Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mer 19 Sep - 6:45

HJ 1: Voilà ce qui arrive quand votre modo adoré poste à des heures pas possible: il oublie de prendre le compte MJ! Si un jour on tient un bêtisier du forum, vous pourrez y consigner cette belle gaffe!


Spoiler:
 

Ruines des installations de la CMC

TOUR 1

Après que la rumeur d’une planète qui se trouverait à être une corne d’abondance pour quiconque s’en emparerait, les deux grandes factions de la galaxie décidèrent, sans surprise, d’envoyer une expédition de colonisation pour s’emparer de ce dimant brut qu’ils se promettaient de tailler. Dans cette course aux ressources, les deux camps se retrouvèrent donc à atterrir en deux points différents de la planète : l’hémisphère nord pour l’Alliance Galactique et l’hémisphère sud pour la Confédération des Systèmes Libres. Histoire de protéger efficacement leurs intérêts, une flotte de soutien et un contingent de troupes ont été déployés. Guerre froide ou non, on ne peut pas faire confiance à l’ennemi… Ajoutez à cela un bon vieux jeu d’espion et vous avez le parfait tableau pour de belles tensions et une belle excuse pour se tirer dessus.

Les directives de l’Alliance Galactique sont simples : sécuriser une zone pour établir une base avancée. Empêcher toute incursion ennemie dans le territoire souverain revendiqué par l’Alliance Galactique. Établir les forces ennemies, la taille de la zone colonisées et essayer de découvrir ses intentions. Mener des actions de sabotage, au besoin, pour nuire à l’effort de guerre ennemi. Bien évidemment, la CSL a donné à ses hommes des instructions similaires et donc membres des services de renseignements et commandos d’élite sont déjà en train de se préparer à aller jouer en terrain ennemi. Dans l’espace, on se tient à l’affût. Qui sait quand on aura besoin de bombarder une position ennemie ou de déployer d’urgence des renforts? Mieux vaut se tenir préparé à toute éventualité et donc tout le monde se tient à son poste, paré à l’action, paré au combat.

Pour Dash Fedelis, la mission qui lui a été confiée par les Services de Renseignements de la CSL est simple : infiltrer les lignes ennemies, pirater le système de communication de la base pour pouvoir garder un œil et une oreille sur ce que dise les militaires, effectuer une opération de contre-espionnage pour brouiller les cartes des SR adverses et si possible, mettre la main sur les plans d’expansion prévus par l’Alliance Galactique. Si la Confédération des Systèmes Libre peut garder au moins une longueur d’avance, Steria sera une addition assurée pour cette faction naissante dont les chantiers navals de Dac nécessitent encore et toujours plus de ressources pour fonctionner à plein régime. On ne le dira jamais assez : la guerre coûte cher. Très cher. Ce n’est pas une mission pour les petites natures car la possibilité d’une guerre imminente reste présente.

Pour Ryaaz' are' Nuruodo, on parle d’un tout autre ensemble de directives de la part de l’Alliance Galactique. Non seulement un soutien aérien doit être disponible en tout temps pour assister au besoin les positions de l’Alliance mais ces mêmes forces pourraient bien être redéployés d’urgence pour une offensive sur les lignes ennemies. Ajoutez à cela le fait qu’il faut aussi prévoir la protection des vaisseaux de ravitaillement et des transporteurs de troupes, la mise en place d’un blocus temporaire si jamais des mesures plus musclées sont nécessaires et vous vous retrouvez avec des impératifs fait sur mesure pour des pilotes endurcis. L’escadron de la mort, en plus, n’opère pas à pleine capacité au vu de l’absence d’au moins un de ses membres… Le défi n’en est que plus grand. Un échec n’est pas envisageable.

Pour le moment, personne ne se soucie vraiment de la partie moins réjouissante du rapport secret qui a fini entre les mains de virtuellement toutes les factions avec un minimum d’espions compétents. Vous savez, la partie folie et massacres…

Tous? Non pas tous. Car voyez-vous, il existe au moins une faction qui se nourrit du chaos et de l’entropie pour se développer. Le Consortium de Zann a décidé pour se faire de ne pas envoyer ses propres forces mais plutôt une collection de hors la loi indépendants avec un juteux contrat qui peut se résumer à ceci. On débarque, on trouve la source de ce mal étrange, on le ramène et si dans le même temps on peut aller fouiner chez l’AG et la CSL, on le fait! Naturellement, qui dit opération à hauts risques (car le CDZ a décidé d’occuper la zone anciennement occupée par la corporation minière corélienne donc une position équatoriale donc entre deux factions puissantes) dit personnages aussi compétents que dangereux et Le portefeuille du CDZ a pu sécuriser les services de non pas une mais deux pointures du monde du mercenariat.

Doman Abi, mandalorien de son état et recruté à un prix presque prohibitif par le Consortium de Zann pour une mission toute spéciale : assister Inaya dans sa supervision de cette collection hétéroclite de hors la loi dans un temps, un travail de garde du corps qui pourrait paraitre banal… Si ce n’était du fait qu’ensuite, il faudra assister cette même rouquine pour assassiner et/ou enlever les potentiels scientifiques dépêchés par l’AG et la CSL. Les secrets de Steria, ce qui peut devenir une arme mortelle, doivent rester entre des mains compétentes… Donc celle du CDZ. Infiltrer une installation ennemie ne sera pas une tâche aisée, surtout avec la guéguerre que se livre les espions de part et d’autres. Ceci dit… La rumeur veut qu’aucune tâche ne soit au-dessus d’un mandalorien, non? Quand on a les moyens de se payer la crème de la crème…

L’autre grosse pointure recrutée pour l’occasion n’est autre que Pyrrhus Hellstorm. Si vous avez entre les mains un croisement entre un rancor et un char d’assaut Canderous, vous en profitez n’est-ce pas? Misant sur les talents innés pour le carnage de ce gentleman, le CDZ compte bien s’en servir pour exacerber les tensions entre l’AG et la CSL. Quelques morts ici, une explosion là, à qui revient la faute quand tout le monde est sur les dents? L’autre objectif du CDZ est d’avoir sous la main quelqu’un qui n’hésitera pas à… se débarrasser des éléments inutiles recrutés par la faction criminelle une fois le travail terminé ou lorsque l’un d’entre eux sera jugé comme un poids mort. Il faut toujours avoir un gros monstre épeurant pour garder en ligne des gens aussi peu fiables que des ors la loi engagés pour un gros coup d’argent.

Enfin, la vedette montante du CDZ, la star de l’organisation, Inaya Nhara en personne, a été envoyée pour s’assurer que le travail se passe bien avec des directives très claires de sa patronne. Le CDZ doit être la seule faction à repartir de la planète avec des réponses sur ce qui a causé l’échec de la première expédition. Si en espionnant les deux grandes factions elle se rend compte qu’ils ont l’ombre d’une piste, il faudra tout faire pour réduire au silence ceux qui ont commencé à trouver des réponses. Steria, pour le CDZ, est simplement un énième terrain de jeu pour une arme expérimentale dans le pure style Talia Zann : aussi dangereux pour eux que pour nous. En bonus, c’est également Inaya qui supervise Doman et Pyrrhus : obtenir un gros contrat avec ces deux-là, sur du long terme, pourrait servir les intérêts du CDZ.

Et c’est dans ce contexte de méfiance, de coups bas planifiés, d’objectifs au niveau de difficulté plus qu’élevé et de variables imprévisible que vont évoluer ces cinq protagonistes. Sauront-ils survivre aux dangers mortels dont regorge Steria?

HJ 2: L'ordre des posts sera déterminé par l'ordre du premier tour. Un délai de 48 heures vous est autorisé pour vos réponses. Pour tout délais additionnel, prière de me contacter par MP.

N.B.: les inscriptions pour ce mini event sont FERMÉES. Si votre nom n'est pas mentionné dans le post d'intro... Vous n'en faites pas partie!


Dernière édition par Talia Zann le Mar 19 Mar - 19:13, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mer 19 Sep - 20:54

"5, 4, 3, 2, 1... GO !"

Dash courut vers l'arrière du vaisseau et chuta dans le vide. Oh non il ne tomba pas de quelques mètres seulement ou avec un jetpack comme de nombreux soldats l'aurait fait. Non le Capitaine Zephir était légèrement plus... tordu que ça. Entièrement dans une combinaison noire et pressurisée il survolait actuellement Steria. Une bien étrange planète que voilà. Mais la Confédération des Systèmes Libres voulaient avoir ses richesses, elle avait besoin d'un agent sur place. Et ce serait le Capitaine Fedelis.

L'altimètre de Dash se montra réticent à l'idée de chuter de plusieurs centaines de mètres en quelques minutes seulement mais l'agent des forces de renseignements savait ce qu'il faisait... Tandis qu'il chutait dans l'obscurité de la nuit il repensa aux évènements qui l'avaient mené ici. Tout avait commencé par l'apparition soudaine d'un message sur sa table. Il était convoqué d'urgence sur Mon Calamari. L'Etat Major avait une mission d'importance à lui offrir et il avait accepté en prenant des "congés" bien méritées selon les Forces de Sécurité pour qui il travaillait. Durant le premier mois il s'était préparé seul : observation du terrain, préparation du matériel, préparation des différentes étapes.

Son plan était très simple et d'une rare ardeur à la fois. Tout allait commencer par l'infiltration des forces de l'Alliance. Un des pirates informatiques de la Confédération avait découvert qu'un Lieutenant de l'armée de l'Alliance lui ressemblait assez pour pouvoir prendre son identité. Et ce Lieutenant était d'ailleurs un des principaux éclaireurs des forces militaires présentes. Une rare aubaine pour Dash qui avait tout planifié. Ce soir il allait capturé et tué le Lieutenant pour prendre sa place.

Dès lors il installerait un petit QG d'espionnage, dont aucun matériel ne pouvait être remonté à la CSL bien entendu, et retournerait à la base de l'Alliance. Il aurait, pensait il, accès à l'Etat Major. Ensuite mener une activité de contre espionnage tout en étant infiltré serait ardu et le Capitaine n'avait planifié encore aucun plan. Ainsi que pour le sabotage des tours de communication. Mais chaque chose devait être faite en temps et en heure.

L'altimètre bipa quelques secondes durant et Dash activa son parachute qui s'ouvrit dans un bruissement de toile noire. La chute se vit considérablement réduite à quelques mètres secondes seulement. Une arête rocheuse apparut lentement dans le champ de vision du capitaine. La dedans un homme campait, surveillant les lignes de la Confédération. Un espion en quelque sorte. Un guet secret pour être exact. Dash atterrit doucement au sol et dégaina un kukri. Il avança à pas de loups vers la silhouette assise face à lui et qui regardait une grande plaine.

"Viens mon ami, assieds toi à mes côtés et prends donc un bon coup.
- Comment as tu su ?, dit Dash à s'asseyant face à l'homme, qui effectivement lui ressemblait, surtout depuis qu'il s'était teint en blond pour la misssion.
- Et bien tu n'es pas un assassin, sinon je serais mort. Non je dirais que c'est le destin qui t'a amener à moi. The F.A.T.E.
- Le destin ? Non c'est mes patrons, rétorqua Dash en resserrant sa prise sur son arme.
- Vas y. Mon heure était venue..."

L'homme se redressa soudainement sur ses pieds et l'attaqua en tentant de lui taillader le visage. Dash recula facilement et se fendit. Mais l'éclaireur l'avait eu et lui attrapa le bras. Un combat de force s'engagea alors et le membre des services de renseignement vit la lame de son adversaire venir à lui. Jouant le tout pour le tout il plongea et sentit la lame briser le verre de son casque et lui entailler la joue. Son adversaire parut surpris lorsque la lame de Dash lui transperça le torse. L'éclaireur rendit un dernier soupir et recula. Sa chute se fit sans bruit tandis que son corps glissait le long de la corniche rocheuse. Le Capitaine confédéré soupira longuement et s'essuya le visage. Le lendemain il reviendrait à la base de l'Alliance et commencerait l'Opération "Rage and Fall"...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mer 19 Sep - 22:28

- Ici contrôle Coruscant, vous êtes autorisés à partir et vos ordinateurs de bord ont été mis à jour, bonne chance.

Le groupement de vaisseaux qui pouvait s'apparenter à une flotte d'invasion entama sa montée dans l'espace, comme guidée par la même force invisible et exactement à la même vitesse. Il faut dire que si bien des citoyens de la capitale galactique levèrent les yeux, il y avait une raison : deux destroyers Nebula étaient en tête de file, suivis d'un transporteur de classe Galactic et de deux destroyers Imperial II. Fermaient la marche un destroyer Interdictor et une myriade de petits transporteurs ainsi que quelques croiseurs : principalement des Belarus et des Enforcer.

En orbite les attendait une paire de destroyers stellaires Turbulent, qui s'intégrèrent au groupe discrètement. Azaren contrôla que tous ses voyants fussent au vert, et envoya les coordonnées de saut aux vaisseaux de sa flottille. Une fois ceci fait, il se leva, fit signe à deux droïdes CYV de le suivre et descendit dans ses quartiers.

Le Hadès n'était pas spécialement aménagé pour lui mais il avait tout de même eu le loisir de faire installer un fauteuil à partir duquel il pouvait accéder à tout ce dont il avait besoin, exactement comme sur celui de la passerelle. Cependant, en ce moment précis, ce qui l'intéressait était plutôt la douche située un peu plus loin et vers laquelle il se dirigea une fois la porte fermée et les droïdes en position de garde. Il n'aimait pas cette paranoïa qu'impliquait être un officier mais au fil des ans cette méfiance constante lui était de plus en plus apparue comme naturelle. Le contact de l'eau chaude lui fit oublier toute pensée désagréable, et son sommeil quand il se coucha fut des plus paisibles. Il ne rêva que d'une chose : la guerre.

Quelques dizaines d'heures standard plus tard, Azaren était debout devant la baie d'observation en train de contempler la vue qui s'offrait à ses yeux. Steria, monde-éden prometteur et plein de ressources, était depuis peu revenu sur le devant de la scène galactique et désormais une base de l'AG ainsi qu'un campement de la Confédération l'occupaient officiellement. Le chiss ne se doutait pas qu'une planète aussi grande et si peu connue serait une base de choix pour tout type d'organisation ou de bande de malfrats, mais sa mission était de s'occuper des confédérés et il entendait la mener à bien. A sa droite, il remarqua les vaisseaux de transport et les croiseurs Belarus qui commençaient leur descente sur la planète, tandis que les vaisseaux de combat de sa flottille se positionnaient en formation d'attaque standard.

- Ici le commandant Ryaaz'are'Nuruodo, à tous les vaisseaux, passez en phase de surveillance, alerte orange et systèmes d'armement chargés à 60 pourcent. Déployez un tiers de vos chasseurs : priorité aux intercepteurs Eta-5 et aux K-Wing. Nous allons nous approcher lentement de la planète pour protéger les transporteurs : suivez le Zeus.

Les vaisseaux obéirent immédiatement et il devina plutôt qu'il ne vit les escadrons de chasseurs qui se préparaient à être déployés, les mécaniciens stressés et les pilotes pleins d'adrénaline, les officiers distribuant des ordres et répetant ses propres ordres, mais aussi quelques personnes qui, comme il était inévitable, avaient des proches ou des connaissances de l'autre côté, du mauvais côté.

Azaren observa l'autre destroyer Nebula qui prenait la tête de la formation, glissant dans l'espace sans un bruit, semblant presque léger, dans la mesure où un vaisseau spatial d'un kilomètre de long peut être léger. Il avait eu cette idée dès qu'il avait su qu'il y aurait un autre Nebula dans l'Escadron. Pouvoir faire croire à l'ennemi qu'un de nos vaisseaux est le vaisseau capital était une ressource que peu de personnes pouvaient se permettre, et le chiss faisait partie de ces dernières. Fort de ce raisonnement et saitisfait voire trop satisfait de lui-même, il quitta sa position debout et alla se rassoir pour se remettre la situation au sol bien en tête et surtout pour voir en temps réel les évenements sur la surface de Steria.


Dernière édition par Ryaaz' are' Nuruodo le Jeu 20 Sep - 7:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Jeu 20 Sep - 0:00

Ainsi, c’était sur cette planète que les hommes envoyés par la corporation minière corellienne avaient trouvés la mort dans des circonstances tragiques. Là où l’Alliance et la Confédération désiraient les ressources de cette planète, le Consortium de Zann, lui, voulait entrer en possession de ce qui avait rendu les corellien fou au point de s’entretuer. Ce n’était pas sans risque que nous étions ici … enfin que j’étais ici. J’étais le seul vrai membre du Consortium en ces lieux, les autres n’étaient que des clampins recrutés spécialement pour cette mission, des types que seul l’argent motivait. Ils étaient ici contre un paquet de crédits, point à la ligne. Autant le dire tout de suite, je n’avais absolument pas confiance en eux, j’étais très méfiante. Nous avions quelques vaisseaux en orbites et ici, sur la surface, une cinquantaine de personnes. Dans se lots, il y avait tout de même deux pointures à qui je devais confier deux missions bien spécifiques.

Pour l’occasion, j’avais abandonné ma tenue sexy pour mon armure. Celle-ci était plus appropriée pour cette mission. Néanmoins je portais toujours mon manteau noir, celui-ci dissimulant mon sabre laser. A la cuisse, j’avais une nouvelle arme totalement unique, un blaster au design particulier, un petit cadeau de Talia.

Nous avions établis notre « base » là où c’était située l’expédition corellienne, nous allions donc en explorer les ruines. Enfin, j’allais en explorer les ruines. Je fis appeler Doman Abi ainsi que Pyrrhus Hellstorm, les deux pointures que ma patronne avait recrutées pour cette mission. Les bras croisés, j’attendais donc leur venue, n’ayant guère envie de faire le tour de l’avant poste pour les trouver. Lorsqu’ils arrivèrent enfin, je posais mes émeraudes sur chacun d’eux, le mandalorien en premier. De son côté, il n’y avait pas grand-chose à dire. C’était un Mando’ade, un type en armure super bien armé et super bien entrainé. Le genre de personne à qui je pouvais confier un boulot sans problème, j’étais (presque) certaine qu’il réussirait. L’autre était un … homme lézard plutôt balèze à l’air peu amical. Je me méfiais, surement à juste titre. De ce que je savais de lui, il était du genre brutal, très brutale.


- Alors … Doman Abi, Mandalorien. Toi, tu es avec moi, tu vas me suivre et m’aider à superviser cette petite cinquantaine de personne. Ensuite tu viens avec moi dans ces ruines. Toi, le lézard, et bien … Ton rôle est simple : Emmerder l’AG et la CSL. Sers-toi des tensions qu’il y a entre eux, je ne veux pas les avoir sur le dos temps que nous sommes ici. Et bien sur tu peux utiliser toutes les méthodes possible et inimaginable, mais essaye de ne pas nous tuer. Notre but ici n’est pas les ressources que cette planète peut renfermer mais bien ce qui a rendu fou l’expédition corellienne. Mais si tu peux avoir des renseignements sur cela grâce à l’AG ou la CSL, je prends.

A cet instant, je reçu une communication de Sérina. Me détournant quelque peu de mes interlocuteurs, j’écoutais attentivement. Ainsi, une flottille de l’Alliance venait d’arriver ? Avec le Hades dans le lot ... D’après l’IA, il était fort possible que le Chiss Azaren soit de la partie, j’en informais donc mes deux collaborateurs.

- Une dernière chose. Si vous faites ce que je jugerais du bon boulot il est possible que j’en touche deux mots à Talia qui vous versera peut être quelques crédits en plus.

Sur ces quelques mots, je congédiais le lézard, qui pouvait d'ores et déjà se mettre en route, et m’avançais vers mes gars. Tous d’horizon différents, j’observais ce groupe hétéroclite avant de donner le signal du départ, nous avions des ruines à explorer et ce petit fourmillement dans ma nuque ne présageait rien de bon …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Jeu 20 Sep - 2:01

    Peu de gens pouvaient s'offrir les services d'un mandalorien et plus d'un se fit refouler par celui que l'on appel Prudii. Certain de ses capacités, du plus non négligeable qu'il pouvait apporter, il s'offrait le luxe d'imposer quelques conditions à ses commanditaires. En échange de quoi, la mission serait accomplie et aucune piste ne permettrait de remonter jusqu'à son employeur. Il agissait telle une ombre, sans bruit et l'assassinat était son domaine de prédilection comme pour beaucoup de ses confrères, mais il fallait ajouter à cela l'infiltration et le sabotage, ce qui augmentait significativement le prix qu'il réclamait pour mener à bien les tâches qui lui étaient confiées. Cette fois ce ne fut pas une personne, mais un groupe qui pût le recruter sans aucune obligation de la part d'Abi : le Consortium de Zann. Doman n'était en rien un mercenaire, c'était un homme de justice, mais qui avait énormément besoin de crédits pour remplacer l'équipement qu'il avait présentement. Sans être obsolète, de nouveaux jouets intéressaient fortement le chef de clan qui se contentait d'un sniper facilement repérable, comme tous les autres et d'une navette impériale de type MU-1 qui avait hélas déjà fait son temps. Bien que ce vaisseau l'eût sorti de quelques situations difficiles, entre autre grâce à son hyperpropulsion, les révisions qu'il nécessitait étaient nombreuses. L'heure était venue d'en changer et il comptait sur la coquette somme qu'il toucherait pour remédier à ce problème et ainsi offrir encore de meilleurs services.

    Ce fut dans une certaine discrétion que Doman fut mis au courant de sa mission, protéger Inaya Nhara et l'assister face à l'Alliance Galactique et la Confédération des Systèmes Libres. C'était donc une mission qui correspondait très bien aux capacités du mandalorien. De ce qu'il savait, la zone où ils se rendaient était à risque, sans réellement savoir ce qu'il s'y passait véritablement. S'il y a bien une chose que Doman déteste, c'est agir dans l'obscurité la plus totale, ce qui est le cas pour cette mission, il ne sait que très peu de choses. Pour une fois, l'argent prônait sur ses habitudes. Une arme toute particulière attirait son attention et il serait un des rare à en posséder l'exemplaire dans la galaxie, l'Empire ayant gardé secrète son existence, celle-ci étant très utile. Le Consortium De Zann l'aiderait à se le procureur et c'était la grosse raison qui le faisait travailler pour cette organisation criminelle, dont-il n'acceptait souvent pas les actes. A plusieurs reprises, son casque lui sauva la vie vue l'expression qu'il cachait, malaise dont-il ne parlait jamais.

    Durant tout le voyage, le mandalorien s'était fait discret, se concentrant sur sa mission et se préparent selon ce qu'il faisait le plus souvent : agir dans l'ombre et contourner l'adversaire. Il ne sentait pas vraiment cette mission, bien qu'il fût persuadé qu'il en sortirait vivant, car en effet, voyager avec une flotte ne présage rien de bon. Pour l'effet de surprise, c'était un peu raté. Puis un message retentit, le débarquement aurait lieux dans peu de temps et chacun des membres devait se rendre aux hangars, où des navettes les attendaient. Une fois tout ce petit monde réunis, chacun pris place dans les vaisseaux et il fallut plusieurs minutes avant d'atteindre la surface de la planète. Le mandalorien ne passait pas inaperçus avec son armure, connue dans toute la galaxie, tout comme une grosse bestiole qui les accompagnait. Rien que son allure forçait le respect, mais ce n'était pas pour autant que l'on devait le craindre, loin de là. Au moins s'il l'on devait faire appel à une brute, on saurait à qui s'adresser. Encore une fois, cette organisation montrait une partie de sa force, elle disposait d'une flotte et pouvait se payer les services de quelques têtes d'affiches, ses moyens semblaient parfois égalés ceux de l'Alliance Galactique et de la Confédération des Systèmes Libres.

    Se vidant la tête de toutes ses pensées négatives, bien à l’abri derrière son casque en T, le transport se posât peu de temps après au sol. Les troufions se précipitèrent en dehors en premier, suivit du mandalorien, qui gardait un oeil sur Inaya. Ayant déjà rencontré cette dernière, la voir en armure changeait de sa tenue plus sexy qu'elle portait habituellement et elle paraissait soudain moins fragile. Avec cette fière allure et le fait qu'elle soit en mission avec des hommes armés, montrait qu'elle n'était pas en sucre. Tout comme ses collègues, le Prudii fit un tour d'inspection de la zone, vérifié qu'aucune cible hostile n’était en vue. Au moins, l'atterrissage ne semblait pas leur réserver quelques surprises. Après un moment, un soldat vint à la rencontre du mercenaire d'un jour et stipulât, intimidé, qu’Inaya souhaitait le voir.

    La mission de Doman était désormais un commandent en second, ce qui ne l'enchantait guère. Bien entendu il avait l'habitude en tant que chef de clan, mais ses membres lui étaient dévoués, alors qu'il ne connaissait aucun des soldats présents. Mais peu importe, le Prudii devait se faire à l'idée que ses ordres de missions arriveraient progressivement pour une fois. Écoutant attentivement celle qui était la patronne aujourd'hui, il ne se fit pas prier pour espionner la conversation d'Inaya à l'aide de son casque. De ce qu'il avait compris, les choses pourraient se compliquer sous peu et elle en informât le mandalorien. Déjà dans le flou, cette information était la bienvenue. Il digérait mal le fait qu'on lui cache encore quelque chose et si la situation tournait mal, il ne se priverait pas pour en faire part.


    « Bien reçus. »

    Furent les seuls mots à sortir de sa bouche, au travers de son casque, modifiant par la même occasion sa voix. Une fois la brute partie, ce fut au groupe de se diriger vers les ruines et Prudii ne présageait déjà rien de bon. Une mission dans un milieu fermé et ancien n'était pas vraiment ce qu'il préférait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Jeu 20 Sep - 22:57

    Le mastodonte après avoir rejoint la flotte pirate avait reçu un message de la part du Consortium de Zann. Celui-ci semblait avoir eu écho des exploits de la brute épaisse qu’était Pyrrhus Hellstorm sur Nar’Shaddaa en faisant du bar « La gâchette facile » une véritable boucherie charcuterie locale dans laquelle, il avait commis un sacré carnage, tuant au passage un chevalier Jedi trop téméraire et sûr de sa puissance. Depuis, l’hybride avait récupéré le sabre laser de cet infortuné utilisateur de la Force pour le monter en baïonnette sous son fusil à pompe afin de réserver de drôles de surprises à certains ennemis suffisamment stupides pour essayer de l’attaquer en combat rapproché.
    Le rendez-vous fixé sur Tatooine l’avait finalement conduit dans un vaisseau pour Stéria : planète récemment répertoriée et qui, selon les bruits qui couraient, recelait de nombreuses ressources.

    Inutile de préciser que ce n’était pas les ressources qui avaient motivé Pyrrhus à accepter le contrat, mais surtout la promesse d’un affrontement face à des ennemis de taille ainsi qu’une grosse poignée de crédits républicains à la clef. Mais il y avait quelque chose que Talia Zann ignorait à propos de Pyrrhus, celui-ci était d’autant plus motivé pour cette mission car il voyait là une occasion rêvée de tester son nouveau lance grenade sur des cibles mouvantes. En revanche, ses connaissances à propos de la planète Stéria étaient maigres : a priori il devait atterrir sur l’équateur de cette planète tempérée et devait rejoindre le commandant des opérations. Cependant, il ignorait complètement quels étaient ses autres attributions pour le moment, et pour tout dire, le mercenaire s’en fichait pour le moment.

    Pyrrhus était, comme à son habitude, nerveux lors de ces voyages spatiaux. Pour une fois il s’était apaisé en customisant encore une fois son pistolet blaster et en fumant. Par ailleurs, il se fit disputer par le pilote quand le mastodonte alluma son cigare avec une décharge de son pistolet. Il ne réagit pas, et se contenta de grogner quelque chose dans un basic plutôt sommaire.
    Une fois sur la planète Steria, le mastodonte avança silencieusement à travers la base se contentant de profiter de l’air frais de la planète avant le prochain voyage stellaire. Peu de personnes lui adressaient la parole de part sa nature de mercenaire. Pyrrhus ne le cachait pas et ne s’étonnait pas que les mercenaires engagés par le Consortium de Zann se méfient de lui. Néanmoins, ce qui l’agaçait n’était pas la peur qu’il imposait aux autres, c’était surtout cette sensation de n’être vu que comme une bête de foire. La deuxième chose qui l’agaçait était aussi l’opacité complète sur les suites de la mission. On lui avait demandé de se poser, certes, mais après ? Le mercenaire n’avait reçu aucune autre indication et personne ne semblait être disposé à lui répondre. C’est alors que son comlink bipa, l’invitant à rejoindre la chef des opérations.

    Finalement satisfait de pouvoir enfin se dégourdir les jambes, Pyrrhus se leva et se dirigea vers le lieu indiqué avec une certaine excitation. Il ne prit pas la peine de relever qu’il s’agissait d’une femme, bien trop impatient de découvrir quelle serait sa prochaine tâche, son prochain combat à livrer. Lorsqu’il arriva, l’hybride s’aperçut qu’il n’était pas le seul ici : un certain Doman Abi, Mandalorien de son état semblait avoir aussi été recruté pour l’occasion. Le mastodonte se méfiait des mandaloriens et les tenait en respect depuis que l’un d’entre eux avait failli le tuer au lance-flammes. Pyrrhus savait que les mandaloriens étaient des combattants aguerris aux talents multiples et qui ne manquaient jamais de ressources.

    La chef des opérations était une jeune femme à la silhouette élancée et aux cheveux roux. Le visage sans cicatrices, Pyrrhus pensa qu’elle devait faire partie de ceux qui ne se battent que rarement et quand le combat est en leur faveur. Le mastodonte méprisait ce genre d’individus, donneurs d’ordres sagement assis confortablement sur leurs fauteuils et qui récoltaient les honneurs qui devaient aller à ceux qui risquaient leur peau. La place d’un vrai chef de guerre était sur le terrain, en première ligne pour insuffler la rage, la bravoure, le courage à son peuple. Inaya fit une fois encore, l’erreur d’appeler l’hybride sous le terme péjoratif de « lézard ». Par la suite, sa mission était simple : aller jouer sur les plates-bandes de l’Alliance ou de la Confédération, c’était au choix. Aucune précision supplémentaire.


    - Bien reçu.


    Puis il prit un groupe de dix personnes avec lui, chevaucha une moto-jet avec la petite escouade et se dirigea vers l’hémisphère nord avec une ébauche de plan en tête.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Sam 22 Sep - 4:46

TOUR 2

Quel temps merveilleux pour… Une catastrophe. Comme sur une table de sabacc, tout était prêt pour une partie des plus palpitantes. L’AG d’un côté, prête à l’offensive. La CSL, motivée à percer les secrets de l’ennemi. Le CDZ, en train de préparer une bonne dose de chaos… Et Steria, la planète mystérieuse recelant au moins un danger mortel. Combien de temps encore avant que le paradis ne devienne enfer?

Toujours à l’affût des manigances ennemies, les agents des services de renseignements de la CSL passaient la planète au peigne fin. Scanner longue portée, systèmes d’écoute, le nec plus ultra du département de la recherche militaire confédérée avait été déployé pour pouvoir anticiper d’au moins trois temps les mouvements de l’ennemi. Ne dit-on pas que la prudence est mère de sûreté? C’est grâce à cette vigilance qu’ils purent détecter un signal, même très faible, presque imperceptible par l’équipement classique, non loin des positions de l’AG. Le manque de réaction de l’ennemi laissait à supposer qu’ils ne l’avaient pas encore capté, ce qui donnait une occasion en or de montrer aux membres de l’Alliance qui étaient les vrais professionnels de l’espionnage. On contacta donc le lieutenant Fedelis pour lui intimer d’enquêter : autant envoyer la crème de la crème.

Un succès pour la CSL ne signifiait pas un manque de chance pour l’AG. Fort d’un équipement plus spécialisé que celui des autres vaisseaux de la flotte, c’est le « Cerbère », un destroyer de classe Interdictor qui, cherchant la signature de vaisseaux camouflés, détecta une anomalie dans le petit champ d’astéroïdes et de débris en orbite autour de la planète. Selon les ordinateurs de bord, l’anomalie en question était un YT-2400 light freighter dont les systèmes étaient entièrement désactivés. En analyse préliminaire, le système de détection des autres vaisseaux capitaux ne détectait par conséquent qu’un banal corps flottant. On informa aussitôt le commandant Nuruodo. Ce vaisseau d’origine corellienne appartenait peut-être à l’expédition qui avait découvert cette planète. Des informations privilégiées pourraient s’y trouver.

À l’équateur, dans les ruines des installations de la Corporation Minière Corellienne, les mercenaires faisaient une découverte inquiétante : de nombreux ossements, d’origine humaine ou humanoïde, d’après leur forme. Rien de bien effrayant pour des criminels endurcis, mais c’était une preuve des atrocités qui s’étaient commises à cet endroit. Avec un peu de chance, on pourrait trouver les restes du laboratoire d’analyse. Les principales pistes pour trouver ce qui avait causé cette folie meurtrière tournaient autour d’un virus, d’un parasite ou de la composition de l’air ambiant. Une combinaison des trois? Impossible à dire pour le moment. Dans ces ruines inhospitalières, on pouvait presque sentir que quelque chose d’anormal s’était produit : pour preuve, certains des « volontaires » recrutés par le CDZ affichaient des signes de nervosité prononcés.

Enfin, une curieuse scène attendait le groupe de Pyrrhus : un nerf, cet animal herbivore que l’on retrouvait au travers de la galaxie… En train de consommer la viande d’un congénère mort. Nul besoin de dire que c’était loin d’être normal… Et que cette boite de Pandore qu’était Steria risquait de justifier une importante prime de risque aux employeurs du groupe de hors la loi indépendants…


Dernière édition par La Force le Lun 1 Oct - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Sam 22 Sep - 18:23

Dash se leva et s'étira pour la troisième fois consécutive. Il était très fatigué et ce n'était pas le manque de sommeil qui lui faisait cela. Mais plutôt le nombre d'heures passés devant son datapad et surtout le stress. A tout moment il pouvait être découvert par les agents de contre espionnage de l'Alliance et la peur prenait une place importante dans son ventre et surtout ses émotions actuelles.

Mais il avait tenu au moins une de ses missions, un vrai coup de chance. Enfin... Il avait failli y perdre sa vie à vrai dire ou si ce n'avait pas la vie cela aurait été sa couverture et l'avancée de la CSL sur Steria. Tout avait eu lieu le matin où il était revenu de sa soi disant "expédition" en territoire confédéré. L'éclaireur Jack Thilius était censé s'y rendre et lorsque Dash était arrivé, trois jours plus tôt que prévu tout l'Etat Major avait pris peur.

Peur car le retour prématuré d'un éclaireur pouvait signaler des problèmes. Mais Dash avait dit au Colonel chargé de la base que tout son matériel avait été détruit dans un accident et qu'il avait eu juste assez d'énergie pour revenir en motojet. Les gradés l'avaient dès lors convoqués et avaient dits des choses très juteuses pour les oreilles très mal intentionnées du capitaine confédéré. Comme par exemple la préparation de certains vaisseaux et quelques autres petites choses comme par exemple l'envoi de certaines patrouilles.

Peu après son rapide débriefing le Capitaine avait rejoint ses appartements, sur lesquels il était tombé par pur hasard et avait fait ce que l'on lui avait ordonné, en l'occurrence mettre en oeuvre un rapport sur tout ce qu'il avait vu durant sa mission prématurée. Il en avait profiter pour mentir très légèrement, enlevant certains postes de surveillances de la CSL et en rajoutant là où il n'y en avait pas. Le comlink de Dash sonna et il décrocha.

"Oui ?
- Zéphir. Nouvel ordre de mission. Delta-3. Signal intéressant, trois klicks au nord des frontières. Black Sword mis en place."

La communication en resta là. Mais elle suffisait largement pour Dash. Le Capitaine prit son pack comprenant tout ce dont avait besoin d'un éclaireur de l'Alliance, de la nourriture lyophilisée, des cartouches d'épuration d'eau, des fusées, une paire d'excellente macro-binoculaires ainsi qu'une cape de camouflage. Dash descendit dans la cour de la base de l'Alliance et se dirigea droit vers l'homme qui s'occupait des véhicules.

"Lieutenant Thilius ! En quoi puis je vous aider ?
- J'ai besoin d'une motojet.
- Vous repartez déjà ? Vous allez finir votre mission n'est ce pas... Attendez... Prenez la 12."

Dash le remercia d'un signe de la tête et enfourcha le véhicule que l'on venait de lui donner. Puis il démarra et quitta en trombe la base. Il traversa rapidement les territoires de l'Alliance et arriva non loin de l'emplacement du signal que ses supérieurs voulaient découvrir. Il arrêta son véhicule et contourna la colline qui lui bouchait la vue et tomba sur....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Lun 24 Sep - 22:45

L’escorte des transports avait été d’un ennui dont Azaren n’avait pas vu la fin. Et le spectacle des centaines de chars d’assaut et de véhicules tout-terrain léger comme lourds ne lui remonta pas vraiment le moral. Seule l’idée que les confédérés étaient de l’autre côté de la planète lui redonnait le sourire, et il allait ordonner à des chasseurs de passer au-dessus du campement en une manœuvre d’intimidation quand le destroyer de classe Interdictor avait demandé à être rejoint en orbite haute. Devant l’insistance du capitaine, le chiss avait consenti à remonter avec les deux Nebula, tandis que les autres vaisseaux se plaçaient à quelques centaines de mètres du sol pour débarquer les vivres de l’AG. Arrivé plus ou moins à la hauteur du Cerbère, Ryaaz’ are’ Nuruodo appela le capitaine.

- Capitaine Sturm, ici Azaren, pourquoi requérez-vous mon attention ?

- Pardonnez-moi, commandant, j’ai fait une trouvaille, ou plutôt nous avons fait une trouvaille qui pourrait être d’une importance extrême. Venez sur mon vaisseau, je vais vous montrer.

Intrigué, le chiss remarqua que pour vouloir lui montrer cela en personne, soit le capitaine voulait l’impressionner soit il avait un besoin de se mettre en scène supérieur à la normale. Il avait déjà rencontré ce genre de personnes plusieurs fois et vu ce que disaient les mémoires de l’amiral Pellaeon il semblait qu’au temps de l’Empire Galactique c’était la même chose. D’ailleurs, aucun doute sur le fait que l’illustre Mitth’ raw’ Nuruodo lui-même faisait partie de ce genre d’extravagants, bien que pour lui ce trait était pardonné vu son génie tactique hors normes. Azaren pensa qu’il fallait absolument qu’il prenne contact avec les chantiers navals de Kuat pour voir s’il était possible d’avoir un Transporteur stellaire de classe Galactique peint en bleu. Dans le cas contraire, il ne lui restait qu’une seule option : l’Admonitor, légendaire destroyer de classe Imperial-I, mais qui appartenait sans doute encore à l’Empire de la Main.
Chassant ces pensées, le chiss vérifia que ses droïdes CYV-S le suivaient bien, embarqua dans une vieille navette TIE et fit un signe au pilote, qui actionna les moteurs et les porta dans l’espace. Le voyage fut de courte durée, les vaisseaux étant quasiment côte à côte et la navette relativement rapide. Le hangar du destroyer s’ouvrit pour les laisser entrer et il trouva le capitaine l’attendant, avec une demi-douzaine de soldats et deux droïdes CYV. Il nota pour lui-même la disposition peu orthodoxe des chasseurs lourds K-Wing dans le reste du hangar, et pensa à l’expérimenter un de ces jours, sans toutefois en demander la raison.
Ne montrant aucun sourire apparent pour s’assurer qu’il comprenne que ce n’était pas en l’invitant qu’il allait être promu rapidement, il ne prononça que ces mots :

-Repos, capitaine. Allons voir ce que vous avez trouvé, le temps presse après tout.


Sans dire un mot, il se tourna et entraîna le chiss vers la passerelle, les 4 CYV à distance respectueuse. Le destroyer était un design de l’Empire Galactique, et Azaren le remarqua dès que la passerelle apparut devant lui. Un design un peu daté mais efficace et surtout si impersonnel, si formel et si gris… tellement typique et en un sens ridicule : rendre triste même l’intérieur du vaisseau n’était pas forcément une bonne chose, et faire passer un régime déjà obscur pour terne n’était décidément pas ingénieux et on comprenait sans mal le orange et le rouge des rebelles puis de la République.
Un officier vint les accueillir et les emmena vers une console de surveillance, où apparaissait un champ d’astéroïdes.
Le capitaine prit la parole :

- Commandant, nous étions en train de scanner le secteur à la recherche d’éventuels vaisseaux utilisant un champ de furtivité quand nous avons déniché ceci : un cargo corellien YT-2400 d’après les scans. Il n’y a aucune forme de vie organique à bord, peut-être des droïdes mais rien n’est plus sûr
- Je vois, aussi, vous avez pensé…
- Que cela pouvait être le transport de l’expédition qui a découvert cette planète et que nous pouvions sans doute envoyer des gars jeter un coup d’œil.
- Excellent raisonnement capitaine, mais pourquoi m’avez-vous demandé de venir ?
- Et bien, pour que vous sachiez en temps réel ce qu’il y a à l’intérieur de ce cargo,

finit-il avec un grand sourire, pendant que le chiss regardait l’image de plus près et aperçut des space troopers qui sciaient un des sas pour entrer. Décidément, si tous les capitaines avaient le même sens de l’humour il passerait son temps à aller de vaisseau en vaisseau, mais avant de se reconcentrer sur la scène qui se déroulait à l’écran il crut bon de signifier à Sturm que pour cette fois ça allait mais que le règlement avait une raison d’être. Un rictus se dessina sur ses lèvres et il attendit le résultat de l’exploration.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mer 26 Sep - 22:50

J’en vins rapidement à penser que mes deux collaborateurs ne devaient pas être très bavards, tout ce que j’avais entendu d’eux n’était que « bien reçu ». Je soupirais tout en avançant, les doigts fermement serrés autour de la crosse de mon arme, mon sabre laser niché contre mon flan. Je ne pouvais sentir la froideur du métal contre ma peau car mon armure était trop épaisse, mais le simple fait de savoir que j’avais cette arme sur moi me rassurais, mon sabre laser représentait beaucoup pour moi et bien que je tenais entre mes doigts une arme relativement puissante, invention du Consortium par ailleurs, mon sabre m’avait tiré de nombreuse fois de situation plus que dangereuses, je savais que je pouvais compter sur ce cylindre métallique à tout moment… Tout comme sur la Force d’ailleurs. Celle-ci me servait beaucoup en cet instant, je la lançais dans toutes les directions afin d’en savoir plus sur ce qui nous attendait, mais il n’y avait rien.

Après quelques minutes de marche, je portais deux doigts à l’oreillette que je portais. Celle-ci me maintenait en contact avec la flotte en orbite, mais aussi et surtout avec l’intelligence artificielle de mon vaisseau personnelle, Sérina. Pour l’occasion, celle-ci avait un plus grand rôle qu’à l’accoutumé et me transmettait absolument tout ce dont j’avais besoin. Quelque part, sa voix ressemblait à celle de Talia et cela me faisait du bien.


- Comment ça se passe la haut ?
- Nous surveillons l’AG, ils sont en mouvement. Apparemment ils ont découvert quelque chose, nous essayons de savoir quoi.
- D’accord, mais ne prenez pas de risque, ce n’est pas notre mission.
- Bien sûr.

Je coupais la communication sécurisé et jetais un coup d’œil derrière moi. Un peu en retrait se trouvait le mandalorien, Doman Abi. J’allais lui demander quelque chose lorsque je sentis quelques remous dans la Force, les hommes se trouvant à l’avant du groupe venaient de trouver quelque chose qui les secouaient quelque peu. Pressant le pas, je rejoignais ces hommes et compris tout de suite quel était le problème. Il y avait là de nombreux ossements, d’origine humaine ou humanoïde à première vu. Rien de bien effrayant mais pourtant je sentais que quelque homme commençaient à devenir vraiment nerveux et lorsque je portais mon regard vers eux, cela se voyait sur leurs trais.

- Zen, les enfants, ce ne sont que des ossements. Essayez donc de me trouver le laboratoire d’analyse.

Il me fallut quelques secondes pour m’arracher à ce spectacle quelque peu morbide. Au passage, j’arrêtais le mandalorien en le saisissant par le bras tout en replaçant mon arme dans son holster.

- A ton avis, qu’est-ce qu’il y a pu se passer ici ?

Avait-il également remarqué la nervosité de quelques un de mes hommes ? Surement, c’était un mandalorien après tout … Mais lui, je savais qu’il allait bien, qu’il tenait. Si cela n’avait pas été le cas, autant dire qu’il s’agissait d’un Mandalorien en carton, non ? Je rejoignis ensuite les hommes, ceux-ci s’étant arrêtés devant une porte close. En regardant au sol, je pouvais clairement lire le mot « laboratoire ». Bon, nous l’avions trouvé c’était déjà ça. La porte s’ouvrit quelques minutes plus tard et je laissais les gars entrer et sécuriser les lieux.

Une fois à l’intérieur, je demandais à nos … « scientifiques », de fouiller dans les ordinateurs et partout ailleurs pour essayer d’en savoir plus sur ce qui avait bien pu se produire ici. Une fois au boulot, je revins près de Doman.


- Prend quelques hommes et va jeter un œil aux alentours pour voir s’il y a quelque chose d’intéressant, on reste en contact et au moindre problème tu m’appelle.

Et des problèmes, je sentais que nous allions en avoir ... car ce petit picotement dans ma nuque ne m'avait pas quitté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Sam 29 Sep - 18:48

Je tiens à m'excuser pour le temps de réponse, j'étais on ne peut plus déborder ces derniers-temps et avertirait par MP la prochaine fois, que je ne vous fasse pas attendre.

    Le groupe avançait doucement vers les ruines et jusqu'ici rien n'était à signaler, tout semblait se dérouler comme une mission sans remue ménage, mais les choses allaient hélas prendre une autre tournure. En effet, une fois qu'ils fussent à l'intérieur des installations, des ossements firent leurs apparitions, vraisemblablement d'origine humaine ou tout du moins humanoïde et très vite des signes d'une certaine nervosité firent leurs apparitions sur certaines personnes, ce qui n'était pas incompréhensible. Pour n'importe qui de normal, voir une telle chose changeais le comportement d'une personne irrémédiablement et même le mandalorien qui en avait pourtant vu d'autre ne restait pas indifférent. La grandeur de son peuple l'obligeait à garder fière allure, bien qu'il ne se forçait pas non plus à paraitre courageux et il se devait de rassembler les hommes. Lui qui travaillait normalement en solitaire, avait cependant le charisme d'un leader, chef de clan oblige. Il comprenait le changement d'attitudes de certains mercenaires du Consortium de Zann, on voyait quelques signes de nervosité un peu trop prononcé sur certaines d'entre elles. Souvent, la simple présence d'un mercenaire mandalorien, dans son camp, arrangeait les choses, car on savait alors l'on avait alors un guerrier d'élite à ses côtés, mais cela ne semblait pas suffire. Doman avait une impression depuis déjà un moment, mais elle était beaucoup plus prononcée désormais, sans laisser place à la peur.

    Inaya, elle, gérait l'équipe du mieux qu'elle pouvait et on se rendait vite compte que ce n'était pas la première fois qu'elle était en position de leader. En effet, elle ne se souciait que de la mission et savait probablement qu'elle pouvait compter sur le mercenaire, surnommé Prudii parmi les siens, pour la suivre dans cette folle mission. Étant devant lui, elle s'arrêtât l'espace d'un instant devant ce spectacle hors du commun, agrippant Abi une fois qu'il passât devant elle, lui demandant alors ce qu'il pensait de la situation. Le moins que l'on puisse dire était que ce n'était pas normal ce qu'il se passait dans cet endroit, mais il lui répondit en gardant un calme olympien, pas trop fort afin que la conversation ne soit pas entendue.


    « Aucune idée, Inaya. J'ai comme le pressentiment que nos armes vont encore nous servir. J'ai besoin d'informations sur ce lieu, cette mission, il faut que je sache au mieux ce que l'on pourrait se préparer à affronter. Tu es très haut placé dans le consortium, je pense que tu as des choses à m'apprendre. »

    S'avançant alors vers les hommes de tête, il constatât tout comme le leader du groupe qu'ils s'étaient arrêtés devant une porte close, qui semblait indiqué l'entrée d'un laboratoire. Ce mot, les mandaloriens ne s'étaient jamais habitués à l'entendre depuis Démagol et ses expériences, il y a maintenant fort longtemps. Doman était loin d'être le genre d'homme passif, à laisser les autres passés en premier pour sécuriser les lieux et ainsi, il pénétra lui aussi dans le laboratoire avec le groupe de tête. Il n'avait pas froid aux yeux et les hommes du Consortium de Zann le voyait, Inaya le voyait. Et cela suffisait pour remonter le moral de certains.

    Pointant son pistolet blaster devant lui, il avançait prudemment dans le laboratoire afin de sécuriser les lieux, prêt à sortir les lames ré-tractables de ses gantelets gauche et droit à tout moment. Cet endroit ne le rassurait pas et il était tombé plus d'une fois sur une créature hostile dans ce genre d'endroit, qui attendait le bon moment pour sauter sur une proie. De la même manière que font les êtres plus évolués, pour les embuscades. Après quelques minutes, tout semblait calme et Doman n'était plus à l'affût, bien que toujours sur la défensive. Une fois qu'Inaya eu finit de donner ses ordres, que le mandalorien entendait très distinctement à l'aide de ses amplificateurs, il fut rejoint par le bras droit de Zann qui lui ordonna alors de prendre quelques hommes avec lui et chercher une chose qui serait intéressante dans les alentours.


    « Je m'en occupes. »

    Il ne se fit alors pas prier pour réunir une quinzaine d'hommes pour inspecter les lieux, cherchant une porte afin d'accéder à une zone plus profonde dans l'infrastructure et ainsi, sécurisé un peu plus le périmètre. Doman aimait être dans le groupe de reconnaissance, le groupe de tête et il était servi, devenant par la même occasion chef d'équipe, temporairement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Dim 30 Sep - 15:51

    Cela faisait à peine une heure que le groupe de Pyrrhus avait emprunté les motojet en direction des territoires de l’Alliance que la troupe de mercenaires assista à une scène des plus étranges : un herbivore dévorant la dépouille d’un de ses congénères. Pyrrhus fut le premier à s’arrêter, imité rapidement par le reste de son groupe pour constater ce phénomène pour le moins étrange. Un nerf, dévorant un autre nerf. Le nerf était un animal très commun dans la galaxie, élevé principalement pour sa viande ou son cuir. C’était un bovin mesurant en moyenne un bon mètre quarante de haut et réputé pour être particulièrement têtu. Il fallait l’avouer, même pour l’hybride, que ce comportement paraissait anormal venant de la part d’un animal habitué à un tout autre régime alimentaire. Il en vint à se poser la question de savoir ce qui aurait pu pousser ce nerf à déchiqueter le corps sans vie d’un de ses frères. Oh, Pyrrhus se doutait bien que la mort de l’animal n’était pas imputable à ce nerf, aussi, l’hybride supposa que l’animal vivant devait se comporter en charognard et non en prédateur. Mais qu’est-ce qui avait pu causer cela ? Il posa pied à terre s’approcha quelques peu. Le mastodonte renifla l’air environnant avec ses puissantes narines mais n’y décela aucune odeur. Peut-être que cela venait de l’eau ou de la nourriture, ou alors il s’agissait peut-être d’un parasite ou quelque chose dans le champ magnétique terrestre peut-être ? Quoiqu’il en soit, il ne se sentit que très peu concerné par ces préoccupations : il avait été payé pour tuer et c’est bien ce qu’il allait se contenter de faire en l’absence de primes bonus du Consortium de Zann en matière d'enquête ou d'investigations. Il restait néanmoins aux aguets.
    Alors qu’il enfourcha son véhicule il vit qu’un petit groupe de quatre mercenaires dialoguaient entre eux en commentant cet évènement.


    - Ca ne doit pas être normal. Cette planète doit avoir déréglé son métabolisme.

    - Vous pensez que c’est lui qui a buté son congénère ?


    - Cette histoire sent le roussi. On ferait bien mieux de retourner au camp prévenir le chef. Tu m’étonnes que les Corelliens aient abandonné la planète… Si ça se trouve, on doit déjà être contaminés par un virus ou quelque chose du genre…

    Voyant que le groupe de mercenaires semblait ne pas avoir compris que Pyrrhus souhaitait continuer sa route, celui-ci croisa les bras puis fit soudainement volteface pour se tourner vers la bête. Il s’approcha d’un pas rapide du bovin qui leva la tête de son diner pour remarquer le reptile arrivant dans sa direction. Le nerf n’eut pas le temps de faire quoique ce soit et pour cause : Pyrrhus l’assomma d’un violent coup de poing en plein sur la tête. Le bovin poussa un cri puis s’étala sur son flanc droit pour y demeurer immobile. Le mastodonte revint vers ses hommes en les pointant tous du doigt, l’air agacé il les railla.


    - On m’a collé des tueurs professionnels ou des pourceaux gémissants ? J’suis là pour un carnage, pas un cours de biologie ni m’encombrer de jawas couineurs. Si vous faites partie de la deuxième option, vous n'avez rien à faire dans mon groupe.

    Silence. Visiblement les mercenaires ne voulaient pas oser défier leur chef temporaire ni même avouer leur faiblesse par orgueil. Pyrrhus se tourna vers celui qui avait commencé la discussion, Pyrrhus s’avança vers le zabrak, le dominant de toute sa hauteur et de part sa masse musculaire impressionnante même sous son armure épaisse. Le toisant, l’hybride ajouta.

    - Et le prochain qui ouvre sa gueule, aura droit au même traitement que cette bestiole inoffensive. Alors si vous voulez encore manger quelque chose de solide à la fin de la journée, fermez là. Pigé ?

    Le zabrak jeta un coup d’œil aux poings de Pyrrhus puis au nerf qui était couché à terre plus loin derrière lui : le bon sens lui suggéra de garder sa langue pour lui et de s’exécuter. L’hybride se retourna et remonta sur sa motojet pour poursuivre son chemin vers une petite colonie de l’Alliance, il avait senti ses hommes quelques peu nerveux mais n’était pas inquiet outre mesure. Il pouvait les piétiner sans le moindre problème. En chemin, il contacta discrètement Inaya Nhara pour ne serait-ce que l’avertir de ce qu’il avait vu.

    - Nhara, ici Hellstorm. On a aperçu un nerf dévorer un cadavre… Vous avez des infos que j’ignorerai par hasard concernant Stéria ? Si c’est le cas, je pense que vous aurez intérêt à faire revaloriser ma prime de risque... Héhéhé….
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Lun 1 Oct - 21:29

TOUR 3

Une anfractuosité dans la roche. Y a-t-il quelque chose de plus anodin que cela, en ce petit bout de terre accidenté? Non, pas vraiment. Le fait qu’un signal faible provienne de la dite cavité? Là, il y a matière à se poser des questions. Les ténèbres et une température moins accueillante qu’en surface attendait le lieutenant Fedelis. L’air humide portait en son odeur les traces de l’humidité, de la moisissure et d’un autre petit quelque chose difficilement identifiable mais que toute personne qui a un jour affronté le danger connait. L’odeur de la mort. Et mort il y avait eu car une quinzaine de mètres plus loin dans la grotte, on tombait sur une scène insolite : une barricade de fortune en piteux état et devant cette dernière, les restes pourrissants de ce qui semblait être un humanoïde… S’il avait été conçu par un savant fou.

Ce qui était encore plus curieux, c’est que si un observateur attentif décidait d’examiner les restes peu appétissants qui se trouvaient là, il se retrouverait aux prises avec un curieux puzzle. Un puzzle aux apparences historiques. Sur un cadavre, rien de bien curieux : le logo de la CMC. Par contre, sur les restes plus difformes, donc en apparence plus anciens, on avait pêle-mêle le logo de l’ancien Empire Galactique, celui de la Rébellion, au moins deux emblèmes de l’ancienne république et, impossible de faire erreur sur la question, un nombre équivalent d’insignes de la CSI. Bien sûr, avec du temps et des ressources, on pourrait tenter de dater les corps sans « identification » mais chose certaine, Steria était un peu moins perdue que certains pourraient le croire. La question à se poser : valait-il mieux continuer jusqu’à la source du signal ou non?

Le temps de trouver réponse à cette question, transportons-nous dans l’espace, à bord d’un cargo léger « abandonné » par la CMC. Les Space Troopers de l’AG, le sas découpé, pénétrèrent dans le cargo abandonné et on put bientôt en voir l’intérieur, par la caméra tête haute d’un des casques des soldats présents. Après avoir sécurisé leur point d’entrée, le petit groupe chemina dans le vaisseau… Pour tomber sur une vraie scène de carnage. Des consoles éventrées. Des marques de tir sur les murs. Du sang, un peu partout, ce qui voulait dire que tout ne s’était pas fait au blaster. N’eut été du fait que l’on se trouvait dans l’espace, on aurait pu croire qu’un rancor particulièrement féroce avait décidé de tout détruire sur son passage. Les Space Troopers n’étaient pas des lâches mais les échanges se firent plus nerveux. Qu’est-ce que c’était que ce bordel?

Un des soldats mit la main sur quelque chose d’intact, pratiquement un miracle et encore, il fallut le déloger du siège du fauteuil du pilote. Un holopad avec un disque à l’intérieur. Une piste, au moins, considérant que faute de cette trouvaille, il faudrait reconstruire une bonne partie des systèmes électroniques du vaisseau. Poursuivant leur exploration, les Space Troopers arrivèrent dans la soute où se trouvait une unité cryogénique. Cargo peu commun pour un transport léger de la CMC… Plus étrange encore le contenu. Si cette chose avait jadis été humaine, elle ne l’était plus désormais et entre les jurons de plusieurs Space Troopers et les exclamations de dégout, on pouvait clairement deviner la pensée de plus d’une personne présente physiquement ou assistant à la scène depuis le pont du « Cerbère ». Qu’est-ce que la CMC avait vraiment trouvé sur Steria?

Encore une question, toujours pas de réponse. Sur Steria, dans les ruines des installations de la CMC, le laboratoire d’analyse par contre avait l’air de vouloir en dire plus. Les « scientifiques » mercenaires venaient de trouver un terminal fonctionnel qui pourrait peut-être contenir ce que le CDZ cherchait. Mettant l’appareil en marche, on put voir apparaitre à l’écran un homme qui devait être soi l’officier scientifique de l’expédition de la CMC, soit l’officier médical. Quoi qu’il fût, c’était son expression qui en disait long sur le contenu du message : il semblait non pas apeuré mais terrorisé. Curieux, de façon générale, on utilisait les messages holographiques uniquement pour les communications urgentes… Le message commença après quelques instants de calibrage : C’était que le fichier semblait en partie corrompu. C’est fragile, la technologie.


« Monsieur Coleman, la situation est hors de contrôle. Nous avons à faire à une épidémie, ce ne sont plus des cas isolés. Impossible de déterminer la cause de cette [segment corrompu] meilleurs équipements n’ont déterminés aucune nature virale ou bactérienne et cela ne semble pas [segment corrompu], le mode de transmission n’est pas un mode classique. Il faudrait faire des tests avec [segment corrompu] Le nombre de morts augmente de jours en jours et ce mal étrange ne se limite pas à notre personnel au sol. Même l’équipage d’un de nos transporteurs a été affecté et ils n’ont jamais mis les pieds ici. Je ne sais pas combien de temps encore il me reste avant de succomber à mon tour et... [Lecture interrompue : le reste du fichier est corrompu] »

Pensées de plusieurs mercenaires : était-il trop tard pour fuir?

En parallèle, le groupe mené par Prudii venait de tomber sur ce qui avait dû être l’infirmerie et alors qu’un des mercenaires examinait une des « chambres », il se fit attaquer par un droïde médical FX-10. Cela présentait deux problèmes. Le premier, un droïde médical ne devient pas offensif pour simple plaisir de la chose. Le second, contrairement au 2-1B, le FX-10 ne parle que le binaire et non pas le basique. On pourrait ajouter un nouveau problème car le mercenaire blessé eu le réflexe de tirer sur ce droïde meurtrier, privant de ce fait le chef de groupe d’une potentielle explication. En bons mercenaires qui se respectent, une petite partie du groupe se mit à railler le blessé pour son manque de prudence… Et le principal concerné, un Zabrak fort de sa personne, ne prit pas la chose et décida de défendre son honneur froissé.

Que deux mercenaires se battent, c’est un peu attendu : mettez-les dans une cantina et vous en verrez le résultat. Qu’un mercenaire pète un câble parce qu’on l’a raillé un brin l’est un peu moins. Qu’une simple moquerie déclenche une folie meurtrière? Clairement pas. Se jetant sur un des mercenaires, le Zabrak entreprit de le frapper avec violence et malgré les tentatives de ses collègues pour les séparer, on passa de deux blessés à six blessés. Correction. Cinq blessés et un mort. Le Zabrak? Non. Sa victime et il continua à frapper le cadavre malgré l’évidence du trépas du pauvre mercenaire railleur. C’est un mercenaire trandoshan qui mit un terme à cette rage meurtrière en tirant le vindicatif avec un rayon paralysant. Plusieurs paires d’yeux se tournèrent vers le mandalorien : ce guerrier d’élite, d’exception même, avait-il de quoi dire pour les rassurer?

Enfin, du côté de Pyrrhus, dont les paroles mielleuses avaient tranquillisé ses hommes, un nouveau problème se présenta : le trajet le plus direct pour se rendre « chez » l’Alliance Galactique passait par une zone présentant la particularité d’avoir de beaux gros geysers. Un obstacle naturel idéal pour décourager la CSL de venir se frotter aux défenses de l’Alliance et un beau défi pour des mercenaires bossant pour une somme plus que rondelette. Un danger mortel quand l’un deux entra en éruption, expulsant une gerbe d’eau qui retomba sur la troupe. Une petite pluie acide qui sema la panique chez les mercenaires. Le genre d’acide, précisons-le, qui ronge le métal. Il faudrait faire un détour ou risquer d’arriver fondu de l’autre côté. Juste pour donner une autre bonne raison au doux et paisible Pyrrhus d’avoir un respect toujours grandissant pour ses hommes.

Deux motojets se percutèrent, dans une explosion du plus bel effet. Quelques autres décidèrent d’effectuer un repli stratégique sans attendre les ordres de l’hybride. Le motojet d’un autre cala et l’éruption suivante lui offrit une douche pas si rafraichissante. Chose certaine, on était loin, très loin, des manœuvres organisées du CDZ. La question que devait ou pouvait se poser l’hybride, et justement, c’était pourquoi le CDZ avait décidé de ne PAS envoyer ses propres troupes et vaisseaux, pourtant infiniment plus compétents que les fiers subordonnés de Pyrrhus. Il y avait également le risque non négligeable que l’AG ait détecté la présence du groupe, après l’explosion des motojet. De quoi forcer le temporairement promu chef d’équipe à repenser sa stratégie… Ou de la maintenir et de faire avec les ressources à sa disposition…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Sam 6 Oct - 10:06

C'était une véritable puanteur pour Dash. Plus il avancé plus l'odeur se diffusait. Déjà que de devoir s'enfoncer dans une cavité de roches et de minéraux était difficile. Tout homme qui aimait les grands espaces, l'infinité de l'Univers serait devenu très certainement fou à être serré comme cela. Dash ne pouvait pas avancer de face, seulement de côté et il sentait par moment la pierre raclait le bout de son nez ou ses cheveux. Il était loin de se sentir mal mais il éprouvait des difficultés croissantes à respirer. Plus il avançait et plus il sentait l'air se se refroidir.

L'humidité le faisait transpirer abondamment mais mis à part au visage le froid ne touchait pas son corps, réchauffé par ses vêtements iso-thermiques. La lumière de la torche attachée à son épaule ne lui servait à rien, mis à part l'aveugler et il profita d'un léger espacement pour l'éteindre du bout du menton. Surtout il ne devait pas s'imaginer enfermé à jamais dans le sous sol. Il avait entendu parler des mineurs sur les planètes de la Bordure Extérieur forcé de ramper chaque jour, voir même d'y vivre certaines fois. Il éprouvait une peur grandissante en sentant le couloir de roche se resserrait parfois mais il continuait d'avancer, mû par son devoir et sa curiosité. Enfin il déboucha sur une caverne. D'après son estimation il devait se trouver à près de cinquante mètres sous le sol. Et encore... Dash avait l'impression d'être passer sous une des collines.

L'odeur qu'il sentait jusqu'alors devint plus forte. C'était une odeur âcre, comme il les détestait à vrai. Doucereuse, écoeurante. Comme celle de la barbe à papa après qu'on en ai mangé. L'odeur de la fatalité. Celle de la mort... Mais il avait déjà connu cette odeur. Prenant sur lui le Capitaine jura en voyant la barricade délabrée. ET même si elle était dans un sale état elle était facilement défendable. Même pour un soldat néophyte. Cela voulait dire que la présence de cadavres derrière la barricade n'était tout simplement normal. L'attaque serait elle venue de l'intérieur de la roche ? Ou alors des deux côtés ? Dash ne savait quoi penser de cette scène.

La barricade était réellement dans un sale état, construite avec du matériel de minage. Mais aussi des deux Républiques et Dash vit même un morceau de chasseur TIE et plusieurs fois le symbole de la CSI. C'est alors qu'il se rendit compte des nombreux insignes posés au sol. CMC, Ancienne République, Empire, Alliance Rebelle... Tout y était passé même l'ancienne Confédération. Ce n'était pas normal. Le capitaine des SDR serra les dents et regarda par delà le cadavre. Le signal semblait venir de bien plus bas. Peut être capterait il ici ? Il brancha deux appareils, l'un était son comlink, il allait désormais parler tout en avançant, faire un compte rendu donné directement à la CSL, et enregistré si il n'arrivait pas à faire passer son signal. De plus il activa son moniteur de vie. Si dans trois heures il ne donnait aucun signe de vie son fichier dans les réseaux de la CSL serait effacé, comme tout membre des SDR K.I.A, un message envoyé à sa femme et bien entendu la CSL saurait qu'il fallait envoyer un remplaçant dans ses différentes fonctions... Dash sourit et continua sa descente.


"Welcome to Hell my friends..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Lun 8 Oct - 22:28

Le sas éventré s'ouvrit et l'atmosphère de l'appareil se déversa dans l'espace intersidéral, le Space trooper qui nous faisait partager son point de vue dût activer ses propulseurs dorsaux pour rester où il était. Les lumières de confirmations comme quoi le canon blaster lourd intégré à son poing droit était chargé clignotèrent dans un angle de l'affichage tête haute et il avança précautionneusement. La vue tourna et il vérifia que ses équipiers le suivaient, puis s'arrêta pour ouvrir une porte. Lentement, il fit pression dessus et elle céda sous la poussée, révélant une vraie scène de boucherie.
Un juron retentit dans ce silence de mort, et le Chiss dut se contenir pour ne pas écarquiller les yeux, gardant son attitude impassible et arquant légèrement le sourcil droit. Le sang qui teintait les murs du vaisseau avait séché depuis longtemps et quelques croutes avaient été emportées par l'atmosphère qui s'échappait, laissant des taches rougeâtres et morbides. Des corps étaient amassés au centre de la pièce, et si l’on n’avait pas été dans l’espace on aurait pu jurer qu’un tank d’assaut Canderous avait décidé de faire un détour par l’intérieur du cargo corellien. Les Space troopers, nerveux, demandèrent une mise à jour des ordres, qui leur fut refusée par le capitaine, Azaren approuvant d’un hochement de tête la poursuite de l’exploration.

- Allez les gars, on bouge, j’aime vraiment pas ça
- Hey, attendez ! J’ai un truc là, on dirait… une sorte d’holopad.
- Donne voir un peu demanda l’un des soldats en s’approchant pour prendre l’objet
- Touche pas putain on sait pas ce que c’est ! Répondit l’autre en essayant de comprendre ce qu’ils pouvaient en tirer. Y’a un disque dedans, demandons autorisation de rentrer pour l’examiner.

Azaren esquissa un geste pour répondre mais le capitaine le devança

- Négatif escouade Orion, faites le tour du vaisseau pour confirmer la mort de tout le peronnel.

Le soldat confirma puis coupa son communicateur : « t’as pas assez vu de cadavres comme ça, capitaine ? » grogna-t-il avant de se diriger vers un des recoins du vaisseau qu’ils n’avaient pas encore explorés. Ecartant les cadavres qui lui bloquaient le passage d’un geste un peu trop rageur, il ouvrit ce qui semblait être la porte de la soute de l’YT. Encore une fois il fut surpris de ce qui se trouvait de l’autre côté. Malgré les blagues tendues de ses camarades sur son silence soudain, il s’avança vers ce qui trônait au milieu de la soute : un caisson cryogénique. Inhabituel pour un vaisseau de cette taille et surtout pour un vaisseau d’exploration songea-t-il, mais cette pensée fut soudain remplacée par une autre, un peu moins élaborée et plus antique :

- Et merde.

Il avait dit cela d’un ton froid, glauque qui fit rappliquer les autres aussi vite que des rats womp sur un bout de viande.

- Oh mec !
- Mais qu’est-ce que c’est que ce truc, franchement je vous le dis moi ça sent pire que les chaussettes du capitaine cette histoire
- Tu l’as dit… Vous pensez que ça a été humain un jour ?

Cette pensée laissa les autres sans voix. Penser que l’être difforme et à l’expression sanguinaire qui était dans le caisson avait pu être comme eux un jour les dégouta et l’on entendit l’un d’eux déglutir bruyamment. Le Chiss, décidant qu’il en avait assez vu, donna ses ordres en faisant signe au capitaine qu’il allait partir.

- Soldats, ici le commandant Azaren, apportez ce caisson sur le Cerbère et l’holopad avec, nous devons savoir ce que la CMC a trouvé ou n’a pas trouvé sur cette planète.

Vérifiant que ses CYV-S étaient prêts, il se dirigea vers le hangar.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Jeu 11 Oct - 21:56

La rousse observa le Mandalorien s’éloigner jusqu’à ce que celui-ci soit hors de son champ de vision. Hélas, même si Doman pensait qu’elle en savait plus qu’elle ne voulait le dire, il était dans le faux. Inaya ne savait pas grand-chose sur cette planète, très peu d’information était disponible … Tandis qu’elle revenait auprès de ses « scientifiques », elle reçu une communication de Pyrrhus. A dire vrai, qu’un cerf dévore un cadavre ne l’étonnait qu’à moitié. Depuis le début, elle avait un mauvais près sentiment et les membres de l’expédition corellienne avaient fini fou … Donc. Une nouvelle fois, la jeune femme s’éloigna quelque peu du groupe pour lui répondre.

« Vous en savez autant que moi, Pyrrhus. Je vais voir avec Sérina pour vous fournir une carte, même approximative, de l’endroit où vous vous trouvez. »

Elle changea donc de canal et discuta quelques instants avec l’intelligence artificielle qui allait faire ce qu’elle pouvait pour l’hybride, c’est qu’elle n’était pas spécialement prévue pour cartographier une planète, ou même une petite région de celle-ci. Un homme vint alors trouver Inaya pour l’informer qu’ils avaient trouvés quelque chose, ce qui lui fit pousser un soupir de soulagement, c’était déjà ça. Emboitant le pas au jeune homme, elle se pencha en avant, offrant une magnifique vue sur son postérieur à quelques hommes, et posa ses mains sur un bureau, ses émeraudes rivés vers l’écran comme les autres mercenaires … du moins ceux qui n’étaient pas derrière elle.

Ces quelques découvertes la laissèrent frissonnante tandis que ce sentiment de malaise qui ne l’avait pas quitté depuis qu’elle avait posé le pied sur la planète s’accentuait. Néanmoins, la rousse ne laissa rien paraitre sur son visage et son regard fit le tour de la salle, sondant chaque personne présente. Et plusieurs mercenaires pensaient la même chose : Etait-il trop tard pour fuir ? Etaient-ils contaminés ? Allaient-ils devenir fous ? Au point où ils en étaient … Inaya ne prenait pas plus de risque que cela en envoyant les données à Sérina, qui se chargerait de les traiter sans les connecter aux restes du vaisseau, par précaution.

« On bouge. » Son regard fit une nouvelle fois le tour de la salle. « Toi, toi et toi … Vous restez ici, montez la garde et contactez moi toutes les quinze minutes. »

Il s’agissait, selon ses yeux et selon la Force, de quelques hommes bien endurcit et qui, avec plusieurs autres, tenaient encore assez bien. Ils étaient nerveux, oui, mais juste assez pour être parfaitement alerte sans que ce soit un problème. Avec le reste du groupe, Inaya rejoignit le Mandalorien. Ce qu’elle vit en arrivant la laissa de marbre, extérieurement du moins. Car, intérieur elle ne pouvait s’empêcher de jurer. Que c’était-il passé ici ? Pourquoi y avait-il un cadavre ? Le cadavre d’un des leur, surtout… Et un type assommé, aussi. La jeune femme se rapprocha donc de Doman.

« C’est quoi le bordel ? Que c’est-il passé ? » Demanda telle tout en surveillant les autres mercenaires du coin de l’œil, la main relativement proche de son arme…

C’est que, ce mauvais près sentiment était toujours bien présent …

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Dim 14 Oct - 1:42

    Le groupe de mercenaire avançait jusqu'à ce qu'ils pénètrent dans ce qui semblait être une infirmerie, ou quelque chose du genre. Comment commander ce genre de personne, ceux qui ne fonctionnent qu'avec des crédits ? Il avait beau être un mandalorien, un guerrier d'élite comme on le dit souvent, il est fort à parier que très peu d'entre eux dirigeaient des mercenaires. Certes, ils ont la réputation de l'être, mais pas entre eux. Ce qui devait arriver arriva donc, un des hommes du groupe parti en exploration seul et ce fit attaqué par un droïde médical qui fut cependant très vite mit hors d'état de nuire à l'aide d'un bon coup de blaster. Plusieurs problèmes se posaient alors, le premier étant l'attaque soudaine d'un robot normalement inoffensif, qui parlait le basic, mais qui n'avait désormais plus d'explication à donner.

    Doman ne pouvait foncièrement en vouloir au Zabrak qui prit peur et qui avait songé uniquement à se défendre afin de sauver sa vie. Cependant, cela ne fut pas du goût de ses coéquipiers du jour, alors que le chef d'équipe restait non loin d'eux, sans rien dire. La situation prit alors une tout autre tournure que celle d'une joute verbale et devint une scène de meurtre. Les hommes tombaient comme des mouches et on passa très vite de quelques blessés à un homme mort avant que le cornu ne se prenne un tir paralysant venant d'un Trandoshan. Les survivants se tournèrent alors vers Doman, qui ne bougeât pas d'un pouce lors de l'affrontement.


    « Vous avez fini de jouer ? On a une mission à accomplir et ce n'est pas en se foutant joyeusement sur le coin de la tronche que l'on va y arriver. » Le mandalorien s'approchât alors du reste du groupe. « Je ne sais pas plus ce qu'il se passe sur cette planète, mais elle a donné la mort à un des hommes sous mon commandement. Je ferai tout pour que ce soit le dernier, mais vous devez garder votre sang froid en toute circonstance. » Il se dirigeât alors vers le Zabrak. « Si un d'entre nous doit mourir pour la cohésion du groupe, je n'hésiterais pas. » Dégainant son pistolet blaster, il logeât un laser en pleine tête, qu'il n'avait plus désormais, du mercenaire à terre. Il va de soi que les autres présents paniquaient un peu plus alors que Doman s'approchait du Trandoshan.

    « Et je m'arrangerais pour certains de toucher là où ça ne repousse pas. »

    Inaya fit alors son apparition, au pire des moments. Elle avançait alors vers lui, constatant l'ampleur de la scène avec une indifférence flagrante, ce qui pourrait là aussi ne pas rassurer les survivants mais d'un autre côté, les forcés à rester soudés les un les autres. C'était peut-être même ce que cherchais Doman, qui ne s'inquiétait pas de la venue du leader des opérations. En tant que chef de groupe, le mandalorien lui devait des explications et très vite on lui demanda de faire un rapport. Ce qu'il fit d'un timbre de voix assurée, qui montrait alors que la situation ne l'inquiétait pas plus que cela, ce qui était faux bien entendu, mais il se devait d'être un chef exemplaire pour mener des hommes encore plus profondément au coeur de l'infrastructure.

    « Le mercenaire ayant la tête... enfin qui en avait une, est devenu un peu trop violent suite à la remarque d'un acolyte. J'ai mis fin au problème après qu'il ai blesser plusieurs personnes. » Approchant légèrement son casque de la jeune femme, il continua à voix basse. « C'est la première fois que je vois un droïde médical tenté de tuer une personne qui ne le menaçait pas. » Il se redressât suite à cette phrase, reprenant normalement au travers de son vocalisateur afin que tout le monde puisse l'entendre. « De type FX-10, si je ne me trompe pas. Je pense que l'on serait plus en sécurité si l'on détruisait tous les robots rencontrés, afin de ne pas avoir d'autres mauvaises surprises. » Dit-il, prêt à se servir de ses lames ré-tractables ou de son blaster, au cas où, alors qu'il tenait son fusil de sniper dans la main gauche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Lun 15 Oct - 23:46

    Pyrrhus entendit alors la voix d’Inaya lui répondre qu’elle n’en savait pas plus que lui concernant Stéria et l’opération à mener. Néanmoins, ce qui l’empêcha de commencer à injurier la jeune femme fut le fait que celle-ci lui répondit qu’elle allait demander à son IA de cartographier la zone. Bien.
    Un bruit strident attira l’attention du mercenaire : lui et son groupe quittèrent la forêt pour arriver dans une zone de geysers. Les choses allaient devenir intéressantes…
    Cependant, Pyrrhus se rendit bien compte que ceux-ci ne crachaient pas de la vapeur d’eau, mais de l’acide !


    - MARCHE ARRIÈRE TOUTE !

    Cria le mastodonte. Mais son hurlement fut étouffé par les bruits des geysers. Paniqué, son groupe commis plusieurs erreurs et deux motojet se percutèrent dans une explosion. Le véhicule de Pyrrhus passant à proximité, l’hybride put sentir la chaleur lécher son épaisse peau écailleuse. Les goutes d’acides tombant sur sa tête ne lui faisaient pas plus mal que si on essayait de le piquer avec la pointe d’une lame. Sa peau brûlée se régénéra immédiatement. Même s’il savait que ses capacités lui permettraient de franchir ce passage indemne, Pyrrhus savait que cet acide finirait par avoir raison de ses armes, son armure ainsi que de son véhicule. Même s’il était certain de sa force, il savait qu’il ne pourrait pas faire grand-chose nu face aux forces de l’Alliance. Sans attendre ses ordres, les mercenaires se replièrent. Une motojet cala et une pluie acide tomba sur le malheureux zabrak de tout à l’heure. Celui-ci hurla lorsque l’acide dévora ses tissus organiques. Le mastodonte devait faire demi-tour et c’est ce qu’il fit immédiatement. Une fois qu’ils eurent rebroussé chemin, Pyrrhus fit l’état des pertes : trois motojet, trois de ses hommes avaient été tués par ce piège naturel.


    - C’est de la folie. On ne pourra pas passer.

    Trahison. Voici le sentiment que ressentait Pyrrhus. Il comprit alors pourquoi il avait été engagé ici par Zann. Le Consortium ne voulait pas perdre ses hommes : et l’organisation avait vu en Pyrrhus qu’une brute épaisse à sacrifier. La moindre des choses à faire pour qu’une mission réussisse était de fournir au moins une cartographie simple de la zone de combat pour éviter ce genre de pièges. Le fait qu’Inaya ou que les cadres du Consortium n’aient même pas pris la peine de les avertir sur ce détail l’enragea à un tel point que Pyrrhus les aurait volontiers démembrés à mains nues s’ils étaient devant lui.


    - Quelle bande de branlos !

    Agacé et revenu à proximité de la forêt, le mastodonte décocha un coup de poing dans un jeune arbre peu épais qui fut littéralement déraciné sous l’impact. Il lui fallait maintenant réfléchir à un nouveau plan. Rapidement, son cerveau de reptile carburant au sang froid échafauda une nouvelle stratégie à exploiter.

    - L’explosion a sûrement attiré leur attention. Nous n’allons pas les rejoindre tout de suite… On va rester ici et tendre une embuscade aux forces terrestres de l’Alliance s’ils envoient une patrouille ici. Le but de l’opération était de les emmerder un maximum. Et là…

    Pyrrhus sortit son lance grenade qu’il n’avait pas encore testé en combat et désactiva la sécurité de son arme avant d’ajouter d’un ton bien plus enjoué qu’à l’accoutumée s’adressant aux sept hommes qui lui restaient.

    - Ils vont en avoir plein l’cul, j’peux vous le garantir. Ca va être un putain de bain de sang. On en laissera un en vie pour le soumettre à la questionnette. Si vous êtes sages, vous pourrez même récupérer leur matos. Postez vous dans les arbres, vous deux et moi-même attireront leur attention en prétextant avoir eu un problème de motojet pendant notre partie de chasse sur cette planète. Laissez-moi parler et ca se passera bien. Cachez les autres motojet dans les buissons laissez en que trois visibles…

    De toute façon, si l’Alliance n’envoyait personne, ils continueraient leur chemin à pied en essayant de trouver un moyen de contourner les geysers. Pyrrhus espérait tomber sur une patrouille terrestre.

Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mer 17 Oct - 14:57

Spoiler:
 

TOUR 4

Si vous étiez dans le noir, dans les ténèbres ou tout du moins dans de très mauvaises conditions de visibilité, vous dirigeriez-vous vers la lumière. Si le choix logique pourrait bien être un piège mortel, qu’est-ce qui vous motiverait à avancer, alors? Si les réponses se trouvaient encore plus loin sous terre, plus près encore du danger et de la mort, accepteriez-vous de vous y rendre, oseriez-vous franchir le point de non-retour? Aussi sûrement que le jour succède à la nuit, le signal capté par Dash Fedelis était droit devant lui. Quelque part, vers cette source lumineuse se trouvait la source de cette mystérieuse transmission. À cette proximité de la source, le message devenait soudainement plus audible. Plus compréhensible. Une série de bips. Une autre. La même séquence répétée encore et encore. Si on traduisait, maintenant?

Danger. Fuyez avant qu’il ne soit trop tard. Danger. Le signal mourant de quelqu’un qui avait tenté de sauver des vies… Et qui venait peut-être de condamner Jack. Peut-être étant le mot clé car on ne triomphe pas si facilement d’un membre des services de renseignement de la CSL. Dans ce presque silence oppressant, troublé seulement par les bruits du lieutenant et de ce signal mystérieux, une nouvelle série de son se fit entendre. Des pas. Quelqu’un qui boitait ou tout du moins, qui ne marchait pas droit. Quelqu’un ou quelque chose. Et une respiration sifflante, presque un râle. Le concepteur de la barricade de fortune, peut-être? D’un autre côté, qui aurait l’idée de se terrer sous terre de la sorte, là où la fuite est plus que difficile? Une ombre se découpa sur le mur. Quoi que ce soit, cela se rapprochait. Quoi que ce soit, Dash y ferait bientôt face.

On dit que la beauté est subjective. L’être difforme et ravagé qui fit son apparition aurait très bien pu avoir été brûlé au lance-flamme ou ravagé par une terrible maladie tant il était mal en point. Le côté organique de son corps semblait avoir subi des mutations mais le côté artificiel lui était intact. Un cyborg. Dash venait de tomber sur ces rares hybrides de l’homme et de la machine, ces gens qui choisissent les prothèses plutôt que de rester handicapés. Sur son uniforme ravagé, on pouvait voir l’insigne de la CMC ainsi que l’emblème de leur milice privée. Sur un reste de manche, on pouvait voir les insignes de l’équivalent de leur chef de la sécurité. Possiblement le seul survivant de l’expédition originelle. S’y reprenant à plusieurs reprises pour articuler quelque chose, c’est d’une voix à peine humaine que cette mystérieuse figure livra ces paroles.


« Corben… C’est toi… Je savais… Que tu viendrais… À la rescousse de ton vieux pote… J’ai attendu si longtemps… Si longtemps… »

Sur le Cerbère, les Space Troopers venaient de rapporter leur sinistre cargo et l’holopad récupéré sur l’épave qu’ils venaient juste de quitter. Plusieurs membres d’équipage, rattachés à des équipes médicales ou scientifiques, s’approchèrent de la zone qui avait été mise sous isolement. Combinaisons environnementales, détecteurs divers et tout le bataclan, on ne laissait rien au hasard. Si danger il y avait, au moins, il serait contenu en un seul endroit. Pendant que le Chiss parcourait la distance séparant le pont du hangar, le capitaine du Cerbère tenta par tous les arguments auxquels il pouvait penser de le dissuader d’approcher de la zone en quarantaine provisoire. S’il y avait du danger, mieux valait que le commandant en chef de toute la « Task Force » soit épargné. Ce serait le chaos, autrement et la CSL ne manquerait pas d’en profiter.

Un des médecins de bord s’empara de l’holopad, qu’il passa au détecteur avant de le tendre à un technicien. Celui-ci tenta de faire jouer le contenu de l’appareil… Sans succès. Fronçant les sourcils, il fit part d’une nouvelle pour le moins stupéfiante. Non seulement l’holopad était-il crypté mais en plus… Les codes utilisés étaient vieux d’au moins soixante-dix ans. À la question si le cryptage était propre à l’ancienne république, la réponse fut un non catégorique. Quelle que fut la faction à l’origine, ce n’était ni impérial ni républicain. Il faudrait donc faire des recherches dans les archives militaires. Le capitaine Sturm allait dire quelque chose quand un enseigne, hors d’haleine et livide, arriva en trombe dans le hangar. Un message d’urgence venait d’arriver de la planète. Les positions de l'AG étaient attaquées… Par des troupes de l'AG…

Du côté des hors la loi, la situation n’était guère mieux. Premièrement, la situation était en train de tourner au vilain car plusieurs mercenaires firent clairement savoir que tous les crédits du monde ne valaient pas de tels risques. Il se passait des choses pas nettes et ils n’avaient pas signé pour cela. Juste pour récupérer une arme qu’aurait découvert la CMC. Plusieurs étaient en train d’en arriver à la conclusion que si le CDZ n’avait pas envoyé ses troupes, c’était pour s’éviter des pertes et donc qu’on s’était servi d’eux comme chair à canon. Deuxièmement, les plus superstitieux d’entre eux commençaient à répandre la rumeur d’une base hantée, d’une planète maudite et autre idioties, ce qui porta un nouveau coup à la cohésion du groupe. Certains voulaient rappeler les transports, d’autre prendre Inaya en otage pour avoir des explications.

Le truc sympathique dans tout cela c’était qu’apparemment, Prudii était meilleur leader qu’il ne le pensait car ses mercenaires firent front commun. Hors de question de céder à la panique. Ils étaient des professionnels, des vrais donc ils resteraient et crèveraient sur place dans le pire des cas. Un contrat c’est un contrat et décider de rompre ses engagements avec le CDZ, c’était comme se mettre la tête dans la bouche d’un rancor. Il fut décidé que les faiblards et autres couards seraient enfermés dans les ruines du complexe pour ne pas gêner la mission. Ce fut donc un combat bref et acharné qui vit les loyalistes triompher et donc prêts à recevoir de nouveaux ordres. Que les amateurs croupissent dans leur coin. Restait à faire le ménage dans les troupes en surface et par « vote populaire », Prudii pour la chose.

Cela laissait donc Inaya seule avec ses troupes. Seule? Non, pas exactement. Une voix très familière se fit entendre. Une voix qui ne pouvait pas être ici puisque normalement elle devrait être à des années lumières de ce merdier en devenir.


« Quelle bande de cons. Décidément ma belle, je suis contente d’avoir quelqu’un de fiable ici pour faire le travail. Non mais tu les as vu? Ils ont peur de fantômes, de monstres dans la nuit ou de perdre la tête comme l’autre imbécile. Mais toi, tu ne crois pas à ces idioties, pas vrai? C’est pour cette raison précise que je t’aime tant. Après tout, tu peux me faire confiance comme je peux te faire confiance… »

Talia Zann, chef du Consortium de Zann, se tenait juste à côté d’Inaya. Pourtant, personne d’autre en dehors d’elle ne semblait l’avoir remarqué. Curieusement… Si la jeune femme tendait la main, elle touchait quelque chose de solide. Qu’est-ce qui était en train de se passer ici? Est-ce que Steria était en train d’avoir lentement raison de la jeune utilisatrice de la Force? Difficile à dire…

Chose certaine elle n’aurait pas le loisir d’en discuter avec Prudii car un de ses mercenaires revint avec de curieuses nouvelles. Apparemment, plusieurs formes de vie convergeaient vers les positions tenues par les hors la loi… Et elle ne venaient pas par la terre ni par les airs mais par un réseau de tunnels SOUS les ruines… Un certain mandalorien devrait plus que considérer une révision de sa prime…

Enfin, du côté de Pyrrhus, son souhait fut exaucé : l’AG, alertée par l’explosion décida d’envoyer une patrouille. Un char léger T2-B fut dépêché, du fait de sa manœuvrabilité et de sa rapidité, accompagné par un groupe de soldat de l’armée de terre de l’AG. L’hybride en aurait pour son argent, malgré quelques imprévus dans sa mission. Évidemment, ses mercenaires ronchonnèrent. Un char, même léger, c’était pas du jeu. Bien entendu, les forces de l’Alliance avaient emprunté une autre route que les geysers, ce qui laissa amplement de temps pour la préparation d’une embuscade. La chance, si tant qu’un tel concept existait, semblait sourire à Pyrrhus. Bain de sang serait un joyeux euphémisme si tout se passait comme prévu : le CDZ avait recruté l’hybride pour faire le plus de dégâts possibles et le moins de survivants.

Le petit groupe arriva à portée et un sous-officier s’avança. Arme bien en vue, flanquée de deux autres soldats, il s’adressa d’un ton hautain à Pyrrhus et ses deux acolytes. Il leur demanda ce qu’ils foutaient ici, ce qui s’était passé, exigea de voir des papiers d’identification… Le sergent type de l’AG qui vous casse les oreilles et dont les hommes parlent dans le dos tout le temps. Devant le manque de réaction des trois personnes présentes (les mercenaires attendant que Pyrrhus prenne la parole), le sergent alla se planter devant l’hybride, reprenant sa série de question en lui parlant comme on parle à quelqu’un à l’esprit lent ou limité. Cela fit rire son escorte et une partie du petit groupe. Les blagues de mauvais goût sur les non humains commencèrent à fuser quand les senseurs du T2-B repérèrent, trop tard, au moins deux signatures thermiques de plus dans les arbres…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mer 17 Oct - 17:04

Dash se sentait plutôt mal à l'aise depuis quelques temps. En fait son malaise avait débuter dès qu'il avait pénétré dans cette sombre grotte. Ce lieu de massacre et de perdition... C'était très difficile à supporter, y compris pour un agent qui avait longtemps vécu dans les bas fonds de Coruscant.
Il avait déjà vu les dégâts crées par l'explosion d'une bombe terroriste, qui plus était composé de schrapnels, ainsi que le meurtre perpétrait par le tueur en série à devenir qui avait été un allié d'autrefois. Jusqu'à ce dernier tente de les tuer, Miranda et son mari, et que Dash dusse lui enfoncer un couteau en plein corps. Le jeune officier de l'armée Confédérée était vaincu par la scène qu'il avait traversé. Cela en devenait chamboulant, illogique et par dessus il n'arrivait pas à comprendre qui ou qu'est ce qui avait pu massacrer tant de personnes et sur temps d'années. Les évènements auxquels Dash avaient participer étaient courts dans le temps et perpétrés selon une logique absolue bien que tordue.
Mais ce massacre... C'était une chose que le jeune homme n'avait jamais cru voir. *Comment un être normalement constitué à pu réussir ce coup de force... Non ce ne sont pas des humains. Des créatures, peut être même des autochtones...* En tout cas pour Dash une chose était sûre, ce qui avait tué ces hommes ne pouvaient penser comme des êtres civilisés...

Le Capitaine des Renseignements déglutit tandis que le passage s'élargissait de plus en plus. Il n'était pas un expert en morse, ou tout autre signalement par simple bips. Il aurait eu un code à craquer peut être aurait il réussi grâce à sa formation de contre espionnage. Mais là il ne pouvait rien faire, si ce n'était enregistrer et envoyer le code encore et encore aux mêmes personnes qui suivraient son péril dans les grottes de Steria, qu'il en revienne vivant ou non... Un bruit soudain alerta Dash qui se tendit. D'ou pouvait il bien venir ? Etait ce derrière lui ? Ou le son provenait il de devant ? Le jeune homme ne pouvait y répondre avec certitude. Se fut pourquoi il adopta la posture de base pour un homme qui était entouré d'ennemi, il se posta en plein milieu du couloir et s'accroupit. Les echos étaient moins rebondis au niveau du sol, du plafond et des murs. Peut être arriverait il à entendre d'où venait le bruit...

Et c'était de devant. Une chose, ou un être humain blessé voir amputé, s'approchait de Dash. Ne sachant comment se positionner face à un adversaire inconnu le Capitaine sentit un goût amer lui remontait le long de la gorge et éclater dans sa bouche. La peur... elle était là, omniprésente qui cherchait à le faire tomber. Mais Dash était un colosse pour se couper du monde des sentiments et devenir presque une machine sans états d'âme et c'est ce qu'il fit. Le monde lui parut différent, peut être était seulement une manière de surpasser des sentiments. Il se sentait plus en confiance comme divinisé. Mais dans le fond il savait qu'un seul tir pouvait le... Non ! Jamais il était bien trop bon pour cela. Cette prise de conscience était terrible pour le mental de Dash, habitué à ne pas se sentir comme puissant et comme différent. Il n'avait jamais remarqué à quel point il pouvait se montrer cruel et froid lorsqu'il combattait... Lorsque la créature hybride entre machine et humain apparut le Capitaine fronça les sourcils et faillit lâcher une expression de dégoût tant il avait du mal à rester concentrer. Et les paroles de l'homme, ou de la chose il ne savait pas exactement, parla...


"Je ne suis pas ce Corben. Capitaine Fedelis, de la Confédération des Systèmes Libres, service des SDR. Je suis ici pour enquêter sur un signal de détresse. J'ai vu ces... choses. Je suis là pour vous aider monsieur."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Ven 19 Oct - 13:33

Mais qu’est-ce que peut bien être ce machin, pensait Azaren pendant qu’il remontait une coursive pour aller prendre un turboélévateur. Une forme de vie humanoïde difforme ou un humain torturé ou plein d’hypothèses encore s’amassaient dans son esprit, et il était partagé entre le dégoût et la fierté d’avoir fait une importante découverte. Son comlink bipa et il le porta machinalement à son oreille.

- Commandant, je ne pense pas que ce soit une bonne idée d’y aller, il serait préférable que nous ne perdions pas notre officier de commandement en plein milieu d’une zone de guerre, et avec la présence certaine de la confédération ainsi que de plusieurs groupuscules d’affiliation inconnue ce serait sûrement extrêmement dommageable pour la mission…

- Je ne vous demande pas d’être mon garde du corps, capitaine Sturm,
répondit le Chiss d’un ton cassant, contentez-vous de m’envoyer quelques soldats si cela peut vous rassurer mais je veux voir cette… (il chercha ses mots) engeance inconnue de plus près. Azaren, terminé

Il coupa son comlink et reprit à marcher en accélérant le pas. Ce que la CMC venait faire sur cette planète n’était pas un secret mais personne n’avait su à savoir ce qui était arrivé à ces chercheurs. Personne, jusqu’à ce moment. Il décida de reprendre son comlink et appela la passerelle du Hadès.

- Quartier-maître Hawkins, envoyez les images du cargo corellien à l’extérieur et à l’intérieur à Coruscant, priorité maximale. Demandez-leur si cela nécessite une révision des ordres de mission.

- Bien Commandant, tout de suite.

Une autre bonne chose de faite. Maintenant, il était quasiment arrivé à destination et une escouade de stormtroopers se joignit à sa marche silencieuse. On n’entendait que les bruits du vaisseau, ceux des talons des storms et ceux, plus feutrés, de 117 et 118, les deux CYV-S. La porte du hangar apparut enfin et Azaren dût se conformer aux mesures de sécurité, passer les scanners et tout le tralala. Il pût accéder au hangar proprement dit, où les Space troopers posaient la capsule cryogénique. Un technicien était en train d’essayer d’accéder au holopad fronçait les sourcils. Un stormtrooper demanda au Chiss de rester en arrière pendant la durée des tentatives de lecture de l’objet. Azaren consentit à cela et resta focalisé sur ce qui se passait. Etrange qu’un banal holopad résiste aux « assauts » d’un technicien, pensa-t-il en tournant la tête vers la capsule cryogénique autour de laquelle plusieurs médecins et scientifiques s’affairaient comme un essaim de mynocks sur un générateur d’énergie. Ils semblaient préoccupés par ce qu’ils lisaient sur leurs holopads et Azaren eut un très, très mauvais pressentiment. Il se retint de faire une grimace en voyant le corps à l'interieur car le technicien poussa un juron :

- Chutta ! Euh, pardon Commandant mais pour ouvrir ce truc il nous faudrait un sacré coup de veine. Les codes datent d’il y a 70 ans minimum.

- Sont-ce des codes connus ?

- Négatif monsieur, ni républicains ni de l’Empire. On dirait que nous sommes dans une impasse.

Le capitaine Sturm, qui était arrivé quelques minutes après Azaren au hangar, ouvrit la bouche pour faire un commentaire mais un jeune homme portant les grades d’enseigne arriva à bout de souffle.

- M-Monsieur… les scanners détectent du mouvement à la surface de la planète.
- Et ?
- Nos positions sont attaquées... par nos propres soldats.

Azaren resta silencieux un instant puis reprit la parole, sa voix restant calme et agréablement modulée. Il fallait qu'il sache ce que voulaient ces gens, mais en attendant il les considérerait comme des rebelles auxquels il ne fallait rien laisser.

- Bien. Relayez cette informations aux autres vaisseaux : ils doivent interrompre toute opération de débarquement et saboter le matériel que ces rebelles pourraient utiliser. Les attaquants se sont-ils au moins annoncé ou ont-ils eu des revendications?
- Je ne sais pas, le QG au sol nous a juste demandé des renforts mais il semble que les assaillants soient en surnombre d'après nos relevés.
-Dans ce cas la retraite est certainement notre meilleure option. Assurez-vous que la Flotte soit en position dans un quart d'heure autour du Hadès, en attendant je vais me mettre en communication avec Coruscant. Capitaine Sturm, pas besoin de me raccompagner à ma navette, occupez-vous de la capsule et de l'holopad : j'attendrai de comprendre ce qui se passe sur cette planète avant de risquer la vie d'un seul de mes soldats.
Il vérifia que tout le monde avait compris, puis s’en alla.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Lun 22 Oct - 22:06

Le mandalorien avait toute l'attention de la rousse lorsque celle-ci demanda des explications, la main proche de son arme, surveillant les autres mercenaires du coin de l'oeil. Ainsi, un droïde médical avait attaqué sans raison ? Peut être un dysfonctionnement, c'était possible après tout ... Mais tout de même étrange. Le regard émeraude d'Inaya se posa sur la carcasse métallique puis sur le corps sans tête avant de revenir au casque à la visière en T. Détruire tous les droïdes étaient une idée, mais ceux-ci pouvaient également posséder des informations utiles pour le Consortium.

« Ces droïdes peuvent aussi avoir des infos sur cet endroit, alors essayez de ne pas exploser la tête. »

Mais tandis qu'Inaya posait son regard sur son groupe, elle pouvait sentir qu'ils commençaient à comprendre pourquoi ils étaient là et non les troupes du CDZ... Ils avaient raison mais il était hors de question de leur avouer, ce serait probablement signer son arrêt de mort. Aussi douée était elle, Inaya ne pouvait rivaliser contre tous ses mercenaires en même temps. Mais Prudii calma la situation, ramenant les troupes à l'ordre. Pas question de céder à la panique, pas ici, pas maintenant.

Néanmoins, il était nécessaire d'épurer tout cela, de débarrasser le groupe des faibles et des lâches. Un rapide combat eu lieu pendant lequel quelques hommes perdirent la vie, les autres furent enfermer quelque par dans les ruines. Une mauvaise idée selon Inaya, mais les autres ne voulaient pas prendre leur vie ... si ça n'avait tenue qu'à elle, les traitres seraient déjà tous morts sans exception. Malheureusement, la jeune femme reçue une blessure à la cuisse, rien de très grave, mais cela la força à sortir son sabre laser, arme qu'elle aurait préféré garder cacher et à l'aide de la lame ardente elle cautérisa la plaie en se mordant la langue jusqu'au sang pour ne pas crier... La douleur était encore là, mais au moins elle ne se viderait pas de son sang en marchant. Elle utilisa également cette méthode rapide et grossière sur un autre homme qui manqua, lui, de s'évanouir.

Tandis que le mandalorien repartait pour la surface afin de procéder à une épuration en bon et due forme, Inaya demeura seule avec son groupe ... seule ? Non, pas tout à fait. Alors que le groupe se préparait à avancer dans les ruines, une voix très familière se fit entendre. Aussitôt, elle sentit son coeur battre un peu plus vite et son regard se posa sur Talia ... que faisait-elle ici ? C'était impossible ! Et pourtant ... lorsqu'elle tendit discrètement la main, celle-ci toucha quelque chose de solide.


« Inaya ! Ton rythme cardiaque s'accélère, que se passe t-il ? »

La voix synthétique de l'intelligence artificielle sembla ramener Inaya à la raison. Talia disparue et la jeune femme se passe la main sur le visage. Que venait-il de se passer ? Qu'était-ce donc ? La Force ? Impossible, Talia n'y était pas sensible ... Etait-ce cette planète alors ? La jeune femme ne le savait pas et commençait à aimer de moins en moins cet endroit ... Elle prit néanmoins le temps de répondre à Sérina, à voix basse pour ne pas être entendue du reste du groupe.

« Je … ça va. Je … Talia était là. »
« Impossible. »
« Je sais ! Mais je l’ai vu … et entendu … et touché ! Quel merdier … Si je sors vivante d’ici, je prends des vacances ! »
« Ca va aller, je suis avec toi, je te contacte toutes les cinq minutes. »
« D’accord. »
La jeune femme se tourna vers son groupe. « Allons-y les enfants. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Dim 28 Oct - 0:07

    Le groupe de mercenaires n'était alors plus loin de la débandade et on voyait clairement que la peur imprégnait certains au plus haut point, affectant le moral des troupes présentes par des suspicions, comme le fait que le Consortium préférait se servir des mercenaires comme chair à canon. Des jurons se faisaient entendre, des altercations de part et d'autre qui prenait de plus en plus d'ampleur avant que Doman ne se décide d'agir, séparant les mercenaires. Si cela calmait certaines personnes, ce n'était pas le cas pour tout le monde et le mandalorien prit une décision radicale, tué les plus réfractaires et enfermer dans les ruines tous ceux voulant rompre les rangs. Prudii devenait tyrannique, il avait perdu toute notion de justice, ce qui lui était pourtant chère. Était-ce les crédits qui lui faisaient perdre la tête ainsi ? Difficile à croire, ayant déjà bien renfloué son compte bancaire depuis un moment, il n'était jamais arrivé à ce stade. Peut-être voulait-il bien être vu de la part du Consortium ? Dans tous les cas il agissait comme eux présentement, du moins l'image qu'il en avait.

    Le mandalorien, la majorité des mercenaires, dont certains armés d'armes paralysantes, purent accomplir leur tâche à la perfection en quelques minutes. Les exécutions et autres abandons ne s'arrêteraient pas là cependant, car Doman fut choisis pour faire le ménage à la surface désormais, où il ne manquerait pas d’y avoir quelques peureux. Ordonnant à quelques mercenaires de le suivre, il fit le chemin que les avaient mené jusqu'aux ruines en sens inverse, d'un pas assuré. D'où lui provenait cette source de détermination ? Difficile à dire, la peur de mourir à cause de quelques amateurs probablement avant de parler à ceux qui l’accompagnait.


    « J'espère pour vous que vous voulez autant que moi réussir cette mission. Plus le travail est difficile, plus la paye est belle. »

    Continuant sa remontée en surface, il écoutait attentivement la réponse qu'auraient les hommes qui l'accompagnait. Après ce qu'il s'était passé il y a plusieurs minutes, une exécution de plus ou de moins ne changerait pas grand-chose. Un moment plus tard, il se retrouva en dehors des ruines, rejoignant les mercenaires qui fixaient alors Doman d'un air interrogatif pour certains. Les coups de blaster et communication ne devait pas être passé inaperçus, comme il le craignait. Demandant alors à tous les mercenaires de se mettre face à lui, il réfléchissait déjà à ce qu'il allait leur dire. Certains avaient un visage apeuré, d'autres interrogatifs. Il fallait en rassurer quelques-uns et en menacer d'autres, il fallait faire ses deux choses dans le même discours sans pour autant créer un mouvement de panique générale.

    « Vous avez peur ? Vous vous demandez si vous allez ressortir de cette planète vivants ? Cela ne dépend que de nous. Nous sommes venus ici dans des vaisseaux de transports, ils ne repartiront pas tant que notre mission ne sera pas accomplie. » Il regardât alors les hommes et femmes devant lui au travers de sa visière en T tout en bougeant la tête dans la direction qu'il regardait. Le mandalorien faisait alors comprendre qu'aucun ne passait inaperçus. Cette chose anodine avait le dont de jouer sur le moral qui était alors renforcé, car chacun des mercenaires ne se voyait pas comme un troufion, comme ils avaient pu l'entendre par radio, mais comme une personne à part entière. « On peut tous s'en sortir. Regardez attentivement celui ou celle qui se tient à côté de vous. Cette personne peut vous sauver la vie, elle le ferrât, car elle n'a pas le choix, ici "abandonnez son partenaire" est synonyme de mort. Seul, nous sommes bon à rien. » Bougeant sa tête en sens inverse pour revenir au début de la file de mercenaires, il continua. « Le Consortium nous envoie comme chair à canon ? Prouvons à ces gens que l'on vaut autant qu'eux. Qu'est-ce qui fait qu'ils sont plus organisés que nous aujourd'hui ? Leurs leaders savent diriger et je suis le vôtre aujourd'hui, ce que je peux réussir également. Mais ce n'est pas tout, ils ont tous un sentiment d'unité, car ils savent qu'ils ne peuvent rien faire seul. Vous valez autant qu'eux et je le sais, je le vois sur certains visages. » Il dégainât alors son blaster, pointant avec ce dernier le twi’lek qui était devant lui. « Si vous ne marchez pas à plusieurs, vous crèverez tous. »

    Il attendait alors qu'une ou plusieurs personnes se place devant leur collègue. Si son message était passé, les actions suivraient. Dans le cas contraire, il y passerait et le mandalorien ne se priverait pas pour en tuer un bon paquet pour la bonne cause. L’IA le contacta alors exactement au même moment :

    " Ici Sérina. Gardez un oeil sur Inaya, je crois que la planète est en train de la ... Et bien il lui arrive des choses."

    Doman prit quelques secondes avant de répondre.

    « Je crois bien que ma prime n'est pas suffisante, elle doit comporter quelques zéros en plus si vous voulez que nos affaires continuent... Que se passe-t-il avec Inaya ? »

    Entre la mission de base, les risques que comportait de n'avoir aucune information sur la planète ainsi que les dangers qui pouvaient survenir en plus de devoir motivé les troupes, il n'était pas asse payé, loin de là. Le Prudii n'était pas indispensable, mais apportait un plus sur le plan tactique et il le savait, ne se privant pas de jouer sur cette chose pour gonfler sa récompense.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Ven 2 Nov - 15:09

    Pyrrhus patienta, attendant sagement qu’une patrouille de l’Alliance tombe sur son groupe et lui-même. Il ne restait plus beaucoup d’hommes avec lui, mais ses chances de succès restaient encore assez hautes pour le convaincre de se lancer dans un traquenard pareil. Fier de sa force et plutôt têtu, l’hybride même s’il avait été seul, aurait persisté à emmerder l’Alliance du mieux dont il était capable. Certes, son approche aurait été moins directe, quoique, les habitués de l’infiltration et de l’espionnage ne voudraient sans doute pas s’encombrer de Pyrrhus lors d’une mission de ce type pour deux raisons : la première était son gabarit qui ne faisait pas vraiment de lui, quelqu’un de pratique quand il s’agissait de se dissimuler dans des conduits ou sous des véhicules.. La seconde était que sa logique d’infiltration visait toujours le court terme : infiltrer le camp ennemi, le détruire de l’intérieur, le piller et repartir, là ou d’autres agents trouveraient plus sage d’agir en tant qu’espion pour renseigner leurs supérieurs des faits et gestes de leurs ennemis.
    L’hybride patienta, et sa patience fut récompensée lorsqu’il vit une unité de reconnaissance de l’Alliance arriver jusqu’à eux. Environ une dizaine d’hommes marchaient à travers un passage sécurisé au milieu du geyser qui semblait être épargné par l’acide rejeté par ces entrailles béantes donnant sans doute sur le noyau terrestre. Cette équipe était également accompagnée d’un char d’assaut léger de catégorie T2_B. Voilà qui allait être intéressant, le sergent chef de l’unité s’approcha du mastodonte après que celui-ci soit resté muet quand il lui demanda ses papiers. Sous entendant que l’hybride était un peu lent à la détente, les blagues anti-aliens fusèrent sous le regard noir de Pyrrhus qui patientait. Alors que tous les soldats de l’Alliance commencèrent à ricaner devant la bête à cause de son mutisme, les hommes de main du mastodonte alignèrent leurs cibles dans leurs viseurs. Pyrrhus était satisfait ; bien, il avait capté l’attention et abaissé quelques peu la vigilance de l’ennemi.
    L’officier était prêt, mais pas assez, il se planta droit devant le mercenaire juste au moment ou les senseurs du char détecta plusieurs formes de vies dans la végétation.

    Immédiatement, Pyrrhus attrapa l’officier avec un seul de ses bras musclés et lui décocha un coup de crâne d’une telle violence que la tête de l’humain s’enfonça entre ses épaules, et lui brisant la nuque en même temps. Alors que les premiers coups de feux entre les mercenaires et les soldats fusèrent, Pyrrhus hurla un cri de guerre pour confirmer l’assaut.

    - Lokthar Ogar ! A l’attaque !

    Les engagés de Zann bien qu’en sous effectif bénéficiaient d’un effet de surprise des plus considérable. Avant qu’il ne proclame la charge, les hommes de main avaient pu refroidir trois soldats tandis que ceux-ci, pris par surprise tirèrent au hasard dans les arbres avant qu’ils ne parviennent à déceler la source des coups de feu qu’ils subissaient. Là ils purent riposter, mais c’était sans oublier Pyrrhus et ses deux gardes du corps au sol. Le T2_B orienta son canon vers les arbres et ouvrit le feu à plusieurs reprises pour repousser l’attaque en hauteur.
    Le mastodonte jeta le cadavre de l’officier sur les ennemis, puis s’empara de son lance grenades, là il visa le T2_B en priorité et les soldats réunis aux alentours. Pressant la détente, quatre grenades filèrent en direction du char ou elles explosèrent à l’impact, tuant quatre soldats ayant eu le malheur de s’abriter aux côtés du blindé. Les grenades en question, endommagèrent suffisamment le char pour l’immobiliser.
    Le mercenaire chargea brutalement les deux soldats restant. Courant vers eux en criant, son armure encaissa plusieurs tirs avant que la bête n’atteigne le premier soldat. Là d’un revers du bras, il en catapulta un d’un coup particulièrement puissant avant de renverser le second qui finit piétiné sous la centaine de kilos de muscles en mouvement. Un des hommes de mains de Pyrrhus acheva le soldat au sol. Le mastodonte se hissa sur le char ennemi et utilisa le sabre laser volé à Bren Cavi pour commencer à découper la tourelle, avant d’attaquer le sas. Les pilotes furent ensuite salement exécutés au sabre laser : mission accomplie pour Pyrrhus qui ressentit alors la douleur des tirs de l’Alliance lui enflammer le bras gauche et le bas du ventre. Ce n’était que des blessures superficielles pour lui, il commençait déjà à se régénérer, d’ici une bonne demie-heure, ces blessures seraient complètement cicatrisées.

    Lorsqu’il se retourna vers ses hommes il constata que de nombreux cadavres jonchaient le sol ainsi que quelques arbres déracinés par les tirs du char. Sur les sept hommes de l’assaut, il n’en restait plus que quatre, dont un blessé à l’épaule.

    - On avance !

    Aboya l’hybride qui, maintenant qu’il avait le champ libre pour traverser la zone de geysers, comptait bien continuer sa route le plus vite possible avant que l’Alliance ne déploie des renforts.

    - Nhara, avez-vous la carte que je vous ai demandée ?


    Demanda t’il par comlink alors que lui et son groupe se mettaient en marche.

Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Ven 2 Nov - 18:33

TOUR 5

Le silence. Ou tout du moins, un pseudo silence. Lourd et pesant dans cet endroit hostile, plus terrifiant encore que les bruits d’une guerre ou les cris de terreur des civils pendant un raid ennemi. La créature, pour peu que l’on puisse encore appeler ainsi ce qui se tenait devant Dash, semblait l’étudier et dans son regard torturé, on pouvait lire la confusion. Est-ce que la folie avait également fait son œuvre sur ce qui fut un homme ou était-ce quelque chose de plus insidieux? Quoi qu’il en soit, les secondes s’égrenaient sans que cette mystérieuse apparition ne prenne la parole. Au bout d’un interminable moment qui véritablement dura au plus deux minutes, l’abomination tenta de reprendre la parole sur un ton moins vacillant. Dans son regard, une mince, très mince lueur de cette humanité probablement irrémédiablement perdue.

« Fuyez… Capitaine Fedelis… Ou Steria vous tuera… Comme elle les a tous tué… La seule chose… Qui me maintient encore lucide… Ce sont mes implants… Cybernétiques. Il n’y a rien aussi… Capitaine… Sinon la mort… Rapide, si vous avez… De la chance. Steria… C’est le paradis empoisonné… Il faut… Il faut détruire Steria… Ou d’autres y succomberont… Tôt ou tard… »

De son bras artificiel, la créature attrapa celui du capitaine confédéré, sans doute pour l’inciter à le suivre mais il le lâcha presque aussitôt, se figeant puis rebroussant chemin, s’enfonçant dans le tunnel qu’il avait emprunté pour rejoindre l’espion confédéré. Venant du chemin emprunté précédemment par Dash, on pouvait entendre des sons plus ou moins distincts et quoi que ce fut, cela semblait plonger dans un état de panique ce curieux cyborg sortit des ténèbres. Certes, Dash Fedelis aurait très certainement pu abattre cette potentielle source d’information s’il n’avait pas voulu suivre mais devant des réponses ou des informations cruciales, allez-vous reculer ou avancer? Quand votre survie se trouve peut-être entre les mains de l’improbable, qu’allez-vous choisir, au juste? Quand on est habitué à côtoyer la mort…

Le cyborg avait donc battu en retraite vers ce qui devait être son antre. Antre un peu particulière considérant qu’il se constituait d’un assortiment hétéroclite de pièces d’équipement, à l’instar de la barricade face à laquelle s’était retrouvé Dash un peu plus tôt dans son exploration souterraine. On pouvait même voir l’émetteur qui avait diffusé le message découvert par Dash, une radio d’urgence de la CMC couplé avec des pièces datant de l’Empire Galactique. Cela n’expliquait pas la présence presque anachronique de certaines des choses que l’on pouvait trouver ici… Mais le temps viendrait sans doute pour les questions. Enfin, éventuellement. Le cyborg était en train de fouiller dans une caisse contenant diverses armes à la provenance diverse, comme s’il s’apprêtait à repousser une attaque. Une attaque de qui ou plutôt, une attaque de quoi?


« Je ne LES laisserai pas vous avoir… Capitaine Fedelis… Vous devez survivre… Et empêcher plus… Plus de morts… Je vous demande une seule chose… En échange… Vengez moi de… Richard Coleman… C’est lui… Qui nous a envoyé… Ici… Et qui nous a… Abandonné à notre sort… Tant de morts… Auraient pu être évités… Il est trop tard… Pour moi… Mais pas pour vous… Capitaine… »


Réagissant avec une efficacité digne de feu l’Empire Galactique, les officiers de l’AG exécutèrent ou plutôt commencèrent à exécuter la série d’ordres donnés par leur commandant. Les rapports commencèrent à affluer depuis la surface et le même constat revenait sans cesse : les unités envoyés en reconnaissance étaient revenues à la base oui mais en proie à une folie meurtrière jamais observée auparavant par un médecin de l’AG. Il n’y avait pas eu de trahison, ce n’était pas une rébellion ni une mutinerie : ces gens-là semblaient avoir perdu la tête, purement et simplement. À en croire les rapports, ce n’était pas un cas classique : pour stopper les « infectés », pour reprendre les termes des officiers au sol, il fallait absolument toucher en un point vital pour les abattre car ils ne semblaient ressentir aucune douleur. L’ordre de repli était attendu avec impatience.

Dans le hangar du Cerbère, on y allait de surprise en surprise. Premièrement, si le caisson était récent, la chose à l’intérieur ne l’était pas. Cela pouvait se voir à un restant d’uniforme : on y voyait les insignes de l'ancienne République. Deuxièmement, les détecteurs semblaient indiquer la trace d’un composé « fantôme ». Quelque chose dans le caisson faisait réagir les détecteurs mais la nature exacte de la chose ne semblait pas figurer dans les bases de données. Sans un examen poussé comme ils le faisaient en ce moment, aucun des techniciens n’aurait détecté la chose. Un des officiers présents, le lieutenant Jonathan Molokai, proposa de passer la planète au scanner avec l’image de cet élément fantôme… Et il se précipita sur la première console de communication pour parler au commandant Azaren. Merde au protocole.


« Commandant! Ici le lieutenant Molokai! Il faut impérativement avertir Coruscant et évacuer la zone! La planète émet un type d’onde, de radiation ou d’énergie inconnu. Toute la surface en est baignée ainsi que la flotte. D’après les scanners, les zones les plus saturées étaient sur le chemin des troupes qui se sont retournées contre nous… En attente de vos ordres, mon commandant. »

Une nouvelle série de rapports fut acheminée au commandant Azaren : les positions confédérées semblaient avoir des problèmes similaires de leur côté. Quoi que ce fut, ce qui avait affecté plusieurs soldats de l’AG était en train de faire le même travail chez l’ennemi. C’était à demi rassurant : l’ennemi ne pourrait pas monter d’attaque contre les forces de l’AG s’il avait ses propres problèmes. Au niveau des manœuvres dans l’espace, les divers vaisseaux de la flotte avaient atteint les coordonnées fixées par le chiss… Sauf un. Un des transporteurs, le Atlas. Le Atlas s’était arrêté à mi manœuvre et son capitaine, hystérique, demandait des renforts immédiats : une partie de son équipage avait perdu la tête et était en train de tuer tout ce qui bougeait avec une sauvagerie innommable. Dans le même temps, la réponse de Coruscant arriva.

Citation :
Mise à jour des ordres de mission

Clé de cryptage : Jaune
Clé publique: Fichier/Structure Impériale/
De: Haut commandement de l’Alliance Galactique
À: Comandant Ryaaz' are' Nuruodo
Objet: Vos nouvelles directives
Classification : ACCÈS RESTREINT (Directive HCAG)

/début de fichier/

Commandant Azaren,

Vous avez ordre de poursuivre la mission. À vos objectifs initiaux, ajoutez celui-ci : trouvez, dans la mesure du possible, ce que la CMC a découvert et ramenez un maximum d’éléments sur Coruscant pour analyse.

Quant à la situation en surface, faites usage de toute la force que vous jugerez nécessaire pour y mettre un terme. Nous ne jugeons pas nécessaire l’abandon de la mission au vu de la teneur de votre plus récent rapport.

Bon courage et bonne chance.

/fin de fichier/

Appuyez sur ENTRÉE lorsque vous aurez terminé de prendre connaissance de ce dossier.

Du côté des positions tenues par Inaya et les mercenaires, les choses semblaient à peu près revenues à la normale. À peu près étant le mot clé. Les mercenaires qui n’avaient pas été tués ou enfermés restaient loyaux à Inaya. Sans compter le groupe de Pyrrhus soit onze personnes au total, il restait à la lieutenant du CDZ une force de vingt-cinq personnes, elle et Doman inclus. La moitié des effectifs de départ. C’était peu mais Inaya avait eu à accomplir des missions considérablement plus difficiles. Le groupe était donc en surface pour faire le point quand la nouvelle apportée précédemment par un des mercenaires tomba comme un couperet. Il y avait du mouvement SOUS les installations et les entités en question semblaient venir de là pour les prendre à revers. Le piège avait été évité, d’accord, mais il faudrait repousser cet ennemi inconnu.

C’est dans ce genre de moments que la chef de mission pouvait raisonnablement s’ennuyer du reste des membres de sa famille. Le CDZ était composé de professionnels. Quelques corrupteurs, Urai, Vinjera ou encore Maestra et le tour aurait été joué. En support, le gros des forces du CDZ. Sauf que Talia en avait décidé autrement. Au moins, Doman semblait valoir chaque crédit investit sur sa prime et c’était plus qu’une chance pour la rouquine. Les leaders naturels qui acceptaient de suivre les ordres se faisaient de plus en plus rares. Le doute était permit toutefois : est-ce que Talia avait livré toutes les informations qu’elle savait sur Steria? D’ordinaire, les missions du CDZ étaient rodées au quart de tour. Cette mission multipliait les questions… Mais pourquoi ne pas poser la question à la principale concernée, histoire de mettre les pendules à l’heure?


« Ina, franchement, c’est si difficile d’accomplir ta mission? C’est pourtant une mission facile : va sur Steria, ramènes moi des infos et revient. Qu’est-ce que tu as pour moi, au juste? Quelques morts, la moitié de tes forces et c’est tout? Je suis déçue Ina. Très déçue. Je vais aller chercher les réponses moi-même tiens, ce sera sans doute plus efficace que de te le demander à TOI. Non mais franchement… »

Encore une fois, Ina était la seule à voir cette curieuse apparition, si réelle mais en même temps impossible. La dite apparition s’enfonça donc dans les ruines, abandonnant Ina derrière. Peu après, des hurlements d’agonie se firent entendre. D’abord uniquement audibles par la rouquine car c’étaient ceux de « Talia » puis ensuite de tout le monde car quelque chose était en train de faire un carnage chez les prisonniers abandonnés dans les ruines. Les mercenaires « motivés » par Doman étaient prêts à en découdre et ils s’avancèrent prudemment pour avoir un angle de tir dégagé sur le couloir qui menait vers la surface. Si quelque chose tentait de les rejoindre… Et bien un déluge de tirs laser viendrait les accueillir. Hors de question de se laisser avoir par cet ennemi pour le moment inconnu. Restait à savoir qui irait voir.

Ce fut donc le groupe d’Ina qui se porta volontaire. Il faudrait bien passer les ruines au peigne fin et débusquer l’ennemi, pour éviter de se faire prendre à revers. Progressant en formation serrée, le groupe arriva en vue de la pièce où ils avaient enfermés les mutins… Et la scène de carnage en fit vomir plus d’un. Aucun être humain N’aurait pu faire pareille atrocité. Les corps n’avaient pas été que mutilés et démembrés non. C’était bien pire que cela et l’horreur était presque insoutenable. Mais ils tinrent bon. Heureusement. La panique et la peur étaient des ennemis mortels dans une telle situation. Si Ina accompagnait le groupe, encore une fois, elle serait la seule à voir le cadavre de sa Talia adorée. Une hallucination de sa part, oui. Mais une hallucination trop vraie pour être simplement balayée du revers de la main. Comment allait-elle réagir?

En surface, les troupes de Prudii étaient sur le qui-vive. Nerveux, sur les nerfs mais encore sains d’esprit. Ils attendaient des ordres ou un ennemi à abattre. Apparemment, si les troupes elles étaient encore « intactes », le second chef de groupe aurait lui aussi sa part de surprises. Car pour le mandalorien, le paysage se transforma. Ce n’était plus les ruines sinistres de Steria qui se trouvaient devant lui. C’était Coruscant. Et Prudii n’était plus avec ses hommes, il était seul dans les rues de la capitale galactique. Autour de lui, c’était comme n’importe quel autre jour sur Coruscant : des panneaux publicitaires colorés, des speeders se déplaçant d’un point A à un point B, des gens se déplaçant à pied et discutant en allant au travail… Le mandalorien se fit même percuter par un homme d’affaire pressé qui s’excusa maladroitement avant de reprendre son chemin.


Cela ne dura que quelques secondes avant que le paysage ne redevienne celui de Steria. Steria et ses ruines, son équipe de mercenaires rendus nerveux par les récents événements, cette planète et ses mystères qui commençait à lui jouer des tours. Quelques secondes qui lui avaient fait vivre quelque chose de réel. Les sons, les odeurs… L’homme qui l’avait percuté avait eu l’air aussi réel que le reste! Tout y était pourtant. Personne d’autre autour de lui ne semblait avoir expérimenté quelque chose de la sorte, pourtant. Les mercenaires continuaient de surveiller l’entrée des ruines tandis qu’un petit groupe étaient en train de vérifier les équipements du QG temporaire de toute l’équipe. Un des mercenaires le regardait, attendant visiblement une réponse à une question qu’il avait dû poser dans ce court laps de temps.


« Chef? Ça va? J’ai dit : est-ce qu’on devrait rappeler Pyrrhus et son groupe et se préparer à plier bagage? Pas que je dise ça parce que je suis un trouillard mais faut rester logique : ce sera pas de la tarte pour une évacuation d’urgence si on est tous séparés les uns des autres. En plus, si on rajoute onze gars à notre groupe, c’est quand même augmenter nos chances, z’êtes d’accord avec moi chef? »

Il se passait des choses étranges sur Steria. Des choses très étranges. Des choses qui avaient coûté la vie à une expédition complète. Des choses qui avaient mené à des morts atroces. Pourtant, les hommes et les femmes ici présents avaient accepté d’y poser les pieds sous la promesse d’une somme considérable. Combien d’entre eux repartiraient en vie? Y avait-il véritablement des réponses ou seulement un gouffre sans fond de questions, de questions et encore de questions? Le plus important encore : à combien estime t’on sa propre vie avant de déclarer forfait? On était loin d’une mission classique. Ce n’était pas une opération ordinaire. Une chose était certaine : il y aurait encore des morts. La question à se poser, c’était si ce serait les autres ou soi. L’instinct de survie pousse parfois à faire des choses illogiques…


On pouvait difficilement reprocher aux troupes de l’AG d’avoir succombé si vite à l’embuscade de Pyrrhus et de ses hommes. Aucun manuel de formation ne mentionnait quoi faire quand un mastodonte de la taille de l’hybride et partageant ses nombreuses particularités vous attaquait. Bien qu’ils ne soient pas « made in CDZ », les mercenaires étaient eu aussi talentueux et on aura beau mettre de l’avant la fière tradition militaire des académies, le mercenaire lui ne se gêne pas pour faire des coups bas. En peu de temps donc, l’escouade ennemie fut réduite au silence. Pour les mercenaires, ordre ou pas ordre, il était temps de faire les poches aux morts et de voir ce qui pouvait être récupéré. Quoi? Les paramètres de mission n’avaient pas mis d’interdit sut la chose. Pourquoi s’en priver alors? Ça se revend, du matériel.

Les survivants firent des blagues entre eux alors qu’ils faisaient les poches des cadavres et que l’un d’entre eux s’approchait du char endommagé. Dommage… C’était du bon matériel ça. Se penchant pour regarder ce qu’il pourrait trouver dans le cockpit, le curieux de service put entendre un message de détresse de la part de la base de l’Alliance Galactique. Sympathique ça… Raisonnant que le gros écailleux apprécierait la nouvelle (et peut-être même qu’il serait nommé second de ce petit groupe…), il s’empressa de faire signe aux autres de le rejoindre. Il allait faire des jaloux. Celui qui trouvait le jackpot faisait toujours des jaloux. Une fois que les autres mercenaires furent rassemblés, il décida donc de se vanter un peu. Savourer son triomphe, tout ça. Il y en avait dans le groupe qu’il voulait voir humiliés et trainés dans la boue…


« Approchez, approchez, venez voir MA trouvaille… Chef, les positions de l’AG sont attaquées par leurs propres gars. Il n’y a pas beaucoup de détail mais un ordre de repli général a été donné. Toutes les forces de l’AG déployés doivent retourner au QG. Dommage que vous ayez bousillé le tank, on aurait pu s’en servir… Si L’AG n’est plus trop sur ses gardes, on va pouvoir en profiter et… »

Le mercenaire s’interrompit à mi phrase parce que les senseurs du char léger venaient de détecter du mouvement dans la zone des geysers. Ce n’était pas des renforts de l’AG, ce n’étaient pas les icônes pour les troupes de la CSL. La grande boss n’avait pas envoyé de renforts… Alors c’était quoi? Les troupes de l’AG n’auraient pas manqué une douzaine de présences dans la zone qu’elles venaient juste de traverser. Ce qui menait à une autre question : c’était QUOI ces points de couleurs sur le senseur, alors? Sûrement pas des miettes de beigne. Les miettes de beigne ne bougent pas, elle. Il faudrait vérifier avec une bonne vieille paire de jumelles… Probablement la faune local. Autant avertir Pyrrhus tiens, qu’il prenne les décisions. Il n’était pas payé pour décider non? Juste pour tirer sur des choses et trouver les secrets de cette planète.

« Chef, y a du mouvement dans la zone des geysers. Soit vous avez bousillé le tank plus que je ne le croyais, soit il y a vraiment quelque chose. C’est pas des gars de l’AG, c’est pas à la CSL… Probablement la faune locale. On les attend ou on y va? Moi je serais d’avis qu’on les attend et on refait le coup de l’embuscade. Vous en pensez quoi chef? On attend ou on fonce? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: