Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Attraction fatale [Ryaaz' are' Nuruodo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Attraction fatale [Ryaaz' are' Nuruodo]   Mer 6 Mar - 18:35

«-Nous continuons de perdre de l’altitude mon amiral ! »

*Réfléchis réfléchis réfléchis…*

« -Bon… Amorcez la procédure d’atterrissage, et activez la balise de détresse… Je veux un message prévenant de notre situation à direction de quiconque aux alentours toutes les 10 minutes.
-Bien madame ! »

Le poste de pilotage était animé… Tous se précipitaient pour exécuter ses ordres, alors que le bâtiment entrait dans l’atmosphère de la planète. Le mal de tête d’Aerys empirait également, avec la situation. Le cuirassé de classe turbulent plongeait vers le sol, ralenti et stabilisé par ses propulseurs, mais n’en perdant pas moins mètres après mètres.
Durant les premiers moments de leur chute, on s’était tourné vers elle avec l’impression qu’elle pouvait provoquer un miracle… Mais ce n’était pas de l’ordre du possible, aussi avait-elle fait de son mieux pour limiter les dégâts, pour éviter de perdre leur vaisseau… Maintenant ils allaient se poser sur une planète inconnue, d’où la gravité emballée les empêcherait de redécoller, les coinçant sur place.

Ils étaient dans un système hors des cartes de l’alliance galactique, coincés dans l’atmosphère d’un astre tout aussi mystérieux… On l’avait chargée d’effectuer une mission de reconnaissance et d’analyse de ce système, à l’aide d’une flotte qui comprenait quelques vaisseaux, mais juste assez pour effectuer leur tâche, le reste était mobilisé à cause des tensions avec la confédération.
Elle aurait dû être au milieu de ses troupes en réalité, mais rien ne l’agaçait plus que l’attente d’un conflit qui était sur le point de se déclencher… Aerys était persuadée que cela finirait en conflit armé depuis l’échec des négociations avec la CSL, et s’en doutait bien avant, alors à quoi bon attendre ? Mais c’était de la politique, et elle était là pour préparer la guerre, pas pour la déclarer.


Quant à l’expédition, en arrivant dans le secteur, la femme avait séparé sa flotte en cinq groupes, chacun chargé d’explorer des coordonnées particulières… En réalité, deux feraient le tour par l’extérieur du système, deux en exploreraient les périphéries, et son groupe serait celui qui irait explorer le centre de l’endroit. Deux vaisseaux important composaient l’expédition : un destroyer de classe turbulent, et une frégate nébulon-b2… Autant de matériel piégé par l’attraction gravitationnelle de l’astre. Les chasseurs, à l’abri de leurs hangars, avaient pour le moment interdiction de décoller, pas question qu’ils finissent écrasés au sol.
Ayant enfin trouvé une planète potentiellement habitable, les deux bâtiments s’étaient empressés de l’approcher, afin de l’explorer plus avant, et découvrir peut-être des formes de vies... Jusqu’à avoir découvert qu’en réalité, c’était une énorme sucette… Sur laquelle les mouches restaient collées. Pour arranger la situation, l’amirale avait l’impression que toute la cantina s’était mise à faire la fête sous son crâne, et cela la rendait passablement irritable… Et déconcentrée.


« -Bon, préparez le matériel de combat au sol, je veux une troupe sur pied pour explorer les environs dès que nous aurons touché terre… Et un rapport détaillé de la zone, des caractéristiques de l’air de la planète, et la nature du sol. Et je veux aussi savoir pourquoi on est bloqué par cet aimant géant. Exécution ! »

Un homme de plus partit vers le fond du vaisseau, pour prévenir le corps expéditionnaire embarqué qui se tournait les pouces depuis le début qu’il allait bientôt être l’heure d’entrer en piste. Au moins ils se rendraient utile, et ça éviterais à l’équipage de les avoir dans les pattes… Elle ordonna à l’opérateur radio de contacter la flotte la plus proche, peut-être pourraient-ils être secourus dans un laps de temps assez court ?

Aerys eut une pensée pour son executor, qui l’attendait bien au chaud, et dans lequel elle n’aurait jamais eu à subir de tels désagrément… Mais se lamenter sur ce qui n’était pas là ne servirait à rien. Elle attrapa sa canne laissée à ses côtés, et laissant quelque derniers ordres pour l’atterrissage forcé, elle mit le cap vers les quartiers de l’intendance… Une fois sur place, et avec une aigreur à en faire pâlir un mort, elle attrapa le premier qui passait par ici et semblait vaguement connaître son affectation pour lui poser une série de question rapide :


« -Je veux savoir très exactement quels équipements de combat terrestre nous possédons et en quel nombre ; combien de temps nous pouvons tenir sur cette planète avec nos réserves actuelles, et si nous avons de quoi approfondir nos connaissances de cette planète.
Pour elle-même, elle ajouta : maintenant que nous sommes sur place…
-Euh… Oui madame ! Je crois que nous possédons une dizaine de TB-TT et TR-TT, plus l’équipement pour la plupart de l’équipage… Quant à nos ressources consommables, on peut bien tenir un an ici avant de manquer, mais il me faudrait faire un point plus approfondi pour être plus précis m’dame… Et je crois que nous avons des appareils scientifiques, mais j’ai pas la moindre idée de comment ils marchent… Mon amiral, ajouta le jeune homme après un temps de retard. »

Bon… Ils ne manqueraient pas de matériel, et s’ils ne s’aventuraient pas trop hors du vaisseau, ces hommes ne devraient pas finir à l’état de pâté pour chat… Ou tout autre prédateur pouvant habiter l’endroit. Tout bon commandant se devait de connaître également la partie ennuyante de son administration… Et maintenant qu’elle était rassurée, Aerys pouvait continuer à laisser d’autres s’occuper de leurs ressources.
Continuant sur trois pattes, elle reprit la direction de la passerelle… Il y avait encore à faire pour organiser leur survie ici, et pas question de négliger cet aspect. Et puis, ce n’était ni son bâtiment, ni ses hommes, alors s’entretenir avec l’amiral en charge ne lui ferait sans doute pas de mal.



Dernière édition par Aerys Veers le Ven 15 Mar - 14:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Attraction fatale [Ryaaz' are' Nuruodo]   Ven 15 Mar - 0:23

Azaren avait encore eu peu de temps pour se remettre de son ascension au poste d'Amiral par intérim de l'Escadron de la Mort, étant donné que l'Amiral précédent ne pouvait pas l'assurer. Il avait reçu quelques jours avant un communiqué lui présentant son accès à tout ce qu'un tel grade avait comme prestige et ressources disponibles. Notamment le Super Destroyer Stellaire "Gungnir". Et lui qui venait de faire moderniser le "Legislator, c'était pour ainsi dire, pas de veine. Mais ce manque de chance fut rapidement éclipsé quand il reçut un second communiqué, du Grand Amiral Veers (oui, décidément l'AG était pleine de noms illustres, et ils tombaient tous sur lui), lui ordonnant à demi-mot de participer avec elle à une mission d'exploration des Régions Inconnues, afin d'évaluer ce qui s'y tramait et pouvoir prendre l'ascendant sur la CSL.

A première vue, cela contrariait le chiss : lui qui se démenait pour faire résusciter l’Empire de la Main, il allait en plus devoir camoufler ses actions d'une flotte de reconnaissance de l'AG.... tant pis. Tout cela était allé très vite : il avait pris possession du Gungnir, rempli la paperasse pendant quelques jours, fait passer la nouvelle à sa famille en un message expéditif et avait dû repartir.

N'ayant jamais eu l'occasion de poser les pieds sur le plancher d'un Super Destroyer Stellaire, il fut agréablement surpris par le silence qui régnait à bord, malgré la taille dantesque de l'engin. Sa vitesse aussi, assurée par les 16 moteurs à ions, était assez impressionnante, du moins comparée à celle d'un DSI. Tout à l'intérieur semblait tout droit sorti d'un rêve mégalomane dans le style de Palpatine ou Daala, avec des détails absurdes comme certains inserts en matériaux de luxe, sur la passerelle notamment.

L'armement était bien entendu impressionnant, au même titre que les quantités d'énergie nécessaires pour alimenter le tout. Azaren était d'une part satisfait de tant de puissance de feu, mais d'une autre le fait d'être si visible et important stratégiquement lui pesait, aussi bien en termes de stratégie qu'en termes de responsabilités additionnelles.

Arrivé dans les régions inconnues, il avait pris contact avec l'Hyperion de Veers, et avait fait la jonction entre l'Escadron de la Mort et les forces du Grand Amiral. Sa première impression avait été plutôt bonne, par holocom. Il n'avait pas eu l'occasion de la croiser quand, arrivés à destination, ils avaient décidé de se rejoindre sur le Nighthawk, destroyer Turbulent de l'Escadron. Cela leur permettait de passer plus inaperçus et de devoir composer avec le moins de vies à mettre en danger s'il y avait un sérieux problème. Azaren avait jusque là entraperçu Veers en arrivant sur le vaisseau, et, la voyant occupée sur la passerelle, il s'était rendu au mess. Il faut dire qu'il avait, avec toutes ces pérégrinations, oublié de manger.

Entrant dans la salle des officiers, il put distinctement sentir la pression monter et les voix se taire à son passage. N'y prêtant qu'une attention distante, son repas se déroula plutôt bien. Quelle ne fut pas sa surprise quand son caf, qu'il était en train de terminer, manqua de se renverser sur lui et que la gravité se mit à débloquer. Laissant la tasse se fracasser sur le sol du mess, il se dirigea à grandes foulées vers la passerelle. Des dizaines d'hypothèses se formant sans sa tête, il pensa d'abord à un rayon tracteur, mais quelque chose d'assez fort pour attirer un destroyer devait être gigantesque, et cela n'augurait rien de bon. Un filet conner géant peut-être, qui les aurait touché au moment de passer à côté d'une planète.

La passerelle apparut, et le Grand Amiral semblait perdre un peu patience. Azaren remarqua qu'elle se tenait sur une sorte de canne, et qu'elle ne faisait pas vraiment les deux ans qu'elle avait de plus que lui selon Holopedia. Il resta planté à l'entrée de la passerelle, attendant qu'elle remarque sa présence, tout en activant un datapad qui lui transmettait l'état du vaisseau. Au moins, rien ne semblait endommagé... sauf cette gravité décuplée qui les attirait vers une planète inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Attraction fatale [Ryaaz' are' Nuruodo]   Ven 15 Mar - 16:45

Le son de sa canne sur le sol en acier du turbulent résonnait dans le couloir. Devant elles, les hommes couraient en tous sens pour préparer l’atterrissage… Mais tous s’écartaient dans un silence respectueux lorsqu’il s’agissait de laisser passer la Grande Amirale… Bien qu’elle n’aurait pu en nommer qu’un sur cent, elle qui se faisait un honneur de connaître les noms de tous ses hommes.
Elle avait maintenant les données administratives en tête, et essayait de composer avec ce qu’elle savait… La planète avait été déclarée comme habitable, tout au moins elle possédait une atmosphère et de l’eau à sa surface… Mais une fois sur le sol, il serait peut-être même compliqué de se tenir debout, et pour elle et sa jambe blessée, cela ne serait sans aucun doute pas une partie de plaisir.

Le battant se renfonça dans le mur alors qu’elle revenait sur la passerelle… Ils se trouvaient à présent dans les nuages, mais aucun rapport ne faisait état d’un crash à venir, ils pourraient se poser… Pas dans les meilleurs conditions, mais cela restait possible. Un grand plateau surélevé leur servirait de base d’opération décida l’amirale, et le bâtiment obliqua dans cette direction, en descente constante.


« -Est-ce que nous avons reçu une communication ?

-Non madame, pas de réponse pour l’instant.

-Bien, continuez de transmettre. »

Du coin de l’œil elle remarqua la personne qui aurait dû être à la tête du bâtiment si elle n’y avait pas mis son grain de sel : l’amiral Azaren… Il était en réalité Amiral par intérim lui avait-on dit, mais à la tête de l’escadron de la mort, aussi c’était quelqu’un avec qui il fallait compter. Celui-ci avait un peu de caf renversé sur son uniforme, et, étant tout juste arrivé sur la passerelle, semblait se rendre compte juste maintenant de la situation.
Il pianotait sur un datapad, visiblement se renseignant sur les conditions exceptionnelles auxquelles faisait face le bâtiment… Peut-être aurait-il un conseil avisé à lui donner, et toute idée constructive lors d’une situation exceptionnelle serait la bienvenue… Innover n’est pas une mauvaise chose, sa carrière déjà longue le lui avait appris… Le Chiss quant à lui était sensé avoir environ 2 ans de moins qu’elle, mais il paraissait plus âgé que l’amirale.

Cette dernière se dirigea vers lui, observant avec intérêt la prunelle rouge sang de ses yeux… Les différences entre leurs espèces étaient fascinantes, et elle devait admettre qu’elle trouvait ses yeux presque obsédants… Mais elle était Grande Amirale, dans une situation critique, aussi elle n’avait guère le temps de penser à cela…
Elle s’approcha donc de lui, au milieu de tous les hommes qui s’affairaient dans le poste de pilotage, mais pas un ne la bousculait, ils y faisaient tous bien garde… Une fois aux côtés du Chiss, elle prit la parole d’un ton calme et posé :


« -Bonjour Amiral, heureuse de voir que vous avez réagi rapidement. Je doute qu’il y ai grand-chose à faire pour nous sortir de ce mauvais pas, mais si vous avez une idée… Eh bien, je serais fort aise de l’entendre. »

Elle fut interrompue par un jeune aide qui lui demandait comment devrait se comporter la nébulon b2… Après quelques secondes elle lui répondit de la faire se poser à nos côtés, et de voir si nous pouvions mettre en commun nos ressources, et trouver un moyen pour que cet atterrissage ne sème pas le chaos parmi les hommes. Et, elle souhaitait savoir combien de personnes se trouvaient sous ses ordres également, ainsi que les avoir toujours à portée de main. Après avoir réglé cette affaire, elle se retourna à nouveau vers son premier interlocuteur, et ajouta :

« -J’ai fait préparer une expédition sur la planète, ils partiront dès que nous seront posés… J’avais dans l’espoir d’assister à leur départ avant de m’occuper d’affaires plus importantes, mais j’aimerais également votre avis sur la façon dont je devrais gérer cette crise… Je n’aime guère ce genre de situations, et un avis avisé me serait d’une aide précieuse, je vous l’avoue. »

Sans attendre réellement de réponses de sa part, elle prit le chemin du hangar du vaisseau d’où partiraient les soldats chargés de l’exploration… Son invitation à la suivre était rhétorique en réalité, et elle attendait qu’il la rejoigne pour pouvoir discuter plus avant de la situation… Lui avait deux jambes en état de marche, qu’il s’en serve pour la rattraper !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Attraction fatale [Ryaaz' are' Nuruodo]   Lun 1 Avr - 19:06

Azaren, reprenant de la contenance et une expression entre le sérieux et l'amusé, avait compris que la situation, bien que loin d'être idéale, n'était pas critique, ou du moins pas autant qu'il l'attendait en consultant le datapad. Ils chutaient assez doucement, et leur vecteur d'approche indiquait qu'ils se dirigeaient vers une grande plaine, ou un plateau, enfin peu importe. Ce qui importait à ce moment précis, outre le succès de leur atterrissage d'urgence, c'était de faire comprendre au grand amiral qu'il ne se livrerait à aucune bataille d'égo, ni aux classiques jeux de pouvoir affectionnés par les humains. Cela n'avait aucune place sur un vaisseau de l'Escadron de la Mort, et ce jusqu'à ce qu'il n'en ait plus le commandement. Il ne manqua rien du léger trouble qui la parcourut quand elle rencontra ses yeux incandescents, ses prunelles à la couleur qui dérangeait la quasi-totalité des non-Chiss. Il ne manqua pas non plus de remarquer qu'elle l'avait appelé Amiral, et cela lui rappela ce changement aussi subit qu'inattendu.

Ainsi donc, elle lui demandait son avis. Il en aurait sifflé, si cela avait eu lieu au mess ou dans un bar. Chose rare, Veers n'avait pas la grosse tête, contrairement à d'autres progénitures d'ex-stars impériales. Elle avait même l'air sympathique, s'il était possible de s'avancer jusque là. Au moins, il n'aurait pas besoin de clarifier les choses, tant il était clair que la compétition ne serait pas au programme. Quel soulagement!


Elle posa d'autres questions purement rhétoriques pour lui apprendre ce qu'il avait plus ou moins prévu : une expédition se préparait pour explorer cette planète visiblement habitable. Il ne se rappelait plus à cet instant sur quel vaisseau de l'Escadron était stationné le Major Drang, un des seuls à pouvoir mériter le qualificatif d'ami, avec le Capitaine Vishak du corps des Novatroopers et Yusani Raska, capitaine Echani du Legislator. Ah et sa demi-soeur, Zarynth, pilote de TIE Défenseur.
Il vérifiait les affectations de chacun quand l'Amirale partit en direction des hangars. Se depechant, le Chiss put saisir que si Drang et Zarynth étaient stationnés sur le Gungnir, Vishak et ses Novatroopers avaient eux reçu leur dernier ordre sur le Nighthawk, où ils se trouvaient sans doute encore.

Azaren glissa quelques mots à ce sujet dans l'oreille de l'officier de passerelle, puis s'affaira pour rattraper Madame Veers (Mademoiselle selon holopedia), qui avançait d'un pas décidé dans la coursive. Sa canne résonnait, les parois métalliques amplifiant le bruit sec et régulier. Cette canne lui donnait un petit air de vieillarde, air que son physique contrastait au plus haut point, si bien qu' il passait pour quelqu'un de plus âgé qu'elle. On objectera qu' approcher de la quarantaine ne rend pas vieux au sens propre du terme, et on aura raison.

Azaren arriva au niveau de la Grande Amirale et lui offrit son bras, dans un geste absolument spontané et sans vraiment d'arrière-pensées.


- Hum. Je pense que l'on devrait faire atterrir la frégate plus loin, son contingent de soldats pourra sans problème la défendre d'éventuels indigenes ou de la faune, s'il y en a. Cela nous permettrait de couvrir le plus de territoire possible, afin de pouvoir trouver ce qui nous attire sur cette planète. Au fait, est-on sûr que ce soit effectivement la gravité qui nous force à atterrir, et pas une sorte de système de défense ou quelque chose du style?
Quant aux éclaireurs, on pourrait essayer de les envoyer pour confirmer les scans, non? J'ai ordonné un scan de la surface pendant que nous sommes encore en vol, et une fois ceci fait j'avais pour plan d'envoyer nos derniers blindés TX, aussi bien pour essayer leurs nouveaux ordinateurs de bord que pour être sûr, au sujet de la gravité.





Dernière édition par Ryaaz' are' Nuruodo le Mar 2 Avr - 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Attraction fatale [Ryaaz' are' Nuruodo]   Mar 2 Avr - 13:50

Galanterie. Visiblement, l'amiral actuel de l'escadron de la mort était un gentleman, ce qui plaisait bien à Aerys. Il était poli et souriant, prompt à répondre à ses ordres et suffisamment malin pour que sa nomination ne soit pas un hasard... Ou un coup de piston. Madame Veers détestait les pistonnés. Il lui offrit son bras de la plus innocente des façons, simplement un homme qui aidait une femme handicapée, s'attirant un sourire de celle-ci.
Pour autant, il n'en était pas moins un stratège et un militaire accompli, et il n'avait pas oublié les ordres de sa supérieure. Il se lança dans une diatribe pour donner son avis sur sa façon de gérer la crise, et les modifications qu'il aurait souhaité y apporter, dans un soucis d'optimisation, et d'intérêt militaire bien évidemment... Il connaissait sa place, mais savait se faire écouter, ce qui était également une bonne chose. Une fois qu'il eut fini sa tirade, elle attrapa son bras en soufflant un petit:


«-Merci.»

Et son esprit se remit à tourner à toute vitesse. Ses conseils étaient loin d'être idiots, elle devait le reconnaître, mais peut-être peu réalistes. Elle intégra les éléments qu'il lui avait offert à sa réflexion pour donner un résultat plus complet, et inspecté sous le plus d'angles possibles. Quelques secondes plus tard, d'une voix assurée elle reprit la parole :

«-Je peux comprendre votre avis à propos du lieu d'atterrissage de la frégate, mais j'ai bien peur que nous soyons trop près du sol pour donner un contrordre, nous allons nous poser d'une minute à l'autre... Et, dans une pareille situation, je pense important de garder les hommes ensemble et proches de leurs chefs, pour éviter toute réaction excessive comme la panique... Ou la mutinerie. Toutefois, il sera sans doute possible de détacher une division pour former un camp avancé à l'extrémité du plateau, de façon à nous prémunir de toute surprise.
Pour la gravité, je vais vérifier, peut-être est-ce simplement un champ électromagnétique, mais je doute que les indigènes aient des systèmes de défense bien développés, si tant est qu'il y ait de la vie sur cette planète... Nous n'avons pas relevé d'émissions radio, et je ne crois pas que nous ayons détecté une quelconque technologie avancée, mais nous n'avons pas encore passé l'astre au crible. Dans tout les cas, je pense que nous devrions garder les blindées à distance réduite, pour assurer notre défense, et peut-être l'établissement d'un campement, qu'importe ce qui nous retiens ici cela risque de ralentir grandement leur vitesse de pointe.
Pour les éclaireurs, vous avez tout à fait raison, ils devront couvrir le plus de terrain possible aux alentours, et vérifier les résultats des scans, mais ce seront des troupes légères, trop d'armement les clouerais sur place, j'en ai bien peur... Mais s'ils sont prudents, tout devrait bien se passer.
»

La Grande Amirale faisait de courtes pauses entre chaque phrases, preuve qu'elle continuait de réfléchir à l'organisation de la mission... Pendant ce temps, le vaisseau continuait de descendre, et la coque tremblait légèrement maintenant, ils ne devaient plus être très loin du sol. Ce faisant, l'étrange couple bras dessus-bras dessous arriva au hangar qui devait servir de base de départ aux troupes d'exploration.
Le lieu était en pleine effervescence alors que tous se préparaient pour la sortie à l'extérieur, des hommes couraient d'un côté à l'autre de la salle en transportant des caisses de matériel. Au milieu, des soldats déjà équipés attendaient l'ordre de départ, en tenue et le blaster à la ceinture, fier symbole de l'armée de l'Alliance.

Toujours suivie du chiss, elle s'approcha d'une plateforme surélevée par rapport au niveau du sol, qui lui permettait de dominer la salle, et d'avoir un point de vue plus général de l'organisation de ses troupes.
En haut elle retrouva l'un des capitaines qui donnait des ordres ici et là, visiblement en train de parer aux dernières nécessités avant le départ de ses hommes... Il avait l'air soucieux, mais pas apeuré, on sentait qu'il s'inquiétait plus des failles qui viendraient de l'intérieur plutôt que du danger qui pouvait les guetter au dehors.

Laissant son collègue en plan quelques secondes, elle s'approcha de l'homme qui se retourna et se mis au garde-à-vous dès qu'il la vit. Elle s'arrêta à une trentaine de centimètres de lui, et baissa la voix pour qu'il soit le seul à saisir ses mots lorsqu'elle parle :


« -Capitaine, vous avez déjà reçu mes ordres je suppose. Toutefois, avant que vous partiez, j'aimerais les préciser quelque peu. Je veux que vous et vos hommes couvriez le plus de distance possible, car nous avons besoin de renseignement sur cette planète. Ne vous chargez pas trop en équipement, car quoique ce soit qui nous retienne ici, cela aura un impact sur vos facultés de déplacement.
Je veux un rapport transmis au vaisseau toute les deux heures, aussi précis que vous pourrez vous le permettre... Si vous êtes attaqués, par quoique ce soit, rentrez ici. Et, essayez de transmettre un message, il ne faut surtout pas que nous soyons aveugle, j'ai besoin de vous en vie. Et, tâchez de ne rien faire de stupide.
 »

Elle se retourna vers le chiss qui la suivait, celui-ci attendait patiemment derrière elle, mais il avait l'air un peu nerveux, ou tout au moins préoccupé. D'un ton ferme, mais pas désagréable pour autant elle lui demanda :

« -Quelque chose à ajouter amiral ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Attraction fatale [Ryaaz' are' Nuruodo]   Ven 26 Avr - 22:23

Une autre question ouverte, cette fois-ci formulée de manière directe, prouvant que la Grande Amirale n'avait pas peur de poser des questions, et savait aussi s'abaisser au niveau de ses subordonnés quand le besoin s'en faisait sentir. Azaren appréciait cela, et le respect qu'il éprouvait pour Veers en sortait grandi avec chacune de ses phrases. Il fallait cependant bien veiller à rester dans un état d'esprit supérieur-subordonné, pour ne pas sortir de son rôle.

Sa réponse lui suffisait, mais il aurait vraiment apprécié pouvoir essayer les TX dernière génération qui équipaient le Nighthawk. Il ne tenait qu'à lui de les déployer pour garder la zone d'atterrissage du vaisseau une fois au sol, même si il ne faudrait pas faire trop de bruit autour de cette décision, simple question de bienséance.

- Rien, Madame.

Si savoir donner des idées valables pouvait passer pour un art, celui de se taire au moment opportun en était sans nul doute un bien complexe, qu'Azaren essayait de maîtriser tant bien que mal, sans trop savoir si cela marchait ou pas. Elle avait baissé le ton en parlant au capitaine, si bien que le Chiss avait senti qu'il devait la laisser faire ce qu'elle voulait sans trop se mêler d'autre chose que de la coordination des vaisseaux. Il avait profité de ces quelques secondes pour apostropher un officier de pont et pour lui donner deux messages destinés l'un à Vishak et l'autre à la passerelle du Nigthawk. Il devait s'assurer de la correcte transmission des signaux de secours et de la sécurisation du cryptage employé : hors de question que quiconque non-AG comprenne ce qui se passait dans les environs. Discrètement, il mit à jour les ordres de mission pour le capitaine du Nighthawk, lui indiquant d'envoyer les Novatroopers de Vishak vers le hangar où il se trouvait.


Une alarme résonna dans tout le vaisseau, tandis qu'une voix synthétique appelait l'équipage à s'asseoir en vue de l'atterrissage. Les vibrations annonçant ce genre de situation se faisaient en effet sentir depuis quelques minutes mais Azaren avait préféré y prêter une attention plus que minime : il ne pouvait rien y faire, les officiers de navigation feraient leur boulot. Toutefois, il s'approcha de Veers et lui indiqua un fauteuil, avant de s'asseoir à son tour pour éviter une collision probable avec d'autres corps ou objets.

Après quelques secondes de stress, l'impact se fit ressentir à travers tout le vaisseau, puis à travers tous les os qui composaient le corps d'Azaren. Il y eut un moment de confusion, puis le hangar s'ouvrit, révélant une nature et un nuage de poussière tout aussi denses l'un que l'autre.

Les éclaireurs, prompts comme l'éclair, attrapèrent chacun leur fusil et se groupèrent en équipes, répartissant les tâches et l'équipement à porter.

Azaren resta interdit en observant tous ces mécanismes bien huilés se mettre en marche, chacun des hommes savait ce qu'il devait faire et quand il fallait le faire, comme une colonie d'insectes comptant des milliers d'individus qui ne se heurtent pas même entre eux, suivant un chemin qu'eux seuls semblent connaître.

Les éclaireurs eurent tôt fait de disparaître dans la végétation luxuriante de ce planetoïde inconnu, et le Chiss se tourna vers le Grand Amiral, attendant d'éventuels ordres. Il n'en avait pas réellement besoin, étant donné que la situation ne réquiérait pas sa présence constante aux côtés de son superieur, du moins le protocole ne l'obligeait pas. D'un point de vue purement personnel, en revanche, il sentait qu'elle aurait sans doute besoin d'un bras droit. Au moment où il allait parler, son datapad vibra, lui indiquant une mise à jour. Il consulta le texte, soucieux, puis prit la parole,

- Madame, les données mises à jour suggèrent que la Nebulon B2 a subi quelques dommages, notamment au niveau des systèmes hydrauliques. Ils ne peuvent pas déployer d'équipement lourd, et leur défense est réduite aux tourelles et à leurs soldats. Avez-vous besoin de moi ou bien puis-je vaquer à mes occupations ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Attraction fatale [Ryaaz' are' Nuruodo]   Lun 29 Avr - 14:45

Les vibrations secouaient le vaisseau alors qu’il s’approchait du sol de la planète… C’était différent de d’habitude cette fois-ci, la structure tremblait bien plus, et quelques grincements apprirent à l’Amirale que le vaisseau ne devait guère être habitué à subir de telles contraintes… La chose à blâmer était l’attraction de la planète sans la moindre forme de doute, mais ça n’en était pas moins désagréable… Chaque tremblement secouait un peu plus durement que le précédent la jambe d’Aerys, qui grimaçait de douleur lorsqu’elle n’arrive pas à maîtriser celle-ci.
Elle fut reconnaissante au Chiss de lui indiquer un fauteuil avant de la conduire jusqu’à celui-ci pour qu’elle puisse prendre place… Elle n’aimait pas montrer ainsi sa faiblesse, et aurait préféré rester à contempler les hommes, mais il fallait se faire une raison : elle ne pouvait tout simplement pas. Enfin, Azaren ne semblait guère plus enclin à rester debout, et il s’assit à côté d’elle, plus par soucis de confort que pour éviter le genre de douleur qui tordaient la jambe de sa supérieure.

La Grande Amirale lui chuchota un merci tout ce qu’il y a de plus poli, pour ne pas paraître rustre, mais l’homme ne montra pas le moindre signe qu’il l’avait entendue. Quelques secondes, et un choc retentissant plus tard, et le vaisseau était posé, ou plutôt « collé » à la planète puisqu’il ne pouvait s’en échapper. Toutefois, ses portes étaient prêtes à s’ouvrir, et tout se passait pour le mieux, tout au moins pour le mieux lors de ce genre de situations catastrophiques.
Et la machine de guerre de l’Alliance se mit en marche, une fois de plus. Alors que le hangar révélait aux personnes à l’intérieur du bâtiment une jungle à peu près aussi dense que la toufasse d’un wookie, les soldats s’organisèrent pour passer à l’action. Tous couraient pour rejoindre leurs bataillons, se positionnant en formations régulières, l’arme au poing et un équipement minimaliste sur le dos, prêts à partir dès que l’ordre serait donné.

Aerys fit un petit mouvement de tête en direction du capitaine des éclaireurs, et ceux-ci se mirent en marche en s’enfonçant dans la végétation luxuriante. Leur supérieure espérait de tout cœur qu’elle ne les envoyait pas à une mort certaine, parce qu’elle détestait perdre des hommes dans un premier temps, et également parce que cela signifierait que la menace, quelle qu’elle soit, les prendrait par surprise.
Alors qu’elle scrutait la jungle qui leur faisait face, comme si elle attendait que la réponse à son dilemme ne tombe des arbres, elle perçut un mouvement à côté d’elle… L’Amiral s’était redressé dans son siège, dans le but de prendre la parole évidemment… Sa supérieure espérait qu’il n’allait pas la mettre en garde contre les risques qu’elle prenait, ou encore lui annoncer une mauvaise nouvelle, c’était le genre de choses dont elle se serait bien passée dans la situation présente… Son datapad à la main lui apprit que ce qu’elle redoutait était sans doute lié à ses prochains mots, et elle avait raison :


« - Madame, les données mises à jour suggèrent que la Nebulon B2 a subi quelques dommages, notamment au niveau des systèmes hydrauliques. Ils ne peuvent pas déployer d'équipement lourd, et leur défense est réduite aux tourelles et à leurs soldats. Avez-vous besoin de moi ou bien puis-je vaquer à mes occupations ? »

*Et merde.*

Pas d’équipement lourd pour la frégate donc… Et un armement par conséquent réduit, cela ne pouvait pas être une bonne nouvelle, n’importe comment qu’on la retourne. Avant de réfléchir à la demande de disposer du Chiss, elle se demanda d’abord comment elle allait composer avec ce problème… Apparemment, il n’y avait pas de vie intelligente par ici, ou tout au moins pas trace, ce qui aurait voulu dire que les risques étaient minimes… Mais si leurs capteurs étaient passés à côté de quelque chose, c’était très mauvais… Le seul point positif, c’était que les vaisseaux étaient proches l’un de l’autre, et donc pourraient se protéger mutuellement dans une certaine mesure.
Après quelques secondes de réflexion supplémentaire, toujours dans le silence le plus complet, Aerys pensa à quelque chose qui ferait sans doute plaisir à Azaren dans une certaine mesure, et qui pourrait sans doute leur servir de couverture jusqu’à trouver la faille dans les systèmes hydrauliques de la navette.


« -Eh bien, Amiral, je pense que nous allons pouvoir déployer ces TX que vous vouliez tant voir en action tout à l’heure ! » Elle interpela l’homme le plus proche d’elle pour qu’il lui serve de messager : « Faites commencer les tests de surface avec les blindés, un à la fois pour éviter de gaspiller notre armement s’il y a un problème. Une fois que vous aurez vérifié qu’ils fonctionnent, faites les placer en ceinture de sécurité autour du lieu de l’atterrissage, et établissez un couloir protégé entre les deux vaisseaux. Prévenez-moi lorsque ce sera fait. »

L’homme s’en fut au trot, pour aller transmettre ses ordres… La Grande Amirale se replongea dans ses pensées jusqu’à ce qu’elle se souvienne que les problèmes de la flotte n’étaient pas le seul sujet abordé par le Chiss lors de ses dernières phrases, aussi prit-elle la peine de lui répondre :

« -Au sujet de votre liberté… Eh bien, si vous avez quelque chose d’utile à faire, loin de moi l’idée de vous en empêcher, je puis sans doute me passer de vous pour un moment. Faites comme bon vous semble, pensez juste à revenir me voir une fois votre tâche accomplie, vous connaissez mieux l’escadron que moi, et votre aide me sera précieuse avant la fin de tout ceci. »

Du coin de l’œil, elle surprit l’arrivée d’un groupe de Novatroopers, dirigés par un officier, dans le hangar… N’ayant donné de tels ordre, Aerys se demanda un instant ce qu’ils faisaient ici… Mais il lui apparut bien vite que c’était peut-être pour les accueillir que l’Amiral à ses côtés souhaitait se soustraire à sa compagnie, aussi ne dit-elle rien… Il devait avoir ses raisons, et les prises d’initiatives n’étaient pas des choses déplaisantes dans une flotte à ses yeux.
Dans le même temps, un autre homme vint se placer aux côtés de la dernière des Veers. Il attendit quelques secondes qu’elle lui donne la parole, et lorsque ce fut fait il se lança dans un compte rendu technique de la situation du vaisseau, ainsi qu’à propos de la planète, et pourquoi elle agissait comme un gros aimant :


« -Madame, nos estimations selon lesquelles la gravité s’était emballée se sont révélées erronées, mais nous ne savons donc pas exactement ce qui nous retiens ici… Ce serait plutôt une sorte de champ électromagnétique naturel, qui pourrait provenir d’un sol très chargé en métaux, ce qui concorde avec les données de nos scans. Cela ne devrait pas entraver les mouvements de nos hommes, mais les équipements lourds risquent d’être en partie invalidés ici.
-Je vous remercie, transmettez l’information à tout le vaisseau… J’ai demandé l’envoi des TX en barrière de sécurité, risquent-ils quelque chose pour cette raison ?
-En toute logique non madame, leur déplacement au sol ne devrait être que ralenti, mais la visée des canons pourrait être faussée en partie.
-Très bien… Dernière chose, a-t-on reçut des nouvelles de la flotte ?
-Non, apparemment le champ électromagnétique brouille nos transmissions… Mais ça aurait à voir avec l’orbite de la planète d’après les experts, bien que je n’ai pas tout compris… Nous devrions disposer d’une fenêtre pour envoyer des messages d’ici quelques heures, et nous continuons de transmettre selon vos ordres jusque-là. »

Avec un hochement de tête, la femme lui fit signe qu’il pouvait disposer, ce qu’il s’empressa de faire… Plusieurs heures, c’était long, et elle n’avait aucune idée de quand elle pourrait à nouveau avoir cette chance, ou si établir une passerelle de communication stable durant ce temps-là serait possible… Ils étaient aveugles mais pas sourds. En tout cas pas en permanence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Attraction fatale [Ryaaz' are' Nuruodo]   Mar 14 Mai - 19:58

Le Grand Amiral réagit étrangement à sa phrase. Elle s'affaissa, comme si cette nouvelle avait été un poids en plus sur ses épaules, une responsabilité additionnelle et qu' elle ne voulait pas assumer. Azaren haussa un sourcil, légèrement étonné de tant de pessimisme, et ne put s'empêcher de penser que la race humaine était décidément bien étrange. Il doutait du fait qu'il puisse réussi à les comprendre pleinement un jour, tant ils éprouvaient tout et son contraire, comme des lunatique parfois tenaces sans raison et d'autres fois prompts à abandonner. Le lieutenant Fedelis, qu'il avait brièvement rencontré sur Steria, semblait être de ceux-là : il s'était battu courageusement et jusqu'au bout, mais n'avait même pas daigné récupérer les informations des mercenaires quand il en avait eu l'occasion, contrairement au Chiss qui, sans animosité aucune, avait impassiblement échangé ces données contre la possibilité de quitter la planète. Certes, le lézard aux commandes n'avait pas apprécié, mais l'AG avait déjà commencé à décrypter les données, et aux dernières nouvelles cela s'annonçait prometteur.

Mais l'heure n'était pas aux considérations comparatives entre espèces : il allait pouvoir disposer des chars TX et de leur impact psychologique pour déterminer si oui ou non il y avait des autochtones sur cette planète. Veers semblait trouver l'idée peu réaliste et était quelque peu ironique au sujet des TX, mais Azaren resta de marbre, affichant une expression parfaitement neutre. Ainsi, il n'y avait aucun problème de gravité, seulement un champ magnétique qui les avait attiré là, où du moins c'était ce que les relevés suggéraient. Cela était en un sens mieux : au moins, c'était quelque chose de desactivable, et non pas une bizarrerie qui les garderait sur cette planète indéfiniment. Un excellent entraînement pour les troupes à bord, et il espérait que tout le monde à bord accomplirait sa mission sans sourciller. En attendant, l'heure était à l'observation et à l'attente.

Les Novatroopers avaient posé leurs armes sur les rateliers présents dans le hangar et les sous-officiers étaient autour de Vishak, qui distribuait des consignes et des données. Leur armure noire et jaune contrastait avec le blanc des quelques stormtroopers présents à bord, et Azaren prit congé d'une pirouette avant de se diriger vers les soldats. Il traversa le hangar, encore effervescent d'activité, en manquant de se faire renverser par un technicien qui se confondit en excuses. Azaren lui sourit puis lui fit signe que tout allait bien. L'autre continua sa course un peu plus lentement et le chiss arriva près du capitaine des soldats d'élite.

- Capitaine Vishak, merci d'être venu. J'ai entendu dire que vous étiez là, et je dois avouer que cela m'ôte un poids : quoiqu'il arrive, on peut compter sur vos blasters, n'est-ce pas? Mais là n'est pas la question. Comme vous le savez sans doute, le Grand Amiral Veers est sur ce vaisseau, et elle a donc besoin de toute l'aide nécessaire. J'aimerais que vous agissiez comme sa garde rapprochée, au cas où elle déciderait de faire une promenade sur la planète. Personnellement, je resterai ici afin de superviser les opérations.

- Bien, Monsieur. Puis-je suggérer de laisser une partie de mes forces ici et de ne prendre que disons... huit soldats pour cette tâche?

-Faites donc, capitaine. Mais vous assumez la responsabilité de cette décision. Allez, je vais vous présenter, prenez vos hommes et suivez-moi.

Le soldat se tourna vers ses hommes, puis en désigna quelques uns qui prirent leur paquetage en silence et se mirent au garde à vous. Azaren tourna les talons, le petit groupe derrière lui. Au fur et à mesure qu'ils avançaient, il sentait le regard curieux des autres membres d'équipage, et aussi celui de Veers qui avait remarqué son manège. Ils arrivèrent près du Grand Amiral.

- Madame, voici le capitaine Vishak, du corps des Novatroopers, et quelques-uns de ses hommes. Ils vont vous protéger, si vous le voulez bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Attraction fatale [Ryaaz' are' Nuruodo]   Mer 22 Mai - 20:23

Alors que le Chiss s’éloignait, Aerys ne put s’empêcher de le suivre des yeux… Elle ne connaissait personne ici excepté cet homme, et la curiosité faisait partie de son caractère, aussi elle se demandait ce qu’il devait donc accomplir qui devait ainsi retenir son attention… Oui, il était évident que cela intégrait les Novatroopers entrés dans le hangar, mais ce qu’il comptait en faire était un mystère… Une mission parallèle aux ordres de sa supérieure ? Sans doute pas, elle avait tout pouvoir sur le bâtiment comme sur l’ensemble des flottes de l’Alliance en ce moment, et il ne l’aurait sans doute pas fait sans l’avertir… Quel intérêt de le dissimuler de toute façon ? Elle aurait sa réponse bien assez tôt, s’il ne lui annonçait pas lui-même son but, elle lui poserait simplement la question.
Se disant qu’il n’était pas opportun de scruter ainsi quelqu’un, la boiteuse se força à détacher son regard de l’Amiral… Elle avait appris depuis longtemps que le meilleur moyen de saper l’autorité d’un homme était d’être en permanence par-dessus son épaule, et scruter chacune de ses décisions… Non, faire cela aurait été premièrement discourtois puisqu’elle avait « emprunté » l’escadron pour l’occasion, et handicaper son tout nouveau commandement serait peu opportun. Ensuite, elle avait besoin d’une main forte pour diriger les troupes, et surtout d’une main qui les connaissait. Elle n’avait pas ce loisir, et si elle était capable de faire valoir son autorité sans problèmes particuliers, son ignorance de l’identité de tous ses subordonnés à l’instant présent, surtout dans un nombre relativement restreint–puisque loin du personnel complet d’une flotte- était un handicap sérieux.

Venait le moment que la dirigeante des forces spatiales de l’Alliance détestait le plus : l’attente. Donner des ordres était aisé, et cela vous offrait l’impression que vous aviez un contrôle certain sur la situation, mais lorsqu’il s’agissait d’attendre leur complétion, alors vous vous morfondiez car le succès ou l’échec d’une entreprise reposait sur d’autres épaules que les vôtres… Une fois fait tout ce que vous pouviez, évidemment il ne restait guère à ajouter, juste à faire confiance, et l’on apprenait à laisser de la latitude à sa chaîne de commandement, mais cette gêne ne s’en allait jamais tout à fait, ce qui était l’une des raisons qui poussait beaucoup de dirigeants à la paranoïa… Même en ayant tout le pouvoir du monde, se reposer sur les autres implique des risques que certains ne sont pas prêts à prendre.
En un sens, les situations d’urgences étaient encore pires, puisque les risques qu’il se passe quelque chose d’inattendu et de désagréable étaient fortement augmentées… Mais les hommes avaient également tendance à travailler plus vite dans le danger, et les circonstances inattendues par peur pour leur peau, ce qui au contraire constituait un avantage en créant moins de ces temps de latence… Mais durant ceux-ci, l’inquiétude était largement décuplée. Ce que n’aurais pas donné la femme pour une bonne bataille spatiale à la place de ce grossier piège à mouche, au moins elle pourrait se confronter à un adversaire visible, et qu’elle aurait le pouvoir d’anéantir plutôt que de patienter bêtement. Et, même après des années à diriger une flotte titanesque, et des expériences de tous poils, on a tous ses bêtes noirs, et celle d’Aerys devait à peu près ressembler à celle-ci, ou à une autre situation où l’impuissance et le manque de combat faisaient perdre son sang-froid à la Grande Amirale.

Pour s’occuper, l’handicapée jouait nerveusement avec le bout métallique de sa canne, passant ses doigts dans les yeux et entres les crocs sculptés dans le métal… Une façon de libérer sa tension comme une autre, et qui avait le mérite d’être simple et toujours à portée de main… Elle aurait voulu donner un petit millier d’ordres tous aussi inutiles les uns que les autres pour s’occuper et éviter de penser à tout ce qui pourrait clocher, mais ça n’aurait été utile que pour faire perdre du temps à un équipage qui avait déjà une tâche précise, et n’aurait pu lui faire oublier que quelques instants cette impuissance crasse qui démarquait de son pouvoir et son grade dans la réalité… La prochaine fois, elle ferait bien garde à éviter toute planète un tant soit peu suspecte jusqu’à ce qu’on lui assure qu’il n’y avait aucun risque.


Mais son ennui ne pouvait pas durer bien longtemps. Le Chiss qui l’avait quitté à peine quelques minutes auparavant revenait, accompagné des Novatroopers que l’Amirale avait vu un peu plus tôt… Bon, il venait lui présenter lui-même son plan, une bonne chose qui la distrairait au moins un instant. Le silence s’était plus ou moins fait dans la salle et tous s’écartaient pour laisser passer les soldats en direction du siège où était toujours assise leur supérieure. Ce gigantesque espace creux semblait bien vide, et mort, après le départ des premiers soldats sur le sol inconnu de la planète, et cette percée au milieu des hommes en pleins travaux semblait totalement incongrue. Toutefois, lorsque la petite troupe se trouva au côté d’Aerys, tous se remirent à leur tâche, alors que l’homme bleu déclarait :


« - Madame, voici le capitaine Vishak, du corps des Novatroopers, et quelques-uns de ses hommes. Ils vont vous protéger, si vous le voulez bien.
-Je doute d’avoir besoin de protection tant que je resterais cloîtrée ici, mais si ça peut vous faire plaisir, sans doute puis-je accepter une garde d’honneur. Je suis certaine qu’un nombre restreint de ces hommes saura me protéger efficacement contre les terribles dangers des conduites qui fuient et autres tâches de graisse qui pourrait m’agresser ici. »

Le ton de la Grande Amirale n’était pas du tout agressif, juste légèrement sarcastique quant à l’utilité d’une protection rapprochée alors qu’aucune menace n’avait été découverte jusqu’ici. Sans doute était-ce également une façon de tromper l’ennui pour Azaren, et elle ne pouvait réellement lui en vouloir sachant qu’elle aurait sans doute fait la même chose. Toutefois, si effectivement elle était menacée, les Novatroopers étaient réputés pour être de bons soldats, et ceux appartenant à l’escadron de la mort devaient sans le moindre doute être l’élite de l’élite, ce qui rendait leur présence rassurante… Mais à la fois étrangement dérangeante. Être entouré de personne pouvant mettre fin à votre vie quasiment instantanément n’est jamais très rassurant. Toutefois, leur loyauté ne faisait aucun doute, tout au moins pas sans des raisons d’émettre un tel jugement.
Six hommes vinrent se placer autour d’elle sur un signe de tête de celui qui était le commandant, grâce aux marques distinctives de son uniforme. Les soldats devaient bien la surplomber d’une trentaine de centimètres une fois qu’elle serait debout, et alors qu’elle n’était pas levée, c’était encore plus effrayant. Par respect, elle se redressa toutefois sur ses jambes, pestant intérieurement contre son membre qui la faisait souffrir, et adressa un hochement du chef poli à l’homme qui venait d’assurer sa sécurité. Celui-ci resta de marbre, immobile aux côtés du Chiss qui semblait impatient de reprendre ses tâches habituelles.

Un silence pesant s’installa entre les membres de l’assemblée réunie, ses membres ne sachant visiblement que faire ou dire pour sortir de cette situation, et sachant que leur présence ne serait sans doute guère plus cruciale ailleurs. Heureusement, ce mutisme ne dura pas bien longtemps, puisqu’un aide traversa les rangs des soldats (qui lui accordèrent leur permission implicite de passer en ne le retenant pas) pour délivrer son rapport à la Grande Amirale. Visiblement, il était connu, puisque les tous nouveaux gardes du corps de la femme n’avaient pas sourcillés lors de leur arrivée. L’attention d’Aerys se reporta sur le jeune homme alors, qui ouvrit la bouche pour débiter à toute vitesse des paroles incompréhensibles. Alors qu’il reprenait son souffle entre deux phrases prononcées trop vite, son auditrice l’interrompit pour lui demander de répéter plus lentement, ce qu’il fit, quoiqu’en se retenant visiblement :


« -Madame, nous avons peut-être un problème. Les scanners ont détecté quelque chose qui pourrait être vivant, mais nous ne sommes pas sûrs à cause du champ électromagnétique de la planète qui parasite les capteurs… En tout cas, ça semble venir vers nous, et ça pourrait se montrer dangereux, bien que nous n’ayons pas vraiment d’informations… Ils ne devraient pas tarder à croiser les équipes de reconnaissance les plus éloignées.
-Vous n’avez vraiment pas d’information plus poussées sur ces… Choses ? L’homme secoua la tête avec véhémence, visiblement inquiet, mais également curieux de savoir ce qu’était cette fameuse chose. Bien, faites passer aux troupes de reconnaissance un ordre de repli si elles aperçoivent ces choses… Sinon, elles doivent rester sur place et les attendre, jusqu’à les apercevoir, ou ordre contraire… Pas d’actions idiotes ou héroïques, nous n’en avons certainement pas besoin. Continuez de balayer la zone, je veux le plus d’informations possibles sur ces choses avant qu’elles arrivent ici. Et vérifiez si ce n’est pas juste un bug des scans, j’ai déjà vu ce genre de choses arriver. »

Le jeune homme hocha la tête avant de courir à l’autre extrémité du vaisseau... Les TX devaient actuellement procéder aux derniers tests avant la sortie, et une fois dehors, ils seraient sans le moindre doute capable de repousser cette menace, donc pas trop d’inquiétude à avoir, surtout que l’on n’était même pas fixé sur sa réalité, ou le contraire. S’il y avait finalement de l’action, au moins Aerys n’aurait pas à attendre indéfiniment le bon vouloir de l’astre pour qu’ils puissent s’en échapper, il y aurait suffisamment à faire d’ici là… D’un autre côté, cela pouvait être dangereux, et perdre des hommes à cause d’une erreur de navigation les ayant plongé sur la surface d’une planète, cela était sans doute l’une des pires choses qui pouvait lui arriver. Reconnaissant finalement l’ironie de la situation, elle se retourna vers le Chiss pour dire avec un demi-sourire, et de l’ironie plein la voix :

« -Il semble que je me sois trompée, votre garde prétorienne servira peut-être à quelque chose au bout du compte. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Attraction fatale [Ryaaz' are' Nuruodo]   Ven 14 Juin - 20:19

Apparemment, prévoir toujours le pire était en ce cas une bonne solution, vu que le pire était arrivé et continuait d'arriver. Le avait laissé les sarcasmes de Veers lui tomber dessus sans broncher, attendant la suite.  Le silence pesant qui avait ensuite suivi l'arrivée des Novatroopers le rassurait, car il sentait qu'il fallait un peu de peur et de respect pour que personne ne commence à poser des problèmes.

Brisant le silence, un aide de camp avait réussi la prouesse consistant à traverser une pièce remplie de soldats sans se faire pousser ou bousculer et, chose encore plus surprenante, les Novatroopers n'avaient pas bougé quand il s'était dirigé vers l'humaine. Il avait pris la parole, à bout de souffle, mais ce qui était sorti de sa bouche était inintelligible pour tout le reste de l'assistance. Le Grand Amiral lui avait demandé de répéter plus lentement, ce qu'il avait fait, non sans mal.

« -Madame, nous avons peut-être un problème. Les scanners ont détecté quelque chose qui pourrait être vivant, mais nous ne sommes pas sûrs à cause du champ électromagnétique de la planète qui parasite les capteurs… En tout cas, ça semble venir vers nous, et ça pourrait se montrer dangereux, bien que nous n’ayons pas vraiment d’informations… Ils ne devraient pas tarder à croiser les équipes de reconnaissance les plus éloignées. »

Azaren était resté impassible face à cette annonce, les coins de sa bouche s'arquant discrètement en un rictus ironique directement adressé à Veers. En vérité, on aurait pu croire qu'il avait déjà été averti de la menace et qu'il souhaitait, par sa manœuvre anticipée, faire preuve de ses talents de tacticien. Mais non. Non, il avait agi pour tromper l'ennui qui allait sans nul doute s'installer parmi les officiers superieurs qui ne pouvaient qu'attendre, ne pouvant rien faire d'autre. Il n'avait pas de jeu de pazaak ni quoi que ce soit pour tuer le temps, alors il avait voulu au moins montrer qu'il était soucieux de la sécurité de sa superieure.

Mais l'heure de l'ironie était finie, il fallait se préparer à toutes les éventualités et si le pire se réalisait, alors aussi bien les TX que les Novatroopers seraient bien utiles pour défendre les vaisseaux. Le Chiss se garda d'en faire la remarque au Grand Amiral, ce qui n'aurait eu que pour effet de déteriorer les relations cordiales qu'ils entretenaient.

- Vishak, préparez les hommes qu'il vous reste, je veux un cordon de sécurité supplémentaire à l'interieur du vaisseau. Vous, déclenchez une alerte rouge dès qu'on aura la certitude que ce n'est pas un bug, sinon restez en alerte orange et attendez des ordres ulterieurs. Des rapports de nos éclaireurs ? Au passage, Madame, je crois que nous pourrions aller voir comment procèdent nos TX : si c'est un bug au moins nous aurons de quoi nous occuper et sinon... nous aurons les gros canons avec nous.

Le Novatrooper activa son émetteur de communication et donna les ordres à ses hommes, bien qu'en réalité les personnes présentes dans la salle ne pouvaient pas savoir s'il disait quoi que ce soit : le casque insonorisé avait certains avantages dûment réfléchis, et pouvoir donner des ordres sans qu'ils soient entendus était un atout de choix en certaines situations. Azaren se mordit les doigts d'avoir laissé ses droïdes CYV dans le Gungnir : ils auraient été des armes précieuses en ce cas précis, puisque en étant invisibles on pouvait les envoyer chercher une proie qui se dissimulait des yeux étrangers.

En attendant que les éclaireurs ou que les officiers des senseurs fassent leur rapport, Azaren fit un signe à tout le monde sauf Vishak et Veers de sortir, puis se versa une autre tasse de caf et en posa une sur la table à côté du Grand Amiral.

- Je m'excuse d'avance pour l'indiscrétion mais étant donné que nous n'avons rien à faire, que pensez-vous de me raconter votre histoire ? Je me doute qu'être la petite-fille de Maximilian Veers doit être une fierté énorme, mais j'aimerais en savoir plus sur votre parcours : avant l'autre jour, j'ignorais même qu'il avait eu une descendance, c'est dire si je m'intéresse aux affaires mondaines. Mais vous n'avez pas l'air très portée sur les mondanités, aussi je vous écoute. Ah et avant que vous ne me retourniez la question, mon histoire est tout à fait banale et sans intérêt.

Il acheva cette phrase avec un petit signe de tête respectueux et s'appuya sur une des chaises en attendant la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Attraction fatale [Ryaaz' are' Nuruodo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Attraction fatale [Ryaaz' are' Nuruodo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 2 :: Autres Planètes-
Sauter vers: