Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Dim 10 Mar - 21:04

- Bien, il semblerait que les nombres soient avec nous, pour une fois. Contactez ce qu'il nous reste en orbite, je veux une évacuation complète de la planète terminée dans deux heures. Signalez à nos unités de se diriger vers le Legislator. Ah, et, où en est la liaison avec Drang ?

- En cours, monsieur, nous avons quelques difficultés à le joindre : je suis en train de réduire l'aire de recherche sur sa position, ça devrait prendre quelques minutes.

- Avisez-moi quand ce sera fait.

Le chiss tourna les talons, continuant une petite inspection du vaisseau, afin d'évaluer si ce que lui disaient les techniciens était véridique. Marchant parmi les débris et les cables qui s'étiraient sur le long d'immenses couloirs, il trouvait leurs prédictions... optimistes. Si cet engin réussissait à remonter en orbite et à passer en hyperespace en l'état, il leur tirerait son chapeau. Sinon... l'heure n'était pas adaptée pour les si. Manquant une quinzaine de fois de trébucher, il arriva au hangar, en meilleur état que le reste, si ce n'était le XJ-WIng écrasé sur une paroi, visiblement secoué par l'atterrissage.
Les réparations de fortune faites par les techniciens semblaient relativement solides, et il était temps de remplir le vaisseau, pour finir cette satanée mission, qui laissait comme un goût amer dans la bouche d'Azaren. Il avait combattu selon ses principes, avait découvert que suivre les tactiques inculquées par sa famille ne le satisfaisait pas, et s'était allié avec l'ennemi. En somme, la visite avait été mouvementée. Le mal de Steria semblait avoir quitté son cerveau : il se sentait bien, à sa place sur cette planète de malades mentaux, avec pour seuls compagnons des soldats poussés à bout et qui devaient maudire le destin d'être arrivés là. Un sourire sardonique sur les lèvres, il retourna vers la terre ferme. Les premières troupes arrivaient, et il distinguait le quadripode fumant, la forteresse A9 criblée d'impacts, enfin, les soldats, parmi lesquels on pouvait discerner les armures noires et jaunes des novatroopers.

Vishak le repéra et s'avança vers lui. Il le salua avec une rigueur surprenante au vu du contexte.

- Au rapport, Monsieur ! L'ennemi est pratiquement anéanti, mais nous avons subi de lourdes pertes. Parmi eux... le colonel a succombé vaillamment, au combat. Il a été submergé et a dégoupillé deux détonateurs thermiques, emportant une grande quantité d'ennemis avec lui.

- Je comprends, Capitaine. Ordonnez à vos hommes de monter à bord et de rester avec nous : l'Escadron de la Mort aura besoin de votre courage. Rompez.

L'autre salua, puis disparut du champ de vision du chiss.





Drang avait vu ses hommes mourir devant ses yeux. Le droideka ayant survécu à la torpille à protons avait fait pleuvoir ses rayons sur leurs têtes, avant d'être réduit au silence par une bonne rafale de tirs au canon lourd. Le maître d'oeuvre de Steria était sur le point d'être désactivé, tandis que le super droide assassin avait encaissé pas mal de dommages, sans toutefois être détruit. Tout se jouait maintenant, à trois contre un. Il s'agissait de ne pas perdre le combat contre ce.. truc. Un tir frôla Drang, qui y répliqua sans même regarder sur quoi il tirait. Surpris, il soupira en voyant qu'il venait d'achever le tacticien de Steria. Le confédéré n'allait pas apprécier, visiblement.

- Désolé pour vos renseignements, mais je pense que vous n'en tirerez rien de bon cette fois-ci. En attendant, allons crever l'autre machine en délire.

Il chargea son arme, conta les munitions et vérifia son armure. La deuxième partie du combat pouvait commencer.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Lun 11 Mar - 17:54

    Le souffle de l’explosion des grenades remonta jusqu’aux fines narines du lézard, l’enivrant davantage. Mais ce qu’il vit l’agaça au plus haut point : le E-522.2 avait survécu et continuait de tirer. Il semblait avoir eu cependant une perte de précision dans ses tirs. Le Krogan estima que son obstination avait du endommager les logiciels de visée de la machine. Ne prêtant aucune attention à la scène autour de lui, il jeta un bref coup d’œil à un droïdeka qui venait d’être abattu. Maintenant son adversaire à distance à l’aide de ses grenades, Pyrrhus entendit un déclic lui signifiant que son arme n’avait plus de munitions. Le E-522.2 semblait coriace, et malgré les grenades tirées et touchant au but le robot, celui-ci se tenait encore droit sur ses chenilles. Certes sa cuirasse fumait par endroits et était un peu fendue, mais il continuait de tirer.
    Se remettant à couvert, Pyrrhus s’empara de son fusil à pompe et réfléchit à toute vitesse. Visiblement son adversaire avait un défaut de précision.


    - Tu crèves jamais tas d’boulons ?! On va faire ça à l’ancienne alors…

    Hurla le mercenaire qui devenait de plus en plus enragé. C’est alors que son adversaire décida visiblement de s’attaquer à Drang et Dash qui semblaient être les seuls à avoir survécu. Pyrrhus avait donc une opportunité à saisir. Jetant son corps imposant par-dessus le maigre couvert qu’il avait, il se rua sur le monstre de métal en poussant un cri de guerre qui fit trembler la salle. Chargeant, il tira quatre fois à l’aide de son fusil à pompe sur l’ennemi pendant sa course et percuta le tas de ferraille de plein fouet. Cependant, sa charge n’avait pas eu assez d’élan pour renverser la machine. Il parvint tout juste à la faire reculer ce qui surprit le Krogan.
    Désormais à trop courte portée, le lézard sortit son sabre laser et activa la lame dans l’espoir de décapiter son adversaire qui était plus massif que lui… et constata avec horreur que la lame se désactiva dès que celle-ci toucha la carapace de cortose du droïde.


    - Saloperie !

    Fut la seule chose qu’il fut en mesure de prononcer avant que l’énorme pince de la machine n’assène un coup violent sur le crane de Pyrrhus. S’il avait été humain, le lézard ne serait plus. Sonné, il encaissa le coup en grognant de douleur, il fléchit ses genoux tandis que le E-522.2 leva à nouveau la pince pour l’assommer. Mais cette fois-ci, l’énorme pince fut interceptée par les deux puissants bras du mastodonte. Les babines retroussées du reptile laissaient entrevoir ses dents être serrées par l’effort. Le Krogan tremblait mais tenait fermement. Très peu d’adversaires qu’il avait croisé pouvaient rivaliser avec lui en termes de force brute, mais cette fois-ci, la machine semblait avoir autant de puissance que lui. Le visage déformé par l’effort, le sang qui coulait de son large front et la colère, Pyrrhus luttait de toute sa puissance pour ne pas être écrasé. Non. Personne ne le tuerait sur ce terrain là. Il était Pyrrhus Hellstorm, l’éventreur de Vong, le tueur de Wookies, le Mastodonte.
    Devant cette lutte, aucun des deux alliés du lézard n’osait intervenir, et ils eurent raison…
    L’adrénaline montait dans le crâne du mercenaire qui pour une fois, luttait vraiment pour sa vie. Soudainement, il ne put plus se contrôler tandis que le sang lui montait dans le cerveau, battant ses tempes écailleuses au rythme des battements de son cœur. Plongeant dans la Rage de Sang, caractéristique propre aux Krogans, ce dernier se mis à grogner de plus en plus fort tout en gagnant du terrain sur la machine dont le bras mécanique semblait lui aussi vibrer dangereusement.
    Soudain, dans un cri de rage puissant, le mastodonte rassembla sa force et arracha le membre de la machine. Tout alla très vite, une gerbe d’étincelles jaillit de l’épaule de l’E-522.2. Pyrrhus éclata d’un rire dément puis lui décocha un coup de poing violent qui repoussa à nouveau la machine. Celle-ci freina son recul et recommença à mettre en joue le Krogan et ouvrit le feu dans l’espoir d’abattre son adversaire qui essaya une nouvelle charge.

    Plusieurs tirs de blaster à répétition touchèrent l’armure ensanglantée du mastodonte, un arracha la spalière droite du lézard et avait également sérieusement fait volé certaines écailles : cette fois ci c’était bien le sang rouge sombre du lézard qui fut versé. Mais en dépit des impacts que le mastodonte encaissait, rien ne put arrêter sa course tandis que la douleur semblait ne pouvoir le freiner. Le plus déroutant étant peut-être le rire euphorique qui s’échappait des tréfonds de sa gorge.
    Il percuta une nouvelle fois l’E-522.2, le renversa sur le dos pour commencer à lui distribuer une bonne dizaine de coups de poings qui auraient décapité n’importe quel être vivant. Chacun des coups donnés par le mercenaire trouvait écho dans la pièce comme si un forgeron frappait le fer avec un marteau magnétique. Il frappa la tête afin de désorienter le droïde et perturber ses systèmes avant de plonger ses doigts puissants dans une faille étroite. Bandant ses muscles, il élargit l’armure de cortose du droïde, mettant à nu ses systèmes internes faits d’électronique et de mécanique. Là, ses doigts puissants s’enfoncèrent dans les entrailles de son adversaire et commença à arracher plusieurs systèmes sans autre forme de procès. Bien entendu, il reçut de nombreuses décharges électriques qui secouèrent son corps mais visiblement, le Korgan ne ressentait plus la moindre douleur et ses réactions étaient purement nerveuses. Au fur et à mesure qu’il séparait chaque organe de la machine en les arrachant et jetant un peu autour de lui, comme un charognard se régalerait des intestins d’une proie, le rire du mastodonte ne cessait de croitre. Peu à peu, l’imposant E-522.2 se faisait mettre en pièces et perdit en énergie, mémoire et capacités jusqu’à finalement être complètement mis hors service. Malgré tout, cela n’empêcha pas le mastodonte de continuer à le frapper. Puis voyant son ennemi désactivé, il se redressa et arracha la tête de la machine avant de la brandir en l’air tout en poussant encore une fois un cri de victoire.


    - STERIA ! JE T’AI VAINCUE ! MOI ! PYRRHUS HELLSTORM ! JE TE L'AI MISE SUR LE COTE BÂTARD !


    Il rugit encore une fois avant de reprendre son état normal et de sentir des douleurs sur le crâne, l’épaule et l’abdomen. Le mastodonte venait de prendre conscience de ses blessures mais se contenta de ricaner, fier de lui et nullement préoccupé par ce qu’il avait encaissé. Se tournant vers ses deux acolytes d’infortune, il vit que le superdroïde tacticien avait été éliminé. Pyrrhus ramassa ses armes avant de se pencher vers lui pour extraire ce qu’il restait de la mémoire interne du droïde après avoir bousculé un peu le lieutenant confédéré. Peut-être y aurait-il des infos intéressantes à exploiter pour le compte de Zann ? Il rangea la mémoire dans l’une de ses poches et redressa sa tête vers Drang et Dash avant de lâcher.

    - C’était un beau combat. On les a bien saignés ces salopards ! Tu m’étonnes que cette batterie de tas d’ferraille se sont fais lattés les couilles par des clones…


    Continuant tout un monologue sur la supériorité des organiques sur les synthétiques, il arracha aussi la tête du super droïde tacticien d’un mouvement bien moins impressionnant qu’avec le E-522.2 et attacha la tête du super droïde ainsi que celle de son imposant rival désactivé à sa ceinture comme trophées. Ça ne servait à rien, mais ce geste était fait par principe. On ne faisait jamais chier le mastodonte. Pyrrhus pénétra dans la navette et alla s’installer au cockpit de pilotage tout en jetant un œil sur l’ordinateur de bord à la recherche d’informations. Il resta cependant sur ses gardes, maintenant que leur ennemi avait été neutralisé, il n’y avait aucune raison pour que Dash ou Drang ne cherchent pas à éliminer le mercenaire… Il lâcha une phrase l’air de rien.

    - Bon, on a récupéré une navette mais on ne sait toujours pas ce qui se tramait ici concrètement…
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Ven 15 Mar - 3:41

TOUR 16 (Épilogue)

Le cauchemar était terminé. La menace droide avait enfin été éliminée. Il était temps de quitter Steria. De façon contraire à toutes les traditions militaires, les morts furent laissés sur place. Point de temps pour créer des sépultures : le mal de Steria était toujours bien présent et de nouveaux cas se déclaraient au fur et à mesure que l’adrénaline redescendait. Mieux valait en finir au plus vite, fuir le plus loin possible et tenter de se remettre de cette terrible aventure. Toute faction confondue, les pertes étaient énormes. LA CSL et l’AG se voyaient amputés de la majeure partie de leurs officiers, de leurs flottes, de leurs forces terrestres… Les comptables allaient s’arracher les cheveux et les analystes tenter par tous les moyens de trouver une façon de minimiser ce fiasco à la population. Autrement, ce serait s’exposer à la pire des presses.

Du côté des mercenaires, ce n’était guère brillant non plus. En excluant Pyrrhus, Doman et leur lieutenant respectif, à peine quatorze mercenaires quittèrent la planète, renforts inclus. À ce stade des choses, le paiement, qui serait plus que princier, semblait soudainement fade et sans intérêt. À quoi bon. Ils avaient survécu, empocheraient une fortune… Et cauchemarderaient de ce jour pour le reste de leur vie. La mission était un échec partiel et sans Pyrrhus, les choses auraient pu être pires encore. Le CDZ avait au moins une chance de tirer quelque chose de la mémoire du droide. Chose certaine, le Krogan venait de se tailler une place de premier choix s’il cherchait embauche auprès de la puissante organisation criminelle. Avec un peu de chance, il aurait droit à un tête à tête avec Talia Zann pour son débriefing, ce qui était chose plutôt rare.

La remise en orbite du « Legislator », du côté de l’AG, se fit non sans heurts. Un incendie se déclara à bord, causant la mort de plusieurs techniciens et une fois en orbite, il fallut bien se rendre à l’évidence : dans son état actuel, le vaisseau serait tout à fait incapable de performer au pic de sa vitesse en hyperespace. Le voyage de retour serait bien plus long que prévu à moins de vouloir jouer avec le feu, forcer le système et risquer de tout faire sauter. Plusieurs officiers argumentèrent sur le fait que le commandant Azaren devait impérativement quitter ce cercueil volant et trouver refuge sur le pont de commandement d’un vaisseau intact mais peut-être était-ce le mal de Steria ou autre chose, ces requêtes tombèrent dans l’oreille d’un sourd. L’AG rentrait au bercail, meurtrie, grièvement blessée et complètement démoralisée. Ce n’était qu’une partie du problème.

Il y avait trop de blessés et trop de soldats traumatisés. Les infirmeries de bord ne pouvant plus fournir, il y avait des risques que certains « patients » succombent avant le retour à Coruscant, soit de leurs blessures, soit à la folie. Les patients les plus dangereux étaient sous la garde de stormtroopers eux-mêmes épuisés. Autant dire que personne n’était dans une forme exemplaire et que les demandes d’équipes médicales se multiplièrent pour les services de santé de Coruscant. Dans un ordre tout relatif, les survivants de l’Alliance étaient prêts à quitter l’espace de Steria pour ne plus jamais y revenir. Il faudrait déclarer la zone défendue et punir de façon draconienne quiconque s’y aventurerait. De nouveaux ordres arrivèrent pour le commandant Azaren : son débriefing s’annonçait pour le moins caustique si on se fiait à la teneur du message.

Du côté confédéré ce n’était guère brillant non plus. Des deux grandes factions, ils avaient été les plus durement touchés. Ceux qui revenaient en orbite étaient pour la plupart dans un état déplorable, les autres catatoniques et quelques-uns étaient restés intacts malgré tout. Le mental avait tenu. Nombreux étaient ceux qui murmuraient ô combien ils étaient redevables au lieutenant Fedelis. « Fidelis », disaient certains car il était resté jusqu’au bout et ne s’était pas enfui comme certains officiers. Les soldats souhaitaient qu’il soit promu, en tout cas. Nul n’ignorait, cependant, que ce dernier risquait d’en prendre pour son grade. Il avait outrepassé son grade et son autorité, même si c’était pour sauver des vies et l’état-major voudrait un bouc émissaire avant de vouloir un héros. C’était comme ça, on ne pouvait y faire grand-chose, hélas.

Chose certaine, personne n’avait envie de chercher querelle aux gens de l’Alliance. Hostilités ou non, ceux qui avaient vu les horreurs de Steria ne regarderaient plus jamais la guerre en cours de la même façon. Les deux factions avaient combattu ensemble et étaient mortes ensemble. Au diable les histoires de politique. Que chacun rentre chez soi panser ses plaies. La guerre pouvait bien attendre encore un peu non? De toute façon, avec quoi la CSL pourrait-elle livrer bataille? La seule personne qui pourrait les motiver à faire une telle chose, c’était « Fidelis ». Et encore… Ce serait pousser le bouchon. Par contre, pour ce qui fut de l’accueillir à bord… Sans doute le Premier Conseiller lui-même serait jaloux d’une telle ovation. Le héros de Steria était sain et sauf et de retour parmi les forces de la Confédération. Il aurait des histoires à raconter.

D’ailleurs, parlant de Steria… Le temps que les flottes se préparent à passer en hyperespace, une fois l’évacuation terminée, les protagonistes de toute cette affaire purent assister à quelque chose d’à la fois époustouflant et extrêmement terrifiant. Ils assistèrent, ni plus ni moins, à la mort d’une planète. L’anti terraformation de Steria. D’une planète riche à l’excès, Steria devint en l’espace de quelques minutes une boule de roche stérile et on ne peut plus morte. L’AG perdit un vaisseau de plus qui fut complètement irradié et transformé en une coque de métal inerte par le dégagement massif de ces mystérieuses radiations. Pour quelques minutes de retard et c’était l’ensemble des survivants qui y passait. Comment s’y était-on prit pour obtenir de tels résultats? Mieux valait ne pas savoir. Le cauchemar était fini à jamais.

À des années lumières de là, à la sortie d’un conseil d’administration, un homme se rend à son bureau. Il s’appelle Richard Coleman. Prévenu par sa secrétaire qu’il a reçu un message urgent, il en prend connaissance et blêmit. Le contenu du message? Quelque chose de cryptique. « Les secrets de Steria sont en ma possession. Encore une fois, mes intérêts avancent envers et contre toi. Prépares toi à recevoir de la visite. » Après moult jurons, le corellien annonce à sa secrétaire qu’il sera absent pendant une durée de temps indéterminée, pour affaire. Intérieurement, il sait ses jours comptés. Sans les précieuses informations qu’il convoitait, il n’a aucune monnaie d’échange face à son créditeur. Il se doute aussi que désormais, la CSL et l’AG sont au courant de ses manigances… Et personne ne punit aussi bien que leur justice respective.

Sur Coruscant, l’état-major est en pleine session. Que va-t-on faire de ce fiasco? Le commandant Azaren avait certes fait ramener un datapad contenant d’intéressantes informations mais la perte de ce soi-disant sujet zéro, de la très grande partie de ses forces et de ses troupes, sans parler du fait que les confédérés avaient pu quitter l’espace de Steria en vie, voilà autant de points qui jouent contre lui. Une voix s’élève, cependant. L’AG cherche à rejeter ses fautes sur un vrai héros et il est hors de question que cette mascarade continue. Concertation chez ces huiles lourdes de l’appareil militaire de l’AG. Soit. Ryaaz' are' Nuruodo aura sa chance pour s’expliquer. L’AG le lui doit bien le débiteur inconnu du Chiss se contente de sourire. Il y a de grands projets de prévu pour le Chiss et ce ne sont pas ces militaires qui interfèreront.

Sur Dac, un débat houleux secoue le sénat. Un homme s’oppose aux accusations fallacieuses portées contre le lieutenant Fedelis. Il n’est pas seul. L’armée est d’accord avec lui. Son opposant, le sénateur Dickinson, exige la démission du lieutenant et son incarcération. En fait, il accuse aussi le défenseur de Dash de tremper dans l’affaire jusqu’au cou. Des forces droides, de la CSI qui plus est, cela ne tombe pas sous la coupe du premier conseiller par intérim? Silence gêné dans la salle. Plaidoyer du principal concerné. Le Premier Conseiller tranche : le premier débriefing sera assuré par le Conseiller Artemius Treadwell, en qualité d’expert sur la CSI. Les SDR de la CSL prendront ensuite le relais. Pour un, l’évidence s’impose : il faut innocenter le lieutenant Fedelis. Cet homme mérite une médaille, une promotion! Pour les SDR… Difficile à dire.

Enfin, du côté des mercenaires, grande nouvelle. Talia Zann en personne demande à parler à Pyrrhus. Les autres lieutenants du CDZ auront la charge d’interviewer le reste des survivants. Au menu, une offre juteuse pour le Krogan et une récompense à faire verdir de jalousie un prince. Ce sera somptueux, à n’en pas douter. On peut déjà deviner ses intentions, en partie. Quelqu’un au sein de la CMC était au courant pour Steria et sa tête doit se retrouver au-dessus de la cheminée de la chef du CDZ. Que Pyrrhus fasse ce qu’il veut du corps. Certes, rien n’a encore été dit de façon officielle mais les mercenaires en font déjà circuler la rumeur. Personne ne se paie la tête de Talia Zann. Pyrrhus viendrait-il de se sécuriser un emploi à temps plein? À lui d’en décider si l’offre se fait. Ce ne serait quand même pas banal comme job…

Enfin, car il faut bien conclure, une fois entre des mains pour le moment inconnues, l’IA de Steria fait son rapport. Ce qu’elle a vu, ce sur quoi elle a pu expérimenter et sur les derniers moments de Steria en tant que tel, avant qu’elle ne la quitte. Ses impressions sur le projet et ses conclusions. Ses recommandations pour améliorer le tout. La question est posée : peut-on faire une Steria II? La réponse, oui. Il faudra du temps, mais oui. Hochements de tête. Ce pourrait être un projet viable, éventuellement. L’IA demande si elle sera affectée à ce projet. On lui répond que oui, s’il démarre. Pour l’heure, par contre, on a besoin d’elle ailleurs. Ce fameux processus d’anti terraformation, l’objectif initial de Steria, a-t-il dépassé le stade expérimental? L’IA répond qu’il est parfaitement viable. Enfin, un sourire se dessine sur le visage du vrai maitre d’œuvre de Steria…


HJ : Et voilà, l’intrigue est terminée! J’invite Dash, Ryaaz et Pyrrhus à poster leur conclusion. Bravo à tous pour votre participation! Je vous recontacterai pour vos débriefings individuels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Ven 15 Mar - 21:13

L'enfer était terminé. Dash n'en revenait pas tandis que la navette s'éloignait de la planète. Steria... Le Paradis Infernal. Sur cette simple sphère tellurique il avait découvert la véritable horreur, la peur dans son essence même celle qui paralysait les plus intrépides. Mais il avait découvert, avec une certaine surprise tout de même, qu'il était apte à mener des hommes au combat. Mais aussi un homme combatif. Pourtant Dash avait deux sentiments qui se battaient contre le triomphe qu'il ressentait. Le premier était l'impression d'être faible : il avait succombé au mal de Steria malgré qu'il ait combattu cette saloperie jusqu'au bout mais il se sentait comme trahi par son corps et son métabolisme. Il s'était toujours cru plus endurant et presque invincible. Voir la mort et la maladie l'avait convaincu que c'était loin d'être le cas. Et le second sentiment était un appel de son esprit, diffus mais signalant un danger éminent. Et tandis que sa navette rejoignait les soutes du "Dac d'acier" cela augmenter. Peut être était ce un résidu de l'adrénaline qui l'avait maintenu combatif pendant de nombreuses ou alors la fatigue de ces jours, voire heures, éprouvantes au possible. Plus d'un homme avait perdu la tête devant les horreurs qu'ils avaient dû combattre et de devoir tuer ces propres frères d'armes. Mais Dash allait rester prudent. Après ce qui venait de se produire l'état-major devait être plus qu'alarmé. Et il faudrait faire disparaître l'affaire. Quoique... Au contraire de l'Alliance Galactique la Confédération serait plus du genre à tout dévoiler au public. Une erreur car il faudrait quelqu'un responsable. Et tous les fuyards étaient morts et les officiers pouvaient toujours se cacher derrière leurs grades et leurs contacts. Mais quoi de mieux que rejeter la faute sur un homme qui surmonté son grade et ses droits ? Qui plus est un homme qui faisait parti des Services de Renseignement ? Et facilement remplaçable. Mais peut être qu'on ne chercherait pas plus loin que le nez d'un crâne. On se passerait de cour martiale. C'était la mort ou la médaille qui l'attendait voir les deux. A vrai dire le fier soldat que Dash était se fichait bien peu de cela. Et lorsqu'il descendit du vaisseau il en fut largement récompensé et rassuré.

"Regardez c'est le Capitaine Fedelis. Arrêtez vous arrêtez vous !
- Officier sur le pont, saluez !
- T'imagines... On doit notre putain de vie grâce à lui. En voilà un d'officier qui a du cran."

Dash ne put s'empêcher de sourire et contrairement à d'autres hommes il leur rendit leur salut et salua la main de chacun d'eux, en leur adressant des paroles réconfortantes et des remerciements d'avoir accepter de le suivre et d'avoir survécu. Puis il quitta le hangar, laissant les soldats murmurés leur respect. Il avait gagné le coeur et l'esprit de ces hommes et des ces femmes en n'accomplissant que son devoir. Mais peut être était ce aussi parce qu'il avait réussi à le faire en préservant le plus de vie possible et évitant l'effusion de sang avec l'Alliance. Mais désormais c'était la guerre qui grondait. Finie l'alliance entre les deux ennemis naturels. Leur guerre froide, et même glaciale, allait reprendre dès que cette affaire serait réglé. Mais pour le moment Dash n'en avait que faire. Il voulait se laver, car il était encore poisseux de son sang et surtout dormi du sommeil du juste. Et quelle surprise il eut en découvrant le jeune caporal Mirx au garde à vous devant la porte de la cabine qu'on lui avait attribué. Dash sourit d'un air flatté mais fatigué.

"Mirx... Allez vous reposez. Nous l'avons tous mérité.
- Non mon Capitaine ! Vous nous avez sauvé la vie. Je me dois désormais de défendre la vôtre.
- Nom de dieu... Vous n'êtes pas un Wookie et les dettes de vie n'ont pas lieu dans l'armée ni chez les hommes. Prenez une bonne douche un repas chaud et dormez. C'est un ordre Caporal."

Le visage du jeune soldat se décomposa entre fidélité et obéissance. Finalement il baissa les épaule et enfila la bandoulière de son arme. Dash soupira dès qu'il eut tourné au coin du corridor et leva les yeux au ciel. L'ardeur des jeunes recrues... Toujours la même. Si cela commençait Dash présentait qu'il n'apprécierait d'être aimer et surtout de ressentir que les autres hommes lui étaient redevables. Le lendemain il disparaîtrait. Il serait bien sûr flatter d'une promotion, d'une médaille ou même de simples félicitations. Mais sans plus. Le montrer en premier plan détruirait sa carrière d'espion et il serait alors obligé de devenir un militaire. Quoique cela ne le gênait nullement. Mais il aimait se savoir discret. Et dans le pire des cas il restait l'Escadron Spectre ou les forces spéciales de la Confédération. Enfin la question n'était pas là tandis que Dash soupirait à son aise sous l'eau chaude. Après une douche, pour ainsi dire bouillante, il se regarda dans le miroir, enfin propre barbu mais vivant. Après avoir passé sa main d'un air agacé sur son chaume le jeune Capitaine soupira, plaqua ses genoux contre son lit et s'écroula dessus. Moins de deux secondes plus tard le sommeil l'emporta. Vers Mon Calamari.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Dim 17 Mar - 19:46

Le Chiss avait réussi à récupérer les données, et c'est ce qui comptait. Certes, il avait dû faire du chantage au mastodonte en plaçant ses vaisseaux de façon à pouvoir empêcher la navette du krogan de fuir, mais son interlocuteur avait bien compris que cela était dans l'intérêt de tout le monde que de partir sans combattre une fois de plus. Une copie cryptée de la mémoire des droïdes était dans un datapad dans la poche interne de sa veste d'uniforme, maintenant qu'il avait pu quitter cette armure aussi inconfortable qu' indispensable à sa survie sur la planète. Il sortit des ses quartiers après avoir vérifié l'état des hématomes qu'il avait à plusieurs endroits. Ses deux côtes fêlées le faisaient grimacer quand il ouvrit la porte pour se diriger vers la passerelle.

Il n'avait rien du héros victorieux, et, quand bien même ils lui devaient pour la plupart la vie, très peu furent les hommes d'équipage qui vinrent le saluer, ou même lui serrer la main. Azaren les remercia d'un regard appuyé et d'une amorce de sourire, continuant sa voie. Bien peu lui importait de savoir si les autres appuyaient ses décisions, du moment qu'ils suivaient les ordres et qu'ils survivaient. Il savait ce qui était bon pour eux, qu'ils le veuillent ou non, et rien n'avait plus d'importance que la survie d'autant d'hommes que possible.

La passerelle était en ébullition, alors que le Legislator avait survécu à sa sortie d'atmosphère. Certes, le voyage serait long, avec l'hyperdrive classe 2 endommagé qui ne pourrait pas soutenir de trop grandes vitesses. Le Nighthawk avait proposé d'embarquer Azaren mais il avait refusé, trouvant qu'avoir un peu de temps avant de retourner sur Coruscant, au milieu de la tourmente que devait être l'état-major de la Flotte.

Azaren aperçut Drang, accompagné de Raska et de Vishak, qui supervisaient le bon déroulement des opérations de retraite. La planète se disloqua à peine Azaren franchit le pas de l'énorme porte qui menait à la passerelle. Il s'en était fallu de peu, et un destroyer à moitié réparé qui avait quitté le champ de débris fut annihilé en dix secondes. La consternation dura quelques instants, mais l'on s'habitue vite à la mort, et à part quelques réfractaires, la majorité de l'équipage se remit au travail après deux minutes.

L'ayant vu s'approcher, les officiers et les soldats de garde à la passerelle exécutèrent un salut passable, puis Drang et Vishak vinrent lui serrer la main. Le Major fut le premier à trouver les mots :

- Commandant.. merci. Je ne sais pas ce que les huiles vont faire de vous, si elles vont vous laisser moisir sur une station spatiale pendant le reste de votre vie ou vous acclamer comme il le faudrait mais sachez que nous savons ce que vous avez fait pour nous, et pour nous tous. Certains ne reconnaitront pas la valeur que vous avez déployée, d'autres vous reprocheront de vous être alliés aux confédérés et aux mercenaires, mais nous vous soutiendrons, peu importe ce qu'il arrive. A propos, j'ai vos informations sur le lézard : un rapport est prêt quand vous voudrez, avec des enregistrements.

- Merci à vous, camarades. Je suis... désolé que ça aie mal tourné. Sincèrement. Rompez.

D'un signe de tête, les deux s'éloignèrent vers l'infirmerie. Le chiss resta là, les yeux fixés dans le vide, refoulant ses larmes en mémoire de tous ceux qu'il avait consciemment envoyés à la mort, devant cette menace dont ils n'avaient encore pu saisir les tenants et les aboutissants. Quoi qu'ils trouvent dans les données, une chose était sûre : Richard Coleman allait payer.

- Vers Coruscant, Raska, et maintenant.


Toujours raidement figé, il regarda une dernière fois Steria et salua, sèchement. Toute la passerelle en fit autant. Les étoiles s'évanouirent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   Mar 19 Mar - 18:55

    Pyrrhus Hellstorm n’avait pas eu le temps de trouver grand-chose dans l’ordinateur de bord de la navette, mais pris le temps de faire une copie de ce que le vaisseau avait en mémoire : on ne sait jamais. Heureusement, ses deux alliés semblaient ne pas avoir l’intention de le trahir, mais il continua à rester sur ses gardes et quitta le complexe souterrain de la CSL tout en faisant passer Dash Fedelis et Drang devant lui. Le Krogan comptait bien fermer la marche et garder les deux humains à l’œil. Lorsqu’il remonta à la surface, il constata alors l’ampleur de la bataille qui avait eu lieu alors qu’il était sous-terre : des cadavres en nombre presque illimités. Il ne s’en rendit pas tout de suite compte, mais il remarqua qu’il pataugeait dans une espèce de boue rougeâtre et noire qui avait une forte odeur d’hémoglobine couplée à celle du souffre. Les joies de la guerre… Mais le mastodonte n’eut aucune réaction qu’un soupir de lassitude. Ce genre de spectacles ne l’étonnait plus du tout et ne suscitait chez lui rien d’autre que de l’ennui. Certes, le E-522 avait été un challenge à sa hauteur –et d’ailleurs, ses chairs commençaient déjà à cicatriser-, mais le Krogan se demanda combien d’ennemis il aurait pu abattre en plus (et donc, soulager ses hommes) s’il était resté à la surface. Mais les ordres étaient les ordres. Le Consortium de Zann l’avait payé pour cela, pas pour sauver des vies, et puis quoi encore ?
    Au fond de lui, il n’éprouvait aucune tristesse mais eu toutefois une sensation de fierté : il s’en était tiré. Et ses hommes avaient été suffisamment vaillants pour donner leurs vies pour que le Consortium de Zann mette la main sur ces données. Leur combativité, ténacité, violence et détermination forçait le respect du Krogan qui espérait que les soldats de l’Alliance ou de la Confédération comprennent que la galaxie regorgeait d’hommes armés et dangereux capables d’accomplir des choses aussi grandes que leurs corps d’élite respectifs. Sans nul doute, si quelqu’un venait à rassembler tous les mercenaires, chasseurs de primes et contrebandiers sous la même bannière, cette personne aurait suffisamment d’hommes pour rivaliser (sur le plan de l’effectif militaire) avec des gouvernements aussi grands que ces deux géants qui se fixaient avant de mordre.

    Le reptile à l’allure préhistorique roula son imposante tête de gauche à droite pour contempler ce que cette bataille avait laissé. Il inspira un grand coup et constata avec un certain plaisir que Doman Abi ainsi que Dale son lieutenant avaient survécut tous les deux : ils l’ignoraient peut-être, mais par ce tour de force, ces deux hommes avaient gagné l’estime du mastodonte qui appréciait s’entourer de guerriers de talent.
    Pyrrhus sonna ensuite le départ de Steria et fit rappeler ses hommes aux navettes du Consortium de Zann qui étaient venus récupérer les rescapés. Le lézard ne relâcha cependant pas sa vigilance et trouvait cela curieux que Dash Fedelis ou que Drang n’aient rien fait pour tenter de s’accaparer les données de Stéria : peut-être avaient-ils d’autres cartes en main ? Ou alors la démonstration de force du Krogan les avait suffisamment intimidés pour les dissuader d’en demander ? Ca le Krogan l’ignorait, mais il s’attendait à un coup fourré de dernière minute et ses doigts serraient fermement la crosse de son fusil d’assaut lourd, prêt à jouer de la gâchette. Inutile de traîner davantage ou de rappeler à ces mammifères ce que Pyrrhus avait obtenu, il ne salua que brièvement ses alliés temporaires de fortune pour regagner son vaisseau.

    Ce ne fut que lorsque ses navettes furent en orbite qu’il comprit alors : le commandant de l’Alliance, Ryaaz’Are’Nuruodo, exigea une copie des données extraites de la mémoire du super-droïde tacticien sous peine d’être vaporisés. Pyrrhus pesta et insulta le Chiss dans tous les jurons possibles que le Basic offrait. Aucun des pilotes de la navette dans laquelle il se trouvait n’avait assez de talent pour tenter de passer en force, d’autant plus qu’Azaren avait déjà déployé quelques chasseurs restant. L’arsenal de la navette et ses réacteurs ne permettaient pas de répondre. En temps normal, sans doute que le mastodonte aurait quand même tenté une percée, cependant il fallait prendre en considération plusieurs choses…
    Talia Zann, voulait ses données et pouvait payer grassement celle-ci. Mieux valait offrir une copie des données au Chiss et rapporter les informations compilées à Zann plutôt que de ne rien rapporter du tout. Secundo, il fallait être de mauvaise foi pour oser prétendre que les mercenaires auraient pu tenir le coup sans le soutien des troupes et mécas de l’Alliance… Même si la Confédération semblait ne pas avoir demandé son dû –et Pyrrhus comptait bien se garder de le leur rappeler-, le sacrifice des soldats de Zann ne devait pas être vain. Leur mémoire et leur honneur de guerriers impitoyables ne devaient pas être réduits à néant sur un coup de tête.


    * La prochaine fois, tu garderas des otages… et tu assureras tes arrières avec un gros croiseur aussi…*

    Pensa le mastodonte reptilien qui esquissa un sourire carnassier révélant ses dents. Et de toute façon, on lui avait demandé de faire ce qu’il fallait pour les données. Si Zann venait à se plaindre de ça, Pyrrhus comptait bien lui rétorquer qu’elle aurait pu aussi prévoir le coup en mobilisant, par précaution, quelques croiseurs pour éviter que les rescapés de Stéria aient à subir ce genre de chantage de l’Alliance…
    Acceptant cette semi-défaite, le mercenaire copia les données du super-droïde tacticien mais pas de l’E-522 qui devait de toute façon, rien n’avoir de bien intéressant selon le Krogan. Cependant, il y ajouta plusieurs téraoctets d’images explicites et suggestives collectées sur l’Holonet rapidement avant d’envoyer la copie. Il se garda également bien de transmettre les données qu’il avait obtenues sur l’ordinateur de bord de la navette avec laquelle, le maître d’œuvre de Stéria comptait s’échapper. Après tout, le Chiss ne les avait pas réclamées…
    Pyrrhus espérait bien que même s’il avait coopéré avec l’Alliance, que le Consortium de Zann mettrait les bouches et doubles pour tenter de prendre son rival de vitesse. Un peu de concurrence stimulera sans doute Talia à prendre les choses en main avec plus de sérieux, ainsi qu’à se montrer on ne peut plus impliquée dans les opérations qu’elle mènera à l’avenir, à contrario de Stéria.

    Une fois le transfert effectué et la vérification des données faites, la navette fila à travers les étoiles : l’Alliance semblait avoir tenu parole. Mais Pyrrhus comptait bien se souvenir du visage de ce Chiss et n’allait pas oublier de si tôt le coup qu’il lui avait fait, même si, et il fallait l’avouer, son adversaire s’était montré très malin sur ce coup ce qui mêla sa rancœur avec un soupçon d’admiration pour sa ruse. Profitant du voyage, Pyrrhus grogna –il n’aimait pas voler dans l’espace- et s’assit dans un fauteuil encore une fois, trop étroit pour sa carrure. Il réfléchissait à la situation, mais surtout à son entrevue avec la grande patronne qui allait sans doute lui demander comment la mission s'était passée… Préparant ses arguments, il avait le sentiment que quelque chose lui était passé sous le nez -façon de parler dans le cas de l'hybride- avec Stéria, il se souvint alors que le lieutenant Fedelis avait évoqué un certain Richard Coleman ainsi qu’un patient zéro. Ce nom n’évoqua rien dans la mémoire du lézard, mais peut-être que Zann avait suffisamment de relations pour savoir qui était ce Coleman ?

    En tout cas, Pyrrhus était bien impatient de pouvoir continuer à éclaircir cette affaire dont il savait, au plus profond de son instinct de prédateur, qu’elle n’était pas encore terminée…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Steria] Steria ou le paradis empoisonné [MINI EVENT] [PV] (TERMINÉ)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: