Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entrevue Diplomatique [PV Callista // MJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Entrevue Diplomatique [PV Callista // MJ]   Ven 5 Oct - 18:20

Un voyage vers Bastion était toujours quelque chose de particulier. Lorsque je m’y rendais sous l’étiquette de Célestine, je n’avais aucun problème pour passer, puisqu’il s’agissait de vendre de nouveaux produits ou négocier de nouveau contrat et que les Vestiges de l’Empire restaient notre meilleur client. Toutefois, lorsque comme ici, j’y allais sous l’étiquette de Sophia, tout devenait différent : je me devais d’être plus prudente afin d’éviter les mauvaises surprises. J’avais pris le temps de contacter les autorités impériales pour demander audience envers l’Empereur, ce qui n’était cependant pas si difficile. Celui-ci tenait à marquer son désaccord sur certain sujet avec la politique de l’Alliance et ne manquait donc que rarement une occasion de nous accueillir, surtout que sa femme restait l’une des nôtres après tout. Toutefois, il m’avait fallu préparer une route hyper spatiale jusque Bastion qui ne passe pas par les territoires de l’Alliance qui n’appartenait pas aux Vestiges, les joies de la politique… J’avais optée pour le voyage pour la navette de classe Lambda, un vieux design de chez Sienar qui perdurait malgré les années de service, toujours aussi efficace en termes de transport.

Je ne serais toutefois pas seule pour cette mission : la Padawan d’Aquilus Oblivarion, Callista Miransi, avait demandé à pouvoir m’accompagner pour une raison que j’ignorais. Je ne m’étais pas montrée particulièrement ravie, je devais déjà abandonnée Kyla sur Ossus afin d’éviter que sa couverture ne chute, mais il fallait que j’emmène la Padawan de quelqu’un d’autre, cela me semblait une très mauvaise idée, si je tombais dans un piège, j’emmènerais cette pauvre fille avec moi, mais elle semblait motivée et respectueuse et je n’avais pas eue l’envie de lui refuser ce voyage… Une faiblesse rare chez ma personne. Il n’était pas prévu que nous restions longtemps sur la planète de toute manière, juste le temps nécessaire de pouvoir négocier la prise en charge de notre Destroyer Stellaire afin qu’il puisse être ajouté en toute discrétion sur la liste des travaux des Chantiers Navals de Kuat. A priori, une opération simple qui ne nous demanderais pas trop d’effort, juste de la coordination. Normalement, les navettes de ce type demandait plusieurs personnes pour être pilotée, mais j’allais devoir faire seule, sans savoir si la Padawan était déjà capable de piloter, je ne voulais pas impliquer d’autre personnes et mon chasseur était un monoplace, je n’avais donc pas d’autres choix, cela serait juste un peu plus long.

Histoire qu’elle ne s’ennuie pas, je lui avais permis de rester en ma compagnie dans le cockpit de pilotage et je m’étais donc appliquée à lui expliquer les fonctions de base d’une navette comme celle-ci. J’avais une réputation solide dans le cockpit d’un chasseur, certain Jedi ne s’intéressait pas au pilotage, considérant cela comme secondaire ou inutile, mais ils étaient toujours heureux d’avoir un collègue pilote pour les sauver d’un mauvais pas lorsqu’une mission au sol tournait mal. Autrement dit, nous étions indispensable et qui sait, peut-être qu’un jour une mission de la jeune fille reposerait sur le fait qu’elle est quelques notions de pilotage que d’autre n’aurait pas, c’était pour cette raison que j’avais décidée de lui offrir ce petit cours, mais aussi parce que nous n’avions pas grand-chose d’autre à faire durant le voyage en Hyper-espace. Elle n’était pas ma Padawan, au niveau de la Force en général, ma vision ancienne des choses me poussait à considérer que je n’avais pas le droit de lui apprendre, j’avais déjà ma propre Padawan et elle était la Padawan d’un de mes collègues du conseil. En revanche, rien ne m’interdisait de lui donner des conseils de pilotage, alors autant en profiter…

La sortie de l’hyper-espace ce fit sur une vue imprenable de la planète Bastion, ainsi que du navire assurant sa défense orbitale : un long bâtiment de dix-neuf kilomètres, aucun doute possible, nous avions affaire a un Star Dreadnought de classe Executor. Celui-ci semblait toujours aussi menaçant, Lira Wessex avait fait de l’excellent travail, toutefois, il n’avait pas atteint ses objectifs, à savoir être capable de vaincre la résistance adverse avant même le premier tir de Turbo-Laser. Celui-ci, le Megador, avait longtemps servit sous les couleurs de l’Alliance avant d’être finalement céder avant la crise actuelle aux Vestige de l’Empire en gage de collaboration. Autant dire que s’il nous considérait comme des hostiles, nous n’aurions plus qu’à nous préparer à rejoindre la Force, car cette petite navette n’était absolument pas de taille à faire face à un bâtiment de guerre de cette classe. Toutefois, celui-ci n’était présent que pour une seule raison : assurer la garde de la planète et contrôler les vaisseaux en approche, comme l’indiquait la lumière rouge qui venait de s’allumer sur mon tableau de bord. Ouvrant le canal de communication, j’eu le droit à une voix d’homme monocorde, manifestement humaine et semblant particulièrement lasse d’envoyer le même message. Ce jeune homme ne devait pas s’être attendu à faire des opérations de patrouille à bord d’un Star Dreadnought, ce qui était particulièrement compréhensible.


« Navette Tydirium, ici le Megador. Veillez transmettre votre code d’identification et ralentir le temps du contrôle de ce dernier… »

S’il y avait bien une chose qui ne se perdrait jamais dans l’Empire, c’était bien le sens de la procédure. Je stoppais donc quelques instant l’avancée de la navette tout en transmettant les codes d’identifications, il n’y avait nullement besoin de les communiquer oralement, un simple traitement de texte sur un clavier du tableau de bord suffisait pour pouvoir le faire. Le code avait était transmis lors des tractations avec les impériaux par ses derniers, il n’y avait plus qu’à espérer que cela ne soit pas un piège. Le contrôle semblait toutefois prendre un peu de temps et je n’aimais pas cela, mais la Force ne semblait pas m’offrir une sensation de tension à bord du Star Dreadnought, rien d’inhabituel en tout cas pour un bâtiment comme celui-ci. La radio ne tarda cependant pas à se faire entendre de nouveau, la voix semblait d’un coup moins formelle, plus accueillante, peut-être l’opérateur s’était-il méfier une petite navette isolé dans l’espace n’était pas franchement la chose la plus clean qu’il soit…

« Code authentifié, bienvenue sur Bastion Tydirium. Vous avez l’autorisation de vous poser au hangar quatre du Spatioport de Ravelin. »

Il avait même l’amabilité de me fournir un plan de vol… Bon, je n’étais pas dupe, je savais très bien que cela signifiait que j’avais tout intérêt à le suivre sans protester sous peine de voir un escadron de TIE Defender venir me rappeler à l’ordre de la manière la plus brutale qui soit. La situation galactique était devenue ubuesque au point de faciliter nos échanges avec les impériaux par rapport à l’Alliance Galactique, les temps avaient bien changée… Je soupirais a cette pensée après avoir fermé le communicateur de la navette, puis reprenait les commande afin de pouvoir suivre le plan de vol. Même si je ne pouvais rien apprendre sur la Force a Callista, pour le reste, je pouvais répondre à ses questions et nous avions encore un peu de temps jusqu’à Ravelin, j’avais donc assez de temps pour pouvoir répondre à quelques questions, si toutefois cette dernière en avait. Passant sous le Star Dreadnought, je me tournais vers elle afin de lui demander directement

« Nous avons encore un peu de temps jusqu’à Bastion, si tu as des questions, c’est le meilleur moment pour les poser. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Entrevue Diplomatique [PV Callista // MJ]   Sam 6 Oct - 13:46

Un air respectueux arrimé à son visage tendre, Callista écoutait religieusement les explications de Sophia Kuat concernant le pilotage d'un vaisseau. Durant quelques secondes, elle avait failli gentiment lui expliquer que son maître et elle s'étaient déjà attachés à débuter les apprentissages du pilotage mais elle finit par se taire. Il était évident que cela occupait la vieille Jedi qui, apparemment, ne savait pas vraiment quoi lui dire. Pour sa part, la padawan aurait aussi bien pu se contenter du silence. Non qu'elle ne saisisse pas la chance qu'elle avait d'avoir été acceptée dans une mission du Grand Maître Kuat mais elle voyait assez mal ce qu'elles auraient eu à partager durant le vol, d'autant plus qu'elles ne se connaissaient pour ainsi dire pas. En consultant la carte de vol, elle avait bien remarqué que d'immenses détours avaient été faits plutôt que de suivre une ligne droite (en évitant les accidents gravitiques) et ne comprenait à vrai dire pas ce choix. Ou du moins n'en jugeait pas la raison satisfaisante...Mais, enfin, elle n'était ici qu'une élève face à l'un des pontes de l'Ordre qui avait toujours le dernier mot à tout. Et une fois que l'on avait dit cela, toute autre pensée ne valait guère mieux qu'une petite fleurette sur le papier.

Si bien qu'elle se contentait de hocher la tête aux indications du Maître Kuat tout en posant quelques questions polies sur certaines tactiques ou techniques de vol. Le voyage était long mais l'arrivée valait à elle seule l'attente qui l'avait précédée. Une vue imprenable sur Bastion-Capitale et sur un gigantesque SDS qui gardait l'accès à la planète. De quoi vous couper le souffle même si vous aviez grandi à proximité de ses géants d'acier. Et faire naître une légère appréhension quant aux intentions supposément amicales des Vestiges à l'égard de l'Ordre Jedi. Finalement, au grand soulagement de Callista, elles n'eurent pas longtemps à attendre avant d'être acceptée dans l'espace planétaire et dirigées vers l'un des spatioports de la planète. La proposition de Sophia étonna quelque peu l'apprentie qui, pourtant, ne se priva pour profiter de l'aubaine.


"Maître Oblivarion m'a signifiée les objectifs de cette rencontre mais je suis curieuse. De quelles façons comptez-vous arriver à un accord avec les Vestiges ? Je suppose que nous avons l'argent pour faire les réparations mais...Si ce n'était qu'une question d'argent, nous n'aurions sans doute pas eu besoin de nous déplacer. L'aide de l'Impératrice ne nous est-elle plus acquise ?" demanda-t-elle sans détacher son regard de l'immense masse planétaire que la navette approchait à grande allure. "D'ailleurs, sera-t-elle présente ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Entrevue Diplomatique [PV Callista // MJ]   Mer 10 Oct - 22:51

La jeune fille posa une question qui était pertinente, profitant ainsi du temps que je lui laissais pour pouvoir éteindre ses doutes. Aquilus ne sélectionnait jamais ses disciples au hasard et il était si exigeant qu’il n’avait terminé la formation d’un seul pendant que j’en avais déjà menée deux au rang de chevalier. Mais la voie de l’enseignement était quelque chose de complexe et certain Jedi n’était tout simplement pas capable d’assurer la transmission du savoir, mais il n’était pas encore tard pour l’Ombre et peut-être venait-il de trouver la perle rare. Certes, nous n’avions pas le temps dont dispose un Gen’Dai, mais il faut savoir s’adapter pour pouvoir s’en sortir et je ne doutais pas que le Jedi en serait capable, après tout, en tant qu’Ombre, il devait déjà faire preuve d’une adaptabilité exceptionnelle. Comme lui, je recherchais quelqu’un qui serait capable de me succéder, ce qui explique pourquoi je n’avais jamais conduit mes deux Padawan sur la voie du Covenant : ils n’avaient pas les épaules pour cette vie, ni les compétences, ni l’idéologie : il aurait était un crime de les envoyer dans une organisation qui n’était pas faite pour eux.

Pour en revenir à la situation actuelle, Callista me demandait la raison pour laquelle cette mission devait être menée avec une négociation directe, pensant que le soutien de la famille impériale nous était acquis. C’était vrai, en partie, toutefois, il y avait de très nombreux détails à régler et c’était justement la raison pour laquelle je me déplaçais jusqu’à la capitale impériale. S’il n’y en avait pas eu besoin, j’aurais évité un déplacement aussi risqué, d’autant plus que l’Empereur aurait à coup sûr encore des ennuis avec les Moffs voir la Chancelière qui risquait encore de donner de la voix. Mais le conseil avait jugé que le cas de ce Destroyer valait le risque et en tant qu’un de ses cadres, je me devais d’accomplir cette mission. Ils m’avaient choisi pour celle-ci à cause de mon nom de famille, ce qui n’était pas forcément le plus judicieux, mais il fallait tout de même dire à leur décharge que je disposais d’une réputation solide aussi bien dans le domaine technique que dans le domaine diplomatique, il allait falloir que je le prouve, car me ridiculiser devant une Padawan était tout sauf son objectif et l’avenir de l’Ordre en dépendait.


« Il y a plusieurs critères qui nous forcent à nous déplacer directement. Je peux te rassurer sur le fait que, sauf imprévu de dernière minute, l’Impératrice sera présente et nous disposerons de son appui, toutefois, son rôle au sein de la hiérarchie est toutefois symbolique, c’est du soutien de son mari dont nous avons besoin et celui-ci doit composer avec le conseil des Moffs, qui n’est guère de son avis je le crains… »

Je marquais une pause le temps d’appuyer sur quelques boutons, nous nous rapprochions de la planète et quelques petites choses étaient nécessaires pour assurer le passage dans l’atmosphère en toute sécurité, toutefois, rien d’important. Dans le même temps, cela permettait à Callista de remettre les pièces du puzzle dans l’ordre ainsi que de préparer déjà d’autre question dans le cas ou ma réponse ne se ferait pas assez précise. Je restais concentrée, offrant toujours un visage sans expression, hormis un sérieux que beaucoup trouvait perturbant, y compris chez les Jedi. Mais j’avais appris à essayer de contrôler à chaque instant chacune de mes émotions et maintenant, c’était devenu un automatisme, autant que respirer ou laisser mon cœur battre. J’avais toutefois laissé mon exposé en suspens et je le repris donc immédiatement afin de pouvoir éviter à la jeune fille de rester dans le flou.

« En effet, l’argent n’est pas vraiment un problème, enfin, c’est plus compliqué : a tarif normal, nous pourrions le faire réparer, mais tous les chantiers naval galactiques qui ne sont pas Confédéré sont à la botte de l’Alliance et ont consigne de ne pas travailler avec nous à l’exception d’un seul : MandalMotors, qui pratique des tarifs prohibitifs et n’est donc pas envisageable, nos ressources financières étant limitée. L’objectif de cette négociation est que l’Empire passe commande lui-même après des Chantiers Naval de Kuat pour la réparation du Errant Venture, ce qui nous évitera trop de frais et nous permettra de contourner le cadre légal de l’Alliance. »

En gros, l’on montait en douce une opération d’enfumage afin de pouvoir disposer d’un Destroyer Stellaire remis au standard, ce qui signifiait entre autre abandonner la peinture rouge trop criarde et retirer les machines à sous pour remplacer cela par l’équipement standard en dotation au sein de l’armée impériale, un classique en quelque sorte. Ce genre d’opération n’était certes pas tellement dans nos habitudes, mais au vu de l’urgence de la situation, nous n’avions guère le choix, il nous fallait cette aide. Toutefois, il me restait une dernière chose a amener : l’équipage : nous étions loin d’être assez de Jedi pour manœuvrer un bâtiment de guerre de cette taille et la plupart de nos planètes étaient vide de vie ou peuplé d’autochtone dont le niveau d’enseignement n’était pas suffisant afin de pouvoir assurer les fonctions au sein d’un Destroyer Stellaire. Dans l’idéal, nous aurions besoin d’un équipage au complet, mais des droïdes remplaçant les humains pourraient très bien faire l’affaire également. Je comptais voir les détails concernant ce point avec l’Empereur lui-même, suivant le vieil adage « Il est préférable de s’adresser à Dieu plutôt qu’à ses saints »

« Nous devons également régler d’une manière ou d’une autre le défi qui se pose au niveau de l’équipage : nous n’avons pas le personnel qualifié pour manœuvrer le bâtiment, même avec un équipage minimal. La négociation devra donc également porter sur ce détail. J’aurais toutefois du mal à te répondre sur la manière dont je compte m’y prendre, je pourrais bien entendu te parler des règles de l’étiquette ainsi que de la diplomatie, mais je pense que tes maîtres lorsque tu étais Novice ont déjà fait le travail. Je vais me fier à la Force et faire preuve de tact. Il est difficile d’établir sans savoir l’éventuelle compensation que le couple impérial pourrait nous demander contre ce service. »

Nous passions désormais l’atmosphère, une zone de turbulence qui était toutefois très bien absorbée par la navette, pour laisser ensuite le paysage de la capitale impériale apparaitre. La différence avec Coruscant était rapidement visible, Bastion portait admirablement bien son nom : il s’agissait d’une véritable forteresse imprenable ou l’on pouvait admirer toute sorte de batterie anti-aérienne comme de défense au sol, un fort inexpugnable conçu pour décourager tout assaut directe. Bastion n’était pas encore prête pour du conflit contre les Vong, mais celui-ci c’est terminé il y a maintenant quarante ans et la planète était désormais la plus belle forteresse galactique. Si Callista avait encore une interrogation, cela serait probablement maintenant ou jamais, ensuite, la navette serait posée et il serait alors trop tard…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Entrevue Diplomatique [PV Callista // MJ]   Sam 13 Oct - 17:50

Ses yeux gris fixés sur la planète qui se rapprochait de plus en plus rapidement, Callista écoutait avec attention les paroles et les explications du Grand Maître Jedi qui pilotait la navette qui les transportait pesant le pour et le contre dans ce qui lui était finalement dit. Peu de choses qu'elle ne savait pas en réalité mais il était toujours bon de l'écouter de la bouche d'un autre, n'aurait-ce été que pour se faire une idée plus précise de la situation et dégager ce qui appartenait ou non du caractère subjectif, par la force des choses, de son propre avis sur la question. Elle savait qu'elle n'aurait pas du douter ainsi des paroles de Jedi bien plus avancés qu'elle dans l'apprentissage des méandres de la Force mais elle avait toujours trouvé délicat de ne pas questionner les motifs qui poussaient à telle ou telle action. D'autant plus alors qu'il lui semblait que l'Ordre tout entier, sous la houlette, bien sûr, du Conseil, s'était engagé dans une voie étrange voire dangereuse.

Instinctivement, elle se demanda ce que son maître, Aquilus Oblivarion, pouvait bien penser de tout cela. Sans doute restait-il lui-même dans l'expectative. Sinon, il n'aurait eu aucune raison d'accepter de la laisser se rendre sur Bastion et, peut-être, s'interrogeait-il comme elle sur les tenants et les aboutissants d'une telle manœuvre de la part de l'Ordre Jedi ? En tous cas, elle espérait grandement que ce qu'elle lui rapporterait des discussions avec les Impériaux de Bastion lui permettrait d'écarter les brumes qu'elle sentait s'amonceler sur la Voie de la Lumière. Une chose l'inquiétait plus que les autres à vrai dire. Les efforts de l'Ordre en général semblaient être beaucoup plus tournés vers un jeu délicat de balance entre Confédérés et éléments divers qui composaient une Alliance Galactique qui se délitait de jour en jour. Était-ce vraiment le principal ? Et, plus prosaïquement, cela valait-il les efforts qu'ils déployaient incessamment ? En agissant ainsi, ne faisaient-ils pas tout simplement le jeu des Sith qui réapparaissaient si longtemps après la mort de Darth Caedus ? N'étant plus affiliés à un État quel qu'il soit et préoccupés par leur seule survie, n'étaient-ils pas en train de perdre de vue l'essentiel. C'était ce qui intriguait le plus la jeune fille mais jamais elle n'aurait osé s'en ouvrir à Sophia Kuat, elle réservait ce type d'interrogations pour son maître sachant pertinemment que l'actuel Conseil n'aimait guère les esprits trop critiques quant à son action sensée entrainer l'Ordre comme un seul homme.


"Peut-être...Toutefois, je doute que l'Empereur ait besoin de l'aval des Moffs pour faire passer une simple commande de réhabilitation d'un vieux vaisseau n'ayant pas caractère à servir dans la Marine Impériale. Il serait aisé d'ensevelir le déplacement des fonds alloués sous les tonnes de paperasserie que les Impériaux aiment à faire pour tout et n'importe quoi. Le couple impérial doit bien posséder des fonds privés pour ce type de choses, tout ne peut passer par le conseil impérial. Je suis sûre que si notre demande est agréée, ils seront les premiers à trouver un moyen d'éviter leurs subalternes de fourrer leurs gros nez dans des affaires qui ne les concernent pas."

Une simple remarque. Peut-être légèrement cynique pour l'âge tendre de celle qui venait de l'émettre mais qui n'en reflétait pas moins ce qu'elle pensait profondément. L'Empire avait beau avoir évolué depuis les temps obscurs des Sith, elle doutait que la nature du pouvoir de l'Empereur ait fondamentalement changé. D'autant plus que si la manœuvre se devait d'être discrète, il faudrait éviter au maximum toute interférence de la part d'un groupe qui ne voyait pas l'Ordre Jedi sous un jour tout à fait favorable. Et encore, elle se doutait, qu'au sein des Grands Moffs, sa pensée ne devait être qu'un euphémisme. Elle écouta ce que Kuat avait à dire concernant les marchés accessibles aux Jedi dans les chantiers spatiaux et se contenta de hocher la tête afin de lui signifier qu'elle savait de quoi il en retournait. Elle n'était effectivement pas venue les bras ballants et l'esprit plein de terribles illusions sur les possibilités des Jedi.

"Donc faire appel à l'Empire ou du moins à une frange qui nous est favorable était la seule solution ? Je ne sais pas vous mais même cette entrevue pourrait finalement mal tourner si l'Alliance était mise au courant de nos manigances. N'aurions-nous pas pu trouver un autre prête-nom pour établir une telle commande ? Je suppose que nous pouvons faire confiance à l'Impératrice et par extension à l'Empereur mais le risque de fuites dans leur entourage me paraît...énorme en fait."

Les derniers mots avaient lâché avec une étonnante franchise. Étonnante parce que la padawan était elle-même stupéfaite d'en être arrivée à cette conclusion. Pourquoi ne pas avoir simplement fait appel à des contacts dans les milieux d'affaires apparemment si chers à celle qui, après tout, portait le nom d'une dynastie installée dans le Noyau depuis des lustres ? Voilà qui était...bizarre en quelque sorte. Étrange également. Certes, il était urgent de réparer ce vaisseau afin de pouvoir mettre à l'abri les novices du Temple de la colère de Coruscant mais de là à oublier toute prudence opérationnelle, il y avait un pas qu'ils étaient en train de franchir allègrement. Il n'y avait plus qu'à espérer que l'Alliance ne se rendrait pas compte de la supercherie un peu trop tôt.

"Voilà donc le véritable défi...Pensez-vous que l'Empereur sera réceptif à nos vœux ? Peut-être aurait-il été plus évident de se tourner vers la Confédération afin de trouver un tel afflux de main d’œuvre. Sur les mondes qui sont traditionnellement alliés et fidèles à l'Ordre Jedi par exemple ? Peut-être aurait-il été possible de recruter un équipage à partir des peuples Wookie et Mon Calamari ? Il y aurait pire comme éléments afin de mener un vaisseau de cette taille. Ils auraient pu former le cœur d'un équipage solide."

Enfin entre ce qui lui semblait évident et ce qui demeurait l'évidence pour le Conseil Jedi, il devait y avoir un gouffre qu'elle n'était pas prête de sauter. Elle était bien trop jeune et beaucoup trop inexpérimentée pour saisir avec attention toutes les subtilités qui rendaient logique le choix impérial pour garnir leurs vaisseaux. Peut-être le Conseil se défiait-il de la Confédération dans son ensemble ? Il aurait eu ses raisons de le faire car, mis à part quelques systèmes, beaucoup n'avaient fait sécession que pour se séparer d'une entité qui entravait par trop les anciennes libertés des systèmes souverains composant l'Alliance Galactique. Elle écouta la Jedi lui expliquer qu'elle devait se fier en la Force quant à la conduite des négociations et approuva religieusement de la tête. Quelle autre solution effectivement ? Il ne restait plus qu'à prier la Force pour qu'Elle donne aux Jedi l'illumination qui semblait leur faire défaut ces temps-ci.

"Je n'ai pas votre expérience, Maître, mais avoir ne serait-ce qu'une petite idée de ce que les Impériaux pourraient attendre de nous serait un avantage certain quand nous serons assises autour de la table. Je ne sais guère de choses sur leurs plans futurs mais...Si ils acceptent de nous aider, ce sera forcément en s'attendant à une certaine réciprocité ? Ou alors ils sont décidés à nous suivre lorsque nous déclarons que l'Alliance est corrompue. Mais bon...Des Impériaux idéalistes ? Ce serait une première. L'Impératrice sera notre soutien mais l'Empereur aura sans doute quelque chose à nous demander. Des contacts avec la Confédération ? Des informations sur d'autres factions ? Ou même une aide pour continuer de renforcer l'influence impériale au sein de l'AG ? Je n'en sais rien mais vous devez tout de même avoir votre petite idée à ce sujet."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Entrevue Diplomatique [PV Callista // MJ]   Lun 15 Oct - 3:32

Je commençais à comprendre exactement pourquoi Aquilus avait choisi cette jeune fille. Elle preuve d’une perspicacité ainsi que d’un esprit critique surprenant pour quelqu’un de son âge, il pouvait être fier d’elle. Callista montrait un caractère plus mature que celui des enfants de son âge, même pour des Padawans Jedi. Elle avait une vision tout à fait adaptée de la situation, avait pris le temps de se renseigner sur sa mission et faisait des remarques pertinentes, que je savais vrai. Ironiquement, elle ferait probablement un meilleur membre du conseil que bien d’autre qui y siégeait ses temps-ci. Il était vrai que la paperasse restait quelque chose de très important chez l’Empire, moins que la République certes, puisque l’Ordre Nouveau avait en partie fait la chasse des lourdeurs administratives, toutefois il restait très simple de dissimuler des opérations. De ce côté-là, j’avais déjà quelques idées pour faire passer cela comme une lettre à la poste et bien que Callista l’ignore, j’allais m’occuper de la partie de Kuat elle-même, ce qui me permettrait de superviser l’opération sans aucun problème. Ce n’était toutefois pas le genre de remarque qu’elle attendait chez une adolescente, personne ne s’y serait probablement attendu. Cette jeune fille avait peut-être le potentiel pour devenir Ombre, elle en avait l’esprit rationnel en tout cas.

Elle évoqua le risque de fuite très élevé au sein de l’Empire à cause des nombreux opposants à la politique actuel de l’Empereur. Mais au sein de l’Alliance, c’était le seul prête-nom disponible, personne d’autre n’aurait pu assurer cette manœuvre. Je pensais bien que Callista avait compris le jeu d’équilibriste auquel le conseil se livrait pour tenter, probablement vainement, de ne pas être assimilé à la Confédération, toutefois, je respectais ses efforts pour me le cacher. Après tout, elle respectait la hiérarchie même si elle avait du mal à taire ses doutes comme j’aurais du mal à ne pas confirmer ses paroles. Mais je regardais également la situation avec une certaine lucidité ainsi que mes talents de prophétesse : l’Alliance était moribonde, certains de ses mondes les plus importants avaient quitté l’organisation et Hapès elle-même s’était jointe à l’ennemi, offrant un front des plus redoutables, amenait vers cette constatation sans même avoir besoin de sonder la Force. Si l’affaire était découverte, l’Empire restait en position de force pour imposer sa loi, en revanche, Kuat subirait des représailles qu’il me faudrait réprimer au maximum, mais il s’agissait d’une inquiétude mineure pour Sophia Kuat, la personne que j’étais a l’instant.


« Nous n’avions personne d’autre au sein de l’Alliance et le Conseil pensait qu’il s’agissait du meilleur choix. En cas de fuite, l’Empire dispose des reins assez solides pour ne pas être inquiété. Kuat risque cependant d’y perdre une partie de son indépendance, mais ce risque à sembler nécessaire aux conseiller, le sort de ma sœur jumelle n’entre pas en ligne de compte dans les décisions du conseil, ce qui est naturel. Mais je suis d’accord, ce n’est pas sûr et le risque de fuite est très grand, il nous faudra être prudente. »

Vint ensuite la question de l’équipage. Même sur ce point, Callista avait déjà développé sa propre opinion de la situation : elle aurait préférée misée sur des mondes de la Confédération, Dac et Kasshyyk auraient pu fournir un équipage solide de Mon Calamari et de Wookie. Cette remarque était pertinente, mais elle était en confrontation directe avec l’idée de neutralité que le conseil souhaitait conserver, il ne semblait même pas vouloir tenter un rapprochement tacite avant le conflit. Même si certain système n’avait effectivement vu que leur intérêts personnels ou financier dans la sécession, il restait que cette coalition s’était tout de même formé à l’origine pour défendre les Jedi et je restais convaincu qu’il nous faudrait un jour ou l’autre nous assurer que ses intentions louable perdure et ne disparaisse pas. J’entamais les dernières manœuvres de pilotages afin de pouvoir préparer l’atterrissage, mais cela ne m’empéchait pas de poursuivre la discussion et de répondre aux interrogations légitime de la Padawan. Elle risquait fort de comprendre que je n’étais pas du point de vue du conseil, mais même en tant que Grand Maître de l’Ordre, je me devais de représenter celui-ci et je ne commandais pas en dictatrice, ma voix n’avait pas plus d’importance que celle des autres, en ce moment, c’était bien peu dire…

« Le conseil estime que nous ne devons pas montrer à l’Alliance des signes de rapprochements avec la Confédération de crainte d’accélérer la guerre. Une position neutre dans l’espoir d’ouvrir des négociations de paix continue à être la solution privilégiée par celui-ci. Cette piste a donc était rapidement abandonnée pour trouver une autre solution… »

Je n’avais toutefois pas l’envie de lui expliquer que le conseil semblait engager dans une véritable phase d’observation et que chacun de ses membres semblait suspecter l’autre de trahison plutôt que d’essayer de travailler ensemble a une solution réaliste et convenable dans notre objectif, je n’avais pas à émettre ce genre d’opinion et elle semblait déjà bien assez consciente de la situation pour que je vienne lui plomber plus encore le moral. Je soupçonnais Aquilus d’avoir quitté le conseil davantage à cause de cette situation plutôt que par réel incompétence, il savait que cela n’était pas en cause, que dire de moi dans ce cas. Tout allait de travers dans cette mission, m’avoir choisi pour la faire sur mon simple nom de famille était stupide : Sophia Kuat était connue pour être quelqu’un qui n’avait connu que la vie de Jedi, son dernier rapport avec sa sœur jumelle remontait à la bataille de Kuat en quarante, alors que cette dernière avait tentée de la dénoncer a la Garde de l’Alliance Galactique dans l’espoir de sauver son chantier naval…

Il était vrai que la grande inconnue de cette mission, c’était de savoir ce que demanderais les impériaux en échange. Je ne doutais pas une seule seconde qu’il demanderait quelque chose, même si nous pouvions faire jouer le fait que l’Empereur actuel nous devait sa place et avait une dette envers nous, mais ce n’était pas un procédé très bien vue de manière Jedi, si possible, je ne comptais pas faire jouer cet argument. Il restait qu’il ne nous rendrait pas service par pure charité ou bonté d’âme, c’était quelque chose de certain. Elle espérait que je dispose d’une idée sur la question, mais je n’avais pas sondée la Force sur cette question et cette dernière ne m’avait rien envoyée. Fel n’était pas stupide cependant et Jaina pouvait le conseiller : il n’y avait pas grand-chose à attendre de l’ordre Jedi. Toutefois, j’avais un atout dans ma manche : la lutte contre le crime. Il s’agissait d’un point sur lequel nous pouvions très bien tomber facilement d’accord et trouver un avantage mutuel dans des opérations communes visant notamment le Consortium de Zann ou les cartels Hutts les plus actifs, voir le Soleil Noir moribonds certes, mais toujours dangereux.


« Je t’avoue que je ne sais pas vraiment ce qu’ils préparent, en revanche, j’ai toujours une proposition dans ma manche : la lutte contre le crime reste une de nos préoccupation commune et de ce côté, je pense que l’on pourrait trouver un terrain d’entente. Nous allons nous poser, je pense que tu dois déjà le savoir, mais il est fort probable que ce soit un chevalier impérial qui nous serve d’escorte jusqu’au palais impérial. Ses derniers ne nous apprécient que modérément, il nous faudra donc nous montrer très prudent. Cependant, leurs loyauté ne va qu’au trône, même si nous avons le malheur de croiser quelqu’un de l’alliance, nous n’aurons pas à intervenir, ils s’assureront de faire respecter l’ordre. Ils ne sont pas du genre à accepter que quelqu’un dicte sa conduite à l’Empereur, que ce soit Moff, Chancelière de l’Alliance ou nous. »

Repliant les ailes de la navette, je posais doucement celle-ci dans le hangar qui nous était réservé, puis assurait la commande d’ouverture de la soute. Enfilant ma capuche et glissant mes mains dans mes manches, je laissais le temps à la jeune fille d’être prête à me suivre et je descendis la première. Comme je le pensais, le comité d’accueil était dressé par l’une des gardiennes de l’Empereur en personne, des utilisateurs de la Force que nous considérions comme Gris. Taille moyenne, chevelure rose coiffée d’une manière curieuse, un regard qui essayait de dissimuler la générosité que l’on pouvait ressentir dans la Force émanant de son être derrière une expression plus dure qu’elle avait probablement apprise au sein de la formation de Chevalière Impériale. Cette dernière salua de manière militaire, comme son propre protocole lui imposait, avant de toutefois serrer la main de la Grande Maitresse Jedi, même si cela semblait lui couter un grand effort.

« Alicia Santar, Chevalière Impériale. Notre Empereur m’a chargé de vous souhaiter la bienvenue sur Bastion et de vous guidez jusqu’à lui, veillez me suivre s’il vous plait… »

Bon, aucun doute, nous n’aurions pas l’occasion de discuter avec cette jeune femme sur le chemin nous menant au palais. Toutefois, il était évident qu’Alicia affichait une froideur qui ne la caractérisait pas vraiment, c’était notre présence qui la poussait à se montrer plus rigide. Je ne tenais cependant pas personnellement a essayer de la faire parler, elle était une garde du corps, elle faisait son travail et s’appliquait, je ne voyais pas réellement quoi ajouter de plus. Sa simple présence nous assurait de ne pas être dérangé par les curieux, les Chevaliers Impériaux disposaient de certaine prérogative que les autres corps impériaux ne tenait pas tant que cela a découvrir, une preuve que Fel savait que la rencontre n’était pas aisé et faisait preuve de prudence. Santar nous conduisit jusqu’à un Speeder de couleur rouge affichant le symbole impérial et nous invita à monter tandis qu’un chauffeur, qui les avaient attendu jusque-là, démarra pour se rendre au palais. Callista aurait donc une vue imprenable sur Bastion et son organisation très militarisé…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Entrevue Diplomatique [PV Callista // MJ]   Mar 16 Oct - 16:15

Personne d'autre au sein de l'Alliance ? Une bien étrange assertion même de la part d'un Grand Maître Jedi. Non que Callista n'était pas prête à la croire sur parole mais, franchement, cela relevait tout de même du délire de persécution. La jeune fille ne dit rien mais releva tout de même le menton vers la verrière du vaisseau avec un mince sourire qui masquait mal combien cette information la laissait dubitative. De toutes évidences, malgré les assurances, elle trouvait le plan très - trop ? - risqué pour le peu d'avantages qui en découlerait. A part posséder un vaisseau capable de transporter les Novices...et qui les mettrait dans les dettes de l'Empire. Il y aurait eu d'autres manières de protéger convenablement l'Ordre sans aller se fourvoyer avec les Impériaux. Non qu'ils ne soient pas, pour certains en tous cas, des gens honnêtes mais il convenait tout de même de ne pas donner sa confiance au premier venu. Quant à penser que tout soutien à l'Ordre Jedi avait pu disparaître au sein de l'Alliance Galactique, cela relevait, à son avis, d'une coupure certaine entre une élite Jedi et des peuples jadis acquis à sa gloire et à ses talents.

"Prudentes et sans doute patientes...J'ai peur que nous ne démarrions ces négociations dans une position difficile quand nous n'avons que peu de choses à offrir en retour d'une main secourable," remarqua-t-elle simplement, consciente de parler comme une Cassandre de mauvais augure. "Toutefois, c'est étonnant. Je comprends l'urgence évidemment mais, avant de prendre cette décision, pourquoi n'avoir pas cherché à trouver des soutiens plus...discrets ? Je veux bien croire que la situation soit plus que difficile mais de là à en abandonner tout espoir."

Peut-être était-ce simplement un manque de lucidité de sa part ? Elle n'en savait rien après tout. Peut-être que tout le monde au sein de l'Alliance crachait à qui mieux mieux sur l'Ordre Jedi même si cela représentait un nombre de milliards d'individus qu'elle n'était même pas capable de comptabiliser même à la louche. Elle laissa cela de côté. De toutes façons, la décision avait été prise et le Conseil, avec raison, se fichait bien de l'avis d'une petite padawan qui se contenterait de suivre. Elle aurait voulu se taire quant à la suite mais elle était trop franche pour cela. Tant pis si cela lui valait une réprimande de la part de Sophia Kuat et une sanction de son maître.

"Pour éviter ce qui semble être inévitable ? En tous cas, malgré la Confédération, je vois mal notre Ordre réussir à imposer des négociations à un État qui a su le prendre en horreur."

Les mots avaient été choisis à dessein, c'était presque palpable dans la voix de Callista. Penser que l'AG avait suivi une évolution naturelle aurait été faire erreur, elle en était certaine. La main qui avait présidé à l'éviction des Jedi avait travaillé avec tact, précision et doigté. Il ne fallait pas être grand clerc pour comprendre que la jeune fille y voyait en cela la main des Sith. Les Sith réapparus, elle le savait, son maître le savait. Mais rien que l'ombre de l'Ordre sombre faisait tellement trembler le Conseil qu'aucune résolution décisive ne saurait être prise avant...longtemps. Chacun se contentait de faire ses petites affaires de son côté, c'était presque à pleurer. Quand on pensait qu'ils n'avaient été sur Onderon que de la seule initiative de Maître Oblivarion, cela en disait long.

" Demeurer neutre revient à être indifférent au final. Et nul doute que certains, au sein de la Confédération voir de l'Alliance, seront prompts à le penser. Ce qui ne pourra que faire les choux gras de ceux qui continuent à déployer leur influence occulte à notre encontre."

Rêvait-elle ou venait-elle vraiment de critiquer à haute voix la position de l'Ordre et surtout de son Conseil ? Oups...Elle en connaissait un qui l'attendait sur Ossus qui risquait de ne pas être ravi ravi de son manque de diplomatie. Mais bon la neutralité était un luxe que les Jedi n'avaient jamais pu se permettre et, quand ils l'avaient fait, ils avaient du en assumer les conséquences bien souvent désastreuses. Au pire, en rentrant, elle risquait de se retrouver de corvée de nettoyage des conduits d'évacuation de fluides du Black Falcon, il n'y aurait pas mort d'homme ! Toutefois, un peu en souvenir de son maître, elle tourna son joli visage juvénile vers la pilote pour lui sourire aimablement et respectueusement :

"Enfin...Je sais que le Conseil sait bien que moi ce qu'il convient de faire."

Du moins, espérait-elle le savoir ce qui n'empêchait parfois pas le doute et la critique constructive. N'était-ce pas, après tout, l'apanage de la jeunesse de pouvoir penser à haute voix et prouver son penchant pour l'action dans le présent plutôt que de patienter longuement pour tisser les fils d'un avenir qui tardait à se concrétiser ? Pour la suite, elle se contînt pour ne pas donner à nouveau son avis. Sans doute n'était-ce pas vraiment le moment après son petit éclat des minutes précédentes... Puis, malgré l'avis tranché de Callista, certains réflexes revenaient rapidement, l'obéissance à la hiérarchie en faisait partie. La confiance également, les Maîtres du Conseil savaient mieux qu'elle comment répondre aux souhaits de la Force. Elle coinça pensivement sa tresse de padawan derrière son oreille droite en se contentant de hocher pensivement aux propos de Maître Kuat. Du reste, elle avait raison, ils avaient peu à offrir si ce n'était leurs talents pour aider l'Empereur dans certaines luttes qu'il devait mener.

Elles finirent par se poser sur la plateforme désignée par la sentinelle orbitale où les attendait déjà le comité d'accueil. Après un rapide geste pour s'assurer de la présence de son sabre-laser à sa ceinture, la jeune fille resserra ses robes brunes et suivit sa supérieure prenant soin de rester un pas derrière elle pour bien marquer son rang subalterne. Elles arrivèrent devant une personne qui se présenta comme l'un de ces drôles de chevaliers impériaux. En fait, ce fut la chevelure rose de la femme qui étonna le plus Callista...Par la Force, c'était bien laid pour dire le moins ! Elle ne s'en inclina pas moins très respectueusement devant la membre de la garde personnelle de l'Empereur Fel à la manière jedi en se pliant en deux. Elle adressa même un sourire désarmant à Alicia Santar avant de s'en désintéresser tout à plein pour se pencher sur la contemplation de Bastion. Planète dont elle savait qu'elle méritait littéralement son nom qui n'avait pas toujours été celui-là. Intéressant de constater à quel point les Impériaux savaient parfois marier sécurité et défense avec des impératifs esthétiques qui lui avaient pourtant toujours semblé absents de leurs motivations. Le nez collé à la vitre, elle se contentait de regarder, de prendre des notes sur le chemin que le speeder rouge vif suivait...Il ne leur restait plus qu'à faire une entrée discrète au sein du Palais Impérial.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: Entrevue Diplomatique [PV Callista // MJ]   Ven 30 Nov - 20:09

La situation galactique était plus complexe que bien ne pouvaient se l’avouer. L’Alliance Galactique détenait un pouvoir qui paraissait sans faille et seul la Confédération semblait en mesure de pouvoir s’y frotter. En vérité, au sein de l’Alliance dormait un pouvoir, un idéal, un avenir pour la galaxie plus radieux que le visage qu’elle s’offrait aujourd’hui. Jagged Fel choisi comme dirigeant des Vestiges de l’Empire détenait une couronne qu’il devait partager. Entre les suivants d’un Empire qui traquerait ses ennemis par les armes, les croyants de la vision d’un empereur des plus idéalistes ne faisait pas l’unanimité. A l’heure des mensonges d’un gouvernement qui considérait que les Jedi et les Sith ne font que détruire tout ce que les mondes ont pu établir ou espérer au fil des millénaires, l’attachement de Fel aux Jedi, son union avec Jaina Solo, lui donne le visage d’un traitre. Pourtant, cet Empire et ce à quoi il pourrait œuvrer est une force sur laquelle compter. Partagé, les Vestiges n’ont pu véritablement agir, prendre pieds dans le marasme d’une guerre imminente, imposer une loi ou encore faire naitre un espoir. Pourtant, c’est bel et bien cet espoir qui fit venir deux Jedi sur le sol de Bastion.

Venu ici pour rencontrer l’Empereur, cela le mettait pourtant dans une position indélicate. Bien sur, l’Ordre n’était pas un ennemi au fond mais un électron un peu trop volatil aux yeux de la grande majorité des politiciens et des militaires. Quoi de plus facile pour les désespérés que de leur faire croire à la culpabilité d’un mouvement considéré comme religieux et de son côté sombre, bien trop invasif et cruel pour être oublié malgré les années. Ayant envoyé un chevalier impérial les escorter, il avait ici choisi d’affirmer un contrôle de la situation rassurant une AG soupçonneuse et calmant les ardeurs des curieux. Mais que venait faire les Jedi sur Bastion ? De toute évidence, la situation présente pouvait donner nombre de raisons à leur présence et cela pourrait également fournir une opportunité de taille aux Vestiges mais restait à attendre qu’ils soient là, en face de lui, pour commencer à spéculer. Jaina avait insisté pour être présente, sonnant comme un gage de bonne confiance à donner à l’Ordre. Avant toutes choses, difficiles de dire si cette entrevue était du fait du Conseil ou plus personnelle.

De leur côté, les deux Jedi avançaient résolument, suivant le chemin tracé par la jeune Santar. De part et d’autre, ils croisaient le chemin de toute une foule, oscillant entre l’espoir de revoir les Jedi œuvrer pour la galaxie et la méfiance conditionnée par une Alliance Galactique avide de pouvoir. Quand un vieil homme s’approcha un peu trop, il ne suffit qu’un regard du chevalier pour lui faire baisser la tête et rebrousser chemin. Que les chevaliers impériaux puisse inspirer une telle crainte, surement pas mais mieux fallait-il faire attention à ne pas contrarier l’Empereur. S’arrêtant devant une lourde porte de métal, elle s’approcha d’un panneau holographique situé un peu à gauche de celle-ci. Pianotant un code avec une célérité qui tenait de l’habitude robotique de ses fonctions, la porte coulissa doucement laissant voir une vaste pièce servant de salle du trône. Rien d’ostentatoire, nulles ornementations, cela respectait en tout point le caractère spartiate de la planète. Au fond de la salle, Fel et sa compagne se tenaient là, attendant presque stoïquement leurs hôtes.


« Bienvenue sur Bastion. Grand Maitre Jedi nous sommes… »

Interrompu par un élan, c’est d’un air presque amusé que Fel regarda sa compagne descendre quelques marches superflues pour venir à la rencontre de celle qu’elle connaissait déjà. Se ruant presque sur elle, Jaina lui saisi la main et la serra chaleureusement. Si cela pouvait être un plaisir de retrouvailles presque touchantes, quels auraient été les visages des plus hauts dignitaires de l’Alliance devant une telle fraternité envers un « ennemi » ?

« Sophia, je suis heureuse de vous revoir, j’espère que votre voyage n’a pas été trop difficile, cela faisait bien longtemps. »

En effet, Sophia Kuat avait eu l’occasion de participer à de nombreuses missions au côté de la fille Solo. Voila deux expertes en pilotage qui avaient su faire parler d’elles. A l’époque, l’on murmurait qu’il n’aurait fallu que Maitre Horn ajouté à ce duo pour mettre en déroute une flotte impériale et bien que cela soit exagéré, c’était là les excentricités encore profondément rebelles que l’on digère avec le sourire et une pinte de bière Corellienne. De son côté, Jagged s’amusait de la simplicité toujours rafraichissante de sa femme mais il tenta de reprendre un peu le sérieux de sa fonction.

« Que nous vaut l’honneur d’accueillir deux Jedi sur Bastion ? »

Une distance et une courtoisie qui paraitrait bien naturelle aux yeux de la plupart, peut être le verrait il comme une hypocrisie bien diplomatique mais pour d’autre il n’en était rien. Jaina elle-même avait vu Fel rire aux blagues sempiternelles de son père tandis que l’Ordre Jedi s’entrainait quelques mètres plus loin sur les carcasses de l’Etoile Noire. De toutes évidences, un accueil comme celui-ci avait de quoi surprendre quand on ne connaissait rien du passé des deux époux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Entrevue Diplomatique [PV Callista // MJ]   Mer 5 Déc - 23:15

Il n’y avait rien de difficile à suivre les pas de la chevalière impériale dans les rues de Bastion, toutefois, ce petit passage obligatoire nous permettait d’observer la réaction des passants à notre égard, en éliminant bien entendu les Stormtroopers, indissociable de l’image impérial, qui eux dissimulaient leurs visages derrière le casque immaculé si iconique de leurs fonctions. Certain semblaient réellement ravi et s’était un crève-cœur de savoir que leurs espoirs seraient forcément déçu, mais je ne pouvais malheureusement rien faire d’autre, enfin officiellement toutefois… Je comprenais toutefois le point de vue de la Padawan d’Exio et ne pouvait m’empêcher de penser qu’il ne l’avait pas choisi au hasard : elle faisait preuve d’un véritable esprit critique et de ses yeux d’enfants, s’imposaient bien moins de barrière que ne l’aurait fait un adulte, dans un sens, bien que cela soit ironique, c’était exactement ce qui manquait au conseil Jedi, du recul par rapport à leurs expériences. L’ordre s’était entièrement refermé sur lui-même après vingt ans de persécution, plutôt que de jouer le rôle séculaire qu’il s’est imposé lui-même depuis vingt millénaires. De toute manière, nous ne pourrions entrer en contact avec la population, la cadette des Santar faisant preuve d’un zèle très affirmé pour faire fuir les passants susceptible de nous retarder.

Je lançais toutefois un regard apaisant au vieil homme qui avait tenté en vain de venir à notre rencontre, bien qu’il me fût impossible de lui venir en aide. Avait-il une doléance ? Un conflit où il réclamait l’aide de l’ordre pour pouvoir vivre plus tranquillement ? Sur une planète comme celle-ci, c’était toutefois peu probable et je ne recherchais pas plus en avant, même si c’était normalement mon devoir, l’impériale devant nous ne nous laisserait pas faire et elle faisait déjà preuve d’assez de patience en nous escortant pour que je l’exaspère avec un comportement trop curieux. Je me préparais mentalement à devoir faire la demande officielle du conseil devant le couple impérial avec une certaine appréhension, sachant que trop bien que nombre d’espoirs serait déçu par cette demande. Je fermais les yeux, calmant mes appréhensions en laissant la Force m’envahir, les Jedi ne connaissent pas la Peur, ils ne sont que la paix. Satisfaite, je continuais mon chemin en veillant à ce que Callista ne connaissent aucun problème par des coups d’œil régulier derrière moi, même lorsque l’on était prophète, il était préférable de ne pas faire usage de son don à la légère, voir l’avenir restait une grande source de responsabilité.

Une fois dans la salle du trône, nous étions enfin devant le couple impérial et Jagged Fel s’apprêtait à nous faire une réception protocolaire standard, mais il n’eut guère le temps de la terminé : son épouse, bien plus démonstrative et ayant eu toujours un comportement de feu, se leva de son siège afin de m’accueillir d’une manière bien plus chaleureuse. Je n’avais pas beaucoup d’années d’écart avec l’Impératrice et je restais avant toutes choses pour elle une camarade de combat, quelqu’un avec qui j’avais fait les quatre cents coups à bord d’un chasseur stellaire. Je réalisais soudain avec un certain effarement que c’était typiquement le genre de personnes dont l’ordre manquait : des gens volontaire, prêt à défendre les causes justes qui méritaient d’être défendue. J’étais aussi ravie qu’elle de la revoir et je prit le temps de l’étreindre comme l’aurait fait un bon camarade après une mission réussit, me débarrassant ensuite de ma capuche afin de pouvoir lui montrer mon sourire. Malgré son âge, Jaina avait conservé une beauté étonnante, un trait caractéristique de la famille des Skywalkers dont elle faisait partie.


« Le plaisir est partagée Jaina. Le voyage ne fut guère difficile, la Tydirium en a encore dans le ventre malgré soixante ans de service ! »

Toutefois, il ne me serait guère possible d’en rester à ses familiarités plus longtemps. Je laissais le loisir a la jeune Padawan de se présenter avant de répondre, ce qui me permettait de choisir mes mots du mieux possible tout en embrassant du regard la salle du trône, qui offrait une vue imprenable sur Bastion et toutes ses tourelles de défenses. Il s’agissait de la meilleure défense galactique, un territoire pratiquement imprenable qui couterait a un envahisseur une campagne qu’il ne pourrait jamais se permettre, même les Néo-Républicains, pourtant idéaliste, ne s’y était jamais risquée. Je croisais les bras et retrouva rapidement l’air neutre que tout le monde me connaissait, celui que j’avais héritée de ma maitresse Jedi, ce que j’avais à dire ne serait pas vraiment plaisant à entendre et il fallait donc que je choisisse le mieux possible, bien que Jaina me connaissait assez bien pour savoir que je ne partageais pas le point de vue du conseil. Nous étions des gardiens de la paix et au moment où la guerre frappait à nos portes, voilà que nous ne nous soucions plus que de notre propre survie…Je ne pouvais parfois m’empêcher de penser que nous étions pathétiques.

« Le conseil se trouve face à un problème qu’il juge insoluble par ses seuls moyens et sollicite votre contribution afin de pouvoir le résoudre. Comme vous le savez certainement, la galaxie marche vers la guerre, chaque jour voit de nouveaux systèmes se ranger du côté de l’un des deux blocs et cette situation ne pourra probablement pas se régler sans violence. Toutefois, les membres du Conseil ne sont pas d’accord, malgré l’impasse, ils veulent continuer à privilégier la négociation et avant tout assuré la sécurité des novices et l’académie. C’est pour cette raison que nous avons était mandaté, Callista et moi, ici. »

Je marquais une pause, leur laissant le temps de diriger cette sombre nouvelle. Je fermais les yeux un instant, puis me dirigeait vers la vitre, recherchant dans le ciel un signe de la Force, une trace d’une menace quelconque. Depuis plusieurs mois, je percevais quelque chose derrière ce conflit, mais les différents cercles de surveillance du Covenant n’étaient pas encore parvenus à briser le voile de la menace profitant de la tension actuelle pour grandir. Nous n’éliminions aucune piste, mais il fallait tout de même faire preuve de prudence et savoir où enquêter avant de pouvoir avancer. Malheureusement, rien ne vint, aussi, après un soupir, je pris le temps de me retourner. Il allait falloir que j’évoque maintenant l’affaire en détail afin que nous puissions discuter des moyens de mettre en œuvre notre affaire et aussi discuter de ce que les impériaux attendraient de nous en échange, il se pourrait, selon le prix, que je doivent négocier avec le conseil et que je ne puisse prendre seule l’engagement. Ce serait peut-être la meilleure solution pour l’ordre qui pourrait ainsi éviter une humiliation supplémentaire, mais je ne pariais pas là-dessus.

« Nous disposons toujours du destroyer Stellaire Aventurier Errant, qui fait partie de vos modèles standard, mais celui-ci n’est plus opérationnel et sa couleur le rend bien peu discret. Le conseil souhaite votre assistance pour pouvoir lui rendre les caractéristiques d’un navire standard et de l’aide pour disposer d’un équipage capable de le faire fonctionner, ce qui lui permettra de maintenir en sécurité ses novices tout en essayant de poursuivre son effort de médiation galactique. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Entrevue Diplomatique [PV Callista // MJ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entrevue Diplomatique [PV Callista // MJ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: