Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Trandosha] Plans de bataille.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: [Trandosha] Plans de bataille.    Sam 29 Juin - 19:26

Il est une heure du matin et tout va bien. Dehors, le vent souffle légèrement, balayant les steppes sablonneuses d'une poussière flottante qui fouettait le visage des Dewbacks rassemblés en troupeaux à proximité des rocheuses. En cette heure tardive, tous dormaient à points fermés, sur leurs lits respectifs eux même sur les plateformes placées sur les murs.

Ces deux derniers mois avaient été durs, durs pour tous. Les Raknar s'étaient déplacés sur tout le territoire des steppes afin d'y transmettre une portion des rations du CDZ et afin de s'attirer les faveurs des territoires avoisinants avant d'user de diplomatie. Lasko, le chaman de la ville la plus proche, était de leur coté, et son aide avait été particulièrement utile pour rallier les familles du coin. Même la patriarche Raknar qui n'aimait pas forcement les mimiques du vieux Chaman avait admit que c'était un gros atout de l'avoir à ses cotés.
Pour raconter des histoires aux plus jeunes et parvenir à apaiser les tensions chez les plus vieux, ce vieux bougre était formidable.
Personne n'osait non plus remettre la parole d'un Chaman en doute. Dés lorsqu'il eut témoigner de la pôle position des Raknar, de la capture d'un traître, et des opportunités qu'ils gagnaient en s'alliant avec le CDZ, les patriarches ne tardaient pas à revoir leurs stratégies. C'était alors à ce moment là que Galdur et son père entraient en scène. Jouant sur le mécontentement général mais aussi la volonté de revenir à l'age d'or.

Qu'était t-il arrivé à cette fière race de Chasseur ? Dans l'histoire, cela avait commencé lorsqu'une navette transportant des Wookies fut attaquée et ses 215 passagers tués à proximité d'une des lunes de Trandosha. Les Wookies accusèrent les Trandoshans, mais ceux-ci récusèrent ces accusations, déclarant que l'attaque était l'œuvre de pirates, et que le gouvernement de Trandosha n'avait rien à voir dans cette affaire. Le sénateur Wookie Yarua mit alors en place un blocus autour de Trandosha, blocus qui causa la mort d'environ 150 Trandoshans qui tentèrent probablement de le forcer. Afin de désamorcer cette situation, le Maître Jedi Oppo Rancisis et des délégués d'Alderaan et de Caamas furent envoyés sur Trandosha afin de s'entretenir avec Yarua et le porte-parole Trandoshan Hadocrassk. Jusqu'à présent, les Trandoshans étaient représentés par leurs voisins détestés, les Wookies, et espéraient bien obtenir enfin le droit de représenter eux-mêmes leur planète. Mais en cette période troublée, une telle dérogation en faveur de Trandosha risquait de fortement énerver les Wookies, laissant craindre à certains que Kashyyyk ne quitte alors la République. Les négociations risquaient d'être tendues.

En effet, deux semaines après le début des pourparlers, des échos parvinrent aux oreilles de Yarua, selon lesquels des officiels Trandoshans, notamment Crovessk, le directeur de l'entreprise Trandoshan Revessa Global Shipping, avaient négociés secrètement avec le sénateur de la Fédération du Commerce, Lott Dod, afin de faciliter leur intégration au Sénat galactique. Cette nouvelle énerva grandement le sénateur Wookie, qui quitta alors les négociations avec ses représentants et regagna Kashyyyk. Cette situation, couplée au scandale des sénateurs impliqués dans un trafic d'esclaves, esclaves dont certains étaient probablement Wookies, fit alors craindre à de nombreux analystes que Kashyyyk ne rejoigne les planètes sécessionnistes.  Heureusement, il n'en fut rien, et les Wookies restèrent fidèles à la République. Cependant, les négociations de paix échouèrent, et les Wookies maintinrent vraisemblablement leur blocus autour de Trandosha. Le Maître Oppo Rancisis fut par la suite rappelé à Coruscant, et la situation ne fut pas résolue, les tensions entre les deux peuples continuant à augmenter de jours en jours.

Ce blocus porta un coup fatal à Trandosha qui, privée ainsi de communication extérieure, tomba dans une crise de grande ampleur. Et c'est dés à présent dans cette crise que nous narrons cette histoire.
Le Seigneur de Guerre en personne piqua une crise de nerf quand la crise frappa. La lune entra dans une politique de subsistance et se renferma sur elle même, créant une barricade de mépris chez tout les Trandoshans médusés et plus que jamais avide de massacrer quelques Wookies. Les Trandoshans avaient toujours été un peuple de fiers chasseurs ayant une haute-estime de leurs valeurs morales et qui se basaient sur un mode de vie impliquant l'écrasement des plus faibles que soit pour sa propre progression. Votre statut était ainsi régit par vos exploits envers la Déesse de la Chasse, même si les Trandoshans aux professions moins guerrière, comme les marchands et les ouvriers, gagnaient eux aussi un respect simplement par le fait qu'ils contribuaient au bon fonctionnement de la société.
Le peuple Dosh avait toujours eut une bonne image de son gouvernement et jusqu'ici, personne ne s'en plaignait, mais cette crise frappa si profondément qu'elle rendit tout simplement impuissant le Seigneur de Guerre en personne. Pour faire simple, les villes ne communiquèrent plus entre elles et la capitale Hsskhor régressa vers un statut dans laquelle elle ne pouvait plus faire grand chose pour les autres villes, livrées à elle même.

Les Raknar n'étaient pas politiquement opposé au Seigneur de Guerre, au contraire même, mais la région des Steppes avaient désormais eut d'importants changements. Et guère en bien. Griz Mkoll, un Trandoshan issu d'une haute famille avait surgit de l'ombre et s'était débrouillé pour grimper au sommet du pouvoir de la ville de Saruuk, principale cité des Steppes...
Les Trandoshans grinçaient déjà des dents et agitaient le poing en direction de Kashyyyk. Les convaincre de se battre pour mettre ces intrus dehors n'était pas difficile. Mais le problème était que les répressions de la CSL aurait autrefois été gênante. Qui plus est, la crise ayant bien fragilisé les ressources de chaque territoire, les gens se méfiaient cependant et préféraient être très prudent sur leurs moyens. Ce qui expliquaient les tensions qui pouvaient apparaître ici et là sur les ruraux. Les Chamans étaient dés lors rapidement envoyés pour apaiser les esprits, comme ce fut le cas pour les Raknar.
Personne n'était content de la situation actuelle, c'était un fait. Mais quelque chose de plus n'allait pas. Certains avaient surfé sur cet affaiblissement pour se hisser en haut, à l'instar de Griz Mkoll. Et qu'on le dise : C'était des enflures. Le Seigneur de Guerre n'aurait en temps normal pas laisser passer cela, mais il était bien trop occupé à gérer ses problèmes dans la capitale pour pouvoir observer en détail qui était sur quel endroit. D'autant plus qu'il n'était pas censé intervenir dans les affaires des autres villes, sauf pour la défense planétaire et les campagnes militaires. Dans la finalité, la région des steppes étaient l'une des régions les plus sensibles à l'explosion sociale : Entre Kashyyyk et les enfoirés au pouvoir, le peuple grondait sa vengeance, les enfoirés comme Mkoll utilisaient la crise pour s'enrichir sur le dos des ouvriers, qui, bien impuissants face à des gardes armés de fusils à pompes et conditionnés pour obéir aux ordres, travaillent sans cesse et peinaient à s'en sortir.
Mais quelque chose n'allait pas chez ce Mkoll. Il était étrangement confiant, pour quelqu'un qui se trouvait sur une planète en crise et pour ignorer ainsi les plaintes des habitants des steppes. Mkoll avait tenté de faire assassiné Galdur. Sur Coruscant. Il fallait dire que Galdur Raknar appartenait... au clan Raknar. Clan dont l'influence grandissait de jour en jour depuis que le Consortium le soutenait. Les Raknar avaient été les premiers à brailler ouvertement et publiquement leur colère, et on avait tenté de les faire payer pour ces dires en envoyant les assassins contre Galdur, le contact du CDZ sur Dosha. Ce qui voulait bien dire ce que cela voulait dire : Mkoll considérait les Raknar comme un danger. Mais il n'y avait pas que des Trandoshans, qui avaient été impliqués dans le coup... Certaines personnes considéraient sans doute un éventuel retour des Doshans sur la scène galactique comme une menace, ce qui n'aurait absolument rien de surprenant de la part de Kashyyyk.

Les objectifs Raknar étaient simple : Supprimer le blocus de Kashyyyk en ralliant la population pour faire entendre sa voix, virer les maudits types comme Mkoll qui huilait sa fortune avec le sang des travailleurs, et pourquoi pas aussi se dégoter une place plus conséquente sur Dosha. Et c'était eux que le CDZ avait choisit. Bonne nouvelle.

Il est une heure du matin et tout va bien. Mais pourtant, c'est bien en cette heure que la donne allait encore changer.




Galdur roula sur sa plate-forme, grognant et ouvrant péniblement les yeux. Il avait besoin de se lever. Le Trandoshan chercha de sa main l'échelle en corde de sa plate-forme qu'il fit chuter du rebord afin de la dérouler. Il descendit ensuite maladroitement les échelons en manquant de chuter sur chaque niveau.
Raknar, encore à moitié dans la torpeur, se dirigea en titubant vers l'extérieur, poussa les peaux de Dewback qui couvraient l'entrée et alla se chercher un rocher non loin en ignorant la poussière que le vent balayait ici et là. Finalement, le Trandoshan porta sa main à son pantalon qui émit un "ziiip" assez éloquent, et, avec une expression de sérénité hagarde, propulsa un jet d'urine fumante sur la roche. Galdur bailla tout en urinant et referma les yeux, fatigué. Un bruit parvint alors à ses tympans, et il n'avait rien à voir avec sa petite commission.
"Bip Bip Bip Bip Bip !"
Le contact du CDZ, quand il eut terminé, s'en retourna vers l'antre rocheuse des Raknar en tentant de refermer sa braguette. Son regard se posa à droite, se posa à gauche, puis, trouva le combiné radio placé sur quelques caisses de fournitures frappées de l’emblème du CDZ. Tiens, il y avait donc un message ? Galdur s'approcha en inspectant ses frères et sœurs roupiller à poing fermés sur leurs couchettes respectives, on dirait qu'il allait être le premier à connaître l'objet de se message. Il s'assied sur un rocher à proximité des caisses et tapota l'écran tactile du combiné pour consulter ce message. Le nom de l'expéditeur commença par le surprendre. Anaïs Shi'Sima. Qu'est ce que c'était que cette blague encore ? L'objet lui aussi, était tout aussi énigmatique. Simplement appelé "Vos réclamations".
Peu enclin à faire durer le suspense d'avantage, Galdur ouvrit sans peine le message. En écrit. Inutile de faire trop de bruit et réveiller ses camarades. Et puis... Il y avait des avantages à être le seul à savoir certaines choses.
Il commença à lire mentalement le message...

Si Galdur avait été fatigué quelques instants plus tôt, on ne pouvait guère en témoigner à son visage qui était désormais complètement réveillé. Il relut le message, persuadé d'avoir fait une erreur. Encore fois. Une dernière fois. Il se demanda si cela était une blague puis revint considérer l'expéditeur. C'était impossible. Pourtant... Procédons à une vérification. Galdur tritura le combiné radio pour espérer trouver le canal de la CSL, habituellement cryptée, bien sûr, mais qui renvoyait tout de même un signal.
Le terme "Fréquence inexistante" lui vint immédiatement sur l'écran, confirmant ce que ce message avançait. Raknar bondit de son rocher et tenta en vint de se calmer. D'accord... Respirons... une... deux. Ce combiné était branché sur un canal du CDZ. Ce qui signifiait que ce message avait également été intercepté par eux. Ils avaient par la suite du renvoyer ceci vers le combiné du clan.
" Byager jahumba !" S'écria t-il soudainement.
Tout le monde sursauta, dans la pièce, certains chutèrent même de leurs plate-formes pour venir se planter la face dans le sol avant de se relever avec des grognements. Galdur ne fit que répéter ces mots précédents jusqu'à ce que tous soit debout. On lui renvoya des regards avec des yeux gros comme des soucoupes, persuadés qu'il avait finalement pété un plomb pour rejoindre la planète des sans-neurones.
" Ils ont pliés !" Enchaîna t-il directement sans cacher sa joie.
Un pas lourd se fit ressentir. Grommelant et visiblement grincheux, le faciès irrité du patriarche Raknar apparut dans l'ouverture de son annexe. Son épouse, tirée elle aussi de son sommeil le suivit.
" Par la Déesse des Points. Qu'est ce qui t'arrive, triple idiot ?! " Lança Raknar visiblement agacé d'avoir été ainsi réveillé.
" Galdur... J'espère que tu as un bon motif pour faire un bruit pareil à cette heure-ci." Ajouta Issanka Raknar, l'épouse du patriarche en observant les jeunots qui sortaient à leur tour de l'annexe en se frottant les yeux.
Galdur leur renvoya un sourire flamboyant alors qu'il était entouré de Trandoshans prêt à lui mettre des baffes dans la figure pour les avoir réveillés ainsi. Raknar semblait être à deux doigt de rosser son fils avec la griffe de Rancor accrochée sur le mur pour lui faire passer l'envie de recommencer.
" Venez tous voir ce combiné !" Lança t-il l'air victorieux.
On s'accula autour de la radio tandis que Galdur afficha le message transmis par le tout frais Directoire des Systèmes unis. Ce fut le patriarche en personne qui lut mot pour mot ce qu'il y avait écrit. Galdur eut ainsi le loisir d'observer le faciès de son père passer du mécontentement à la surprise vers une étrange lueur dans ses yeux. Il lui renvoya un regard plein de surprises.
" C'est authentique ?"
" Ça l'est. La fréquence de la CSL n'existe plus. Ils ont quittés notre lune."
Ils vérifièrent à nouveau le contenu du message. C'était officiel. Certains Doshans Raknar éclatèrent de joie tandis que le patriarche poussa un long soupir avant de sourire.
Galdur et l'un de ses frères, Jarrok, se frappèrent une main dans l'autre avant de se bondir dessus mutuellement pour se frapper du torse ensemble.
" Une minute, pas d'affolement, mieux vaut être sûr. Envoyez moi un message aux Karokss, par exemple. Demandez leur si ils sont au courant."
L'aspect rabat-joie fit un peu descendre l'atmosphère mais on s'accorda à dire qu'il avait raison. On envoya donc un signal à cette famille vivant dans les territoires du sud pour une confirmation. Si la planète venait d'être déclarée indépendante, c'était une annonce qui allait bouleverser l'état actuel des choses.

La réponse fut "Qu'est ce que c'est que ces âneries ?". Galdur et Raknar s'échangèrent un regard.
" Ils ne sont pas au courant. Nous sommes sans doute les seuls à avoir vu ceci."
" Je suppose que le CDZ à intercepter cette communication ! Je ne vois pas pourquoi la planète n'aurait pas fait de même. Peut-être qu'ils savent déjà quelque chose sur les autres régions ?"
" Mais pourquoi serions nous la seule région à ne pas savoir ?"
" Peut-être qu'on n'a pas encore diffusé cette information au grand public. Le CDZ n'est pas le seul à pouvoir intercepter une information. Je rappelle que nous avions un relais de la CSL ici et... Tiens... qui occupe se relais maintenant qu'ils ne sont plus là ?"
Galdur et son père en vinrent à la même idée.
" Griz Mkoll." Lançèrent t-ils à l'unisson.
" L'enfoiré ! Il a déjà du envoyer des hommes prendre le relais et il bloque sans doute la diffusion de l'info."
" C'est une victoire superficielle. La fin du Blocus de Kashyyyk est inutile si personne ne le sait."
Galdur copia les donnée sur le combiné.
" Alors on va se charger de répendre cette nouvelle. Il faut qu'on contacte Talia. Les efforts qu'on à fait ses deux derniers mois vont être utiles."
Raknar le toisa du regard.
" Un plan, cher fils ?"
" Je vais prévenir les familles d'envoyer les guerriers qu'ils ont choisis de nous donner pour s'occuper de cela. Je crois qu'on va devoir forcer un peu la main à Saruuk. " Répondit t-il simplement.
" Tu veux... Prendre la ville ?"
" Quelque chose me dit que ce Mkoll en à sous le capot. On va avoir besoin d'un coin pour poser nos affaires avant d'envisager de récupérer ce relais."

Par la suite, Galdur pressa la touche allouée comme un raccourci rapide et lança un signal. Son destinataire ? Le CDZ.

" C'est de la folie. Nous pourrions avec le double de nos partisans, cela ne suffirait pas à contrer les défenses de Saruuk même si ils ne savent pas que nous arrivons. Et la force de frappe du CDZ risque d'endommager les structures civiles, ce qui ne plaidera pas en notre faveur. "
" Je n'ai jamais parlé de prendre une offensive directe. Je vais aussi demander à Lasko de venir. Je vais avoir besoin de lui."
Le patriarche se retourna en haussant les épaules.
" La nuit fut courte mais ce jour risque d'être long. Allez vous requinquez et revenez immédiatement ici. On va avoir du travail."
" Si Mkoll a pris ce relais... Misère... Qui sait ce qu'il prépare."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Dim 30 Juin - 19:22

« Qu’est-ce qu’y a? Je dormais bordel! C’est mieux d’être important! Savez-vous quelle heure il est bande d’ahuris? Il est une heure trente du matin! Les gens DORMENT le matin! Foutez-moi la paix ou je vous jure que je vous fous mon pied au cul! Dosha? Mais pourquoi vous l’avez pas dit plus tôt? Préparez le Merciless, je pars dans l’heure qui vient. Et pas un mot à Urai, c’est clair? »

Galdur. Ce ne pouvait être que Galdur. Qui d’autre me contacterait à une telle heure depuis Dosha? Pas son père en tout cas et encore moins les clans voisins. J’avais fait pas mal de remous sur la planète, d’un point de vue politique et je savais que si rien n’était encore gagné, nous étions en bien meilleure posture que le pouvoir en place ne semblait le croire. Il fallait laisser le temps faire son œuvre, que j’avais dit à Galdur… Et je pense que finalement, le temps était venu, considérant ce message à une heure si matinale. Peu importe. Mes alliés avaient besoin de moi et donc j’allais répondre à l’appel. Sautant presque hors de mon lit, je passai la demi-heure suivante à me préparer à partir. Je constituai par mesure de précaution un petit groupe d’assaut bien que je doutai d’en avoir besoin : le CDZ ne s’en allait pas en guerre!

Je ne voulais pas envahir Dosha, encore moins faire des morts civiles ou des dommages collatéraux. Stratégiquement, ce serait catastrophique. J’avais déjà des ennemis que je ne connaissais même pas dans ce pseudo gouvernement en place, nul besoin de voir naitre un mouvement anti CDZ parce que j’aurais, je ne sais pas, réduit à cendres un village depuis l’espace. Notons, toutefois, qu’un bluff convaincant se fait avec des forces réelles. Si mon ennemi ne pouvait pas voir ce avec quoi je le menaçais, il ne me prendrait pas au sérieux. J’espérais seulement ne pas être forcée de passer aux actes. C’était bien la première fois que j’étais politiquement si impliquée. Fourrant dans un sac du matériel de communication supplémentaire, je me hâtai de rejoindre le pont de commandement du « Merciless », vaisseau amiral de mon illustre ancêtre, Tyber Zann.

Le voyage se fit sans encombre et ma petite flottille quitta l’hyperespace à proximité de Dosha. Avec le blocus de la CSL, qui avait changé de nom tout récemment, en moins, il n’y avait personne pour me barrer le chemin et aucune résistance spatiale pouvant ouvertement me défier. Après avoir fait préparer ma navette, je descendis à la surface avec une petite équipe de mercenaires d’assaut. Sait-on jamais : autant montrer à Galdur que nous étions prêts au combat. Chemin faisant, je détectai un trandoshan qui semblait fureter près de la grotte des Raknar. Appelez-moi paranoïaque si vous voulez mais j’avais pu voir la famille Raknar au grand complet et celui-là ne me disait rien. Pour l’humain normal, tous les trandoshan se ressemblent. N’étant pas humaine, il m’apparaissait très différent des Raknar. Comment je le savais?

Pour commencer, il semblait plus nourri, un poil plus gras et surtout, équipé de façon telle que ce n’était pas l’équipement hétéroclite des gens des steppes. Conclusion : j’enclenchai mon système d’invisibilité, m’approchai de lui et lui collai le canon de mon arme contre les reins. Plusieurs mires laser braquées sur son torse eurent tôt fait de le dissuader de jouer au con. Désarmé et menotté (TOUJOURS avoir de quoi entraver un ennemi), je le conduisis de la pointe de mon arme jusque devant Raknar père et Galdur fils. À voir leur tronche, ce n’était pas un ami de la famille. Correction. À voir leur expression hostile, ce n’était probablement même pas une relation lointaine. Le jetant sans autre forme de cérémonie aux pieds du patriarche, je pris la parole, l’air de rien, jouant les innocentes. Il y avait un Raknar qui allait se faire engueuler…


« Bonjour les Raknar, merci de m’avoir réveillée de si bon matin. Je voulais amener des croissants et du café mais faute de sentinelle à l’entrée, j’ai préféré vous ramener ça. Je ne sais pas de qui il s’agit mais il fouinait sur vos terres. C’est votre jardinier? Je ne savais pas que les Raknar étaient soudainement devenus immensément riches. Je dis ça, je dis rien mais moi je voudrais bien qu’il parle… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Dim 30 Juin - 23:24

Tout ce beau monde s'était activé aussi rapidement que la fatigue d'être levé à une heure du matin le permettait. Seul Galdur resta pensif, à proximité du combiné radio. Il grinçait des dents. Ce n'était pas bon. Il y avait anguille sous roche. Griz Mkoll se permettait de faire des apparitions télévisées dans lesquelles il envoyait ouvertement la faute sur les "terroristes" comme il s'aimait à les appeler. Comment pouvait t-il garder un tel comportement et ne pas préparer déjà sa retraire alors qu'il savait parfaitement que les hommes, femmes et enfants des steppes étaient mécontent de leur statut actuel. Pensait t-il qu'une force armée suffirait à les faire taire ? Cela sentait le roussi.
Mais il ne pouvait pas se permettre de perdre du temps. Il décida se s'activer à sont tour et s'empressa d'envoyer un message à Lasko. Le Chaman attitré de Saruuk. Il serait un atout non négligeable. Une fois cela fait, il quitta le combiné en le laissant allumé, mit à la va vite sa main sur mélange de terre et de sang de Dewback versé sur un rocher dont on se servait habituellement pour les peintures et décrit un croissant au niveau de son oeil gauche. Pour indiquer leur clan d'appartenance, les Trandoshans utilisaient ces peintures. Et non pas pour se discerner. Les autres races diraient qu'ils étaient identiques mais les Doshans mesuraient leurs différences sur des détails infimes. Une petite tâche ici, un pli là-bas. Pour un œil entraîné, cela devait facile.

On se permit de mâchonner un peu de viande de Bantha qu'on avait sur les bras et qui datait de deux jours, plus forcement frais donc. Galdur se contenta d'un morceau très filandreux et riche en nerfs qu'il eut du mal à digérer. Mais la part du roi revenait de droit aux enfants et éventuellement à Raknar si il y en avait trop. Les jeunes avaient besoin des meilleurs parts pour bien grandir. Ce qui n'était un secret pour personne.
C'était également pour cela que Galdur voulait faire venir Lasko. Ikss, le petit frère qui avait été éventré par le suicide de Bork Varko le jour de sa mise à mort avait été transporté en urgence vers l'hopital de Saruuk aux frais des Barn. L'un de leurs rejeton avait en effet vendu ses réserves d'eau en échange d'un détonateur thermique qu'il avait donné à Bork afin de saboter la mise à mort et décrédibiliser les Raknar. Les enfants étaient des ennemis impitoyables. Plus que les adultes.
Par la suite, le Doshien s'empressa de se jeter sur un autre conteneur frappé de l'emblème du CDZ sur lequel reposait une carte qu'on avait fixé au moyen d'un couteau planté en son milieu. Une carte papier. Pas numérique. Les Trandoshans préféraient la fiabilité du papier aux instruments numériques. Cette carte représentait la région de steppes avec les territoires qui étaient prêt d'une soixantaine ainsi que les différents villes du coin. La plus grosse étant bien sûr Saruuk. Le relais de communication était indiqué au moyen d'un cercle noir. Galdur étudia attentivement le plan. Saruuk n'était pas si loin de ce relais, rien d'étonnant à ce qu'il soit déjà occupé si Mkoll avait réellement intercepté la communication.
Il s'apprêtait à poursuivre son observation quand des bruits vinrent troubler les préparatifs alors que les Raknar enfilaient rapidement harnais, holsters et s'habillaient.

Ce qui eut l'occasion de rappeler à Galdur qu'il n'avait pas fermé sa braguette. Il se retourna et s'empressa maladroitement de la clore.

Pas besoin de se retourner pour savoir que Zann venait de débarquer. Cependant, Galdur le fit cependant. Bah oui, il allait tout de même la regarder. Sauf que ce n'est pas les yeux de Zann qu'il perçut mais ceux d'un autre Trandoshan qui fut jeté mollement aux pieds du patriarche, visiblement médusé et révolté dans un autre sens.
Galdur perçut une pointe de sarcasmes chez Zann. Il n'était pas très doué pour ce genre de langage que les humains semblait quand à eux chérir. C'est pourquoi il prit tout d'abord ses paroles au pied de la lettre avant de comprendre que cela dissimulait une ironie.
Les Trandoshans n'utilisaient pas l'ironie. Pas plus qu'ils n'utilisaient d'euphémismes. C'était peut-être pour ça que l'on s'énervait facilement aussi, à dire haut et fort ce que l'on pense. Galdur essayait de gagner une certaine souplesse dans les échanges inter-raciaux. Les mimiques et habitudes humaines étaient les plus dures à cerner. Ils utilisaient leurs langues tout autant que leurs corps. Ce qui ne facilitait pas la compréhension de la race.
" C'est quoi, des croissants et du café ?" Avait marmonné innocemment un jeune qui se frottait encore à moitié les yeux.
Bien que personne ici n'eut la réponse, on s'abstint de tenter de répondre. Plus parce que les priorités l'empêchait que par réel manque de curiosité. Raknar n'y alla pas par quatre chemin.

Il empoigna avec violence le Trandoshan menotté au sol et le souleva de terre par le col pour le mettre en face de ses yeux.
" Je ne t'ai jamais vu mais tes vêtements me disent que tu viens de la ville ! Qui est tu ? Qui t'autorise à tourner autour de nos terres ?"Gronda t-il dans un Dosh bourru.
Galdur ne savait pas vraiment si Zann parlait le Dosh. Bien qu'elle avait sans doute quelques notions. Il fronça les sourcils en percevant un détail alors que le Trandoshan battait mollement des pieds en poussant des râles.
" P'pa." Interpella t-il.
" Si tu es encore en vie, c'est parce que tu attise ma curiosité ! Parle !" Continuait Raknar en redoublant sa prise qui manqua de broyer la gorge du prisonnier qui poussa des râles de plus belle.
" P'pa !" Insista Galdur.
" Que quelqu'un m'amène un couteau !"
" P'PA !"
Raknar percuta.
" Quoi encore ?!"
" Regarde dans sa bouche."
Raknar plissa les yeux et fourra sa main pour ouvrir la mâchoire. Ce qu'il découvrit le fit grimacer et il projeta le prisonnier en arrière qui chuta durement sur le dos.
" On lui a tranché la langue. Ce n'est pas lui qui parlera mais je sais déjà qui l'a envoyé." Bougonna Raknar.

Galdur haussa les épaules et lança un regard à Zann.
" Bonjour Talia" dit t-il dans son langage humain aux R vibrants.
Le fils du patriarche s'approcha du prisonnier, son idée déjà en tête et mit son pied sur son torse pour l'immobiliser au sol. Il ré-ouvrit la bouche du Trandoshan de ses doigts patauds et se saisit visiblement de certaines choses pendant que le prisonnier battait des pieds.
" J'espère que vous avez bien dormi." Continua Galdur dans sa besogne.
Il tira une fois, sans succès. Il tira une seconde fois. Le prisonnier étouffa un râle de douleur assez conséquence et Galdur souffla un bon coup.
" Nous ne sommes pas prêt de nous coucher." Enchaina t-il en prenant de l'élan.
Galdur tira avec force et arracha dans un bruit humide quelque chose de la bouche du Doshien menotté qui se tortilla au sol comme un ver, une écume de sang lui venant à la bouche et poussant des semblants de grondements qui témoignaient de la douleur.
Galdur inspecta la dent pointue qu'il tenait entre ses doigts devenu verdâtre de sang. Il la tendit à l'un de ses frères qui venait d'attraper un monocle de joailler sans doute. Ce dernier inspecta le croc et hocha la tête, satisfait.
" Il y à une puce."
Le patriarche croisa les bras et toisa du regard ce misérable qui tremblait dans la poussière. En guise de salut à Zann et ses hommes, il se contenta de lancer un bref hochement de tête. Il était sur son territoire après tout et lui non plus n'était pas d'humeur à rire.
" Les travailleurs des villes ont tous un implant dentaire, quand ils commencent le travail. Cela permet de témoigner de leurs emplois, pour leur gain de point. "
" Il est immatriculé à la fonderie de Saruuk. Je crois que c'est un civil. Ce n'est pas pour rien qu'on lui à tranché la langue." Déduit Haskrr, le Trandoshan au monocle de joailler sur l’œil droit.
" C'est un civil. On à dut l'envoyer ici pour faire de la reconnaissance. Je suppose que cet équipement devait intervenir en cas de pépin mais aussi pour troubler les pistes ?" Déclara Raknar en inspectant le pistolet ACP qu'il avait à sa ceinture.
" Un civil qu'on à du forcer à venir ici... A moins qu'il soit là de son plein gré. On lui à trancher la langue pour qu'il ne dise aucun mot, je suppose. Vu comment il tremble, je ne pense pas qu'il soit là par sa propre volonté."
Galdur haussa les épaules.
" Bon bon... Aidez le à se relever et aller lui chercher un peu d'eau ! On essayera de tirer un maximum d'informations de sa part tout de même ! On ne peut rien avancer pour l'instant. "Ordonna Raknar en frappant dans ses mains. Évidemment, tout le monde supposait que Mkoll était sous cela. Mais même avec cette confirmation, ils ne disposaient d'aucune preuve physique pour avoir un quelconque argument contre lui.
Galdur soupira et alla s'asseoir sur la caisse à coté du combiné radio en attendant qu'on ait un peu soulagé cet espion en herbe.
" Hep Zann, vous devriez venir voir cela. " Dit-il en hochant la tête vers le combiné.
" J'vous ai manqué, au fait ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Lun 1 Juil - 4:48

« Croissants et café, vous connaissez pas? Je vous en ferai livrer tiens, ce sera amusant. Pour les humains mon cher petit, un réveil matinal ne se fait pas sans ces pâtisseries et ce breuvage énergisant. Pour des durs de durs dans votre genre, c’est plus un truc de fillette. Maintenant que ça c’est dit, essayons de déterminer qui est cette ordure. Mon Dosh est plutôt bon, je devrais donc le comprendre. »

Ah, les Raknar. Comment ne pas apprécier ces gueules pleines de crocs et cette curiosité naturelle? Pour avoir fait espionner les trandoshans des villes, je pouvais ire sans mentir qu’on était plus proche des traditions de la planète avec les ruraux qu’avec les urbains. Si le CDZ voulait une armée mercenaire, il faudrait réinstaurer et vite les bonnes vieilles valeurs guerrières de cette planète. Le patriarche Raknar? Je l’adorais. Il me changeait tellement de ces mauviettes des grandes puissances qui ne savaient ni menacer ni faire montre de colonne… C’était un leader, un vrai et un père de famille dévoué qui plaçait en haut de sa liste les bienfaits d’un peu de sueur à une existence confortable gagnée à la sueur du front des autres. Pour info…

Je bosse autant que mes gars alors qu’on ne vienne pas dire que je me la coule douce. Pour preuve, j’étais ici en personne et non pas par l’intermédiaire d’un lieutenant ou d’un vulgaire délégué. C’était moi, le big boss, ici-bas avec mes alliés. N’acceptez aucun substitut! S’il fallait que le sang coule pour faire parler ce fumier, pas de problème pour moi, je fournirais même tous les outils nécessaires. Je devais reconnaitre que les Raknar étaient plus doués pour l’enquête que ces abrutis du Corsec face à qui le CDZ avait eu à faire quelques temps plus tôt. On en était déjà à tirer des conclusions intéressantes et apparemment, les surprises ne cessaient jamais avec cette bande de joyeux drilles. Galdur voulait me montrer quelque chose. Ouais, c’était une transmission officielle annonçant la fin du blocus, j’étais présente quand le machin avait été ratifié. Et alors?


« Galdur, je veux pas être chiante mais… Tu m’as sorti du lit pour me faire écouter une transmission que mes équipes m’ont déjà transmis? Je te rappelle que le CDZ a maintenant un avant-poste ici et qu’on utilise du matériel de pointe, nous. Je respecte le fait que vous ne vouliez pas tout tout cuit dans le bec mais veux-tu me dire ce qu’il y a qui puisse justifier que je me fende le cul pour… Oh… Je vois…

Si la transmission de la levée du blocus a été diffusée, pourquoi personne ne semble au courant… Si je me fie à ce que l’avant-poste m’a transmis, le signal ne semble pas avoir été communiqué à l’ensemble du territoire. Tu penses que quelqu’un est en train de préparer un coup fourré? Pas bête. C’est une bonne chose que j’ai mobilisé un peu de troupes en venant ici. T’as un plan, j’espère, une idée, au minimum? »


Il existe des gens, des IMBÉCILES qui pensent que prendre des suggestions, c’est un signe de faiblesse. Pas moi. Galdur était un trandoshan onc il connaissait sa planète, sa culture et les siens. Avant de me jeter tête baissée dans un piège, je préférais au mois avoir son opinion des choses. Qui pourrait être responsable, les forces en présence, les enjeux, tout. Accessoirement, je détestais envoyer mes gars à la mort. Des mercenaires, aucun problème, du moment qu’ils ne bossaient pas pour moi sur une base régulière. La mission sur Steria en était la preuve indéniable. Là, dans l’instant, je n’avais pas de mercenaires sous la main. Il faudrait faire avec des Raknar et des membres du CDZ. Le mot d’ordre? Prudence. Qui que soit l’ennemi, il ne fallait pas le sous-estimer. C’était le genre d’erreur qui vous coûtait très cher…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Lun 1 Juil - 17:20

" Vous pensez vraiment que je vous ferais venir pour vous répéter un truc que vous avez sans doute déjà entendu ? Bien sûr que j'ai prévu quelque chose, vous en faites pas, boss. Par contre, on à pas de croissants et de Café mais on à de la méduse Doshienne, si vous voulez." Lança Galdur en esquissant un sourire.
" HUM ! De la méduse Doshienne !" Chantonnèrent en chœur les autres Raknar.
" Tu iras la pêcher toi même, ta méduse, si tu la veux vraiment." Coupa Raknar les bras croisés.
La méduse Doshienne pour l'annexe, était le plat favoris des Doshiens mais l'animal se révélait plutôt difficile à approcher. La méduse est en effet toxique et elle injecte des poisons engourdissant à ses cibles. Seul le chapeau est comestible. Et il a un gout salé qui s'avère très apprécié des locaux. Il paraitrait aussi que les voyageurs Trandoshans nostalgiques avaient souvent une figure holographique de ces méduses en décoration de leurs vaisseaux ou quelconque appartements.
Mais nous ne sommes pas là pour parler des spécialités gastronomiques de Dosha, sans quoi, vous auriez certainement attrapé des brûlures d'estomac rien qu'en imaginant le gout d'un Lézard Bira Bira.

On apporta la carte tantôt posée sur cette caisse à Galdur qui remercia le jeune qui lui avait donné avant de la déplier face à Talia. Des marques de peintures rouges étaient dispersées ici et là.
" Nous n'avons que peu dormis, ces deux derniers mois. Nous avons passé notre temps à voyager à droite et à gauche dans les steppes pour rencontrer les patriarches des territoires du coin. Je peux vous dire qu'obtenir leur soutien fut assez compliqué. Figurez vous que les gens avait peur de nous car ils savaient que nous étions affiliés au CDZ. Ce qui n'est plus vraiment un secret pour personne..."
La tête de Galdur apparut par dessus la carte, dans une grimace stupide.
" C'est la vérité ! On a essayé de m'assassiner sur Coruscant !" Bougonna t-il avant de reprendre son résumé.
" Par chance, c'est de Lasko, le chaman que vous avez rencontré précédemment que vint la surprise et un point important. Ce dernier a en effet eut vent de nos manigances et il se trouve qu'au lieu d'aller rapporter cela au dirigeant de Saruuk, l'autre connard, il est venu plaider en notre faveur. Ajouter a cela les rations et fournitures du CDZ que nous avons distribués au passage, surtout l'eau, et je peux vous assurer que le travail fut bien mâché. Les négociations de ma part et de mon chère père ici présent...ahem, furent dés lors presque dans la poche."
Il reposa la carte.
" Ah oui. Dans quel but vous me diriez ? Dans un premier temps afin de faire entendre notre voix contre ce foutu ancien blocus de Kashyyyk. C'était l'argument numéro un, et ensuite... Je vous donne un nom : Griz Mkoll."
Cette fois, Galdur agita le poing.
" Griz Mkoll est typiquement l'archétype de l'enfoiré parfait qui cherche à s'enrichir à n'importe quel prix ! C'est pourtant l'actuel dirigeant de Saruuk... Enfin officiellement. Moi j'ai envie de dire que c'est loin d'être officiel, ses moyens d'arrivée à ce statut. Parce qu'on à toujours pas retrouvé la trace du successeur dit "normal" pour la gestion de la ville."

Ce fut le patriarche qui prit le relais en se grattant la tête.
" Manque de preuve, personne à put confirmer la culpabilité de Mkoll, qui à l'époque était en charge de la gestion de la fonderie. C'est lui qu'on à choisit, personne ne voulait prendre les rênes de la ville pendant la crise."
"Et... C'est là que ça se passe mal. Aujourd'hui, il sait qu'il est menacé par nos petites manigances. Il avait tout intérêt à ce que le blocus se poursuive afin qu'il puisse conserver son pouvoir sans pour autant que les gens soient mécontent, il avait un motif parfait pour justifier les conditions de merde dans laquelle vivent les urbains et les ruraux."
" Ce n'est pas une blague, il fait des apparitions télévisées pour expliquer comment il gère "bien" la situation et décrit les châtiments qu'il donnera à ce qu'il appelle des "terroristes". Personne n'est dupe, les urbains vivent dans une cage dorée. Mais personne ne dit rien car ceux qui l'ouvrent un peu trop, comme nous, on tendance à avoir des mercenaires au cul... Même si on peut pas prouver que c'est Mkoll qui les paye."
" Je suis inquiet, j'ignore ce que prépare Mkoll, mais si il à prit le relais, c'est qu'il a de bonnes raisons de vouloir empêcher la diffusion de la fin du blocus. Pire que tout, c'est que Kashyyyk aussi, à tout intérêt à vouloir garder cette nouvelle ici. Sachant que cela limite notre économie. Je crois que des peaux molles sont aussi impliquées dans ce qui se passe ici. Mais revenons en au plan."

Il redéploya sa carte.

" On à des hommes, c'est une bonne chose. Ils attendent qu'on les mobilisent. On peux aussi compter sur coup de main de votre part, je suppose ?"
" Des Dewbacks de monte, c'est pas mal, mais du matériel plus lourd serait aussi utile..."
" Mais on ne peut rien organiser sans point fixe où se retrouver. Saruuk me semblait être la destination idéale. Là-bas, nous pourrions aisément installer nos affaires et faire nos préparatifs sans que des types louches viennent fureter chez nous. Et on sera à l'abri des mercenaires, au moins. Nous avons le soutien du Chaman du coin, ce n'est pas rien non plus, la population urbaine risque aussi de vouloir s'intégrer à nos affaires. Et ils savent tenir des fusils."

De son doigt, il pointa la ville.

" Prendre la ville c'est une chose, comment en est une autre. Impossible d'attaquer de face. Leurs murailles, même si elles sont en tôles et d'autres merdes recyclés arrêteront les tirs légers et leurs tireurs allumeront nos partisans. Inutile d'utiliser des explosifs ou quoique ce soit qui puisse enfoncer cette porte. Les bâtiments sont tellement serrés entre eux qu'on risquerait de tuer pas mal de civils au passage. Ce qui risquerait de faire "foirer" notre bonne action. Mais il existe une alternative."
Ce fut Raknar qui parla.
" Les égouts. Il y a un ossuaire, juste à coté de la ville. Cet ossuaire est directement relié aux égouts de la ville. Ces égouts sont reliés à la station de pompage. Le plan est simple. Nous enverrons deux groupes. D'un coté, nos forces principales, la plus grande, qui ira se cacher à proximité de la ville. La seconde, bien plus petite, sera un petit groupe d'infiltration qui passera par les égouts, la station de pompage et qui ouvrira la porte depuis l'intérieur. On pourra dés lors lancer efficacement nos partisans dans la ville et réduire considérablement les pertes sans détruire le moindre bâtiment. C'est sur l'infanterie, la ruse, et aussi la bravoure qu'il va falloir compter. Les égouts sont surveillés par des agents et ils iront sans doute reporter notre présence, malgré le fait qu'ils ne soient peut-être pas nos ennemis, ils font leur boulot quoi. Autre pépin, les bandits. Ils ont aussi tendance à utiliser les égouts comme couloirs de déplacement. Ce qui fait qu'ils sont surveillés, désormais. On risque de croiser quelques gardes, là dedans."
" Saruuk, outre nous donner un premier point de contrôle, dispose d'une fonderie et de bons chaudronniers. Des gens qui savent travailler le métal nous seraient sans doute utile par la suite. Les habitants ne nous mettront pas de bâtons dans la roue si ils comprennent bien nos intentions. Si nous voulons préparer une attaque contre le relais de communication des Steppes pour y tirer au clair ce qu'il se passe, il faut être sûr d'être prêt. Mkoll ne doit pas avoir ménager ses efforts sur cette position.

Raknar émit un grognement.
" Et quand on aura réussit, on ira faire la danse du Lézard sur toutes les steppes."
" Et même sur les autres régions."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Mar 2 Juil - 4:24

Ah ouais, quand même. J’avais un dossier sur ce type, rien d’énorme on d’extravagant, juste un profil général. Le chiant, c’était bien sûr le fait que c’était une épine solidement plantée dans le flanc de mes projets. Une épine que j’allais enlever de la façon la plus efficace et la plus expéditive possible. Peu importait si l’idée ne venait pas de moi. Tant et aussi longtemps que le plan était bon et digne de ce nom! Rien à faire de ces conneries sur « il faut que ce soit le chef qui décide de tout ». Il fallait être prudent, très prudent même car tout risquait de s’effondrer sur soi-même si nous nous plantions. Il était fort ce type mais pas assez fort. Nous avions déjà fait face à pire et même si les Trandoshans étaient de formidables adversaires, nous pourrions triompher de cette situation plus ou moins précaire. Prendre une ville, ce n’était pas rien.

 
J’aimais son idée de passer par les égouts mais l’endroit en soi ne me plaisait guère. C’était un peu chiant pour une chef de faction de patauger dans la boue mais bon. Le terrain ne me faisait pas peur et jamais je ne reculerais devant une opération parce que j’allais me salir les mains ou mes jolies bottes. S’il fallait ramper dans la fange, je ramperais dans la fange, point à la ligne. Moi j’étais partante et ce sans presque poser de questions. Pourquoi perdre du temps devant un plan bien établi et solide? Le pinaillage n’a jamais gagné de guerre. Il fallait agir avant que l’ennemi ne nous prenne de cours. Nous aurions quoi, une chance, deux max de vraiment établir une présence forte? Prendre contrôle de cette ville serait cruciale et la fortifier serait toute aussi capitale. Il faudrait d’ailleurs donner des ordres pour faire acheminer des défenses automatisées.

 
 « Moi je ne suis pas contre le plan de base. Je vais ordonner à mes gars de faire acheminer de belles tourelles pouvant faire sauter des véhicules blindés pour dissuader ce connard de prendre d’assaut la ville que nous allons conquérir, si on peut dire. Je vais faire de cette petite ville une belle ville fortifiée qui sera le symbole formel de notre résistance contre ceux qui veulent dénaturer Dosha.
 
De combien de troupes disposons-nous au fait? Si tu me dis que je ne peux utiliser de matériel lourd… Ça limite un peu mes options. Mes gars vont nous suivre, c’est sûr mais je te rappelle que nous avons pour équipement standard des désintégrateurs… Pas des blasters. Sommes-nous sûrs de ne pas simplement pouvoir acheter les forces de l’ordre locales, les convaincre, quelque chose? Si on peut éviter des morts… »

 
Nous étions spécialisés dans la corruption, après tout. Quitte à dépenser une somme rondelette, je m’en foutais pas mal si nous pouvions rallier le plus de gens possibles sans faire couler le sang. Ces types qui allaient nous opposer une résistance… Ils savaient manier des armes et nous aurions besoin de tous les combattants possibles pour notre projet. Si tu ne peux triompher de ton ennemi, essaie d’en faire un allié. Tout le monde a un prix, une faiblesse, quelque chose. Combien de chefs de police avais-je acheté, de commandant de milice, d’officiers de l’armée, de politiciens et autres? Là-dessus on pouvait me croire : il y a toujours un plan C, même s’il est plus coûteux. Du fric, j’en avais à revendre et l’utiliser ne me faisait pas le moindre effet. Un outil, c’est fait pour être utilisé. Stockés, ils ne servent strictement à rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Mar 2 Juil - 23:17

Tant mieux si Zann pouvait faire quelque chose. Tant mieux aussi si elle partageait la vision du "moins de morts, plus de bénéfices." Cela changeait des bourrins qui faisaient tout sauter par flemmardise ou plus simplement car c'était la seule chose qu'ils savaient faire. Cela arrangeait les affaires. Galdur était content d'être entré dans cette petite affaire, décidément. Et cela allait de l'avant de jour en jour.
La question de la corruption le fit réfléchir. Galdur se gratta la tempe droite et se prit à tirer un long lambeau de peau morte. Il muait toujours quand il réfléchissait, même sans sans rendre compte. Raknar aussi, visiblement. Mais il semblait s'abstenir de retirer les résidus, ce qui lui donnait une couleur brunâtre plus légère.
" Il y aura de tout. Certains gardes refuseront d'abattre de sang-froids leurs concitoyens. D'autres seront sans pitié. Je ne pense pas que nous pussions les acheter. Ils savent qu'ils ne quitteront plus Dosha, désormais. Ils se fichent bien de l'argent, tant qu'ils peuvent assommer des ivrognes à coups de chaise ou tirer les bandits comme des pigeons. Cela leur fait des points en plus. Voilà ce qu'ils cherchent réellement. Par contre, la prise de la ville risque de pousser nombre d'entre eux à faire défection. Mais je crois que nous allons affronter plus que des Doshiens, dans cette affaire. C'est plutôt contre eux que des espèces sonnantes et trébuchantes seront utile. Si des mercenaires en ont déjà voulus à ma vie, il n'y a aucune raison pour que cela ne recommence pas."

Il malaxa la peau morte entre ses doigts et la jeta par dessus son épaule. Son doigt désigna l'ensemble des territoires sur la carte.
" Dans la totalité, nous arrivons à environs 267 guerriers, chiffre que nous pourrons quadrupler une fois la ville tomber. Mais le groupe d'infiltration ne comptera que Neuf personnes. Je n'irais pas personnellement, je resterais avec les troupes qui passeront à la charge une fois les portes ouvertes. Mais Sish, mon frère, y sera avec quatre chasseurs, d'anciens bandits, qui connaissent les égouts comme leurs poches. Ce qui nous laissera quatre places restante. A vous de les combler, je suppose. Sauf si vous voulez que je m'en charge. Sish. Cela veut dire "Nage à travers les flammes". C'est un chasseur solide qui sait comment s'en sortir. J'ai confiance en lui."
Et que signifiait Galdur ? De Gal "Chevauche" et Aldur "Sables". Cela signifiait "Chevauche les sables".
Par dessus tout cela, Galdur aurait dû être ravi mais ce n'était guère le cas. Quelque chose le tracassait.

" Je suis inquiet à propos de Ikss, mon petit frère. C'est lui qui fut éventré, le jour de la mise à mort de Bork Varko. Nous n'avons pas de nouvelles de son état, depuis qu'il est interné. Je ne peux rien avancer, mais est-ce que Mkoll aurait put pousser le vice au point de massacrer un gosse pour décourager notre clan ? "
L'hypothèse lui fit froid dans le dos autant qu'elle l’horrifia.
" C'est un brave petit. Malhabile et un peu trouillard mais il mérite que nous prenions soin de lui. Ça reste mon fils. Même si nous avons un rythme de venus des nouveaux-nés assez rapide, si vous ne l'avez pas déjà remarqué." Ponctua Raknar en pointant du pouce l'annexe de la caverne. C'était là-bas qu'était stocké les quatre derniers ( Toujours quatre, chez les Trandoshans ), encore dans l’œuf. Galdur savait déjà que Raknar retournait tirer son coup dés que ces derniers auraient éclot.
Ce qui n'allait pour sûr pas faciliter le rôle de la matriarche qui comptait énormément sur l'autorité du père pour tenir tranquille le grand nombre de Doshiens que comptait ce toit.

Le reste du clan approcha.
" Ikss n'est qu'un gosse..." Dit l'un.
" Mais c'est aussi notre frère. On ne peut pas le laisser tomber." répondit l'autre.

" C'est aussi un enjeu familial. Maintenant que Mkoll veut notre peau, je crains pour la vie de ce gamin. Qui sait jusqu'où l'enflure qui nous sert de dirigeant peut aller..." Fit t-il en grinçant dans dents.

Il y avait autre chose qui le dérangeait.
" Zann. Les Mandaloriens sont t-ils aussi efficaces qu'on le dit ? Ce n'est pas sur deux mais trois fronts qu'on va se battre. Mais le troisième, c'est l’hôpital."

Il se mit de coté et frappa son poing droit contre sa paume.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Jeu 4 Juil - 15:10

 « QUOI?! Mais t’as pété un câble Galdur, c’est pas possible autrement! Tu veux que moi, Talia Zann, je demande des renforts aux MANDALORIENS?! JAMAIS! C’est une opération du CDZ et il n’y aura que nos ressources sur le terrain! Et pourquoi pas les Hutts un coup parti? Et si tu m’avais écouté, on aurait seulement deux fronts à couvrir, pas trois! Tu le sais foutrement en plus! Oh que oui que tu le sais! »

 
Pour la petite histoire, j’avais proposé à Galdur de placer son frère dans une cuve de bacta portable, pour s’assurer qu’il guérisse vite et de façon efficace, argumentant sur l’inutilité de dépendre des urbains. Si tout d’un coup l’afflux de malades et de blessés venant des steppes cessait, ce serait un indice de plus comme quoi les ruraux prenaient leur indépendance. Mais non. C’eut été trop simple. Pour es histoire d’honneur, de tradition ou je ne sais trop encore… Il avait refusé de suivre mon plan. Et regardez ce superbe résultat! Nous avions un otage potentiel sur les bras, un front de plus à couvrir et un beau bordel en perspective. Me demander de faire appel aux mandaloriens. Ridicule. Pourquoi accepteraient-ils de nous aider de toute façon? Des rancuniers oui! Tout ça à cause d’une histoire datant d’au moins soixante ans, la belle affaire.
 
Voyez-vous, en convaincant certains mandaloriens aisément achetables, ce cher Tyber Zann avait mis la main sur pas mal de designs de Mandal Motors. Bon il en avait aussi volé un ou deux quand les crédits ne suffisaient pas mais fondamentalement, il avait cherché à se donner un arsenal digne de ce nom. Logique quoi. Naturellement, ces coincés de mandaloriens, ceux qui n’avaient pas été achetés par Tyber Zann, n’avaient pas apprécié et ne nous avaient jamais pardonné pour ce petit vol. Ils avaient amélioré leur design de leur côté, surtout au niveau défensif. Nous avions fait de même, du côté offensif. Le CDZ y trouvait son compte en se foutant bien des mandaloriens et en ayant le moins de rapports possibles avec eux, sauf de petits mercenaires ou des chefs de clan vendus à l’argent. Le reste… Moins je les voyais, mieux je me portais.
 
Pour moi, donc, faire appel aux mandaloriens étaient impensable, surtout dans la mesure où il faudrait les impliquer dans nos affaires ou pire, leur être redevable. Avoir une dette face à eux pourrait revenir à ce qu’ils demandent que nous leur restituions la totalité des designs et matériel de Mandal Motors en notre possession… Soit au minimum 75% de ma flotte et une partie de mes unités au sol. Autrement dit, hors de question. Non, si Galdur voulait impliquer les mandaloriens, il le paierait de sa poche, ce serait une affaire interne de trandoshans et il n’aurait aucun support du CDZ. Point à la ligne. Je n’avais pas dépensé des fortunes pour que sa gaffe vienne mettre dans l’engrenage de la merde supplémentaire. J’avais déjà bien assez de ce salopard qui tenait le relais de communication. On s’enlève des problèmes, on n’en rajoute pas!

 
 « Tu veux impliquer les mandaloriens? Tu le fais avec ton argent, tes ressources. Je ne prêterai ni homme ni matériel ni ressource pour cette initiative. Tu nous as mis dans ce merdier, tu nous en sors. Que les choses soient claires : tu recrutes des mandaloriens, ils font une merde à mes gars et allié ou non du CDZ tu vas faire face aux conséquences. Est-ce que je me suis parfaitement fait comprendre, Galdur? »


Dernière édition par Talia Zann le Mer 31 Juil - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Jeu 4 Juil - 20:04

Il y eut une lueur meurtrière l'espace d'un instant dans les yeux de Galdur quand Zann lui remonta les bretelles à propos de son petit frère et son lieu de soin mais ce dernier se contenta d'incliner un peu la tête et de la relever. Conscient qu'émettre une quelconque protestation ne ferait qu'au mieux qu'empirer les choses ou allait faire éclater un gros conflit et le trouble au pire. Même si l'espace d'un instant, une phrase avait fusé dans sa tête :
" Tu te laisse traiter ainsi par une peau molle ?"
Il se redressa, aussi stoïque que possible.
" Je pensais que cela vous ferait plaisir."
" Les Mandaloriens ne sont pas dans les meilleurs accords avec le CDZ. Ils ont toutes les raisons de lui en vouloir. Et les introduire ici leur donnerait une chance de frapper au coeur."
" Ma tête est encore là où elle doit être et je sais parfaitement ce que vous en pensez. Cela dit, c'était ça ou me faire prendre vivant par les mercenaires de Mkoll ou la Police. Et vous savez la valeur que l'on accorde aussi bien à une parole qu'a la capture. Si je venais à tomber dans les mains de mes ennemis, ce serait la fin de tout. L'exil, le déshonneur, sans doute le suicide dans la finalité des choses. La Gardienne ne verrait en moi qu'un incapable qui n'est bon qu'a parasiter notre monde. Les dés sont jetés. Plutôt pas mal non ?" Ironisa Galdur.
Inviter des Mandaloriens était certes un gros risque à prendre, mais Galdur avait une parole et une réputation à tenir. Même si cela entachait par ailleurs celle qu'il avait avec Zann, il ne pouvait se soustraire à ses dires. Une règle fondamentale. Un Trandoshan qui ne tenait pas ses promesses ou se faisait prendre vivant sans échappatoire était un Trandoshan exclut, bannit, en plus d'être détesté.
" Survivre au combat pour mourir aux conséquences. Une mort peu glorieuse aux yeux de la Gardienne." Rajouta Raknar décidé à enfoncer le clou. Galdur lui renvoya un regard lourd de mépris.
Inutile de se plaindre, cela ne servirait à rien. Il pouvait toujours faire certaines choses pour empêcher cela mais...
" Une tension entre le CDZ et les Mandaloriens. Mais dans l'état passé des choses, je ne le savais pas. Et maintenant, c'est fait. Voilà ! " Exprima t-il en agitant les bras et en poussant des grognements ici et là. " Je pensais que cela vous satisferait, il ne me reste plus qu'à limiter les dégâts en évitant qu'on aille vous planter un couteau dans le dos !"  
Galdur s'agita.
"Davjäan inyameet !"Exprima t-il simplement, faute de savoir quoi répondre.
Le Trandoshan se sentait désormais coincé. Ce qui est comble puisque d'habitude, c'est lui qui coince les autres. Il tripota nerveusement les plaques de peau morte sur sa tête en les retirant et en gargouillant des flopées de grognements incompréhensibles.
" Il y a aussi une autre peau molle. Un humain cette fois, lui c'est Vango Jormungar qui me l'a recommandé. Il m'a dit qu'il était suffisamment efficace pour être potentiellement utile. Je n'ai pas pris contact avec lui. Qui plus est, j'ai aussi eut la manifestion d'un vétéran du CDZ. Il voudrait venir lui aussi."

Galdur se prit la tête entre les mains.
" Ce n'est pas tant le problème des moyens, mais je ne peux pas laisser non plus la Ghrakhowsk en danger. Qu'en pense tu ? Le chasseur de prime n'est sans doute pas très dangereux mais ces Mandaloriens..." Grogna t-il à Raknar.
" Brouille les pistes. La poussière est ton amie, cette fois."
" Malédiction ! Les Mandaloriens seraient un élément qui galvaniserait les guerriers... Mais si ils voient des ennemis ici, hormis les éloigner, je ne peux pas faire grand chose sauf les amener là où je veux. Que la Gardienne m'arrache la gorge. C'est une faute. "
" La Gardienne s'occupera de toi mais pas avant que l'officier mortel en ait finit avec toi."
"Merci pour ces douces paroles qui me font bien sûr tout de suite reprendre confiance." Ironisa Galdur en fronçant les sourcils. " Il me faut un plan de rechange... Après tout, je suis libre de les envoyer où je veux. Si ils pouvaient être utile tout en étant assez éloignés pour représenter une menace..."

Galdur se mit à faire les cents pas en se grattant le crâne. Ce qui émettait de petits bruits qui contrastaient avec le silence de mort soudain de la caverne.
"Rik ! Rik ! Rik !"
" Ils n'attendent que mon signal pour venir. Je suppose que je peux les envoyer sur une autre priorité quand nous aurons déjà prit la ville. Si ils savent aussi bien poursuivre qu'ils le disent, cela s'avérera nécessaire.  D'accord, pas de CDZ dans les parages, pas de risques, en résumé. Mkoll risque probablement de vouloir prendre la tangente avec sans doute quelques potes à lui. Un intercepteur serait sans doute utile.
Le fils qui commettait visiblement encore des erreurs tactiques bougonna, vexé de la situation.
" Pourquoi je ressens une frustration alors que je suis encore libre de les utiliser comme Joker quand je le désire ? Elle m'a très bien dit qu'ils interviendraient quand je leur enverrais le signal. Trouvons d'abord ce que prépare Mkoll. Une escouade d'interception sera utile malgré tout... Mais peut-être pas directement désormais que je suis au courant des risques."

Restait plus qu'a attendre Lasko et les autres désormais que le signal avait été donné sur les steppes.
Galdur ronchonna.
" Grmph. Nous devrions aller dormir pendant le peu de temps qu'il nous reste. Cela nous changeras les idées. Je vais tenir ces Mandaloriens le temps que nous fassions nos affaires et les enverraient en cas de situation critique... Les Jagganaths me damnent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Ven 5 Juil - 3:35

 « Attend voir… Pourquoi tu n’envoies pas tes potes les mandaloriens prendre d’assaut le relais de communication? On prétend que ce sont les meilleurs guerriers de la galaxie : des conneries mais qu’ils fassent leur preuve tient. Ils seront à des kilomètres de mes gars et s’ils font les cons, je les bombarde depuis l’espace et puis voilà. Je dis ça par mesure de précaution, remarque.

 
Pour ce qui est de l’hôpital… Ce serait quand même préférable si c’était un des tiens qui menait l’assaut. Je préfère et de loin faire confiance à un Raknar. Tu sais quoi? Je préfère encore épiler à la pince à sourcil un gamoréen que de confier le soin de cette opération à un de mes gars. Je vous fais confiance à ce point. Pour gérer une affaire de trandoshan, envoie un trandoshan. Pas un étranger. En fait non. Envoie un Raknar. »

 
Ma blague fit rigoler une partie des Raknar présents, dont Raknar père, ce qui était une bonne chose. Je l’aimais bien celui-là. Pour un rural, il avait une tête très bien ancrée sur les épaules. Créer un troisième groupe, un groupe d’élite, ne me gênerait pas. Au besoin, je pouvais faire venir en urgence des mercenaires à mon service. Pas mes mercenaires d’assaut, attention, des gens que je payais en dehors de mes livres de comptes réguliers. Il y avait du bon matériel. C’était justement pour des opérations où les actions directes du CDZ pouvaient se retourner contre nous que je les déployais. Dans le cas présent, ce serait sans doute ce qu’il y aurait de moins dommageable pour Galdur, surtout si des mandaloriens étaient impliqués. Chose promise chose due toutefois : je mènerais personnellement le groupe qui ouvrirait les portes de la ville.
 
Sacré Galdur. Il avait de la suite dans les idées, de bonnes idées même mais parfois, il lui manquait la vue d’ensemble. La grande image, le tableau complet. Si un jour il prenait la tête des Raknar, il lui faudrait cet atout. Un bon chef doit savoir considérer toutes possibilités et bien connaitre ses alliés. Dans le cas présent, il n’avait pas fait ses devoirs en ne se documentant pas sur le CDZ et son histoire. Je ne lui en voulais pas, remarquez. Tant qu’il apprenait de ses erreurs. D’une situation potentiellement conflictuelle, il avait proposé des choses intéressantes et je devais dire que ma propre proposition montrait clairement que je ne remettais pas en cause tout à son sujet. Juste des petites choses. Allez quoi Talia, un bon geste : complimente Galdur devant son paternel. Cela ferait du bien au moral du fils et à la fierté du père. Une bonne stratégie ça…

 
 « Galdur, il faut le reconnaitre, t’as de la suite dans les idées. T’es un peu vert côté stratégie de masse mais t’as du cran, du courage et de l’honneur. Continues sur ta lancée mon grand et tu vas faire un super chef de clan. Je dis pas de conneries : je suis chef de faction, je reconnais le talent quand j’en vois. T’as eu un excellent prof, ton père et je ne t’échangerais pas pour un autre. Tu me plais Galdur.
 
Et toi, Raknar, tu me plais tout autant. On me donnerait le choix entre sauver une ville de Dosha et toi et tu l’emporterais haut la main. T’es un type bien avec de bonnes valeurs et une belle et grande famille et j’espère que quand on aura libéré Dosha, tu seras un leader de génie. On est pas toujours d’accord sur tout mais il y a beaucoup à apprendre de ton expérience de vie. Tu l’as eu à la dure et c’est la meilleure des éducations. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Ven 5 Juil - 15:42

Les paroles de Zann le détendirent. Un peu. Comme d'habitude. Ce qui l'empêcha d'aller se rouler sur sa plate-forme en espérant trouver un quelconque sommeil. Galdur afficha un faciès un peu plus confiant et il reprit peu à peu son assurance en bombant le torse et en redressant la tête.
" Vos paroles m'honorent, guage jahumba Ghrakhowsk. Je me rachèterais. " Assura t-il." Je servirais avec fierté tant que mon sang souillera la lame que je vous ai donné."
Raknar hocha la tête, toujours enfoncé dans son même air sévère mais guère injuste en même temps.
" J'apprécie le son de ces dires et vous en remercie." Répondit t-il en inclinant légèrement la tête." Puisse la Gardienne écarter les tempêtes de votre chemin."
" En parlant de tempête. J'ai eu une autre idée pour couvrir notre approche Zann. Les tempêtes de poussières sont légions ici. Je propose d'attendre l'une d'entre elle pour cacher le groupe d'infiltration afin qu'ils rejoignent l'ossuaire en limitant les possibilités qu'ils soient repérés. Il faudra juste qu'ils s'équipent en conséquence. Nous avons tout ce qu'il faut ici."
Galdur tira de sa poche une paire de lunette de pilote ronde cerclée en laiton ainsi qu'une longue bande de tissu jaunâtre. Soit le stricte minimum pour tenir tête à une tempête de poussière et éviter de se salir les poumons. Il était aussi d'usage d'emporter une étoffe pour mettre ses armes afin de ne pas les enrayer. La poussière avait tendance à rendre quelconque technologies ou mécanismes trop exposés inutilisables.

" Pour le reste. De toutes façons, même si Ikss n'avait pas été là bas, nous aurions du y aller quand même. Nous ne pouvons pas laisser les autres patients être prit en otage. C'était une opération nécessaire quoiqu'il arrive. J'irais personnellement là-bas."
L'un des frères Raknar s'approcha et tapota l'épaule du patriarche.
" On fait quoi pour le type qu'on nous a rapporté ?"
" Je l'avais oublié."
" Il m'était également sortit de la tête. Allons voir un peu ce qu'on peu tirer de lui."

On s'approcha du civil désormais assis sur un rocher et qui buvait de manière régulière a la gourde en peau de Dewback qu'on lui avait donné. Il était entouré par les jeunots qui tournaient autour en espérant trouver quelque chose d'intéressant, du moins, pour ceux qui ne dormaient pas. Soit quatre sur sept. Deux mâles et une femelle s'étaient quand à eux déjà écroulé au sol les uns sur les autres, roupillant comme si ils n'avaient jamais quittés leurs lits.
Galdur lui tendit un morceau de viande séchée qu'il lui restait mais ce dernier fut refusé par l'homme de la fonderie qui agita la main pour signaler son refus. Raknar approcha et croisa les bras avant de se mettre à taper du pied.

" On ne va pas attendre que sa langue repousse. Cherchons déjà à savoir qui il est."

Galdur s'approcha et lui prit doucement la gourde des mains. Le civil le regarda de ses yeux globuleux d'incompris.
" Donnons lui une ardoise et une pierre ? Si il ne peut pas parler, il sait écrire." Proposa t-il.
On apporta une pierre plate ainsi qu'un morceau de bois brûlé à son extrémité. L’ouvrier de la fonderie muet les prit sans grand enthousiasme.
" Quel est ton nom ?"
Il se mit à écrire, le bois brûlé laissant des traces noires sur la pierre brune, ce qui révéla un nom.
" Tazrak." Lut le patriarche." Quel est ton clan ?"
Encore une fois, le morceau de bois brûlé se mouva sur la lisse surface de la roche dans son grattement habituel. Du moins, après que "Tazrak" eut effacer son écriture précédente en l'essuyant sur sa tenue.
" Mjorrsk. Ils vivent dans l'extrémité ouest des steppes, un peu avant la région désertique et des regs. Hum ? Et quel poste occupe tu officiellement ? Chaudronnier ? Je vois... Je suppose qu'il travaille à la fonderie. Qui t'as envoyé ici ? "

Cette fois, le Trandoshan haussa les épaules mais il empoigna sa tenue. Tenue de garde de ville d'ailleurs.
" Ce malheureux à sans doute été envoyé ici par des loyalistes sous la menace des armes. On lui aura tranché la langue pour qu'il ne parle pas pour l'instant, ce qui signifie que de toutes manières,on s'attendait à ce qu'il se fasse attraper. A t-il un micro ?"
Galdur le palpa.
" Non. Je crois que c'était un simple espion... Mais le fait qu'on lui ait coupé la langue ainsi est troublant. Peut-être qu'ils préparent quelques choses ?"
Les Raknar se lançèrent mutuellement des regards.
" Par la déesse... Je crains le pire."
" De la bouche de la Gardienne à mon oreille : Nous devrions nous montrer prudent. Je sens que nos petites actions ne passent pas inaperçues."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Sam 6 Juil - 2:14

 « Qu’ils viennent, qu’on rigole. Pendant qu’on discutait, mes gars ont déchargé de jolies tourelles automatiques, qui sont transportées en ce moment vers votre grotte, les Raknar. Ces petites merveilles passent au travers des meilleurs blindages que peuvent produire Dosha. Elles résistent aux tirs d’armes légères et moyennes et peuvent encaisser de deux à trois tirs de fusil à ion. »

 
Les Raknar faisaient partie de mes favoris. À ce juste titre, ils bénéficiaient d’une protection spéciale de ma part. Les trandoshans pouvaient se méfier de la technologie tant qu’ils voulaient, c’était leur choix. Moi, je ne faisais que « contribuer » à leur bien-être. À moins que Raknar me dise très distinctement « ramène tes trucs », ces tourelles les protègeraient de pas mal tout et n’importe quoi, assaut de véhicules lourds et bombardements exclus. Ce serait quand même con que pendant que nous étions au front, des agents de ce salopard fassent un détour par le territoire des Raknar pour faire un massacre ou prendre des otages. La prudence avant tout. Enfin… Dans cette situation particulière! Il ne fallait rien laisser au hasard. Le fait que cet espion soit ici et dans cet état allait nous forcer à devancer nos plans…
 
Acheminer en accéléré vivres et matériel, ce n’était pas le problème. C’était de garder les couloirs d’approvisionnement ouverts qui promettait d’être plus délicat. Approvisionner les Rakanr, c’était un jeu d’enfant. Tous les clans ruraux, avec des agents ennemis un peu partout? Ce serait bordélique, limite chaotique. Plusieurs clans étaient sur ma liste prioritaire pour la livraison d’eau et de matériel médical : comment est-ce que j’allais pouvoir tenir mes promesses si ce connard venait perturber les lignes de ravitaillement? Quoi que… À salopard, salopard et demi. Pendant que les Raknar interrogeaient le type de la fonderie, je pris Sish à part. S’il était au moins aussi malin que Galdur, il pourrait répondre à mes questions sans que je ne dérange mon représentant local. C’était cette histoire d’otage qui m’avait grandement inspiré… à nous deux Mkoll…

 
 « Eh Sish, il vit où ce connard de Mkoll? Il doit avoir une famille, des enfants non? S’il veut jouer les preneurs d’otages… Je peux jouer à ce jeu aussi. Il va se rendre compte que c’est un peu plus difficile de récupérer un otage en orbite qu’un otage sur terre. Que je sache, les Trandoshans n’ont ni flotte ni chasse. On va voir qui va dicter sa loi à qui. Parles moi de Mkoll. Dis-moi tout ce que tu sais sur lui. »
 
Moi, je m’en foutais qu’on dise que j’étais une salope. S’il fallait utiliser les armes de mon ennemi contre lui, je le ferais sans hésiter. Je ne voulais pas d’un conflit qui s’éternise : j’avais bien des projets en tête et peu de temps pour les conneries. Dosha serait libérée, point final. Si des gens se mettaient en travers de notre chemin, ils en paieraient le prix et c’est tout. Je n’avais pas forcé la main de la CSL pour voir le fruit de mes efforts pourrir à causer d’un type corrompu jusqu’à la moelle et assoiffé de pouvoir. Des rivaux, j’en avais renversé des tas. Des gens que l’on pensait intouchables, que l’on croyait fait pour rester à la tête des choses pour longtemps. Règle numéro 1 : rien n’est éternel. Règle numéro 2 : rien n’est irremplaçable. Règle numéro 3 : la réalité c’est comme la gravité. Elle se rappelle toujours à vous quand vous cessez de croire en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Dim 7 Juil - 18:33


Sish fit la même tête que si on l'avait agressé avant de lui mettre une lame sous la gorge. Il loucha, agita les bras et se débattit. Il était trapu comparé au reste de sa famille mais par un étrange hasard, c'était aussi l'un des plus agiles, chose plutôt insoupçonnée chez un Trandoshan de ce gabarit, avachi sur lui même, penché en avant. Les archétypes comme Galdur, Raknar et le reste de ses frères se basaient sur une très grande taille et un certain niveau d'athlétisme mais ils accusaient en revanche une certaine raideur qui manquaient un peu d'agilité. De toutes manières, les esquives et les acrobaties n'étaient du genre du clan. Une bonne parade et une attaque portée avec savoir dans des points cruciaux valait tout autant qu'une ballerine qui faisaient des bonds ici et là en narguant son adversaire de le toucher.
" Griz Mkoll est originaire de la région des marais. C'est là-bas qu'était situé sont ancien territoire. On dit qu'il à déjà été proposé en tant que gérant d'une ville du coin mais qu'il perdit face à l'un de ses adversaires politiques lors d'un duel à la loyale. Si vous ne le savez pas encore, les clans qui pensent pouvoir diriger un lieu, une ville, doivent présenter leur candidat. Candidat qui affronte alors le dirigeant actuel dans un duel à main nue. Celui qui abandonne ou tombe K.O perd. Mkoll s'était déjà essayé mais il avait perdu dans l'un de ces duels. On pense qu'il est revenu pour tenter sa chance dans les steppes par la suite..."
Il marqua une pause et constata que ses frangins étaient occupés à interroger le civil en faisant des signes pour se faire bien comprendre et décida de poursuivre.
" C'est ici que les choses se gâtent. Mkoll défia effectivement notre ancien chef de ville... Mais plus que de le battre, il l'a tué. Enfin, on n'a aucune preuve sinon le fait que c'était l'une des premières fois qu'on récoltait un cadavre à la fin d'un de ces duels. Mais quelque chose clochait. Rien qu'a sa posture durant le duel, on pouvait directement savoir que le défunt dirigeant n'était pas dans son état normal. Il était maladroit, patraque et lent. Mkoll parvint à se défaire très facilement de lui, mais en chutant, l'adversaire qu'il avait vaincu ne s'était pas relevé, son cœur avait arrêté de battre."
Il haussa les épaules.
" Nous n'avions aucune preuve. C'était vrai qu'il était vieux et que son coeur aurait tout à fait put faire une crise... Mais il avait toujours été robuste, il n'y avait aucune explications sur le fait qu'il soit à ce point faible ce jour là. Ceci fit une contreverse et Mkoll fut longuement gardé à vue. Mais faute de prouver quoique ce soit, nous dure nous plier au résultat. Mkoll avait gagné. C'est ainsi qu'il gagna sa place. Maintenant... Deux explications : Soit son prédécesseur avait été empoisonné la veille, soit... soit il était réellement malade. Impossible de le savoir maintenant. Et nous n'avons pas de moyen de détecter les poisons. Cela aurait put être n'importe quoi. Quoiqu'il en soit, Mkoll n'ait pas aimé et ce depuis toujours. C'est tout ce que nous savons.

Galdur s'approcha de Zann et lui tapa sur l'épaule. Il trouva amusant le contraste. Avec autant de Doshan, Zann était la plus petite dans la pièce alors que c'était elle qui endossait le plus gros rôle.
" Vous parliez de Mkoll, n'est-ce pas ? C'est vrai qu'il a tué Jor, l'ancien chef. Personne n'avait réussit cela depuis Torek Gressk. Torek est par ailleurs le Chef de Guerre actuel, the big boss de Trandosha. C'est le plus fort de tous. Une figure de respect comme de crainte. Le jour de sa montée sur le trône, il a arraché la tête de son adversaire mettant instantanément fin au duel. C'est sans doute notre allié le plus précieux dans cette histoire. Torek est un modèle pour tous mais..."
Sish prit le relais.
" Mais depuis un moment maintenant, nous n'avons aucune nouvelles. La capitale a cessé d'émettre ses informations et le Chef de Guerre reste cloitré dans son palais. De ce qui remonte ici, on dit qu'ils tentent de gérer leurs propres problèmes, qui doivent être légions si la ville est à court de ressources."
" Mkoll cherche à étouffer le plus longtemps possible le fait que la CSL n'existe plus, pas plus que le blocus et la surveillance de Kashyyyk, pour empêcher le Chef de Guerre d'investir ses ressources pour relancer l'économie. Seuls les relais de communications nous permettent d'échanger le statut global de notre Lune et de l'activité environnante. Mais il suffit d'un d'entre eux pour paralyser tout les autres. Mkoll trie peut-être ce qu'il veut qu'on entende ici et ce qu'il ne veut pas. Mais quand bien même cela, il sera vite prit. Ce qui est inquiétant car il ne semble pas réagir. Je ne sais pas ce qu'il prépare mais il faut le découvrir au plus vite."
Galdur mit son pouce vers le civil qui est derrière.
" Ce n'est qu'un ouvrier que des gardes ont contraints à venir espionner ici. Donc soit c'est pour brouiller les pistes et nous trouver une occupation, soit il y avait réellement un but de savoir ce qu'on faisait. Peut-être les deux, sans doute."
Raknar apparut à son tour, l'air remonté.
" Ah ah ah. J'aime bien ces tourelles. Par contre Zann, y a des risques qu'on aille centraliser nos affaires sur Saruuk quand on l'aura capturée. On gardera notre grotte bien sûr mais on passera surement plus de temps là-bas.

Il toisa Galdur du regard.
" Vous savez que si mon fils doit devenir Chef de clan, cela implique que je disparaisse avant ?"
Galdur s'approcha à un mètre de son patriarche et sourit.
" Je ne crains pas les vieux débris."
" Je ne crains pas non plus les jeunes abrutis. Pas quand je peux faire ça." Répondit t-il.

Le Patriarche eut un mouvement de revers de poignet qui percuta Galdur en plein sur le coté gauche de la figure. Ce dernier recula d'un pas en crachant un peu de salive, s'essuya à l'aide de sa main droite et se remit droit.
" Tu parles beaucoup mais tu ne sais plus taper aussi fort qu'avant. Essaye ça !"
Galdur prit de l'élan, se pencha en avant et envoya un splendide coup de boule à son patriarche qui fit à son tour un pas en arrière avant de mettre ses mains sur son front et, à son tour, de reprendre une posture droite.
" Ah ! Tu n'as même pas encore des muscles d'hommes !"
" Il y a des affaires plus urgentes que cela, messieurs." Rappela à l'ordre Issanka Raknar, la matriarche.
" Dommage, j'aurais bien aimé corrigé ce jeune fou."
" Ouais. T'as eu de la chance que la Dame me dise d'arrêter." Répondit Galdur en mettant ses mains dans ses poches.

Ils échangèrent quelques ricanements et se retournèrent vers Zann.
" On les règles en nature, vos tourelles ?"Lancèrent t-ils en chœur dans un demi-rire.


Comme nos armes, nous sommes forgés dans l'acier et les flammes."

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Lun 8 Juil - 3:13

 « Non les mecs, je pense que vous m’avez comprise à moitié là. Qui compte suffisamment pour ce fumier pour en faire un otage valable? C’est une chose de savoir que le type sait empoisonner et que c’est une ordure mais si on veut retourner ses tactiques contre lui, il faut connaitre ses faiblesses. Personnellement, je dis que si on veut lui faire sa fête, autant lui faire un cadeau qu’il n’oubliera jamais. »

 
N’empêche que… Galdur et les siens venaient de me livrer des informations très intéressantes. Ainsi, le grand chef des Trandoshans ne donnait plus signe de vie. Techniquement, si quelqu’un pouvait discréditer Mkoll… C’était bien ce chef de guerre. Si les Trandoshans étaient au moins un minimum comme les Raknar, le respect de la tradition devrait, théoriquement, les forcer à s’accorder sur la vision de leur dirigeant suprême. Avant même de considérer un assaut en force, nous pourrions peut-être compter sur une tactique plus politique. Loin de moi de dire qu’il n’y aurait pas de combats, au final. Par contre, il pourrait y en avoir moins. Ça, ce n’était pas impossible. Autant tenter de sécuriser le plus d’appuis possibles avant de s’embarquer dans ce merdier. Il fallait éviter au maximum les bavures, les erreurs et le reste.
 
J’assistai ensuite non sans un certain amusement au « débat » entre Galdur et son frère sur qui cognait le plus fort et qui était le plus faible. Typiquement masculin, aurais-je été tentée de dire mais je connaissais des sociétés matriarcales fonctionnant sur le même principe donc… Et quand fut abordée la question du paiement, j’éclatai simplement de rire. Nul besoin de payer, c’était gratuit. Une sorte de cadeau, en quelque sorte. Raknar avait raison pour la grotte et la ville mais dans mon livre à moi, on ne fait jamais montre de TROP de prudence. Jamais. Les grands conflits galactiques avaient prouvé hors de tout doute raisonnable que vous pouviez démoraliser une armée en s’attaquant à ses monuments ou ses lieux symboliques. Dans une société fière et ancrée dans la tradition comme les trandoshans, les effets seraient catastrophiques, à mon avis.

 
 « Les tourelles, c’est cadeau. Et faut pas s’en faire, on va la fortifier aussi la ville, quand on l’aura prise, à commencer par les égouts, ossuaires et autres points d’entrée du genre. J’aimerais aussi comprendre… Votre chef suprême, il doit bien avoir son propre réseau de communications non? Comment se fait-il que je ne l’ai pas vu lors des négociations avec la CSL? Est-ce qu’on peut le rencontrer?
 
Si on veut se débarrasser de Mkoll sans qu’on passe pour des révolutionnaires, il nous faut une légitimité. Votre chef peut nous la donner non? Il pourrait faire couler Mkoll, le démettre de ses fonctions, je ne sais pas moi : être chef suprême des trandoshans doit impliquer plus que se tourner les pouces caché dans son palais merde. Comment on s’y rend à ce type ? S’il le faut j’irai lui parler moi, j’ai pas peur! »

 
Il était temps de mettre la roue en marche et de commencer les opérations. D’obtenir une vraie vue d’ensemble, pas que des spéculations. Qui il fallait aller voir, qui il fallait enlever, qui devait mourir pour avancer nos pièces sur l’échiquier… Que les Mandaloriens de Galdur s’occupent d’objectifs secondaires. Le CDZ et les Raknar feraient le vrai travail. Accessoirement, je voulais m’assurer que ces constipés en armure ne gagnent rien sur Dosha. Ce serait ma source d’approvisionnement en mercenaires, pas celle d’un autre. J’avais suffisamment investi de temps et d’énergie pour pouvoir faire ce genre de revendications. Quiconque essaierait de foutre la merde se rendrait compte que ma morsure est aussi cuisante que mes jappements. Je suis une femme d’action moi, les mots ne sont que des outils pour arriver à une fin, pas ma vie!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Lun 8 Juil - 18:30


" Je vous ai dit tout ce que je savais, Zann. Mkoll viens des marais, nous ignorons si il a une famille là-bas ou non. Mais quand bien même il en aurait une : Qui dit qu'il s'en préoccuperait ou qu'elle existe encore ? Je suis persuadé qu'il aurait été capable de manger ses enfants pour son quatre heure."
" C'est vrai. Le seul Mkoll que nous connaissons, c'est ce Griz. En dehors de cela... Pas grand chose."

Zann espérait vraisemblablement trouver d'autres solutions et d'autres plans, chose tout à fait appréciable mais qui risquait d'être compliquée face à un adversaire dont on ignorait presque tout. Quand à la capitale.

" Il n'existe pas grand chose sur Dosha, Zann. Vous êtes sur l'une des planètes les plus pauvres de la Galaxie. Notre Chef de Guerre transmet ses paroles et ses dires via les relais de communications qui gèrent la télévision, les radios. Du reste, le bouche à oreille des ruraux et des citadins suffit à mettre tout le monde au courant en général, quand on veut des nouvelles, on va au bar de Saruuk et on discute avec les citadins, qui eux, ont au moins une télévision, dans le bar. Comme je l'ai dit plus, tôt, il suffit d'un relais pour trier les informations échangées à l'échelle planétaire. Vous allez me dire : C'est idiot, Mkoll se ferait bien évidemment attrapé tôt ou tard avec ce relais, ce qui est vrai mais..."
Il déglutit.
" Notre cause serait évidemment légitime, c'est aussi le rôle du Chef de Guerre de virer les indignes de leurs trônes. Donc oui, il pourrait immédiatement déclarer Mkoll à la fois criminel et ennemi public... Mais cela ne nous arrangerais pas. Je m'explique."
Galdur s'assied sur une roche et parla.
" Je pense qu'en l'état actuelle des choses, Mkoll se fiche bien du poste qu'il occupe. Il veut simplement gagner du temps. Il retient pour l'instant la nouvelle de l'effondrement du blocus mais il sait aussi qu'il ne pourra pas faire cela éternellement et qu'on apprendra même très vite autour de la planète qu'il n'existe plus de CSL. Pas plus qu'il n'existe de limites à notre Lune, désormais. Vous comprenez ? Il suffit que j'aille le dire à mes voisins qui eux même iront le dire à leurs voisins et ainsi de suite. Le soucis est que si Mkoll à des relations avec l'extérieur, il peut se cacher comme bon lui semble. Nous ne savons pas ce qu'il prépare, n'est-ce pas ? Il est "officiellement", à Saruuk en ce moment même, mais qui nous dit que cela est tout le temps le cas ?"
Le patriarche prit la parole.
" D'ailleurs, pour la CSL, il n'y a eu aucune négociation directe. Nous sommes peut-être les seuls à savoir qu'elle s'est retirée. La fin du blocus fut un décret prit par les Jedis et le Directoire qui avaient eut vent de notre exaspération du bloc. Visiblement, ils ne voulaient pas que nous soyons une préoccupation pour eux. Notre Chef de Guerre n'est peut-être pas encore au courant de cela, d'ailleurs. Nous n'avons aucune station, aucune flotte, depuis le début de la crise. Nous étions déjà bien pauvres autrefois... Maintenant que Skywalker a détruit la Station Avatar, nous avons un effectif de zéro sur l'espace spatial. Les seules choses que nous pouvons faire, c'est recycler nos vieux engins de transports Dragonboats pour envoyer nos jeunes débuter leurs carrières de mercenaires, pour qu'ils gagnent leurs premiers points. Nous n'avions plus le droit d'entretenir des rapports commerciaux avec l'extérieur, plus le droit de nous armer et nous devions nous plier aux ordres de Kashyyyk qui nous représentais au Sénat galactique, je rappelle."
" Oui, nous pourrions aller à la Capitale pour parler avec le Chef. Il commencerait immédiatement, sans doute, à investir dans l'extérieur et relancerait l'économie de la planète. Mais si quelque chose cloche à la Capitale, c'est la Lune entière qui en serait paralysée. Je pense que pour l'instant, Mkoll a juste supprimer le message du Directoire pour contenir encore un peu notre gouvernement et l'occuper ailleurs. Un simple petit gain de temps. Pour ne pas être handicapé par cela, il est d'usage d'aller reprendre le relais des steppes dans un premier temps. Nous pourrions parler avec le Chef de Guerre immédiatement aussi, mais ce serait déjà particulièrement long pour le rencontrer d'une part, et il n'est pas sûr qu'il daigne nous croire dans une autre part. Puisque nous avons fait un bond en arrière avec cette crise. Et je ne vous parle pas non plus du temps que prendrais une enquête à propos de Mkoll et du temps qu'il faudrait pour débuter la relance économique.

Tous en vinrent à la même conclusion.

" Mkoll nous met K.O sur tout les points. Il s'est tellement bien retourné contre ses valeurs et à tellement bien utilisé la crise qu'il réussit à maitriser notre lune entière pendant qu'il prépare ses propres plans. Et je crois que ce n'est pas que les Trandoshans qui sont mêlés à cela. Certains types de Kashyyyk ne doivent pas non plus être ravis de voir ce blocus prendre fin. Pas plus qu'ils ne doivent être ravis de comprendre que nous deviendrons rapidement une concurrence économique."
" Si nous affrontons déjà ses forces à Saruuk, nous pourrons immédiatement lancer l'état d'urgence au relais, ce qui fera rappliquer directement le Chef de Guerre, qui nous donneras sont soutien devant les preuves. Mkoll ne pourra plus revenir au pouvoir, happy end. Mais vous ne trouvez pas cela un peu facile ? Il ne déguerpirait pas aussi facilement si il n'était pas persuadé d'avoir plus gros derrière ? Je suis tout aussi inquiet pour la santé du Chef de Guerre, figurez vous. On dit qu'il reste cloitré dans son Palais... Nous ne pouvons pas tirer de conclusion. Est-il simplement ignorant de ce qu'il se passe ? Reste t-il sans rien faire ? Autre chose ? "

Comme nos armes, nous sommes forgés dans l'acier et les flammes."

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Mer 10 Juil - 15:04

« Donc autrement dit, si je récapitule, nous n’avons aucun levier contre notre ennemi et à moins de prendre d’assaut le palais du chef de guerre, aucun support puissant. Magnifique. Bon. Si vous n’avez rien d’autre d’instructif à me livrer, je vais aller en discuter via holoconférence avec mes lieutenants. On se revoit dans quelques heures, avec j’espère un plan de bataille plus intéressant pour nous. »

La situation ne nous avait pas échappé mais… Soyons sérieux. Tout semblait jouer contre nous. Pas d’artillerie, pas de bombardement aérien, pas d’unités lourdes… Et un ennemi aux motifs pour le moment inconnu. J’aurais et de loin préféré envoyer des espions, des sondes, des drones, quelque chose, j’avais les fournisseurs pour ce faire. Prendre une ville d’assaut avec si peu d’effectifs serait bordélique. Moi, personnellement, j’aurais préféré tendre un piège d’une autre nature à Mkoll mais il me fallait un endroit plus calme pour réfléchir et un avis plus moderne sur la question. Les Raknar étaient sympss, je l’ai déjà dit mais ils pensent en trandoshans, avec leurs traditions et tout. Le truc, c’était que l’ennemi avait l’air de s’en moquer de la tradition et du reste. Il utilisait un tout autre arsenal, c’était évident.

Après avoir salué le clan, je rejoignis mes hommes avant de regagner le « Merciless » pour une conférence éclair avec mes lieutenants. Quand je mentionnai l’idée de Galdur de faire venir des mandaloriens, la plupart d’entre eux furent d’accord avec moi. Il fallait les garder le plus loin possible du CDZ, d’où l’idée d’engager des éléments extérieurs. Si la seule « vraie » présence du CDZ se trouvait à être mon vaisseau amiral, il faudrait qu’ils le prennent d’assaut pour s’emparer de nos secrets. Mettre la main sur moi? Avant qu’un de ces types ne mette le grappin sur un Zann, j’aurais eu le temps de voir bien des impossibilités avant ça. La question sur laquelle nous nous étions penchés principalement restait d’en apprendre plus sur l’ennemi. Une infiltration de ses rangs semblait hors de propos. Il faudrait utiliser la technologie pour jouer contre cet ennemi.

C’est le commentaire de Spike qui m’inspira une idée. Pourquoi ne pas donner de quoi s’inquiéter à Mkoll en capturant notre propre relais et en le modifiant de façon à le rendre plus performant que celui de ce connard? La technologie des Trandoshans était rudimentaire. Je pouvais faire venir du matériel de communication flambant neuf, de calibre militaire au besoin, pour amplifier les signaux et relayer l’annonce de la levée du blocus. Cela forcerait Mkoll à se barricader quelque part… Et ce serait plus simple d’aller le chercher si nous étions sûrs qu’il se trouvait en un endroit précis. Le contrôle de l’information semblait crucial à ses plans. Autrement, il n’aurait pas capturé le relais. Une guerre d’informations, le CDZ savait y faire. Les trandoshans pourraient alors y aller comme bon leur semblait dans leur offensive.

J’allais peindre en rouge ma propre cible, forcé les alliés éventuels de ce type à se pointer. Ils se concentreraient sur moi et ce serait parfait pour les Raknar et leurs chiens de poche mandaloriens. L’appât serait bien trop tentant pour que les commanditaires de Mkoll ne foncent pas dans mon piège. Il n’était pas seul dans cette affaire et je comptais bien découvrir qui tirait vraiment les ficelles. Restait à savoir quel relais capturer et quel matériel faire acheminer. Il faudrait en parler à Galdur et compagnie mais bon, pour l’heure, j’avais des commandes à passer, du matériel à faire transporter et des mercenaires à recruter. On ne prépare pas une offensive en deux minutes si on veut gagner. La préparation est une affaire de patience et de minutie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Dim 14 Juil - 0:10

" Pas de problèmes Zann. On prend tout ce que vous pouvez nous balancer comme idées, tant que ça limite les dégâts. C'est vrai, on parle, tous ensemble comme ça, mais est-ce que le crâne de piaf d'au moins l'un d'entre vous à déjà été frappé par l'idée que ce n'était pas avec des pierres et des cailloux qu'on se battait, cette fois ? Dehors, c'est la mort qui risque de venir au tournant si vous êtes pas prudent. C'est pas contre des rats womps qu'on va se battre, ils auront aucun remords à vous coller un bastos entre les deux yeux. Donc va falloir bosser comme vous l'avez encore jamais fais, mettre de coté les belles paroles et réveiller votre vigilance. J'espère que vos vieux réflexes de traque seront pas trop rouillés, on va en avoir cruellement besoin."
Raknar croisa les bras alors que les autres Trandoshans se lancèrent des regards. Visiblement, personne n'avait pensé que quelqu'un ici pouvait mourir. Avoir Zann était une chose, penser à sa propre personne en était une autre.
" Galdur à raison. J'ai élevé des rancors et des nexus, je ne veux pas voir des vers effrayés ou des oiseaux rieurs. Dés à présent, nous allons tenter de dormir encore un peu, le temps que nos appelés arrivent. Cela va vite grouiller de monde ici, Lasko risque d'arriver dans peu de temps. Que tout le monde aille à sa couchette, c'est moi qui monte la garde, ce matin." Gronda t-il avant d'aller s'asseoir sur ce qui semblait être un épais "trône" composé essentiellement de bois sec, d'os. Le patriarche se surprit à balayer un peu l'étendu de son antre du regard en observant tout ce qu'il avait put collecter lors de sa furieuse vie. Une griffe de rancor, un casque mandalorien, une main de wookie blanc, une tête d'Acklay, de la peau de rakghoul, peut-être même des cornes de Reek. Pour sûr, le vieux Trandoshan en avait rapporté, de la gloire, ce qui expliquait son statut de patriarche. Tout le monde ne pouvait pas fonder une famille. En général, les chefs de clan avaient des trophées tous plus effrayants les uns que les autres. Galdur se demanda si un jour, il parviendrait à obtenir autant de chose. Son regard croisa celui de son père qui hocha la tête en fronçant les sourcils.
" Je me fais lentement et surement vieux. Mais j'ai encore l'intention de montrer mes ressources. Et cela à travers vous. Je sais que certains ici me détestent. Pourtant, c'est très bientôt que nous verrons si vous avez retenu mes enseignements. J'ai besoin de guerriers, pas de baratineurs ou de rapaces. Rompez à présent et allez dormir. Profitez en car le repos sera un luxe, dans quelques temps." Lança t-il toujours aussi sèchement avant d'attraper le fusil qui était à coté de son siège et de le charger. Les Raknars se dispersent et vont dans leurs lits respectifs pour tenter d'achever une courte nuit.
" Tu ne crains pas de perdre ta place, alors ?" Questionna Galdur, resté au milieu de la place.
" Pourquoi, envisagerais tu de me défier ?"
Le fils haussa les épaules.
" C'est une possibilité qui me vient parfois à l'esprit, c'est vrai. Mais je ne me sens pas encore prêt physiquement, d'une part, mais aussi mentalement. T'ôter la vie pour me hisser plus haut... Je sais que c'est dans notre nature et notre société de faire les choses ainsi... Mais quelque part, sans toi... Vers qui nous tournerons nous ?"
" Certains voient le rôle de patriarche comme une bénédiction dans laquelle vous pouvez roupiller et vous la couler douce en ayant pour seul rôle de féconder fréquemment votre compagne, mais ce n'est qu'une pathétique vision des choses. Le Patriarche doit être insensible et sévère, c'est pour cela que personne ne l'aime, parce que c'est son rôle d'éduquer de manière à faire des hommes et des femmes robustes. Pour autant, c'est aussi savoir intervenir quand il le faut et de savoir quand apporter son soutien ou non. Mais le plus dur, c'est d'accepter de devoir être un parangon irréprochable et de soutenir mentalement la pression et la frustration du regard des autres. Ce n'est pas drôle. Il est beaucoup plus facile d'être un simple chasseur. Si tu me pose cette question et émet des doutes quand à la légitimité de mettre fin à ma vie ou non, c'est que je remplis mal ma fonction, même si je devrais être flatté d'avoir marqué au moins l'un de mes rejeton."
Galdur hocha la tête, l'air coupable.
" Désolé, cela ne se reproduira plus."
" Défie moi quand tu t'en sentiras prêt et ne doute pas, ce jour là. Mon travail est de te rendre fort, peut-être plus que moi. L'attachement peut exister mais il ne doit pas empiéter sur ton objectif final Galdur, je serais ravi de mourir de la main d'un de mes fils plutôt que de vieillesse. Cela me prouvera que j'ai bien rempli mon rôle. C'est aussi ça, être patriarche, accepter la fatalité de peut-être mourir un jour de la main de ses fils. Même si oui, je suis attaché à chacun de mes fils et filles, mais je ne peux pas me permettre de vous le montrer comme on le ferait normalement. Alors, je le montre dans ce genre de discussion, Galdur. En espérant que cela t'aide à progresser."
Encore une fois, Galdur hocha la tête.
" Merci. Je vais aller réfléchir sur ses paroles."
" J'arracherais personnellement la tête de celui qui ne fera que toucher une écaille d'un de mes fils ou de mes filles. Même si je n'ai pas le droit de le montrer. C'est tout aussi dur pour moi que pour vous. Encore une fois, un inconvénient de mon rôle. Tu conteste mon autorité et pose des questions que tu n'as encore jamais posé, Galdur. Est-ce que quelque chose te tracasse ?"
" Oui. Ikss. Mkoll. La vie de mes frères et mes sœurs. Ta vie. Ma propre vie. Je me demande comment je vais finir."
" Pourtant, tes débuts sont flatteurs. Que ce soit l'arrestation de ce traitre comme ton lien avec le Consortium. Tout ces doutes sont normaux, tout les Trandoshans qui commencent à bâtir leur statut social sur Dosha les ont. C'est une peur. Tu as juste peur Galdur. Peur de l'échec. Agit comme je te l'ai appris, comporte toi avec dignité et brave ce qui te tourmente. Ainsi, je pourrais te prédire un avenir brillant."
" Je crois que je comprends. Cela me fait du bien, de parler un peu."
" Moi aussi Galdur. Et vous, qui nous écoutez depuis vos lits, je sais que vous n'avez pas lâché une goutte de notre dialogue, cela vaut pour vous aussi. Maintenant dormez avant que l'idée de vous écraser mon poing sur la figure ne me vienne ! Idem pour toi, crâne de tusken ! Décampe !" balança t-il finalement en chassant rapidement son fils.

Oui, cela faisait du bien.

-----------------

Si l'eau potable n'était pas donnée et encore moins trouvée, sur Dosha, on ne pouvait pas en dire autant de l'eau tout court, même si cette dernière était opaque, gavée de bactéries et parfois, de quelques sangsues. Dans la région des steppes, ce genre d'eaux pouvaient se trouver dans les rocheuses, souvent sous forme de petit bassin au sommet de ces dernières quand les nappes souterraines regorgeaient leurs eaux le matin avant que le soleil ne la fasse évaporer.
Quand il faisait trente-cinq degré, même quand l'eau était dégueulasse, vous étiez content de la trouver pour vous rafraichir un peu, il fallait en profiter avant qu'elle ne s'évapore dés midi. C'est pourquoi on pouvait trouver un groupe de joyeux Trandoshans dans l'un de ces bassins, dans une rocheuse située sur le territoire Raknar, à une centaine de mètre de celle dans laquelle ils avaient construits leur antre.
Ronflant comme pour rattraper ce qu'il n'avait pas encore put rattraper, en position assise contre le bord, la partie inférieure du corps dans l'eau, le reste au soleil, Galdur fut réveillé une nouvelle fois par un jet de flotte qu'on lui avait délibérément envoyé à la face.
" Flic floc ! Galdur couvert de flotte !" S'amusa Vango Jormungar qui avait lui aussi fait le déplacement.
" Bordel... Jormungar..." grinça Galdur en s'essuyant les yeux.
Ce rassemblement ressemblait décidément plus à une fête de la bière croisée avec des vacances qu'a un véritable groupement militaire. Il fallait dire qu'en attendant que tout le monde arrive, les divers chasseurs envoyés par les diverses familles des territoires avoisinants s'occupaient comme ils le pouvaient. Même si cela impliquait de jeter de l'eau sur son voisin dans ce bassin ou bien monter à califourchon sur les épaules d'un autre pour tenter de renverser les deux adversaires qui utilisaient la même technique que vous en face. Galdur soupira. Qu'ils en profitent. C'était sans doute leurs derniers moments de joyeuseté et de paix à tous avant que les ennuis ne débarquent. Et quand cela viendrait, ils devraient lancer tout ce qu'ils avaient. Bah, un peu de rigolade ne faisait pas de mal.
Achevant à peine un sommeil décidément bien lourd, et peu réparateur, Galdur se tira de l'eau, l'air bougon.
" Très bien. J'me casse. Faut que j'aille vérifier si Lasko fait pas de conneries." Prétexta t-il en ayant la pensée de se rhabiller." Eh... Et si tu as un problème avec eux, Jiz'..." se permit t-il d'ajouter en lançant un regard à sa sœur venue aussi profiter d'un peu d'eau.
" Il y a suffisamment de pierres et de cailloux pour chacun d'entre eux ici. Ne t'en fais pas." assura t-elle.
Galdur n'aimait pas l'idée de la laisser seule avec autant d'étrangers, et même Jormungar. Ce dernier avait quand même tenté de courtisé une autre de ses sœurs autrefois... Mais il fallait espérer qu'il eut comprit la leçon plus que sévère que lui avait donné le patriarche pour l'affront. Les dents de Jormungar avaient évidemment repoussées, depuis.
Galdur dévala la pente rocheuse et foula de nouveau la poussière pour se diriger vers l'antre qui débordait de monde. Des Dewbacks avaient été rassemblés tel un grand troupeau dans le coin, quelques pods de chasse et motojets flottaient ici et là sans parler du monde qui entrait et sortait de la caverne.
Galdur croisa un chasseur qu'il ne connaissait pas qui était occupé à faire cuire ce qui semblait être des morceaux de bantha crus sur la carrosserie brûlante d'un véhicule et ils hochèrent la tête en guise de salut. En tournant la tête à droite, Galdur découvrit une flopée de Doshiens de tout clans ( il crut reconnaître Sish parmi eux ) aux fusil braqués dans les airs et immobiles, bien alignés. Quelqu'un en haut de la rocheuse projeta ce qui semblait être un disque de verre en s'écriant "Lowe". Dés lors le premier des chasseurs tira et fit éclater l'objet en vol. Ce qui fut acclamé par un groupe de Doshans aux peintures similaires à celui du tireur. C'était sans doute une compétition amicale entre clans qu'ils avaient organisés pour passer le temps. Galdur passa son chemin et rentra dans la grotte.
Il y avait du monde, dans cet endroit. Pour la plupart, ils discutaient entre eux mais d'autres étaient rendus ailleurs.

Avachi sur une caisse en guise de bureau de fortune, Lasko était courbé sur lui même à écrire sur de nombreuses feuilles jaunâtres diverses choses. Des piles de livres abîmés et d'archives étaient à sa gauche, des tas de feuilles à sa droite. Les Trandoshans eux, se relayaient devant le Chaman au fur et à mesure que la file d'attente progressait. Régulièrement, Lasko plaçait sa feuille dans l'une de ses archives et se dépêchait d'en tirer une autre pour les suivants. Il était accompagné d'un Trandoshan plus jeune mais qui avait les bras croisés dans le dos et qui semblait s'ennuyer. A la vue de ses robes, c'était sans doute l'apprenti mais aussi le futur remplaçant de Lasko qui se faisait bien vieux à son tour. Galdur n'eut pas besoin de lui parler pour comprendre que le pauvre Trandoshan était tombé sur un maître qui lui donnait bien peu de travail, ce qui déclenchait l'attitude un peu effacée de ce religieux. Quand Lasko leva brièvement la tête et remarqua Galdur qui l'observait, il leva la main et lui fit un signe de bonjour. Signe qui fut renvoyé par le fils Raknar qui se décida à approcher.
" Je suis en train de noté les noms et de faire les comptes des effectifs qu'on est parvenu à mobilisé." déclara Lasko en changeant de feuille alors que d'autres arrivaient.
" Ah ? Est-ce prometteur ?"
" Eh bien, j'en suis à quatre vingt sept pour l'instant. Un bon tiers de ce que nous devrions avoir au total."
" Hum, très bien Lasko. Merci pour cette initiative, Lasko." enchaîne mécaniquement Galdur.
" Ce n'est rien mon garçon. Décampe à présent, il faut que je me concentre."
Galdur échangea un bref salut avec l'apprenti du chaman derrière et poursuivit sa route vers le fond de la caverne. Il aperçut Raknar et son épouse qui discutait ensemble.
Les femelles, voilà un tout autre monde sur la Lune. Il était difficile de définir précisément le statut de ces dernières. Relativement moins nombreuses que leurs camarades masculins, rares étaient celles qui partaient dans l'espace afin de suivre un rituel de chasse. La plupart du temps, elles remplissaient des rôles dans la diplomatie et la politique ou dans le secteur médical. On pouvait aussi dénombre un petit nombre d'entre elles dans le commerce.
Cette difficulté de trouver un poste était, sans tabou, étroitement lié aux habitudes sexuelles des Doshans. Si les Patriarches avaient le droit de choisir proprement une femme et de s’installer avec, ils n'avaient le droit, comme les autres Trandoshans, de copuler qu'une seule fois et unique fois durant la "saison des amours", pour ne pas dire l'été, saison la plus chaude dans tout les sens du terme sur la lune. La différence Partiarches / Trandoshans Normaux se mesurait dés lors sur le fait que ces derniers devaient ensuite abandonner leur moitié. C'est à dire qu'il était d'usage de changer de compagnon la saison suivante. Dans cette logique, les couples n'étaient pas durable. Le terme de mariage arrangé désignait par ailleurs chez les ruraux l'accord du Patriarche à ce que l'un de ses rejetons ait une partie de jambe en l'air avec un autre, d'un clan différent. Une fois l'acte finit, chacun repartait dans sa famille initiale, et on pouvait dés lors célébrer la venue d'autres rejetons. La romance n'était pas vraiment commune.
Pour cette raison, la sexualité mentalement "mécanique" étant entièrement intégrée à la société Doshanne, toutes les femelles rapatriaient généralement dans leur clan d'origine dés l'été venu pour répondre au devoir. Il était capital d'entretenir un bon niveau de population, pour une Lune aussi pauvre.

Galdur n'aimait pas spécialement l'idée que Zann se retrouve en cette saison au milieu d'autant de personnes pour ces mêmes raisons. On était pas à l'abri d'un garçon ou deux en manque qui tente quelque chose dans l'inter-spécifique, cela s'était déjà vu, et même si on essayait d'étouffer l'affaire, les Hutts en avaient déjà piégés plusieurs avec cela. Misère, le tribunal Trandoshan avait eut un mal fou à classé l'affaire.
Et ce n'était pas le moment de dégouter la chef du Consortium de la planète, loin de là. D'autant plus qu'ils n'étaient pas aussi sauvage qu'on voulait bien le penser. Il y avait tout un aspect tribal sur cette Lune, pour autant, l'industrie, l'économie, la justice et même l'immobilier existait. Mais la vie rurale était autre que la vie urbaine, ce qui ne les empêchait pas d'accéder aux services de la ville pour autant.
Si on vous parle de cette industrie, c'est parce que Galdur eut tôt fait de remarqué la présence d'ouvriers de la compagnie des eaux dans le coin. Allons bon, assis à proximité de Raknar et de sa compagne, ces derniers semblaient un peu tracassés. Que pouvait t-il se passer encore ? L'allure particulièrement agacée du Patriarche ne le rassura guère.

Quelle genre de merde allait encore tomber ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Lun 15 Juil - 3:38

Moi quand on me laisse du temps, je l’utilise. Si les Raknar en avaient profité pour mobiliser leurs forces, j’en avais fait autant. Ils avaient commencés à arriver, mes mercenaires : le rôle des forces du CDZ, les forces officielles, serait de coordonner tout ce bordel. Je voulais des yeux et des oreilles un peu partout et ce n’est pas au cœur du combat que j’allais y parvenir. Qui plus était, avec les mandaloriens sur le terrain, hors de question de leur offrir mes gars sur un plateau d’argent. Le QG temporaire du CDZ avait été démonté et remonté à bord du « Merciless ». Techniquement, au sol, il n’y avait que moi. C’était plus que suffisant pour nous représenter. J’avais ordonné le déploiement massif de droides sondes et de drones pour avoir une vue d’ensemble plus adéquate et conserver un avantage.

Tout vaisseau qui passait à proximité de Dosha était noté par mes membres d’équipage et avec un mastodonte comme le mien dans le secteur, à moins de débarquer avec des vaisseaux lourds, je ne risquais pas de rencontrer grand résistance. On dit souvent que les gros canons ne représentent pas une garantie de victoire, c’est vrai… Sauf si on sait s’en servir! Croyez-moi que je savais m’en servir. S’il fallait faire un concours de qui a la plus grosse paire de couilles, ils se rendraient vite compte que le CDZ savait comment faire des bombardements orbitaux! Les Raknar n’aimeraient pas mais je préférais encore la menace des armes à des négociations creuses. Quand l’ennemi est un salopard, il ne faut pas avoir peur de retourner ses armes contre lui. Espérons juste ne pas avoir à se rendre dans ces extrêmes. Bon. C’était l’heure de retourner voir Galdur.

En retournant chez les Raknar, je remarquai la présence de nombreux guerriers. Efficaces sur le recrutement les ruraux, pour monter une milice ils étaient vachement doués… Me promenant parmi les rangs, je sentis de nombreux regards posés sur moi. Certains étaient curieux, d’autres méfiants et… Lubriques?! Attends voir toi, qui osait me reluquer que je lui refasse le portrait? Non mais, il ne fallait surtout pas se gêner! J’étais quoi moi, une pièce de viande? Il y en avait un qui se magasinait la raclée du siècle »! Scannant du regard la foule de mâles, je trouvai au moins un des coupables car le… Le… Le salopiaud me décocha un pseudo clin d’œil charmeur avant de me souffler un baiser. ORDURE! Fendant la foule de trandoshans, l’air plus meurtrier qu’un rancor affamé, je me dirigeai vers lui. Pas plus fou qu’un autre, il battit en retraite…

Mais pas assez vite. Je l’attrapai par la peau du coup et il eut beau lutter, je le trainai jusqu’à la grotte des Raknar. Personne n’osait intervenir et ma proie commença d’abord par essayer de me faire du charme avant de comprendre que je n’étais pas de très bonne humeur et de commencer à me supplier. Trop tard connard, tu vas me la payer celle-là, foi de Zann. Je débarquai devant Galdur et compagnie et apparemment ces deux-là se connaissaient car le lascar voulu le prendre à témoin. C’était l’été, et alors, c’était quoi cette connerie? Il fait chaud pour tout le monde. Qu’il passe un hiver sur Tatooine, il m’en reparlera tiens! On était en pleine crise planétaire et ce bouffon voulait se la jouer grand séducteur. Comme si on avait le temps pour ces enfantillages… En tout cas pas moi. Cette opération coûtait assez cher comme ça alors…


« Galdur, mes gars sont en palce, débarqués en urgence, je les paie temps double, plus l’équipe qui va monter notre centre de communication bidon pour attirer Mkoll… Et tes gars trouvent le tour de jouer à des jeux stupides ou à tenter de me séduire? Sais-tu combien cette campagne me coûte par heure Galdur? Je n’ai pas le temps pour les conneries, les idioties et les enfantillages du genre! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Jeu 25 Juil - 21:25

Le Trandoshan visiblement un peu trop échauffé tomba mollement au sol la face la première, ce qui attira les regards de nombre d'autres occupants de la pièce. Y compris Lasko qui regardait la scène d'un oeil amusé pendant que son sous-fifre soupira, visiblement errant dans les limbes de l'ennui. Rien d'étonnant, la scène avait de quoi distraire. Galdur se mit accroupit et inspecta le coupable en lui relevant la tête de sa main droite.
" Tiens tiens, Vango Jormungar. Tu es finalement sortis de la flotte en te rendant compte que tu ne parviendrais pas à conclure quoique ce soit avec ma sœur alors tu es venu te rabattre sur la première venue ?"
" Pas ma faute ! Tu sais très bien que le premier arrivé est le premier servi. Même toi tu dois reconnaître que tu y pense et que tu essaye aussi de préparer ton coup à l'avance. Je suis parfaitement dans mes droits ! "
Galdur tira son couteau de sa ceinture et l'approcha particulièrement près du pantalon de Jormungar qui déglutit.
" P'têtre mais t'as entendu la Dame ? Non c'est non. Alors que l'idée te passe avant que l'envie de te la trancher menue me vienne. Ah oui... Et t'approches pas de mes sœurs, compris ?"
" Ouais ouais... J'me casse, j'me casse." Glapit Jormungar avant de se relever et d'être chasser d'un coup de pied dans les fesses par Galdur. La scène amusa le public présent. Le Trandoshan pivota sur lui même et tomba nez à nez avec son frère rondouillard Sish.
" Eh, pourtant, il paraît que les femelles mammifères sont plus douces que les notres." jugea t-il bon d'ajouter.
" La ferme Sish, tu es gros." Balança sèchement Galdur.
C'était vrai que Sish était plus trapu et rondoudou que ses confrères mais il compensait cela par sa plus grande agilité, comme nous l'avons déjà expliqué auparavant. Cela dit, le Trandoshan trapu sembla outré.
" Silence, ver ! Je peux te mettre à terre et je n'hésiterais pas à te le montrer."
" A force de trop manger de tartes à la méduse, tu va finir par y ressembler."
" Pfff ! Lorsque je suis rentré sur Trandosha la première fois, je nageais dans mon pantalon et dans mes fringues. C'est juste qu'avec le rétablissement, j'ai juste pris un peu de poids. Dire qu'avant j'avais un ventre aussi plat qu'une planche à laver."
"En guise de ventre, ce n'est plus une planche à laver que tu as mais une blanchisserie, Sish."
" Eh !" Grogna le frangin rondouillard.
Les autres éclatèrent de rire et Sish alla gronder dans son coin en agitant fréquemment le poing en direction d'éventuels rieurs. Galdur se retourna vers Zann et la salua.
" Sans vouloir vous offenser, ne me demandez jamais d'être votre petit ami, j'aurais trop peur d'avoir mal aux os."
Raknar jugea bon d'apporter son grain de sel en croisant les bras.
"Inutile de faire un tabou. Nos femelles ne sont fécondes qu'en été, la saison d'accouplement. Pour cette raison, certains sont assez impatients. C'est un crime grave pour un Trandoshan de copuler en dehors de cette saison. Par ailleurs, les couples qui se forment ne durent que quelques jours ou heures. En effet, il est interdit d'avoir le même partenaire d'accouplement l'année suivante. Je sais que les humains et d'autres races s'encombrent avec, de ce que j'en ai vu, d'une sorte de romance étrange. Cela n'existe pas ici. La sexualité est intégrée à la société et est un outil, et non pas une marque de divertissement. C'est aussi mon rôle d'arranger et de donner mon accord pour donner une de mes filles ou fils l'espace de quelques temps. Et c'est un rapport maximum par an pour les mâles. Les patriarches seuls ont le droit de prendre une femme pour épouse." Lança t-il aussi sérieux que si il parlait d'économie.
Galdur regarda Jormungar sortir de la caverne en grommelant et ricana.
" Je ne sais pas comment tu parviens à le supporter." Gronda le patriarche.
" Jormungar et moi on est très ami, depuis qu'on est gosse. Sauf que lui est rester sur la planète alors que moi, je suis partis à la chasse. Et que je sache, Jormungar est le meilleur pilote même si il a plus d'accidents en respectant les limitations que l'inverse. Il faut lui accorder cela."
" Sans doute. Sish ! Reviens ici ! On va avoir besoin de toi."
Galdur cilla.
" Oui assez perdu de temps. Zann !" Appela t-il.

Le Trandoshan montra ensuite l'équipe des trois qui portaient des combinaisons de la compagnie des eaux de Dosha.
" J'ai un peu parler avec ces types. Apparemment, il y a un soucis au niveau de l'eau, en ville."
L'un des Trandoshan en tenue bleue marine se leva et inclina la tête, l'air inquiet.
" C'est exact. Depuis maintenant trois jours, et nous ignorons bien pourquoi cela arrive, les réserves d'eau de la ville ne reçoivent plus de ravitaillement en eau. Nous pensons qu'il y a un soucis vers la pompe. Malgré cela, nous n'avons reçu aucun ordre de dépannage. Alors nous avons pris l'initiative d'envoyer un agent pour aller vérifier cela. Sauf que voilà, il n'est pas revenu de sa vadrouille dans les égouts, près de la station de pompage. Nous ignorons pourquoi nous n'avons pas encore été déployés en urgence et ce qui est arrivé à cet agent. Toujours est-il que c'était l'un des meilleurs ouvriers... et aussi un ami." Expliqua t-il.
" Deux possibilités. Soit des bandits ont prit d'assaut la station de pompage, ce qui aurait dû entrainer la mobilisation de la milice pour les dégager, soit on à délibérément couper la station pour nous faire perdre encore plus de temps. Une ville sans eau est une ville morte, dans les steppes."
" Nous sommes venus ici car nous n'encourageons pas les méthodes de Mkoll. Et nous avons eu vent de l'agitation qui régnait par ici. Nous espérions que vous pouviez y faire quelque chose."
" Zann, l'équipe qui passe par les égouts devrait en profiter pour jeter un oeil même si l'ouverture de la porte est une priorité. Ce n'est que secondaire et nous pourrions tout aussi bien y aller après avoir prit la zone, mais rien n'empêche de profiter de l'escouade d'infiltration pour régler ce problème en plus d'ouvrir la porte."

Galdur inspecta les quelques troupes qui subsitait dans la caverne.
" Va falloir y aller, Zann. La tempête de poussière qui est censée camoufler l'approche de l'équipe est prévue dans une heure. Il faut que j'ordonne aux gars de se préparer. Avez vous encore des suggestions, des réclamations ou des questions ? Nous ne pouvons plus perdre de temps. L'équipe d'infiltration doit partir dans une heure, puis nous enverrons détachement par détachement nos troupes d'attaque rapide se cacher à proximité de la ville en attendant l'ouverture des portes. En parallèle à cela, j'enverrais les Mandaloriens se charger des défenses du relais. Cela vous conviens t-il ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Dim 28 Juil - 4:31

« Parce qu’on a vraiment d’autres options? Moi je vais envoyer mes gars commencer les tâches que j’ai pour eux. J’attends aussi pas mal de rapports de drones divers donc… Autant se mettre au travail pas vrai? Ah oui, fais bien le message à tes copains mandaloriens : s’ils me font chier, ils vont se rendre compte que je sais très bien me servir de mon arsenal. Je ne les veux pas dans mes pattes. Compris? »

Sèche, moi? Oui. Avais-je des raisons de m’en vouloir? Non. Nous allions nous lancer dans une opération presque à l’aveuglette, avec des tas de facteurs inconnus et un ennemi au demeurant aussi instable que mystérieux. N’importe quel stratège avec plus que deux de QI vous déconseillerait de tenter votre chance. Mais bon. Les Trandoshans étaient mes alliés et j’avais des obligations. Il ne serait pas dit que les Zann ne savaient pas honorer leurs accords et encore moins que nous nous cachions face au danger. J’allais pulvériser le record du plus grand bottage de cul de ce côté-ci de la galaxie. Il faut bien s’amuser un peu merde! J’espérais simplement que pour une fois, il ne faudrait pas nécessairement user de la grosse artillerie. La diplomatie fonctionnait rarement avec les pourris et les corrompus, ce n’est rien de le dire.

Qui pouvait bien aider ce salopard de Trandoshan avec ses magouilles? La liste était longue et le Directoire figurait dans mes principaux suspects. Qu’est-ce que les Impériaux en auraient à faire, de toute façon? Ce n’étaient pas les Siths, ce n’étaient pas les Jedis… Encore moins ces coincés de mandaloriens et ce n’était pas un rival criminel. Il fallait bien l’admettre : je savais pacifier mon monde. Monde dans le sens de petit univers, celui du crime. À moins de tous s’unir contre moi, je ne craignais pas grand-chose ou grand monde, c’est vous dire. Si c’était le Directoire, je savais sur qui parier. Les Wookies. Quitte à s’allier avec leurs ennemis, ils avaient tout intérêt à garder la planète dans son état actuel. Qui par contre chez les Wookies aurait les couilles pour un coup aussi risqué, une alliance qui serait considérée comme vile?

Le temps des réponses viendrait. Tôt ou tard, l’ennemi serait forcé de se révéler à moi. Je le découvrirais, je le traquerais et j’en disposerais. De quelle façon… Difficile à dire mais j’avais ma petite idée. Ce serait sans doute long et souffrant. Juste en pensant aux chiffres comptables, je savais que ce merdier prendrait du temps à devenir un investissement. Quiconque se trouvait responsable d’une baisse dans mes finances méritait de s’en prendre plein la gueule. Je détestais qu’on me prenne pour une conne et je détestais encore plus que l’on rende mon comptable grognon. Question de principes. Il fallait aussi penser au bonus de fin d’année de mes gars : comment pourraient-ils célébrer en grand sans leur bonus, ces pauvres? Ne serait-ce que pour mes gars (et mon comptable), je me devais de corriger cette situation et vite. TRÈS vite.


« Si on choppe ce salopard, il est à moi. Je vais lui faire regretter le jour où il a pensé qu’on pouvait me faire chier sans en payer le prix. On dit que les Trandoshans peuvent régénérer les morceaux perdus? Il va regretter d’avoir cette particularité quand j’aurai commencé à m’amuser avec lui. La vengeance est un plat qui se mange froid : je le mangerai aussi glacial que Hoth… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    Mer 31 Juil - 19:20

" Un civil qui intervient la nuit afin d'espionner nos ennemis ? Mais bordel ! Qu'est ce que vous avez dans la tête ?!" S'égosilla Mkoll en frappant du poing sur la table.
La pièce était agréablement bien climatisé et les lumières accrochées au plafond renvoyait un bon éclairage au niveau de la table métallique rectangulaire. Sur le mur était affiché un magnifique panneau décoratif indiquant dans un texte dorée "Brotherhood company". Il y avait six personnes équitablement répartit autour de cette table. Trois trandoshans, deux humains et un rodien. Le premier des doshans était le désormais connut Griz Mkoll, dans son trench-coat noir aux reliures dorées,le logo de la Brotherhood, un cercle argenté entouré d'une flèche d'or était cousu au niveau de son épaule. Il fulminait et semblait en colère. A coté de lui se trouvait un autre doshan, peau verte, la tête un peu plus baissée mais par opposition bien plus militairement habillé. Son casque à pointes était posé sur la table et il portait une tenue spatiale jaune et brune avec par dessus une demi-armure sur le torse et deux épaulières typique des forces militaires de Trandosha. Il semblait ennuyé. Le dernier des Doshans, brun-gris était plus petit mais parallèlement bien plus gras. Ses doigts étaient munis de multiples bagues de couleurs diverses et il se pavanait dans une sorte de gabardine noire aux bordures mauve d'un kitch absolu. De tous, c'était le plus grotesque.
En face d'eux se trouvait les deux humains. Le premier, crâne rasé et visage taillé à la serpe portait une tenue impeccable dont le petit logo jaune argenté était aussi cousu, le second aux cheveux noirs en bataille, presque craintif mais pourtant en armure de combat semblait se cacher sous la table. Il était bien jeune. Le rodien était quand à lui en tenue classique de citoyen même si on pouvait observer un badge de la "Arakyd Industries" sur son veston.
" Vous vous inquiétez pour rien, Griz." Toisa l'humain en superbe tenue. Mkoll lui renvoya un regard furieux. " Notre accord est tout a fait légal aux yeux de la galaxie. Attendez que la commission ait finit de l'étudier et nous pourrons dormir tranquille. La CSL n'est plus sur Dosha pour empêcher ce genre de commerce de s'effectuer, n'est-ce pas ?"
" Légal aux yeux de la Galaxie, De Valtos ! Pas légal aux yeux de Dosha ! Pendant que vous vous tournez les pouces, c'est moi qui détourne, et ce depuis un moment, bien avant que la CSL ne parte, les fonds de ma ville afin de lancer notre petit commerce. Personne ne doit savoir où part l'argent avant que nous ne soyons lancés."
" Je ne vois pas pourquoi vous êtes aussi inquiets. Ce sont ces rebelles qui grognent qui vous font peur ? Ils sont impuissants car ils n'ont pas de preuve de votre détournement et de notre petite entente. Ils ne peuvent pas s'en prendre à vous sans être déclaré criminels. C'est bien pour cela que je dit que le gouvernement de Dosha est muselé. Notre plan est parfait. Ce n'est qu'une question de temps." renvoya De Valtos serein.
" Il y a le CDZ avec eux, bourge d'idiot !"
" Le CDZ, quand nous aurons commencé notre petite affaire, ne prendra pas le risque de s'en prendre à nous car nous sommes légalement protégés par les lois galactiques. Autrement dit, ce serait tout leurs petits camarades Trandoshans qui seraient embarqués par les forces de police de la Galaxie. Ce serait se tirer une balle dans le pied. Le CDZ aurait investit son argent pour rien."

Le second humain, le petite en armure, s'agita et éternua.
" Un problème, Frank ?" Questionna Mkoll en le foudroyant du regard. L'humain sursauta.
" Eh bien euh... héhé... Tu vois, Griz... Je sais que mon gang est censé aider dans les manœuvres, mais voyez vous, je crois que..."
" Frank. Viens par là."
Mkoll se leva et l'humain crut qu'on allait le frapper. Il approcha timidement du Trandoshan bien plus grand que lui. Ce dernier lui mit une main sur l'épaule et l'entraina vers la baie vitrée qui était placée au fond de la pièce.
" Tu vois Frank, c'est une affaire de confiance. Comme une horloge, il faut que tout les mécanisme marchent ensemble pour que le cadran tourne. Le cadran, c'est nous tous, et toi, tu es une partie du mécanisme. Tu comprends ?"
" Oui mais...Griz..."
" Trandosha se plaint de ne pas pouvoir relancer son économie ? Le plan est simple... Je détourne un peu d'argent grâce à mon statut afin de financer les actions de ces gentlemans que tu vois derrière moi, et je leur offre les mines de Chalon de ma région. Oh, bien sûr, j'aurais été pendu pour cela. Le Chalon est un minerai unique à Dosha que seuls les plus vaillantes armes bla bla bla... Ce métal est très prisé par les manufactures car il permet de faire des blindages de qualité supérieure. Tu me suis ?"
" Oui, et je ne vais pas te contrarier mais... Ouch !"
Mkoll venait de mettre la tête de l'humain sous son aisselle gauche, son bras passé autour de sa tête comme si il allait lui rompre la nuque.
" Comme j'aurais légalement cédé ces mines à notre cette petite entreprise que nous construisons tous, les Trandoshans, même si ils s'y opposent, ne pourrons pas annuler le contrat ou devrons payer un fort prix, trop fort pour qu'ils puissent se le permettre. Ainsi, nous sommes protégés par les lois Galactiques. J'ai parfaitement le droit de vendre ce qui m'appartient, comprends-tu ? Dés lors, ce brave homme qu'est De Valtos, un ancien de la société minière de Kashyyyk qui à été viré lors de la fin de la CSL, ramène le matériel qu'il a put s'offrir grâce à mon financement. La source de ce financement n'est pas légale, c'est là le point faible du plan, mais personne n'est obligé de le savoir, c'est pour cela que cela doit rester un secret entre TOUS." continua Mkoll en serrant la gorge du jeune humain.
" Oui ! Oui !"
" Ensuite De Valtos rapatrie le Chalon extrait chez Borok, le Trandoshan un peu enrobé là bas, qui gère une industrie de pièces détachées. Les pièces de qualité supérieure en Chalon sortent de chez lui, et pour finir, nous vendons ces pièces à Arakyd Industries. Et hop, chacun tous sa part sur les revenus. Et le Chalon qui reste part chez d'autres transformateurs, histoire de payer les gens de ton gang, par exemple. Je te rappelle que tu nous as aidés lorsqu'il a fallut arracher le relais de Trandosha aux mains des miliciens un peu récalcitrants. Une chance que j'ai "convaincu" Haskeer, le militaire assis à la table, là, le chef des miliciens de Saruuk, de persuader ses hommes de ne pas poser de question et de tirer à vue sur les "terroristes"."
" Oui...Grizie... Je comprends... Je comprends... Mais... J'ai un peu peur de mourir... Imagine si ces rebelles sont plus rapides que nous ?"
" Tu as peur de mourir ? C'est regrettable car vois tu, tu dois rester...Comprends tu ?"
L'humain déglutit.
" Oui. Parce que sinon, je crains que vous deviez me tuer."
Mkoll sourit.
" Parfaitement."






[ Bon voilà, c'était pour le petit truc que j'essaye de mettre en place et par la même occasion, la fin du topic. On va faire les objectifs multiples à présent.

Donc voilà, je voulais savoir si mon truc tenait debout ou si je devais modifier pour faire quelque chose de plus réglo. ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Trandosha] Plans de bataille.    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Trandosha] Plans de bataille.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 2 :: Autres Planètes-
Sauter vers: