Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Ord Mantell] Rendez-vous martial [PV Aerys]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: [Ord Mantell] Rendez-vous martial [PV Aerys]   Ven 24 Mai - 20:48

Valek Beviin se sentait stupide tandis qu'il regardait son reflet dans son miroir. Quelle idée saugrenue l'avait prise d'accepter cette rencontre ? A vrai dire il y'avait deux raisons. L'une était très logique tandis qu'il préférait taire la seconde. Il se sentait suffisamment mal à l'aise pour s'exprimer plus en avant sur ses arguments quant à cette réunion. Le Mand'Alor allait rencontrer Aerys Veers, Grand Amiral de l'Alliance et donc commandante suprême de la toute la Marine de l'armée. Ce n'était pas une personne à sous-estimer. Loin de là, elle avait amplement prouver que le combat était une seconde nature chez elle, que ce soit dans le cockpit de son chasseur ou alors sur la passerelle d'un Destroyer. Et donc, la guerre se profilant à l'horizon, elle cherchait à rencontre les partis encore non-alignés. Et son peuple en faisait parti. Pour le bien des Mandaloriens, refuser aurait pu être perçu comme une insulte, Valek avait accepté cette entrevue bien qu'il eut longtemps des doutes. Une seconde chose l'avait finalement décidée. Malgré son esprit martial et son corps marqué par d'innombrables batailles un cœur battait encore dans sa poitrine et il fallait avouer qu'il espérait encore pouvoir tomber sur une dala dont il ferait sa riduur. Et une femme ayant connue seulement la guerre et qui, malgré leurs différences culturelles, comprenaient Valek même indirectement était sans doute le meilleur parti que pouvait entrevoir le Mandalore. Mais au fond de lui il n'espérait guère plus que montrer que son peuple resterait impartial dans le conflit à venir. Trouver l'emuuri dans une rencontre diplomatique et martiale ? Il fallait être un di'kut pour y croire !

"Buir ?
- Lek' ade ? Ni cuyi tsikala...
- Ebin, slana olar."

Valek s'étira et se leva, abandonnant la coiffeuse devant laquelle il s'était assis. Les Mandaloriens avaient ricané en voyant leur chef suprême s'asseoir devant une petite table équipée de rasoirs, parfums et autres produits de beauté alors qu'il était équipé de son imposante armure et de ses armes. Mais le mandalorien n'avait pas bronché, s'amusant lui aussi du curieux contraste qu'il rendait. Enfin il avait prit son courage à deux mains et s'était rasé de très près et avait coupé ses cheveux selon la tradition des armées, c'est à dire à quelques millimètres à peine de son crâne et le tout en brosse. Enfin il avait passé une crème sur son visage, pour masquer les traces de brûlures de sa mâchoire et avait "peint" sa prothèse métallique de la même couleur que sa peau, la rendant presque indiscernable. Ne valait mieux pas narir chaab Aerys en voyant un homme pouilleux et ne faisant aucun effort se présenter à elle. Malgré l'insistance d'un des civils de son clan il avait toute fois refusé de quitter sa beskar'gam et s'est ainsi qu'il descendit les marches menant au hall d'entrée de l'hôtel. Pour l'occasion toutes les suites étaient louées par l'Alliance et les Mandaloriens et une partie important du aliit de Valek y logeait, sans compter les gardes et les espions de l'armée de l'Alliance. La rencontre aurait lieu dans le restaurant du bâtiment, où seul les deux personnages dîneraient. Valek passa sans un mot devant les soldats de l'Alliance au garde à vous et entra dans la salle. Il se dirigea vers la table mise et resta debout sans dire un mot. Puis enfin il retira son buy'ce et sourit.

"Su'cuy Gar Aerys Veers. Ni cuyi briikase b'gar urcir."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ord Mantell] Rendez-vous martial [PV Aerys]   Dim 26 Mai - 0:44

Elégance. Un terme que j’avais affecté d’oublier depuis des années, au profit de l’utilité. Pourtant, ce soir, je revenais sur cette façon de voir les choses, puisque je devais me montrer présentable lors du dîner. Ce n’est certes pas l’envie qui me manquais de venir dans mon uniforme de pilote, comme toujours, mais je ne savais guère ce que cela donnerait, comment mon invité réagirait… Et ce n’était certainement pas le moment de le froisser, tout était bon à prendre dans un échange diplomatique, c’était quelque chose que j’avais appris il y a déjà un certain temps… Les mandaloriens ont toujours été des êtres étranges à mes yeux, et je ne suis pas suffisamment au courant de leurs us et coutumes pour risque de faire un faux pas d’entrée. Même si ça ne me plaît guère.
Ah, oui, pourquoi cette diatribe… Bon, eh bien, me voilà devant une situation plutôt gênante… J’ai monté une mission diplomatique, pour rencontrer, et si possible convertir à ma cause, le chef de clan Mandalore Valek Beviin. Même son nom me semble avoir des consonances étranges… Mais le fait est que cette rencontre diplomatique prend la forme d’un dîner en tête à tête dans un hôtel d’Ord Mantell. Qu’y a-t-il de mal à cela ? Eh bien, cela fait simplement une éternité que je n’ai pas mangé au mess des officiers ou seule, et cela remonte encore à bien plus loin la dernière fois que j’ai eu l’occasion de vivre une situation comme celle-ci, simplement moi et un homme à table… On aurait presque pu croire à un dîner en amoureux si je ne savais pas les motivations qui me poussaient à organiser cette entrevue. Non pas que je sois réticente au fait de fréquenter des hommes, simplement que j’en ai perdu l’habitude, l’armée me prend trop de temps pour entretenir une relation annexe.

De toute façon, je ne souhaitais pas vivre avec quelqu’un, je suis trop instable pour cela, et me sentir ainsi attachée à une seule et même personne a le don de m’insupporter, tout comme je n’aime guère recevoir des ordres de mes supérieurs… Enfin, à ce jour, ils sont peu nombreux à avoir le pouvoir de m’en donner, ce qui est d’autant mieux. Bref, je ne me fais pas d’idée sur ce qu’il va se passer entre cet homme et moi… J’espère juste que lui non plus, la situation pourrait devenir rapidement gênante par la faute d’un tel quiproquo. Mais il n’y a pas de raison, je suis à peu près certaine que les messages qui permirent d’organiser cette entrevue étaient suffisamment clairs sur le sujet. Le boulot, et uniquement le boulot, même si j’avais choisi un cadre un peu plus sympathique pour l’effectuer.
Je devais le garder à l’esprit également… Mon franc parler a tendance à me jouer des tours, et si je me laisse aller, il est bien possible que je fasse tout capoter avant même d’avoir eu une chance de négocier. Calme et concentration, voilà les maîtres mots de ma soirée… J’aurais préféré qu’un véritable diplomate prenne ma place, maladroite que je suis, mais connaissant quelque peu la culture guerrière propre aux Mandaloriens, il m’était difficile de me substituer un remplaçant sans commettre un impair… Qui plus est, c’est moi qui avais lancé l’idée d’essayer de rallier à l’Alliance les clans guerriers, aussi m’étais-je d’une certaine façon portée volontaire d’office, bien que cela ne fût en rien mon intention. Tout ça pour dire qu’au final, j’étais là ce soir, dans ma suite en train d’achever ma mise, et prête à descendre avec une boule au ventre en voyant l’heure qui tournait, se rapprochant du rendez-vous.

Le carillon sonna finalement, sonnant la fin de mon sursis… Les choses intéressantes commençaient maintenant, mais sans aucune garantie de la façon dont elles finiraient. Jetant un dernier œil à ma tenue, je priais pour qu’elle convienne. J’avais opté pour une robe blanche décorée de quelques dorures, au décolleté relativement bon enfant, mais qui mettait tout de même en valeur ce dont la nature m’avait dotée. C’était loin d’être vulgaire, mais les hommes savaient apprécier certaines choses, et si ça devait m’aider, alors je m’y plierais. Le long de ma jambe gauche, celle qui est toujours intacte, l’habit était fendu en remontant jusqu’au genou, avec une certaine élégance, mais facilitant par la même occasion mes mouvements.
Côté maquillage, c’était certainement succinct, un peu de noir autour des yeux, et de rouge à lèvre, mais rien de très important. Je n’aime pas particulièrement cela, aussi je m’étais contentée du strict minimum quant à ce que j’avais appliqué sur mon visage. Je portais également deux boucles d’oreilles dorées ornées de perles, quelques peu cachées par ma chevelure toutefois… J’aurais sans doute dû accorder un peu plus d’attention à ma coiffure, mais j’avais fini par refuser, gardant au moins cela pour moi… Je préférais mes cheveux détachés, et même dans le cas présent je ne cèderais pas à cette habitude. Seules quelques circonstances pouvaient me contraindre à les attacher, et elles se rapportaient toutes à la guerre et au combat, par soucis d’utilité bien évidemment, et ce n’était pas le cas ce soir… Pas que je sache tout au moins. Un collier en or m’encerclait le cou, réparti en tois fines chaînettes superposées. Pour compléter ma tenue, je portais des talons, le genre de chaussures que je ne portais plus depuis des lustres également, et qui accentuaient un peu la pression sur ma jambe blessée… Même ma canne était plus élégante pour l’occasion, ayant remplacée l’habituelle par une de bois gravé surmonté d’un ivoire immaculé. Malgré le fait que je n’aimais guère me pomponner ainsi, je devais reconnaître que je gardais une certaine allure.

Mais je remarquais que le temps passait, et que je faisais durer… Sans doute un reste de mon stress de me rendre en bas. Pas le choix toutefois, j’avais trop avancé pour m’en retourner maintenant. Je me mettais donc en route en pestant contre moi-même… Oui, je serais encore en avance, mais ce qui me contrariait était que je sois aussi craintive à l’idée d’une simple entrevue… Il n’allait rien se passer de gravissime aux dernières nouvelles, et j’avais survécu à bien pire dans ma vie, les crashs et autres tentatives de meurtres étaient des épreuves bien plus rude, que je redoutais au final beaucoup moins. M’appuyant sur ma canne en essayant de garder une allure présentable, je descendais jusqu’à l’étage du restaurant. Une fois arrivée, je m’installais à la seule table déjà mise de la salle, en attendant mon invité… Arriver en boitant aurait sans le moindre doute été ridicule.
En attendant donc l’entrée en scène de mon hôte, je scrutais les environs… On ne voyait personne par la porte, mais je savais qu’il y avait au moins deux gardes en faction à côté de celle-ci… Le bâtiment en était truffé de toute façon, sur mes ordres, par sécurité. Non pas que je sois paranoïaque, bien que ce soit quelque peu le cas, mais si Valek décidait de se faire un peu d’argent en me revendant à la confédération, il serait mort avant de pouvoir s’enfuir… Soupçonner des personnes qui pourraient se révéler être des alliés, c’est mal, je sais, mais on n’est jamais trop prudent, pas dans ce genre de cas… Mais je fus tirée de mes réflexions par l’arrivée du chef de clan. Lui avait gardé sa beskar'gam, et je me sentais quelque peu cruche de m’être fait belle pour l’occasion… Mais c’était trop tard pour changer maintenant.
Il s’approcha de moi, portant même son casque, et je devais admettre qu’il était imposant… Il devait faire au moins un mètre quatre-vingt-dix, ce qui contrastait largement avec mes cent soixante-cinq centimètres, pire encore puisque j’étais assise. Son armure recouvrait un corps qui devait déjà être relativement large à la base, et musclé sans le moindre doute. Pourtant, il ne se déplaçait pas avec lourdeur, mais avec toute l’agilité d’un soldat confirmé. La réputation de guerriers nés de son peuple n’était certainement pas usurpée, et il me le montrait à présent… J’avoue que la peur a traversé mon cœur, s’il souhaitait me tuer il aurait pu le faire ici et maintenant avant que quiconque ne puisse intervenir… Mais ça n’aurait certainement pas été dans ses intérêts. Toujours est-il qu’une fois à mes côtés, il retira son couvre-chef en dévoilant un visage qui ne trahissait nulle hostilité… Au contraire même, un fin sourire l’éclairait lorsqu’il prit la parole :


« -Su'cuy Gar Aerys Veers. Ni cuyi briikase b'gar urcir. »

Mes cours de Mandaloriens me semblèrent soudainement terriblement loin… Je m’étais attendue à quelque chose du genre, et je connaissais de toute façon la plupart des formules de politesses dans ce langage, mais j’avais l’impression de revenir des années en arrière. Je me concentrais une demi-seconde en tentant de me rappeler ce que je pouvais répondre, dans le même langage pour faire bonne impression. Durant ce laps de temps, je l’observais, sans toutefois qu’il sente que je le dévisageais… Son visage était marqué par la guerre, même s’il le cachait sous un peu de maquillage, et une partie de celui-ci avait une teinte légèrement différente du reste, bien que ce soit imperceptible… Une prothèse, sans le moindre doute. Ses cheveux coupés ras à la mode militaire commençaient à grisailler, prouvant l’âge déjà un peu avancé du guerrier, bien qu’il ne doive pas dépasser les quarante-cinq ou quarante ans… Au final, il n’était pas laid, juste marqué par sa vie, ce qui donnait à son expression générale un air dur. Finalement, la formule me revint, et je lui répondais avec un accent presque impeccable :

« -Su'cuy Gar, Valek Beviin. Bid briikase ibac gar. »

Je priais pour ne pas avoir fait d’erreurs majeures dans ma grammaire, mais pour une phrase simple comme celle-ci, cela ne devait pas encore être si grave, avec un peu de chance… Je savais qu’un droïde traducteur devait sans le moindre doute attendre dans l’une des pièces adjacente, mais tant que je pouvais mener la conversation par moi-même, je m’en passerais… Il était stupide d’utiliser un interprète dans ces circonstances, cela ralentissait d’autant la discussion, et ne fesait jamais très bonne impression, irritant souvent les deux personnes forcées de l’utiliser. Je reprenais donc dans mon langage maternel :

«-Toutefois, je crains que mon Mandaloriens soit quelque peu rouillé, et de ne pas être capable de mener toute la conversation dans ce langage. Mais prenez place, nous avons tout notre temps. Vous désirez manger, ou boire quelque chose ? »

Commencer par un sujet banal, toujours… L’ambiance allait se détendre au fur et à mesure que le repas continuerait (normalement, parfois elle restait glaciale jusqu’à la fin, mais c’était plutôt rare), et nous pourrions aborder le sujet important plus tard… Comme je l’avais dit, nous avions effectivement tout notre temps, et je comptais bien en profiter. Avec un peu de chance, sa conversation serait même intéressante, et je pourrais passer un moment agréable avec quelqu’un qui ne m’intéressait que par mon travail, ce qui était une bonne chose… Je déteste m’ennuyer, ça me rend irritable, et lorsque je n’ai rien d’autre à faire, c’est souvent la douleur dans ma jambe qui occupe mon esprit, ce qui n’est guère agréable pour moi, et tue encore un peu plus le peu de discussions que je peux avoir en de tels moments. Enfin, pour le moment, le sujet prédominant était quel breuvage allions nous déguster, chose importante par-dessus toutes, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ord Mantell] Rendez-vous martial [PV Aerys]   Dim 26 Mai - 14:12

Valek fut surpris d'entendre du Mandalorien de la part d'une aruetiise. Quelle surprise de découvrir que même les plus grands militaires de l'Alliance s'intéressait, même si c'était vaguement, à sa culture et non qu'à ses simples capacités guerrières et celles de son peuple. Il avait cependant entendu parler d'Aerys Veers, une grande stratège, ancienne tête brûlée et pilote bien que pour Valek les deux choses étaient même. Il fut surpris de la découvrir en robe, qui plus était blanche et décorée de dorures. Bien que le guerrier mandalorien n'ai jamais fais réellement attention aux codes de couleur que son peuple adoptait parfois il ne put s'empêcher de se demander si cette femme désirait la vengeance, classique signification de l'or mais aussi clamait la pureté de sa quête, typique représentation du blanc. Mais Valek, dans son épaisse armure bleue et noire, ne respectait cette tradition du symbole de la couleur car son son rang l'autorisait à porter le rouge et l'argent. Mais une chose était sûr certains symboles étaient particulièrement clair. Par exemple Valek arborait le jaig sur sa plaque de bras gauche mais plus important encore un crâne de mythosaure sur la plaque dorsale symbolisant à la fois la gloire qu'il avait récoltée en combattant pendant près de trente années sans s'arrêter. La canne de la Grande Amirale symbolisait, selon le point de vue du Mand'Alor encore, la richesse mais aussi la puissance et la sécurité tout comme un trophée de guerre comme la tresse composée des cheveux d'un Jedi, tué dans son lointain passé.

"Je parle le basic ne vous en faites pas. Je suis même surpris, et flatté, de découvrir que vous parler le Mando'a. Quelle surprise de la part d'une si jolie jeune femme."

Valek sourit plus largement encore et se permit même un rapide clin d'oeil. Quitte à être honnête il avait souvent dû négocier avec des hommes et des femmes aruetiise au fil des années et désormais il pensait savoir charmer et montrer toute son amitié à ses alliés. Et même à ses ennemis. Enfin pour un mandalorien. Le guerrier s'assit, ne faisant aucun commentaire sur le fait qu'il était très sûrement déplacé sur le fait qu'il était en armure au milieu d'un des restaurants les plus chics d'Ord Mantell. Mais à vrai dire il s'était attendu, comme les rumeurs en parlaient, découvrir l'Amirale non pas en robe mais en uniforme ou simple tenue de pilote. Mais cela n'était guère grave, se présenter avec sa beskar'gam était une tradition mandalorienne, et montrait à la femme que les mandaloriens valaient amplement leur réputation et même plus.

"Oh... Manger serait un véritable plaisir. Surtout en telle compagnie."

Intérieurement Valek grimaça. Ses phrases étaient bien trop courtes et martiales pour entamer une discussion. De plus il se sentait mal à l'aise et il ne put s'empêcher de regarder fixement la Grande Amirale. C'était une femme plutôt froide mais dont le regard était bien plaisant à regarder et surtout profond. Voilà différent de ses yeux orangés et injectés de sang... Ses traits étaient fins et sa peau fine mais surtout elle n'était pas marquée par l'âge. Pourtant, selon ses sources une nouvelle fois, elle approchait de la quarantaine. Quelle surprise... Elle avait cependant vécue, et survécu, à la guerre comme l'attestait sa canne et sa jambe blessée. Quel étrange duo. Deux guerriers habitués à être obéis mais surtout à parler franc qui se retrouvait dans un riche hôtel, dînant un repas gastronomique (les changeant des rations militaires) et surtout jouant un jeu où la prudence était de mise. C'était trop pour Valek qui ouvrit une des poches des deux harnais se croisant sur son torse et en sortit une petite flasque. Il contenait un alcool Mandalorien extrêmement fort mais qui le détendait. Valek sentit la chaleur du liquide s'infiltrait dans ses veines et se sentit mieux.

"Vous voulez goûtez ? Après un combat en boire une gorgée ou deux c'est toujours un plaisir. Les nerfs à vif... Je n'aime pas me sentir ainsi cela m'empêche de réfléchir. Vous me direz l'alcool ne vaut pas mieux mais sans excès elle me calme juste assez. Un Mando'ad n'est jamais saoul."

Valek sourit et se dit qu'avec la quantité d'alcool que ses verd buvaient ils avaient une résistance à ce liquide très importante. Mais il avait décidé de jouer le jeu d'Aerys et de négocier le plus tard possible. Elle était si charmante..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ord Mantell] Rendez-vous martial [PV Aerys]   Sam 8 Juin - 14:46

Le petit air de surprise sur le visage de mon interlocuteur lorsqu’il entendit ces quelques mots de Mandalorien me fit sourire intérieurement. J’étais une femme pleine de surprise, et je le savais, de nombreuses situations me l’avaient prouvé par le passé, mais quel plaisir de voir la mine déconfite de quelqu’un devant l’une de mes nombreuses compétences dont il ne soupçonnait même pas l’existence… Je me gardais bien d’afficher un sourire toutefois, sachant que certaines personnes prenaient assez mal ce genre d’attitudes, pensant que l’on se moquait d’elle… Quel manque d’humour, vraiment… Et le peuple de Valek était loin d’être connu pour ses grands comiques. Enfin, je le laissais s’installer, mais avant de savoir il me dévisagea un instant avant d’ajouter qu’il parlait parfaitement le basic, et un compliment que je ne savais guère comment prendre… Cela faisait sans le moindre doute parti des formalités d’usage que de complimenter un peu son hôte, mais cela sonnait étrangement… Et puis, jeune femme, moi ? Avec mes trente-huit années je me trouvais déjà bien trop âgée, alors vous imaginez, jeune femme… Enfin, son sourire s’élargit, et il me fit un clin d’œil, maintenant le doute sur ses intentions tout en tentant de ramener la légèreté à notre table.
Il n’était pas désagréable à l’œil, quoique toute sa personne soit marquée par la guerre, à commencer par l’armure qu’il portait, mais il y avait quelque chose dans son port comme dans son attitude qui me semblait étrange… Après une courte réflexion, j’en conclus qu’il n’était pas menaçant pour un clou, pas plus qu’il ne souhaitait me lécher les bottes… Mais quoi alors ? La question restait en suspend alors qu’il s’asseyait. Sa lourde armure cliquetait légèrement, me rappelant que pour ma part j’étais en tenue de soirée, et venue avec l’idée que ce dîner devait avoir l’air d’un repas véritable plutôt que de négociations acharnées. Je me sentais soudainement nue, sans ma tenue de pilote et pratiquement désarmée, mais je savais également que l’homme ne tenterait rien contre moi… Un Ori’ramikad se devait de respecter un certain code de conduite, et ne pas tuer un diplomate venu sans intention hostile devait sans doute en faire partie. Il n’empêchait que je me sentais mal à l’aise, assise face à un géant prêt au combat pendant que j’avais l’air d’une cruche habillée ainsi. Il reprit la parole de sa voix grave et légèrement rocailleuse pour ajouter :


"Oh... Manger serait un véritable plaisir. Surtout en telle compagnie."

Je retenais une petite quinte de toux devant ses paroles, il était décidément soit très poli, soit intéressé par moi plus que pour de simples négociations. Je lui rendais un sourire à peu près convainquant j’espérais, même si je bouillais intérieurement… Pourquoi cette avalanche de compliment ? Niveau diplomatie ça n’était peut-être pas complètement vain dans certaines situations, mais là… Après des années passées dans la flotte à combattre, je n’avais pas vraiment les talents d’un diplomate, mais surtout je n’avais pas la même façon de prendre les choses, et au final je prenais les compliments pour ce qu’ils étaient : du vent. Sachant que mon interlocuteur était un guerrier, il devait s’en douter… Mais ça n’avait pas l’air de trop le gêner, quoique son visage s’était un peu fermé après sa dernière réplique, et je me prenais à me demander à quoi pouvait-il bien penser…
Et puis un souvenir me revint, j’avais vaguement étudié la culture de son peuple, et je me souvins que leur rapport aux unions était particulier… Ils se mariaient bien plus vite que la plupart des autres peuples de la galaxie, bien que cette institution soit bien plus aisée à briser également. Je n’y voyais guère de problème personnellement, mais ce qui me dérangeait c’est qu’ils ne commençaient jamais à charmer une personne du sexe opposé simplement pour s’amuser, ce qui était particulièrement gênant dans mon cas… Alors soit il souhaitait simplement détendre l’atmosphère et amadouer son interlocutrice avant d’en arriver aux choses sérieuses, ce qui était franchement raté pour le coup… Soit il souhaitait que notre relation s’allonge légèrement au-delà du simple travail, ce qui me semblait dérangeant. Toutefois, je me fustigeais mentalement… Ça n’étaient pas ces trois phrases qui constituaient une déclaration d’amour, et je me faisais sans le moindre doutes des idées… Après tout il me connaissait depuis environ deux minutes, et nous étions ici dans un cadre strictement professionnel, donc pas de raison de douter de quoique ce soit. Je m’interrogeais du coup si ça n’était pas moi qui aurais souhaité que cela arrive… Depuis n’avais-je pas entretenue de relation sérieuse ? Plusieurs années maintenant il semblerait… Mon subconscient me poussait-il dans les bras d’un nouvel homme ?
Je m’administrais une seconde claque mentale… Mais à quoi je pouvais bien penser ? Vraiment n’importe quoi, j’étais supposée être ici en tant que diplomate, pas cœur à prendre, alors pas question de me comporter comme tel… Merde, j’avais un tant soit peu de dignité non ? Et mes pensées pouvaient bien aller se faire voir, je dirigeais ma vie. Toutefois, je ne pus m’empêcher de dévisager un instant l’homme face à moi… Avant de m’en rendre compte et de détourner les yeux, cherchant désespérément quelque chose qui aurait pu attirer mon attention pour ne pas le gêner… Mais j’avais tout de même son visage dans la tête… En le revoyant, je concluais que non, il n’était pas vraiment beau. Ces yeux orangés striés de veines et rougis par ce qui aurait pu passer pour du manque de sommeil étaient un peu dérangeants, et lui donnaient un air dur que le reste de son visage ne faisait rien pour arranger… On voyait au premier coup d’œil le vétéran de nombreux combats, mais j’en avais l’habitude, aussi je ne le trouvais pas dérangeant en tant que tel. Il me coupa dans mes pensées d’une phrase qui fit tomber un demi-sourire sur mon visage :


"Vous voulez goûter ? Après un combat en boire une gorgée ou deux c'est toujours un plaisir. Les nerfs à vif... Je n'aime pas me sentir ainsi cela m'empêche de réfléchir. Vous me direz l'alcool ne vaut pas mieux mais sans excès elle me calme juste assez. Un Mando'ad n'est jamais saoul."

Il venait de prendre une gorgée dans sa flasque et me la tendait à présent. J’hésitais un instant à la saisir, ne sachant pas ce qu’elle contenait… Non, je doutais qu’il souhaite m’empoisonner, d’autant qu’il venait d’en prendre quelques gorgées, juste que je ne connaissais pas l’alcool Mandalorien bien que j’ai pourtant pu boire aux quatre coins de la galaxie. Et puis j’avais prévu un vin un peu raffiné pour le dîner, mais plus celui-ci avançait et plus je me doutais que je n’en aurais pas besoin. La diplomatie se déroulait visiblement entre deux soldats de longues dates et pas entre des hauts dignitaires d’un régime, aussi je songeais dorénavant pour ma part à me faire apporter une bouteille d’alcool fort… Mais puisque c’était si gentiment demandé. J’attrapais le flacon avant de le porter à mes lèvres, et en avaler une petite gorgée… Le liquide était brûlant dans ma gorge, mais tellement plaisant au final… Je faisais tomber un peu plus de la substance dans mon gosier, et lâchais finalement la chose après que je me sois rendu compte que vider la chose serait peut-être malvenu. C’était excellent. Simplement. Oui, l’alcool était fort, parmi les plus corsés que j’avais eu l’occasion de boire, mais il n’en était pas pour autant désagréable, loin de la même. Je lui rendais donc son bien avec ce même demi-sourire, mais cette fois-ci légèrement teinté de gêne. En tendant le bras, je m’excusais :

« -Désolé, mais je crois que je vous en ai pris une certaine quantité… C’est excellent, comment cela s’appelle-t-il alors ? Peut-être aurais-je l’occasion de m’en fournir pour une utilisation personnelle. »

L’homme souriait et me fixait à nouveau, et ma gêne d’avoir bien attaqué son alcool s’accentua… Je n’aimais définitivement pas être observée ainsi. Si ce n’était pas de la paranoïa, peut-être était-il effectivement intéressé par moi… Enfin, je préférais ne pas y penser pour le moment, j’étais ici pour régler une question concernant la guerre qui s’annonçait, pas question qu’il se passe quoique ce soit d’autre. Et nous allions passer à la vitesse supérieure dès maintenant, et commencer le repas. Je me retournais et lançais un signe de main à un homme se tenant près des cuisines, et quelques secondes plus tard, des serveurs sortaient avec leurs plateaux chargés de victuailles, une entrée d’abord, mais je savais que le plat principal devait attendre bien au chaud quelque part… J’avais fait en sorte de me renseigner un peu sur les us et coutumes Mandaloriens concernant la nourriture tout en gardant une partie plus basique, et j’espérais que cela conviendrait… Il fallait avouer que je n’y connaissais strictement rien en gastronomie, des années passées à ingurgiter les rations de combat m’avaient apprise à ignorer le goût des aliments, et ma consommation régulière d’alcool n’avait pas vraiment aidé. Une fois les plats disposés sur la table, j’adoptais un sourire un peu moins naturel que l’précédent pour annoncer :

« -Eh bien, je pense que tout est prêt… J’espère que cela vous conviendra, dites le si vous avez besoin de quoique ce soit. »

Alors que les serveurs se retiraient, j’en attrapais un par la manche pour lui demander de m’apporter une bouteille de whisky… Si nous devions boire, autant le faire avec une boisson agréable, et le whisky Corellien me convenait parfaitement… En théorie mon interlocuteur ne devait pas cracher dessus non plus. Une fois qu’il eut acquiescé je retournais à mon repas, et attendait que mon hôte commence avant de l’imiter, par politesse élémentaire. Même si la soirée n’était pas tout à fait aussi détendue qu’elle aurait pu l’être, à cause de ma gêne face aux déclarations de mon interlocuteur, elle était toutefois suffisamment agréable pour être appréciée… Les soldats savaient quand profiter et ne pas se prendre la tête, et voilà l’occasion rêvée de mettre en œuvre cette habitude, et peut-être même qu’avec un peu de chance cela faciliterait les rapports entre l’alliance et le clan de Valek. Je souriais finalement lorsque ma boisson arriva, je m’en servais un verre et en le levant légèrement à l’attention de mon interlocuteur j’en avalais une première gorgée… Malgré les années j’appréciais toujours autant cette boisson, gloire à son inventeur. Comme quoi, il y avait des génies partout, même chez les alcooliques.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ord Mantell] Rendez-vous martial [PV Aerys]   Mar 11 Juin - 11:09

Aerys Veers était une femme bien étrange. Telle était la pensée de Valek devant sa timidité. Elle, une grande stratège, un véritable bloc de duracier entraînée et aux nerfs aussi solide que du beskar mandalorien. Une femme qui ne bronchait pas devant la mort et les défaites semblaient mal à l'aise face un guerrier mandalorien qui lui contait fleurette. Du moins si l'on pouvait appeler cela du romantisme étant donné la profondeur de la conversation, pour ainsi dire quasi-inexistante du moins selon les normes de la haute société Coruscanti ou du moins de la plupart des planètes comprenant une société mondaine. Parmi les mandaloriens une haut classe n'existait pas. Certes l'élite se voyait à travers les Ori'ramikad ou encore les chefs de clans et par leur chef suprême, bien qu'inexistant pour le moment, Mand'Alor. Lorsqu'il la vit s'agiter sur son siège après qu'elle eut longuement dévisagé dont il se permit de rendre son regard scrutateur sans broncher. Elle était jolie et son visage lisse et peu marqué par les rides semblaient bien plus jeune qu'elle l'était. La Dame d'Acier aurait dû l'appeler ses soldats tant elle était inexpressive. Mais , et bien que les Echani dépassent largement le talent des mandaloriens dans cet art, Valek savait lire le langage corporel de la plupart des aruetiise, cela étant bien plus difficile chez les Mando'ade recouverts presque éternellement de leur beskar'gam. Et il pouvait ressentir le malaise de la jeune femme devant ces quelques mots.

Valek ne put s'empêcher de sourire, habitué comme il était à épancher ses émotions et surtout à penser qu'il revêtu de son armure complète, et donc le visage couvert par son casque. Et même si ce n'était pas le cas il se fichait bien assez ce que l'on pouvait d'un homme qui souriait du malais d'une Amirale de l'Alliance. Une Amirale qui d'ailleurs semblait apprécier l'alcool comme le démontra sa descente rapide et importante du galla'gal, forte liqueur mandalorienne. Sans rien laisser paraître Valek reprit sa flasque, soudainement plus légère et la remit à la ceinture.

"Je suis ravi que cela vous plaise Amirale. En général les aruetiise ont du mal avec cette boisson. Cela s'appelle du galla'gal, un alcool composé de graines de galla. Je vous donnerai quelques adresses pour en commander si vous le désirez."

Valek se tut pendant un moment laissant la femme parler tout en la dévorant du regard. En effet elle était très jolie et attirante. Une guerrière qui tentait de faire preuve de bonne image pour la pérennité de son peuple et de son gouvernement, une véritable patriote qui voyait en l'Alliance son aliit. A vrai dire Valek sentait quelque chose monter en lui. De l'attirance. Voilà des années qu'il n'avait connu pareil sentiment, lui qui voyait dans sa vie le respect des Resol'Nare et surtout la recherche de la kote. Un pur jus mandalorien pour quoi l'amour et les femmes n'étaient pas compatibles ces dernières étant de simples camarades qui s'avéraient bien souvent. Valek se rendit bien compte qu'il l'a dévisagée un peu trop longtemps et regarda par dessus son épaule, détaillant les gardes mais également la décoration, très riche, du restaurant.

"Vous avez choisi un lieu faste pour un rendez vous et des négociations. J'apprécies. Mais sachez que mon peuple se contente de bien peu et qu'une simple rencontre sur un vaisseau aurait suffit. Et je pense que cela nous aurait arrangé tout deux..."

Une manière de dire qu'il compatissait au fait qu'ils devaient tous deux faire des efforts pour se montrer digne de leur peuple mais également pour que chacun parte avec une bonne image des deux guerriers qui se rencontraient sur la table des négociations. Lorsque les plats arrivèrent Valek se sentit plus détendu et ce fut avec plaisir qu'il commença le repas. Habitué à manger des rations de combat, ou tout simplement à jeûner parfois le guerrier apprécier amplement la riche nourriture et celle ci était délicieuse. Les saveurs se mélangeaient et explosaient sur ses papilles dans un véritable bonheur. Lorsque la bouteille de whiskey corellien, un alcool dont Valek était très friand il ne put s'empêcher d'en boire une longue gorgée, retirant une large partie de la bouteille. Gêné il posa à son tour sa gourde de galla'gar et il fit un clin d'oeil à Aerys.

"Et bien nous voilà à égalité, dit il en riant juste après. Attaquons les choses sérieuses maintenant"

Et voilà les négociations étaient lancées...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ord Mantell] Rendez-vous martial [PV Aerys]   Ven 28 Juin - 16:49

Le sourire de Valek s’étendit sur son visage, faisant ressortir les cicatrices qu’il arborait déjà en autant de traits blanchâtres sur son visage. Je restais perplexe, ne sachant si je devais l’imiter ou non, puisque je ne voyais pas de raison à son apparente hilarité… J’envisageais un instant qu’il était en train de se moquer de moi, mais je balayais rapidement ces soupçons… Je ne le pensais pas suffisamment mesquin pour rire de moi à la première occasion, non, il avait plutôt l’aspect d’un homme honorable… Enfin, tout au moins de ce que j’en avais vu, même si je ne le connaissais que depuis quelques minutes, il avait su faire bonne impression d’une certaine manière. Il reprit en répondant à ma question concernant sa liqueur, que je stockais dans un coin de mon esprit avant de retourner à la conversation… Cela ne m’étonnait pas outre mesure que cette boisson soit majoritairement appréciée par son peuple, car elle était forte, plus que beaucoup, et ça, ça ne plaisait pas à tout le monde. Le sourire me vint à mon tour, on aurait deux vieux qui goûtaient leurs alcools respectifs et les commentaient ensuite, et non pas une négociation importante pour l’alliance galactique… Qu’est-ce qu’auraient dit mes supérieurs s’ils s’étaient trouvés là ? Que du mal, je n’en doutais pas… Et pourtant, quelque chose me disait que c’était la stratégie qui avait le plus de chances d’amadouer Valek en vue de nos négociations futures… Parler comme deux soldats, libérés du carcan de leurs obligations, était quelque chose de rafraichissant auquel je n’avais pas goûté depuis trop longtemps.
Enfin, visiblement, ça n’était pas le seul moyen d’amadouer l’homme… J’essayais de ne pas le fixer, sachant que ça n’était pas poli, aussi mon regard volait d’un endroit à l’autre de notre tablée, et de la pièce, mais lui… Lui m’observait, me dévorait des yeux, et j’en allais à me demander s’il n’imaginait même pas un peu plus que ça, d’autant que la robe était supposée me mettre en valeur, même si je n’en voyais guère l’intérêt… Malgré ses années passées à diriger des hommes, j’étais donc encore capable d’en séduire quelques uns ? D’habitude, c’était plutôt la peur qui habitait leurs yeux, pas le désir, et je ne savais presque plus comment y réagir… On ne voyait plus en mois une femme depuis un certain temps, on voyait une machine toujours prête à répondre à l’appel de son pays… D’une certaine manière c’était vrai, mais c’était également épuisant, et j’avais l’occasion de m’en débarrasser un cours instant, aujourd’hui et maintenant… Et pourtant je me sentais gênée par son regard insistant, sans réelle raison, les hommes avaient leurs désirs, et il était peut-être juste moins doué que les autres pour les dissimuler… Ou tout au moins dans le cas présent. Enfin, il n’était pas non plus stupide, aussi il sembla se rendre compte de son attitude, légèrement inconvenante, ce qui élargit encore un peu mon sourire… On aurait presque dit un enfant qui dévisage l’une de ses camarades sans penser à mal. Son regard, légèrement teinté de culpabilité, passa par-dessus mon épaule pour scruter des détails du fond de l’endroit, pendant qu’il reprenait la parole d’une voix assurée :


"Vous avez choisi un lieu faste pour un rendez-vous et des négociations. J’apprécie. Mais sachez que mon peuple se contente de bien peu et qu'une simple rencontre sur un vaisseau aurait suffi. Et je pense que cela nous aurait arrangé tout deux..."

*Comme je l’aurais souhaité en effet…*

Il comprenait ma gêne, visiblement… Aussi bien d’être ici que d’être engoncé dans cette robe, et de devoir laisser de côté mon franc parler pour prendre les airs d’une diplomate… Je n’avais jamais été douée pour cela, ils auraient dû envoyer quelqu’un d’autre, il  y avait sans doute mille et une tâches plus importantes à régler que de dîner avec un Mandalorien… Mais, je m’étais déjà fait cent fois cette réflexion, et cent fois la même réponse était venue… Ce peuple respectait la guerre, et j’étais l’une des plus hauts gradée de l’ensemble des forces armées de l’Alliance Galactique… Oui, j’occupais une position qui devrait faciliter nos échanges… Mais, même si ça se passait assez bien, j’avais l’impression de mettre en permanence les pieds dans le plat, et si je faisais vraiment une bourde, je devrais la rattraper par moi-même… Et, cela, je le réglais d’habitude à coup de jurons bien sentis, qui n’auraient pas été trop bienvenus ici, je suppose. Qui plus est, certains étaient dans la langue dans mon interlocuteur, un reste de ce que Severnaya avait pu hurler dans la salle des machines de ce fameux Destroyer.
Mais, finalement, le repas commença. Il prit une première bouchée de nourriture, m’invitant par la même occasion à faire de même, et je ne me fis pas prier. Je ne mangeais pas beaucoup, ça m’avait toujours semblé une perte de temps, mais sachant que ça n’était qu’un prétexte pour user de diplomatie, autant se servir. Une fois le ventre rempli, peut-être serions nous tous deux plus conciliants, et au vu des circonstances actuelles, cela me profiterais sans doute plus à moi qu’à lui, puisque je recherchais son soutien, et celui de son clan en général.  Alors que je réfléchissais à la stratégie à utiliser pour aborder les choses sérieuses, le miracle se produisit… La bouteille d’alcool Corellien arriva à table. Mon sourire, qui  était retombé, réapparut sur le coin de ma bouche, une petite touche de plaisir à voir la bouteille ambrée entre mes mains. Je remerciais le jeune homme qui me l’avait apportée, et la fixais quelques secondes avant de la déposer sur la table. Aussitôt, l’homme qui me faisait face s’en empara, pour visiblement se venger du sort que j’avais fait à sa flasque personnelle de galla’gal. Une longue lampée plus tard, il reposait la bouteille sur la table, déjà bien entamée alors qu’elle venait d’arriver…  Puis, en riant, il posa sa propre gourde sur la table, me signifiant que nous étions quittes, avant de continuer :


"Et bien nous voilà à égalité. Attaquons les choses sérieuses maintenant"

Mon expression légèrement enjouée se durcit instantanément… Alors nous devions parler travail maintenant, alors que l’atmosphère commençait à se détendre ? Effectivement, c’était important, mais j’aurais souhaité pouvoir repousser le sujet encore et encore, voire même ne pas en parler du tout, bien que cela ne soit pas une possibilité.  L’entretien jusqu’ici avait été léger, mais entrer dans les méandres de la politique, c’était délaisser ce côté sympathique pour prendre un ton plus sérieux, chose que je n’appréciais pas. J’essayais de ne pas paraître trop froide toutefois, ni impassible comme d’habitude, ça n’avait jamais très bon effet durant des négociations… Tout au moins, c’était ce que je pensais. Pour ajouter au réalisme de ma mimique, j’attrapais la bouteille de whisky pour en prendre une gorgée également, mais pas trop longue, car en plus de son alcool, je ne souhaitais pas subir une quelconque influence de l’alcool, surtout dans cette situation. Je cherchais quelques instants de plus une chose à dire pour détendre l’atmosphère avant de me jeter à l’eau, mais je n’en étais pas capable… Finalement, je me résignais à prendre un ton relativement sérieux, sans être glacé pour parler :

« -Ecoutez Valek, je suppose que je dois être franche avec vous. Nous sommes des soldats tous deux, et vous devez détester la diplomatie autant que moi, mais aujourd’hui j’ai besoin de vous. Nous avons besoin de vous. L’alliance galactique est en conflit avec la Confédération, et vous êtes suffisamment intelligent pour savoir que ce conflit ne restera pas éternellement pacifique…  Ma nation a besoin de toute l’aide disponible pour vaincre les sécessionnistes… Ma nation, aujourd’hui, a besoin des Mandaloriens, et de votre clan Valek. Nous vous demandons une alliance pour la guerre à venir, dût-elle nécessiter des compensations financières. »

Voilà, la question était posée. C’était simple, direct et précis… Ca ne s’embarrassait pas de faux semblants, de manipulations et de demi-vérités, c’était un exposé de la situation qui valait tous les arguments du monde, tous les arguments que j’avais en ma possession. J’aurais pu blâmer la CSL, faire appel à son sens de l’honneur ou implorer sa pitié, ça n’auraient rien changé, et cela nous le savions tous deux… Ce qui m’inquiétait le plus, c’est que, au vu des informations que j’avais pu rassembler sur son caractère, et celui de son peuple avant cette entrevue, il refuse de facto. Les Mandaloriens n’étaient pas du genre à prendre part aussi facilement à un affrontement de cette ampleur, ils restaient bien souvent neutres, quitte à servir de mercenaires ou de chasseurs de prime pour le plus offrant par la suite… J’avais besoin de m’assurer de sa loyauté aujourd’hui, quitte à le payer… Il fallait qu’il  refuse s’il ne souhaitait pas prendre part au conflit, et s’il acceptait, il me fallait sa parole d’une fidélité absolue, même si on lui offrait plus pour nous trahir… J’aurais souhaité qu’il accepte, car il pourrait bien évidemment nous être utile, mais me reposer sur des flingues à vendre, et leur offrir ma confiance ? J’avais du mal à savoir si je pourrais réellement en être capable… Mais peut-être que je n’en aurais pas besoin. D’une certaine façon, je l’espérais même… Mais c’était mon ignorance des us et coutumes des Mandaloriens qui me faisait défaut aujourd’hui, aussi je ne pouvais qu’espérer, espérer qu’il choisisse la meilleure solution. Pour tous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ord Mantell] Rendez-vous martial [PV Aerys]   Dim 30 Juin - 10:25

 Les Mandaloriens sont des hommes fiers, mais également des femmes l'égalité des sexes étant des plus avancées parmi ce peuple dans une galaxie où tout n'était pas ni tout noir ni tout blanc. Mais si leur sens de la kote, qui avait fait de si grands guerriers, était extrêmement poussé leurs mœurs avaient évolué au fil des millénaires et de guerriers invincibles dominant un empire tout aussi martial ils étaient devenus de simples mercenaires et chasseurs de primes, au prix excessivement élevé et dont l'utilisation requérait autant de bon sens qu'un large porte-monnaie.  
 
Valek, qui pourtant avait bien souvent combattu au plus offrant, avait avec l'âge refusait cette idée de plus en plus souvent et au fil des années avait crée un véritable esprit patriotique envers les Protectorats et en particulier devant Mandalore. Depuis qu'il était devenu le Kar'ta b'aliit, le cœur du clan littéralement, et qu'il portait le jaing, synonyme d'un puissant guerrier, il travaillait de moins en moins souvent pour d'autres que son peuple et dans ce cas là il refusait toute rémunération, les Mando'ade étant ses vode. Par ailleurs il n'avait jamais combattu au côté de la Confédération et si ce n'avait été quelques escarmouches durant le Seconde Guerre Civile Galactique il n'avait guère pris position dans les différents conflits qui avaient ravagés la galaxie connue au fil des ans. Et désormais il était ici se trouvant face à ne charmante femme mais qui dans le fond était une véritable mirdala parmi les arutiise


Elle désirait l'aide de son clan ? Elle pourrait l'avoir. Elle désirait la puissance des forces mandaloriennes ? Elle l'aurait. Mais cela nécessiterait de nombreux sacrifices, tel que des forces, des armes mais surtout de l'argent, beaucoup d'argent mais également une clause. Si Mand'Alor venait à lancer son appel, et si un nouveau se présentait par ailleurs, Valek cesserait toute affaire et partirait selon son respect des Resol'Nare et de son enteyor. Le guerrier était venu ici espérant voir plus clair dans la guerre qui s'annonçait et il venait de découvrir qu'elle éclaterait très certainement et incessamment sous peu. De quoi gagner beaucoup d'argent mais surtout de pouvoir jouer avec le feu. Elle avait besoin de lui et ce rapidement.


"Amirale comprenez bien que nous sommes aussi un peuple et un gouvernement. Actuellement nous sommes libre mais sachez qu'avec le temps un Mand'Alor s'élèvera et que ce jour je serai obligé de couper court à notre contrat. Mais... J'accepte. Mon clan et ma lame sont à votre service."


Geste plutôt surprenant Valek se leva, dégaina son beskad et s'agenouilla en le tendant vers la femme à qui il prêtait les services de son clan mais également de sa vie et de son honneur. Il tenait désormais à Aerys Veers d'acceptait ce cadeau et de respecter les traditions mandaloriennes mais également de savoir faire des Beviin un clan honorable. Sinon leur colère s'abattrait sur elle... 


"Voici mes conditions, dit il dans un souffle, je veux des crédits, assez de crédits pour équiper près de cents personnes et ce à chaque combat. Mais ce n'est pas tout. Nous serons votre arme secrète, la crème de vos soldats et c'est pourquoi vous nous confierez les missions habituellement alloués aux forces spéciales. Vous savez que les Mandaloriens sont les meilleurs guerriers et nous vous le prouverons. 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Ord Mantell] Rendez-vous martial [PV Aerys]   Jeu 18 Juil - 5:47

Voilà, le pavé était jeté dans la mare, et il ne restait plus qu’à prier dorénavant. Comme je l’ai dis, je n’étais pas très au fait des us et coutumes Mandaloriens, bien que ça reste plus que la large majorité de la population galactique… Et si j’avais brisé l’un de leurs codes avec mes paroles ou mon attitude, et que cela entraînait le refus de ma proposition… Ce serait un lourd échec personnel. Et ma hiérarchie, si peu nombreuse soit-elle, trouverait le moyen de râler sur ce qu’il s’était passé ici d’une manière ou d’une autre… Ce qui me placerait dans une situation embarrassante… Mais je pense que je leurs ferais connaître mon point de vue sur la chose à cette occasion, m’envoyer négocier un accord diplomatique était une folie à la base, ils n’avaient qu’à s’en prendre à eux-mêmes. Je regardais fixement le visage de mon interlocuteur, espérant déceler la réponse à mes questions à l’intérieur de ses yeux orangés, ou dans les replis de son visage marqué par la guerre…  Mais rien ne filtrait, ou tout au moins pas assez pour que je me fasse une idée nette et précise de ce qu’il pouvait bien penser.
Enfin, bref, j’étais sur la corde raide. J’étais juste heureuse que ma voix n’ait pas tremblé car j’avais prononcé ces mots sans préparation aucune, c’était de l’improvisation… Et ça n’était pas si mauvais. Enfin, jusqu’à un certain point, c’était simplement des évidences de guerre que j’avais énoncé là, et le peuple dont j’avais un représentant face à moi était plutôt bon pour les connaître… Mais également pour les respecter. Nos cultures et notre éducation étaient profondément différentes, et le côté guerrier de notre existence était la seule chose que nous avions en commun, aussi je comptais bien jouer là-dessus… C’était sur ce point que j’étais la plus à l’aise de toute façon. C’était également ce point qui me faisait penser qu’un accord avec le clan de Valek était vital… Les Mandaloriens étaient des soldats d’exception, et les avoir de ce côté dans cette guerre serait un avantage énorme… Je préférais ne pas me retrouver prise en chasse par leurs redoutables vaisseaux sans m’y attendre… Ou tout au moins, tant que je n’aurais pas également des Bes’uliik de mon côté. Les légendes allaient bon train sur l’efficacité redoutable de ces astronefs et de leurs pilotes… Finalement, mon interlocuteur me répondit alors que j’affichais toujours la même mine imperturbable qui ne devait se briser sous aucun prétexte :


"Amirale comprenez bien que nous sommes aussi un peuple et un gouvernement. Actuellement nous sommes libre mais sachez qu'avec le temps un Mand'Alor s'élèvera et que ce jour je serai obligé de couper court à notre contrat. Mais... J'accepte. Mon clan et ma lame sont à votre service."

C’était vrai, son peuple n’était pas composé uniquement de mercenaires… Je le savais bien sûr, mais j’avais tendance à l’oublier à l’occasion. Ou tout au moins à le passer sous silence d’une certaine façon. Mais cela ajoutait un facteur d’improbabilité à notre affaire, il était vrai que si un dirigeant suprême finissait par se découvrir, je perdrais automatiquement son appui… Ce qui n’était pas une perspective plaisante. Toutefois, je comprenais totalement, et je me voyais mal lui demander le contraire, il ne pouvait trahir la culture qui l’avait vu grandir, et qui l’avait éduquée… Non, demander le contraire serait automatiquement couler l’accord. Accord qui était désormais validé, c’était le plus important. Il avait accepté, donc le plus long du chemin avait été fait, mais il restait encore à en définir les termes précis… Car accepter les yeux fermés ainsi n’était guère prudent, et je savais qu’il y aurait des conditions. Mais je me pensais capable de les satisfaire pour la plupart… J’avais des crédits à lui proposer, un nombre de fond plutôt important débloqué par mes supérieurs, et je voyais mal ce qu’il voudrait d’autre… Sans doute des marques d’honneur, une reconnaissance publique de ses exploits, quelque chose du genre ?  Je ne savais pas tout à fait en fait.
Mais visiblement, j’allais un peu trop vite en besogne. Je suppose qu’il y avait un certain rituel à respecter lorsque l’on passait un accord sur les planètes du protectorat, quelque chose que je ne savais visiblement pas… Et que l’on me rappela de la façon la plus surprenante que ce soit. L’homme face à moi avec qui je mangeais jusqu’ici, en faisant bien attention d’être polie, de ne pas le vexer etc venait de se lever. Il avait laissé tomber ses couverts, visiblement n’accordant plus d’importance à ces futilités. Je posais également les miens, et je le regardais. Il sortit son Beskad de son fourreau, mais je n’eus pas un mouvement de recul… S’il avait voulu me tuer, il aurait pu le faire depuis longtemps, c’était donc autre chose… Et la peur n’était pas la bienvenue à la table des négociations, bien évidemment. Finalement, il s’agenouilla en me tendant sa lame, un geste d’une forte symbolique, cela je pouvais m’en rendre compte par moi-même. A nouveau, la tête tournée vers le sol, il prit la parole d’une voix faible, pour que seuls lui et moi puissent entendre je suppose :


"Voici mes conditions : je veux des crédits, assez de crédits pour équiper près de cents personnes et ce à chaque combat. Mais ce n'est pas tout. Nous serons votre arme secrète, la crème de vos soldats et c'est pourquoi vous nous confierez les missions habituellement alloués aux forces spéciales. Vous savez que les Mandaloriens sont les meilleurs guerriers et nous vous le prouverons."

Moi qui craignais quelque chose un peu plus extravagante… Non pas en termes de demandes remarquez, je l’ai dit plus tôt, ça n’était pas une surprise en soit… Mais le prix à payer pour les mettre de mon côté n’était pas si terrible… Tout au moins de ce que j’en voyais. Après, il faut dire que je me représentais assez mal la somme d’argent que cela représenterait, l’administration n’avait jamais été mon fort… Mais équiper cent hommes pour chaque combat aux frais de l’alliance… Eh bien cela me semblait respectable.  Pour la seconde partie de sa demande… Eh bien, c’était quelque chose de propre aux Mandaloriens que de préférer se trouver dans le feu de l’action, et je pouvais le comprendre, très bien même. J’aurais donc dû le prévoir, mais cela non plus ne me choquait pas. Je réfléchissais à ajouter une clause à notre contrat qui nous arrangerait tous les deux… Nous pourrions peut-être l’aider à conquérir le poste de Mand’Alor. Cela lui donnait plus de ressources pour nous aider, mais également lui donnait plus d’importance auprès de son peuple. J’y réfléchissais sérieusement, connaissant tous les bienfaits que cela pourrait apporter… Mais je laissais tomber l’idée. Ça ne serait sans doute pas de son goût, après tout ils étaient des guerriers connus pour leur droiture, cela leur semblerait sans doute lâche… Et il valait mieux ne pas l’offenser maintenant que j’arrivais à mon objectif. Bien que ses demandes ne me semblent pas aberrantes toutefois, je préférais mettre quelques points au clair, juste comme ça, pour m’assurer qu’il ne se produirait rien d’imprévu par la suite qui pourrait nous coûter cher en plein conflit galactique :

« -Vous aurez vos crédits, ne vous inquiétez pas, j’en ferais part à l’administration aussi tôt que possible. Concernant la venue d’un Mand’Alor, je comprends cette obligation à votre peuple… Prenez simplement le temps de nous prévenir à cette occasion, et ne nous laissez pas seuls dans la bataille sans connaître votre position… Concernant le dernier point, il est évident que vous ne serez pas traités de la même façon que le soldat moyen, et vous serez certainement une arme secrète, mais vous serez peut-être obligés de côtoyer les forces spéciales lors de certaines missions de grande envergure. Bien sûr, cela se fera aussi peu que possible, et vous serez la crème de la crème. »

Voilà, à nouveau mon honnêteté… Ça n’était pas des conditions en soit, juste certain petits éclaircissements que je pensais nécessaire… Me rendre compte que je n’avais pas mes appuis en plein milieu d’une bataille alors qu’ils sont partis sans prévenir m’aurait mise dans une rage folle, aussi mieux valait mettre les choses au clair tout de suite… Et il ne fallait pas qu’il prenne la grosse tête car nous l’avions recruté, il y avait trop de tâches pour les corps d’élites pour qu’il soit le seul opérant pour le compte de mon gouvernement, si c’était cela qu’il sous-entendait… Si ça n’était pas le cas, tout irait bien alors. Finalement, je me rendais compte qu’il était toujours agenouillé face à moi… Il fallait que je fasse quelque chose non ? Enfin, je suppose que pour sceller notre contrat, il y avait un rituel… Que je ne connaissais pas concernant les membres du protectorat, soyons clair… J’allais faire à l’instinct, il m’avait toujours bien conseillé jusqu’ici en combat, restait à espérer qu’il ne me fasse pas défaut aujourd’hui. Bref, il me fallait essayer quelque chose, aussi je saisissais fermement le Beskad par la poignée avant de le soulever, admirant l’équilibre et les lignes fines de larme, de même que son matériau d’exception. Je reprenais de la même voix assurée :

« -Relevez-vous Valek, notre accord est scellé. Pour le meilleur et pour le pire je suppose. » Mon sourire en coin revint alors que je lui tendais son arme, que je saisissais par la lame pour lui présenter la poignée, signe de respect de ma part… Tout au moins c’est ce que je pensais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Ord Mantell] Rendez-vous martial [PV Aerys]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Ord Mantell] Rendez-vous martial [PV Aerys]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 2 :: Autres Planètes-
Sauter vers: