Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Mar 5 Mar - 18:56

« Servitude, non. Ça c’est pour les esclaves. Galdur n’est pas un esclave. C’est un sous-traitant du Consortium de Zann et il a donc droit à tous les privilèges que cela comporte… Et naturellement les devoirs que cette charge demande. Sa coopération, oui. Ses loyaux services, assurément. Un bon chef n’écrase pas ses subordonnés : la loyauté vaut bien plus que la terreur, au bout du compte.

Les Hutts n’ont jamais compris le principe pas plus que le Soleil Noir. Aujourd’hui, ils ne sont plus que l’ombre de ce qu’ils furent jadis alors que le CDZ est plus fort que jamais. Voilà comment on construit une faction : en usant davantage de la carotte que du bâton. Sévère mais juste, c’est comme ça que je dirige. À chacun son style et ses méthodes mais je ne compte pas en changer. On ne change pas une combinaison gagnante. »


Là-dessus, j’étais intraitable. Les fautes graves comme la désobéissance étaient punies de mort. Les fautes moindres… Cela allait à ma clémence et aux opinions de mes lieutenants. Nous étions une grande famille et comme chez les Trandoshans, quand le chef dit, on fait. Oui, les hors la loi sont en général des indépendantistes indécrottables. Nous étions cependant une puissance criminelle. Pour arriver à ce stade, il nous avait fallait tout d’abord poser des bases solides sur lesquelles chacun pourrait se reposer. Oui, notre famille était dysfonctionnelle, en ce sens que les sœurs noires de Vinjera semblaient en vouloir à tout ce qui bouge et que les maitres vornskr de Maestra le leur rendaient bien mais en dehors de cela, quand mes troupes partaient au combat ou en mission, elles savaient compter les unes sur les autres.

C’était ainsi que nous avions réussi, au travers notre histoire, à tenir en échec nos plus puissants rivaux. C’et en opérant de la sorte que nous avions toujours pu rester fort faces aux grandes factions. Aujourd’hui, le CDZ se verrait enrichi de nouveaux alliés. Cela me convenait parfaitement. Les Trandoshans avaient énormément à offrir et j’aimais les gens de talent, quels qu’ils soient. Ils allaient faire des sous-contractants de premier choix et des mercenaires d’exception. Tant et aussi longtemps que je parviendrais à garder leur respect, naturellement. Il me fallait officialiser la chose, toutefois, aussi décidais-je de faire une annonce. Si le bouche à oreille était aussi efficace que semblait le croire le clan Raknar, j’allais carrément lâcher une bombe en faisant ce que je m’apprêtais à faire. M’approchant de l’opérateur micro, je lui fis signe de me tendre l’appareil.


« À tous les Trandoshans qui capteraient ce message. Ici Talia Zann, chef du Consortium de Zann, en visite officielle sur votre planète. Veuillez prendre note que le clan Raknar dans son ensemble est désormais considéré comme sous-traitant du CDZ. Toute action agressive contre un allié du CDZ entrainera des représailles sanglantes et les coupables seront pourchassez et livrés à notre justice.

Je tiens également à féliciter personnellement Galdur Raknar pour la capture du traitre Bork Varko, coupable de trahison à l’encontre du CDZ lors de l’exécution d’un contrat. Une récompense sera offerte au clan Raknar pour l’excellence de ce travail. Le CDZ vous remercie de votre attention et vous assure que vous aurez de nos nouvelles prochainement. Talia Zann, communication terminée. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Mer 6 Mar - 15:07

" Byager ! " S’écrièrent une bonne partie du clan.

La radio se mit à pulser de toutes part en réceptionnant les messages retours des territoires avoisinants. Raknar se frotta les mains et eut un rire gras avant de se diriger lui même vers le poste et de poser une main sur l'épaule du Trandoshan en charge de la réception des messages, ce dernier ôta un instant son casque audio et regard son père dans les yeux, en attente de recevoir un quelconque ordre.

" Quels sont les territoires qui ont envoyés un signal ?" Demanda le Patriarche.
" Territoire Zaeer..."
" Commence par les plus éloignés !"
" Territoire Grizorn, Territoire Arkoss, Territoire Jormungar, Territoire Lug, Territoire Zaeer, Territoire Barn et Territoire Hozan."
" Mmm'excellent, oh oh oh ! Réveillez donc les jeunes, c'est un grand jour pour nous ! "

Un Trandoshan adossé contre le mur près de la cavité couverte par le rideau en fibre d'écorce leva le pouce et saisit son fusil par le canon avant de frapper la crosser contre la roche, le tout dans un bruit métallique qui résonnait dans la pièce du fond. Il frappa trois fois, trois coups rapides portés avec puissance.

" Allez les jeunes ! Fin de la sieste ! On s'bouge ! " Brailla t-il ensuite.

Une jeune figure apparut en traversant le rideau, les mains se frottant les yeux. Ce Trandoshan ne devait avoir que trois ans. Quatre autres sortirent à leurs tours dont une femelle, tous avaient été tiré du lit et certains dormaient encore debout. Suivant la logique de l'espèce, chez les Raknar se côtoyaient cinq types de générations. Les plus jeunes, encore abrités dans l’œuf, cachés dans les réserves. Puis les moins jeunes, ceux de trois à quatre ans qui avaient à peine entamés leur enseignements. Venait ensuite les jeunes adultes. Ceux qui n'étaient pas encore partit dans l'espace pour y cueillir des points et qui arrivaient en fin de passage de rite : Ceux de douze, treize, quatorze et quinze ans. Ensuite, énorme bon, les "vieux". Ceux de Trente à Quarante ans qui étaient revenus sur Dosha après avoir accomplis leurs aventures spatiales et qui attendaient de se marier. Et enfin, les tout premiers, le Patriarche et son épouse. Épouse qui était sortit en même temps que les enfants qui faisaient la sieste, d'ailleurs. Elle était tout aussi grande que Raknar même si bien plus fine. De nature silencieuse, Galdur avait toujours considéré sa mère comme l'élément de calme de la famille. Rares étaient ses paroles mais bien souvent, vous veniez la trouver quand vous aviez des soucis étant jeune ou que vous cherchiez un peu de réconfort après avoir passé trop de temps loin de Dosha. Galdur envisagea de rester quelques jours ici, afin de renouer un peu avec la famille avant de repartir auprès du CDZ.
Raknar sourit en voyant sa compagne arrivé et il autorisa Galdur à procéder à de vrais retrouvailles. Ainsi, il procéda en règle au salut auprès des Vingt fils et filles de Raknar et de Talhna. Ce qui lui prit bien une dizaine de minutes vu qu'il s'attarda à discuter avec la plupart. Vint ensuite le tour des deux fondateurs de la famille.


" Alors Galdur ? On dirait que tu ne m'avais pas mentit quand tu m'envoyais ces messages. Je suis fier de toi, cette aventure sera grandement bénéfique à la place de notre clan sur les terres du coin."
" Sans doute, mais ce n'est pas finit. J'ai encore des points à amasser et des proies à traquer. Rien n'est achevé, pour l'instant."
" Hum, tu suis donc à présent ta propre voie. Mon fils serait t-il en train de devenir un homme ?"
" Il le sera. Mais pas avant qu'il n'ait terminé son rite de passage."
" Alors tu ne reste donc pas ici... Où iras tu ensuite ?"

Galdur jeta un oeil sur Zann et resta fixé dessus un long moment. Il mit ses mains dans son dos et se mit à réfléchir. Après quelques instants, il répondit.

" J'irais là où mon Ghrakhowsk me diras d'aller, évidemment. Mais j'ai encore des comptes à régler avec cet endroit. Mais pas maintenant. Je ne suis pas encore assez fort."
" Tu cherche une proie digne de ce nom ? "
" Oui. Et le jour où je parviendrais à abattre un Rancor avec un minimum de matériel où à triompher d'un chef de guerre Wookie dans un combat au corps à corps, je reviendrais."
" Je vois. La voie du guerrier. Si c'est celle là qui te plaît, qu'il en soit ainsi alors. J'ai espoir que la future génération ait autant de chances à disposition que toi. J'espère que le Consortium sera un bon choix. "
" Cela en ai un. Tu connais maintenant mon patron."
" Aucun doute là dessus, elle brillerait sur Dosha."
" Alors tu as ta réponse."
" Effectivement. Mais ne la laisse pas te faire tomber dans la folie technologique étrange des humains."
" Beurk ! Jamais ! Ca ne rapporte aucun points de tuer un adversaire sans difficultés ! "
" Hum. Je suis rassuré. Très bien, les prochains initiés iront faire leur "stage" auprès du CDZ."
" Je pense que je vais rapidement repartir, j'ai du travail."
" Tu compte déjà te mettre en route ? Saigne à blanc tes ennemis. "

Galdur frappa son poing droit dans sa paume gauche.

" T'en fait pas, ils vont pas être déçus. C'est tout juste si ils ne feront pas la queue."
" Démolis les, p'tit gars."

Galdur hocha la tête puis il quitta le chevet de son père pour aller vers Zann. Bork Varko était mal barré. Piégé dans l'antre des Raknar en attente de son jugement, il ne ressortirait certainement pas vivant de tout ceci. Tant pis pour lui. Galdur entraîna Zann vers la sortie de la caverne. Le soleil de midi avait laissé place à un paresseux soleil de fin-d'après midi qui reflétait d'immenses ombres partout sur la zone. Le veilleur semblait avoir changé de place, pour que son ombre ne soit pas projetée de manière trop importante afin qu'il ne soit pas trop rapidement repéré.

" Zann, Ghrakhowsk. J'ai tout ce dont je désire. Une voie à suivre et un nom à défendre. Imaginez qu'on parvienne à se débarrasser des grands ennemis qui risquent de nous faire face. Ça voudra dire que les plus dangereux... C'est nous. Beaucoup de personnes risquent de vouloir se mettre en travers de notre chemin, si nous continuons à vouloir remettre Dosha dans la course. Tant mieux ! Imaginez si il ne restait que des ermites et des idiots pour nous défier ? Quelle horreur, ça ne rapporte absolument rien."

Il eut un rire sec et se tut ensuite. Et observa un instant les steppes de Dosha dont le vent soulevait une légère poussière. Tout au loin, à l'horizon, on pouvait apercevoir, par dessus les montagnes la fumée qui montait avec paresse de la ville la plus proche. Encore plus loin se trouvait les étendues verdoyantes de la jungle. Une barge de transport de marchandise se déplaçait lentement dans le ciel.

" C'est un bel endroit. Dommage que les blocus empêchent la fréquentation. Le tourisme fonctionnait, avant tout cela."


Un instant d'égarement mêlé de nostalgie. Il secoua la tête.

" Merci, Zann. Vous voulez rester ici pour assister au procès de Varko ou bien vous préférez qu'on décampe tout de suite ? Je crois qu'on ne peut plus rien faire ici... Pour l'instant."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Jeu 7 Mar - 21:13

« Non, il y a encore du travail à faire ici. Nous avons un procès à superviser, non? Après tout, Varko est encore en vie. Tant que son sort n’a pas été déterminé, le CDZ a son rôle à jouer ici. Des charges pèsent contre lui et comme ton clan est maintenant allié aux miens, je pense que nous avons quand même notre mot à dire. Et puis du reste, il va bien falloir que je contacte mes p’tits gars à la maison, non?

J’étais sérieuse quand je parlais d’une récompense. Déjà, je vais vous faire envoyer du matériel de communication un poil plus performant. Vous direz ce que vous voudrez sur la technologie mais rester en contact, c’est la base. Comment je vous envoie une flotte si j’ignore que vous en avez besoin? Ensuite, un cargo ou deux, ce ne serait pas de trop. Si on veut élever les Raknar au-dessus de la masse, va falloir vous équiper. »


À mon avis, il aurait été absolument impensable de quitter cette planète sans d’abord récompenser les Raknar. Galdur m’avait rendu un fier service même s’il n’avait fait que compléter son contrat. Avec Varko neutralisé, les Hutts allaient avoir le message clair que pour chaque Trandoshan qu’ils retourneraient contre moi, j’en aurais quinze autres à mon service. Les Raknar étaient une première étape. Les clans environnants n’étaient pas idiots : ils savaient que tôt ou tard ils devraient choisir entre moi ou une alternative bien moins agréable. Oui, la CSL risquait d’apprendre que j’avais un intérêt pour cette planète. Soit, les carpettes risquaient de beugler. Au final, par contre, avant qu’ils ne puissent l’empêcher, il y aurait pas mal de changements ici. J’avais mis la machine en marche et je ne comptais pas l’arrêter de sitôt.

Assister au procès pouvait sembler une perte de temps mais en vérité, c’était une décision stratégique excessivement payante. Pourquoi? Parce qu’un chef qui est toujours absent ne peut espérer le respect de ses alliés. Si j’étais là quand les affaires me concernant (car ce type me concernait et pas qu’un peu) étaient traitées, cela donnait l’impression que j’avais au moins un intérêt minimal dans l’affaire. On ne saurait minimiser l’importance de la présence. Quand on est une figure publique, il faut accepter de se montrer, quelle que soit l’occasion. Un procès, de toute façon… Ce n’était pas comme si l’accusé avait la moindre chance de s’en sortir. Je voulais assister à sa mise à mort. Ce pourrait même être instructif, qui sait. Justice de Trandoshans : ce serait une nouveauté au programme à tous les coups. Qui trouve à redire sur les cultures étrangères quand elles vous divertissent?

Il me faudrait attendre, par contre. L’arrivée des autres clans d’une part et les préparatifs du procès. Ce qui me laissait le temps d retourner à mon vaisseau et de revenir ici. Restait, bien sûr, à trouver un moyen de transport pour accélérer le processus. Quand vous voulez envoyer un message, faites le vous-même. Si j’appelais au bercail, ce serait avec mon matériel, pas avec ce truc déglingué leur servant de radio. Je n’étais pas du genre snob mais entre leur mépris technologique et le pratico pratique, il fallait dire qu’il y avait quand même un écart. Entre une communication exprès et des signaux de fumée, il y a quand même des décennies de projets technologiques entre les deux. Qui plus était, ils utilisaient des flingues, les Trandoshans, non? Alors que les hypocrites se regardent le nombril avant de parler. Ethnocentristes, mes nouveaux alliés?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Sam 9 Mar - 17:46

Galdur hocha la tête et sourit à Zann. Il se mit au garde à vous et fit un bref signe militaire de salut avant de se diriger vers l'entrée de l'antre Raknar. Les Trandoshans étaient alors occupés à élever la bannière du Clan sur une longue pique. Galdur alla prêter main forte à la troupe qui tentait par tout les moyens de parvenir à faire tenir le drapeau Raknar blanc avec sa croix rouge foncée aux bords pointus ( voir avatar ) en équilibre. Ils coincèrent la hampe de la pique grâce à de la terre et des rochers et Raknar distribua les tâches. Notamment celle de déplacer la carcasse du Bantha mort à moitié découpé un peu plus loin, afin qu'on ne vole pas la viande qu'il contenait encore. Par la suite, les Trandoshans allèrent se préparer.
Dans un sens, cela ressemblait à une représentation théâtrale. Les Raknar, tels des acteurs, se mirent à se maquiller l'emblème familial sur la joue droite à l'aide d'un stylet en os grâce à une peinture composée de sang et de terre puis à préparer leurs accessoires.

En l’occurrence, du matériel de guerre.

Chacun s'était après quoi mis à nettoyer et à lustrer son fusil de chasse. Du moins, les mâles. Les quelques femelles se tenaient aux cotés de leur mère et étaient occupées à se refaire une mise en plis. Raknar discutait avec son épouse et les deux semblaient préoccupés à l'idée qu'il était probable qu'ils reçoivent des demandes de mariage lors du rassemblement. Et évidemment, les deux parents devraient inspecter scrupuleusement les prétendants, tâche qui réclamait la plus grande attention. Raknar tourna la tête en perçevant la silhouette de Galdur derrière lui et mit fin à sa conversation temporairement. Il tenait un linge ( sale ) dans sa main, il tendit le tout à Galdur qui attrapa le "paquet" en hochant la tête avant de se retourner pour le déballer.
Il contenait le fusil de chasse de Galdur, qu'il avait laissé ici avant de partir. Comme les autres modèles. ( Voir http://starwars.wikia.com/wiki/Trandoshan_Hunting_Rifle )
Il y avait également une lame recourbée dont la poignée était enroulée dans une bande de cuir. Il y avait des taches de sang, sur la lame, et Galdur eut un rictus. La dernière fois qu'il s'en était servit, c'était quand des Rats Womp un peu trop curieux avait investit la réserve de nourriture. C'était Raknar lui même qui avait offert cette "outil de travail" à Galdur, lorsqu'il fut en âge de partir. Il se sentit un peu coupable d'être partit sans.
D'un autre coté, il était curieux de savoir si son fusil de chasse était encore opérationnel où si la poussière l'avait enrayé. Il le saisit, arracha le compartiment à munition et se rendit compte qu'il y avait encore cinq munition, sur six. Il reposa donc le compartiment à sa place et jeta un oeil à la lunette. Des traces de terre était dessus mais tout restait visible. Lentement, Galdur dirigea son viseur vers une pointe rocheuse, à environ soixante mètres et perçut la tête de fouine d'un Rat Womp qui reniflait l'air. Le Trandoshan mit le crâne de sa future victime au milieu de la croix du viseur et pressa la longue détente. Si l'un des frères Raknar crut que l'une des plateformes murales craquait, c'est parce que le tir avait fait éclaté la maigre tête de l'animal. Galdur releva la tête et sourit, satisfait. Oui, elle marchait encore. Il rangea le fusil à l'aide de la bandoulière dans son dos.

" Bon, Zann. J'vous la fait courte comme dirais le chef de guerre non circonscis. On va avoir pas mal de monde, évitez juste de vous attirer des ennuis... Mais je pense que cela ira. Les familles Barn et Hozan vont venir nous rendre visite et un hérault du clan Varko également. On à aussi prévenu un Chaman, il devrait arriver dans pas longtemps... Soyez pas trop direct avec lui, c'est le représentant de l'autorité."

Galdur se rangea dans le groupe des autres Raknar mené par le père et ils se mirent tout simplement... à attendre. Bork Varko gisait devant eux, attendant d'être jugé. Enfin, "attendant", disons qu'il commençait lentement mais surement à perdre conscience. Quelqu'un lui mit un coup de pied, pour le réveiller.

" Ah... Il y a aussi des chances pour que ça chauffe un peu, entre quelques membres de la famille et peut-être même vous. Ca risque de finir en duel au couteau, si il y a offense. A vous de peser vos mots. "
" C'est le premier grand adversaire que tu défais, Galdur. Il faut que tu prenne un trophée."
" C'est vrai. Je crois savoir que Bork à un superbe masque de soudeur, sous sa veste. Ça ira très bien."
" Il te faut une cache, Galdur. "

Galdur haussa les épaules et regarda vers Zann.

" C'est vrai aussi. Zann, vous pouvez faire quelque chose pour moi, encore ? Il me faut un endroit où je pourrais ranger mes trophées. Pour le reste, même si l'offre de votre matériel est alléchante, il faut d'abord faire nos preuves de manière physique envers les autres... Ce que nous ferons très bientôt, pourvus que nos "invités" arrive vite. C'est maintenant que tout va se jouer."

Par la suite, il mit les mains dans son dos.

" Tu montre de la gentillesse. Pas toujours bon d'être comme ça."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Dim 10 Mar - 19:29

« Duel au couteau hein? Ça fait un moment que je n’en avais pas fait. Je garde ça dans un coin de ma tête par contre, t’inquiète pas avec ça Galdur. S’ils pensent pouvoir l’emporter facilement, ils vont se rendre compte que cette Zann est sacrément coriace. S’ils veulent ma peau, ils vont devoir travailler très fort, pour l’avoir. Règle numéro un dans le crime : savoir se battre pour garder sa place. »

Même pas peur. Qu’ils viennent, qu’ils osent venir. J’allais leur en donner pour leur argent. Le CDZ espérait très fortement la mort du fautif et il était clair que je ferais une requête en ce sens. Les Trandoshans pouvaient bien appliquer leur justice. S’ils ne le tuaient pas, le CDZ s’en chargerait et il s’en chargerait avec plaisir. C’était dans mes prérogatives que de faire punir moi-même les coupables si la justice régulière refusait de le faire pour moi. Un accident est si vite arrivé, de toute façon. Ça ou une dépression grave, vous voyez le genre de tour de passe-passe. Naturellement, je n’allais pas faire exprès de contrarier mes hôtes. Cependant, qu’on ne se leurre pas. Ma vengeance serait aussi cinglante que terrible si je venais à me sentir lésée. Pas contre les Raknar, non. Contre les Varko? Peut-être. Un exemple radical est souvent parlant.

Je commençai à réfléchir à cette histoire de cache. Si Galdur revenait au QG, je me ferais une joie de lui offrir une résidence et une voute pour y mettre ses trophées. Ceci dit, j’avais cru comprendre que ce n’était pas très Trandoshan que de cultiver un amour pour la technologie donc je n’étais pas trop sûre de la viabilité du projet. Cela me ferait grand plaisir, naturellement. À Galdur, peut-être moins. Un jour peut-être, on verrait une génération de Trandoshans qui seraient technophiles plutôt que technophobes. On peut toujours rêver, que je sache. Avec le temps et le contact de mes p’tits gars, peut-être que Galdur accepterait de voir la pertinence de certaines technologies. Je ne disais pas cela en l’air. Tout le monde peut changer, comme dit le proverbe. Galdur avait changé, de toute façon. Il avait adhéré à mes idées, après tout. Les idées d’une « humaine ».


« Tu veux quoi au juste, Galdur? Au QG je peux te donner une résidence avec une chambre forte où tu pourras ranger tout ce que tu veux. Autrement, je peux te faire construire un coffre quasiment indestructible que tu pourras laisser ici ou trainer avec toi dans ton vaisseau mais il me faut des précisions. Te faire un cadeau ne me dérange en rien. Ne pas savoir QUOI te donner, c’est une autre histoire. »

Mon commentaire sembla arracher un rire à un des jeunes Raknar. Quoi, c’était si inhabituel de parler de donner un cadeau à un Trandoshan? Dans la plupart des cultures, c’était une marque de respect, de camaraderie. Peut-être que c’était parce qu’une humaine donnait un cadeau à un Trandoshan? Ou était-ce quelque chose de plus sournois, une moquerie sur le style des humains qui sont toujours prêts à mettre de l’argent sur la table? Difficile à dire, je ne suis pas versée dans la psychologie profonde des Trandoshans. J’ai plusieurs habiletés me permettant de les comprendre dans une certaine mesure mais… Que voulez-vous. Il existe des questions qu’on se doit de poser. Arquant un sourcil, je portai mon attention sur lui et il détourna vite le regard. C’était QUOI son problème? Il voulait se prendre une raclée de ma part ou quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Mar 12 Mar - 19:36

" Non. Il me faut une cache. Qu'importe que ce soit une pièce ou un chateau. Je n'ai pas le droit de ranger mes propres trophées et traces de succès n'importe où. Il me faut un endroit isolé. "

Il se gratta la joue et s’apprêta à poursuivre mais l'un des Trandoshans Raknar hissé sur un rocher s'était mis à faire de grands signes. La compagnie arrivait. Galdur fit bonne figure et se tint aux cotés des autres tandis que l'éclaireur regagnait à son tour le clan. Ils s'étaient mis en formation standard. Les petits devant, les grands derrière, même si ils n'étaient pas en ligne et formait plutôt une masse de vingt-deux Trandoshans. Raknar et son épouse étaient placés un peu en arrière. Ils portaient ces espèces de robes qui ne laissaient qu'un bras libre à cause de la pèlerine qui faisait le tour du cou et de l'épaule gauche, forçant le membre à rester dans le vêtement.
Détail comme un autre : Tout le monde avait ses armes tirées. Même si ils ne les braquaient sur personne, les Raknar avaient tous, hormis les cinq jeunes pas plus haut qu'une moitié d'humain et les deux parents. Même les trois femelles d'âge matures avaient pour le coup un fusil de chasse dans les mains.

Ce n'était pas tant que l'on s'attendait à recevoir un ennemi, mais des précautions s'imposaient. Il fallait faire comprendre que les Raknar étaient chez eux et qu'ils n'hésiteraient pas à tirer si violation de territoire ou offense majeure il y avait.
Les formes des deux groupes majeurs d'invités apparurent sur la colline. Tout aussi nombreux pour chacune des familles, la seule différence étant que là où les Raknar avaient du rouge peint sur leurs armes, sur la joue et sur quelques endroits de leurs vêtements, la famille Barn était en vert kaki. Les Hozans, qui avaient choisis la couleur blanche s'étaient peinturlurés une bande horizontale au niveau des yeux, ce qui relevait particulièrement bien ces derniers. Aucune des familles invitées n'avaient les armes tirées, bien qu'ils les transportaient dans le dos ou à la ceinture. Ils s'arrêtèrent à une distance raisonnable des Raknar, pour marquer qu'ils n'étaient pas ici en pillards ou envahisseurs. Quelqu'un manquait à l'appel. Mais au léger bruit de réacteurs que l'on percevait au loin, cela ne devait pas tarder à arriver.
Hormis cela, un silence de mort régnait. Même si les Raknar regardaient tantôt à droite, tantôt à gauche les autres familles, ces dernières fixaient Zann comme si elles avaient vues un fantôme.

La poussière se souleva quand le véhicule arriva à leurs niveaux. Un pod de chasse Trandoshan, une sorte de mécha qui pouvait se déployer sur ses deux jambes mécanisées ou survoler le sol via ses systèmes anti-grav. Pour le coup, pas de pattes en vue. Cela aurait certainement été trop agité et le précieux "VIP" qu'il transportait n'aurait pas aimé être salit.
Un Trandoshan d'un certain âge descendit du Pod au coté de deux autres. Le premier était courbé sur lui même, signe qu'il devait avoir quelques problèmes de dos et portait des robes couleurs sables. Une longue lance à pointe d'os lui servait de canne de marche. De manière plus assurée avançaient les deux gardes du corps. Ils portaient leurs casques à lampe sur la tête et leurs demi-armures de combat au niveau du torse. Ils étaient équipés de Fusil à pompes ACP, l'arme idéale contre la foule.
Quand à l'étrange être qui avançait en boitillant et en s'appuyant sur sa lance-canne de marche, ce n'était autre que le Chaman Lasko. C'était lui qui représentait le tribunal religieux de Dosha et malgré son âge avancé, tout le monde se pliait à son autorité.

Lasko boitilla en regardant de droite à gauche, puis son regard se posa sur Zann. Il s'approcha encore jusqu'à arrivée à quelques mètres d'elle. D'un teint verdâtre et à la corne plus qu'évidente à la surface des écailles, il posa son seul oeil valide sur elle.

" Vous qui êtes parvenue à vous faire un Ghrakhowsk et à ramener un traître ici ? Talia Zann ? Courageux. Envoyer un message aussi direct sur les fréquences... Risqué. Mais vous l'avez fait. Prions pour que la CSL ne s'en mêle pas trop, sinon. Problématique. Vous prétendez soutenir les Raknar ? Confirmation ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Jeu 14 Mar - 3:32

Alors ça… Ce drôle de personnage devait être vieux quand Galdur était encore un oeuf… Ce n’était pas tant pour me moquer que par stupéfaction mais moi, le principe d’une pseudo gérontocratie, où les « vieux » font office d’autorité suprême, ce n’était pas mon truc. L’âge donnait la sagesse… il pouvait aussi donner la sénilité. Je ne disais pas cela pour être désagréable, non. Juste parce que je suis d’un naturel prudent. La religion et les « anciens » ensemble? Un dangereux cocktail, à mon avis. D’ordinaire, passé un certain âge, les gens devenaient très réfractaires à l’ouverture d’esprit et se retranchaient sur ce qu’ils considéraient comme étant la vérité… Ce qui revenait à dire leur vérité. J’espérais qu’il ne me poserait pas de problèmes en tout cas. Se mettre à dos vos alliés est toujours un plan foireux. Autant jouer prudent.

« La CSL… En vérité, elle s’en moque de Dosha. Ce sont les Wookies qui font pression. Les Wookies seuls ne feront pas plier la CSL si cette dernière voit que je m’intéresse à cette planète. Se mettre le CDZ à dos, c’est le mettre entre les mains de ses rivaux… Et en pleine guerre galactique, ce serait plutôt stupide. Il y a toujours des gens qui parlent trop et qui révèlent des secrets aux mauvaises personnes… »

Cela sembla en mettre plus d’un mal à l’aise que je ne vouvoie pas ce… Vénérable personnage, dirons-nous mais Talia Zann ne vouvoie personne. Si j’avais tutoyé la chancelière de l’AG, ce n’était pas un simple shaman qui allait se ramasser les honneurs. Il ne faut pas pousser le bouchon trop loin non plus. Je suis quelqu’un de sympathique quand je veux mais l’exagération a tendance à me rendre sournoise. Quand je deviens sournoise, en général, je deviens aussi désagréable. Chose qu’il vaut mieux éviter, vous en conviendrez autant que moi. Aucune cause, aucune alliance, aucune justification ne ferait en sorte que je vouvoie quelqu’un. J’étais ce que j’étais, c’était à prendre ou à laisser. Je ne me laisserais pas dérouter pour autant. Quant à sa demande de confirmation… Il était sourd ou désireux de s’attirer mon courroux?

J’avais dit ce que j’avais dit et ce n’était pas pour frimer. Je laisse ce genre de choses aux autres. Pour le moment je soutenais les Raknar et c’était une simple question de temps avant que d’autres commencent à chercher mon soutien. J’avais planté une graine, celle d’un changement pour Dosha. N’importe quel Trandoshan avec un cerveau pouvait se dire que j’avais probablement des projets pour cette planète. Comme le CDZ était loin d’être envahissant, en général c’est au bénéfice des deux partis. En échange d’une « modeste » contribution pour entretenir les alliances, les mondes sous « protectorat » du CDZ étaient parfaitement libre d’agir par le biais de leur propre gouvernement. Plus vous serrez la vis, plus vous risquez que tout vous saute au visage. Personne ne veut se prendre un Trandoshan en pleine figure. Enfin… Personne de sain d’esprit.


« Je soutiens les Raknar et je soutiendrai autant de clan qu’il faudra pour réaliser le projet que j’ai pour cette planète. La question que moi je te pose maintenant c’est celle-ci : avec toute ta sagesse et ton expérience, penses-tu que les Trandoshans ont raison de craindre la CSL? Une race de guerrier ce n’est pas fait pour vivre dans la peur d’une bande de carpettes braillardes qui se cachent derrière des vaisseaux de guerre. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Dim 17 Mar - 1:46

Le Chaman frappa le sol du bout de sa lance, ce qui produisit un bruit métallique qui souleva un peu de poussière. Son visage arborait toujours le même faciès.

" Directe. Nous pourrions tenter de faire des actes pour sortir du dictat de Kashyyyk. Mais la CSL pourrait nous faire la guerre ou parvenir à nous mettre encore plus d'ennemis sur le dos... Nous sommes sortis très fragilisé par le traité de "paix" qu'a lancé Kashyyyk. Nous n'avons plus le droit de produire nos armes, nos vaisseaux où d'avoir une armée conséquente."

Pendant qu'il parlait, Galdur s'était un peu approché de Zann.

" Dosha est devenue très pauvre. Quelque part, elle l'a toujours été, ce n'est pas une planète digne de l'exploitation et qui n'a que ses paysages pour elle. Autrefois, le tourisme marchait plutôt bien. Mais Kashyyyk à plusieurs fois lancé des coups pour assassiner notre économie et ce qui s'en suit. Ils ont réduit le flux touristique du coin, ce qui nous à gravement pénalisé puisque notre revenu entier était lié au tourisme. Alors, pour nous venger, nous avons lancés des raids sur la planète et fait prisonnier les Wookies. Puis, l'Empire est venu et nous à proposer de continuer à attaquer Kashyyyk en échange de matériel et de financement. Et n'allez pas me dire que coopérer avec la République aurait été une meilleure solution."

" Où était la République, quand on crevait de faim chez nous ?"
" Où était la République, quand les Wookies ralentissaient volontairement notre économie ?"
" Et où était la République, quand les famines qui ont suivis les premiers temps de crise ont décimés la population ?!"
Lancèrent en continu plusieurs Trandoshans des trois familles.

" Évidemment, la défaite de l'Empire à signé notre déclin évident. Ils ont peur de nous, Zann. Kashyyyk à mis en place un blocus autour de Dosha afin de paralyser le développement de la planète en supprimant les transactions extérieures et en posant des postes de surveillance partout. Ils nous craignent, alors ils justifient les conditions misérables de vie de cet endroit comme étant un "bon moyen" pour réguler notre activité et s'assurer que notre nature "prédestiné à l'opposition et agressive", comme y disent, contrecarrent pas leurs plans... Ils ont provoqués à eux seuls bien plus de morts sur cet endroit que la guerre contre Kashyyyk en elle même."

" Oui. Famines et maladies. Trandoshans trop occupés à limiter les dégâts et à survivre en abandonnant tout leur marché pour relancer quoique ce soit d'autres. Moyen efficace. "

" Mais on s'adapte. Les autres, ils ont jamais vraiment compris qu'on avait pas besoin de leurs commerces ou de quoique ce soit d'autres pour s'en tirer. Ils maintiennent leurs blocus seulement car cela permet de nous contenir plus facilement et qu'on ne peut plus rivaliser avec leur économie, sauf qu'on à pas besoin d'économies, pour se battre. Ils savent qu'on est en colère et qu'on finira par s'venger. " Lança Raknar.
" CSL voit en nous potentiel ennemi. C'est pour ça qu'ils continuent à accepter traité de Kashyyyk. Pensent qu'on finira par obligatoirement vouloir s'en prendre à leurs terres ou à Kashyyyk, et comme cette dernière est reliée à la CSL, eux aussi devront rentrer en guerre ou bien abandonner la planète, ce serrait un coup mortel pour sa crédibilité. "

Des grognements s'échappèrent de la foule et une certaine nervosité se fit ressentir. Les armes furent chargées et certains tapaient le sol du pied. Pas mal de messes basses furent lancés après l'écoute des faits historiques.

" On à tenu pendant des années aux Siths et aux Wookies et on va se laisser dominer par ces bouseux de la CSL ? Si ils refont les malins, avec leurs beaux discours, on les flingues !"
" Calme. D'abord, le traître. Mon travail passe avant." Marmonna le Chaman.

Les regards se tournèrent vers Bork Varko au milieu du groupement. Le Chaman s'approcha et frappa à nouveau sa lance sur le sol.

" Traitrise et infamie. Bork Varko, si c'est là votre nom. Dosha et la déesse vous déshérite. Vous n'êtes plus digne de porter le nom de Varko. Vous n'êtes plus un fils de Dosha et ne répondez désormais plus de nous. Pour trahison, vous êtes renié et bannit ! Messe est dite !" Gargouilla Lasko avant de frappa de la hampe de son arme le torse de Varko qui répondit d'un grondement épuisé.

Raknar posa une main sur l'épaule de son fils avant de le pousser un peu. Le Trandoshan s'approcha et attrapa la lance que le Chaman lui tendait. Ce dernier se recula ensuite.

" Recommande de le laisser au Wookies. Ils sauront surement mieux que nous quoi en faire. "
" On pourrait aussi lui passer quelques lames sous la peau..." Marmonna un jeune Barn
" Nous sommes des guerriers, pas des Barbares. Il n'y à aucun honneur à faire souffrir un adversaire déjà vaincu." Répondit le Patriarche Barn avec autorité. Le sourire du jeune se dégrada et il préféra éviter le regard sévère de son père. Galdur lui avait la main dans la veste de Varko. Il en tira le masque de soudeur de ce dernier, rectangulaire avec sa visière verte. Cela suffirait parfaitement. Par la suite, il brandit la lance et plaça sa pointe au niveau de la gorge de Varko qui se contenta de le regarder sans rien dire. Galdur resta planter là pendant un moment, sans trop savoir quoi faire. Finalement, il prit un peu d'élan, respira un grand coup, puis, dans un mouvement fluide, il transperça la gorge de Varko de l'arme d'hast. Un bruit d'étranglement se fit ressentir, quand le traître suffoqua en se mettant les mains sur la gorge. Galdur souleva l'arme où la moitié de Trandoshan ballotait en se débattant et se servit de l'embout rectangulaire de la lance pour la mettre à la verticale. Ainsi étaient t-ils, l'empaleur et l'empalé, comme un épouvantail macabre. Le fils Raknar revint vers sa famille respective. Cela avait été une tâche sans joie.
Le Chaman clama certaines paroles dans un Dosh très prononcé et frappa dans ses mains. Laissant là le cadavre empalé sur la pique au milieu de la place.

Les trois familles commencèrent à s'approcher l'une de l'autre et les membres se mêlèrent en une masse bruyante tandis qu'ils effectuaient leurs saluts et se mirent à discuter. Les patriarches et leurs épouses se se rassemblèrent et commencèrent à leur tour à parler des dernières nouvelles, comme ci l'exécution affreusement rapide qui avait été effectuée ici n'avait jamais eut lieu.
Et pour cause, il n'était pas d'usage de parler de ceci la première fois. Le Trandoshan devait réfléchir à ce qu'il devait retenir de tout cela. Ce n'est qu'après que l'on avait, par respect, droit d'aborder le sujet.

Galdur inspecta longuement le masque de Varko. Il songea à Jyinko qui était mort dans un attentat suicide afin de vaincre Varko. Peut-être était-ce mieux ainsi. Curieuse aventure, curieuse fin. Pourtant, Galdur aurait tant aimé que rien de tout cela ne se produise. Il regarda un instant le corps de Varko, deux jeunes contemplait de leurs yeux globuleux le spectacle macabre. Galdur plissa les yeux. Il aurait juré que la main de ce Trandoshan avait bougé... il devait halluciner.
Laisser traîner ces gosses prêt de ce mort n'était pas une bonne idée. Le fils Raknar se déplaça lentement vers eux et en poussa un dans le dos pour l'obliger à revenir vers la réunion de clan.

" Tenez vous tranquille, vous voulez ? " dit-il en les forçant à repartir.
Un autre Raknar apparut pour aider son frère à faire repartir les gamins avec le troupeau. Il se plaça dos au trophée macabre afin de pousser le second gosse.
" Ouais, profitez donc de ce rassemblement, ça vous fera du bien. " Ajouta le frère.
" Moi... Pas." Gronda une voix.
Galdur se retourna d'un coup et ouvrit de grand yeux, sous le choc. Bork Varko, la gorge percée par une pointe de lance. Ce bâtard était encore en vie ? Les produits de Zann y étaient t-ils pour quelque chose ? Sa main droite tenait fermement un objet circulaire qui bippait et émettait une lumière rouge... un détonateur thermique.

" ...Espèce de sale enfoiré."

Puis, dans un bruit assourdissant et une splendide lumière orangée, le corps de Bork Varko explosa.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Dim 17 Mar - 22:49

Talia Zann, tu t’en vas en enfer si tu foires un coup pareil. Laissez-moi remettre les choses en contexte. Vous me connaissez, j’aime cultiver les relations avec les gens hauts placés. Quoi de mieux que de commencer avec ce curieux chaman, pas vrai? Donc j’étais en train de discuter avec lui et nous marchions à pas de tortue (pauvre vieux, une chaise flottante, il ne préfèrerait pas?) et la conversation allait de l’histoire de Dosha aux politiques des différents régimes qui avaient interagit avec la planète en passant par toute sorte d’autres sujets extrêmement enrichissants. Plusieurs trouvent les personnes âgées assommantes et sans intérêt mais ce type là… C’était une bibliothèque sur patte. En plus il me faisait bien marrer parce que quand il abordait quelque chose qui le fâchait, il se mettait à crachoter en agitant le poing en l’air…

Quel adorable petit vieux. Vraiment. Ses gardes du corps un peu moins, ils nous suivaient à une très courte distance, comme si j’avais en tête de faire du mal au chaman. Ce serait prodigieusement stupide, surtout au milieu de tant de Trandoshans armés. Il était en train de m’expliquer comment fonctionnait la justice sur Dosha quand un mouvement attira mon attention. La main du mort avait bougé. Erreur de ma part que de ne pas réagir : ce que des décennies d’existence m’avait appris, je l’ignorai en entendant comment les noms avaient toute une incidence au niveau de la justice. Conséquemment, quand ce fumier fit savoir qu’il avait un détonateur thermique, mon réflexe fut instantané : je me jetai sur Lasko, faisant rempart de mon corps. L’habitude, remarquez. Quand vous êtes fait en Denantium, la plupart des coups et blessures vous laissent de marbre.

Lasko, par contre, aurait pu être salement amoché par l’explosion. À son âge, en plus… Une chance que j’avais pris soin de ne pas l’écraser sous mon poids. On a parfois tendance à oublier que l’on ne pèse pas autant qu’un être humain ordinaire. Les gardes du corps n’auraient rien pu faire de toute façon : comme ils nous suivaient à quelques pas de distance, le temps qu’ils arrivent à Lasko, il aurait été sans doute trop tard. La chance dû être de mon côté : non seulement le chaman ne fut pas blessé mais en plus, les fragments qui me percutèrent étaient si négligeable que ma tenue renforcée encaissa le choc à ma place. Pas besoin d’expliquer l’absence de sang. Tous ne furent pas aussi chanceux par contre : un des jeunes baignait dans le sang, d’une profonde entaille au ventre. Bof, il devait bien y en avoir un capable de faire les premiers soins, non?

Évidemment, un truc pareil ne se passe pas sans heurts et je fus brutalement saisie par un des gardes du corps du chaman que je venais de sauver. Cela aurait pu donner lieu à un beau bordel car un, je me débattis, deux, au moins deux Raknar, sans doute désireux de prouver leur valeur, s’étaient avancés pour se porter à ma défense et trois, je pense que le reste de la faune locale n’avait pas aimé que je me libère de l’étreinte des gardes et que j’étais en train d’en étrangler un. Enfin, étrangler : je le tenais bien immobile, c’est lui qui se débattait et qui s’étranglait du même coup. Qu’on ne me rejette pas la faute sur le dos! Qui sauva la situation? Lasko qui d’une voix forte pour un ancien de son âge, intima le calme à tous. Il était mieux de ne pas me provoquer, autrement, je ne répondais plus de mes bonnes manières. Il y a toujours des limites quand même!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Mar 19 Mar - 19:24

Il était encore en vie ? Il tenta de bouger, ce qui se fit de manière légèrement douloureuse, les brûlures occasionnées par le choc le piquaient mais sa figure était sauve. Une chance qu'il avait fait coulisser le masque de soudeur au niveau de sa tête lorsque la détonation avait survécu, sans quoi, sa tête aurait peut-être atterit dans un quelconque endroit dans la poussière. Sa tenue de pilote, conçue pour résister aux incidents spatiaux incluant les fuites de carburants et la possibilité d'être exposé aux flammes avait globalement tenue le choc, même si elle était maintenant noircie et que les fibres brulées de plastique fondue lui avait fait un marquage sur la peau.
Les portions grillées du corps de Varko étaient ici et là et ressemblait bien plus à une viande mal découpée qu'a quoique ce soit qui aurait put un jour être vivant. La zone touchée par l'explosion était noircie et la pique de Chaman, réduite en cendre.

Galdur tituba légèrement, un peu sonné par l'explosion et tourna la tête de droite à gauche. D'abord, il aperçut son frangin qui était venu l'aider à tirer les gamins de là gisant sur le ventre, la face vraisemblablement brulée. Puis, il aperçut le jeune en lui même, qui se cramponnait le ventre les yeux et les dents serrés, un éclat avait dû salement l'entaillé. Puis, ce fut le faciès médusés des autres et Zann qui semblait se débattre avec un Garde. Raknar approcha, souleva le masque de soudeur, la bouche grande ouverte. Quelqu'un lui faisait de grands signes. Il plissa les yeux et voulut répondre mais rien ne parvint. Finalement, son interlocuteur hurla très fort, ce qui fit baisser la tête à Galdur qui tentait d'éliminer le sifflement dans ses tympans.
Il fut alors qu'un tir frappa le masque sur son crâne, ripant dessus, là où son front se trouvait il y a quelques secondes. Raknar eut du mal à se rendre compte qu'un tireur embusqué avait tenté de l'abattre. Il secoua la tête, leva les yeux observa une silhouette sur une dune éloignée sortir de sa cachette de sable pour s'enfuir, drapé d'une sorte de cape couleur sable. Le Trandoshan fronça les sourcils et tira immédiatement son fusil du dos avant d'éjecter la cartouche de munition usagée pour le tir sur les Rats Womp et en replaça une autre dans le compartiement.

" J'en veux un avec moi ! Les autres, vous vous occupez des blessés ! " Brailla t-il d'un ton tellement puissant qu'on osa pas le contredire pour lui rappeler qu'il ne donnait pas les ordres. Un Trandoshan Hozan, à la vue de la ligne horizontale blanche posée sur ses yeux le rejoignit sans tarder. Ce dernier hocha la tête et chargea son propre fusil. Dés lors, les deux partirent sans même attendre, laissant là le reste des familles pour aller inspecter les lieux et le jeune blessé.
Soit quelqu'un était un traître, soit Varko avait plus d'un tour dans sa poche, soit les Hutts avaient volontairement laissé Varko se faire prendre pour mieux pister le chasseur par la suite.

Ils coururent dans la poussière et aperçurent au loin la fine forme en train de fuir. La silhouette d'un vaisseau cargo Dragonboat jaunâtre reposait au loin. Comment avaient t-ils passés le blocus ? Ce véhicule ne pouvait être qu'immatriculé à Dosha.
L'être fin atteint ceci avant eux et rentra dans sa rampe, sur le coté, un autre , bien plus massif cette fois, était adossé au Cargo. Il s'y détacha et approcha quand il aperçut les deux poursuivants.

Bordel de merde. Un Trandoshan Lourd.

Les Trandoshans Lourds étaient des mercenaires sans pitié qui avaient la particularité d'avoir été complètement génétiquement modifiés et d'avoir subit nombres d'améliorations. Ils étaient entre eux équipes d'un exo-squelette qui leur procurait une résistance et une force plus qu'inhumaine, presque bestiale et pouvaient faire face à des véhicules légers tout en s'en sortant indemne. Véritables chars sur pattes suréquipés, la rumeur voulait qu'ils pouvaient encaisser un montant de dégâts absolument effarant avant de succomber. On dit qu'ils eurent peu à peu déclinés après la fin de la guerre galactique et le début de la "galère" de Dosha. Malgré tout, ils ne s'étaient jamais réellement éteints.
Problème, ce Trandoshan là ne semblait pas animé des plus doux sentiments à l'égard des autres. Au contraire. Il portait un lourd fusil à concussion LJ-50 dans sa main droite. Sa main gauche était passée dans les sangles de ports d'une mitrailleuse lourde LS-150 à munitions perforantes. Dés que le duo entendit le bruit caractéristique du mécanisme de tir de cette arme terrible souvent déployée sur trépieds, ils se jetèrent à couvert derrière un rocher. Les tirs se mirent alors à pleuvoir. Et sachant que ces mitrailleuses pouvaient avoir des compartiment de plus de deux cents tirs, ils risquaient d'en avoir pour un moment.

Derrière lui, les moteurs du vaisseau grondaient. Il allait s'enfuir en laissant son mystère derrière lui. Hors de question ! Il fallait neutraliser cette brute au plus vite. Le Hozan qui accompagnait Galdur portait une lame recourbée, il la saisit et d'un signe de tête, fit comprendre à Raknar qu'il allait devoir courir. Galdur répondit à son signe et se tint prêt. Le Trandoshan Lourd armait déjà son canon à concussion, prêt à réduire le roc en morceaux.
Raknar s’élança alors tandis que le projectile de plasma à haute température fit éclater la roche là où il se trouvait un peu auparavant. C'était tout ce qu'attendait le Hozan qui se leva à son tour et projeta sa lame. Elle virevolta dans un sifflement et trancha de manière nette et précise les câbles pendant derrière la nuque de la brute, reliant son masque respiratoire à ses réservoirs. Une fumée blanche s'échappa dés lors du masque de l’Élite qui porta sa main droite vers sa bouche puis vers ses coupleurs afin de pouvoir respirer à nouveau. Évidemment, il panique, s'énerve, grogne et fulmine, ce qui lui fait perdre un temps précieux, d'autant plus qu'il s'obstine à ne pas lâcher l'encombrante mitrailleuse, même si le fusil à concussion est au sol. Ca y est, il là ! Il replaça alors la gaine principale en l'enfonçant de force, pourvu que cela tienne en attendant et remit son énorme arme en joue... Mais Galdur avait déjà eu le temps de s'approcher et de faire une roulade pour ramasser le fusil à concussion. Il pointait déjà la figure de l’Élite en joue.


L'arme siffle de manière effrayante et la salve de plasma partit de nouveau, vaporisant de manière quasiment instantanée le crâne de la brute qui resta debout pendant un petit moment avant de chuter lentement à la renverse. Le sol trembla, quand son énorme carcasse toucha le sol. Le sang qui avait éclaboussé la figure de Raknar était si concentré en stimulants qu'il brûlait ses yeux. Mais inexorablement, les moteurs du vaisseau se lançaient et la rampe venait à se refermer... Galdur n'aurait pas le temps de rattraper ce vaisseau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Mer 20 Mar - 20:36

C’est officiel, il faut toujours tout faire avec ces Trandoshans. Le chaman avait calmé tout ce beau monde et Galdur était partit à la poursuite de je ne sais qui. De penser que mes nouveaux alliés pouvaient être si incompétents en matière de sécurité était pour le moins époustouflant. Ils ne s’étaient même pas donné la peine de fouiller le PRISONNIER!? Et maintenant, en plus, on se retrouvait avec un tireur inconnu sur les bras. Vraiment, c’était le genre de truc que MES gars n’auraient jamais laissé passer. Enfin bon. Il fallait encore une fois que ce soit la patronne qui fasse le sale boulot. Rattrapons Galdur et son pote avant qu’ils ne se fassent mal. Pourquoi j’étais venue moi déjà? La journée pourrissait à vue d’œil et ça c’était mauvais, TRÈS mauvais pour Galdur. Les pertes de temps commençaient à peser plus lourd que les bénéfices.

Quand on me contrarie, je deviens très vite caustique et ça mes chers petits, ce n’est jamais une bonne chose. Demandez à n’importe quel membre du CDZ si c’est une bonne idée de jouer avec mes nerfs. S’ils ne vous rient pas au nez, ils vont vous traiter d’inconscient. Et encore, c’est à peine exagérer. Enfin bon. C’était quoi ce nouveau bordel? Un Trandoshan géant maintenant? On nageait en pleine science-fiction là. Le condamné piégé, le tireur embusqué, la bête mutante, le vaisseau qui est en train de se tirer pendant que le héros regarde, impuissant… Normalement, son allié resté derrière arrive avec un lance-roquette et plombe le vaisseau. Le problème… Je n’avais pas de lance-roquette sur moi, juste un détonateur thermique arraché à un des gardes du chaman pendant notre altercation. À cette distance, aucune chance que j’atteigne cette conserve.

Quoi que… Un être humain ordinaire ne pourrait pas le faire. Entre les Trnadoshans restés au campement des Raknar et Galdur occupé à regarder partir le transport, personne ne me verrait si disons… Je trichais un peu. Je pouvais très certainement me servir des avantages que me conférait ma nature de Polydroxol. En me basant sur la bonne espèce, je pourrais le lancer sans problème, ce petit détonateur thermique. Fournir une explication crédible serait plus compliqué mais je n’aurais qu’à dire que je venais d’arriver en ayant l’air essoufflée. À moins de fouiller de façon très pointue le site du crash, avec un peu de chance, on pourrait croire à un problème de moteur. C’est décidé alors. En scène l’artiste. Détonateur? Armé. Structure moléculaire changée? Fait. Le lancer du siècle? Peut-être pas mais le résultat était là en tout cas. Une explosion au niveau des moteurs.

Restait à arriver en courant, l’air de rien. Ce que je fis, arme au poing, prête à en découdre. Dans un bruit de ferraille pour le moins assourdissant, le vaisseau du fuyard venait de s’écraser et le pote de Galdur se précipita pour voir s’il y avait un survivant. J’emboitai moi-même le pas à Galdur, tentant d’avoir l’air le plus innocent qui soit. Moins il y aurait de questions, mieux ce serait. Je n’avais pas encore concocté toute mon excuse et je ne comptais pas raconter de connerie. Mieux valait détourner l’attention en posant des questions plutôt qu’attendre qu’il m’en pose. Et il y avait beaucoup à demander, ça c’était clair. Adoptant un air sévère pour montrer que je n’étais pas très contente, je fis mine de reprendre mon souffle avant de prendre la parole. Il fallait bien que quelqu’un dise quelque chose. Autant que ce soit moi.


« Bordel, qu’est-ce qu’ils mettent dans la soupe des Trandoshans? Tu ne vas pas me dire que ce type est devenu aussi balèze avec la diète de Dosha, j’en croirai rien. Et d’où sortent ces emmerdeurs? C’est comme ça que vous sécurisez un périmètre sur cette planète? Merde Galdur, qu’est-ce que tu ne me dis pas, au juste? Les drones qui débarquent, c’était limite banal mais ça? À quoi tu joues? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Jeu 21 Mar - 22:49

" Ce... C'était un mercenaire Lourd Trandoshan. Je pensais que ces types n'étaient plus en service. Je ne pensais pas en revoir un jour. A la base, c'étaient des enfants normaux vivants en ville. On dit que le Chef de guerre en aurait sélectionné certains et qu'il les auraient surentrainés en plus de les dopé aux stimulants et aux améliorations biogénétiques ! Ces brutes peuvent largement faire face à des véhicules légers. Quand vous en engagez un, c'est quand vous êtes sûr de vous faire tirer dessus ! Ils ont déclinés à la fin de la guerre galactique, quand Dosha entra en crise, on n'avait plus les moyens de produire de tels... êtres. "

Le Hozan qui accompagnait Galdur tira un corps inerte du cockpit du véhicule. Un rodian à la tenue en lambeau reposait, décédé, probablement par le choc du crash. Sa nuque semblait brisée. Il transportait un certificat de licence de chasseur de prime avec lui, au même titre que le mercenaire Trandoshan lourd. La preuve était faite : Quelqu'un avait bel et bien engagé des mercenaires pour s'en prendre à Galdur et, peut-être, à Zann. Mais qui ?
Le coupable avait également donné le détonateur thermique à Bork Varko. Autrement dit, il n'y avait guère de doute : Une forte probabilité était que le criminel soit encore dans le groupe. Galdur préféra ignorer temporairement le caractère bouillant de Zann, définissant qu'il y avait une autre priorité : sa propre vie. Il insista pour retourner vers l'antre où attendaient les autres. Le jeunot blessé était allongé au sol. Un Trandoshan était occupé à vérifier son état, un autre était armé d'un fil et d'une aiguille. Galdur jeta un oeil de droite à gauche en inspectant ceux qui avaient la petite peinture rouge sur la joue et en hochant la tête progressivement. Il s'approchait de Raknar.

" ... Je l'ai fouillé. Il n'avait rien sur lui, je l'ai déjà vérifié. Deux fois avant de l'amener ici. "
" Mensonge ! Il ne l'a pas fait !" S'exclama un Barn en pointant du doigt Galdur qui aurait bien croqué dans ce dernier, histoire de voir quel genre d'idée s'écoulerait de la tête de cet abruti.
" On t'a pas sonné toi. Ce n'est pas dans mon habitude de mentir."
" C'est vrai. Vous oseriez insultez notre famille sur NOTRE territoire, Barn ?" Lança Raknar en direction de l'autre patriarche.
" Non... Non. Tait toi, gamin. " Marmonna Barn envers celui qui avait parlé.
" J'ai verifié les pistes. C'était des chasseurs de prime. Et je suis persuadé que c'est l'un de nous qui à fait le coup : Qui d'autres aurait put donner un détonateur thermique à Varko ? "

Des grognements se firent entendre et chacun se mit à soupçonner l'autre. Cela dit, personne ne semblait prêt à parler.

" Quelqu'un voulait gâcher ce rassemblement. Qui que ce soit, il voulait sans doute aussi faire perdre la crédibilité aux Raknar. La possibilité que je n'ai pas pus fouillé Varko aurait put être évoquée. Ce qui aurait fait perdre tout sens à mes dires. " Continua t-il dans un langage commun étrangement bien formé et fluide. " J'invite celui qui est à l'origine de tout ceci à parler tout de suite. "

Aucune parole ne vibra dans l'air.

" Personne ? Très bien. Procédons à une fouille générale. "
" Gargh... Non attendez..." Marmonna quelqu'un.

La voix provenait des Hozans. Ces derniers ouvrirent de grand yeux et s'écartèrent. Un jeunot. Quinze ans environs, avait parlé et regardait fixement Galdur.

" C'est moi. Ce n'était pas juste. Pourquoi les Raknar auraient t-ils des privilèges, je ne crois pas que vous les méritez plus que nous."
" Espèce de sale gamin !" Hurla le patriarche Hozan en se jetant de manière violente sur son fils et en lui plaquant un couteau sous la gorge. " Je devrais t'égorger maintenant ! Qu'as tu fais, ahuri ?! "
" Laissez le parler."
" Je ne crois pas que vous ayez à me donner des ordres ! "
" Laissez le, bordel. "

Le patriarche grogna mais laissa sa progéniture se remettre debout. Galdur percuta le regard vide du Trandoshan.

" Tu as quelque chose contre moi ?"

"Non."
" Pourquoi alors ?"
" Parce que. Parce que je ne voulais pas que vous preniez de l'avance... C'était pour Hozan, que j'ai fais ça. "
" Et avec quel fric ?!" Brailla le Patriarche.
" J'ai volé un détonateur thermique à Jalgo... et j'ai vendus nos stocks d'eau." Marmonna le jeune en baissant la tête.

Quelle catastrophe ! L'eau était une denrée rare qui pouvait se vendre à très gros prix, sur Dosha. Cette fois, Galdur crut que le patriarche allait lui mettre une balle dans la tête de manière instantanée. D'ailleurs, il avait déjà arraché un fusil des mains de l'un de ses fils.

" Votre fils est plutôt débrouillard, Hozan. Vendre les stocks d'eau... Ça s'est fort ! " Clama Raknar histoire d'enfoncer le clou.
" C'est Galdur l'agressé, qu'il décide immédiatement du châtiment et de la mise à mort ou je m'en charge moi même !" Lança Hozan.
" J'ai décidé de le laisser en vie."
" QUOI ?!"
" Il expie sa faute, regardez le."
" Mais il à envoyé deux des votre à l'hopital et à contribuer à votre tentative d’assassinat."
" Laissez tombez, je suis en vie. Mais je suis sur que nous allons pouvoir passer un petit marché. Quand à votre fils... Je crois qu'un bon exil d'un mois dans le désert suffira à lui remettre les idées en place. Ne lui en voulez pas trop, c'est mon affaire. Et je sais exactement ce que je vais faire."

C'était donc ça. Le visage de Hozan sembla se dégrader de plus en plus.

" Non... Inutile de parler. Je payerais pour envoyer vos fils en ville, Raknar. Ils seront mieux soignés qu'ici. "
" C'est une chose. J'en veux une autre. "
" Mais je...Grmph...Parlez."

Effectivement, c'était une sacrée chose : les soins en ville coutaient les yeux de la tête, du moins pour les ruraux. Les Hozan devraient mettre tout ce qu'ils avaient, mais c'était un juste retour des choses.

" On va avoir besoin de mains, dans le futur. Je veux que vous fassiez vous aussi allégeance à Zann. Pour un an au moins. " Lança t-il.

Les Hozans se rassemblèrent en laissant le jeune isolé, perdu dans ses pensées. Galdur alla le trouver et lui tapa dans le dos. Le jeune n'osa pas lever les yeux. Galdur était bien plus grand que lui.

" Part. Maintenant. Et ne reviens que dans un mois. "

Le gosse cligna des yeux et se tourna pour marcher. Il n'y avait rien à redire, la sanction était irrévocable. Peut-être qu'ils le reverraient. Un jour, du moins, quand il aurait purgé sa peine. Un adage disait que la prière apaisait l'esprit et que la douleur purifiait le corps. Restait à voir si la recette serrait efficace.

" Et fais gaffe à toi... Pas besoin d'avoir des morts en plus..." Marmonna Galdur dans sa barbe.

Hozan, le patriarche, quitta alors le cercle familial et chacun se remit à ses cotés, dans une certaine ligne.

" Accepté. "
" Devrions passer aux cérémonies avant qu'autre merde nous tombe dessus." Marmonna Lasko.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Ven 22 Mar - 12:55

« Je ne crois pas. Non. »

La froideur de mon ton? À faire de Hoth un paradis tropical. Quand les regards se posèrent vers moi, j’avais quelque chose dans les mains, un truc tout petit avec au moins un bouton dessus. Les Trandoshans me regardaient avec curiosité mais Galdur lui, connaissait le gadget. Tout membre « important » du CDZ en porte une. Une balise de localisation, capable de s’attacher à n’importe quel type de relais de communication et sauter ainsi de suite jusqu’à atteindre nos antennes. Délai de réaction standard pour une réponse rapide : cela pouvait aller de quelques secondes, si des effectifs étaient à proximité à quelques minutes. Or, je ne suis pas stupide, quand j’étais venue ici, j’avais fait en sorte de faire coïncider ma venue avec au moins une mission dans un secteur adjacent. Je suis prudente moi, que voulez-vous. Enfin, la plupart du temps.

« Là j’en ai marre d’être la spectatrice. Vous voulez me forcer la main? Soit. J’agis. À vous de vivre avec les conséquences. D’une pression de ce bouton, j’envoie un signal de détresse aux miens. Ils vont débarquer dans les minutes à venir. Désolé Galdur mais là, ça dépasse les limites de ma confiance en toi. C’est quoi la suite, une attaque de wookies? Un raid de la CSL? Très peu pour moi. »

Avant que quiconque ne puisse protester, j’appuyai sur le bouton. Je savais ce qu’il y avait dans le secteur d’à côté. Trois Keldabe-class battleship et leur compléments en véhicules, dont mes favoris, les Char d’assaut de classe Canderous. Comment la CSL réagirait? Premièrement, elle n’oserait jamais engager mes forces sans vouloir d’une guerre ouverte avec nous. Le vice-amiral Yuroba, en charge des opérations dans ce secteur, allait et de loin préférer voir mes troupes débarquer sur Dosha que de se lancer dans une offensive. Il allait observer, à n’en pas douter… Jusqu’à ce que la destruction de ses drones lui rappelle qu’il est toujours plus intelligent de se mêler de ses affaires. Des criminels sur Dosha, de toute façon, CDZ ou autre, ce n’était rien d’irrégulier. Enfin, pour ces pédants de la CSL pétant plus haut que le trou.

Comme de fait, quelques instants plus tard, mes « renforts » débarquèrent, bien visible dans le ciel de Dosha quand ils entamèrent les manœuvres d’approche. Moi, furieuse? Avec toutes les raisons du monde oui. Qui était en charge de cette partie de la troisième flotte, déjà? Ah oui, un vétéran du CDZ. Enfin, une vétéran. Kira Antinea, androïde réplica humain, jouant parfois les officiers en second de Slayer, avait été désignée par ce dernier pour être la cavalerie dans cette affaire. Je m’en foutais que les Trandoshans n’apprécient pas. Ils l’avaient cherché et pas qu’un peu. Là, s’ils voulaient jouer aux malins, j’avais de quoi me protéger. Restait à attendre le débarquement des troupes mais ça, ça ne saurait tarder non plus. Je connais peu de gens qui veulent jouer aux cons devant un Canderous. Très peu de gens. Même Urai hésiterait à jouer les braves.


« Quant aux Hozan, ils vont devoir faire leurs preuves s’ils veulent se joindre au CDZ. Un traitre dans leurs rangs c’est un traitre de trop. Je n’accorde pas ma confiance à n’importe qui n’importe comment. Je ne les considère pas comme membres du CDZ malgré l’accord que tu as passé avec eux. À la fin de la journée, le boss, c’est encore moi. J’apprécie la pensée mais non. Ce n’est pas ainsi que nous fonctionnons. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Ven 22 Mar - 17:13

" On vous force la main sur rien du tout, Zann. J'avais prévu qu'on décampe de cet endroit aussitôt que j'aurais eus l'accord de Raknar. Nous n'étions pas censés rester aussi longtemps. Je ne pourrais toucher mes barrettes de voie uniquement que je me serais trouvé une cache et que nous repartirons d'ici, rien d'étonnant à ce que l'on soit une cible lorsqu'on sort du schéma classique. Pour l'autre famille, cela tombe bien puisque techniquement parlant, les Hozans ne sont là que pour un seul et unique service qui s'étale sur une durée d'un an. Autrement dit, selon la réglementation du coin, ils accompliront une tâche. Puis ils considéreront leur parole comme respectée et retournerons à leur affaires, et rien ne stipule qu'ils n'essayeront pas de tourner l'avantage à leur situation par la suite. C'est un mal pour un bien mais c'est tout ce que je voulais : Je continue d'imposer mon visage dans leurs esprits, c'est tout ce qui compte."

Néanmoins, cela donnait une bonne raison à Galdur d'afficher un sourire.

" Bienvenue sur Dosha. Là où n'importe qui peut vous en vouloir pour des raisons que vous ignoriez. On ne se balade pas avec des flingues pour rien. Et pour être honnête, je ne suis plus garants de votre sécurité depuis que nous avons dépassé le délai de temps que j'avais prévu ici. Même un gosse peut vous planter son couteau dans le dos."


Cela le fit étrangement éclaté de rire. Derrière lui, le reste de la famille regardait d'un œil médusé le ciel grouillant comme si l'apocalypse était en approche. Galdur semblait quand à lui peu surpris de la tournure des événements. Évidemment que cela était fâcheux, évidemment qu'ils avaient en plus de risquer leurs vies perdus un temps précieux. Mais finalement, c'était une vraie épreuve qu'il savourait de passer. De toutes façons, il n'en sortirait que plus fort. Logique Trandoshanne : A force de se brûler les doigts, on finit par avoir de la corne protectrice.

" Vous comprenez pourquoi c'est un enfer ici ? Personne ne peut faire confiance à personne, pas même entre voisins. Depuis la crise les bandits se multiplient et les coups bas avec. Mais n'est ce pas exaltant dans un sens ? Cela affute les réflexes et les pensées." Ricana t-il.

De manière coordonnées, les Raknar tirèrent leurs armes et pointèrent les familles adverses. Lasko aussi, était visé. Raknar expliqua calmement qu'il était plus que temps de se disperser et qu'ils remettraient à plus tard les discussions. Il pria aussi Barn de le recontacter à propos d'une proposition de mariage alléchante. On ne discuta pas. Ce n'était pas le moment. Lasko était silencieux et n'avait visiblement pas prévu le tournant des choses. Mais il comprit bien vite qu'il avait tout intérêt à partir ici et à ne pas se mêler des affaires Raknar pour le moment. Il repartit donc en boitillant vers le pod de chasse, accompagné des gardes. Une journée comme les autres sur Dosha. Les Barn étaient partit de manière discrète tandis que les Hozans repartaient en direction de leur territoire respectif en surveillant leurs arrières. Raknar grogna en levant les yeux.

" La solitude tue notre planète. Nos objectifs sont égoïstes. Ils se basent sur la traque des êtres plus faibles que soit. Mais nous sommes ravis comme nous sommes. Quand à vous et nous... Je ne sais pas. Vous êtes plus forte que nous, c'est pour ça qu'on se plie à vos conditions. "


Galdur trouvait très intéressant de regarder les vaisseaux qui volent dans le ciel. Une question lui brûlait les lèvres.

" Alors Zann, ça fait quoi, de voir des Trandoshans dans leur milieu naturel actuel ? Et surtout, est-ce ainsi que vous les imaginiez ? On peut subsister qu'en sacrifiant sans état d'âme nos propres valeurs et en nous tirant mutuellement dessus. On est loin des principes que le défendais et que je persiste à défendre. Faut savoir survivre à tout les prix, Zann, même si ça coûte notre identité culturelle ou que ça implique la trahison. Vous n'avez pas peur que je me retourne un jour contre vous ? Bizarrement, je ressens de la frustration. Je pense que vous emmenez ici n'était pas un bon choix... J'ignorais si vous étiez prête à voir ma planète telle qu'elle est en face et j'ignore toujours comment aborder les choses avec vous. Mais je suis heureux. Parce que vous êtes tout de même venue. " Lança t-il

Le soleil commençai à atteindre une dune, sur la surface poussiéreuse de Dosha.

" J'sais pas. J'sais pas si je dois vous aimer, vous détester. Mais j'ai le sentiment d'être de plus en plus fort au fur et à mesure que le temps passe. Soit parce que j'ai réellement progressé, soit parce que je suis fier de cet endroit et que je suis prêt à crever dans une putain de guerre pour lui redorer son blason. Et vous ? Vous faites preuve de clémence mais j'ai l'impression que ce que vous découvrez ne vous plaît pas. "



[ C'est vrai que si je considérais ce Rp comme important pour l'évolution des choses : Il s'est vachement plus prolongé que ce à quoi je m'étais attendus au début ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Sam 23 Mar - 3:20

HJ: Désolé, c'était trop tentant, il fallait que je fasse faire un discours à Talia^^

DJ: « Ce que je constate, Galdur, c’est que certains d’entre vous se cachent derrière des excuses. Dosha était une planète habitée par un grand peuple. Regardez-vous merde. REGARDEZ-VOUS! Vous vous considérez encore comme des enfants de Dosha? Les Raknar, oui. Là-dessus nous sommes d’accord. Mais les autres? DES PARASITES! DES PROFITEURS! C’est inconcevable!

Diviser pour régner. Vous vous êtes fait avoir par le truc le plus éculé qui soit. Bordel, Galdur! La CSL vous a isolés, elle vous a divisés et vous vous tirez dans les pattes au lieu de vous allier. Sais-tu pourquoi je t’ai pris sous mon aile? T’es-tu déjà posé la question? Mets-toi dans la tête d’un humain. Qui voudrait d’un type venant d’une planète de pauvres types rendus si désespérés qu’ils vendraient père et mère pour une gorgée d’eau?

PARCE QUE TU ES MAGNIFIQUE! Voilà pourquoi! Tu veux changer les choses. Malgré tout, tu continues à espérer le meilleur pour Dosha. Tu veux redorer le blason. Tu travailles pour et tu as failli mourir pour y parvenir. Ça Galdur, ÇA, ça vaut une fortune. Tu es dévoué à ta planète comme je le suis envers les miens et c’est exactement pour cette raison que j’étais prête à investir autant dans Dosha.

Sauf que voilà. Soyons réaliste. Ce n’est plus une opération, c’est un putain de gouffre financier. Comment veux-tu que je fasse quoi que ce soit avec de la vermine sans honneur? Et arrêtez de me regarder avec cet air outré! Il y a plus d’un Trandoshan ici qui s’essuie le derrière avec son soi-disant honneur. Galdur, Raknar, nous allons prendre une décision. Vous et moi. Ici et maintenant. Je me fous des autres.

Le CDZ va investir des millions s’il le faut. Tu m’entends Galdur? DES MILLIONS! Pour que Dosha retrouve son honneur. Je fournis le matériel, les pièces, ce qu’il faudra. À une condition. Ce seront les Raknar qui vont asseoir leur postérieur sur le siège du gouvernement. Galdur, ferme ta bouche, tu ressembles à un poisson. Et Raknar, recommence à respirer ou tu vas faire la planche. Franchement.

Je ne fais pas confiance aux autres. Les Barn, les Hosan et je ne sais qui encore. Je ne leur fait pas confiance. Il faut que ce soit les Raknar qui montrent l’exemple. Parce que les Raknar ont encore de l’honneur. Je le vois dans les yeux de chacun d’entre vous. Les patriotes en vous tous sont encore là. Et c’est pour cette raison que ça vaut la peine de saigner mon portefeuille pour cette cause. Des crédits, je vais faire de toute façon.

Nous allons redonner à Dosha sa gloire. Nous allons redonner à Dosha son âme. Son cœur bat encore, par le biais des Raknar. Et parce qu’il bat à travers vous, vous allez en devenir aussi la tête. On va s’asseoir et planifier. Qui représente la plus grande opposition. Qui il va falloir convaincre. Et s’il le faut, je ferai tous mes discours en Dosh pour montrer au monde que les Raknar sont de vrais enfants de Dosha!

Maintenant… La vraie question c’est est-ce que vous êtes prêts à me suivre dans cette folie, les Raknar ou est-ce qu’on s’en tient au plan initial de négocier avec tous ces faux-culs, ces félons, ces traitres et ces lâches qui ont troqué leur moralité pour la facilité de la simple subsistance? Et pensez-y bien. Une fois que le mouvement sera en marche, il n’y aura PAS de machine arrière. Juste la marche avant. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Mar 26 Mar - 22:00

[ Désolé pour le retard. Au passage, j'avais plus peur que ce soit toi, qui t'emmerde sur cette histoire. ]

Galdur avait un peu baissé la tête et un sourire avait naquit sur son faciès. Pour un peu, il en aurait presque rougit. Il regardait un peu le sol et surtout la terre poussiéreuse qui s'envolait à cause de la légère brise. Le filet de poussière élégant ressemblait presque à un fantôme miniature qui se déplaçait à ras du sol.

" La première fois que j'ai tué quelqu'un, et de manière générale, la première fois qu'on le fait, on ne se sent pas bien. On sait que ce que l'on à fait et mal et bien souvent, on ne supporte pas la vision de tout ceci. A ma première victime, j'ai vomis mes tripes en plus d'avoir été malade comme un chien tout la nuit. Puis, il y a eu ce déclic. Cette envie de ressentir les mêmes émotions de stress, de peur et aussi de soulagement quand l'adversaire tombe raide mort. Je ne m'étais jamais cru capable de mettre à mort quelqu'un, même si c'était la pire des raclures de la galaxie. Puis, j'ai commencé à ressentir cet espoir, ce stimulant qui passait dans mes veines... Quand j'ai tué à nouveau, j'étais encore un peu intimidé, mais j'ai presque sentis que je devenais plus fort... Aujourd'hui, je sens comme une impression de victoire, quand quelqu'un d'autre tombe par ma faute. Avec de vraies cibles bien sûr, massacrer des civils impuissants est une vraie horreur. Mais quand vous faites tomber un de ces types qui se pensent invulnérable..."

Cette fois, il montra les dents. Les sourires des Trandoshans paraissaient toujours anormalement agressifs, sans doute car c'était plus des rictus féroces qu'autres chose.

" Je sens exactement ce même éclat de vie, actuellement. Je ne pensais pas qu'il était possible de sentir ça en dehors des éclats des grandes batailles, comme sur Kashyyyk. "Gratitude" est un mot bien peu employé par nous autres... Et pourtant... Alors la réponse et oui, Zann. Oui je suis avec vous. Dit-il.

A coté de cela, la famille resta muette un long moment, comme si ils attendaient tous que Raknar réagisse. Ce dernier avait la tête baissé et semblait trépigné de droite à gauche. On finit par ne pas attendre ça réaction.

" Moi aussi, je suis avec vous."
Lança un chasseur en demi-armure avant de s'avancer.
" Ouais ! Moi aussi !"
" Je viens aussi. Pour la gloire ! "


Tous finirent par s'avancer finalement et se mirent bras par dessus épaules juste derrière Zann en face de Raknar qui demeurait maintenant seul à sa place. La patriarche releva la tête et la hocha tout doucement.

" Ces propos nous honorent et nous touchent beaucoup, Zann. Comment pourrais-je refuser tout cela ? C'est certes un peu brusque mais... La chance sourie aux audacieux après tout. " Marmonna t-il.

Il s'empara de la bannière Raknar au symbole rouge, la pris bien dans ses mains et la leva bien haut.

" Au nom de Zann ! Notre Ghrakhowsk à tous !"

Les autres levèrent leurs fusils.

" GHRAKHOWSK ! "


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Mer 27 Mar - 3:24

« Vous allez voir les Raknar, votre confiance est bien placée. Je vais avoir besoin de vous par contre car si on veut réussir, il faut planifier sérieusement nos affaires. Nous voulons faire de Raknar un chef. Pour ce faire, il faut alimenter sa légende. Il va falloir lui donner de la visibilité. Ce n’est peut-être pas dans vos principes mais on va vous équiper avec du matériel de pointe. Écoutez bien…»

Avant de sauter aux barricades, qu’ils écoutent donc ce que j’avais à dire. Pour que Raknar prenne en importance, il fallait lui donner de la visibilité. Pour lui donner de la visibilité, il lui faudrait de l’équipement de communication dernier cri. Que Raknar puisse parler et se faire entendre d’un maximum de Trandoshans. Il fallait aussi qu’il passe pour un libérateur. Si Raknar devait devenir chef suprême de Dosha, ce serait parce qu’il serait un dirigeant juste. Pour ce faire, il devait aussi montrer sa générosité. Dans l’état actuel des choses, le clan Raknar n’avait pas beaucoup à offrir à ses voisins, à sa patrie. Par contre, imaginez maintenant que les Trandoshans pensent que Raknar était suffisamment important, suffisamment puissant pour pouvoir négocier directement avec moi, sans intermédiaire? Cela impressionnait, ce n’était rien de la dire.

Dans les faits, la très grande majorité de mes sous-contractants me parlaient directement mais ce n’était pas de notoriété publique. Maintenant, imaginons autre chose. Par son charisme et son leadership, Raknar réussi à obtenir du CDZ de l’eau et de la nourriture, soit la base pour faire survivre son clan. Puis graduellement, des médicaments, des choses utilitaires, en manque cruel sur Dosha. Imaginez que Raknar, dans sa grandeur d’âme et par respect des traditions de Dosha, commence à aider son prochain? Il allait attirer à lui les laissés pour compte, les autres clans plus ruraux, ceux qui vivaient dans l’ombre des urbains et qui peinaient à survivre. Ces gros lards de la ville ne pourraient que regarder, impuissants. Le concept de don ne leur passait tout simplement pas par la tête. Raknar serait vu comme le Juste, celui qui n’hésite pas à donner aux autres.

En sauvant son prochain, il sauvait un enfant de Dosha donc une part de l’âme de la planète. Comme une trainée de poudre, sa réputation se répandrait aux quatre coins de la planète. Les puissants paniqueraient, chercheraient à le tuer. Évidemment, Raknar en triompherait, montrant ainsi sa grandeur en tant que guerrier. Petit à petit et avec l’aide du CDZ, une nouvelle ville se bâtirait, les terres redeviendraient fertiles et dans cette enclave où les vraies valeurs de Dosha avaient cours, de plus en plus de Trandoshans serait conquis par le feu patriote brûlant dans le cœur de Raknar. Le mouvement deviendrait planétaire et avec moins de sang qu’on pourrait le croire, la révolution de Dosha chasserait ceux qui s’étaient écartés de ses enseignements. La CSL et les Wookies ne pourraient rien y faire, à moins de vouloir se frotter à nous.


« Ainsi, avec notre soutien, notre matériel mais avec vos valeurs et vos efforts, nous combinons deux modes de vie, deux façons de penser et nous redonnons une partie de sa gloire à Dosha. Ensuite, si tout se passe bien, vous serez assez forts pour forcer la CSL à lever son blocus. Au pire, si vous menacez de faire appel à l’AG, ils risquent de vraiment reconsidérer leur point. Un bon bluff quoi! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Mer 27 Mar - 23:52

" La Terre n'est pas un don de nos parents. Ce sont nos enfants qui nous la prêtent. C'est en leurs noms que nous devons continuer dans nos Voies. Et même si en ce jour, un jeune à été blessé, nous n'avons pas peur de faire face. "Marche en harmonie avec l'univers tout en étant conscient de ce que tu es." dit un proverbe de chez nous. Vous savez, les Trandoshans ne sont pas tout à fait ceux que l'on veut bien décrire. "

Galdur regarda de droite, à gauche, les steppes, le ciel, la poussière, les plantes grasses, sa famille.

"Nous autres avons toujours aimé et respecté notre planète. Que des hommes tentent de la modifier nous préoccupe énormément. Sachez qu'il est toujours plus difficile de rétablir l'équilibre naturel que de produire un déséquilibre. Notre existence terrestre n'est qu'une partie de notre voyage vers le monde des esprits, et il est essentiel de bien le préparer. Selon nos enseignements traditionnels, la façon dont nous vivons notre existence terrestre influence notre voyage spirituel. Si nous sommes amers, coléreux et pleins de remords, notre voyage s'en ressentira. C'est pourquoi nous pensons que l'existence terrestre est sacrée. Chaque jour doit être un bon jour, avec plein de pensées et de sentiments positifs mais aussi de triomphes et d'épreuves pour devenir plus forts, car nous ne savons pas quand nous devrons quitter cette terre. Ces sentiments existent encore sur Dosha Zann, les Trandoshans ont été très déstabilisés et touchés par toutes les crises que nous avons traversés. Aujourd'hui, ils ne savent plus vers qui et où se tourner. Mais ce qui fais de nous ce que nous sommes n'est pas mort. Dosha est encore un symbole, même si il est enfoui, dans l'esprit de bien de mes congénères."

Un autre sourire même si plus réservé et une sorte d'étincelle dans le regard. Galdur baissa un peu la tête.


" Je suis heureux. Pas parce que la situation pourrait tourner à notre avantage. Je suis heureux parce que vous essayez de comprendre notre peuple. Nous sommes terrifiés par l'expansionnisme si propre à certaines races. Nous sommes des guerriers, pas des conquérants, notre planète reste la seule et unique que nous possèderons réellement. Ce n'est que parce que la Galaxie le veut, que nous nous aventurons vers les étoiles. Parce qu'il y a d'autres défis là-bas et que nous devons nous préparer. Car nous savons que nos têtes sont mises à prix et que n'importe qui peut s'en prendre à nos ressources.

Galdur s'assied sur une pierre et tira son coutelas en Charlon, il le leva et fit briller son fil à la lumière du soleil. Le reflet que renvoya la lame tranchante fit briller l'oeil du Trandoshan et la marque rouge qui cernait sa joue.

" En ce jour, j'entre enfin à plein pieds dans ma Voie. On dit que ce n'est pas le Trandoshan qui choisit son chemin mais... La route qui emmène le guerrier à l'aveugle. "

L'arme continuait de briller dans ses doigts.

" La lame d'un Trandoshan est ce qu'il y a de plus important pour lui. C'est elle qui scelle ses engagements et ses actes futurs... L'Alliance Galactique est une carte que j'ai prévu... Je crois que j'irais prendre contact avec eux. Qui sait, peut-être qu'ils accepteront... Mais pour l'heure, ce qui importe...

Galdur regarda à sa droite et tomba sur le regard fixe de son père. Il tourna un peu la lame de l'arme et l'apposa très légèrement sur son poignet avant de passer doucement pour se faire une très légère entaille. Le sang s'écoula et tâcha un peu le métal. Galdur inspecta un instant la plaie avant de la frotter avec de la poussière du sol. Par la suite il tendit l'arme par le manche à Zann. Ghrakhowsk. En signe d'acceptation de sa proposition. Raknar ne broncha pas. Signe qu'il approuvait.

" Ce qui compte, c'est que je deviens aujourd'hui adulte.

Galdur Raknar avait officiellement tout juste quitté le rite de passage et était désormais engagé dans sa propre Voie en choisissant son modèle puis, en laissant son sang sur son arme et en améliorant l'image de sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Jeu 28 Mar - 3:17

« Autant le demander avant de faire une connerie : je fais quoi avec ta lame? Parce que, et ne le prend pas mal, je ne vais pas m’entailler la peau. Question de principes, je suis sûr que tu peux comprendre ça. Par contre, j’ai d’autres façons de sceller un accord, si c’est ce que ce rite veut dire. Ça, je n’y vois aucun inconvénient. Après tout, on est dans le même bateau maintenant. »

M’entailler la peau… Premièrement, étant faite de Denantium, ma « peau » est plus résistante que la moyenne, ensuite, mon sang ne sera pas rouge mais métallique. Enfin… Techniquement, il va apparaitre rouge mais se dissiper excessivement rapidement, comme s’il s’évaporait. Autrement dit, pas trop subtil. Comme je n’ai pas envie que l’on soit au courant de ma véritable nature, j’évite ce genre de rituels, de pratiques et autres. Question de logique élémentaire. Je n’avais pas passé plusieurs existences à me faire passer pour quelque chose que je n’étais pas pour me faire avoir par un truc aussi éculé. Mon secret était et continuerait d’être bien gardé. Ina savait, Urai savait et c’était bien assez pour moi. Le clan Raknar au complet? Jamais de la vie. Ce serait bien une des dernières choses que je voulais. Trop de gens.

Je réfléchissais en même temps à ce que Galdur avait dit… Impliquer l’AG dans les affaires de Dosha était une mauvaise idée. J’avais clairement parlé d’un bluff et non pas de négociations. La dernière chose que je voulais, c’était que l’AG prenne la place de la CSL et tente de m’évincer. Quoi? Je n’allais pas investir pour libérer Dosha sans profiter des fruits de mon labeur. Les Trandoshans serviraient dans le CDZ, un point c’est tout. Ce sont de bons guerriers, de bons traqueurs, des gens débrouillards, tout ce qu’il faut dans une organisation criminelle. Le retour sur investissement ne se ferait pas de façon monétaire ou matérielle. Il se ferait en services rendus au CDZ. Une entente honnête où les Trandoshans avaient la meilleure part du gâteau, à mon avis. Parfois, il fallait accepter certaines concessions pour obtenir le meilleur des résultats.

Décidément, arrêter mon choix sur les Raknar était encore plus intelligent que je ne le croyais. Avec les Raknar aux commandes, je savais que j’aurais des gens fiables pour m’épauler dans mes opérations. J’allais en faire baver aux Wookies, ne serait-ce que pour m’amuser un peu. Quand les Trandoshans recommenceraient à s’armer et à se faire des vaisseaux capables de se battre, la CSL n’aurait d’autre choix que de négocier avec Dosha si elle ne voulait pas se retrouver avec une guerre ouverte avec le Consortium de Zann. La plus petite invasion serait vue comme une déclaration de guerre et si Dosha ET le CDZ passaient du côté de l’AG, la CSL se retrouverait à livrer une guerre sur trop de fronts pour espérer l’emporter. Si le CDZ entrait en guerre, ce serait le CDZ, ses alliés et ses sous-traitants. Et ça, j’en avais plus qu’on ne le croyait.


« Au fait… Un petit détail. La minute où l’un d’entre vous fait ne serait-ce qu’un marché avec un Hutt ou un de mes ennemis, à quelle que soit l’étape de mon plan de libération, je retire mon support et mes fonds. Si vous marchez avec moi, vous marchez contre mes ennemis. Quand Dosha sera libre, je m’attends à ce que ces engagements soient maintenus, naturellement. Vous n’y voyez pas d’inconvénients? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Jeu 28 Mar - 16:40

Galdur secoua un coup son coutelas, en attendant quelque chose.

« Prenez le. Ne vous inquiétez pas, c'est juste une forme d'accord symbolique ici. Le sang d'un Trandoshan et sa lame correspondent à son identité. Tant que mon sang restera sur ce couteau et qu'il sera en votre possession, nous pourrons prouver que nous coopérons. Et moi... Je pourrais prouver que j'ai définitivement fais mon choix et quitté l'initiation. C'est un peu comme les papiers que vous signez...Sauf que ce genre d'outils dure éternellement. Si un jour, vous renoncez à tout cela, effacezle sang, mais cela marquera à jamais la fin de notre collaboration.»




L'arme fut secouée de nouveau et Galdur hocha la tête en réfléchissant aux paroles suivantes. Maintenant qu'il n'était plus un initié qui faisait ses premiers pas dans la nature en attendant qu'on daigne lui accord le passage à l'âge adulte et l'entrée totale dans la Voie du guerrier, méthode de vie et d'esprit Trandoshan qui se base sur la valeur morale et les capacités physiques, beaucoup de possibilités s'étaient débloquées : Se marier, fonder sa propre famille, avoir un statut en société, faire carrière dans la religion et l'armée ou tout simplement avoir la possibilité d'agrandir le territoire familial en recueillant ses propres terres. Une autre se débloquaient à nouveau : Être héraut de famille et pouvoir librement porter les couleurs du clan en ville ou dans l'espace.




« Non. Je ne changerais pas de mentor. Mentir est décevoir la Déesse. Décevoir la Déesse est symbole de déshonneur et le déshonneur, porté à ses limites, est signe d'être rapidement déshérité. Nous ne sommes pas non plus des roublards. Seulement des chasseurs. Ne vous inquiétez pas pour l'AG, je ne compte pas les inviter, seulement m'assurer qu'ils sachent que la voix des Trandoshans résonnera et qu'ils risquent d'entendre parler de nous... Cela donnera peut-être naissance à un confort plus important pour nous tous, si nous parvenons à améliorer notre réputation. »







Tout restait à faire, maintenant que Galdur était libéré des chaînes du rite de passage. C'était maintenant que la vraie vie commençait. La première chose à faire était la préparation. Et le meilleur ami du Chasseur : Le couteau ( Bien que sur Dosha, on appelait « couteau » ce qui passait pour des coupe-coupes sur terre ), véritable trait de la personnalité Trandoshan et morceau de son histoire, restait la première chose à voir. Il réfléchit.




« ...En os, en métal, en pierre taillée, en carapace, en écaille ou en cornes ? »

Marmonna t-il pour lui même.




Pendant que Galdur réfléchissait à ce qui serait son meilleur compagnon pendant le reste de sa vie, Raknar s'approcha, un air satisfait sur la figure. Le soleil commençait à descendre tout doucement.




« Nous louerons votre générosité, Zann.Ce fut une journée très riche en enseignements et en surprise. Même si nous avons un blessé imprévu... Nous devrions aller nous occuper de lui, la famille à besoin de passer cette soirée ensemble afin de réfléchir sur ce que nous ferons et pour célébrer la fin de l'initiation de Galdur. Je suis ravi, jahumba. Vous êtes une vraie amie de Dosha. Vous voudriez rester cette nuit ? A moins que vous n'ayez des tâches à distribuer dés MAINTENANT. J'aurais penser commencer cela après un peu de repos.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Jeu 28 Mar - 20:11

« Oui bon, va falloir placer ça sous vide sinon il va se dégrader ton sang et disparaitre, avec le temps. Ce serait con qu’en pleine bataille je me retrouve avec une lame sans sang quoi. C’est toujours dans les pires moments que ces conneries arrivent. Je vais mettre ça avec ma collection d’armes, tiens… Ce sera une sympathique addition. Des armes Trandoshans, à bien y penser, je n’en ai pas des masses. »

J’aurais préféré un contrat signé à une arme pleine de sang mais bon, chacun son truc. Les Trandoshans n’étaient pas comme les autres, à coup sûr. Ils faisaient les choses selon leurs traditions qui à mes yeux était d’un archaïsme mais bon. Le produit final était intéressant alors pourquoi s’en plaindre? De bons guerriers, ce sont souvent le produit de traditions martiales se basant souvent sur des trucs éculés. Les mandaloriens tiens, par comparaison. De penser qu’ils sortiraient un jour de toutes ces histoires mystiques était de l’ordre de l’utopique mais bon. On ne doit pas trop se plaindre, dans la vie. Il faut faire avec ce qu’on a si on veut avancer. Reculer, ça ne sert strictement à rien. Au moins, dans la situation actuelle, je savais que je n’aurais pas de problème avec les Raknar. Ils écouteraient ce que j’avais à dire et je doute qu’ils s’en plaignent.

Quand le patriarche commença à me faire la causette, moi j’avais déjà es choses en tête. Entre autres choses, mes troupes au sol. Il allait bien falloir que je leur dise quoi faire, je n’allais pas laisser mes gars faire le poteau en attendant des ordres sur une planète semi hostile. Avoir les Raknar de son bord, ce n'est pas avoir la planète e son côté. Enfin, pas pour le moment. Est-ce que j’allais leur dire de monter le camp près des terres des Raknar? Peut-être qu’ils n’aimeraient pas voir des étrangers chez eux mais en même temps, ils étaient alliés au CDZ maintenant. C’était décidé : mes gars allaient venir pas trop loin et établir un poste de commandement temporaire. Raknar s’occuperait de sa bande et moi de la mienne. Chacun son travail quoi, ça évite les problèmes. Ils sont sympas les Trandoshans mais des fois, j’aime parler avec des humains…


« Pas d’ordres pour ce soir, par contre je dois aller parler à mes troupes au sol. Je les ai quand même pas fait. J’ai dans l’idée que les autres familles risquent de de vouloir une revanche parce qu’on les a évincé et que vous êtes mes alliés maintenant. C’est toujours comme ça quand quelqu’un ou un groupe de personne devient le favoris d’un plus fort. Le prenez pas mal, c’est pour l’image. »

Après avoir salué Raknar, Galdur et les autres, je me dirigeai vers mes p’tits gars pour donner mes ordres. Un camp temporaire fut monté pour la nuit et si un Raknar ou deux voulait se joindre à nous, ce serait son affaire. Moi, je passais la nuit dans la civilisation que je connaissais. Après avoir été récupérer mon vaisseau, bien sûr. Au prix qu’il coûtait, hors de question de le laisser dans la nature, sans surveillance… Même sous champ de dissimulation. Je voulais aussi un topo sur ce que disaient la CSL et les Wookies. Ils devaient bien être en pleine discussion et nos méthodes d’espionnage des communications étaient très efficaces. Si quelque chose de désagréable se préparait, je voulais le savoir et vite. Si je savais que ce serait prodigieusement stupide de tenter un coup foireux, cela ne voulait pas dire qu’il ne serait pas tenté pour autant. Les choses progressaient, en tout cas, lentement mais sûrement...


Dernière édition par Talia Zann le Dim 31 Mar - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   Dim 31 Mar - 1:02

Ils partirent eux aussi de leurs cotés tandis que le soleil commençait à se cacher derrière une dune de la planète. La tête pleine de leçons et le cœur regonflé, les Raknar allèrent se préparer à la nuit qui allait suivre. Un petit avait besoin d'aide. Si sur le coup, personne n'avait réellement été choqué, une fois isolés et enfin entre eux, les Raknar se laissèrent plus aller à leurs vagues d'émotions. Rien de bien folichon mais une certaine ambiance maussade régnait. Sans qu'un mot soit échangé, on avait fait un feu au milieu de la caverne dont la fumée s'échappait par les trous dans les cavités des murs, découpé entièrement le bantha de ce matin, couché les enfants dans la réserve qui, par sa chaleur, faisait aussi office d'incubateur. Restait le corps endormi du jeune à coté du feu, sur le dos, entouré de sœurs et de frères soucieux de son état. Demain, on l’emmènerait en ville où il aurait des soins plus conséquents. En attendant, les bandages souillés de sang apposés sur son ventre devraient faire l'affaire. Certains mangèrent un peu, d'autres pas. Quelques paroles furent échangées sans grand enthousiasme et quand l'un tenta de chanter, on lui demandant poliment de bien vouloir se la fermer.

Quand à Galdur ? Eh bien, il était coincé en privé, dans la chambre des parents. L'endroit était circulaire, chaud, confortable et éclairé par un flambeau sur le mur. C'était plusieurs peaux de quelconques animaux qui faisaient office de draps et de matelas. Pas de trophées ici mais ces curieux cercles de peaux, de dents et de cornes accrochés au mur qui étaient censés chassé les idées noires. Et... Pour autant qu'on dise, le lit aussi, semblait bien chaud et propice au sommeil et au confort. Galdur se permit de penser qu'il n'y avait que difficilement mieux comme endroit pour prolonger la lignée, après tout, c'était un nid propice à la détente. Il jalousa son paternel pour avoir le luxe d'un endroit aussi bien fait. A coté de cela, les plateformes murales qui étaient certes agréable car proposait un espace bien à soit en hauteur afin de penser tranquillement à ses propres rêves semblaient désagréables.
Seulement, il n'était pas là pour parler déco, il était là pour faire le bilan de la journée. Galdur savait que cette discussion était inévitable et cruciale. Raknar et son épouse devaient parler de l'avenir. Avec Galdur. Ils étaient assis l'un à coté de l'autre sur la peau de bête, Galdur se tenait debout les bras derrière le dos.
" C'était une drôle de journée... Je savais que quelque chose arriverait, en lisant tes messages... Mais..."
" Ce n'est pas si terrible que cela."
" ... On dirait qu'encore une fois, le temps change les gens et les choses. Tu n'imagines pas à quel point notre famille va être glorifiée si tout cela se passe comme prévu... Pourtant... Pense tu que nous pouvons lui faire confiance."
Un silence.
" Ouais. Je pense qu'on peux. Je veillerais personnellement à la punition si quelque chose tourne mal."
" Serais tu assez grand mon garçon ?"
" Je suis un homme à présent."
" Oui. Tu l'as mérité. Ce Traître... Le chaman à reconnut que c'était ta cible et Zann aussi... Cela contribue à améliorer notre image. Mais c'est ton prisonnier. Tu as obtenus ton premier trophée, aujourd'hui. "
" C'est difficile de prendre conscience que les enfants grandissent. Chaque fois qu'un des notre devient un Chasseur à part entière, je me souviens que ma vie sur ces terres n'est que passagère et que tôt ou tard, nous partirons à notre tour." Marmonna la mère de Galdur.
" Les oiseaux font leurs nids. Mais je vous serais éternellement reconnaissants pour ce que vous m'avez apporté. Et puis, nous avons encore du temps à passer ensemble.
" Alors mon fils ? Que compte tu faire après tout ça ?"
" Eh bien... Je vais tout d'abord vous aider ici, sur Dosha. Zann aura besoin de nous. Imaginez, les Raknar qui entrainent la population. Nous serons propulsés sur la scène... Mais je veux que cela se fasse dans le respect de ce que nous sommes. Cette crise à trop durée.
" Nous sommes d'accord. Je commencerais par aider les Barn. Ils vont se ruinés à payer les soins de ton frère... Mais je ne les laisserais pas mourir de soif dans leur trou. C'est un grand jour pour nous, Galdur, mais ce n'est que le commencement, le plus dur reste à venir.

Galdur hocha la tête.

" Être un petit poisson dans une grande mare à des avantages mais aussi des inconvénients. Voyons jusqu'à quel point nous pourrons grandir. Dites aux autres de garder le moral. Bientôt, nos cœurs seront de nouveau mis à l'épreuve.









[ Eh bien voilà. Je te propose de clôturer cette partie du RP pour le moment et de faire une pause. ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Trandosha] L'ennemie de mon ennemi [ Pv - CDZ ] [ Terminé ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: