Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La première leçon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: La première leçon.   Dim 14 Oct - 22:48

    Naboo. Planète s’étant illustrée lors de la bataille opposant la Fédération du Commerce et les habitants de ce monde était désormais sous la coupe de la Confédération des Systèmes Libres. Monde libre et profondément attaché à la démocratie, c’était l’un des rares mondes sur lequel les Jedi pouvaient encore se déplacer sans les entraves des lois anti-Jedi.
    Exio Breakshield avait sélectionné cette planète afin de donner à sa disciple, Callista Miransi, sa première et plus importante leçon dans sa vie de Jedi. Du moins, c’était le point de vue du vieux maître Jedi. Le Black Falcon fendit l’air frais de l’hémisphère Nord de la planète pour se rendre à proximité du pôle de la planète. Une fois stabilisé dans les airs, l’appareil se posa sur un plateau rocheux surplombant un lac prisonnier de la glace. Le maître et l’apprentie quittèrent le vaisseau pour découvrir devant eux le paysage nordique fait de toundras, conifères, étendues gelées et massifs rocheux recouverts d’un épais manteau blanc. L’air était très frais, mais supportable puisque la température négative n’était pas trop exagérée et dès l’instant ou l’on était bien couvert, on n’avait rien à craindre du froid. Callista portait son sabre d’entrainement tout comme le Spectre Gris qui s’en était procuré un pour cette occasion particulière.
    Derrière eux, s’étendait une toundra sauvage à l’aspect encore inviolé par la civilisation, autour d’eux : le silence n’était perturbé que par une brise légère qui arpentait le paysage et l’écoulement de l’eau.

    Aquilus aimait ces paysages nordiques à la fraicheur vigoureuse et sauvage. Ceux-ci avaient une odeur d’aventure et de sérénité rappelant un peu l’odeur de Dantooine et de la région dans laquelle vivait le jeune Exio durant son enfance. Les choses lui paraissaient si lointaines à présent. Son noviciat et apprentissage étaient derrière lui, et désormais, c’était au tour du Veilleur de transmettre son savoir à la jeune adolescente qui l’accompagnait. Tâche qu’il prenait très au sérieux et dans laquelle, il tentait de s’impliquer au maximum afin de passer le relais à la prochaine génération de Jedi. La vie était un cycle, une régénération éternelle dans laquelle, le savoir se devait de ne pas être perdu.

    Le maître et l’apprentie descendirent le plateau rocheux par une pente un peu abrupte mais sans difficultés pour se rendre sur l’étendue d’eau gelée. L’épaisseur de la glace était assez solide pour supporter le poids de deux humains et Aquilus invita Callista à le suivre. Ils ne s’éloignèrent pas beaucoup du vaisseau, quelques pas seulement, et les Jedi arrivèrent à un petit pylône qui dépassait de la glace.


    - Ta première leçon sera d’apprendre l’équilibre et d’appréhender tout ce que cette notion implique. Tu vas essayer de parvenir à obtenir l’équilibre et le conserver aussi longtemps que tu le pourras tout en méditant sur le sens de ce mot. Selon le déroulement de celle-ci, je continuerai ta formation ou non. Tout ne dépendra que de toi et de ta prestation.

    Puis il tendit sa main artificielle afin d’aider la jeune femme à mettre ses pieds sur le sommet du pylône. L’espace était particulièrement restreint et y faire tenir ses deux pieds bien à plat n’était pas facile vu la superficie du sommet. Cette leçon était tout aussi physique que symbolique. Chaque mot d'Aquilus allait trouver écho dans ses actes.

    - Par l’apprentissage Jedi, Callista Miransi, tu acquiers l’équilibre.

    Les paroles du Jedi étaient symboliques et concrétisées par l’aide qu’Aquilus apportait à sa disciple pour qu’elle puisse grimper. Le vénérable Maître avait prévu cette première leçon depuis de nombreuses années et espérait que celle-ci soit rapidement acquise par son apprentie. Une fois en équilibre, Exio resta silencieux et l’observa en exercice. Tournant autour du poteau, il la contempla, attentif, chercher l’équilibre. Juge attentif et taciturne, il reprit la parole.

    - Je vais désormais te poser des questions Callista. J'attends des réponses personnelles, qui viennent de toi et pas de ce que l'on a pu te répeter depuis ton enfance. Pourquoi veux-tu devenir un chevalier Jedi ? Qu'est ce que cela implique pour toi ? Qu'espères tu atteindre en atteignant ce niveau ? Qu'est-ce qui te motive, te pousse à aller de l'avant ? Quel sens donne tu aux Jedi et à la Force ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La première leçon.   Mar 16 Oct - 15:03

Une légère excitation avait envahi Calli alors que son maître lui annonçait, qu'enfin, l'entrainement proprement dit allait commencer. La jeune fille avait tant attendu cet instant, le moment où, vraiment, elle débuterait ce qu'elle considérait être la Voie du Jedi. Apprendre d'un maître en tant que padawan. D'autant plus que le lieu où il l'amenait était chargé de symboles, du moins pour une certaine frange de l'Ordre Jedi. Naboo, bastion d'un système démocratique presque oublié depuis l'avènement de l'Alliance Galactique, havre de paix pour les Jedi. Bref, elle n'avait plus tenu en place à partir du moment où la destination lui avait été révélée. Certes, elle ne sautait pas partout en demandant l'heure exacte de leur arrivée mais certains gestes d'impatience lui avaient échappé alors qu'elle était assise dans le cockpit du Black Falcon fixant la myriade multicolore que faisait naître devant leurs yeux la navigation en hyperespace. Pire, une petite moue de déception s'était dessinée sur le joli et aimable visage quand elle s'était rendue compte qu'ils dépassaient les latitudes tempérées où se trouvaient les grandes villes des Naboo telle Theed. Pourtant, aucune trace d'appréhension, seulement une certaine hâte que d'aucuns auraient pu qualifier de saine. La jeune fille était pressée, pressée d'apprendre, pressée de progresser.

Elle frissonna légèrement en quittant l'atmosphère chauffée du vaisseau pour découvrir les étendues immaculées du pôle de la planète. Autant dire qu'elle n'avait pas l'habitude de tels paysages, Ossus ne ressemblait en rien à une planète glacée et que dire de l’œcumenopole qu'était Coruscant. Rien ne l'avait préparée à affronter la dureté de tels environnements. Elle resserra lentement les pans de sa doudoune en soie thermo-isolante avant de suivre Maître Oblivarion d'un pas décidé, le regard néanmoins pris par l'étrange sérénité inviolée qui émanait des lieux. Même si elle n'avait aucune affinité particulière avec ce type de paysages, il ne pouvait imposer qu'une seule chose : le respect. Le respect pour la Force qui avait su créer une telle merveille.

Ils parvinrent, au bout seulement de quelques pas, à une vaste étendue glacée qui semblait capable de supporter leur poids. Du moins fallait-il l'espérer...Elle se moquait du froid pour le moment mais elle doutait qu'il en serait de même si jamais elle devait effectuer un plongeon dans une eau dont la température devait approcher le zéro absolu. La suite la surprit quelque peu. Comme ça ? Décider si il continuait à assurer ou non sa formation ? Pourquoi l'avoir sortie du Temple Jedi si il n'était même pas sûr de lui alors ? Voilà qui commençait bien. Elle prit la main qui lui était tendue pour monter sur le mince pylône où elle devrait sans doute rester immobile durant de longues heures. Lâchant finalement la main de Maître Aquilus, elle chercha longuement l'équilibre tâtonnant pendant quelques minutes en déplaçant ses deux appuis millimètre par millimètre. Finalement, une telle position n'était tenable qu'en oubliant ce sur quoi elle reposait et, se dressant sur la pointe des pieds, elle leva le menton pour contempler l'horizon, un point vague très loin devant elle, puis écarta lentement les bras jusqu'à une position qui ressemblait presque à celle d'une danseuse classique de l'Opéra des Galaxies. Une sorte de paix l'envahit alors qu'elle atteignait le point d'équilibre. Équilibre qui fut néanmoins vite troublé par les insidieuses questions de son maître. Elle attendit quelques minutes pour répondre à son maître réfléchissant à la meilleure façon de tourner sa réponse histoire de ne pas passer pour une adolescente révoltée. Mais, finalement, alors qu'elle laissait la Force guider ses gestes et s'ouvrait lentement à l'équilibre physique - quelque chose de finalement aisé pour quelqu'un qui pratiquait le Makashi - elle se décida pour la franchise. Tant pis si cela faisait brut de décoffrage.


"Ce n'est pas un choix, Maître. L'Ordre et la Force en ont décidé pour moi en m'ôtant à ma famille pour me faire rejoindre la Voie des Jedi."

Stricte mais impersonnelle vérité. La jeune fille n'avait pas choisi. Elle avait agi comme on le lui avait enseigné durant de nombreuses années sans jamais se révolter contre un choix que l'on avait fait pour elle alors qu'elle n'était qu'une enfant vagissante. Toutefois, cela ne répondait pas à la question, elle en avait intimement conscience et, trop jeune et trop franche pour considérer qu'une demi-vérité suffisait amplement, elle entreprit de continuer tout en conservant l'équilibre. Difficile exercice dont elle ne s'acquittait malgré tout pas trop mal malgré quelques mouvements de bras destinés à garder la position. Elle garda encore un peu le silence forçant son corps à littéralement se planter sur le pylône, faisant de ses jambes deux piliers sur lesquels elle reposait.

"J'ai longuement étudié l'Histoire au Temple, Maître Aquilus. L'Histoire des Jedi mais aussi l'Histoire Galactique et, peut-être, est-ce ce qui a renforcé ma motivation...J'ai eu l'étrange impression que l'Ordre oubliait notre vocation fondamentale en se contentant de ne devenir qu'un acteur politique au milieu de tous les autres sans que rien ne continue de le différencier des autres. La Voie que nous suivons est celle de l'égoïsme, peut-être même de l'opportunisme, nous nous replions sur nous-même. Comment alors amener la Galaxie vers un futur commun tourné vers le respect de la Force ?" demanda-t-elle sans plus vraiment répondre à la question. "Ce que je veux...C'est contribuer au retour vers la Lumière et non plus suivre une Voie qui ressemble étrangement à celle d'un Jedi Gris. Pour ce que je connais de ses décisions, je pense que le Conseil se fourvoie et, si je veux progresser, c'est pour avoir, un jour, la possibilité, par mes actions, de changer cela et de retourner vers nos desseins premiers : servir la galaxie et non plus un Ordre."

Peut-être la critique avait-elle été cette fois-ci trop violente ? Elle n'en savait rien mais, à vrai dire, elle s'en moquait. Elle était intimement convaincue que l'Ordre était en train de se fourvoyer magistralement. Que le Conseil faisait des choix défiants toute la logique propre au Code. Toute la logique correspondant à des siècles passés au service d'un système juste. Certes, l'Ordre ne pouvait pas tout mais il pouvait certainement plus que ce qu'il accomplissait en ce moment. Elle ne faisait pas vraiment partie de la frange conservatrice mais devait au moins reconnaître que certains avaient des buts quand d'autres se contentaient d'avancer au petit bonheur la chance sans prendre la peine de méditer sur le tableau d'ensemble que représentait la galaxie. Et cela était condamnable.

"C'est en tous cas ce que je pense. Je suis vraiment désolée si cela vous déçoit."

En disant ces mots, convaincue comme seule une adolescente savait l'être, elle manqua brusquement de perdre l'équilibre ne se rattrapant qu'au prix d'une manœuvre qui lui fit perdre un appui mais qui ressemblait de près à celle d'une gymnaste ou d'une acrobate. Quand elle fut sûre qu'elle ne tomberait pas, elle contracta les muscles du milieu du corps pour revenir à la position première qui lui assurait la stabilité : celle de la danseuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La première leçon.   Mer 17 Oct - 23:37

    Son apprentie semblait tout aussi pressée que lui de pouvoir poursuivre sa formation dans les voies de la Force. Obéissante, elle ne posa aucune question et accepta l’aide de son maître afin de grimper sur le pylone. Prenant appui, Callista regarda l’horizon et tendit ses bras afin de se maintenir en équilibre. Prenant des pauses inspirées du Makashi, elle paraissait sereine et en paix avec elle-même et la Force. Aquilus était bien conscient que ses questions perturbaient cet équilibre, et c’était bien là le but même de sa manœuvre : mettre son apprentie à l’épreuve. Sa padawan répondit alors qu’elle n’avait jamais choisi d’être Jedi, mais que ce choix lui avait été imposé. Une réponse franche qui ne surprit nullement son maître qui n’en n’attendait pas moins venant d’elle. Il s’agissait d’une qualité que le Spectre Gris appréciait chez elle. A la recherche d’une disciple à former, Aquilus ne souhaitait pas tomber sur un Jedi trop classique et conformes aux règles de l’Ordre Jedi. Mais plutôt quelqu’un d’assez autonome, et surtout, d’assez perspicace et intelligente pour savoir trouver sa voie, savoir quand obéir, et quand désobéir. Une jeune fille indépendante et autonome sachant se poser de bonnes questions et à l’esprit assez libre et réfléchi.

    Les règles apportaient la discipline, la stabilité et l’ordre, mais avaient aussi, parfois, l’inconvénient d’être assez aliénantes pour certains individus. Sans pour autant tomber dans quelque chose d’instable à la morale chaotique. Tout était une question d’équilibre. Côté Obscur et Lumineux n’étaient que deux extrêmes qui en soit n’existaient pas, mais étaient une métaphore de la part d’ombre et de lumière que tout individu avait en son sein. Il n’y avait que la Force ; entité neutre. Ce sont seulement les choix des individus qui donnaient une dimension ténébreuse ou claire à celle-ci. Le but des Jedi était de ramener un certain équilibre dans la galaxie.

    Par la suite, Callista reprit la parole expliquant qu’elle avait longuement étudié l’Histoire au temple Jedi. Selon elle, l’Ordre Jedi se fourvoyait concernant la politique à suivre afin d’apporter la paix dans la Galaxie. Là-dessus, Exio resta de marbre, ne laissant aucune émotion se dessiner sur son visage. Inflexible, il écouta simplement les réponses de son apprentie et méditait sur celles-ci. Servir la galaxie avant l’Ordre ? Un but de plus louables. Le Veilleur pouvait le reconnaitre : son apprentie semblait bien plus mûre que les autres padawan qu’il avait pu former. Se remémorant les première paroles de sa disciple, Aquilus se laissa aller et quelques mots s’échappèrent de sa bouche.


    - Je te comprends Callista.


    Perdu dans ses pensées, le Jedi remarqua que son apprentie s’était un peu laissée déstabiliser au fur et à mesure de ses réponses. Mais elle parvint à retrouver une posture lui apportant plus de stabilité pour rester droite sur son pylône. Continuant de tourner autour d’elle, Aquilus guettait le moindre faux pas de sa disciple, le regard de celle-ci toujours fixé au loin. Sans doute n’avait-elle pas remarqué que la glace encerclant le pylône ne permettrait pas à Callista de chuter sans prendre un bain bien glacé. Juste sous son nez. Le Veilleur ne laissa rien paraitre, l’équilibre devait aussi être temporel : ne pas observer l’avenir au détriment du présent. Tout comme il ne fallait pas non plus, avoir une vision à trop court terme et ainsi, passer à côté des conséquences tardives de chacun de ses actes. Equilibre. Ce mot revêtait bien des sens et de significations, autant symboliques que physiques. Désireux de pousser l’introspection de Callista plus profondément –car ces questions n’avaient pas pour but exclusif de renseigner son mentor, mais aussi de s’interroger sur elle-même - , le Maître Jedi reprit la parole.

    - As-tu déjà ressenti la peur Callista ? Si oui, de quoi as-tu peur ?


    Passant dans le dos de sa disciple, le Jedi s'immobilisa. Il réfléchissait à la prochaine étape de cet entrainement et attendait le moment opportun pour mettre son apprentie à l'épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La première leçon.   Mar 23 Oct - 18:42

Taciturne celui-là...mais que dire de plus effectivement. La jeune fille savait pertinemment qu'elle avait raison au sujet de l'avenir de l'Ordre Jedi dont les priorités, au fil des années, avaient changé et, ce, drastiquement. Ce qui au départ n'avait été qu'un moyen de se protéger de l'adversité devenait peu à peu une fin en soi. La jeune femme écarta à nouveau les bras pour revenir à sa position de départ qui lui assurait le plus de stabilité. Elle regrettait presque, malgré la température ambiante, de ne pouvoir se mettre pieds nus afin de maîtriser complètement l'obstacle sur lequel elle était maintenant perchée depuis de longues minutes. Elle ne bougeait plus guère et attendait la suite profitant du laps de temps accordé pour se concentrer et ne faire qu'une avec la Force. De toutes façons, il n'y avait pas mille et unes manières de réussir l'épreuve et Callista n'entendait certainement pas abandonner ce maître presque tombé du ciel pour la prendre sous son aile. Elle prit une profonde inspiration et se prit tout soudain à s'interroger sur le sens caché de l'exercice.

Au départ, elle aurait pensé à quelque chose de plus sophistiqué que de la faire poireauter des heures debout sur un pylône émergeant à peine de la banquise, quelque chose pour tester sa maîtrise de la Force...Pour le sabre, elle avait déjà prouvé au Temple qu'elle était capable de tenir sa partie dans un chamaillis d'épées. Pour le reste, elle espérait bien qu'elle pourrait continuer à apprendre et à progresser un peu plus tard. Peut-être cette épreuve d'équilibre n'était-elle qu'une métaphore de la patience qu'elle se devait d'acquérir dans son voyage pour atteindre le rang de chevalier Jedi ? A vrai dire, elle n'en savait rien. Et, si elle était un peu franche, il lui fallait également s'avouer que cela ne serait sans doute pas pour demain. Et puis, cela faisait du bien de revoir un peu les bases apprises à l'Académie afin de pouvoir construire ses futurs apprentissages sur des fondements solides et maîtrisés.

La nouvelle question vînt et elle n'était pas vraiment une nouveauté dans l'Ordre. Presque instinctivement, la jeune fille entendit presque l'habituelle sentence à ses oreilles. La peur engendrait la colère, la colère engendrait la haine et la haine engendrait la souffrance. Quoiqu'un adepte du côté Obscur ne soit-il pas, au départ, un être en souffrance ? De toutes façons, cela semblait quelque peu irréel pour une jeune fille élevée au sein du cadre tranquille et serein du Temple. La peur ? Avait-elle déjà eu vraiment peur ? Oui, quelques frayeurs mais de là à parler de peur.


"Je ne pense pas, Maître. Nous avons bien eu un peu la trouille quand tous les novices ont été déplacés depuis Coruscant mais de là à parler de peur...C'est un bien grand mot, aux réalités multiples. Mais sinon, non, je ne crois pas que j'ai déjà connu la peur dont vous parlez, j'ai grandi dans un environnement équilibré où la peur n'existe pour ainsi dire pas."

Et elle même était une fille équilibrée selon elle. Pas de peurs ni de questions existentielles, elle se contentait de faire son devoir et de méditer sur certaines questions. Mais LA peur n'était pas une émotion à laquelle elle était particulièrement sujette. De quoi aurait-elle pu avoir peur à vrai dire ? Peut-être de l'Alliance ? Peut-être du chemin que prenaient les Jedi ? Sans doute un peu dans le fond. Mais, fondamentalement, la jeune fille faisait confiance et à la Force et au genre humain pour tendre vers le Progrès sans penser qu'il y faille un homme providentiel pour l'y amener. Soudain, alors que Aquilus faisait elle ne savait quoi derrière son dos (elle préférait d'ailleurs ne pas le savoir), elle se mit à rire :

"Pourquoi cette question ? Vous avez peur que je sois la prochaine Vader ou Caedus ? Darth Vadette ?"

Et de rire à nouveau avec la légèreté de ceux de son âge qui ne voyaient pas comment ni pourquoi ils pourraient un jour prendre le chemin des Sith.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La première leçon.   Dim 28 Oct - 1:31

    Callista resta silencieuse dans un premier temps, consolidant son équilibre précaire sur le sommet de son pylône. Le vénérable Jedi n’était pas dupe, il savait très bien que la jeune fille cherchait un sens à cet exercice. C’était le but de l’apprentissage : s’exercer et tirer une leçon de cet exercice afin de progresser. Le vieil homme resta silencieux, écoutant son apprentie répondre que la seule frayeur qu’elle ait eu fut son départ de Coruscant vers Ossus. Elle n’avait jamais connu la peur. La terreur, celle qui vous pétrifie d’effroi en saisissant soudainement vos entrailles. L’épouvante qui draine toute lumière d’espoir et de courage au sein de vous, puis vous désarme en face d’une menace imminente. La peur de la mort, celle de perdre un être cher, celle d’échouer sa mission…
    Exio les connaissait toutes. Il s’était même, dans sa jeunesse, laissé gouverner quelques fois par celles-ci. Son esprit s’était endurci.
    Là se trouvait encore une fois, une différence entre le Code Jedi prôné par l’Ordre et le Veilleur : la peur. Pour les Jedi, la peur devait être écartée, mise de côté et n’avait pas lieu d’être.
    Pour Exio, la chose était différente. Il fallait apprendre à dominer sa peur, ne pas la laisser vous contrôler, la connaître pour la dépasser. Se dépasser. Sans peur, il n’y a aucun espoir. Sans expérience de la peur, on ne peut se dépasser, se libérer de ses chaines et tendre vers l’équilibre.

    Sa disciple laissa planer un moment de silence jusqu’au moment ou elle questionna son maître sur les motivations l’ayant poussé à poser cette question. Ajoutant en plaisantant s’il pensait qu’elle deviendrait la prochaine Sith connue de la galaxie, à l’instar de Darth Vador ou Darth Caedus. Puis Callista éclata de rire, sûre d’elle qu’elle ne deviendrait pas une Sith, si certaine que son rire était cristallin, léger comme une brise insouciante.
    Cette réaction agaça le Maître Jedi qui ne laissa rien paraître, décelant chez sa padawan un premier défaut : sa naïveté. Nul n’était immunisé au Côté Obscur de la Force, elle pourrait sombrer dans les ténèbres tout comme lui.

    Le fait qu’elle prenne ce fait avec si peu de sérieux fut la première déception de son maître. S’il avait été plus jeune, le Veilleur aurait fait cesser sur le champ l’entrainement et attendu un peu avant de décider de poursuivre ou arrêter la formation de son apprentie. Mais l’âge l’avait rendu un peu plus compréhensif et patient. Callista prenait la chose à la légère car elle n’avait encore jamais expérimenté la peur, ni dépassé celles-ci. Un jour viendrait ou elle y serait confrontée, et Exio y veillerait personnellement en lui faisant passer une épreuve qu’il avait lui-même subi lors de son initiation d’Ombre Jedi.

    Le Spectre Gris avait vécu la peur dès sa plus tendre enfance lorsqu’il dut évacuer Dantooine lors de l’invasion des Yuuzhan Vong, contempler son monde natal en ruines alors qu’il était a peine plus jeune que Callista à cette époque. Pourtant, sa mémoire avait précieusement sauvegardé chaque détail de cet évènement. Dès lors, le Jedi avait vécu sa vie normalement avant de mourir officiellement pour renaître sous le nom d’Aquilus Oblivarion. Depuis ce jour là, il était un homme nouveau, marchant dangereusement sur un fil en équilibre entre la lumière et les ténèbres. Maintes fois, il avait failli chuter.
    Mais ce qui l’avait le plus effrayé était la facilité avec laquelle, l’on pouvait chuter si l’on rompait cet équilibre. Une chose pareille ne doit jamais être prise à la légère, et l’Histoire regorge de Jedi ayant perdu cet équilibre pour finir rongés par leur part d’ombre. Un Sith ne vivait que pour briser l'équilibre galactique vers lequel tendaient les Jedi, et un Sith avançait secrètement...
    Cette leçon, Exio comptait bien l’inculquer à sa disciple, mais il ne fallait pas qu’elle prenne ça à la légère. Alors qu’elle riait joyeusement, le Veilleur ne répondit que par un silence d’indifférence qui se voulait désapprobateur.

    Sans prévenir, il s’empara de son sabre laser d’entraînement à l’aide de sa main artificielle. Silencieusement, Aquilus leva l’arme à deux mains au dessus de sa tête puis activa la lame verte qui émit alors un vrombissement avertissant Callista de la suite des évènements. Instantanément, le Maître Jedi abattit la lame sur sa padawan, ne lui laissant que quelques centièmes de secondes pour réagir. Déterminé à éprouver ainsi, les réflexes de sa disciple.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La première leçon.   Ven 2 Nov - 12:54

Et le silence fut tout ce qu'elle reçut comme réponse. Peut-être n'aurait-elle pas du plaisanter avec autant de légèreté sur ceux qui étaient tombés dans les mirages du côté Obscur ? Mais, après tout, pourquoi aurait-elle du éprouver une crainte ou même une sorte de respect silencieux pour une peur qu'elle n'éprouvait pas. Elle était un pur produit de l'Ordre Jedi, une élève sortie du Temple, respectueuse du Code et de ses enseignements...Elle n'avait ni famille, ni amant, ni même de personnes auxquelles elle tenait suffisamment pour prendre peur pour eux. On lui avait suffisamment répété que la vie d'un Jedi n'était qu'un sacrifice de soi-même pour le bien commun. Sacrifier son individualité, et donc ses peurs, faisait après tout partie du processus. Du reste, elle ne s'était jamais considérée suffisamment douée pour être celle qui pourrait faire pencher la balance d'un côté ou d'un autre...et une certaine passivité lui convenait face à de graves événements. Morts, destructions et autres joyeusetés du genre étaient après tout du ressort de la Force.

Elle laissa de côté la désapprobation silencieuse de son maître face à ce qu'il pensait être de la légèreté. Sans doute se ressemblaient-ils par certains côtés mais elle avait plutôt l'impression qu'il n'aurait pas pu avoir deux êtres plus différents dans la galaxie. Puis, elle sentait bien qu'elle n'allait pas s'en tirer à si bon compte. D'autant que ce qui se tramait dans son dos ne sentait pas bon, pas bon du tout...

Ce fut le vrombissement de la lame qui l'avertit et sans chercher à comprendre, elle se jeta sur le côté pour éviter le coup fatal. Elle dut fait une sorte d’acrobatie en prenant appui sur une main pour se retrouver un genou à terre en équilibre précaire sur la banquise. Elle releva le menton et dévisagea son maître de son regard métallique. Elle porta une main à sa ceinture et en décrocha le sabre d'entrainement qui y pendait. Toutefois, elle se retînt de l'activer immédiatement.


"C'est la punition pour ne pas avoir une psyché aussi tortueuse que d'autres ?" demanda-t-elle avec une certaine crânerie bien de son âge, quoique intéressée, finalement, par la réponse qu'il voudrait bien lui donner. Si il y avait bien une chose qu'elle ne voulait pas, c'était bien de se mettre à craindre les Sith comme tant d'autres.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La première leçon.   Ven 2 Nov - 16:04

    Lorsqu’il abattit sa lame, Callista fit un bond sur le côté droit pour esquiver l’attaque. La jeune adolescente amortit sa chute et se retrouva de nouveau en équilibre précaire sur la banquise. Tirant son sabre laser d’entrainement, elle demanda alors si l’action de son maître n’était pas une punition pour ne pas avoir de personnalité aussi tortueuse. Et bien, elle n’avait pas froid aux yeux cette petite…

    Le Maître Jedi ne répondit pas à la provocation de sa disciple qui avait visiblement peu apprécié la surprise. Il en avait vu d’autres. Son affrontement contre Reylos lui avait donné du fil à retordre pour la première fois de sa vie. Le zabrak l’avait plusieurs fois déstabilisé et trouvé quelques failles dans son Soresu qui avaient failli coûter la victoire à l’Ombre Jedi. Néanmoins, il s’était défendu et avait survécu. Mais il savait que le Seigneur Sith se montrerait à nouveau, sans doute le recherchait-il, mais cette fois-ci il ne serait pas seul. Son apprentie l’assisterait dans cette tâche, et si jamais il venait à mourir, alors son savoir ne serait pas perdu.

    Le regard d’acier de l’adolescente croisant celui d’Aquilus, le Veilleur ne baissa pas les yeux et reprit sa posture de garde. Serein et concentré, il tint cependant à rappeler le but de leur présence ici. Le fait qu’elle prenne l’attaque surprise pour une punition en bonne et due forme était quelques peu simpliste, il s’agissait plutôt d’une leçon que le maître voulait inculquer à son apprentie. Néanmoins, le fait qu’elle ait deviné un aspect de la personnalité de son entraineur taciturne montrait qu’elle semblait être observatrice, tout comme elle répondit avec fermeté, déterminée à ne pas craindre ses ennemis. Le Spectre Gris reprit la parole d’un ton qui se voulait motivant.


    - Les Sith frapperont tôt ou tard, de face ou par surprise. Leur but est de détruire l’équilibre que tu chercheras à atteindre. Ne prends pas les choses si peu au sérieux, aucune menace les concernant ne doit être prise à la légère. De tes actes, dépendront de nombreuses vies. Tes réflexes t’ont permis de ne pas rompre l’équilibre que tu as acquis lorsque je t’ai attaquée, mais il te faudra compter, à l’avenir, sur bien d’autres choses que tes réflexes. Sinon tu iras rejoindre la Force aux côtés d’autres Jedi avant toi ayant commis la même erreur. Tu seras bientôt confrontée à eux, que tu le souhaites ou non. Et si tu veux accomplir ton rôle de Jedi, tu te devras de leur survivre et d’être préparée à les combattre ou qu’ils soient, peu importe leurs masques. Nous irons sur plusieurs mondes Sith pour les y débusquer, mais avant tout, tu devras être prête sinon tu ne m'accompagneras pas. Tu as acquis l’équilibre avec l’épreuve précédente, maintenant défend le coûte que coûte. Ne fais aucun cadeau.

    Décidé à lui faire aucun cadeau, le Maître Jedi prit une posture de garde offensive et se rapprocha de son apprentie dans des pas qui se voulaient rapides mais légers et nonchalants. Marchant avec grâce jusqu’à son élève, Aquilus comptait bien la tester sur ce terrain instable. Là ou de nombreux maîtres auraient préféré le confort d’une salle d’entrainement, le Veilleur jugea plus pertinent d’entrainer son disciple dans différents environnements pour qu’elle puisse s’y adapter.

    Le Veilleur s’avança suffisamment pour effectuer une tranche oblique, mouvement d’un Djem So qui se voulait puissant et brut. Cette fameuse forme V était la forme de prédilection employée par Exio Breakshield pour combattre, jugeant cette forme agressive et puissante pour briser les gardes de ses adversaires. Utilisant dans une moindre mesure le Soresu pour se défendre efficacement, la forme qu’il maîtrisait le moins bien était le Makashi, mais cela, la jeune femme l’ignorait. Cependant, Aquilus espérait bien la déstabiliser en changeant brutalement de forme de combat pour employer le même style que celui de son apprentie, un miroir qu’il comptait lui tendre pour qu’elle puisse se perfectionner dans ces gestes précis et élégants faisant la réputation de cette forme.
    Callista n’avait encore jamais connu la peur, mais un jour elle y serait confrontée. Il lui faudrait la surmonter, passer outre et la dépasser pour devenir Jedi, mais ne pas l’ignorer.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La première leçon.   Sam 10 Nov - 10:58

Plus qu'une quelconque provocation, il s'agissait plus d'une inquiétude brusque au sujet de son maître qui semblait à fleur-de-peau à la moindre mention des Sith et du côté Obscur. Loin d'être une idiote, Callista n'était pas niaise non plus, elle savait le danger que les guerriers de l'Ombre pouvaient représenter que ce soit pour elle comme pour Aquilus. Mais il y avait dans cette attitude presque craintive, voir le basculement vers le côté Obscur comme un risque important pour chacun, quelque chose qui forçait au calme, à la retenue et à la méditation. Durant quelques secondes, elle se demanda ce que son maître avait fait pu faire ou voir du côté des Sith. Inquiétante pensée pour elle qui, comme elle l'avait crânement dit quelques secondes plus tôt, restait simple et dédiée à un certain idéal. Et, pour tout dire, elle avait toujours eu du mal avec ces débats idéologiques et intérieurs qui semblaient être l'apanage de certains Jedi. Pour sa part, elle était sûre d'elle (peut-être trop) mais surtout sereine. Enfin, tout cela valait pour le moment présent et elle ne pouvait dire ce qu'il en serait du futur proche ou lointain.

"Un rire n'est pas toujours léger, il l'est même rarement," remarqua-t-elle sans se rendre compte qu'elle citait une des plus importantes maximes de l'aristocratie téti. Elle n'ajouta plus rien d'autre au sujet des Sith mais elle était persuadée que continuer à les craindre et en parler à mi mots toujours très sérieusement n'accomplissait rien de plus que de les élever au rang de Grand Méchant Loup galactique. Pour le reste, si le moment était venu pour elle de rencontrer la Force...Hé bien, il faudrait s'y faire voilà tout. D'autres avaient accepté cela avec tout autant de dignité.

Mais la leçon continuait et la jeune fille savait qu'elle devait se tenir prête. D'autant plus que la banquise sur laquelle elle avait pris pied était tout sauf stable et rien moins que glissante. D'une main ferme, elle écarta une mèche de cheveux bruns et usant d'une variante de la position de départ du Makashi se mit en place avec élégance et précision. Elle savait déjà qu'elle allait se prendre une rouste bien appliquée, il lui était difficile de penser qu'elle pourrait tenir bien longtemps face à un maître Jedi versé dans les arts du combat comme l'était Oblivarion. Mais elle comptait bien vendre sa peau très chèrement. Et, à vrai dire, l'environnement faisait que la légèreté du Makashi l'aidait face à un Djem-So dont les mouvements puissants obligeaient à des appuis marqués et lourds. Alors que le maître approchait, tout sourire et trace d'émotion disparurent de son visage juvénile alors qu'elle se concentrait et allumait son sabre. Elle attendait en digne représentante d'une forme de combat tombée dans les oubliettes de l'histoire de l'Ordre. Encore une fois, il faudrait qu'elle aille jusqu'au bout d'elle même.

La lame bleue de la padawan bloqua brièvement le puissant coup de son maître lui laissant juste assez de temps pour déplacer ses appuis et s'écarter de la trajectoire meurtrière. Elle connaissait à peu près les faiblesses de son style face à la Forme V et savait qu'il allait falloir faire durer le combat pour que les coups deviennent de moins en moins précis. Au moins, l'avantage de la fluidité lui revenait. Donnant un bref coup d'estoc en direction de la garde du sabre-laser pour lancer un coup de sonde, elle se déroba à la parade d'un élégant changement de pied et lança son attaque avec la précision légendaire et dévastatrice du Makashi. Rien qui ne puisse vraiment venir à bout d'un Jedi comme Aquilus mais bon, autant y aller à fond. Après avoir écarté la lame adverse, il ne lui restait plus qu'à frapper de taille dans le sens inverse en visant le bras qui tenait le sabre. Après tout, le Makashi visait au désarmement...Que l'on ampute ou touche le sabre adverse, le résultat était le même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La première leçon.   Ven 16 Nov - 10:41

    Le Veilleur avait porté le premier coup. Sa fine lame d’émeraude fut déviée par celle de sa disciple qui se défendit en encaissant le choc de la première attaque d’Aquilus. Callista ne tomba pas dans le piège en préférant se déplacer suite au choc plutôt que de rester sur ses positions. En effet, si elle avait choisi de rester sur place, la jeune fille prenait le risque de passer au travers de la banquise étant donné la puissance des coups délivrés par son maître. Elle avait très bien compris tout l’intérêt d’une forme comme le Makashi qui visait à économiser au maximum les attaques pour porter des frappes d’une précision presque chirurgicales. Tout en se déplaçant légèrement, la padawan riposta avec quelques coups qui ne mirent aucunement le Maître Jedi en difficulté. Il remarqua néanmoins que sa disciple se montrait de plus en plus ambitieuse depuis la première fois qu’il l’avait rencontrée sur Ossus en matière de maniement au sabre. Ce comportement lui plaisait, prouvant la détermination de Callista à poursuivre dans son initiation à cette forme de combat rare, mais vraiment efficace.
    D’une parade inspirée du Soresu, le Spectre Gris fit avorter l’offensive de son apprentie tout en glissant sur la droite. Tenant son sabre à une main, il en profita pour contre attaquer d’un coup puissant portée sur le bout de la lame bleue de son apprentie afin de volontairement tenter de faire sauter le manche du sabre laser de Callista d’entre ses mains.


    - Tu te défends bien.


    Lâcha t’il d’un ton concentré mais encourageant pour son apprentie. Le duel se montra quelques peu intense pour la jeune fille puisque Aquilus connaissait très bien les faiblesses de sa propre forme de combat, en prenait soin de ne jamais trop marquer ses appuis sur la banquise. La puissance brute du Djem So imposa à Exio d’être assez mobile et à porter des coups puissants pour déséquilibrer son adversaire.
    Plusieurs fois, il était parvenu à éviter et surprendre sa disciple en optant pour un Soresu ultra-défensif qui ne donnait pas la moindre opportunité d’attaque à Callista, parfois, Exio se permis même de répondre à sa padawan avec le Makashi.
    L’entrainement se termina d’une façon quelques peu rude pour la padawan qui se retrouva rapidement projetée sur le dos sur la banquise. Désarmée, elle avait la lame de son mentor sous son menton et la glace semblait se fissurer depuis l’impact. Le Spectre Gris jugea inutile que Callista prenne un bain : elle s’était bien battue. Peut-être même mieux qu’il ne l’avait fait lorsqu’il avait son âge. Exio tendit sa main artificielle à la jeune fille afin de l’aider à se redresser : l’entrainement au sabre était terminé pour aujourd’hui. Mais de part ses actions, Callista avait ouvert un nouveau chemin dans sa formation : Aquilus la jugeait digne de poursuivre son entrainement. Miransi se releva avant que la glace ne cède, puis le Veilleur prit la parole après avoir rangé son sabre laser.


    - Callista, aujourd’hui est un grand jour pour toi. Je viens de t’enseigner la première leçon que tout Jedi se doit d’apprendre : l’équilibre. Tu as chuté sur la fin de ton combat. Mais comme toutes les chutes, celles-ci servent à nous relever.

    Ainsi, le premier enseignement d’Exio était double : premièrement l’important pour un Jedi était qu’il recherchait l’équilibre dans la galaxie. Equilibre, ce mot aux multiples sens et définitions multiples pouvait aussi bien signifier l’équilibre entre ténèbres et lumière, paix et guerre, présent et avenir… Mais pouvait avoir une signification plus terre à terre, ne serait-ce que dans le cadre d’un combat dans un environnement hostile ou potentiellement instable. Ce mot avait une double connotation.
    Mais derrière cette leçon s’en cachait une autre plus secrète qu’Exio s’était pris la peine d’expliciter : une chute n’est pas foncièrement mauvaise ou mortelle, même si elle peut l’être. Néanmoins, il y avait autre chose derrière : Nous tombons pour nous relever. Par cette maxime, l’Ombre Jedi voulait bien inculquer à sa disciple qu’il fallait toujours chercher à tirer quelque chose d’un échec, et de continuer d’aller de l’avant coûte que coûte.
    Dans un élan de fierté vis-à-vis de sa disciple, Aquilus se permis même de se mettre à son niveau. Posant ses deux mains sur ses épaules, il fixa les yeux de son apprentie puis ajouta.


    - Je vais poursuivre ta formation. Mais avant de quitter Naboo, nous aurons besoin de faire un petit voyage à travers le décor. Ramasse ton sabre et suis-moi.


    Aquilus fit volteface et se dirigea vers le centre du lac gelé. En réalité, il cherchait plutôt à rallier l’autre rive ce que le duo parvint à faire sans encombre sur la glace. Arrivés de l’autre côté, on remarquait tout de suite que les arbres et la neige se faisaient encore nombreux, mais que le terrain était plus accidenté et plusieurs rochers faisaient leur apparition. Mais plus intéressant encore, le Maître Jedi semblait conduire sa disciple à travers la montagne pour essayer d’en atteindre le sommet, fréquentant pour le moment, des sentiers qui avaient du être oubliés depuis des décennies.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La première leçon.   Sam 24 Nov - 16:41

Le combat se déroula dans une atmosphère presque irréelle pour la jeune femme qui ne comprenait pas vraiment à quoi rimait l'exercice. Enfin, si, elle comprenait absolument à quoi tendait la pratique du duel, le maniement du sabre, l'apprentissage de nouvelles techniques mais le cheminement intérieur et intellectuel de l'enseignement était presque perdu pour elle. L'équilibre en tant que vertu cardinale de l'enseignement Jedi était-il seulement affaire de positions, de quarts, de septimes ou de pointes ? Sans doute pas, et encore moins dans les maximes de Maître Oblivarion, mais c'était en tous cas ainsi qu'elle le percevait dans cet approche de l'exercice.

Si elle avait été une duelliste talentueuse selon les standards des Novices Jedi formés au sein du Temple d'Ossus, il était tout à fait clair qu'elle ne s'était pas encore, et de loin, hissée au niveau d'un maître du calibre d'Aquilus. Mine de rien, sans en être dépitée, elle en concevait une petite frustration finalement très utile. Ce combat la rappelait à une certaine réalité qui, parfois, échappait au monde clos et confortable des jeunes gens élevées par l'Ordre. Finalement, plus qu'une leçon sur l'équilibre, ce combat tournait en une démonstration qu'il lui faudrait beaucoup plus d'humilité pour se hisser jusqu'aux sommets qu'elle souhaitait ardemment atteindre. Peut-être était-ce là le summum de l'équilibre à acquérir finalement ? Savoir balancer l'ambition par la réflexion ? Elle l'apprendrait plus tard et sans doute avec peine.

Pour le moment, ne restait que le désir de briller et de l'emporter. Et si il n'y avait apparemment aucune chance pour que cela arrive, il fallait convenir que son style avait un certain panache. Peut-être pas avec une efficacité maximum qu'aurait permis un Soresu que, de toutes façons, elle maîtrisait assez mal mais laissant entrapercevoir à un observateur extérieur les reflets d'un passé brillant et glorieux où l'Ordre Jedi avait imposé son ordre et sa philosophie à une galaxie en proie aux ravages de la guerre. Mais, malgré toute sa volonté juvénile et farouche, il était clair qu'elle ne faisait - pas encore ? - le poids. Bien entendu, son jeune âge ainsi que les mérites de son maître expliquaient cette disparité dans le résultat d'un combat joué d'avance mais on pouvait également y voir une opposition des styles et des physiques. Face aux coups de taille pour le moins brutaux assenées par Breackshield, il était difficile de concevoir qu'une sylphide puisse résister aussi longuement. Mais ainsi était la Force...

Et, malgré une conclusion attendue, Callista apprenait du style et des changements parfois exubérants bien que maîtrisés des postures de combat de son maître. Il essayait de la déstabiliser en la soumettant à des variations inattendues et étranges des diverses formes qu'il maîtrisait. S'acharnait-elle finalement dans sa volonté à vouloir maîtriser coûte que coûte un style ardu comme le Makashi ? N'aurait-elle pas pu suivre cet exemple et substituer à la douloureuse et exigeante technique de la forme II ? Elle y réfléchirait sans doute plus tard avec l'aide et l'enseignement de son maître.

Quand elle chuta brutalement sur la glace, elle se figea brusquement de peur que la banquise ne ploie sous son poids et comprit rapidement que se poser tant de questions en combattant n'aidait pas à sortir victorieuse d'un duel. Elle se fit plus légère et accepta la main tendue par Aquilus qui souhait l'aider à se relever. Elle le fit précautionneusement avec la légèreté d'une ballerine et la grâce qu'elle semblait mettre en toute chose. Et tandis qu'elle avançait à petits pas pour récupérer son sabre d'entrainement, elle suivait les expressions de son maître qui finit par la rejoindre pour lui expliquer en quoi l'épreuve était un chemin qu'elle commençait tout juste à emprunter.

Elle eût un léger froncement de sourcils en écoutant ce qu'avait à lui dire son maître mais ne commenta pas - pour une fois ! Elle se contenta de hocher de la tête pour signifier qu'elle avait compris ce que ce dernier avait voulu lui dire. Peut-être était-ce à mettre en rapport avec sa propre expérience au sein de l'académie ? Le temps de la facilité semblait en tous cas bel et bien terminé. Elle ne réussirait plus avec une certaine aise à entreprendre ce qu'elle voulait. Le talent ne faisait sans doute pas tout. Et, pour la première fois de sa formation, elle trouva cela intéressant. Devoir se dépasser toujours plus l'attirait. Aller au bout d'elle-même également et peut-être plus loin que son maître pouvait s'y attendre.

La fierté du maître ne passa pas inaperçue chez la jeune fille qui se demanda si, véritablement, il était fier de l'avoir comme disciple. Tout comme son regard se chargea de reproches alors qu'il parlait de continuer sa formation. Cela avait-il seulement été dans la balance ? Et pourquoi ? Pourquoi venir la choisir sur Ossus si c'était pour continuer à ne pas être sûr que la formation prendrait avec elle ? Et pourquoi ne pouvait-il pas être plus certain de ses choix ? La Force n'aidait-elle pas à cela ? Enfin, elle choisit de ne pas faire de vagues et répondit par un simple :


"J'en suis heureuse, Maître Oblivarion."

Simple mais douloureusement chargé d'un certain questionnement. Il était clair qu'elle se demandait si elle était à la hauteur de la formation que le Maître Jedi souhaitait lui inculquer. Et si lui-même la considérait à la hauteur...Mais, puisqu'il avait été décidé que tout cela continuait, il lui semblait que cela était finalement le cas. Elle le suivit tranquillement alors qu'ils traversaient prudemment le lac gelé même si les précautions s'appliquaient plus à Aquilus qu'à Callista que sa légèreté mettait presque à l'abri d'une mauvaise surprise.

"Au fait...Où allons-nous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La première leçon.   Sam 1 Déc - 12:45

    Aquilus Oblivarion continuait de marcher à travers le paysage immaculé de blanc. Ce qui lui plaisait dans ce décor était surtout cette sensation de paix qui s’en dégageait, mais aussi l’impression que le temps semblait s’être suspendu au nord de Naboo. Comme si toutes les préoccupations galactiques actuelles telles que l’influence du Consortium de Zann, le retour des Sith, la guerre à venir entre l’Alliance et la Confédération étaient lointaines, figées et que jamais, ces dangers ne pourraient mutiler la beauté de cette nature sauvage, insoumise mais à la fois harmonieuse.

    Silencieux, le Maître Jedi désirait profiter de la quiétude de cette marche –ou plutôt pèlerinage pour lui- vers le pic de la montagne lorsque son apprentie prit la parole, demandant alors ou ils allaient. Sans s’arrêter ni même se retourner vers Callista, le Veilleur lui répondit :


    - Vers le sommet. Là haut je compte bien te guider vers ta prochaine leçon, mais en chemin tu seras confrontée à une nouvelle épreuve qui ne devrait être qu’une formalité, mais qui est importante –pour ne pas dire fondamentale- dans la vie d’un Jedi. Une fois que nous atteindront le sommet, nous rentrerons sur Ossus.

    Puis il se tut à nouveau et continua de marcher. Oh bien évidemment, ils auraient pu se rendre au sommet de la montagne en vaisseau, mais Aquilus tenait à ce que sa disciple et lui y aillent à pied. A vue de nez, ils en auraient pour environ trois heures, peut-être plus… Néanmoins le Maître Jedi souhaitait surtout faire marcher son disciple afin que celle-ci puisse pratiquer un peu son endurance et surtout muscler un peu ses mollets. Sans doute qu’elle ne le devinerait point, cependant cette petite marche (et les autres à venir) avaient surtout pour objectif d’être à la fois un entraînement physique -qui serait bénéfique à Callista- mais à la fois des moments de calme propices à la méditation et à la réflexion sur la leçon précédente.

    Au fur et à mesure de la montée, le sentier se faisait de plus en plus escarpé et étroit nécessitant un effort physique plus poussé que la simple randonnée. Malgré ses quarante sept années, Exio semblait avancer sans grande difficulté. De toute évidence, il était habitué à ce genre de pratiques après autant d’années passées à arpenter la galaxie et pour lui, ce sentier accidenté était une véritable promenade de santé. Le Veilleur aimait ces moments là et parfois prenait vraiment plaisir à observer ces horizons lointains depuis le sommet de ce mont, c’était un moyen pour lui de trouver l’apaisement, une certaine forme de catharsis entre plusieurs missions dangereuses lui permettant de faire le point. Son maître l’avait emmené ici pour le former quand il ne revêtait pas encore l’identité d’Aquilus Oblivarion, cette époque était si lointaine désormais…
    Le maître et l’apprentie furent par la suite, parfois obligés de grimper par-dessus quelques rochers obstruant le sentier, ou d’enjamber de hautes marches de pierres taillées ici, il y a plusieurs millénaires sans doutes. Une heure plus tard, ils suivirent les marches jusqu’à une caverne. Là, ils entrèrent et leurs deux silhouettes disparurent dans le manteau de l’obscurité. Plongés dans le noir absolu, ils continuèrent de marcher, Exio connaissait le chemin et Callista suivait son maître en se fiant à la Force. Il ne leur fallut pas longtemps, -une dizaine de minute de marche souterraine- pour que leurs yeux puissent percevoir un scintillement lointain de plusieurs couleurs.

    Une fois qu’ils s’y approchèrent, le Spectre Gris et son padawan se trouvèrent dans un coin de cette caverne disposant de plusieurs cristaux purs luisant dans les ténèbres. Bleu, vert, violet, bien qu’il y ait peu de cristaux, il y en avait suffisamment pour illuminer faiblement les environs. Exio lui-même ignorait depuis combien de temps ces cristaux se trouvaient ici, néanmoins c’était ici qu’il avait construit son premier sabre laser – celui là même, encore accroché à sa ceinture. Aquilus, ou plutôt Exio ressentit une pointe de nostalgie en lui, ce lieu n’avait absolument pas changé depuis sa dernière venue ici, en 30 après Yavin IV, comme si le temps n’avait eu aucun impact. Comme si ce souvenir gravé dans sa mémoire était resté intact. Le Maître Jedi prit la parole d’une voix plutôt solennelle mais apaisée et détendue.




    - Il y a maintenant plusieurs décennies, mon mentor m’a conduit jusqu’à cette caverne afin de choisir le cristal de mon sabre laser. A cette époque, je n’avais que quinze ans, j’étais encore un jeune padawan, un adolescent alors que la galaxie se remettait de la guerre contre les Yuuzhan Vong. Aujourd’hui, trente deux ans plus tard, me revoilà dans ce lieu. Les années ont passées, et l’heure est maintenant venue pour moi de transmettre mon enseignement, passer le relais à la prochaine génération de Jedi. Ainsi va la Force. Callista, aujourd’hui tu vas créer ton propre sabre laser.


    Joignant le geste à la parole, Aquilus sortit de dessous sa cape, plusieurs composants essentiels à la construction du sabre laser de son apprentie. Bien entendu, il avait bien plus de pièces que nécessaire mais Exio avait acheté plusieurs éléments afin que Callista dispose de la plus grande marge de manœuvre possible afin de créer son arme comme elle l’entendait. Un sabre laser était une arme Jedi très personnelle. Au sein de l’Ordre, on ne pouvait espérer trouver deux sabres laser identiques appartenant à deux êtres différents. Chaque membre avait sa propre arme customisée selon ses besoins ou son propre style de combat. Déposant soigneusement les pièces enveloppées dans un tissu plutôt noble et propre sur un rocher, Aquilus resta silencieux et observa son apprentie d’un œil extrêmement attentif duquel s’échappait un sentiment difficile à définir. Affection, nostalgie, paix, fierté, ces quatre sensations habitaient désormais l’esprit du Maître Jedi. Sans doute était-ce ce même sentiment qu’avait ressenti son maître lorsqu’Exio s’était rendu ici pour concevoir son sabre laser.
    Sans doute était-ce même sentiment qu’avait éprouvé Neri Aiones, la mère du mentor de Callista, quelques années avant qu’elle ne rejoigne la Force. Callista Miransi n’était pas la première apprentie d’Aquilus à se rendre ici, il y avait eu quelqu’un avant elle mais le Veilleur avait estimé que sa disciple, une twi’lek du nom de Orn’Ela Dawnbringer ne saurait suivre son entraînement d’Ombre Jedi. Aujourd’hui, peu lui importait que Callista rejoigne le Covenant ou non, l’important était avant tout de transmettre. Peut-être lui en parlerait-il un jour ?
    Taciturne, le Spectre Gris continuait d’observer la jeune adolescente concentrée sur sa tâche, Exio scrutait chaque mouvement, chaque hésitation de sa padawan, nourrissant l’espoir secret qu’un jour, Callista serait en mesure de le surpasser, voire d’être un meilleur maître Jedi qu’il ne l’était.


    - Il n'y a pas d'émotion, il n'y a que la paix. Il n'y a pas d'ignorance, il n'y a que la connaissance. Il n'y a pas de passion, il n'y a que la sérénité. Il n'y a pas de chaos, il n'y a que l'harmonie. Il n'y a pas de mort, il n'y a que la Force.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La première leçon.   Mar 4 Déc - 21:50

Suivant les traces de son maître, la jeune femme avançait d'un pas lent empreint de la grâce fébrile qui la caractérisait si bien. De temps à autre, elle jetait un coup d’œil sur les vapeurs blanches de son souffle glacée presque étonnée de la manifestation incongrue de son humanité. Loin de se complaire dans des questionnements mentaux sans fin, elle restait dans l'instant émerveillée par les monts millénaires et les neiges éternelles qu'ils défloraient en continuant d'avancer. Rien d'autre n'existait que cette lente foulée, solide et souple, qui leur permettait de grimper encore et toujours vers les cimes éternelles de cette région glacée de la planète Naboo. Le côte presque mécanique de la marche, l'air frais et glaçant, obligeait presque à la transe lui permettant ainsi de voir défiler des images sans queue ni tête qui lui permettaient de se concentrer sur ses pas. Éternelle litanie qui s'associait étroitement au caractère accidenté de leur environnement. N'était-ce pas cela le plus important finalement ? Ne faire qu'un avec ce qu'il l'entourait?

Et puis, de toutes évidences, Aquilus Oblivarion n'était pas le genre d'individus prêt à vous chanter une balade ou une paillarde pour vous aider à avancer. Encore que "un kilomètre à pied" aurait sans doute été du plus mauvais effet alors qu'ils cheminaient, émus et respectueux, au milieu de beautés comme seule la Nature et la Force savaient les offrir. Ses quatorze années passées confinée au sein du Temple ne l'avaient en tous cas pas préparées à cette brutale absence de souffle devant les merveilles naturelles qui pullulaient sur Naboo, ni à marcher autant dans un milieu aussi rude. Mais, Callista était une Jedi ou, du moins, en passe de le devenir. La difficulté, l'effort, le dépassement de soi faisaient partie des valeurs qui lui avaient été longuement inculquées et, ce, dans l'optique de devenir un être meilleur en contact avec les flux délicats et changeant mais en même temps immémoriaux et intangibles qui constituaient la Force. Toutefois, les enseignements intégrés lors de la leçon précédente portaient leurs fruits. Si elle n'avait jamais été quelqu'un peinant à trouver équilibre et énergie, il n'en allait pas moins que la jeune fille mettait à contribution les quelques mouvements et les réactions apprises afin de suivre le rythme imposé par le maître Jedi. Mais, prise par le rythme, elle continuait d'avancer presque sans s'en rendre compte là où, sans doute aucun, la majorité des autres humains auraient abandonné la partie pour redescendre vers des contrées plus chaleureuses et plus accueillantes.

Concentrée sur la neige, les crevasses, les accidents du terrain, elle ne sut jamais vraiment combien de temps avait duré cette ascension immémoriale mais, bientôt si cela avait encore un sens, l'étroite embouchure d'une grotte s'ouvrit devant eux. Pendant quelques secondes, Callista resta statique plutôt que de suivre son maître. Elle avait entendu tant d'histoires...Était-ce le moment où il souhaitait la soumettre à la tentation du côté obscur ? Mais pourquoi si vite ? Pourquoi maintenant ? Et pourquoi une simple "formalité" ? Puis, confiante, elle suivit. Ce qui adviendrait ne pourrait être pire que le simple fait de ne pas savoir et, l'un dans l'autre, elle était prête. Aquilus l'aurait sans doute qualifiée de tête folle mais la tentation du côté obscur ne l'effrayait pas. Pas comme d'autres Jedi ? Certes, elle n'était pas immunisée face aux rêves de grandeur, d'efficacité, des moyens effrayants pour le plus grand bien mais, fondamentalement, la puissance, le pouvoir n'étaient pas les moteurs de sa destinée. Ces mots, ces concepts ne l'attiraient pas.

L'obscurité était complète ne faisant rien pour la rassurer. Mais, très rapidement, après avoir avancé à tâtons, elle déboucha dans une caverne - elle n'avait pas de meilleur mot pour désigner cette cavité naturelle - où scintillaient des gemmes multiples et diverses. Le tout donnait une étrange impression de clair-obscur où, sans rien révéler des contours des deux humains présents, les cristaux luisaient faiblement dans le noir total. La fillette ne comprit pas immédiatemment pourquoi Aquilus les avait amené à cet endroit si ce n'était pour l'occasion de profiter de la vue splendide de cette caverne tapissée de merveilles géologiques. Et ce ne fut que quand son aîné prit la parole qu'elle sut finalement la véritable raison de leur présence en ces lieux. Et répondre un "Quand tu veux !" bien senti n'aurait sans doute pas été la meilleure chose à faire à l'instant présent si empli de solennité. Mais, sa jeunesse mettait la jeune femme à l'abri des vagues de nostalgie qui semblaient étreindre son maître, sans compter l'excitation de vivre un moment si important dans son existence de Jedi. Son sabre ! Elle n'en revenait pas. En était-elle digne ? A priori, c'était le cas mais ce n'était pas à elle d'en juger. Elle prit tout de même sur elle de tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de répondre :


"J'en suis honorée, Maître." Durant quelques secondes, elle se demanda si elle se sentait vraiment honorée. Enthousiaste, la chose était certaine. Honorée de commencer à construire son sabre ? Non, pas vraiment. Peut-être plus par la confiance que lui témoignait son maître en la faisant venir dans un endroit qui semblait avoir tant de signification pour lui. "Hummm...Je dois choisir un cristal, n'est-ce pas ? Peut-être qu'il faudra que je démonte votre sabre pour savoir exactement comment il est conçu, je ne voudrais pas faire d'erreurs de conception ! D'ailleurs, j'ai lu et vu que certains praticiens du Makashi choisissaient des formes de garde plus incurvées que pour les autres pratiques de combat ? Vous croyez que je devrais faire la même chose ?"

A tout prendre, il paraissait évident que sa façon de combattre nécessiterait une certaine adaptation. Elle ne pourrait jamais tenir certaines gardes avancées avec un sabre-laser à manche droit et complètement cylindriques. D'autant plus qu'elle n'avait trop accordé de pensées à ce simple fait. Mais, il valait mieux qu'elle se contente sur l'instant plutôt que sur ce qui serait bientôt. Sa formation lui permettrait de trouver des réponses là où, tout de suite, elle n'en voyait pas forcément.

Finissant par comprendre qu'à trop s'interroger sur les raisons et les conséquences de la confection d'un sabre-laser, elle perdait de vue l'essentiel, Callista prit quelques instants pour calmer en ayant recours à quelques rapides instants de méditation. Mais, précisément, tout en sachant qu'elle ne pourrait pas vraiment faire beaucoup ici, elle sentait où la Force la tirait. Ce n'était d'ailleurs aucunement confus mais plutôt une sorte de sublime et incisive pensée qui la poussait à avancer. Elle fit quelques pas tâtonnant s'appuyant sur les dents de la roche déchirée par les âges semblant dédaigner nombre de cristaux pour continuer son exploration de la grotte. Elle passait parfois la main à quelques pouces de gemmes sans jamais s'arrêter sachant que ce n'était pas celle qui la concernait et qui l'aiderait dans sa quête lumineuse. S'arrêtant quelques secondes, elle reprit le mantra d'Oblivarion s'aidant de la douce litanie pour focaliser encore plus son attention sur la tâche qui, à présent, l'occupait toute entière.


"Il n'y a pas d'émotion, il n'y a que la paix. Il n'y a pas d'ignorance, il n'y a que la connaissance. Il n'y a pas de passion, il n'y a que la sérénité. Il n'y a pas de chaos, il n'y a que l'harmonie. Il n'y a pas de mort, il n'y a que la Force."

Paix, connaissance, sérénité, harmonie...La Force. Elle murmura ses mots puis, vivement, sa main se referma sur une pierre qui luisait faiblement. Un cristal doré, luminescent, douée d'une vie intérieure, elle le sentait. Elle leva la main pour faire scintiller la pierre devant ses yeux puis, doucement, revînt vers le précieux tissu sur lequel son maître avait posé les composants nécessaires à la conception du sabre. Glissant le cristal dans une des poches de sa ceinture, elle plia soigneusement le tissu pour en faire un baluchon et le rangea à son tour arrimant solidement le tout aux côtés du cristal. Elle était prête.

"Je crois que c'est bon. Il me faudra un peu de temps pour trouver la meilleure façon de monter mon sabre et faire sans doute quelques recherches. Je ne veux pas me précipiter, je sens qu'être trop rapide pourrait m'être préjudiciable et contribuer à une mauvaise arme. Et puis...ne dit-on pas qu'il n'y a pas de mauvais outils mais seulement de mauvais ouvriers ?" ajouta-t-elle presque légère du fait de sa découverte. [color]"Je crois que j'en aurai pour plusieurs jours une fois retournée sur Ossus. Merci Maître. Peut-être qu'un jour, je continuerai la tradition et emmènerait un apprenti en ces lieux."[/color]

Elle se tourna vers la caverne, jetant un dernier coup d’œil aux cristaux assemblés...Un tel trésor. Mais, elle n'avait plus rien à faire ici jusqu'à ce que la nécessité la pousse peut-être à revenir dans le futur. Considérant qu'elle se devait de laisser quelques instants à Aquilus pour se remémorer des souvenirs lointains, elle esquissa un geste et, précautionneusement mais sans aide, elle commença à prendre le chemin du retour vers la surface.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La première leçon.   Mar 11 Déc - 2:00


    Aquilus Oblivarion vit alors la jeune fille être émerveillée par le spectacle que lui avait offert son maître. La jeune femme paraissait alors vraiment intéressée et fascinée par tout ce qui l'entourait. Visiblement, elle ne s'attendait pas à recevoir son propre sabre laser aujourd'hui, et cette surprise sembla lui plaire. Callista prit la parole et posa plusieurs questions à son maître qui lui répondit très poliment.

    - Les formes incurvées sont en effet conseillées pour les utilisateurs du Makashi. Patience est vertu ma jeune padawan. Si tu le souhaites, je saurais t’aider si tu rencontres quelques difficultés.

    Exio Breakshield resta silencieux quelques instants : cette caverne était source de réminiscence pour le vénérable humain qui fit quelques pas vers un cristal à lame bleue. Celle-ci était d’une pureté absolue et invoqua le passé dans l’esprit de l’Ombre Jedi. Revivant la scène à l’aide de la mémoire de Force, Exio se vit alors à quinze ans, assit en tailleur dans la caverne au milieu des cristaux sous l’œil attentif de sa mère. L’adolescent s’était promis de ne pas quitter cette caverne tant que son sabre laser ne serait pas achevé. Neri Aiones, Jedi d’exception avait posé sur son fils unique ; Exio, le poids d’un héritage d’Ombres Jedi. Toute sa vie, il avait été préparé pour accomplir sa tâche. La même tâche à laquelle, ses ancêtres avaient consacré leur vie : servir la Force et dissiper les ténèbres là ou elles se trouvaient.
    Le Veilleur s’était toujours demandé s’il avait été à la hauteur des espérances de ses parents, quoiqu’il en soit, ce n’est qu’avec le recul qu’il remarqua quelque chose dans le regard de sa mère ; la fierté. Exio s’était montré plutôt enthousiaste lorsque la lame bleue de son arme jaillit du manche. Ce souvenir était peut-être lointain pour un maître Jedi aussi âgé qu’Aquilus, néanmoins celui-ci restait intact et à l’épreuve du temps ; l’un des jours les plus importants et heureux de la vie du Veilleur.

    L’heure était venue pour les Jedi de repartir, Callista ouvrit la marche pensant que son maître souhaitait encore prendre un peu de temps pour méditer, mais il en avait déjà terminé. Taciturne, il hocha de la tête puis emboita le pas de sa padawan et la suivit.

    Le Maître et le disciple firent volteface et s’enfoncèrent dans l’ombre une fois encore. Leurs deux silhouettes s’effacèrent, comme gommées par l’obscurité de la grotte qui resterait dans le secret jusqu’à ce que l’apprentie, Callista Miransi ne revienne dans plusieurs années afin de confier un cristal a son disciple.
    Suivant le chemin en sens inverse, Aquilus se sentit alors plus serein et avait la sensation d’avoir accompli quelque chose d’important. Le Veilleur se sentait bien, une impression de chaleur et de légèreté l’envahissait, et ce sentiment, il ne l’avait pas éprouvé depuis de nombreuses années désormais. C’était un peu comme s’il vivait avec un poids en moins sur les épaules. Et si c’était ça la solution ? Partager son savoir avec son apprentie le rendait finalement de bonne humeur et donnait un sens nouveau à son existence. Tournant une page de son histoire, il réfléchit quelques peu. Cette satisfaction lui plaisait, et c’était bien l’essentiel. Nul doute n’était permis quant au devenir de Callista Miransi : Exio avait l’intime conviction que cette adolescente avait l’étoffe d’une Maître Jedi et était persuadé qu’un jour, sa disciple siégerait au Conseil.

    Pourtant, un détail vint assombrir ce tableau, l’Ombre Jedi ne serait sans doute plus vivant lorsque son apprentie aura obtenu son siège au sein de cette instance. Tué ou mort de vieillesse, cette nuance ne l’affectait pas outre mesure car il savait pertinemment que le temps finirait par l’emporter.
    Cette simple idée suffit à lui faire ressentir une légère amertume gorgée de regrets. Aquilus préféra mettre cette pensée de côté lorsque le tandem de Jedi atteignit la sortie. La nuit était alors tombée. Levant ses yeux au ciel, le vieil humain put contempler alors une aurore boréale aux couleurs surréalistes que l’on pouvait trouver que dans des rêves. Il interpella sa padawan et lui proposa tacitement de prendre quelques minutes pour observer les étoiles.


    - La sagesse vient avec la souffrance. On apprend à apprécier la lumière quand on a connait les ténèbres. N'oublie pas l'équilibre Callista.


    Lâcha-t-il en ne quittant pas les étoiles et l’aurore des yeux. Ces paroles étaient neutres, mais venaient de son cœur ce qui prouvait leur authenticité. Même si l’avenir restait incertain, une chose était sûre. Un jour Callista reviendrait ici, elle l’avait plus ou moins promis à son mentor mais ce dernier en avait la certitude. Elle reviendrait. Même si cela pouvait paraître anodin, ce détail fit chaud au cœur d’Exio. Lui qui trouvait son apprentie si différente de lui… Le Veilleur pensait que ce rituel Jedi au sein de cette caverne leur donnait un nouveau point commun, un nouveau départ et surtout, rapprochait deux êtres très différents. Aquilus détourna son regard vers la jeune adolescente, et sans doute que celle-ci pourrait percevoir dans les yeux de son maître, une lueur de fierté pour sa disciple.
    Exio sourit furtivement en y repensant, et rouvrit la marche nocturne vers le Black Falcon ou FROST et R2, l’attendaient sans doute.


    HJ: J'en ai terminé pour ma part. Libre à toi de poster si tu as quelque chose à rajouter. Et... merci beaucoup pour ce topic Callista.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La première leçon.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La première leçon.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: