Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bain de minuit [Arsenicia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Bain de minuit [Arsenicia]   Mar 4 Juin - 1:34


Bain de minuit


Elena était enfin de retour. Il n’était pas dans ses habitudes de revenir après une délégation dont elle avait la charge. Et à vrai dire, elle ne s’en serait jamais crue capable non plus pour être honnête. Toutefois, il arrive que l’on fasse une rencontre. Il arrive que l’on côtoie une personne. Une personne qui, en un claquement de doigts, bouleverse totalement les fondements même de votre perception, de votre personnalité et de votre âme. Cette rencontre qui se manifeste tel un violent tourbillon d’émotion qui vous ravage délicieusement de l’intérieur sans même en avoir envie de lutter. Oui, votre seule envie est de vous laisser emporter par cette force, par cette fougue, par ce délicieux ravage et de profiter de tous les effets qu’il sera à même de vous prodiguer.
Il n’est plus à mettre en avant la problématique de l’attachement durant la longue formation et le parcours d’Elena au sein de l’Ordre. Il fut tantôt source de réussites, de victoire et de bonté, mais aussi tantôt source d’épreuves, de peines et de douleurs. Un parcours qui a toujours justifié le besoin de se montrer présente et avenante envers son prochain tout en plaçant judicieusement une certaine barrière pour que la frontière minimale ne soit jamais franchie. Une frontière qu’une seule personne avait finalement su franchir dans cette galaxie ou, tout du moins, de cette façon !
Le cœur battant encore la chamade de l’excitation et du plaisir vécu, mais aussi de l’amertume et de la tristesse qu’amenait ce départ, Elena gardait son regard posé sur le vaisseau de Jordane. Ce dernier gagnait les hautes altitudes de la planète jusqu’à devenir un petit point imperceptible et, bien trop rapidement, invisible. Nul doute qu’Elena pourrait revoir cette femme si chère à son corps et à son cœur. Nul doute que la Force les amènerait à se recroiser dans l’avenir. Mais à cette certitude se mêlait l’éternelle question douloureuse du ‘quand ?’ Oui, quand est-ce qu’elles pourront de nouveau être ensemble ? Ou, quand est-ce qu’elles pourront profiter de leurs présences réunies autrement qu’au détour d’une simple nuit interdite et volée ? Quand est-ce que leur relation ne se limiterait plus à des rendez-vous épisodiques dont les obligations d’Elena rendaient systématiquement cette réponse entre les mains du hasard ? Elena était sage et également réaliste. Les heures sombres dans lesquelles plongeaient la galaxie n’étaient nullement prête de pouvoir leur accorder un ‘nous’ heureux et constant.

Séparée de celle qui avait kidnappé son cœur, Elena rentra au temple en redevenant la Jedi que tout le monde connaissait. Le Grand Maître du Conseil retrouva la chaleur et le confort de sa ‘maison’, de son véritable ‘chez elle’. Avec apaisement, elle prenait plaisir à reposer son regard sur les jeunes apprentis en train d’apprendre les rudiments de la télékinésie. Avec sourire, elle observait des enfants s’entrainer, casque avec visière opaque sur la tête, à l’art du Sabre-Laser alors que, plus loin, de jeunes padawans profitaient avec insouciance d’un moment de libre pour discuter et plaisanter entre eux. Malgré le trouble approchant, les membres les moins expérimentés de ce temple prenait soin de profiter des minutes et des instants de liberté leur étant accordé. Cette vision était comme un rappel du pourquoi le combat continuait et se perpétuait. Pourquoi l’Ordre ne cessait de parcourir la galaxie de manière aussi pacifiste que plus brutale : veiller sur les systèmes, protéger chaque planète et chaque monde, assurer à toutes les personnes de cette galaxie l’assurance de beaux lendemains et de la continuité d’instants aussi légers et aussi agréables que vivaient lesdits padawans en cet instant.
Bien que son statut de Grand Maître lui permettait de jouir d’une certaine immunité quant à la curiosité des autres chevaliers et des autres maîtres, Zeltana eut pour premier réflexe de retrouver les membres de la délégation qu’elle avait précédemment conduite jusqu’à Ansion. Il était de son devoir de s’assurer que le retour s’était passé au mieux et que l’état de chaque membre du voyage était on ne peut plus satisfaisant. Il faut dire que la mission demeurait une réussite dans son objectif principal : assurer la sécurité de la planète et repousser les tentatives d’invasion de l’Alliance. Un combat qui avait néanmoins entraîné son lot de malheureuses et douloureuses pertes ainsi que ces blessures. Ainsi, chaque conflit demeurait comme la nature de la Force : parsemé de fluctuations tant positives que plus abruptes et violentes.
Quelques discours échangés, quelques ressentiments partagés et le soir gagna bien rapidement le Temple. Petit à petit, les éclairages lumineux et rayonnants laissèrent place à une ambiance beaucoup plus tamisée. Trônant seule dans la Chambre du Conseil face à la grande baie vitrée, Elena savait qu’elle ne dormirait pas, pas maintenant, pas encore. Chaque retour de mission était source d’une longue considération des évènements récemment produits entrainant souvent un état de veille de notre Maître. A cela fallait-il également ajouté sa séparation du jour avec Jordane qui mettrait encore quelques heures à quitter son esprit. Non, ce serait une nuit sans sommeil et sans véritable repos pour notre chère Elena. Telle est la raison pour laquelle elle finit par quitter la Chambre du Conseil. Ses pas la guidèrent vers ses appartements où elle troqua sa tenue habituelle pour une simple robe longue blanche et légère. Elle avait envie de respirer, de libérer son esprit et de profiter de la fraicheur de la nuit.

La lune était pleine ce soir. Le ciel entièrement dégagé. Elena quitta le Temple avec la tête littéralement dans les étoiles. Ses yeux ne se posèrent nullement sur le chemin qu’elle empruntait, non. Elle préférait cent fois d’avantage contemplé le scintillement de tous ces systèmes aussi épars qu’éloignés. Chaque éclat dans le ciel justifiait de leur stabilité ou, tout du moins, de leur présence et de leur existence. Laisser la galaxie s’effondrer serait faire disparaître chacun de ces points lumineux, chacun de ces bouts de lumière, n’en laissant alors qu’un ciel fait d’obscurité et de chaos total. Au même titre que la vision de padawans jouant avec insouciance, un ciel aussi radieux que cette nuit redonnait tout autant envie de se battre et de lutter pour faire face à toutes les menaces et toutes les folies que pourraient encore créer le vil cerveau des individus au nom de la noirceur, de la vengeance ou encore du pouvoir.
Elena glissait telle une ombre dans la nuit. Sa silhouette, soulignée par la blancheur de sa robe, lui prodiguait les effets d’une apparence presque illusoire, spectrale. L’esprit fantomatique, penseur et mystérieux qui s’évanouit derrière chaque nouvel arbre, chaque nouveau tronc, chaque nouvelle souche. Le silence, le calme, l’absence et les étoiles. Cette nuit était radieuse.
Nul n’en déplaise à notre amie, et sans déranger la plénitude de l’instant qu’elle s’offrait actuellement, Elena ressenti une aura. Une aura qu’elle connaissait très bien, pour ne pas dire par cœur depuis toutes ces années. Son visage à l’apparence neutre, tout en se voulant accompagner de la douceur de sa beauté hapienne, s’étira dans un sourire content, ravi. L’aura ressenti n’était autre que celle de sa ‘mère’, de sa consoeur, de son amie. Guidée par la Force, Elena continua sa lente et délicate errance tout en brisant de plus en plus les pas la séparant de cette autre personne lui étant si chère à son cœur. Des arbres qui se succèdent, des buissons qui s’écartent et voilà que notre Grand Maître peut poser son regard sur le dos et l’entièreté du corps dénudé de son aînée en train de pénétrer dans l’obscurité d’un lac. Le sourire que possédait Elena s’étira légèrement d’avantage alors qu’elle s’avançait doucement vers le point d’eau.

« Ravie de voir que tu n’as pas perdu ton goût des baignades nocturnes. »

Lança-t-elle avec engouement. Elena était bien évidemment encore trop jeune, certainement, pour connaître sa ‘mère’ sous tous les points et toutes les coutures mais le temps lui avait appris à découvrir certains de ses petits loisirs, de ses petits plaisirs.

« Navrée pour mon retard Nicia. J’espère ne pas t’avoir inquiété outre mesure ? »

Autant commencer par les sujets pouvant fâcher. Notre Grand Maître savait pertinemment que son absence n’aurait nullement échappé à son amie de longue date. Sans doute que son statut de Conseil pouvait la placer au-delà de toute justification. A ceci près qu’envers Nicia, Elena se sentait à la fois extrêmement jeune et profondément redevable. Redevable de sa présence et de redevable de cette vie qu’elle lui avait apportée. Certes, elle savait que sa ‘mère’ ne la considérerait jamais comme sa débitrice, et si Elena tentait de ne jamais agir de la sorte, elle le compensait dans l’immense respect et dans la profondeur de la loyauté, des confidences et des explications qu’elle pouvait lui apporter.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bain de minuit [Arsenicia]   Mar 4 Juin - 22:28

    L'aube n'était pas encore levait lorsque la Grande Maîtresse Ombrelune ouvrit les yeux. Lentement, encore un peu endormie, son regard balaya sa chambre baignée dans l'obscurité. Dans le noir, elle voyait plutôt bien et se leva donc sans allumer de lumière. Elle se dirigea vers la douche, ôtant ses vêtements de la veille qu'elle n'avait même pas prit le temps de retirer avant de s'allonger. Nue, elle pénétra sous l'eau chaude et laissa celle-ci couler sur sa peau, immobile dans l'obscurité de ses quartiers du temple. Ses pensées encore un peu embrumées se clarifièrent peu à peu... Levant le visage, les paupières closes, elle laissait l'eau terminer de la réveiller puis commença doucement à savonner sa peau et ses cheveux.
    Une dizaine de minutes plus tard, elle quitta l'agréable chaleur de sa douche et retrouva la fraîcheur de ses quartiers. Sans perdre de temps, la Jedi s'habilla de ses habituels vêtements de l'Ordre puis avala un rapide déjeuner... et Enfin, elle termina de sécher ses longs cheveux et quitta sa chambre, sa bure noir sur les épaules.

    A cette heure, le Temple dormait encore. Arsenicia croisa peu de Jedi, comme d'habitude... Elle sortit du Temple et demeura au sommet des marches, le regard rivé vers l'horizon. L'extra galactique aimait assister au lever du soleil, profité de ses premiers rayons rouge-orangés avant de se mettre au travail. Ses pensées dérivèrent vers sa fille, puis vers les dossiers qu'elle avait délaissés la veille pour dormir un peu... L'un d'eux concernait une mission sur Ansion, une mission menée par son amie, sa "fille"... La Grande Maîtresse Zeltana. La délégation qu'elle avait accompagnée était revenue saine et sauve, mais sans Elena et aucun des Jedi qui l'avaient accompagnée était en mesure de répondre aux questions d'Arsenicia, à savoir "ou est-elle ?" ou encore "Pourquoi est-elle restée ?". Bien sûr, la presque centenaire avait bien une petite idée sur la question, mais elle préférait garder son hypothèse pour elle et en parler avec la principale intéressée dès son retour, retour qui n'allait plus tarder, Arsenicia le sentait.
    Chassant ces quelques pensées, elle détourna son regard vers l'astre diurne qui, doucement, comme paresseux, s'élevait au-dessus de l'horizon, passant au travers des arbres pour inonder l'entrée du Temple de ses rayons sans chaleur. Une belle journée s'annonçait... Il était bon de profiter de ces quelques journées de calmes pour finaliser une formation ... La guerre approchait à grands pas, même s'il était difficile d'y croire devant un tel calme, un tel spectacle... Arsenicia essayait d'occulter ce danger, parfois, pour se concentrer sur l'instant présent. A trop vivre dans le futur, un défaut des Prophètes, elle en oubliait l'instant présent et toute son importance... Elle avait une formation à terminer et une autre à commencer, celle de la jeune Leïla... bien que celle-ci se voyait simplifié... et compliquée, d'ailleurs. C'était la première fois que la Grande Maîtresse allait former une ancienne Sith et elle espérait de tout coeur parvenir à aider celle qui se faisait autrefois appeler Darth Nemesis.

    Sa journée se passa sans incidents majeurs... Elle sentait la tension qui régnait entre lui murs et tentait de rassurer ceux qui osaient venir lui parler du danger à venir, surtout des jeunes, qui ne parvenaient pas à comprendre clairement ce que la Force leur disait... Mais les rumeurs allaient bon train, quoi de plus normal...

    Pendant de longues minutes, au cours de l'après-midi, elle observa les novices et se demanda longuement s'il n'était pas nécessaire de les envoyer ailleurs, en sécurité... Mais où ? Ils ne pouvaient pas participer aux combats et Ossus ne serait pas toujours le havre de paix qu'elle était... Il y avait bien une autre solution, mais elle reposait sur les efforts de la Confédération des Systèmes Libre ... et ce n'était qu'une vision, pour le moment, un avenir possible parmi tant d'autre... y penser finissait invariablement par lui donner mal à au crâne.

    Dans la soirée, après une journée occupée entre les cours aux novices et ses deux apprentis, elle se rendit à bord de son vaisseau personnel où elle médita de longues heures, jusqu'à ce que la lune soit haute dans le ciel. Avant de quitter le Galeniël, elle mangea rapidement, n'ayant pas très faim, puis s'éloigna du Temple. S'il y avait une chose qu'elle appréciait, c'était bien nager au clair de lune. Bien sûr, cette activité était gardée secrète, il n'y avait guère de Kyla et Elena qui étaient au courant... et peut-être bien Celestine, qui avait tendance à voir ce qu'elle ne devait pas voir... s'en était définitivement très Iyannesque... La dernière fois qu'elle était venue ici, c'était il y a quelques semaines en compagnie de sa fille. Là-bas, elle avait opéré sa transformation physique pour la rendre méconnaissable de qui ne savait pas regarder... Cette nuit en compagnie de sa fille lui avait fait du bien, à l'une comme à l'autre...

    Arrivée au bord de l'eau, la Grande Maîtresse Jedi ôta sa bure et la déposa sur une souche sèche, à quelques pas de là. Elle sonda ensuite les environs afin de s'assurer d'être bien seule ou, du moins, qu'aucune créature intelligente soit dans les parages car, forcément, la forêt environnante était pleine de vie. Ensuite, lentement, elle retira le reste de ses vêtements et s'aventura au bord de l'eau, quelque peu frissonnante sous le vent tiède de cette nuit. Alors qu'elle pénétrait dans l'étendue obscure, une présence se fit sentir, subitement et sans prévenir. Bien entendu, elle la reconnue, car il s'agissait de la personne qu'elle souhaitait voir depuis le matin ... Elena Zeltana, enfin. Alors qu'elle se passait de l'eau sur le visage, l'extra galactique lui répondit au tac au tac.


    « Ravie de voir que tu n'as pas perdu ton gout pour les escapades interdites. »

    Un sourire étira les lèvres de la Grande Maîtresse Jedi qui releva ses cheveux afin de ne pas les mouiller. Elle se tourna ensuite vers sa consoeur, qu'elle considérait comme sa propre fille, de l'eau jusqu'au-dessus de la poitrine. Cependant, guère pudique, Arsenicia ne tentait pas de dissimuler son corps que, malgré tout, le clair de lune laissait entrevoir, même ainsi immergé dans l'obscurité du lac.

    « Je n'étais pas inquiète, rassure toi. Tu es assez grande pour te sortir du pétrin toute seule. Néanmoins, il n'est plus l'heure de batifoler. Je sais qu'il est difficile de résister à l'amour, mais nous avons d'autres priorités plus importantes, Elena. »

    C'était assez hypocrite en vérité, lorsqu'on savait qu'Arsenicia rendait le plus souvent possible visite à sa femme... Mais lorsqu'elle le faisait, elle ne prenait pas de risque. Elena avait laissé toute une délégation revenir seule, une délégation sous sa protection ... Son statut de Grand Maître la préservait plus ou moins des commentaires des autres Maîtres Jedi, mais pour sa part l'extra galactique n'allait pas s'en priver.

    « Dis-moi tout, je t'écoute... Mais sache que pendant ton absence tu as manqué une petite réunion avec Maîtresse Kuat. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bain de minuit [Arsenicia]   Mar 4 Juin - 23:45


Si le lien d’Elena avec la Force était grand et que la sagesse dont elle faisait généralement preuve forçait l’admiration, cela ne l’empêchait nullement d’avoir ses instants de doute, d’interrogations, de faiblesses et même de perdition. Passer par de tels troubles était parfaitement légitime pour un Jedi, fusse-t-il un Apprenti, un Padawan, un Chevalier ou même un Maître. La différence qui en découlait n’était autre que la capacité à ne pas se laisser guider par de telles émotions chez les plus âgés et les plus expérimentés. Et même si, pour sa part, Elena était encore loin d’être une doyenne de l’ordre, sa propre expérience personnelle lui avait appris à vivre de tels instants, de tels ressentis sans en être totalement emportée par ces derniers.
Pourtant, lorsque la voix d’Arsenicia résonna, le tumulte de ses égarements devint grand, profond, immense. Elle était comme une petite fille jouant à l’aveugle au pied d’une falaise et se mettant à trébucher subitement dans le vide. Une chute vertigineuse, rapide, violente. Le nombre d’évènements traversés et vécus récemment furent d’importance chez notre jeune Grand Maître du Conseil. Il y avait eu une montagne de changements auxquelles elle avait dit oui et du s’acclimater le plus rapidement possible, peut-être même avec une hâte un peu trop prononcée. Mais elle l’avait choisi, elle l’avait assumé. Et si elle se devait d’être sincère envers elle-même, ce n’était nullement sa double nomination qui était à l’origine de tous ces troubles. Mais belle et bien Jordane elle-même. Les propos que lui tint sa « mère », bien qu’ils ne fussent pas particulièrement réprobateurs ou sévère, mirent cependant notre principale intéressée très mal à l’aise, la plongeant dans une anxiété que sa consoeur cernerait très certainement avec une étonnante facilité.
L’attachement n’était plus quelque chose de prohibé au sein de l’Ordre. Et quand bien même ce fondement de l’ancien Ordre aurait été d’actualité, Elena n’aurait ressenti aucune culpabilité à le transgresser. Sa vision réaliste et consciente de la vie que pouvait mener un Jedi lui intimait de considérer que l’attachement n’était nullement une bonne chose, mais nullement une menace. Comme tout élément d’une existence, la nature dudit attachement et de son influence sur soi dépendait de ce que l’on en faisait. Aimer pouvait être bon, si la nature de l’amour que l’on affichait était celui qui renforce, qui solidifie et nous rend meilleur. Aimer était beau à partir du moment où l’union était un partage de confiance et un parcours fait à deux, ensemble. A l’inverse, son influence devenait beaucoup plus néfaste si l’on témoignait de soumission ou de dépendance perpétuelle à l’être aimée. Il fallait que le rapport repose sur un équilibre précieux et pourtant tellement fragile. Nul doute que c’est de par cette fragilité que l’ancien Ordre s’était montré tellement ferme quant à la notion d’attachement. Cette fragilité qu’Elena ne pensait nullement être sienne, dont elle ne pensait nullement être la victime. Et pourtant, les heures sombres vers lesquelles tendait la Galaxie la conduisait de plus en plus dans ce tourment.

« Pardonne-moi, Nicia… »

Souffla-t-elle en baissant le visage, d’un air coupable. En présentant ses excuses, Elena ne pensait plus à Jordane. En effet, ses considérations retournèrent, comme il aurait dû être lieu directement, aux membres de sa délégation et à la finalisation de sa mission : à savoir le retour au Temple pour faire part de la situation concluante de la planète et des actions de l’Ordre. Dans la ‘jeunesse’ de sa nouvelle fonction, et dans la fougue de cette relation interdite, Elena venait de commettre l’une de ses premières erreurs depuis bien longtemps. Il était trop tard pour reculer, certes, mais au moins en prenait-elle conscience et mesura aussitôt l’ampleur qu’auraient pu prendre ses actes si le convoi avait été attaqué, ou encore arraisonné.

« Je comprends que ce n’était pas le genre de faux pas que tu t’attendais à voir de ma part. Sois cependant rassurée. J’ai pleinement conscience du trouble dans lequel s’enlise la galaxie. Et, dorénavant, ce genre d’escapades ne se produira plus de la sorte. »

Notre Grand Maître vint se mordiller légèrement la lèvre inférieure en sachant qu’elle venait de manquer l’une de ses premières réunions en tant que membre du Conseil. Il n’y avait aucune excuse possible, si ce n’est celle de l’explication et des avoeux. Dévoiler les tenants et les aboutissants, répondre au besoin d’information que témoignait Nicia en cet instant. Certes, les occasions ne manqueraient certainement pas pour Elena de se racheter pour cette ‘faute’. Des ‘fautes’ qui ne lui ressemblèrent aucunement. Et pour cause, son comportement fut, dans la majeure partie de ses années, exemplaire au sein de l’ordre. Certains pourraient relativiser en se disant que, justement, dans cet ordre d’idées, elle n’avait pas à s’en faire. A la précision que posséder le rang le plus élevé au sein de l’Ordre impliquait des responsabilités, dont celles d’éviter ce genre d’erreurs proprement dites, plus que n’importe qui !
Elena fit quelques pas avant de venir se poser à terre. Elle s’assit en rabattant ses jambes contre sa poitrine, ses bras venant entourer lesdites jambes. Tout comme sa « mère », une fois hors de la salle du Conseil ou du Temple, elle aimait se permettre une apparence moins ‘droite’ et moins formelle. Son regard se releva quelques instants vers les étoiles, comme pour trouver ses mots, pour trouver l’apparence que prendrait son discours. Cependant, il n’y avait pas dix mille façons de s’exprimer. Ainsi prit-elle quelques secondes avant de prendre une grande bouffée d’inspiration et reposer son regard vers son aînée.

« En ce qui concerne la mission de la délégation, cela fut un franc succès. Nous avons pu offrir un soutien efficace aux forces résistances de la planète Ansion. Je ne peux malheureusement pas assurer l'absence d'une nouvelle tentative prochaine de l’Alliance de revenir en force. Elle demeure l’unique planète de ce ‘système’ qui n’est toujours pas sous leurs directives. Et, sans vouloir me montrer trop pragmatique, ce serait une erreur stratégique de leur part de ne pas vouloir s’accaparer ce monde coûte que coûte. »

Expliqua-t-elle de sa voix aussi douce que calme. Les propos qu’elle tenait ne l’enchantaient nullement mais elle n’en montrait, certes aucune joie, mais aucune colère non plus. La neutralité de son calme était un des fondements de sa nature et de son caractère.

« Heureusement, nous n’avons à déplorer aucune perte au sein de notre Ordre. Seuls trois de nos membres ont légèrement été touché durant ce conflit. Toutefois, leur état a rapidement été stabilisé et j’ai eu le plaisir de constater aujourd’hui qu’ils recouvraient pleinement de leurs forces. Quant à la raison de mon retard… »

L’étape la plus difficile pour Elena. Elle baissa le visage, fuyant le regard de son aînée et le jugement que cette dernière pourrait laisser transparaître.

« …elle s’appelle Jordane… et elle est à la tête d’un escadron… D’un escadron de l’Alliance… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bain de minuit [Arsenicia]   Jeu 6 Juin - 2:32

[Pas super... Et pas relus, j'ai la flemme, il est tard x)]

    Elle se sentait coupable. Pardonner ? Elle l’était déjà. Arsenicia n’était guère rancunière, mais ce n’était pas pour autant que l’Hapienne allait échapper à un sermon en règle. Elle avait accomplie sa mission, certes, mais en partie seulement. Elle avait échouée à ramener la délégation, car elle ne c’était pas présenté avec elle. Elena venait, en effet, de commettre sa première erreur en tant que Grand Maître, une erreur qui aurait pu couter des vies mais, fort heureusement, rien de tout cela n’était arrivé. La jeune Grand Maître assura son ainé que ce genre d’escapade ne se reproduirait plus de la sorte, ce qui voulait dire qu’elle continuerait à voir son amant mais sans mettre qui que ce soit en danger… Cette personne chère à son cœur devait véritablement être précieuse …

    L’extragalactique s’approcha quelque peu du bord alors qu’Elena venait s’y asseoir et son regard azuré se tourna également vers les étoiles. Il y a des années de cela, Eltarys lui avait dit un soir, alors que son regard était rivé vers les étoiles que c’était là une excellente façon de se sentir proche de ceux qui sont loin car, qu’importent où ils sont, il est fort probable que eux aussi regarde les étoiles. Quelques secondes plus tard, leurs regards s’accrochèrent de nouveau et la jeune Grande Maîtresse prit la parole.
    Ce qu’elle lui disait, déjà elle le savait grâce à la délégation, mais Arsenicia ne dit rien et se contenta d’acquiescer d’un signe de tête. Et enfin venait la justification de ce retard qu’elle attendait tant et qui, apparemment, lui semblait difficile à admettre. Lorsque les mots claquèrent dans l’air, l’extragalactique demeura sans voix. Ses trais se durcirent et elle dévisagea sa consœur qui, de crainte d’affronter le jugement de son ainée, avait détourné les yeux.

    Lentement, Arsenicia s’extirpa de l’eau et, se moquant totalement de sa nudité, elle marcha pied nus dans l’herbe jusqu’à la souche où elle avait posé ses affaires quelques temps plus tôt. Laissant ce silence pesant planer entre elles, la Jedi se rhabilla lentement. Lorsqu’elle passa sa bure sur ses épaules, c’est là qu’elle se décida à reprendre la parole. Sa voix était calme mais froide, elle ne laissait rien transparaitre si ce n’est de la déception.


    « Ta stupidité n’a d’égale que… Qu’avais-tu en tête, Elena ? Je te pensais plus intelligente. » Elle se tût et demeura silencieuse. Tout ce qu’elle voyait, c’était le dos de sa protégée. Elle devait assumer ce qu’elle avait fait. « Debout, regarde moi. »

    Face à face, le regard d’Arsenicia demeurait insondable. Elle se revoyait un peu dans la jeune femme, lorsqu’elle avait débuté sa relation avec Sarisa. Certes, cette dernière était Confédérée, ce qui posait déjà moins de problème, mais assez haut gradé… Quoi qu’il en soit, cela n’excusait pas Elena. D’accord, l’amour avait ses raisons que la raison ignore, Elena ne pouvait pas toujours contrôler ce qu’elle ressentait… Mais l’extragalactique ne pouvait s’empêcher de trouver cela très … bête et dangereux.

    « Tu joue avec le feu, Elena, j’espère que tu en es consciente. Je suis très mal placé pour t’empêcher d’aimer, mais j’aurais préféré une autre personne, quelqu’un qui ne sert pas un régime qui nous persécute et pire, qui nous veut mort. » Elle soupira. « Viens, allons au Galeniël. »

    C’était là une façon de dire que le sujet était clos. Si Elena voulait en parler, alors soit, mais pour l’heure Arsenicia n’avait rien à dire. Elle continuait probablement à juger cette relation comme extrêmement dangereuse, mais connaissant l’Hapienne, c’était inutile d’essayer de la raisonner… elle pouvait être passionnée, parfois.
    Les deux femmes quittèrent les abords du lac pour se rendre au Galeniël, qui stationné aux abords du Temple. Le chemin à travers la végétation se fit en silence mais Elena pouvait se montrer rassurer, Arsenicia c’était apaisée et sa déception était passée. Une fois à l’intérieur de l’appareil, la Grande Maîtresse Jedi invita sa consœur à s’asseoir dans le séjour et apporta deux verres ainsi qu’une bouteille contenant un liquide ambré. K9, prévenant, apporta a manger aux deux femmes, rien d’exceptionnel mais cela avait le mérite d’avoir bon gout et d’être nourrissant. Après avoir servit deux verres, Arsenicia s’appuya contre le dossier de son fauteuil, son regard posé sur la jeune femme.


    « Celestine et moi-même nous sommes vue cet après midi. Nous avons toutes les deux sentit et vue de une menace à travers nos visions… quelque chose qui vient de loin, quelque chose qui se cache de nous. Elle va tenter d’en découvrir plus. Pour ta part, a tu sentis quelque chose ? Aussi, Celestine a obtenu que l’Aventurier Errant soit réparé, nous aurons donc une base mobile prochainement. Pour ma part, j’ai vu la mort de l’Empereur, nous en avons parlé, j’irais prévenir les Chevaliers Impériaux de la menace qui plane sur Fel, mais nous n’impliquerons pas l’Ordre la dedans. »

    Tout cela était dit calmement, clairement, sans le moindre détour. Portant son verre à ses lèvres, l’Arcadienne en but quelques délicieuses gorgées.

    « Alors… Souhaites-tu plus de détails ? Ou veux-tu me parler de quelque chose en particulier ? »

    L’invitation était claire. Il était aussi très claire qu’Arsenicia ne lui en voulait pas pour son retard ou sa liaison… elle était plutôt compréhensive, au fond et surtout très mal placé pour lui faire la leçon, au final…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Bain de minuit [Arsenicia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bain de minuit [Arsenicia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: