Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Ven 28 Déc - 18:20

Korriban était depuis un bon moment sous notre contrôle et la nouvelle ère de l'Ordre pouvait commencer. Je passais davantage de temps là-bas, tentant de cerner les potentiels traîtres au sein de notre vénérable Ordre, cela n'était pas une tâche simple. Je méditais dans mes quartiers, une sith attira mon intention, un doux privilège pour elle mais elle n'en savait rien. La plupart des sith la maltraitait, du moins d'un certain point de vue. Nous entendions souvent le discours banal du sith ordinaire « Elle est faible, elle doit mourir » et bien souvent le sith mourait. Mission suicidaire ou meurtre, on connaissait tous les méthodes de ses pseudos sith puissants dont leur seul maître étaient leurs envies et leurs émotions. Il était triste de voir les dégâts qu'une telle mentalité pouvait engendrer indirectement à l'Ordre pour satisfaire l'égaux démesuré d'un sith par les pertes de savoir des sith considérés comme faible.

Pourtant Darth Acies semblait être différente. Elle était calme, ne parlait jamais alors qu'elle arriva au rang de Dame Sith très rapidement, je dirais même en un temps record. Il était certain que la jalousie allait prendre place car la plupart avait dû donner corps et âme pour arriver à ce titre alors qu'elle semblait l'avoir atteint avec une telle facilité..... Pourtant elle était jugée trop faible, certainement une façon d'éliminer l'épine du pied ou pour satisfaire une fierté blessée et mal placée. Malgré les missions suicidaires qu'on lui attribua, elle revenait toujours victorieuse, amusant non ?

À vraie dire je ne savais rien sur elle, les sith se méfiaient d'elles, personne ne savait réellement d'où elle venait et ce qu'elle recherchait réellement ici mais au lieu de tenter de l'éliminer, je m'étais résolu à mieux la connaître. De l'espionnage ? Non cela n'était pas l'art que je connaissais ou maîtrisais mais j'allais plutôt y aller de front, certainement pas la meilleure solution pour connaître une sith qui semblait être louche mais cela allait faire l'affaire.

Après ma méditation je me relevais et regarda l'image holographique qu'on m'avait donnée d'elle, cela allait m'aider à la reconnaître. On m'informa qu'elle avait été envoyée en mission et allait certainement faire son rapport, il ne me restait plus qu'à attendre devant la pièce pour l'intercepter. Je pris mon sabre et sorti de mes quartiers suivi de mon fidèle serviteur Darth Therasseus, il allait surtout servir de garde du corps ou d'escorte. Une brute de sith, un vrai maître dans le combat au sabre mais par contre dans la Force, il était à des années lumières d'avoir une certaine qualité....

Après une longue marche, j'arrivais dans le couloir qui donnait accès à la pièce dans laquelle Darth Acies faisait certainement son rapport, mais je devais faire preuve de patience. Qui pouvait déjà dire ce qui se passait dans la pièce ? La patience fut récompensée lorsqu'elle sortie. Il était simple de la reconnaître, il n'avait qu'une sith avec sa tête et son allure. Je m'approchais d'elle et me mit devant elle pour stopper net sa marche et l'obliger en quelque sorte à m'écouter, bien entendu Darth Therasseus était derrière moi. J'affichais un petit sourire en coin dans le but de la rassurer que je n'étais pas son ennemi avant de prendre la parole.


Dame Acies ? Je suis le Seigneur Kel, peut-être me connaissez-vous déjà de nom. Je voudrais que vous me suiviez, je voudrais vous parler dans le calme. Le lieu n'est pas idéal pour une discussion n'est-ce pas ?
Ne craignez rien, je ne cherche pas à vous nuire comme beaucoup de sith tentent de faire.


Je me retournais et la guida vers mes quartiers, il était préférable d'être dans un endroit plus calme afin d'être certains de ne pas être écouté. Les rumeurs et scandales au sein de l'Ordre était bien la dernière chose dont j'avais besoin et nous savions tous a quel point les sith en raffolait. Je laissais Therasseus devant les quartiers pour surveiller, personne ne devait venir déranger. Je fis un signe de la main vers une chaise de la table.

Prenez place Dame Acies.

Je restais debout, regardant une vitrine avec quelques sabres alors que je lui montrais mon dos. Je me tus un instant , laissant place à un silence désagréable avant de prendre la parole.

J'ai beaucoup entendu parlé de vous Dame Acies, vous faites beaucoup de bruit pour une personne qui semble vouloir se faire discret. Vous avez été classifiée comme faible mais malgré cela, vous prouvez chaque jour que vous êtes bien plus forte que la plupart de ses imbéciles.... Nous savons tous que cette politique d'abattre le plus faible est idiote, elle nuit plus à l'Ordre qu'elle ne l'aide. Je vous prie, ne prenez pas au sérieux ses tas de banthas défraîchis qui agissent comme des animaux en pensant être fort. Ils se pensent important, ils prétendent être libre, puissant alors qu'au final ils sont esclaves de leurs envies et émotions. Ils se comportent comme des animaux à se laisser guider par les instincts les plus primitif sans même utiliser leur cerveau qui semble disparaître dans une telle situation.... Ils deviennent alors des cibles si faible et prévisible que même un enfant pourrait les vaincre....

Je fis une courte pause avant de reprendre la parole.

Beaucoup de sith se méfient de vous sans vous connaître Dame Acies, certainement cette méfiance est née de la jalousie lorsqu'ils ont vue qu'une sith arrivée depuis peu obtient un tel titre en un rien de temps, je dirais même en un temps record.

Je me tus à nouveau, croisant mes bras dans mon dos, regardant toujours la vitrine. Je repris doucement la parole, gardant toujours un ton très calme.

Vous vous demandez certainement pourquoi je veux vous parler, la réponse est simple. Vous avez attisée ma curiosité car voyez-vous, je ne recherche pas des sith classiques qui se comportent comme des animaux en pensant détenir un quelconque pouvoir. Cela peut vous paraître bizarre mais au lieu de vous juger sur les rumeurs qui planent, je préfère me prendre le temps de mieux vous connaître. Vous devez savoir que de grands changements vont bouleverser l'Ordre Sith et une nouvelle ère débutera, nous ne pouvons plus nous permettre d'être divisé par des querelles intestines. Loyauté et confiance devront être les nouvelles bases de l'Ordre Sith Dame Acies....

Je me retournais en la regardant avant de m'avancer et de m'asseoir sur une chaise pour être en face d'elle. Je posais mes avant-bras sur la table en la fixant avant de reprendre sur un même ton.

Je voudrais mieux vous connaître, parlez-moi de vous Dame Acies. Rassurez-vous, je ne suis pas ici pour vous courtiser mais je veux tous simplement savoir à qui j'ai à faire, savoir si vous êtes digne de confiance, savoir ce que vous recherchez ici... Mais commencez par le début, qui vous a formée ?

Je me laissais retomber en arrière, laissant seulement mes mains sur la table alors que mon regard était fixé sur elle. J'attendais avec impatience la suite et j'espérais qu'elle allait coopéré, je doutais qu'elle avait besoin d'un ennemi de plus, surtout un ennemi qui détenait un grand pouvoir au sein de l'Ordre.


Dernière édition par Akacen Tarlan le Jeu 14 Fév - 18:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Sam 29 Déc - 4:10

Les souvenirs d’un mort vinrent enfoncer un tison ardent dans l’agonie d’une vivante. Elle avait senti le problème avant même de le voir, pendant qu’elle faisait son rapport. Comme les Codru-Ji ont l’ouïe excessivement fine, ils parviennent à entendre beaucoup mieux que les humains. C’est donc en se dirigeant vers la porte, après avoir fait son rapport que son instinct lui rappela les paroles de son maitre. Dis-moi ce qui ne fonctionne pas, Kialani. Pourquoi ceci ne peut pas fonctionner Kialani. Où se trouve la faiblesse de telle ou telle chose Kialani. Ce qui ne fonctionnait pas avec la situation en train de se produire : si elle ne suivait pas ce Sith, elle s’exposait dans un futur plus ou moins proche à des conséquences fâcheuses. Collaborer maintenant lui gagnerait un sursis. De quelle durée? Difficile à dire.

Silencieuse, dissimulée de la Force, elle continuait d’être un fantôme. Si son mystérieux visiteur ne semblait pas incommodé par ce qui était devenu naturel chez elle, ce curieux garde du corps ou serviteur quelconque ne l’entendait pas d’un bon œil, comme le prouvait le fait qu’il avait la main sur la garde de son sabre. Si on tentait de lire quelque chose en elle, ce serait une absolue neutralité, comme une indifférence des plus totales. Darth Acies n’était pas du genre à avoir peur facilement. Kialani Benkaan aurait eu peur. Kialani Benkaan était morte avec le maitre de Darth Acies sur une planète désormais lointaine. La Codru-Ji resta donc parfaitement de marbre, non pas pour se donner un genre mais parce que c’était ce qu’elle était devenu. Un bloc de marbre, froid et sans âme. Rien ou presque ne pouvait l’ébranler désormais.

Elle entra dans cette nouvelle pièce, tous les sens aux aguets et si son interlocuteur l’invita à s’asseoir, elle resta obstinément debout. Être assis est un choix stratégiquement nul. Il vous rend plus vulnérable. Son regard gris, artificiellement altéré de sa coloration naturelle, fixait sans ciller cet autre Sith qui parlait, parlait, parlait… Et elle écoutait sans rien dire, sans l’interrompre, décortiquant, analysant, traitant chaque petit morceau de donnée qui lui était fourni. Peut-être était-ce bien involontaire de la part de son hôte mais elle se sentit menacée. Il y avait trop d’excuses et de justifications pour un discours franc et naturel. Trop de sous-entendus, trop d’un message caché derrière les paroles de ce personnage qu’elle supposa être important dans l’ordre. Est-ce que cela changeait quelque chose pour elle? Non. Ce serait faire preuve de crainte.

Finalement, il vint prendre place, cherchant à en savoir plus sur elle. Toujours impassible, elle continuait de le regarder. Il voulait savoir qui l’avait formé. Toutefois, ce n’est pas ce qui la frappa. C’était le fait qu’il parle de confiance. Comment pourrait-elle faire confiance à ceux qui, loyaux à l’ordre, avaient attenté à la vie de son maitre puis à la sienne? Pu importait qui était aux commandes. L’unité chez les Siths était impossible car ils avaient pervertis leur propre philosophie. Comment peut-on, de toute façon, faire confiance à une personne formée pour l’espionnage et la reconnaissance… Et par extension, au meurtre? La confiance était un anathème à lui seul chez les Siths. Elle laissa le silence s’installer pendant quelques secondes, attendant de voir s’il allait reprendre la parole, avant de parler par télépathie, son seul mode de communication.


« La confiance… Pourquoi me feriez-vous confiance, Seigneur Kel? La confiance n’existe pas chez quelqu’un formé pour l’espionnage et la reconnaissance. Elle ne s’applique pas chez une assassin. D’un point de vue logique, elle n’existe tout simplement pas chez les Siths. Vous ne le dites pas de vive voix, Seigneur Kel mais vous le dites clairement. Si nos intérêts divergent, je ne peux vous faire confiance.

Que les autres pensent ce qu’ils veulent. Ils n’ont pas tout à fait tort. Nous sommes tous faibles, Seigneur Kel. Il existe toujours quelqu’un de plus fort que nous, nous rendant par conséquent automatiquement faibles. Vous vous demandez pourquoi je survis malgré cette étiquette? Parce que j’ai appris que si on accepte l’inéluctable, celui-ci, comme nos émotions, finit par se plier à notre volonté. C’est aussi simple que cela. »


Le ton était… Et bien en fait, c’était le ton qu’on aurait donné à un fantôme. De nombreuses rumeurs couraient au sujet de Darth Acies, notamment sur le pourquoi elle ne parlait plus. On savait qu’elle avait perdu son maitre, ce qui expliquait sa présence ici et qu’il était mort dans des circonstances mystérieuses et inconnues mais la rumeur ne concernait pas le maitre ou les événements. La rumeur concernait l’apprentie devenue Dame Sith. Darth Acies avait, dit-on, posé une ultime question avec sa voix avant de se murer dans le silence à jamais. Par choix ou parce qu’elle n’avait plus usage de la parole, c’était sujet à débat. Chose certaine, quelque chose était mort en elle ce jour-là. Plusieurs disaient que si Darth Acies revenait toujours de ses missions… C’était parce qu’elle se considérait comme morte. Un mort ne peut mourir deux fois.

Si forte était sa conviction d’avoir péri en partie lors de cet événement qui l’avait traumatisé qu’elle semblait avoir une sorte d’influence sur l’existence même de la jeune femme. Entre rumeurs et réalité il y avait une marge mais un Sith, qu’il le fasse consciemment ou non, a sa survie en tête. Si Darth Acies se considérait comme morte… Peut-être se considérait-elle comme une sorte d’esprit vengeur dont la mission dans le monde des vivants serait inachevée. C’était sujet, encore une fois, à interprétation. Chose certaine, elle n’avait pas été hostile au Seigneur Kel. Cependant, elle ne s’était pas montrée franchement amicale avec lui non plus. Polie, courtoise, oui mais il était clair qu’elle se sentait menacée. Après tout… Elle était en terrain contrôlé et connu par le Seigneur Kel donc pas en terrain neutre, avec un cerbère gardant la porte…


« Qui plus est, Seigneur Kel, la vraie question à se poser c’est pourquoi toutes ces fausses gentillesses. Je suis à votre merci, c’est bien de cela qu’il s’agit. Je suis dans vos quartiers. Connus de vous mais pas de moi. Vous avez à portée de main armes et équipement pour me faire trépasser si tel est votre bon plaisir. Votre chien de garde est là, juste de l’autre côté de cette porte. Vous avez beaucoup de cartes en main.

Vous voulez ma confiance alors que vous ne voulez manifestement pas me donner la vôtre. Un terrain neutre, vous et moi, sans votre chien de garde ou vos autres acolytes, cela aurait été stratégiquement plus sage, ne pensez-vous pas? Vous me flattez avec une main que vous pensez de velours alors que je sens le gant de fer. Désirez-vous tenter une seconde impression ou alors continuons-nous cette parodie d’affabilité? »


Dernière édition par Kialani Benkaan le Mar 1 Jan - 5:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Dim 30 Déc - 14:19

Elle prit la parole ou du moins très indirectement car elle parlait par télépathie, une méthode très peu commune qui m'irrita. Non, cela ne me dérangeait pas mais la mauvaise surprise me mis quelque peu mal à l'aise, il fallait déjà s'y faire. Je croisais mes bras et l'écoutait, elle n'avait pas tord sur certains points mais elle avait certainement mal interprétée mes paroles. Je me relevais et marchais lentement en direction la vitrine, je m'arrêtais devant avant de reprendre la parole.

Vous n'avez pas tord Dame Acies cependant par confiance et loyauté, je parlais surtout entre l'autorité suprême de l'Ordre et des sith. Il est certain que cela ne s'applique pas entre sith car les batailles de pouvoirs sont de mises, cependant les sith doivent être loyaux envers le Sith'ari, de cette loyauté naît la confiance.
Je ne vous fais pas encore confiance Dame Acies, à vous de me donner une raison de le faire. Comprenez que si il n'avait pas une certaine confiance entre l'espion/assassin et son employeur, il ne serait certainement pas utilisé. Après tous il est souvent amené à mener à bien des missions délicates, la dernière chose qu'on voudrait c'est que notre adversaire en prenne conscience, n'est-ce pas ?


Je gardais un instant le silence, croisant mes bras dans mon dos. Une respiration calme avant de reprendre la parole.

Peut importe si nous sommes tous faibles ou non Dame Acies, chacun d'entre nous peut ramener sa pierre pour ériger un rempart impénétrable. Prenons un simple exemple, un puissant seigneur sith faibli avec les années. Une chose, ma fois, normale n'est-ce pas ? Si nous suivons la logique sith, nous finirions par le tuer mais cet être considéré comme faible reste pas moins puissant. Les secrets et savoirs qu'il possède peuvent servir aux générations futures de l'Ordre.
Mais des exemples sur l'utilité d'un être considéré comme faible, il en a par milliers, je pense que vous comprenez le fond de ma pensée.


Je restais silencieux un instant, réfléchissant à ce que j'allais dire ou faire. Voila comment une sith remerciait la gentillesse de l'un des sith les plus influent de l'Ordre ? Elle ne semblait pas connaître le danger qui pouvait planer au-dessus d'elle, je pris une profonde inspiration avant de reprendre la parole.

À ma merci ? Entendu nous bien Dame Acies, si je désirais vous abattre, je n'aurais pas à me cacher ici mais je le ferais bien en publique. Comprenez que mon influence et les rumeurs autour de vous suffirait pour justifier votre mort en publique. Ma gentillesse est sincère mais elle a des limites, ne l'oubliez pas. Si je vous ai ramené ici Dame Acies, c'est dans le simple but de ne pas être dérangé ou d'être espionné.

Je gardais un instant le silence, je regardais les sabres avant de reprendre la parole.

Vous voyez ses sabres Dame Acies ? C'est une collection, chacune de cette arme appartenait à un jedi. Se n'est qu'une petite partie de ma collection, je peux vous le rassurer mais pour en revenir à nos banthas.... Chacun des jedi qui fut vaincu par ma main pouvait se vanter d'une chose, celle que je lui ai toujours donné la possibilité de se défendre. Croyez le ou non Dame Acies, je ne suis pas le genre de Sith à tuer les gens dans l'ombre. Je pars du principe qu'un puissant sith n'a pas à tuer dans l'ombre mais il peut affronter ses adversaires de face.

Vous voulez un lieu neutre Dame Acies ? Allons donc devant le temple, à l'extérieur. Je pense que plus neutre devient difficile mais si je puis vous donner un conseil Dame Acies, ne cracher pas de trop sur ma gentillesse. Comprenons-nous bien Dame Acies, je suis venu vers vous dans le simple but de mieux vous connaître, de pouvoir vous juger de mes propres yeux et non d'écouter les rumeurs qui courent autour de vous. Nous avons tous deux que la gentillesse des autres sith n'est pas très présente en règle générale.


Je me retournais et marchait vers la porte, je m'arrêtais avant de reprendre la parole.

Une dernière chose, ne vous plaignez pas si nous sommes dérangés, je vous ai donné la possibilité de parler en lieu tranquille.

Je sortis de mes quartiers, je donnais l'ordre à Therasseus de rester ici. Il n'avait pas à nous suivre à l'extérieur. Je tournais mon regard sur Dame Acies pour être certain qu'elle me suivait encore avant de prendre la direction vers la sortie du temple. Durant ce court trajet je restais silencieux, indifférent, peut-être même glacial d'un certain point de vue. Je réfléchissais à la suite, doutant fortement de l'utilité ou de la loyauté de Dame Acies, que pouvait-elle rechercher au sein de l'Ordre alors qu'elle semblait cracher sur tous le monde ? Drôle de personnage qui allait vite finir par s'attirer des foudres, je n'en doutais pas.
Arrivé dehors, je regardais le paysage qui se dressait devant nous. Je restais silencieux un instant avant de lui parler par télépathie.


Vous voyez ce beau paysage Dame Acies ? Cette planète était autrefois habitée par les premiers sith, ils étaient une vraie espèce. Cependant la peur dans les cœurs des républicains et jedi les poussèrent à les anéantir jusqu'au dernier. Femmes, enfants, hommes, tous furent massacrés par les hommes qui étaient guidés par la peur.
La peur fait des êtres ce qu'ils ne veulent pas être, ceux qui prônent la liberté et la paix n'hésitent pas à commettre les pires atrocités. Souvenez-vous en Dame Acies.


L'Ordre Sith vit des temps troubles vous savez, la trahison du Seigneur Sanguinius pèse lourd. Lui et ses sbires recherchent à anéantir l'Ordre Sith. Nous en sommes certain, se n'est nullement de la paranoïa. Il sait que si lui ne nous détruit pas, nous le détruirons mais afin que nous puissions le vaincre. Nous avons besoin de stabilité et d'ordre, de cela émanera notre puissance. Comprenez que la survie de l'Ordre Sith tient sur un fil très fin, l'instabilité et le désordre nous rendront faible. Vous savez que l'ennemi n'hésitera pas à exploiter cette faiblesse.

Vous comprendrez donc que votre survie, tant que vous serez sur Korriban avec nous, dépend de celle de l'Ordre Sith et celle-ci dépend de la stabilité et de l'ordre. En d'autres termes Dame Acies, si l'Ordre Sith meurt, vous mourrez avec.
Vous vous demandez certainement où je veux en venir ? Je vous l'accorde, cela est une très bonne question que je vais tâcher de répondre. Je voudrais que vous compreniez que peut-importe qui sont ou seront vos alliés, demandez-vous toujours si au final ils vous permettront de garantir la survie de l'Ordre Sith car au final, votre survie en dépend.

Ne le prenez pas comme une menace, je veux surtout dire par là. Si vous aidez des Sith qui auraient la fâcheuse manie de comploter contre l'unique autorité de l'Ordre, à savoir celle du Seigneur Nelius . Vous comprendrez que cela engendrera instabilité et désordre, de cela viendra notre faiblesse qui amènera les traîtres à nous attaquer. Vous savez certainement qu'ils se feront un plaisir monstre à réduire cette planète en cendre et anéantiront toute forme de vie dessus.


Je restais un instant silencieux avant de me retourner pour la regarder droit dans les yeux avant de reprendre mon discours par télépathie.

Mais trêve de palabre, que recherchez-vous au sein de l'Ordre Sith au juste ? Vous ne vous êtes toujours pas prise la peine de parler de vous, je trouve cela fort regrettable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Dim 30 Déc - 23:27

Encore une fois, elle avait gardé le silence. Impassible, n’offrant ni réaction ni indications que ce qu’elle entendait avait un quelconque effet sur elle, elle continuait de décortiquer le discours du Seigneur Kel. C’était très instructif en tout cas. Les conclusions qu’elle en tirait? Le Seigneur Kel était un diplomate médiocre (et c’était encore trop doux), un incompétent en matière de manipulation et un très mauvais juge de caractère. Quant à ses dons en stratégie ou en tactique… Pour commencer, il parlait trop. Plus on parle, plus on fournit des informations aux autres. Posture. Tics, répétition de certains mots. Inflexion de la voix. Autant d’éléments qui en disaient long, très long sur votre interlocuteur. Le Seigneur Kel était un fanatique donc dangereux, pas en terme de puissance mais bien à cause de son esprit fermé et hermétique.

Autrement dit, bien qu’il clamait le contraire, il lui remettait sous le nez deux choix. Servir ou mourir. Il ne lui donnait aucune envie ou motivation de se ranger davantage de son avis ou même de tenter de se rapprocher davantage de ce Darth Nelius. En fait, non seulement commençait-il à lui tomber royalement sur le système, elle était carrément en train de le prendre en grippe. Quel être suffisant, vantard et imbu de lui-même. Un Sith perverti par sa vanité. Un animal, une brute, comme ceux qu’il dépeignait, juste avec un plus beau plumage. Une brute quand même, au fond. Et cet argument… Parce qu’il était important pour l’ordre, elle devrait le considérer différemment? Non. Aucunement. Il restait un Sith, rien de plus, rien de moins. Ceux qui se drapaient dans leurs titres, qu’ils exhibaient tels des trophées, étaient ceux qui avaient le plus de faiblesse.

Elle continua de l’écouter et d’analyser. Sa prétendue gentillesse, ce prétendu traitement de faveur, toutes ces foutaises, ces billevesées qu’il devait sortir constamment… Un discours mémorisé par cœur que l’on ressort constamment parce qu’il sonne bien. Quand il employa la télépathie, elle ne tressaillit même pas. Par contre, qu’il ne s’attende pas à ce qu’elle prenne la chose avec… Comment disait-il? Gentillesse. Il y avait une différence entre elle et lui. Lui, condescendant comme il était, se donnait le droit de lui parler par télépathie. Elle, elle ne pouvait plus (ou ne voulait plus) parler. C’était carrément se moquer d’une handicapée. D’une muette. Et justement, se moquer des faibles, seuls les plus idiots et les plus incapables des Siths s’y abaissaient. À peine eut-il terminé de parler qu’elle lui ferma son esprit au nez.

Il lui parlerait de vive voix ou ne lui parlerait pas du tout. Ce petit jeu ne l’amusait plus du tout, pour peu qu’il y ait eu un jeu pour commencer. S’il pensait avoir réussi à marquer des points, à se présenter sous un jour favorable pour que Darth Acies décide de le suivre ou de lui livrer ses secrets, il avait complètement raté son coup. Elle était, si c’était possible, plus fermée que jamais et à la limite de l’hostilité. Non, le Seigneur Kel présumait énormément et mettait des questions et des mots dans sa bouche alors qu’elle se moquait éperdument de la réponse. En fait, elle ne les aurait simplement pas posées, faute d’intérêt. Non vraiment, on atteignait des sommets. Le Seigneur Kel avait réussi à se présenter aux yeux de Darth Acies comme un minable, un être lamentable incapable d’autre chose que de la menace et de l’hypocrisie la plus complète.


« Félicitations, Seigneur Kel. Vous avez réussi à rendre votre seconde impression pire que la première. Vous manquez terriblement de charisme. J’ajoute que vous présumez énormément. Je me moque de votre rang dans l’Ordre. Vous êtes un Seigneur Sith au même titre que je suis une Dame Sith. Je ne vois pas en quoi je devrais être impressionnée. Que les choses soient bien claires... »

Elle laissa sa phrase en suspens, regardant toujours sans ciller le Seigneur Kel. Elle aurait pu se montrer méprisante, insultante, bien plus provocatrice que ce qu’elle venait de faire. Elle aurait pu démonter son discours, phrase par phrase, mot par mot mais elle était au-dessus de ces trivialités. La seule chose sur laquelle il pourrait vraiment prendre ombrage, c’était sur le fait qu’elle avait dit qu’il manquait de charisme. Pour le reste, c’était entièrement vrai. Il avait effectivement ruiné sa seconde impression. Il présumait énormément et elle se moquait en effet de son rang dans l’Ordre. Elle n’était clairement pas impressionnée. Était-ce parce qu’elle était difficile ou simplement blasée? Non, c’était plus simple encore. En fait, le Seigneur Kel basait sa stratégie « diplomatique » sur l’Ordre, l’Ordre, l’Ordre…

Or, pour Darth Acies, qui avait eu toute sa formation auprès d’un maitre qui s’était volontairement exilé de l’ordre, il était aussi significatif à ses yeux que le club de sabacc local d’une planète quelconque. Le Seigneur Kel aurait eu bien plus de chance de gagner Darth Acies à sa cause en évitant un discours politique par lequel elle ne se sentait pas concernée. S’il s’était présenté comme un de ses contemporains, un autre Seigneur Sith portant un intérêt à son style par exemple, ou à sa formation, là il aurait pu la gagner à sa cause. Si plutôt que de l’amener dans ses quartiers sans autres formes de procès, il avait pris la peine d’engager une conversation avec plus de tact, il aurait été le second Sith en dehors de son maitre et de Styxana Mirkwind à être sympathique avec elle. Il est plus facile de convaincre en étant souriant qu’en menaçant. Règle de base, ça.


« Vous ne me faites pas peur. Vos discours font peut-être trembler le commun des Siths, pas moi. Vous essayez de me gagner à votre cause mais vous passez votre temps à insinuer que c’est la mort si on ne suit pas l’Ordre. Et ne soyez pas insultant envers votre propre intelligence. Je vivais bien avant d’arriver ici, dans cet ordre dont vous parlez. Je vivrai tout autant en le quittant si l’envie me prenait. Ceci dit…

Je trouve votre dévotion inspirante. Votre fanatisme, par contre, vous fait parler sans qu’il y ait de place pour une attitude conciliante. Je suis rompue à l’art de la manipulation : vos ennemis vont recruter un nombre grandissant de membres si vous ne changez pas vos tactiques de recrutement. Une dernière chose. Moquez-vous de mon handicap tant que vous voulez mais je vous interdis de me parler par télépathie. »


Jugeant qu’elle avait perdu suffisamment de temps ici, elle tourna les talons pour partir. Elle avait fait trois pas quand ses sens surdéveloppés captèrent un son. Quelqu’un approchait furtivement depuis l’angle du temple et il y avait fort à parier que ses intentions étaient hostiles. Ceci dit, cet agresseur ne se dirigeait pas vers elle… Mais vers le Seigneur Kel. Détachant son chakram de sa ceinture, elle le lança en direction de l’assassin, au moment où il quittait sa cachette pour attaquer le Seigneur Kel en traitre. Ce dernier eu la surprise de voir un disque de métal passer tout prêt de son visage… Avant de se ficher dans la poitrine d’un Sith qui le regardait avec des yeux ronds, une lame de cortosis dans les mains. Elle aurait pu le décapiter aisément. Cependant… Les morts ne parlent pas. Le Seigneur Kel ne pourrait pas dire qu’il avait une ennemie en elle : elle venait possiblement de lui sauver la vie…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Jeu 3 Jan - 18:11

Insultes sur insultes, voila la seule chose dont cette prétendue sith savait faire. Son maître avait raté sur tous les bords sa formation, décidément il n'avait même pas été capable de lui enseigné le sens du respect, pourtant si nécessaire dans la survie au sein de l'Ordre Sith. Je ne doutais pas un instant que cela allait signer son arrêt de mort. Sans même qu'elle s'en rende compte, elle se mettait petit à petit tout l'Ordre Sith sur son dos. Elle faisait de Korriban un lieu hostile qui n'allait pas lui offrir refuge mais souffrance et mort. Je pris mon sabre en main avant de prendre la parole.

Vous feriez mieux de surveiller vos paroles Dame Acies, ne pensez pas que votre titre sorti de nul part vous offre un quelconque privilège. Ici vous n'êtes rien d'autre qu'une Sith dérangeante et croyez-moi, continuez à vous croire au-dessus de tous le monde sans apprendre une notion basique, le respect et je ne vous donne pas un an avant que vous trouvez la mort ici.

Cette femme méritait bien une leçon mais alors que je m'apprêtais à l'engager en combat. Elle lança un disque en ma direction, je bougeais ma tête sur le côté par réflexe pour l'éviter mais celui-ci n'était pas destiné pour moi mais bien pour un autre. Je tournais ma tête en la direction de l'assassin qui s'écroula au sol. Je tournais à nouveau ma tête vers elle dans le but de vérifier si elle ne comptait pas faire autre chose avant de prendre mon comlink pour faire appel à notre cher Therasseus et quelques autres hommes. Il fallait bien s'occuper de cet assassin encore vivant alors que je ne comptais pas laisser ses insultes sur moi. Elle ne devait pas espérer pouvoir sans sortir ainsi ou faire de moi son allié même avec ce petit geste, manquer de respect était bien la pire des choses qu'on pouvait commettre ici et je ne comptais pas la félicité pour son comportement déplacé.

N'espérez pas vous en sortir ainsi, vous n'êtes pas ici pour l'Ordre. Vous vous moquez de celui-ci n'est-ce pas ? Vous êtes bien le genre de sith totalement inutile, vous vous pensez libre et in tuable alors qu'au final vous avez tous le monde à dos. Je ne sais pas ce que vous recherchez au sein de l'Ordre mais je suppose que c'est dans un but de le nuire, je n'en doute même pas d'ailleurs. Vous pensez que je suis un simple seigneur sith ? Vous êtes bien plus idiote et naïve que je le pensais, je suis bien plus mais cela vous aurez la joie de le découvrir.

Je fis quelques pas en sa direction tous en actionnant mon sabre, je ne comptais pas l'attaquer en traître, pourquoi craindre de tuer une femme qui ne semblait qu'avoir appris la paranoïa ? Je voulais lui donner la possibilité de prouver ses qualités martiales contre moi.

On dirait que la seule chose que votre maître a été capable de vous enseigner était la paranoïa, la peur fait commettre des erreurs et vous en faites à la chaîne. Vous voyez le mal là où il n'existe pas, vous manquez de respect à ceux qui vous tendent la main. Vous parler de conciliation ? Apprenez la définition de ce mot avant, que savez-vous de ce mot ? Vous m'insultez sans même me connaître, vous me manquez de respect dès la première seconde et vous osez parler de conciliation ? J'ai fais suffisamment preuve de diplomatie, croyez le ou non, la majorité des sith vous auraient coupez la tête à la première insulte.

Mais votre attitude ne laisse plus la place à la diplomatie, montrez-vous digne de votre titre de Dame sith et affrontée moi en combat singulier. Moi contre vous, un simple duel... mais je doute que vous ayez le courage de m'affronter.


Je ne cachais plus ma présence, je voulais qu'elle ressente la puissance qui était en moi. Elle devait comprendre qu'on ne pouvait se permettre de se mettre tous le monde à dos par joie ou parce qu'on se pensait bien au-dessus des principes de l'Ordre Sith. Quelques attaques personnelles et provocations étaient bien entendu de mises, nous savions tous qu'une personne qui agissait sous la colère était bien plus vulnérable et facile à contrer. Je fis l'éviter une petite pierre avec la Force avant de la tirer en sa direction, dans le simple but de la provoquer pour qu'elle engage un combat.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Ven 4 Jan - 5:51

Prévisible. Il avait été terriblement prévisible. Son don lui avait été particulièrement utile ici. Dis-moi ce qui ne fonctionne pas, Kialani. Réponse : la tournure des événements avait changé. Elle avait beau voulu être un minimum coopérative mais ce personnage l’insupportait. Il ne cessait de faire de la projection, accusant les autres d’être les porteurs de ses propres défauts. Impossible d’en arriver à la conclusion qu’elle avait entrevue. Pourquoi ceci ne peut pas fonctionner Kialani? Parce que son interlocuteur était incapable de voir une vue d’ensemble. Il était bien trop fanatique pour concevoir un peut-être ou une opinion un minimum divergent. Noir ou blanc, pas de gris pour le Seigneur Kel. Il était incapable de finesse, fonçant tête baissée dans le mur au lieu de prendre la porte grande ouverte.

Où se trouve la faiblesse de l’attitude du Seigneur Kel, Kialani? Au fond, le Seigneur Kel pouvait prétendre être différent des Siths se comportant comme des animaux mais il était exactement comme l’un d’entre eux. Quelques réflexions bien senties, qu’il avait pris pour des insultes et voilà qu’il était prêt à montrer les crocs et sortir son arme pour défendre son orgueil démesuré maintenant froissé. C’était exactement ce qu’avait attendu la Codru-Ji. Elle allait donc pouvoir lui faire part d’une nouvelle observation, très à propos dans la présente situation et enseigner sa propre version de l’humilité à cet horripilant personnage. Plutôt que de réagir à ses paroles, elle se contenta d’esquiver gracieusement la pierre avant de le regarder, toujours aussi impassible, toujours aussi détachée de ce qui semblait se passer autour d’elle.


« Vous êtes un chien, Seigneur Kel. Qui aboie et qui rêve de mordre. Le toutou obéissant de Darth Nelius, qui oublie que nul n’est irremplaçable. L’Histoire est remplie de gens indispensables et qui, curieusement, rencontre un terrain favorable à leur décès prématuré. Vous êtes encore plus aveugle que je ne le pensais. Analysons votre réflexion voulez-vous? Amusons-nous un peu, tous les deux.

Vous me cassez les oreilles avec votre litanie sur l’Ordre Sith, ô combien il faut le protéger de ses ennemis, comme quoi il faut être constamment vigilant et bien sûr, le reste de vos assommants boniments. Vous vous mettez ensuite, parce que mon opinion diverge de la vôtre, d’être une nuisance pour l’ordre, ponctuant le tout d’une provocation en duel, qui au final est l’apothéose de votre effarant manque de jugement. »


Pendant qu’elle parlait, Darth Acies usait de son pouvoir de création d’illusion pour reconstituer en miniature les différentes parties de cet échange entre elle et le Seigneur Kel. Futilités? Pas exactement. La Codru-Ji aimait bien appuyer ses dires avec un support visuel. Si elle avait été du genre à sourire, on aurait pu croire qu’elle prenait plaisir à faire bouger ces petits personnages pour reproduire depuis le début la conversation entre les deux Siths. Effaçant ensuite d’un geste imperceptible de la main ce qu’elle venait de créer, elle continua de fixer le Seigneur Kel, ne l’ayant pas quitté des yeux une seule seconde. Tant et aussi longtemps qu’elle ne répondait pas à son duel, il semblait bien décidé à ne pas attaquer. Chacun ses principes. Elle, elle ne se serait pas gênée pour attaquer par derrière. C’était une question d’opportunité.

« Si nous nous battons, Seigneur Kel, nous en sortirons blessés. Il est même possible que je gagne le combat… Et ce serait stratégiquement nul. Darth Nelius se rendra compte que son précieux toutou a été vaincu par une louve et il va vouloir courtiser la louve pour remplacer son vieux chien sans dents. Plutôt que de me considérer de votre côté, vous me verrez comme une menace et vous tenterez de m’éliminer.

Ce serait donc compromettre la sécurité de l’Ordre par un conflit interne. Vous deviendrez ce mal que vous essayez soi-disant d’éradiquer. Si vous gagnez, ce serait aussi stratégiquement nul. Pendant que vous vous battriez ici, vos ennemis vont tenter de récupérer leur assassin ou de le réduire au silence. Conclusion? Je vais rendre service à l’Ordre en refusant votre duel, acte puéril d’un gamin immature. »


Et elle disparut. Elle était déjà coupée de la Force… Et maintenant, grâce au voile de Force, elle devenait invisible. Le sol pavé masquerait ses pas et elle pourrait quitter les lieux sans être vue. Il fallait être formé de façon très pointue pour réussir à débusquer un assassin Sith et le Seigneur Kel ne disposait malheureusement pas de ce genre de formation pour pouvoir la retrouver. Même un Anzati aurait eu de la compétition. C’était cela que son maitre lui avait appris. C’était ce dans quoi elle excellait. Ainsi était Darth Acies. Elle aurait pu tenter d’assassiner le Seigneur Kel, ainsi dissimulé à ses sens et à la Force. Cependant, son don lui permit de voir la faiblesse de son propre raisonnement. Elle aurait plus à gagner en le laissant en vie. Sortant de la poche de sa cape une poignée de billes métallique, elle les fit rouler vers une statue.

Une statue imposante qui surplombait le Seigneur Kel. Les billes explosèrent à la base de cette impressionnante construction, causant l’effondrement de cette dernière tout près du seigneur Sith. Elle aurait pu la faire tomber sur lui… Mais cela aurait été stratégiquement nul. Une pluie de débris suivit la chute de la statue mais elle supposa que le Seigneur Kel s’en tirerait poussiéreux et tout au plus avec une coupure ou deux. Elle savait qu’il était un puissant adversaire, elle n’avait donc pas à craindre pour sa survie. À la déflagration assourdissante s’ajouta un énorme nuage de poussière qui couvrirait davantage le repli stratégique de Kialani. Quand elle fut bien éloignée des lieux, suffisamment pour que le Seigneur Kel ou ses sbires puissent l’attraper, elle le contacta une dernière fois par la pensée. La… Conclusion de son analyse. Son mot de la fin.


« J’aurais pu vous tuer. Je ne l’ai pas fait. Considérez-moi comme une couarde si vous voulez. Continuez à me sous-estimer. Faites même passer le mot si cela vous amuse. Retenez ceci par contre. Je ne suis pas votre ennemie. Ni votre alliée. À vous de voir de quel côté la balance va penser. Oh et une dernière chose. Si j’étais une ennemie de l’ordre, je ne me donnerais pas le mal de ramener les corps de mes victimes.

Pourquoi se donner cette peine quand mentir serait plus simple? Vous auriez un doute et ma parole pour seule preuve. Révisez mon historique de mission, Seigneur Kel. Révisez le bien et vous verrez les failles de votre jugement. D’ici là… Bon interrogatoire. Je déplore simplement de ne pouvoir voir vos techniques de torture. Un jour peut-être… Si nous finissons par œuvre de concert au lieu de se tirer dans les pattes. »


Cette rencontre était terminée. Comme il y avait des gens dans la cour quand elle avait fait sa démonstration, il était évident que des bruits commenceraient à courir. Comment le puissant Seigneur Kel s’était fait déjoué par Darth Acies, pourtant jugée comme sans intérêt. Comment la plus récente Dame Sith avait humilié un personnage de l’importance du Seigneur Kel. S’était-elle fait un ennemi? Peut-être. Si le Seigneur Kel était ne serait-ce que la moitié de ce qu’elle avait entendu, ce ne serait pas le cas. Sa dévotion à l’ordre lui ferait voir que deux façons de voir peuvent mener à un objectif commun. Elle pensait ce qu’elle avait dit. Elle aurait dû le considérer comme un ennemi, si et seulement si elle avait été une Sith ordinaire. Mais Darth Acies n’était pas une Sith ordinaire. Elle pouvait ne pas porter le seigneur Kel dans son coeur, sans pour autant le considérer comme un ennemi. C’était au bénéfice de quiconque obtiendrait sa loyauté…


Dernière édition par Kialani Benkaan le Lun 7 Jan - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Lun 7 Jan - 18:43

Il n'était pas étonnant de la voir refuser le duel, une espionne/assassin ne pouvait faire autrement que de refuser puisqu'elles étaient l'incarnation pure de la lâcheté d'un être. Les blessures, morts ou autres étaient inévitable dans un duel mais on pouvait voir qui était plus doué au combat singulier, là où le courage et les compétences primaient sur la lâcheté. Bien entendu la discrétion et l'assassinat étaient des arts difficiles à maîtriser et je ne doutais pas un instant de la qualité derrière, mais cela ne faisait pas parti de ma philosophie ni de mes principes.

Elle finie par se mettre invisible, espérait-elle me vaincre ainsi ? Certes je n'étais pas capable de la voir ni même de savoir où elle se trouvait mais cela n'allait guère m'empêcher de la vaincre à coup de sabre. Mon expérience au duel allait suffire à lui botter les fesses dans les règles les plus belles. Tous mes sens étaient aux alertes, le sabre toujours en main et allumé, il était prêt à lui trancher la tête si elle osait se montrer. Je n'avais pas compté sur son réel plan, alors que j'attendais toujours une de ses actions, des billes finirent par exploser près d'une statue non loin de moi. Celle-ci se mit à tomber et peut-être était-ce un réflexe de peur qu'elle me tombe dessus, je fis une poussée de Force en sa direction. Se n'était pas le genre de poussée qui allait la propulser de l'autre côté de la planète mais suffisante pour la faire dévier de quelques mètres afin d'éviter de me retrouver écrasé comme un vulgaire insecte.

Je mis mes bras devant le visage pour me protéger de toute la fumée qui se dégageait et m'enveloppait par la même occasion, un bon moment pour m'attaquer dans le dos je devais l'admettre. Lentement la poussière se dissipait et aucune trace de vie de notre chère Dame Acies, c'était-elle enfuie ? J'étais pleins de poussières alors qu'il n'avait aucune trace d'elle mais mes sbires finirent par arriver, ils avaient entendus les bruits. Je réfléchis un instant alors qu'ils s'approchaient de moi pour savoir ce qui c'était passé, après un instant de réflexion je pris la parole.


Occupez-vous de cet assassin, soignez-le avant que nous nous amusons un peu avec lui.

Sans même que je puisse continuer, Dame Acies reprit la parole avec moi par télépathie, je fis un signe de la main pour ordonner à mes hommes de se taire le temps d'écouter ce que cette prétendue sith avait à me dire. Je ne pouvais dire pourquoi mais je n'étais pas étonné de la savoir en fuite mais une question restait toujours ouverte, que recherchait-elle ? Bien entendu son comportement déplacé était inacceptable et méritait bien une correction bien placée mais elle ennemie ? Hmmm aussi bien cela m'aurait fait plaisir de la pourrir au sein de l'Ordre en la faisant passer comme une traître, elle ne donnait pas tous les éléments nécessaires pour le faire. Si elle était réellement une ennemie, pourquoi ne m'a-t-elle pas tuée ? Pourquoi a-t-elle mise hors service l'assassin ? Une ennemie en aurait profité, pourquoi tuer l'assassin qui voulait tuer votre ennemi sans même saisir vous-même cette chance ? Tant de question qui méritait réflexion, elle était difficile à saisir et surtout à la comprendre.

Je ne doutais pas instant que beaucoup allait parler d'humiliation mais à titre personnel je ne le ressentais pas comme tel. Je me serais senti humilié si elle m'aurait mit une sacrée raclée en duel singulier mais là non... Elle c'est contentée de faire tomber une statue près de moi en étant invisible pour fuir, il n'avait pas matière à se sentir humilié.... Je me tournais vers mes hommes dont Therasseus avait prit la parole.


Devons-nous nous occuper de cette garce qui vous à humilier ?

M'humilier ? Je ne pouvais m'empêcher de lâcher un rire avant de reprendre. Moi Humilier ? Non non je te rassure que non. Il n'a pas eu de combat, je lui ai proposé un simple duel. Elle c'est mise invisible, a lancée des petites bombes à la base de la statue pour la faire tombée et c'est enfuie. Est-ce ça pour toi être humilié ? Pour moi non, humilié serait si elle m'aurait mit une sacrée raclée, humilié c'est lorsqu'un minable apprenti bat le Sith'Ari mais certainement pas quelqu'un qui pousse de quelques mètres une statue qui tombe sur lui et son adversaire qui fuit sans même qu'il ai eu un combat. Elle restera mon problème mais par contre stabilisé l'assassin, une fois que cela est fait ramené le sur Dromund Kaas où nous nous en occuperont. Je veux que cet histoire d'assassin reste secrète pour l'heure, je sent qu'elle sera un joker pour nous.

Oui Seigneur Kel, comme vous le désirez... Que voulez-vous dire par joker ?

Tu le comprendras quand l'heure sera arrivé, pour le moment fait ce que j'ai dis. Je retourne dans les quartiers.


Il fit un signe de la tête pour montrer son accord et s'en alla avec les autres qui traînaient l'assassin au sol. Moi je repartis dans mes quartiers où j'allais passer du temps et méditer par la même occasion, je devais réfléchir à ce que j'allais faire par la suite. Je ne pouvais pas encore le dire exactement mais j'allais certainement le savoir rapidement.

[...]

Quelques jours après l'incident...

L'assassin avait été envoyé dans mon laboratoire sur Dromund Kaas, les quelques interrogatoires n'avaient pas menés à grand chose mais je ne voulais pas le pousser trop loin.... Après tous se n'est pas qu'un disque était planté dans sa panse... Ma fois il allait finir par apprendre à parler, j'en étais persuadé. J'avais beaucoup médité sur Dame Acies, ne pensez pas qu'elle me perturbait au point que j'en avais des sentiments ! Non non il ne faut pas se faire d'idées non plus ! Juste que je réfléchissais à son comportement et tentait de comprendre le truc derrière.... Mais je ne pouvais pas trouver un schéma clair et net derrière, on ne pouvait pas dire « elle est une fidèle à l'Ordre » ou « Elle c'est une traître j'en suis sûr » car les deux schémas semblaient lui correspondre. Autant elle pouvait avoir l'air d'une traître, autant elle pouvait avoir l'air d'une alliée redoutable. Je me demandais si elle connaissait réellement l'Ordre Sith ou son fonctionnement, après tous elle avait été formée par un maître qui ne semblait pas très présent au sein de l'Ordre sans parler qu'elle ne semblait pas réalisé que manquer de respect à une personne influente pouvait vite se retourner contre elle.

Il était d'ailleurs remarquable de voir qu'elle avouait sans gêne qu'elle était une espionne/assassin, par expérience je sais que ce genre de sith préfèrent maintenir de telles informations assez secrète ! Elle avait un sacrée potentiel et cela je n'en doutais pas, restait juste à savoir si elle allait le gâcher en offrant ses services à nos ennemis ou non. J'espérais que non mais que pouvions-nous savoir ce qu'elle avait en tête ? Un homme des sables c'est simple à juger, un homme des sables jedi devient déjà plus compliqué... Là c'est la même chose, un sith ordinaire est facile à classer mais elle eh bien... C'est plus dur.... Dans tous les cas je devais admettre que je possédais pas beaucoup d'éléments pour la faire passer pour une vilaine toute pas belle. Après il fallait le dire, elle semblait prendre mal chaque chose que je faisais ou disais, il était dur de trouver un bon terrain d'entente quand la bonne volonté se fait briser par la paranoïa.

Je fus surpris lorsque je découvris une note de sa part qui me parlait d'une piste qu'elle avait trouvée au sujet de ce fameux assassin. Drôle de chose, maintenant elle m'aidait ? Allez comprendre les femmes vous ! On dit souvent que la Force est une chose compliquée mais une femme l'est bien de plusieurs années lumières ! Mais je ne pouvais pas encore la considérée comme ennemie, je n'avais pas encore les éléments bien qu'elle blessa, pour la moindre des choses, ma fierté. Il me restait qu'à voir ce qu'allait en dérouler du rendez-vous qu'elle me proposa dans la note et de rester vigilant. Elle maîtrisait après tous la manipulation comme elle s'en vantait, drôle de femme. Qui se vante déjà de savoir manipuler ? Généralement ça pousse les gens à rester méfiant, surtout chez les sith... Je me demande réellement si elle connaît quoi que se soit chez les sith...

Je m'étais décidé à rejoindre le lieu de rendez-vous pour la rencontrer, seul bien entendu. Je n'avais pas besoin d'une escorte même si on avait tenté de m'assassiner, je connaissais mes compétences et je savais qu'il allait falloir plus qu'un fichu assassin pour m'avoir. Je me surestime ? J'avais trop confiance en mes compétences ? Peut-être cela allait être ma fin mais la mort n'était pas ce que je craignais. Je n'ose même plus compter le nombres de fois où la mort était à mes portes mais à chaque fois je l'ai renvoyé de là où elle était venue. Lorsque le jour de ma mort sera venue, je l'embrasserais et la Force pourra m'emporter, au lieu de la craindre il faut savoir l'accueillir comme il se doit. La mort n'est-elle pas la dernière étape d'un utilisateur de la Force ? Lorsqu'il rejoint la Force et l'embrasse ? Lorsque celle-ci peut le faire vivre éternellement comme un dieu ?

J'étais arrivé au lieu de rendez-vous, je n'étais pas en retard. À vraie dire j'étais même un peu à l'heure, il ne me restait plus qu'à l'attendre dans l'espoir que cela n'allait pas être une trahison. Je fermais mes yeux, laissant la Force devenir mes yeux. Une vision bien fascinante des choses lorsqu'on voit tout par la Force, cela se faisait quand même avec un effort, certes pas les plus gros mais je me baladais pas tous les jours ainsi.... Dommage je devais dire ! J'avais mon sabre et son drôle de disque attaché à ma ceinture, je comptais lui rendre son arme, après tous je n'y avais aucune utilité !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Mar 8 Jan - 5:41

Pendant le laps de temps séparant cette rencontre de la précédente avec le Seigneur Kel, Darth Acies avait fait des… Recherches. Après tout, n’avait-elle pas fiché son arme dans le corps d’un assassin à l’allégeance inconnue? On pouvait certes considérer la curiosité comme un défaut mais dans son cas, elle aurait été une bien piètre espionne si elle n’avait pas eu un minimum de curiosité intellectuelle. La recherche d’un « pourquoi » était fondamentale dans son métier. Se contenter d’un objectif aussi simple que de trouver une piste ne lui satisfaisait pas. Il lui en fallait plus. Le pourquoi du comment, un qui, un quand, un où, un quoi… Toute l’affaire. Comme elle n’avait rien d’urgent à accomplir ou même de mission, elle avait décidé de mener ses propres recherches pour savoir qui avait voulu la tête du Seigneur Kel.

Il s’était avéré que le commanditaire de cet assassinat n’était nul autre que Darth Patrius, un Sith qui s’il n’était pas des plus importants dans la hiérarchie du nouvel ordre Sith était un poids considérable de par son appartenance à une puissante lignée d’utilisateurs du côté obscur. Considérant que techniquement la chose est assez rare, il pouvait bien se penser supérieur aux autres. À force d’écouter le dit personnage fulminer et tempêter devant l’échec de son assassin (c’était à se demander si cet homme connaissait le sens du mot « discret »), Darth Acies en avait déduit que ce seigneur sith en avait après le Seigneur Kel parce que celui-ci avait remporté un duel lancé par Darth Patrius. Comme quoi l’orgueil mal placé fini toujours par vous nuire. Qui plus était, cet homme-là semblait décidé à en finir avec son… Némésis. Les obsessions, parfois…

Ce fut donc sans surprise qu’elle parvint à trouver des éléments de réponse. Après tout, elle avait été FORMÉE pour cela. Il était attendu d’elle qu’elle trouve ce genre de choses. Plutôt que de garder l’information pour elle, elle avait eu la présence d’esprit d’en informer le principal concerné. Après tout, elle avait clairement dit ne pas être son ennemi. Il n’y avait donc pas de raison de vouloir monnayer son aide, par exemple. Accessoirement, si elle ne revoyait pas le Seigneur Kel, il faudrait qu’elle s’introduise dans ses quartiers pour reprendre son chakram et elle estima sans mal qu’il serait loin de prendre le geste comme une initiative pacifique ou bien intentionnée. Elle lui avait livré une note au nez et à la barbe de ses sbires, cependant, préférant une note manuscrite à un message électronique. Plus personnel donc moins distant.

Une fois le rendez-vous fixé, elle avait décidé de l’attendre dans la cour du temple. Loin d’une statue, cette fois, afin de ne pas lui laisser croire qu’elle comptait attenter à sa vie. Sait-on jamais. L’endroit, désert pour le moment, constituait un endroit idéal pour un rendez-vous sans la faune locale. Il y aurait moyen de discuter sans être entendu ou dérangé. Les avantages d’une bonne reconnaissance préliminaire. Restait à espérer que le Seigneur Kel ne se pointerait pas d’une part avec une escorte et de deux qu’il serait à l’heure. Certains Siths se croient tout permis et donc ne respectent en rien un minimum de savoir vivre. Si Darth Acies n’était pas un modèle de civisme, elle aimait quand même un minimum de politesse. Elle n’aurait pas à attendre tant que cela finalement car le Seigneur Kel se pointa même avec une légère avance.


« Seigneur Kel. Je vois que vous avez ramené mon arme. Je me suis dit que vous n’auriez pas apprécié… Comment dire… L’indélicatesse de ma part de le récupérer directement dans vos quartiers. Il fallait donc trouver une raison valable pour que vous vous déplaciez, n’est-ce pas? Quoi de mieux que de vous renseigner sur qui en veut à votre peau. Remarquez qu’un homme dans votre position…

Doit avoir un tas d’ennemis. Un des inconvénients du pouvoir, comme le faisait si justement remarquer mon défunt maitre. Je suppose que vous n’avez pas de problème à gérer ce genre de situation. Vous ne seriez pas vivant si ce n’était pas le cas. Enfin bon. Cet assassin, disais-je. La curiosité l’a emporté chez moi je pense : j’aime bien savoir qui je manque de décapiter quand l’occasion se présente. »


Se pouvait-il que… Que Darth Acies vienne de faire de l’humour? D’accord, ce n’était pas particulièrement drôle ni même amusant mais venant d’une personne si distante et froide, c’était à tout le moins surprenant. En regardant bien, le coin de sa lèvre avait-il bougé de façon presque imperceptible? Difficile à dire mais on pouvait toujours le prétendre. Se contentant de regarder longuement le Seigneur Kel, elle attendit qu’il lui rende son arme pour la fixer derechef à sa ceinture. Pour quelqu’un qui passait sa vie avec ses possessions sur le dos, ce n’était pas exactement surprenant. Satisfaite, elle sortit de sous sa cape un datapad. À première vue, c’était quelque chose qu’elle avait dû récupérer lors d’une précédente mission. L’appareil présentait des traces d’usure assez marquées. Sans doute récupéré sur un mercenaire.

Elle le tendit au Seigneur Kel qui, s’il le consultait, y trouverait ce que Darth Acies avait découvert, dont la conversation avec entre Darth Patrius et ses sbires qui avait mis la puce à l’oreille de l’espionne. Évidemment, le retrouver dans l’immédiat serait ardu car il avait quitté la planète pour des raisons personnelles mais… On ne pouvait pas s’y tromper. La vie du Seigneur Kel était belle et bien en danger et ce Darth Patrius ne comptait pas abandonner la partie si facilement. Pour Darth Acies, c’était tout aussi bien. Un adversaire qui abandonne trop vite est un amateur et cela tue une partie du plaisir de faire son travail. Elle prenait grande fierté à faire ce qu’elle faisait. Rares étaient ceux pouvant se vanter d’exceller dans un domaine aussi spécialisé que le sien. Peu étaient prêts à sacrifier des pouvoirs offensifs pour un arsenal plus « utilitaire ».


« Vous vous souvenez de ce que je vous ai dit? Je ne vous considère pas comme mon ennemi. Par conséquent, il aurait été illogique de ne pas vous livrer les fruits de ma petite enquête, vous ne pensez pas? Je repensais à ce que vous disiez l’autre jour et vous avez raison sur un point. Moi, si je tue Darth Patrius, ce sera suspect. Par contre, votre statu hiérarchique vous exonère de cette contrainte.

Je ne dis pas que nous réussirons à éliminer Darth Patrius mais comme j’ai presque tué son assassin, il a des raisons de m’en vouloir aussi. Autant unir nos forces pour se débarrasser d’un ennemi commun… Non? Je comprendrais votre refus, il va de soi. S’associer avec une espionne et une assassin est dommageable pour une réputation. TRÈS dommageable, Seigneur Kel. C’est comme serrer la main d’un démon de légende. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Ven 11 Jan - 17:12

J'attendais depuis quelques minutes, je ne pouvais dire exactement combien de temps c'était écoulé entre mon arrivé et celle de Dame Acies en ses lieux. Je restais un instant silencieux avant d'ouvrir doucement mes yeux et de la regarder, affichant un léger sourire sur mes lèvres. Étonnant tous de même qu'elle ne c'était pas prise la peine d'entrer par effraction dans mes quartiers, encore fallait-il réussir et y survivre ensuite. Je l'écoutais attentivement, j'étais plutôt étonné de voir qu'elle c'était prise la peine de s'informer au sujet de l'assassin. Elle n'avait aucune obligation à ce sujet et pourtant....

Je me suis dis que cela allait vous faire plaisir de récupérer votre arme et elle ne m'est d'aucune utilité donc pourquoi la garder ?

Aussitôt elle me tendit un datapad plutôt en piteux état, pas très digne d'un sith il fallait dire mais pourquoi avoir quelque chose de beau et cher si le contraire jouait parfaitement son rôle ? Je lus les informations qu'elle avait rassemblée, une certain Darth Patrius voulait ma mort. Le nom me disait quelque chose mais je n'arrivais pas à découvrir immédiatement qui il était, je réfléchissais un instant, tentant de me souvenir qui était cet homme. Je fini par me souvenir, un ancien adversaire que j'avais vaincu en duel. Il avait du se sentir sacrément humilié mais il n'avait pas encore eu l'occasion de se venger sur moi, c'est la joie de passer plus de temps sur Dromund Kaas que Korriban... Ma fois maintenant que je suis, quelque peu, obligé à rester plus souvent ici.... L'occasion de la vengeance c'était automatiquement présentée à lui.

Je posais mon regard à nouveau sur elle alors qu'elle reprit la parole, il était vrai que mon statut me permettait bien des choses mais cela était assez dangereux. Je réfléchis un instant, me demandant comment nous pourrions nous débarrasser de cette épine. Je n'étais réellement pas persuadé que la méthode bourrine allait aider, à vraie dire j'y voyais plus d'inconvénient que d'avantage. Ses adeptes n'allaient guère apprécier cela et dans le pire des cas ils allaient grossir les rangs de l'ennemi après la défaite de leur maître. Il me fallait une méthode qui allait éviter qu'on pense que je sois le méchant et indirectement les ramener à la cause de l'Ordre. Je fini par avoir une idée que je n'allais pas tarder à proposer à Dame Acies.


Le pouvoir est bien un fléau croyez-moi, je ne l'ai jamais cherché. Il est venu vers moi. Je me rappelle de ce Darth Patrius, nous nous sommes battus en duel et il a perdu. Certainement c'est-il senti fortement humilié et compte se venger sur moi, peut-être recherche-t-il à prendre ma position par la même occasion. Je vous remercie pour ses informations, si vous êtes douée dans un domaine, c'est bien celui de l'espionnage et l'assassinat n'est-ce pas ?
La moindre des choses qu'on puisse dire sur les gens qui maîtrisent cet art, ils ont un très grand potentiel, vous y compris.


Je fis une courte pause avant de reprendre.

Quand comprendront les sith que l'égoïsme mène toujours à la perte de tout l'Ordre ? Quand comprendront-ils qu'il faut être uni pour espérer survivre à long terme et non se querellé entre nous pour du pouvoir ?
Mais qu'importe, je ne vais pas vous assommer avec cela et revenons au sujet....


Je pris la parole mais cette fois de façon très basse, juste suffisamment fort pour que Dame Aciess me comprenne. Si il avait bien une chose qu'il fallait savoir au sein de l'Ordre, c'était de ne jamais faire confiance aux autres Sith ! Comme on disait si bien, les murs ont des oreilles !

Je vous propose un plan... Il faut éviter d'y aller de front, cela va créer bien plus de soucis... Je propose ceci : Vous empoisonnerez la nourriture de ce cher Sith lorsqu'il sera de retour, je pense que cela sera un jeu d'enfant pour vous. Lorsque cette nouvelle fera la ronde, j'irais me présenter pour enquêter au sujet de cet assassinat, bien entendu vous serez couverte par moi. Je mènerais donc cette enquête, bien entendu j'attendrais de trouver le bouc émissaire adéquat pour lui remettre la faute de l'assassinat dessus. Cela évite des guerres intestines supplémentaires, on élimine un ennemi commun. Au final nous y gagnons tous quelque chose. Personne saura qu'on a trouvé un accord ensemble, un empoisonnement dans l'ombre, impossible de dire que vous l'avez fais.

Je la regardais et attendait sa réponse avec impatience, allait-elle accepter ? J'avais comme un doute mais nous ne savions jamais, peut-être allait-elle accepter car après tous, nous avions tous a y gagner ! Bien que la fourberie n'était pas mon terrain favori, par moment cela était le seul moyen qui allait éviter de créer plus de problèmes que nécessaires.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Sam 12 Jan - 21:52

« Allons Seigneur Kel, si c’était aussi simple, n’importe lequel de ses rivaux l’aurait fait. Vous oubliez que la Force est puissante et qu’elle confère une sorte de sixième sens. Rares sont les poisons capables de la déjouer et encore là, la paranoïa naturelle des Siths rend le processus encore plus compliqué. Le poison, Seigneur Kel, est à exclure. Enfin… Un poison… Conventionnel. »

Kialani connaissait bien son sujet et bien qu’effectivement les poisons susceptibles d’échapper à la vigilance d’un utilisateur de la Force, l’alchimie Sith proposait de belles alternatives. Non, elle ne maitrisait en rien ce domaine mais par contre, elle savait que c’était un domaine exploitable. Il y avait aussi des poisons très rares qui pouvaient faire le travail mais ce n’était pas sur Korriban qu’on les trouvait. Il faudrait faire un petit séjour touristique hors planète. Qui plus était, il était évident que Darth Patrius faisait gouter sa nourriture. Un Sith qui se prenait pour un roi agissait comme tel et prenait des précautions que le commun des mortels jugeait soit inutiles, soit exagérées. Ce n’était pas comme assassiner un seigneur Sith classique, loin de là. C’était considérablement plus difficile et considérablement plus dangereux.

Qu’on ne se leurre pas. Ce n’était pas la peur ou le manque de courage qui faisait que Darth Acies, pour l’instant, ne voulait pas se charger de l’assassinat. Premièrement, le fait qu’il dise que personne ne saurait qu’elle était responsable de l’assassinat était pure foutaise. On connaissait au sein de l’Ordre les talents de Darth Acies. Il était pratiquement de notoriété publique qu’elle était une espionne hors pair et une assassin redoutable. En cas d’assassinat, elle serait la première personne visée, c’était plus qu’évident. N’importe quel novice pouvait arriver à une telle conclusion. L’autre problème avec ce plan, c’était qu’elle mettait son sort uniquement entre les mains du Seigneur Kel. S’il décidait de ne pas tenir sa part du marché, sa tête tomberait. Elle ne tenait pas à se faire trahir, loin, très loin de là. Elle était plus maline que cela.

L’autre faille dans ce plan résidait dans un détail évident. Darth Patrius avait attenté à la vie du Seigneur Kel. Si celui-ci se chargeait de l’enquête, ce serait plus que suspect. Un Sith qui enquêterait de bonne fois sur la mort d’un rival? Personne ne croirait à cette histoire non plus. Trop gros à avaler, pas assez solide, pas assez crédible. Il fallait trouver quelque chose d’autre. Ils avaient pourtant des preuves, pour la tentative d’assassinat. Si le Seigneur Kel décidait d’arrêter Darth Patrius, logiquement, ce dernier résisterait à l’arrestation, tenterait de faire usage de force et serait éliminé. Oui, il y avait le risque non nul que ses partisans décident de garder rancune face au Seigneur Kel mais certains décideraient très certainement de réviser leur allégeance, ne serait-ce que par envie de s’élever au-dessus de leur défunt maitre. Enfin, en théorie.


« Le plan serait viable si notre adversaire n’était pas un Sith. Personne ne va croire en votre bonne foi, Seigneur Kel. Vous avez été la cible d’une tentative d’assassinat par ses partisans : pourquoi le reste de l’Ordre croirait en votre bonne volonté dans la résolution du meurtre de Darth Patrius? Vous vous exposeriez inutilement à de la mauvaise presse. L’arrêter serait plus simple, je crois… »

La confrontation directe semblait plus indiquée. En plus, elle pourrait très bien se tenir en embuscade et prêter main forte au Seigneur Kel lorsqu’il appréhenderait Darth Patrius. Ce serait également plus simple pour elle de montrer qu’elle avait bien fait le travail. Elle avait pour principe de ramener les corps de ses victimes à ceux qui l’envoyaient en mission. C’était à son sens une preuve d’un travail bien fit, considérablement plus facile à corroborer que de simples paroles, de bien faibles garanties. Si on ne lui spécifiait pas ce genre de détails, elle agissait selon ses principes. Une mentalité qui avait fait sursauter la première personne à l’avoir envoyé en mission. Restait à voir ce que le Seigneur Kel en pensait. Elle n’avait jamais été versée en politique Sith, il n’était pas exclu que lui y voit plus clair qu’elle.

Elle avait beau ne pas lui faire confiance pour le moment, il restait un influent personnage. La logique voulait, par conséquent, qu’il sache quoi faire pour le bien de l’Ordre mais en même temps, être quelqu’un de haut placé pouvait vous faire perdre de vue une perspective d’ensemble. C’était pour cette raison précise qu’il fallait toujours s’attaquer à la résolution d’un problème à plusieurs. Combiner des opinions et des avis. Oui, cela pouvait mener à des divergences d’opinion mais une opposition d’idées n’était pas foncièrement une mauvaise chose. Cela permettait de confronter les diverses visions d’une même pièce qui souvent se trouvait à avoir bien plus que deux côtés. Lui voyait la problématique d’un point de vue plus discret et elle d’un point de vue plus pragmatique. Tant pis pour les vagues : c’était toujours mieux qu’un raz de marée.

Quoi que… Il y avait toujours une autre option. Amener Darth Patrius à admettre son crime. Pour ce faire, il y avait plus d’une façon de réussir, la plus évidente étant de jouer avec son égo. Sans doute serait-il possible de l’amener à se trahir mais pour ce faire, il lui faudrait comprendre davantage comment fonctionnait la haute hiérarchie de l’Ordre. Elle avait beau être une Dame Sith, elle se tenait si loin du pouvoir en place que c’était un grand flou pour elle. Se mêler de trop près des affaires de l’Ordre, se serait s’exposer de façon déraisonnable et l’espionne en elle ne voulait pas mais alors là pas du tout prendre des risques aussi inutiles. L’observation restait sa meilleure arme. Courir après le prestige ou la gloire ne pouvait qu’apporter des ennuis. Des tas et des tas d’ennuis. Dans son métier, il fallait les éviter ou les causer à d’autres, pas les subir.


« N pensez-vous pas que nous pourrions l’amener à se trahir, Seigneur Kel? S’il venait à admettre son crime, il pourrait être puni en conséquence non? Son assassin est-il en vie? Nous pourrions l’utiliser pour amener Darth Patrius à se compromettre. S’il est encore sur Korriban, nous pourrions même faire croire à son évasion… Et observer de loin la réaction de votre rival.

À mon avis, nous nous embarquons dans quelque chose de bien plus complexe que entre, tue, sort et rentre à la maison. Vos ennemis sont sans nul doute puissant. Très puissant. Aussi compétente je puisse être, il y a plus en jeu qu’un simple assassinat. Si cela se trouve, Darth Patrius va même nous attendre de pied ferme. Après tout, n’aies-je pas dû venir vous trouver pour vous confier ce que je sais? Qui le surveille, dans l’intervalle? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Mar 15 Jan - 19:40

Pourquoi l'Ordre croirait en ma bonne volonté ? Tous simplement parce que mon ennemi ne sait pas forcément que je sais qu'il est derrière la tentative d'assassinat. Il sait au mieux que j'ai contré l'acte mais il ne sait pas forcément que je le sais et puis, si publiquement je me déclare à retrouver son assassin. Ses adeptes seront forcés à se trahir pour donner une raison valable de ne pas m'avoir en enquêteur, cela sera le seul moyen pour se justifier. Dire que nous étions ennemis ne suffit pas puisqu'il n'avait rien eu sur des années donc pourquoi aurait-il quelque chose maintenant ? Jusqu'à preuve du contraire il n'avait eu aucun soucis entre moi et lui, juste un duel il a des années sans mort. Si ils se trahissent en devant avouer la tentative, ma fois j'aurais tous en main pour les faire arrêter.

Je fis une pause, je réfléchissais à ses paroles. Bien que dans la théorie cela semblait si simple, dans la pratique il en était tout autre. On ne pouvait pas tous simplement y aller, le tuer et puis repartir comme si on mangeait un simple fruit. Non il fallait y aller avec un vrai plan réfléchit. Alimenter nos ennemis étaient bien la dernière chose que je voulais atteindre, nous avions suffisamment de rats qui nous rongeaient, que se soit de l'intérieur ou de l'extérieur alors pourquoi les alimenter d'avantages ? Cela était excessivement absurde.

J'étais conscient qu'il était un puissant sith et certainement avec des surprises sous la manche, il restait à savoir comment résoudre un tel problème sans en créer d'autres. Je ne doutais pas que cela n'allait pas se faire sans encombre mais si nous nous mettons à allumer des petits feux par-ci et par-là, il finira par devenir bien trop grand.... Cependant je me demandais si elle comptait réellement faire quelque chose pour résoudre cette histoire, de l'ordre de la pratique bien entendu, ou si elle ne comptait qu'aider à élaborer un plan.

Je restais un instant silencieux pour réfléchir à une idée alternative, l'amener à se trahir était certes une belle chose mais comment le faire ? Il n'était certainement pas idiot au point de se laisser avoir si facilement et puis comment le faire ? Après réflexion je me demandais si une simple idée n'était pas de l'engager dans un duel à mort ? Le perdant allait mourir et le gagnant allait récupérer les fidèles de l'autre, c'était certes un jeu très risqué mais après tous il pouvait éviter d'envenimer les choses. Une sorte d'accord entre les deux concernés, je ne doutais pas que les adeptes allaient accepter car après tous ils n'allaient pas risquer leur vie pour l'égaux d'un seul homme, si ? Surtout qu'il était loin de diriger l'Ordre, il n'était qu'un simple pion au sein de l'Ordre.

Une autre idée était en effet d'utiliser le prisonnier pour lui tendre un piège, on faisait passer le message qu'il c'était évadé. Il suffisait de promettre liberté et vie à l'assassin pour qu'il collabore, on faisait de sortes que Darth Patrius se compromette dans une discussion avec son assassin et le tour était joué. Il avait cependant le risque que cela ne fonctionne pas ou qu'il finisse par remarquer le piège ou encore l'assassin qui nous trahit.... Tant de paramètre qu'on ne pouvait contrôler et qui allait pouvoir poser de sacrés problèmes. Je tournais mon regard vers elle, réfléchissant encore un instant pour savoir si j'allais lui faire mention de mes deux idées ou non avant de me décider de le faire.


Une idée pourrait être que je l'engage en duel singulier pour sa tentative, le perdant se fait tué et le gagnant reçoit la fidélité des adeptes du perdant. Bien entendu il faudrait des assassins pour surveiller les arrières dans le cas d'un mauvais tour de Darth Patrius et il aurait une chance sur deux que le plan rate mais dans tous les cas les sith resteraient au sein de l'Ordre et restent fidèles à celui-ci. Reste bien entendu le problème qu'il pourrait le refuser bien que j'en doute car si je lui fais pars que je suis au courant de sa tentative d'assassinat, il n'aura guère de portes d'issus mais il aurait de se fait l'occasion de m'assassiner de façon tout a fait légal si je puis le dire.

Une autre idée serait de lui tendre un piège avec l'assassin. Nous lui proposons la liberté et la vie si il collabore avec nous. Nous faisons passer la rumeur de son évasion et il cherchera le contact avec Darth Patrius, une fois celui-ci établi il devra lui faire avouer indirectement ses envies de m'assassiner. Bien entendu il a beaucoup de paramètres qu'on ne pourra pas contrôler comme la fidélité du prisonnier, si le piège fonctionne ou encore si Darth Patrius ne serait pas mit au courant d'une manière ou d'une autre.... Ou tous simplement si le prisonnier va collaborer bien que cela ne semble pas être un réel problème.... Quant pensez-vous ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Ven 18 Jan - 15:04

« Pardonnez mon étonnement mais je pensais que les choses fonctionnaient selon la loi du plus fort. Si vous triomphez de Darth Patrius, ce qui est inévitable car je serai là pour vous épauler, je conçois mal comment ses apprentis, en quête de puissance et de pouvoir, pourraient ne pas vouloir se ranger derrière quelqu’un de plus fort que leur défunt maitre. Je doute que la loyauté soit en cause. »

Selon toute logique, les apprentis de Darth Patrius ne devraient pas s’opposer à une transition de pouvoir. Si le Seigneur Kel était le plus fort, il était presque un devoir que de se rallier à sa bannière. Non pas que ce fut sa croyance mais à force d’observer les Siths, elle avait pu constater certaines tendances qui se dégageaient de l’ensemble. Perdre quelques éléments au profit d’un ordre plus stable ne semblait pas être un sacrifice énorme, du point de vue pragmatique de l’espionne. Éliminer les éléments problématiques, au besoin, était plus un service à se rendre qu’un réel inconvénient. L’Ordre Sith n’était pas en si mauvaise posture, comme semblait le laisser sous-entendre le Seigneur Kel. Il était déjà plus fort qu’en certains autres points de l’histoire, pour ce qu’elle pouvait en déduire. Pourquoi cette hésitation, alors?

Sa décision était prise, en tout cas. Oui, elle allait aider mais elle n’allait pas perdre des heures en tergiversations. Tout plan comportait des risques et elle comptait employer la solution qui serait la moins dommageable pour elle. Si elle n’était pas hostile au Seigneur Kel, elle n’avait toutefois aucune raison de lui faire confiance et inversement. Donc, quoi qu’ils fassent, elle s’arrangerait pour avoir un rôle de soutien. Ainsi, si jamais quelque chose tournait mal, on pourrait, au mieux, la considérer comme coupable par association. Mieux valait cela à une accusation comme actrice principale. Après tout, une bonne espionne doit penser à sauver ses fesses avant que le navire coule : le sort réservé à ceux qui font le sale boulot pour d’autre est toujours plus dur. On les méprise pour leur manque de moral et on leur en veut parce qu’ils sont en un sens indispensables.

Tout un paradoxe, quand on y réfléchissait bien. Mais bon, pouvait-elle offrir mieux au Seigneur Kel? Non. Ce n’était pas une mission officielle, autorisée par une autorité disons légale et donc elle tremperait dans cette affaire sans se mouiller complètement. La prudence est la mère du génie, après tout. Ce n’était pas une alliance qu’elle lui proposait. Juste d’éliminer ce qui semblait être un ennemi commun. Elle ne savait pas encore si Darth Patrius était au courant pour elle, que c’était elle qui avait neutralisé son assassin mais mieux ne valait pas prendre de risques inutiles. C’était en général mauvais pour la santé. Darth Patrius mourrait et ce serait selon toute vraisemblance de la main du Seigneur Kel. Darth Acies gardait une neutralité relative et le Seigneur Kel aurait à tout le moins la preuve que cette dernière ne conspirait pas contre l’ordre.

Toutes ces réflexions attendraient car elle le sentit avant de le voir. Darth Patrius s’en venait vers eux à grands pas. Coupée de la Force comme à son habitude, Darth Acies décida de disparaitre complètement, prête à assister le Seigneur Kel en cas de confrontation. Chose certaine, elle n’avait rien divulgué de ses intentions en venant ici. Il était donc probable que Darth Patrius ait fait suivre le Seigneur Kel et que le mouchard se soit éclipsé après avoir vu qu’il semblait attendre quelque chose ou quelqu’un. Darth Patrius n’était donc pas vraiment partit. Il avait quitté la planète pour donner l’impression à ses ennemis d’avoir le champ libre. Ingénieux comme plan mais néanmoins comportant plusieurs défauts. Cela voudrait dire que Darth Patrius n’avait pour approche que la confrontation et donc un soutien de ses « alliés » extrêmement limité.

Finalement, soit il haïssait le Seigneur Kel plus que de raison ou quelqu’un avait aiguillé sa rage dans ce sens. Difficile de déterminer laquelle des options étaient la bonne mais c’était plus ou moins sans importance. L’ennemi à abattre était là, il fallait s’attendre à au moins une mauvaise surprise et Darth Acies ne comptait pas laisser le Seigneur Kel se faire tuer. Ne serait-ce que pour alléger les soupçons qui pesaient sur elle, elle devait bien consentir à cette précaution. Se préparant à frapper au besoin, elle laissa toutefois ses sens surdéveloppés, par rapport à un humain, l’assister dans sa traque d’éventuels renforts. Darth Patrius semblait seul… Non. Il y avait un, non deux échos… Intéressant… Sans perdre de vu l’intriguant, elle l’écouta accuser ouvertement le Seigneur Kel d’un tas de choses plus ou moins décousues. Manifestement cet homme n’avait plus toute sa tête…

Ile le tenait pour responsable de sa perte de statut, de l’empêcher de s’élever par ses magouilles frauduleuses et il était en train de peindre le Seigneur Kel comme l’Artisan de la chute prochaine de l’Ordre Sith. Elle l’écouta déblatérer des insanités tout en gardant un œil sur les deux acolytes de ce fou furieux qui venait d’allumer son sabre et qui menaçait de tuer le Seigneur Kel s’il ne se rendait pas immédiatement. Qu’est-ce que c’était que cette histoire? Darth Patrius lui avait semblé agité quand elle l’avait espionné mais il semblait encore cohérent… Là il avait toute l’allure d’un dément… Quelque chose clochait, définitivement. Elle était en train de réfléchir à son angle d’approche quand elle perçu… Était-ce possible? Oui. Un troisième écho. Très bien dissimulé et elle l’aurait manqué à coup sûr si elle avait été humaine ou une Sith plus généraliste.

Quelqu’un d’autre se tenait en retrait, observant ce qui se passait. Contrairement à ce qu’elle aurait pu attendre d’un autre joueur, il n’utilisait ni la dissimulation ni le voile de Force. Il était clairement là, observant l’affrontement à venir mais il ne semblait pas préparé au combat, contrairement aux autres protagonistes. Y avait-il quelqu’un de plus dans ce petit jeu, quelqu’un qui aurait pu manipuler Darth Patrius, s’en servir comme test pour pouvoir voir comment atteindre le Seigneur Kel? Le sacrifice d’un fou pour un roi noir… Et actuellement inconnu. Une tactique brillante, à n’en pas doute en tout cas. Qui était ce nouveau joueur? Elle décida de conserver sa trace en mémoire : peut-être que le Seigneur Kel serait capable de l’identifier suivant ses descriptions. Pour l’heure, elle devait le prévenir de l’éminence du danger. Car danger de mort il y avait.


« Seigneur Kel, Darth Patrius est accompagné de deux acolytes qui se tiennent en retrait, prêts à l’assister. Il y a aussi une troisième présence qui pour le moment se contente d’observer. Voulez-vous que je lui donne la chasse ou dois-je me charger de ceux qui en veulent directement à votre vie? Quoi que vous décidiez, il va falloir le faire très rapidement. Il y a plus à cette situation que ce que l’on voit… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Sam 26 Jan - 21:05

Vous savez il a loyauté et loyauté, certains sont loyaux tant qu'ils y gagnent alors que d'autres le sont par convictions. Il est vrai que beaucoup sont fidèles pour espérer y gagner quelque chose et n'hésiteront pas à retourner la veste quand la situation le réclame mais certains resteront fidèles jusqu'à la mort. Je le conçois parfaitement qu'ils sont plus rares parmi les sith mais loin d'être inexistant.
L'Ordre Sith devrait surtout évolué vous savez, la loi du plus fort à suffisamment montré qu'elle n'aidait pas. À force de tuer les faibles, on perd du savoir très important, du savoir très utile. Il ne faut pas oublier qu'on peut considérer, en théorie, n'importe qui comme faible... Même un puissant Sith, de se fait on a des chances de perdre beaucoup à force d'appliquer cette loi...


Je ne doutais pas que je ne pouvais pas réellement compter sur son implication mais en même temps je ne pouvais espérer une loyauté sans faille de sa part, ne dit-on pas que chaque espion/assassin à forcément un maître ? Allez savoir lequel est celui de Darth Acies... L'heure n'était pas là pour débattre sur son implication dans le complot, je ne pouvais même pas me garantir que les informations qu'elle m'avait donnée était correcte. Elle aurait pue aisément les falsifiées dans ses intérêts, peut-être même donne-t-elle des informations à mon rival ? Les possibilités sont nombreuses et des idées de complots on peut en énumérer par milliers mais la vérité est au final difficile à cerner.

Je restais un instant silencieux, son manque d'envie de s'impliquer me laissait douter sur sa loyauté à long terme pour l'Ordre. Il devait bien avoir quelque chose d'autre derrière, mais quoi? Je ne pouvais pas réfléchir plus à cela que Darth Patrius me rejoignit. Comment pouvait-il le savoir que j'étais ici ? Est-ce que Darth Acies l'avait emmenée ici en faisant double jeu ? Peut-être.... Cependant cela allait éviter que je me bouge pour le trouver, une bonne chose pour un mal....

Je me tournais vers lui pour l'écouter, ses paroles étaient insensées. Si je ne l'avais pas un peu connu, j'aurais pu parier qu'il avait succombé à la folie mais cela semblait plus être une manipulation. Quelqu'un semblait l'avoir mit contre moi, d'avoir attisé une haine à mon encontre mais qui ? La première personne qui me venait à l'esprit était Darth Acies, elle avait après tous jouée l'enquêteuse, avait neutralisée l'assassin comme si elle savait exactement où il était... Et bizarrement Darth Patrius arrive là où j'avais un rendez-vous avec elle.... Je pense que beaucoup y verrais là un lien, tenterait-elle de déstabiliser l'Ordre par ses complots ? Cela méritait d'être médité plus tard, pour l'heure un problème devait être résous.

Elle me parlait par télépathie, je réfléchis un instant. Trois personnes pour moi ? Cela ressemblait fort à un challenge que je n'avais plus eu l'occasion de surmonter depuis un bon moment. Je jugeais préférable qu'elle capture l'observateur, si il avait quelque chose avoir là-dedans, il pourrait être utile bien que quelque chose me disait qu'elle était impliquée là-dedans d'une façon ou d'une autre.


Poursuivez l'observateur, je vais m'occuper des trois autres. Cela ne devrait pas être trop difficile et puis qui suis-je pour refuser le challenge ?

Vous me donnez l'impression d'être pris de folie seigneur Patrius, se n'est guère très digne d'un sith de votre rang.... Il serait fort dommage de devoir en arriver à la mort de l'un ou l'autre mais.... je sais que c'est ce que vous voulez....

Je pris mon sabre en main, laissant mon aura des ténèbres se dégager pour gagner un avantage. Ils devaient sentir ma puissance et la craindre, le doute était une vilaine faille que je voulais exploiter. Darth Patrius se remettait à délirer alors qu'il me chargea, j'activais mon sabre et me mit à parer ses coups avec une main. Je devais dire que le makashi était une superbe forme pour les duels de sabre, nous n'étions certes pas expert pour dévier les tirs mais contre un sabre nous avions tous les avantages possibles. Nous n'étions pas invincible mais très bon et c'est ce qui comptait. Le combat avait prit une certaine intensité, les sabres dansaient, s'entrechoquaient alors que d'autres coups étaient évités par l'un ou l'autre.

J'étais prêt à recevoir à chaque instant les deux autres bien que je n'étais pas certain qu'ils allaient intervenir, il fallait jamais sous-estimer leur impact dans le combat. Je fini par remarquer l'un d'eux au coin de l'oeil, je savais que l'heure était venu pour un petit 3v1. Je laissais mon sabre contre celui de mon adversaire, les faisant partir vers le côté alors que je profitais de ce petit instant de faille pour lui tirer une puissante poussée de Force pour l'envoyer un peu plus loin.

Je savais que le plus important lorsqu'on était seul contre plusieurs adversaires étaient de supprimer la supériorité numérique de ceux-ci. Bien entendu nous avions plusieurs possibilités mais une qui pouvait être assez efficace était de sans cesse repousser un ou deux adversaires. Bien entendu le décors ouvrait d'autres portes pour cela. Je parais le coup de l'un qui venait vers la droite, tentant de le repousser un peu par le puissant coup de parade alors que le sabre reparti immédiatement de l'autre côté pour parer le coup de l'autre adversaire. Je tentais de guider son sabre vers le bas alors que je donnais un coup de pied en arrière dans le but de repousser celui à ma droite. Les durs entraînements physiques c'étaient payés durant ma jeunesse bien que je n'étais plus aussi souple qu'à l'époque, faute d’entraînement .
Sans attendre j'utilisais une puissante poussée de Force sur celui de gauche alors que Patrius rejoignit à nouveau le combat. Je parais ses coups tous en reculant, obligeant les deux autres à se déplacer tous en devant prendre le risque d'être percutés par l'un des sabres qui dansaient. Ma fois si on y prêtait un peu d'intention, il n'avait guère de danger.

Je tirais sur l'un ou l'autre une foudre de Force, se n'était pas dans le but de les blesser ou les tuer mais plutôt de les empêcher d'avancer en les forçant à devoir se protéger. Se n'étaient que quelques secondes de gagnés mais cela suffisait pour supprimer la supériorité numérique. Je ne pouvais pas maintenir longtemps cet avantage, bientôt je me retrouvais avec les trois sur moi. Si je restais dans cette position je savais que je n'avais aucune chance. Je reculais sans cesse grâce à de petits bons en diagonale, cela m'évitait d'avoir des attaques de toute part sans avoir la possibilité de parer.

Je ne pouvais continuer ainsi infiniment, cela était bien trop épuisant sur le long terme, pas même le plus grand athlète était capable de tenir un tel rythme très longtemps. Je me décidais à faire un grand bon en diagonale pour ne plus être à portée des attaques pour un court instant, suffisamment longtemps pour tirer une vague de Force pour les repousser. Je passais ma manche sur le front pour essuyer les quelques goûtes de sueur qui commençaient déjà à perler mon front avant d'hésiter de détruire des partis de la salle pour le combat. Je savais que si je me mettais à détruire l'environnement, je n'allais plus pouvoir m'arrêter et je ne comptais pas en arriver à faire écrouler la cour entière.... Après il n'avait pas grand chose à détruire hormis le sol, le plafond et éventuellement quelques petites machines par-ci et par-là.

J'utilisais la Force pour détacher un tuyau métallique, je ne savais pas à quoi il servait mais à ce moment précis je m'en moquais pour être honnête. Sans tarder je le tirais sur le groupe des trois sith, ils parvinrent à l'éviter sans trop de difficulté, Patrius fit d'ailleurs un saut. Il me donna l'occasion rêvée d'utiliser une poussée de Force bien placée pour l'envoyer contre le mur derrière lui. Cela allait suffire pour le mettre hors service pour un temps. Les deux autres se mirent à m'attaquer à nouveau, ils n'étaient pas aussi puissant que lui. Je maintenais l'un d'eux à distance en lui tirant ma foudre de Force en sa direction alors que l'autre poursuivait son attaque. Se n'est que lorsqu'il se mit à m'attaquer que je cessais ma foudre pour parer les coups, les deux mains au sabre.

Le respect qu'il avait fini par gagner durant le combat à mon encontre, à cela s'ajoute l'effet de ma puissante aura des ténèbres. On pouvait remarquer à chacun de ses mouvements le doute l'envahir, devait-il attaquer comme ça ? Ou bien aurait-il dû le faire autrement ? Tant de questions le hantait, cela me donnait l'occasion d'en abuser sans aucune retenue. J'attendais le bon moment, lorsque ça défense n'était pas la meilleure pour l'attraper avec une puissante foudre de Force qui traversa tous son corps pour quelques secondes. Je déchaînais toute ma puissance dans le simple but de l'éliminer assez rapidement.

Cependant ce petit instant suffit à l'autre acolyte de s'approcher de moi, je n'y pensais qu'à la dernière seconde avant de tourner mon regard vers lui. Je le vis vouloir me donner le coup de grâce, je fis un bon sur le côté en arrêtant ma foudre pour l'éviter mais la chaleur de sa lame me traversa le flanc avant que mon bon vers le côté agrandisse la plaie, comme si sa taille ne suffisait pas.

Je laissais échapper un cri de douleur, cela n'était rien de comparable aux blessures classiques. Là c'était comme si nous enfoncions une lame dans quelque chose avant de la refaire sortir sur le côté sauf que là.... cela se faisait légèrement brûler.... Fort heureusement pour moi, le sabre ne s'était pas trouvé en plein milieu de mon corps, cela m'évitait de me retrouver avec un trou aussi grand que ma main, si se n'est plus grand, à mon flanc.

Malheureusement je n'avais guère le temps de me reposer qu'il enchaîna sur d'autres attaques. Je tentais de les parer du mieux que je pouvais alors que la douleur m'handicapait. L'hésitation prenait toujours plus d'importance chez lui et bien qu'un novice ne pouvait pas le remarquer, j'avais suffisamment fait de duel pour savoir quand est-ce que mon adversaire hésitait ou non. Alors qu'il continuait ses assauts, je profitais d'un court instant, lorsqu'il hésitait à lancer une attaque, pour lui repousser le sabre vers le côté avant de faire tourner mon poignet du bas vers le haut. Ma lame coupa nette sa main avant qu'elle vienne traverser son torse, il ne pouvait que s'écrouler au sol.

J'essuyais la sueur de mon front avec ma manche alors que je jetais un coup d’œil vers Darth Patrius qui se remettait de ma poussée. Il se levait et me regarda à son tour, il semblait étonné de voir que je venais de vaincre ses deux acolytes. J'attirais l'un des deux sabres du sol avec la Force et le regardait droit dans les yeux, je préférais le laisser venir. Il hésitait un instant, peut-être avait-il peur mais il fini par se décider à m'attaquer. Me chargeant en tirant un éclair de Force, je le parais avec les deux sabres allumés. Au dernier moment il arrêta la foudre pour engager le combat au sabre, bien que je m'attendais à cela. Je devais dire que j'avais une certaine surprise de le voir si prêt pour m'attaquer. Je reculais tous en parant ses coups alors que j'utilisais l'autre sabre pour lancer des attaquent sur ses flancs, l'obligeant à rapidement cesser ses attaques pour passer dans une posture plus défensive. Je laissais la Force et la rage me guider, non que je n'avais aucun contrôle de moi mais cela me permit à ignorer les douleurs et l'handicap de ma blessure durant un certain temps.

Sans que je m'y attende, il me poussa avec la Force, je retombais sur le sol en glissant quelques mètres sur le dos. Darth Patrius s'apprêtait immédiatement à m'attaquer, je lui lançais l'un des deux sabres en sa direction, l’obligeant à avorter l'assaut pour éviter l'arme alors que je profitais de ce moment pour me relever. Je n'avais guère le temps au répit qu'il me prit d'assaut, je parais ses coups alors que je me rappelait à nouveau du sabre lancé.... Je savais qu'il allait revenir. Lorsque je sentis le moment, qui arriva rapidement, je poussais son sabre avec le mien vers le côté avant de lui donner un coup de pied au torse pour le faire reculer. Darth Patrius ne comprit qu'au dernier moment que le sabre revint alors qu'il avait encore l'espoir de faire un saut pour éviter le sabre, il se fit couper en deux. Le sabre revint dans ma main et je l'éteignis avant de me laisser tomber sur les genoux, épuisés par l'effort et la blessure. Je fini par m'allonger sur le dos, me prenant le luxe de me reposer un moment afin d'avoir le courage d'appeler quelqu'un ou de me lever pour avoir les soins nécessaires.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Lun 28 Jan - 0:22

Traquer quelqu’un est d’ordinaire chose aisée, même si ce dernier a une longueur d’avance. Il suffit de le pister au travers de la Force et le tour est joué. Ce sur quoi il faut toujours compter, cependant, c’est que de ne pas connaitre un ennemi vous force à une prudence additionnelle. Darth Acies n’avait aucune idée de l’identité de cet inconnu et le manque d’information l’irritait au plus haut point. Entrainée pour toujours garder une longueur d’avance sur ses adversaires, elle ne pouvait concevoir ou tout du moins difficilement qu’on puisse la prendre par surprise. Quand vous vivez avec la mort qui vous suit de quelques pas, vous apprenez à dormir avec armes et armure et à toujours rester en mouvement. Dans un tel métier, la mort vous souriait un instant parce que vous lui fournissez des âmes et la seconde suivante, elle vous accueille…

Il était donc impératif de capturer ce Sith inconnu, pour peu que ce soit un Sith et de l’interroger. Extraire des informations était une part importante de son travail et c’était celle qui souvent demandait le plus de créativité. Malheureusement, rares étaient ceux qui comprenaient que la torture, dans un pareil métier, était davantage pour le spectacle que par utilité. Elle avait appris depuis longtemps que la meilleure façon d’extraire de l’information ne vient jamais en meurtrissant la chair. Il y avait des moyens plus efficaces de lire en quelqu’un comme dans un holo livre. La créativité, voilà une qualité à posséder pour tout assassin digne de ce nom. L’inconnu filait en direction opposée des installations siths, ce qui laissait à penser qu’il comptait utiliser le relief peu hospitalier pour semer sa poursuivante. Leçon numéro un d’un bon espion : toujours reconnaitre le terrain.

Par conséquent, il ne la sèmerait pas de sitôt. Elle connaissait les environs comme le fond de sa poche, pour les avoir exploré à temps perdu. Il empruntait un chemin qui mettrait son agilité à l’épreuve car la succession d’éléments de terrain dits « difficiles » ne manquaient pas. Une chance : une proie trop facile tue les réflexes et cantonne dans la suffisance. La course poursuite s’engagea et elle ne comptait pas le lâcher. À gauche, à droite, un sprint sur plusieurs mètres… Ensuite un virage brusque vers un escarpement rocheux puis plusieurs bonds pour parvenir à son sommet… Course silencieuse ponctuée uniquement par la respiration de sa cible, elle gagnait le terrain perdu par la légère avance qu’il avait mais elle ne doutait pas une seconde de l’imminence d’un piège. Quand il est question de Sith, il est toujours question de piège.

Nul besoin de posséder des pouvoirs de Force pour se rendre compte que la cible trempait dans bien plus qu’on ne pouvait le suspecter. Pour ce qu’elle avait pu observer, la trahison était ici aussi commune que l’eau ou l’air et par conséquent, elle procédait avec une certaine mesure de prudence. Un Sith moins averti qu’elle, par exemple, n’aurait pas vu cette mine bien dissimulée dans la poussière et les gravats de cette passe. Mieux valait l’éviter quitte à perdre quelques secondes que de se jeter dessus et de se retrouver en miettes ou prendre le temps de la désamorcer. La faire exploser était tout aussi stupide, le terrain environnant présentant une instabilité manifeste. L’absence d’explosion sembla surprendre sa proie qui marqua un léger arrêt, l’espace d’une seconde à peine, avant de recommencer à fuir. Qui prépare sa fuite à l’avance?

Qui était cet homme (ou cette femme) qui avait au moins dû la surveiller pour découvrir le lieu de son rendez-vous? Des questions, pas de réponses et un esprit en ébullition qui réclamait son dû. Cette chasse se poursuivit pendant plusieurs minutes encore jusqu’à ce que ce duo improbable arrive au bord d’un précipice. Avec la topographie de Korriban, ce n’était guère surprenant que de trouver ce genre de particularité géographique. Pourquoi l’avoir amenée ici? Il y avait des dizaines d’autres endroits pour une confrontation et tout autant pour pouvoir s’échapper. Il était difficile de pister quelqu’un dans le dédale de tombes, mausolées et autres qui se trouvaient sur cette planète, considérant que le côté obscur très fort ici pouvait causer des interférences dans son pistage. Pourquoi avoir choisi cet endroit précis? Sa frustration allait croissant.

Leurs regards se croisèrent. Il la narguait. Prenant la parole d’une voix qui était assurément altérée par un quelconque gadget, il lui tint ce langage : tu voudrais savoir, n’est-ce pas? Le timbre artificiel de cette voix l’irritait. Il y avait quelque chose d’étrangement familier dedans… Et en même temps totalement étranger. Où avait-elle été confronté à un personnage de ce genre? Fouiller sa mémoire lui coûterait de précieuses secondes qu’elle n’avait pas pour le moment. Se rapprochant, un pas à la fois, méfiante plus que jamais et tous les sens en alerte, elle le regardait reculer d’un pas pour chaque pas qu’elle faisait dans sa direction. Ce petit jeu se poursuivit jusqu’à ce que sa proie atteigne le bord du précipice et se retrouve donc sans issue. Même tous les pouvoirs de Force du monde ne pourraient lui permettre de survivre à une telle chute.

Leurs regards se croisèrent à nouveau. Elle pouvait deviner le sourire derrière la capuche. Il lui fit un petit signe de la main… Avant de faire s’effondrer le sol sous leurs pieds. Ce ne fut que grâce à des réflexes surhumains et son entrainement qu’elle réussit à éviter une chute mortelle et à rattraper par la main cette espèce de suicidaire qui avait tenté d’amener dans la tombe la vérité qu’elle voulait. Accrochée par un bras au rebord, elle était en train de se demander si trahir sa nature ne serait pas préférable à une mort certaine en cas de perte de prise. Qui plus était, l’autre était un poids mort mais le Seigneur Kel voudrait l’interroger. Si elle avait bien une chance de prouver qu’elle n’était pas le mal incarné qu’il semblait voir partout, c’était bien là. Autrement, faute de témoins, elle serait probablement encore plus suspecte qu’avant. La belle affaire.

Jusqu’où devait-elle aller pour obtenir la vérité? Jusqu’où fallait-il se rendre pour que de raison on passe dans la folie pure? Cette obsession pour avoir le fin mot de l’histoire valait-elle une mort potentielle? Elle le savait très bien qu’elle ne reviendrait pas sous la forme d’un fantôme de la Force. Si elle mourrait, c’en serait fini et ce pour toujours. Il n’y avait aucune garantie qu’elle finisse dans la Force. Rien n’était certain quand il était question de la mort. Rassemblant ses forces, elle commença à se hisser au mieux, s’aidant de la Force quand elle le pouvait. Elle devait savoir, elle voulait savoir et s’il mourrait, cette envie, cette faim de savoir refuserait de mourir et ce serait un doute constant dans son esprit jusqu’à sa mort et au-delà. Elle se demanderait toujours de quoi il avait vraiment retourné ce jour-là. Non. Elle devait prendre des risques.

Le plus frustrant? Elle l’entendait ricaner, se moquer d’elle, lui dire que de toute façon, une mort ne serait rien pour lui, qu’il reviendrait de toute façon. Qu’est-ce que c’était que ces histoires? Oui, c’était probablement un illuminé mais un illuminé dont la place sur l’échiquier était inconnu. Qui était-il, quel était son rôle? Encore quelques centimètres, quelques efforts de plus… Elle était en train de se hisser sur le bord quand le silence lui tomba dessus comme une tonne de plomb. Pourquoi l’autre venait-il de se taire alors qu’il la narguait, quelques instants plus tôt? Tournant la tête, elle se rendit compte non sans une stupéfaction sans nom que l’autre venait d’activer un explosif dissimulé. Qu’est-ce que c’était que cette folie? Bien malgré elle, elle lui demanda : pourquoi? Toujours par télépathie mais la requête était là.

Sa réponse… En fait il n’y eu pas de réponse. Il aurait pu répondre « parce que », lui dire ce qu’elle voulait ou même garder le silence… Mais non. C’était dans la façon dont il la regarda qu’elle obtint sa réponse, pour un peu que ce soit une réponse. Il n’en savait rien. Strictement rien. La réponse n’a aucune importance si la question n’a pas de sens pour celui à qui on la pose. Était-ce par ignorance ou par une croyance quelconque que cet homme ignorait pourquoi il était en train de se sacrifier? Sa cause était-elle si obsédante que la survie même avait déserté son corps ensanglanté? S’il appuyait sur ce bouton, il les tuait tous les deux. Si elle le lâchait, elle en souffrirait de par l’onde de choc et les débris qu’il ne manquerait pas d’y avoir mais elle serait sauve. En même temps, si elle le lâchait, elle perdait sa seule piste. L’échec n’était pas dans sa nature.

Il suffit d’un instant pour se décider. Un moment fugace qui finit par faire pencher la balance. Le goût du risque parla pour elle : qui ne prend pas de chances ne peut espérer obtenir gros. Si elle perdait sa piste du moment, il faudrait compter sur le maitre d’œuvre pour la défier à nouveau. Il était possible que l’occasion ne se reproduise jamais… Mais encore une fois, un bon assassin se doit de savoir quels combats il faut mener. Elle lâcha la main de l’inconnu. L’inconnu lui adressa un dernier sourire. Un sourire plein de fierté. Pourquoi cette fierté? Elle ne le saurait jamais car elle finit de remonter en lieu sûr en partie grâce au souffle de l’explosion. Rien qu’au bruit à l’impact, elle sut tout de suite que son armure avait fendue. La vague de douleur qui la submergea lui confirma qu’elle avait au moins un corps étranger dans la poitrine…

Et le sang qui commençait à brouiller sa vue au moins une blessure à la tête. Elle se retrouvait donc avec une histoire improbable, des blessures qui pouvaient avoir été auto infligée, même pas de restes physiques de sa proie, ce qui était pour elle un double échec. Un lambeau d’étoffe peut difficilement constituer la preuve de la mort d’une cible. Long fut le chemin du retour, entre l’agonie de blessures à peine traitées, encore moins pansées et le sentiment d’un cuisant échec qui s’ajoutait à la douleur physique. Elle finit au bout de ce qui lui sembla être au moins le double d’une éternité par revenir au temple avec encore plus de questions qu’à son départ. Pouvait-on réellement qualifier d’échec une mission sans paramètre? Elle aurait tout le loisir de le découvrir en faisant son rapport au Seigneur Kel, qu’elle retrouva également blessé.


« Il semblerait que notre homme mystère n’ait rien eu à révéler et que son plan de sortie était la mort. Cela et une forte croyance en sa résurrection future. Plutôt que de fournir des réponses, il n’a fourni que des questions. Plus perturbant encore est l’utilisation d’un explosif suffisamment puissant pour détruire entièrement toutes les preuves matérielles. Cependant… La chasse reste ouverte… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Mer 13 Fév - 18:29

Après un instant de repos au sol, je m'étais décidé de me relever pour rejoindre l'infirmerie. Je devais au moins avoir un léger traitement suffisant pour assurer ma survie sur le long terme, les détails pouvaient être réglé par la suite. Je me relevais difficilement, l'épuisement et les douleurs y étaient bien pour quelque chose mais l'heure pour s’apitoyer sur son sort n'était pas venue.
Je pris la direction de l'infirmerie qui n'était pas très loin, pour mon plus grand soulagement bien qu'il était difficile de faire confiance à un médecin sith alors qu'on avait tenté de vous assassiner à plusieurs reprises. Je comptais bien trouver des soins plus poussés chez moi où j'étais certain qu'on n'allait pas tenté de m'empoissonner ou m'assassiner barbarement.

Les soins qu'on m'apportait étaient rapides, un petit traitement et un bandage allait faire l'affaire pour l'heure. Je profitais de ce moment pour appeler mon fidèle Therasseus afin qu'il s'occupe de mon ancien ennemi pour rallier ses anciens adeptes. Moi pendant ce temps j'allais attendre le retour de Darth Acies en espérant que son action allait être fructueuse bien que j'avais un doute là-dessus. Si elle avait les mains dans cette histoire, je savais que ce mystérieux personnage n'allait pas survivre pour que se sache quoi que se soit sur lui.

Therasseus ne tarda pas à me rejoindre, je le regardais un instant avant de lui faire un signe de la main pour qu'il s'approche.


Seigneur Kel, vous allez bien ?

J'affichais un léger sourire avant de prendre la parole.

Ne vous en faites pas pour moi, je ne vais pas mourir. Pour l'heure, l'homme qui a tenté de m'assassiner est mort . Je voudrais que tu récupères sa dépouille et que tu rallies ses adeptes à notre cause, ceux qui s'y opposeront seront capturés et jugés pour.... disons pour haute trahison.

Pour quel motif feraient-ils de la haute trahison Seigneur Kel ?

Eh bien du fait qu'ils refusent de se rallier à moi et du fait qu'ils sont des adeptes de Darth Patrius qui a tenté de m'éliminer. Ils auraient grandement réduit la stabilité de l'Ordre et ainsi mis en menace la survie de notre Ordre....

je vois Seigneur Kel, je le ferais mais que ferez-vous ?

Ne t'en fais pas pour moi, en cas de soucis je t'appellerais. Pour l'heure occupe toi de ses chiens.

Bien Seigneur Kel.

Il parti s'occuper se dont je lui avais donné l'Ordre alors que je sorti de l'infirmerie en attendant Darth Acies. Elle finie par revenir, pour mon plus grand plaisir mais cela était bien avant que j'apprenne que cet homme était mort. Je la regardais et me contentait de rester impartial bien que son histoire me semblait bien tirée par les cheveux. Quel homme irait se faire exploser à ce point après avoir admiré un combat ? Autant dire que nous étions tous devenu complètement fou !
Je réfléchissais un instant, devais-je demander le lieu de « l'accident » ou devais-je me contenter de le prendre comme elle me le donna ? Après tous voir un lieu d'explosion n'était guère très passionnant et magnifique, mais après tous pourquoi pas.


Pouvez-vous me montrer le lieu de cet « accident » ? Peut-être y verrais-je un élément que vous n'avez pas vue... Mais avec les tonnes d'indices que nous avons, nous ne manquons pas de piste à suivre n'est-ce pas.... Se n'est pas comme si nous ne savions pas où chercher, qui pourrait être derrière tous cela et surtout pourquoi....

Bien entendu cela était dit d'un ton ironique car à vraie dire nous n'avions strictement rien. Étonnant qu'elle parlait que la chasse était ouverte alors que nous ne savions même pas après quoi chasser. Pour l'heure je me contentais de la suivre vers le lieu de l'accident qu'elle allait certainement se prendre la peine d'expliquer en détail ce qui s'était passé, le contraire serait bien décevant je devais admettre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   Jeu 14 Fév - 14:20

« En temps normal, je vous aurais mené par mes propres moyens mais à moins d’avoir subi quelques dommages à vos yeux, vous pouvez clairement voir que je ne suis pas en état de me déplacer avec aisance. Sith ou non, il est logique de vouloir assurer sa survie et donc je pensais plutôt entreprendre des soins sommaires sur ma personne. Si vous avez un véhicule, par contre… »

Il avait été suffisamment difficile de revenir ici à pied après les blessures qu’elle avait subi. Pour elle, hors de question de faire le trajet en sens inverse sans assistance juste pour que le Seigneur Kel puisse faire du tourisme. Il voulait voir? Qu’il se débrouille pour fournir un moyen de transport. Elle avait fait sa part des choses, plus même qu’elle n’aurait dû en faire : il était par conséquent temps que l’autre y mette du sien. Il ne pouvait quand même pas espérer avoir tout cuit dans le bec. Il avait survécu, c’était déjà ça : elle n’aurait pas à expliquer sa mort à des autorités très partiales. Peut-être qu’elle réussirait même à prouver son innocence dans cette affaire. Après tout, ce n’était très certainement pas elle qui avait mis en branle cette curieuse suite d’événements. Elle s’était au mieux contentée d’y prendre part.

Elle refusa poliment mais fermement toute aide extérieure concernant le soin sommaire de ses blessures. Personne ne touchait à ses affaires, personne ne la touchait elle. C’était ainsi que l’on restait en vie : en faisant le travail soi-même. Rajoutez entre les deux des sous-traitants ou des subalternes et vous courez purement et simplement à la catastrophe. Nul besoin d’être un génie pour le savoir. Elle était même déçue que le Seigneur Kel ait eu la faiblesse d’accepter des traitements, même légers, du personnel médical de l’endroit. Certains aimaient le risque mais elle connaissait des sources moins dangereuses de sensations fortes. Qu’importe : le Seigneur Kel était bien assez grand pour s’occuper de lui. Autrement, il devait bien avoir parmi ses suivants un lèche botte lui servant de nounou. Ce n’était pour le moment pas une source de questionnement, cependant.

Elle attendit que le seigneur Kel donne ses ordres pour leur assurer un transport. Pas de transport, pas de retour sur le lieu de l’incident. Pas de retour sur les lieux de l’incident, pas de pistes. Pas de pistes… Fin de la chasse. Fin de la chasse pour lui. Elle, elle avait encore des odeurs, elle avait au moins un indice à suivre. L’odorat humain et l’odorat Codru-Ji étaient deux choses excessivement différentes. Pour l’heure, la piste à suivre était extrêmement mince… Mais c’était toujours mieux que rien. Pour le moment, elle allait juger de l’attitude de cet autre seigneur sith et voir si besoin il y avait de lui révéler cette piste spécifique. Après tout, le Seigneur Kel n’avait en rien manifesté quelque confiance que ce soit. Il demandait plus qu’autre chose. Cette réflexion devrait attendre, cependant : un speeder fut amené jusqu’au temple Sith.

En chemin, guidés par les indications de la Codru-Ji, celle-ci relata ce qui s’était passé avec une extraordinaire précision. Nulle place pour l’hésitation. Elle se rappelait de tout avec la clarté du cristal. Quand le besoin se faisait sentir, elle usait de son pouvoir d’illusions pour montrer tel ou tel détail au seigneur Kel. Après tout, dans une investigation, le plus petit des détails peut avoir une importance cruciale. On ne pouvait pas dire qu’elle ne collaborait pas. Aux questions de son homologue, elle répondait sans détour. S’il lui demandait de répéter un passage de ce qu’elle avait vu, elle s’exécutait. Elle agissait en parfait petit témoin. Un travail exemplaire, en d’autres termes. Le seigneur Kel n’aurait pu trouver personne plus collaboratrice. Force était d’admettre que si elle avait été impliquée… Il y aurait eu des trous dans son histoire.

Ce qui n’était pas le cas ici. Comme il a déjà été mentionné, Darth Acies avait le sens du détail à un point tel que certains la qualifiaient carrément de perfectionniste. Quels motifs aurait-elle eu pour mentir? Cette histoire l’intriguait autant qu’elle intriguait le seigneur Kel. Quand enfin ils arrivèrent en vue du lieu de « l’incident », elle s’arrêta momentanément pour s’imprégner de l’atmosphère de l’endroit. Savait-on jamais, peut-être que la « scène » avait été souillée par une présence étrangère. Rien, ce qui indiquait soit qu’effectivement il n’y avait rien ou alors l’intrus avait été d’une prudence exemplaire. La seconde option lui paraissait peu probable : il y aurait eu des traces plus loin autrement, pendant qu’ils venaient. Leur mystérieuse proie n’avait pas encore montré le bout de son nez. Dommage mais plus que prévisible.


« Maintenant que j’ai fait ce que vous avez demandé, peut-être pourriez-vous considérer que je ne suis pas votre ennemie? Faites votre enquête comme il vous plaira, cela vous regarde. Ceci dit, gardez en tête que la proie est probablement elle-même prédatrice en temps normal. On peut raisonnablement supposer que nous aurons d’autres surprises dans un futur proche. Maintenant, si vous permettez… »

[color=white]Le seigneur Kel étant venu avec une escorte, il était donc normal qu’un des speeders la ramène au temple. Comme elle l’avait fait savoir précédemment, dans son état, il lui aurait été difficile de se taper le trajet à pied. Bien que sommairement soignée, cela ne valait pas une bonne nuit de repos complet et un bon repas pour bien lancer le cycle de guérison. Sur le chemin du retour, elle ne put s’empêcher de se demander qui pouvait bien avoir assez de cran pour défier quelqu’un comme le seigneur Kel. S’il était aussi bien placé qu’il ne le laissait croire, c’était prendre le risque de se mettre tous les loyalistes à dos. Qui pouvait avoir suffisamment de soutien pour tenter une telle entreprise? Il faudrait, encore une fois, user de son prodigieux sens de l’observation pour trouver une réponse. C’était son travail, après tout. Ce pourquoi on l’avait formé.

De retour au temple, elle prit le temps de rédiger une ultime note pour le seigneur Kel. Après tout, il n’était pas impossible qu’ils aient à retravailler ensemble éventuellement. Non pas qu’elle cherche la compagnie, loin de là. Cependant, en s’impliquant, elle devenait cible potentielle. Ce que lui pourrait trouver pourrait lui permettre de rester en vie. Face à l’inconnu, la prudence est toujours de mise. Là où le prudent passe, l’intrépide trépasse. C’était un fait établi. Le seigneur Kel manquait de prudence par contre et ce manque pourrait lui nuire. Tous n’avaient pas le bon profil pour faire un travail d’enquête et c’était parfaitement normal. Il y avait des spécialistes pour chaque chose et des choses pour chaque spécialiste. Remerciant d’un signe de tête le sbire du seigneur Kel, elle se repassa mentalement le contenu de la missive qu’elle venait de rédiger.


Seigneur Kel, au moment où vous lirez ces lignes, je serai impossible à joindre. Sachez cependant que malgré des divergences de point de vue manifeste, je n’ai pas votre mal être en tête. J’aurais pu, même blessée, constituer une nuisance de la pire espèce aujourd’hui. Considérez ma coopération comme un gage de ma bonne fois. En vous souhaitant la meilleure des chances avec votre enquête, Darth Acies.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé]Un entretien Sith [PV :  Kialani Benkaan ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: