Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comme un requin dans l'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Comme un requin dans l'eau   Mer 21 Nov - 23:20

Mon Calamari, capitale des extraterrestre eponymes, aujourd’hui symbole des systèmes indépendants. Malgré la nuit qui recouvrait comme une chape de plomb la partie de la planète sur laquelle se trouvait le Grand Blanc, la luminosité des lampadaires et des immeubles était telle qu’on avait à peine l’impression d’être aux alentours de minuit. Seule l’activité « faible » des navettes, du tram, ou des piétons, était un indice de l'heure qu'il était.

La navette dans laquelle se trouvait le criminel ralentit, et s’arrêta devant une porte relativement imposante. Il remercia le taxi, lui donnant les crédits demandés, ouvrit la portière, et sauta du véhicule pour atterrir sur le sol pavé de la rue.

« Je vous attend ici ? »

« Si vous voulez. Je m’en fous ». Répondit l’imposant repenti en haussant ses épaules engoncées dans un grand manteau blanc. Il salua de la main le conducteur sans se retourner, et s’avança vers le bâtiment, dont les portes s’ouvrirent sur son passage, alors qu’il effectuait en souriant une parodie de geste de Force, se prenant comme un Jedi faisant obéir les portes à sa volonté.

Il regarda longuement l’acceuil du batiment. Un très haut plafond, des colonnes en marbre sur les cotés. A plusieurs dizaines de mètres au loin, il pouvait discerner des escaliers jumeaux montant aux étages supérieurs. Aucun plafond ne séparait les étages, et n’importe qui au premier ou au second n’avait qu’a se baisser sur la rambarde pour voir le Grand Blanc en dessous. Au centre du rez de chaussé trônait un acceuil avec deux hôtesses, humaines. D’un pas conquérant, il se dirigea vers ces dernières.

S’accoudant au bureau, il les gratifia de son plus beau sourire.

« Salut mes jolies. C’est bien ici le bureau de recrutement pour les SIL ? Si votre boss est là, j’aimerais lui parler. C’est important. » dit-il en concluant d’un clin d’œil appuyé « s’il vous plait. »
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: Comme un requin dans l'eau   Ven 30 Nov - 1:32

Il y avait une chose curieuse ans la vie : l’annonce d’une guerre, qui amenait pourtant forcément à risquer sa vie et à connaitre la déconvenue des souffrances, voire une mort définitive, ramenait toujours des volontaires plein d’idéalisme ou des gens paumés voyant un moyen d’échapper à une vie monotone ou plongée dans le chômage. Enfin, il y avait une dernière catégorie de personnes : celles qui recherchaient à se faire oublier en choisissant de s’engager dans l’armée. Quoi qu’il en soit, les deux secrétaires avaient vu un nombre incalculable de profil différents défilée devant leurs yeux, bien entendu, elles avaient reçu quelques propositions indécente, mais ce n’était pas une raison pour qu’elles acceptent le premier venu, certainement pas, d’autant plus que certain avait réellement l’air de grossier personnage. Mais celui qui arrivait devant elle était singulièrement différent de tous les autres, ce qui… Aggravait singulièrement son cas ! Son comportement désinvolte ne semblait pas du tout adapté à la pratique du métier des armes, l’armée n’était-elle pas censée être l’endroit de la discipline et de la rigueur ? Encore un qui allait souffrir dans les centres de formation, et encore, s’il était retenu…

Lorsqu’il prit la parole, il aggrava son cas : en effet, il s’exprima comme un séducteur de cantina dans l’espoir de voir le grand patron, rien que cela ! Il se faisait des illusions, l’on ne dérangeait pas les personnes les plus hauts gradés pour les questions de recrutements, plusieurs officiers hauts gradé portaient cette responsabilité. La demoiselle savait ce qu’elle avait à faire et malgré son clin d’œil, son « s’il vous plait » ainsi que sa foi en ses prétendues don, elle ne comptait pas céder pour autant, d’autant plus que si l’une d’entre elle savait restée toujours détendue, l’autre n’appréciait pas vraiment qu’on l’a prenne simplement pour quelqu’un d’incapable de résister à la première tentative de drague venu. Son visage traduisait clairement un sentiment d’ennui, un signe d’irritation qui ne pouvait être nié, mais pour autant, la jeune femme restait calme et répondit d’une voix calme, quoi que quelque peu cassante, un défaut qu’elle aurait voulu ne pas laisser paraitre, mais qui s’était pourtant laisser entendre, elle n’y pouvait rien, cela fût bien plus fort qu’elle.


« L’officier supérieur ne reçoit pas les aspirants monsieur. Vous serez reçu avant tout part l’un de nos officiers recruteurs, chargé de définir le profil de chaque individu. Mais avant cela, vous avez une formalité à remplir. »

Elle garda ensuite le silence, laissant sa collègue se penchait quelque peu afin de rechercher quelque chose. C’était toujours le même geste, pourtant l’autre demoiselle ne semblait pas avoir encore réellement compris comment cela fonctionnait, ou tout du moins, elle n’était pas encore capable de faire machinalement le geste, à moins qu’il ne s’agisse que d’une manière de le faire poireauté pour le simple plaisir de l’ennuyé. Toutefois, elle revint rapidement avec un sourire des plus professionnels en tendant un data pad au jeune aspirant qui lui faisait face. Il s’agissait d’établir les informations de bases du sujet, savoir s’il était connu, ainsi que de pouvoir décelé quelques habitudes dont il disposait déjà. Quoi qu’il en soit, la demoiselle semblait tout de même plus agréable que sa collègue, mais surtout plus disposée à faire preuve de patience et de savoir-vivre que sa collègue qui était, elle, restée très froide et didactique et disposait d’une voix qui était également plus charmante et engageante, en un seul mot, l’on pouvait dire qu’elle savait recevoir et qu’elle avait donc naturellement sa place ici !

« Avant toutes choses, je vais vous demandez de bien vouloir remplir le formulaire préenregistré sur ce data pad, qui nous permettra de connaitre votre identité, vos antécédents médicaux ainsi que votre parcours professionnel dans la galaxie afin de savoir où vous serez le plus utile. »

Elle lui tendit donc le data-pad afin qu’il puisse se mettre immédiatement au travail. Elle n’avait de toute manière plus rien a ajouté, mais en cas de question, elle répondrait volontiers, même si normalement, il ne devrait pas y en avoir : ce questionnaire évoquait réellement des notions simple que n’importe qui était capable de comprendre, si cela n’était pas le cas, alors cela signifiait que c’était peine perdue et qu’il était préférable que cet homme quitte l’établissement de suite, les officiers n’étaient pas tendre avec ceux qui étaient selon eux trop faible de corps comme d’esprits pour intégrer les rangs de l’armée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un requin dans l'eau   Mar 4 Déc - 1:35

« L’officier supérieur ne reçoit pas les aspirants monsieur. Vous serez reçu avant tout part l’un de nos officiers recruteurs, chargé de définir le profil de chaque individu. Mais avant cela, vous avez une formalité à remplir. »

Le Grand Blanc sourit à cette réponse. Cette femme avait autant de douceur dans sa voix qu'un fil de fer barbelé. Elle lui opposa ensuite un silence pesant tandis que sa collègue, bien plus souriante, se penchait pour fouiller un dossier, sous le regard très intéressé de l'homme. Elle lui tendit un datapad, qu'il saisit en la remerciant d'un hochement de tête.

« Avant toutes choses, je vais vous demandez de bien vouloir remplir le formulaire préenregistré sur ce data pad, qui nous permettra de connaitre votre identité, vos antécédents médicaux ainsi que votre parcours professionnel dans la galaxie afin de savoir où vous serez le plus utile. »

Il resta silencieux plusieurs instants, afin de voir ce qu'on lui demandait. Rien de compliqué, mais c'était quand même bigrement long. Il hésita un petit moment: devait-il donner son surnom, sa réelle identité ? Ses activités ? Même s'il n'avait jamais fait de crasses sur la planète, il ne doutait pas un seul instant qu'il était quand même relativement recherché.

Par défaut, il choisit l'honneteté. D'expérience, le Grand Blanc savait que les camps dont la force est inférieure à l'adversaire étaient moins regardant sur l'origine de leurs troupes. Puis s'il mentait et qu'on découvrait son mensonge, la situation serait encore pire. Il leva la tête, ses yeux se plissant afin de bien mémoriser l'endroit ou il se trouvait, cherchant par quels endroits il pourrait s'échapper le cas échéant.

Il compléta le questionnaire en mettant ses noms, prénoms et surnoms, son état de santé (pas de maladie, d'allergie, de modification bionique), ses activités (il n'omit rien, du moins, il précisa tout ce dont il se souvenait), sa taille, son poids, sa situation familiale. Il dût même préciser ses capacités et ce qu'il savait faire de spécial. Il resta vague dessus, étant donné qu'en ayant connaissance de son nom et de ses "exploits", elles auraient déjà un bon aperçu.

Il sourit à la dernière question "pourquoi nous avoir rejoints ?" à laquelle il répondit "j'ai vu Sarisa à la Télé." Bon, cela ne faisait pas très sérieux, mais autant être honnête. Et puis, vous connaissez le proverbe, chassez le naturel… Le Grand Blanc avait plus rejoint les CSL par raisons pragmatiques qu’idéologiques. C’était la guerre après tout. Aucun camp n’était très regardant sur ses troupes.

Une fois le datapad rempli, il le confia aux jeunes femmes, et leur indiqua qu’il allait attendre sur un siège à disposition des visiteurs, à quelques mètres de là. Prenant ses aises sur ce dernier, il sortit un cigare, qu’il amena à ses lèvres, sans l’allumer, se contentant de la mâchonner. Observant les deux jeunes femmes dans leur travail, tout en « surveillant » les alentours.


Dernière édition par Le Grand Blanc le Dim 9 Déc - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: Comme un requin dans l'eau   Ven 7 Déc - 18:39

Une fois le datapad récupéré, la jeune femme le prit et le brancha a son écran de contrôle tout en demandant un peu de patience, le temps que la machine analyse le traitement des données puis choisissent l’officier recruteur libre le plus adapté. Parfois, la machine refusait elle-même un candidat, mais il s’agissait d’une mesure rare qui n’intervenait qu’en cas de candidats particulièrement inapte pour des raisons physiques ou psychologique évidente. Toutefois, la standardiste, qui voyait défiler chaque jour des cas plus bizarre les uns que les autres, était tout de même perplexe face à certaine réponse, celle de la raison de l’engagement était la plus bizarre. L’autre, blasé, arqua un simplement un sourcil, elle s’était habitué à voir les roublards et autre criminels tentaient de se refaire une virginité auprès des autorités en s’engageant dans l’armée, c’était une manœuvre courante en temps de guerre et plus encore durant ses périodes ou le moindre petit incident diplomatique semblait pouvoir faire éclater définitivement le conflit. Autrement dit, il n’était pas le premier et certainement pas le dernier à faire son apparition entre ses murs et elle ne risquait pas de lui faire preuve d’une seule once de considération, il ne représentait à ses yeux qu’une donnée comme une autre.

D’ailleurs, lorsque l’officier fut finalement choisit, elle s’autorisa même un sourire, qui n’augurait rien de bon pour l’aspirant soldat. Toutefois, ce fut l’autre qui quitta son pupitre afin de pouvoir guider l’aspirant vers le lieu de son rendez-vous. Elle se déplaçait d’une démarche féminine qui savait mettre ses courbes en valeur, une vision dont le jeune homme avait intérêt de profiter, car la suite serait probablement bien moins réjouissante pour lui : rien que la porte semblait avoir quelque chose de menaçant, elle était bien trop formelle, avec une simple plaque indiquant que l’officier était au grade de colonel, un grade anormalement élevé pour un simple recruteur. Il annonçait le nom de K.H Mehaffey, pas vraiment de quoi tirer des conclusions de prime abord. La secrétaire frappa à la porte et attendit qu’on lui ordonne d’ouvrir avant de le faire puis de se retirer en souhaitant poliment bonne chance au candidat. Le moins que l’on puisse dire, c’était qu’il allait en avoir besoin, car la personne qui l’attendait derrière la porte n’était pas née de la dernière pluie et n’allait certainement pas se montrer particulièrement aimable avec lui, un simple coup d’œil suffisait pour s’en convaincre.



K.H Mehaffey

Mehaffey est l’archétype de l’officier de carrière dans toute sa splendeur : affichant les insignes propres aux militaires Corellien, bien que la coupe de l’uniforme soit quelque peu différente, elle affiche un visage et une coiffure stricte, une quarantaine d’année, peut-être plus d’après les rides commençant à apparaitre sur son visage, toutefois, une certaine harmonie laissant indiquer que cette beauté sur le déclin devait être jadis une femme pulpeuse et désirable. Aucune promesse de débauche toutefois dans ce regard strict et professionnel qui se pose sans concession sur celui qui vint d’entrer. Son écran affiche toujours les informations contenu sur le data-pad et aucun doute que l’officier les avait étudiés et recoupés avec ce qu’elle avait sur l’aspirant. La Colonel se leva toutefois afin de pouvoir lui serrer la main, prouvant que malgré une carrure modeste, elle disposait d’une poigne puissante, apte à se faire respecter. Vu son poste, il ne faisait que peu de doute que Mehaffey avait connu une vie rythmée par les combats et qu’il fallait la prendre au sérieux pour éviter toute déconvenue. Comme si cela n’était pas suffisant, une forme de Blaster était gravée derrière elle, rappelant bien sa fonction militaire, peut-être son modèle préféré ? Difficile à dire, mais ce n’était probablement pas présent par hasard.

Invitant d’un geste le grand blond à s’asseoir, l’officier en fit de même puis croisa les bras, jetant un regard supplémentaire, probablement plus par principe, voire pour y rechercher une forme d’inspiration, sur ses données avant de se tourner vers lui. Elle allait commencer simplement, elle avait bien entendu déjà une idée ce ceux a quoi elle pourrait l’employer, mais certaines des réponses ne lui convenait pas et Sarisa pouvait être aussi sexy que possible, cela ne représenterait jamais un motif valable pour aller se faire tuer, enfin, pas à ses yeux en tout cas. Mehaffey disposait d’une expression de militaire, elle parlait d’une voix forte, profonde et tranché qui ne laissait place qu’à peu de contestation possible, tout ce qu’elle voulait, c’était simplement se faire respecter et obtenir ses réponses, tant qu’il n’était qu’aspirant, elle ne pouvait théoriquement pas lui donner des ordres, bien que faire preuve déjà à ce stade de forme d’insubordination serait indubitablement se montrer stupide alors que l’on postulait pour un poste, restait à savoir comment il comptait agir.


« Bien, je ne vais pas y aller par quatre chemin. Votre dossier comporte certes quelques compétences intéressantes, mais je connais aussi vos antécédents et vous êtes typiquement le genre d’élément qu’une armée de métier n’aimerait pas avoir sous ses ordres. Mais question sera donc simple et sans détour : pour quels raisons devrais-je retenir votre candidature plutôt que celle d’un autre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un requin dans l'eau   Mar 11 Déc - 23:15

Lorsqu'on lui demanda de patienter, le Grand Blanc hocha la tête d'un air entendu, compréhensif, et fit les cent pas à quelques mètres du bureau, l'esprit égaré, souriant tout seul comme s'il se remémorait un évènement passé amusant. Après un certain moment, guère long toutefois, un petit "bip" se fit entendre, et il fut appellé. La jolie femme l'engagea à le suivre, tandis que "la chieuse" (dans l'esprit du grand blanc) se contenta de rester vissée le cul à sa chaise en lui lançant un sourire mauvais. Il se mit à suivre la secrétaire, qui commença à le chauffer par d'habiles mouvements des reins, attirant le regard du Grand Blanc sur sa croupe. L'agréable vision ne dura toutefois pas assez longtemps à son goût, et ils arrivèrent trop vite devant la porte du recruteur, un certain Mehaffey.

La secrétaire toqua à la porte, l'ouvrit, et le laissa ensuite dans un grand sourire, lui souhaitant un aimable "bonne chance" alors que le bandit lui répondait d'un clin d'oeil coquin, regardant une dernière fois son déhanché d'un air nostalgique, avant d'entrer.

La première surprise, c'était que Mehaffey était une femme. Considérant cela comme une bonne nouvelle (un tête à tête avec une femme!) et une mauvaise nouvelle (si c'était une coincée, elle allait être pénible), il lui lanca un sourire digne des plus belles pubs pour dentifrices. Elle le fixa d'un air inquisiteur, et, sans la moindre crainte, se leva, avança vers lui et tendit sa main dans une poignée de main plus virile que celles de la plupart des hommes. Les deux individus étaient totalement opposés. Il était un homme, elle, une femme. Habillé d'un grand manteau blanc relativement négligé, elle était vêtue d'une tenue militaire noire aussi stricte qu'impeccable. L'air guilleret de l'homme tranchait avec le sérieux de la femme, et ses cheveux blonds, avec sa coupe brune.

Rien à voir, en effet. Son regard s'égara sur l'imposante collection de médailles et d'insignes qui décoraient sa poitrine. Il souri d'un air coquin.

" Enchanté, Officier."

Il avait hésité entre mademoiselle et madame, mais vu l'âge et le sérieux de son interlocutrice, il se doutait que ces termes seraient considérés comme déplacés. En général, les officiers féminins n'aimaient pas qu'on fasse référence à leur sexe, mais à leur rang. Inutile de se dynamiter tout seul. Il fallait mieux, pour l'instant, rester diplomate. Il n'avait pas une secrétaire en face de lui. Elle l'invita à s'asseoir, ce qu'il fit, en enlevant son chapeau. On se découvre devant les dames.

Etant donné son gabarit, il grimaca un peu, le siège étant un peu trop petit pour lui. Elle lui parla avec une voix dont le ton laissait entendre qu'elle attendait une réponse claire et directe. Sans contestation. Une vraie meneuse d'hommes, chose que Tanlo n'avait jamais été.

« Bien, je ne vais pas y aller par quatre chemin. Votre dossier comporte certes quelques compétences intéressantes, mais je connais aussi vos antécédents et vous êtes typiquement le genre d’élément qu’une armée de métier n’aimerait pas avoir sous ses ordres. Mais question sera donc simple et sans détour : pour quels raisons devrais-je retenir votre candidature plutôt que celle d’un autre ? »

S’enfonçant confortablement dans son siège, bras croisés, Le Grand Blanc répondit dans un sourire.

« Car je suis dix fois plus dangereux, mortel et talentueux et quatre vingt quinze pour cent des individus qui se présentent dans vos centres de recrutement et que vous avez connus. Car presque tous les hors-la-loi sont en train de choisir un camps, et que ceux qui vous rejoignent, ne sont pas dans le camp d'en face.»

C'était une bravade, certes, mais pas si fausse. Combien de combattants ou de militaires pouvaient prétendre pouvoir lutter contre lui à armes égales ? En omettant Jedis et Sith, peu, très peu.

« Car la guerre finira bien un jour ou l'autre par déraper totalement et à être totale. Et dans cette situation, c'est ceux qui sauront frapper le plus fort, le plus vite, et le plus précisément qui gagneront. Vous savez qui je suis, et ce dont je suis capable. Vous savez aussi que, pour imprévisible que je suis, je me revèle bien plus fiable que les milliers de déserteurs ou de psychopathes que va inévitablement compter votre armée.»

Sa voix se transforma dans un murmure alors que ses yeux étaient plongés dans ceux de cette femme à peu plus âgée que lui.

« Je ne pense pas que êtes arrivée à ce poste en faisant des courbettes ou en déclamant des leçons. Vous qui avez connus le terrain, préféreriez vous m'avoir en face de vous ou derrière vous ? »

Un petit sourire pouvait se voir sur son visage à l'évocation du "derrière vous"
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: Comme un requin dans l'eau   Sam 15 Déc - 16:08

Mehaffey n’était pas née de la dernière pluie, durant des années, elle avait parcourue les échelons militaire, vaincu la misogynie puissante dans le cadre militaire et prouver qu’elle était meilleure que les autres, mais dans un milieu comme les forces spéciales, elle avait fréquenté des durs et même connu quelques aventures avec des gens peu fréquentable. Pourtant, ce n’était pas sur l’instant le genre de pensée qui la traversait. Aujourd’hui, son job était de définir si, au-delà de ses compétences et de ses états de service, cette tête brûlée serait plus utile au sein de son unité que dans l’armée adverse, refroidit par un tir de blaster entre les deux yeux qui aurait le mérite de nettoyer la galaxie des ordures dans son genre. Le Colonel allait étudier chacune de ses réponses et lui répondre de la manière la plus directe qu’il soit. Les forces spéciales étaient des unités ultraspécialisé composé de tête dure, ici, l’on avait l’habitude de parler un langage franc et sans retour, on laissait les politesses et autres formules pour les grattes papiers, mais il n’était pas non plus question de pousser mémé dans les orties pour ensuite dire que cela pique. Il fallait assumer jusqu’au bout.

Apparemment, l’homme en face d’elle s’était préparer à ce genre de question, il avait joué la carte de l’honnêteté et donc savait bien qu’on allait lui ressortir tous les éléments de son dossier, que cela soit ses frasques avec les autorités que ses performances et ses compétences qui, en effet, parlait pour lui, sinon, il ne serait de toute façon pas dans ce bureau. L’officier avait repris sa place sur son siège et croiser ses bras sur son bureau, attendant d’en savoir plus sur la ligne de défense du jeune homme afin de pouvoir répondre. Son visage restait égal, son regard scrutait chaque expression faciale et mouvement du grand blond dans l’objectif d’y percevoir le moindre signe de faiblesse. Pourtant, l’homme semblait sûr de lui, certain des compétences qu’il avait à offrir en contrepartie de la croix rouge faite sur ses crimes. Et il devait réellement l’être, car les Mon Calamari ne faisait aucun cadeaux aux contrebandier de tout bord, l’amiral Ackbar était jadis devenu un symbole de la lutte contre les pirates, universellement haïs de tout le secteur du crime galactique pour son intransigeance envers eux.

Il le prouva d’autant plus dans sa réplique suivante : cette fois, il marquait un point, dans les services secrets plus qu’ailleurs, l’on savait fort bien qu’on avait affaire à une situation trop explosive et que l’ouverture des hostilités était pour bientôt. L’état-major s’y préparait fiévreusement, le plus grand défi lancer au régime dominant galactique, avec un combat qui allait décider du futur de milliard d’âme, autrement dit, certainement pas quelque chose qu’il fallait négliger. Mehaffey toutefois sélectionné des troupes pour une élite restreintes mais solide et non pour une unité de troupe classique, ce qui signifiait que l’argument en comparaison des autres soldats ne tenait pas, mais cela, il ne pouvait pas encore le savoir. La demoiselle ferma les yeux l’espace d’un instant, gardant cette information dans sa manche au sens propre comme figuré d’ailleurs, le caractère bravache de cet homme l’amusait et elle avait envie de savoir jusqu’où il serait capable d’aller pour se faire engager, ce qui pouvait indiquer autant une détermination sans faille qu’une manière désespéré de se planquer en craignant la sauce. Les déserteurs et les psychopathes ne l’intéressait donc guère, les autres feraient ce qu’ils auraient à faire avec cela, pour sa part, si jamais l’un de ses SpecOps s’amusait à cela, il finirait par une exécution sommaire et la falsification d’un rapport pour éviter les emmerdes administrative !

La dernière phrase, murmuré, peut-être pour tenter d’avoir un ton plus intimidant ou séduisant peut-être eu le mérite d’amuser profondément Mehaffey qui afficha un sourire et laissa même un petit rire s’échapper de ses lèvres, comme quoi elle n’était pas non plus née de la dernière pluie. Toutefois, son regard retrouva vite cette allure implacable et insoumise qui correspondait si bien à son visage alors qu’elle faisait craquer les phalanges de ses doigts comme pour vouloir casser le silence de la pièce. Bien, il était temps de pouvoir lever quelques voiles sur la nature même de l’entretien qu’il allait passer afin de pouvoir avancer précisément, mais en tout cas, il avait du cran et ne craignait pas d’affronter son regard et cela, c’était quelque chose d’important. Il fallait qu’il ne craigne pas l’ennemi et s’il était terrorisé par son supérieur, alors c’était mal parti…


« Vous savez, mon travail est relativement simple : je dois déterminer lesquels des va-nu-pieds dans votre genre mérite une seconde chance parmi nous et lesquels nous allons au contraire laisser à nos ennemis pour avoir le plaisir de les vaporiser. On ne vous a pas fait venir dans mon bureau par hasard, je connais bien le camp d’en face pour y avoir officié depuis la seconde guerre civile galactique. Je recrute pour la SpecOps et les déserteurs et les psychopathes ne récoltent rien de plus qu’un coup de blaster dans la nuque chez les personnes sous mon commandement. »

Pour preuve de son argumentaire, l’officier releva la manche droite de son uniforme afin de montrer, tatouer à l’intérieur de son bras, le symbole des SpecOps, un tatouage qui n’était pas officiel ni approuvé par les militaires, mais qui faisait partie en quelque sorte des rituels initiatique de l’unité, preuve qu’elle n’était clairement pas une bleue. Maintenant, la situation était claire, pour être venu ici, c’était que l’on jugeait son niveau de compétence bien suffisant pour faire partie de l’armée, mais elle avait besoin d’en savoir plus sur lui afin de pouvoir l’envoyer dans la bonne section et avant tout savoir si ses compétences valait vraiment le risque d’engager sa personnalité, un vecteur potentiel de problème, au sein de son unité. Elle décida toutefois de répondre d’une manière tout aussi provoquante que lui a sa phrase précédente, preuve qu’elle n’était peut-être pas aussi coincée qu’elle en avait l’air de prime abord.

« Je préfère toutefois vous avoir en face, car derrière, je sais très bien que je serais forcément déçue et que vous ne serez pas aussi excitant que vous vous évertuez à vouloir le promettre à la première greluche venue. »

Voilà qui était clair et direct. Mehaffey n’avait pas froid aux yeux et disait toujours ce qu’elle pensait. Croisant les bras sous sa poitrine, elle prit le temps de s’appuyer sur le dossier de sa chaise avant de reprendre la parole. Elle disposait désormais de son angle d’approche, son simple objectif, pour l’instant, était de le faire parler de lui afin de pouvoir comparer avec les informations de son dossier et en savoir donc plus sur son caractère, l’analyse restait avant tout psychologique, notamment pour savoir dans quel domaine de compétence l’employer afin qu’il soit le plus efficace possible. Elle repris donc, toujours d’un ton égal, l’ironie de la réplique précédente ayant était chassé par la nécessité du travail.

« Mais je vous en prie, faite moi votre numéro et parlez-moi de vous, votre dossier est une chose, mais l’entendre des lèvres du premier intéressé est souvent plus instructif et j’ai besoin de cerner totalement votre profil pour pouvoir vous orientez dans la section la plus approprié à vos compétences. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un requin dans l'eau   Lun 17 Déc - 18:26

[HRP: damn, déja que j’enchaîne les entretiens irl, voilà que je dois faire la même chose INRP...]

« Je préfère toutefois vous avoir en face, car derrière, je sais très bien que je serais forcément déçue et que vous ne serez pas aussi excitant que vous vous évertuez à vouloir le promettre à la première greluche venue. »

Le Grand Blanc sourit d'un air mystérieux à cette boutade, parlant tout bas, comme pour chuchoter, mais assez fort pour qu'elle puisse l'entendre.

"Défi relevé."


« Mais je vous en prie, faite moi votre numéro et parlez-moi de vous, votre dossier est une chose, mais l’entendre des lèvres du premier intéressé est souvent plus instructif et j’ai besoin de cerner totalement votre profil pour pouvoir vous orientez dans la section la plus approprié à vos compétences. »

Il soupira sans se gêner, montrant qu'il n'aimait en rien ce genre de présentations qui étaient aussi factices que des pubs à la télé. On lui demandait de se vendre alors qu'elle pouvait juger juste en regardant son dossier ou des vidéos !

"Vous voulez savoir quoi ? Mes motivations ? Vous les connaissez . Mes compétences ? J'ai rendu un chevalier jedi paraplégique et vaincu sa padawan à la seule force de mon corps, sans utiliser d'arme, de pouvoir ou de dopant. Vous savez ce que je vaut. Si vous avez des doutes, je vous fait une démo quand je veux. Et si vous doutez de ma loyauté, alors confiez moi un travail. Rien que pour vos beaux yeux, je le ferais bénévolement. Une fois"

Il adopta la même position que son interlocutrice, excepté qu'il leva les bras pour placer ses mains derrière sa nuque.

"Quand à mes compétences... j'ai le permis, je sais réparer une ampoule ou une radio, je suis assez bon en histoire-géo, mais ca s'arrête là. Je sais me battre, et je sais entrer dans les endroits bien surveillés, ou prendre les objets sensés être imprenable. Vous voulez mettre cela aussi à l'épreuve ?"
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: Comme un requin dans l'eau   Ven 21 Déc - 14:12

[Désolé, je sais à quel point c’est chiant, mais maintenant que je sais où tu veux allez, je vais pouvoir en finir rapidement]

Bon ce n’était pas génial, mais l’attitude bravache de ce mercenaire amusait assez Mehaffey pour qu’elle lui laisse une chance de prouver sa valeur. Depuis les derniers incidents diplomatique, la demoiselle recherchait un moyen de s’assurer que le Cartel Hutt ne poserait pas de problème, même après plusieurs raids puissamment armée incluant les navires de guerre les plus lourds de la CSL, il avait était difficile de trouver les leaders, ses énormes limaces disposaient d’assez de jugeote pour savoir quand se retirer avant que les choses ne tournent mal. Si d’un point de vue extérieur, les Hutts pouvaient sembler être des victimes de la haine que nourrissait a leurs égards les autres espèces galactique, il ne faisait toutefois aucun doute qu’ils n’étaient rien d’autre que des gangsters qui avait rempli la seule utilité qu’ils pouvaient avoir au sein de la Confédération et qu’il fallait maintenant nettoyer dans les délais les plus brefs. Mehaffey tenait peut-être une clef pour pouvoir faire accomplir le job et tester en même temps les compétences de cette recrue potentiel une bonne fois pour toute, car le problème avec les mercenaires, c’est qu’entre leurs bravade et la réalité, il y avait souvent deux poids deux mesures…

Elle appuya donc avec délicatesse sur un bouton sur son bureau, afin de faire apparaitre une vision holographique de la carte galactique, puis centra l’action sur Nar Shaada, réputé pour être la véritable plaque tournante Hutt. Malheureusement, elle ne pourrait pas faire plus précise, mais si cet homme était aussi efficace qu’il le prétendait, alors il devrait être capable de remonter la trace de la grosse larve et de faire en sorte que cette dernière ne soit plus une menace. Mehaffey savait bien comment fonctionnait ses bandes : éliminer le leader et les lieutenants se disputerons l’Empire, le transformant ainsi en un vulgaire déchet dérivant dans l’espace, c’était bien là-dessus qu’elle comptait, comme l’avait fait en son temps la Nouvelle République contre les Vestiges Impériaux. La jeune femme pianota sur son clavier afin d’afficher le visage du Hutt qu’elle voulait voir disparaitre, même si elle savait que cela n’avait que peu d’utilité, il n’y avait que très peu de différence entre un Hutt et un autre Hutt, parfois un signe distinctif permettait de les reconnaitre, mais dans la plupart des cas, ce n’était même pas nécessaire, les limaces étaient si arrogante qu’elles se faisaient toujours encensé par leurs serviteurs.


« Voici Borka le Hutt, le seigneur du crime le plus puissant du Cartel. Depuis nos démêlés avec eux, ses gangsters recherchent à ce vengé et Borka unifie bien trop les autres à notre goût. Nous savons qu’une partie de son empire se situe sur Nar Shaada, mais impossible de savoir où exactement. Ramenez-moi sa tête, ce sera votre ticket d’entrée. »

La jeune femme recroisa les bras ensuite en s’installa confortablement dans son siège, elle avait dit tout ce qu’il y avait à dire sur ce sujet et ne souhaitait guère en rajouter, il n’y avait de toute façon rien de plus à dire à ce sujet. Toutefois, elle ne pouvait écarter la possibilité que l’homme lui faisant face avait des questions sur ce qu’elle lui demandait. Dans le fond, même si c’était peu orthodoxe, de une, Mehaffey n’était clairement pas n’importe qui, de deux, il avait un passif qui méritait de prendre quelques garantie pour s’assurer qu’il ne viendrait pas leurs mettre des bâtons dans les roues. Prudence restait mère de sureté et au sein des armées, la paranoïa était toujours le sentiment dominant. Elle ne prononça donc que deux mots pour s’assurer que tout était désormais parfaitement clair :

« Des questions ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un requin dans l'eau   Sam 29 Déc - 17:50

Le Grand Blanc fut particulièrement attentif aux paroles de l’officier Mehaffey alors qu’elle lui décrivait la mission à laquelle il allait prendre part. Tuer un Hutt, créatures parmi les plus détestables que Tanlo connaissait, et ce, sur Nar Shadaa, la lune des contrebandiers. Il se mit à sourire. Ce n’était pas une promenade de santé. Ce qu’on lui confiait était gros, très gros.

Il aimait ca. Ce briefing était un défi, une provocation dans le style de « alors mon grand, est ce que tu auras les couilles d’accepter ? ». Il n’avait jamais rien fait d’aussi excitant. Son regard plongea dans celui de son interlocutrice.

« Et bien, pour confier une telle tâche comme baptême du feu, vous devez vraiment être à court d’idée… ou vous avez une grand estime de moi. A moins que ce ne soit une mission suicide ? Vous êtes une vraie perverse. »

Il resta silencieux pendant plusieurs secondes, toute trace d’amabilité disparaissant de son visage. Son regard devint soucieux, il se mordit les lèvres et frcona les sourcils. Pendant quelques instants, sa vigueur et son énergie adolescente disparurent pour laisser place à ce qu’il était réellement : un homme bientôt quarantenaire dont les forces diminueraient désormais année après année, inéluctablement.

« J’accepte. Mais je tiens à être clarifié sur quelques points. »

Il leva un doigt.

« Primo, Nar Shadaa est une planète peuplée de milliards et de milliards d’âmes. Je demande, pour ne pas paraître exigeant, d’être déposé, ou au moins renseigné, sur l’endroit global ou se trouve la cible. Je pourrais trouver tout seul, certes, mais je n’ai pas envie de passer des jours à parcourir des milliers de kilomètres pour trouver quelqu’un dont vous connaissez la localisation. Ni vous, ni moi, n’êtes ici pour me voir éplucher des fichiers. »

« Secundo, je tiens à savoir de suite si je suis lâché seul ou si vous, ou quelqu’un d’autre, sera chargé de me surveiller et de m’observer. Pas que cela me gêne, j’adore avoir des spectateurs, mais je n’aime pas être espionné à mon insu. »

« Et pour finir, je veux savoir dans quelles conditions vous voulez que le travail soit fait. Ais-je une limite de temps ? Dois-je faire cela discrètement, en plein jour ? Avec quels dégâts admis ? En clair… voulez-vous un scalpel qui perce et qui s’occupe de la tumeur, ou une hache qui ampute le membre ? »

Il la laissa réfléchir à ce qu’il disait, qu’elle puisse préparer ses réponses. Puis, provocateur jusqu’au bout, il se pencha en avant, le visage à une vingtaine de centimètres de Mehaffey, permettant à l’officier de mieux sentir sa chaude odeur corporelle rappelant le cuir et le tabac épicé.

« Et quand à la récompense… je présume que la confédération m’offrira une place dans ses rangs. Mais je suis curieux… aurais-je droit à une récompense de votre part ? »

Avec de tels sous-entendus, il risquait fort de se brûler les ailes et de finir devant un peloton d’exécution. Mais le Grand Blanc n’en avait cure. Quelqu’un ayant du lutter à mains nues contre les Wampa sur Hoth ne craignait plus grand-chose.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: Comme un requin dans l'eau   Mer 13 Fév - 16:48

Mehaffey était plutôt du genre direct, ce qui avait placé l’entretient sur un ton des plus particuliers pour une rencontre militaire. Lorsqu’il évoqua la possibilité qu’elle soit perverse, l’officier recruteur s’était pourvu d’un sourire qui en disait fort long sur les pensées qui traversait en cet instant son esprit. C’était le genre de sourire que l’on aimait pas trouver sur un officier des forces spéciales : cela pouvait autant dire qu’elle était en train de le déshabiller du regard que de s’imaginer mille et une façon qu’elle avait, dans la situation actuelle, de le surprendre afin de pouvoir l’éliminer vite fait bien fait, ou au contraire avec style et maestria. Malgré quelques signes d’âge qui se trahissait sur son regard, l’officier restait désirable et pouvait encore en remonter au niveau de la silhouette aux « jeunes pucelles » qui s’engageait dans l’armée. Toutefois, sans parole, difficile de pouvoir savoir ce que la brune avait réellement en tête et c’était peut-être pour cela qu’elle n’était pas très appréciée dans le bâtiment et que sa réputation était considéré comme redoutable. Elle en jouait, comme du reste, cela faisait partie d’un personnage qu’elle s’était construit, une édification nécessaire qu’elle ne tomberait sous aucun prétexte ceci dit.

L’homme décida d’accepter le défi, même si l’espace d’un instant, il avait tombé le masque, affichant sa véritable apparence. Il n’avait pas le choix de toute façon, s’il voulait réellement rentrer dans l’armée Confédéré, il devait accomplir cette tâche. Toutefois, en effet, il avait des questions. Elle pensait avoir était assez claire, toutefois, il avait quand même des questions. Posant ses mains sur le bureau en les joignants afin de croiser ses doigts, la demoiselle leva la tête et prit son mal en patience afin de l’écouter et de pouvoir, si c’était possible, répondre à ses attentes. L’homme ne semblait toutefois pas encore avoir tout à fait compris qui dictait les règles, donc ses questions seraient l’occasion de pouvoir rappeler qui était l’officier ici. Il parla en premier lieu de la surpopulation de Nar Shaada surtout au niveau des bas quartiers, qui allait lui poser des problèmes pour retrouver le Hutt. Elle pouvait comprendre qu’il n’ait pas vraiment envie de rechercher dans la paperasse, mais sur Nar Shaada, il y avait bien d’autre façon d’obtenir des informations et Borka n’était pas si difficile à trouver. Il voulait ensuite savoir s’il était lâché seul ou bien si Mehaffey avait l’intention de le faire surveiller.

Une question pertinente, mais qui n’obtiendrais pas de réponse : savoir s’il serait capable de repérer qui avait pour charge de jouer les examinateurs, cela faisait aussi parti de l’exercice. Il demanda enfin de quelle manière il devait s’acquitter de cette tâche, si les dégâts collatéraux étaient permis ainsi que finalement la façon dont il devait tuer le Hutt, c’est-à-dire avec une belle démonstration de force où plutôt de manière furtive, de ce côté, c’était une bonne question, car il serait amené dans l’exercice de la fonction à devoir faire les deux. Mehaffey pencha un instant la tête, juste pour pouvoir faire craquer ses vertèbres. Elle s’apprêtait à répondre, mais n’en eue pas directement l’occasion : il se rapprocha d’elle afin de lui demander s’il aurait le droit à une récompense de sa part s’il parvenait à accomplir sa mission. Il ne manquait pas de culot. Se reculant de nouveau, afin de pouvoir l’observer d’un peu plus loin et s’appuyer sur le dossier de son siège, elle afficha de nouveau ce sourire si inquiétant, puis se décida finalement à répondre, estimant probablement qu’elle avait suffisamment jouée avec ses nerfs pour le moment.


« Son domaine ne devrait pas être trop difficile à trouver, c’est le plus grand de Nar Shaada. Mais le propre de nos agents est aussi de se constituer un réseau d’indic fiable. C’est donc à vous de trouver cette information. De la même manière, si nous vous collons quelqu’un aux fesses pour vous surveillez, à vous de deviner son identité, si vous me le rapportez et que c’est correct, vous aurez une prime en bonus sur votre première paye. Quant à la manière de tuer le Hutt, nous préférions que vous évitiez les dommages collatéraux. Toutefois, l’on parle de Nar Shaada et du Seigneur du Crime Hutt le plus puissant de la galaxie, c’est donc évident que nous acceptons un certain pourcentage de perte au vu de la nuisance de cette limace. Si possible toutefois, faite le scalpel, mais montrer vous imaginatif pour que sa mort se répandent rapidement. Me concernant… »

Elle marqua une pause, tapotant son bureau, avant de reprendre

« J’ai une bouteille d’alcool précieux mise au frais dans ce bureau, le genre de truc que l’on peut s’offrir après une vie au front lorsqu’on vous demande finalement de faire reluire un siège sous votre cul. Si vous revenez entier, on la sirotera ensemble, et plus si affinité… Maintenant, dehors ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Comme un requin dans l'eau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme un requin dans l'eau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: