Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Dim 21 Avr - 16:28

    Pyrrhus Hellstorm était rentré en vainqueur de Steria avec l’assurance de ne plus à avoir à reposer le pied sur cette planète. Il en était sorti grandi, couronné d’honneur : il avait accompli sa mission mais également écrasé ses adversaires et ce sans la moindre once de pitié. Ces imbéciles qui avaient osé le défier n’étaient désormais plus de ce monde. A présent, il allait pouvoir enfin avoir la chance de rencontrer celle l’ayant envoyé la bas après avoir loué ses services. Le Krogan avait vu les crédits durement gagnés être transférés sur son compte une fois que Talia Zann eut accès aux données rapportées par l’hybride. Tout travail mérite salaire comme le dit le dicton.

    Le lézard avait alors investi dans quelques costumes sur mesure afin de pouvoir paraître devant la chef du Consortium de Zann. Au début Pyrrhus était plutôt mécontent de devoir ainsi laisser son armure de combat et ses armes au vestiaire, mais les règles étaient les règles et malgré son potentiel destructeur, les gars de Zann ne semblaient pas vraiment être impressionnés et pour cause : ils n’étaient point armés de blasters conventionnels, mais de disrupteurs. Le genre d’arme avec laquelle, un seul tir suffit. Et même quelqu’un du gabarit du mastodonte devait craindre ces armes. Au final, le mercenaire se sentait profondément ridicule dans ce costume en noir et blanc qu’il portait, mais aussi un peu nu compte tenu de la maigre épaisseur de vêtement. Son armure lourde était sa seconde peau, et cette frêle couche de tissu qu’il portait le rendait à priori plus vulnérable aux tirs, mais un tacticien se douterait bien qu’au contraire, Pyrrhus serait bien plus mobile sans qu’avec sa cuirasse couleur argent.

    Silencieux, son vaisseau arriva dans la fameuse base du Consortium de Zann qui s’avérait être perdue dans un champ d’astéroïde. Ingénieux pour les intrus pensa Pyrrhus qui imaginait déjà des vaisseaux entiers s’écraser contre les immenses masses rocheuses perdues dans le vide stellaire… A vrai dire, le mastodonte avait bien failli y rester puisque son vaisseau n’était pas passé bien loin de certains morceaux de cailloux, le contraignant de ce fait à réagir rapidement pour ne pas finir écrasé comme un insecte sur un vitrage de destroyer impérial. Il avait également eu la nausée après ces quelques péripéties et avait presque vomi l’intégralité de son déjeuner… Par chance, l’hybride ne tâcha pas son costume. Mais passons…

    Pyrrhus ne décrocha pas le moindre mot auprès du personnel de Zann, il se contentait d’avancer vers le lieu du rendez-vous sans porter la moindre arme sur lui, même si à vrai dire, il n’avait pas foncièrement besoin d’un blaster ou d’une lame pour être dangereux… Ses seuls poings, sa robustesse et sa colère pouvaient suffire à résoudre beaucoup de situations périlleuses dans lesquelles il se mettait très régulièrement. Taciturne, son pas lourd confirmait sa détermination et son empressement à rencontrer enfin Talia Zann afin de pouvoir lui serrer la pince - et peut-être lui casser quelques phalanges si elle avait les mains fragiles. Après tout, c’était bien une femme non ?

    Le Krogan restait confiant mais l’attente devant son bureau commençait à devenir un peu plus difficile à supporter. Aussi, il se contenta de grogner et de fixer l’étendue infinie de l’espace afin de ne pas s’agacer davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Dim 21 Avr - 23:36

Une ceinture d’anti gravité. Comment avais-je pu ne pas penser à cela plus tôt? Mon principal problème, c’était mon poids. Non, je ne parle pas de ces conneries de greluches anorexiques. Je parle du poids standard de tout Polydroxol se respectant, soit 200 kilogrammes. Si sur une base régulière cela ne se remarque pas, un type observateur ne manquera pas de se demander pourquoi est-ce que nos empreintes de pas sont plus profondes, des choses du genre. De fait, ce désavantage était une chose que nous en pouvions dissimuler. Jusqu’à ce coup de génie. Je n’avais pas eu besoin d’un truc terriblement puissant. Juste m’inspirer de designs existants et faire construire le machin que je portais en permanence… En moi. Enfin, sous cette forme. Si je devais assumer une forme plus petite, j’avais divers générateurs d’anti gravité prévus à cet effet.

Talia, t’es géniale. C’était la première d’une série de bonnes nouvelles dans ma journée. Ce cher Galdur, mon lézard préféré, venait enfin de se voir accordé son statut officiel au sein du CDZ, ce qui me plaisait énormément. Ensuite, nous avions reçu une nouvelle série de contrats de la part de mon contact au sein de la CSL, qui en contrepartie surveillait au grain pour nous les communications et les agissements d’une certaine planète remplies de boules de poil. Enfin, j’avais fini de recouper les données ramenées par mon deuxième lézard préféré (peut-être qu’il finirait par la première place, qui sait) et ce que j’avais découvert s’était avéré fort instructif. Je n’étais pas à l’étape de l’embrasser à pleine bouche mais presque. Un gros câlin tiens, ce serait approprié. Un énorme câlin pour l’énorme service qu’il m’avait rendu. L’affaire Steria, quel bordel…

On m’annonça que Pyrrhus était arrivé à la base et qu’il attendait devant mon bureau. Soit, j’allais me pointer à la porte, dans un moment. Faisant encore quelques tests en étudiant plusieurs profils d’humaines pour choisir quel « poids » laisser paraitre, j’avais arrêté ma sélection sur deux options : un poids léger, qui évoquerait plus poupée de porcelaine pour mieux tromper mes ennemis ou la moyenne de poids des femmes guerrière de la galaxie. Quoi? L’AG, la CSL et un tas d’autres groupes ont des données sur leurs soldats, taille, poids, âge, sexe… Il faut bien que cela serve. J’optai pour le deuxième choix : un poids conséquent avec une musculature de type athlétique, quelque chose qui n’attirerait pas les soupçons. Restait à tester le tout. Résultat : Un éclair roux se jeta dans les bras du mastodonte qui attendait devant mon bureau.


« PYRRHUS! Dans mes bras mon champion! C’était du super travail que t’as fait! Pour un peu et je t’embrasserais tiens. Ce que t’as ramené… C’est un coup fumant. Ah oui… Toi tu n’as pas pu lire les données mais c’est pas grave! Tu mériterais pratiquement un deuxième bonus. Oui, je suis sérieuse. Très sérieuse. Ce qu’il y avait dans cette conserve en dit long, très long… Ah si tu savais!

Mais qu’est-ce que tu fous à ne pas me couper la parole? Tu dois être affamé, assoiffé même! Vous deux : de l’alcool! De la nourriture pour les fins et les fous! Tu fumes Pyrrhus? Amenez des cigares! Et des femmes aussi! Je veux que Pyrrhus se sente comme un roi! Oh arrêtez de me regarder comme ça, il ne va pas m’arracher la tête, c’est un invité, pas un type venu pour m’assassiner, je le saurais autrement! »


Sans laisser le temps à Pyrrhus de réagir, je l’entrainai dans mon bureau. Quelques minutes plus tard, un vrai festin sur plusieurs chariots avait été livré dans mon bureau, mon bureau secondaire, pour tout dire. Celui où les non membres du CDZ pensaient que je passais mes journées. Hors de question qu’il voit mes quartiers privés. Il y avait des alcools de tout type, plusieurs cigares et comme je ne connaissais pas encore ses goûts en matière d’esclaves, pour le moment, il n’y avait personne pour s’occuper de lui. Il n’avait qu’à demander, par contre. Qui a dit que je ne savais pas recevoir? Cigare à la bouche, je l’encourageai d’un geste à prendre la parole. Il devait bien avoir des questions, des commentaires, quelque chose à dire. Après tout, il était devant la plus puissante chef criminelle de toute la galaxie. Ce n’était pas rien ça…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Jeu 25 Avr - 0:48

    Pyrrhus ne s’y était pas attendu ni même préparé. Alors qu’il patientait en observant la baie vitrée qui donnait sur l’espace, cette infinie étendue de noirceur constellée d’étoiles, il entendit la fameuse porte du bureau de Talia Zann s’ouvrir. Ravi de voir que son attente prenait fin, il était sur le point de rappeler combien de temps il avait passé à patienter ici qu’un éclair rougeoyant fondit vers lui pour aller se jeter dans ses bras. Dans un premier temps, le Krogan eut un mouvement de recul provoqué par une telle surprise, pensant être agressé, cependant il fit preuve de suffisamment de sang froid pour ne pas déclencher une pluie de coups de poings qui auraient terrassé la personne ayant eu assez de folie pour faire quelque chose pareille. Aussi, le poing tendu qu’il retenait en l’air, grondant tel un éclair prêt à frapper, ne s’abattit pas sur la jeune femme. Pyrrhus reconnut alors la voix de Talia Zann qui l’éleva au rang de champion et le félicita pour son travail.

    Visiblement, le mercenaire reptilien avait rapporté quelque chose de gros et très intéressant pour le Consortium de Zann, bien que Pyrrhus n’ait jamais eu accès aux données. En tout cas son employeur semblait être particulièrement satisfait voire très enthousiaste de la réussite de la mission sur Stéria, ce paradis empoisonné qui n’était plus.

    Le mercenaire resta silencieux puisqu’il ne put en placer une tant l’humaine à la chevelure de feu était bavarde. Etait-ce un trait de caractère propre aux humains d’être aussi bavards ?! Pyrrhus se le demandait bien. Il resta taciturne jusqu’au moment ou Talia Zann demanda au mastodonte d’écailles qui se tenait droit devant elle et qui la surplombait de toute sa hauteur si il souhaitait manger, boire, fumer ou avoir des femelles à féconder. Après tout, il avait la carrure d’un chef de clan et avait donc le droit de posséder des femelles fertiles afin d’assurer sa descendance et de faire perdurer la supériorité de ses gènes. La chef du Consortium se tourna vers ses gardes en prétextant que ceux-ci devaient se détendre et que l’invité surprise que fût Pyrrhus ne comptait pas lui arracher la tête. Le lézard ricana et lança sur le ton de la plaisanterie.


    - Si j’étais venu te tuer Zann, tu n’aurais pas eu le temps d’achever ta deuxième phrase puisque je t’aurais déjà aplati la tête entre mes mains. Et tes gardes se seraient déjà noyés dans leur propre sang. Héhéhéhé…


    Pas sûr que sa plaisanterie soit au goût des humains ici présents, mais Talia comprendrait aisément que l’humour de Pyrrhus n’était pas très subtil et surtout assez macabre pour ne pas dire dérangeant. Beaucoup n’arrivaient pas à savoir s’il était sérieux, ou s’il était juste un peu taquin, mais vu la maigre palette d’expressions faciales de Pyrrhus en matière de joie, nombreux pensaient. Le ricanement de Pyrrhus pouvait presque être provocant, mais le Krogan était ainsi : brut et direct.

    - Juste à manger, et boire. J’ai déjà ce qu’il me faut en matière de cigares.


    Demanda l’hybride qui semblait déjà se sentir chez lui puisqu’il serra la main de Talia et tapota légèrement l’épaule de son employeur. Cela pouvait paraître bien familier, cependant pour le Krogan, c’était bien un signe de respect voire peut-être même d’amitié selon l’intensité de la tape sur l’épaule. Une fois dans le bureau, Pyrrhus commença à manger et boire tout en fumant plusieurs cigares. La quantité de nourriture qu’il avait ingurgitée avait de quoi surprendre puisque les autres espèces seraient déjà rassasiées… quant à l’alcool… très peu d’espèces pouvaient se vanter de boire autant sans en mourir d’un coma éthyllique. Voyant que son hôte l’invita à la parole, Pyrrhus prit la parole.

    - Eh bien, qu’as-tu trouvé dans la mémoire de ces tas de ferraille de la CSI ? Tu as pu retrouver le fils de pute derrière tout ça ? Tu penses qu’on va pouvoir lui rendre une visite histoire de lui refaire le portrait ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Jeu 25 Avr - 15:00

« Et inversement, Pyrrhus, si j’avais voulu te butter, tu n’aurais même pas pu te poser ici. Ou alors, c’est un tout autre genre de paiement que tu aurais reçu. Les désintégrateurs, c’est d’un sadisme… Mais d’une prodigieuse efficacité. Ton truc, c’est la force brute, moi, c’est plus l’efficacité en général. Quelle que soit l’arme ou encore le gadget, ça me va. Mais assez parlé de nos morts hypothétiques... »

L’humour de Pyrrhus ne me dérangeait pas outre mesure. En fait, jusqu’à un certain point, nous avions le même type d’humour. Pas nécessairement un humour macabre, moi j’aurais plus dit réaliste. Dans un métier comme le nôtre, en fait, dans la criminalité en général, la mort vous guette et peut vous tomber dessus à tout instant. Mieux vaut savoir en rire qu’en pleurer. Si initialement mon jugement de Pyrrhus avait été teinté par sa relation orageuse avec Inaya, en personne, il m’apparaissait sous un tout autre jour. C’était, encore une fois, à son avantage. Ceux qui me déplaisaient ne vivaient jamais très vieux. Une fois bien installée, je repris la parole. Il y avait tant de choses à raconter, à décortiquer, à expliquer… Il fallait juste prendre ces salopards de l’AG de vitesse, maintenant. Ils avaient les mêmes infos que nous… Et plus encore!

« Si je te disais que j’ai trouvé le salopard responsable de l’expédition initiale, celle de la CMC, ce serait banal, limite inintéressant. Non, j’ai mieux. Beaucoup mieux. Steria, c’est bel et bien fini… Mais d’après monsieur tas de boulon, sa comparse l’IA est partie avec les données techniques du projet. Autrement dit, quiconque met la main dessus… Pas besoin de te faire un dessin. »

Eh oui… Les bonnes nouvelles ne courent pas les rues, c’est sûr mais à mon avis, si nous parvenions à découvrir qui avait récupéré l’IA, nous aurions une grosse pièce de puzzle de plus et ça, c’était d’une valeur inestimable. Je n’étais pas idiote. Quelqu’un, quelque part, avait l’apocalypse en kit. Quelque chose capable d’éradiquer toute vie sur une planète ou capable de la transformer en paradis empoisonné. Mon avis? Je ne voulais pas que mes gars vivent Steria une deuxième fois. Il y avait d’autres choses intéressantes que j’avais trouvé dans les banques de monsieur tas de boulon… Et c’était la partie juteuse de l’histoire. Ce pourquoi j’avais voulu rencontrer Pyrrhus en personne. Cette partie des données, l’AG ne l’avait pas pour la simple et bonne raison qu’elle ne disposait pas des mêmes infos que moi. En recoupant le tout par contre…

« Si tu te sens d’attaque, je vais avoir un petit boulot pour toi. Très bien payé. Tu vois, je suis toujours en train de regarder dans les poubelles de l’histoire pour les fragments d’infos intéressants et oubliés. Or, j’ai découvert dans le droide que tu as trouvé des références à un fragment de donnée trouvé dans un ordinateur de la CSI sur Hypori, du temps de Tyber Zann. En un mot comme en cent Pyrrhus…

Ce serait le coffre-fort secret du conseil séparatiste. Watt Tambor, Nute Gunray et compagnie auraient commencé à avoir trop peur de leur patron pour lui faire confiance et ils auraient créé une super voute pour mettre des fonds pour un plan B éventuel. On parle de millions de crédits, de données techniques et autres. Bémol, par contre… Tu te doutes qu’un tel truc est vachement bien gardé. Par contre, le jeu en vaut la chandelle. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Lun 29 Avr - 12:52

    Tandis qu’il mangeait copieusement les victuailles livrées par son hôte, Talia Zann répondit aux nombreuses questions du mercenaire reptilien assit en face d’elle. A vrai dire, même si au début il avait pu se montrer récalcitrant avec les méthodes de la chef du Consortium de Zann, Pyrrhus apprenait petit à petit à l’apprécier à sa juste valeur, notamment lorsqu’elle renvoya la pareille au lézard. Peu d’humains osaient plaisanter avec Pyrrhus, aussi le cran de Talia lui plaisait. La rousse lui annonça alors que les données extraites de la mémoire du super droïde tacticien de Stéria avait permit à l’organisation criminelle de Zann de pouvoir remonter jusqu’au commanditaire de l’expédition originale de la CMC, l’évènement dont la fin tragique avait entraîné pour conséquence, une mission dans laquelle, Pyrrhus avait été engagé pour protéger les intérêts de Zann et de son empire criminel contre l’Alliance Galactique et la Confédération des Systèmes Libres. C’était pour l’hybride, la première mission qu’il avait exécutée pour le compte de Talia. Et au cœur de cet enfer, il avait été obligé par les circonstances à s’allier provisoirement entre les troupes Confédérées sur place, ainsi que l’Alliance. Cette coalition peu commune et précaire permit donc à Pyrrhus de plonger au cœur d’un complexe antique ayant jadis appartenu à la C.S.I lors de la Guerre des Clones, et de mettre la main sur les données de ce fameux droïde.

    Même si c’était par nécessité, Pyrrhus avait su se montrer suffisamment rusé pour ensuite s’accaparer les indices du droïdes sans qu’on ne tente de l’en empêcher directement une fois la menace écartée. Il avait également su profiter de l’animosité entre les confédérés et les alliés pour faire son nid, tout en profitant de leurs renforts afin de soulager le poids que représentait les abominations de Stéria sur son armée de mercenaires et autres déjantés de la gâchette. Il est vrai que l’imposant reptile qu’était Pyrrhus n’était pas un adepte de la finesse ou de la subtilité, préférant de loin se servir de ses poings, ou d’explosifs pour résoudre ses problèmes. Cependant, malgré son allure de brute épaisse, il fallait être bien trop arrogant pour le croire aussi intelligent qu’un Gungan. En dehors de ses approches directes, il était bien plus rusé qu’il le laissait transparaître…

    Son seul échec avait sans doute été d’avoir été contraint de partager les données collectées avec les forces spatiales de l’Alliance qui étaient en orbite et avaient refusé de laisser les hommes de Zann quitter la planète sans les informations copiées contenues dans la mémoire du super-droïde tacticien. Et vu qu’ils avaient la plus grosse puissance de feu et de meilleurs pilotes : Pyrrhus avait jugé qu’il était plus sage d’accepter l’offre du commandant Ryaaz’Are’Nuruodo plutôt que de rentrer bredouille. A dire vrai, le mastodonte s’attendait à ce que Talia Zann lui fasse des remontrances sur sa collaboration avec les forces du gouvernement de Coruscant, mais contre toute attente, ce ne fut pas le cas. Après tout… ceci était à prévoir et Pyrrhus n’avait eu aucun soutien militaire spatial qui aurait pu faire réfléchir les forces de l’Alliance à deux fois avant d’imposer leur loi.

    Le lézard en avait donc conclu que soit Talia avait commit une erreur tactique, et qu’au final, la décision de son nouvel associé avait été la plus sage pour elle. L’hôte de Pyrrhus enchaina en disant que le maître d’œuvre de Stéria qui avait été mit hors service par le lézard avait d’autres équipiers dont une Intelligence Artificielle s’étant évanouie avec les données techniques du projet : ce qui impliquait donc que cette IA avait un maître. Les choses se complexifiaient… et effectivement l’action de la CMC était à côté d’une telle information inintéressante. Pyrrhus engloutit un rôti entier en continuant d’écouter Talia enchainer en évoquant un trésor de la Guerre des Clones oublié par l’Histoire et appartenant à la C.S.I. Ce n’était pas une surprise pour Pyrrhus que d’apprendre ce genre de chose puisqu’il avait lui-même botté les fesses d’un paquet de droïdes au sein d’un complexe Séparatiste établi sur Stéria… Le lien entre les deux ne l’étonna guère.


    - Tu sais Zann, je n’aime pas le travail bâclé ou mal fait. Si tu me proposes un défi digne de mon nom et de mon sang, je répondrai présent pour botter des culs ! Ce qui s’est passé sur Stéria n’était que l’apéritif ! Désigne ta cible difficile, et je m’occupe de lui casser sa petite gueule. Quelle est la suite donc ?

    S’écria Pyrrhus d’un ton très enthousiaste. L’idée de pouvoir poursuivre cette aventure le rendait plutôt heureux là ou le souvenir ardent de Stéria en avait traumatisé plus d’un… Le mastodonte lui avait prit un certain plaisir à faire le nettoyage par les armes. Pyrrhus remarqua alors qu’il ne restait plus grand-chose à table et ne se souvenait pas avoir tout mangé, mais les preuves l’inculpaient lui plutôt que Talia qui semblait ne pas avoir grand appétit. « Comme tous les humains…» pensa le Krogan. Il reprit donc la parole d’un ton toujours aussi joyeux.

    - Ces amuse bouche m’ont mit en appétit ! En attendant la suite du festin… en quoi consiste exactement le projet qui a été mené sur Stéria en matière d’abominations génétiques, mécaniques et la vitrification de planètes ? Oh. Tu as pu trouver quelque chose sur le mal dont souffraient mes gars ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Lun 29 Avr - 16:48

« Du clame mon grand, du calme. On a du pain sur la planche oui mais des affaires pressantes à régler. Laisse-moi contacter les cuisines pour plus de bouffe… C’est fait… Avant de me pencher sur la conclusion de Steria avec toi. J’ai le fin mot de l’histoire et je dois dire que je pensais qu’on ne pouvait pas battre l’Empire en matière de saloperies genre étoile de la mort. Écoutes bien ce que je vais te dire.

Le projet a été développé par un haut placé séparatiste, nom de code Artifex. Je n’ai aucune idée de ce à quoi cela fait référence ou même qui est ce type. Ce que je sais par contre c’est qu’il a raisonné comme suit : si on ne peut le contrôler, personne ne le contrôlera. En définitive? Il a inventé un tueur de planètes. Littéralement. Son gugusse vide de toute ressource une planète, en faisant une boule stérile sans le moindre minerai.

Là où ça a foiré pour Steria… Non mieux vaut que je te fasse lire, si je te le dis tel quel, tu ne me croiras jamais. Ils auraient pu arrêter le projet Steria avant le bordel que tu as vécu. Apparemment, ce Artifex avait d’autres projets en tête et une autre idée d’application pour sa découverte. J’en ai vu des saloperies Pyrrhus, des bombes sales, des attentats vraiment salauds mais entendre un tel truc… »


Pendant que mon personnel revenait des cuisines avec encore plus de bouffe pour le gros lézard (pas grave, j’avais des bonnes réserves, mieux valait qu’il mange à s’en péter le bide que faire mauvaise impression), je programmai le projecteur holographique de la pièce pour faire jouer ce que j’avais découvert sur Steria. Comment une inversion dans une équation avait créé une réaction en chaine qui avait fait de la planète une corne d’abondance doublée d’un paradis empoisonné. Même si le droide avait un ton de voix parfaitement neutre, cela ne semblait que rendre l’horreur plus incroyable encore. Quel espèce de déséquilibré avait pu volontairement pu penser à passer à la prochaine étape en injectant son truc dans un soleil, par exemple? J’en avais fait des saloperies moi aussi mais rien de tel. Rien d’aussi fou en tout cas.

Pendant une bonne heure, le droide expliqua comment du projet originel des mesures avaient été prises pour des observations périodiques il avait été en mesure d’observer les effets du mal de Steria, de la vivisection aux autopsies en passant par une batterie de méthodes franchement inhumaines. Bien après la guerre des clones, et c’est là que les choses devenaient bizarres, il y avait deux membres du projet ou leurs descendants à tout le moins qui avaient continué à garder un œil sur Steria. Le premier, nous savions qui c’était. Le type de la CMC. Le second? Aucune idée. Ce pouvait aussi être un signal automatisé qui n’avait jamais été débranché. Évidemment, c’était un autre mystère à creuser. Là, nous avions regardé uniquement le descriptif général du projet. Une heure de révélations horrifiantes et ce n’était que la surface de l’iceberg.


On doit chopper ce type de la CMC avant l’AG ou la CSL. Tu te doutes bien qu’on ne va pas être les seuls à courir après et battre de vitesse nos concurrents ne sera pas facile. La CSL a clairement l’avantage, elle contrôle Corellia. On ne peut pas envoyer une flotte… Et si je venais à t’envoyer, autant te le dire tout de suite, tu serais virtuellement tout seul en pleines lignes ennemies. Pas sympa, si tu veux mon avis. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Jeu 2 Mai - 17:48

    Talia semblait tenter de réfréner l’enthousiasme de Pyrrhus qui était plus décidé que jamais à en découdre avec cette histoire. La chef du Consortium de Zann voulait sûrement éviter la précipitation afin de mieux calculer à l’avance son coup. A vrai dire, elle voulait plutôt peaufiner les détails, aussi elle présenta la situation. Apparemment, le projet Stéria relevait presque de la démence, et Talia elle-même était persuadée qu’après les super-armes de l’Empire comme le Broyeur de Soleil ou les Etoiles de la Mort, on ne pouvait pas faire pire. Elle avoua presque à mi-mots qu’elle s’était trompé sur le sujet. Ce projet remontait donc à la terrible Guerre des Clones et avait vu le jour par un séparatiste connu sous le nom de code d’Artifex. Ce nom ne dit absolument rien à Pyrrhus qui passa sa langue entre ses dents pour chercher des restes de nourriture tout en étant attentif aux paroles de son interlocutrice. Talia Zann ajouta qu’il s’agissait d’un tueur de planète : en d’autres termes, cette arme dévorait les ressources du monde visé pour la réduire à l’état d’un astre froid, stérile sans le moindre intérêt. C’était là que les choses devinrent intéressantes, et Pyrrhus arriva à la même conclusion que Zann : Stéria était le cœur de ce projet, pourtant il avait fallu attendre le départ de la planète pour que celle-ci soit complètement ravagée par cette arme cataclysmique. Or, lorsque le Krogan avait posé le pied sur la planète, il avait vu un monde à la végétation luxuriante et des terres fertiles à souhait.
    La chef du Consortium de Zann semblait presque terrifiée face à la folie d’Artifex qui avait plutôt d’autres projets en termes d’applications de ce fléau. Pyrrhus resta de marbre en face de l’anxiété de son interlocutrice : contrairement à elle, le mastodonte n’était pas horrifié le moins du monde, la Guerre contre les Yuuzhan Vong lui avait permis de ne plus craindre ce genre d’atrocités, et ses longues années à baigner dans le milieu du crime avaient achevé toute once de sensibilité qu’il pouvait rester au plus profond de son âme.

    Les serviteurs de Zann entrèrent dans la salle avec de nouvelles victuailles pour le plus grand bonheur du lézard qui ne put dissimuler une lueur de bonheur au fond de ses yeux. Choisissant déjà ce qu’il comptait à nouveau ingérer, l’attention du Krogan fut à nouveau sollicitée par Talia qui activa un holoprojecteur présentant tout le détail de ce projet. C’était dément, mais Pyrrhus fut à la fois forcé de reconnaître le génie qui avait habité le créateur de cette arme. En effet, le lézard à l’allure préhistorique était un ingénieur en armes également malgré son apparence de brute épaisse. Il aimait passer son temps à customiser et améliorer l’armement dont il disposait. Ce devait bien être la seule activité intellectuelle à laquelle il s’adonnait cependant… Et bien qu’il n’ait pas reçu la formation lui permettant de construire des armes aussi évoluées et de destruction massive à cause d’un manque de temps, il était suffisamment intelligent pour comprendre et saisir vulgairement les principes d’un prototype. Entre customiser son blaster afin d’y incorporer une lame ou un double canon et construire un superlaser, la différence d’échelle était colossale. Qui sait ? Peut-être qu’en étant formé et en disposant de suffisamment de patience et de temps, le mercenaire arriverait à égaler le génie des plus grands ingénieurs d’armes de l’Empire…
    Le projet Stéria était donc de rendre la planète attractive, en faire un paradis végétal et minéral afin d’attirer des éventuels colons ne se doutant pas une seule seconde du degré de corruption qui hantait cette planète. A l’instar de certaines fleurs attirant les insectes dans un piège pour ensuite les dévorer.

    L’exposé du droïde dura une heure durant pendant laquelle, le mastodonte acheva également de manger le buffet qu’on lui avait offert. Par principe, il ne crachait jamais sur la nourriture gratuite et n’était pas difficile. Quand on a déjà été contraint de manger de la chair de Vong pour survivre, plus grand-chose peut vous rebuter… Une fois les explications terminées, Talia reprit la parole en déclarant qu’il était impératif de mettre la main sur Richard Coleman, le commanditaire de la mission d’origine de la CMC. Et il fallait le faire avant que l’Alliance ou la Confédération ne mette la main dessus. La Confédération avait un immense avantage tactique sur ses rivaux en dépit du manque de données qu’elle avait pu obtenir suite à Stéria : elle contrôlait Corellia. Ceci empêchait Zann d’employer clairement la manière forte en dépêchant une flotte, mais à la grande surprise de Pyrrhus, elle semblait ne pas être non plus très tentée d’envoyer le mastodonte seul sur cette planète pour faire le sale travail. Le mercenaire n’avait pas peur pourtant, et il répondit d’un ton qui se voulait être déterminé mais qui sonnait aussi comme un grognement.


    - J’ai survécu à bien pire. Ces humains sont frêles. Leur peau est fine, et leurs os fragiles. La plupart d’entre eux sont des chiffes molles qui détaleront dès que j’aurais démembré quelques uns des leurs ! En tout cas on doit trouver ce fils de pute et le faire payer pour mes gars qui sont tombés sur Stéria. A moins que tu ne préfères une action plus subtile comme l’infiltration, auquel cas je ne sais pas si je pourrais faire l’affaire. La discrétion, s’pas mon genre tu sais. En tout cas, on peut pas attendre trop longtemps, ces cons de l’Alliance ou de la Confédération vont remonter les traces jusqu’à lui également.


    Pyrrhus planta son regard droit dans celui de Talia comme pour lui transmettre son énergie et faire en sorte qu'elle prenne une décision rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Ven 3 Mai - 14:21

« Il y a juste un petit problème Pyrrhus, tu vois? Si Steria était en très grande partie une affaire mercenaire commanditée par le CDZ, ma vengeance, elle, ne fera appel qu’à mes gars. Coleman doit mourir de la main du Consortium de Zann. Toi… Je ne me souviens pas t’avoir entendu faire une demande pour te joindre à la famille. Je t’aime bien Pyrrhus mais pour cette mission… »

Je laissai ma phrase en suspens. Quoi, c’était vrai. Un mercenaire pouvait me servir pour des dizaines de contrats et de missions. Il y avait des occasions, par contre, où c’était vraiment quelque chose fait par moi ou pour moi. Dans le cas actuel, je voulais que ce soit la famille qui butte ce salopard. Pas un indépendant recruté par mes soins pour une opération d’assassinat. C’était plus personnel qu’on ne pourrait le penser. Coleman avait mis en danger un de mes lieutenants avec ses manigances et pour cela il devrait payer. Les mercenaires, honnêtement, je m’en foutais. Ce n’étaient pas mes gars. C’étaient des types anonymes, jusque dans une certaine mesure, recrutés pour un boulot. Deux candidats seulement s’étaient démarqués et l’un d’entre eux était retourné parmi les siens pour une durée indéterminée. Affaires personnelles, sans doute.

Restait donc Pyrrhus qui serait une addition de choix pour le CDZ. Naturellement, j’attendais de voir comment il prendrait la chose. Se faire dire : écoute mon grand, t’es pas des nôtres donc pas de taille pour cette opération… Il fallait avoir des couilles pour le dire à un tel mastodonte. Cependant, il y avait bien longtemps que je n’avais plus peur de rien. J’en avais vu des choses au cours de ma trop longue vie. J’avais vu le duel entre Yoda et Darth Sidious, l’empereur Palpatine. J’y étais parce que j’étais là pour faire sauter le sénat. J’avais vu aux premières loges la mort de Jabba, la destruction de la première étoile de la mort et un tas d’autres événements historiques. De croire que quelque chose pouvait encore me faire peur… C’était de penser en idiot. Pyrrhus était une machine à tuer, d’accord. Moi, j’étais une créature polymorphe aux multiples talents.

Cette annonce avait dû attirer son attention car il cessa de manger. Moi, je le regardais « à la Zann », un petit sourire narquois au coin des lèvres, l’air de dire « quoi, tu pensais vraiment que j’allais confier une telle mission à n’importe qui »? Il s’agissait de faire passer un message. Un message qui disait clairement que quiconque ferait du mal à mon organisation, qui qu’il soit, en paierait le plein prix, avec les intérêts. Richard Coleman avait causé des pertes conséquentes à mon organisation et j’allais tout lui prendre, de sa fortune à sa vie. Restait à choisir le bon bourreau pour le travail. Ce n’était pas les volontaires qui manquaient au sein de mes forces et plusieurs de mes lieutenants s’étaient également portés volontaires. Évidemment, c’était du non-dit mais Pyrrhus pouvait se douter de la chose sans trop d’efforts. Il était malin ce petit.


« Pour cette mission, c’est le CDZ qui prend sa revanche. Qui va tout prendre à Coleman, de sa fortune à sa vie. Comme c’est une affaire interne, je ne peux pas recruter d’indépendants, ça tu peux le comprendre, j’en suis sûre. Ce qui nous amène à la grande question : et toi, que comptes-tu faire? Lui courir après à ton compte? Parce que si oui, ce serait une très mauvaise nouvelle pour moi, tu vois… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Mer 8 Mai - 0:31

    - Quoi ?!

    La réponse de Talia avait tout bonnement coupé l’appétit de l’hybride qui s’arrêta subitement de manger pour décocher à son interlocutrice un regard qui ne laissait présager rien de bon pour son intégrité physique. Pyrrhus fronça ses arcades qui lui servaient de sourcils pour bien faire comprendre à Zann qu’il avait trouvé sa réponse assez osée. Peu de personnes osaient tenir tête au mercenaire reptilien, mais cette humaine avait eu suffisamment de cran pour le faire en cet instant. Le visage du Krogan se mua alors en une grimace désapprobatrice. Comment osait-elle remettre en cause les talents du mastodonte ? Ou encore des mercenaires qui s’étaient battus pour le compte de Talia Zann au milieu de cet enfer ? Les poings à quatre doigts de Pyrrhus se refermèrent tandis qu’il se leva subitement de sa chaise afin de surplomber l’humaine de toute sa hauteur et lui rappeler que malgré ses ressources sans doute immense, son armée de criminels et son argent, elle n’en restait pas moins une mortelle aux yeux de l’hybride. Ce dernier se demanda alors combien de temps il disposerait pour aplatir l’humaine avant que ses gorilles ne viennent se joindre à la fête. Bien qu’il l’ignorait, Pyrrhus se doutait bien qu’il y avait ses hommes postés juste devant l’entrée, au moindre cri, ils ouvriraient le feu avant qu’il ne puisse avoir le temps d’étrangler Talia.
    C’était inutile.


    Le Krogan fit quelques pas vers les écrans holographiques et prit la parole d’un ton qui se voulait sévère tandis qu’il observait les informations affichées.

    - Je veux la tête de Coleman et du responsable de Stéria par extension. Tu penses que je ne suis pas capable de m’occuper de lui c’est bien ça ? Ces mercenaires se sont battus pour moi ! Je leur ai ordonné de tenir la ligne le temps que je puisse obtenir ces données. Même si c’était des crapules pour la plupart, d’la racaille, tous on prouvé leur valeur ce jour là ! Ils mériteraient même de faire partie de mon clan pour leur ténacité et leur férocité. Pour ceux de ma race, il n’y a aucun plus grand honneur que de mourir au combat en face d’un ennemi impressionnant. Mes gars se sont couverts d’honneur…

    Pyrrhus marqua une légère pause. Avant de reprendre la parole en grognant.

    - Beaucoup de personnes convoitent ma puissance. J’ai souvenir d’un pirate qui voulait mes services… ce con m’a laissé en plan sur Nar’Shaddaa. Tout comme les Hutts ont voulu m’éliminer quand ils se sont aperçus qu’ils ne pourraient pas me la faire à l’envers…

    Le Krogan se retourna alors subitement vers Talia et s’approcha d’elle d’un pas déterminé, attendant qu’elle ose se relever de sa chaise pour le fixer droit dans les yeux. Qu’est-ce qui lui prouvait que Zann n’avait pas pour ambition de le descendre une fois le travail exécuté ? Il était un être organique à la constitution le rendant presque indestructible par des moyens conventionnels. Une menace pour toute pointure du crime un tant soit peu paranoïaque. Il voulait des garanties, des certitudes. Après tout, cela faisait bien longtemps qu’il n’avait jamais collaboré avec quelqu’un d’autre que lui-même. Il lui fallait un clan, une famille avec laquelle se battre côte à côte. Pyrrhus ajouta quelques phrases à son discours d’une voix toujours caverneuse, mais qui était son ton normal.

    - La vaillance de mes hommes ne doit pas avoir été vaine. Et j’ai besoin de toi pour cela ! Aussi je demande à rejoindre votre clan afin de pouvoir mettre mes ennemis hors course. Cependant, avant de prendre ma décision, je veux savoir ce qu’il en coûte de traiter avec toi. Quels avantages je vais bien pouvoir disposer ? Qu’as-tu à m’offrir ? Est-ce que ton clan sait se battre ? Je n'ai pas vu tes hommes en action ! Je veux de garanties Talia ! Et ne t’avise pas de me mentir ! Le dernier Hutt à s’être foutu de ma gueule s’est retrouvé avec un détonateur thermique dans l’estomac !

    Pyrrhus repensa à un détail, et ricana en parlant plus pour lui-même que pour son interlocutrice.

    - Lui qui rêvait de refaire sa décoration… Héhéhé…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Mer 8 Mai - 20:57

« Pyrrhus, Pyrrhus, Pyrrhus… Tu essaies de me faire peur? De m’intimider? D’exiger quoi que ce soit de moi? Allons donc. Nous sommes entre professionnels. Je ne suis pas du genre à faire mes négociations n’importe comment alors rassied toi. Les autres peuvent dire ce qu’ils veulent, je sais que nous sommes entre personnes civilisées. Je sais que tu n’es pas une brute épaisse… »

Avais-je même bronché? Non. Avais-je eu ne serait-ce qu’une once de peur? Non. J’avais vécu trop de vie et parcouru cette galaxie pendant trop de siècles pour me laisser intimider si facilement. J’en avais vu des choses, bien pire que cet hybride sortit d’une cuve quelconque. Il pouvait être grand et fort, ça ne m’impressionnait pas. Nous étions dans MON bureau et si je le voulais mort, il n’aurait même pas le temps de faire un geste dans ma direction. Au nombre de défenses automatiques qu’il y avait dans la pièce… Mais je m’égare. Je ne voulais aucun mal à Pyrrhus, tout du moins pas pour le moment. Il avait le droit d’être en colère et je respectais la chose. Moi aussi à sa place j’aurais été furieuse de me faire annoncer une telle chose. En même temps, s’il lisait entre les lignes, il pourrait vite comprendre que ce que je lui proposais était… Spécial.

Le Consortium de Zann était une immense famille. Dysfonctionnelle par moment mais c’était notre grande famille. Avec la grande réforme que j’avais proposée et qui avait vu dans nos rangs l’arrivée de sous-traitants, nous avions élargi notre structure familiale et c’était à l’avantage de tous, à mon avis. Ce que je proposais à Pyrrhus, au fond, ce n’était pas de bosser pour moi, oh non, c’était de faire partie de la famille. Cela revenait à dire qu’il serait une partie intégrante du CDZ et qu’en tant que tel, ses nouveaux frères et sœurs veilleraient sur lui comme ils veilleraient sur eux. Ses compagnons d’armes, contrairement aux crapules que j’avais recrutées pour la mission de Steria, étaient prêts à mourir pour lui comme pour n’importe lequel d’entre nous. Nous pensions en équipe. Il nous arrivait d’agir seuls mais notre force était dans notre unité.


« Vois-tu Pyrrhus, si je te propose de te joindre à la famille, tu as deux choix d’adhésion. En tant que membre à part entière, donc qui vit ici, s’entraine avec mes gars et profite des choses fabriquées pour et par le CDZ uniquement ou tu décides de te joindre à la famille en tant que sous-traitant. Tu restes libre de tes mouvements et tu auras tout notre soutien mais par contre, tu fournis ton matériel.

Le CDZ est une grande famille où le pire crime est la trahison. Être membre du CDZ, c’est pouvoir se planter devant moi, me dire : ta gueule Talia, tu dis des conneries et rester en vie. Le CDZ, c’est une bande de professionnels qui travaillent en équipe et qui ont plus à cœur la survie du groupe que la grosseur de leur portefeuille. Le CDZ… Et bien disons que c’est autant le petit nouveau, comme c’est moi et les autres.

Si tu te joins à la famille, tu auras tout naturellement mon support, notre support et notre loyauté. Je ne laisse jamais personne derrière et il n’y a pas assez de Siths, de Jedis, de Vongs ou de je ne sais quoi dans la galaxie pour m’empêcher de voler au secours d’un des miens. Ici, on laisse le mensonge et l’attitude arrogante au vestiaire. Un vrai professionnel peut regarder la vérité en face, quelle que soit la vérité. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Ven 17 Mai - 1:20

    Selon toute vraisemblance, le comportement du Krogan n’avait aucunement perturbé l’humaine assise en face de lui puisqu’elle ne cilla pas. Pyrrhus resta un instant décontenancé, surtout lorsqu’elle répondit. Talia avait un sacré cran en tout cas. Ca le mastodonte ne discuterait jamais de ça et ne remettrait jamais cette qualité en question. Il resta silencieux et pensif un bref instant le temps pour lui de réfléchir à l’offre que l’on venait de lui proposer. Le Krogan cessa de bouger. Immobile et stoïque, il n’y avait que le lent gonflement et dégonflement de sa poitrine soulevée par ses quatre poumons, ses yeux scintillants ainsi que le son de sa respiration qui confirmaient qu’il était encore en vie. Puis l’imposant reptile plissa ses yeux un bref instant.
    Ou il devenait un sous-traitant, autrement dit un agent freelance au service du Consortium de Zann, ou alors il avait aussi la possibilité de rejoindre ce grand syndicat du crime.
    Pyrrhus était quelqu’un de méfiant. Très méfiant. Le lui reprocher serait hypocrite puisque dans le milieu du crime, les naïfs partent les premiers rejoindre leurs ancêtres. Etant donné la longévité du Krogan au sein de ce royaume sans foi ni loi, on pouvait en conclure qu’il était loin d’être naïf, même s’il y avait bien entendu d’autres caractéristiques génétiques qui entraient dans les données de l’équation qu’il représentait.

    L’offre était alléchante, combattre sous l’emblème de Zann ne lui posait pas de problèmes dès l’instant ou elle pouvait lui fournir des adversaires à la hauteur de Pyrrhus ainsi que des défis que de nombreux analystes jugeraient impossibles à relever. Sa méfiance le retenait de franchir le pas, il voulait une garantie. Mais après tout, Stéria avait été un bon début et cette quête n’était pas encore terminée. Il lui fallait y mettre un terme. Il allait devoir prendre le risque d’accepter la main qu’on lui tendait, la fierté du Krogan musela alors sa prudence. Après tout, personne n’avait été capable de l’abattre, et la force de ses gènes combinée à son expérience de la guerre ainsi que sa maîtrise des armes constituait une assurance sur laquelle, Pyrrhus pouvait compter. A tort ou à raison ? Seul l’avenir le dira.
    L’opportunité de finir Steria et de remonter la trace était plus forte que le reste. Une fois ce défi surmonté, il ne fera aucun doute que la loyauté du mercenaire irait au Consortium, cette grande famille dont l’humaine l’ayant invité lui avait loué les mérites. Cette organisation différait des autres dans son fonctionnement, et cela laissa le mastodonte perplexe un léger moment. S’il fonctionnait effectivement comme un clan, alors raison de plus d’accepter l’offre.

    Pyrrhus se remit à bouger, il avança vers Zann d’un air plutôt neutre mais sévère – ce qui était son faciès habituel lui valant d’être considéré comme souvent de mauvaise humeur – avant de laisser sa lourde tête basculer en avant pour plonger ses yeux dans ceux de Talia. Le Krogan tendit sa main droite à trois doigts et déclara simplement d’un air convaincu.


    - Talia, j’accepte ton offre. J’espère que ta parole est de valeur. Que faisons-nous à présent ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Dim 19 Mai - 20:44

Qu’il prenne le temps de réfléchir, je n’étais pas pressée. Il ne faut jamais commettre l’erreur de ne pas lire tous les petits caractères du contrat ou de ne pas peser le pour et le contre sur un coup de tête. Au contraire, il faut toujours faire attention. TRÈS attention. Pyrrhus allait quand même signer un contrat à vie, techniquement, donc pas de conneries. J’attendis qu’il ait fini de peser le pour et le contre avant de serrer sa main. De mon côté, aucune inquiétude. Je savais qu’il serait fiable. Pourquoi ne le serait-il pas? Sur Steria, il avait fait ses preuves et pas qu’un peu. Il s’était distingué plus que n’importe quel autre mercenaire. Il méritait sa place et plus que cela encore. J’avais bien des idées en tête pour la plus récente addition à ma grande famille… Le genre de plans qui nécessite des exceptions à la règle pour fonctionner.

« Ce qu’on fait? Et bien je t’explique mon plan pour butter ce salopard. La CSL ne verra rien venir. En même temps, on va voir si tu es aussi solide qu’on le dit. Pour faire simple, je vais piéger un vaisseau civil avec des explosifs, le faire passer près du QG de la CMC, ce qui n’est pas inhabituel, le faire sauter… Et profiter de la pluie de débris pour ton insertion. Comment, tu vas me demander?

Je vais te torpiller depuis un vaisseau sous champ de camouflage. Littéralement. Ensuite, je vise le QG de la CMC et je tire. Tu DEVRAIS survivre. Au milieu de la pluie de débris, personne n’y verra rien. Ensuite toi tu entres bien gentiment, tu trouves ce salopard, tu lui fais cracher tout ce qu’il sait, tu le buttes, tu pilles son bureau et tu écris avec son sang sur les murs que le CDZ l’a eu en premier. »


Dans le genre plans suicidaires, c’était plus qu’osé ce truc. En temps normal, l’excuse des météorites était toujours tentante mais rien ne pourrait justifier la présence d’un énorme caillou si près de Corellia. Il ne me restait plus qu’à choisir une cible bien juteuse, de quoi faire un énorme « BANG » et de bien calculer mon coup. D’après moi, cette machine de guerre organique qu’était Pyrrhus devrait survivre avec facilité. Un être humain ne pouvait le faire mais lui le pourrait. Parlez d’une mission faite sur mesure pour ma grosse brute préférée. Il ne fallait pas non plus penser que je le considérais comme sacrifiable. Il faudrait un sacré paquet de calculs et autres machins pour lui donner la bonne vitesse, le bon angle et le bon effet visuel à l’impact. Du travail tout ça, énormément de travail mais il faisait partie de la famille maintenant…

Il était donc prêt à prendre des risques pour ses nouveaux frères et sœurs. Ajoutez à cela que plus le coup semblait impossible, plus il donnait du galon et j’étais convaincue que le gros lézard à la bouille si sympathique allait dire oui. Oui je le veux. Comment ne pas être touché dans sa fierté et son orgueil? C’était vrai qu’il était le seul à pouvoir survivre à un tel truc et réussir contre des forces qui le mettraient clairement en position de désavantage. Après Steria, que seraient les forces de sécurité privées de la CMC et quelques soldats de la CSL, s’ils rappliquaient sur les lieux? Avec moi, impossible prenait un tout autre sens et voyait ses limites repoussées de plus en plus loin. C’était notre spécialité dans le CDZ : toujours faire en sorte de réussir là où les êtres échouent ou n’osent tenter quelque chose. On survit en s’adaptant et en innovant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Mar 21 Mai - 21:08

    Pyrrhus serra alors vigoureusement la main tendue par Talia qui enchaina immédiatement en détaillant son plan d’action. Le reptile comprit alors que l’humaine avait l’intention de piéger un véhicule civil d’explosifs et de le faire détoner à proximité du quartier général de la CMC. Il s’agissait de la première phase de son plan. La seconde était plus intéressante puisque Talia avait planifié « l’infiltration » du Krogan de façon particulière : elle comptait le mettre dans une torpille et l’expédier depuis l’orbite jusqu’au quartier général. Bien entendu, les chances de survies pour un humain étaient proches du 1 ou 3%, mais dans le cas de Pyrrhus, le pourcentage devait être revu à la hausse. A vrai dire, ce n’était pas la méthode de déploiement qui semblait contrarié Pyrrhus, mais plutôt le fait de devoir être enfermé dans une capsule encore plus étroite qu’un vaisseau, ce qui avait pour habitude de renforcer son potentiel d’agressivité et de destruction. Talia l’avait-elle fait exprès ? Sans doute, après tout une fois enragé le Krogan serait particulièrement difficile à stopper pour les forces de sécurité déjà bien occupées par les débris. Il n’en ferait qu’une bouchée : Stéria serait presque une partie de rigolade à côté de ça.

    Pyrrhus grimaça toutefois en se visualisant coincé à bord de la torpille jusqu’à ce que l’impact puisse enfin le libérer de sa prison de fer. Comme tous ceux de sa race, il détestait les voyages stellaires, mais plus précisément le fait d’être enfermé entre quatre murs dans l’espace. Cela le rendait nerveux et bien plus agressif. Ce dont s’aperçurent ceux les ayant conçus lorsqu’ils furent déployés contre les Yuuzhans Vong : Pyrrhus avait déjà été poussé à bout de nerfs par un de ses coéquipiers et l’échange de piques acérées avait très vite tourné à l’échange de coups de poings.
    Le mastodonte resta silencieux quelques instants avant de lâcher d’un ton des plus enthousiastes après avoir entendu son interlocutrice insulter sa cible.

    - Ah ! J’entre, je dégomme, j’arrache des aveux, je pille, pas de survivants et on s’casse ! Bien parlé Talia ! Bien peu d’humains me comprennent… Ceux qui attaque mon clan sont mes ennemis ! On va leur montrer qu'on se frotte pas au Consortium impunément !

    L’hybride fit claquer ce qui lui servait de lèvres, signe d’excitation face à la mission qu’on lui proposait. Puis il ajouta en plaisantant sur la fin de sa phrase.

    - J’agis en solo je présume. Niveau équipement est-ce que j’ai un cadeau de bienvenue ? Qu’est-ce que tu m’as prévu pour mon exfiltration ? Tu vas me renvoyer en orbite avec une de tes torpilles tirées depuis le sol avec un de tes contacts Zann ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Dim 26 Mai - 3:46

« Voyons Pyrrhus, t’envoyer des renforts, ce serait te ralentir, tu le sais bien. Contrairement à Steria, je veux que mes gars reviennent vivants de leur mission. C’est pour cette raison précise que je n’avais envoyé qu’Ina sur cette saloperie empoisonnée. Mes gars seraient un fardeau pour toi et tu ne veux pas avoir un poids supplémentaire, celui de les garder en vie, sur tes épaules, pas vrai? »

Je ne disais pas ça pour son ego, non. Pyrrhus était une autre classe de soldat à lui tout seul. Il pouvait faire considérablement plus qu’une escouade entière de mercenaires d’assaut et ce même s’ils étaient considérablement plus efficaces que les troupes régulières des grandes factions. J’avais entre les mains une arme de destruction massive vivante et je comptais bien m’en servir! Une équipe complète serait du gâchis, réduisant l’efficacité de Pyrrhus et augmentant le risque de capture. Le coup serait signé CDZ mais quand même : on ne peut obtenir des informations sur le coup sans avoir d’éléments tangibles sous la main. Pyrrhus, de toute façon, avait des raisons toutes personnelles de faire de l’excès de zèle. Oui, toutes les raisons… Pour arriver à éliminer une cible, utilisez contre elle ceux qui lui en veulent au point de vouloir le tuer.

Quant à savoir si je lui avais préparé un cadeau de bienvenue… Oui. Évidemment. Et pas des moindres, ajouterais-je. Considérant que Pyrrhus pouvait aisément manier les armes lourdes conçues pour des humains, j’avais décidé de lever un peu la barre. J’avais décidé de lui faire don du tout dernier prototype étudié par le CDZ en matière d’armes lourdes. Un canon gauss portable. Pas aussi impressionnant que celui d’un char Canderous mais suffisamment massif pour nécessiter une équipe de deux personnes pour transporter et déployer la chose. C’était à mi-chemin entre la mitrailleuse à trépied et le lance-roquette. Cela avait un recul considérable mais infligeait des dégâts qui se méritaient le même qualificatif. De quoi faire mumuse un bon moment avant de s’en lasser. Si Pyrrhus venait un jour à s’en lasser. Ce dont je doutais, soit dit en passant.


« Évidemment que je t’ai préparé un paquet cadeau. Un beau jouet non testé, bien dangereux et hautement illégal. Le genre de truc capable de faire passer les joujous de l’Empire pour de la petite merde. La foi en les lasers, c’est bien mais on peut faire mieux. La technologie Gauss a fait ses preuves contre les meilleures unités blindées de tout temps. Tu vas voir, c’est très amusant à utiliser. Juré craché.

Pour ce qui est de ton retour chez nous… Tu te doutes bien que j’ai des ficelles qui tirent des marionnettes un peu partout dans la galaxie. Je vais te filer les coordonnées d’un entrepôt. Selon les registres corelliens, il sert au stockage d’équipement lourd pour la CMC. En vérité… Non mieux vaut que tu découvres toi-même la surprise. Ce n’est pas drôle sinon. J’espère que tu aimes faire les choses avec fracas. »


Je lui avais préparé toute une sortie à notre Pyrrhus. Dans le genre à faire les journaux. La une, à coup sûr. On aura beau dire que je suis un peu folle et que j’ai le chic pour dépenser énormément en planification mais juste pour le coup de pub, cela vaut largement chaque crédit investi. Pyrrhus allait entrer avec style, il sortirait avec style ou ne sortirait pas du tout. Après tout, je me doutais bien qu’il n’était pas du genre à passer par la porte si un mur pouvait être défoncé, exactement comme moi, au fond. Pourquoi faire comme tout le monde quand un peu de fantaisie vous apporte tellement plus? Il y a des choses dont je ne me lasserai tout simplement jamais. Appelez ça un grain de folie, de l’ambition, de la mégalomanie, je m’en fous. La normalité, c’est pour les nuls. Tant pis si la galaxie désapprouvait mes frasques. Je ne rendais de comptes à personne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Lun 27 Mai - 13:04

    Pyrrhus Hellstorm fut amplement satisfait des réponses que lui apportait son interlocutrice. Il serait seul pour cette mission : sans soutien et c’était tant mieux pour ce genre d’opérations. A dire vrai, le Krogan n’aurait pas vraiment apprécié servir sous le commandement d’Inaya qui l’avait grandement déçu. Pour lui, Inaya n’avait pas la trempe d’un leader, ses ordres n’avaient de cesse d’avoir été contradictoires ce qui suggérait alors une mauvaise préparation de l’opération : le genre d’erreur qu’un meneur ne devait pas faire. Pour l’hybride, il était inconcevable d’obéir aux directives d’une couarde. A moins qu’elle ne prouve sa véritable valeur en défiant Pyrrhus et en le battant à la loyale : c'est-à-dire à mains nues.

    Le mercenaire respectait la force brute, mais également la ruse. Il avait également l’habitude de classifier les individus dans sa propre hiérarchie : les faibles, et les forts. Mais il y avait aussi une troisième catégorie dans laquelle, il mettait d’autres types d’individus : ses égaux. Ses frères d’armes, des individus que Pyrrhus respectait et considérait non pas comme des inférieurs ou des supérieurs mais comme issus du même moule que lui. Le même moule qui façonnait les gens pour en faire des soldats : la Guerre. Son classement n’avait rien de figé, et un faible pouvait très bien devenir un fort pour un peu qu’il s’en montre digne.

    Talia Zann ajouta qu’il aurait également droit à un nouveau canon à ajouter à sa collection. Le genre d’armes qui devait faire un boucan d’enfer tout en faisant de jolis trous. La technologie Gauss n’était pas inconnue de Pyrrhus qui malgré ce que son apparence pouvait laisser croire, avait tout de même un certain niveau d’expertise en matière d’armements. Après tout, c’était bien lui qui était chargé de concevoir, customiser, et mettre au point les armes du commando GRUNT dont il avait fait partie avant que les choses ne changent. Sans doute serait-il même capable d’apporter ses propres modifications au canon qu’on allait lui fournir afin de pouvoir l’adapter selon ses besoins. Quoiqu’il en soit, cette technologie peu commune faisait souvent d’énormes dégâts dans des blindages divers et variés, alors contre de simples fantassins de la CMC, cela serait presque un jeu d’enfant. Ce genre de projectiles passerait au travers de leurs corps aussi aisément qu’un couteau pénètre la peau d’un humain. Et en visualisant le carnage à venir, Pyrrhus ne put s’empêcher d’esquisser un sourire presque malsain qui inquiéterait bon nombre d’individus normalement constitués psychologiquement.

    La surprise promise par Talia tempéra un peu ses ardeurs. Après tout il n’aimait pas vraiment les surprises même s’il avait été capable de faire preuve d’une impressionnante capacité d’adaptation au cours des batailles qu’il avait menées. L’humaine avait réussi à piquer sa curiosité à vif et à captiver toute son attention. L’esprit du Krogan imagina alors mille et une façons de procéder à une exfiltration spectaculaire. Mais il lui était impossible de deviner laquelle serait retenue pour sortir le mastodonte de ce genre d’opération. Et Pyrrhus fut bien incapable de lire sur le visage de Talia afin d’essayer d’avoir un indice. Cette humaine lui plaisait en tout cas, imprévisible et dangereuse des qualités rares chez des mammifères à sang chaud. Tout ce qu’il espérait, c’était qu’elle ne le trahisse pas.
    D’un revers de la main il balaya ces pensées et repensa au bon côté des choses : la mission qui se présentait à lui. Pyrrhus fronça ce qui lui servait de sourcils et frappa son poing droit dans la paume de sa main gauche tout en hochant la tête : signe d’enthousiasme témoignant de sa motivation à accomplir la tâche qu’on venait de lui confier. Quoiqu’il en soit, lorsqu’il prit la parole, on ne pouvait douter de sa bonne humeur qui aurait laissé perplexe plus d’un individu compte tenu de la mission suicide qu’on venait de lui proposer.


    - Assez parlé ! J’ai hâte de visiter Correlia pour refaire la décoration des locaux de la CMC. Quand est-ce que je commence ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Mar 28 Mai - 21:14

Un peu d’enthousiasme, c’était toujours agréable à voir. Ce n’était pas le cas avec le CDZ mais j’avais vu à plus d’une reprise des gens trop confiants, snobs au point d’avoir l’air blasé de tout. Quand on ne prend plus plaisir à son travail, c’est qu’il est temps de prendre sa retraite ou alors vous risquez fort de vous faire descendre. C’était précisément pour cette raison que mon organisation avait des psychologues dans ses rangs pour s’assurer du bien être mental de tous. Pour éviter les morts inutiles, autant identifier les problèmes avant qu’ils ne se présentent. Pyrrhus, décidément, était une addition de choix. Me restait-il quelque chose à voir avec lui? Oui. Une grosse affaire? Quand même. De quoi s’agissait-il? Patience. Pensez-y : un type de la trempe de Pyrrhus, on lui donne des responsabilités.

« Un moment Pyrrhus, un moment. Tu partiras quand tu auras fait connaissance avec ta nouvelle meilleure amie. Tu te doutes bien que j’ai de grands projets pour toi, non? Un type comme toi, on le veut pour faire du travail solo mais aussi pour mener des hommes au combat. J’ai une belle offre pour toi.

Vois-tu, j’ai un projet sur la glace. Une unité de combat qui se charge de faire dans le visible et le spectaculaire. Le total inverse de mes corrupteurs. Eux opèrent dans l’ombre. Tes gars eux feraient le boulot en pleine lumière. Nom de code : Unité Mayhem. Votre boulot? Le sale travail, le travail sanglant, tout ce que la corruption ne peut pas faire. Vos ordres? Aucun survivant. Le genre de truc qui devrait te plaire. »


Comme par magie, une autre personne se matérialisa dans la pièce. En la regardant, n’importe quel humain aurait probablement froncé les sourcils. Malgré un exotisme évident, on était loin des standards de beauté à la Twi’lek ou à la Zeltron. Moi je la trouvais de mon goût et si je n’avais pas été en couple avec Ina, j’en aurais très certainement profité mais bon, chacun son truc. Ce qu’il importait de savoir, c’était que je venais d’assigner à Pyrrhus une lieutenant de choix. Si Pyrrhus était né dans une cuve, il n’était pas le seul. Le CDZ aussi avait ses recherches en génétique et si nos projets étaient peu nombreux dans le domaine, quand ils portaient fruits, ils portaient fruits. En gros, du temps de Tyber Zann, nous avions commencé à considérer la prochaine génération de soldats du CDZ. Serait-il organique ou non? Un hybride, peut-être?

Nous avions bien performé en cybernétique. En termes d’implants, je devais admettre que nos progrès avaient été plus que satisfaisants. Il y avait eu bien sûr Slayer, prodige au niveau de la robotique puis comme ce dernier, les progrès sur notre projet « organique » avaient été longs, ardus et coûteux. Nous avions des fonds colossaux mais il ne fallait pas non plus abuser. Pour mener à bien l’un des deux, il avait fallu mettre l’autre en pause. J’étais contente des résultats, en tout cas. Bon d’accord, ce n’était pas Pyrrhus dans sa « monstruosité » et sa brutalité. Par contre, elle lui en donnerait pour son argent si jamais ils en venaient aux poings. Si d’ordinaire les esprits de ces scientifiques militaires capitalisaient plus sur la puissance brute, nous avions décidé de capitaliser sur son exact opposé. Agilité, rapidité, mobilité. Le propre de la vraie guerre moderne.


« Je te présente Cassie Ninx. On la surnomme Fix-It. Produit du génie scientifique du CDZ, elle est notre réponse aux projets des puissances passées. Là où la force brute a toujours été mise de l’avant, nous avons capitalisé sur la rapidité, l’agilité et la mobilité. Le prend pas mal Pyrrhus, t’es un prodige de science mais au final? L’idée de base ne diffère pas de ce qu’on voyait déjà du temps de l’Empire Sith.

Cassie peut escalader une paroi lisse sans problème et faire des contorsions que tu ne peux pas croire avant de le voir. Elle a du Theelin dans le sang, comme tu peux le voir Et juste par ses habiletés naturelles, dérivées en grande partie des Terrelian Jango Jumper, elle fout carrément la honte à un Jedi utilisant à pleines capacités sa vitesse de Force, son saut de Force, des trucs du genre. Comparé à toi, elle est fragile, c’est clair… Mais il faut l’attraper pour commencer.

Sur ce je vous laisse faire connaissance. Vous avez vos ordres pour l’opération sur Corellia. Fix-It, tu es en charge de l’extraction de Pyrrhus. Pas de chicane, vous êtes des professionnels. Considères Pyrrhus comme ton nouveau patron. Ce qu’il te demande, c’est comme si moi je te l’avais demandé. Bon courage à vous deux : considérez cette opération comme le coup d’envoi de l’unité Mayhem. »


//


Spoiler:
 

POV : Cassie « Fix-It » Ninx
Quand la patronne m’avait convoquée pour me donner ma nouvelle mission, je dois avouer que j’avais été vraiment enthousiaste à l’idée. J’avais vu les enregistrements de Steria et bosser pour Pyrrhus allait être vraiment… Fun. Je venais de me faire remettre en service actif après avoir été virée des corrupteurs (à quoi ça sert d’avoir des explosifs et un flingue si on peut s’en servir uniquement sur des cibles données) et savoir que j’allais pouvoir faire ce que je faisais de mieux, payée et financée pour ce faire en plus, c’était pratiquement le nec plus ultra. Est-ce que j’avais des problèmes à obéir à un type sortit d’une cuve quelconque? Du tout. Je sortais moi-même d’une cuve donc entre produits de laboratoires, on devrait s’entendre. Avec lui pour ouvrir le bal d’un carnage annoncé, cela promettait énormément.

Attendant le signal de la patronne, je désactivai mon unité d’invisibilité, redevenant visible aux yeux de tous. M’avançant vers le mastodonte qui me dominait de toute sa hauteur, je le regardai avec des yeux où une lueur malicieuse semblait briller en permanence. Qu’on ne s’y trompe pas. J’étais d’une loyauté sans faille et j’allais veiller sur Pyrrhus comme un rancor sur son souper. J’avais hâte de faire mes preuves. J’avais hâte de faire couler le sang avec lui. Tendant la main sans hésiter un seul instant, je serrai la sienne avec plus de force qu’il devait s’y attendre au vu de mon gabarit. Les apparences sont trompeuses, comme on dit, ce qui est encore plus vrai avec tout ce qui sort d’une cuve de labo. Nous avions été conçus tous les deux pour incarner ce qui se faisait de mieux en matière de machine à tuer donc…


« Salut patron. Moi c’est Cassie mais on m’appelle Fix-It. Si tu veux m’appeler autrement, c’est toi le chef, le mâle alpha, le grand boss. Si je peux me permettre, ça fait longtemps que je suis ce que tu fais, le carnage que tu sèmes et aussi étrange que ça puisse paraitre, je suis ta plus grande fan. Tu me signerais un autographe? Tu me le grave dans le dos si tu veux, je suis pas difficile! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Dim 23 Juin - 17:51

    Pyrrhus écouta alors attentivement les paroles de Talia qui lui apprit qu’il allait être le commandant d’une nouvelle unité du Consortium de Zann ; l’unité Mayhem. En quelques sortes, il serait le chef du poing du Consortium de Zann. Un poing qui allait très probablement finir dans le visage des nombreux ennemis des intérêts de Zann, du moins c’était ce dont le Krogan rêvait. Pouvoir mener son clan vers la gloire était quelque chose dont il avait toujours rêvé, et Stéria lui avait fait tâter ce fantasme si longtemps tenu éloigné par la condition solitaire de Pyrrhus. Enfin il pourrait se ruer avec ses propres soldats vers ses adversaires pour leur montrer quel clan était le plus puissant et le plus digne de survivre. Il ne put retenir un ricanement de satisfaction ainsi qu’un petit cri trahissant son excitation.

    Mais le plus intéressant vint après, selon toute vraisemblance, Pyrrhus aurait de la compagnie avec lui, une femme à ses côtés. Le reptile secoua la tête d’un signe désapprobateur : si jamais on lui donnait Inaya Nhara sous ses ordres, il n’en voudrait pas. Pourtant ce fut une autre femme, artificielle également selon les dires de Talia qui vanta sa rapidité, son agilité ainsi que sa vivacité. En d’autres termes, elle était basée sur la vitesse d’exécution plus que sur la puissance des coups portés et l’endurance.
    La chef du Cosortium de Zann admit que malgré tout cela et en comparaison au Krogan elle était très fragile ce qui rendit le chef de l’unité Mayhem plus que perplexe : quelque chose de fragile était dans son esprit, quelque chose de faible. Autrement dit, elle avait intérêt à être aussi rapide que Talia le prétendait afin de ne pas  finir sur la touche rapidement. Pyrrhus avait conscience de ne pas être un acrobate, mais il s’en fichait : il était solide, endurant et fort physiquement. Sa peau couverte d’écailles était robuste, il avait été conçu pour encaisser les coups et en distribuer des puissants, conçu pour durer grâce à ses incroyables capacités régénératrices.


    - Si tout le monde a misé sur la force brute pendant des millénaires c’est bien parce que c’est l’idée suprême. Si les scientifiques des grandes puissances avaient fait erreur sur toute la ligne, l’idée serait morte depuis un moment. C’est comme les vaisseaux. Ceux qui sont dépassés ou défaillant ne sont plus produits. Les autres restent ! Principe de sélection naturelle Talia, mais j’pense que je ne t’apprends rien ! Aussi si ton prototype survit, c’est qu’il est viable et que ton idée est bonne. Si ce n’est pas le cas, alors la galaxie se chargera de corriger l’erreur ! A bientôt Talia.

    Pyrrhus salua la chef du Consortium de Zann avant de s’en aller, c’est alors que la dénommée Cassie Ninx sortit de l’ombre pour apparaître au grand jour. Elle n’était visiblement pas humaine malgré son apparence humanoïde, ce qui serait un avantage pour elle vis-à-vis de Pyrrhus dont les idées sur les humains étaient mitigées. Elle avait un petit côté séduisant, et en la voyant se dessiner sous ses yeux bleus, le Krogan ressentit une certaine chaleur : il n’était pas seul à avoir été conçu en cuve. Il n’était pas la seule entité conçue de toutes pièces dans un laboratoire par d’obscurs scientifiques aux desseins sombres. Il n’était plus seul.

    Restait à tester les capacités de sa nouvelle associée qui semblait être particulièrement heureuse de voir son partenaire au sang froid devant elle. Fix-It tendit une main frêle et fragile à cinq doigts que Pyrrhus empoigna instinctivement. Même s’il avait le dessus physiquement, il fut plutôt surpris de voir que Cassie avait une bonne poigne, comme quoi les apparences sont trompeuses.


    - Hah ! Tu m’plais Fix-it ! Je vais te faire un joli autographe dans le dos une fois qu’on aura fini cette mission sur Corellia. Ce sera le symbole de notre première collaboration qu’en dis-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Lun 24 Juin - 6:03

Spoiler:
 

POV : Cassie « Fix-It » Ninx

« T’es sérieux? Ouais, pas bête. Ce serait même carrément logique. Je veux dire, on n’obtient rien sans rien pas vrai? Je relève le défi. On va leur casser la gueule à ces cons et ils vont se demander ce qui leur est arrivé. J’ai déjà hâte de commencer moi! Ça me changera de ces conneries de faut pas se faire voir, faut se la jouer discret et il faut opérer en faisant le moins de vagues possibles… »

C’était déjà ça de gagné : Pyrrhus acceptait de m’avoir dans son équipe et pour ce que je pouvais en voir, il ne m’avait imposé aucune condition précise. Autant vous dire que j’étais plus que satisfaite. La mission à venir promettait d’être divertissante à souhait. D’accord, j’avais le rôle un tant soit peu ingrat de chauffeur pour son retour au bercail mais bon. Il fut bien commencer quelque part, comme je me plais à le dire. De toute façon, à quoi bon se leurrer : je ne serais pas simplement spectatrice, non. Ce serait une sortie explosive que celle de Pyrrhus et je n’avais pas l’intention de gâcher mon effet avec de l’auto apitoiement. Ce serait bien le comble de foirer une mission sur une bête histoire de rôle… Ah non, je ne comptais pas échouer. Pas du tout même. Pyrrhus pouvait compter sur moi. Il ne serait pas déçu de m’avoir pour couvrir ses arrières.

Tout de même, ce serait assez honteux d’échouer dès ma première mission en dehors des corrupteurs. La patronne avait été bien claire. Je représentais un paquet de crédit, une somme presque prohibitive pour reprendre ses termes et si je n’avais jamais échoué de façon théorique, j’avais quand même un tas de fois décidé de faire à ma tête pour accomplir ma mission. Les résultats étaient indéniables… Sauf que ce n’était pas ce qui avait été demandé ou attendu du moi. Conclusion… Bravo « Fix-It », tu as rapporté au CDZ des résultats inespérés… Mais pas les résultats désirés. C’est ta dernière chance de performer avant de finir candidate pour une vivisection ou pire, une autopsie. Ça la patronne ne me l’avait pas explicitement dit. J’avais su lire entre les lignes. Avec le temps et comme c’était un peu ma conceptrice, j’avais appris à la connaitre.


« Dis voir, tu voudrais pas qu’on se fasse un petit entrainement avant de partir? Comme on va devoir bosser ensemble, autant se faire un combat amical pour mieux comprendre les forces et les faiblesses de l’autre, tu ne crois pas? Toi t’as été créé avec un accent sur la force, moi sur l’agilité : deux produits de cuve qui se battent pour prouver la meilleure formule, ça a de la gueule non? »

Ouais, Pyrrhus pourrait sans doute me tuer s’il parvenait à m’en foutre une sur la gueule. D’un autre côté, un simple combat amical, avec des coups retenus, ça ne fait pas les équipiers les plus performants. Aussi con que ce puisse être, entre supposer la force d’un coup par un coup de pratique et le souffrir parce qu’on se l’est prit sur la gueule, il y a toute une différence. J’ajoute que même si je n’étais pas aussi forte que le Krogan, cela ne voulait pas dire qu’il n’en aurait pas pour son argent. Avec les acrobaties que je pouvais faire, il aurait déjà à la base bien du mal à me toucher. Officieusement, avoir la chance de se battre contre son idole, c’est un peu comme… Je sais pas moi, un fantasme devenu réalité? Quoi que… Mes fantasmes sont assez simples : un beau gros carnage, des armes et quelque chose de bien spectaculaire…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Lun 8 Juil - 22:04


    Pyrrhus Hellstorm était d’autant plus enthousiaste à l’idée de collaborer quand il se rendit compte que ce petit bout de femme se tenant devant lui semblait être déterminée à botter des culs. Cassie avait également envie d’un petit combat au corps à corps avant la mission afin de découvrir un peu plus le Krogan avec lequel elle allait faire équipe. L’idée était tentante même si le lézard ne put s’empêcher de trouver Fix-It un peu suicidaire : et si Pyrrhus la blessait suffisamment pour qu’elle ne puisse faire partie de la mission ? Dans un sens si c’était le cas, cela voulait dire que Talia avait sans doute surestimé les capacités de sa création.
    Cassie ressemblait fortement à Pyrrhus dans un sens de part la joie qu’elle semblait ressentir a l’idée de combattre son idole. Quoiqu’il en soit, le mastodonte était plutôt satisfait d’avoir un partenaire à même de comprendre son raisonnement.


    - A qui le dis tu, la subtilité c’est pour les humains ! Nous sommes plus puissants qu’eux !

    Lâcha-t-il tout en tapant son poing dans la paume de son autre main. Par la suite, l’idée d’un combat l’ayant séduit, il fit signe alors à son associée de le suivre. Un droïde de Talia conduisit les deux expériences de laboratoire jusqu’à une petite salle ressemblant à une arène de Géonosis de part un jeu d’hologramme et le sable sur le sol. L’hologramme était saisissant, et faisait apparaître une foule en liasse, hurlant d’impatience et de bonheur à se trouver ici. Pyrrhus quant à lui partageait le sentiment de cette population réunie ici, et n’avait qu’une envie : prouver sa supériorité génétique. Entrant dans la salle rendue plus que réaliste par l’effervescence de la foule, il eut alors l’impression d’être un conquérant, un véritable chef de guerre Krogan adulé par son peuple pour ses prouesses guerrières. Pyrrhus répondit à la foule en poussant un cri de guerre et en levant les bras au ciel comme pour que la fortune soit de son côté.

    Puis son regard se posa sur Fix-It qui, en comparaison de l’hybride semblait être bien frêle. Mais Pyrrhus n’avait pas l’intention de sous-estimer cet adversaire : Talia l’avait prévenu. Fix-It était bien plus rapide qu’il ne le serait probablement jamais. Le Krogan estima alors que son associée devait avoir été conçue pour porter des coups vifs et précis avec une grande vitesse d’exécution : ce qui sous entendait qu’en matière d’endurance le lézard au sang froid devrait avoir l’avantage. D’autant plus que les écailles du mastodonte étaient épaisses... Les éclats bleus de Pyrrhus estimèrent alors la dangerosité de son ennemie qui n’était pas le moins du monde stressée, elle était sûre d’elle et de ses chances de victoire. Prudence est mère de sûreté…  Ceci allait-être un combat au corps à corps… le genre de combat que Pyrrhus adorait.


    - Que le plus fort gagne ! Si tu me vaincs, alors je t’accepterai au sein de mon clan et ferait de toi ma lieutenante !

    Lâcha t’il d’un ton empli de fierté et d’honneur. Puis lorsque le signal fut lancé, l’immense masse d’écailles de deux cent kilogrammes s’élança vers Cassie. Son pas lourd et rapide faisait trembler le sol, tandis que le Krogan poussa un nouveau cri terrifiant qui aurait littéralement pétrifié de peur tout individu sain d’esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Mer 10 Juil - 4:15

Spoiler:
 

POV : Cassie « Fix-It » Ninx

Se battre… Tout super soldat, projet complet ou prototype, est conçu dans ce but. Certains comme Pyrrhus sont de véritables char d’assaut sur pattes. En fait, pour tout dire, c’était le canevas général de virtuellement tous les « modèles » expérimentés. Mais pas moi. Moi, j’avais été conçue différemment et Talia Zann n’était pas du genre à faire des folles dépenses pour rien. Si j’étais dans cette arène, c’était parce que j’avais mes chances. Si Pyrrhus parvenait à porter un coup, mes chances d’en réchapper honorablement étaient minces. Par contre, je pouvais porter plusieurs attaques rapides le temps que lui tente d’en faire une. Toute ma stratégie se devait de résider dans mon agilité et ma rapidité. Je mis ces pensées de côté quand mon adversaire chargea. J’étais prête. Perdre n’est jamais une mauvaise chose car cela peut vous rendre plus fort.

 
D’un bond, je sautai par-dessus Pyrrhus. Me réceptionnant derrière lui, je profitai du fait qu’il continuait sur sa lancée pour planifier mon prochain coup. Le temps qu’il s’arrête et se retourne, il se prenait mon pied dans la figure. Je battis en retraite, repartit à l’attaque en visant les jambes cette fois et mon jeu ressemblait à une abeille harassant un ours. Le but était de frustrer Pyrrhus. La colère est mauvaise conseillère et je capitalisais sur les erreurs qu’il ferait. On a beau être le meilleur des combattants, la patience est une chose faisant souvent défaut aux plus agressifs. Il était lent, en tout cas. Comparativement à moi, on aurait presque pu dire qu’il se déplaçait dans la mélasse. La patronne ne lui avait pas mentit : mes habiletés naturelles pouvaient foutre la honte à un Jedi. Attaque, esquive, retraite, feinte, esquive, attaque, attaque, retraite…
 
Je m’assurai de garder une part d’imprévu. Pas de routine dans mes enchainements, rien qui semble chorégraphié. Ce n’était pas exactement non plus de l’improvisation. C’est une terrible façon de se battre. L’important c’était de rester concentré, ce que je me rappelai douloureusement : j’avais baissé ma garde en me demandant quelle saveur aurait ma victoire contre Pyrrhus… Et je me pris un coup à l’estomac qui me fit voler au travers de l’arène comme un vulgaire pantin. Je n’avais pas été conçue comme Pyrrhus mais je n’étais pas en porcelaine non plus. Le coup me fit horriblement mal mais par chance, aucune blessure grave du genre côte cassée, fêlée ou le classique du genre. Par contre, j’allais en souffrir demain au réveil, de ce coup. Merde,  il fallait que je reprenne mes esprits ou j’allais déguster, avec la surprise du chef en plus…

 
 « Pas mal… Tu m’as surprise là. Mais je n’abandonnerai pas si facilement. Voyons comment tu vas t’en sortir face à ça. »
 
Je repartis à l’assaut, plus trop handicapée par le coup. L’adrénaline prenait le dessus, ce qui était une bonne chose. Quand Pyrrhus fut à une courte distance de moi, je bondis. Mon saut m’amena à me servir de ses épaules comme tremplin et comme j’étais propulsée dans une direction, il le fut en sens inverse, droit dans un des murs de l’arène. D’accord, le choc ne le mettrait pas chaos mais au moins il la sentirait passer. C’était qu’il y avait plus de force dans ces jambes que mon apparence ne le laissait supposer. Le combat était bien engagé et c’était un beau combat. Plus que jamais, perdre ne me dérangeait pas. L’apprentissage en découlant promettait d’être es plus instructifs. Franchement, l’expérience, la vraie, se gagnait par le sang que l’on versait en entreprenant quelque chose de dangereux. Un round contre Pyrrhus? Suicidaire.


Dernière édition par Talia Zann le Mer 17 Juil - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Mar 16 Juil - 23:49

    Talia Zann n’avait pas menti : elle avait offert au Krogan un adversaire à sa hauteur. Fix-It était tout bonnement insaisissable. Elle était d’une rapidité sans pareil, même les guerriers Yuuzhan Vong les plus aguerris n’avaient jamais donné autant de mal à Pyrrhus, mais depuis fort longtemps, il ressentait l’excitation d’un combat à l’issue incertaine. Il avait toujours été sûr de ses capacités et ce à chaque affrontement depuis la rébellion des siens contre les scientifiques ayant cherché à les éliminer. Mais pour une fois, le mastodonte d’écailles craignait son adversaire. Cassie avait été conçue dans l’optique d’appliquer une stratégie de harcèlement visant à épuiser l’adversaire et le décourager : attaque surprise,  esquive, retraite. Bis-repetita.
    Le Krogan lui avait été conçu pour être déployé sur le champ de bataille en première ligne. Sa robustesse était son atout : il pouvait encaisser tout en répondant à l’ennemi de façon violente et brutale pour le soumettre. Son endurance en faisait un monstre difficile à éliminer, d’autant plus quand on connait sa capacité à se régénérer.

    Pour l’instant, l’hybride n’avait pas eu l’occasion de porter le moindre coup tandis que Fix-It avait déjà frappé plusieurs fois le Krogan tout en évitant des représailles douloureuses. Ca le rendait fou. Elle semblait se jouer de lui. Pourtant l’espace d’une seconde elle baissa sa garde. Malgré son gabarit, Pyrrhus restait quelqu’un de très vif capable de surprendre ceux pensant que sa masse l’empêchait d’être réactif. Et cette seconde, le lézard la mit à profit pour donner un puissant coup de poing dans le torse de Fix-It. Celle-ci se rétablit rapidement et bondit par-dessus le Krogan pour l’envoyer contre un mur de la salle d’hologrammes. Le crane de Pyrrhus enfonça légèrement le mur qui détraque l’un des émetteurs d’hologramme qui se met à grésiller. Le lézard ne fut pas sonné pour autant mais s’agaça de ne pouvoir l’atteindre.
    Insaisissable, Pyrrhus donnait pourtant le maximum pour espérer l’attraper et lui prouver qui était le meilleur.

    Le duel dura de nombreuses heures et fut d’une intensité telle que les deux adversaires arrivèrent à être épuisés l’un et l’autre, bien trop pour espérer encore pouvoir se battre au corps à corps. Pyrrhus et Fix-It avaient tout donné. Le Krogan était forcé d’admettre que cette femme lui plaisait car elle savait se battre et avait offert un combat épique à l’hybride.


    - Tu te bas bien Fix-It. Personne, pas même les Vong ne m’ont offert un aussi beau combat. Tu mérites amplement ta place à mes côtés en tant que lieutenante de l’unité Mayhem.

    Pyrrhus était fier et espérait avoir dans son unité des gens tout aussi compétents que Fix-it.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Mer 17 Juil - 14:12

Spoiler:
 

POV : Cassie « Fix-It » Ninx

« Trop aimable. Bordel, qu’est-ce qu’ils ont mis dans ton éprouvette? Jamais affronté un tel adversaire. C’était… Très instructif en tout cas. T’as un sacré punch et une endurance de la mort. Je plains tes ennemis, ils doivent déguster grave. Tu crois que ce serait exagéré que de déclarer match nul? Je pense pas qu’on soit en état de poursuivre quoi que ce soit. Il en faut pour me crever mais là… »

J’étais familière avec le concept d’un « homme-armée », un être si puissant qu’il pouvait à lui seul représenter la force de frappe d’un groupe mais là… Pyrrhus redéfinissait tout ce que j’avais pu observer jusqu’à maintenant. Il m’avait complètement épuisé, ce qui n’était pas une mince affaire. J’étais faite pour tenir face aux situations les plus extrêmes et pourtant, je n’avais pu obtenir la victoire. Enfin, dans le sens classique du terme. Pyrrhus me reconnaissait pleinement comme son digne lieutenant. C’était une victoire pour moi n’importe quel jour de la semaine. Peu étaient ceux pouvant se vanter d’une telle chose. Cela, nous le savions tous les deux. Il fallait avoir plus que du courage pour se mesurer à lui et moi je l’avais fait. Je ne regrettais en rien ma décision ou l’expérience dans son ensemble. Pas une seconde d’ailleurs.

Je savais que ma conceptrice avait assisté à ce combat. Peut-être pas physiquement mais au sein du CDZ, on pouvait difficilement lui cacher des choses. Elle devait être en train d’analyser les données de l’affrontement en ce moment même. À quelles fins? Difficile à dire. Il y avait peu de chances que le CDZ me remplace par un autre super soldat mais peut-être que la grande patronne avait en tête quelques idées d’améliorations dont je pourrais bénéficier à plus ou moins brève échéance. S’il y avait bien un truc que j’avais appris, c’était que Talia était du genre à toujours chercher à améliorer ses chances. Oui, le CDZ utilisait, en apparence, le même matériel depuis sa fondation mais si on regardait juste l’iconique char canderous, il en était à quoi? Mark IV? Mark V? Pour Talia Zann, la perfection est un mythe. C’était une des premières choses que j’avais appris d’elle.

Plus vous pensez que quelque chose est parfait, plus il a de défauts. Chose certaine, Pyrrhus et moi pouvions prétendre à l’excellence. Nous étions de ceux qui se servent de toutes les expériences possibles pour s’améliorer. Boitillant jusqu’au Krogan (il avait quand même réussi à me frôler à quelques reprises, sous l’effet sans doute d’une rage décuplée et même en vous frôlant, il vous fait un mal de chien) qui lui était en position assise, je parvins à le faire tomber à la renverse. Lui couché sur le dos, je m’assis ensuite (ou tentai de, il était colossal le Pyrrhus) à califourchon sur lui avant de compter jusqu’à dix, comme dans un match de lutte. Peut-être par jeu ou par fatigue, le Krogan ne fit pas trop d’efforts pour tenter de se relever. Allais-je proclamer ma victoire? Non. Par plaisanterie seulement, nous avions convenu d’une égalité.


« Tu sais quoi? Tu es le premier à me faire sentir si vivante. Je veux dire, la patronne est un sacré numéro mais on ne se bat pas ensemble. C’est la patronne, la figure d’autorité qui veille sur nous. Toi par contre… Tu es mon chef sans être mon chef. Tu es… Plus que ça. Je ne sais pas encore comment le définir mais tu dois bien être le seul à pouvoir me faire cet effet-là. C’est loin d’être désagréable… »


Dernière édition par Talia Zann le Mer 31 Juil - 16:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Mer 31 Juil - 0:38

    - Un paquet de gènes appartenant aux espèces les plus endurantes et coriaces de la galaxie ! J’dois bien admettre que cela fait un bail que l’on ne ma pas offert un combat aussi intense. Stéria à côté c’était de l’entrainement !

    Répondit Pyrrhus d’un ton fier. Sans doute que Fix-It avait du avoir écho ou accès au dossier concernant Stéria puisqu’elle était désormais pleinement impliquée dans l’affaire en étant le second du Krogan. Le mastodonte ne put s’empêcher de se demander ce qu’il était advenu du mandalorien l’ayant accompagné lors de cette campagne : c’était un type très peu loquace, mais qui apparemment en avait eu suffisamment dans le pantalon pour survivre au terrible mal de Steria. Sans doute avait-il été rappelé sur son monde d’origine pour remplir un nouveau contrat, du moins c’était ce qu’en pensait le reptile à l’allure préhistorique.
    Ce dernier hocha la tête en guise d’acceptation lorsque Cassie lui demanda si l’on pouvait considérer le combat comme étant un match nul. C’était sans doute la première fois que le reptile acceptait pareille condition et situation : d’ordinaire soit sa cible lui échappait, soit il la tuait.

    Tout au long de l’affrontement, le mercenaire aux épaisses écailles avait eu l’impression d’avoir été observé par une tierce personne, ou était-ce juste une vague impression laissée par l’hologramme représentant une foule imaginaire ? Talia avait-elle pu mesurer l’ampleur de la puissance de son nouvel associé ? Peut-être, cependant le Krogan n’en n’était pas certain : après tout Steria avait sans doute bien suffit là-dessus.
    Encore sous l’emprise de la fatigue, Pyrrhus remarqua alors quelque chose d’anormale ou du moins qu’il n’avait pas décelé plus tôt. Il s’agissait d’une odeur particulière qui émanait de Fixit, celle-ci semblait être sucrée et agréable. Plongé dans l’ivresse du combat, le lézard ne l’avait pas remarqué puisqu’il était bien trop occupé à encaisser et à tenter de rendre les coups qu’il recevait.

    Aussi, il continua de garder un œil sur sa lieutenante qui s’approcha du monstre d’écailles pour se mettre à califourchon sur lui. Pyrrhus intrigué se laissa cependant faire puisqu’elle ne semblait pas se montrer hostile. Fix-it ouvrit la bouche pour s’exprimer quelques peu à son adversaire imposant.


    - Tu craques pour moi c’est ça ?

    Le lézard planta son regard bleu clair dans celui de Cassie, une once de certitude dans le regard, il n’attendit pas la réponse de Fixit tant celle-ci lui semblait évidente avant d’enchainer d’une traite.


    - On a une mission à remplir, et si on allait botter des culs ensemble ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Mer 31 Juil - 16:10

Spoiler:
 

POV : Cassie « Fix-It » Ninx

« P’têtre bien Pyrrhus, p’têtre bien. Tu sais comme moi qu’ils ne programment pas ce genre de trucs dans nos codes génétiques. Tu sais comment ils nous construisent. Combat, combat, combat et… Combat. Pour le reste… Ce sont nos facultés évolutives qui font toute la différence. On en reparlera après la mission, si tu veux. En privé de préférence. Enfin, si le cœur t’en dit, ça va de soi. »

Est-ce que je craquais pour Pyrrhus, réellement? Je ne voulais pas y penser. Pas maintenant. Pas ici. Non pas que j’avais peur de quoi que ce soit. Nous avions une mission à accomplir et je voulais me prouver davantage à lui. La patronne s’était retenue de prendre des mesures punitives excessives sur cette opération : je savais que tout délai non justifié risquait de lui faire péter un plomb. Je n’avais pas peur d’elle, au sens où je si le voulais je pouvais la butter sans trop de mal du fait de ma nature de super soldat mais… Il y avait quelque chose, chez elle. Quelque chose qui me faisait souvent me demander quel était le vrai visage, la vraie nature de la patronne. Parano, moi? Non. Appelez ça un sixième sens, si vous préférez. Enfin bon, je vais pas vous raconter ma vie : le boulot n’attend pas, lui, bien au contraire. C’est moche mais c’est ainsi.

Direction le hangar. Nous devions prendre une navette qui nous mènerait au vaisseau qui allait torpiller Pyrrhus sur le QG de la CMC. Moi, je serais du voyage également mais mon moyen de me rendre au sol était tout autre. Mon rôle était de ramener Pyrrhus au bercail et pour ce faire, la patronne et moi avions pensé à une sortie explosive. J’avais les coordonnées de l’entrepôt où nous avions fait venir en pièces détachées ladite surprise puis réassembler par une équipe au sol. La patronne était soit complètement barge, soit géniale mais à sa façon particulière. Qui planifie des trucs aussi casse-cou de nos jours? Chose certaine, le voyage se fit en séparé. Nous avions tous deux des choses à planifier pour l’opération à venir. La navette qui me déposa sur Corellia repartit aussitôt. C’était un modèle civil tellement banal que personne n’y porta la moindre attention.

Arrivant devant l’entrepôt, j’y découvris une surprise désagréable. Un duo d’agent du CorSec semblait en train de vouloir forcer l’entrée… S’ils voyaient ce que nous avions préparé, nous aurions TOUS le CorSec au cul avant même que Pyrrhus ne finisse sa part de la mission. Tant pis pour eux. J’allais les butter et attendre l’arrivé de Pyrrhus. Je m’introduisis auprès d’eux en ces termes : foutez le camp ou je vous butte. Autant dire que le combat s’engagea peu après. Un premier assaillant tenta de m’envoyer un direct que je parai de mon bras droit. Cela sembla le surprendre, au vu de mon gabarit. C’était quand même un sacré punch… Refusant d’abandonner, il me décocha un deuxième puis un troisième coup avant que je riposte au quatrième d’un coup de poing de mon cru qui lui brisa la nuque dans un craquement satisfaisant. Un au tapis. Reste un.

Le deuxième me chargea avec ces espèces de matraques électriques capables d’assommer un wookie. Parant un coup avec mon protecteur d’avant-bras gauche, j’enchainai d’un coup de pied à l’estomac qui fit reculer mon adversaire. Prenant son élan l’autre voulu lui porter un coup vertical mais il était trop lent pour moi. Je dégainai un pistolet blaster et tirai, littéralement, sur l’arme de mon ennemi. Surprit, celui-ci voulu rompre l’engagement mais un deuxième tir (en pleine tête) l’abattit de sang-froid. Fouillant les corps pour récupérer le matériel utile (deux uniformes du CorSec sans traces de sang!), je trainai les corps à l’intérieur. Pas de sang, pas de traces, pas de témoins. Temps : 2 minutes 12. J’espérais très sincèrement que Pyrrhus s’amusait autant que moi. Le temps que le CorSec se rende compte qu’il lui manquait des agents, nous serions déjà loin…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   Lun 5 Aoû - 21:13


    Pyrrhus ne se fit pas prier et se hâta de se relever d’une manière pataude pour Fix-It, qui avait quitté la salle du combat rapidement.

    En moins de temps qu’il n’en n’avait fallut pour le dire, notre cher lézard se retrouva enfermé, tassé difficilement dans ce qu’il avait lui-même appelé « un suppositoire de fer à fourrer dans l’cul de la CMC ». Le hic : Pyrrhus n’aimait déjà pas les voyages spatiaux puisqu’il avait la sensation désagréable d’être enfermé dans une cage. Sauf que dans un vaisseau, notre mastodonte pouvait au moins se déplacer et changer de direction ou encore nettoyer ses différentes armes.

    Là il était prisonnier d’une cellule dans laquelle il tenait à peine. Revêtu de son armure avec casque intégral et son équipement, il attendit le moment fatidique ou la torpille serait lancée. Lorsque cet instant arriva, Pyrrhus se sentit compressé contre les parois et poussa un hurlement de colère tellement puissant qu’il avait du affoler tous les radars et autres capteurs des centres de surveillance de Corellia. La descente fut particulièrement rapide, et la capsule de métal dans laquelle il était enfermé commença à chauffer et rougir lors de l’entrée dans l’atmosphère, et soudain tout devint noir.

    L’impact fut terrible et suffit à éventrer le toit du bâtiment visé, et la capsule se retrouva dix sept étages en dessous de son point d’impact. Pyrrhus resta dans les vapes pendant quelques minutes avant de se réveiller avec quelques blessures qui commençaient à être régénérées. Il n’attendit pas, il fit sauter l’ouverture d’un coup de genou. La plaque décolla pour écraser un blessé. Pyrrhus s’extirpa de la torpille et ses yeux purent voir alors l’état dans lequel se trouvait le déco : dévasté. Le Krogan grogna en voyant les agents de sécurité se ramener pour tenter de voir ce qui s’était passé, et le lézard les accueillit chaleureusement avec son nouveau jouet tout droit sorti des industries privées du Consortium de Zann : un railgun.

    Pyrrhus chargea le premier tir et le projectile tiré passa littéralement au travers du premier agent de sécurité, le coupant en deux ce qui le fit rire. Face à la situation les agents paniquèrent et le Krogan fonça au corps à corps dans la mêlée. Son armure encaissa une dizaine de tirs d’armes légères tandis que son poing écrasa le crane du premier soldat de la CMC. Sa carrure et son armure combinée à sa force naturelle fit que le combat ne dura pas longtemps et que des cadavres d’humains piétinés ou battus à mort entourèrent le reptile. Casqué, le mastodonte scruta la zone pour avoir un apercu de la situation et profita du moment de répit pour contacter Cassie.


    - Ici Pyrrhus. Je viens de m’occuper des portiers. Fix, tu m’indiques ou se trouve l’autre con ?

    Son comlink était chargé et paré à recevoir les informations que Fix lui enverrait. Après tout Pyrrhus n’avait sans doute que peu de temps pour localiser Coleman avant que celui-ci ne prenne la poudre d’escampette.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout travail mérite salaire / [Pv Talia Zann]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 2 :: Champ d'astéroïdes de Vergesso [Consortium] :: Base du Consortium-
Sauter vers: