire… J’aimerais beaucoup obtenir la rédemption même si au vu de mes actes, cela semble bien illusoire… Néanmoins je compte y travailler sans relâche ! Je désire plus que tout au monde de me racheter. Qui plus est…j’aimerais beaucoup aider l’Ordre pour ses actions dans la galaxie. Je veux participer à la construction d’une galaxie en paix et en harmonie… Je veux combattre l’injustice et aider les populations qui en ont besoin… Je veux aider à la défense et à la protection de ceux qui sont abandonnés à leur triste sort et qui ne peuvent rien faire… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Conseil Jedi N°2 [END]   Sam 6 Oct - 14:34

    Aquilus écouta rapidement les paroles des différents protagonistes avec la sensation qu’il n’était pas à sa place au sein de ce Conseil. Chacun s’était exprimé mais tous contredisaient plus ou moins les propos de l’Ombre Jedi ou du moins, signalaient l’inexactitude de ses paroles. Ceci ne vexa point le Veilleur, il se savait bien plus performant sur le terrain qu’à la tête de l’Ordre, néanmoins, il commença à douter du bien fondé de sa présence à cette si haute instance des Jedi. Même si sa première séance semblait s’être bien passée, celle-ci montra très rapidement que le Maître Jedi n’avait pas l’expérience nécessaire ni suffisamment de connaissances historiques et militaires pour prétendre siéger dans cette salle circulaire, au milieu des autres sages de l’Ordre. Soit.
    Il allait assumer pleinement la responsabilité de son échec en tant que Jedi Conseiller, et en tirer des conclusions en se retirant de la vie et affaires du Conseil Jedi après la fin de cette séance. Il valait mieux se montrer humble en acceptant soi même de se retirer de cette instance plutôt que de rester par vanité et orgueil pour attendre le non renouvellement de son mandat, ou alors son exclusion. Aquilus ne doutait pas une seule seconde que le Conseil n’avait pas besoin de lui et trouverait quelqu’un de plus compétent pour le remplacer. Toutefois, pour le Spectre Gris il ne s’agissait que d’une décision temporaire : en effet, pour le moment, il n’excluait pas de renter sa chance d’ici plusieurs années une fois cette sagesse acquise. Exio y était parvenu une fois, une seconde était possible. L’humain attendit que les différents personnages présents s’expriment. Il soutint le regard d’Arsenicia lorsque celle-ci monta au créneau en donnant de bonnes leçons : le Conseil de l’époque avait ordonné la mort d’Ombrelune ? Pas même de capture ? Curieuse façon de procéder, mais il trouva aussi tout aussi curieux plusieurs autres détails concernant Arsenicia. Désintéressé, il ne remua pas le couteau dans la plaie, selon toute vraisemblance, l’arcadienne d’autrefois n’existait plus. Du moins, c’était ce qu’espérait Aquilus. Il failli répondre à l’arcadienne lorsque celle-ci affirma qu’Aquilus ne savait pas ce que c’était que d’abattre un de ses proches ou pire encore de le perdre.


    * Il n'y a pas d'émotions, il y a la Paix.
    Il n'y a pas de passions, il y a la Sérénité.
    Il n'y a pas de mort, il y a la Force. *


    Exio ne répondit que d’un sourire des plus sarcastiques : son père était décédé lorsqu'il avait l’âge de dix ans lors de l’attaque de Dantooine par les Yuuzhan Vong, sa mère était par la suite morte de vieillesse et enfin, la femme qu’il aimait avait été tuée par un utilisateur du Côté Obscur de la Force juste sous ses yeux en même temps que son ancien maître. Il savait parfaitement quelle sensation cela pouvait faire. Lui-même avait failli y rester comme en attestait la cicatrice sur son torse. Délaissé, sans famille et plus le moindre ami, c’est ainsi que le Covenant l’avait recruté et aidé à surmonter ces épreuves. Aquilus savait parfaitement qu’il avait cherché à compenser ces pertes en s’accrochant aux préceptes Jedi et en redoublant d’efforts dans l’exercice de sa fonction Ombre. Ces épreuves étaient la volonté de la Force, et chacune d’entre elle avait pour objectif d’éprouver la volonté d’Exio à accomplir sa tâche, la tâche de tout Jedi : apporter l’équilibre et la lumière dans la galaxie. Les proches du Maître avaient rejoint la Force et désormais jouissaient d’une paix éternelle. Certes, son passé continuait de le tourmenter, certes, ces évènements avaient fini par le rendre coutumier des nuits blanches, et c’était normal que ces pertes soient douloureuses, néanmoins Aquilus n’avait jamais laissé cette douleur –toujours vive- prendre le dessus dans sa vie ou ses choix et s’efforçait à ce que cela reste ainsi. Lorsque Sophia Kuat prit la parole, le Veilleur se contenta d’acquiescer sa maxime concernant la mort et la Force avec laquelle, il était d’accord. Sophia Kuat prit un temps de pause avant de présenter son opinion, celle-ci exposa son point de vue qui complétait en partie celui d’Aquilus tout en démantelant certains pans de celui-ci. N’étant pas de mauvaise foi, le Veilleur ne put rétorquer quoique ce soit aux paroles de Sophia et finalement, était même d’accord avec elle. C’était à ce moment là qu’il réalisa que sa place n’était probablement pas au Conseil et que sa présence ne faisait que ralentir celui-ci, forçant les autres membres à attribuer de leur temps. Temps qui était une ressource importante et à employer à bon escient.

    Le Maître Jedi attendit que Kyla prenne la parole pour porter son attention sur ses réponses. Là encore, il n’avait que quelques brides de détails en plus, rien de bien exploitable malheureusement. Bien qu’elle ait tenté de remonter la trace de ce mystérieux et éventuel manipulateur sans succès, elle n’avait oublié aucun détail. L’épée à saccade Sith avait été perdue apparemment, ce qui le contraria quelques peu : lui qui avait comme mission de récolter des artefacts Sith, les analyser puis de les détruire, ou le cas échéant de les conserver dans des sites du Covenant, il perdait, une pièce d’un puzzle plusieurs fois millénaire. Cette épée n’avait peut-être aucun intérêt pour Kyla, mais Exio estima que certains artefacts Sith, y compris ceux qui semblent être les plus simples ne devaient pas circuler librement dans la galaxie.

    Il répondit d’un simple signe de main à Kyla qu'il n'avait plus de questions à poser, tandis qu’il prit un air pensif et que son regard et son attention semblaient se perdre dans le fil de ses réflexions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Conseil Jedi N°2 [END]   Sam 6 Oct - 19:12

C'était en connaissance de cause que Jilano avait parlé. En invectivant la grande Maîtresse Ombrelune, il obligeait cette dernière à répondre honnêtement. Débarrassé du mystère dont elle aimait s'entourer, une pointe d'agressivité soutint ses paroles lorsqu'elle répondit à Oblivarion et Jilano. Comme pour se défendre, elle exposa à tous les blessures de son passé, relatant les drames de sa longue vie comme si personne dans cette salle vénérable n'avait connu la cruelle morsure de la perte. A cet instant, ses souvenirs le rattrapèrent. Il se souvenait encore de l'odeur que la chair de sa joue fit en brûlant sous la lanière du fouet laser de Seha, lorsqu'elle avait trahie, revivait le moment fatidique ou elle égorgeait Liara. D'autres scènes affluèrent, macabre, dénués de sens et lui rappelant que même un Jedi ne pouvait être totalement serein face à la mort d'un proche. Pas lui en tout cas. Jilano ne pouvait en vouloir à la Grande Maîtresse d'ignorer ces évènements, aussi ne répondit-il pas à sa provocation déguisée. Non, il n'était pas son père et à ce titre, il n'avait aucun regard sur la vie privée de sa consœur. Pour autant, il avait le devoir de rappeler à la Jedi qu'elle le serment qu'elle avait prêté pour servir. Lorsque Sophia Kuat vint au secours de l'Arcadienne, il fronça les sourcils en apprenant que le conseil de l'époque avait statué sur la mort de Kyla. De tels agissements ne correspondait à l'esprit du conseil, encore qu'en voyant Ombrelune proposer un assassinat gratuit, il n'était plus sur de rien.

-Au risque de vous décevoir, je pense qu'il est en notre devoir de statuer sur cette partie de l'histoire, car le comportement du Grand Maître à eut une grande incidence sur les évènements. Notre devoir, il parcouru la salle de son regard gris acier, consiste à obéir aux décisions du conseil. Croyez moi, Maîtresse Kuat, j'aurais tué cette cible moi même si le conseil m'en avait donné l'ordre, même si chaque fibre de mon être rejetait cette décision. Dus-je ne pas obéir, et j'aurais quitté le conseil sur l'heure. Je ne dis pas cela pour chercher le conseil à inventer une quelconque sanction, ni pour fustiger qui que ce soit, je le dit pour que chacun d'entre nous n'oublie pas combien notre mission est cruciale, et combien il est facile de trébucher en cours de route. En cela, Arsenicia et Kyla Ombrelune en sont les parfaits exemples.

Le ton calme, presque placide, semblait souligner sa conviction. Qu'importe que les autres lui attributs les sobriquets d'idéaliste et de naïf, Jilano avait une certaine idée de la chevalerie. Il n'aimait pas ce rôle qui le forçait à défendre ce qui lui paraissait être l'évidence, mais était prêt à l'assumer, ne serait-ce que pour donner l'exemple aux autres Jedi. D'un seul coup, l'anonymat dans lequel il avait vécu avant d'être propulsé sur ce maudit fauteuil lui manquait... Il se garda toutefois d'étaler ses sentiments, comme il le devait, et écouta Kyla Ombrelune reprendre son compte rendu. Elle fit part de ses doutes quand aux théories de l'Ombre Jedi, qui pourtant semblaient sinon pertinentes, probables. A titre personnel, Jilano ne croyait pas à l'action isolé d'un membre de l'Alliance, mais il savait également que prouver pareil assertion serait presque impossible. Après tout cinq années s'étaient passées depuis l'incident, et comme l'avait souligné Sophia Kuat, l'alliance avait investi l'ancien bastion de Darth Vader, effaçant sans doute les preuves au passage.

Vint ensuite le moment ou elle répondit à la précédente question de Jilano. Les mots furent maladroit, mais juste. Mais plus que les mots, ce fut ce qu'elle dégagea à travers la Force qui convainquis le bretteur. Kyla était en soif de rédemption. En partie pour elle même, mais surtout pour tout ceux qui l'entourait. En tout cas, elle n'était plus sous le contrôle du côté obscur, il ne ressentait aucune de ses caractéristiques en elle.

-Vous semblez sincère Kyla, aussi j'approuve à titre personnel votre réinsertion. Celle-ci ne se fera pas sans règles, et vous serez, si mes autres compères vous accorde cette chance, sous la surveillance constante de l'un d'entre nous, il faut que nous soyons claire sur ce sujet.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Conseil Jedi N°2 [END]   Jeu 11 Oct - 2:29

Si la situation de la jeune Kyla était maintenant claire, celle de l’Ordre en revanche devenait plus sombre à chaque conseil des Jedi. Nous n’avancions pas vraiment tandis que le climat de la suspicion envahissait les esprits de chacun des Maîtres présent dans cette salle. Le frère se tournait contre le frère, la suspicion de trahison semblant soudain rôder dans toutes les têtes. Je ne pouvais dire qu’elle n’était pas justifiée, toutefois, le fondement de notre ordre n’était-il pas d’offrir sa confiance à son frère d’arme ? Je n’avais nullement souhaité dédouaner Arsenicia, mais accepter ma propre faute et rappeler que l’échec d’un membre de notre ordre n’était pas quelque chose d’individuel, mais de collectif, celui de notre ordre en général et de ses cadres en particulier et cela, c’était quelque chose qu’il ne fallait pas perdre de vue. En jetant ainsi l’opprobre sur la Grande Maîtresse Ombrelune, Jilano semait les graines dangereuses de la discorde alors que nous n’étions pas réunis pour parler de ceci, mais de sa fille, ce qui a mon humble avis faisait une différence fondamentale. Toutefois, je ne comptais pas l’empêcher de s’exprimer, le conseil permettait à chacun de prendre la parole et en un sens, je comprenais une partie de sa position, même si à sa place, dans le cadre d’un désaccord si grave, j’aurais rendu mon sabre-laser avant même d’effectuer la mission, mais il s’agit d’un simple point de vue.

Je réalisais également mes différences avec les membres de cette assemblée. Tous mes collègues Maîtres et Grand Maîtres avaient subie des pertes de proches, mais je n’avais jamais eue quelqu’un de réellement proche de ma personne à l’exception de Grande Maîtresse Arienal. Même mes Padawans furent forcée de respecter une certaine distance en ma compagnie, je leur ai transmis mon savoir, mais je n’ai guère sympathisé avec eux. Ma famille était morte pendant la guerre Vong, mais je ne l’avais jamais connue, alors c’était comme si l’on m’avait annoncée la mort d’étranger. Pourtant, je ne ressentais pas de manque. Ses émotions étaient dangereuses, elles menaient au côté obscur de la Force dont je devais absolument me préservé, j’étais bien mieux sans attaches, même si cela signifiait également vivre une vie de solitaire au sein de l’ordre Jedi, du Covenant et dans la galaxie en général. Mais je ne suis jamais seule : car la Force est mon alliée et elle est présente partout, elle me sert de compagne éternelle et je la rejoindrais lorsque l’heure sera venue sans honte ni crainte.

Les informations fournis par Kyla ne permettrait pas de remonter vers la piste d’un éventuel marionnettiste ayant manipulé l’officier de l’Alliance emplie de haine, comme je l’avais mentionnée, Vjun avait était reprise par l’Alliance et le lieu probablement nettoyé ne nous serez d’aucun secours. Au moins, cela permettait d’éliminer la planète des cachettes potentielles Sith. Ce qui m’intéressait le plus, c’était ses propres motivations, pourquoi revenir après tous le mal qu’elle avait causés au sein de cette galaxie. Elle avait souffert, s’était indéniable, son corps en portait toujours les stigmates et hormis un séjour sur Hapès, Kuat, Empress Tetâ ou d’autres planète de noble obsédés par le culte de l’apparence, alors elle le resterait pour l’éternité. La perte de l’épée Sith était regrettable, maître Oblivarion avait fait preuve de perspicacité en l’interrogeant sur ce point : si le Covenant avait pu mettre la main dessus, nous aurions pu neutraliser ses effets corrupteurs avec la résine nulificatrice, maintenant, l’Alliance devait l’avoir et il sera bien plus difficile de mettre la main dessus, ce qui signifiait qu’elle finirait par revenir sur le marché et devenir de nouveau une source de corruption.

La n’était toutefois pas la question et cette préoccupation ne concernait que le Covenant. Kyla exprima un désir sincère de rédemption, qui n’était pas feint et je savais reconnaitre ce genre de chose lorsque je l’avais en face de moi. De plus, faire preuve d’autant de motivation face à un conseil offrant un spectacle des plus déplorable me semblait admirable, même si mon visage n’en montrait, bien entendu, absolument rien. Toutefois, j’avais la réputation d’être une traditionnaliste, pas une femme me laissant attendrir par les premières larmes venues. Kyla restait quelqu’un de fragile et je l’avais bien entendue grincer des dents lors de ma république sur une notion philosophique pourtant essentiel au sein de notre Ordre. Sa souffrance était réelle, mais si elle n’apprenait pas à la contrôler, à adopter une conception des choses plus proche de l’idéal Jedi des temps anciens, alors elle serait probablement destinée à sombrer de nouveau dans le côté obscur et devenir l’un des nouveaux agents du mal, ce que je ne désirais absolument pas. Elle restait un talent qui avait besoin d’être guidée pour pouvoir éclore, certes, il y avait quelques difficultés, mais à mes yeux, rien d’insurmontable.


« Vous parlez avec conviction Kyla Ombrelune et faite preuve de courage dans cette tentative de pénitence, car revenir faire face à vous crimes tout en tenant compte de la situation difficile dans laquelle notre ordre se situe à l’heure actuelle prouve que vous ne craignez pas les tâches difficile. Je pense que nous pouvons vous réintégrez, mais vous serez soumise à un contrôle plus stricte que les autres Padawan sur vos déplacements et activités. Si personne n’y voit d’inconvénient, j’aimerais pouvoir m’occuper de votre instruction personnellement. Je n’ai plus de Padawan actuellement et j’ai la sensation que mon expérience et mon point de vue que beaucoup qualifie de vieux jeu pourrais vous être utile, à condition bien entendu que personne ne s’y oppose. »

Je ne savais réellement quoi ajouter de plus, il me semblait que tout était dit. Certes, je prenais un énorme risque, mais j’avais réellement la sensation d’être la seule personne capable de lui venir en aide et je ne désirais pas laisser passer cette chance. Peut-être était-je en train de commettre une erreur, piégé dans une sorte d’arrogance malsaine, mais dans ce cas, je me reposais sur mes collègues pour me montrer que je faisais erreur et choisir quelqu’un de plus adapté. Maintenir la confiance, même si c’était très difficile, je devais montrer l’exemple, c’est le rôle des Grand Maîtres Jedi après tout…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Conseil Jedi N°2 [END]   Mar 16 Oct - 15:46

    Aquilus demeura silencieux un long moment. Écoutant d'une oreille attentive les différentes paroles échangées entre les membres du Conseil Jedi. Son avis était déjà tout fait concernant le cas de Kyla Ombrelune : elle se devait d’être réintégrée et mise sous surveillance de l’Ordre pendant un temps. Aussi il tomba d’accord avec Sophia Kuat lorsque celle-ci énonça son opinion à l’égard de la jeune padawan. Sophia, de part sa philosophie Jedi étonnamment conservatrice avait les épaules pour encadrer un éventuel débordement de la part de cet élément pouvant encore s’avérer instable de part son empathie exacerbée.

    Aux côtés de cette Jedi très à cheval sur les traditions, Exio savait que les choses allaient bien se dérouler. Lui-même n’aurait pas voulu abandonner la formation de Callista Miransi pour former Kyla Ombrelune. Craignant que ses agissements d’Ombre ne soient pas une bonne idée pour réintégrer une Jedi sur les voies plus classiques et lumineuses, il fut soulagé de voir que Sophia Kuat elle-même se porte volontaire pour une tâche de cette ampleur. Admirant sa détermination, Aquilus comprit que son geste devait faire exemple aux autres Jedi de l'Ordre. Il ne parla plus, laissant Jilano et Sophia échanger des mots tandis que le vénérable Maître Jedi regarda par la grande baie vitrée avant de prononcer son avis sur la réintégration ou non de la fille d'Arsenicia.


    - Je n’ai rien à rajouter et approuve la solution de Maître Kuat.


    Puis il s'emmura de nouveau dans son silence tout en attendant qu'une seule chose: la fin du Conseil Jedi. Ses missions l'attendaient, et le goût du terrain l'appelait plus que tout. Insoumis, Aquilus souhaitait à nouveau poursuivre la formation de sa disciple et continuer de traquer les Sith sans s'encombrer davantage de ses fonctions de Conseiller Jedi. Cela avait été une erreur pour lui d'accepter ce poste. Désormais, il aspirait à retrouver la marge de manœuvre qu'il avait tant appréciée par le passé, et surtout, laisser sa place à quelqu'un d'autre.


HJ: Désolé pour le post court, mais pas assez de matière à travailler, manque de motivation, et surtout d'inspiration sur ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Conseil Jedi N°2 [END]   Jeu 18 Oct - 21:20

    Tout avait été dit… Je n’avais plus rien à ajouter à mon allocution… Je n’avais oublié aucun détail susceptible pertinent susceptible de servir mon argumentation… Il ne me restait plus qu’à attendre…attendre la décision du conseil… Cette attente interminable était terriblement angoissante mais je tâchais de rester calme malgré tout…. J’avais l’impression que les secondes s’étaient transformées en heure… Le silence qui s’en était suivie après mon allocution, me semblait vraiment de mauvais augure… J’avais de plus en plus de mal à croire à une possible réintégration de l’Ordre… Il fallait avouer que j’étais particulièrement pessimiste de nature et envisageait toujours le pire dans ce qui allait s’ensuivre… D’ailleurs dans le cas présent, mon pessimisme ne faisait que renforcer mon angoisse…
    En ce moment, je n’avais qu’une envie : que tout ceci se termine au plus vite… Quitte à ce que la réponse à ma demande soit négative, je préférais cela que de vivre dans une attente qui était des plus pénibles et qui me faisaient imaginer les pires choses possibles et inimaginables… Je préférais de loin avoir quelques éléments en mains pour pouvoir savoir de quoi il en était…. Hélas dans le cas présent, je n’avais rien… Aucun détail ne se présentait à moi… Aucun tics, aucunes expressions faciales, aucun mouvement ne laissaient sous entendre quelque chose… Chaque maître présent dans cette assemblée demeurait un véritable mystère… Néanmoins, je faisais fie de mes envies et restais bien tranquille…

    Finalement au bout de je ne sais combien de temps, les 3 maîtres présents dans la salle s’exprimèrent chacun leurs tours ce qui m’enleva un grand poids de mes épaules. Il se faisait sans dire que leur décision me réjouissait au plus haut point ! J’étais désormais réintégrée au sein des Jedi ! Et dire que j’avais été sceptique quant-à cette perspective et ce jusqu’au bout… J’avais obtenu une chance de pouvoir me racheter ! Cette réintégration signifiait vraiment beaucoup pour moi et je me fis intérieurement la promesse de ne pas gâcher cette chance qu’on m’offrait ! J’allais tout faire pour éviter de sombrer à nouveau et tenter de me réhabiliter aux yeux de mes anciens confrères même si je savais que cela allait être long…
    Comme je m’y étais attendue, cette réintégration ne se faisait pas sans contrainte ou plutôt mesures de précautions… Comme ma nouvelle préceptrice venait de le déclarer quelque instant plus tôt, j’allais être soumis à un contrôle plus strict. J’allais sans doute être surveillé en permanence à l’intérieur du Temple quand je ne serais pas en présence de mon maître. Qui plus est il ne faisait aucun doute qu’ils allaient sans doute m’imposer sans doute une sorte de couvre feu ainsi que me fixer une limite quant-aux endroits auxquels je pouvais avoir accès toute seule… Il y avait fort à parier qu’on allait m’interdire les hangars de peur que je prenne la fuite… En un sens, si cette interdiction était effective, elle me chagrinait quelque peu… J’avais toujours aimé bidouiller et piloter des vaisseaux… Enfin de toute façon j’étais prête à faire des sacrifices ! Je savais que cela était nécessaire et je m'étais résolue à en faire ! Cela ne représentait donc aucun problème.

    Voulant témoigner de ma gratitude au conseil quant-à sa décision, je tâchais de m’incliner et de déclarer :


    « Je ne vous décevrais pas ! »

    Puis après ces paroles, voyant qu’on en avait terminé avec moi, je me retirais dans l’antichambre du conseil afin d’attendre la suite des évènements qui n’allaient certainement pas manquer d’être intéressantes… D’ailleurs j’avais plusieurs choses auxquelles pensées… La pensée qui revenait le plus souvent concernait une personne à savoir ma nouvelle instructrice… Quand elle avait qualifié son expérience de vieux jeu, cela n’avait pas manqué de m’interloquer… Que voulait-elle sous entendre par là ? D’après ce que j’avais pu voir, elle semblait en effet posséder un point de vu assez « conservateur » au sujet des relations d’un Jedi ainsi qu’au niveau de l’attachement… En ma compagnie ce sujet risquait d’être pour le moins épineux vu à quel point j’étais empathique… Et dire que c’était dans ma nature… Mais malgré ce point négatif, je devais avouer une chose ; j’étais très intriguée et cette nouvelle formation qui s’offrait à moi avait le don de titiller ma curiosité !




Hrp: Je pense qu'on peut clôturer now Razz
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Conseil Jedi N°2 [END]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conseil Jedi N°2 [END]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: