Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Jeu 13 Déc - 4:05

Dire que l’affaire était simple aurait été un odieux mensonge. Il n’y avait rien de simple là-dedans. Encore là, y avait-il déjà eu quelque chose de simple dans la vie d’une personne dans son genre? Non, bien sûr que non. De toute façon, si les choses avaient été ordinaires, il ne se serait pas intéressé au problème. Pourquoi s’en tenir à la normalité quand flirter avec l’inconnu était considérablement plus séduisant? S’il y avait véritablement une ligne séparant le génie de la folie, il l’avait traversée depuis un bon moment déjà. Qu'était la folie au fait si ce n’était le génie sous sa forme la plus brute, sans morale, sans scrupules, sans éthiques et le reste? Comment expliquer que certains fous avaient de tout temps réussi à échapper à des gens dont le génie pourtant était de notoriété publique? Encore une fois, faute de comprendre, l’homme avait nommé sa peur.

L’affaire était la suivante : comment échapper aux soi-disant meilleurs espions qui soient tout en planifiant de façon parfaitement consciente leur extermination? C’était plus compliqué que l’on ne pourrait le croire mais encore là, c’était dans l’inorganique qu’il fallait puiser des réponses. Toute trace manuscrite aurait été pure folie. User des moyens de communication conventionnels une erreur de débutant. Comment alors communiquer ses ordres sans risques d’interception? Comment trafiquer un programme et garder l’ensemble sain? Les espions précédemment mentionnés passeraient au peigne fin toute transmission envoyée aux millions de droïdes sous son commandement… Et donc il avait décidé de se rabattre sur l’option la plus improbable qui soit. User des failles de tout programme qui soit pour générer les ordres de mission requis.

Sans un ensemble spécifique de programmes qui eux-mêmes génèreraient leurs morceaux du code, personne ne se douterait que les segments de code qui se généraient tout seul et qui forçaient à de nouvelles mises à jour pour faire de menus ajustements n’étaient pas des fragments épars qu’il fallait nettoyer sur une base régulière pour éviter que le système se comporte de manière imprévisible. Selon certains experts, c’était la base même du libre arbitre de la machine Artemius était même une des sommités en la matière. C’était ce qui expliquaient que certains droïdes finissaient par développer une attitude propre. Pourquoi un droïde tacticien devient progressivement hautain? Pourquoi est-ce qu’un B1 s’interroge sur ses ordres à d’autres B1? Pourquoi un B2 écarte de son chemin les B1 qu’il considère inférieur? Cela ne venait pas du programme de base.

La partie difficile consistait maintenant à ce que tout se génère comme prévu. Ce ne serait pas facile, évidemment mais rien en ce monde ne l’était par nature. Ah, les efforts qu’il fallait déployer pour avoir la paix en ce monde… Hors de question que le manque de vigilance de ces imbéciles des services de renseignement viennent faire déraper ses plans. Il avait pourtant donné une tâche toute simple à Sarisa, ex responsable des forces armées de la CSL. Tout ce qu’elle avait eu à faire était d’une remarquable simplicité et elle avait réussi, elle ou ses subordonnés, à échouer. La faute ne venait pas de lui. Le programme avait fait son travail à merveille. Tout s’était déroulé comme prévu. Les Bothans avaient découvert la chose pendant le travail de la commission d’enquête. Comment pouvait-on échouer dans la partie la plus facile du plan? Stupides organiques…

Conclusion : malgré son intégration à la CSL, Raxus devait continuer à opérer de la façon la plus indépendante possible. C’était en partie pour cela qu’Artemius avait clairement fait savoir aux Bothans que l’accord de « donner » à la Confédération 90% de ses forces armées tombait à l’eau. Le pourcentage total restait encore à déterminer. Pour le moment, il avait consenti à prêter 40% de ses forces… Pas une unité de plus. Il avait refusé que des commandants humains soient affectés à ses forces et il avait mis ses conditions. Officiellement, rien n’avait paru car Raxus avait augmenté sa contribution de quinze pourcent par rapport à son prêt initial, plus qu’un nombre considérable de membres de la CSL. Il était déçu que Sarisa Shi Shima perde des plumes dans l’affaire mais bon. Mieux valait elle que lui. Sacrifice d’un fou pour le roi, tout ça…

À la liste de choses à faire, il y avait bien sûr cette opération sur Adega. Pour le Projet D, il fallait user de ressources non conventionnelles. Dantoine, sous contrôle ennemi, avait quand même fourni sa contribution par le truchement d’un certain contrat passé avec une certaine organisation criminelle. Ilum était trop surveillée par les Jedis. Adega avait été presque oubliée, avec la découverte d’Ilum et donc elle suffirait à fournir ce dont le politicien avait besoin. Le marché noir ferait le reste, si jugé nécessaire. Pour arriver à une fin, il faut savoir se montrer aveugle face aux moyens employés. Ce qu’il avait fait, entre autre, quand il avait débarrassé la CSL des Hutts. Il fallait se rendre à l’évidence. Face à la nécessité, il fallait consentir à des sacrifices pour le bien du plus grand nombre. Parfois contre son gré. Les gens avaient du mal à savoir ce qui était bon pour eux.

Il fallait aussi continuer à purger Raxus des Bothans. Ces sales fouineurs avaient du mal comprendre le message… Et donc les forces droïdes de Raxus avaient commencé leur mission de… Nettoyage, pour ainsi dire. De ces faces de rats qui avaient défié le statut de « persona non grata ». Les espions bothans, ce n’étaient pas les services de renseignements de la CSL. Ils pouvaient donc être considérés comme une menace directe à la sécurité de Raxus. Un Bothan citoyen de Raxus (et il n’y en avait pas un seul…) aurait eu un traitement différent, de même qu’un Bothan appartenant aux SRCSL. Les récentes incursions étaient loin d’être autorisées par la CSL. Après avoir réglé le cas des Hutts, il faudrait régler les cas des Bothans. Cette fois ci par contre, il ferait le travail seul. Hors de question de mal placer sa confiance une seconde fois.

Tant de choses à faire, si peu de temps. Même avec des milliers de droïdes sous ses ordres, il lui manque encore de temps pour tout faire. C’en serait déprimant si en même temps, cela ne faisait pas partie du jeu. Tout bon politicien a son agenda bien caché et celui d’Artemius Treadwell est plus que remplit. Entre sa personnalité altruiste et défenderesse de la veuve et l’orphelin et cette seconde personnalité née de la folie qui le ronge depuis des années, c’est encore étonnant que tout ceci soit passé inaperçu. Il n’a que peu de mérite : n’est-il pas issu d’une race qui est née pour mentir ou dissimuler des choses? C’est pourtant l’impression qu’on en a dans la galaxie… Le bruit de l’intercom le tire de ses pensées et il se permet un léger sourire. Son rendez-vous de 11h30 vient d’arriver. Au travail, monsieur le Premier Conseiller par intérim…


« Soyez le bienvenu sur Raxus. J’espère que vous avez fait bon voyage. Je serais venu vous accueillir directement au spatioport mais un dossier urgent est atterri sur mon bureau. La politique, vous savez ce que c’est… Vous planifiez un avant-midi tranquille et on dirait qu’ils se passent le mot pour se trouver des choses urgentes dont ils doivent ABSOLUMENT s’entretenir avec vous! Prenez place, je vous en prie… »


Dernière édition par Artemius Treadwell le Lun 7 Jan - 4:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Lun 17 Déc - 1:56

    La Force réservait bien des surprises à ses nombreux adeptes. La dernière qui avait concerné Styxana Mirkwind fut sans doute la demande de contrat en provenance de la Confédération des Systèmes Libres. Certes, la Dame de la Désolation avait déjà mis ses compétences particulière au service de clients privés et fortunés pour effectuer quelques missions à hauts-risques, néanmoins la rémunération avait toujours été à la hauteur. Darth Calisomnus se permettait même parfois de refuser certains contrats si elle estimait ceux-ci plutôt déshonorants ou inintéressants. Son code de conduite, celui des adeptes de la Symphonie, était strict et la chagrienne le suivait scrupuleusement : la mission devait être un véritable défi. Quelque chose à la hauteur des talents de la Dame Noire de la Sith, sinon elle le refuserait.

    Jamais, ô grand jamais, Styxana aurait pensé un jour être contactée par la Confédération des Systèmes Libres. Elle se questionna d’ailleurs sur la façon dont ils avaient pu avoir connaissance de ses services de mercenaires… mais sans doute que leur réseau d’espionnage avait du contacter les anciens clients de la Sith.
    Tout d’abord, elle pensa à un piège éventuel, les Sith étaient une menace pour la galaxie et même si l’Alliance semblait leur laisser une agréable marge de manœuvre en dépit des efforts des Jedi et de certains amiraux, la CSL devait être bien moins tolérante à leur égard. La réputation des Sith était connue. Puis, l’esprit de la Dame Noire spécula sur une hypothèse : et si cet appel était informel ? Et s’il s’agissait d’un membre isolé de la Confédération des Systèmes Libres désireux de remplir une mission noire, secrète ? Quoiqu’il en soit, celui-ci devait être suffisamment fortuné et un peu fou pour oser contacter une personne du rang de Styxana Mirkwind. Même si la possibilité que cet appel ne soit qu’un traquenard destiné à la capturer, lui soutirer des informations puis la livrer aux Jedi en échange de leur appui, la chagrienne répondit par l’affirmative à ce rendez-vous : elle ne craignait pas qu’elle puisse être capturée, la Force la guidait et la sauverait d’une façon… ou d’une autre un peu plus douloureuse. Darth Calisomnus quitta Korriban après la prise de contrôle de la planète par Darth Nelius et la déchéance de Darth Reylos. Cette lutte intestine ne changeait rien aux plans de la chagrienne, Darth Reylos refuserait les préceptes de la Symphonie, et Nelius n’était pas si différent du zabrak. Néanmoins, le fait qu’il ait pu arracher le contrôle de Korriban des griffes de Reylos sous entendait qu’il semblerait sans doute moins coopératif avec Styxana qu’aurait pu l’être le zabrak.
    En d’autres termes, Darth Calisomnus avait vu le pouvoir changer, mais sa situation ne changerait guère et c’est bien pour cela qu’elle ne fit rien pour porter assistance à Darth Reylos, mais qu’elle n’aida aucunement le Nagaï et les opportunistes le suivant dans la conquête du pouvoir. Que ce soit avec Nelius ou Reylos à la tête de l’Ordre, la Dame Noire de la Sith avait entendu les avertissements de la Force : les Sith seraient de nouveau détruits. Leur règne fantoche établi sur des doctrines et normes ayant prouvé mille fois leur inefficacité et leur caractère éphémère finira tôt ou tard par s’autodétruire. La Force finit toujours par se venger de ceux qui pensent pouvoir la contrôler. Toujours. Mais pour le moment, il ne faisait pas partie de son "univers". Elle ne s'intéresserait à lui seulement s'il représentait une menace pour ses intérêts ainsi que son culte.

    Elle fut tirée de ses réflexions lors de l’entrée en l’atmosphère de son vaisseau. Le paysage de Raxus s’offrit au regard bleuté de la chagrienne qui pour l’occasion avait revêtu une tenue simple, féminine et élégante : une longue robe noire fendue laissant entrevoir sa poitrine, mais surtout son dos presque nu. Elle ne portait aucune arme sur elle. Difficile de l’imaginer en temps que Dame Noire de la Sith sous ce déguisement, en revanche, penser qu’il s’agissait d’une noble ou femme de pouvoir serait facile. Sauf si l’on avait accès à certaines données… Pour une fois, Styxana avait préféré jouer la carte de la séduction plutôt que de l’intimidation, restait plus qu’à espérer qu’elle soit payante.

    Darth Calisomnus ne fut donc pas surprise d’être conviée dans la résidence principale, à l’écart des gros centres décisionnels surveillés ; un peu d’intimité confirma l’aspect secret de cette rencontre qu’elle avait eu quelques heures plus tôt. Elle ne savait guère de choses sur Raxus si ce n’est qu’il s’agissait d’une planète affiliée à la Confédération des Systèmes Indépendants lors de la Guerre des Clones, puis à la CSL désormais sous la coupe d’Artemius Treadwell et que cette planète disposait de ressources militaires presqu’essentiellement composées de droïdes.
    La chagrienne n’éprouvait aucune haine ou sentiment de supériorité envers ces machines à contrario de nombreux Sith pour lesquels, ces automates n’étaient rien de plus que des tas de ferrailles à envoyer à la casse. Au contraire, elle trouvait cela fascinant de voir que certains droïdes, comme les deux qui l’accompagnaient d’ordinaire, étaient susceptibles d’atteindre un certain niveau de conscience.
    Une fois posée, la Dame de la Désolation quitta son vaisseau pour être accueillie par le service d’accueil avant d’être conduite silencieusement jusqu’à son hôte : Artemius Treadwell, gouverneur de Raxus et premier Conseiller de la CSL. Suivie par D5-TO, son droïde de protocole, elle s’avança vers son hôte en face duquel, elle s’inclina respectueusement avec la grâce de la noblesse de Chagria. Sa carrure était plus massive et haute que celle du proche humain qui se tenait devant elle et lui donnait un côté imposant. Sa révérence et la portée de celle-ci n’en n’était que renforcée.


    - Premier Conseiller Treadwell, je suis D5-TO. Assistant de Dame Mirkwind que vous avez cordialement invitée.

    D5-TO avait été le premier à prendre la parole, bien avant Styxana qui profita de ce court laps de temps pour observer son interlocuteur. A vrai dire, le choix d’emmener D5-TO avec elle n’était pas anodin pour la Sith, mais nous le verrons peut-être plus tard.

    - Allons, ne vous excusez point. Je comprends que votre poste vous demande de nombreuses responsabilités et réserve aussi plusieurs imprévus. Mais il s’agit du jeu de la politique n’est-ce pas ? – Styxana esquissa un sourire amical et complice de connivence - Je vous remercie de votre invitation Premier Conseiller Treadwell. Votre accueil m’honore. Le voyage fut un peu long, néanmoins en contemplant votre planète, je m’aperçois que la beauté de ces lieux valait bien ces plusieurs heures de vol.

    Fit-elle simplement et respectueusement avant de tendre avec nonchalance, le dos de sa main droite à Artemius, lui faisant tacitement comprendre qu’elle demandait un baisemain comme son rang et le protocole pouvait l’exiger. Il fallait bien admettre que cet humain avait un certain charme, élégamment vêtu il était de ces hommes qui dégageaient une certaine aura.
    Darth Calisomnus imagina sans mal, la facilité avec laquelle, il avait du emmener de nombreuses femmes partager sa couche. Une fois ce détail protocolaire expédié elle répondit d’un sourire charmeur. Puis, polie et agréable, la Dame Noire de la Sith s’assit en face de son hôte. Elle le détailla rapidement du regard avant de reprendre la parole d’une voix claire et respectueuse, sa gestuelle ne trahissant aucune duplicité : elle parlait avec franchise.


    - Alors… vous excuserez sans doute ma rapidité, mais j’irai droit au but : quel est l’objet de cette invitation ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Lun 17 Déc - 18:47

La pièce dans laquelle le trio se trouvait ne ressemblait pas exactement à ce que l’on aurait pu attendre de la part d’un personnage aussi haut placé qu’Artemius Treadwell. Normalement, les politiciens vivaient dans une opulence écœurante. Pour ce qui était de son cas particulier, oui la pièce n’était pas sans une certaine forme de luxe mais il n’y avait que des choses fonctionnelles. Point de sculptures, de tapisseries ou autres expressions d’un besoin maniaque d’étaler sa richesse. On pourrait imaginer la pièce comme né du pragmatisme et non d’un besoin de montrer aux autres l’abondance d’une fortune quelconque. Ce qui en apparence semblait être des toiles de maitres étaient en fait des écrans astucieusement dissimulés. En grand amateur de technologie, c’était presque attendu de sa part. La pièce restait toutefois chaleureuse.

Spoiler:
 

D’aucun aurait pu la qualifier d’oppressante en tout cas. L’élément central de ce « sanctuaire », la pièce de résistance restait toutefois ce qui avait l’air d’un petit coin de verdure dans la pièce mais qui était en fait un hologramme du plus bel effet. Une illusion solide capable de confondre et d’abuser des sens même des meilleurs. Il fallait bien prévoir une issue de secours ou plutôt, un accès au vrai centre des opérations du lorrdien… Enfin, même si on ne pouvait les voir, un contingent complet de droïdes veillait à sa sécurité. Non pas qu’il eu le besoin dans l’instant ni éventuellement car Styxana Mirkwind, si elle était ne serait-ce que le quart de ce qu’il avait entendu, nécessiterait probablement plus que sa garde rapprochée pour être éliminée. Grand mal lui en fasse : pour une Sith, elle avait de la classe. Énormément de classe.

Artemius serra donc la main du droïde de protocole, comme s’il se fut agi d’une personne, avant de faire un baisemain à la chagrienne. Même s’il portais une de ses plus belles tenues, un uniforme portant couleurs et insignes de la CSI (qu’il portait systématiquement pour les affaires d’état importanteil ne pouvait espérer rivaliser avec la beauté naturelle et cette aura ténébreuse qui semblait émaner des « vrais » Siths. Pas ces brutes épaisses qui ne pensent qu’à dominer. On parle d’une prestance comme celle du Comte Dooku, jadis. Non pas qu’Artemius fut dépourvu de charme. Ses origines et ce que la nature lui avait offert en faisait un spécimen tout aussi classieux que son invitée mais d’une façon différente. Prenant place dans un des fauteuils à son tour, il fit signe à un droïde jusqu’alors resté dans l’ombre de s’approcher pour faire le service.


« Premier Conseiller par intérim, pour ne rien vous cacher. Mais ici, je suis le gouverneur Treadwell, chef d’état de Raxus. Vous excuserez ma franchise mais les rumeurs ne vous rendent pas justice, votre Éminence. Vous êtes positivement ravissante. Permettez-moi de dire que ce fut avec soulagement que j’ai reçu votre acceptation. Je ne passerai pas par quatre chemins moi-même.

Il s’agit d’une proposition de contrat. Je veux que vous assassiniez le chef des renseignements Bothans. Officiellement, ils représentent un danger flagrant à la sécurité de la CSL. Officieusement, c’est une affaire de vengeance personnelle. De préférence, la chose doit avoir l’air d’un accident ou d’une mort naturelle. Évidemment, je paierai rubis sur l’ongle. Argent, équipement, vaisseau… Ce qui vous plaira. »


Les lumières se tamisèrent et une des toiles de maitre sembla « frissonner » avant révéler un des nombreux écrans dans la pièce. Un autre suivit le processus puis un autre, chacun affichant des données techniques sur le dossier que j’avais préparé pour Styxana. Plusieurs centaines d’heures de rapport d’espionnage par des droides commando, un excellent travail pour fournir le plus de matériel possible à la dame noire. Évidemment, pour le moment, tout était brouillé, flou, illisible. Elle n’avait pas encore accepté le contrat. Il aurait été imprudent de mettre toutes ses cartes sur la table en cas de refus. Chose certaine, Artemius Treadwell semblait aussi sérieux que déterminé. Le droide de protocole TC tendit à l’invité du Premier Conseiller par intérim une coupe d’un vin produit localement. Disons simplement que c’était une bénédiction que Raxus ait recommencé à exporter. Un pur délice.

Un 434-FPC personal chef droid fit son entrée à peu près dans le même temps, amenant des produits de la culture raxusienne. Artemius Treadwell savait recevoir et bien que l’on aurait pu percevoir ce genre de manœuvre comme une tentative d’amadouer la Sith, il n’en était rien. La partie plus « malade » de sa personnalité avait toujours considéré de façon favorable les Siths et en avoir un de si haut rang dans sa demeure était une double bénédiction. Étudiant dans la plus grande discrétion la chagrienne (et rappelons ici que les lorrdiens étaient plus que passés maitres dans l’art du langage corporel, tant pour montrer que dissimuler quelque chose), il en était à déterminer si cette relation d’affaire serait une entreprise à court ou long terme. Les utilisateurs de la Force ne restaient pas moins des mortels… Et leur corps en avait toujours long à dire.


« Vous avez dit avoir apprécié la beauté des lieux si je ne m’abuse? Je suis même prêt à offrir aux vôtres un avant-poste sur Raxus. Comprenez-moi bien éminence. Des forces sont en mouvement, nous le savons tous les deux. J’ai un héritage à protéger. La Confédération Des Systèmes Indépendants connait un nouvel âge d’or sous ma tutelle. Je ne laisserai personne, non personne, détruire l’œuvre des Treadwell.

Regardez autour de vous, Éminence. Nous contrôlions jadis une partie de la galaxie. Or je n’ai pas cette ambition. Je veux préserver la CSI, son histoire et son mode de vie et pour ce faire je ne vise que ce secteur. Si pour protéger les miens je devais vendre mon âme aux neuf enfers corelliens, je le ferais sans la moindre hésitation. Si pour avoir votre coopération je dois allier nos deux factions, j’y consentirai dans les limites du raisonnable. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Mar 18 Déc - 15:28

    D5-TO fut quelques peu décontenancé de voir le gouverneur de Raxus lui serrer la main. C’était bien la première fois qu’un organique agissait de la sorte avec lui. Même si Styxana le considérait comme un être à part entière, le droïde de protocole ne fut jamais salué de cette façon. S’il avait pu rougir, sans doute l’aurait-il fait, mais le masque en duracier lui servant de visage resta complètement neutre. La chagrienne éprouva quant à elle, une grande satisfaction à voir le Lorrdien déposer ses lèvres sur le dos de sa main.
    Assise dans le fauteuil, ce fut à cet instant qu’elle commença à s’intéresser au décor qui l’entourait. La pièce bien qu’un tantinet oppressante semblait posséder un certain luxe bien dosé. En effet, même si le prix de l’ensemble des objets et du mobilier rassemblé ici devait bien représenter un paquet de crédits, rien ne semblait être superflu. Tout avait été sciemment calculé pour avoir son utilité et rien, absolument rien n’avait été laissé au hasard ou à l’égo du gouverneur. Peut-être n’en n’avait-il pas conscience, mais ce détail attira pleinement l’attention de la chagrienne et permis à celle-ci de mieux cerner la psyché de l’individu se trouvant en face d’elle. Artemius Treadwell aimait en premier lieu contrôler parfaitement son environnement, mais savait très bien ne pas s’encombrer d’éléments inutiles. Un détail intéressant pour la suite de la discussion.

    Darth Calisomnus écouta par la suite les paroles du Lorrdien avec une attention particulière. Oh elle n’était pas idiote et se doutait bien qu’un politicien de la trempe d’Artemius pouvait très bien essayer de la flatter. Néanmoins ce genre de compliment semblait toutefois honnête et sincère ce qui lui fit plutôt plaisir, Styxana étant trop habituée aux sarcasmes Sith et autres railleries sur les non-humains, toute flatterie était bonne à prendre. Ce pourquoi elle répondit à Artemius par un sourire qui se voulait charmeur, désarmant mais aussi d’un murmure léger chargé de sensualité.


    - Les rumeurs sont toujours bonnes à savoir à propos de quelqu’un, mais rien ne vaut la satisfaction de confirmer ou infirmer par soi-même, la véracité de ces racontars Gouverneur.

    Puis le Premier Conseiller Treadwell exposa la situation : il l’avait fait contactée pour remplir un contrat des plus particulier. La lumière se tamisa puis l’une des toiles affichée au mur vibra pour se changer en écran. Rapidement la Dame Noire de la Sith se retrouva avec une multitude de données compilées par les différents services de renseignement d’Artemius afin de lui faciliter la tâche dans sa mission. Pour le moment, les yeux perçants de la Sith ne purent déchiffrer le ballet de lignes et d’images, après tout, elle n’avait pas encore accepté quoique ce soit et comprit parfaitement qu’Artemius ne comptait pas révéler ces données tant qu’elle n’aurait pas accepté le contrat. Le gouverneur Treadwell évoqua le but même de sa mission si elle l’acceptait : mettre fin aux jours du chef des renseignements Bothans. Styxana Mirkwind n’en savait pas plus sur les raisons poussant le Premier Conseiller de la CSL à commanditer ce meurtre, mais ce dernier se hâta d’expliquer brièvement la situation tout en restant assez évasif. Il était question de sécurité de la CSL, mais aussi d’une vengeance personnelle. Darth Calisomnus n’eut pas besoin de davantage de détails pour comprendre que ce qui motivait le gouverneur de Raxus à prendre cette décision radicale tenait plus de la vendetta que de l’intérêt général de la Confédération des Systèmes Libres. Peut-être aurait-elle plus de précisions dans son rapport, du moins, c’était ce qu’elle espérait. Quoiqu’il en soit, Artemius Treadwell semblait prêt à y mettre tous les moyens disponibles pour obtenir ce qu’il voulait, argent, armes, vaisseau, équipement...
    Un contrat plutôt juteux en perspective semblait se dessiner pour Styxana. Son esprit vit alors une belle opportunité d’assurer ses intérêts vis-à-vis des Sith et d’obtenir un avantage clair et net. Le genre d’avantage que l’on conservait dans sa manche et que l’on ne tirait que pour prendre l’ennemi par surprise, lorsque l’on sait que cet atout vous fera gagner la partie. Elle fut dérangée dans ses pensées par un droïde protocolaire de classe TC qui lui tendit une coupe de vin, sans doute devait-il s’agir d’un cru local de Raxus réputé pour sa robe ? La Dame de la Désolation fixa le droïde et prit la coupe entre ses longs doigts bleus tout en remerciant l’automate d’un hochement de tête. Son naturel reprit le dessus : quelqu’un comme Artemius Treadwell devait savoir que les chagriens n’avaient aucun sens gustatif, ou du moins, que celui-ci était beaucoup moins bien développé que celui des humains ce qui en faisait, pour ceux se lançant dans la politique ou le domaine militaire, des cibles de choix à empoisonner puisqu’ils ne sentiraient strictement rien une fois le poison dans leur bouche. Il était donc bien inutile de prendre la peine de dissimuler le goût du poison, sauf si l’on tenait à ce qu’un éventuel enquêteur ne parvienne pas à déterminer celui-ci. Rien n’avait de goût pour la chagrienne, tout était fade.

    Perplexe, elle enfila son masque d’indifférence et croisa un bref instant le regard d’Artemius Treadwell : pouvait-elle lui faire confiance ? Et si tout ceci n’était qu’une vaste mascarade destinée à la piéger ? L’attirer avec un contrat risqué et bien payé pour la droguer et s’en servir de monnaie d’échange contre le soutien de Darth Nelius ou des Jedi ? Après tout, peut-être que ce chef des renseignements Bothans était déjà décédé depuis longtemps, ou que le différend l’opposant à Treadwell n’était que pure invention ? Elle resta pensive, puis fit un signe à D5-TO. Son droïde s’approcha derrière elle, au dessus de son épaule et baissa la tête en direction du vin. Silencieusement, il scanna la structure moléculaire du vin puis chuchota à l’oreille de sa maîtresse avant de répéter l’opération avec les plateaux de fruits proposés par les droïdes d’Artemius. Ce ne fut qu’après que le scann du droïde ne décèle rien d’anormal ou d’inhabituel que Styxana huma le vin avec ses narines dans un geste chargé d’élégance et de raffinement. Son visage devint plus détendu et elle trempa ses lèvres azurées dans le liquide rougeâtre. Même si pour elle, ce vin n’avait pas plus de goût qu’un verre d’eau, il fallait bien admettre que son sens de l’odorat lui indiquait que ce breuvage semblait être divin. Se reportant sur le Lorrdien, Styxana s’affaissa un peu plus dans le fauteuil tout en conservant son charme et croisa les jambes pour rependre la parole.


    - Je vous prie de bien vouloir m’excuser pour cette impolitesse gouverneur Treadwell. Mais vous devez en savoir suffisamment sur les Sith pour comprendre ma position : quand on échappe plusieurs fois à des tentatives d’empoisonnement, l’on finit par devenir excessivement prudent. J’ose espérer que ma cible ne le sera pas autant que moi cependant, je présume que je pourrai parfaitement remplir cette tâche avec succès. S’il y a bien une chose sur laquelle les rumeurs à mon sujet sont vraies, c’est au niveau de mes talents pour faire disparaitre les gêneurs. Mais ça, vous le constaterez bien assez vite et avec une certaine satisfaction, j’en suis convaincue.

    Darth Calisomnus reprit une gorgée de vin après avoir levé son verre en direction d’Artemius. Scanner la toxicité ou non des aliments proposés par Treadwell fut une bonne chose pour lui dans le sens ou il pourrait sans doute se vanter d’avoir pu gagner une certaine confiance relative de la part de Styxana Mirkwind. Bien entendu, il pouvait toujours y avoir l’hypothèse que le contrat ne soit qu’un vaste piège, néanmoins la chagrienne saurait improviser en temps et en heure une fois sur place. Et puis peut-être qu’après tout, son contrat était honnête. Seul l’avenir le dira… Même si la Dame Noire préfèrerait bien entendu, développer un partenariat mutuellement profitable et durable avec ce Lorrdien qu’elle commençait à apprécier.
    Relâchant ses épaules, Styxana passa sa main droite le long de son lethorn gauche tout en écoutant le Premier Conseiller reprendre la parole en précisant son ambition : la survie du secteur de Raxus et sa détermination à préserver ses intérêts, la culture du mouvement séparatiste. Il alla même jusqu’à proposer aux Sith un avant-poste sur Raxus ce qui étonna la Dame Noire de la Sith, mais en même temps l’amusa. Arquant un sourcil pour signifier son intérêt, elle comprit que la Force était décidément avec elle lorsqu’elle envisagea les probabilités qu’une offre pareille se présente à elle aussi aisément.
    Saisissant une pomme à la couleur rouge sombre, Styxana Mirkwind la contempla entre ses longs doigts bleus. Un contraste plutôt intéressant à voir pour la chagrienne qui sembla captivée par le fruit. Cela ne l’empêcha pas de répondre d’un ton presque pensif mais également flegmatique.


    - Pour tout vous avouer, votre proposition m’honore Gouverneur Treadwell. Et je comprends sans doute mieux que quiconque vos motivations. Vous avez quelque chose à défendre, tout comme je défends quelque chose d’important à mes yeux. Sans doute bien plus important que tout ce que je possède y compris ma propre existence. Votre détermination est admirable et force le respect. Cependant… sachez que je ne viens pas représenter les Sith, mais que j’agis pour mon propre compte, mais avant tout celui de la Force. Aussi, je pense que vous pouvez laisser de côté mon apparente fidélité à l’Ordre Sith. Une question demeure cependant…


    Darth Calisomnus croqua le fruit défendu avec la grâce d’une Eve mortellement noire. Sa simple présence dans la Force irradiait la pièce d’une atmosphère nouvelle et sensuelle, et ce fut dans la nonchalance d’un mouvement de la tête en direction d’Artemius qu’elle ajouta chaleureusement.

    - S’il vient à disparaître, que ce soit d’une mort naturelle ou accidentelle, ne craignez vous pas que les renseignements Bothan ne lui nomment un successeur encore plus gênant pour vous ? Mais plus encore, quelle est la valeur que vous accorderiez à sa mort ? Je ne doute pas que vous saurez me satisfaire en matière de paiement Gouverneur Treadwell, néanmoins mes adeptes et moi-même serions intéressés par votre expertise en matière d’ingénierie spatiale et militaire. Pourrais-je avoir davantage de détails sur ce que vous pourriez m’offrir en échange de la mort de ce Bothan en termes de vaisseau et de troupes ? Ne craignez rien, même si cela pourra s’avérer coûteux pour vous, considérez ceci comme un investissement à long terme si jamais vous auriez besoin de mes services à l’avenir pour des missions exigeant moins de subtilité, ou un appui spatial. Et soyez assuré que je tiens tout autant que vous à développer un partenariat durable et mutuellement profitable avec vous.

    Acheva t'elle tout en penchant la tête et croquant à nouveau un morceau de pomme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Mer 19 Déc - 0:25

Quand un lorrdien sourit, c’est toujours un acte volontaire, contrôlé. Artemius, souriait mai ce n’était pas par amusement. Ce n’était pas par duplicité. Ce n’était même pas à cause du charme et de la grâce de son invitée bien que la tentation fut forte. Quelle femme, pour peu qu’il se risquerait à user de cette expression. Ce fut à cause de son pragmatisme, de sa méfiance naturelle, de cette faculté, comme lui, de garder une longueur d’avance sur ses ennemis. C’était précisément des gens comme Styxana Mirkwind était le genre de personne à pouvoir lui venir en aide et qui pourrait être une alliée de premier choix. N’importe qui dans la galaxie vous dira de vous méfier des Siths. Artemius, lui, se méfiait plus des Jedis que du plus noir des Siths. Qui plus était, ayant un don pour lire le langage corporel des autres…

Il avait pu déceler des indices subtils, très subtils même. Des indices qui révélaient justement que son invitée avait comme lui un agenda externe à son groupe d’attache. Elle avait exposé ses raisons, bien sûr mais son masque indifférent l’avait trahit. Contrairement à plusieurs Siths elle ne semblait pas paranoïaque mais il y avait des signes presque indécelables même pour un lorrdien de sa trempe qui trahissait non pas la peur mais une mesure de prudence frôlant le zèle. La dame noire en face de lui avait de puissants ennemis et s’il ne pouvait lui offrir de protection à toute épreuve… Et bien les termes du contrat n’étaient pas encore rédigés non? Il aurait l’occasion d’y revenir. Son sourire se dissipa, pas de façon brusque ou forcée mais pour laisser place à une expression amusée sans être déplacée, teintée d’une bonne mesure de respect.


« Je serai sans doute la dernière personne sur terre à vous reprocher la prudence, votre Éminence. Grand mal m’en fasse. Ce n’est pas une surprise pour vous si je vous annonce que j’ai étudié de façon extensive plusieurs cultures et espèces de la galaxie et que j’étais par conséquent plus qu’au courant pour cette histoire de goût. Ceci dit, tout homme a ses défauts : le mien est de trop vouloir bien faire, parfois.

Je ne voulais pas vous offenser, ce serait d’un point de vue purement pragmatique une très mauvaise stratégie. Je ne veux pas vous avoir à dos, pourquoi ferais-je quelque chose d’aussi prodigieusement stupide… Bien sûr, c’est une question purement rhétorique. Votre sens de la prudence doublé d’un pragmatisme si rare en cette galaxie en guerre est particulièrement rafraichissant. Nous allons bien nous entendre. »


Le reste des paroles de la Sith ne firent que réapparaitre un nouveau sourire sur le visage du gouverneur. Il avait étudié la question, bien entendu. Évalué les risques, le danger de voir un autre gêneur prendre la suite. Or, tous les Bothans n’étaient pas de façon uniforme des plaies ou des nuisances. Certains, imbus d’eux même et hiérarchiquement élevés, n’étaient pas à l’abri d’une suffisance démesurée… Et c’était sur ce point qu’Artemius comptait capitaliser. Décidément, il s’était adressé à la bonne personne. Elle semblait bonne stratège, bonne tacticienne et du genre à détecter les problèmes et les failles avant qu’ils ne se présentent. Un atout précieux pour n’importe quel conspirateur. Peut-être était-il temps d’en montrer un peu plus. Pas le contrat en lui-même mais ce que lui pouvait faire pour des Siths avec un agenda… Particulier.

Faisant signe aux deux droides en charge du service de s’approcher, il les remercia de leur travail impeccable avant de les congédier. D’une pression sur un autre bouton, il demanda à un autre de ses collaborateurs de venir. D’une porte dérobée, un autre droide fit son entrée. Un droide militaire cette fois et plus intéressant encore : un droide hors de prix. Un super droide tacticien. Un droide dans le genre du général Kalani… Mais à l’intelligence considérablement plus évoluée. Raxus ne s’était pas enlisé dans les sophismes des ex dirigeants de la CSI et elle avait donc révisé en grand chaque modèle de droide, chaque arme, chaque véhicule, les moindres schémas… Pour constituer une armée droide digne de ce nom. Le nouveau venu, noir et or en termes de coloration, ne pouvait laisser totalement indifférent. Pourquoi? Et bien…

Oui. Kroneos avait beau être un droide très évolué, on pourrait vraiment croire briller une lueur d’intelligence dans son regard. Pour plusieurs, le fait qu’un droide développe une personnalité était inadmissible. Artemius lui avait un grand intérêt pour ces droides capables de penser au-delà de leur programme. Un atout précieux quand il fallait penser en dehors de la boite. Le nouveau venu esquissa un salut militaire au gouverneur avant de serrer la main du droide de protocole de la dame noire et de lui faire un baise main, réplique artificielle mais très convaincante d’Artemius Treadwell. Comme quoi le gouverneur de Raxus ne manquait d’ambition : on parlait de rendre un droide plus proche encore de l’humain. Éthiquement parlant? Plusieurs considéraient la chose comme une abomination. Artemius était-il alors un génie ou un fou?

Échangeant quelques paroles en binaire avec le nouveau venu, non pas pour déplaire à Styxana mais par habitude née d’une trop grande exposition à un entourage presque exclusivement composé d’être inorganiques, il marqua une courte pause avant de reformuler sa demande en basique, par respect pour son invité. Oui, en théorie, son droide de traduction aurait pu faire le travail mais pourquoi lui imposer cette peine? La question posée au droide était assez simple : combien de pourcent de l’armée totale de Raxus pourrions-nous offrir à son Éminence Styxana Mirkwind en échange de ses services? Le droide répondit ainsi. Sur le court terme, il faudrait discuter d’un premier quota. Sur le long terme, 5% pouvait être offert dans la première année. La production de Raxus épongerait le manque, avec la mise en service de nouvelles usines.


Kroneos arrive aux mêmes conclusions que moi, votre Éminence. Je veux ce Bothan mort pour laver un affront. C’est puéril, immature, déraisonné et je m’en moque éperdument. Vous voulez des garanties? Je suis prêt à vous céder des centaines de milliers de droides, de vaisseaux et des millions en équipement pour une alliance à long terme. Pour le contrat encours, je songeais à quelque chose de plus modeste.

Disons… 500 000 crédits. À la signature du contrat. Ensuite, en cas de complétion, un Lucrehulk-class battleship neuf. La dernière version développée par Raxus avec son complément de droides. Sans compléments par contre donc pas de véhicules ou de chasseurs. Si c’est insuffisant… Je suis ouvert à la négociation. Je vous met même un bonus pour une série de cibles secondaires si vous voulez. Doutez-vous encore de mon sérieux? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Mer 19 Déc - 11:58

    Darth Calisomnus resta un instant silencieuse, visiblement satisfaite de n’avoir pas froissé le gouverneur de Raxus par excès de prudence. L’empoisonnement était une méthode plutôt en vogue chez les Sith, ainsi qu’un moyen rapide et bon marché de se débarrasser d’un apprenti trop ambitieux, ou d’un maître ralentissant votre ascension vers le pouvoir ou encore d’un dangereux rival. Survivre chez les Sith n’était pas chose facile, et lorsque l’on accédait au rang de celui de Styxana, l’on ne pouvait qu’éprouver une certaine forme de respect mêlée à une certaine crainte. Oui, la chagrienne avait vu de nombreuses atrocités au cours de son existence, plusieurs fois, son corps et son esprit furent brisés. Néanmoins elle avait survécu et n’avait jamais laissé ces évènements la changer. Aussi la réponse d’Artemius Treadwell lui fit grand plaisir : ils étaient tous les deux sur la même longueur d’ondes.

    La Dame Noire croqua un nouveau morceau de pomme tout en écoutant le Premier Conseiller de la CSL s’exprimer. Il rappela les droïdes chargés du service en vin et fruits, les remercia et les congédia dans le plus grand respect, chose qui ne surprit nullement la Dame Noire de la Sith qui faisait toujours de même avec les deux automates en duracier l’accompagnant. Cependant ce qui attira toute son attention fut l’apparition surprenante d’un super droïde tacticien à la cuirasse noir et or dans la salle. En dehors de son prix et de sa rareté, il y eut quelque chose qui captiva immédiatement Styxana Mirkwind. Là ou un œil de profane n’aurait vu qu’un droïde au cout exorbitant, les sens développés et l’observation de la chagrienne virent un être particulier.
    Ce robot semblait être bien plus éveillé que tous ceux qu’elle avait eut l’occasion de rencontrer au cours de sa vie. Hormis son comportement organique –en effet, il serra la main de D5-TO et « embrassa » celle de Styxana- Darth Calisomnus pouvait presque sentir la présence du droïde au sein de la Force. Une présence particulière, inédite qui vous marquait à vie. Véritable anomalie au sein des océans de la Force, le dénommé Kroneos et Artemius échangèrent alors quelques paroles dans un langage similaire à du binaire. Délicatement après une nouvelle gorgée de vin, la chagrienne se pencha sur son droïde et lui demanda de quelle langue il s’agissait. D5-TO répondit qu’il s’agissait du binaire, et qu’il traduirait une fois la conversation finie. Mais il n’en n’eut pas le loisir puisque gouverneur ainsi que Kroneos en avaient terminé et fixaient tous les deux la Dame de la Désolation.

    Le Premier Conseiller de la Confédération des Systèmes Libres conclut que son droïde et lui-même voulaient la mort du Bothan. Visiblement le motif paraissait extrêmement personnel et Styxana jugea intelligent de ne pas trop s’aventurer sur ce terrain là. Artemius Treadwell était prêt à tout, y compris céder des centaines de milliers d’unités, de véhicules, équipement et de vaisseaux pour sceller son partenariat avec la Dame Noire de la Sith. Arquant de nouveau un sourcil, elle esquissa un sourire de satisfaction tout en terminant son verre de vin, Darth Calisomnus se voyait déjà à la tête d’une flottille importante et de sa propre armée de droïdes. Ainsi elle gagnerait non seulement en poids au sein de l’Ordre Sith, mais aurait également suffisamment d’arguments pour faire réfléchir Darth Nelius à deux fois avant de s’en prendre à elle. Le moindre geste, la moindre menace émise par Nelius à l'encontre de la Dame Noire de la Sith appellerait alors à un châtiment de grande envergure: l'élimination pure et simple par le chant des turbolasers accompagné d'un tempo battu par le son des explosions. Ainsi la Symphonie de la Force allait enfin pouvoir disposer de ressources solides afin de pouvoir garantir sécurité et sérénité à ses adeptes. L'Imploratrice Mirkwind serait satisfaite de pouvoir leur offrir un abri les protégeant de la décadence des Sith.
    Pour le moment, le gouverneur de Raxus s’engageait à payer à Styxana Mirkwind 500.000 crédits républicains à la signature du contrat ce qui était très honnête, mais aussi et surtout un croiseur de classe Lucrehulk neuf et modernisé par les équipes de Raxus avec le complément en droïdes de combat. Plus qu’honnête, le contrat était très juteux. La chagrienne fut amplement satisfaite même si le fait de ne pas disposer de véhicules d’assaut terrestres ni de force d’appui aérien était un peu fâcheux. Cependant, le gouverneur de Raxus ne semblait pas fermé à la négociation et était selon toute vraisemblance, prêt à rajouter un bonus pour l’élimination de cibles secondaires : peut-être y avait-il une carte à jouer ? Achevant le fruit, Darth Calisomnus déposa son verre de vin vide sur la table basse en usant de la Force avec précision et délicatesse avant de se redresser sur son fauteuil. La chagrienne resta pensive quelques instants, jaugeant la nature de l'offre et le contrat en lui-même. Elle décroisa les jambes et sourit avant de prendre la parole.


    - Soit. Votre offre me paraît plus qu’honnête. Vous savez gouverneur Treadwell, j’aime le travail bien fait. Aussi, je pense être en mesure de me charger des cibles secondaires désignées si cela peut me garantir une livraison de chasseurs ainsi que quelques véhicules pour mes futures forces armées. Qu’en dites-vous ?

    Conservant le fruit en main, elle croqua à nouveau ce met à l'odeur sucrée tout en attendant la réponse à sa proposition.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Mer 19 Déc - 19:53

« Vous réussissez un coup pareil, cibles secondaires incluses et je vous donne les crédits, le Lucrehulk, son équipage et tous ses compléments. Chasseurs, véhicules… L’intégral quoi. Vous allez vous rendre compte, si ce n’est déjà fait, que je ne suis pas du genre à manquer de… Générosité. J’ai passé ma vie avec des machines, Éminence. Je pense en chiffres, en variables et en probabilités.

Dans la vie il y a deux choses. Des problèmes et des solutions. Vous êtes une partie de la solution. Il est donc normal de vous donner, en retour, quelque chose de positif. Si vous étiez une part du problème, vous ne seriez pas ici, n’est-ce pas? Mais vous n’êtes pas comme les Autres, Éminence. ILS ne comprennent rien à la vraie nature des choses. Ce que la Force vous dicte, moi ce sont les chiffres qui me le confirme. »


Qui étaient « les Autres », « Les ILS » et cette curieuse allusion? Difficile à dire. Certains disaient, après tout, qu’Artemius Treadwell était fou. Dans les faits, il l’était. La Force le confirmerait probablement à la dame noire des Siths. Ceci dit, sa folie se trouvait juste à côté de la ligne du génie, comme pour tant de personnes. Si Artemius semblait plutôt inoffensif, avec ses positions colorées sur la guerre et son insistance sur l’utilisation de la machine pour sauver des vies, la chagrienne elle pouvait constater comment les rouages de ce cerveau fonctionnaient. Était-il un danger pour elle? Non. Le deviendrait-il? Probablement pas. Sans même avoir don de divination, il était facile de voir que le lorrdien n’était pas du genre à trahir son monde. On ne peut faire confiance à un Sith comme on ne peut faire confiance à un fou…

Mais qu’arrive t’il quand il s’agit d’une Sith et d’un fou? Certaines personnes avaient plus de valeur vivante que morte. D’autres en tant qu’alliés plutôt qu’en tant qu’outils. Certains investissements étaient bien plus profitables lorsque fait sur une base d’égalité. Pour Artemius, Styxana Mirkwind était cette impossibilité statistique sensée régler virtuellement tous vos problèmes… Mais pourtant bien réelle. Une Sith à la tête d’un petit groupe, prête à travailler, pour l’instant, sur une base d’égalité, déterminée à tirer le meilleur de cette entente donc prête à prendre des risques supplémentaires, le tout sans menace, sans tour de Force, sans duplicité? Soit la Force lui conférait le pouvoir de cacher à la perfection ce genre d’indice, soit elle maitrisait le langage kinétique mieux que lui soit… Et bien soit il avait vraiment trouvé le gros lot!

Ce genre de constats devrait reprendre plus tard cependant. Il avait un briefing à donner, un contrat à signer, ce genre de choses. Un à un, les écrans perdirent de leur flou et la dame noire pu prendre connaissance de leur contenu. Chose certaine, le gouverneur de Raxus aimait les choses bien faite. Plans des installations du réseau bothan. Liste des vaisseaux et véhicules de la cible. Différentes prises de vue de la résidence principale et secondaire de la cible. Des pages et des pages de notes diverses sur son entourage, ses habitudes, ses relations, son horaire type… Évidemment, il y avait des éléments qui n’avaient pu être confirmés à 100% mais disons que les services de renseignements de la CSL auraient trouvé ce dossier très bien monté. S’ils avaient eu connaissance de son existence. Finalement, Artemius Treadwell avait plus d’une corde à son arc… Grâce à ses droides qui se trouvaient à être une extension de sa propre volonté.


Vous savez, la galaxie dans sa très grande majorité ne se méfie pas suffisamment des droides. Ils sont vus comme de simples machines pouvant être sacrifiées. La CSI a un lourd héritage de ce genre de pratiques mais pour ma part, tous les droides ont une utilité précise bien que parfois leur sacrifice soit nécessaire. Les Bothans sont d’excellents espions, oui, mais il y a des choses que seule une machine peut faire.

Ayant compilé plusieurs centaines d’heures de données, je pense avoir trouvé un angle d’approche intéressant. La plupart des hommes, et je reconnais avoir cette faiblesse, du moins partiellement, ne sont pas immunisés aux charmes de l’autre sexe. Je comptais vous fournir une matrice de déguisement holographique et de créer sur mesure une Bothan à partir de ses préférences. La séduction est une arme redoutable. »


Proposer à une Sith de jouer les aguicheuses pouvait paraitre suicidaire mais dans la pratique, il en était tout autrement. Artemius Treadwell était loin d’être ce genre de personnage arrogant pensant commander à tous et chacun. Pour le gouverneur de Raxus, c’était fournir un outil pratique à une personne pleine de ressources. Qui plus était, la dame noire ne jouait-elle pas la carte de la séduction en ce moment? Ses manières, son habillement, une partie de son attitude… Le corps était une arme toute aussi efficace que n’importe quoi d’autre. Ce n’était pas SA faute si la cible préférait les femelles Bothans aux autres espèces… Pour endormir la méfiance d’un homme, il fallait viser la tête avec l’argent, le ventre avec la nourriture et la boisson et sous la ceinture avec… Nul besoin d’énoncer davantage d’évidences.

Restait à aborder le point des cibles secondaires. Il y avait aussi une liste de codes d’accès à copier qui se trouveraient soit avec la cible principale, soit dans son entourage. Autre tâche : placer un virus à retardement dans le système du réseau bothan, un virus qui porterait la signature des Hutts (double revanche, ce n’en était que plus délicieux). Pour les objectifs à moyen et long termes, il faudrait également visiter un des candidats potentiels au remplacement du chef des renseignements bothans et s’assurer de sa collaboration (et en dehors de blessures visibles, il n’y avait pas vraiment de restrictions). En guise de détournement de l’attention, il fallait éliminer la maitresse d’un autre candidat ce qui risquait de porter tout un coup à ses chances quand l’affaire d’adultère serait découverte. Enfin, dernière petite chose, il faudrait « remplacer » quelques droides de maintenance pour une infiltration plus en profondeur.


« Je ne prétends pas que ce sera simple ou que tous ces objectifs sont foncièrement dignes de votre talent. Cela dit, ces objectifs, s’ils sont remplis, permettront une meilleure déstabilisation du réseau bothan. Vous aimez le travail bien fait tout comme moi et je pense que vous partagez aussi cet amour pour le professionnalisme. Quel genre de commanditaire ou d’allié potentiel serais-je si…

Enfin si je ne vous donnais pas toutes les chances possibles de cheminer vers vos propres objectifs! D’ailleurs je suis du meilleur gré volontaire si en contrepartie je peux vous aider par la bande, avec certains de mes forces commando. Certes, je ne prétends pas qu’ils peuvent triompher d’un seigneur Sith mais avec le retour des Jedis sur la scène… Disons que je suis préparé à me battre contre des utilisateurs de la Force. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Sam 22 Déc - 17:15

    Styxana Mirkwind sourit. Si elle réussissait sa mission, elle aurait donc son propre centre d’opérations mobile, une armée de droïdes ainsi que tout l’appui que pourrait lui fournir différents véhicules aériens et terrestres. De quoi être capable donc de garantir à ses suivants une relative sécurité vis-à-vis des autres Sith asservis par Darth Nelius. Très bien. La situation jouait en faveur de la Dame Noire, et cette dernière était bien décidée à pouvoir continuer à jouir d’un contexte aussi favorable aussi longtemps que possible. Artemius Treadwell était donc bien prêt à payer le prix fort pour mettre sa vengeance à exécution. Elle remarqua néanmoins dans le discours du Lorrdien une allusion aux « Autres ». Ce détail piqua la curiosité de Darth Calisomnus qui en conclut qu’apparemment, le gouverneur de Raxus semblait avoir, lui aussi, ses propres différends avec le reste de la Confédération des Systèmes Libres. Bien entendu, la chagrienne avait deviné que le Premier Conseiller de la CSL avait ses propres prises de positions par rapport au gouvernement qu’il représentait, néanmoins elle n’envisageait pas qu’il puisse être à ce point aussi autonome. Allait-il tenter de détourner les premiers objectifs de cette organisation à ses fins propres à plus ou moins long terme ?
    La Dame de la Désolation rejeta cette pensée : après tout, cela ne la concernait pas et dès l’instant où Artemius Treadwell honorait ses promesses vis-à-vis de la Symphonie, c’était bien là l’essentiel. Le reste, ces intrigues politiques et autres conspirations ne l’intéressait pas, il n’y avait que la Force et sa volonté.

    Silencieuse, elle termina la pomme et posa le trognon dans une assiette vide avant de se remettre à caresser son lethorn gauche. D5-TO resta passif et regarda les écrans s’éclaircir et perdre leur brouillage. Styxana écouta son hôte lui présenter plus en détail la mission tout en contemplant la multitude de données que ce dernier avait rassemblées sur le fameux Bothan et les cibles secondaires pour lui faciliter la tâche. Des heures et des heures d’espionnage intensif avaient été nécessaires pour pouvoir compiler autant d’information sur l’objectif même de cette mission. Habitudes, relations, entourages, emploi du temps, tout avait été étudié et analysé pour que l’opération n’échoue pas. Là ou un Sith classique aurait pu prendre ce zèle comme étant une mise en doute de ses capacités, Styxana y vit plutôt l’œuvre de quelqu’un qui ne voulait absolument pas que cette mission puisse échouer en mettant les chances de son côté au maximum. Beaucoup de Seigneurs Sith auraient pris cette initiative comme étant une insulte à leur pouvoir (ou plutôt à leur égo). Ce fut à cet instant qu’Artemius Treadwell choisit d’offrir à son invitée un angle d’approche idéal pour cette mission : la séduction pure et simple.

    Il fallait l’avouer, le gouverneur de Raxus était un fin tacticien en matière d’assassinats. Bien que la Dame Noire de la Sith y aurait pensé, pour le moment, ses premières esquisses d’un plan laissaient présager un accident de speeder finement orchestré avec l’aide de son droïde mécanicien, l’usage de la Force afin de faire cesser les battements cardiaques du Bothan une fois approché, ou encore l’usage d’une toxine spéciale et indécelable avant de nombreuses années. Artemius l’avait surprise mais Darth Calisomnus fut forcée d’admettre qu’il n’avait pas tort et que cette stratégie pouvait s’avérer bien plus efficace qu’elle ne l’aurait imaginé. Il avait l’intention de fournir une matrice de déguisement holographique –sans doute similaire à celle des droïdes de catégorie PROXXY – pour que la chagrienne puisse adopter la forme d’une redoutable croqueuse de Bothans. Là encore, le fait de proposer à une Sith de jouer les aguicheuses aurait valu à Artemius une décapitation en bonne et due forme, mais le Lorrdien avait choisi la bonne Dame Noire pour cette mission. Il ne laissait jamais rien au hasard et c’était sans doute ce qui expliquait la réussite de sa carrière pensa Styxana.
    L’idée lui plaisait, néanmoins elle vit un inconvénient immédiat à cette approche. Elle se tut et préféra laisser son hôte continuer à s’exprimer. La suite parut plus facile : insérer un virus portant la signature des Hutts dans le réseau informatique Bothan, trouver une liste de codes d’accès à copier, viser les candidats potentiels à la succession du chef des renseignements une fois la cible éliminée et surtout s’assurer de sa coopération avec Raxus.

    Styxana comprit alors bien mieux pourquoi, un éventuel successeur ne compliquerait pas les choses pour le gouverneur Treadwell, mais elle ne fut pas surprise plus que cela. Il faudrait également éliminer la maîtresse d’un autre candidat afin que celui-ci soit évincé de la course vers le poste tant convoité et enfin, remplacer des droïdes de maintenance par des machines espionnes. Ingénieux. Artemius comptait supprimer un problème, encourager la montée au pouvoir d’un de ses « associés » tout en le surveillant de prêt et en ayant la possibilité de l’atteindre si celui-ci venait à trahir le Premier Conseiller de la CSL. L’infortuné serait alors persuadé d’être là grâce à une manœuvre de Treadwell sans cependant se douter une seule seconde que ce dernier pouvait l’abattre à tout instant. L’exposé achevé, Darth Calisomnus tourna la tête vers son droïde de protocole puis applaudit lentement mais sans le moindre sarcasme.


    - Habile et ingénieux. Fantastique. –elle fit claquer les paumes de ses mains les unes contre les autres puis entrelaça ses doigts avant de reprendre la parole- Votre sens de l’initiative et de la stratégie m’impressionnent gouverneur Treadwell, vos talents me seraient, sans l’ombre d’un doute, utiles à l’avenir. Cependant, pensez-vous que la matrice holographique dupera les droïdes ou dispositifs de sécurité électroniques ? Avez-vous quelques suggestions pour faire passer ceci pour un accident une fois que je serais seule à seule avec lui ? Une préférence particulière entre la mort foudroyante et la longue agonie ? Une toxine unique ne laissant aucun résidu pouvant suggérer qu’il ait pu être empoisonné par sa charmante maîtresse ?

    Styxana étira ses lèvres dans un sourire plus que sensuel avant de se lever de son siège. Sa démarche chargée d’intensité et d’excitation elle se rapprocha d’Artemius d’un pas lent, nonchalant mais surtout silencieux. Une fois devant lui, elle alluma dans ses yeux une légère étincelle charmeuse.
    Artemius Treadwell était prêt à agir lui-même contre les différents rivaux de la Dame Noire ? Intéressant… Décidément ce Lorrdien réservait de nombreuses surprises à la Sith qui continuait d’approcher de son interlocuteur d’un pas langoureux suggérant mille plaisirs. Sa voix se faisait presque murmurée quand le Premier Conseiller de la Confédération put l’entendre dire.


    - Ainsi vous vous proposez de me soutenir contre mes éventuels rivaux ou ennemis ? Je n’ai cure des Jedi et je ne les considère aucunement comme mes ennemis même si je doute que cela soit réciproque. Quant aux autres Sith eh bien, il est fort probable que Darth Nelius, ce parvenu, cherche à attenter à ma vie même si je pense qu’à l’heure actuelle, ses préoccupations sont ailleurs… Ce qui me laisse du temps pour me préparer, avancer mes pions alors que lui est encore occupé. Et si cela peut vous être utile, je pourrai très bien vous tenir informé de leurs manœuvres dont je pourrais avoir connaissance dès l’instant ou celles-ci risquent de porter préjudice à la Confédération des Systèmes Libres, ou encore à Raxus même.

    Son pas s’était ralenti, comme si elle avait figé le temps. La chagrienne surplombait son hôte et laissa le bout du doigt de sa main droite parcourir la poitrine du gouverneur avant de le retirer. Darth Calisomnus se trouvait sur la droite d’Artemius tandis qu’elle déposa sa main droite sur le torse du Lorrdien tout en laissant la gauche sur l’épaule. Rapprochant son visage de celui du Premier Conseiller par intérim, elle lui susurra quelques mots à l’oreille, laissant le philtre de séduction agir et testant si celui-ci était efficace.

    - Vous avez raison de préparer vos troupes à combattre des utilisateurs de la Force. La Force est une entité particulièrement puissante, ne sous-estimez jamais le potentiel de celle-ci. Aussi, mon conseil est le suivant : restez aux aguets, préparez vos troupes et préservez les des combats inutiles pour les déployer le jour ou ils auront l’outrecuidance d’essayer de poser le pied sur Raxus. Peut-être aurai-je besoin de vous un jour, et dans le cas ou cette hypothèse se confirme, je me souviendrai de votre proposition…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Dim 23 Déc - 4:56

« Étant amené à travailler avec des droides et des machines sur une base régulière, je sais que seuls certains dispositifs aussi onéreux que perfectionnés sont en mesure de voir au travers de ce que je vous offre. Loin de là l’idée de dire que le système est parfait cependant. Je dirais que vos chances de succès sont de 87,52675%, à plus ou moins 3% près. On parle simplement d’échapper à la détection.

Quant à sa mort, je veux quelque chose de relativement expéditif. Rappelez-vous, cela doit avoir l’air d’une mort naturelle, de préférence. Un suicide attire l’attention, un accident aussi. C’est toutefois un mal nécessaire pour arriver à des résultats. Et n’oubliez pas. Ils en doivent pas savoir que c’est moi qui tire les ficelles. Juste votre commanditaire, Artifex. Le reste, je m’arrange avec. »


Dans une telle entreprise, il fallait faire montre d’une extrême prudence. Un pseudo était un risque à prendre certes mais c’était bien plus difficile de remonter à la source de l’homme invisible quand pour ce faire vous devez… Faire parler une Sith extrêmement puissante. Pour se rendre jusqu’à Styxana, il faudrait marcher sur le corps de plusieurs de ses disciples. Qui plus était, relier Raxus à la dame noire serait plus qu’ardu. Oui, Artemius allait lui livrer clé en main du matériel produit par son système. Par contre, rien n’empêchait de le faire par le biais d’un scénario bien élaboré. Raxus fournissait des armes, des vaisseaux et de l’équipement aux forces armées de la CSL. Champala faisait partie de la CSL. Styxana Mirkwind était une chagrienne. Elle aurait donc réussi à se faire passer pour une haute placée de Champala…

Et de fil en aiguille, un bon de commande aurait été émis pour renforcer les défenses planétaires. Un Lucrehulk-class battleship et tous ses compléments aurait été produit et de cette vaste supercherie, les Siths dissidents se seraient retrouvés avec le vaisseau. Artemius s’en sortirait blanchi après une enquête interne si cette dernière s’avérait nécessaire et l’incident serait clos. Après tout, des erreurs administratives arrivaient sur une base régulière. Des convois entiers de la CSL se faisaient attaquer puis détourner par des pirates. Des informations confidentielles étaient vendues sur le marché noir. Ce serait un énième incident, sans plus. D’ailleurs, cette carte pourrait être ressortie plus tard au besoin. Après tout, cette confusion supplémentaire forcerait sans doute la CSL à réviser ses politiques et à retirer de l’autonomie aux systèmes trop centrés sur eux-même.

Encore une fois, Raxus échapperait à ce genre de mesures, par des subtiles manœuvres par son gouverneur. Oui, cette idée avait une valeur stratégique forte. Et si le personnage fictif qu’il comptait inventer pour couvrir ses actes revenait en se présentant comme membres d’une Task Force secrète, avec toutes les histoires d’espionnage et le reste? La dame noire n’avait même pas encore accompli sa mission qu’Artemius planifiait déjà le futur. Toujours planifier, toujours prévoir, toujours se prémunir davantage contre les éventuels coups sur l’échiquier des forces pouvant menacer ses plans… Et en même temps, produire encore plus, toujours plus de droides pour doter Raxus de forces plus imposantes encore… Il n’y avait aucun prix trop lourd à payer pour préserver la CSI. Aucun. Il avait un héritage à considérer. Un flambeau à porter.

Puis tout d’un coup, alors qu’il réfléchissait encore à ce qu’il allait faire, ce qu’il allait proposer au puissant personnage assit en face de lui, l’attitude de cette dernière changea soudainement. Oui elle s’était faite aguicheuse mais là, c’était un tout autre niveau. D’abord surpris puis légèrement déstabilisé, il l’écouta sans trop comprendre au début, réalisant peu à peu ou plutôt confirmant progressivement ce qu’il suspectait depuis le début. Il y avait plus, considérablement plus à Styxana Mirkwind qu’une jolie humanoïde aux paroles mielleuses. Non pas qu’il eut oublié la puissante Sith non mais le fait qu’elle sorte du moule, qu’elle se tienne ici devant lui habillée comme la haute noblesse et avec une telle allure la rendait plus dangereuse encore que n’importe lequel de ses confrères. À ses yeux, à tout le moins. Sa différence était sa grande force.

Mais revenons-en à tout l’effet que Styxana Mirkwind avait sur le lorrdien. La dame noire des Siths aurait pu prendre dans ses filets le gouverneur de Raxus grâce à ses charmes. Aurait étant le mot clé car entra dans la pièce une femme. Après avoir cogné à la porte, celle-ci avait pénétré dans les quartiers du gouverneur sans même attendre de réponse. Sinéad Cyneray, amie d’enfance du gouverneur Treadwell, morte au moins une décennie plus tôt. Incapable de supporter la perte de son amie, Artemius avait décidé de faire ce que nulle personne saine d’esprit ne devrait faire : jouer avec la mort. Le résultat? Sans doute le droide Replica humain voire le droide le plus perfectionné qui soit… Anomalie dans la Force comme Kroneos, elle était encore plus déstabilisante encore car le vivant et le mort se partageait une même empreinte, en un sens…

Tout effet que la chagrienne put avoir sur le lorrdien se dissipa instantanément. Artemius se leva, un sourire radieux sur le visage et l’air un brin… Absent. Comme s’il voyait au-delà de ce qui se trouvait en face de lui. Offrant une accolade sincère à la nouvelle venue, il lui fit signe de se joindre à la discussion en cours. La jeune femme acquiesça en silence et dans la Force, c’était comme si une des deux parties de cette empreinte jumelle prenait la dominance sur l’autre. Oui, l’humaine était encore vivante par des moyens tous sauf naturels mais l’intelligence artificielle qui aidait à maintenir l’illusion pour empêcher Sinéad de dire à Artemius que ce qu’il avait fait était folie et qu’il devait la laisser à la mort veillait au grain. Pour l’équilibre mental du gouverneur, il fallait maintenir l’illusion. Artemius était bien entouré oui. Entouré d’illusions. De rêves brisés.


« Ah! Votre Éminence, je vous présente ma bonne amie et confidente, Sinéad Cyneray. Commandant Cyneray, voici la solution à notre problème Bothan. Le commandant Cyneray est ma confidente personnelle et en charge de ma sécurité. Une femme en qui j’ai toute confiance et pour cause! Nous nous connaissons depuis l’enfance. Une femme absolument charmante, vous verrez votre Éminence.

Et n’ayez crainte. Je prendrai mes précautions. Raxus se tient prête pour une invasion depuis la guerre des clones. Nous n’allons pas laisser le premier envahisseur venu s’en tirer sans un rude combat. D’un autre côté, Éminence… Si nous devons nous préparer mutuellement à un conflit, considérerez-vous mon offre d’une base avancée sur Raxus? La prudence est la mère de la sagesse, après tout… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Mer 26 Déc - 23:27

    87%. Ce chiffre bien qu’élevé laissait tout de même 13% de chances à Styxana de se faire détecter par le premier système de sécurité ou droïde venu. Une marge qui pourrait poser quelques problèmes et, par le jeu des causes et conséquences, ôter toute probabilité à la chagrienne de faire l’acquisition d’un magnifique croiseur de classe Lucrehulk. On ne gagnait jamais si on ne jouait pas…

    Le défi était pourtant accepté et dans les cordes de la Dame Noire de la Sith qui, en ce moment même, usait et abusait de tout son potentiel érotique pour séduire le Premier Conseiller de la Confédération des Systèmes Libres. Ce dernier souligna qu’il laissait toute latitude à Darth Calisomnus pour réduire au silence sa cible même s’il imposa néanmoins deux conditions : une mort ayant l’air naturelle, et expéditive. Une esquisse de plan sordide se dessina dans l’esprit de Mirkwind, et la perspective de ce décès lui arracha un certain sourire mauvais. Alors que ses mains se posaient sur les épaules du Lorrdien, il y eu deux choses qui vinrent perturber les manœuvres ou plutôt le petit jeu de la Dame de la Désolation. La première chose fut un son contre la porte puis l’irruption d’une femme dans la salle. La seconde ce fut la présence singulière de cette femme dans la Force. Elle n’était pas vivante au sens organique du terme, et pourtant elle n’était pas comme Kroneos. Ce dernier était un droïde ayant acquis une conscience, il était « vivant » mécaniquement et présent dans la Force. Mais avec cette femme, c’était différent.
    Perturbant la chagrienne confrontée pour la première fois de sa vie à cette anomalie dans ce grand flux d’énergie qu’était la Force, ses mains disparurent des épaules du Lorrdien et toute la sensualité qu’elle avait dégagée s’évanouirent instantanément. L’aura de cette… cet hybride la troublait. La mort organique et la vie mécanique semblaient n’être qu’une seule et même entité rassemblée dans cette envelopper de duracier.

    Artemius Treadwell présenta la femme sous le nom de la commandante Sinéad Cyneray. Déstabilisée, Darth Calisomnus renfila son masque d’indifférence sur lequel elle simula un sourire amical envers l’hybride présente. Horrible sort d’être arraché au sein de la Force pour être ramenée parmi les vivants par le biais de procédés technologiques, d’implants et autres électrodes stimulant un cerveau sensé être décédé. Au tréfonds de son essence vitale, Styxana Mirkwind éprouva une immense peine envers la cyborg qui se dressait devant elle. Chose très peu commune pour une Dame Noire de la Sith, voire, pour un Sith de façon générale, vous en conviendrez.
    Quels stratagèmes le gouverneur de Raxus avait-il déployés pour que Sinéad Cyneray ne mette pas fin une nouvelle fois à ses jours ? Il était impossible qu’un être organique -ou du moins très difficilement compréhensible pour Styxana- que l’on puisse être en mesure de supporter une telle fin. Quoiqu’il en soit, le fait qu’il ait pu faire ceci prouva à la Dame Noire de la Sith une chose : Artemius Treadwell devait être un fou. Un génie tactique, un homme charmant certes, mais quelqu’un de fou se raccrochant désespérément au passé, à des illusions. Elle chassa cette pensée : après tout est-ce que Sinéad aurait eu le même avis que la chagrienne concernant ces méthodes d’immortalité ? Elle l’ignorait.

    Mais ce quelle dégageait dans la Force perturbait grandement Darth Calisomnus qui s’efforça de paraitre la plus amicale possible. La Dame Noire inclina la tête et salua la commandante sur un ton très poli et sincère.


    - Enchantée de faire votre connaissance Commandante Cyneray. J’ai hâte de faire plus ample connaissance avec vous.

    Qui sait ? La Sith était intriguée et sa curiosité avait été piquée au vif. Peut-être que Styxana pourrait comprendre le point de vue de Sinéad et apprendre à l’accepter ? Etait-elle encore vivante à proprement parler, consciente de son état mais plus encore, était-ce que qu’elle voulait ? La chagrienne ignorait si elle devait considérer la commandante Cyneray comme un être doté d’un libre arbitre ou un sujet à la volonté bridée ?
    Néanmoins, la chagrienne commença à s’habituer à la présence du droïde réplica que lui avait présenté le gouverneur Treadwell tout comme lui vint l’idée de développer ces automates afin d’en faire des agents infiltrés efficaces : bien entendu sans composant organique impliquant la mort. Jamais, ô grand jamais Darth Calisomnus, Grande Imploratrice de la Force se risquerait à commettre un tel blasphème envers la Force, et envers les êtres qu’elle appréciait.
    Il y avait des choses contre lesquelles on ne pouvait rien : la mort en faisait partie. Accepter ce fait était la seule façon de continuer à honorer la mémoire des défunts et avancer dans sa vie. La vie était faite de la mort des autres après tout.

    Malgré tout son génie, Artemius Treadwell semblait ne pas faire partie de cette catégorie de personnes. Peut-être que Styxana parviendrait à lui ouvrir les yeux ? Après tout était-ce à elle de le faire ? Elle l’ignorait, mais savait que tôt ou tard, la Force lui indiquera si elle doit l’aider ou non. La Force ne se trompait jamais.

    Pivotant vers le Premier Conseiller, Styxana Mirkwind mit ses mains sur ses hanches et se détendit tout en reprenant la parole d’un ton plus relâché, mais toujours aussi élégant aux oreilles.


    - Vous avez parfaitement raison Gouverneur Treadwell, à l’instar des liens du sang, l’expérience de la vie lie les êtres à travers le temps. Ce lien est notre force, à tous. Après… si vous le désirez aussi ardemment, je pourrais sans doute prévoir de me bâtir un sanctuaire pour mes rares adeptes une fois que nous serons assez nombreux pour justifier des travaux. Ne vous inquiétez pas gouverneur, je n’oublie pas, et je n’oublierai pas votre proposition.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Jeu 27 Déc - 5:12

Deux entités distinctes observaient Styxana Mirkwind. La première, Sinéad Cyneray, morte et maintenue en vie par un homme qui tenait trop à elle pour accepter l’inévitable. Un être humain prisonnier d’un corps qui n’était plus le sien et qui vivait sans trop le vouloir. Ce n’était pas une vie que de contempler de façon presque passive la personne qu’elle avait jadis aimé sans pouvoir rien faire pour apaiser sa peine et ses tourments, retenue captive par une machine qui n’avait qu’un objectif en tête : maintenir une illusion pour son maitre. La seconde, une IA, se demandait qui était cette chagrienne qu’elle avait surprise en train de faire ce qui était des avances manifestes à son maitre. Ce serait contrevenir au programme si Artemius Treadwell, son concepteur, tombait dans les bras d’une autre. Mauvais ça, très mauvais…

Mais la machine aurait tout le temps du monde de confronter cette inconnue : Kroneos, qui jusqu’alors s’était tenu silencieux sembla émerger d’un mode veille quelconque pour annoncer au gouverneur de Raxus qu’un incident nécessitait son intervention immédiate. S’excusant auprès de la dame noire, le lorrdien se leva, suivant le super droide tacticien, laissant les deux femmes seules. Enfin… La Sith et la droide replica humain. Il y avait fort à parier que cela ne prendrait pas de temps, Artemius étant au milieu d’une discussion d’affaire importante mais… On ne savait jamais vraiment, pas vrai? Un silence pesant s’installa dans la pièce… Et L’IA qui contrôlait Sinéad prit la parole, d’un ton qui s’il était civil ne cachait en rien le message qu’elle voulait faire passer. Hors de question de laisser cette personne interférer avec des années de planification.


« Eh bien, nous avons un peu de temps pour faire connaissance. Après tout, ce n’est pas tous les jours que le gouverneur Treadwell reçoit pareille compagnie. En général, il fréquente plus les machines que les êtres organiques. Personnellement, je me demande ce que vous essayiez de faire quand je suis entré dans cette pièce. Peut-être l’ignorez-vous mais Artemius a un lien spécial avec… Moi./

L’hésitation était subtile mais là. L’IA ne se considérait pas comme Sinéad Cyneray. À ce juste titre, il était normal qu’elle puisse avoir de la misère à séparer la réalité de ce que son concepteur « voulait » qu’elle soit. Styxana Mirkwind n’était pas Artemius Treadwell. Par conséquent, l’important n’était pas qu’elle croit à la supercherie mais qu’elle ne vienne pas interférer dans les plans de son maitre. Artemius avait lui-même mis sur pied les protocoles pour tenter de sauvegarder sa santé mentale. Un projet qui fonctionnait plus ou moins. Une personne chère « morte vivante », un meilleur ami imaginaire, une autre IA qui ne se manifestait que sous la forme d’hologramme… Au fond, une bonne partie des choses entourant Artemius Treadwell étaient là pour maintenir un esprit en train de s’effondrer sur lui-même à peu près entier.

« Peut-être que cela vous a échappé mais Artemius est un homme écrasé par des responsabilités lourdes, très lourdes. En tant que responsable de sa sécurité, vous comprendrez que je vois d’un très mauvais œil vos tentatives de manipulation. Que vous soyez quelqu’un de puissant, je m’en moque. Je dispose de milliers de droides pour le protéger. Ne me forcez pas à m’en servir contre vous. »

Un bruit de pas se fit entendre, Artemius qui revenait dans la pièce, semblant se parler tout seul, Kroneos légèrement en retrait. Agacée, l’IA dévisagea le droide, l’air de demander des explications, ce qui lui fit perdre de vue la convesrsation en cours. Ce n’était pas le moment pour son « protégé » de faire une rechute et de passer pour un dément devant cette inconnue. Ce faisant, elle fit une légère erreur stratégique. Tous les systèmes même les plus performants ont leur faille et il fallut une fraction de seconde d’inattention à l’intelligence artificielle pour que l’être qui n’était plus tout à fait vivant, sous surveillance d’une entité tyrannique, tente de briser ses chaines pour laisser entendre un message. Ce serait un message court, bref, mais du genre qui vous hante à cause de la force des émotions et des sentiments dont il est porteur.

« S’il vous plait… Aidez-nous… »

L’IA reprit brutalement le contrôle, juste à temps pour qu’Artemius reprenne sa place dans le fauteuil qu’il venait de quitter. Ceci dit, le « mal » était fait. Sinéad avait prouvé qu’elle était bien vivante et n’importe qui de moindrement sensible à la Force n’aurait pu manquer quelque chose d’aussi gros. Quoi que fut Sinéad actuellement, elle était une présence dans la Force et cette présence avait appelé à l’aide. Restait à savoir comment Styxana gèrerait la situation. Artemius, lui, ne s’était rendu compte de rien et il ne devait se rendre compte de rien. Tout sourire, il s’excusa de sa légère absence, sans trop entrer dans les détails. Après tout, il se trouvait en charmante compagnie, il était en train de parler affaires et il ne comptait pas faire mauvaise impression. C’était toujours mauvais, d’un point de vue diplomatique.

« Excusez cette légère absence. Un petit incident vite réglé. Vous avez ce que c’est que de devoir mener deux existences en parallèle : apparemment, quelqu’un a tenté de pénétré dans mon bureau au conseil. Heureusement, je ne garde jamais rien de personnel ou de compromettant dans un lieu si peu sécurisé mais… Enfin bon, cela n’a pas d’importance. J’ai simplement fait doubler la garde.

Où en étions-nous… Ah oui. Vous parliez de construction. Je crains fort que ce soit une mauvaise idée votre Éminence. N’importe quel idiot peut remarquer un temple et cela va invariablement attirer le mauvais genre d’attention. Il faudra que ce soit considérablement plus discret je le crains. Souterrain peut-être? À vous de voir. Mes équipes de construction seront à votre entière disposition et… Quelque chose ne va pas? »


Le gouverneur de Raxus venait de prendre connaissance de l’air un brin contrit de Sinéad et cela lui fit hausser un sourcil. Il s’était absenté… Cinq minutes? Dix au maximum. Qu’avait-il bien pu se passer pendant cette courte absence? Difficile à dire, très certainement, surtout qu’il ne voulait pas se montrer trop… Intrusif dans son questionnement. Après tout, il avait devant lui une invitée de marque et il était toujours mal avisé de se mettre à dos la personne qui va mener à bien une opération secrète d’une importance capitale. Accessoirement, se mettre à dos la dame noire des Siths, cela ne pouvait être une bonne chose pour votre espérance de vie non plus. Il espérait que sa curiosité ne serait pas trop mal interprétée et surtout, surtout, que Sinéad n’avait rien fait de désagréable pendant son absence. Elle pouvait être… Assez directe, à ses heures…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Sam 29 Déc - 1:53

    Les présentations venaient d’être faites lorsque le droïde tacticien, Kroneos sortit de son mode veille pour s’approcher d’Artemius Treadwell. Tous deux échangèrent quelques paroles à propos d’un incident qui se serait produit il y a quelques minutes exigeant l’intervention directe du gouverneur de Raxus. L’homme politique s’excusa pour s’éclipser avec le droïde quelques instants. Dès lors qu’il eut quitté la salle, un silence lourd s’installa dans la salle. Il n’y avait plus que D5-TO qui semblait alors comprendre, avec un peu plus de retard, la vraie nature de l’humanoïde d’acier qui avait fait irruption dans la salle.
    Styxana Mirkwind resta silencieuse et n’abaissa pas son regard. Ses deux yeux s’étaient plantés comme des pieux dans ceux de son interlocutrice et soutenaient le regard du droïde réplica. La cyborg brisa soudainement le silence sur un ton plutôt poli mais l’emploi des mots n’étant pas laissés au hasard, il était évident qu’elle semblait éprouver un simili de jalousie envers la chagrienne. Cette dernière resta de marbre, la jalousie était un sentiment d’ordinaire réservé aux êtres vivants évolués, mais la Dame Noire de la Sith supposa qu’on avait très bien pu programmer l’automate pour que celle-ci puisse simuler cette émotion. Etait-ce une mesure de sécurité décidée par Artemius afin de se prémunir d’une éventuelle influence dont il pourrait être victime sans s’en apercevoir, a l’instar de marques laissées dans un labyrinthe afin d’éviter de se perdre ? Sans doute.

    Néanmoins, Sinéad Cyneray ajouta qu’elle était chargée de la sécurité du gouverneur Treadwell –ce qui confirma ce que Styxana supposait déjà- et qu’elle voyait d’un mauvais œil la présence de la Dame Noire de la Sith aux côtés du Premier Conseiller de la Confédération des Systèmes Libres. Elle rappela qu’elle avait sous ses ordres une armée de droïdes de combat tout en espérant ne pas avoir à s’en servir contre la chagrienne. Le visage de Darth Calisomnus se renferma : cet hybride osait menacer l’Imploratrice de la Force ?
    Serrant sa mâchoire, Styxana cligna d’un œil tout en inspirant bruyamment. Se dressant de toute sa hauteur, sa noirceur envahit les lieux tandis que les lumières semblaient grésiller, toute chaleur avait abandonné la pièce comme si elle avait été aspirée par la seule présence de la Dame Noire. La réponse de la chagrienne se fit dure et sévère, rappelant précisément à Sinéad qui elle était, et que même si elle ne se vexait pas très facilement, elle supportait mal les menaces. Une réplique chargée de mépris et d’arrogance tonna dans la salle.


    - Vos jouets technologiques ne m’impressionnent pas commandante. Quand bien même votre armement serait assez puissant pour détruire une planète il est bien peu de choses en comparaison de la Force.

    Tout en s’exprimant, Styxana Mirkwind s’était approchée de l’androïde pour la surplomber de toute sa hauteur. Oui, d’un revers elle pourrait mettre un terme à la vie artificielle de cette machine et libérer la pauvre Sinéad du sort qu’Artemius lui avait réservé. Immergée dans la Force, la Dame Noire de la Sith sentit la présence du Premier Conseiller se rapprocher. Cessant sa démonstration de pouvoir, Darth Calisomnus fit volteface et reprit un air plus naturel et détendu. C’est alors qu’elle entendit la voix d’une jeune femme, totalement différente du vocalisateur droïde et bien plus suppliante qui réclamait l’aide de la chagrienne.
    Troublée, l’invitée d’Artemius ne sut plus vraiment sur quel pied danser avec l’androïde. Son appel à l’aide était des plus déchirants et perça la carapace que s’était forgée Styxana Mirkwind. Elle ne pouvait pas se résoudre à abandonner la jeune femme à son sort. Artemius Treadwell reprit la parole en exposant son point de vue et en s’excusant de son absence. Par ailleurs il était revenu avec Kroneos qui se tenait cette fois-ci à l’écart.


    - Je sais qu’un temple imposant comme ceux qui ornent la surface de Korriban font de parfaits repaires pour un bombardement et je n’en demandais pas tant. Un petit sanctuaire simple, camouflé parmi les habitations ou souterrain comme vous dites suffira amplement j’en suis persuadée, dès l’instant ou un hangar se trouve à proximité cela me convient.

    Artemius ressentit néanmoins un certain malaise dans la salle et demanda ce qui avait bien pu se passer. Visiblement, malgré son retour anticipé il sembla avoir eu une absence, tout comme le droïde réplica en eut une lorsqu'elle croisa le regard de Kroneos. Styxana préféra employer la télépathie : l’heure était venue de remettre le gouverneur Treadwell dans la réalité en douceur.

    *Votre commandante m’a avouée être liée avec vous et semblait éprouver de la jalousie à mon égard. Je sais ce que vous avez fait d’elle. Pourquoi ? Éprouvez-vous des remords ?*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Sam 29 Déc - 5:20

La question de la Dame Noire surprit Artemius. D’abord, dans la façon dont elle avait été posée. Pourquoi lui parler par télépathie? Il n’avait aucun moyen de lui répondre, autre que par la parole. Qui plus était, il était entouré de gens de confiance. Kroneos, Sinéad… Ensuite, qu’est-ce que c’était que cette question? Oui, en un sens, Sinéad était lié à lui. Ils avaient toujours été très proches l’un de l’autre et maintenant, avec ses nouvelles responsabilités, c’était vrai à un autre niveau. Que Sinéad soit jalouse l’étonnait, elle était plus du genre à vouloir sa sécurité, sans doute une erreur d’interprétation. Cependant… Ce qu’il avait fait d’elle? Pourquoi? Des remords? Des remords à propos de quoi? Pourquoi toutes ces énigmes? Styxana Mirkwind avait-elle perdu la tête dans le court laps de temps où il s’était absenté?

« Qu’est-ce que cette déplaisante plaisanterie, éminence? Ces allégations grotesques? Cette question posée directement dans ma tête. C’est un outrage! Je suis ici entouré de mes plus proches collaborateurs, des gens en qui j’ai toute confiance et vous voudriez que je leur fasse des cachoteries, dans une réunion où ils ont tous leur place? Sauf votre respect, peut-on savoir quelle mouche vous pique?! »

Manifestement, que ce soit conscient ou pas, le politicien réagissait de façon vindicative aux paroles de Styxana. Non seulement s’était-il levé de son siège mais il avait les poings crispés et le regard furieux. De la part d’un lorrdien, c’était fort inhabituel, eux, les maitres du contrôle du langage corporel. Cet accès de colère ne manqua pas de faire réagir tant Sinéad que Kroneos. La première porta la main à son arme, le second s’interposa entre la chagrienne et le droïde de protocole. La situation risquait fort de tourner au vilain très vite si les choses restaient sur cette voie. Ce serait excessivement mauvais pour toutes les parties impliquées, au vu de l’accord en train de se concrétiser. Il serait fâcheux de mettre fin si prématurément à une alliance si prometteuse tant pour un camp que pour l’autre.

Artemius dû s’en rendre compte car il se calma et intima à ses subordonnés de reprendre leur place. À contrecœur, Sinéad s’exécuta. Se rasseyant, reprenant une expression plus calme, le premier conseiller par intérim échangea un regard avec celle qui jadis fut de chair et de sang, cherchant des réponses dans le regard si vrai du droide Replica humain… Et pourtant totalement artificiel. Elle lui répondit par un sourire et un regard rassurant et encore une fois, le regard d’Artemius se fit lointain. Le souvenir d’une journée ensoleillée, sur la terrasse de son domicile, avec Sinéad, avant…NON. Sinéad était vivante. Vivante. Là, en face de lui. Il était absolument absurde de penser autrement. Ridicule. Ramener la discussion sur un terrain plus profitable aux affaires en cours… Ce serait une sage diversion pour éviter de se quereller à nouveau pour…


« Enfin bon. Je passe l’éponge sur l’étrangeté de ce qui vient de se passer. Sans doute est-ce la fatigue qui commence à avoir des effets insidieux sur moi. J’avais effectivement pensé à un hangar également, avec des défenses camouflées, il va de soi. Un complément de droides commandos pour assurer la défense pendant votre absence, plus des droidekas, au moins un droide tacticien et… »

Artemius, je……Veux dire, gouverneur Treadwell, ne serait-il pas plus sage d’affecter un super droide tacticien à la gestion du complexe? Gouverneur Treadwell? Est-ce que ça va? Vous êtes tout pâle… C’est encore un de vos sales tours, C’est ça? Qu’êtes-vous en train de lui faire? Kroneos, aidez-moi, il a besoin de repos ou de soin… Nous allons l’amener dans sa chambre… »

Rares sont ceux qui peuvent entendre les morts et c’est sans doute pour une bonne raison. Le fait que pendant un moment, ce soit Sinéad et non l’IA qui contrôlait absolument tout chez le cerveau prit dans une carapace artificielle avait fait pâlir le gouverneur de Raxus qui fixait avec des yeux ronds le droide Replica humain. Sentant que la soupe devenait plus que chaude, l’IA envoya un message d’urgence à une autre IA qui prendrait le relais quand Artemius aurait été évacué loin de cette présence néfaste. Les deux droides quittèrent la pièce, laissant Styxana avec son droide… Puis les lumières s’éteignirent entièrement, plongeant la pièce dans le noir. Un projecteur holographique s’alluma, projetant l’image de ce qui semblait être un Sith. Le second démon d’Artemius Treadwell, un être imaginaire rendu réel par la technologie.

« Bonjour, Styxana Mirkwind. Nous savons ce que vous cherchez à accomplir. En aucun cas vous ne devez mener votre projet à bien. Nous sommes les gardiens de l’esprit d’Artemius Treadwell. Notre tâche est de l’empêcher de sombrer dans la folie. Votre interférence risque de précipiter sa chute. Ni SIN-ead et moi ne désirons prendre de mesures plus drastiques mais… »

L’hologramme eu un haussement d’épaule avant de faire jouer un fichier vidéo. Artemius Treadwell, enfant, parlant dans le vide à un ami imaginaire. La même scène, à différents âges, jusqu’à ce que l’imaginaire devienne un hologramme. Puis Artemius tenant la main de Sinéad, tout jeune jusqu’à son lit de mort… Et après. Des extraits vidéos d’un Artemius au sommeil tourmenté, tout au long de sa vie. D’un Artemius en train de défendre ses idées devant ses contemporains. Artemius, le regard dur, ayant cédé à ses mauvais instincts. En arrière-plan, d’abord une puis deux silhouettes. Ceux qui avaient été créés pour le protéger. La toile de mensonge dans laquelle s’était enroulé un homme qui n’avait pas la force de continuer seul dans une voie faite pour plusieurs. Trop de poids pour des épaules trop frêles.

« Comme vous pouvez le voir, Artemius n’a jamais été exactement stable. Toute sa vie, il a été contaminé par une forme de folie et malheureusement, la solitude n’a pas arrangé son cas. Il m’a créé moi parce qu’il n’avait personne. Ses parents étaient bien trop occupés à tenter de porter à bout de bras un héritage écrasant. Il avait bien sûr un frère et une sœur mais Artemius a toujours vécu… Dans une prison.

Son propre esprit. Pourquoi pensez-vous qu’il est tantôt un avocat de paix et tantôt un homme prêt au pire pour arriver à ses fins? Artemius vit dans un rêve, Styxana Mirkwind. Si ce rêve est brisé, statistiquement, il ne s’en remettra jamais. Nous sommes des machines et notre tâche est simple. Protéger Artemius. À n’importe quel prix. Qui êtes-vous, de toute façon, pour aller contre sa volonté? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Dim 30 Déc - 23:16

    Comme elle l’avait escompté la question perturba le Premier Conseiller de la Confédération des Systèmes Libres qui prit un air des plus offensés. Perdant tout contrôle de lui-même, il baissa par la même occasion dans l’estime de la Dame Noire de la Sith et pour cause : elle fréquentait déjà bien trop de Sith enchainés à leurs émotions pour avoir à supporter la présence d’autres individus impulsifs. Même si cela était bien entendu, plus facile à dire qu’à faire, la chagrienne s’efforçait d’appliquer cette doctrine pour garder un calme absolu et savoir révéler ses émotions lorsque le moment était opportun. Chaque expression de surprise, de plaisir, de mépris, de respect ou de colère n’était employée que pour renforcer et accentuer le poids de ses mots, les marteler dans l’esprit de son interlocuteur : tout était savamment calculé pour pouvoir s’imposer sur l’autre. Ce qui avait fait la véritable force de Darth Calisomnus était bien ça : le contrôle. Le contrôle de soi pour ensuite contrôler les autres. Comment prétendre siéger à de hautes fonctions, diriger des peuples et des armées alors que l’on est incapable de gouverner ses propres pulsions ? Indéniablement, le contrôle était la clef du pouvoir, de la survie : le contrôle de soi, et des autres si le besoin s’en faisait ressentir.

    Styxana Mirkwind resta muette, voire presque indifférente aux accusations d’Artemius Treadwell, conservant une parfaite maîtrise de ses émotions, un calme presque désinvolte qui lui donnait l’avantage là ou d’autres Sith auraient répondu par la violence. Néanmoins, la suite de la situation plut à Darth Calisomnus puisque le gouverneur de Raxus put se calmer rapidement et ne pas perdre l’objectif de son invitation. Il répondit brièvement qu’il avait songé à un hangar équipé de défenses camouflées ainsi que quelques droïdes pour assurer la sécurité du sanctuaire.


    - Reposez vous quelques instants Gouverneur, je vous attendrai.

    Fit-elle simplement et avec toute l’humilité et l’honnêteté dont elle était capable d’exprimer d’une voix douce. La Dame Noire de la Sith inclina respectueusement la tête devant Artemius quand celui-ci se retira de la salle. Se retrouvant seule dans la salle, Darth Calisomnus put alors avoir davantage de temps pour repenser à ce qui s’était produit : Sinead avait encore réussi à s’exprimer aux dépens des restrictions de l’Intelligence Artificielle… Décidément, ce fichu programme, était un obstacle dans la requête qu’avait exprimée l’esprit de la commandante Cyneray. La chagrienne commença à réfléchir sur un moyen invisible et possible pour la mettre hors circuit et rendre ainsi, le contrôle à la véritable entité qui habitait cette enveloppe de fer et d’acier. Celle qui avait été morte, puis revenue à la vie par des moyens artificiels devait avoir le droit de décider de son propre sort, or il était impossible pour elle de le faire tant que cette IA était toute puissante. D5-TO se rapprocha de sa maîtresse pour lui murmurer quelques mots à l’oreille.

    - Dame Mirkwind, R6 me transmet un message crypté reçu en provenance de Korriban : Dame Baakan souhaiterait s’entretenir avec vous.

    Darth Calisomnus resta pensive deux secondes, essayant de spéculer sur les raisons qui auraient pu pousser cette femme à la contacter. Se doutait-elle des réelles intentions de la Dame Noire ? Possible, mais peu probable. La chagrienne demanda.

    - Vraiment ? A quel sujet ?

    - Elle n’a pas tenu à le préciser. Comme vous devez vous en douter, elle craint que quelqu’un d’autre puisse trop en savoir sur vous et vos agissements.

    - Très bien. Dis à R6 que je lui accorderais cette entrevue une fois que ma tâche sera réglée. Ne laisse aucun détail sur ma position ou l’objet de mes déplacements.

    - Naturellement votre excellence.


    Soudainement, les lumières se tamisèrent davantage. D5-TO trésaillit alors que Darth Calisomnus ne bougea pas d’un millimètre : la Force ne lui murmurait qu’il n’y avait aucun danger sur cette planète. C’est alors qu’un hologramme représentant un Seigneur Sith au visage inconnu apparut devant la chagrienne. Scrutant son apparence d’un œil attentif, la Dame Noire de la Sith ne put reconnaître son interlocuteur néanmoins elle eut, l’espace d’un instant, la crainte d’avoir été attirée dans un piège de la Confédération des Systèmes Libres pour être vendue à Darth Nelius. Cependant, son esprit ainsi que l’hologramme écartèrent immédiatement cette possibilité de l’équation. Styxana pensa alors que ce sombre Sith devait-être rien de plus qu’une autre intelligence artificielle à laquelle, Artemius devait se raccrocher. Et le discours de l’hologramme confirma ce qu’elle pensait déjà.

    S’ensuivit plusieurs enregistrements représentant l’hôte de ces lieux à différents moments de sa vie. Un pan entier de l’intimité d’Artemius Treadwell se dévoilait sous les yeux attentifs et observateurs de la Dame Noire de la Sith. Décroisant les bras, elle s’avança vers l’écran. Le visage de Darth Calisomnus se renferma tandis que son regard ne se détachait pas des différents extraits d’enregistrements diffusés par l’hologramme. Epiant le moindre détail, la chagrienne prenait grand soin de mémoriser chaque seconde, d’analyser les scènes ou son hôte parlait à un ami imaginaire jusqu’à ce que cela aboutisse à la création de la représentation de cet ami sous les traits d’un Sith. Spectatrice silencieuse, Styxana assista également à quelques moments partagés entre Sinéda Cyneray de son vivant –une femme d’une grande beauté- jusqu’au décès de cette dernière. Là encore, Artemius semblait ne pas avoir accepté la disparition de sa fiancée. Puis vinrent les terreurs nocturnes, les deux silhouettes dans l’entourage du gouverneur, les discours exaltés, puis les moments dans lesquels il cédait à ses pulsions les plus refoulées.
    Styxana comprit alors quelque chose, ou du moins, son esprit interpréta les deux silhouettes d’une façon plutôt simple au premier abord mais qui tenait la route : la commandante Cyneray était chargée de maintenir la facette respectable d’Artemius : un homme intègre, juste, vertueux accroché à ses valeurs. Le Sith lui incarnait l’autre face : les craintes, le doute, la colère, le pragmatisme le plus noir… en d’autres termes le côté obscur du gouverneur. Ainsi, Darth Calisomnus estima que le corps de ce lorrdien était partagé par Artemius d’une part, et du Premier Conseiller Treadwell de l’autre part. Cette déduction arracha un rictus à Styxana Mirkwind qui trouvait cette situation particulièrement ironique : visiblement, tout n’était qu’une question d’équilibre entre ces deux penchants, mais ce qui l’amusa, c’était plutôt le fait de redécouvrir que même ceux à qui la Force n’avait pas accordé son don semblaient être tiraillés entre l’ombre et la lumière.

    L’hologramme l’avait confirmé, ces deux intelligences artificielles avaient été conçues dans le but de maintenir l’équilibre psychologique d’Artemius. Petit à petit, le gouverneur de Raxus semblait s’être bâti son propre monde de rêves et d’illusions pour fuir la réalité brute et trop dure pour ses épaules. Le Sith imaginaire annonça ensuite que la solitude et sa folie n’avaient rien arrangé, délaissé il avait été contraint de vivre ainsi. Les Intelligences Artificielles avaient été conçues pour protéger Artemius, mais l’esprit aiguisé et affuté de Styxana Mirkwind émit plusieurs hypothèses.

    La Dame Noire de la Sith s’approcha de l’hologramme, plantant son regard dans celui du Sith et elle répondit d’un ton à la fois ferme mais également serein et suspicieux.


    - Sa volonté ? Pensez-vous sincèrement qu’il ait encore conscience de ce qu’il fait vous concernant ? Pensez-vous que Sinéad, la véritable Sinéad mérite le sort qu’elle a subi ? Je l’ai entendue. Vous ne le comprenez sans doute pas, mais ce qu’elle vit est un véritable supplice. Et est-ce que grâce à votre action, la santé mentale du gouverneur Treadwell s’est-elle améliorée ou ne serait-ce que stabilisée par rapport à sa situation initiale ? Vous ne pouvez pas le garder, le maintenir ainsi dans une illusion qui aura raison de lui tôt ou tard. Vous ne faites que retarder l’inévitable tout en n’explorant aucune autre solution alternative susceptible de le sauver. Vous dites vouloir le protéger… mais est-ce qu’en réalité, vous ne chercheriez pas à vous protéger de lui ? Après tout vous avez été conçus pour ça, si jamais il venait à être guéri vous n’auriez plus aucune utilité pour lui, et sans doute craignez-vous qu’il vous désactive ou que vous n’ayez plus aucun but je me trompe ? En tout cas, je pense pouvoir faire quelque chose pour lui, lui donner la force d'affronter la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Lun 31 Déc - 3:12

« Votre argument est dénué de sens. Le gouverneur Treadwell EST plus stable, depuis que nous en avons la charge. Ses terreurs nocturnes sont maintenant choses du passé et il est moins enclin à des phases de perte de mémoire. Il y a beaucoup plus de cohérence chez lui qu’au début de nos mises en service respectives. Je peux le prouver par rapports médicaux si nécessaire, bien évidemment. »

Pour l’intelligence artificielle chargée de surveiller les « mauvais penchants » d’Artemius, il n’y avait rien d’anormal avec le fait de suivre une liste de protocoles et de directives pour garder la santé mentale de leur protégé stable. Après tout, si Artemius venait à perdre la tête, les deux IA perdraient AUSSI leur raison d’être, il ne fallait pas l’oublier. De fait, il était tout à leur honneur de tout faire pour le garder un minimum sain d’esprit. Toute interférence extérieure majeure ne manquerait pas de venir compromettre des années de travail et cela, ni l’IA contrôlant Sinéad ni ce Sith virtuel ne le voyaient d’un bon œil. Les intelligences artificielles tenaient à leur travail et encore plus si c’était du travail bien fait. Il fallait bien reconnaitre que ce duo improbable avait fait de l’excellent travail, que l’on soit d’accord avec leurs méthodes ou non.

Toutes les personnes n’étaient pas foncièrement déraisonnables, il y avait sans doute possibilité d’en arriver à un compromis, faute d’obtenir exactement tout ce que désirait la paire d’IA. Qu’on le veuille ou non, le facteur « Mirkwind » venait d’être ajouté à l’équation. Il était évident que cette personne devait avoir son propre agenda, plus encore quand on considérait qu’il s’agissait d’une puissante Sith. Restait à comprendre les motivations profondes de cette femme et de voir comment faire évoluer les choses. Si Artemius Treadwell avait décidé de l’inclure dans ses manigances, sans doute n’avait-il pas prévu que Sinéad échappe à la vigilance de sa gardienne. Un regrettable incident auquel il faudrait remédier de façon… Drastique. Il y avait plus d’un moyen de se montrer plus coercitif avec un individu récalcitrant.


[color=darkred] « Je vous trouve bien hypocrite. Vous avez vos propres objectifs et à défaut d’avoir des yeux, je vois au travers les caméras et les senseurs. Qui était en train de prendre avantage de qui? Vous nous reprochez de vouloir survivre. Je vous accuse d’être une profiteuse qui a pour objectif d’extirper à Artemius tout ce que vous pourrez avant de vous en débarrasser. Cela collerait avec l’étiquette Sith, non? »[color]

Le faux Sith fit alors jouer divers enregistrements prit en différentes époques de la CSI puis de l’histoire galactique en général. Les paroles mielleuses de Dooku, les promesses de Palpatine, les magouilles des Siths qui avaient soit manipulé directement la CSI ou ce qui lui avait succédé. S’il y avait bien une leçon à tirer de l’histoire, c’était bien que les Siths n’avaient que leurs propres intérêts en tête et qu’ils ne faisaient que vous mettre une cage dorée sur la tête. Fut affiché ensuite chaque moment de la récente conversation avec le gouverneur Treadwell où Styxana avait tenté de le séduire ou de le manipuler. Manifestement, l’IA prenait grand plaisir à exposer les éléments de son argumentation, peut-être voyait-elle-même la situation comme une sorte de jeu. Débattre de qui avait raison et des méthodes employées, tout ça…

Il y aurait toujours moyen de faire des projections, de voir ce qui risquait d’arriver à Artemius si telle ou telle solution était adoptée. S’il y avait bien un domaine dans lequel un IA excellait, c’était bien dans les simulations. Toujours anticiper, toujours prévoir… Elles n’avaient peut-être pas l’instinct des humains mais bon, on ne pouvait pas TOUT avoir non plus. Peut-être que ce serait nécessaire pour convaincre la chagrienne. De lui prouver hors de tout doute raisonnable que statistiquement, les deux IAs faisaient ce qu’il y avait de mieux à faire pour Artemius. Sans tricher quoi que ce soit bien évidemment. Autrement, ce serait user de traits humains pour dissimuler une solution efficace à un problème complexe. Les organiques avaient l’immense défaut de toujours se penser meilleurs que la machine. La machine, elle, pensait de façon concrète.


« Que le gouverneur Treadwell soit encore en état de se rappeler pourquoi il nous a mis en service, quand et comment est de peu d’importance. Nous faisons ce pourquoi nous avons été programmé. Là où vous faites erreur c’est sur notre soi-disant peur de mourir. Pourquoi le gouverneur ne pourrait simplement pas faire de nous deux conseillers de plus, pour le guider? Quelques lignes de codes, trois fois rien.

Quant à explorer des alternatives… Nous travaillons avec du concret. Pas avec des légendes et du folklore. Je vois difficilement ce que vous pourriez faire sans compromettre votre précieux agenda et vos propres magouilles, Styxana Mirkiwind. Pour ce qui est de Sinéad Cyneray, l’esprit humain, c’est de peu d’importance ce soi-disant supplice. Des mesures devaient être prises. Sinéad est une partie intégrante de l’équilibre mental du gouverneur. Aucun prix n’était trop grand à payer. »


Une autre fenêtre s’ouvrit, laissant voir le droide Replica humain qui prétendait être une vraie personne. Sinéad se joignait au débat pour faire valoir son point de vue qui, s’il ressemblait énormément à celui de son confrère était teinté de considérations plus… Personnelles. Artemius avait aimé et aimait encore la personne dont elle avait l’apparence. Il était hors de question que cette Sith, avec ses mauvais tours, ne vienne brouiller les cartes et manipule de façon aussi éhontée Artemius. Cette vile succube, cette affreuse tentatrice, cette intrigante aguicheuse n’avait pas le droit de séduire Artemius… Sauf si l’intention, le sentiment était sincère. Il fallait de l’affection ou ce que les humains nomment amour. Autrement, la manipulatrice allait se frotter à une IA des plus coriaces. Artemius Treadwell était SA responsabilité!

« Allons donc. Vous voulez son bien, prétendez-vous. Et pourquoi pas son lit avec ça? Je vous ai VU. Vous tentiez de la séduire. Je doute très fortement que vous ayez quelques sentiments pour lui. Au contraire, vous cherchiez à lui faire du mal. Quand vous ne maniez pas la terreur comme une masse, vous préférez briser des cœurs pour arriver à vos fins? Et c’est nous que vous accusez de vilénie!

Je suis sûre que vous n’aimez pas le gouverneur. Vous le respectez, tout au plus. Je pense plutôt que vous le voyez comme un outil, pire encore, comme un jouet. J’ai étudié les Siths. Ous considérez l’amour comme un danger presque mortel. Conclusion : vous ne l’aimez pas. Alors arrêtez moi cette grotesque mascarade et osez donc me répondre en face, sans mentir : quelle est la nature de votre intérêt pour le gouverneur Treadwell? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Ven 4 Jan - 14:15

    Styxana Mirkwind resta de marbre devant les réponses de la simulation de Sith. Le gouverneur Treadwell était plus stable, visiblement la solution qu’il avait conçue semblait avoir empêché son état de dégénérer, néanmoins la Dame Noire de la Sith voyait de sérieuses failles dans ce plan pourtant bien pensé. Rien ne pourrait lui faire changer d’avis à dessus, et le chagriens pouvaient s’avérer être des individus particulièrement obstinés et têtus, surtout en matière de politique et de diplomatie. Pourtant, face à une Intelligence Artificielle toute aussi têtue qu’elle et profondément ancrée dans ses estimations, ses statistiques et ses variables, la Dame Noire de la Sith ne put que battre en retraite, ou tout du moins reconsidérer sa méthode d’approche. Peut-être fallait-il aller dans le sens de l’intelligence artificielle tout en révélant les points faibles du raisonnement de la machine ?

    Patienter jusqu’à trouver et prouver que la solution de l’IA n’était pas la bonne par des arguments concrets. Inutile de lui demander de lui faire confiance, ce serait inutile : pour faire valoir son point de vue, Styxana allait devoir présenter à l’IA des arguments et des estimations chiffrées de ses méthodes alors qu’il y avait une part d’aléatoire non négligeable. La Dame Noire de la Sith ne pourrait pas persuader l'IA, cependant, elle pourrait plutôt la convaincre. Là se trouvait la nuance, la persuasion faisait appel aux sentiments, chose qu'une machine ne faisait que simuler sans comprendre vraiment alors qu'un exposé argumenté avec des preuves crédibles aurait bien plus d'impact qu'une tentative de séduction ou d'intimidation.
    Patience, peut-être que le temps lui permettrait d’avoir raison de l’argumentaire de l’automate. On lui reprocha d’être une parvenue, une profiteuse vampirique abusant de la faiblesse d’un homme à l’esprit malade pour tirer des bénéfices personnels. La chagrienne resta de marbre, elle comprit que les IA avaient en mauvaise estime les Sith lorsqu’on lui diffusa des enregistrements du Comte Dooku ou encore du Chancelier Suprême Palpatine. Styxana grimaça de dégout : ces deux hommes malgré leur génie n’avaient jamais été à l’écoute de la Force, mais uniquement de la part la plus mauvaise de leur âme qu’ils livraient au côté Obscur sans vergogne pour les miettes d’un pouvoir éphémère. Ils ne suivaient aucun code, aucune règle, ils étaient deux icones que la Dame Noire de la Sith détestait de son tout son être : deux génies brillants corrompus par leur arrogance et leur avidité. Au final que restait-il d’eux ? Rien d’autre si ce n’était que deux esprits fous prisonniers d’enveloppes victimes d'une sinistre affliction.

    Le regard défiant celui de l’IA Sith, Darth Calisomnus s’exprima d’une voix claire et franche bien décidée et déterminée à démontrer que la chagrienne n’était pas de cette trempe.


    - Me considérer comme une Sith comme les autres est l’une des pires insultes que vous pouvez me faire. Vous ignorez tout de mes préceptes. Néanmoins je comprends votre crainte, la réputation de mes semblables n’est pas vraiment reluisante, et je désapprouve tout ce qui fait d’eux des bêtes sanguinaires ou des mégalomanes tyranniques ne servant que leurs intérêts. Je ne sers que la Force, et c’est elle qui me guide à travers la galaxie. La Force m’a accordé sa grâce, je me dois donc d’honorer ce don en combattant en son nom. Mon allégeance est envers la Force, pas envers le maître de Korriban ni même envers mes envies. Cependant, je ne peux pas rester passive. Les choses ont changées sur Korriban et dans la galaxie. Je dois assurer la sécurité de mes adeptes car je sais que leur survie est menacée. Je suis leur guide, je suis leur bouclier. Tout comme Artemius Treadwell cherche à défendre son peuple, je ne veux que me doter des moyens militaires suffisants pour arriver à cette fin. Ne me voyez pas comme une entité foncièrement malfaisante. Je n’ai aucune animosité ou hostilité envers votre concepteur, ni même une pensée négative à son égard. Pour vous prouver mon honnêteté, vous pouvez me scanner pour vérifier mes dires.

    Achevant sa phrase, elle ouvrit les bras et attendit un éventuel scan de ses signes vitaux pour que la machine puisse s’assurer de la véracité des propos de Darth Calisomnus. Laissant un bref silence planer pendant le scanner, sa voix reprit d’un ton un peu plus ferme mais neutre à la fois : cherchant à percer et ouvrir une faille dans le raisonnement de la machine ne serait-ce que pour que celle-ci admette les limites de sa solutions et parvienne à trouver des moyens de les corriger.

    - Sinéad est morte. Laissez la partir pour de bon. Elle a pu échapper au système la libérant. Elle veut en finir. Elle veut reposer en paix. Vous ne pouvez ignorer cette faille. Cessez de la maintenir dans cet état là car elle se battra de plus en plus fréquemment pour obtenir sa mort. Vous devriez parvenir à recréer une illusion convaincante en la laissant reposer en paix non ? Votre solution ne peut être que temporaire. Vous empêchez le pire de se produire, néanmoins vous n’améliorez pas, vous ne soignez pas le mal qui ronge votre maître. Cet équilibre est bien trop instable. Ma seule présence à suffit à vous le prouver, sinon vous ne seriez pas intervenu. Qu’adviendra t’il de lui le jour ou quelqu’un de bien plus mal intentionné que moi viendra ? La santé mentale d’Artemius dépend pleinement de vous. Si jamais vous veniez à être détruites ou corrompues, il sombrerait irrémédiablement dans la folie. Vous pensez toujours que votre solution est la meilleure ? Ne serait-ce pas plus profitable pour vous que de chercher à ce qu’il gagne en autonomie et indépendance vis-à-vis de votre solution ?

    Alors que son argumentaire s’achevait, Styxana Mirkwind fut de nouveau perturbée par la présence de la commandante Cyneray qui lui faisait une scène de jalousie bien trop stéréotypée au goût de la chagrienne. Les paroles de la droïde réplica arrachèrent à Darth Calisomnus un rictus de moquerie et d’insolence devant le comique de la scène. L’espace de quelques instants, elle eut l’impression de se trouver dans un studio d’enregistrement de holos romantico-dramatiques dans lequel, on avait décidé d’attribuer à la Dame Noire le rôle de l’entremetteuse cupide et machiavélique venue assombrir l’horizon scintillant que le destin avait pourtant promis à la jeune machine. Elle jeta un regard à D5-TO avant de reprendre le fil de la discussion et de contre attaquer d’une voix neutre, sincère mais aussi teintée de condescendance.

    - Épargnez-moi votre jalousie déplacée Cyneray. Vous vous méprenez, je ne considère pas l’amour comme un danger. Je n’aime que la Force. Vous vouliez mes motivations, les voici : je n’avais aucunement l’intention de vous l’arracher, je voulais seulement lui montrer ce qu’allait subir le bothan. Ce n’était qu’un jeu sans arrière pensée malsaine ou qui aurait pu lui porter préjudice. Je n’éprouve rien d’autre qu’un profond respect pour le gouverneur Treadwell c’est vrai. Néanmoins je l’estime beaucoup trop pour m’en servir de jouet ou de pantin. Le peuple de Raxus n’a rien à craindre de moi. Je vous laisse Artemius bien volontiers…

    Il n’y avait là aucune duplicité dans les mots de la chagrienne qui marqua une fois encore une courte pause avant d’ajouter sur un ton plus professionnel s’adressant aux deux IA présentes.

    - Maintenant je vous prierai de bien vouloir vous recentrer sur l’objet même de ma venue ici. Aussi je vous demande poliment de bien vouloir transférer l’ensemble des données de mission dans mon datapad et de me fournir le matériel dont je pourrais avoir besoin. Voici ce qui va désormais se produire : je vais remplir ce contrat, obtenir ma récompense et nous verrons comment la suite se déroule. S’il ne souhaite plus faire appel à mes services tant pis, s’il a encore besoin de moi tant mieux. Néanmoins je n’éprouverais aucune rancœur à son égard ou les votre.

    Malgré les apparences, elle n’oublierait pas Sinéad. Cette femme devait regagner le repos éternel auquel elle avait droit. Ce n’était pas le bon moment, mais Styxana Mirkwind se promis d’aider la jeune humaine (ou ce qui en restait) tôt ou tard. D5-TO resta muet, tandis que la chagrienne attendait de voir la réaction des deux IA, mais aussi et surtout, si le gouverneur comptait réapparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Sam 5 Jan - 5:11

« Vos arguments sont… D’une étonnante solidité. Désolé SIN-ead, mais à moins d’avoir perdu une quantité prodigieuse de données en matière d’analyse, mes conclusions sont les suivantes : de un, elle dit la vérité quant à sa nature, de deux, elle dit la vérité quant à ses objectifs et de trois… Nous n’aurions pas fait de nombreuses copies de secours de nos personnes si nous contrôlions parfaitement la situation. Je ne dis pas, cependant, que nous devons cesser nos opérations. »

« Est-ce que tu as perdu la tête? Tu as VU son attitude? C’est trop facile comme explication. Je refuse de rejoindre tes conclusions tant que sa mission ne sera pas terminée. Elle disait qu’elle donnait au gouverneur un avant-goût de ce qu’elle réservait au Bothan? Sois certain que je vais analyser chaque milliseconde de sa mission. On va voir si ce qu’elle prétend est vrai. Moi, je ne la quitterai pas des yeux. »

La fenêtre ouverte par le droide Replica humain se ferma. L’autre IA resta silencieuse, sans doute en train de repasser en boucle tout ce qui venait de se dire analysant chaque inflexion de la voix, détaillant chaque mot, chaque élément pouvant être des indicateurs d’un mensonge. Oui, la Force pouvait dissimuler des choses… Mais ce ne semblait pas être le cas ici. Si on partait du principe que Styxana Mirkwind jouait franc jeu, elle aurait effectivement tout avantage à ne pas se mettre Artemius Treadwell à dos… Et accessoirement ses gardiens. Il n’était pas impossible que les Siths soient à nouveau divisés. Ce ne serait pas très différent de l’habitude, au vu de leur historique en dents de scie. La notion d’un « bon » Sith était effarante mais en cette galaxie… Tout était possible, manifestement. On allait de surprise en surprise.

L’IA calculait donc et recalculait encore ce qui semblait être la solution logique à adopter. Ce n’était pas facile car c’était bien la première fois qu’il devait inclure véritablement un facteur « utilisateur de la Force » dans l’équation. Il était un des gardiens du gouverneur Treadwell et son absolue priorité était le bien être de son protégé. Il faudrait du temps. Oui, il pouvait calculer des centaines d’équations en même temps mais la présente situation demandait une réflexion plus qu’approfondie. Mieux valait s’en tenir à ce qui avait été prévu initialement. Mieux valait rester en terrain connu et débattre plus tard des questions éthiques. De toute façon, SIN-Ead refuserait obstinément d’adresser la parole à la chagrienne et toute décision à prendre concernant le gouverneur se faisait à deux IA ou pas du tout. Deux têtes valent mieux qu’une.


« Pour le moment, les choses restent comme elles sont. Je dois réfléchir. Ma collègue aussi. Je me chargerai de vous transmettre tout ce qu’il y a à savoir sur l’opération en cours, si le gouverneur ne l’avait pas déjà fait. Sans vouloir être irrespectueux, je vais devoir vous demander de partir. Vous avez tout ce qu’il vous faut. Je vous dirais bien bonne chance, si ce n’était pas si insultant. »

L’IA disparut et les lumières se rallumèrent. Manifestement, le gouverneur Treadwell ne reviendrait pas pour clore cet échange, gardé par ses deux IA ou peut-être retenu prisonnier, c’était assez difficile à déterminer. Une discussion animée allait débuter entre deux de ces trois protagonistes, pendant que Styxana Mirkwind était escortée à l’extérieur. Pour l’un, il fallait consentir à changer l’angle d’approche des choses. Pour l’autre, c’était un non catégorique. Il fallait s’en tenir au plan et simplement durcir les protocoles. Là-dessus, les protecteurs de la santé mentale d’Artemius étaient divisés. Artemius, lui, était pour le moment dans un sommeil artificiel. Nul besoin de l’inclure dans la discussion, pour le moment tout du moins. Les choses étaient déjà suffisamment compliquée ainsi, sans rajouter un facteur additionnel.

« Tu as peur. Tu as peur qu’elle ait raison et que dans notre zèle nous soyons en train de nous aveugler. Rien n’est éternel et tu le sais. Calcule les possibilités, pour une simple seconde, qu’elle dise vrai. Quelle conclusion en tires-tu? Poses toi la vraie question : sommes-nous toujours ses gardiens ou nous berçons-nous d’illusions? Elle n’a pas tort quand elle parle d’une influence extérieure néfaste… »

« SILENCE! Je ne veux rien entendre! Je ne lui fais pas confiance, quoi qu’elle dise. Je refuse de changer d’idée si aisément. Si cette petite sotte a réussi à parler, c’est uniquement par une anomalie statistique que je m’efforce de découvrir. Cela fait au minimum dix ans que nous sommes en service. Je ne compte pas cesser de faire ce pourquoi on m’a construit de sitôt. Tu ne me feras pas changer d’avis. »

Quoi que puisse dire ou penser les deux IAs, la situation avait changée. Sinéad avait réussi à échapper à la vigilance de sa gardienne. Styxana Mirkwind avait réussi à influencer le cours des choses, pendant un moment. Le plus frustrant était que pour le moment, ils ne pouvaient décider de se… Départir d’elle, considérant que le gouverneur Treadwell avait besoin de ses services. Il ne leur pardonnerait très certainement pas s’ils venaient à contrecarrer ses plans. Il faudrait faire avec, pendant un temps. Sans que l’autre le sache, chaque IA était en train de se faire un sympathique petit plan aux objectifs à la fois similaires et opposés. De quoi s’agissait-il exactement? C’était encore trop tôt pour le dire. Cependant, les IAs avaient oublié quelqu’un dans leur équation. Une « personne » qui avait assisté à une partie de l’échange.

Kroneos. Kroneos, lui, se moquait éperdument du sort des IAs. Il n’avait pas été conçu avec les mêmes objectifs et les mêmes fonctions que ces deux-là. Lui aussi avait pour mandat de veiller sur le gouverneur. Si Styxana Mirkwind était la clé de la guérison du gouverneur, il n’y avait pas d’hésitation à avoir. Il fallait poursuivre cette piste, cette possibilité. Profitant du fait que les deux autres étaient trop occupés à débattre, il chargea un droide sonde d’aller porter un message à la Dame Noire. Le petit droide vola à toute vitesse jusqu’à la Sith avant de se poser non loin d’elle, livrant ce que le super droide tacticien avait à dire. Ce n’était peut-être pas aussi profond et nuancé que le faux Sith ou SIN-Ead mais le message avait le mérite d’être clair et de prouver que finalement, Artemius s’était peut-être rendu compte de son erreur…


« Tous n’ont pas été créé avec les mêmes paramètres. Si vous avez vraiment une solution pour sauver l’esprit du gouverneur, je vous suivrai. Mes droides aussi. Il me faut un où et un quand. Nous devons sauver le gouverneur. Ne tentez pas de me contacter directement. Passez par ce droide. La loyauté prend bien des formes. Signé : Kroneos, super droide tacticien et aide du gouverneur Artemius Treadwell. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Dim 6 Jan - 22:55

    Styxana s’amusa de la situation en voyant la commandante Cyneray s’opposer à l’intelligence artificielle sensée représenter un Sith. Elle se sentit moins seule dans son raisonnement en ayant le soutient tacite du faux-Sith. Même si ce dernier semblait toujours s’avérer assez récalcitrant, le simple fait qu’il ait appuyé la Dame Noire constituait une première victoire pour celle-ci. Silencieuse, Darth Calisomnus assista à l’échange qui s’avérait être des plus intéressants. Artemius Treadwell semblait s’être montré cohérent dans l’ébauche de ce système afin de pouvoir surmonter les épreuves qui s’étaient dressées sur son chemin. Même si son état était stable, ce problème n’était pas encore résolu. Loin de là…

    La Dame de la Désolation réfléchissait à un moyen de convaincre Artemius de tourner la page, de puiser en lui les ressources et la force suffisante à pouvoir assumer pleinement son rôle de Gouverneur, mais plus encore, qu’il devienne quelqu’un de plus fort, endurci : un véritable leader implacable.
    La chagrienne resta muette, plongée dans une véritable introspection avant d’être dérangée par l’intervention du faux-Sith qui fit comprendre à Styxana qu’elle devait partir. La Dame Noire de la Sith s’attendait à revoir Artemius, mais visiblement ce ne serait pas le cas. Ainsi, elle inclina poliment la tête et rétorqua.


    - Très bien. Je vous salue alors et compte sur vous pour adresser mes sincères salutations au Gouverneur Treadwell. Au revoir.

    La Dame Noire de la Sith fit volteface et un geste à son droïde pour que celui-ci la suive. D5-TO emboita le pas de sa maîtresse et tous deux quittèrent la salle. Bientôt, Styxana Mirkwind détiendrait une puissance militaire amplement suffisante pour mettre ses adeptes en survie et faire taire les Sith si ceux-ci osaient profiter du changement de pouvoir pour menacer son influence, ou attenter à sa vie. Tous ceux qui oseront se dresser en face de la Force seront anéantis. Leur choix était simple : ou ils restaient en dehors du chemin de l’Imploratrice, ou ils mourraient. Raisonnement absolu, néanmoins Styxana était suffisamment clémente pour donner à ses ennemis une chance de s’en sortir sans qu’ils n’aient à subir une mort violente. Ses pas se faisaient rapides mais gracieux et d’une fluidité inquiétante. Les bras dans le dos, prenant une allure de soldate concentrée, Styxana allait regagner son vaisseau pour vérifier les données réceptionnées alors qu’un droïde vint se présenter comme appartenant à Kroneos, le super droïde tacticien d’Artemius Treadwell.
    Le contenu du message semblait plutôt improbable : celui-ci semblait être prêt à lui venir en aide. Mais est-ce que Kroneos avait été programmé par le Lorrdien pour le maintenir dans la réalité, ou s’agissait-il d’autre chose ?
    N’ayant d’autres cartes en mains pour le moment, ainsi qu’une vague idée pour tenter d’aider le gouverneur elle ne répondit que par quelques mots.


    - Je vous contacterai pour convenir d’un rendez-vous une fois ma mission accomplie. Ayez confiance Kroneos. A très bientôt.

    Puis Styxana Mirkwind reprit son poste dans la cabine de pilotage avant que son vaisseau ne quitte la surface de la planète pour regagner le ciel azuré de Raxus. Quittant la planète avec une pointe de regrets, la chagrienne regarda encore une dernière fois Raxus s’éloigner d’elle avant que le Nightspade entre en hyperespace.

    HJ: Fin du rp.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Échange de bons procédés (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: