Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Sam 19 Jan - 10:17

Quel monstre qui s'affichait à lui. Quelle horrible créature qui respirait la brutalité et le mercenariat. Lorsque le puissant chef des mercenaires apparut face aux rescapés Confédérés Dash sentit un mouvement d'inquiétude qui traversait ses hommes. Oui ses hommes, ceux là même qui craignait pour la vie de leur commandant, un homme qu'ils ne connaissaient pas et qui pourtant suivaient le jeune Capitaine confédéré. Et ce dernier ne cherchait pas à quitter la planète ni même à survivre. Si il le fallait il était prêt à mourir pour arrêter la menace qui pesait sur les ressources de la toute jeune Confédération. Son devoir passait avant tout et même avant l'amour qu'il portait à sa femme, loin d'ici sur Coruscant sans nouvelles de lui depuis qu'il était parti.

C'est pourquoi il ne broncha pas lorsque l'intimidant lézard apparut. Il fit même mieux et avança, et contrairement aux autres officiers du misérable convoi qui le suivait il ne toucha même pas le pistolet à sa ceinture. Il avait connu des brutes bien pires que cela et des dingues qui l'auraient déjà tués pour moins que cela durant sa courte vie. Et la pire jungle, la plus mortelle était très certainement le Sénat de l'Alliance Galactique où la moindre faute vous coûtait bien plus qu'une blessure. Non une mort discrète sans honneur, causée par cupidité et avidité par vos adversaires qui n'attendaient qu'une seule chose : que vous leur tourniez le dos.

C'est pourquoi face à un guerrier Dash se sentait bien souvent à l'aise et non pas intimidé. Lui même se considérait comme un guérilleros de l'ombre. Il savait que les mandaloriens avaient un chant de guerre sur... Des guerriers de l'ombre ou quelque chose comme ça. Il s'était beaucoup intéressé à leur culture mais bien souvent il avait dû mal à comprendre les têtes de seau. Et le fait que l'un d'entre eux accompagne le lézard était aussi inquiétant qu'encourageant. Inquiétant car les pensées et les sentiments des mandaloriens étaient bien souvent cachées mais leur talent au combat rajoutait des statistiques pour la survie des confédérés.


"Bien... Commandant, dit Dash sachant pertinemment que donner un titre de commandement à son potentiel allié le mettrait en confiance, ou alors l'irriterait considérablement, J'aimerais vous proposer des crédits en échange d'un pacte de non-agression entre nos deux forces. La Confédération sait récompenser ses amis et je ne doutes pas que vos hommes désirent ardemment rejoindre leurs femmes et leurs enfants tout comment les...."

Mais Dash fut promptement interrompu par un des mercenaires. Aussitôt son corps se tendit, craignant une possible attaque de l'Alliance, qui ne reculait devant rien pour ressembler de plus en plus fortement à l'Empire qu'ils avaient pourtant jurés de détruire et de remplacer par une soi disant démocratie. A la place se dressait un gouvernement chaotique, rejetant les seuls garants de la paix de la Galaxie et craignant pour son argent. Un gouvernement que Dash supportait tant bien que mal tandis qu'il servait fièrement la Confédération. Lorsque le soldat écarta le lézard de son interlocuteur Dash fronça les sourcils et fit semblait de mettre sa main sur son pistolet, pour faire croire à un capitaine nerveux et n'aimant pas être pris de haut.

En réalité il en profita pour activer son comlink et le régler sur la puissance maximale. Ce tour, enseigné à la plupart des services secrets, permettait à un agent infiltré de faire passer des messages jusqu'à une cellule ou à son supérieur. Bien que souvent il ne soit pas au courant de ce qui se disait. Le désavantage d'être un simple agent de terrain. Mais là Dash était bien plus et lorsqu'il vit que le lieutenant du lézard avait fini de parler il s'avança, toisa le mandalorien qui le surveillait il le savait bien, et haussa le ton.


"Je sais parfaitement ce que vous recherchez ! La cause de ce désastre ! J'ai rencontré un homme dans des souterrains il y'a douze heures standards. Il disait appartenir à cette expédition. Il m'a expliqué des choses. C'est la CMC qui est responsable de tout ceci. Maintenant il faut détruire le centre névralgique de l'ennemi et il doit se trouver parmi les anciennes mines des Corelliens. Allions nous et nous trouverons un arrangement à la fin de ce combat."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Lun 21 Jan - 19:56

Saleté d'humain. Et prétentieux en plus, le bougre. Le colonel était un homme élancé, tout en finesse mais son visage teinté de suffisance avait quelque chose qui avait le don d’exaspérer le chiss outre mesure. Il arborait un sourire crispé, écoutant son homologue au sol débiter ses sornettes sur comment il faudrait exterminer les confédérés et les mercenaires jusqu'au dernier. Et vas-y que je te mets l'emphase sur la non-loyauté des mercenaires, leur appât du gain et cetera et cetera... Azaren avait envie de rire et dût faire un effort pour garder un semblant de contenance devant ce grotesque personnage. Une dizaine de secondes plus tard, il n'avait plus envie de rire, et se demandait ce qu'il devait faire de cet incapable extrémiste pathétique qui gesticulait devant lui.

Il avait une idée mais attendait l'arrivée de la navette venue depuis l'orbite, qui allait lui apporter un outil extrêmement utile. Utile, voilà un mot décidément approprié das cette situation. Surtout depuis que Drang avait eu un contact avec les mercenaires qui occupaient les ruines, en ayant découvert qu'ils étaient en pourparlers, ce qui n'était ni une bonne ni une mauvaise nouvelle pour le moment. Soit cela se mutait en une alliance et dans ce cas les K-Wing auraient tout leur intérêt, soit cela ne donnait rien et il y aurait alors une façon très simple de régler le problème posé par la confédération. Il fallait attendre, ou bien faire quelque chose de plus risqué mais audacieux. Un plan difficilement imaginable par les stratèges de Coruscant en l'état actuel des choses, mais qui pourrait bien s’avérer décisif pour la réussite de la mission assignée à Azaren. Il fallait absolument gagner ces mercenaires à leur cause, ne serait-ce que pour les embaucher après coup. Il poussa le colonel sans lui fournir d'explication et se dirigea vers les véhicules stationnés. Il haussa la voix.

Ecoutez-moi, soldats. Le colonel ici présent va réquisitionner le régiment ici présent pour aller casser les dents de nos ennemis. Vous embarquerez à mon signal dans les tanks TX et vous dirigerez vers les ruines. Vous savez ce que vous avez à faire, et le colonel se chargera de vous expliquer tout ce que vous voudrez savoir. Vishak, vous et vos soldats restez avec moi et les chasseurs, on se charge de la sécurité du vaisseau ainsi que de l'accueil des renforts de la Flotte. Vous avez vos ordres, circulez.

Il mit la main à son comlink et contacta Drang : Major, sortez vous et vos gars de là, repartez dans le sens inverse par rapport à celui par lequel vous êtes arrivés. De nouveaux ordres seront distribués sous peu.

Bien reçu, on bouge, juste le temps de dire à nos amis que nous mettons les voiles.

Satisfait, le Chiss se dirigea vers la forteresse flottante A9, depuis laquelle il allait pouvoir coordonner ses actions. Le droide HK, monstrueux par sa forme et sa taille, flottait encore au-dessus de sa tête, programmé pour suivre 117 et 118, les CYV-S d'Azaren. Tout ce petit monde allait être rudement mis à contribution si tout se passait comme prévu. Bien entendu, jamais rien ne se passait comme prévu, mais il valait la peine d'essayer de toutes ses forces. Il fit signe au colonel, un signe pouvant être considéré comme une autorisation à agir, puis se ferma dans la forteresse flottante afin d'étudier les scans de la surface de la planète effectués par le Legislator. Il y avait quelque chose de très anormal, toute la zone en dessous des ruines était brouillée sur les scans et ce n'était sûrement rien de lointainement naturel.

Un grondement se fit ressentir et Azaren émergea pour constater que conformément à ses prévisions le colonel était parti et que la navette atterrissait. Des techniciens en sortirent, bafouillant quelques excuses à propos d'une mésentente à cause de laquelle le vaisseau avait été abattu par les ordres de Yusani Raska et demandant son retour à bord. Ils se mirent immédiatement au travail sur le Destroyer et Azaren put enfin disposer de la navette, sur laquelle reposait une bonne partie de son plan. Il allait attaquer de trois flancs mais en faisant croire qu'il attaquait le quatrième, ce qui diviserait ses forces mais lui donnerait plus de visibilité sur les plans de l'ennemi. Si besoin était il devrait tuer certains mercenaires mais l'idée d'une alliance était plus attirante et judicieuse. Il mit en marche la deuxième phase de son plan, en appelant le colonel sur son comlink.

Colonel, dirigez-vous plus vers le nord, essayez de contacter les mercenaires pour les assurer de notre volonté de ne combattre que la confédération, sans préoccupation pour l'artefact de Steria, quel qu'il soit.

Mais, commandant...

Fermez-la colonel, c'est un ordre. Ou bien préférez-vous mourir en attaquant de front les mercenaires et la confédération combinés ?

Bon, mais juste parce que c'est vous et que ces tanks sont en carton, hein.

Je ne vous demande ni d'être d'accord ni même d'y penser, colonel. Faites-le, c'est tout.

Reçu, terminé

Le chiss coupa la communication puis fit démarrer les chasseurs et les véhicules restants. Il les fit installer sous le ventre de la navette et ordonna à ses deux droides accompagnés du HK de se diriger vers le front est des ruines. Il ordonna aussi à la compagnie de Novatroopers de se diriger furtivement vers le front ouest, selon ce qui devait suffisamment ressembler à une diversion pour ne pas recueillir l'attention des confédérés. Enfin, lui-même et les chasseurs prirent le front sud, le boucan qu'ils faisaient devant attirer les ennemis chez eux. En attendant la réponse des mercenaires, l'ordre de ne pas tirer sans avoir subi de tirs était maintenu,
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mar 22 Jan - 23:38

    Pyrrhus Hellstorm avait alors accueilli sommairement le lieutenant Fedelis et l’avait conduit jusqu’à ce qui ressemblait grossièrement à une table de fortune qui était plutôt une caisse imposante. L’hybride fut amusé par le comportement de l’humain et de l’offre qu’il venait de lui faire. Il éclata d’un rire bruyant qui sonnait comme un éboulement de pierres. Mais ce rire était plus une moquerie qu’autre chose, et il ne dura pas longtemps. Pyrrhus répondit sobrement.

    - Des crédits ? Ah ! Vous plaisantez j’espère ! Un défi pareil, vaut tous les crédits de la galaxie. Quant aux femmes et aux gosses… Ha ! M’faites pas rire. Ici vous êtes chez les salopards, pas chez la République ou ces branquignoles de l’Alliance.


    L’hybride fut ensuite interrompu par Dale qui vint lui exposer la situation. Visiblement, les mercenaires avaient trouvé un bâtiment protégé par un champ de force. Secondement, le champ de force et l’installation semblaient ne pas avoir été trop victimes des ravages du temps et dataient de l’époque de la Guerre des Clones. Pyrrhus sentit qu’il devait y avoir des machines errant à l’intérieur, ce qui le ravissait : casser du droïde apporterait un peu d’exotisme à son existence. De toutes manières, ses poings faisaient autant de dégâts sur une cuirasse de droïde que sur l’armure d’un soldat humain.

    - Excellent. Est-ce qu’on a un des nôtres capables de s’occuper du champ de force ? Si oui, essayez d’ouvrir un passage. Quant à l’Alliance, qu’ils envoient un représentant comme le Confédéré. Faites durer le débat le temps qu’on puisse mettre la main dessus. Hors de question de se faire doubler par ces raclures… Néanmoins, avec deux représentants de chaque faction entre nos mains, ca nous fera des otages de choix afin de nous assurer une porte de sortie voire une bonne monnaie d’échange… En tout cas, le premier qui nous attaque vous leur donnerez un avant goût de l’enfer.

    Alors qu’il venait de donner ses instructions à voix très basse à Dale, il entendit dans son dos le lieutenant Fedelis commencer à hausser le ton et être agressif. Pyrrhus fit volteface immédiatement et vit le Confédéré face à Doman Abi. L’humain commençait à exiger que la source de ce mal sur Steria devait être détruite. Mauvais. Très mauvais. Le krogan n’avait aucune intention de détruire son revenu, mais surtout la chose qui l’avait défié tout a l’heure lors de son retour au camp de base. Non. Il comptait s’en emparer et ramener son trophée aux pieds de Talia Zann afin de lui prouvé qu’en dépit des statistiques et des conditions que Zann avait imposées, il avait réussi son coup. Talia avait défié Pyrrhus, Steria avait défié Pyrrhus : le mastodonte leur prouverait qui il était.

    Entendant la voix de l’humain s’exprimer dans son dos, le reptile s’avança rapidement vers Dash d’un pas vif, grondant comme le tonnerre et bousculant même Doman. Il pointa le bout de son doigt musclé entre les cotes du lieutenant Fedelis et exerça une pression légère pour lui, mais un peu plus forte pour l’humain pour le remettre à sa place. La voix du mercenaire se faisait plus menaçante et sonnait comme un avertissement.


    - Vous prétendez m’donner des ordres humain ? Vous êtes dans mon camp. C’est moi qui décide ici. J’irai en personne me charger de ça ! Mais avant vous allez m’expliquer toute votre histoire…

    Pyrrhus détourna la tête, apparemment l’envoyé de l’Alliance était déjà aux portes de l’enceinte. Le mercenaire reptilien ne voulait pas avoir pour émissaire des officiers sans valeur. Il lui fallait des hommes ayant une valeur afin de pouvoir s'en servir d'otage ou de monnaie d'échange pour s'en tirer. Le krogan aboya un ordre.

    - Et envoyez moi le responsable des opérations de l’Alliance, j’traite pas avec les subalternes, je veux parler à leur commandant. Assurez vous que c'est pas un de ses larbins...
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mer 23 Jan - 21:38

TOUR 10

Une planète hostile. Trois factions. Une volonté toute relative de collaborer. Tous les ingrédients pour un désastre se retrouvaient combinés. Ces mêmes factions avaient toutes des objectifs différents. Pour les mercenaires, il fallait sécuriser la source du mal de Steria. Pour les confédérés, il fallait le détruire. Pour l’AG… L’AG avait en sa possession des éléments reliés à cette histoire et ne les avait pas détruits, ce qui pouvait laisser entendre qu’elle nourrissait aussi un intérêt pour Steria et son terrible secret. Et maintenant, une quatrième faction vraisemblablement tirée du passé, possiblement à l’origine de tout ce bordel. Si un jour les survivants de cette expédition maudite écrivaient leurs mémoires, il faudrait passer par-dessus ce passage. Personne ne voudrait les croire. Comment le pourrait-on, sans l’avoir vécu?

Les confédérés, menés par Dash Fedelis, commençaient à être nerveux. Il fallait bien reconnaitre que le gros lézard qui commandait les mercenaires n’était pas du genre commode et avec les forces de l’Alliance Galactique en mouvement, plusieurs étaient au bord de perdre pied avec le peu de santé mentale qu’il leur restait. Les mercenaires aussi étaient nerveux, se hâtant en tous sens pour fortifier leurs positions. La meilleure option semblait de se replier DANS les ruines, là où l’AG ne pourrait employer son matériel lourd pour les déloger. Restait à savoir comment se ferait ce repli : avec ou sans les soldats de la CSL. Il n’en faudrait pas beaucoup pour que le feu soit mis aux poudres et le mal de Steria continuait son œuvre. Tôt ou tard, un mercenaire, un confédéré ou un membre de l’AG perdrait la tête et alors ce serait probablement le début de la fin.

Un des représentants de l’AG fut introduit, un colonel, visiblement. Sans doute le responsable de la base de l’AG… Et ce dernier se présenta comme étant le responsable des forces terrestres de l’AG. Bon déjà, ce devait être quelqu’un d’important et il avait amené avec lui sa propre… Délégation. Il fut conduit jusqu’au chef des mercenaires sous le regard méfiant des troupes confédérées. Pour les mercenaires… Probablement que ce type venait demander un coup de pouce de leur part. Les grandes factions : bonnes pour cracher sur les mercenaires mais toujours à leur courir après pour faire le sale boulot. Quelle ne fut pas la surprise des différentes personnes présentes que d’entendre les « termes » de l’AG. Quoi, ils voulaient juste les confédérés? Ce ne pouvait être bien compliqué… Sauf que les confédérés ne se laisseraient pas avoir.

Autrement dit, cela risquait de se régler au plus offrant. Les mercenaires risquaient de ne pas vouloir intervenir tant qu’on ne leur proposerait pas quelque chose d’alléchant et pour le moment, aucune offre décente n’avait été mise sur la table. Qui plus était, l’équipement des mercenaires rapportait plusieurs signaux de l’AG avançant sur leurs positions. Si ce colonel était en charge des troupes au sol et donc des négociations, qui était la personne en charge des forces en approche? Conformément aux instructions d Pyrrhus, on incita le colonel à faire venir la personne en charge de ces forces en approche… De la pointe du blaster. Aucun coup de feu n’avait encore été tiré mais il était clair que les mercenaires n’aimaient pas l’attitude de l’AG. Un point sur une carte et tout le monde y était rendu. Cela ne pouvait qu’aller en empirant à moins de trouver une solution magique.

Toujours conformément aux ordres de Pyrrhus, un petit groupe de mercenaire redescendit dans les ruines pour tenter de trouver un moyen de contourner le champ de force. Pour le moment, il semblait inviolable. Qu’il ait tenu si longtemps semblait indiquer que sa source d’énergie était à l’intérieur du bouclier et probablement bien creux dans cette curieuse installation. Probablement que l’énergie était puisée à même le cœur de la planète. Il faudrait installer un nouveau périmètre de sécurité à proximité, histoire de ne pas se retrouver coupé de la surface par on ne savait quelle nouvelle horreur. Les préparatifs effectués, ils firent leur rapport au lieutenant de Pyrrhus qui leur donna l’ordre de faire un rapport toutes les cinq minutes, sans faute. Mieux valait ne pas prendre de risques. En même temps, il pourrait superviser la surface sans trop de distraction.

Les premiers signes que quelque chose clochait en sous-sol fut quand une patrouille ne répondit pas à l’appel. Les mercenaires appelés en renfort étaient restés en surface, Dale ayant préféré envoyer en « sousface » les survivants de l’expédition originale. Elle fit son rapport avec un retard de trente-deux secondes. Rien de bien étonnant pourrait-on dire mais… Dale avait donné des instructions précises et les mercenaires savaient que Pyrrhus n’aurait aucun remord à les démembrer pour insubordination. Ordonnant à une seconde patrouille de confirmer que tout allait bien avec le premier groupe, il eut la déplaisante surprise de constater que les communications allaient en se détériorant. Craignant du vilain, il ordonna le regroupement des mercenaires sur les fortifications de fortune érigées précédemment. Mieux valait traiter tout incident comme une alerte rouge.

Quelques minutes s’écoulèrent avant que son irritation n’aille croissant. Après une vérification du périmètre extérieur, il eut la désagréable surprise de voir que les mercenaires qu’il avait envoyé surveiller le curieux bunker découvert précédemment étaient remontés en surface. Il commença à les engueuler quand on lui fit savoir que c’était Pyrrhus en personne qui leur avait dit de remonter en surface. Pourquoi son patron serait-il passé par-dessus son autorité? Il était occupé à essayer d’obtenir le meilleur de chaque faction, voire un otage ou deux… Alors qu’il se dirigeait vers le mastodonte écailleux, il s’arrêta en plein mouvement. Deux confédérés discutaient avec animation : apparemment, ce qu’il restait de leur flotte venait de se porter à la rencontre des forces survivantes de l’AG… Sous ordre d’un homme mort. Abattu par ce Dash Fedelis.

Le second de Pyrrhus commença à réfléchir. Quelqu’un bloquait graduellement leurs communications voire totalement et ce même quelqu’un était suffisamment talentueux pour se faire passer pour des gens dont il avait dû intercepter les communications. S’il était à la place de cet inconnu, il s’arrangerait pour déclencher un incident, ce qui mènerait à la destruction des flottes et… Attrapant par le col de son uniforme le technicien en question, il le fit venir de force jusqu’à la table des négociations où se trouvait le colonel, Dash Fedelis et Pyrrhus. Poussant l’homme devant son patron, il le força à répéter ce qu’il venait de lui dire… Et livra dans la foulée son rapport sur le comportement étrange des sentinelles. Tant qu’à prendre des précautions, autant en prendre le plus possible. Un krogan averti en vaut deux, peut-être trois.

Du côté des forces du commandant Azaren, tout, pour le moment, semblait se dérouler sans accroc. Le déploiement des forces s’était correctement effectué et le colonel était actuellement en négociations avec le chef des mercenaires. L’activité dans le camp mercenaire était pour le moment normale et aucun coup de feu ne semblait avoir été tiré. Peut-être que toute cette histoire pourrait se régler sans trop de morts additionnels, après tout. Ce n’était rien que de l’espérer. Les techniciens avaient commencé les travaux sur le Liberator et pour le moment, la situation semblait relativement positive. Peut-être que le pire de la tempête était passé… Ou alors le pire était à venir. Pour le moment, il était encore impossible de le déterminer. Tout ce qui importait c’était que tout le monde était en place pour la grande finale organisée par le commandant Azaren.

On rapporta au commandant Azaren que ce qu’il restait de la flotte confédérée avait commencé à se déplacer vers la flotte de l’Alliance. Étant donné que tout le monde semblait graviter autour d’un point central, cette manœuvre avait sans doute été faite pour empêcher l’AG de bombarder depuis l’espace les troupes de la CSL. Pour le moment, on maintenait le niveau d’alerte à moyen et en cas de pépin, les forces de l’Alliance étaient plus que disposées à se défendre. Ce serait une défense honorable, à défaut d’être impressionnante. Après tout, la flotte avait été doublement amochée, de par le mal de Steria puis par une mutinerie. La flotte confédérée n’était pas en meilleur état et si elle n’avait pas été touchée par une mutinerie, elle avait en revanche perdue une partie de ses forces au mal de Steria. Consolation pour l’AG : ils n’étaient pas les seuls mal en point.

Les forces du commandant Azaren entreprirent donc de faire leur rapport sur l’état du déploiement. Au début, les communications accusèrent un léger retard puis il commença à y avoir de la friture sur les lignes puis soudainement… Plus rien. Les seuls rapports que recevait le chiss émanaient des droides qui opéraient différemment d’un comlink type. S’il lui prenait l’envie de regarder avec des jumelles électroniques ce qui se passait en temps réel, il se rendrait compte que les forces du colonel étaient en train de se déployer et que la compagnie de novatroopers venait de rebrousser chemin. Les équipements de communication de la forteresse A9 étant plus perfectionnés, Azaren pu entendre… Sa propre voix en train de dicter des ordres à ses troupes. Les occupants du véhicule le regardèrent avec stupéfaction, tous se demandant ce qui était en train de se passer.

On rapporta également au commandant l’apparition de nouveaux transpondeurs, correspondant à des stormtroopers. Selon toute vraisemblance, il s’agissait de survivants de la base, probablement quelques patrouilles ou soldats éparpillés qui avaient réussi à se rassembler et qui faisait route vers le « Legislator ». Ce qui était d’autant plus curieux, c’était que ces stormtroopers ne semblaient pas avoir de problèmes de communication car ils furent en mesure de s’identifier au peu de forces qu’il restait pour défendre le croiseur « échoué ». Nul besoin d’être un génie pour se rendre compte qu’il y allait avoir du vilain sous peu. Sur la console de communication, l’icône d’un message urgent apparu. Selon la structure du code, cela semblait venir de Coruscant. À l’ouverture du message cependant… Pas du tout. « Azaren » parlait au vrai Azaren.


« Vous auriez dû prendre cette navette et quitter pendant qu’il en était encore temps commandant. Dommage, vraiment. Car maintenant, cette possibilité n’existe plus. Votre interférence, à vous et aux autres organiques, a assez duré. Votre extermination devient le seul choix logique. Si vous avez des dieux, priez les pour une mort rapide. L’alternative sera beaucoup moins agréable… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Sam 26 Jan - 19:29

Dash était nerveux. Et bien entendu il y'avait de quoi. Déjà l'énorme lézard ne semblait apprécier qu'un Confédéré comme le jeune Capitaine ose lui donner des ordres. Et plus le temps durer et plus le danger qui pesait sur les soldats et les habitants temporaires de la planète était lourd. Qui plus est ce dernier s"était déjà manifestée. Et Dash craignait désormais pour sa propre vie. Et surtout celle de ses hommes. Il avait reçu l'ordre de la Confédération et en particulier par les huiles du gouvernement de sécuriser la planète. Et de saboter tout effort de guerre qui mettrait en danger la main mise des ressources précieuses de Steria. Et désormais Dash avait affaire à un cas de force majeur. Trois ennemis, dont l'un d'eux était commun. Peut être réussirait il à les convaincre. Ou alors il gagnerait seulement la mort.

Avec un peu de chance l'Alliance attaquerait les ruines, et la Confédération. Ou alors elle se ferait descendre par les étranges créatures. Dash sentit un frisson lui montait le long du dos lorsque les soldats mercenaires commencèrent à crier et à injurier sur les capacités de leur système com. Le Capitaine fut surpris d'une soudaine envie et s'excusa auprès de l'imposant chef lézaroïde et attrapa son comlink. Après une dizaine voire plus d'essais infructueux il réussit à trouver une session de communication et se fut avec une certaine surprise qu'il entendit la voix de Mirx.


# Capitaine ? Que se passe les négociations ? Les soldats commencent à paniquer et les forces de l'Alliance approchent. Nous avons beaucoup de matériel lourd mais... Comment dire... Nous sommes à découvert et les mercenaires pourraient servir de marteau si nous sommes attaqués. #
# Bien Caporal. Je vais faire en sorte que l'on rentre tous au bercail. Mais pour ça il va falloir suivre mes ordres. Prenez avec vous Bennett et Gordon et disons... huit soldats. Fuyez vers les grottes qui sont à huit kliks de la base. Vous devrez rencontrer des corps. Continuez votre chemin et cherchez le lieu de toute cette putain de merde ! #
# Bien Capitaine. #
# Passez moi le plus haut gradé. #
#Lieutenant-Colonel Davis au rapport ! #, dit une voix nouvelle.
# Lieutenant ! Préparez des barricades et des pièges immédiatement et filmez tout. Nous devons prouver que...#

CRZZRRRZZRRRZRR

Le bruit blanc fit comprendre à Dash qu'il serait inutile d'essayer de rappeler les forces. Les soldats de la Confédération étaient livrées à elle même. Accordant une rapide prière à toutes les divinités qu'il connaissait l'agent des Services de Renseignement souhaita de tout son coeur que la mort n'allait pas prendre ces valeureux guerriers, qui avaient leur âme et leur courage pour toute monnaie d'échange. Au contraire du colonel qui allait, Dash l'espérait, servir à ses desseins. Il se rapprocha du lézard et dit clairement :

"Je serais vous Colonel j'éviterais de faire du zèle. Mais bon... N'est ce pas pour cette raison que la Confédération a été crée ? Pour échapper à la violence et aux mensonges d'un gouvernement et d'une armée vaincue par la corruption, la honte et la peur. Nous sommes peu nombreux mais nous tenons tête. Pas un de vos soldats n'a pas survécu à la crise. Nous oui. Nous sommes purs. Commandant je serais vous je me méfierais de cet homme. Au revoir Colonel. Oh attendez non... Cette expression veut dire que nous nous reverrons. Adieu !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mer 30 Jan - 12:30

- Foutaises!

Le chiss avait laissé sa carapace se fracturer, le mur derrière lequel il dissimulait ses sentiments avait été morcelé par le fait d'entendre sa propre voix le menacer comme un enfant que l'on punit. Il reprit, d'un ton plus calme et avec une détermination à glacer le sang. Voir ses hommes obéir à des ordres complètement absurdes était une déception trop grande pur laisser passer cet affront.

- Jamais tu ne pourras me tuer, jamais tu ne pourras m'atteindre, planète à la con ! Ce ne sont que des paroles et d'après tes mots j'en conclus que tu es une machine. Tu n'as aucune imagination, aucune étincelle de vie, aucune compréhension de l'essence même de la vie organique! Tes menaces sont creuses, elles ne sont pas authentiques et font sûrement partie de ta programmation. Après tout, qui se soucierait de l'imagination d'un processeur en termes de menaces? Allez, viens me chercher, saloperie de machine, viens goûter la saveur amère de la défaite ! J'ai assumé le commandement de cette mission depuis le début et ce n'est pas avec un petit tour de magie que je le quitterai.

Il pianotait sur les commandes de la Forteresse A9 pendant qu'il parlait, pour occuper la machine pendant qu'il neutralisait tout le spectre de transmission pour isoler le signal du faux Azaren. Cette boîte de conserve voulait le tuer : il n'attendait que le moindre geste qu'elle pourrait faire pour lui révéler ses motivations, ses buts et sa nature même. Son emplacement, il n'allait pas tarder à en avoir une idée mais pour ce qui était de la raison pour laquelle cette chose voulait semer la discorde dans les rangs de toutes les forces en présence c'était une autre histoire. Il lui faudrait vite avertir les mercenaires et se mettre d'accord avec eux. Il était prêt à s'allier avec le lieutenant des confédérés s'il le fallait.

Il désigna la direction du camp au pilote, en continuant de surveiller les transmissions du faux lui.

- Allez, pleine puissance vers l'intérieur des ruines, je dois parler aux autres. Relayez un ordre pour Raska en essayant d'utiliser les transmissions de mon double : il doit immédiatement sauter en hyperespace et aller quérir des renforts équipés pour affronter Steria. Qu'il place le sujet zéro en quarantaine et qu'il le fasse étudier par les plus grands scientifiques militaires : on a besoin de ce savoir. Passez le mot au Legislator : plus personne ne doit faire autre chose que la réparation et la défense du vaisseau : tous les soldats doivent être inspectés et aucun autre ordre de ma part ne doit être accepté.

La forteresse bondit en avant avec un rugissement, se frayant un passage à travers les arbres. Il savait qu'il aurait dû prévenir Vishak et les autres mais logiquement le nombre de transmissions qui pourraient transiter sur le signal du faux Azaren avant d'être brouillées était limité et il fallait veiller au plus important.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Jeu 31 Jan - 11:56

    Le mercenaire reptilien fut rapidement informé par son aide de camp ainsi qu’un technicien que visiblement quelqu’un brouillait les communications et se faisait passer pour lui afin de donner des ordres à ses hommes. Le krogan entra alors dans une colère noire.

    - Quoi ?!

    Il frappa du poing la caisse servant de table qui, sous le choc se fendit en deux. Pourtant Pyrrhus n’eut pas l’impression d’avoir tapé si fort dessus… Il devenait évident que cette entité sur Steria allait peu à peu déclencher une catastrophe. L’hypothèse que Steria soit dotée d’une IA de la CSI devenait de plus en plus réelle dans l’esprit du reptile bipède qui s’exprima à nouveau d’une voix forte et agressive.

    - Je ne laisserai pas cette entité me défier. J’ai vaincu des légions de Yuuzhan Vong alors que je sortais tout juste de ma cuve, ce n’est pas une machine de merde qui va m’apprendre quoique ce soit. Mettez en place un système d’estafettes pour que les messages arrivent à bon entendeur. Et gardez-les à l’œil. On va éviter la transmission radio autant que possible, mais cette putain de planète va certainement trouver un moyen de les rendre fous tôt ou tard. N’hésitez pas à faire le nécessaire si jamais ça envenime la situation. Ah ! Et assurez-vous qu’on puisse régler ce problème de champ de force.

    Laissant Dale et le technicien repartir, il entendit ensuite l’humain de la Confédération donner ses ordres tandis qu’un colonel de l’Alliance lui fut présenté. Celui-ci disait être le responsable des troupes terrestres de l’Alliance, autrement dit, le char et la patrouille décimée par les hommes de Pyrrhus plus tôt étaient donc sous sa charge, mais le mastodonte n’en n’avait cure. S’il faisait un geste déplacé ou une allusion trop poussée, il lui arracherait la langue avec deux doigts seulement, tout en lui arrachant un bras si nécessaire Alors que les présentations furent terminées, le lézard retourna sa tête immense vers le lieutenant de la Confédération. Ce Dash Fedelis commençait à lui taper sur le système d’autant plus qu’il ne répondait pas à ses questions.

    - Vous vous êtes crus au Sénat Fedelis ?! Je sais parfaitement quoi faire. Je me moque de la situation politique actuelle : je travaille pour le plus offrant, alors vos convictions politiques, j’m’en bas le carré. Maintenant racontez moi vos mésaventures sur cette planète avant que j’ordonne à mes hommes de pénétrer au cœur du problème, ou que je vous taille en pièces pour ne pas répondre à mes questions.

    Le carré. Pyrrhus Hellstorm étant d’une race particulière disposant d’organes en plusieurs exemplaires : ainsi, il avait deux cœurs, mais en l’occurrence ce n’était pas à cet organe là qu’il faisait allusion, mais plutôt aux quatre testicules qu’il portait fièrement entre ses deux imposantes jambes sous lesquelles, il avait déjà écrasé de nombreux crânes. La seule chose qu’il attendait désormais c’était soit une nouvelle de l’Alliance, soit la réponse de Dash Fedelis soit la nouvelle fourberie de Steria. Quoiqu'il en soit, l'envie d'en découdre avec cette dernière était plus forte que tout, et le mastodonte voulait une fois pour toutes écraser cette minable chose qui lui faisait obstacle sur sa route vers les crédits. Jamais il ne renoncerait: même seul et désarmé.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Jeu 31 Jan - 18:20

TOUR 11

Dans les entrailles d’une planète qui aurait dû être paradisiaque, deux entités artificielles tenaient une curieuse réunion. Il fallait décider de la marche à suivre pour ce qui suivrait. Le concours de circonstances commençait à leur échapper. La discorde qui aurait dû avoir lieu n’avait pas eu lieu. Comment se faisait-il que ces factions aux intérêts divergents n’étaient pas en train de s’entredéchirer? Ils étaient plus coriaces que tous leurs prédécesseurs et en plus, ils avaient réussi à développer des stratégies pour contourner le problème de communication. Pire encore, damné ce lieutenant confédéré était en train d’explorer une possibilité de pénétrer la base par la grotte qu’il avait précédemment visitée. Pire encore, un vaisseau de cette AG avait réussi à quitter la zone spatiale pour aller quérir des renforts… Avec le sujet zéro.

Le sujet zéro ne leur révélerait rien de concluant. Oui, ils pourraient déterminer que ce qui avait été un homme avait muté… Mais une fois loin de Steria, les radiations se dissiperaient et il ne resterait plus que des relevés qui auraient l’air impensables, impossibles à croire. Il avait fallu des années pour mettre au point la technologie qui avait fait de Steria ce qu’elle était actuellement. Un projet qui avait prit une tournure imprévue mais au moins, toutes les archives étaient en sécurité. Il restait deux options, soit attendre et espérer qu’ils succombent tous en essayant de précipiter un peu les choses en donnant de quoi s’occuper aux intrus. Ce faisant, cependant, il faudrait couper le champ de force protégeant l’enclave pour amplifier le signal… Et avec la présence de trois factions bien armées, il y avait de fortes chances pour qu’ils fassent une percée.

Les installations de la CSI étaient bien défendues mais les forces en charge de sa défense avaient les mêmes designs, la même technologie et les mêmes propriétés que le dernier contingent de remplacement, envoyé en 19 BBY. La technologie avait évoluée à l’extérieur des murs de ce complexe et cela pourrait présenter certaines difficultés pour les droïdes qui attendaient depuis des décennies une attaque en force qui n’était jamais venue. L’autre option était la plus extrême : lancer le protocole d’urgence et transformer Steria en une boule de roche sans vie. Si cette option était choisie, par contre… Aucun droïde n’y survivrait. Personne n’y survivrait. Il fallait donc sécuriser les données. Préparer leur envoi vers le point de collecte… Si bien sûr ce point de collecte existait encore. Aussi évolués pour leur temps que l’étaient les gardiens de Steria…

Ils restaient coupés du monde. Cet isolement pourrait faire en sorte que les données tombent entre des mains ennemies. Seule consolation : si le bon code n’était pas fourni… Tout serait perdu et à jamais. Les données s’autodétruiraient. C’était un risque à prendre. Des années de patiente observation… Il fallait espérer que le point de récupération existe encore et que ces données pourraient servir. Pour la gloire de la CSI. Après quelques minutes de débat additionnelles, il fut décidé de prendre le risque d’activer le signal. L’IA serait placée dans une navette de la CSI qui décollerait si les choses chauffaient trop. Sur toute la planète, un signal fut diffusé. Tous les contaminés par la radiation furent attirés, comme par le chant d’une sirène, par le signal. Où qu’ils soient sur Steria, ils se mirent à converger vers le centre de l’émission… Et vers les survivants.

Les premiers à apercevoir la marée de créatures mutantes furent les sentinelles mercenaires qui donnèrent immédiatement l’alerte. Les seconds à s’en rendre compte furent les occupants de la forteresse dans laquelle se déplaçait le lieutenant Azaren. La panique qui suivit fit en sorte que les inimités dûs à l’appartenance furent vite oubliés. Les mercenaires se précipitèrent aux barricades. Les hommes de l’AG remontèrent dans les chars et les véhicules et les tourelles furent maniées. Les troupes de la CSL se hâtèrent de protéger leur lieutenant. De toutes les directions, les sentinelles se repliaient, annonçant un nombre toujours croissant d’abominations. Le combat s’annonçait rude. TRÈS rude. Il y aurait des morts, c’était certains. Cependant, à cette étape des choses… Ce n’était plus exactement important. Survivre l’était, par contre.


« À tous les survivants de la plus récente expédition sur Steria. Je suis au regret de vous annoncer que votre entêtement va vous conduire à la mort. Ce n’est rien de personnel. Nous avons simplement des ordres stricts à suivre. Et maintenant, nous avons envoyé contre vous toutes les victimes de Steria. Si cela peut vous rassurer, vous allez constituer l’échantillon le plus intéressant de ce projet. »

Peu après ce message, les mercenaires postés à la surveillance du complexe souterrain revinrent en surface pour annoncer que le champ de force s’était dissipé. Peut-être que de ce côté-là, il y avait une chance de faire des progrès. Avec suffisamment d’explosifs, il y aurait moyen de faire une brèche et donc d’avoir accès au maitre d’œuvre de ce cauchemar. Plus que jamais, les mercenaires avaient envie d’en découdre. Le salopard responsable de ce bordel allait payer… Avec les intérêts. Restait à survivre à cette nouvelle vague d’horreurs et on pourrait passer à la prochaine étape. Il n’y avait plus de chacun pour soi. La soif de crédits n’était plus qu’un souvenir pour le moment. Les mercenaires suivraient leurs chefs jusqu’au bout. Ceux qui survivraient en aurait long à raconter. Très, très, très long. Encore fallait-il survivre.

Dans l’espace, sans doute à cause du déclenchement du signal, les communications revinrent à la normale. Avant son passage en hyperespace, Ysani Raska fut en mesure d’aviser la flotte confédérée de ce qui se passait en surface. Avec un peu de chance, on éviterait un bain de sang additionnel. Ce n’était même pas de la fraternisation avec l’Ennemi. C’était essayer de sauver des vies pendant que c’était encore possible. Naturellement, avant de repartir vers Coruscant, tout l’équipage fut soigneusement inspecté et leur colis mit sous bonne garde. Le lieutenant Molokai reprenait son rôle de gardien de la capsule et de son étrange cargaison. La flotte de l’AG ayant reçu ses ordres, elle resta en position. Les confédérés, eux, dans l’attente de nouveaux ordres, préparaient une opération de sauvetage. Il y avait des gens à sauver en bas.

Le même phénomène fut observable au sol. Les communications reprirent leur cours normal, au moment où le commandant Azaren arrivait à la table des négociations. Dans les curiosités du moment, les transpondeurs des stormtroopers qu’on avait aperçu aux abords du « Legislator » semblaient s’être volatilisés. Les forces de l’AG avaient maintenant toute leur chaine de commandement. Restait à voir comment se dérouleraient les négociations… Et l’assaut qui suivrait inévitablement. La mission sur Steria et ce toute faction confondue allait bientôt prendre fin. La question à se poser, cependant, c’était qui en ressortirait vraiment gagnant? Oui, l’AG avait le sujet zéro et un bloc de données cryptées, oui, Dash avait une piste concernant la CMC… Mais au final, était-ce vraiment là la mission de leurs factions respectives?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Sam 2 Fév - 11:28

"Bordel Capitaine on des soucis. Les mercenaires s'agitent on ne sait pas vraiment quoi faire."

Dash sursauta lorsque son comlink, dont il avait réglé le son au maximum dans le cas où les communications reviendraient enfin à la normale. Mais il ne s'attendait pas à ce message, surtout lorsque le massif Krogan le regardait d'un oeil mauvais après l'avoir violemment apostrophé. Le Capitaine se redressa et regarda fièrement le lézard géant. Si l'un d'eux essayait de flinguer l'autre c'était tout les personnes situaient sur la planète qui y resteraient. Lentement l'humain acquiesça, un sourire en coin et prit son comlink, se détournant du mercenaire le temps de donner ses ordres.

"Repliez vous. Nous avons de fortes de survivre si nous restons à couvert et surtout unis, Dash changea de fréquence, ici le Capitaine Dash Fedelis, de la Division des Services de Renseignement de la Confédération. Immatricule 7-28DSR-48. Nous sommes un groupe de survivants composés de soldats de l'Alliance Galactique, de mercenaires et d'un petit contingent de la Confédération. Je demande un soutien aérien immédiat mais surtout ne vous posez pas. Je répètes, ne vous posez surtout pas. Faites en sorte de pouvoir bombarder toute force hostile qui s'approchait de mes coordonnées."

Et voilà comment un simple Capitaine, qui pourtant n'avait rien demandé d'autre que d'avoir assassiner un soldat de l'Alliance Galactique, saboter leur base et surtout causer la mort d'une grande partie de ses occupants se retrouvait à commander une flotte en orbite d'une planète sur laquelle il était entouré de toute part d'ennemis, au sommet de la chaîne de commandement. Il se tourna vers les mercenaires et le colonel de l'Alliance qui, si il avait bien compris, serait prochainement rejoint par son supérieur. Encore une preuve des mensonges du gouvernement.

"Bien. J'étais chargé d'une opération de sécurité au sein des territoires de l'Alliance, dit le Capitaine en retirant la caméra qu'il avait toujours sur lui, j'ai découvert un cyborg au fin fond d'une caverne, qui j'y pense était peut être plus que ça. Il a dit se nommer Darnius Montari et avoir fait parti de l'équipe de forage de la CMC. J'ai combattu à ses côtés et il a péri dans l'explosion d'un détonateur thermique. J'ai regardé mon film sur le chemin des ruines et j'ai remarqué un droid en arrière plan. Une sonde datant de la CSI. Ca fait plus de quatre vingt ans que cette chose sévit sur cette putain de planète !"

Dash respira. Maintenant il allait devoir jeter tout ce qu'il savait à la gueule de personne dont hier encore il ne connaissait même pas l'existence. Il avait été entraîné au contre espionnage, à imaginer les pires scénarii et surtout à les déjouer. Mais là il allait annoncer quelque chose qui ne plairait à personne, et pourtant c'était sûrement un des pistes des plus logiques.

"Avant qu'on ne soit découvert il m'a avoué plusieurs choses. Et j'ai relié les pistes. Ses hommes ont subis les mêmes symptômes que certains des nôtres. J'ai déduis quelque petite chose. Je penses que la Confédération des Systèmes Indépendants à des intérêts sur place. Sûrement des droïd, je ne vois pas ce qui aurait survécu aussi longtemps. Mais Montari m'a donné un nom et une piste : Richard Coleman et le patient zéro. Nous avons le choix... Soit nous trouvons le patient zéro et nous le détruisons, tout en trouvant le coeur de cette merde... Soit nous fuyons et nous faisons disparaître Steria définitivement des cartes de la Galaxie."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mar 5 Fév - 12:43

Les communications revinrent à l'instant où la forteresse flottante abattait un dernier arbre, arrivant de fait à l'entrée des ruines et du camp mercenaire. Étrangement, la première voix à filtrer fut celle de l'IA, suivie de celle du lieutenant confédéré qui appelait leur flotte à la rescousse. Azaren étouffa un juron et contacta sa propre flotte.

-Ici le commandant Azaren, reste-t-il des vaisseaux alliés en orbite? Nous sommes attaqués par tous les infectés, nous nous replions sur les ruines de la CSI.

Un silence lui répondit, puis dans un déluge de statique une réponse arriva.

- Ici le destroyer Turbulent Nighthawk, nous sommes désolés commandant mais nous sommes les seuls encore en état de vous répondre: les autres ont déjà sauté pour Bastion, et un Interdictor est en train d'effectuer des réparations d'urgence mais je ne sais pas s'il a encore des armes activées. Notre hyperdrive perd de l'énergie et on pourra pas repartir avant quelques temps.

- Bon, repositionnez-vous et envoyez vos véhicules lourds sur ma position. Je veux un appui feu de bombardiers K- Wing sur les cibles que les soldats désigneront. Armez vos turbolasers et faites feu sur notre ancienne base, cela devrait en éliminer quelques uns.

Il changea de fréquence pendant qu'il reprenait la contenance et le sang-froid de quelques minutes auparavant.

- Vishak, revenez vers les ruines en vitesse, préparez-vous à vous défendre coûte que coûte. Drang, appelez le colonel et faites lui faire la même chose : que les véhicules soient prêts et bien placés pour soutenir des assauts d'infanterie. A tous les chasseurs alliés, feu sur ceux qui ne seront pas dans l'enceinte du camp mercenaire, ils seront considérés comme hostiles dans quatre minutes.

Azaren contacta ensuite 117 et 118, toujours suivis de la sonde HK. Il leur ordonna de se camoufler et d'envoyer la sonde au camp. Les canons quad laser et les autres armes de la sonde allaient être utiles. Ils devaient mettre en échec le mal de Steria et l'empêcher de fuir, pour l'empêcher de nuir ultérieurement à la galaxie, et pour cela il fallait s'allier avec ces idiots de confédérés et les mercenaires. Beaucoup allaient mourir mais cela jouait pour la survie de la paix : si les deux contingents des puissances n'en échappaient pas, la guerre serait sans doute déclarée. Il fallait défendre la galaxie contre elle-même et contre les menaces extérieures.

Ces réflexions s'achevèrent quand la forteresse s'arrêta à l'entrée du camp. On voyait les troupes de l'AG affluer de leurs positions précédentes pour se positionner en rideau défensif autour du camp, volant la vedette aux mercenaires qui les regardaient amusés mais légèrement irrités. Une navette lourde apporta un AT-AT tandis que d'autres venaient déposer des Juggernaut et autres tanks TX. Azaren descendit de la forteresse en retirant son casque de Novatrooper, laissant ses cheveux évacuer la sueur et ses yeux rouges flamboyer vers le groupe qui réunissait le chef des mercenaires, un mandalorien et celui qui devait être le lieutenant Fedelis. Il arriva juste à temps pour entendre la dernière phrase de Fedelis et fit la moue : le sujet zéro devait être la saloperie qu'ils avaient pris sur le YT-1300 en orbite. Dommage, il se trouvait sans doute à des parsecs à l'heure qu'il était. Décidant de ne rien dire à ce sujet, il s'adressa au mastodonte reptilien qui malgré son apparence repoussante laissait transparaître une hargne qui avait tout pour plaire à Azaren. Il lui adressa un sourire carnassier avant de s'identifier rapidement.

- Je suis le commandant Azaren, aux commandes de toutes les forces de l'AG sur Steria ou dans son orbite. J'ai avec moi un régiment de soldats et une compagnie de soldats d'élite, plus des véhicules et du matériel lourd. Besoin d'aide? Tandis que vous y réfléchissez, sachez qu'une escouade de spacetroopers est prête à aller en découdre avec l'intérieur du bunker. Cependant, il est temps pour moi d'aller encourager mes hommes. Faites le bon choix.

Il regarda encore les trois individus, puis fit un signe au colonel qui le suivit en grommelant quelque chose sur les officiers de la Flotte.

Le gros des soldats était arrivé, et les chasseurs et bombardiers sifflaient dans le ciel en survolant le campement : A une échelle réduite, la machine de guerre de l'AG était en marche.

- Soldats, écoutez-moi. Sachez que la vraie force d'un combattant ne réside pas dans la force des coups qu'il porte à ses ennemis, mais dans la force des coups qu'il est capable d'encaisser tout en restant debout. Aujourd'hui, nous donnerons de nos vies s'il le faut pour venir à bout de cette infamie qui menace nos frères, nos fils et nos compagnes! Pour preuve de notre valeur, nous avons réussi à faire confiance à ceux qui nous combattaient, pour trouver dans la victoire la libération de cette planète de ce mal horrible ! Tenez vos positions, coûte que coûte !

Un grondement parcourut les soldats qui armerent leurs blasters et se mirent à couvert, en attendant l'arrivée des infectés.

Azaren se remit dans la forteresse, en attendant la réponse du mercenaire. Il serait enrichissant d'en apprendre plus sur cet être fascinant de brutalité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mar 5 Fév - 13:39

    Visiblement, cet humain n’avait pas froid aux yeux. Pyrrhus ne semblait pas l’effrayer outre mesure alors qu’il se tenait à moins d’un mètre du lieutenant. Il fallait un sérieux sang-froid pour ne pas trembler en face d’une créature pesant certainement le triple de votre poids, mesurant plus de deux mètres et surtout, capable de vous démembrer à mains nues. Fallait l’avouer, l’humain devait avoir un sacré paquet dans le pantalon, ou alors c’était juste un con. Celui-ci déballa alors toute son histoire sans même que le Krogan n’ait eu besoin de le secouer –chose qu’il avait pourtant secrètement espérée-. Il fut alors question d’un récit plutôt concis racontant les mésaventures de Dash Fedelis au fond d’une caverne dans laquelle il rencontra un cyborg qui visiblement était un ancien membre de l’expédition de forage de la CMC. Désormais, ce seul témoin était décédé et une précision du lieutenant confédéré ajouta qu’il avait aperçu un droïde sonde de la CSI. Il raconta la suite, et Pyrrhus prit alors un air plutôt pensif en courbant une de ses arrêtes au dessus de ses yeux, comme un humain arquerait un sourcil. Son cerveau recoupa les données avec celles en sa possession puis il lâcha d’un air un peu distrait…

    - Ca ne m’étonne pas, mes hommes aussi ont été affectés par une présence étrange dans l’air… J’ai été le seul épargné pour le moment on dirait. Cependant ma présence semble suffire à maintenir l’ordre parmi mes hommes. Vous savez les mercenaires, ça s’achète oui, mais faut aussi leur apprendre à respecter le plus fort… Ca fait quatre vingt ans que ça agit, mais aujourd’hui, on va lui en mettre plein la gueule pour les deux siècles à venir au moins ! M’est avis que ce doit être une IA qui a pété une durite, même si je ne parviens pas à expliquer le mal de Steria. Si ça se trouve la CSI a pu développer des nanomachines ou travaillait sur des hybrides organiques/synthétiques… On en saura plus à l’intérieur…

    Le lézard fut ensuite interrompu par l’arrivée soudaine d’un humanoïde à la peau bleue et aux yeux rougeoyants. Il ne connaissait pas cette race, néanmoins, celle-ci avait l’air d’être frêle. L’humanoïde lui sourit et le salua en lui tendant la main. Muet, Pyrrhus regarda un instant la main tendue et la serra avec fermeté tout en répondant par un large sourire révélant les dents du reptilien.

    - Du renfort est le bienvenu. Je vous laisse organiser la défense de vos hommes avec la collaboration de Dale, mon aide de camp et du lieutenant Fedelis. Coordonner, nos efforts assurera notre survie. Je vous ferais signe à vous ainsi qu'à Fedelis pour que vous m’accompagniez seuls dans les ruines avec mes hommes.

    C‘est alors que la voix de l’IA se fit entendre dans le comlink de Pyrrhus. La voix artificielle était menaçante et avertissait les équipes présentes que toutes les abominations de la planète convergeaient vers leur campement réuni. Nullement intimidé, le mastodonte prit cette menace pour un défi. Défi qu’il ne pouvait refuser. Il s’empara de son comlink et répondit à l’IA d’un ton moqueur et mesquin.

    - C’est tout ce que t’as dans l’ventre Steria ? Hah ! Envoie-moi tes esclaves que j’en fasse de la purée Steria, mon sang hurle à la mort. Allez viens ! Je suis un krogan au sang pur ! Essaie un peu de me faire saigner… J’ai survécu aux à la Guerre contre les Vongs sur Belsavis, Ylesia, Nal Hutta et Selvaris ! Je tuais déjà du Yuuzhan Vong alors que je sortais à peine de ma cuve. A deux ans, je ne jouais pas au soldat, j’étais déjà une machine de guerre trainant les tripes de ses adversaires par terre. T’auras jamais ma peau écailleuse d’organique petite pute ! Fais gaffe à toi, j’arrive bientôt pour t’saigner à blanc salope ! T’entends ça stupide tas d’boulons ? C’est ton dernier soupir avant l’agonie. J’vais t’enterrer vive, et la dernière chose que tu verras sera la lueur de rage dans les yeux d’un organique.


    Emporté par sa fougue, le jeune lézard héla ses hommes de sa voix puissante et tonnante comme une explosion pour les motiver à donner le meilleur d'eux-même.

    - Compagnie ! Vous allez prouver aux soldats de l’Alliance et de la Confédération que même sans bannière ni patrie, nous en avons une sacrée paire entre les jambes. Pas d’quartiers ! Pas de pitié avec ces abominations ! Tuez, mutilez, brûlez, déchainez votre rage sur ces monstres, feu à volonté, tous les coups sont permis et munitions à gogo… J’veux que vous me cramiez tout ce qui franchit le périmètre et qui ne fait pas partie de l’AG, ou de la CSL. Steria à cru que nous étions faibles ? Steria à cru que nous étions des couilles molles ? Non. Nous sommes des mercenaires ! Nous sommes ce que la galaxie fait de pire, et nous vendons nos âmes contre une poignée de crédits… Vous êtes une armée prête à toutes les pires atrocités pour gagner. Regardez ces monstres en face de nous : exterminez-les jusqu’au dernier ! Aujourd’hui mes cocos, Steria se noiera dans son propre sang et nous montrerons à cette garce ce qu’il en coûte de nous défier ! A MORT !

    Le Commandant de Zann fit signe à Doman, Azaren et Dash de le suivre pour se diriger vers les ruines de la CSI. Il rejoignit ses hommes en bas et constata que le champ de force avait été dissipé. S’emparant de son sabre laser emprunté au défunt Jedi Bren Cavi, il repéra une porte d’entrée scellée et commença à la découper au sabre laser comme il l’avait déjà fait au cours d’une mission précédente. Fallait avouer que ces armes de Jedi étaient fort pratiques pour ce genre de choses. En tout cas pendant qu’il découpait la porte, Pyrrhus comptait bien estropier l’entité responsable de tout ceci sur Steria et de le piétiner. Si jamais il devenait enragé, il n’était pas certain de ramener ce que Zann lui avait demandé en un seul morceau…
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Jeu 7 Fév - 19:17

TOUR 12

Peu importe l’allégeance, toutes les forces de cette alliance improbable se tenaient côte à côte, prêtes à en découdre. L’instinct de survie était très fort chez les êtres humains, ce qui en faisait une des espèces les plus difficiles à éliminer de toute la galaxie. L’Histoire l’avait prouvé à plus d’une reprise. Tant mieux car il n’y avait pas plus obstiné qu’une machine. Cela promettait d’être un combat à faire les manuels de formation. À tout le moins, ce serait parmi les histoires de cantina les plus incroyables qui soit. Encore fallait-il que le commun des mortels veuille bien y croire. Comment imaginer voire concevoir l’horreur quand on ne l’a pas vécu? Comment pouvait-on croire quelque chose d’aussi incroyable, d’aussi impensable? Même le débriefing promettait d’être ardu. Pour ces gens en sécurité à des années lumières, ce ne serait que pur délire.

Le combat à venir ne serait pas beau à voir. Véhicules ou non, soutien aérien ou non, c’était quand même une marée de créatures diverses qui convergeait vers eux. Même la faune locale, rendue folle par le mal de Steria, était de la partie. Même les vaisseaux infectés se mirent de la partie, déployant capsules de sauvetage, chasseurs et autres véhicules pouvant transporter des infectés de l’espace au sol pour grossir les rangs de cette horde grouillante et mortelle. Quiconque avait créé ce signal avait fait du bon travail. L’affrontement ne tarderait pas : les horreurs de Steria avaient franchi le périmètre extérieur. Toutes les armes disponibles commencèrent à tirer dans cette masse monstrueuses, du plus petit blaster aux engins de guerre les plus lourds. Même avec le support aérien, cet ultime combat s’avérait difficile.

Après tout, si cela avait été trop facile, la victoire aurait eu moins de saveur. Il ne fallait pas s’attendre à ce que les gardiens d’un projet qui durait depuis la guerre des clones acceptent de le céder si facilement. Il faudrait se battre pour et c’était un prix raisonnable à payer. Pour empêcher l’horreur de recommencer, il faudrait y mettre un terme. Pour pouvoir quitter la planète, il allait falloir survivre. La question à se poser : combien de survivants faut-il pour qualifier une opération de « réussie »? On le découvrirait bien assez tôt. Le combat s’engagea, clairement en défaveur des attaquants qui succombèrent par dizaines sous les tirs concentrés des défenseurs. Comme mouvement d’ouverture, on ne pouvait rêver mieux. Les éclairs de lumière, le bruit des explosions, la chaleur des flammes, tout était pour peindre la parfaite scène d’Apocalypse.

Mais bientôt, la vague d’abomination commença tranquillement à reprendre du poil de la bête et plusieurs défenseurs furent mit en face de circonstance défavorables. Deux contre un, trois contre un… Les véhicules étaient relativement épargnés mais les soldats, non. Il devait d’ailleurs rester une certaine mesure d’intelligence à ces créatures car elles répliquèrent avec leurs propres véhicules et leurs propres chasseurs. Un combat très inégal au vu de ce qui était déployé mais suffisamment pour créer des ennuis. Même scénario dans l’espace : ce qu’il restait de forces infectées voulait à tout prix empêcher de plus amples renforts de la part des défenseurs. Rien n’était encore gagné. Tout allait se jouer dans les minutes à venir. Restait à voir qui serait le plus malin entre les protocoles d’urgence des droides de la CSI et l’imagination des humains.

Dans les installations d’une faction théoriquement morte, on se préparait à l’invasion imminente d’un contingent de forces ennemies. Toutes les alarmes avaient été activées et les forces droides convergeaient vers le point de brèche. Les B1 en première ligne, suivis des B2. En défense du centre de commandement, les droidekas et un peu partout, une équipe de droides commandos. Même les droides sondes, équipées d’une moins une arme laser, avaient été envoyées pour sécuriser le périmètre. Le processus de destruction des données avait commencé depuis que Pyrrhus avait commencé à découpé la porte et les seules archives avaient déjà été chargées dans une navette, pour assurer la survie du projet. Si tout se passait comme prévu, les envahisseurs arriveraient trop tard. Et quand enfin ils arriveraient, s’ils arrivaient, une surprise de taille les attendrait.

Les pièces d’équipement prendraient plus de temps à détruire mais il y avait suffisamment de droides buzz pour se charger du travail. Après tout, il n’y avait qu’un laboratoire et une infirmerie à purger. Les générateurs se trouvaient sous le centre de commandement et ils constituaient l’ultime ligne de défense du complexe. Il fallait bien alimenter les défenses automatiques en énergie… Défenses, d’ailleurs, qui s’activèrent et qui commencèrent à essayer de verrouiller cet ennemi en train de faire une percée. Au moment où la porte fut entièrement découpée, un barrage de tir laser fusa depuis l’intérieur, ce qui forcerait l’ennemi à se mettre à couvert. Ils n’allaient pas entrer si aisément. L’affrontement souterrain serait autant sinon plus intense que celui en surface. On ne prend pas un QG ennemi en claquant des doigts, après tout.

Entre vaincre des créatures à peine pensante et une garnison de machines de guerre, il y aurait une différence. Les droides avaient une seule directive. Tuer tout ce qui bouge. Pour eux, il n’y aurait aucune distinction à faire entre un allié et un ennemi. Par contre, les forces qui les attaquaient allaient pénétrer dans la zone où le mal de Steria était le plus virulent. Les symptômes seraient bientôt observables chez certains d’entre eux et les organiques devraient se battre sur deux fronts. Contre les machines et contre eux-mêmes. Cela promettait d’être du sport. Depuis le centre de commandement, Un des deux maitres d’œuvre surveillait le déploiement de toutes ces forces. Voyons comment l’ennemi opérerait en terrain inconnu. Il n’y avait pas de plans, pas de cartes des installations. Chaque recoin était au désavantage des organiques.

Un droide lui annonça que le vaisseau contenant le sujet zéro avait reparu en espace normal. Une autre preuve à détruire mais cela avait été prévu d’avance. Des dizaines de nano machines en hibernation se chargèrent de détruire le corps. Cette AG ne récupèrerait qu’un caisson vide et un datapad encrypté. Un datapad qui ne ferait que leur révélé ce que ce lieutenant confédéré savait déjà : un membre important de la CMC trempait dans cette affaire jusqu’au cou. Ils ignoreraient tous par contre qui, à l’origine, avait été en charge du projet. Les banques de données purgées ne pourraient rien leur dire et l’IA se ferait sauter plutôt que de divulguer quoi que ce soit. Quant à lui… Sa propre « mortalité » ne le dérangeait pas outre mesure. Il était d’ailleurs temps de provoquer encore ces inconscients qui fonçaient tête baissée dans un piège.


« À tous les organiques : destruction des données complétées. Destruction des traces physiques complétée à 65%. Probabilités que vous découvriez la vérité : 0,0001%. Ces installations seront votre tombe. Que voulez-vous : ce n’est pas une lézard grincheux, un chiss plein d’illusion, un mandalorien à la morale douteuse et un assassin de la confédération qui vont battre la machine à ce petit jeu… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Sam 9 Fév - 21:18

[J'ai décidé de jouer les forces de la CSL en "surface" en plus de Dash (pour mettre du piment Wink ). Si cela gêne dites le moi]

Le sous-lieutenant Davis Faldo était un guerrier aguerri, ayant accompli ses classes avec un rare talent pour les sciences militaires. Alors qu'il avait débuté au plus bas de l'hiérarchie de l'armée il avait réussi à surpasser les autres par son intelligence, sa férocité dans la compétition et son charme. De plus il était connu pour être intransigeant avec ses hommes, sans aucune pitié envers ses ennemis et surtout d'une rare flegme. Mais en ce moment il doutait de lui et de ses capacités. Il n'avait pas connu l'horreur qui avait ravagée la base de la Confédération, étant alors en patrouille avec une de se sections. Et n'ayant remarqué aucun mouvement de l'Alliance il ne connaissait que les ragots des soldats et les théories avançaient par le Capitaine Dash Fedelis, selon lui un illuminé. Et ne pas connaître l'exacte vérité était la pire des choses pour un militaire. Lorsque les forces de l'Alliance avait approchée il avait cru ses doutes effaçaient. Mais maintenant ses ennemis d'hier se préparaient sur les barricades à ses côtés... Que se passait il bordel ? Qu'était ces créatures qui approchaient ? Pourquoi donc les flottes ne se posaient pas ? Lorsque les créatures apparurent le cigare qui brûlait dans sa bouche tomba et l'air crâne de Davis disparu, remplacé par un air béat renforcé par sa bouche grande ouverte.

Aussitôt il hurla et recula. Des hommes qu'il connaissait, qu'il avait entraîné ! Il avait perdu ou gagné des sommes en jouant sabbac et pazaak avec eux... Comment avaient ils pu devenir des monstres pareils, aux cordes vocales si atrophiées qu'ils n’émettaient que de vagues grognements ? Jarron Salom avait deux enfants qui l'attendaient après son service qui devait se finir deux semaines après l'opération. Et cette femme là bas ? Catherine... elle était une artiste en herbe, toujours à écrire ou une holocaméra en main. Maintenant ils étaient ses ennemis mortels et il devait faire feu. Davis, les larmes roulant sur ses joues, baissa vivement son bras et fit feu. Les forces de la Confédération, déjà bien réduites, firent tonner leurs armes et les premiers tombèrent, remplacés par des cadavres fumants. Bientôt l'odeur carbonisée monta au nez du jeune Lieutenant qui frissonna et s'avança. Malgré le feu quasi continu, grâce à des techniques de recharge mises en place bien des années plus tôt, l'ennemi approchait. Une des créatures tomba face à l'homme et il reconnut vaguement les traits d'une femme, un tir de blaster avait carbonisé son visage. Contrairement à ce qu'il s'attendait elle ne le griffa ou ne tenta pas de le mordre. Non une holocaméra se leva soudainement et le percuta à la tempe. Davis roula au sol et fit feu, faisant sauter la tête à son ancienne camarade. Aussitôt il se releva et fit signe à dix soldats, assez mal en point et au regard vague de s'approcher.


"VOUS ! RESTEZ ICI ET COUVREZ NOTRE RETRAITE ! CAPORAL MIRX POSEZ MOI DES CHARGES EXPLOSIVES ON SE REPLIE ! DES QUE SES PUTAIN DE TRUC PASSENT FAITES LES MOI SAUTER !"

Peut être que tout n'était pas encore perdu....


***

Et dans les entrailles de la terre Dash Fedelis se battait contre lui même. Un des premiers hommes a avoir fait face à l'horreur de ses créatures, enfin il lui semblait que c'était le cas. Et le mal de Steria l'avait (enfin ?) (malheureusement ?) atteint. Il avait impression qu'une foreuse laser se frayait un chemin à son travers son crâne et que son coeur, qui battait à des vitesses et tellement fort qu'il pouvait ses vêtements se soulevaient en rythme. Ses mains étaient engourdies et il craignait de lever les pieds, de peur d'être soudainement paralysé et obligé d'abandonner. La sueur coulait le long du front de Dash, qui s'essuyait toutes les secondes, les yeux le brûlant à cause l'acidité de sa transpiration. Et parlons de son regard. Des yeux devenus vitreux ou alors agressifs, le jaune soudainement dominant dans ses yeux. Et son visage, habituellement impassible ou alors souriant, était contracté; l'on pouvait entendre ses dents craquaient et grinçaient tant il serrait les mâchoires. La jointure de ses doigts était blanche tant il serrait son pistoler blaster de peur de le lâcher et de tomber sous le feu ennemi qui ne tarderait guère...

Dash trébucha et tomba à genoux. Des gouttes claquèrent sur les plaques de métal tandis que la chaleur augmentait. Bientôt la porte serait ouverte et il leur faudrait combattre. Mais toute motivation venait de le quitter. Pourquoi donc abandonnait il ? Son devoir était la chose la plus importance. Mais la douleur était terrible, si éprouvante. L'humain regarda autour de lui et son regard tomba sur l'énorme Krogan, qui devait lui aussi ressentir des douleurs et n'en laissait rien paraître. Il voulait jouer à celui qui avait la plus grosse paire (voir la plus grosse série dans le cas du lézard ambulant) il allait perde. Non cela ne suffisait pas. Ils allaient tous mourir... Le tir fusa lorsque la porte s'ouvrit enfin et Dash sentit un moment d'énergie le parcourir. Il avait quelque chose. Loin, à des années-lumières d'ici voir des parsecs. L'amour de sa vie, une magnifique femme. Sa femme. Son épouse. Mira... L'humain se releva, le visage dépeignant avec quelle arrogance il regardait la mort et surtout la détermination qu'il habitait.


"Allez tas de ferraille viens me voir ! Je suis bien un assassin et tuer les gens c'est ma spécialité ! Et pas de chance tu es le premier sur ma liste enfoiré..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Lun 11 Fév - 18:09

Comment décrire cette masse difforme qui se lançait vers eux sans éprouver un pincement
au cœur, pensant à tous ces braves gens qui avaient été des collègues, des amis et qui étaient
là, chargeant sur les lignes ordonnées des défenseurs sans le moindre état d'âme? Leur course
effrénée était ça et là ralentie par des tirs de barrage qui les fauchaient sans pitié. Azaren lui-même
avait ordonné à deux Novatroopers de venir servir les tourelles blaster de la forteresse flottante
qui, maintenant à deux mètres du sol, était relativement à l'abri des tirs ennemis.
Le temps sembla se dilater et un sifflement assourdissant emplit les tympans des troupes quand
trois K-Wing passèrent en faisant feu de toutes leurs pièces sur les malades de Steria. Les torpilles
à protons vinrent annihiler une quarantaine de soldats ennemis, aussitôt remplacés par d'autres.
Le chiss apercevait les confédérés, réduits à peu de soldats qui se battaient vaillamment contre la
horde qui menaçait sans cesse de les submerger. Il avait pensé à garder des Spacetroopers avec
lui, pour pouvoir offrir une meilleure résistance face aux infectés, mais il était aussi conscient
que la mission à laquelle il les avait affectés, celle d'assister le mercenaire nommé Pyrrhus, avait
de grandes chances de tous les sauver. Il devait donc se contenter des soldats du colonel et des
Novatroopers de Vishak. Les infectés avaient même trouvé des véhicules apparemment, mais les
E-Wing pouvaient s'en charger. La sonde HK, perchée au-dessus de leurs têtes, faisait feu de tous
ses canons blaster lourds, créant des trous béants dans la masse de corps sanguinaires, pendant que
les CYV, en mode totalement camouflés, allaient saboter les véhicules des infestés.
La voix de l'IA de Steria reprit son discours destiné à intimider et à se moquer des organiques, et
le Chiss ordonna de baisser le son de cette satanée unité com, vu que de toute façon cette machine
semblait ne pas avoir trouvé mieux que des mots pour les emmerder.
Alors que les K et E-Wing repartaient vers le Nighthawk pour faire le plein de munitions, Azaren,
occupé à trouver une position adaptée au quadripode dont il disposait, se tourna juste à temps pour
voir un bombardier Kamikaze de la confédération passer suivi de deux chasseurs XJ7 et eux aussi
s'acharner sur les infectés. Il lui vint envie de sourire, en pensant qu'au moins cette foutue planète
avait réussi à lui faire aimer la vue du symbole confédéré.




Au meme moment, devant le bunker...




L'enfer de Dante attendait Drang et ses hommes. Malgré la présence de Pyrrhus et du confédéré,
leur petite troupe n'était pas vraiment impressionnante, comparée à ce qui se trouvait en face.
Pendant que tout le monde se préparait, les colosses armerent leurs canons lourds à répétition et
vérifierent les lanceurs de torpilles à protons intégrés à leurs armures pressurisées. Ce combat
s'annonçait sanglant, et ils devaient être parés à toutes les possibilités. Il ne fallait pas non plus
oublier qu'ils devaient surveiller le mercenaire et faire un rapport détaillé sur ses capacités au
commandant, qui avait demandé expressément ces informations. La moindre des choses à dire
était que ce mastodonte avait vraiment l'air menaçant. Cependant, la sorte de sourire carnassier
qu'il arborait en permanence le rendait étonnamment sympathique aux yeux des soldats d'élite. Ils
sentaient en lui un camarade, lui aussi démesuré par rapport au lieutenant confédéré, qui devait
se sentir légèrement petit. Silencieux, confinés dans leurs armures, ils attendaient les ordres du
lézard, conformément à leurs instructions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Dim 17 Fév - 1:10

    A peine le mastodonte venait de découper la porte au sabre laser qu’il entendit des décharges de blaster siffler auprès de ses oreilles. Pyrrhus eut tout juste le temps de s’écarter et de se mettre à couvert avant que son armure déjà salie par le sang et la noirceur de la poudre n’encaisse de nouveaux dégâts. Le mercenaire lâcha un juron dans une langue inconnue. Il jeta un regard vers les représentants de l’Alliance et ceux de la CSL. Il grogna de rage tandis que ses doigts larges se resserraient autour de la crosse de son fusil à pompe imposant. Bien qu’il n’en n’ait pas conscience, le mal de Steria le gagnait dans une moindre mesure en comparaison avec le reste des hommes à ses côtés. Peut-être que cela dégénérait à l’intérieur, mais à l’heure actuelle, la principale préoccupation du Krogan était de pénétrer le bâtiment et faire le ménage à grand coups de fusil et de poings.

    Pour l’instant, Pyrrhus ne sentait qu’une vague impression qu’on le défiait, un murmure dans sa tête qui ne faisait que le motiver davantage à entrer. Réfléchissant à grande vitesse, il s’approcha du bord et tendit son bras armé vers l’intérieur pour tirer à l’aveuglette avec son fusil à pompe. Bien qu’il ne puisse voir sa cible, il entendit après la décharge un bruit de carcasse métallique tomber au sol. Il vit le confédéré chanceler et tomber au sol. Pyrrhus croisa le regard de l’humain et le regarda avec dédain jusqu’à ce qu’il se relève avec la hargne de se battre. Le lézard éclata d’un rire bref et ajouta.


    - Voilà c’que j’veux voir ! J’vais vous ouvrir la voie, suivez-moi !

    Il ramena la porte découpée à proximité et la souleva sous son bras gauche. Il dégoupilla une grenade avec ses dents et la lança dans le trou béant qu’il avait fait avec le sabre laser. Une fois que l’explosion eut fait son œuvre, le mercenaire prit la porte et la plaça entre lui et ses ennemis pour s’en faire un bouclier de fortune. Il chargea dans la mêlée en poussant un cri de rage.


    - Lézard grincheux ? Je suis un.... KROGAN !

    Sabre laser dans l’autre main, chacun de ses pas résonnait contre le sol et faisait presque vibrer les murs. Profitant de la confusion de l’explosion et de la fumée il jaillit de la fumée et se jeta sur ses ennemis. Profitant de sa vitesse de charge, il percuta de plein fouet quatre droïdes avec son bouclier. L'impact fut horrible et les droïdes durent constater avec effroi que leur blindage était incapable de les protéger de la force physique et de la rage du reptile venant à leur rencontre.
    Les écrasant contre la plaque de duracier, renversant les autres, Pyrrhus jeta la plaque sur un droïde B2 qui fut alors écrasé sous l’impact. Sa main gauche libre, il s’empara d’un droïde B1 par le cou, le souleva d’un bras et lui arracha la tête du reste du corps avec une facilité déconcertante.

    Le sabre laser dans l’autre main, il découpa avec joie tous les tas de ferraille qui se présentaient devant lui en usant de mouvements basiques mais vraiment efficaces. Les boulons sautèrent, les carcasses de fer s'accumulèrent au sol tandis que rien ne semblait arrêter la furie qui animait Pyrrhus. Les spacetroopers l'ayant suivi dans ce carnage épaulèrent le mastodonte jusqu'à ce qu'il ne reste rien des droïdes envoyés dans le couloir. D'un signe de tête, il invita les autres à le suivre...
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Lun 18 Fév - 16:13

TOUR 13

« Tu as eu tort de les sous-estimer. Ils ne sont pas comme les autres et tu viens de gaspiller une partie de tes forces alors que les défenses automatiques auraient pu faire le travail. Tu ne fais pas face à un ennemi ordinaire et nous le savons tous les deux. Nous savons aussi qui est réellement en charge de ces installations. Si tu t’obstines à agir de façon si… Organique… Je me chargerai personnellement du boulot. »

« Ton commentaire est illogique. Mes pertes sont pratiquement insignifiantes. Tu exagères. Les organiques n’ont accès à aucune donnée tangible et la destruction matérielle a excédé le 80%. Même s’ils arrivaient maintenant au laboratoire, ils ne trouveraient rien de compromettant. Il faudrait qu’ils ramènent les fragments restants et tentent de reconstituer les machines et encore… »

Le second maitre d’œuvre des opérations sur Steria fut interrompu par l’arrivée d’un droide B1. Brèche dans les défenses, invasion de l’aire d’entrée par l’ennemi, destruction complète des forces envoyées pour les repousser… Rien qu’il ne ache déjà mais bon. Les B1 avaient toujours eu la fâcheuse tendance de toujours vouloir faire un rapport en personne. Sans doute pour s’assurer que l’information avait bien été transmise. En cas de panne des communications, c’était pratique. Dans le cas actuel, c’était un soldat de moins sur la ligne de front, ce qui bien que négligeable en temps normal ne l’était pas dans l’instant. Chaque droide pouvait constituer la mince ligne séparant le succès de l’échec. Le renvoyant au front d’un ordre brusque, la machine étudia ses options. Il y avait plus d’une approche.

Option un : envoyer l’intégralité des forces disponibles en un bloc compact pour écraser l’ennemi. Ce serait expéditif et en théorie efficace mais par contre, l’étroitesse des corridors nuirait au déploiement efficace de ses forces. Cela posait, par conséquent, un problème de taille. Qui plus était, mettre tous ses œufs dans le même panier, c’était courir après les ennuis. Rien ne garantissait que l’ennemi ne ferait pas une percée. L’option deux était un peu plus sécuritaire : s’il ordonnait la fermeture de toutes les portes et cloisons des installations, l’ennemi devrait abattre l’obstacle un par un, ce qui permettrait de mieux repositionner ses forces. Par contre, dans le même temps, il empêcherait le bon déplacement de ses troupes et donc il risquait de moins bien coordonner les unités droides, ce qui pourrait lui coûter atrocement cher.

L’option trois était parmi les plus dangereuses. S’il retirait la sécurité des défenses automatiques, elles prendraient moins de temps pour ouvrir le feu mais elles tireraient sur tout ce qui bougeait sans acquisition de cibles préalable. Ce serait donc dangereux pour les attaquants ET les défenseurs mais ce serait un obstacle de plus. Bien sûr, on pouvait prendre le risque de couper la sécurité des réacteurs et d’inonder le complexe sous la radiation... Mais le « mal de Steria » pouvait aussi dégrader, à long terme, les droides. Bien sûr, les forces amenées ici par les intrus ne seraient pas affectées mais chaque B1, B2 et autre avait passé des décennies ici et une augmentation critique de la radiation détruirait toute faculté de « raisonnement ». Déjà qu’il avait fallu réduire au strict minimum les fonctions d’une partie des forces droides…

En irradiant l’ennemi, il y avait de très fortes chances pour les faire muter ou leur faire perdre la raison mais un réacteur sans sûreté devient une bombe à retardement. L’autodestruction était l’ultime recours et les choses ne demandaient, pour le moment, pas une mesure aussi drastique. Mieux valait s’en tenir au plan de base, pour le moment. Envoyer plus de droides dans l’espoir de stopper définitivement l’avancée ennemie. Petite modification au plan d’origine : évacuation de l’infirmerie et du laboratoire par les forces postée en défense et isolement complet jusqu’à la destruction complète du matériel. Ensuite… Les droides buzz avaient bien de quoi se défendre, non? Il faudrait compter sur toutes les ressources disponibles si l’on voulait s’en tenir à la programmation d’origine. S’il ne pouvait tous les éliminer, il pouvait réduire le nombre de survivants.

En surface, les défenseurs encaissaient de lourdes pertes. Malgré tout le déploiement de force de ces trois factions, l’ennemi était simplement trop nombreux. D’un point de vue purement statistique, pour chaque défenseur tué, une vingtaine au moins de ces horreurs était éliminée, souvent plus s’il s’agissait d’un novatrooper. Parfois, c’était à coup de cinquante que l’ennemi périssait et malgré une diminution des rangs ennemis, ils restaient plus nombreux que les défenseurs. Comme le bunker avait été pénétré, toute la radiation accumulée commença à remonter vers la surface, infectant un petit nombre de défenseurs, ajoutant à la confusion. Malgré tout, ils tenaient bon. Il n’y aurait pas des masses de survivants… Mais certains reverraient leur famille. La plupart ne s’en remettraient jamais mais cela, ce serait à voir plus tard. Il fallait rester dans l’instant.

Du côté du « Legislator », les réparations avançaient bon train. Les ingénieurs et techniciens travaillaient avec une frénésie qui aurait rendu feu l’empereur Palpatine on ne peut plus fier. Toute l’efficacité de ce qui avait été la machine impériale était au rendez-vous et d’ici quelques heures au mieux, ils pourraient le remettre au moins en un état décent. Leur commandant pourrait rentrer au bercail. D’accord, l’armement resterait hors service faute de pièces mais les réacteurs, les boucliers, les communications et le reste des composantes « essentielles » pourraient opérer sans que le vaisseau ne se désintègre. Qui plu était, une fois dans l’espace, il serait sans doute possible de récupérer des pièces sur les autres vaisseaux de même classe détruits ou trop lourdement endommagés pour naviguer et compléter ces réparations de fortune.

Dans l’espace, ce qu’il restait de flotte s’en tirait plutôt bien face aux forces infectées. Faute d’un commandant, les infectés opéraient davantage à l’instinct, en une masse compacte cherchant plus à infecter d’autres vaisseaux que de livrer un vrai combat. Sans stratégie plus étoffée, le reste des officiers des marines de l’Alliance Galactique et de la Confédération des Systèmes Libres furent en mesure d’offrir une résistance plus qu’honorable face à un ennemi inférieur en nombre et déjà mal en point. De ce côté-là, la victoire semblait davantage assurée. C’était au moins une bonne nouvelle dans une série grandissante de mauvaises surprises et de catastrophes. Il faudrait penser à passer ensuite chaque vaisseau survivant au peigne fin : hors de question de prendre les risques de se retrouver avec une épidémie en plein voyage de retour.

Les minutes s’écoulèrent, s’égrenèrent, ponctuées de rapports de plus en plus alarmants. En surface, malgré des pertes catastrophiques, l’ennemi tenait bon. Dans l’espace, c’était une catastrophe sans nom : les forces infectées avaient été complètement écrasées et sans possibilité de leur envoyer des renforts… C’était peine perdue que de vouloir assurer la continuité des hostilités là-haut. Au niveau du complexe même, l’ennemi avançait, éliminant toute résistance. Une partie de ces « spacetroopers » avaient dû être éliminés, rendus fous par le mal de Steria mais c’était trop peu trop tard. La partie était somme toute perdue. Il le savait. ELLE le savait. Ordonnant à tous les droides survivants de former une ultime ligne de défense dans le centre de commandement, il ne restait plus qu’à attendre l’ennemi… Et une désactivation permanente.


« Tu es une disgrâce, j’espère que tu le sais. Je me disais que toutes ces années avaient fini par affecter ces circuits qui sont tiens. Tu ne me laisse pas le choix. Je déclenche le protocole Inanis. Si tu veux te rendre digne de nos créateurs… Retiens les indésirables ici jusqu’à ce que les réacteurs atteignent un stade critique. Personne ne sera plus jamais intéressé par cette planète, après cela… »

« Je comprend la logique derrière ton raisonnement… Et je me range de ton avis, malgré moi. Nous allons tenir aussi longtemps que possible contre les organiques. Au moins, ils n’auront pas de preuves, si ce n’est que des récits impossibles à raconter et des données qui ne leurs serviront qu’à tourner leurs soupçons vers la CMC et ce traitre. Toi, par contre, tu dois rejoindre sans tarder Raxus P… »

Le maitre d’œuvre de Steria ne termina jamais sa phrase car les communications furent coupées net. Sur les écrans de contrôle, il put voir que son homologue venait de vérifier tous les systèmes et avait lancé le protocole Inanis. Il ne pourrait l’arrêter, même s’il le voulait. Ce qui lui restait d’équipement de surveillance lui montra ce qu’il redoutait : l’ennemi était en train de s’attaquer à la porte du centre de commandement. Au sabre laser, ce serait peine perdue, c’était bien trop épais. Par contre… Ils avaient des explosifs et beaucoup d’imagination, ces organiques. À ses côtés, les droideka, gardés en réserve, se déplièrent et activèrent leurs boucliers. Avec un peu de chance, cette petite demi-douzaine d’unités serait capable de dissuader l’ennemi suffisamment longtemps pour que toute cette histoire se termine enfin.

Les droides commandos survivants prirent position et le reste des forces, pour un total d’environ trente droides, en comptant le personnel opérant le centre de commandement, se prépara à livrer sa dernière bataille. En espionnant le traffic des communications ennemies, il put entendre les forces spatiales réagir, avec un temps de retard, à l’apparition d’une navette séparatiste en provenance de la planète… Navette qui leur échappa en décollant par une partie de l’orbite de la planète non couverte par l’ennemi. Le secret de Steria, la vraie réponse à toutes les questions, venait de partir en sécurité. Il restait à espérer que le traitre serait éliminé par les survivants quand ils essaieraient de le capturer. Il n’aurait probablement jamais l’opportunité de le savoir : l’ennemi était en train de faire son entrée… Guidée par ce détestable mastodonte…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mar 19 Fév - 15:04

« Nulle terre sans guerre. »

Or cette fabuleuse citation venait de trouver son exception. Les hommes qui combattaient actuellement en surface ne cherchaient pas à vaincre pour un bout de territoire ou pour le gagner. Non ils défendaient leurs vies et seulement leurs vies. Unis dans la diversité hommes de l'Alliance, soldats de la Confédération et mercenaires faisaient feu, déchiquetant des centaines de créatures, tuant parfois même d'anciens camarades. Or ces hideuses créatures n'étaient plus des êtres humains. Non leur évolution forcée les avaient transformés en monstre, vision d'horreur et meurtrière. Les soldats de la Confédération s'étaient repliés vers les ruines et se tenaient désormais sur des murs, des barricades leurs canons crachant une nouvelle mort pour les monstres qui incarnaient le "Mal de Steria". Le Lieutenant Faldo ne savait que faire. C'était beau de voir une telle force prête à s'allier malgré leurs différents pour survivre et mettre une véritable branlée aux ennemis qui approchaient toujours et encore.

"Adjudant Morris, avons nous le contact avec les souterrains ?
- Non mon lieutenant, lui répondit le sous officier chargé des communications tout en tirant.
- Le Capitaine Fedelis a dû mourir. Je savais bien que c'était folie que de rester ici.
- Que faisons nous ?
- On tient bon ! Mais dès que les forces de l'Alliance repoussent l'ennemi .... On les laisse aller dans un piège qui s'avérera mortel pour eux."

Et dès que les forces ennemis se seraient mutuellement annihilée et qu'ils seraient tous rentrés chez eux, Faldo demanderait son grade de Capitaine qu'il attendait depuis si longtemps...


***



Le combat était pire qu'une boucherie dans les souterrains. Dash tirait sur tout ce qui semblait électronique, qui émettait des rayons lasers et surtout qui cherchaient à le tuer. Mais le bourdonnement tout au fond de son crâne augmentait, il allait craquer. Ou alors il se transformerait en un tas de chair décomposé, aux dents longues et chercherait à mordre le premier venu. Si le Mal de Steria devait le prendre seigneur dieu qu'il puisse déchirer la gorge du Krogan, un être si horrible ne pouvait voir le jour. Quoique... La version transformée de Dash ne survivrait pas plus de quelques secondes contre le gros lézard. Le Capitaine avançait donc, essayant d'avoir l'air le plus gaillard possible malgré la douleur qu'il ressentait. Il attrapa son deuxième pistolet blaster et fit feu dans tous les sens. Un premier tir vint déchiqueter le "visage" d'un B1 et son second désarma un autre droid. Enfin ils approchaient d'une nouvelle porte.

C'est alors que Dash eut l'impression d'être transpercé par milles et une aiguilles et la sensation d'avoir le dos brisé après une longue chute le jetèrent à terre. Le jeune Capitaine fut pris de terribles convulsions et la pression contre sa tête fut si forte, ajoutée au stress et à la peur, que son nez se mit à saigner violemment. Le mal l'avait atteint. Mais il pouvait encore changer ça. Il allait attraper l'enfoiré qui prenait plaisir à essayer de les tuer. Et alors il lui demanderait des explications. Avec sa volonté comme seule arme le Capitaine se leva et se campa à côté du Krogan.


"Ok guerrier. Tu me laisses l'enflure qui a fait ça et on est quitte. Tant que mes hommes survivent tu pourras faire ce que tu veux. Oya comme disent les mando !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Ven 22 Fév - 18:52

Il fallait se replier à l'intérieur des murs. Il était impératif de le faire en bon ordre, sous peine de donner le dos à la horde qui continuait d'affluer devant les ruines. Azaren pensa à Drang et à ses spacetroopers, qu'il avait envoyé vraisemblablement à l'abattoir en les confiant à Pyrrhus, le mercenaire. Les ordres qu'il leur avait donné impliquaient de surveiller ce mastodonte et de faire un rapport sur ses compétences à vue d'œil nombreuses.
Le chiss, conscient de la vulnérabilité de ses lignes créée par la retraite des unités de la CSL, ouvrit un canal de communication.

- A toutes les unités d'infanterie, reculez pour prendre position dans l'enceinte du camp, les chasseurs et les véhicules vous offriront un tir de couverture. A mon ordre, vous reculerez de façon ordonnée et rapidement. Ils ne doivent pas nous forcer à répéter cette manœuvre, tenez coûte que coûte : nous devons gagner du temps !

Il voyait le Mal de Steria gagner ses propres hommes, noyant les âmes des soldats dans une folie meurtrière sans nom. Un des soldats à bord de la forteresse flottante se tourna vers lui en hurlant, brandissant son fusil comme une vulgaire branche. Azaren, ne le vit pas venir, et s'il n'avait pas eu son casque rien n'aurait garanti sa survie. Les coups partirent, face à des Novatroopers médusés. L'infecté livrait des coups terribles, tandis qu'en face le Chiss luttait pour attraper le DL-22 situé à sa cuisse. Un autre coup manqua de le décapiter, et l'instant qu'il fallut à l'infecté pour porter ce coup suffit à son adversaire pour presser la détente une fois, puis deux, puis une dizaine de fois directement dans les organes de l'abomination. Il se releva, leva son pied droit et l'enfonça dans la tête de l'infecté jusqu'à entendre les cartilages craquer.

- Nettoyez-moi ça.

Les soldats, autour de la forteresse, avaient commencé à courir vers les ruines, une course effrénée alors que volaient autour d'eux des débris en tout genre, des tirs et des schrapnels. Azaren se toucha les côtes, seulement pour constater dans un élan de douleur qu'au moins une d'entre elles était fêlée. Il sentait le sang pulser dans sa tête, avec un rythme incessant, un martelement horriblement énervant.

Les chasseurs refirent un passage et leur hurlement résonna quelques instants encore dans ses oreilles, puis le silence se fit.

- Reculez, que tous les véhicules se placent dans les voies principales de transit, couverts par l'infanterie. N'attendez pas qu'ils s'approchent, abbattez-les dès qu'ils apparaissent. Tenez vos positions!

Le flot ininterrompu d'ennemis semblait se tarir un peu, lueur d'espoir sur une planète bien sombre. Ce combat resterait gravé dans les mémoires de ceux qui auraient la chance d'y survivre, et Azaren allait tout faire pour que leur nombre soit élevé. Rien d'autre ne comptait, à part peut-être survivre à cet affrontement pour en connaître d'autres. Boitant, il se dirigea vers un des Novatroopers qui maniait une tourelle, lui tapota l'épaule puis se plaça à ses côtés en calant sa carabine sur un bord du A9. Il sentait ses yeux injectés de sang, les systèmes de l'armure essayant de compenser ses blessures en injectant un produit coagulant et chaque muscle de son corps raidi par la souffrance et la haine.

Le mal de Steria aidant, un grondement rauque filtra par le micro endommagé de son casque :
- À MOOORT !









Drang avait vu ses hommes tomber sous ses propres tirs, il les avait achevés pour éviter d'avoir à les combattre. Le premier était tombé dans un hurlement et avait été secoué de convulsions. Sans chercher à comprendre, le Major lui avait logé une rafale dans le cou. Le second s'était retourné en plein affrontement contre des droïdes et avait tenté de lui sauter dessus, sa fin avait été la même. Le soldat vétéran qu'il était n'avait pas ressenti la moindre hésitation avant de terminer leurs vies, mais il n'avait pu s'empêcher de leur ôter leur casque et de prendre leurs plaques d'identification. En face, l'intelligence machiavélique de Steria avait riposté en envoyant des fournées de B1 et B2, mais rien n'avait pu arrêter le petit groupe pour l'instant.

Le capitaine confédéré avait lui aussi été touché par Steria, mais il s'efforçait de ne rien laisser paraître, semblait-il. Quoi qu'il en soit, les ennuis venaient surtout de ces vagues de droïdes, bien que le sabre laser du Krogan était d'une aide précieuse. Un genou à terre, Drang passait de cible en cible, lâchant son blaster lourd le temps de tirer un missile de poignet au loin puis le reprenant pour arroser de tirs les êtres mécaniques.

Une porte se dressa devant eux, plus blindée et absurdement gigantesque que toutes les autres qu'ils avaient dû passer. Le confédéré tomba à genoux, puis exigea de Hellstorm qu'il lui laisse la personne à l'intérieur. Drang fit un pas pour le soulever et lui exposer sa vision des choses, mais il fut arrêté en mouvement par un senseur de son armure et par une donnée inquiétante. Une source de chaleur s'intensifiait au loin, et la température de la pièce ou ils se trouvaient était montée de sept degrés depuis leur arrivée. Demandant confirmation à ses équipiers, il activa le haut-parleur de son casque.

- Je ne crois pas non, sauf si bien sur vous voulez finir en brochette... Hellstorm, regardez ces relevés, je pense que nos amis mécaniques ne désirent plus nôtre compagnie. Sortons d'ici.





En orbite, les réacteurs du Nighthawk s'activerent en claquant, propulsant le vaisseau vers la navette qui s'échappait. Le destroyer Interdictor fit de même, activant par la même occasion son champ d'interdiction pour tenter de capturer les fugitifs.

La sonde HK nota le décollage de la navette et demanda confirmation immédiate au destroyer Turbulent, puis se lança elle aussi à la poursuite en chargeant ses rayons tracteurs. Il fallait savoir ce qui était dans cette navette et au moins tracer les coordonnées de saut qu'elle allait employer. Pour l'honneur de l'AG !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Sam 23 Fév - 11:04

    Il touchait au but. Le krogan en avait le cœur net. L’odeur le lui indiquait. C’était bientôt la fin de ce calvaire. Bientôt tout serait fini et il pourra hurler de rage et de fierté en souleva la tête artificielle de celui qui avait osé le défier depuis aussi longtemps. Pyrrhus savait que la machine devait se douter que ses jours étaient désormais comptés. Aucun mur, aucune armée ne pourrait stopper l’avancée macabre du mercenaire reptilien qui empilait toujours plus de cadavres à chaque affrontement. On pouvait le ralentir, mais la chute du maître d’œuvre de Steria était inéluctable. Et chaque bruit de pas du Krogan sonnait alors comme un compte à rebours sinistre rappelant à la machine que celle-ci avait fait une grave erreur de calcul en l’ayant défié et sous-estimé. Le genre de défaillance qui ne menait qu’à la désactivation totale et éternelle. Lors de l’entrée, il remarqua que l’un des colonel de l’Alliance ici présent avait descendu deux de ses propres hommes qui finalement semblaient avoir eux aussi perdu la tête… Le Krogan ne broncha pas, sans doute en aurait-il fait autant si ce n’est plus si cela s’était produit avec ses hommes…
    La petite troupe continuait d’évoluer à travers les coursives vers le centre de commandement là ou se trouverait sans doute le plus gros de la résistance de la CSI. En chemin quelques droïdes mais moins nombreux cependant osèrent s’interposer sur leur route y compris quelques droïdes sondes qui ne firent pas le poids face au groupe lourdement armé. Quant aux rares buzzdroïdes envoyés, ceux-ci finirent écrasés littéralement sous les pieds du Krogan quand ils ne furent pas tout simplement réduits en pièce d’un violent revers du bras.


    - Ces droïdes sont fragiles et faibles. Aucune solidité ces tas d’ferraille… J’comprends comment ils ont perdu la Guerre des Clones…


    Lâcha le reptile en ricanant d’un air moqueur. Il en arriva même à se demander si en fin de compte ils n’avaient pas déjà mis en pièces le gros des unités droïdes présentes lorsqu’ils sont entrés dans le complexe étant donné la maigre résistance qui s’offrait à eux. Mais il garda cependant l’esprit assez lucide pour rester quand même sur ses gardes. Depuis qu’il était entré ici, le mastodonte s’était encombré d’une ceinture de plusieurs explosifs destinés à enfoncer quelques portes, et lorsque le groupe tomba sur l’immense porte blindé qui les séparait sans doute de l’instigateur de cette pitrerie, Pyrrhus étira un large sourire en se disant qu'il avait bien fait de les emmener jusqu'ici. La seule chose qui séparait le cou du maître d’œuvre des puissantes mains à trois doigts du mercenaire. La porte était verrouillée, trop épaisse pour être percée au sabre laser. Il s’approcha de la porte tandis que cette même voix depuis tout à l’heure l’encourageait à rester ici, il touchait au but : sa tâche serait bientôt accomplie. Le lézard renifla un coup, éternua puis posa ses explosifs contre la porte de telle façon à ce que l’explosion fasse sauter la porte à l’intérieur du centre de commandement. S’il devait y avoir des troupes, le souffle et l’immense plaque d’acier devrait en éliminer quelques un lors de l’explosion.

    Il y était presque, Pyrrhus bouillonnait d’excitation et d’impatience en espérant avoir de nombreux adversaires sur lesquels marcher et pouvoir cogner par la même occasion, le responsable de tout ceci. Une fois les explosifs en place il revint vers les autres et vit alors le lieutenant Dash Fedelis perdre tous ses moyens. Debout, Dash se mis à côté du Krogan en lançant qu’il désirait qu’il lui laisse l’enflure responsable de tout ça. Il était même prêt à laisser les mystères de Steria aux mains du mercenaire ce qui l’amusa : mais pour lui c’était hors de question. Steria l’avait défié lui, et seulement lui ! Jamais il ne laisserait quelqu’un d’autre lui siffler un trophée éventuel ainsi qu’un bon combat… Mais le pire était à venir : Drang expliqua la situation au lieutenant confédéré : apparemment la température des lieux venait d’augmenter de sept degrés depuis leur arrivée ici. Drang conseilla alors à Hellstorm et Fedelis de s’en aller d’ici. Mais c’en était trop…
    Peut-être était-ce la façon dont le mal de Stéria se manifestait chez Pyrrhus ? Il se sentit comme piqué au vif sous une de ses écailles ce qui provoqua chez lui un certain afflux sanguin dans son cerveau. Il s’avança d’un pas lourd, imposant et menaçant vers Drang et le surplomba de toute sa hauteur pour bien lui montrer que c’était lui qui décidait ici, et que si le Chiss n’était pas de cet avis, Pyrrhus pouvait très bien lui perforer la cage thoracique d’un coup de poing puissant. Son regard se faisait noir : cela faisait déjà la troisième fois qu’il allait quelque part pour ensuite qu’on l’oblige à se replier, son égo de soldat d’élite en prenait un sacré coup. S’il se défilait maintenant, aux portes de la victoire, cela voudrait dire que cette machine avait gagné. Cette même machine ayant depuis trop longtemps défié Pyrrhus. Le mercenaire déposa le bout de son doigt contre le plastron du colonel et rétorqua tout en tapotant dessus, avançant tandis que Drang reculait petit à petit. Le Krogan lança d’un ton méprisant.


    - Hah ! Pour ma part, rajoutez moi cinquante degrés de plus et je sors la crème solaire ! Vous avez du mal à suivre les mammifères ? J'y suis, j'y reste !

    Il lâcha un silence pesant. Avant de faire volteface. Il perdait du temps à bavarder : les explosifs étaient en place et il devrait déjà être à l’intérieur du centre de commandement. Il se mit à couvert dans un couloir perpendiculaire à celui dans lequel il se trouvait invita les autres à faire de même.

    - Déguerpissez si vous voulez, mais ce n’est pas une hausse de sept degrés seulement qui va m’arrêter. C’est moi qui vais faire péter cette base, pas eux ! Ces lâches !


    Une fois tous à l’abri, Pyrrhus appuya sur le détonateur, libérant alors le feu et le souffle de ces puissants explosifs. Il sentit une vague de chaleur se répandre dans le couloir ainsi qu’un coup de tonnerre assourdissant suivi par le bruit de la porte qui semblait supplier, fondre et se tordre de douleur. Une fois que ce fut fini, Pyrrhus passa le coin de sa tête dans le couloir pour voir si la porte était ouverte et si l’explosion avait fait son œuvre…
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Lun 25 Fév - 0:11

TOUR 14

« Mais que va-t-il falloir pour tous vous tuer?! Statistiquement, vous devriez être morts! Vous ne vous rendez pas compte de ce que vous avez fait? Avez-vous idée de ce que vous avez interrompu? Non. Évidemment. Vous voulez des réponses, vous ne pouvez-vous résoudre à l’ignorance, c’est évident. Peu importe. Vous allez mourir ici et maintenant. Il est plus que temps d’en finir. Tuez les! »

Il fallait se rendre à l’évidence: rien ne stopperait l’avancée de ces envahisseurs. Les ultimes défenses du complexe étaient en train de rendre l’âme et le centre de commandement était maintenant aussi exposé que le reste de la base. Plus de tourelles, plus de boucliers, plus de renforts… En fait oui. Il restait bien une défense à employer mais… Pourrait-elle débarrasser le maitre d’œuvre de ce maudit hybride? Les organiques classiques étaient une moindre menace. À lui seul, ce « Krogan » avait compromit toute l’opération. Il le paierait de sa vie… Il fallait absolument trouver un moyen de l’isoler des autres. Avec la séquence de lancement du projet « Inanis » en cours, le mieux qu’il puisse faire c’était se venger de celui qui avait été l’architecte de cette catastrophe. Il avait justement trouvé le moyen idéal de le faire.

Il suffisait de le forcer à le suivre… Tout en retardant l’avancée des renforts de l’autre. À peine les envahisseurs avaient-ils posé le pied dans le centre de commandement que les droides survivants ouvrirent le feu, les plus efficaces étant de loin les droideka. Après une pique virulente lancée à l’adresse du lézard grincheux (qui concernait, dans le désordre, sa masculinité, son courage et ses compétences), le maitre d’œuvre, que l’on pouvait maintenant identifier comme étant un super droide tacticien, battit en retraite, couvert par un quatuor de droides commandos. Juste ce qu’il fallait pour que la brute épaisse suive et soit séparée de ses petits camarades. Il voulait de quoi combattre? Il allait lui offrir quelque chose que très peu de gens avaient vu, tant dans la République que dans la CSI. On ne peut combattre efficacement ce qu’on ne connait pas, rejet de laboratoire ou non!

Une fois dans le hangar, le maitre d’œuvre procéda à l’activation d’un E522-2 assassin droid. Non, ce n’était pas une erreur de désignation. Il s’agissait simplement d’une version considérablement plus dangereuse et létale du droide assassin E522 standard. De meilleures armes, un blindage plus performant (renforcé de cortosis en plus) et surtout, surtout… Bien plus malin que ses prédécesseurs. Raison de son « non déploiement » : pourquoi utiliser un marteau pour tuer une mouche? Pour tuer une guêpe, par contre… C’était une toute autre affaire. C’était une vilaine guêpe qu’il fallait écraser en ce moment. Le droide s’activa donc et après un diagnostic rapide, se tourna pour accueillir le reptile. Oui… Voilà un morceau avec lequel s’étoufferait cet horripilant personnage. Ce serait plus que suffisant : déjà que le taux d’échec des E522 était faible…


« Tu vas mourir, sale organique et j’aurais la satisfaction de savoir que j’aurai éliminé la dernière menace à ce projet avant ma désactivation permanente. Si le E5222 échoue… Steria te tuera. Cette planète est condamnée. Dans moins d’une heure, cette planète sera une vulgaire boule roche complètement stérile. Mon cadeau d’adieu pour avoir mis fin à la plus grande expérience jamais réalisée par la CSI… »

En surface, il y avait enfin une lueur d’espoir. Steria manquait de troupes. Que ce soit la faune ou alors les humanoïdes qui avaient été infectés, la marée de corps mutés avait été presque entièrement endiguée. Faute d’avoir un ennemi à combattre dans l’espace, les vaisseaux avaient pu commencer à faire du bombardement orbital, créant des dégâts catastrophiques à l’arrière de cette horde assoiffée de sang. Finalement, un miracle s’était peut-être accompli. Il y avait encore du ménage à faire, des ennemis à abattre mais au moins, on voyait la lumière au bout du tunnel. Les blessés pourraient être soignés et si besoin, l’on pourrait récupérer les plaques de tous les soldats tombés au combat. Pour plusieurs, par contre, la fin de la bataille signifiait quitter cet enfer et abandonner derrière ce qui ne pouvait être rembarqué rapidement. On en était là.

Pour les forces de l’AG, cependant, un problème se poserait. Comme leur vaisseau avait reparu en espace normal, quittant l’hyperespace pour la première planète alliée ou avant-poste disponible, l’état-major avait donc été prestement informé de la situation sur Steria. Qui dans la chaine avait décidé de donner ces ordres, c’était encore à découvrir mais un certain chiss aurait la déplaisante surprise de trouver un message portant la mention « urgent », lui étant adressé et ne pouvant être ouvert que par lui. Dans les grandes lignes? Éliminer tout soldat ayant collaboré avec la CSL et la destruction pleine et entière de ses forces. L’AG cherchait donc à étouffer l’affaire. Plus spécifiquement, quelqu’un dans l’AG cherchait à étouffer l’affaire. À la veille d’une guerre galactique, qui veut voir les médias parler d’une collaboration entre l’AG et la CSL?

Naturellement, l’on pourrait évoquer bien des raisons pour laquelle l’ordre n’avait pas été exécuté, si telle était la volonté du commandant Azaren. Par exemple, un problème de réception des messages, des interférences, les choix ne manquaient pas. De toute façon, il était évident que cette histoire avait attiré l’attention des huiles lourdes de l’armée et de la marine et que maintenant, il faudrait s’attendre à un débriefing… Houleux. AG ou CSL, des têtes rouleraient et il était évident que les hauts gradés chercheraient à porter la faute sur leurs subordonnés. Qui voudrait prendre le blâme pour une opération aussi catastrophique? Aucun officier, aucun gouvernement, aucune instance décisionnelle ne voudrait admettre une erreur si atrocement coûteuse. Il fallait étouffer l’affaire, empêcher quiconque d’en parler, quitte à menacer, corrompre ou forcer les survivants à collaborer.

Pour ce qui était des plans de la CSL, chose certaine, l’ordre ne venait pas d’en haut et si cela venait aux oreilles du capitaine Fedelis, il y aurait des derrières qui seraient bottés. Dans l’instant, cependant, le maigres survivants de la CSL étaient plus en train de recharger leurs armes et de commencer à panser leurs plaies. On peut difficilement jour au plus fin en étant mal en point, pas vrai? Du coup bien… Il faudrait s’armer de patience et attendre encore un peu. Cette opération touchait à sa fin et ce ne serait que plus beau une fois qu’ils auraient quitté la surface de ce paradis empoisonné. Restait à savoir, cependant comment le voyage de retour se ferait : il y avait encore une forte présence de l’AG en orbite… Une présence pour le moment « alliée ». Dans une telle situation, les relations alliées/ennemies se transformaient TRÈS rapidement…

Dans l’espace, même si la navette avait échappée aux efforts combines de l’AG et de la CSL, les vaisseaux survivants eux n’étaient pas en reste. Il fallait préparer l’évacuation. Les vaisseaux trop endommagés avaient été évacués certes mais il fallait quand même retourner dans les bases construites par les deux puissantes factions pour trouver d’éventuels survivants et rapatrier ceux qui se trouvaient dans les ruines. Pour les capitaines de vaisseau, toute faction confondue, c’était les hommes qui importaient. Le matériel… Merde au matériel. C’était probablement la campagne la plus désastreuse de cette guerre qui n’avait même pas encore commencée et le premier bureaucrate à parler de pertes inutiles risquait de manger son datapad par le derrière. Les membres de la marine voulaient regagner un chantier naval pour faire réparer leurs vaisseaux.

Il ne fallait pas se leurrer : certains vaisseaux auraient du mal à rentrer au bercail. Même peu endommagés, certains d’entre eux avaient été touchés en des endroits critiques. Rien qu’à penser aux réparations à faire, certains officiers de passerelles s’étaient enfermés dans un silence maussade tandis que les techniciens couraient en tous sens pour ficher une liste d’avaries parfois plus longue qu’une file d’attente pour un spectacle à l’opéra de Coruscant. Il fallait également penser à purger les données des ordinateurs de bords des vaisseaux trop endommagés. Qu’on le veuille ou non, tout bon vaisseau de guerre détient des informations confidentielles de sa faction d’attache. Quelle tâche ingrate que de devoir « tuer » à peu de chose près le cerveau d’un vaisseau… La guerre force à bien des choses désagréables, ce n’était qu’une chose de plus à ajouter à la liste…

Toute cette opération tirait à sa fin. Quel que soit le camp, le temps de rentrer à la maison approchait. Qui rentrerait à la maison, c’était encore à voir. Dans les entrailles de la planète, bien en dessous des installations de la CSI, le protocole « Inanis » était en train de faire son œuvre, préparant la réaction en chaine nécessaire pour faire ce que les scientifiques de ce projet avaient appelé l’ « anti terroformation ». Comment rendre une planète absolument et complètement stérile en détruisant en prime l’intégralité de ses ressources. C’était un projet qui, naturellement, n’avait jamais été mis en service sur le terrain. En lieu et place, il y avait eu l’accident Steria. Un accident qui avait mené à une patiente observation pendant plusieurs décennies de son développement. Bien sûr, la plus récente incursion avait mis fin au projet et donc personne ne serait au courant…

Sauf si bien sûr on rattrapait la navette. Entre cette piste et faire enquête sur la CMC, autant dire que ce serait aux espions de finir le travail. Ce Richard Coleman figurait dans tous les documents récupérés par toutes les factions. Cette histoire serait à suivre plus tard, bien sûr. Il aurait été fou de penser que toute cette affaire se terminerait avec l’évacuation de la planète. Il y avait au moins quatre personnes avec des comptes à rendre : Dash Fedelis, s’il voulait honorer la promesse faite à l’homme qui lui avait sauvé la vie, Ryaaz' are' Nuruodo, ne serait-ce que pour « remercier » celui qui lui avait mis une mutinerie sur les bras et avait causé la perte de son vaisseau amiral, Doman Abi, car un mandalorien ne laisse jamais passer un affront et bien sûr, le seul, l’unique, Pyrrhus Hellstorm : quelqu’un, quelque part, l’avait sérieusement mit en rogne…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mer 27 Fév - 15:04

Le Capitaine Victor Millan était un fier humain qui était sur Kuat, dans les frontières de l'Alliance. Durant son adolescence il eut comme tout bon jeune homme une longue crise de rébellion et quitta le foyer familial et fut déshériter par son noble père, un des nombreux commerçant de la planète. Dès lors pauvre et sans but dans le vie il avait fait une des nombreuses écoles de Marine, rêvant de devenir un des plus grands marchands de la Galaxie, et dans le but de détruire le commerce de son père. Mais Mon Calamari avait changé tout cela. Lors du blocus de la planète le Capitaine s'était retrouvé au bon moment au bon endroit, ou alors au mauvais endroit et au mauvais moment selon son humeur. Et aujourd'hui c'était le cas. Il devait certes beaucoup à la Confédération des Systèmes Libres dont son magnifique Croiseur Bothan mais aujourd'hui c'était trop. Que se passait il donc sur la planète ? C'était un sacré bordel à ce qu'il paraissait.

De plus les forces de l'Alliance lui faisait peur. Son vaisseau était très certainement le plus puissant de la maigre flottille, fidèle aux forces terrestres, qui étaient restées en orbite. A ses côtés seuls une Station de combat Dragon et trois frégates MC-30 avaient tenu leurs positions. Or la Station de Combat était en sale état et en ce moment même Millan regardait une frégate Bothan se désagrégeait tandis que les chasseurs la pilonnait, aucun vaisseau ne serait abandonner. Soit il était en état de repartir, soit il était temps de disparaître. Après avoir été évacué bien entendu. La console de communication sonna et Millan sursauta en découvrant l'identité de l'homme, le Lieutenant Faldo.


"Ici le Lieutenant Faldo. L'ennemi a été repoussé. Je répètes l'ennemi a été repoussé. Demandons une évacuation d'urgence ainsi qu'un bombardement aux coordonnées envoyez.
- Vous vous foutez de moi !, cria le Capitaine en découvrant que les coordonnées menaient droit aux forces de l'AG.
- Non Capitaine. Nous devons éliminer ces ennemis. Le secret de Steria sera ainsi gardé.
- Je ne réponds qu'aux ordres de votre supérieur qui est le Capitaine Fedelis.
- BORDEL FEDELIS EST MORT ! Lancez ce bombardement.
- Non. Vous resterez cloué au sol jusqu'à ce que je reçoive mes ordres du Capitaine en personne. Millan terminé."

***

Dash sentit un goût acre envahir son gorge et fronça les sourcils. Il s'était apparemment mordu la langue sans s'en rendre compte. D'un côté les spasmes qui le prenaient parfois jouait beaucoup à son état de faiblesse. Mais une chose le motivait. La vue de l'enfoiré qui s'enfuyait entouré des droide commandos. Il avança, sous le feu ennemi, ses lâches soldats de l'Alliance Galactique avaient disparus, laissant leurs morts et leurs courages derrière eux. Caché derrière une console de la salle de commande Dash abattait ses ennemis un à un malgré les tirs qui le frôlaient. Mais jamais il n'arriverait à vaincre les droidekas sans abattre auparavant leurs boucliers. Et il fallait un tir groupé, au moins deux fusils qui tiraient en simultané tandis que le troisième abattait le droid. Mais il était seul et abandonné, le Krogan étant parti à la poursuite de l'enfoiré. Dash eut un violent mal de tête et s'aplatit contre le froid métal. Les vaisseaux sanguins de son nez lâchèrent et le sang jaillit contre son uniforme, tout comme de ses oreilles et de sa bouche, malmenée par ses dents qui claquaient. Un doux bruit se fit entendre de fusils blaster et une violente explosion et une ombre passa devant Dash qui n'ouvrit pas les yeux, certains qu'un des droid venait l'achever.

"Debout Capitaine ce n'est pas l'heure de dormir !
- Caporal Mirx ?"

Le Capitaine ouvrit les yeux et découvrit le soldat et ses coéquipiers qu'il croyait avoir envoyer à la mort.

"Comment ?
- Vos tunnels nous ont amenés ici. Vous aviez raison le mal de cette planète vient sûrement d'ici.
- Comme si je ne l'avais pas remarqué, grogna le Capitaine en se relevant.
- Nous avons un problème, nos soldats ont repoussé les bestioles mais le Lieutenant Faldo veut tuer les gars de l'Alliance et le Capitaine Millan refuse...
- Mon comlink est en mode silencieux ! Nom de dieu un rendez vous professionnel de rater à cause de ça ! Faldo vous m'entendez ? Comme secrétaire vous ne servez à rien ! Vous êtes virés ! Millan envoyez vos navettes, et faites mettre sous les verrous Faldo. Faites déposez une navette à mon intention. J'aimerais revoir ma femme tout de même !"

Tels furent les mots de Dash, plus criés que dit d'ailleurs. L'exaspération de longues heures de combat. Mais le Capitaine Fedelis se sentait de nouveau vivant. Il allait attraper l'autre mécanique et lui arracher un bras. Mais avant il allait devoir abattre son escorte. Et les soldats, suivi par les soldats de l'AG qui n'étaient finalement pas des lâches qui avaient détruit les deux droidekas ne seraient pas de trop ! Dash courut à travers les corridors, suivi de ses hommes et vit le le droid assassin courir vers le Krogan. Mais dans le fond ce n'était pas ce qui l'intéressait. Non c'était le gros droid qui courrait, comme un noble Kuatii qui fuyait ses assassins, vers une navette. Dash fit feu et abattit un des premier droids commandos. Mirx et ses deux compagnons firent feu et en abattirent deux autres. Le dernier fit feu et toucha Dash à l'épaule, qui sentit sa chair brûlait et le sang coulait le long de son bras. Mais le Capitaine des SDR ne se laissa pas faire et tua le droid. L'escarmouche avait été brutale et rapide, les droid surpris. Dash fit feu dans les jambes du chef d'orchestre du mal de Steria et se pencha sur lui.

"Coucou toi ! L'assassin est là ! Alors comme ça j'étais censé mourir ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Sam 2 Mar - 21:22

- Baissez la tête !

Ce cri retentit pendant quelques secondes pendant lesquelles le temps sembla s'écouler au ralenti, comme pour prévenir le danger imminent. Les pieds d'Azaren s'écartèrent automatiquement pour lui permettre de s'allonger sur le plancher de la forteresse flottante, et il plongea à couvert. Une balle lui arracha le plastron d'armure qu'il avait sur l'épaule gauche. Il s'écroula en tournant sur lui-même, comme un pantin désarticulé duquel on aurait coupé les fils.

- Reculez !

Le pilote de la forteresse la fit s'élever en rugissant pour se replier derrière la ligne de combattants. Le chiss n'avait rien. La force de l'impact lui avait démis l'épaule, et son armure était absolument à jeter mais lui-même n'était pas en pire état qu'après la confrontation avec l'infecté. Il se releva encore plus difficilement qu'avant et reprit à donner ses ordres

C'était leur dernier coup d'éclat, je crois. Achevez-les avant que d'autres d'entre nous ne les rejoignent : il faut en finir. Que les véhicules fassent une percée pendant que l'infanterie les prend à revers en sortant des ruines par les flancs.
Monsieur, la navette que nous avions repérée a quitté l'espace normal, nous n'avons pas pu tracer sa destination.

Un autre coup dur, décidément. Le chiss lutta contre l'impression d'être poursuivi par la fatalité, en vain.

- Rappelez la sonde, ses canons lourds nous seront utiles au sol. Que mes droïdes reviennent, j'ai besoin d'une escorte pour aller superviser les réparations du Legislator. Tenez, déposez-moiprès du speeder abandonné là-bas, puis essayez de contacter Drang : je veux savoir ce qu'il fout.

-Bien monsieur.


La forteresse s'arrêta, et le chiss en descendit, faisant un signe de tête aux soldats à bord. Le contact avec le sol lui fit grincer de douleur, mais il continua à marcher, d'un port aussi digne que possible, vers le speeder quelques mètres plus loin. Pendant qu' il s'installait dedans, deux formes se materialiserent à ses côtés : 117 et 118 étaient arrivés. Sans un bruit, ils prirent place dans le véhicule, leurs structures à peine striées d'impacts mais sans dommages apparents.

Le chiss prit une position plus rassemblée sur lui-même alors qu'ils traversaient des petits groupes d'infestés, lesquels ne leur prêtaient aucune attention, absorbés dans leur course vers les ruines. Cela fournit aux deux droïdes d'excellentes cibles d'exercice, et facilita un peu le travail des défenseurs, du moins l'espérait-il. Voyant que la voie était libre, Azaren se permit de pousser la manette des gaz au maximum, en direction de la zone d'atterrissage. Une dizaine de kilomètres plus tard, la superstructure imposante du destroyer était en vue.









- Oh et puis merde, on vous suit, Hellstorm.

Drang regretta immédiatement cette phrase, mais une partie de lui-même, qui savourait d'avance le combat, fit qu'il ne revint pas dessus. Le mal de Steria devait être pour beaucoup dans ceci, mais à vrai dire il s'en foutait.
La porte s'ouvrit, et le carnage recommença, à cela près que Pyrrhus avait suivi une sorte de droïde qui, après l'avoir insulté, avait entrepris de se retirer dans les tréfonds du complexe. Heureusement, la pièce où ils étaient entrés, à droite de celle ou le droïde s'était enfui, avait une particularité rare : elle était grande et les montants qui soutenaient sa structure étaient visibles assez facilement. Mais cela, Drang ne le vit pas avant d'être sous le feu d'une paire de droïdes commandos bien décidés à lui faire la peau. Restant à couvert, il fit signe à un équipier de viser les montants, puis se réplia pour ne pas être pris par le souffle. Son coéquipier leva le bras gauche, visa et tira. Rien ne se produisit. Il s'effondra sur le côté, deux geysers de sang jumeaux jaillissant de sa trachée. Des droidekas avaient fait irruption dans la piece, et les spacetroopers restants étaient acculés. Les tirs couplés des blasters droïdes ecorchaient les murs tandis que Drang prit les choses en main.

- Couvrez-moi !

Les spacetroopers se jetèrent de leur couverture, arrosant les droïdes de tirs de blaster pendant que le Major levait son poing droit. Une première tropille à protons en jaillit, suivie par une seconde.

- Repli.

Drang se jeta dans le couloir emprunté par Fedelis et Hellstorm, suivi par ses equipiers, pour échapper au souffle imminent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Sam 2 Mar - 22:56

    Alors que la fumée n’avait pas encore été dissipée, une ombre gigantesque jaillit de l’épais brouillard grisatre provoqué par l’explosion pour littéralement percuter deux droïdes B1 trop lents. Les automates se retrouvèrent pulvérisés lors de l’impact avec le mastodonte qui avait prit de l’élan pour charger. Une fois qu’il eut mit en pièce les deux B1, il leva son fusil à pompe vers un droïde B2 et pressa la gachette : les projections perforèrent le blindage du B2 qui tomba dos au sol. C’est alors qu’il distingua un super droïde tacticien prendre ses jambes à son cou après avoir insulté le lézard dans un basic clairement compréhensible. Le fuyard avait une escorte légère de quatre droïdes commandos qui semblaient imiter leur chef. Deux tirs de droïdeka frôlèrent le crâne du reptile qui se rappela de leur présence mais préféra poursuivre le maître d’œuvre des lieux. Pyrrhus poussa un rugissement à en faire vibrer les murs de la salle avant d’aboyer au droïde.

    - REVIENS ICI TAS DE MERDE QUE JE TE LATTE LES CIRCUITS !


    Grognant et continuant de vociférer une multitude de jurons peu respectueux envers ces machines de guerre, le mercenaire s’élança à la poursuite du super droïde tacticien. Emporté par la colère, il oublia même les spacetroopers menés par Drang ainsi que Dash Fedelis. Ses puissantes cuisses couplées à ses jambes solides et son endurance propulsaient le Krogan à une vitesse que l’on n’aurait pu soupçonner compte tenu de son gabarit. Pourtant, une fois lancé à pleine vitesse et en ligne droite, il était bien capable d’avoir une vitesse de course atteignant les cinquante kilomètres à l’heure. Le véritable souci était qu’une fois lancé en pleine charge, il était bien incapable de changer brutalement de direction sans ralentir sa course de façon assez rude.

    Une fois qu’il s’échappa du couloir, il se retrouva dans un hangar, nez à nez avec sa proie et son escorte ainsi qu’un droïde plutôt imposant et d’allure plus coriace que tous ceux que Pyrrhus avait pu croiser en quarante ans : un modèle E522-2. Le superdroïde tacticien et son escorte étaient présents également, et le maître de Stéria lança une dernière pique au Krogan qui lui lança d’un ton orgueilleux et trahissant une certaine colère.


    - J’m’en cogne ! Je t’emporterai toi et toute ta batterie de tas d’boulons dans ma tombe avant ! J’m’occupe de ta dernière carte et après je t’arracherai la tête !


    Alors que le droïde commençait à se mettre en position d’attaque, Pyrrhus frappa le sol de son pied comme une bête défierait un adversaire aussi imposant que lui. En tout cas, enfin Stéria lui offrait un défi digne de ce nom et à la hauteur de la force brute du lézard. Le mastodonte n’allait pas se défiler. Il brandit son fusil à pompe dans sa main gauche, ainsi que son fusil blaster lourd dans l’autre. Ces deux armes étaient lourdes à porter pour des humains, mais concernant Pyrrhus il pourrait bien tirer avec les deux en même temps sans trop de difficultés. Après avoir poussé un ultime cri de guerre, il leva les deux canons et pressa la détente…
    La riposte ne se fit pas attendre et contraignit le mastodonte à se mettre à couvert derrière une caisse en duracier le temps pour lui d’évaluer la situation : le blindage de cette chose était épais et il était équipé d’un blaster lourd à répétition qui laissait que très peu de fenêtres de tir au mastodonte. Se concentrant, il ne prêta que peu d'attention à Dash et ses hommes quand ceux-ci arrivèrent dans le hangar. A vrai dire, il avait même oublié leur existence: il n'y avait que lui et l'E522-2.
    Profitant d’un bref répit, Pyrrhus sortit son lance grenade, visa l’ennemi et lui tira trois grenades qui touchèrent au but : restait à savoir si le blindage avait subi quelques dégâts…
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Lun 4 Mar - 1:40

TOUR 15

« Et il est encore temps pour toi de le faire, organique. Ce sera plus désagréable qu’une désactivation permanente. »

Comme plusieurs droides produits plus tardivement durant la guerre des clones, les super droides tacticiens avaient un blindage plus résistant que leurs homologues B1. Il avait chuté, oui mais il était loin d’être « mort ». Entre une partie de l’hydraulique qui avait été partiellement roussie et plus de jambe du tout, il y avait une marge. D’un geste vif, même pour une machine, le maitre d’œuvre de Steria, qui était pour le moment au sol, frappa le lieutenant confédéré en plein visage. Le coup ne le tuerait pas, naturellement, mais il aurait de bonnes chances de l’assommer au pire et de le sonner pour un bon moment au mieux. Chose certaine, le pauvre Dash aurait mal à la tête. Règle numéro 1 quand on se bat avec des droides : s’assurer qu’ils sont complètement désactivés avant de leur tourner le dos ou d’abaisser sa garde.

Qui plus était, rien n’était encore gagné. Malgré une belle initiative de la part de Pyrrhus, son adversaire, bien que couvert de suie et d’impacts de shrapnels, tenait encore debout. Difficile de dire quelle était la gravité des dégâts mais structurellement, il semblait intact. Voyant que la cible qu’il devait protéger était attaquée, il envoya une rafale de lasers dans la direction de l’espion confédéré. Son système de visée devait être un brin faussé car la salve passa à côté, à deux ou trois mètres près. Cela sembla en surprendre plus d’un en tout cas. Il était quand même rare qu’un droide, quel que soit son modèle, encaisse autant sans être détruit. Pyrrhus avait un défi à sa hauteur, de cela on pouvait être certain. La machine, elle, semblait éprouver des problèmes d’ordre logiciel car après avoir tenté de tirer sur Dash, elle parvint à manquer de très peu les hommes de Drang.

Son logiciel de visée semblait être en train de se réinitialiser. L’attaque du mercenaire avait porté ses fruits, partiellement à tout le moins. Restait à éliminer ce formidable adversaire et rentrer à la maison par la suite. Après tout… Il fallait bien en finir tôt ou tard. Pour rajouter au problème actuel, il semblait qu’un droideka ait échappé à l’effondrement du plafond car les tirs répétés caractéristiques à ce modèle se firent entendre. Entre une machine meurtrière devant et un droide obstiné derrière, c’était au choix. On ne pouvait pas dire que le dernier acte de cette pièce se fasse sans rebondissements. Cette victoire se ferait sans doute à l’arrachée mais elle se ferait malgré tout. Malgré les prédictions statistiques, la machine perdrait. Prévisible, dirait un être de chair et de sang. Impossible, vous répondrait celui fait de métal et d’électronique.

Le combat se poursuivit, modifiant les forces ainsi. Trois organiques contre une machine. Il restait le major Drang, Pyrrhus et le lieutenant Fedelis. Le droideka avait été détruit… Et le maitre d’œuvre de Steria également, en tentant d’abattre en traitre le seul membre survivant de l’AG. Le E522-2 présentait de plus en plus de signes de dommages, visibles ceux-là. Fumant par endroit et son « armure » présentant de petites brèches ici et là, il refusait de rendre l’âme et continuait obstinément à tirer sur tout ce qui bougeait. Son élimination marquerait la fin des combats sur Steria et une victoire horriblement coûteuse pour tous les partis impliqués. En surface, l’aide de camp de Pyrrhus et Doman Abi étaient en train de préparer l’évacuation des mercenaires. Ils n’allaient pas s’attarder outre mesure ici, ça c’était certain. Surtout si l’AG et la CSL décidaient de se tirer dessus.

Et parlons-en d’ailleurs de ces deux-là. À commencer par l’équipage reconstitué du « Legislator ». On en était à se poser la question : était-ce sécuritaire que de tenter de le renvoyer en orbite? En théorie, les réparations de fortune, le remplacement de certaines pièces et composantes ainsi que les tests diagnostiques étaient au vert. Par contre, entre le 75% requis pour le vert et le vert d’un 90%, il y avait une marge énorme. On ne remettait pas en orbite un tel bâtiment dans un pareil état sans assistance et justement, assistance il n’y avait pas. Le technicien en chef fut par conséquent plus que soulagé d’apprendre que le commandant Azaren revenait à bord. Lui pourrait prendre la décision finale, déchargeant ainsi l’équipe en charge des réparations d’urgence du blâme en cas de problèmes. Aucune personne sensée ne voulait passer devant une commission d’enquête.

On fit donc savoir au commandant Azaren que normalement, le « Legislator » pourrait décoller dans les minutes à venir… Mais qu’un accident grave n’était pas à écarter. Le système de refroidissement, par exemple, affichait un taux d’intégrité de 75%. En lâchant, les réacteurs qui eux étaient à 80% atteindraient un stade critique plus rapidement, surtout si on devait faire fonctionner les boucliers et les armes en même temps. Sans les armes et avec les boucliers au minimum, il y avait 93% de chances que tout se passe bien… Mais le vaisseau serait sans défense. Autrement, tout était prêt au décollage, mon commandant. C’était bien là le style des techniciens de l’AG. Tout allait bien tant qu’ils n’avaient pas à actuellement utiliser ce qu’ils réparaient. Après tout, ils pourraient être réaffectés à d’autres vaisseaux bien avant le décollage du « Legislator »…

Les derniers ennemis ayant été éliminés, les navettes faisaient le pont entre la surface et les vaisseaux en orbite. L’évacuation de Steria avait commencée et pour le moment, le statut quo était maintenu. Pour combien de temps encore, on pouvait raisonnablement se le demander. Par contre, pour le moment, tout camp confondu avait d’autres préoccupations en tête. Il y avait un nombre impressionnant de blessés à soigner et comme on ignorait encore si le mal de Steria était contagieux… On prenait des mesures de quarantaine à bord des vaisseaux en orbite. Il faudrait aviser les autorités médicales compétentes de la possibilité d’une épidémie, le tout sans se faire descendre à l’arrivée. Il serait fâcheux d’avoir survécu à toute cette affaire pour mourir en arrivant à la maison. Personne n’aimait ce genre d’ironie. Absolument personne.

Pendant ce temps, une navette quittait l’hyperespace avec à son bord les secrets de Steria. Conformément aux protocoles inscrits dans sa mémoire, l’IA fit se poser la navette là où elle était attendue. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’on la récupère et effectivement, un code automatique lui fut transmis. Après des décennies, enfin, elle rentrait au bercail. Peut-être qu’elle aurait le privilège de reprendre du service et de s’occuper de Steria 2. Qu’on n’aille pas se leurrer. Le cauchemar pouvait recommencer… Il suffisait de trouver une nouvelle terre d’accueil pour recréer l’anomalie qui avait mené à la Steria d’où elle était partit. Cette fois, par contre, si des organiques s’y aventuraient, ils n’en repartiraient pas. Cette fois, il n’y aurait aucune erreur. Si elle revoyait ceux qui avait mis un terme à son travail… Cette fois ils périraient tous…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Sam 9 Mar - 19:32

Dash avait eu affaire à des types sacrément coriaces lorsqu'il s'était infiltré parmi la police puis la criminelle des Forces de Sécurité de Coruscant. Il avait eu son compte de bagarres, de coups de poings dans le visage et avait eu le nez brisé à plus de quatre reprises. Cela lui donnait un certain combattant. Par contre si il avait eu à combattre des espèces belliqueuses, comme des Zabrack, des Rodiens voir même une fois un imposant Wookie qui l'avait assommé d'un coup de patte, le capitaine se retrouvant très rapidement à l'hôpital. Il avait cependant jamais eu à se frotter à un droid, encore moins à une lourde barre de métal. Le Capitaine des Services de Renseignement vit largement le coup venir mais le fait que sa colère se fusse dissiper lorsqu'il avait enfin attrapé l'autre enfoiré l'avait aussi privé de réflexes. Ainsi le jeune homme sentit sa mâchoire craquait violemment et sa tête forçait trop sur son cou et il valdingua contre le sol.

Lorsqu'il se releva il était bien plus que sonné mais au moins il ne ressentait plus les effets du mal de Steria. Peut être que l'adrénaline combattait cet étrange virus ? Dash secoua la tête, ce qui le fit grogner et lancer une flopée de jurons qui aurait fait frémir et blêmir Han Solo dans sa prime jeunesse. Il attrapa à sa ceinture un anti-douleur et avala le cachet. Aussitôt les minuscules composants du médicament firent effet et les tambours dans sa tête semblèrent se calmer. Il se tourna vers le droid, maintenu par ses trois soldats et leur fit signe de le tenir en joue, jusqu'au cas où. Puis son regard se tourna vers l'imposant lézard et son adversaire, fort coriace.


"Je vais faire parler le tas de ferraille. Allez soutenir notre ami le mercenaire monsieur."

Dash lança ses paroles au commandant des soldats de l'Alliance. D'ailleurs il ne connaissait ni le grade ni le régiment, et encore moins le nom de l'homme. Quel bévue ! Lui un homme des Services de Renseignement ne pas savoir cela ? D'un côté les seules forces militaires en place sur la planète lors de son court séjour dans la base ennemie avaient été pour la plupart écrasées. Ou alors venaient d'être re-tuées par leurs anciens alliés. Enfin bref rien de bon en tout cas. Dash retroussa ses manches, déjà courtes et regarda son haut, devenu noir et rouge entre son propre sang et la fumée des tirs. Il s'assit en tailleur sur le large torse du droid tacticien et lui tira dans les bras.

"Tu as de la choix qu'on te désactive pas fiston. Je n'ai pas apprécié le fait que tu frappes un supérieur hiérarchique et encore moins que tu cherches à tuer tes patrons. Quoi tu n'as compris ?"

Dash frappa le crâne métallique contre le sol et le regarda droit dans les yeux puis il montra les plaques militaires qu'il portait autour du cou.

"Tu vois ces initiales ? CSL ? Tu ne fais pas le rapprochement avec la première Confédération. Oui elle est morte ! Il y'a quatre vingt ans. Un sacré bordel. Mais on a réussi à se reconstruire tu vois ? Et on a redécouvert le projet Steria. Je veux tout savoir et où se trouve le programme. Ensuite tu me diras comment arrêter ce bordel. C'est fini le temps de la guerre. Ces mecs là bas sont avec nous compris ? Ensuite pour avoir gâcher la vie de bons hommes, fiers descendants de la CSI je te descendrai ou alors je laisserai ce plaisir à mon ami là bas compris ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: