Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des comptes à rendre [PV La Force]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Des comptes à rendre [PV La Force]   Mer 19 Juin - 13:41

En entrant dans le quartier-général de la Flotte, situé sur Coruscant, Azaren était pensif. On l'avait convoqué dans la matinée, tout d'abord officiellement pour lui annoncer que son comportement lors des évènements de Steria allait être examiné et pouvait conduire à son jugement en cour martiale, pui de façon privée un homme se disant assistant de Jagged Fel l'avait contacté pour lui donner rendez-vous au QG. Cela avait fortement intrigué le Chiss, qui revenait d'une autre mission réussie sur la planète Tammuz-an, où il avait réussi à faire passer la planète dans le camp de l'AG en rivalisant d'efficacité face à une flotte de la confédération. Les confédérés et l'Alliance s'étaient battus côte à côte en une combinaison destructrice pour la flotte hutt qui était par hasard en train d'attaquer Tammuz-an au moment où l'AG et la CSL étaient arrivées.

Il dût montrer son badge et se soumettre à un contrôle vocal. Il était impossible d'effectuer un contrôle rétinien sur les Chiss car la structure de leur œil, sans pupille, differait totalement de celle des humains, aussi un contrôle vocal était une solution trouvée par l'état-major pur pouvoir contrôler toutes les races.

Une fois entré, il parcourut quelques longs couloirs jusqu'à arriver dans la zone réservée aux membres de l'Escadron de la Mort. En tant que second dans la ligne de commandement il n'avait qu'un modeste bureau mais pour le peu de temps qu'il y passait, rien ne lui était plus indifférent. Il enleva sa veste, puis s'assit, pour régler quelques documents administratifs en attendant que l'on vienne le chercher.

Étrange gratitude que celle manifestée par les officiers supérieurs de la Flotte : il avait mené une Task Force au combat sur Steria, planète riche en ressources mais qui avait fini par rendre fou les trois quarts de ses hommes. Heuresement, les soldats de la CSL et les mercenaires non-identifiés avaient subi le même sort, et Azaren avait dû s'allier avec le capitaine Dash Fedelis ainsi qu'une créature étrange et imposante nommée Pyrrhus, qui semblait commander les mercenaires. Ensembles, ils avaient infiltré un bunker plein de droïdes de la CSI pour enfin mettre la main sur des données précieuses. Seul le pari de la part d'Azaren de faire du chantage aux mercenaires avait permis à l'AG de récupérer des copies de ces données, tandis que la CSL était répartie les mains plus ou moins vides. Des fuites que le Chiss avait entendu, la CSI était impliquée dans cette horreur et la CMC aussi, ce qui laissait une chance infime de trouver les coupables et de les faire payer.

En somme, Azaren s'était certes allié avec des ennemis mais il avait selon lui rempli sa mission et avait essayé de ramener le plus de monde possible à la maison vivant. Mais ce n'était bien évidemment pas à lui de juger.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: Des comptes à rendre [PV La Force]   Dim 23 Juin - 1:00

La Force incarne:
Spoiler:
 

Hendrix Wilkerson, Agent de l’Empereur Fel

Des coups frappés contre une porte. Cette dernière s’ouvre mais par la volonté du visiteur qui entre sans attendre d’être invité à le faire. Une main qui se lève de façon autoritaire pour faire taire toute protestation. Telle est l’entrée en matière faite par Hendrix Wilkerson, personnage énigmatique au service de l’Empereur Fel. Sa mission : prouver l’innocence du commandant Azaren. L’Empereur a pour lui un tout autre dessein. Comment y arriver relève de son entière discrétion. Ce qui est sûr, cependant, c’est que quitte à causer la mort de sujets de l’AG s’il faut faire évader le Chiss, aucun prix n’est pour le moment jugé trop élevé. Azaren ne le sait pas encore mais il va bientôt être partie intégrante d’une mécanique redoutablement bien huilée. Cette décision soudaine, il la doit, ironiquement, à Steria et ce qui en découlera ensuite.

L’humain qui se tient devant le Chiss est suffisamment imposant pour le regarder droit dans les yeux. Tout dans son air indique un professionnalisme indéniable et une volonté qu’on ne peut faire plier. Sous son bras gauche, des dossiers, des copies des charges contre le Chiss et probablement des analyses puisque la chose est très volumineuse. D’un signe du menton, il semble indiquer au maitre des lieux de rester assis avant de tout déposer sur le bureau en piles méticuleusement droites et soignées. Est-il juriste ou avocat quelque part dans sa formation? Mystère. Ce qui est sûr en tout cas c’est que l’Empereur n’est pas connu pour s’entourer d’incompétents. Avec un peu de foi, on peut s’attendre à ce que cet ange gardien improvisé soit une bénédiction et non pas le poids qui trainera le commandant Azaren à sa porte devant la cour martiale.


« Commandant Azaren, je suis Hendrix Wilkerson. C’est moi que l’Empereur Fel a chargé de vous protéger, en quelque sorte, contre cet état-major qui préfère taire la vérité que de risquer de perdre la face. Vous avez agi au-delà du devoir et pour cela vous méritez que l’on se donne tout le mal nécessaire pour vous sortir de ce traquenard. Ce que je vais vous demander peut vous sembler terriblement déplacé mais…

J’aurais besoin que vous me relatiez en détail et je dis bien en détail tout ce qui s’est passé là-bas. Même les éléments les plus insignifiants peuvent avoir une importance capitale dans ce qui est en train de se jouer. Je suis personnellement convaincu que la CMC a payé très grassement certaines personnes pour étouffer cette affaire le plus rapidement et le plus efficacement possible. C’est à ce point préoccupant. »


En dire sans trop en dire. Hendrix Wilkerson n’était pas le genre d’homme à proférer des énormités pour le simple plaisir de la chose. S’il mettait de l’avant le danger de la situation, c’était parce qu’il avait une excellente raison de le faire. L’Empereur Fel n’aurait pas envoyé un homme de sa compétence si les chances avaient été en la faveur du Chiss. Le silence de l’envoyé de Fel était plus parlant que son discours et son non-dit plus éloquent encore. L’AG ou une partie de l’AG était en ce moment manipulée par des forces déterminées plus que tout à éviter que le mot « Steria » ressorte ou tout du moins, que les plus susceptibles de creuser la question soient réduits au silence. L’histoire galactique ne manquait pas d’exemples du genre, Czerka étant sans doute un des exemples les plus connus de toute l’histoire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des comptes à rendre [PV La Force]   Mer 26 Juin - 17:02

Entré en trombe, l'individu qui se tenait en face du Chiss était un humain d'âge mûr, à l'air on ne peut plus sûr de lui et émanant une aura de force de volonté qui éveilla la curiosité d'Azaren. Il se présenta comme Hendrix Wilkerson, agent de Jagged Fel en personne, et fit de son mieux pour convaincre Azaren qu'on s'intéressait à lui pour ses états de service si controversés. Cela le surprit quelque peu, s'attendant à une proposition qui attendit de lui quelque chose en échange, mais il ne se laissa pas perturber ni par la flatterie ni par la surprise. Wilkerson entra ensuite dans le vif du sujet, à savoir le déroulement de la mission sur Steria. Cette mission, aussi terrible qu'elle avait pu être, n'était pas difficile à raconter et ne gênait en rien le chiss, malgré ce que les autres semblaient en penser. Il se demandait toutefois si les effets que le mal de Steria avaient eu sur son cerveau allaient continuer, puisqu'un certain mal de crâne lui venait quand il s'agissait de parler de ce paradis empoisonné. Le corps a ses raisons que la raison ignore, pensa-t-il ironiquement en reprenant le vieil adage à son compte, et sans doute eut-il fallu en parler à un médecin, mais il y avait pour le moment mieux à faire que de rester allongé pendant des heures avec un encéphalogramme sur la tête. Il se racla la gorge discrètement, indiqua à l'humain une des deux autres chaises que contenait la pièce à part la sienne, et commença son récit.

- Alors, par où commencer... Il y a quelques temps, je reçois un message confidentiel de la part du haut commandement de la Flotte, m'indiquant que j'ai été affecté à une mission de la plus haute importance. Il s'agit de sécuriser une planète apparemment inconnue mais riche en ressources, et dont les Renseignements savent qu'elle est convoitée par nos ennemis aussi. Pour ce faire, on m'assigne un groupe de combat complet en plus des quelques Destroyers de l'Escadron de la Mort que j'emporte avec moi en ma qualité de Commandant.
Je prends donc possession de mes forces sur Coruscant et nous partons pour cette planète, nommée Steria. Le voyage se déroule sans encombre, et nous sortons d'hyper-espace alors que la Confédération dispose d'une flottille déjà sur place et que d'autres signes de vie sont détectés à la surface. Bien entendu, je donne l'ordre aux transporteurs de commencer leur débarquement après avoir vérifié que la planète était habitable. Jusque là, aucun problème, et une base avancée est établie assez vite. Chacun s'affaire à sa tâche, et nous recevons des rapports de contact entre un de nos chars T-2B et l'autre force inconnue en présence, puis plus rien. Les communications qui nous arrivent deviennent de plus en plus inquiétantes au fur et à mesure que certains groupes de soldats se « mutinent ». En même temps, les scanners ont détecté une épave de vaisseau de la CMC, et mes Space Troopers ont récupéré un sarcofage étrange à l'interieur duquel se trouve un corps horriblement mutilé et étrange.


Le chiss poussa un soupir à peine distinguable, puis continua

- C'est à ce moment que le Lieutenant Molokai a compris : le sarcofage, comme toute la planète sur laquelle j'avais consciemment débarqué des milliers d'hommes, émettait une sorte d'aura, une radiation impossible à détecter qui faisait plier à sa volonté êtres organiques et synthétiques. Vous comprenez, je ne pensais pas avoir sacrifié tous ces hommes en vain avant que l'on me convoque pour me juger... Enfin bref, continuons. J'espère ne plus avoir à subir la vue d'un repli aussi catastrophique que l'a été celui-ci. Les transporteurs, secoués par les combats se déroulant à l'interieur, ont décollé, laissant les hommes sains restés au sol à leur triste sort. Même dans l'espace, plusieurs vaisseaux sont entrés en collision, ont commencé à ouvrir le feu, c'était inquiétant à voir. Heureusement, la plupart de mes vaisseaux de combat ont suivi mes ordres, et nous avons battu en retraite jusqu'à être hors de portée. Là, j'ai décidé d'envoyer des chasseurs et des droïdes contrôlés manuellement mais à distance pour savoir ce qui se passait sur la planète. Le sarcofage, déplacé sur l'un de mes vaisseaux, a contaminé celui-ci, et ma décision de le rapatrier pour ne pas perdre cette précieuse source d'informations m'a valu une bonne mutinerie sur le dos. Démis de mes fonctions par un groupe d'officiers mais soutenu par une poignée de vaisseaux encore fidèles, j'ai réussi à m'évader et à me rendre sur le Legislator, dont j'ai pris le contrôle et que j'ai fait atterrir sur Steria en urgence. Le mal avait épargné une partie de mes forces au sol, mais quand je suis arrivé les confédérés étaient en train de s'allier avec des mercenaires dont l'allégeance m'est encore inconnue. J'ai rassemblé toutes les forces que je pouvais et ai essayé de marchander avec les mercenaires. Cela allait marcher, quand des intelligences artificielles ont décidé de brouiller nos communications et de nous envoyer tous les infectés dessus. Forcé à m'allier avec la CSL et les mercenaires, nous avons défendu le camp mercenaire coûte que coûte face à des vagues d'ennemis, pendant qu'une équipe de soldats tirés des trois factions partait au sous-sol de Steria à l'attaque d'un bunker où devaient se trouver les responsables de cette horreur. Nous avons tenu bon, et quand les soldats sont ressortis ils avaient trouvé des installations de la CSI et des super droïdes tacticiens qui semblaient résolus à continuer une sorte d' « experience » sur Steria. J'ai dû faire du chantage, mais j'ai eu une copie des données des droïdes que j'ai donné à l'Etat-Major en revenant. Des questions ?
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: Des comptes à rendre [PV La Force]   Sam 29 Juin - 22:41

La Force incarne:
Spoiler:
 

Hendrix Wilkerson, Agent de l’Empereur Fel

Pas une fois l’envoyé impérial ne broncha. Au contraire, il semblait analyser, décortiquer et traiter avec le plus grand soin chaque bribe de détail fourni par le Chiss. Sans doute pour comparer avec ce que l’Empereur Fel savait déjà et ce que le dossier contre le commandant Azaren disait. Impassible, il était impossible de dire s’il portait un jugement quelconque sur toute l’affaire ou s’il se contentait d’écouter. Au terme du récit qu’on lui faisait, il prit une série de notes sur un datapad avant de secouer gravement la tête. Le fait que la version du Chiss soit restée consistante du début à la fin des interviews qu’il avait subi pouvait vouloir dire deux choses : un mensonge d’une rare habileté ou la vérité pure et dure. À part le bruit des touches du datapad, aucun autre son ne semblait exister dans la pièce. Jusqu’à ce que l’émissaire reprenne la parole.

« Commandant, je suis persuadé que vous dites la vérité. Pour avoir préalablement interviewé certains survivants, toutes les versions se recoupent sur les mêmes points. Il serait très étonnant que vous ayez réussi à convaincre tous ces hommes de mentir et d’accorder leur version, ce qui est un énorme point en votre faveur. J’ai toutefois une question : êtes-vous certains, pour les mercenaires? »

Pianotant sur le datapad, Hendrix Wilkerson ensuite l’appareil au commandant Azaren. On pouvait y lire un article de l’holonet traitant de la destruction d’un bâtiment administratif de la CMC et de la mort confirmée d’au moins un haut placé de l’organisation : Richard Coleman. Les auteurs de l’attaque n’étaient nul autre que les forces du CDZ, qui avaient envoyé sur place un mercenaire du nom de Pyrrhus Hellstorm, ce même mercenaire figurant sur au moins un rapport de mission de Steria. Cela pouvait vouloir dire plusieurs choses mais l’envoyé impérial semblait avoir tiré sa propre conclusion. Restait à voir comment est-ce que la cour martiale interprèterait la chose. Il y avait une réalité indéniable : que ce soit pour son compte ou non, le CDZ avait décidé de rendre son acte excessivement visible. Pourquoi? Mystère.

« Êtes-vous certain que les forces mercenaires mentionnées dans votre rapport ne soient pas en réalité des forces du CDZ? Selon vos dire, l’équipement hétéroclite de ces derniers les désignent comme des indépendants mais la mort de notre principale piste dans cette affaire est quand même plus que préoccupante… Surtout si on considère que la CSL a également tenté de mettre la main sur cet homme. »

Les informations ramenées de Steria étaient minces, au mieux et le fait qu’Azaren n’ait pu capturer le vaisseau qui avait quitté la planète ou acquis une signature définitive était un point que ses détracteurs ne manqueraient pas de mentionner. Au mieux, on pouvait établir que le vaisseau avait fait un saut en territoire vraisemblablement contrôlé par la CSL mais enquêter sur place serait considéré comme une invasion donc… Il fallait plutôt analyser chaque élément que le tribunal utiliserait contre le Chiss pour préparer la meilleure des défenses. Si l’Empereur voulait Azaren blanchit, c’était pour une excellente raison et Hendrix Wilkerson n’avait pas l’intention d’échouer dans sa mission. De tout temps, l’échec n’avait jamais été très bien vu. Il faudrait faire plus que simplement défendre Azaren dans cette histoire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des comptes à rendre [PV La Force]   Lun 1 Juil - 19:23

Ainsi, Richard Coleman était mort. Bien entendu, si des agents du CDZ avaient tué celui qui leur avait été révélé à tous comme l'un des responsables de Steria, il était probable que les fameux mercenaires qui avaient tant posé problème sur la planète étaient des troupes du CDZ. Mais cela aurait paru un peu évident et terriblement indigne de la fameuse Talia Zann, personnage énigmatique à la tête du CDZ, de laquelle il attendait plus de discrétion, surtout quand on savait que son organisation était hors-la-loi et par conséquent une proie facile pour les deux puissances galactiques. Non, et puis le CDZ ne compterait ni un mandalorien ni une bande hétéroclite de bras cassés parmi ses rangs : il était plus probable que le CDZ ait récupéré les données que les mercenaires avaient trouvé, soit en passant un accord avec le lézard qui leur servait de chef soit en ayant embauché ledit lézard dès le début.

Il y'avait bien cette navette qui avait décollé de la surface de la planète quelque temps avant la mutinerie et dont les officiers de passerelle du Hadès n'avaient pas pu relever d'identification, et il était donc possible qu'à un moment donné des troupes du CDZ s'étaient trouvées sur Steria, mais Ryaaz' are' Nuruodo n'aurait pas parié là-dessus.  

Le chiss était quelque peu déstabilisé par l'attitude de l'humain, qu'il trouvait très ressemblante à celle qu'aurait pu avoir un membre de sa propre race, pourtant si rarement égalée parmi les aliens. Sans doute que Fel était nostalgique de son passé dans l'Ascendance, ou bien simplement se trouvait-il que ce genre de personne soit le plus adapté pour ce que l'Empereur avait à faire.

- Et bien oui, il est je dirais fortement probable voire évident que ces mercenaires ont eu un contact avec le Consortium, que cela soit avant ou après notre combat sur Steria. En effet, nous avons appris au cours de cette mission par une transmission de la CSL interceptée que ce Richard Coleman était responsable de l'enfer qu'était Steria jusqu'ici. Il est donc possible que les mercenaires aient intercepté la même conversation et en aient fait part dans leur rapport. Il me semble cependant impossible que ces indépendants aient en fait été des membres à part entière du CDZ : tout dans l'attitude qu'ils ont eu démontre le contraire. A vous de voir si ce point est justement ce qui nous dit qu'ils étaient des soldats du CDZ. Aussi, au sujet du "lézard", ce Pyrrhus Hellstorm est une arme redoutable, qu'il serait fâcheux de laisser filer, que ce soit au CDZ ou à l'ennemi. Je me permets d'insister sur ce point car je l'ai vu en action, et il a balayé les super droïdes de combat comme de vulgaires brindilles : un atout de choix dans la guerre qui s'annonce, non?

Azaren ne dévoila pas qu'il avait pris la liberté de contacter le mercenaire sous une identité masquée pour le renseigner sur quelques personnages gênants qui avaient une prime sur leur tête. Si Wilkerson savait faire son métier, il mentionnerait dans son rapport l'admiration voilée que le chiss portait au mastodonte qu'était Pyrrhus Hellstorm, mais au moins il y avait une chance que Fel ne passe pas à côté de l'opportunité de s'assurer les services de l'hybride, ou n'importe quelle chose qu'était ce lézard.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: Des comptes à rendre [PV La Force]   Mar 2 Juil - 4:57

La Force incarne:
Spoiler:
 

Hendrix Wilkerson, Agent de l’Empereur Fel

« Pyrrhus Hellstorm n’est d’aucun intérêt pour ce qui va se jouer dans les prochaines heures, commandant. Je pense que vous saisissez mal pourquoi l’Empereur Fel vous porte un intérêt tout spécial. Laissez-moi clarifier ces points plus obscurs pour vous. Si je vous défends, si je me donne la peine de faire en sorte que votre tête ne roule pas, c’est parce que l’Empereur a des projets pour vous.

Vous êtes Chiss. Par conséquent, vous connaissez l’Empire de la Main. Ce qu’il fut. L’empereur veut ressusciter cette puissance et pense que vous avez ce qu’il faut pour en avoir la tête. Pour ce faire, nous devons faire en sorte que vous sortiez vivant, pour ainsi dire, de cette mauvaise farce. Nul besoin de vous dire que ce que je viens d’évoquer ne s’est jamais produit. Vous pouvez comprendre pourquoi. »


L’envoyé impérial venait de durcir le ton. C’était perte de temps que de se concentrer sur le potentiel de tel ou tel mercenaire impliqué dans cette histoire. Ce qui importait, c’était de démolir ce que l’état-major utiliserait comme arguments contre le Chiss. L’Empereur serait excessivement contrarié s’il échouait dans sa mission et Hendrix Wilkerson préférait encore se tirer une balle que de revenir demander la clémence de son seigneur et maitre. Non. Il devait faire en sorte de réussir et ce à n’importe quel prix. Il avait la version du commandant Azaren, son analyse des forces mercenaires, restait à aborder encore quelques détails comme l’implication de la CSL et ses pertes, son interprétation des installations découvertes et le plus important… Cette histoire de mutinerie. L’état-major allait insister très fortement sur ce point.

« Parlez-moi en détail de la mutinerie. S’il y a eu des survivants, votre opinion des répercussions possibles, tout ce qui pourrait offrir une solide défense contre les allégations de l’état-major. Vous savez comme moi que c’est un des points les plus difficiles à défendre dans le procès à venir et que s’il nous faut mener des interviews de personnes spécifiques ou appeler des témoins particuliers, il faut agir vite. »

Il savait très bien ce que les opposants au commandant Azaren soutiendraient. Une histoire de faiblesse, de décisions contestables, ce genre de choses. Ce serait difficile à prouver concrètement mais en se basant sur le choc que la mission sur Steria avait causé, même des données circonstancielles pourraient faire figure d’argument en béton pour les juges. Si la défense ne parvenait pas à prouver hors de tout doute raisonnable que le commandant Azaren avait fait ce qu’il avait fait pour sauver des millions de citoyens de l’AG, les choses risquaient de très mal tourner. Blâmer pour un oui ou un non un officier forcé de faire un choix difficile était monnaie courante et une tactique très efficace pour faire tomber vos rivaux. Le commandant Azaren en avait à revendre, selon les observations personnelles de l’envoyé impérial.

« Il faudra aussi se pencher sur le cas de la CSL. Ses pertes, son implication, si elle s’en est tirée mieux ou moins bien que nous. Vous risquez d’être accusé de collaboration avec l’ennemi mais il y a eu des précédents jouant en votre faveur. Dans un contexte de guerre froide, un ennemi théorique n’est pas un ennemi formel et comme il n’y a pas eu de confrontation entre les deux forces… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des comptes à rendre [PV La Force]   Mar 6 Aoû - 16:27

Azaren déglutit bruyamment. Il venait d'être remis à sa place par un sous-fifre de Fel, ce qui ne lui plaisait pas du tout. Pire encore, la remarque était pertinente et soulevait quelques doutes sur le besoin de repos dont souffrait cruellement le chiss. Sachant qu'il n'aurait servi à rien de répondre, il laissa couler ce qui ne pouvait pas vraiment être considéré comme un affront. Maudissant interieurement son cerveau, il attendit la suite de la phrase de Wilkerson. Son interlocuteur était décidément aussi brillant que cassant.

Il resta ensuite de marbre face à la révélation de l'humain, même si en son for intérieur il était fasciné par ce que l'on voulait de lui, à savoir exaxtement ce qu'il avait en tête depuis quelques temps déjà. Sans doute les imperiaux lui fourniraient-ils les ressources nécessaires, mais ils demanderaient une aide militaire et une allégeance politique qu'Azaren n'était pas forcément prêt à leur accorder.

A croire que tout avait été fait pour qu'il ait cette idée, pour qu'ensuite il ne soit pas réticent à accomplir ce que l'on voulait de lui. À bien y penser, cela ressemblait vraiment au style de Jagged Fel, manipulant les autres pour qu'ils ne se sentent pas contraints. Azaren se promit de vérifier que ce qu'il avait trouvé sur l'Empire de la Main n'avait pas été placé à sa disposition exprès par des agents de l'Empereur des Vestiges. Voilà qui donnait un tout autre sens à sa quête, encore aurait-il fallu que cela soit vrai et non pas une énième machination des imperiaux.

Cependant, il y avait plus important : cette "farce" comme Wilkerson l'avait désignée risquait de compromettre les plans aussi bien du chiss que des humains, et cela n'enchantait bien évidemment personne. Quoique, certains hauts gradés de la Flotte de l'AG devaient se réjouir de l'absence de reconnaissance témoignée à l'égard des responsables AG de Steria : dans la course au mérite, ils pensaient avoir éliminé un concurrent sérieux. Mais ledit concurrent avait la peau dure, et était habitué à bien pire au sein de l'Ascendance Chiss. De plus, avec le concours de gens comme Hendrix Wilkerson et avec le soutien de Jagged Fel, le chiss avait reçu quelques cordes additionnelles à son arc, dont il comptait bien se servir.

Un sourire carnassier plissa les lèvres du commandant, faisant apparaître ses dents.

- Je vois où vous voulez en venir, Wilkerson. Et bien entendu qu'il y a eu des survivants : allez demander au capitaine Raska, qui a guidé les forces loyalistes pendant que je sauvais la totalité de la mission en me battant sur la planète avec nos quelques soldats n'ayant pas perdu la raison, ce qu'il pense de mes ordres. Vous pouvez aussi interroger le Major Drang, du corps des Spacetroopers, ou encore le capitaine Vishak des Novatroopers. Eux ont saisi l'opportunité de faire quelque chose d'héroïque en restant fidèles à l'autorité légitime aux commandes de la mission. Les autres se sont mutinés par peur de l'inconnu, par crainte de ce que l'on aurait découvert dans la capsule si étrange que nous avons d'ailleurs rapporté si je me rappelle bien de tout. Ils ont pris peur en voyant ce qui arrivait au Cerbère, et bien que je puisse les comprendre leur réaction n'a fait qu'empirer les choses. Il fallait prendre une décision sur le moment et je me suis acquitté de cette tâche sans broncher, et bien qu'elle n'ait pas été populaire elle était nécessaire. Il fallait absolument comprendre comment fonctionnait le mal de Steria pour le combattre, car nous pensions encore combattre quelque chose de plus ou moins naturel. Avec cette mutinerie, nous avons perdu du temps et des forces précieuses, ce qui a facilité le travail de la CSL sans aucun doute.

À propos de la CSL, ma collaboration avec eux a été motivée par l'absence de directive formelle m'interdisant de le faire et par la nécessité absolue de trouver des forces avec lesquelles nous avons pu forcer le bunker de la CSI et ainsi accéder en partie aux secrets de Steria. L'autre moitié des données est partie avec une navette pour je ne sais ou... à moins que la destination ne se trouve dans la moitié que j'ai fourni.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: Des comptes à rendre [PV La Force]   Jeu 8 Aoû - 4:14

 « En somme, vos actions auraient pu mener à moins de morts lors de ce fiasco, n’eut été de cette mutinerie. Il est… Intéressant de constater ô combien vos détracteurs oublient de préciser ce détail. Ils citent la couardise, entre autres choses et un manque de leadership comme les causes principales de toute l’affaire. Je ferai naturellement questionner ces personnes, ne serait-ce que pour corroborer... »
 
L’envoyé impérial s’interrompit soudain, portant la main à son oreille, écoutant manifestement quelqu’un. Fronçant les sourcils, il répondit quelque chose d’un ton si bas que le Chiss ne put rien entendre et même si la discussion sembla s’animer un peu, rien ne semblait filtrer, comme si Hendrix Wilkerson était là sans être là. Au terme de cette dernière, il informa le plus calmement du monde Azaren qu’il aurait un visiteur dans les prochaines secondes. Sans attendre de réponse, Cet homme étrange se dirigea dans un coin de la pièce, appuya sur le bouton d’un curieux gadget et… Soudainement, le Chiss pour regarder une réplique plus grande que nature de feu le mythique Thrawn, une statue qui sans être imposante n’était pas sans élégance. La raison de ce subterfuge devint soudainement évidente quand entra dans la pièce Manfred Brinkman.
 
Qui était donc ce Manfred Brinkman? Officiellement, un vice-amiral de l’Alliance Galactique? Officieusement? Sans doute l’homme le plus à la solde des corporations et des entreprises, trempant dans plusieurs dizaines d’affaires soi-disant légales. Aussi étonnant que cela puisse être, ce n’était rien en comparaison de son mentor, si on pouvait dire, le principal détracteur du commandant Azaren. Si Brinkman était ici, c’était très certainement pour tenter d’influencer le Chiss. Dans quel but? Cela restait encore à voir. Ceci dit, ce n’était très certainement pas pour le disculper. Petit, boudiné, le crâne dégarni, l’âge bien avancé et le regard qu’on aurait qualifié de vitreux en permanence, il offrit une poignée de main d’une effarante mollesse au commandant, ne passant par aucun usage militaire. Vaine tentative pour rendre cet échange cordial…

 
 « Ah, le commandant Azaren en personne. Alors mon garçon, vous êtes dans un sacré pétrin à ce qu’on dit. Steria, quel fiasco… Les preuves sont contre vous mon jeune ami et je crains fort que vous vous exposiez à de terribles sanctions. Collaborer avec l’ennemi, quelle folie, en temps de guerre. Ah mais nous faisons tous des erreurs. Certaines sont simplement plus coûteuses que d’autres… »
 
Sans attendre d’y être invité, Brinkman prit place dans un siège en lâchant un soupir de contentement. L’adipeux officier semblait faire dans le théâtral, pour faire durer un suspens auquel lui seul croyait. Mais bon, il était en face d’un extraterrestre et les extraterrestres sont si aisément impressionnables, non? Il fallait jouer le grand jeu et lui faire LA proposition. Comment d’ailleurs pourrait-il refuser une telle offre? Vraiment, la générosité de ses détracteurs n’avait aucune limite et c’était toujours mieux que de faire face à des sentences bien plus lourdes, bien plus… Dommageables… Adoptant une pose songeuse, comme s’il réfléchissait à quelque chose de préoccupant, il marmonna des sons inintelligibles avant de relever la tête, un air de connivence dans le regard. Baissant la voix, comme s’il avait peur qu’on les entende, il reprit la parole.
 
 « Vous savez commandant… Si vous plaidiez coupable, j’ai suffisamment de poids pour faire en sorte que cet aveu de culpabilité, cette confession, surtout si vous exprimez des regrets, vous offre une porte de sortie : vous quitterez la vie militaire, une belle retraite prématurée et pourrez couler des jours heureux dans un petit coin tranquille avec une généreuse donation. Votre pot de départ.
 
En échange de quoi… Bien sûr… Vous nierez toute implication de la CMC dans cette affaire, reconnaitrez que la très grande majeure partie de vos pertes est imputable à un agent chimique confédéré, ce qui vous aura fait perdre la tête et ouvrir le feu sur des héros de l’alliance. Des martyrs. C’est une offre qu’on ne peut refuser mon garçon, cela vous sauvera des rapaces du tribunal et vous offre une porte de sortie… Honorable? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des comptes à rendre [PV La Force]   Sam 24 Aoû - 20:01

Azaren se raidit quand le vice-amiral Brinkman entra dans la pièce et salua dans le vide vu que son superieur ne le lui rendit pas. Le chiss sentit ses poils se hérisser quand il s'approcha pour lui serrer la main, trahissant tous les usages militaires établis depuis des générations. Quand cela venait de quelqu'un que l'on appréciait, il n'y avait pas de problème pour Azaren, mais quand la personne qui agissait de la sorte était en plus réputée pour être un mercenaire à la solde du plus offrant, cela ne pouvait créer que répulsion de la part d'un officier au sens du devoir développé comme celui du commandant.

Certes, il n'approuvait pas non plus qu'on parle à voix basse avec quelqu'un d'autre alors que l'on était en seul à seul avec lui, mais le geste de Wilkerson était compréhensible : quelqu'un en possession d'informations si sensibles avait sans doute des contacts qu'un simple commandant de l'Alliance n'avait pas besoin de connaître, aussi le chiss n'avait même pas cherché à saisir ce que l'agent disait à son mystérieux interlocuteur. Directement après avoir discuté, l'agent impérial s'était levé et avait activé ce que le chiss supposait être un holo-camouflage, se changeant en réplique tout à fait réaliste de feu Mitth'raw'Nuruodo, Thrawn pour les non-chiss.

Les prmières phrases de son superieur étonnèrent Azaren : il ne considérait pas Steria comme un fiasco si terrible, et il s'était comporté selon lui comme la situation l'exigeait, sans aggraver les choses et en sauvant tout de même les données de l'un des super droïdes tacticiens. Enfin, il n'aimait pas du tout le ton pseudo-amical qui était adopté pour lui parler, qui le faisait sentir comme un enfant auquel on explique qu'il faut se comporter en adulte.

Le chiss déglutit bruyamment quand le vice amiral s'assit sans y être invité, et se demanda s'il n'aurait pas dû charger son assassin du cas de Brinkman plutôt que de celui de Regas. L'humain chauve fit monter la tension dans un silence qui se voulait théâtral et que l'être à la peau bleue ne comprit pas, ce qui contribua à renforcer son aversion pour la loque qui se trouvait devant lui.

Quand il reprit la parole, à voix basse, ce fut pour faire l'offre dont il retardait la révélation depuis le début de leur conversation : si Azaren se laissait condamner, il lui offrirait une "porte de sortie" à savoir un joli pactole et la promesse de lui verser une pension honorable... jusqu'à ce qu'un assassin lui mette une décharge de blaster entre les deux yeux. Azaren regarda Hendrix/Thrawn comme on regarde pensivement une oeuvre d'art, puis fit jouer ses doigts nerveusement contre le tiroir dans lequel il rangeait son pistolet DL-22.

- Monsieur, savez-vous combien de vaisseaux sont revenus de Steria? Je vais vous le dire : nous avons sauvé huit vaisseaux sur la quinzaine initialement arrivée en orbite de Steria, ce qui constitue donc cinquante pourcent de pertes. Savez-vous maintenant combien de vaisseaux sont repartis du côté confédéré ? Deux sur la douzaine de vaisseaux qu'ils avaient engagé dans le combat. De plus, j'ai rapporté avec moi des données ainsi qu'une capsule cryogénique avec un spécimen unique en son genre, tandis que les confédérés sont repartis bredouilles. Je ne sais pas ce qui vous fait penser que j'ai besoin de votre aide, mais vous pourrez dire à la CMC que s'ils pensent se tirer de ce mauvais pas en usant de corruption envers un officier de la Flotte, c'est qu'il n'ont pas compris que le Vice Amiral Brinkman est une exception et non la norme, et nous n'avons de toute évidence pas la même définition du mot "honorable". Je suis certain que vos responsabilités en tant que tel vous appellent à vous pencher sur des cas autrement plus intéressants que le mien, et j'espère que c'est le cas, car j'imagine que vos prérogatives ne contiennent pas l'entrave à la justice. Maintenant, j'aimerais me consacrer à la réalisation de mon devoir d'officier, puisque vous n'avez pas l'air de vouloir le faire, humain.

Azaren avait parlé de sorte qu'il était impossible à Brinkman de le faire condamner pour insubordination : les enregistrements de cette conversation, si jamais quelqu'un l'écoutait, révèleraient qu'il tentait de corrompre le commandant. Il avait de plus accentué le terme "humain" en le prononçant avec dégoût pour provoquer le vice amiral. Le chiss allait reporter son attention vers la paperasse amoncelée sur son bureau mais il ne put s'empêcher d'enfoncer son adversaire dans cette joute verbale.

- Ah oui, au fait : cette statue représente un personnage que vous devriez connaître, ne serait-ce qe pour vous en inspirer. Même si je dois avouer que le contraste entre le Grand Amiral Thrawn, officier exemplaire et vous est assez amusant, je pense que vous méritez que je vous montre quelque chose si bien sûr je n'abuse pas de votre précieux temps.

Finissant cette phrase d'un ton sarcastique, Azaren s'approcha de la pseudo-statue.

Bien, Grand Amiral, si vous le voulez bien pouvez vous m'aider : je ne sais pas ce que nous devrions faire à cet homme si peu prévoyant. Devons-nous apporter les holo-enregistrements de cette conversation aux autorités militaires ou bien souhaitons nous le voir prendre sa retraite de façon anticipée, à savoir avant ce soir, pour s'installer sur une planète reculée, mettons Tatooine, et ne plus jamais se mettre en travers de notre chemin?

Azaren n'eût qu'une pensée en finissant sa phrase : pourvu que Fel ait choisi les meilleurs.


Dernière édition par Ryaaz' are' Nuruodo le Lun 26 Aoû - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race:
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponible: 0
avatar
Maître du Jeu | Protecteur du Forum
MessageSujet: Re: Des comptes à rendre [PV La Force]   Mer 28 Aoû - 20:53

« Vous n’avez aucune idée des forces auxquelles vous vous opposez, commandant. Je reconnais bien là la suffisance des extraterrestres : vous vous pensez toujours plus malins que les autres. Vous oubliez à qui vous parlez. Vous oubliez les intérêts qui passent par moi pour vous faire cette offre. Dites ce que vous voulez de la CMC : vous n’avez pas la moindre idée de ce que Steria représentait.

Vous vous croyez malin, vous vous prenez pour Thrawn. Me pensez-vous stupide au point de ne pas avoir pris mes précautions? Je peux dire ce qu’il me plait : aucun équipement de surveillance ne sera en mesure de capter quoi que ce soit et les intérêts que je représente se feront une joue de trafiquer toute preuve potentielle. Vous êtes seul, sans allié et vous allez tomber parce qu’il ne peut en être autrement. »


Fini la bonhomie feinte et l’attitude paternaliste. Si ce Chiss refusait de comprendre par la manière douce, il adopterait une attitude plus homme d’affaires. Il allait le  mettre au pas, comme il en avait mis d’autres au pas avant lui. Cette affaire exigeait un coupable, Azaren était le candidat idéal (un extraterrestre, qui plus était) et il serait jeté aux lions, point à la ligne. La CMC avait promis d’intéressantes sommes d’argent si l’attention du public était détournée du fait qu’ils avaient été en charge de l’expédition initiale… Le fait que la CSL ait montré le bout de son nez permettait une manipulation bien plus facile de l’opinion publique. Resterait bien sûr à acheter quelques sous-officiers sans trop d’importance pour convaincre plus facilement encore le tribunal militaire. L’armée, comme le gouvernement, est aisément corruptible…

Ce ne serait pas la première fois qu’il faisait ce genre de travail pour son mentor et commanditaire. Ce ne serait pas la dernière non plus. Il fallait bien l’avouer, le patriotisme, c’était bon pour les naïfs et les idéalistes. Il y avait une fortune à se faire là dehors et en privatisant une partie de ses forces pour le plus offrant, au nez et à la barbe e l’état-major, il y avait de bien délicieuses façon d’arrondir ses fins de mois. Ce qu’il se demandait encore, par contre, c’était comment la mutinerie avait pu échouer. Il avait donné des ordres : si Azaren découvrait trop de pièces du puzzle, il fallait s’en débarrasser et le couvert d’une rébellion avait été retenu comme le scénario le plus intéressant. Décidément ce sale non humain savait inspirer la loyauté dans les éléments les plus étonnants qui soient. C’était aussi étonnant qu’incompréhensible.

Tout le plan avait déraillé et maintenant il fallait sauver ce qui pouvait encore l’être. Le tout, avec le moins de vagues possibles. Plan qui allait dérailler davantage car même si d’un point de vue théorique Brinkman pouvait avoir « pris possession » des systèmes d’écoute, encore que la chose serait étonnante, c’était sans compter sur les systèmes d’écoute de l’envoyé impérial qui lui avait l’impression d’être tombé sur le pire imbécile de la galaxie. Exposer ainsi son implication dans des manipulations, sous le prétexte qu’il contrôlait les systèmes de surveillance? Il allait se faire un plaisir de commenter la chose, maintenant qu’Azaren faisait comme s’il y avait une sorte d’IA dans la « statue » de Thrawn. Qui aurait cru que cette rencontre amènerait à… Un tel amusement? Décidément, c’était une bénédiction que Brinkman ne soit PAS un impérial!


« Il serait plus sage de le laisser se noyer dans sa propre stupidité. Il serait bien capable d’ouvrir un sas pour avoir un peu d’air et s’auto expulser dans l’espace. Chose certaine, c’est un piètre stratège. Tous ses œufs dans le même panier et aucun plan B? Même un cadet sait qu’on ne doit passer aux actes qu’avec les bonnes cartes entre ses mains. Son état physique est un excellent indicateur de sa valeur en tant qu’officier. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsrpg.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Des comptes à rendre [PV La Force]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des comptes à rendre [PV La Force]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 2 :: Coruscant [Directoire des Systèmes Unis]-
Sauter vers: