Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]   Mar 2 Juil - 14:00

Il y avait des endroits dans la galaxie qui ne changeait jamais quoi qu'il se passe. N'importe quel régime pouvait être en place, l'on pouvait même voir pointer une menace galactique de grande ampleur, rien a faire, le temps semblait s'obstiner a vouloir rester figer et conserver ses paramètres d'origine et Nar Shaddaa faisait parti de ses endroits. La Confédération des Systèmes Libres avait beau avoir céder sa place au Protectorats des Systèmes Unis, l'Alliance dissoute aussitôt remplacer par les Vestiges de l'Empire et la troisième guerre civile galactique commencé, rien ne changeait dans les systèmes Hutts, tout étant toujours tourné vers la corruption, le chantage et le meurtre de masse. C'était le paradis des affaires et le cauchemar de sa population, le cloaque le plus dur de la galaxie, pourtant, de nombreuses âmes continuaient a tomber dans le piège, de croire a l'argent facile que pouvait procurer cet eldorado tant vanté. Anya s'en méfiait comme de la peste, pourtant, elle s'y rendait souvent pour une raison simple : l'on y trouvait facilement de quoi travailler a des très bon prix. De plus, elle était rarement ennuyée par les « autorités », sur Nar Shaddaa, la loi du plus fort était toujours la meilleure et l’entraînement Mandalorien restait ce qu'il y avait de meilleur pour rester au sommet de la chaîne alimentaire.

La jeune femme avançait d'un pas décidée dans les rues et beaucoup s'écartait de manière significative sur son passage. L'on avait jamais réellement envie de fréquenter une Mandalorienne, encore moi lorsque celle-ci était plus ou moins en chasse : en effet, l'arme Verpine était prête a l'emploi dans les mains de la guerrière, un fusil de sniper a en juger par la lunette de visée. Quelques gros dur ne s'écartaient pas directement, mais elle se contentait de les renverser sur son passage d'un violent coup de crosse, laissant comprendre qu'il ne fallait pas s'interposer entre elle et sa proie. Devant la silhouette en Beskar'gam se dessinait un homme en pleine course, se retournant sans cesse. Il s'agissait d'un riche courtier venant de Coruscant qui s'était lancé dans une opération de vaste arnaque sur les plus grosses fortunes galactique. Si la blonde le poursuivait, c'est parce que son amateurisme avait risqué de révéler une méthode de détournement de fond très prisé des Skirata, mais aussi parce que les familles spoliés étaient prête a offrir une grosse récompense pour sa mort, encore plus si les données de ses comptes en banques étaient rapporté afin qu'elles puissent rentrer dans leurs frais. Mandalore avait plus que jamais besoin d'argent pour poursuivre sa reconstruction et le clan Skirata donnait beaucoup pour atteindre cet objectif.

Le Heaume de la Beskar'gam offrait tout les renseignements nécessaire : plan de la ville, cible marquée en rouge de tel sorte a ce qu'il soit impossible de la perdre dans la foule, menace potentielle ainsi que radar, rien n'échappait au regard de la jolie blonde. Cette dernière se dirigea vers sa cible sans hésiter, celle-ci venait de tourner a gauche. Il avait raison d'avoir peur : il avait engagé une armée privée pour pouvoir assurer sa sécurité, mais celle-ci n'était désormais rien d'autre qu'un vulgaire tas de cadavre fumant, tous éliminé par la Mandalorienne grâce a des ruses de sioux autant que par la force brute. Désormais, il n'y avait plus que lui et il essayait d'échapper désespérément au sort que la belle blonde lui réservait et qui serait impitoyable. Cette dernière tourna a gauche peu après sa cible et désengagea son cran de sûreté : il avait tourné dans un cul de sac et le réalisa bien trop tard. Bien qu'il ne le vit pas, car il était dissimulé par le heaume a visière en T de la guerrière, un sourire s'était dessinée sur les lèvres de la blonde : ce jeu de chat et de souris avait duré depuis trop longtemps et ce grossier personnage avait mis en péril la sécurité de Mandalore.


« Game over ! »

Épaulant son arme, la jeune femme appuya sur la détente en visant le cœur. Même si elle provoquait ainsi un important saignement, sa cible n'était pas défigurée. C'était très important, car de cette façon, elle pouvait prendre une photo pour l'identification afin de pouvoir réclamer sa prime en toute tranquillité. Elle s'empressa le faire, puis s'agenouilla afin de fouiller le corps et récupérer les données. Elle ne manqua guère de les retrouver et ajouta ses dernières a ses munitions, pour la bonne, simple et unique raison qu'elle ne laissait personne y touchait et donc qu'elle ne risquait pas de se les faire piquer ainsi, c'était une source de revenu supplémentaire dont elle avait besoin, dont Mandalore et Keldabe avait besoin pour retrouver un vrai visage et définitivement effacer les traces du conflit contre les Vongeses. Une fois terminé, elle abandonna le cadavre, se moquant pas mal de ce que les locaux en ferait, qu'un cannibale le dévore ou qu'ils sont lynché par des petites frappes n'avait aucune importance a ses yeux, du moment que son travail était effectué, plus rien d'autre ne comptait. Elle tourna donc les talons et retourna dans l'artère principale, elle songeait en cet instant a retourner a son vaisseau et repartir immédiatement vers le noyau pour réclamer sa prime.

Toutefois, quelque chose la retint : elle remarqua qu'elle était dans une rue ou elle avait ses habitudes et juste a côté d'une cantina servant un cocktail fort corsée dont elle était absolument friande. Elle n'y avait pas fait attention a cause de l'adrénaline de la traque, mais désormais, elle pouvait s'y rendre en toute tranquillité. Marchant d'un pas décidé vers l'entrée, elle se fit reconnaître rapidement en retirant le heaume de son casque, ce que les autres Mandaloriens faisaient rarement. Le patron eu une exclamation de joie en la voyait et se déplaça afin de lui faire une accolade que la guerrière lui rendit de bon cœur. Les autres clients eurent l'air particulièrement surpris en les voyant ainsi, mais Anya aimait surprendre, elle voulait goûter a tous les fruits de la vie, comme le prouvait le liseré orange sur son armure. Une fois installé au bar, la guerrière croisa les bras et observa la population tout en posant son casque a côté d'elle, puis prit de nouveau la parole


« Allez patron, la même que d'habitude, je suis certaine que tu n'a pas oublié ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]   Mar 2 Juil - 17:24

Nar Shaddaa... Si le crime, la corruption et tous ce qui y étaient associés était un gouvernement, cette lune en serait la capitale incontestée. D'ailleurs, c'est presque le cas vue qu'elle est la capitale économique de l'Espace Hutt. Bien que salement amochée par l'Invasion Vong, la Lune des Contrebandiers s'était relevée bien plus vite que la majorité des autres mondes, les différents criminels avaient dépensés des fortunes pour rebâtir rapidement leur paradis pour revenir le plus vite possible dans les affaires. Cela provoqua un arrivée massif de personnes à la recherche d'un emploi et d'une nouvelle vie après la guerre... Et le piège se referma sur eux, comme sur tous ceux qui arrivent sur la lune depuis des millénaires, avec des rêves dans la tête jusqu'à ce que la réalité ne les rattrapent et quand ça arrive, il est déjà trop tard pour fuir.

Nar Shaddaa vivait pour et part le crime, mais elle pouvait offrir aux plus fortunés tout ce que l'argent pouvait acheter... c'est à dire presque tout dans ce coin de la galaxie. Le Destiny Ascension s'était posé dans un des spatioports richement décorés, réservés aux élites. Aynira pouvait se le permettre, héritière involontaire d'une noble hapienne. Ici, le vaisseau était en sécurité. Le Cartel des Hutts y veillait personnellement. Ceux qui pouvaient se permettre de payer l'emplacement dans ce genre de spatioport pouvaient être des clients potentiels, riche, puissant et influent... Il fallait donc les choyer.

Pourquoi la Mirialan était venue sur la lune ? Profiter de ses boutiques où ont pouvait trouver de tous, de l'équipement illégal aux esclaves en passant par tout le reste ? Non ! Profiter des cantinas qui offraient en bonus une nuit de folie avec des esclaves de toutes races et de tous âges ? Non ! Pourtant, c'était bien pour une esclave qu'elle était là. Depuis deux jours, Aynira recevait des sortes de flash emprunt de douleur, de peine et de tristesse. Il y avait certaines personnes qui, malgré qu'elles n'aient pas une sensibilité particulière à la Force, y étaient très présentes à travers celle-ci, comme un phare brillant en pleine nuit. En se concentrant sur ces flash, la Mirialan put découvrir quelques indications sur l'emplacement approximatif de cette personne.  Des images de bâtiments surchargés de néons publicitaires écrit en Huttese vues à travers une fenêtre, le ciel grouillant de véhicules volant en longue bandes au milieu de gratte-ciels colossaux et de bâtiments flottant dans les airs... Cette esclave était sur Nar Shaddaa.

Ce n'était pas la seule esclave de la galaxie et sans doute pas la seule avec une présence dans la Force aussi remarquable. Alors pourquoi Aynira voulait-elle l'aider ? Elle avait beau le vouloir, elle ne pourrait jamais libérer tous les esclaves qu'elle voyait. Et bien, ce fut le dernier flash qui la poussa à aider celle-ci en particulier :

Citation :
Il faisait sombre... Il fait toujours sombre ici, le ciel orangée, les lumières des bâtiments, des vaisseaux et les néons omniprésent étaient à peu près les seuls sources de lumières. La pauvre âme souffrait le martyr, son cou lui brûlait sous ce collier électrique mainte fois utiliser. La douleur du choc s'était rajouter à des nombreux coups laissant des ecchymoses et des entailles. La voix d'un Hutt répétant sans cesse « Tu ne sert à rien. Te tuer me reviendrait moins chère. Tu es la plus pitoyable esclave que j'ai jamais acheté. » La voix continua son flot d'insultes tout en délivrant des décharges électriques alors qu'une autre esclave se chargeait de la frapper. Elle ne pouvait rien faire pour désobéir ou protester, sinon elle aurait subie la même chose... La correction fut enfin fini. Tout ça parce qu'elle ne dansait pas suffisamment bien et qu'elle ne voulait pas enlever sa tenue pour « rattraper sa performance». Elle fut jetée dans une des pièces où les esclaves dormaient. Elle se regarda dans un miroir à moitié cassé par une ancienne esclave qui récupéra le morceau pour se trancher la gorge il y a longtemps... Borchkar le Hutt était réputé impitoyable avec ses esclaves. Des simples objets pour lui aussi simple à acheter que remplacer.

Elle continua à se regarder dans le miroir de ses yeux vert émeraude. C'était une Twi'lek à la peau rouge. Elle était belle. Jeune aussi. Pas plus de 20 ans. Elle éclata en sanglots, maudissant sa vie, désirant que la Mort vienne la prendre sur le champ. Puis soudain, elle s'arrêta et fixa longuement le miroir, somme si elle sentait une présence qui voyait par ses yeux. Les yeux en pleurs, les larmes se mélangeant avec le sang coulant des plaies sur son visage, elle marmonna une dernière phrase d'une voix suppliante « Aide moi ».

Elle avait vue la Mirialan. Ou du moins elle avait sentie sa présence. Un tel lien de Force entre deux parfaites inconnues... Aynira l'avait déjà sentie plusieurs fois... et toutes celles avec qui elle avait eut cette expérience était désormais dans son vaisseau. Elle devait l'aider.

La Jedi Grise foula le sol de la lune. Elle était seule. Elle ne voulait pas risquer la vie de ses compagnes. Elle refusa même l'aide de l'IA pour la recherche d'information. Elle allait sans doute devoir faire parler sa lame pour sauver la Twi'lek. Hors toucher à un Hutt et tout le Cartel vous touchera. Elle devait être un fantôme, invisible et anonyme. Le Spectre de la libération et de la vengeance. Le flash lui avait donner un nom : Borchkar le Hutt. Mais elle ne savait rien d'autre sur lui. Cela pouvait être un Hutt sans importance comme le chef d'un puissant réseau criminel avec toute la sécurité qui va avec.

Quand on voulait être invisible et ne pas utiliser les services de renseignements informatiques, il n'y avait qu'un seule endroits où ont pouvait avoir toutes les informations que l'on souhaite. Gratuitement ou presque, en échange de quelques verres... les cantinas. Ce n'était pas les cantinas qui manquaient sur Nar Shaddaa. Elle laissa la Force choisir pour elle et entra dans l'un de ces établissements. Elle était dans un quartier huppé, la cantina était à l'image de son emplacement. Une déco plutôt tape à l’œil, l'endroit était visiblement très respectable. Malheureusement, ce n'était sans doute qu'une apparence. Sur Nar Shaddaa rien n'est respectable à part la loi disant que « celui qui à un plus gros flingue que vous a toujours raison. »

Elle s'installa au comptoir, non sans attirer quelques regards attirer par la nouvelle venue. Des vieux habitués qui découvrent une nouvelle tête à ceux qui veulent se rincer l’œil sur les courbes de la Mirialan. Il n'y avait pas de groupes de musique, mais la bande sonore était plutôt sympathique. L'ambiance aussi. Des gens juste là pour boire un verre, des parieurs regardant des holos diffusant différents sport dans un coin de la pièce. L'odeur de l'alcool dans les verres, de la fumée expirée par les consommateurs de tabac ou autre équivalent. Il y avait une femme en armure déjà assise au comptoir. Facile à reconnaître, son armure était plus fine, suivant ses courbes résolument féminines.  L'armure elle même était aussi reconnaissable à coup sûr. Elle était mandalorienne. Aynira avait bien sûre entendue parlait d'eux. Elle était même allait sur Mandalore dans sa jeunesse, mais elle n'avait jamais fait personnellement connaissance avec l'un ou l'une d'entre eux. Il faut dire que ce n'est pas vraiment un exemple de gens ouverts aux autres. Elle avait du respect pour ce peuple guerrier, mais ses connaissances sur le sujet était très limité. « Pour avoir une chance de connaître la culture mandalorienne, il faut devenir soit même un Mandalorien » lui avait expliquée sa mentor.

Elle savait que les Mandaloriens et les utilisateurs de la Force n'étaient pas vraiment en bon termes. Mais il n'y avait pas non plus écrit « Jedi » sur son front. D'ailleurs elle ne l'était même pas. Elle n'avait donc pas vraiment de raison de s'installer à l'autre bout du comptoir comme le reste des gens présents et s'installa donc à côté de la femme en armure et aux cheveux blonds à seulement un tabouret d'écart, inclinant respectueusement la tête dans sa direction pour la saluer avant que le barman, un Besalisk n'arrive :


« Bien le bonjour ma ptite dame. J'vous sert quelque chose ?
-Whisky Corellien s'il vous plaît... Forcez un peu sur la dose
-A vot' service »


L'individu à quatre bras s'éloigna de quelques pas pour saisir la bouteille et remplir le verre tout en s'occupant d'un autre client en même temps qui venait régler l'addition avant de se rediriger vers la Mirialan après avoir rajouter quelques gouttes d'un autre alcool dans le verre :

« Et voilà ! Whisky Corellien façon Nar Shaddaa. Double usage, ça tue le foie et ça décape les moteurs ! »

Dit en riant avant de donner le verre que la Mirialan goûta, appréciant le mélange qui était plutôt fort :

« C'est pas mauvais pour du décapant !
-J'vois que vous êtes une connaisseuse ! Vous êtes nouvelle dans le coin non ?
-Oui je suis ici... pour affaire
-On viens tous sur Nar Shaddaa pour affaire.
-C'est pas faux... Brochkar le Hutt, ça vous dit quelque chose ?... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]   Mer 3 Juil - 0:47

Il était vrai qu'il était rare qu'Anya trouve quelqu'un ayant le cran de s'asseoir a côté d'elle, même, ou peut-être surtout, lorsqu'elle connaissait le patron de l'établissement. La jolie blonde s'était donc installée au comptoir pour pouvoir profiter de son alcool favoris lorsqu'une autre femme fit son apparition et attira les regards des curieux, elle ne devait pas être une habituée. Anya tourna son regard un instant vers elle et compris aussitôt pourquoi la jeune femme avait attirée les regards sur elle : ses formes avaient de quoi faire envie a pas mal de monde. Anya était plutôt bien fichue, mais elle était Mandalorienne, ce qui expliquait pourquoi personne ne l'abordait, les visières en forme de T avait réellement quelque chose de décourageant, cette Mirialan n'aurait probablement pas cette chance, elle devrait prouver qu'elle était bien en haut de la chaîne alimentaire pour avoir la paix et éviter qu'un pervers mégalomane ne décide d'en faire une esclave. Cette dernière ne manquait en tout cas pas de cran, puisqu'elle vint s'asseoir a un siège seulement de la Skirata et salua d'un signe de tête que l'Ori Ramikad partagea rapidement. Anya n'était pas mal polie et contrairement a d'autres membres de sa famille, elle aimait le contact avec les Aruetises, comme le voulait un dicton, cela pouvait toujours être un « Mando'ad potentiel ».

La jeune femme prouva qu'elle avait du cran en commandant un alcool Corellien particulièrement fort qui était plutôt du genre tord boyaux et l'apprécia a sa juste valeur malgré sa haute teneur d'alcool. La blonde repris quelques gorgées de son verre et écouta la discussion entre la nouvelle et le taulier, qui se montrait assez curieux... Elle lui avait pourtant déjà dit qu'il devrait essayer de se montrer plus discret pour ne pas avoir de soucis, mais c'était plus fort que lui. Elle soupçonnait ce brave homme de faire ce qu'il pouvait dans sa petite cantina pour améliorer, même de manière infime, le sort des gens de ce cloaque. Quoi qu'il en soit, la jeune femme en vint a expliquer qu'elle venait pour affaire, une affaire qui concernait Brochkar le Hutt... Un type connu, bien entendu. Certes, il ne régnait pas sur les quartiers les plus huppés, mais cela en faisait quelqu'un de plus dangereux, car bien moins civilisé. Anya n'appréciait pas les limaces et alors que son regard se voilait, elle descendit son verre d'une traite, preuve de l'affection qu'elle portait pour cette immonde créature. Le taulier le remarqua et la connaissait assez pour savoir que cela voulait dire que quelque chose l'avait contrariée et il prit la parole d'un air presque désolé


« Anya, tu ne devrais pas boire aussi vite, un jour, tu va t'étrangler, quel mort stupide pour l'une des personnes les plus craintes de la galaxie ! »
« Je sais... Mais ce type me sort par les yeux, c'est plus fort que moi. Soit chou et ressert moi un verre tu veux ? »


L'homme s'exécuta tout en bougonnant un peu pendant qu'Anya se tourna vers la jeune femme. Cette dernière devait maintenant l'observer, puisqu'elle avait mentionnée qu'elle connaissait le Hutt sur lequel elle recherchait des informations. La Mandalorienne soupira un instant, non pas que cela la dérangeait d'en parler a l'étrangère, mais qu'elle ne savait pas vraiment par quel bout le prendre. La culture Mandalorienne était quelque chose de relativement simple, mais bien plus tolérant que bon nombre d'espèce galactique ne pouvait le croire : elle ne poussait pas exemple a la haine ou la xénophobie, tout le monde, homme, femme, xenos pouvait devenir Mandalorien a partir du moment ou il atteignait les standards d’entraînement et accepter de respecter le Resolnare. Même la Force n'était pas un frein en soit a un recrutement. L'espace d'un instant, la jeune femme eue un regard rêveur, son esprit s'était portée sur Jusik, qu'elle avait connue durant son enfance et son adolescence, mais elle se repris vite et fronça les sourcils avant de se tourner vers la nouvelle venue afin d'expliquer a qui elle avait affaire, ce qui faisait tout de même office d'avertissement, car elle trouvait cette jeune femme sympathique.

« Brochkar le Hutt fait partie du genre d'ordure que la galaxie aurait du jeter dans ses compacteurs géants : énorme, bouffi d'arrogance autant que de stupidité, il dirige l'un des quartiers inférieur, mais pas par manque de moyen, juste parce qu'il refuse d'afficher le visage pseudo-respectable des gens d'ici. Tu voit, chez lui, c'est rixe, viol, trafique de drogue, d'organe, esclavage permanent, ce genre de truc. Il c'est payé une petite armée de dur pour protéger ses miches, a qui il refile des filles et les arrosent d'argent pour s'assurer qu'ils se battrons pour lui. Il a quelques Rancors aussi, mais cela, c'est la routine avec les Hutts. »

Son verre était prêt, elle le porta de nouveau a ses lèvres, mais cette fois, elle prit tout de même le temps de le déguster quelque peu. Elle réfléchissait a ce qu'elle pourrait dire de plus sur lui. Bon, elle avait parlé peut-être un peu vite, aussi joli soit le minois de cette fille, elle était peut-être du genre machiavélique et psychopathe qui voulait absolument travailler avec lui. Mais elle avait quand même des doutes, sur Nar Shaddaa, lorsque l'on parlait affaire avec des Hutts, il arrivait souvent que cela signifie affaire musclée et a moins qu'elle ne dissimule des talents de combattante au delà de l'exceptionnel, cette femme plairait davantage au Hutt en tant que danseuse plutôt qu'en tant que femme de main. Skirata décida pour une fois de faire preuve de curiosité, elle voulait en savoir plus sur cette femme qui venait de nulle part en demandant des informations sur un seigneur de guerre local.

« Bon, je crois que je n'ai plus besoin de me présenter. A qui-ai-je l'honneur ? »

Elle avait oubliée de lui dire que le directoire des systèmes unis avait, comme de nombreux autres seigneurs Hutts, mis sa tête a prix... Cela viendrait après... Peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]   Jeu 4 Juil - 15:04

La Mandalorienne se crispa d'un coup quand la Mirialan prononça le nom de Brochkar le Hutt. Elle avala son verre d'une traite, ce qui provoqua une réflexion de la part du barman. Le courant passait bien entre les deux, sans doute des amis de longues dates. L'Humaine répondit en demandant un autre verre. Disant qu'elle n'aimait pas du tout ce Hutt.

Cette réflexion poussa Ayni à observer plus en détail la Mandalorienne. Bien bâtie, un visage plutôt charmeur malgré le fait qu'elle ne serait jamais retenue dans un concours de beauté. Mais dans un même temps, ces concours ne montraient que des femmes refaite de A à Z. La Mirialan préférait le naturel au niveau de l'apparence. Elle ne comprenait pas le fait de vouloir « modifier » certaines parties de son corps à grand coup de chirurgie, d'implant ou d'injection hormis dans un but médicale. Faire ça pour ressembler aux filles des holos était pour elle quelques choses d'inutile.

Bref, la Mandalorienne sembla pendant quelques secondes, un peu égarée dans ses pensées, la Mirialan pouvait sentir qu'elle était plongée dans un agréable souvenir, mais elle se reprit rapidement et fit une description plutôt sinistre sur le Hutt.

Selon elle, Brochkar tenait plus du monstre que de l'individu. Allant jusqu'à refuser de diriger un quartier huppé pour montrer le fait qu'il assume et se délecte de sa cruauté. Ses activités étaient sordides. En même temps il était question d'un Hutt de Nar Shaddaa quand même. Son « empire » criminel était bâti sur les rixes, le viol, les trafics de drogue, d'organes ou d'esclaves et autre sympathie du genre. La femme aux cheveux blonds ajouta qu'il s'était entouré d'une petite armée qu'il payait grassement et parfois en nature en leurs laissant quelques esclaves pour « jouer ». Elle fit également une mention a des Rancors, ajoutant que c'était normal pour un Hutt.

Le visage d'Aynira s’assombrit. Elle s'attendait à ce que ce Hutt soit dangereux et ses pires craintes se réalisèrent. Un monstre de cruauté planqué dans sa forteresse extrêmement bien gardée. Comment faire pour entrer ? Pire encore : Comment faire pour sortir ? Elle pouvait « convaincre » les gardes de la laisser entrer, mais les Hutt étaient insensible à ce genre de passe-passe. Ressortir seraient infiniment plus compliqués. Elle serait accompagnée, par celle qu'elle était venue chercher, mais aussi par les autres esclaves qui profiteraient sans doute de la situation pour tenter leur chance.

Cette mission seule s'apparentait à du suicide. Elle avait beau être une utilisatrice de la Force et même particulièrement douée sans se vanter, mais elle ne pouvait pas attaquer une forteresse hutt à elle-seule. Bien sûre, elle avait pensée de demander de l'aide à la Mandalorienne, après tout les Mandaloriens étaient les meilleurs soldats de la galaxie. Capables de rivaliser avec un Jedi ou un Sith et le battre malgré le sabre laser et la Force. Mais les Mandaloriens et les utilisateurs de la Force étaient tous sauf des alliés chaleureux. Toutefois, elle semblait particulièrement détester ce Hutt. Trouvant ses méthodes abjectes ou à cause d'un contrat qui s'est mal passé ou les deux. Aynira le saura sans doute jamais.

Le barman revint avec le verre de l'Humaine qu'elle prit le temps de déguster. La Mandalorienne posa une question à la Mirialan, demandant à qui elle avait l'honneur. Aynira prit un petit temps, vidant son verre et demandant au barman la même boisson que la guerrière avant de répondre :


« Je ne suis qu'une simple âme qui essaie de faire son chemin dans l'Univers et essayant de le rendre meilleur là où elle passe... Ce Hutt détient une personne qui m'es chère. Une esclave. J'ai l'intention de la libérer... et donner à notre ami la correction qu'il mérite. Le problème... C'est que je crois que le faire seule serait du suicide. Un peu d'aide ne serait pas de refus. Un sacré défi que de prendre d'assaut la forteresse extrêmement bien défendue de ce détestable seigneur de guerre pour lui dire coucou et repartir. Seuls les meilleurs ou les plus fous accepteraient... »

C'était un peu manipulateur de la part de la Mirialan que de tenter d'attiser la soif de défi de la Mandalorienne pour la convaincre de l'aider. Elle n'aimait pas ce genre de manœuvre, mais ça pouvait marcher. Elle avait désespérément besoin d'aide et ce n'était sans doute aps par hasard que la Force l'avait guidée dans cette cantina où se trouvait une Mandalorienne visiblement assez disponible pour l'aider.

La guerrière avait l'occasion de s'occuper d'un Hutt qu'elle détestait et qui avait sans doute une très belle prime sur sa tête vue son « palmarès » tandis qu'Ayni pouvait sauvée celle qu'elle était venue chercher et les autres qui en profiteraient tout en s'assurant qu'il y aurait un seigneur de guerre en moins dans la galaxie. Même si elle savait que ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne soit remplacés...

Le barman revint, donnant le verre commandé à la Mirialan avant de lui parler :


« J'vous ait entendue parler de Borchkar ! Ctte limace est aussi connue pour la façon dont il traite ses esclaves. Même des objets sont mieux traités ! Il est impitoyable, punissant la moindre faute. Aucune hésitation à tuer celles qui font mal leurs tâches ou qui refuse de se donner à lui. On dit qu'il les tue en les dévorant d'une traite après les avoir fait violer par lui et sa garde personnelle durant plusieurs jours. Ou alors il les envoie à son Rancor ou ses autres monstres pour servir d'amuse-gueule. Si vous avez une amie la dedans... Il faut faire vite, mais faut pas se voiler et j'veux pas vous décevoir, mais...
-Non ! Il n'est pas trop tard... Pas encore... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]   Ven 5 Juil - 19:47

Anya avait beau être blonde, elle n'était pas encore totalement stupide et savait se rendre compte quand on lui faisait du pied. La jeune femme, qui n'avait malheureusement pas daigner déclinée son identité, avait besoin d'aide pour tirer quelqu'un du trou a rat dans lequel elle se trouvait. Une de ses amies esclaves ? Alors elle était réellement dans de beaux draps. L'on ne pouvait pas faire grand chose pour une esclave, les lois galactiques contre l'esclavage n'existent pas dans ce recoin sordide de l'univers. La mandalorienne hésitait : d'un côté, elle pouvait simplement suivre son plan : boire un ou deux verres de plus, puis retourner a son vaisseau en enfilant son heaume sans se retourner, avant de filer vers Kuat afin d'obtenir la prime offerte par CNK pour la mort de l'imbécile qu'elle venait de rapidement refroidir. Mais d'un autre, l'opportunité d'une baston digne de son rang la titillait. Même a deux, ce serait quelque chose de difficile, voire impossible, mais essayer ne coûtait rien et une guerrière de Mandalore ne s'abaissait pas a renoncer face a quelques individus de bas étages composant la garde rapproché d'un seigneur de guerre qui n'était rien d'autre qu'une limace ventripotente.

Terminant doucement son verre, la jeune femme se demandait toutefois quoi faire et suivit la suite de la conversation. Le taulier tenta de prévenir la jeune femme qu'il serait très difficile de faire quelque chose, mais aussi qu'au vu de la cruauté de la limace, il y avait fort a parier qu'elle arrivait trop tard, peut-être essayait-il de l'encourager a renoncer, ce qui serait l'option la plus sage, mais la jeune femme nia immédiatement, affirmant qu'il y avait encore quelque chose a faire. Anya laissa un petit rire s'échapper de ses lèvres avant de reposer son verre, vide, sur le comptoir. La seule raison expliquant qu'elle soit certaine que son amie était encore en vie, outre une obsession liée au fait qu'il s'agisse de quelqu'un de réellement proche, était qu'elle avait affaire a une utilisatrice de la Force. Curieux, l'Alliance défaite, les Jedi pouvaient désormais circuler librement un peu partout. Pour que cette femme prenne la peine d'être si évasive sur son identité, cela signifiait simplement qu'elle ne faisait pas partie de l'ordre officiel, peut-être quelqu'un faisant cavalier seul. Cela ne la réjouissait pas des masses, mais au moins, les chances de succès étaient un peu plus élevées en prenant en compte ce paramètre. L'appel de la gloire était plus fort que le raisonnable chez Anya, tous ses amis étaient capable de le dire, aussi sa décision était en réalité courue d'avance.

Posant son fusil sur le comptoir, elle retira le chargeur afin de vérifier qu'il soit plein. Contrairement aux blasters classique, les armes Verpines étaient des armes a projectile solide qu'il était nécessaire de recharger, mais elles étaient bien plus efficace et les galactiques n'avaient que bien peu d'occasion de les observer. Elle tira une balle de gros calibre de sa réserve de munition et la glissa dans le chargeur avec une précision millimétré qui pouvait surprendre au vu du comportement plutôt exubérant de la Mandalorienne, mais il ne fallait pas oublier ce qu'elle était justement, une guerrière de Mandalore avec tout ce que cela implique. Une fois terminée, elle réenclencha le cran de sûreté, histoire d'éviter de décapiter quelqu'un par un tir accidentel, puis repositionna son fusil avant de poser ses mains sur son casque. Maintenant qu'elle était décidée a partir, il allait falloir partir tout de suite. C'était probablement une course contre la montre, de plus, Anya craignait que lorsque la baston commence, des bandes rivales tentent d'en profiter pour prendre d'assaut le domaine du Hutt : hors de question, elle voulait son argent, la tête de ce lézard financerait Keldabe et personne d'autres. Elle repris donc la parole


« Il n'y a pas de problème, juste des solutions. L'on va faire simple : la tête de cette chose immonde est mise a prix, le Directoire offre très cher pour quiconque tue les Seigneurs du Crime Hutt pour entretenir la guerre civile. Vous me laissez la prime, et je vous aide a retrouver votre ami. Il me semble que c'est un marché équitable non ? »

S'emparant de son heaume, la belle blonde l'enfila et paru d'un seul coup beaucoup moins sympathique : Beskad, gantelet de Force Mandalorien (une arme qu'elle dédaignait elle-même utiliser, mais l'on est jamais trop prudent...), détonateurs thermiques, pistolets et fusil de Sniper Verpine, filin de capture, Jet-pact et autre lance-flamme de poignet, tout ceci n'était bien sur pas rien, mais rien ne faisait davantage la réputation ainsi que l'aspect terrifiant d'un Mandalorien que son heaume ainsi que sa fameuse visière en forme de T. Toutefois, quelqu'un connaissant la culture Mandalorienne y aurait vu quelque chose de plus sympathique aux liserées oranges, qui indiquait qu'elle recherchait a goûter aux différents plaisirs de la vie. Ce n'était guère surprenant au vu de son comportement des plus particulier, mais qui ferait la différence parmi les personnes lambda lorsqu'elle portait son heaume ? Personne, d'autant plus que, comme elle allait le prouver elle-même, une fois son casque sur la tête, la voix digitalisé de la demoiselle avait l'air bien moins sympathique, l'on pouvait même la comparer a une voix masculine...

« Bon, je suppose que vous ne savez pas ou il se trouve. Je vous guiderez en cas de besoin. Vous voulez y allez discret ou en mode direct ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]   Lun 8 Juil - 19:03

La Mandalorienne écouta, encore indécise en apparence, même si l'appel du défi raisonnait en elle comme une armée sur le sentier de la guerre. Elle observait la Mirialan et ne put cacher un petit rire lorsque celle-ci montra sa conviction qu'il n'était pas encore trop tard pour sauver son « amie ». Peut être avait elle comprise qu'elle était une utilisatrice de la Force seules personnes capables de montrer une telle certitude en dehors des fanatiques ou de la famille sur certaines choses ?

La belle blonde posa son fusil sur le comptoir. Aynira en avait déjà vue un identique lorsqu'elle était sur Mandalore : une arme Verpine, qui utilisait des projectiles et don des décharges énergétique de gaz surchauffé. Une balle projetée à très grande vitesse, faisant des ravages sur sa cible. Bien sûr, Ayni n'avait que vue cette arme. À l'époque, il ne lui serait même pas venue à l'idée de demander à l'essayer ni même de la porter. De toute façon, le propriétaire en armure aurait sûrement refusé.

Elle posa une de ces fameuses balles dans le chargeur avant de proposer un marché. Elle aiderait à trouver son amie à la condition que la Mirialan ne lui laisse la prime pour la tête du Hutt. C'était équitable, Ayni n'était pas attirée par l'argent et son compte en banque était déjà plus conséquent. Elle accepta d'un hochement respectueux de la tête pendant que la Mandalorienne enfila son heaume, devenant la guerrière parfaite qu'on avait en tête lorsqu'on entendait le mot « Mandalorien ».  

Elle semblait d'un coup beaucoup moins attrayante. En même temps c'était normale. Une guerrière en armure n'a pour but de vous faire baver... sauf si vous avez le fantasme des uniformes, ce qui n'était pas le cas de la Mirialan. La seule chose qui démarquait de la tenue de la Mandalorienne était les liserées oranges. L'armure reflétait la personnalité de son porteur, malheureusement pour Ayni, elle n'avait aucune idée de la signification de la couleur orange.

La guerrière s'adressa une dernière fois à Ayni à travers sa visière en T et teintée. Sa voix digitalisée semblait d'un coup très masculine. Elle supposa à raison que la Jedi Grise ignorait l'emplacement de  la forteresse et demanda si elle préféra l'approche direct ou un peu plus de subtilité :


« Vous avez raison, je ne sais pas où c'est. Pour l'approche, j'opte pour la discrétion. Si on fonce dans le tas ça va être une sacrée pagaille pour atteindre mon amie, tuée votre cible et repartir. Tout les gangs locaux essaieront s'en doute d'en profiter et avec les gardes du palais ça sera presque du suicide même si vous valez un bataillon à vous seule. Je peux faire en sorte de rentrez dans le palais le plus naturellement du monde. Ça économisera des munitions et on gagnera du temps pour faire ce qu'on à faire. C'est quand Brochkar sera mort que la « fête » commencera. »

Elle parla d'une manière plus « militaire », stratégique, tout en montrant le respect qu'elle avait pour la Mandalorienne, disant de façon sous entendue qu'elle n'allait pas profiter que sa partenaire soit une des meilleures guerrières de la galaxie pour justifier un vulgaire « fonce dans le tas sans réfléchir ». Moins il y aurez de morts dans un premier temps, mieux ça sera. Après par contre...

Elle vérifia également son équipement, bien ridicule en comparaison de celui de la Mandalorienne : un simple vibrocouteau de survie de qualité militaire, un pistolet blaster lourd S-5, également de bonne qualité, mais aussi et surtout son sabre laser, discrètement attaché à la ceinture. Son manche était en bois brylark aussi dur que le métal et aux élément métallique reflétant le lustre polie et sombre du phrik, métal presque aussi résistant que le beskar au point de résister à la lame d'un sabre. Il y avait aussi des gravures dorée sur le manche. Plus une œuvre d'art qu'une arme, mais une œuvre d'art mortelle. Le doute n'était plus permis, Aynira était une utilisatrice de la Force. Jedi ou Sith ? Aucune des deux. Elle n'avait ni les habitudes « coincées » des Jedi, ni la cruauté ou la façon d'être des Sith.

La Mandalorienne l'avait sans doute remarquée, mais la Mirialan fit comme si de rien n'était. Elle n'était pas là pour se mesurer à la blonde en armure, mais pour sauver une esclave en détresse très présente dans la Force. Assez pour y être sensible ? Peut être, mais la Mirialan ne se faisait pas d'illusion à ce sujet. Ses Compagnes étaient dans le même cas et aucun ne pouvaient utiliser la Force. Elles avaient juste une présence particulièrement importante à travers celle-ci. Comme des phares dans la nuit, comme des désignées... Bref, ce n'était sans doute pas aujourd'hui qu'elle trouverait une apprentie.

Le barman donna l'emplacement approximatif du palais du Brochlar le Hutt. Dans les Bas-Secteurs Industrielles, pas loin d'une raffinerie d'épice, mais sans autre indications plus précises. La Mandalorienne en revanche, avait l'air de savoir exactement où le Hutt vivant. Après avoir payée ses verres et ceux de sa partenaire tout en laissant un pourboire confortable, la Mirialan attendit les indications de la guerrière...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]   Jeu 11 Juil - 22:02

Si la mandalorienne avait demandée a l'utilisatrice de la Force son avis, c'est bien parce que la méthode n'avait aucune importance a ses yeux : tout ce qu'elle voulait, c'était obtenir la tête du Hutt et pour cela, foncer dans le tas en tuant tout ce qui bougeait semblait aussi efficace que procéder a une infiltration plus subtile, mais bien évidemment, Aynira n'était pas de cet avis et préférait se la jouer plus subtile, craignant probablement que son objectif soit découvert et donc que la personne qu'elle recherchait soit éliminée. La blonde ferait en sorte, si elle le pouvait, que cela n'arrive pas, mais elle n'était pas persuadée qu'elle soit réellement encore vivante. Le barman indiqua l'endroit ou se trouvait le repère du Hutt et demanda la blonde d'être prudente, mais cette dernière répondit avec un accent typiquement de Mandalore perceptible, malgré le digitaliseur, que ce n'était pas un Hutt qui allait l'éliminer alors que les Vongeses en avait été simplement incapable. De cette façon, la jeune femme pouvait également associer a l'image de la blonde en armure le titre « vétéran de la guerre Vong » qui indiquait bien quel genre de jeune femme était la Mandalorienne, après tout, elle n'avait alors que six petites années lorsque l'envahisseur s'était élancée sur le berceau des Mandaloriens.

Anya savait ou se trouvait le Hutt, elle utilisa toutefois l'holonet auquel son casque était relié afin de pouvoir accéder aux plans de la planète et de noter le chemin qu'elle devait suivre afin de pouvoir atteindre l'entrée du domaine du seigneur de guerre. Cela ne serait guère long et elle s'assura que l'utilisatrice de la Force suivrait avant de pouvoir prendre la tête d'un pas lourd et cadencé, laissant sa visière en T scruter le regard des rares personnes osant la défier de cette manière. La belle blonde n'avait clairement pas l'intention de s'écarter pour quelqu'un et force était de constater que la réputation des guerriers de Mandalore était intact : personne n'osait lui faire obstacle alors qu'elle s'emparait d'un Speedlib afin de rejoindre les bas fond de Nar Shaddaa. Elle démarra rapidement et vérifia certain de ses équipements ainsi que le parcours pour être certaine de ne pas se tromper. Lorsque tout fut parfaitement clair, elle démarra, en trombe, après tout, elle pilotait un chasseur et faisait partie des meilleures pilotes de protectorats, ce n'était donc vraiment la tâche la plus difficile pour elle de conduire ce genre d'engin, ce qui pouvait être très ardu pour une personne lambda étant donné le trafic régnant au sein des planètes comme Coruscant qui n'était rien d'autre que des cités volantes.


« Alors, c'est quoi votre plan pour nous faire entrer ? J'espère que c'est sérieux, parce que si vous pouvez entrer en faisant du charme, moi avec mon armure, c'est foutu d'avance... »

La jeune femme ne termina jamais son explication, alors qu'elle prenait un virage serré, une secousse indiqua soudainement qu'elle avait était tamponné par un autre Speeder. L'homme qui le pilotait semblait lui reprocher, car il lança une insulte dans une langue galactique assez rare qu'il est préférable de ne pas traduire pour le respect de la bienséance. Cependant, Anya n'aimait pas qu'on l'insulte et parfois, elle pouvait se révéler assez... Impulsive ! La jeune femme tira son pistolet Verpine, laissant le fusil de Sniper accroché a son dos, visa au jugé et appuya sur la détente : le projectile parti a une vitesse fulgurante vers le Speeder du malotru qui fut traversé de part en part et commença a perdre de la vitesse. Trop occupé a essayer de redresser son engin, le pilote cessa d'insulter la Mandalorienne. Cette dernière, satisfaite, fit tourner son pistolet autour de son index avant de le rengainer dans son holster. Elle repris sa conduite en enchaîna par un virage a gauche, cette fois plus serré encore, mais qui ce négocia sans problème, le speedlib semblait désormais presque seul dans le trafic : devant la réaction impulsive de la blonde, les autres avaient préférer s'éloigner prudemment pour éviter l'accident... Anya laissa s'échapper un petit rire amer avant de reprendre la parole.

« Ah... Vous êtes vraiment particulier vous les Aruetises. Toujours volontiers grossier, mais jamais prêt a assurer la conséquence de vos excès... L'on vous apprend quoi quand vous êtes gosses ? »

Cela eu le mérite de raccourcir le trajet et permis la blonde d’atterrir a une distance de sécurité de la base du Hutt sans avoir besoin de jouer au nettoyage de zone d’atterrissage. Une fois le pied a terre, elle constata que l'odeur était bien plus lourde ici, preuve qu'ils avaient rejoint le cloaque de la galaxie, mais elle ne s'en formalisa pas plus que cela, elle savait bien a quoi s'attendre lorsqu'elle avait décidée d'aider Aynira a sauver son amie et pensait bien que la jeune femme devait également savoir qu'elle allait rejoindre un environnement assez hostile. En tout cas, elle sorti son pistolet et rechargea la balle qu'elle avait consommée sur le Speeder, prudence étant mère de sûreté, avant de le remettre dans son étui. Il ne fallait jamais tomber en panne de munition au pire moment, sinon, cela pouvait purement et simplement vous condamnez a mort ! La blonde activa un dispositif sur son bras gauche qui projeta un petit plan holographique de la zone. Le chemin le plus direct vers la base du Hutt était maintenant mentionné en rouge dessus. Elle pris la parole afin de lui laisser le choix, après tout, c'était avant tout son opération, pas la sienne...

« Voilà, c'est le chemin le plus court vers notre lézard malodorant. L'on peut essayer de contourner bien entendu, a moins que vous n'ayez une meilleure idée... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]   Jeu 18 Juil - 14:49

Les deux femmes sortirent du bar et entamèrent la marche dans la rue. On pouvait dire qu'en tant que « bulldozer » humain, la Mandalorienne se débrouillait très bien. Tout le monde s'écartait de sa route et ceux qui ne le faisaient pas été simplement envoyer valdingué par un d'épaule ou un geste de la main. Elles arrivèrent à l'un de ces speeder en libre accès et se servirent. Un petit speeder décapotable à deux places semi automatisée. Vous êtes libre de le conduire où vous voulez, mais si vous vous écartez de sa « zone d'action » il vous y ramènera sans que vous pussiez y faire quelque chose. Méthode contre le vol... mais pas très utile si vous en utilisez un pour fuir des poursuivants.

Le petit vol à travers les files de speeders commença. Le ciel de Nar Shaddaa avait ironiquement quelques chose d'assez reposant. Les véhicules volant dans le ciel orangée aux milieu de building lumineux recouvert d'affiche publicitaire holographique géantes et d'énormes bâtiments sur répulseurs... Il fallait reconnaître que c'était un panorama assez impressionnant. La guerrière demanda à la Mirialan quel était son plan pour entrer. En fait, Ayni était encore en train d'y penser. Pour entrer, elle pouvait juste faire une petite persuasion de Force, mais pas sûre que la Mandalorienne apprécie. Après tout elle pourrait croire que la Mirialan peut faire exactement pareil avec elle, l'utiliser comme une simple marionnette. Même si c'était faux et qu'une force de caractère suffisante comme celle dont faisait preuve la Mandalorienne pouvait vous « immuniser » de cette pratique, la confiance de la guerrière concernant l'utilisatrice de la Force pouvait en prendre un sacré coup et dans ce genre de mission, si on est divisée, on est morte.

Une secousse fit sortir la Mirialan de ses pensée. La Mandlorienne venait d'emboutir un speeder juste en face. Son pilote commença par lancer un flot d'insulte à l'égard de la guerrière qui répondit... en tirant sur le speeder de l'homme en colère avec son arme Verpine. Le speeder entama une longue descente. La Mandalorienne poussa un rire amer et dit que les « Aruetises », sans doute l'expression désignant les non-Mandaloriens, étaient particulier, qu'ils n'assumaient pas leurs excès :


« Qui fait le plus d'excès ? Celui qui en colère parce qu'on a abîmé un objet d'importance qu'il a mit des mois voir des années pour s'acheter ou celle qui détruit encore plus le dit objet pour montrer « qui à la plus grosse » ? »

Ayni laissa échapper un petit sourire en coin. Ce n'était pas une remarque irrespectueuse, mais plutôt humoristique. La Mandalorienne se prit au jeu en faisant preuve d'une mauvaise foi implacable en répondant « le premier », ce qui fit sourire davantage la Mirialan.

Le speeder arriva à destination, apparemment un peu plus tôt que prévu et à bonne distance de la forteresse du Hutt. Il faisait sombre et l'atmosphère était lourde, moite et pesante. Bienvenue dans les bas-fonds de Nar Shaddaa ! L'odeur méritée d'être soulignée : un mélange entre les reflux d'égouts, les rejets d'usines et le renfermé. Une chose est sûre, il va falloir une grosse douche et un bon bain pour enlever l'odeur et sans doute se débarrasser des vêtements, imprégnée d'une odeur qui ne partira sans doute jamais.

La femme en armure activa un dispositif holographique qui projeta un plan de la zone. Le chemin le plus direct était indiqué en rouge. La propriétaire de l'appareil proposa à l'utilisatrice de la Force de choisir la méthode à suivre pour entrer. La Mirialan regarda le plan holographique, l'analysant sous toutes ses coutures après avoir demandé un gros plan sur la forteresse. Brochkar était tellement confiant qu'il avait même laissé filtré l'emplacement de son système de sécurité, sans doute le pensant infaillible. Et en effet, il l'était. Des canons automatisés, des patrouilles permanentes, des tireurs embusqués, aucun angle mort, aucune couverture, aucun autre accès. La seule façon d'entrer dans cette forteresse, c'était la grande porte... Là où se trouvait toute la garde.

Ce bâtiment était plus protégé qu'un bon paquet de bunker militaire. L'infiltration discrète « par la porte de service» était impossible et l'assaut frontal était purement suicidaire :


« Je crois qu'on a pas le choix... la seule façon d'entrer, c'est par la grande porte. Doit y avoir aussi un paquet de garde et de système de défense interne qui sont pas sur la carte. Vantard, mais pas bête sur ce coup là le Hutt. En dire le maximum pour dissuader les attaques tout en en gardant pas mal sous le coude si des audacieux essaient... 

Il faut donc entrer par la grande porte avec une raison suffisamment convaincante pour nous mener au proprio... Et non ne me regardez pas comme ça, ma tenue n'est pas suffisamment équivoque pour jouer les esclaves ou les danseuses, même ce qu'il y a en dessous ! Désolé de briser un fantasme passager. »


Elle commença à réfléchir... Puis son regard se posa sur la Mandalorienne, la regardant de haut en bas de façon à la fois insistante et analyste. Non elle ne se rinçait pas l’œil. Pour la simple et bonne raison que l'armure de la guerrière n'était pas vraiment là pour mettre ses forme en valeur. Une petite idée venait de germer dans son esprit :

« Je crois avoir une idée... Votre affiliation peut nous aider à entrer... Il suffirait que vous alliez à l'entrée et de dire que vous êtes là pour proposer vos services à Brochkar. Il acceptera sans doute de vous rencontrez... Il faut vraiment être fou pour refuser les compétences d'une Mandalorienne non ?

Moi je jouerai le rôle de la partenaire ou de l'apprentie ou même de l'esclave personnelle.... à vous de voir. Si les gardes posent trop de questions à mon sujet, je saurai les « convaincre » de s'intéresser à autre choses... Une fois devant le Hutt, vous faites votre part du boulot pendant que je fais la mienne, on se retrouve et on s'en va ensemble en faisant un maximum de dégâts. Qu'en dites vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]   Ven 19 Juil - 17:59

Anya ne s’inquiétait pas vraiment des forces du Hutt. Obtenir les plans fut toutefois plus difficile que ne pouvais le croire l’utilisatrice de la Force, puisqu’il avait fallu pirater ses systèmes pour en tirer les vers du nez, ainsi que payer plusieurs informateurs afin qu’ils inspectent les chemins de rondes. Certes, ce n’était pas des méthodes habituelles chez les Mandaloriens, mais lorsque la vie des personnes du Clan était en jeu, il fallait parfois savoir prendre quelques libertés avec les habitudes pour le bien de Mandalore. Toutefois, si elle avait choisi seule et sans la contrainte du sauvetage, alors la blonde aurait probablement optée pour une attaque en règle directe, brutale et sans merci, dont l’unique objectif ne serait que l’anéantissement du camp adverse et rien d’autre ! Mais vu qu’il y avait quelqu’un a exfiltré, cette position serait difficile à tenir et puis il serait plus simple de commencer le nettoyage de l’intérieur plutôt que de l’extérieur. Restait toutefois à déterminer le plan d’entrée, car pour pouvoir agir ainsi, il était nécessaire de procéder à une infiltration, ce qui n’était pas forcément gagné : toutes les voies d’accès étaient couvertes, ce qui signifiait qu’il était inenvisageable de choisir les portes dérobées, conduit d’aération et tous les autres plans joyeux habituels. Non, cette fois, il faudrait passer par la grande porte en jouant le coup de manière subtile, ce qui provoqua un soupir chez la blonde, ce n’était clairement pas sa spécialité.

Tournant son regard, enfin plutôt sa visière en T, vers son associée du jour, elle écouta son exposée en silence. Elle ne prendrait pas la peine de corriger sa petite erreur sur les plans de la forteresse, au moins, cela lui permettait d’être sous-estimée, ce qui restait un avantage, un ennemi qui vous prend plus faible que vous ne l’êtes se méfiera moins. Toutefois, elle suggéra que la Mandalorienne avait pensée l’utiliser comme une esclave à vendre et refusa cette idée sur le prétexte qu’elle ne disposait pas de la tenue adéquate et qu’elle mettait donc fin à un fantasme passager… Pour le coup, la pensée de la blonde était purement pragmatique : il lui aurait été bien plus simple ainsi de rejoindre le quartier des esclaves et trouver la personne qu’elle désirait aider pendant qu’Anya faisait le ménage et attirait donc sur elle tous les tirs et les gros bras… Enfin, peut-être que sa collègue souhaitait prendre sa part dans le carnage, même si elle était toujours avide de combat, l’héritière Skirata ne comptait pas l’empêcher de prendre sa part, après tout, il y en avait assez pour tout le monde et même si elle avait bien du mal à le reconnaitre, elle ne se sentait pas capable de tout faire seule. L’utilisatrice de la Force toisa un instant la guerrière de haut en bas, semblant soudainement s’intéresser à la Beskar’gam. Bien que la guerrière s’interrogea un instant pourquoi, son heaume dissimula son expression faciale et donc sa façon de penser.

Elle avait un plan assez simple, mais qui n’était pas stupide, ni dénuée de bon sens. Elle voulait se faire passer pour l’apprentie d’Anya afin de pouvoir rentrer, laissant la Mandalorienne proposer ses services au Hutt… Oui, cela devrait fonctionner, ses derniers étaient toujours demandeurs de leurs services et Anya avait travaillée pour eux lors du blocus de Mon Calamari, elle avait besoin d’argent après tout. Ce plan, bien que simple, pouvait fonctionner en effet, mais il était nécessaire de régler certains détails ensuite. Appuyant sur quelques boutons de son bras, elle fit apparaitre cette fois l’intérieur, avec les différentes pièces. Malheureusement, ce n’était cette fois pas tout à fait complet, mais l’essentiel y était. Comme l’on passait cette fois à une efficacité purement opérationnelle, l’héritière Skirata qu’il était cette fois de son devoir de prendre les choses en main, elle était la militaire du duo après tout, ce qui la rendait plus compétente pour cette partie du travail que la Jedi grise qui elle n’avait probablement pas de formation militaire, elle était une religieuse, pas une vraie guerrière après tout. Elle pointa le quartier des esclaves du doigt avant de reprendre la parole, sa voix digitalisé montrant cette fois qu’elle ne souffrirait d’aucune contestation possible sur la manière dont les choses allaient maintenant se dérouler.


« D’accord, l’on va donc faire comme cela. Une fois qu’on sera dans la salle principale, une sorte de night-club en mode cloaque, vous n’aurez qu’à vous fondre dans la masse pour trouver ton amie dans le Quartier des Esclaves. vous aurez cinq minutes durant lesquelles je négocierais avec le Hutt, ensuite, je commence le carnage. Quant à ce truc de persuasion, faite ce que vous voulez, je ne comprends juste pas pourquoi ce tour fonctionne aussi bien, les aruetises n’ont pas de volonté… »

Elle clos la discussion en éteignant l’hologramme puis en se tournant vers la porte, l’arme à la main et le regard braqué vers les deux gardes, des Trandoshans, comme toujours avec les Hutts. Ceux-ci grognèrent quelque peu, mais Anya les ignora royalement et expliqua qu’elle recherchait du travail auprès d’un chef puissant. Ils voulaient l’envoyer voir ailleurs, mais la blonde fit remarquer que c’était au Hutt et seulement à lui de décider s’il voulait ou non l’engager et que s’il venait à apprendre que ses laquais voulait le priver de son droit, alors il risquait de se mettre en colère. Cette menace à peine voilée suffit à faire réfléchir les deux imbéciles qui hésitèrent avant que finalement l’un d’entre eux ne rentre pour demander l’avis de son chef. L’autre demanda qui était son accompagnatrice, mais Anya la présenta comme sa fille adoptive. Le molosse haussa les épaules en grognant, il ne comprenait pas vraiment et devait se dire qu’elle était complètement marteau, mais de toute façon, les espèces galactiques qui comprenait la culture Mandalorienne était particulièrement rare… Anya n’insista donc pas. L’autre revint rapidement et elles eurent ainsi l’autorisation d’entrer, avec l’ordre d’attendre dans la boite d’être convoquée. Anya hocha la tête et s’empressa d’entrer, bien que son allure n’avait rien perdu de son caractère menaçant, d’ailleurs, elles furent regarder de biais a leurs entrées, des nouveaux arrivants signifiant de nouveaux rivaux potentiels, ils n’étaient jamais bienvenue. Les cons, s’ils savaient…

La blonde jeta un regard vers son accompagnatrice, elle savait que le Hutt ne tarderait pas à la faire venir, une Mandalorienne, cela suscitait forcément la curiosité, il fallait donc que l’utilisatrice de la Force profite de la foule pour pouvoir se rendre directement au quartier des esclaves et tirer d’affaire son amie, Anya pouvait très bien se débrouiller seule. Elle alla se positionner près la porte qui se trouvait la plus proche de la salle du trône du propriétaire du lieu et croisa les bras en s’adossant au mur, elle n’avait plus qu’à attendre qu’on la convoque. Elle ferma un instant les yeux, puis observa les personnes alentours afin de repérer les gardes, leurs armements ainsi que leurs possibilités d’action… Elle aurait le droit a quelque chose bien plus excitant que la chasse qu’elle avait accomplie en début de journée finalement et cela n’était pas forcément pour lui déplaire… Oh que non…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]   Dim 21 Juil - 16:02

La Mandalorienne accepta le plan de la Jedi Grise. Elle occupera le Hutt pendant que la Mirialan aille dans le quartier des esclaves. Quand elle jugera que la comédie aura assez durée, elle passera à l'acte. Elle rajouta un avis sur l'emploi du « tour » que les utilisateurs de la Force emploient pour « convaincre » les gens, concluant que les Non-Mandalorien n'avait aucune volonté :

« Les plus puissant à ce tour seraient capable de convaincre un Mand'Alor de n'être qu'un Gizka qui sautille partout. La volonté des autres n'est qu'une question de point de vue... comme beaucoup de choses. 
-Essaye toujours
-Il faudrait que tu me présente dans ce cas... Par contre je ne suis responsable en rien si jamais il adopte subitement l'accent gungan »


La discussion sur le ton de la taquinerie continua durant la marche. En chemin, les deux femmes échangèrent leur fréquences privées de comlink, cryptés à l'extrême autant chez l'une que chez l'autre. Dans ce grand cloaque face à elles, rester en contact seraient primordial. La marche adopta un ton plus sérieux jusqu'à arriver face à la grande entrée de la forteresse. La lourde porte en acier était ouverte et gardée par deux Trandoshans.

La Mirialans ne parla pas, adoptant son rôle secondaire. C'était la Mandalorienne la patronne. Elle parvint à s'imposer face aux Trandoshans pour rencontrer le propriétaire des lieux, présentant Ayni comme sa « fille adoptive ». Elles furent convier dans la « salle de détente », sans doute la cantina personnelle du Hutt. Ayni imagina rapidement la scène : une pièce remplies de chasseurs de primes, de coupes-gorges et d'esclaves dansant à moitié nue face à un Hutt affalé sur son trône en train de s'empiffrer ou de consommer quelques substances illicites, le tout sur l'air faussement enjouée d'un groupe de musique local.

Elles marchèrent d'abord dans un couloir aux parois couvertes de tuyaux fumant une vapeur nauséabonde. Il y avait des caméras sur les murs et aux sols, on pouvait voir des emplacements tourelles automatisées, prête à surgir du sol aux moindres problèmes. Il y en avait aussi au plafond. Couvrant ainsi intégralement le couloir. Elles arrivèrent ensuite dans une immense salle tout en hauteur principalement composée d'une énorme colonne sculptés, montrant des scènes de l'histoire des Hutts de façon « mystifier ». Ils étaient dépeint comme des dieux violents sanguinaires détruisant leurs ennemis pour se repaître de leurs cadavres. Une telle vision de l'histoire en disait beaucoup sur le possesseur et, contenu discutable mis à part, il fallait reconnaître que ces fresques sculptées dans le permabéton étaient superbe d'un point de vue artistique. Le genre de décorations qui vous coûte un bras et un rein et nécessitant des centaines d’esclaves.

Cette colonne trônant au milieu de cette salle était également support de deux rampes, une de chaque côté de l'entrée, qui conduisaient aux étages supérieures en suivant la circularité de la pièce. Il y avait des caméras encore visible, mais aucun emplacements d'armes. En revanches, la garde était très présentes. Trandoshans, Gamorréens, Niktos, Klatooiniens... Toutes les races clichés affiliés aux criminels et aux Hutts étaient là.

Elles arrivèrent dans la cantina. Pas de Hutt en vue, mais en revanche, tous le reste était là. Des coupes-gorges de toutes races étaient là en train de boire un verre, discuter entre eux de leurs exploits ou faire affaire, des dealers, des danseuses esclaves dont les tenues se situées entre le presque nue et le nue tout court... Les plus audacieux n'hésitaient pas à amener des danseuses à l'abri des regards... même si les ombres montraient clairement la nature de leur « envie d'isolement ». Beaucoup de Twi'leks, mais aussi des Humaines, des Togrutas et même une Nautolane. Elles étaient toutes dans un état second, l'épice aidant facilement à les rendre dociles et avides de faire des choses qu'elles se seraient refuser en temps normale. Les tonnes de maquillages sur le visages de certaines et quelques cicatrices montraient le sort des « rebelles » et le collier électrique omniprésent rappelait leur véritable conditions.

Heureusement, la Twi'lek que recherchait la Mirialan n'était pas parmi ces danseuses-prostituées. Elle n'aurait répondue de rien. Profitant de la foule qui se ruait face à une petite estrade pour voir le pole dance de la Nautolane qui se muait en strip-tease intégrale avec des poses de plus en plus suggestives avant de « s 'isolait » avec un Trandoshan et deux Humains, Ayni s'éclipsa discrètement après avoir trouvée le passage empruntait par les danseuses, menant sans doute aux quartiers des esclaves.

Le passage était chaud, moite et les odeurs indiquait que la fosse sceptique ou l'unité de traitement des déchets n'était pas loin et les tuyaux fumant une vapeur nauséabonde en rajoutait en plus à la scène. Il y avait même des cadavres en décompositions de petites bêtes qui servaient de casse croûtes à ses congénères et le métal était par endroit recouvert d'une substance aussi visqueuse et glauque que puante et dégueulasse. En plus, on aurait dit que c'était vivant...

Bref, Ayni continua sa marche dans les boyaux de la forteresse. Il n'y avait pas beaucoup de gardes et pas une seule caméra. D'un côté, c'était une bonne chose. De l'autre, cela voulait dire qu'il y avait sans doute d'autre moyens de surveillances pour garder les esclaves sous contrôle. Elle jeta un œil derrière une porte entrouverte et vit ce qui devait être la salle d'interrogatoire des ennemis de Brochkar... ou de punition de ses employées. La décoration sanguinolentes et l'odeur qui s'en dégageait accompagnait bien le style et les accessoires de la pièce. Elle remarqua des bidons de liquides inflammables et y vit la une diversion. Par le biais de la Force, elle fit sauter le bouchon d'un des fûts qui étaient couchés, laissant son contenu se déverser dans la salle. Elle s'apprêta à partir quand soudain :


« Et toi là ! Tu fous quoi ici ? »

La Mirialan se retourna et vit un Zabrak, jeune, encore un adolescent. Il portait la tenue des gardes frappé du blason du Hutt et la menaçait avec une carabine blaster :

« Tu menaces qui comme ça jeune homme ?
-Tu te crois marrante salope ?
-Étrange... je ne vois pas de salope ici. Il n'y a que toi et moi ? Et moi, je ne suis qu'une fougère qui ondule au vent... »


Elle accompagna sa dernière phrase par un geste de la main évocateur pour ceux qui côtoyaient des utilisateurs de la Force :

« C'est vrai. Il n'y a pas de salope ici. Il n'y a que moi et une fougère qui ondule au vent.
-Est-ce que les fougères sont dangereuses ?
-Non
-Donc pas la peine de la braquer avec une arme et interrompre ta ronde non ?.
-C'est vrai »


Le jeune rangea son arme et se retourna pour partir. Ayni se prépara à en faire de même quand elle eut une idée... Elle avait besoin d'un guide et interpella le « garde », toujours en jouant de sa main :

« Excuse moi jeune homme, j'ai besoin d'aide
-Oui madame la fougère qui ondule au vent ?
-Je recherche une esclave
-Il y a plein d'esclaves ici
-Une Twi'lek. Rouge. Yeux verts. Brochkar s'est emporté récemment contre elle.
-Vous devez sans doute parler de Malira. C'est une des esclaves personnelles du patron. Personne d'autre que lui n'a le droit de les toucher. Elle est nouvelle. Elle s'est refusée à lui et il a pas aimé. C'est une petite vierge farouche et il les aimes dociles. Il va la tuer sous peu. Sans doute demain. Il va la violer pendant des heures jusqu'à ce qu'elle soit incapable de bouger et la dévorer comme avec les autres... C'est dommage, elle est jolie en plus.
-« Vierge farouche » ?
-Oui, c'est une des conditions pour laquelle Brochkar l'a achetée... en plus de sa beauté. Il veut être le premier et le dernier a... enfin vous voyez... passé la nuit... avec ses esclaves personnelles
-Et elle se trouve où cette jeune farouche ?
-Vous suivez ce couloir jusqu'à l'embranchement et vous allez à gauche. Vous reconnaîtrez la porte. Il y plusieurs annonces rappelant que les esclaves de cette section sont SA possession personnelle.
-Pas de gardes ou de systèmes de sécurité ?
-Le collier des esclaves s'active si elles essaient de sortir et les gardes ont trop la trouilles de Brochkar. Certaines des esclaves la dedans, les plus camées, sont dévouée à lui et elles n'hésitent pas à balancer, même si le type accusé à rien fait en échange d'une dose bonus ou d'une nuit avec le patron. Ironique non ? Elles sont esclaves, elles n'ont aucun contrôle sur leur propres vies, mais elles ont le droit de vie ou de mort sur les autres.
-Je vois... Je vais étendre mes feuilles vers ces quartiers... Toi. Tu rentres chez toi tout de suite. Tu réfléchis à ta vie et tu vas la recommencer ailleurs avec ça. »


Elle donna une somme de crédits assez importante. Assez pour quitter Nar Shaddaa et aider à une nouvelle vie ailleurs. Le jeune Zabrak répéta docilement l'ordre mentalement imprimé dans son esprit et partit pendant que la Mirialan se dirigea vers le quartiers des esclaves enfermant celle qu'elle était venue chercher... Elle avait aussi son nom. Malira. En chemin, elle informa sa partenaire de son avancement.

« Anya ? Je me dirige vers les quartiers d'esclaves... Patienter encore quelques minutes et vous pourrez vous amusez »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]   Mer 31 Juil - 14:30

Il y avait des choses qu’il valait mieux ne pas savoir, Anya l’avait parfois appris à ses dépens. L’inconstance des Aruetiise était légendaire, ils étaient capables du meilleur comme du pire et elle ne s’en étonnait plus, mais l’on va dire que ce n’était pas ce genre de paysage qui lui faisait porter fièrement les liserés orange de la soif de découverte sur son armure. Elle restait adossée au mur, les bras croisé, profitant du panoramique offert par le heaume de sa Beskar’gam pour pouvoir surveiller le départ de son associée sans pour autant bouger la tête pour cela. La pire racaille côtoyer les danseuses et le sort qui leurs étaient réservée n’était pas très difficile à deviner… Anya ne changerait pas la galaxie du jour au lendemain, mais parfois, elle ne pouvait s’empêcher de penser que s’ils étaient plus nombreux, repartir en croisade remettrait quelque peu les choses en places… Enfin, les Hutts payaient généralement bien, même si aujourd’hui, elle avait trouvé un client prêt à payer très gros pour leurs morts et Keldabe avait besoin de tout l’argent possible. De toute façon, elle aurait un plaisir personnel à liquider ce gros porc pour qui elle ne ressentait rien d’autre qu’une immense haine.

Quelqu’un vint a sa rencontre, cette fois, elle daigna tourner la tête vers cette personne, un criminel de la pire espèce armé jusqu’aux dents qui indiqua que sa majesté était maintenant disposé à la recevoir. Elle opina de la tête avant de décroiser les bras et de suivre la demoiselle dans les couloirs qui menaient à la salle du trône. Toujours ses sculptures grotesques présentant les Hutts comme des conquérants sanguinaires… Ah, la bonne blague ! Anya ne pouvait s’empêcher de penser qu’ils ne retenaient jamais les leçons, ils avaient déjà perdu gros plusieurs fois et pourtant, ils continuaient à vivre dans leurs crasses en drapant leurs pustules et leurs furoncles dans leur arrogances stupide et mal placée. Décidément, elle n’aurait vraiment aucun mal à s’en débarrasser, la galaxie aurait une poubelle de moins à la fin de cette journée. Skirata s’en satisferait, elle s’occuperait des autres plus tard, de toute façon, les Hutts sont une mauvaise herbe impossible à détruire, il y en a toujours un autre pour prendre la place et continuer les magouilles, mais elle en trouverait difficilement des pires que celui-ci, qui semblait même capable de faire passer Jabba pour un humaniste, un véritable exploit en soit.

La « salle du trône » correspondait à ce que la guerrière attendait de la part du gros Hutt : il était plus ou moins avachi sur le divan, l’une de ses favorites, une esclave Twi’lek a la peau verte, allongée non loin, d’autre dansant autour de lui pour le divertir, tandis que ses gardes étaient sur les dents, lançant des regards de haine a la nouvelle venue. Si leurs volontés n’étaient pas annihiler totalement par celle du Seigneur de Guerre, nul doute qu’ils auraient déjà sorti leurs blasters pour un accueil en règle, mais cette fois, ils n’avaient plus vraiment le choix. A bien y réfléchir, cette situation était la plus pourris possible : Anya se retrouvait coincée au centre d’une pièce, avec sa cible, mais tous ses meilleurs gardes du corps. Au moins échappait-elle ici aux systèmes automatisés, la limace devait se reposer uniquement sur ses gardes pour sa sécurité directe, bien qu’il était possible qu’il soit également doté d’une arme, même si ses petits bras devaient le condamner a des petits calibres et une précision bien plus que déplorable, il avait plus de chance d’atteindre l’un de ses gardes du corps que la blonde une fois que cette dernière aurait engagé les hostilités.

Elle reçut un message de son équipière du jour lui indiquant qu’elle s’approchait du quartier des esclaves et qu’elle allait devoir attendre encore un peu avant de pouvoir commencer la fête. Elle se contenta d’activer une réponse automatique indiquant que le message était bien reçu, étant donné qu’elle ne pouvait parler de cela devant le Hutt, puis elle se concentra sur lui. Celui-ci ouvrit la bouche et s’exprima dans sa langue grossière de gangster, un langage que la blonde traduisait grâce à son heaume, mais son interlocuteur ne devait pas le réaliser car un droïde de protocole qui semblait vouloir être partout, sauf ici, s’échinait à traduire chaque mot du Hutt en en rajoutant dix tonnes, probablement craignait-il d’être mis en pièce détaché s’il n’obéissait pas. Mais Anya s’en moquait, elle allait jouer celle qui était ici pour parler affaire. Elle croisa les bras et prit une pose volontairement très décontractée, souhaitant simplement que les discussions commencent vite. Le mépris qu’elle affichait pour tout le monde irritait les gardes du corps, qui essayait vainement de trouver une solution à un problème insoluble : intimider une Mandalorienne lors de son exercice favori, c’est-à-dire la provocation.

Finalement, les discussions en vinrent sur les affaires. Il proposait plusieurs contrats sur lesquels la blonde fit mine de plus ou moins s’intéresser, imposant ses tarifs forcément plus haut que ceux de base du Hutt. Celui-ci en était contrarié et prononça quelques injures qui étaient si fleurit que même le droïde n’osa pas les traduire, peut-être qu’il avait lui aussi entendu parler de la réputation des Mandaloriens. Au final, le Hutt monta sur ses grands chevaux, enfin, autant qu’il pouvait, car trouver une monture adapté à une créature comme un Hutt relevait de la gageure et lui demanda de quelle manière elle pensait pouvoir justifier des tarifs aussi élevés que ceux qu’elle voulait… Ce n’était donc pas évident ? Elle était Mandalorienne, devait-elle l’épeler pour qu’ils se le rentrent dans le crâne ? Elle était l’élite de l’élite, personne ne pouvait faire aussi bien qu’elle dans le domaine du mercenariat. Toutefois, elle avait sa propre idée pour permettre de gagner du temps afin qu’Ayni envoie le signal, le moment où elle pourrait enfin tomber le masque. Elle ricana l’espace d’un instant, laissant de ce fait un peu plus de tension s’installer encore dans la salle du trône, puis repris la parole afin de pouvoir lancer son défi.


« Je suis Mandalorienne, l’élite des forces mercenaires de cet univers. Mettez moi à l’épreuve, envoyer vos trois meilleurs gardes du corps m’affronter et vous verrez que mes honoraires sont tout à fait justifier. »

Le Hutt hésita un instant, mais il mordit à l’hameçon, désignant trois personnages grossiers qui semblait bien satisfait de pouvoir essayer de mettre une paire de claque a cette présomptueuse qui venait sur leur terrain de chasse en se comportant comme sur un terrain conquis. De son côté, Anya se contenter de s’échauffer quelque peu les mains avant de tirer son Beskad. Elle n’avait pas l’intention de faire dans le détail et allait mettre ses trois imbéciles au tapis, cela serait trop adversaire de moins lorsqu’elle déciderait d’en finir et cela ne serait pas plus mal. Seraient-ils à la hauteur ? Impossible, mais elle espérait au moins qu’ils seraient tout de même capable de lui offrir un minimum de divertissement, sinon, elle allait profondément s’ennuyer… Et gagnerait moins de temps, ce qui serait tout aussi ennuyeux. Que voulez-vous, il est parfois difficile de retenir sa force…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]   Ven 2 Aoû - 16:24

Ayni poursuivit sa marche dans les coursives répugnante de ce cloaque sans nom. Comme lui avait dit le jeune garde. La surveillance était de plus en plus réduite au fur et à mesure qu'elle approchait. Les esclaves étaient de sortie, allant et venant de leurs quartiers en petite tenue... Certaines étaient bien amochées de part les coups et les ébats imposés avec les « amis » du Hutt. Dans les quartiers eux-mêmes, on entendait des pleurs tandis qu'une tristesse et une douleur profonde émanaient de ces même lieux.

Elle essayait de résister. Elle n'était là que pour une personne. Elle savait que des esclaves allaient sans doute profiter du chaos qui couvait pour tenter de s'enfuit... Elle ne pourrait pas sauver tout le monde à son grand regret. Elle poursuivit jusqu'à tomber sur un couloir apparemment désert avec une lourde porte au bout, couvertes d'inscription menaçantes sur celui qui touchait aux esclaves à l'intérieur. Elle ressentait la présence de sa « protégée » derrière et elle n'était pas seule.

Elle ouvra doucement la porte. La plupart des esclaves présentes, une grande majorité d'Humaine. Pas très courant qu'un Hutt les préfèrent largement aux Twi'leks. Elles étaient presque toutes dans un état second avec un cocktail d'épices et d'autres drogues dans les veines... un moyen de les rendre dociles. Beaucoup d'entre elles étaient à demi-nue et le reste avait des tenues vraiment très légère.

Elles étaient tellement défoncées qu'elle ne remarquèrent même pas la présence de la Mirialan. Une Togruta, entièrement nue au visage marqué par une consommation régulière de drogue puissante et apparemment endormie, était en train de se faire plaisir dans son sommeil en susurrant le nom du Hutt dans des soupirs de plaisir... Une vraie maison de fou cette endroit.

Enfin, elle la trouva. Elle était en train de dormir. Avec sa tenue composée de sous-vêtement fait de voilage presque quasi-transparent, c'était la plus habillée de toute ! Ayni se pencha près d'elle, l'observant docilement avant de lui caresser le bras, autant pour la réveiller que pour la rassurer. La Twi'lek ouvrit les yeux des coups. Elle s'apprêta à crier mais Ayni plaque doucement la main devant sa bouche, lui faisant signe de se taire.

Elle retira lentement sa main des lèvres de la Lethan qui sembla réaliser qui était en face d'elle. Elles ne s'étaient jamais rencontrée avant, mais le lien de Force entre les deux femmes était fort, leur donnant l'impression de se connaître depuis toujours :


« C'est... C'est vraiment toi... »

D'un coup, elle se précipita dans les bras de la Mirialan, la serrant fort, comme pour se persuader qu'elle était bien là. Elle ne put empêcher quelques larmes de couler alors qu'elle chuchotait des « merci » à tout va :

« Il faut partir, ça va être une sacrée pagaille dans pas longtemps
-Je peux pas... mon collier. Si on sort sans autorisation, il électrocute jusqu'à assommer »


La Jedi Grise examina le collier, déplaçant délicatement les lekkus de la Twi'lek à la peau rouge. Elle sortit son datapad, pianotant quelques minutes dessus après l'avoir relier au collier. Elle devait faire ça proprement, histoire de ne pas déclencher par mégarde une décharge électrique. Le piratage progressa, la Mirialan demandant souvent à la Twi'lek si ça allait. À part quelques picotements électrique, elle ne sentait rien. Quelques minutes, le collier fit un bruit électronique, se détacha et tomba au sol. Mirala se passa plusieurs fois la main sur la nuque, comme pour se rassurer que ce qu'elle voyait par terre était réel :

« Il faut partir... Reste derrière moi
-Et les autres ?
-Elles ?
-Non il est trop tard pour elles. Elles préfèreraient nous tuer plutôt que fuir
-J'ai vue d'autres quartiers en venant.
-Ils ont des colliers mais pas comme le mien. Suffit juste d'empêcher les geôliers d'appuyer sur le bouton.
-T’inquiètes pas... Ils n'auront pas le temps d'y penser.
-Tu vas toutes les sauver ?
-Je promet rien... mais je vais essayer. »


Elle tendit sa main, saisit instinctivement par la Twi'lek. Elles se regardèrent plusieurs secondes dans les yeux, le regard bleu d'Ayni se plongeant dans le regard vert de sa nouvelle protégée. Le regard persista jusqu'à ce que les deux fronts se touchèrent lentement. Si un utilisateur de la Force était présent dans la salle, il aurait put voir que la Mirialan en user et plus spécialement de la télépathie, déversant en douceur dans l'esprit dans la Twi'lek tout ce que cette dernière voulait savoir sur sa sauveuse. Nom, prénom, histoire. Tout y était sans rien cacher à l'autre. Le flux allait dans les deux sens. L'impression que les deux femmes se connaissaient depuis toujours n'était plus vraiment une impression.

Cela dura plusieurs dizaines minutes finalement. Pendant ce temps, des gardes hurlaient dans les couloirs. Apparemment une certaine Mandalorienne était en train de se battre contre la garde d'élite de Brochkar suite à un défi et que les paries étaient ouverts. Une façon comme une autre de faire diversion. La petite séance de télépathie se termina. Ayni aurait préférée faire connaissance de façon plus conventionnelle, mais la situation ne le permettait pas. La Twi'lek et la Mirialan devait rapidement acquérir une confiance mutuelle pour ce qui allait suivre. Une simple impression et quelques visions ne suffiraient pas vraiment à l'instaurer.

Après cela, elles sortirent de la pièce. La Twi'lek appréhenda un peu, mais après s'être rassurer une énième fois que son collier n'était plus là, elle suivit la Mirialan, la tenant par la main. Les geôliers n'étaient plus là, attirer par le combat de la Mandalorienne dont les provocations commençaient à se faire entendre en écho. Ayni en profita pour ouvrir les autres quartiers d'esclaves, incitant à fuir. Une dizaines de filles de toutes races suivirent la Jedi Grise. Certaines étaient blessée, mais rien de grave ou qui entraveraient la fuite. En revanche, la fuite à pieds ne serait plus possible. Une des esclave, une Rodienne, indiqua qu'elle savait où se trouvait le hangar à vaisseau, une possibilité de fuite.

Elle repassa devant la salle de torture dont le sol était couvert de liquides inflammable et actva son Comlink :


« Anya... J'ai un peu plus d'une personne. Ma bonté me perdra. Je pourrai les protéger, pas de problème la dessus. Par contre pour la fuite à pied ça sera pas possible. Il y a un hangar à vaisseau dans les étages supérieures. On se retrouve là bas. Sinon c'est quand vous voulez. Oh et essayez de ne pas mourir, j'ai pariée sur vous ! »

Après avoir eut la confirmation de la Mandalorienne, la Jedi Grise mit le feu au liquide, ce qui déclencha l'alarme, ajoutant de la confusion au combat alors que le groupe commença à fuir à l'étage. En profitant du chaos provoquée par l'incendie et surtout par une Mandalorienne adepte de la destruction massive...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la santé d'une mission réussie ! [PV : Aynira]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 2 :: Nar Shaddaa [Hors-La-Loi]-
Sauter vers: