Forum RPG Star Wars prenant place 400 ans après la Bataille de Yavin. La Galaxie a bien changé.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Cyrus] Les liaisons dangereuses [Partie 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: [Cyrus] Les liaisons dangereuses [Partie 2]   Jeu 8 Aoû - 13:27

Cyrus, capitale de l'Empire de la Main, région des Grands Lacs. Quelques semaines avant le Putsch de l'Amiral Azaren.



Ryaaz' are' Nuruodo était dans une situation étrange. Bien qu'officiellement Amiral par intérim de l'Escadron de la Mort de l'AG, il était, ainsi que tous les vaisseaux de l'Escadron, absent de la scène galactique depuis un bon moment. Bien entendu, des dispositions avaient été prises pour justifier cette absence auprès des médias et de l'Etat-Major de l'AG, et dans quelques temps il ne ferait nul doute que si l'une des unités phares de la Flotte manquait, la raison devait être sérieuse.

En réalité, le chiss se demandait si les gens seraient heureux d'apprendre qu'une partie symbolique mais tout de même importante des vaisseaux pour lesquels ils payaient des impôts était chargée d'une mission qui n'apporterait rien à l'AG à court terme. Sachant que le citoyen galactique standard se contrefichait des bénéfices à lomg terme, la réaction aurait été plutôt négative. Heureusement pour tout le monde, il n'était nullement question de rendre quoi que ce soit public, et tous les membres d'équipage devaient rester silencieux quant à leurs actes pendant cette absence.

Pendant qu'il réflechissait, il pianota quelques commandes sur l'interface haptique du Faucon Bleu, et le cargo corellien adopta la nouvelle trajectoire, plongeant vers une vaste pelouse bordée d'arbres pluricentenaires. Là se trouvait la nouvelle résidence de l'Amiral, une bâtisse neuve construite dans un style ancien de manoir. Il en avait fait l'acquisition peu de temps auparavant, et ce n'était que la troisième fois qu'il s'y rendait. Le vaisseau entama une procédure d'atterrissage, et le chiss pût distinguer les droïdes de maison qui venaient à sa rencontre. Il se retourna et fit signe à 117 et 118, ses deux YVH-S, de verrouiller les compartiments puis de le suivre.

L'atterrissage se fit sans encombre, et dix minutes après son arrivée Azaren était dans un bain d'eau chaude, en train de décompresser. Non pas que son métier lui déplût, mais il fallait savoir prendre du recul et s'affranchir de tout le stress que ses hautes responsabilités lui occasionnaient. En outre, avec Jagged Fel en tant qu'allié, il pouvait s'attendre à ce que les prochaines semaines soient mouvementées.

"Le calme avant la tempête", pensa-t-il en se séchant, avant d'enfiler une tenue plus confortable que son ensemble d'officier de la Flotte de la Main. Profitant du coucher de soleil et de la terrasse qu'il avait à disposition, il se mit à contempler la campagne environnante d'un oeil rêveur.

Cyrus, capitale de l'Empire de la Main depuis que Nakan était au pouvoir, était une planète aux deux facettes fondamentalement différentes. Elle était en effet divisée à moitié entre mégalopoles et régions rurales, chacune des faces étant nécessaire pour que l'autre existe. Sans les exploitations minières et l'agriculture vivrière des campagnes, la capitale économique ne pouvait pas manger et sans les usines et l'administration la campagne ne pouvait pas se developper. Azaren avait choisi d'habiter la région rurale des Grands Lacs pour se changer les idées et pour contraster avec son appartement coruscanti, et il n'était pas déçu de son choix.

Colonisée par les Chiss au cours du siècle précédent, Cyrus avait connu une periode d'expansion forte, avant de se stabiliser au cours du règne de Nakan. Désormais, nul ne mettait en doute sa légitimité en tant que capitale du régime, tant il était évident que le dynamisme de la planète était l'un des moteurs de la prospérité du NEDM. Des vaisseaux chargés de marchandises pullulaient dans son orbite, régulés uniquement par les silhouettes imposantes des navires militaires lourds chiss.

Un droïde s'approcha de lui et son vocabulateur formula une question.

- Monsieur désire-t-il que nous préparions un dîner ?

Le chiss se tourna, réfléchit quelques instants puis répondit d'un ton mystérieux

- Volontiers. Mais ce soir, je ne suis pas seul, mettez la table pour deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Cyrus] Les liaisons dangereuses [Partie 2]   Ven 9 Aoû - 5:30


    Darek Regas. Un Moff parmi tant d'autre, un homme dans un océan, une multitude d'âmes. Un homme qui n'était plus, désormais. En pleine lumière, aux yeux de tous, son corps était tombé, sans vie, une lame en argent planté dans le coeur. Puis, rapide et invisible, un fantôme avait séparé sa tête du reste...

    * Vous aurez sa tête sur un plateau d'argent, commandant. *

    L'Assassin avait tenue parole. Le Moff était tombé, l'enquête était encore en court et au point mort. L'Anzati n'avait pas laissé de traces, fidèle à elle-même son coup avait été minutieusement calculé, préparé puis exécuté... Maintenant, Triniel devait rejoindre Azaren. Celui-ci lui avait donné rendez-vous sur Csilla lors de leur première rencontre, mais la Force lui indiquait qu'elle pouvait le voir bien plus tôt et le surprendre, par la même occasion. C'est ainsi qu'elle décida de retrouver sa trace, chose qui fut plus aisée qu'elle ne le pensait.

    Le Faucon Bleu ... Nom sympathique pour le vaisseau personnel du Chiss, quoi qu'il fit néanmoins naître un léger sourire sur les lèvres sanguines de la jeune femme... Bleu ... Couleur prédominante et très appréciée chez ce peuple... Quoi que... que faisait un Chiss lorsqu'il n'aimait pas le bleu ?! Triniel se surprit une nouvelle fois à sourire à cette pensée, avant de secouer la tête, obstruant sa vue de plusieurs mèches blanches par la même occasion. L'Anzati se dissimula donc à bord du Faucon Bleu et demeura à l'écoute de la Force tout le long du voyage afin d'être certaine que personne ne la surprendrait, c'était la dernière chose qu'elle souhaitait... Mais elle était une Assassin très douée, un simple mortelle ne pouvait pas la trouver... tout de même.

    Elle traînait avec elle un sac, qui contenait la tête du Moff, parfaitement conservée... C'est que Triniel tenait à son petit effet théâtral, tout de même ! Le voyage fut long, mais elle n'avait pas la même perception du temps que les humains ou ceux dont l'espérance de vie n'atteignait même pas un siècle... aussi elle trouva le voyage rapide. Arrivée à destination, elle attendit que le commandant quitte son vaisseau puis s'éclipsa en même temps que les deux YVH-S... Ces droïdes avaient une sale tête, mais étaient très efficaces quand il s'agissait de protéger quelqu'un ... Par le passé, Triniel avait dû en affronter et ne les avait pas beaucoup aimé même si, au final, elle en était sorti triomphante. Ces boites de conserves ne devaient jamais être sous estimé...

    Légère comme une plume et agile comme un chat, elle parvint à pénétrer la salle de bain privé du Chiss et l'observa longuement, dissimulée, un petit sourire aux lèvres. Il n'était pas si mal, pour un homme, bien que vois une certaine partie de son anatomie en bleue avait quelque chose de... perturbant. Elle le suivit ensuite jusque sur sa terrasse, où il buvait tranquillement un verre... Un droïde fit finalement son entrée, demandant aux maîtres de maison s'il souhaitait diner... Sa réponse étonna Triniel, qui pourtant n'en montra rien. Il se doutait qu'elle était là ? L'avait dit décelé ? Impossible ! Il devait avoir entendu parler de la mort de Regas et se douter, donc, que Triniel n'allait pas tarder à entrer en contact avec lui.

    Celle-ci attendit que le droïde soit suffisamment loin pour se montrer. Elle tenait en lévitation au-dessus de sa paume un plateau d'argent, sur lequel trônait la tête du Moff, couverte par une nappe immaculée.

    « Azaren, bonsoir. »

    Elle attendit qu'il se retourne et s'avança dans sa direction, son regard mordoré s'accrochant au sien. Avec délicatesse, elle déposa le plateau sur une petite table qui se trouvait là et d'un geste théâtral, découvrit la tête du Moff qui était resté figée dans une expression d'extrême surprise.

    « Sur un plateau d'argent, comme convenu. »

    Levant la main, elle attira le verre que le Chiss tenait entre ses doigts vers elle et en porta le contenu à ses lèvres. D'un trais, l'Anzati le vida puis le déposa sur le plateau, à côté de la tête, et tourna finalement son regard sur le visage du commandant, un semblant de sourire flottant sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Cyrus] Les liaisons dangereuses [Partie 2]   Dim 8 Sep - 22:48

Un sourire exagéré se peignit sur le visage d'Azaren quand ce qu'il avait prédit avec un peu d'audace se realisa. Comme souvent, il avait pris le risque d'être ridicule mais ce qui en avait résulté était d'une portée démesurée : par ce petit tour de magie, il avait fait un premier pas vers la conquête de cette femme mortellement dangereuse. Il savait très bien ce qui lui était arrivé sur Coruscant quelques semaines plus tôt : il était tombé amoureux de l'assassin, de quelqu'un qui pouvait au besoin lui trancher la gorge en un instant sans même que ses yeux s'en rendent compte. Toujours maître de ses sentiments, il avait appris à créer une barrière émotionnelle lui permettant de garder un cynisme à toute épreuve. Même si dans ce cas précis il savait très bien que la barrière avait cédé, cela ne le troublait pas : même s'il n'avait su dompter ses émotions, il les assumait pleinement et cela ne créait chez lui aucune dissension interne, aucune honte ni timidité.

Elle semblait particulièrement radieuse, pour quelqu'un qui avait sans doute du se frayer un chemin à travers des gardes et des droïdes de guerre pour assassiner un homme trois jours plus tôt. Ses cheveux blancs immaculés lui retombaient sur les épaules puis se frayaient un chemin jusqu'à la hauteur de ses hanches. Elle portait une tenue qui, si elle était clairement usée, ne gâchait en rien la pureté de ses formes que le chiss parcourait d'un regard placide mais amusé, et ses pieds semblaient léviter à quelques centimètres du sol sous l'effet de ses chaussures à talon élaborées.

Il tourna ensuite son regard vers la tête de Darek Regas qui gisait là, sur un plateau d'argent qu'une petite tache de sang foncé marquerait sans doute à jamais. Ses yeux verts étaient figés pour l'éternité et tout son fisage était crispé dans une expression de stupeur qu'Azaren ne pouvait que comprendre : avoir la tête séparée du corps ne devait pas être très plaisant. Surtout quand l'assassin était invisible, comme le râbachaient les médias du Noyau Galactique. Les joies de la Force, en somme.

Alors qu'il pensait à la Force, son verre quitta ses longues mains et alla se poser dans celles de Mlle Niebelheim, ce qui l'obligea à prendre une attitude faussement vexée avant d'esquisser un rire et d'aller chercher un autre verre ainsi que la bouteille concernée. Il en profita pour jeter un coup d'oeil dans la salle à manger, où la table était en passe d'être mise en bonne et due forme. Satisfait de l'odeur émanant de la cuisine, il fut de retour sur la terrasse en quelques enjambées tranquilles.

- Mademoiselle Niebelheim, je vois que vous avez trouvé le moyen de me joindre plus tôt que prévu, et bien que votre présence sur cette planète est une terrible menace pour la confidentialité de notre bel Empire, je dois avouer que je suis assez... content de votre travail. Je suppose que vous avez déjà reçu la deuxième moitié du paiement, car elle vous a été transférée hier.

Marquant une pause, il se servit un verre en attendant qu'elle réponde. Une fois assuré qu'il avait accompli son devoir pour récompenser l'assassin, il leva sa coupe.

- À la santé des années de souffrance que vous nous avez épargnées, mademoiselle. Imaginez un peu combien nous aurions trimé avec un Moff de l'Empire lorgnant sur nos territoires. Non, sa mort de fera que du bien, et pour ce qui est de sa famille, j'espère pour eux qu'ils ont un plan de repli : la politique est une affaire dangereuse dans les Vestiges de l'Empire, bien plus que chez moi. Ah oui, vous avez sans doute remarqué que la Main ne m'a pas attendu pour ressusciter. Un contre-temps dont j'aurais pû me passer, mais aussi un avantage technologique et materiel considerable : sans cela, j'aurais dû commencer de rien, tandis que là ! Tout est déjà mis en place, il ne me reste plus qu'à attendre et je porterai ce régime vers la perfection. Le racisme et les folies de l'Empire Galactique ne sont que futiles et superflues. Ici, nous avons la possibilité de recommencer, et de faire de ce coin de galaxie un monde meilleur. Et c'est bien ce que je compte faire.... Pardonnez-moi, je m'emporte, et je n'ai que trop parlé : quel misérable hôte que je fais, décidément. Venez, passons à table, que vous me parliez de vous et du sort que vous avez offert à Regas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Cyrus] Les liaisons dangereuses [Partie 2]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Cyrus] Les liaisons dangereuses [Partie 2]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : Dawn of the force :: Archives :: Archives RP :: Saison 2 :: Autres Planètes-
Sauter vers: