Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Sam 5 Jan - 16:14

Manifestement, ils refusaient de comprendre le message. Ils refusaient de comprendre que de se tenir en retrait et observer, ce n’était pas être faible, c’était utiliser sa tête et son sens de l’observation. Pour eux, vraisemblablement, tout ce qui comptait, c’était les actions visibles voire grandiloquentes. Pour Darth Acies, qui un jour avait répondu au nom de Kialani Benkaan, toutes ces histoires de duel, de démonstrations grotesques de pouvoirs de la Force, de tentatives d’usurpation de pouvoir, cela ne rimait à rien. C’était une perte de temps grotesque et un manque de jugement effarant. Être visible, se faire remarquer, c’était une des façons les plus simples de se faire éliminer par la suite. L’ennemi dont vous avez pu observer les faiblesses est une proie considérablement plus facile que celui dont vous ne connaissez rien.

Les Siths semblaient ancrés dans un mode opératoire qui disait : mon sabre laser est plus gros que le tien. Pourtant, à ses yeux, c’était une perversion de la philosophie Sith. Être Sith ne voulait pas dire être un psychopathe en puissance, un meurtrier sanguinaire ou un illuminé lançant des éclairs de Force à tout va. Pourquoi était-ce si compliqué, dans ce cas, pour eux de comprendre cette évidence? C’était justement parce qu’ils étaient dominés par leurs émotions que les Siths contribuaient à l’affaiblissement de l’Ordre puis de son affaissement. Paradoxalement, l’Ordre exigeait l’obéissance totale de ses membres, ce qui revenait à dire que la recherche de pouvoir individuel était bridée par des impératifs émanant d’un soi-disant seigneur des Siths. D’un côté on vous disait : vous devez être un individu fort et indépendant. De l’autre : sert le maitre ou meurt.

Vouloir l’élévation des forts et se débarrasser des faibles était un autre point comportant un manque de logique effrayant. La notion de spécialisation semblait étrangement absente par moment dans l’Ordre. Il était évident qu’un Sith spécialisé dans le maniement de la Force pure serait plus à même de triompher d’un Sith plus généraliste. Pourtant, le Sith généraliste était plus polyvalent que le Sith spécialisé. Si l’obéissance à un seul chef était toujours de mise, pourquoi ce chef autorisait-il ses partisans à s’entretuer de la sorte? Les tentatives d’assassinat ne manquaient pas et les fautifs ne semblaient pas punis. Si effectivement l’Ordre actuel s’inspirait de la règle du un, il y avait un curieux mélange d’au moins deux doctrines diamétralement opposées. C’était comme si l’ancien mode de vie et le nouveau mode de vie tentaient de s’imposer l’un sur l’autre.

La loi du plus fort et la culture du conflit s’opposait à l’obéissance à un chef dont les impératifs auraient dû doucher toute envie de vouloir en faire à sa tête. Au final, qu’en était-il réellement? En vérité, elle s’en moquait éperdument. Son maitre lui avait bien dit que dans cette vie, il fallait savoir avancer tout en acceptant d’être faible. Les Siths avaient la manie de se considérer comme tout puissant or son maitre le lui avait clairement dit : part du principe que tu connais tes failles. Il faut que tu acceptes ton imperfection. C’est ta plus grande force. Elle te protège de l’orgueil qui est un défaut majeur chez les Siths. Tu dois cultiver tes émotions, c’est vrai mais si l’amour est la plus dangereuse d’entre elle, d’autres sont des pavés sur la route de ta chute. Darth Acies ne comptait pas tomber. Elle prenait grand soin de se remettre constamment en question.

L’assassin qui gisait sans vie devant elle n’avait pas dû le faire, lui. Fidèle à son habitude, Darth Acies restait rarement au même endroit, préférant mener la vie dure à ses ennemis en dormant en des lieux différents, parfois hors des « installations » siths. Aujourd’hui, elle avait décidé d’aller dormir dans une grotte découverte pendant une énième exploration de cette étrange planète sur laquelle on l’avait amené. C’était en sortant que cet individu lui était tombé dessus et si elle ne prenait aucun plaisir particulier à tuer, quand elle faisait quelque chose, elle le faisait bien. Silencieuse comme la mort, elle avait ensuite fouillé brièvement le corps, non pas parce qu’elle collectionnait les trophées mais pour tenter de découvrir qui l’avait envoyé. Sans succès. Non pas qu’elle s’y attendait. Reprenant sa route, elle finit par arriver là où elle passerait la nuit.

Spoiler:
 

Comme bien des choses sur Korriban, cette grotte semblait être particulièrement hostile, avec ses pointes rocheuses et son sol irrégulier. Elle était suffisamment grande pour permettre de faire entrer plusieurs dizaines de personnes mais encore là, il fallait aimer l’atmosphère sinistre, bien supporter le froid et être prêt à endurer le manque de lumière, une fois le soleil couché. De jour, l’entrée était bien illuminée mais de nuit, aucune personne saine d’esprit n’aurait été s’abriter ici sans avoir des envies masochistes. Les chances de se prendre un pieu rocheux en travers de la cuisse étaient prodigieusement élevées. C’était probablement parce que personne de sain d’esprit n’y aurait mis les pieds qu’elle avait décidé de le faire. Accessoirement, c’était aussi quand elle était loin des autres qu’elle se rappelait le mieux son maitre. Il lui manquait.

Il avait été un second père pour elle et lui avait offert, malgré le fait qu’il soit un Sith, toute la fierté qu’un père pouvait avoir pour sa fille. Il avait contribué à faire d’elle ce qu’elle était aujourd’hui et pour cela, elle lui était infiniment reconnaissante. Sa mort avait été en partie la sienne. Une part d’elle était morte ce jour-là et depuis, elle refusait de se reconnaitre comme Kialani Benkaan. Seule avait survécu Darth Acies, dont la voix était maintenant une projection télépathique. Sa façon de faire son deuil, par un silence éternel. Elle aurait voulu qu’il soit là pour la guider davantage. Au fond d’elle, malgré son rang dans cet Ordre qui lui semblait chaque jour plus hostile, il lui manquait l’approbation de quelqu’un dont l’opinion avait une importance pour elle. Difficile à obtenir quand votre famille et votre maitre ne sont plus.

Il y avait bien sûr… L’Inconnue. Celle qui l’avait amené ici. Mais elle n’avait pas revu l’Inconnue depuis plusieurs mois. En fait, elle l’avait croisé à quelques reprises, au fur et à mesure qu’elle prenait sa place dans l’Ordre (et paradoxalement, ses distances) mais elle ne lui avait pas reparlé, pas depuis la mort de son maitre. Pourquoi cherchait-elle l’approbation d’une… Non. De l’Inconnue? Pourquoi avait-elle l’impression qu’elle détenait des réponses à ses questions ou au moins une mesure de réconfort? C’était un peu comme quand plus jeune, elle voyait le château abandonné dans ses rêves. L’Inconnue était une autre clé liée à son apprentissage, à son évolution. On dit que les rencontres importantes se font par hasard… Mais peut-on forcer les choses, quand le besoin de réponse devient insoutenable? Difficile à dire… Prier, peut-être?


« Ô Inconnue, entends ma prière et apporte moi la lumière des réponses. Éclaire les ténèbres de mon esprit car je me sens perdre pied graduellement en évoluant dans ce milieu néfaste où la perversion règne en maitre. Libères moi des chaines du doute et offre-moi l’étincelle de ton esprit. Sans toi, j’ai peur de déshonorer la mémoire de mon maitre et de perdre de vue ma fonction en ce monde… »


Dernière édition par Kialani Benkaan le Ven 1 Mar - 4:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Jeu 10 Jan - 0:31

    Contrairement à bien d’autres, Styxana Mirkwind malgré sa certaine passion des voyages et du nomadisme appréciait bien rester quelques temps au même endroit. D’aucuns diraient que ce n’était pas très prudent, surtout lorsque l’on est membre de l’Ordre Sith, néanmoins il y avait deux raisons qui, pour le moment, faisaient que la chagrienne n’était pas prête de changer ses habitudes. La première était purement vaniteuse : en tant que Dame Noire de la Sith, Darth Calisomnus se trouvait dans les plus hauts rangs de la hiérarchie de l’Ordre, ce qui en faisait quelqu’un de particulièrement redoutable et puissante. Rien que son nom suffirait à décourager certains apprentis ou guerriers Sith jalousant son rang, et ses exploits suffisaient à dissuader et tenir à l’écart ses rivaux directs.
    Darth Calisomnus était certes d’une personnalité plutôt calme et rarement enflammée, cependant, le fait qu’elle ait survécu au sein de l’Ordre et qu’elle ait acquis son titre en se l’accaparant après s’être défendue contre plusieurs seigneurs Sith et la Main Noire du sinistre suzerain des Sith en disaient long sur ses compétences guerrières. Seuls les plus idiots sous-estimeraient ses talents…
    La seconde raison était plus personnelle : en tant qu’Imploratrice de la Force et servante de cette dernière elle ne craignait pas la mort ce qui expliquait la sérénité qu’elle dégageait. Aussi, si son heure était venue, ce serait parce que la Force l’aurait décidée, et Styxana se plierait à la volonté de cette dernière sans la contredire. Elle avait mené suffisamment de combats pour prétendre à une nouvelle existence dans la Force une fois que le dernier souffle de vie la quittera. Silencieuse, elle s’était décidée à rencontrer Darth Acies qui avait envoyé un message à Darth Calisomnus lorsque celle-ci se trouvait sur Raxus. Bien trop occupée par son entretien avec le gouverneur Artemius Treadwell, elle attendit quelques temps afin de pouvoir retrouver la jeune femme.

    De retour sur Korriban, le rendez-vous était fixé dans une grotte déserte et abandonnée. Fixé ? Le mystère restait entier sur la connaissance de ce lieu, Styxana Mirkwind devait bien conserver un certain mysticisme… A vrai dire, elle avait entendu la prière de Darth Acies à travers la Force.
    La Dame Noire de la Sith arriva devant l’entrée de la grotte à la nuit tombée, elle était venue à pied depuis le temple Sith afin de s’assurer qu’elle ne serait pas suivie. Le capuchon de sa bure rabattu sur sa tête, la chagrienne avançait silencieusement dans le trou béant donnant sur les ténèbres. Malgré l’obscurité, elle parvenait à percevoir que superficiellement les dangers que cette caverne réservaient, ne serait-ce qu’en matière de coupures à cause des arrêtes rocailleuses, autres stalactites et stalagmites. S’immergeant dans la Force afin de mieux percevoir son environnement, elle avança jusqu’à sentir la familière présence de Darth Acies qu’elle avait aperçu de temps à autres au sein de l’enclave. Jusqu’à présent, les deux femmes ne s’étaient pas échangées la parole depuis la mort du maître de la Codru-Ji. Darth Calisomnus se souvenait très bien de ce jour ou elle avait prit contact avec son ami pour finalement rencontrer l’hologramme de ce qui était son apprentie.
    L’échange fut bref, mais Styxana put se montrer compréhensive vis-à-vis de la perte subie par Darth Acies. Dans un sens, la chagrienne avait aussi connu ça lorsque son sauveur mandalorien fut tué par les Yuuzhan Vong quand ils envahirent Mandalore. Mais il ne fallait jamais rester dans un échec, l’important était de se relever, continuer de se battre. Mandalorienne d’adoption, la Dame Noire de la Sith savait qu’elle continuerait de se battre tant qu’on ne lui enlèverait pas la vie. Une foi indescriptible la forçait à avancer, sa confiance aveugle envers la Force faisait d’elle une valkyrie mortelle et hargneuse que rien ne pourrait arrêter dans sa quête.

    S’avançant lentement dans le noir, elle sentait que Darth Acies semblait être en proie au doute, comme pour la rassurer et la signaler de sa présence –même si elle devait déjà savoir que la chagrienne était là- Styxana Mirkwind prit la parole d’un ton plutôt bienveillant pour saluer la Sith d’un mouvement de tête.


    - Ainsi va la Force, celle-ci me guide à nouveau à vous Darth Acies.

    Styxana sourit et fit trois pas en avant. Même si elle pouvait lire ses pensées, Darth Calisomnus ne comptait pas manquer de respect envers la Codru-Ji en s’immisçant en elle. Une erreur que les plus idiots faisaient : le mutisme de Darth Acies n’était pas une chose nouvelle pour la chagrienne qui prenait soin à toujours traiter avec les autres avec respect et humilité. La Dame Noire ajouta d’un ton un peu plus inquiet cette fois-ci.

    - J’ai bien reçu votre message. Nous n’avons pas été suivies. J’ai fais au plus vite, dites moi pourquoi aviez-vous besoin de me voir ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Ven 11 Jan - 15:14

Elle avait entendu sa prière et elle était venue. De dire que cela la surprenait aurait été un mensonge. Elle savait l’Inconnue puissante et… Différente des autres. Ce fut même avec soulagement qu’elle accueillit l’arrivée de la Dame Noire. Sans trop pouvoir l’expliquer, comme en cette fatidique journée où elle l’avait trouvée en piteux état dans les ruines du château, elle se sentait… Sereine. Calme. En sécurité. Elle qui n’accordait que très difficilement sa confiance, elle n’aurait su dire pourquoi il en était autrement avec l’Inconnue. Selon toute logique, elle aurait dû s’en méfier et pas qu’un peu. Plus un Sith est puissant, plus il est dangereux, retors voire carrément traitre. Et pourtant, encore une fois, l’Inconnue ne lui inspirait pas la méfiance. Peut-être était-ce pour cette raison qu’elle avait été une alliée de son défunt maitre.

Lui non plus, de son vivant, n’était pas du genre à accorder sa confiance. Pourtant, avec l’Inconnue, il semblait l’avoir fait. Si elle n’était pas venue pour le tuer, c’était parce qu’un lien de confiance les unissait. Lui qui avait toujours dit à la Codru-Ji de se méfier de la confiance qui, si mal accordée peut vous conduire à la tombe… Peut-être qu’inconsciemment, Darth Acies, anciennement Kialani Benkaan, cherchait à reconstituer sa famille. À avoir au moins une personne sur qui elle pouvait compter. Elle avait bien vu comment l’Ordre traitait ses membres et même si elle n’était pas particulièrement hostile à ses membres, elle savait qu’elle ne pouvait pas leur faire confiance. Trop nombreux étaient ceux qui prétendaient à un pouvoir qui les consumait plutôt que d’être contrôlé. Le danger était partout, omniprésent.

En un sens, même le choix de lieu était un miroir de ce qu’amenait l’Ordre ou plus exactement els Siths qui avaient dénaturé une philosophie pourtant si simple à comprendre. Tout n’était que désolation ici. Tout était hostilité et tourments. En un sens, c’était exactement ce qu’était l’Ordre. Une présence qui voulait commander au pouvoir mais qui détruisait au lieu de prendre simplement, quitte à devoir consentir à des imperfections. À une absence d’un idéal utopique. À trop vouloir le pouvoir, on finit par tout détruire et régner sur rien, ce n’était pas régner ou contrôler. C’était avoir perdu le contrôle pour ensuite ne plus rien avoir. Il existait des forces bien trop grandes pour être manipulées avec aisance, des forces pouvant nécessiter plus d’une vie à maitriser. La galaxie était plus âgée que n’importe quel Sith. Certaines de ses merveilles également.

Mais revenons-en à l’Inconnue. Pourquoi est-ce que Darth Acies avait fait appel à elle? Pourquoi cette rencontre? Aussi étrange que cela puisse être, l’espionne avait besoin de se confier. Celle qui avait été formée à ne rien dire, à ne rien dévoiler, avait besoin de parler. Quelque chose la rongeait et elle ne pouvait dévoiler n public ce qui pourrait constituer une faiblesse. Certainement pas au sein de l’Ordre en tout cas. L’Inconnue pouvait l’aider, elle en avait l’intime conviction. Il y avait la possibilité non négligeable qu’elle se fasse des idées mais elle préférait et de loin prendre le risque à l’inaction complète. Au pire, elle aurait compromit sa propre sécurité… Et au vu de sa formation, ce ne serait pas la première fois. Prendre des risques faisait partie de ce pourquoi son maitre avait jugé bon de lui enseigner. Le risque, ce tentateur...


« La première fois que nous nous sommes rencontré, je vous ai posé une question. Question à laquelle vous n’avez pas répondu. J’ai donc compris que ce serait la suite logique de ma formation que de trouver la réponse. Cependant, depuis que vous m’avez amené ici, je ne connais que le doute. L’Ordre est encore pire que ce que mon maitre racontait, corrompu jusqu’à la moelle. Perverti sans chance de rédemption.

Je me sens perdre pied, graduellement. Le silence, ma façon d’honorer mon défunt maitre et Kialani Benkaan, devient de plus en plus pesant, de plus en plus insupportable. Une espionne ne doit placer sa confiance en personne et pourtant, sans mon maitre, je me sens perdue. Pourquoi, s’il jugeait ma formation terminée? Pourquoi suis-je incapable de tourner la page sur ce traumatique événement? Je suis Sith, pourtant… »


Je suis Sith… Il aurait été aisé de penser à une vantardise mais c’était sa façon de dire qu’on l’avait formé à dominer ses émotions, à ne pas se laisser dominer par elles et à les utiliser. Pourquoi alors un unique événement changeait toute la donne, pourquoi ne pouvait-elle simplement pas passer à autre chose? Elle avait toujours garder toute ses émotions en elle, bombe à retardement sur patte mais c’était comme si au milieu de ce carburant un acide s’était glissé, la rongeant petit à petit… Que pouvait-elle y faire? La solution, pour peu qu’il y en ai une, semblait lui échapper. Ce n’était pas une sensation très agréable, encore moins désirée. Il fallait trouver une solution avant que ce mal étrange ne vienne compromettre son travail. On ne pouvait se permettre une crise existentielle en pleine mission, surtout pas pendant un assassinant.

Si l’Inconnue s’attardait à regarder Darth Acies, elle pourrait voir des différences notables entre la dernière fois et maintenant. La Codru-Ji n’avait jamais été du genre à vouloir activement des choses neuves, se moquant de quelques trous dans un vêtement, tant qu’il continuait d’assumer sa fonction mais sa bure était en piteux était. En fait, tout son matériel, sabre laser et chakram exclu, semblait avoir suivi la même tendance. C’était comme si « physiquement », le mal qui rongeait la jeune femme avait décidé de se faire miroir. Non, on ne verrait jamais Darth Acies courir les soldes sur Coruscant… Mais rien non plus n’empêchait le fait de lui donner une allure un peu plus… Fière? Digne? Elle restait mortelle, efficace, tout aussi compétente. Par contre, si le fond était encore bon, la forme laissait à désirer. Pouvait-on avoir de la sympathie pour une assassin?


« Mon maitre vous tenait en grand respect. Sans jamais me révéler grand-chose à votre sujet, il m’a toujours dit que si un jour il lui arrivait quelque chose, vous seriez en mesure de m’aider. Il m’a toutefois clairement mentionné que nous sommes Siths. Lui et moi. Au début, je pensais que c’était une mise en garde sur vos allégeances mais je pense qu’il voulait dire quelque chose de plus profond.

Je pense que mon maitre savait qu’il allait mourir et qu’il préparait la suite de mon futur, après son départ. Je pense que votre présence sur mon monde natal au moment de sa mort n’est pas exactement une coïncidence. Quel est donc votre rôle dans cette histoire, ô Inconnue? Pourquoi aies-je le sentiment que c’est vous qui, inconsciemment ou non, avez les réponses à mes questions? Qui étiez-vous, dans les plans de mon maitre? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Mar 15 Jan - 17:51

    La Dame Noire de la Sith avait entendu la prière d’une de ses protégées. Elle l’ignorait sans doute, néanmoins la chagrienne estimait suffisamment l’assassine pour daigner prendre en considération ses questions. Désabusée, elle s’était confiée à Styxana Mirkwind afin de lui faire part de ses doutes sur l’Ordre Sith. Bien qu’attentive à ses paroles, Darth Calisomnus resta muette et de marbre. Elle savait déjà tout ce que Darth Acies lui confiait : l’Ordre Sith n’était voué qu’à son autodestruction tant que celui-ci n’était pas restructuré vers un culte plus noble. La Symphonie proposait ainsi une alternative aux Sith en proie en doute et s’étant rendus compte de la vérité sur la politique et doctrine de l’Ordre. Très peu cependant avaient eu cette illumination, mais tous avaient finalement rejoint les rangs de la Symphonie. Les autres avaient tout simplement déserté Korriban, bien trop suffisants et enorgueillis par leur maigre pouvoir acquis, il était évident qu’ils trouveraient la mort au détour d’une ruelle.

    Darth Calisomnus n’en restait pas moins sensible vis-à-vis de son interlocutrice : cette dernière perdait pied et craignait de finalement déshonorer les dernières volontés de son mentor. La voix de Kialani Benkaan résonnait dans la tête de la chagrienne qui était pensive. Son esprit décortiquait, analysait, décodait chaque intonation, chaque mot afin d’appréhender au mieux l’état d’esprit de la Codru-Ji. Celle-ci ne s’attendait pas à ce que l’Ordre Sith soit un fruit bien plus putréfié que son maître ne lui avait décrit : Darth Calisomnus avait ressenti cette chose elle aussi lorsqu’elle fut placée sous la tutelle de son maître. Elle n’avait pas été une élève, ni une apprentie, non elle avait été une esclave de la tyrannie de ce tuteur impitoyable qui essayait de la modeler à sa façon. Tout comme elle fut esclave sur Tatooine alors qu’elle n’était encore qu’une enfant… cependant, à l’instar d’une montagne, jamais Styxana n’avait ployé sous les coups ou les paroles de cet abominable marionnettiste. Eternelle insoumise, la chagrienne avait toujours vécu sa vie comme elle l’entendait : sans compromis. Et dans les heures noires de son histoire, dans les moments de doutes lorsque toute lumière avait disparu, Darth Calisomnus s’était raccrochée à la Force, implorant sa clémence à genoux, promettant de mettre sa vie au service de sa volonté. Et la Force avait répondu à son appel : dissipant les craintes comme le vent balaie le brouillard.

    Darth Acies avait sans doute ce besoin sans en avoir conscience : servir la Force était après tout le dessein de son maître puisque lui et la chagrienne furent alliés. Styxana Mirkwind prit la parole d’un ton qui se voulait réconfortant et bienveillant.

    - N’ayez crainte : une formation ne s’achève que lorsque l’heure est venue de rejoindre la Force. Votre maître n’a fait que vous montrer le chemin, la voie à suivre afin de parvenir à votre but. Il n’appartient qu’à vous de décider d’emprunter ou non le sentier de la connaissance. Ce n’est qu’ainsi que vous honorerez la mémoire de votre mentor. Vous devez canaliser votre chagrin dans une cause, un objectif sans pour autant que vos émotions finissent par vous dépasser. Le contrôle est la clef de la survie, même s’il est impossible de plier la Force à sa volonté, vous pouvez toujours tenir vos pulsions en laisse. Ainsi, vous puiserez suffisamment de volonté pour tourner cette page de votre histoire.

    Laissant le silence revenir, la chagrienne regarda Kialani. L’heure était sans doute venue d’apaiser l’esprit de la Dame Sith en lui révélant le passé commun de son tuteur et de Darth Calisomnus ? Détaillant à nouveau son interlocutrice malgré la pénombre, Styxana Mirkwind s’aperçut qu’elle semblait s’être quelques peu négligée : ses vêtements tombaient petit à petit en lambeaux. En dehors de son équipement, elle semblait avoir laissé sa peine gangrener son apparence. Oh que l’on ne s’y trompe pas. Malgré les années, Darth Acies était un poignard toujours aussi tranchant qu’au premier jour, cependant le fourreau quand à lui ne semblait pas avoir été bien entretenu.
    Elle y reviendrait sans doute plus tard. La Dame Noire de la Sith prit le temps de s’asseoir en tailleur sur le sol de la grotte, laissant la Force l’enivrer pour qu’elle puisse narrer à la Codru-Ji, l’histoire de son maître d’une voix douce et calme.


    - Mon allégeance va à la Force et elle seule guide mes pas. Je comprends vos interrogations, et je pense que l’heure est venue de vous raconter. Ma rencontre avec votre maître s’est faite il y a bien des années désormais. Lui et moi n’étions encore pas respectivement Dame et Seigneur, c’est en temps qu’apprentis que j’ai pour la première fois, croisé sa lame. Oui. Nous nous sommes affrontés. Plusieurs fois. Nos maîtres respectifs étaient rivaux, lui comme moi ne pouvions pas décevoir nos maîtres. Notre combat s’étala sur trois ans, allant du complot à la petite rixxe lorsque les couloirs étaient vides. Je me souviens que notre dernier affrontement fut des plus violents. Nous étions puissants et amenés à accomplir les desseins de la Force. Notre ultime duel fit trembler les fondations même du temple Sith. Jusqu’à cette date, nous n’avions jamais réussi à déterminer un vainqueur dans ces affrontements. Mais contrairement aux autres fois, je l’avais vaincu. J’aurais alors dû l’abattre comme mon maître l’aurait ordonné, pourtant je ne le fis pas. J’ai choisi de l’épargner car la Force me l’avait demandé. Ce n’est qu’après l’avoir mis à terre que j’ai réalisé qu’il était différent des autres. Lui aussi savait que l’Ordre Sith courait à sa perte, et après son échec contre moi, il savait également que son maître le tuerait. Bien entendu, mon maître m’aurait également sanctionnée pour avoir été clémente. Il me laissa sa main et son sabre laser, et je l’aidai à quitter Korriban pour s’établir sur votre planète natale. Mon maître ne poserait aucune question dès l’instant ou je lui rapporterai suffisamment de preuves de sa mort. Il avait choisi l’exil afin de pouvoir étudier la Force sans être entravé par les chaines de ces sinistres seigneurs drapés de noir. Taisant son existence, je lui rendis plusieurs fois visite pour échanger nos idées et points de vue sur la Force, les Sith, la galaxie. Votre maître était un homme de bien. C’est lui qui me suggéra l’idée de diffuser mes croyances et préceptes afin de protéger les Sith suffisamment clairvoyants pour mériter de survivre. En quelques sortes, il fut le cofondateur du Culte de la Symphonie de la Force. En échange, je faisais le maximum pour ne pas éveiller les soupçons, le tenir informé des plans des Sith… Il m’avait parlé de vous à plusieurs occasions, vantant vos progrès et votre talent. Il plaçait beaucoup d’espoirs en vous. Bien entendu, il m’avait également demandé de veiller sur vous au cas où les choses tournent mal sur Korriban. Sur ce point, il vous avait cependant sous-estimée : vous vous en êtes mieux sortie qu’il ne l’aurait cru Darth Acies. Même si vous n’en n’avez jamais eu l’impression, je gardais néanmoins l’œil sur vous ici. Fouillez votre mémoire, cherchez les coïncidences, les moments ou la fortune était avec vous : c’était dans ces moments là ou j’étais présente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Jeu 17 Jan - 15:55

Ainsi… Les choses prenaient enfin un sens dans toute cette histoire. L’Inconnue avait été une amie proche de son maitre. Elle s’était toujours demandé pourquoi son maitre s’était toujours borné à dire que la perte d’un de ses membres avait été une sorte de révélation pour lui. Darth Acies avait du mal à concevoir que l’on puisse gagner quelque chose d’une telle perte mais elle avait toujours préféré s’abstenir de commentaires. Elle se souvenait aussi que pour une raison qui jusqu’à présent lui avait échappé, il avait toujours refusé de divulguer son identité. Pas de nom, rien qui puisse permettre de mettre le doigt sur l’identité de cette mystérieuse alliée. Encore une fois, jusqu’à maintenant. Son maitre avait donc affronté l’Inconnue, par le passé et de cette rivalité insensée était née une amitié. Intéressant.

Plus intéressant encore, son maitre avait été cofondateur d’un ordre qui semblait… Dissident vis-à-vis de l’Ordre Sith établit. Non pas qu’une divergence de croyances ne soit pour la choquer, loin de là mais c’était quand même toute une nouvelle ça… Ce qu’elle n’arrivait pas à comprendre, cependant, c’était que son maitre l’avait formé comme une Sith. Il avait usé de sa propre interprétation des textes et des doctrines mais il avait fait d’elle une Sith, on ne pouvait en douter. Avait-il fait cela pour éviter d’attirer les soupçons? Difficile à dire. Les morts parlent rarement, pour ce qu’elle en savait. Aucune de ses victimes n’avait été très bavarde après avoir passé de vie à trépas. Elle aurait aimé pouvoir entendre sa version des faits, pour pouvoir confirmer ou infirmer les dires de l’Inconnue. Non pas qu’elle ait de raison d’en douter, par contre.

Elle se souvenait d’un hiver, dans le château en ruine, où son maitre l’avait longuement interrogé sur ses croyances. Darth Acies avait répondu de la façon la plus honnête possible, se doutant bien que si son maitre l’interrogeait, c’était parce qu’il avait quelque chose à lui révéler ensuite, tout du moins à lui faire découvrir. Quoi? À l’époque, elle n’aurait su le dire. Elle lui avait donc fait part de ses observations sur le monde qu’elle avait pu observer et les conclusions qu’elle tirait de ses enseignements. Elle lui avait fait remarquer qu’elle comprenait difficilement pourquoi la doctrine Sith, si on l’analysait d’un point de vue purement théorique, ne pouvait se passer de tous ces psychopathes en puissance dont lui avait parlé son maitre. Elle lui avait également demandé pourquoi il n’y avait pas de distinction entre devenir plus fort dans la Force d’une part…

Et tenter d’obtenir une part de gâteau de nature physique bien trop grande. Elle avait argumenté sur le fait que vouloir un Empire, pour reprendre l’exemple de Palpatine, était prodigieusement stupide. Si dans les enseignements Siths les forts doivent s’élever au-dessus des faibles, on se retrouve par conséquent entouré de faibles et donc ces derniers ne peuvent jamais satisfaire les attentes d’un tel. Plus préoccupant encore, comment se donner des objectifs réalistes quand on devient de plus en plus gourmand, quand un Empire ne suffit plus? L’histoire des Siths, avait-elle conclu, était pleine d’exemples de tentatives ratées et de cas de figure grotesquement imbus d’eux-mêmes, alors que la doctrine Sith pouvait simplement servir à produire les meilleurs combattants, les meilleurs stratèges, simplement des hommes et des femmes d’exception.

Elle s’était, naturellement, attendu à la désapprobation de son maitre. Elle, apprentie depuis peu, ne pouvait espérer fournir la réponse exacte attendue par son maitre. Sa surprise n’avait été que plus grande quand son maitre avait éclaté de rire et d’applaudir en lui disant qu’il aimait toujours entendre ce genre de point de vue qui mettait à mal l’ordre établi. Il lui avait alors révélé qu’il avait une amie qui tenait aussi des propos fort différents de ceux de l’ordre établi et qu’il avait espoir de la voir accomplir de grandes choses de son vivant. À ses yeux, avait-il dit, les Siths avaient besoin d’un changement de direction. De nouveauté. Ils devaient évoluer pour se débarrasser de ce qu’il appelait les chaines d’un héritage corrompu. Un jour, lui avait-il affirmé, elle la rencontrerait. Elle t’aidera à parfaire une partie de son apprentissage. Il y avait toujours plus à apprendre.

Elle fronça les sourcils en tentant de voir en quelle occasion l’Inconnue aurait pu veiller sur elle. Si c’était ici, sur Korriban, où avait-elle eu tant de chance? Usant d’un de ses pouvoirs dans la Force, pour se remémorer clairement les événements passés, elle parvint à identifier au moins trois événements. Il lui faudrait porter une attention plus soutenue pour découvrir toute l’étendue de cette « protection » conférée par l’Inconnue mais pour l’heure, elle avait trois éléments distincts. Une partie de son ascension à son poste actuel, pour commencer. Il était de notoriété publique que Darth Acies était une solitaire, qui ne parlait pas et qui ne se mêlait que peu aux affaires de l’Ordre. Il avait donc fallu du poids pour que son ascension se fasse. On pourrait dire ce que l’on veut des intrigues des Siths mais comme dans toute chose, si vous êtes supportés par « le haut »…

Moins nombreux sont ceux à s’opposer ouvertement à vous. Il y avait bien sûr les attaques en traitre, ce genre de choses mais la dénonciation publique, elle se faisait plus rare. L’autre événement dont elle avait souvenir remontait à une de ses plus récentes missions. Normalement, elle se rendait à l’astroport de Korriban, prenait un passage sur un vaisseau pour la planète où elle devait accomplir sa mission ou bien elle se rendait sur un monde où elle pourrait faire le transfert de là. Or, une des missions à laquelle elle avait pris part l’envoyait là où aucune ligne commerciale ne se rend. Ne possédant pas de vaisseau, cela aurait pu causer problème… Si un mercenaire ne l’avait pas contacté pour lui dire qu’un généreux commanditaire lui avait payé le « voyage ». Il ne lui avait jamais dit qui et elle n’avait pas cherché plus que cela à le découvrir.

Enfin, dernier souvenir en date, elle avait été prise en embuscade lors d’une promenade sur Korriban par un autre Sith. Un guerrier ambitieux qui avait décidé de prendre sa place. Elle avait découvert, après l’avoir éliminé, un corps. Le corps d’un autre Sith. À première vue, deux personnes avaient décidé de lui faire la peau, probablement deux partis séparés. En y repensant bien, le mort aurait pu être un ami du premier, qui devait lui venir en aide en cas de pépin. À un moment pendant le combat, son adversaire n’avait-il pas d’ailleurs regardé de façon affolée autour de lui, comme s’il cherchait quelque chose? Inclinant respectueusement la tête, Darth Acies songea que si cette femme avait œuvré avec son maitre, la logique voulait que sa loyauté lui soit acquise. Son maitre était un Sith mais il avait sa conception de l’honneur.


« Vos paroles sont difficiles à accepter mais mes souvenirs corroborent vos dires. À moins d’avoir altéré mon esprit, une possibilité négligeable, je dois considérer comme vrai ce que vous avez dit. Conséquemment, je devrais donc vous offrir mon allégeance… Mais ma méfiance naturelle me l’interdit. Pour commencer, je ne connais pas votre nom. Connaitre la personne en face, c’est un bon début, non? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Dim 20 Jan - 14:25

    Darth Calisomnus resta attentive aux paroles de la Codru-Ji qui se tenait devant elle. La chagrienne était toujours assise en tailleur aux côtés de Darth Acies. Sereine, rien ne semblait la perturber. S’asseoir juste à côté d’un assassin Sith pouvait paraître suicidaire, mais la Dame Noire ne craignait pas Kialani pour plusieurs raisons. La première étant que la Force lui avait dit qu’elle ne tenterait rien contre elle durant cette rencontre. La seconde était que même si les deux femmes ne se connaissaient pas, Styxana en savait suffisamment sur la Codru-Ji pour deviner que cette dernière n’aurait aucun intérêt à éliminer la seule personne ayant véritablement connu son mentor. Après tout, la chagrienne était indirectement tout ce qui restait du passé de Kialani, la dernière ancre de l’assassine qui l’empêchait de sombrer dans la folie collective des autres Sith. Malgré sa tristesse, pour l’heure Darth Acies était encore assez lucide pour s’apercevoir qu’attenter à la vie de Styxana Mirkwind ne lui apporterait rien sur le plan tactique, si ce n’est peut-être, les faveurs de Darth Nelius.

    Plongée dans la Force, l’aura de Darth Calisomnus restait noire quoiqu’un peu teintée de gris. La Force transcendait la chagrienne jusqu’à dégager un peu de chaleur de son corps. Oui son parcours avait été long et chaotique, fille aisée, esclave sur Tatooine, vaillante soldate mandalorienne, puis Sith… Styxana Mirkwind avait eu la sensation d’avoir vécu plusieurs vies différentes et alternatives, même pour elle, il était difficile de croire que ces histoires avaient été la somme de ce qu’elle était devenue aujourd’hui. Pourtant, la réalité ne saurait être niée, c’était bien grâce à la Force qu’elle avait pu arracher son titre de Dame Noire de la Sith, guider les autres vers une voie alternative à celle proposée par les lieutenants du Sith’Ari. Protéger ses adeptes était désormais sa première et principale préoccupation. Servir la Force était son sacerdoce. Aucune entité supérieur ou être vivant ne pourrait la changer désormais. Styxana vivait par et pour le Code qu’elle avait elle-même conçu s’inspirant énormément des préceptes Jedi, Mandaloriens mêlés à un soupçon de doctrine Sith. L’Imploratrice estimait en effet qu’un tel don devait être employé à bon escient. La vie était un combat, la Force un don. Pour se montrer digne de ces pouvoirs exceptionnels qu’on lui avait conféré, il fallait honorer la Forcer en consacrant sa vie à accomplir sa volonté et en combattant. Rien n’était plus épanouissant qu’un combat contre un adversaire valeureux. Aussi, la corruption naturelle du Côté Obscur semblait avoir que peu de prises sur l’apparence physique et la stabilité mentale de la chagrienne. Ses yeux bleus en étaient la preuve. Les seules marques visibles pouvaient être les cicatrices qui parcouraient son corps et sa peau azurée, mais ce n’était pas là l’œuvre des ténèbres, non c’était là les conséquences des nombreux combats qu’elle avait menés au nom de la Force.

    Darth Calisomnus entendit alors la réponse de la Codru-Ji ici présente. Celle-ci semblait rester suspicieuse et dubitative mais fut forcée d’admettre que malgré son invisibilité, Styxana avait apporté son soutien en de nombreuses occasions. Une espionne aurait pu se sentir quelques peu outragée de n’avoir pu remonter les pistes jusqu’à elle, mais Darth Acies semblait plus admirative que vraiment offensée. La voix de Kialani résonnait dans l’esprit de la chagrienne qui resta de marbre. Ses paupières toujours closes, Styxana accepta de répondre aux questions de la Dame tout en restant imperturbable dans sa méditation profonde.


    - C’est en effet un bon début ma chère. Je suis Styxana Mirkwind, Grande Imploratrice de la Force mais aussi Dame Noire de la Sith plus connue sous le nom de Darth Calisomnus. Je ne viens pas quérir votre allégeance à moins que vous ne souhaitiez me rejoindre de vous-même. Je ne sers que la Force comme je vous l’ai déjà dit. J’aurais sans doute pu altérer votre esprit si vous aviez été une de mes ennemies déclarées. Or ce n’est pas le cas. Ne vous vexez pas, mais je ne vous considère pas comme une menace puisqu’aucun de vos actes n’a, pour l’instant, mis en péril la sécurité de mon culte. Cependant, je suis bien consciente de vos capacités d’espionne et d’assassine font de vous quelqu’un que l’on ne doit pas sous-estimer. Je comprends votre méfiance vis à vis de moi, si vous souhaitez me poser des questions, j'y répondrai.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Lun 21 Jan - 3:31

Autant dire que la Codru-Ji ne savait trop quoi penser. D’un côté, elle avait devant elle ce qui pouvait constituer son seul lien d’attache avec son passé. Non, il aurait été fou de considérer la chagrienne comme sa « famille » et une part de Darth Acies préférait tirer un trait sur toute l’histoire et laisser Kialani Benkaan à sa tombe. Ceci dit, la très grande majorité de son être préférait et de loin s’accrocher à l’idée d’un nouveau départ. Son maitre, elle en avait la certitude, aurait probablement voulu qu’elle fasse une telle chose. Naturellement, une confirmation vocale aurait été la bienvenue mais, comme elle se le répétait en boucle depuis la mort de son mentor, les morts ne parlent pas. Les morts ne peuvent plus interagir avec le monde des vivants. Il ne lui restait que ses doutes pour se faire une idée. Cela et le souvenir de son maitre.

Darth Acies avait été formée de façon pointue et spécifique. De fait, il y avait bien des choses dont elle ne connaissait que sur un plan théorique. De fait, elle savait que les fantômes de Force existaient mais cela avait constitué presque une note de bas de page dans les enseignements de son maitre. Quand on meurt, disait-il, nous retournons à la Force. Seuls les imbéciles cherchent à survivre à leur propre mortalité. Quand on vous martèle la chose dans le crâne des années durant, vous finissez par accepter la chose comme vérité quasi absolue. Ce qui était mort restait mort. En y pensant bien, c’était une bénédiction car tuer deux fois la même cible était un peu… Une aberration pour une assassin. S’il fallait constamment refaire le travail, comment vouliez-vous garder votre fierté? Déjà que certaines cibles étaient plus que coriaces…

Elle était donc plongée dans ses pensées, observant malgré tout cette Darth Calisomnus, tentant de se faire une idée. Cette femme était puissante, terriblement puissante, elle pouvait le sentir. Elle était aussi très charismatique, à n’en pas douter. Elle était différente des autres Siths qu’elle avait eu le (dé)plaisir de rencontrer. Son aura était plus grise que noire, un peu comme celle de son maitre. Sith il avait été oui, mais un Sith assez spécial, comme elle, en un sens. C’était une femme au physique avantageux qui avait le port nécessaire pour commander et la compassion requise pour garder la loyauté de ses disciples. Le maitre de la Codru-Ji avait toujours dit que la peur est une arme à double tranchant : elle peut faire en sorte de tourner contre vous-même vos meilleurs éléments. C’était un subtil jeu de manipulation qui générait la meilleure des loyautés.

Elle allait prendre la parole quand elle entendit son nom. Traitant d’abord la chose comme son esprit lui jouant des tours (qui pourrait bien l’appeler ici, en dehors de Styxana Mirkwind), elle secoua la tête comme pour chasser un insecte avant de se figer. Il y avait comme… Une lueur. Cela ne pouvait provenir d’une torche donc d’où venait-elle? Elle porta la main à sa ceinture, à son chakram. La lueur sembla aller en grossissant… Et la Codru-Ji poussa (mentalement) un cri de pure terreur. Habituée à tout communiquer télépathiquement, cela aurait pu être comique en d’autres circonstances. Là, devant elle, se trouvait la forme éthérée de feu son mentor. Un fantôme. Devant elle. Elle changea carrément de couleur et si d’ordinaire, elle avait l’air froide et distante, là on pouvait carrément voir que ses émotions avaient pris le dessus.


« Bonjour Kialani. Salut Styx. Ça faisait un bail, pas vrai? Je vois que tu as rencontré mon apprentie en chair et en os… Personnellement j’aurais préféré d’autres circonstances mais apparemment, il me restait une tâche à accomplir avant de… Passer de l’autre côté, pour ainsi dire. Je vais tâcher de faire court, dans ce cas. Enfin… Aussi court que je suis capable de le faire, moi qui aime tant m’entendre parler.

Styx, tu connais la clé de notre code et j’ai usé de la meilleure des protections pour te livrer mes ultimes conclusions. Comme tu le sais, Kialani peut grâce à ses pouvoirs se remémorer avec une précision hors du commun des événements passés. Je lui ai fait mémoriser une liste de textes contenant mes données codées. Tu sais quoi faire pour pouvoir avoir les dernières pages de mon journal de recherche.

Je voudrais aussi que tu me rendes un ultime service. Comme tu le sais, de mon vivant, je comptais faire de Kialani nos yeux et nos oreilles. En théorie, elle aurait dû devenir ton ombre. Étant donné que je suis mort et que la petite a besoin d’un guide, je te demande, au nom de notre amitié, de t’en occuper, de la prendre sous ton aile. Et dire que j’ai toujours dit que je mourrais de ma belle mort en regardant le ciel de Munto Codru…

Kia, je t’ai toujours considéré comme ma fille et tu ne peux pas savoir à quel point je suis désolé, Sith ou non, de t’avoir fait connaitre ma mort avant le temps. Un jour viendra où Kialani Benkaan, telle que je l’ai connue, renaitra et ce jour-là, je suis sûr que tu retrouveras ta voix. Quelque part dans la Force, je pourrai t’entendre rire à nouveau. Je veux que tu saches que tu fus ma plus grande fierté. Juré sur la Force.

Nous nous reverrons un jour et d’ici là, je veux que tu assistes Styxana. Protèges la de ta vie si nécessaire et offre lui le même zèle et la même loyauté que tu m’as donné pendant toutes ces années. Rappelles toi Kia. Une mort est une tragédie, un million, une statistique. Je ne serai pas le premier à tomber pour la cause que j’ai défendu en secret pendant une partie de ma vie. Sois forte, Kia. Sois ma digne héritière.

Sur ce, ma mission en ce monde est terminée. Je peux m’en aller l’esprit tranquille là où nous nous retrouverons tous. Que la Force vous sourit à toutes les deux et j’espère vous revoir… Le plus tard possible. Ayez de bonnes vies et n’abandonnez jamais la Cause. Styx, tu sais ce qui est en jeu. Kia, ton entrainement t’a préparé à ce qui t’attend. Je ne vous dis pas adieu… Je vous dis à bientôt. Que la Force soit avec vous. »


Aussi soudainement qu’il était apparu, le fantôme de Force disparu. Darth Acies n’avait pas dit le moindre mot. Elle s’était instinctivement rapprochée de Darth Calisomnus et maintenant que le spectre de son maitre avait disparu, sans qu’elle puisse contrôler quoi que ce soit, elle fondit en larmes dans les bras de la chagrienne. Elle ne faisait aucun son mais l’agonie de son esprit était pratiquement perceptible. Il lui fallut de longues minutes avant de se ressaisir et de reprendre son masque de façon plus ou moins convaincante. On ne passait pas au travers d’une telle expérience sans payer une certaine forme de prix, après tout. Quand son regard croisa à nouveau celui de Styxana Mirkwind, il y régnait une détermination qu’aucun obstacle ne saurait abattre. Elle allait honorer la volonté de son maitre, quitte à se mettre tout l’Ordre à dos.

«J’honorerai les dernières volontés de mon maitre. Ma vie sera le prix à payer si nécessaire. Je serai votre ombre, comme il voulait que je le devienne. Qui sait. Peut-être que cela devait arriver. Peut-être que c’est vous qui deviez faire ressusciter Kialani. Un jour peut-être. Pour l’heure, je suis à votre service. Usez de moi comme il vous plaira. Un bon exécutant ne se plaint pas, il accomplit. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Lun 21 Jan - 23:55

    Bien peu de choses concernant la Force échappaient à la compréhension de l’Imploratrice. Darth Calisomnus avait déjà entendu parler des esprits de Force supposés être l’âme des individus dignes de vivre une fois leur mort survenue. Car c’était bien là l’essence même du Culte de la Symphonie : obtenir une vie après la mort, rejoindre la Force après avoir prouvé sa valeur et honoré les dons qu’ils avaient reçus d’elle. Styxana Mirkwind fut quelques peu stupéfaite en voyant l’esprit de son ancien rival et ami apparaître devant elle. Méfiante, elle se redressa sur ses jambes. Oui, elle avait entendu parler de rumeurs sur ces fantômes, néanmoins elle n’en n’avait encore jamais vu un apparaître devant ses yeux bleus.
    Il s’agissait pourtant bien de ce qui venait de se produire. Estomaquée, la Dame Noire de la Sith fit un pas en arrière avant de reconnaître son ami. Celui-ci la salua, et la chagrienne répondit d’un hochement de tête respectueux. Silencieuse elle le laissa parler mais ne put se retenir de sourire en entendant son ami le tutoyer et la surnommer Styx. Très peu de personnes avaient ce privilège, et le fait que la Dame Noire ne lui fasse rien remarquer voulait bien dire qu’elle tolérait cet écart au protocole de la part de l’homme qu’elle avait sauvé des griffes des Sith.

    Cette surprenante apparition surprit que légèrement Styxana Mirkwind, cette dernière restait calme mais sur son visage on pouvait lire un certain réconfort. Revoir celui qui fut jadis son rival lui apportait l’assurance qu’il vivait encore sous une autre forme, ce qui était un espoir : la Force offrait bien ce cadeau à ces plus fidèles serviteurs. Toujours muette, elle écouta avec une grande attention les paroles du spectre, celui-ci confia à Styxana plusieurs instructions notamment celle de récupérer les dernières informations du journal de recherche qu’il avait fait mémorisées à Kialani. Effectivement, la Dame Noire de la Sith avait la clef du décodage, tous deux avaient conçu ce code afin que leurs travaux soient inexploitables par d’éventuels ennemis. La seconde requête qu’il demandait était de veiller sur la Codru-Ji et de lui permettre de remplir la tâche pour laquelle, la Force l’avait désignée. Darth Calisomnus inclina respectueusement la tête pour lui faire comprendre qu’elle ferait tout son possible pour veiller sur la jeune assassine.

    Lorsque le fantôme disparut, la Dame Noire de la Sith resta figée quelques instants avant de répondre à voix haute, sachant que son éternel soutien l’entendrait.


    - Ne soyez pas inquiet mon vieil ami. Même si les choses ne se sont passées comme nous l’aurions espérée, je tâcherai de faire en sorte que votre mort n’ait pas été vaine. Allez dans la Force, votre disciple est entre de bonnes mains.

    Puis Darth Acies fondit en larmes dans les bras de la chagrienne qui ne la repoussa pas. Au contraire, une fois dans les bras de la Dame Noire de la Sith, Styxana resserra son étreinte comme pour consoler la peine que cette vision avait déclenchée à la Codru-Ji. Passant sa main dans les cheveux de Darth Acies comme pour l’apaiser, Darth Calisomnus s’aperçut que ce rapprochement soudain entre les deux femmes lui plaisait. Peut-être en avait-elle un peu besoin elle aussi après avoir vu le visage de son compagnon ? Bien que ses yeux restèrent secs, elle ressentit une légère pointe d’amertume dans la poitrine. Après tout, elle se devait de se montrer présente pour les adeptes de son culte, veiller sur elle comme s’ils étaient ses enfants directs. Tous étaient les enfants de la Force.
    Styxana Mirkwind laissa ensuite Kialani s’éloigner d’elle, reprenant toute confiance en elle, les yeux de la Dame Sith brillaient d’un feu nouveau, une détermination que la chagrienne n’avait encore jamais pu observer chez la Codru-Ji. Celle-ci affirma que désormais, elle deviendrait son ombre, son agent personnel. Darth Calisomnus savait que son interlocutrice serait un atout de poids pour le Culte de la Symphonie. Pour l’heure, elle souhaitait surtout obtenir des renseignements afin d’évaluer la situation en cours.


    - C’est un véritable honneur pour moi de vous savoir dans mes rangs ma très chère Dame Acies. Pour l’heure je souhaiterais que vous me transmettiez les textes que vous avez du mémoriser. Je pourrais les décoder, et soyez assurée que je vous les transmettrai une fois que leur sens sera dévoilé. Pour l’heure, j’aimerai savoir ce que vous savez des différentes manœuvres en cours au sein de l’Ordre Sith. Avez-vous déjà eu la malchance de rencontrer l’autoproclamé Sith’Ari ou l’un de ses sinistres séides ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Mar 22 Jan - 21:35

« Avec tout le respect que je vous dois, il est encore trop prématuré pour fournir des conclusions pertinentes sur les membres influents de l’Ordre Sith. Il me faudra encore du temps pour bien les cerner et comprendre toute la complexité de leur personnalité. Mes conclusions préliminaires sont que nous faisons face à des gens bien plus organisés qu’on ne serait porté à le croire.

De toute façon, il nous faut aborder, je le crois, des détails considérablement plus importants. Je préfère encore retourner ma propre arme contre moi que de déshonorer les dernières volontés de mon maitre et en tant que votre garde du corps, votre ombre, je dois élaborer un plan de protection. La prudence sera naturellement de mise. Il serait très peu avisé de ne pas prendre d’importantes précautions, à mon humble avis. »


Certains prétendent que les Codru-Ji sont d’une loyauté sans égal. Peut-être est-ce parce que pendant une partie de leur vie, ils partagent énormément de points communs avec les chiens, par exemple. Un Codru-Ji sous sa forme « canine » défendra avec acharnement les membres de sa famille et c’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle les étrangers les prenaient pour de simples animaux de compagnie, des espèces de chiens de garde. On ne pouvait être plus loin de la vérité. Restait et demeurait que plusieurs d’entre eux conservaient cette profonde loyauté après leur maturité et Darth Acies n’y faisait pas exception. La preuve étant, elle avait combattu avec une férocité stupéfiante pour défendre son maitre lors de son dernier combat. Maintenant, elle devait mettre cette loyauté au service de Styxana Mirkwind.

À ses yeux, il y avait tant de choses à revoir… Premièrement, les fréquentations de Darth Calisomnus. Il faudrait qu’elle les passe au peigne fin. Il était si aisé d’envoyer des espions que la Codru-Ji ne pouvait que se méfier de tous ceux qui gravitaient autour de sa nouvelle protégée qui se trouvait dans le même temps à devenir sa nouvelle maitresse. Curieuse situation s’il en était mais bon. Elle avait été formée pour faire face à l’impensable et c’est bien ce qu’elle comptait faire. Dans un monde comme celui des Siths et des utilisateurs de la Force, ce qui était normal était déjà anormal pour le commun des mortels. Il allait falloir qu’elle veuille sur Styxana Mirkwind tout en ayant l’air détachée d’elle. Il ne fallait en rien éveiller quelque soupçon qu’il soit. Ce serait compromettre son rôle d’espionne, autrement et c’eut été inacceptable.

D’un autre côté, elle était très douée dans ce qu’elle faisait donc il y avait peu de risques pour qu’éventuellement quelqu’un suspecte quoi que ce soit. Quand vous avez une bonne main aux cartes, c’est votre visage qui risque de vous trahir. Dans le cas de Darth Acies, elle ait apprit à vivre avec un masque en guise de visage, métaphoriquement parlant. Elle évitait le plus possible de dévoiler ses émotions ou ses sentiments, histoire de se rendre moins lisible par un adversaire. La prudence était de mise et on ne l’était jamais assez, dans le monde des ombres et des intrigues. Quand vous côtoyez la mort sur une base assez fréquente, vous apprenez bien vite que ce qu’à choisir ente A et B, il faut trouver un moyen de rendre C possible. C’était là toute la clé pour résoudre un problème. Il ne s’agissait pas de suivre ou de transgresser les règles. Il fallait les réécrire.


« Je dois veiller à votre protection. Pour ce faire, nous allons devoir nous faire confiance bien que faire confiance à un assassin soit tout sauf de l’apanage de la lucidité. Je suis tenue par serment d’obéir aux dernières volontés de mon maitre. C’est la seule garantie que je peux fournir dans l’instant. Je me soumettrai, cependant, à tout test pour gagner votre confiance que vous jugerez nécessaire. »

Elle se concentra ensuite sur ce que son maitre lui avait fait mémoriser. Elle s’en souvenait très distinctement, oui. C’était un texte qui traitait de sa vision du parfait combattant de l’ombre. Pendant des années, il lui avait rappelé, encore et encore, qu’être Sith ou être un assassin ne voulait pas dire abandonner certains principes. C’était justement en se disant qu’il fallait absolument briser les règles pour asseoir son pouvoir que les Siths couraient à leur perte, lui avait-il révélé. On pouvait assumer mille visages mais pour ne pas se perdre, il fallait se rattacher à quelque chose. Si vous n’êtes pas capable de vous retrouver dans le noir de votre âme, alors vous êtes perdu. Darth Acies avait mémorisé chaque ligne avec une attention toute particulière. C’était un texte bien curieux cependant… Il lui semblait toujours qu’il y avait plus à sa teneur.

Elle se remémora la dernière fois qu’il le lui avait fait réciter. C’était peu de temps avant sa mort. Un soir, du haut de la plus haute tour du château abandonné, son maitre et elle avait regardé le ciel. Son maitre avait longuement gardé le silence avant de lui dire qu’au fond, ce qu’il avait toujours tenté de lui dire, c’était de ne compter que sur elle-même. Il lui avait montré les étoiles en disant que de tout temps, l’humanoïde avait cherché à trouver les trésors du monde pour regarder partout sauf au bon endroit. En lui. Le texte qu’il lui avait fait mémoriser lui disait de se fier à deux choses : à soi-même et à la Force. Il était sot de chercher merveilles hors de soi ou de la Force. La vraie richesse du monde, de l’univers même, avait-il dit, résidait dans la Force et la Force est le feu qui brûle en chacun d’entre nous. Sur ce souvenir, elle récita ce qu’elle avait appris.


« Première partie : Je n'ai pas de parents. Je fais du temps et de l’espace mes parents. Je n'ai pas d’essence divine. Je fais de ma mortalité ma force. Je n'ai pas de ressources. Je fais de mon être mon expédient. Je n'ai pas la science infuse. Je fais de ma conviction mon omniscience. Je n'ai pas de vie et je n’ai pas de mort. Je fais de la Force ma vie et ma mort. Je n'ai pas de corps. Je fais de mon courage mon corps.

Deuxième partie : Je n'ai pas d'yeux. Je fais de mon instinct mes yeux. Je n'ai pas d'oreilles. Je fais du bon sens mes oreilles. Je n'ai pas de membres. Je fais de la vivacité mes membres. Je n'ai pas de projet. Je fais de l'opportunité mon dessein. Je ne suis pas un prodige. Je fais du respect de la Force mon mentor. Je n'ai pas de principes. Je fais de l'adaptabilité à toutes choses mon principe.

Dernière partie : Je n'ai pas d'amis. Je fais de la lucidité mon ami. Je n'ai pas d'ennemis. Je fais de la distraction mon ennemi. Je n'ai pas d'armure. Je fais de la rectitude mon armure. Je n'ai pas de forteresse. Je fais de la force de mon esprit ma forteresse. Je n'ai pas d'arme. Je fais de mon inflexible détermination mon arme. Il m’a expressément dit de toujours diviser le texte en trois. Il semblait y tenir mordicus. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Dim 27 Jan - 1:40

    Styxana Mirkwind resta silencieuse un bref instant. Son visage restait impassible tandis que Kialani lui répondait qu’il était encore trop tôt pour tirer des conclusions des différents cadres de l’Ordre Sith et des loyalistes de Nelius. Darth Acies souligna qu’ils avaient l’air plus coordonnés que leur image dégageait. Visiblement, la première préoccupation de la Codru-Ji était de mettre en place un plan de sécurité autour de la chagrienne.
    Cette dernière en conclut qu’elle avait donc gagné la loyauté de son interlocutrice. La Dame Noire de la Sith était plutôt satisfaite de la tournure des choses : s’entourant petit à petit d’alliés fidèles et mortels, elle compterait bientôt sur l’appui d’une armée de droïdes de combat ainsi que la puissance de feu d’un croiseur de classe Lucrehulk modernisé.

    Le Culte de la Symphonie allait donc garantir à ses adeptes une sécurité certaine. Pour l’heure, son entourage proche était plutôt restreint et était composé de différents individus : Ness Skytor, son apprenti humain trouvé sur Nar’Shaddaa était sans doute le plus proche de Styxana Mirkwind. Il y avait aussi Darth Irya, la redoutable twi’lek suivante de Darth Reylos avec laquelle, la chagrienne s’était liée d’amitié. Venait ensuite le gouverneur Treadwell de Raxus qui, sans l’ombre d’un doute, deviendrait plus qu’un simple prestataire dans les mois à venir.
    Lentement mais sûrement, elle rassemblait des ressources et des fidèles dans sa quête. Après un bref instant de réflexion, Styxana précisa.

    - Inutile de me prouver votre loyauté. La Force me dit que je peux vous faire confiance, ainsi je suivrai ses consignes. Quant à mon sort, si je dois mourir, c’est qu’il s’agira alors de la volonté de la Force. Je vous demanderai alors de poursuivre la lutte et conserver la mémoire de votre maître ainsi que la mienne sans moi. Concernant votre plan de protection, je coopérerais avec vous

    Darth Acies récita ensuite ce qu’elle avait mémorisé. Il s’agissait des anciens préceptes de son maître. La Dame Noire de la Sith assimila tout de suite les mots délivrés de la bouche de la Codru-Ji. Elle s’occuperait de décoder plus tard au calme pour ensuite transmettre à sa plus fervente servante.
    Après avoir assuré sa protection, Styxana aurait toutefois besoin d’un agent infiltré au sein des loyalistes afin de pouvoir disposer d’un coup d’avance sur Nelius au cas ou celui-ci tenterait de s’en prendre à la chagrienne. Ainsi, elle pourrait prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la destruction du Sith’Ari, même si cela devait lui coûter la vie.
    Darth Calisomnus demanda alors.


    - Que suggérez-vous en matière d’infiltration de l’Ordre Sith ? Vous feraient-ils confiance ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Lun 28 Jan - 21:42

« Confiance est un mot qui ne semble pas exister dans leur vocabulaire, si je puis me permettre le commentaire. Dès mon arrivée ici, et je ne parle pas encore des gros joueurs, j’ai été observée comme une bête de foire et il serait mensonger de dire que quelqu’un ayant ma formation inspire quelque confiance. Mon impression générale est que gagner leur confiance sera tout un défi. »

Elle ne semblait pas particulièrement s’en faire, remarquez. Même si elle ne pourrait infiltrer avec aisance les hautes sphères de l’ordre sans risquer de mettre en danger l’intégrité de certains membres de l’ordre de sa nouvelle protégée, elle pouvait quand même se faire un nom et ainsi contribuer par la bande à fournir des informations à Styxana Mirkwind. Il n’était pas exclu qu’elle soit appelée à faire un important travail pour la tête pensante de l’Ordre et ses sbires. À ce moment-là, il n’était impossible que la position que la chagrienne voulait qu’elle gagne se concrétise et gagne des bases. On nageait en pleine hypothèse mais mieux valait ne rien écarter trop vite. Tout était une question de patiente planification et de prudente manipulation. Deux choses dans quoi elle excellait, au fond. Il serait dur à trouver celui qui la battrait à son propre jeu.

Bien évidemment, il fallait garder la tête froide. Précipiter les choses serait aussi sensé que de se tirer une balle dans le pied. Chaque pas comptait. Chaque mesure devait être précise. Toute erreur pourrait amener des conséquences épouvantables et elle refusait de se résoudre à une pareille éventualité. Elle allait observer l’Ordre avec plus d’attention encore, sans en attirer et petit à petit, elle parviendrait à brosser le portrait parfait pour la phase suivante dans les plans d’information et de désinformation de Styxana Mirkwind. Elle avait appris depuis longtemps que les pièges les plus insidieux ne se révélaient que sur le tard et donc, pour éviter de se faire piéger dans une intrigue quelconque durant son observation, elle devrait garder une longueur d’avance, ce qui pour le moment lui était d’une aisance déconcertante. Il y aurait des embûches, à n’en pas douter.


« Vous réalisez qu’il va nous falloir être d’une extrême prudence, n’est-ce pas? Au moindre faux pas, nous aurons attiré leur attention. Sans vouloir vous vexer, vous êtes vous-même le sujet de plusieurs bruits de couloir. Si nous voulons éviter d’être infiltrer, je vous recommande respectueusement de faire moins de vague. Certains parlent d’auto proclamation : c’est le genre de chose qui intrigue. »

Pour l’heure, cependant, se perdre en conjectures ne servirait pas à grand-chose. Mieux valait se concentrer sur des détails que l’on pouvait régler dans l’instant. Il faudrait qu’elle revoit son modus operandi, il faudrait qu’elle prenne des précautions additionnelles et dans ces précautions, se doter d’un moyen pour communiquer sur de très longues distances, sans méditation, avec sa nouvelle maitresse. Pour ce faire, elle devrait sans doute mettre une part de sa foi en la technologie et le système d’échanges par crédits car l’équipement qu’elle avait en ce moment avait été en partie récupéré çà et là et donc n’était pas de première jeunesse, loin de là. Son maitre lui avait pourtant répété qu’il fallait n’avoir qu’une confiance et c’était en son potentiel. Le sabre laser d’un Sith n’était aussi bon que celui capable de la manier, il n’avait pas de talents propres.

Cela lui déplaisait profondément, ce n’était pas peu dire. Elle comptait sur sa mobilité et la difficulté que les autres avaient pour la traquer. Un comlink, même éteint, peut révéler votre position. Pire encore, il lui faudrait peut-être même consentir à avoir quelque chose qu’elle ne pouvait transporter avec elle et cette idée lui répugnait plus que tout. Elle pouvait revenir sur ses méthodes lors de l’élimination d’une cible. Avec difficulté, oui mais ce ne serait pas impensable. Devoir posséder quelque chose qui n’était pas transportable, par contre, cela lui déplaisait plus que tout. Toute attache, tout objet peut servir à vous pister, d’où la cruciale importance de toujours tout trainer avec soi. Pour l’instant, s’en faire ne servirait à rien. Il fallait garder la tête froide et analyser de façon rationnelle toute l’étendue de la tâche devant elle.


« Je suppose que nous n’avons pas de quartier général ou de façon précise de nous contacter, me tromperais-je? Avons-nous même des forces ou suffisamment de partisans pour opposer une défense honorable si jamais l’Ordre découvrait vos projets? Je n’aime pas cela. Trop de variables inconnues et l’ignorance tue. Je ne peux être tenue responsable de votre mort faute de la bonne information…

Ne restons pas ici, en tout cas. Bien que je me dissimule de façon presque instinctive dans la Force, n’importe quelle personne vous cherchant un moindrement pourrait détecter votre aura dans la Force. Il y a une autre grotte, à quelques kilomètres… Nous pourrions aller là-bas. À moins que vous ne préfériez une autre destination? Tant et aussi longtemps que je peux raisonnablement couvrir vos arrières, je n’ai pas d’objection. »


Elle contenait à grand peine son agitation. Tout dans sa gestuelle et sa posture indiquait une envie d’en découdre. Cette arme, forgée par cet ami défunt qui lui avait offert en cadeau son apprenti, laissait entrevoir toute sa létalité sans même avoir porté un coup. Il y avait une détermination, une énergie chez Darth Acies qui ne laissait aucun doute sur le fait qu’elle était une redoutable adversaire et une protectrice dévouée. Elle était comme un œil voyant tout, braqué sur elle, sur Styxana Mirkwind, un esprit vengeur attendant de frapper, une exécutrice attendant de faire s’abattre sur ses ennemis le plein poids de sa lame. Et pourtant, paradoxalement, elle était cette présence presque fantomatique, cette impression juste au coin de votre œil, ce son à peine perçu, ce silence… Assourdissant. Sous un fourreau en piteux état…

Se tenait prête une arme mortelle. Gare à ceux qui se mettrait en travers des desseins de sa maitresse. De sa protégée. Darth Acies serait sa première et sa dernière ligne de défense. Elle était prête. Elle se sentait prête. Elle se répétait les principaux enseignements de son maitre et ce en quoi il avait cru… Et elle se sentait prête à affronter la galaxie si telle était la chose à faire pour le salut de Styxana Mirkwind. Elle était à la fois l’épée et le bouclier, les deux faces non pas d’une pièce mais d’une étoile de jet. Mortelle sous tous ses angles. Certes, elle n’avait encore livré aucun de ses secrets, elle n’avait pas parlé d’elle et elle était lié à Styxana par honneur, par devoir envers la volonté de son maitre, sa dernière mais si la chagrienne gagnait plus que la tête de la codru-ji, si elle gagnait aussi son cœur, métaphoriquement parlant, alors elle aurait entre ses mains une force impossible à stopper…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Jeu 31 Jan - 18:10

    Kialani était une femme intelligente, cela ne faisait aucun doute. Elle répondit que la confiance ne semblait pas faire partie du vocabulaire des Sith de façon globale, et que dès son retour sur Korriban, elle fut considérée avec autant d’attention qu’une bête de foire. Sa formation et réputation d’espionne et d’assassine ne l’aidait pas non plus, néanmoins elle confessa que ce serait un grand défi. Sa réponse ne perturba nullement Styxana Mirkwind, au contraire, elle confirmait ce que la Dame Noire savait déjà, et ce faisant, elle prouva une fois encore sa clairvoyance et gagna donc, des points dans l’estime de Darth Calisomnus. Dame Acies ajouta par la suite que la chagrienne était elle aussi victime de sa réputation de marginale. Ceci ne la froissa guère : c’était la réalité. La Dame Noire n’était que très peu impliquée dans les affaires de l’Ordre Sith ce qui la mettait de facto en marge du reste.

    Même si Styxana Mirkwind pouvait paraître imprudente, cela venait plutôt de son lien naturel avec la Force : si celle-ci restait muette quant à des menaces éventuelles alors elle n’avait rien à craindre. Qui plus est, la chagrienne savait parfaitement ce qu’elle faisait, elle était confiante : quiconque viendrai défier son pouvoir signerait alors son arrêt de mort. Ses pouvoirs dans la Force étaient grands, et elle avait acquis dans la souffrance des capacités que très peu de mortels aujourd’hui pourraient maîtriser. Quant au combat, Darth Calisomnus était une véritable valkyrie aussi à l’aise avec des armes à feu qu’avec son sabre laser : à l’âge de 14 ans, elle avait combattu les Yuuzhan Vong sur Mandalore, avait survécu malgré ses blessures et avait même été décorée par le célèbre Boba Fett pour son courage. Rien ne saurait l’effrayer, elle était en paix et savait quelles étaient ses forces et faiblesse. Désireuse de son montrer rassurante, Darth Calisomnus répondit posément.


    - Je suis consciente que ma présence ici n’est que faiblement tolérée. Tout comme vous, je subis les bruits de couloirs tout en évitant de faire de vagues. Cependant je ne les crains pas. Quant à mon rang, je l’ai réclamé et je l’ai arraché au prédécesseur de Darth Reylos. Certains voient ceci comme étant une auto-proclamation, et il serait malhonnête de prétendre le contraire. J’avais passé un accord avec le sombre seigneur de l’époque, et lorsque j’ai ramené la tête d’un de ses rivaux, il a tenté de m’abattre en envoyant sept seigneurs Sith m’attaquer simultanément. L’un d’entre eux était sa main noire. Si je suis encore en vie aujourd’hui, vous comprendrez que les sbires de cet homme sans parole sont morts. Oh, il aurait bien pu me tuer en personne ou en envoyant davantage de seigneurs me tuer… Mais je pense qu’en voyant son meilleur champion se faire décapiter par ma lame, qu’il a compris que mon décès lui couterait bien trop de ressources. Sa victoire contre moi l’aurait affaibli. Aux vues de mes prouesses je n’ai fais que prendre mon dû ; le rang de Dame Noire de la Sith. C’est d’ailleurs peu de temps après que Darth Reylos prit le pouvoir… Tout aurait été bien plus simple pour lui s’il avait tenu sa parole.

    Vinrent ensuite les questions d’ordre technique concernant le culte de la Symphonie. Visiblement Darth Acies semblait assez préoccupée en matière de sécurité, ce à quoi la chagrienne répondit.

    - A l’heure actuelle nous sommes à peine une dizaine d’adeptes. Les Sith n’ont pas la moindre idée que nous existons. La Force est avec nous. Il est vrai que le rapport de force joue en notre défaveur, mais chacun d’entre nous défendra notre cause avec ferveur : aucun ne se rendra. Nous n’avons aucun quartier général mais ce détail devrait bientôt se résoudre sous peu. J’ai pris contact avec un bon ami qui m’a assuré l’obtention du croiseur de classe Lucrehulk ainsi qu’une force armée de droïdes de combat si je lui rendais un grand service. Nous disposerons bientôt d’un sanctuaire dans lequel, nous pourrons échapper à l’emprise de Darth Nelius. Ce seul vaisseau ainsi que les droïdes embarqués devraient suffire si jamais le Sith’Ari venait à décider que nous le gênons trop. Sachez bien que je n’ai aucune intention de défier son pouvoir, mais je ne compte pas non plus rallier sa cause perdue. Au premier geste de sa part, nous déchainerons notre force de frappe depuis l’orbite pour qu’il ne reste absolument rien du temple Sith si ce n’est que des gravas. Après, tout se fera selon la volonté de la Force. En tout cas, même si nous sommes dans leurs listes d’ennemis, ils ne s’attaqueront pas à nous immédiatement. Le Sith’Ari est bien trop occupé à rassembler les données de son prédécesseur et à consolider son pouvoir nouvellement acquis pour tenter quoique ce soit contre nous. Profitons de ce laps de temps pour fortifier notre Culte à l’écart de leurs yeux. Laissons-les-nous sous-estimer.

    La chagrienne entendit alors la proposition de la Codru-Ji qui suggéra de changer de grotte par crainte d’avoir été suivis jusque là, la Dame Noire de la Sith approuva d’un signe de tête et se dirigea lentement vers la sortie de la caverne tout en s’assurant que Darth Acies lui emboîtait le pas.

    - Je vous fais confiance. Je vous suis. Si vous souhaitez commencer à brosser les personnes que je connais, je peux vous citer quelques noms : il y a tout d’abord Darth Irya, Dame Sith et suivante de Darth Reylos même si elle souhaite, à première vue prendre son autonomie vis-à-vis de notre zabrak vaincu, et je doute qu’elle se rallie à la cause de Darth Nelius. Ensuite vient Ness Skytor, mon nouvel apprenti que la Force m’a confié sur Nar’Shaddaa. Celui-ci découvre ses pouvoirs depuis peu et la noirceur n’a pas encore perverti son âme. J’ai également mes entrées au sein des Confédérés grâce à mon ami. Sinon, en termes d’ennemis potentiels, j’ai aussi eu la malchance de croiser brièvement Darth Fatalis que vous connaissez peut-être sous le nom de Minerva Yeul. Je ne vous cache pas que je n’ai aucune affection pour cette sotte buvant allégrement les inepties de Darth Nelius. Sa maladresse naturelle doublée à sa faiblesse d’esprit et sa maigre influence n’en font pas une menace à prendre au sérieux. Néanmoins le dénomme Akacen Tarlan semble avoir appuyé Darth Nelius dans sa prise de pouvoir, cet homme m’inquiète car je ne sais, au final, que très peu de choses sur lui. Savez-vous exactement quels sont les plus importants fidèles du Sith’Ari ? J’ai eu écho d’une certaine Greenlight dont je ne sais strictement rien…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Jeu 31 Jan - 21:20

Elle avait donc une liste de noms à vérifier. Des gens en qui sa nouvelle maitresse semblait avoir confiance mais sur qui elle devrait enquêter. La prudence était de mise et plusieurs facteurs justifiaient cette volonté de surveiller ceux qu’elle ne connaissait pas. Combien de personnes avaient affirmé servir loyalement tout en étant soit agent double, soit un traitre? Sa vie toute entière ou une bonne partie de celle-ci tout du moins avait été de faire croire, en simulation et en temps réel, un mensonge. Le faire passer comme une vérité. On ne pouvait pas lui en vouloir que de se demander qui était franc jeu dans ses dires et qui ne l’était pas. Au besoin, elle userait de méthodes un peu plus musclées pour obtenir des réponses. Siths ou non, elle avait été formée pour extraire la vérité. Et la vérité elle extrairait.

Il fallait également qu’elle se renseigne sur ce mystérieux confédéré dont avait parlé la Dame Noire. Manifestement, s’il avait autant à offrir, il devait être important. S’il était important, il devait avoir son propre agenda et s’il avait son propre agenda… Il pourrait très bien leur jouer dans le dos. Un cadeau empoisonné, ce n’était pas un cadeau et elle comptait bien mener sa petite enquête quitte à devoir s’absenter un moment du côté de sa maitresse. Pour assurer sa survie, elle était prête à toutes les mesures nécessaires. Après tout… Elle avait été formée pour ce genre d’extrêmes. Elle n’osait pas en demander plus, de peur de froisser la chagrienne. Elle devrait enquêter sur des menaces à la fois domestiques et étrangères et elle avait assumé son poste quelques minutes à peine auparavant. C’était dire comment le travail arrivait vite.

Pour ce qui était des autres pointures de l’Ordre Sith, elle ne pouvait se fier pour le moment que sur des données très sommaires. Elle aurait l’occasion de se pencher sur leur cas après avoir fait ce qui était le plus urgent. De toute façon, les gros joueurs, ce n’était pas ce qui courait les rues. Il fallait sélectionner certaines cibles, celles les plus susceptibles de poser le plus de problèmes. C’était comme ça qu’on évitait de s’éparpiller et de courir après de fausses pistes. Elle partirait des noms offerts par Styxana Mirkwind et élargirait au besoin son champ de recherche. Chaque chose en son temps. Une chose à la fois. Dans la précipitation, on faisait des erreurs. Elle, elle n’était pas pressée. Elle avait le temps de faire son travail même s’il n’était pas exclu que certaines urgences se présentent. C’était ce qui rendait ce boulot si intéressant.

Urgence du moment, pour un peu que l’on puisse appeler cela une urgence : changer de grotte. Trouver un lieu encore moins décelable. S’assurant de ne détecter aucune présence environnante, elle invita Styxana à la suivre et au bout d’une marche qui aurait laissé essoufflé un soldat bien entrainé, le duo déboucha sur une grotte si bien dissimulée qu’on aurait pu passer des dizaines de fois sans la voir. Darth Acies avait l’œil pour ce genre de choses et elle avait profité du fait que la plupart des Siths n’étaient pas du genre à faire des randonnées dans la nature pour parfaire le déguisement naturel de l’endroit. Elle n’avait pas de logis permanent mais elle avait un réseau de planques par contre. Un bon espion vient toujours bien préparé et sur une planète où il y avait plus de mauvaises intentions au mètre carré que de mensonges dans un politicien…

Il fallait prendre encore plus de précautions. Invitant Styxana à entrer, la chagrienne pu découvrir un environnement qui s’il se trouvait à être extrêmement sommaire donnait plus l’impression de chaleur que n’importe quelle pièce du temple Sith. On ne pouvait pas appeler ça un chez soi. Cependant, au moins, ici il n’y avait pas ce sentiment oppressant qui semblait suinter des murs du temple. Personne ne pouvait affirmer se sentir parfaitement bien en ses murs. Des siècles de manigances et de coups fourrés contaminaient jusqu’à la moelle l’âme du bâtiment. On ne parlait pas de la planète elle-même qui était aussi accueillante qu’un cimetière. On pouvait dire ce qu’on voulait du pouvoir, du rapport fort/faible mais il n’était écrit nulle part que mort et désolation étaient les artifices du fort. Avoir contrôle sur un monde si déprimant…


« Ce n’est pas le grand luxe mais c’est une de mes planques les plus sûres. La trouver a été un défi même pour mes talents de traqueuse. Si les sbires de Darth Nelius parviennent à nous trouver ici… C’est que quelqu’un nous aura trahit. Je doute que l’Ordre dispose de membres aussi compétents que moi dans mon domaine de formation. Ceci dit sans vantardise. Ce n’est pas exactement mon style. »

Prenant place sur un rocher qui avait été poli de façon à donner l’impression d’une érosion naturelle, Darth Acies attendit que Styxana prenne place sur un « siège » similaire. Elle avait un plan, une liste, de quoi s’occuper mais il restait encore des tas de questions à poser tant sur son travail que sur son maitre ou le reste. Après tout, ce n’était pas comme si elle avait quelque chose d’urgent à faire. On aurait bien du mal à imaginer un assassin chez le dentiste, par exemple. Restait à savoir, cependant, comme la chagrienne y répondrait. En avait-elle seulement l’envie. Darth Acies était peu bavarde mais elle avait quand même quelques sujets de conversation. Quand quelque chose lui trottait dans la tête et qu’elle pouvait le partager (très généralement avec son défunt maitre), elle le faisait.

« Je me demande, hypothétiquement, comment votre mouvement pourrait grossir. Mon maitre a passé sa vie à étudier des textes et pourtant vous me dites qu’il fut un pilier important de votre groupe. Vous avez à peine dix membres et pour le moment aucun QG. Nous pourrons compter sur une armée de droïdes prochainement mais uniquement si vous faites les quatre volontés d’un confédéré.

Comprenez mon interrogation : vous avez placé beaucoup de foi en un homme aujourd’hui mort qui vous a légué le fardeau d’une apprentie de plus et sur un homme servant une faction qui voudrait voir les Siths morts. Que nous le voulions ou non, c’est ainsi que la galaxie nous perçoit. Dissident ou non. Nous sommes tous pareils, à leurs yeux. N’avez-vous pas peur que vos bases soient fragiles? »


Non pas qu’elle eut voulu manquer de respect à sa maitresse, grand mal lui en fasse. Cependant, comme elle devrait veiller sur elle, autant comprendre sa définition de la confiance. C’était bien beau se faire dire « la Force ne m’a pas dit ceci ou cela » mais dans le concret, l’espionne savait que la Force ne disait pas tout. Il fallait l’interroger de la bonne façon pour en tirer des réponses. Or, aussi puissante soit Styxana Mirkwind, d’autres avant elle, certains plus puissants, avaient perdu la vie en se fiant uniquement à la Force. C’était sa manière de formuler une inquiétude sans dire « je m’inquiète pour toi Styx, c’est vachement risqué ce que tu fais ». Quand Darth Acies commençait par « je me demande si en théorie » ou quelque chose du genre… C’était une question personnelle. Mais ça, elle ne le reconnaitrait probablement jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Dim 3 Fév - 16:18

    La marche nocturne fut longue et s’effectua dans un silence solennel troublé seulement par une petite bise insolente. Même si les jours sur Korriban étaient plutôt chauds, les nuits en revanche étaient bien plus fraiches. Le froid lacérait un peu la peau bleue de la chagrienne qui était bien incapable d’estimer depuis combien de temps elle marchait. Pendant le trajet, elle s’immergea dans la Force, attentive aux perturbations éventuelles ainsi qu’aux murmures que ce torrent d’énergie pouvait bien lui souffler à l’oreille.

    La Dame Noire de la Sith suivit donc sa plus fidèle suivante jusqu’à une caverne qui faisait plutôt office de planque pour l’assassine. Il fallait admettre qu’elle savait comment s’y prendre afin de se cacher, dans un sens, le contraire aurait été inquiétant pour la Codru-Ji. Styxana Mirkwind elle-même crut au début que Darth Acies s’était moquée d’elle car ses yeux ne purent apercevoir l’entrée de la caverne. Toujours silencieuse, elle se contenta de la suivre jusqu’à une entrée habilement dissimulée entre les rochers et cavités. Lorsqu’elle pénétra dans cette fameuse planque, la chagrienne constata immédiatement l’aspect spartiate qui se dégageait de cette installation. Cependant, après les premières secondes à observer l’intérieur rudimentaire, la Dame Noire pu percevoir une certaine chaleur émanant de ce lieu, ce qui contrastait beaucoup par rapport aux autres salles ou quartiers du Temple Sith. Toujours silencieuse, Darth Calisomnus laissa la parole à Kialani afin que celle-ci présente sa pièce spéciale tandis qu’elle s’asseyait à son tour sur un rocher poli. L’assassine s’exprima sur la difficulté que les sbires de Nelius auraient à trouver cette cachette de fortune.


    - Si cela peut vous rassurer, cet endroit restera un secret commun entre vous et moi ma chère.

    Fit-elle, avec la même politesse qu’elle avait pu recevoir durant ses jeunes années passées au sein de la jeunesse noble de Chagria. Toujours assise et attentive à son interlocutrice, Styxana écouta attentivement les paroles de la Codru-Ji qui semblait être inquiète ou tout du moins perplexe face aux réponses que lui apportait Darth Calisomnus. Il est vrai que ses décisions pouvaient paraître irrationnelles et qu’il était un peu présomptueux de penser que la Force avait réponse à tout, cependant les chagriens étaient réputés pour être particulièrement obstinés, et en tant que Sith, la Dame Noire avait également développé une insolente arrogance sur certains sujets. Les interrogations de Darth Acies restaient toutefois légitimes et compréhensibles, Styxana lui répondit alors avec l’espoir de la rassurer.

    - Ne nous voilons pas la face ; grossir notre mouvement au sein des Sith sera non seulement difficile mais également dangereux pour notre sécurité. Nous devons donc estimer qui serait susceptible de nous rejoindre et qui éviter. Il est évident que nous ne pouvons compter sur les cadres de l’Ordre Sith. Ceux-ci sont bien trop corrompus par leur envies pour appréhender ne serait-ce que le quart de nos idées sans nous considérer comme des traitres. Nous devrons aussi éviter d’approcher les apprentis ou guerriers trop ambitieux qui pourraient être capable de nous livrer à Nelius en échange de quelques privilèges. Nous devons nous attarder au contraire sur les Sith éprouvant des doutes quant à la pérennité de l’Ordre. Nos réformes doivent se présenter comme une alternative possible au règne de Nelius. Il n’y a rien que la Destruction et le Chaos avec l’organisation non réformée du Sith’Ari.

    Styxana marqua une brève pause pendant laquelle elle caressa de sa main droite la pointe de son lethorn gauche tout en ajoutant.

    - Ce Confédéré n’a aucune envie de nous trahir pour l’instant du moins. Je compte déjà bien m’assurer que son armée ou vaisseau ne dispose d’aucun système de surveillance ou contrôle à distance. Je serai bien sotte de penser que les Sith sont à l’abri d’un éventuel Ordre 66… Néanmoins sachez que je sais des choses sur cet homme. Des choses bien compromettantes susceptibles d’ébranler la hiérarchie même de la Confédération des Systèmes Libres si elles venaient à être divulguées par un moyen ou un autre. Et j'ai cru comprendre qu'il ne serait pas insensible à mes charmes. Non, pour l’heure il a tout intérêt à se montrer coopératif envers moi, tout comme j’ai intérêt à remplir le contrat que j’ai passé avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Mer 6 Fév - 16:33

« Sans vouloir contester votre jugement éclairé, ne pensez-vous pas qu’il est tout de même risqué de faire confiance à quelqu’un n’appartenant pas à notre ordre? Oui, je reconnais qu’il doit avoir ses failles et ses noirs secrets mais… Je ne sais pas, j’accorde difficilement ma confiance, plus encore à un élément extérieur au groupe. Appelez cela une déformation professionnelle, si vous voulez. »

Pourquoi refusait-elle de lui divulguer un qui? Avec un nom, elle pourrait faire ses recherches, elle pourrait se rendre plus utile qu’en se perdant en vaines spéculations. Et cette histoire de charmes… C’était une méthode dangereuse à employer. Qu’est-ce qui garantissait à Styxana qu’une autre femme, plus belle encore, une meilleure séductrice, ne réussirait pas à s’attirer les faveurs et la loyauté de cet homme? Preuves ou non, faire tomber un puissant personnage était toujours compliqué. Et de quelle mission parlait-elle? Quels arrangements la chagrienne avait-elle vraiment passé avec ce confédéré? Elle pouvait presque sentir l’agitation la gagner mais elle se retint. Il fallait savoir faire confiance à celle en qui son défunt maitre avait placé son destin. Il n’aurait pas choisi une imbécile ou une incapable. Elle devait croire, c’était tout.

Une question ne cessait de lui revenir en tête. Quel genre de travail un homme puissant pouvait-il avoir à faire faire par la chef d’un mouvement sith dissident? Quelle tâche pourrait être si importante pour nécessiter un personnage aussi puissante? Sa nouvelle maitresse comptait-elle entreprendre cette mission seule? Ce ne serait guère raisonnable, non? D’un autre côté, qui était-elle pour juger des motivations de l’imploratrice? Elle était partagée entre cette nature détachée que demandait son travail et son instinct protecteur. C'était dans la génétique ça, difficile de s’en débarrasser. Non encore une fois, elle devait croire. Mieux valait occuper son esprit à autre chose. À quoi par contre, c’était la grande question. Il y avait tant de questions à poser… Tant de points à aborder… Tant de cibles à identifier, à traquer, à éliminer… C’était toute une tâche.


« De mon point de vue, recruter sera plus compliqué encore. La Force nous permet de dissimuler bien des choses et dans un nid de vipères comme celui-ci, je doute que nous trouvions de réels candidats. Je pense que c’est autant sinon plus risqué que si nous tentions de recruter chez les Jedis eux-mêmes… À ce propos, quelle est notre position face à eux? Constituent-ils l’ennemi à abattre? »

Il fallait toujours savoir d’où le danger viendrait. Avec les Siths, c’était facile, vous pouviez vous attendre à une attaque frontale dans 90% du temps. Avec les Jedis, ce n’était pas si simple. Ils vous faisaient croire bien des choses mais dans l’absolu, ils avaient souvent la même envie que les Siths : séparer votre tête de vos épaules, au nom d’un soi-disant bien. En plus, ils avaient manifestement la Confédération des Systèmes Libres dans leur poche, ce qui plaçait de facto entre leurs mains suffisamment de ressources pour être plus qu’une simple nuisance. Un seul vaisseau ne serait jamais assez suffisant. Il faudrait se sécuriser des appuis plus gros. Paradoxalement, si ce personnage influent de la CSL était de leur côté, c’était qu’il pourrait faire énormément de désinformation donc enlever une pression de leurs épaules.

Fouillant dans le paquetage qu’elle trainait avec elle en permanence, elle sortit de ce dernier deux gourdes et quelques rations. Faisant tout par elle-même, donner ses provisions pouvait être considéré comme un sacrifice mais en même temps, il aurait été impoli de faire mourir de faim la chagrienne. C’était peut-être frugal mais au moins c’était nourrissant. Le goût n’était pas terrible mais au moins cela vous faisait tenir considérablement plus longtemps que n’importe quelle ration équivalente. Un bon espion doit être survivaliste et elle préférait sa nourriture au plus succulent des repas. Au moins, avec ce qu’elle se trimballait, vous ne risquiez pas de carences. Autant essayé de rendre sa maitresse confortable. Une question lui traversa l’esprit alors qu’elle débouchait la première des deux gourdes. Une excellente question même.


« Une fois que nous aurons un QG… Où allons-nous le faire orbiter? Je doute que nos ennemis vont se priver d’une chance de le détruire et forcément, si effectivement c’est votre contact confédéré qui vous l’offre, comment va-t-il expliquer la disparition d’un de ses vaisseaux de son arsenal? Plus personnellement, je ne désire pas posséder quelque chose que je ne peux transporter… Donc côté transport… »

Oui lle aurait pu voler un vaisseau mais c’était partir du principe que ce dernier pouvait être équipé d’un système permettant de traquer le dit vaisseau. Ce serait particulièrement stupide que de ramener directement au « vaisseau mère » une armée d’indésirables… Il y avait des précautions à prendre. Beaucoup de précautions à prendre. Son maitre le lui avait répété pendant des années. Ce que tu ne peux emporter peut être retourné contre toi. Si tu le portes sur toi, ils doivent tromper ta vigilance pour te nuire. Un bon agent de l’ombre ne se fera pas avoir de la sorte, par conséquent. Elle pouvait revenir sur plusieurs de ses principes mais pas celui-là. Qui plus était, il fallait être réaliste : si effectivement elle était envoyée pour une mission d’infiltration, elle ne pouvait prendre le risque de laisser une piste derrière elle.

Restait à espérer que le reste des membres de ce petit groupe serait aussi prudent, autrement un seul vaisseau ne ferait pas le poids face à ne serait-ce qu’une simple flottille. Il faudrait qu’elle se renseigne, d’ailleurs, sur les éventuelles forces spatiales des Siths. Si l’ordre avait de quoi rivaliser avec le QG mobile de sa maitresse, il faudrait trouver un moyen d’éviter une confrontation directe. Peut-être y aurait-il moyen de « convaincre » ce confédéré de collaborer davantage à l’effort de guerre des dissidents… Elle n’aurait aucun scrupule à employer la manière forte au nom de sa maitresse. D’un autre côté, le fait que des forces droides soient en charge de la défense du vaisseau éviterait que le vaisseau soit laissé sans défense tout en permettant à tous les membres du groupe d’être déployés. C’était un avantage non négligeable.


« Si ce n’est pas indiscret, quels sont vos plans à court terme? Espionner les Siths, c’est une chose mais en même temps, si vous avez commencé à vous faire des alliés, ce pourrait être une bonne idée de continuer dans cette voie, non? Avez-vous une liste de candidats qui pourraient nous supporter? Des gens fiables, entendons-nous. Trop souvent, on fait appel aux hors la loi… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Dim 10 Fév - 20:59

    Styxana Mirkwind resta silencieuse mais observatrice. Ses yeux bleus détaillaient chaque recoin de cette cachette ainsi que la gestuelle et le comportement de Kialani. Celle-ci semblait un peu impatiente de découvrir de qui il s’agissait lorsque l’Imploratrice de la Force faisait allusion à un Confédéré, et cela amusa Darth Calisomnus qui comptait bien la laisser mijoter un peu avant de laisser le nom filtrer avant la fin de cette entrevue afin qu’elle puisse d’elle-même, supposer de qui il s’agissait. La chagrienne répondit une fois encore avec honnêteté aux questions de la Codru-Ji.

    - Si. C’est bien évidemment risqué. Néanmoins je pense que vous conviendrez qu’une victoire ne se gagne pas sans en prendre. Et je comprends également que, de part votre formation, vous accordez difficilement votre confiance. Vous savez, je pense qu’il serait presque plus aisé de recruter parmi les Jedi que parmi les Sith. Ceux-ci sont bien plus compréhensifs vis-à-vis de mon admiration envers la Force que les Sith dévorés par l’ambition. Les Jedi ne sont cependant pas notre cible. Certes, certains d’entre eux tenteront de nous éliminer. On ne peut malheureusement pas oublier plus d’un millénaire de conflit entre nos deux Ordres. Cependant, dans le meilleur des cas, nous aurons leur méfiance. Les règles régissant mon culte s’inspirent en partie sur celles fondant leur doctrine : le pacifisme en moins bien entendu. Quoiqu’il en soit, les Jedi restent des adversaires valeureux et à la hauteur de nos pouvoirs. Rien que pour ça, ils ont mon respect. Si jamais un Jedi s’oppose à nos plans cependant, il nous faudra le dissuader d’attenter quelque chose contre nous… voire éventuellement l’abattre. Comprenez bien, même si je tiens les Jedi en estime, je ne les laisserai toutefois pas se mettre en travers de ma route.

    Elle savait qu’avec ce genre de réponse, elle ne s’attirerait sans doute pas la sympathie de Darth Acies. Mais d’un autre côté, Styxana ne voulait pas mentir à celle qui allait sans doute, remuer espace et étoiles pour la protéger. Autant mettre les choses au point tout de suite sur la question des Jedi. Même si la Dame Noire de la Sith ne comprenait pas leur passion pour la Paix, elle ne faisait pas l’erreur de les sous-estimer ou de les mépriser. L’Histoire avait prouvé à maintes reprises que les Jedi étaient des adversaires de taille face aux Sith, et malgré l’Ordre 66 et leur défaites, leur Ordre était bien plus stable et durable que l’Ordre Sith. C’était d’ailleurs pour ça que Styxana s’était en partie inspirée des dogmes Jedi pour créer la Symphonie de la Force. On gagne la loyauté de ses alliés par le respect, et non le mépris.

    Darth Calisomnus laissa son interlocutrice présenter à ses pieds, quelques victuailles. Celles-ci semblaient peu appétissantes à première vue, cependant la Dame Noire se doutait bien qu’une assassine solitaire comme Kialani ne devait pas s’encombrer d’aliments trop volumineux et pouvant pourrir vite. Styxana n’avait quant à elle aucune préférence alimentaire et son espèce n’ayant aucune sensation gustative, elle était donc bien incapable de dire si tel repas était meilleur qu’un autre. Lentement et avec grâce, elle s’empara délicatement de ce qui ressemblait à première vue à une sorte de biscuit sec. Ramenant ses doigts jusqu’à ses yeux, elle le regarda quelques secondes, intriguée avant de le glisser entre ses dents pour le croquer. Cela aurait été risqué pour la Dame Noire si jamais Kialani cherchait à l’empoisonner, cependant Darth Calisomnus avait confiance en la Codru-Ji. Cette dernière d’ailleurs posa une question à propos du vaisseau qu’allait bientôt recevoir la chagrienne une fois le contrat accompli, et ce ne fut qu’après avoir fini de mastiquer que l’Imploratrice rassura ses craintes.

    - Nous disposerons d’un vaisseau ce qui fait de nous donc une cible mobile. Je ne compte pas le faire orbiter systématiquement autour d’une planète : nous pouvons très bien nous mettre autour d’une étoile voire, ou nous installer dans l’espace même. Nous déplacerons notre quartier général selon les missions si celle-ci à besoin d’un appui, ou alors nous changerons de localisation fréquemment afin de rester insaisissables. Comme vous le savez déjà, rester trop longtemps au même endroit fait de nous une cible immobile. Quant à l’explication à la disparition de ce vaisseau, mon contact, Artemius Treadwell est suffisamment haut placé, pour se charger de ces détails avec discrétion ainsi qu’en livrant officiellement ce vaisseau à ma planète natale : Chagria aussi connue sous le nom de Champala.

    Là encore, Styxana reprit un deuxième biscuit alors qu’elle avait l’impression que le premier la revitalisait. La Dame Noire conclut que cette nourriture était plutôt nutritive et devait bien répondre aux besoins alimentaires de Darth Acies. Mais peut-être était-ce encore plus flagrant sur le métabolisme de la chagrienne, espèce plutôt amphibie alors que la Codru-Ji tenait plus d’une espèce proche des canidés. Bien que sa race soit encore un mystère pour Darth Calisomnus qui n’eut encore jamais l’occasion d’en croiser un représentant autre que Kialani. Aussi, lorsqu’elle demanda quels étaient les plans de la Dame Noire, Mirkwind laissa trente secondes s’écouler avant de s’exprimer à nouveau.

    - Mes plans à court terme concernent essentiellement la mise en sécurité de membres de mon culte. Comme vous le savez, Darth Nelius semble bien plus actif que Darth Reylos. Ce dernier était un combattant féroce, aussi s’il a été vaincu, cela signifie que Nelius est bien plus dangereux –ou vicelard- que son prédécesseur. Il représente donc une menace pour la Symphonie. Ce vaisseau sera donc un véritable sanctuaire hors de sa portée pour nous. Dans le même temps, je compte développer également une armée capable de défendre efficacement nos intérêts. Bien entendu, j’aurais également besoin d’un réseau important d’alliés. Je n’ai pas encore de liste de candidats fiables et je ne compte pas m'allier avec les différents réseaux criminels existants dans la galaxie. La collaboration est envisageable avec prudence cependant, et tant que leurs idées et projets ne vont pas à l'encontre de nos lois. Ces bandits n’ont de loyauté qu’envers l’argent et se moquent bien de mes idéaux envers la Force.

    A vrai dire, la Codru-Ji l'intriguait. Et la Dame Noire aimait bien savoir plusieurs choses sur ses alliés, notamment les capacités innées qu'ils disposaient de part leur espèce. Après tout, la chagrienne voulait se faire une idée sur les Codru-Ji afin de pouvoir assouvir sa curiosité, et aussi en apprendre davantage sur sa nouvelle garde du corps attitrée. Styxana ajouta alors, curieuse d'en savoir plus sur son interlocutrice.

    - Si cela n'est pas indiscret, que pouvez-vous me dire sur votre race ? A vrai dire, je n'ai jamais rencontré d'autres représentants de votre espèce en dehors de vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Lun 11 Fév - 14:37

Il y a beaucoup et peu à dire sur nous en même temps. C’est ce qui est paradoxal. Ce qui est particulier avec notre race n’est intéressant que pour celui ou celle qui étudie la xénobiologie. Pour le commun des mortels, nous sommes des humanoïdes à quatre bras, une énième curiosité de la galaxie. Si bien sûr, vous avez entendu parler de nous. Je m’explique, si vous le permettez.

Pour un ennemi, il est de peu d’intérêt de savoir que nous avons deux cycles dans notre vie, deux phases distinctes entre l’enfance et l’adulte. Pour quelqu’un voulant vraiment comprendre comment nous fonctionnons, c’est une toute autre histoire. Afin de vous faire comprendre la différence entre ces deux états, je peux partager certains souvenirs avec vous. On comprend souvent mieux les choses en les voyant. »


Usant de son pouvoir lui permettant de se rappeler avec précision les événements passés et sa maitrise des illusions, Kialani Commença à présenter à Styxana ses souvenirs. Elle avec ses parents, alors qu’elle était encore une Wyrvwulf, partageant une vie de famille relativement paisible. Les relations entre la petite canidé et ses parents, ce lient tout particulier entre adultes pouvant user de mots et la petite aboyant, jappant, léchant et mordillant pour se faire comprendre. Le nom « d’enfant » donné à Kialani. Une réunion de famille où les jeunes étaient couchés sur leurs six pattes en écoutant les récits d’un oncle, conteur de génie. C’était une immersion complète dans une culture étrangère et qui était loin d’être à la portée du premier venu. Comprendre un extraterrestre était compliqué. Être confronté à une espèce si singulière l’était encore davantage.

Dans cette présentation de souvenirs, il fut bien sûr abordé LA particularité des Codru-Ji qui faisait grincer des dents « le monde civilisé » : l’enlèvement rituel des enfants. Dans ce cas-ci, celui de son cousin. Comment on y répondait, comment la chose était vue. Kialani n’avait jamais été enlevée, elle, mais une partie de ses cousins et cousines oui. Là où les humains auraient été choqués, scandalisés, démolis par une telle chose, les Codru-Ji acceptaient la chose, payaient la rançon et récupéraient leur progéniture. Cela faisait partie de l’ordre naturel des choses. On ne pouvait pas dire que c’était une société comme les autres. C’était probablement une des raisons pour laquelle Darth Acies réagissait avec plus de calme qu’elle n’aurait dû en avoir quand elle se retrouvait face à des situations dangereuse. Quand vous passez votre enfance à attendre un enlèvement éventuel…

Elle ne montra pas, bien évidemment, les pans de sa vie où elle avait des « visions ». Ces manifestations non contrôlées de son pouvoir jusqu’alors inconnu dans la force. Styxana avait demandé à en savoir plus sur les Codru-Ji. Elle n’avait jamais demandé à en savoir plus sur elle. La nuance était subtile mais elle était là. En tant qu’espionne et assassin, une bonne partie de son art passait par l’interprétation des paroles et l’exploitation des zones grises. Si jamais elle posait la question directement, ce serait une toute autre histoire mais les choses n’en étaient pas encore rendues là. Restait à aborder avec la chagrienne la transition entre l’enfance et l’âge adulte, ainsi que les changements s’opérant entre les deux. Pour plusieurs espèces de la galaxie, c’était soit fascinant, soit répugnant, suivant votre fascination pour les « cultures étrangères ».


« Vient ensuite le moment où, à l’âge de huit ans, nous entrons dans une sorte de cocon et nous ressortons de celui-ci sous notre forme adulte. C’est probablement le moment où nous sommes le plus vulnérable dans notre existence, aussi les parents sont toujours très vigilants et hostiles à toute présence étrangère près du cocon de leur progéniture. Le profane nous compare à des papillons.

Il faut bien admettre que bien qu’intéressante, la comparaison est hélas ou heureusement erronée. C’est après cette période que nous pouvons communiquer par l’usage de la parole et que nous devenons bipèdes. Force est d’admettre que c’est probablement à cause de cette phase que nous devons ensuite dormir debout. Dormir couché demande un entrainement… Draconien. Vous imaginez l’anomalie dans un baraquement. »


À titre de référence, elle lui montra encore une fois une partie de ses souvenirs, notamment son entrée dans le cocon puis sa sortie. Il ne fallait pas être puritain car il était évident que les parents ne mettaient pas de vêtements à leurs enfants avant qu’ils n’entrent dans leurs cocons. Un Codru-Ji adulte sort de son cocon nu comme un vers. Cependant, à titre de « démonstration », Styxana pourrait mieux comprendre certains penchants de sa nouvelle garde du corps. Son peu d’attachement pour le matériel, entre autres choses. On ne pouvait exactement parler de possessions quand vous passez huit ans sous une forme canine sans trop de possibilité pour la manipulation fine. Contrairement aux humains qui le faisaient avec leurs chiens, les parents Codru-Ji n’habillaient pas leurs enfants pour faire joli. À quoi bon?

Cela expliquait également ou tout du moins en très grande partie d’où venait le sens aigu de loyauté que pouvait avoir la jeune femme. Les familles Codru-Ji étaient pour la plupart très unies, très soudées et par conséquent, Darth Acies répétait un schéma qui était somme toute normal chez les siens. Non pas qu’elle fut du genre à faire confiance aveuglément, ne confondons pas les choses. Cependant, cela expliquait pourquoi, quand elle avait trouvé un groupe d’appartenance, elle y devenait férocement dévouée. Paradoxalement, de supposer son absence manifeste de scrupule à poignarder dans le dos les groupes qu’elle infiltrait proposait un contraste désarmant. C’était deux extrêmes d’une même médaille, pour le meilleur comme pour le pire. Restait à espérer que ce serait pour le meilleur uniquement dans le cas intéressant Styxana.


« Pareillement, si ce n’est trop demander, y a-t-il des particularités que je doive savoir sur les chagriens? Je sais que vous n’avez pas le sens du goût mais dois-je m’attendre à d’autres surprises, en ayant à vous protéger? Il serait mal avisé que de ne pas connaitre les faiblesses inhérentes à l’espèce et contribuer de façon involontaire à votre mort. Ce serait…Profondément fâchant, si je puis dire. »

C’était toujours intéressant de voir ô combien l’espionne semblait détachée de tout alors que véritablement, elle portait attention à chaque petit détail, à chaque petite chose. Avec sa faculté de se rappeler avec précision de tous les événements passés, Darth Acies lisait énormément, regardait des vidéos sur une base régulière et se construisait une base de donnée exhaustive sur un tas de sujet. La Force pouvait l’aider à se rappeler n’importe laquelle des données qu’elle avait consulté… ce qui supprimait le besoin de faire des copies de fichiers ou de prendre des notes, par exemple. Entre regarder le contenu d’un message et le retenir entièrement sans manquer une virgule et en faire une copie qui pourrait laisser des traces de votre passage, l’avantage est de taille. Qui plus était, cela vous évitait d’avoir à tenir des archives…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Dim 17 Fév - 12:07

    Styxana Mirkwind resta silencieuse, son attention s’étant complètement focalisée sur les paroles de Kialani qui lui expliqua alors le fonctionnement des Codru-Ji, espèce dont la chagrienne ne soupçonnait même pas l’existence avant de la rencontrer par l’intermédiaire d’un hologramme le jour ou sa vie avait basculé. Elle n’avait, de son côté fait aucune recherche sur cette espèce pour la simple et bonne raison qu’elle n’était pas biologiste et avait d’autres priorités à gérer. Néanmoins, aujourd’hui la Dame Noire de la Sith avait un peu plus de temps à consacrer à cette race si particulière et méconnue à la culture différente des natifs de Champala ou Chagria. Contrairement à ce que l’on pouvait penser d’une Sith d’un rang si élevé, Darth Calisomnus n’eut pas une vision négative des Codru-Ji et de leur mode de vie. Celui-ci était issu d’une culture différente qui, même si elle ne l’appréciait guère sur certains abords, n’allait pas la pousser à changer la donne pour la simple et bonne raison qu’elle ne souhaiterait pas que la culture des chagriens puisse être altérée. Revivant les souvenirs de Darth Acies, Styxana Mirkwind en conclut qu’elle faisait partie d’une race particulière peu matérialiste et soudée autour de l’esprit de groupe, aussi, la Dame Noire comprit que la loyauté de Kialani serait sans failles.

    Au premier stade de la vie des Codru-Ji, ceux-ci étaient méconnaissables et avaient vraiment la forme de canidés à six pattes et il fallut un peu de temps à Styxana pour reconnaître celle qui allait suivre ses pas tout en étant aussi silencieuse que son ombre. Puis vint le jour ou la Codru-Ji entra dans un cocon d’évolution pour en sortir nue sous la forme que Styxana connaissait aujourd’hui. C’était assez étrange tant le processus ressemblait à celui des insectes alors qu’il concernait des mammifères, mais à la fois fascinant pour la chagrienne qui n’avait jamais rien vu de tel au cours de son existence. Jamais elle n’aurait pu penser un seul instant que ce genre de processus pouvait concerner des formes de vie humanoïdes et vertébrées.

    Silencieuse, elle enregistrait chaque parcelle de données recueillie auprès de sa nouvelle « assistante » et prit soin de consigner ces informations dans un recoin de son esprit. Styxana se pencha sur les provisions de la Codru-Ji et s’autorisa à prendre une des deux gourdes afin de se désaltérer un peu. La chagrienne apprit également que Darth Acies avait la particularité de pouvoir dormir debout ce qui amusa quelques peu Darth Calisomnus qui essaya de l’imaginer dans une situation similaire au milieu d’un dortoir ou elle donnerait l’impression d’être une gardienne immobile. Kialani par la suite, demanda aussi quelles pouvaient être les signes caractéristiques des chagriens afin qu’elle puisse ne comettre aucune erreur de jugement pouvant conduire au décès de celle qu’elle allait devoir protéger. Darth Calisomnus esquissa un léger sourire avant de répondre.


    - En dehors de l’absence de notre sens du goût (ce qui fait de nous des victimes de choix pour des empoisonnements), il n’y a pas grand-chose à dire sur nous les chagriens. Nous sommes une espèce amphibie considérée comme têtue et obstinée par les autres races. Notre taille en impose aux autres, et notre allure peu en intimider quelques-uns. Durant notre enfance, nous sommes incapables de survivre sans eau salée. En dehors de ça, peu de choses nous distinguent des autres espèces. Etant donné ma nature amphibie, je suis aussi à l’aise en milieu aquatique que terrestre à l’instar des Nautolans, Mon Calamari, Quarrens ou des Gungans…

    Les Gungans… Styxana aurait préféré éviter de comparer son peuple noble et fier à cette race de créatures de marécages a peine plus évoluées qu’un gamorréen. La Dame Noire de la Sith se redressa. L’heure était venue pour elle d’accomplir sa mission. Il ne fallait pas trop tarder car il lui fallait d’abord récupérer le matériel au point de rendez-vous fixé par Kroneos. Darth Calisomnus resta silencieuse quelques temps et salua Kialani en s’inclinant légèrement mais respectueusement tout en ajoutant.

    - Je pense que cette entrevue aura été bénéfique, si des questions viennent à votre esprit je serai ravie d’y répondre. Vous savez désormais comment me contacter. Restez sur vos gardes, et puisse vos oreilles entendre ce qui se trame ici… Je vous remercie pour votre honnêteté et à très bientôt. Nous nous reverrons prochainement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   Mar 19 Fév - 14:58

Intéressant. Au moins, en dehors de ce défaut majeur, les chagriens ne semblaient présenter de problématiques graves. Il existait tant d’espèces fragiles dans la galaxie que c’en était à se demander comment elles avaient échappé à l’extinction. Enfin, ce n’était pas le point ici. Ce qu’elle devait considérer c’était comment palier à cette catastrophique faiblesse. La Force pouvait faire bin des choses mais un bon assassin est capable de déjouer même le plus vigilant des utilisateurs de la Force. Elle en était par ailleurs la preuve vivante : elle avait été formée justement dans ce but. Heureusement par Styxana, elle était de son côté. Sur bien des aspects, si la chagrienne était un peu la voix de la Force pour son organisation, Darth Acies était le couperet se balançant au-dessus de toutes les gorges, attendant juste de tomber.

Elle se demandait… Y avait-il eu des précédents où, par un procédé quelconque, un chagrien avait pu bénéficier des cinq sens reconnus majoritairement par les humanoïdes? C’était une question qui dépassait la simple curiosité scientifique : Darth Acies tentait toujours de trouver la solution la plus efficace pour contourner un problème. C’était dans sa nature, c’était dans son sang, c’était dans sa formation. Avoir l’Impossible devant soi et s’en adapter comme si de rien n’était. Certains disaient qu’elle avait de la glace dans les veines. Elle, elle disait simplement avoir la présence d’esprit de ne pas faire un plat de toutes choses. Elle avait un objectif clair maintenant : protéger Styxana Mirkwind. Pour ce faire, il n’y avait rien de trop dangereux, de trop risqué ou de trop suicidaire. De toute façon, Darth Acies jugeait avoir un rendez-vous avec la mort depuis des années.

La chagrienne avait décidé de prendre sous son aile un curieux personnage. Un personnage qui ne craignait pas de mourir car il se considérait déjà mort. Une âme qui préférait le silence pour parler par ses actes. Une personne qui vivait dans les illusions… Par formation ou pour pouvoir continuer à avancer sans regarder derrière soi? Difficile à dire, surtout sans creuser la question. Darth Acies n’était très certainement pas du genre à parler de ses sentiments gratuitement, sans y avoir été préalablement sollicité. Elle semblait refermée sur elle-même, ce n’était pas rien de le dire et c’était d’autant plus curieux dans la relation en train de se tisser entre la chagrienne et la Codru-Ji. La protectrice et la protégée oui… Mais chaque protagoniste jouait les deux rôles en même temps. Darth Acies protégeait Styxana physiquement…

…Et Styxana protégeait Darth Acies mentalement. La chagrienne avait la loyauté de la Codru-Ji mais la Codru-Ji gardait ses secrets. Même en faisant presque aveuglément confiance à sa nouvelle maitresse, Darth Acies gardait ses bras supplémentaires cachés et sa véritable apparence dissimulée. Pourtant, dans une relation de confiance, l’assassin aurait dû se sentir suffisamment à l’aise pour cesser de porter l’un de ses innombrables masques. Visiblement, ce n’était pas le cas. Quelque chose la poussait à toujours garder ses défenses relevées, en présence tant d’alliés que d’ennemis. Il faudrait du temps pour passer par-dessus les défenses de Darth Acies, un fait avec lequel le chagrienne devrait composer. Après tout, elle ne lui avait rien livré de dangereux pour elle. Juste la vérité sur des questions qui l’indifférait. Aucun sujet « tabou » n’avait été abordé.

Mais bon, ce serait une autre histoire que de voir si Styxana pousserait plus loin ses tentatives de vraiment mieux connaitre sa protectrice. Dans le moment, il était suffisamment claire que l’imploratrice devait se remettre au travail et sans protester, Darth Acies rempaqueta ses affaires, prête à escorter la chagrienne où qu’elle se doive d’aller. Son sens aigu du devoir lui criait d’accompagner la chagrienne dans sa mission mais elle savait que ce serait une faute grave que de proposer la chose. Tout ne peut se faire à deux. Si son contrat avec ce mystérieux confédéré stipulait Styxana seule, elle n’avait aucun droit d’interférer entre a maitresse et ses plans. Ce serait à elle, par contre, de faire ses recherches pour s’assurer que rien de fâcheux n’arrive à l’imploratrice. Elle ne faillirait pas à sa tâche, l’échec étant, pour certain, pire que la mort elle-même.

Le chemin inverse vers une destination toute nouvelle se fit donc en silence. En prédatrice, Darth Acies avait tous les sens aux aguets, faisant faire de nombreux détours au duo pour déjouer tout pisteur ennemi, pour confondre et perdre tout espion éventuel. En cet instant, la chagrienne pourrait pratiquement voir le canidé à six pattes en lieu et place de la femme qui l’accompagnait. Elle pouvait voir d’où venait cet instinct aigu qu’avait la Codru-Ji. Chose certaine, il faudrait se lever tôt pour la battre sur son terrain. C’était presque artistique, à ce niveau-là. Comme bien des professionnels, elle transcendait la simple chose bien faite. C’était vraiment ce qui faisait la différence entre celui qui se prétend être un professionnel et le VRAI professionnel. Qu’on se le tienne pour dit : de vrais professionnels, cela ne court pas les rues et de loin.

Quand enfin ce curieux duo atteignit l’endroit où il se séparerait, Darth Acies resta longuement silencieuse, comme si elle voulait dire quelque chose. Pas avec sa bouche et ses cordes vocales : cela lui était impossible depuis ce funeste événement qui avait pris la vie de son maitre. Il était cependant évident que derrière le masque, l’espionne voulait dire quelque chose. S’agissait-il de véhiculer une émotion? Un message? Qu’est-ce que cela pouvait bien être? Certains auraient pu être impatients de le découvrir, d’autres curieux. Pour Styxana, ce serait à elle de choisir. Qu’est-ce que ce moment de séparation pouvait tant inspirer à la Codru-Ji pour que son silence semble soudainement peser des tonnes? Elle n’allait pas s’ouvrir magiquement et déballer ce qu’elle avait sur la conscience, c’était bien certain mais alors… Quoi? Qu’est-ce que c’était?

Finalement, elle se décida à partager un autre souvenir avec Styxana. Ce n’était pas une succession d’images et de sons. C’était une sensation. Quelque chose que Styxana ne pouvait avoir expérimenté parce qu’elle n’appartenait pas à la même espèce. Pour la décrire, on ne peut que partir du souvenir d’origine. Darth Acies, jeune Wyrvwulf, avec sa famille, devant l’âtre. Ses parents sur le divan, elle, roulée en boule devant le feu mais la tête sur les genoux de sa mère. Un profond sentiment de bien-être et de sécurité. Un souvenir à chérir dans les heures les plus noires d’une existence. Était-ce sa façon de dire au revoir? Ou bonne chance? Profitait-elle du fait que le vaisseau de la chagrienne était déjà en train de décoller pour livrer une impression personnelle, ce qu’elle ressentait en présence de Styxana mais qu’elle n’osait lui dire en face?

Inutile de se perdre en conjecture car ceci est une autre histoire…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Protège-moi, Inconnue, car sans toi... (PV Styxana Mirkwind) (TERMINÉ)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: